AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -50%
Nike Air Max Tailwind IV pour Femme en promotion
Voir le deal
85 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 13 sur 16
Dans une nuit Brumeuse
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant
Malicia Evans
Serpentard
Serpentard

Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Malicia Evans, le  Mer 9 Nov 2016 - 2:46

RP avec le vilain pas beau 91
Musique

Je suis assise sur un banc,
Non loin de l'eau.
Je regarde l'horizon.
Pas un bruit ne passe mes lèvres.
Je ne sais pas trop ce que je fais là.
Je suis perdue en ce moment.
En train de me noyer dans un tourbillon d'émotions
-négatives.
Désespoir,
Colère,
Résignation.
Je ne sais pas gérer.
J'y arrive pas.
Alors je les laisse sortir,
Ce flot d'émotion qui me ronge de l'intérieur.
Oui, je pleure.
Je n'aime pas ça,
Mais j'en ai besoin.
Je laisse quelques larmes couler sur mes joues,
Comme si personne n'était là autour de moi.


Seule au milieu d'une foule d'abrutis


C'est un soir de semaine,
Soirée étudiantes.
Du monde sur les docks.
Ils devraient bientôt dégager.
La nuit continue d'avancer,
L'heure tourne.
Et je pleure
-encore.
Quelqu'un approche,
Je ne fais pas vraiment attention.
Elle va passer son chemin.
Les genoux ramenés près de ma poitrine,
Ma tête se posent sur ceux-ci.
Ma respiration est saccadée.
Je n'arrive pas à me calmer.
C'est comme si je lâchais tout ce que je retiens depuis des années.

Vous allez bien ? Vous avez besoin d'aide ?

Je relève la tête.
Mes yeux..froids
Se posent sur l'ombre bienfaitrice
-et frêle.
Qu'est-ce que cette personne me veut encore ?
Je reste dans ma position.
Je suis bien là,
Recroquevillée sur moi-même.
J'attrape ma baguette de ma main droite,
-cachée.

Cassez-vous.

Et voilà qu'elle insiste.
Elle veut m'aider.
C'est quoi ce délire ?
Depuis quand j'ai besoin d'aide ?
Depuis quand un moldu peut m'aider ?
Personne ne peut m'aider.
Je suis seule.
Je veux être seule !
Je me relève à moitié,
Baguette en vue.
Elle commence sérieusement à m'agacer.
#Impero
Je la pousse à se jeter dans l'eau,
Qu'elle se noie,
Que se tord le cou,
Je m'en fous.
Je veux être tranquille.
-la paix.

Et si pour ça,
Je dois faire un carnage,
Je le ferais.
Je ne suis pas d'une nature patiente.
Ni conciliante.
Ce n'est pas le moment.
Laissez-moi.
J'attrape mes affaires.
Je veux m'envoyer en l'air.
Flotter.
Voler.
Faire ami-ami avec nuages.
Deux pilules d'avalée,
Je ferme les yeux
Et laisse le tout monter au cerveau.
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Déplacement de post
Axelle Higgs, le  Lun 26 Déc 2016 - 20:42

Passée une certaine heure, les docks devenaient plus tranquilles. Par contre, fallait faire attention car si on s'y attardait trop, le temps continuait d'avancer et cela devenait tout à coup un endroit malfamé. Corruption, trahison, règlement de compte, traffic, ce genre de trucs. Frottant ses mains pour les réchauffer, la sorcière observait l'horizon terne qui se déployait sous ses yeux. L'hiver avait ce don de rendre tout plus triste, enfin selon Axelle, car d'autres évoqueraient sans doute des scènes féériques d'un blanc éclatant avec les reflets du soleil dans chaque flocon. La vérité, c'est que ce genre de trucs ça arrivait une fois pendant la saison.

Elle se trouvait là parce qu'elle n'avait nulle part où aller. Pas de famille à voir, pas d'amis à visiter. Ils devaient être furieux de toute façon, alors à quoi bon ? Bien sûr la jeune femme possédait toujours son appartement, mais elle s'y trouvait tellement souvent qu'elle étouffait. Avait-elle le mal du pays ? Ou juste le mal d'être ? Peut-être même les deux songea la sorcière, cela ne serait pas étonnant. Quels raisons avaient motivés son retour en Grande-Bretagne, déjà ? Alors que la jeune femme doutait de plus en plus de ces derniers choix un bruit attira son attention.

Cela aurait pu être son imagination qui lui jouait un tour, mais ce ne fut pas le cas. À quelques mètres, une silhouette se déplaçait vers l'est des docks. Higgs aurait pu tout simplement tourner le dos et retourner dans ses pensées, mais au fond la jeune femme craignait un peu de se retrouver avec elle-même. C'est sans doute pourquoi sa curiosité fut piquée et elle décida de filer l'inconnu. Il y avait quelque chose qui clochait dans cette situation, mais c'était impossible de dire quoi exactement. Une impression étrange qui s'incrustait dans sa conscience et qui ne voulait pas quitter. Un déjà-vu, un truc dans le genre.

À pas de loup, la brune tenta de s'approcher de l'étranger, sans se faire remarquer. Habituellement, elle état plutôt chanceuse à ce niveau-là, mais le serait-elle ce soir ? À suivre.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Mangemort 39, le  Mer 28 Déc 2016 - 21:38

[PV Axelle Higgs]

La nuit fraîche caressait votre visage découvert. Comme à l’accoutumée, vous vous plaisiez en femme, mais vous expérimentiez pour la première fois les remarques désagréables des quelques vagabonds appréciant vos cuisses découvertes. Vous étiez pourtant accoutumé à les lancer, mais les recevoir avait une toute autre saveur. Vous ne pouviez pas dire que c’était bien agréable. En revanche c’était très amusant. En particulier quand vous alliez vers les trois bougres et que vous modifiiez votre visage bien en face d’eux. Leur mine atterrée vous fit plaisir. Il vous suffit de pétrifier l’un des trois comparses pour que les deux autres détalent en courant. Pauvres moldus…

Ainsi donc, vous étiez tranquille sur les Docks, et vous repreniez une apparence que vous rêviez de voir dans le miroir. Ces lèvres que vous aviez déjà revêtues devant William West. Ce nez fin. Ces yeux verts pétillants. La ressemblance n’était pas parfaite, évidemment. Vous aviez toujours eu plus de nez pour créer votre propre visage plutôt que pour le reproduire. Sans doute aviez-vous l’âme d’un.e artiste, ceci expliquait cela.

Quoi qu’il en soit, vous savouriez en cette heure tardive la fraîcheur de l’air sur cette peau claire que vous adoriez porter mais que vous préféreriez toucher. Seul votre visage dépassait. Et votre corps n’avait pas tant changé… Seul votre ventre était rentré, et vos jambes un peu plus fines. De quoi attirer les regards curieux et envieux. Seulement il n’y avait personne ici. Personne autour de vous. Seul le clapotis de la Tamise derrière vous. Et un bruit. Qui vous fit froncer les sourcils. S’agirait-il de quelqu’un ? Vous vous retourniez, baguette allumée.

On se montre. Vite.

Vous préfériez parler dans le vide plutôt que de vous faire suivre plus longtemps. Et vous pensiez bien que seule votre imagination vous jouait des tours. Vous étiez prêt à reprendre votre marche…


Dernière édition par Mangemort 39 le Dim 15 Jan 2017 - 16:21, édité 1 fois
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Axelle Higgs, le  Sam 31 Déc 2016 - 5:27

Bon. Si au début elle avait cru filé, sans se faire repérer, l'individu pendant un bon moment, elle avait commencé à douter lorsqu'une planche avait craqué sous son poids. La femme, car Axelle s'était suffisamment rapprochée pour percevoir un corps avec de certaines courbes, s'était arrêtée avant de faire volte-face. Sa baguette était allumée, sans doute dans l'espoir de détecter plus rapidement son possible adversaire.

- On se montre. Vite.

Une garce qui se montrait forte et confiante. Hey, c'était son rôle, ça. De ce fait, elle ne craignait aucune femme. Un sourire mesquin naquit sur les lèvres de la sorcière qui n'hésita pas une seconde à se montrer.

Théâtralement. Les bras écartées, sa cape s'écarta légèrement laissant entrevoir un chemisier bleu cobalt. L'effet de surprise allait être présent, puisque l'étrangère semblait déjà prête à reprendre sa marche. Sans doute avait-elle cru que son imagination lui jouait un mauvais tour. Elle devait être paranoïaque, comme Higgs.

Cette dernière aurait pu resté caché, qu'elle ne l'aurait sans doute même pas repéré. Tant pis, cela mettrait un peu de piquant à la soirée. S'avançant de quelques pas, réduisant ainsi la distance entre les deux femmes, la mage noire prit la parole :


- Mortsoir, lâcha-t-elle avant qu'un ricanement ne s'échappe de ses lèvres charnues.

Le cerveau avait légèrement tilté. Un peu moins lucide et, surtout, moins sympathique. En plus, la femme devant-elle lui disait quelque chose sans qu'elle ne comprenne vraiment quoi. La noirceur n'aidait pas, tout comme cette impression étrange qui persistait depuis qu'elle avait senti cette présence sur les docks.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Mangemort 39, le  Mar 3 Jan 2017 - 22:59

Assurée, vous l’étiez. Ce soir, la nuit noire vous semblait familière. Telle une cape vous berçant de son étoffe. Le bruit n’était probablement que celui de votre respiration. Le doux chuchotement d’une mère retrouvant son enfant. Vous deviez arrêter de Trembler au moindre craquement. Vous méritiez de vous coller une bonne Trempe pour les accès de votre cœur. Votre choix était fait depuis longtemps, il n’était plus temps de sursauter.

Pourtant…

Vous vous apprêtiez à reprendre la marche, mais un mouvement attira votre attention. Puis une voix. Un seul mot prononcé, présage de mot, menace visible. Il ne vous fallut pas longtemps pour allumer votre baguette d’un Lumos et faire volte-face. Vous auriez dû attaquer. Vous auriez dû directement répondre à cette agression nocturne, sans même vous laisser la possibilité d’être tant à découvert. De laisser voir votre visage modifié, ces yeux verts qui vous hantaient. Mais une chose vous avait retenue.

La voix…

Un seul mot vous avait suffit pour que les tréfonds de votre âme soient chamboulés. Pour qu’un souvenir, non encore identifiable, remonte à la surface. Malgré toute la concentration donc vous faisiez preuve à chaque instant, les nombreux changements imposés à votre corps étaient à présent difficiles à maîtriser. Votre visage ne bougea pas, car c’était ce que vous maîtrisiez le mieux, mais les changements biologiques revenaient au galop. L’entre-jambe notamment reprit sa forme initiale. Et vos yeux se posèrent sur ce visage.

LE visage…

Vous crûtes un instant que votre transformation était parfaite. Que l’on brandissait un simple miroir en face de vous. Mais, vous approchâtes lentement la main gauche de son visage et, sans même la toucher, vous comprîtes que l’image était réelle. Une sorte d’apparition franche et nette issue du Miroir du Risèd. Alors, bêtement, vous vous colliez une pichenette sur l’oreille, mais la douleur irradia belle et bien. Pas de réveil. Une douleur présente.

Révélation…

Sept-Zéro !?

Deux mots à peine prononcés. Eraillés. Difficiles. Un sourire à peine présent. Timide. Instable. Une chose à peine croyable. Rêvée. Fantasmée.
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Axelle Higgs, le  Mer 4 Jan 2017 - 3:22

Et bientôt, la Serpentard comprendrait pourquoi cette drôle d'impression ne lâchait pas. Pour l'instant, elle toisait avec un air suffisant la garce qui se tenait devant elle. Dans une provocation visant à déclencher le combat, Axelle avança de quelques pas. Une lueur l'aveugla momentanément. Un nouveau Lumos. Quelque chose attira alors l'attention de la sorcière.

Devant elle le corps de celle qu'elle considéra déjà comme son adversaire se transformait. Notamment, les courbes disparurent pour faire place à une musculature plutôt masculine. Les vêtements s'étirent, ayant de la difficulté à supporter cette nouvelle morphologie plus large et plus carré. La bouche légèrement entrouverte, les sourcils froncés, Higgs cherchait à comprendra. L'effet d'un polynectar qui tirait à sa fin ? Le regard électrique se leva vers le visage éclairé et, pendant un bref instant, la panique s'empara de la demoiselle à un tel point qu'elle failli lancer un Doloris. Certains diraient probablement que c'était exagéré comme réaction, soi. Heureusement pour le curieux personnage qui se tenait devant Axelle, ce ne fût pas le cas.

Ce qui l'avait survolté de la sorte, c'était de voir à quel point le visage devant elle ressemblait au sien. Pas à la perfection, mais globalement les traits se ressemblaient, tout comme son regard. L'intrus tendit une main et la sorcière eut un mouvement de recul, méfiante.


- Sept-Zéro !?

Il y avait une éternité qu'elle n'avait pas entendu ces chiffres et cela eut presque l'effet d'une décharge électrique. Même s'ils avaient été prononcé faiblement. Hochant avec prudence son visage, la jeune femme rétorqua :

- Non.. c'est toi, n'est-ce pas ?

Ça semblait idiot comme réponse, mais en même temps, c'était plein de logique. Combien de personnes connaissaient ce surnom ? Combien de personnes connaissant ce surnom avait un don de métamorphomagie ? Et surtout, qui aurait eut l'idée absurde de se fair mal à l'oreille ainsi ? L'humeur de la sang-pur avait totalement changé. S'il y a une seconde à peine elle était prête à éclater des gueules, voilà qu'à présent, la bonne humeur se discernait presque sur son faciès, bien qu'elle ne souriait pas.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Mangemort 39, le  Lun 9 Jan 2017 - 21:16

Et face à vous, un simple geste fut délivrance. Un hochement de tête qui venait tout confirmer. Vous aviez envie de vous jeter à son cou, de la serrer dans vos bras, de la porter et de la faire tourner. C’était elle qui vous avait donné votre chance. Sans elle, jamais vous n’auriez pu devenir Trente-Neuf. Sans elle, jamais vous n’auriez pu retirer le masque de la vie anodine que vous étiez obligé de mener pour découvrir votre véritable visage.

Alors oui, vous auriez pu agir de la sorte. Laisser l’émotion vous transcender comme elle le faisait déjà, vous empêchant de garder le contrôle d’autre chose que de votre visage. Cependant… Sa réponse orale vint tout perturber. Car si le oui était signé, le non était prononcé. Et vous compreniez, dans sa question, qu’elle vous renvoyait la vôtre. Votre esprit, embrumé par ces retrouvailles impromptues, ne comprit pas la surprise de sa question. Vous ne comprîtes pas qu’elle vous reconnaissait. Vous pensâtes qu’elle vous nommait Sept-Zéro. Et de fait, ce n’était pas faux.

- Ben euh oui, ce soir c’est moi… Mais juste parce que tu m’manques hein

Petit sourire timide. Vous aviez perdu de votre superbe. Face à Sept-Zéro, masquée ou non, vous perdiez toujours un peu vos moyens. Bien que ce soit vos tailles et vos visages soient quasiment identiques, elle restait pour vous une indéniable supérieure. La seule véritable à qui vous aviez juré allégeance, avant que ce satané 26 ne prenne sa place. Heureusement, il était parti à son tour…

Cependant cet état de joie latent, qui vous avait envahi à l’instant où vous aviez découvert son visage, commença à se dissiper à mesure que les doutes vous envahissaient. Vous détailliez son visage, et même s’il était bien fait, vous n’étiez plus tout à fait sûr de ne pas vous retrouver simplement face à un miroir. Etiez-vous à présent si fort que vous pouviez vous confondre réellement avec elle ? Et n’étiez-vous pas tout simplement en train de rêver d’elle, comme vous l’aviez déjà fait à de nombreuses reprises ?

Ces yeux… Ses yeux… Les deux billes vertes vous fixaient et vous plongiez dedans sans plus jamais pouvoir vous en sortir. D’un pas, vous réduisiez à néant la distance qui vous séparait. Votre baguette sous vos mentons, offrant un éclairage étrange, vous utilisiez votre autre main pour effleurer sa joue. Vous aviez utilisé la droite. Evidemment vous ne sentiez rien. Cela ne vous aidait pas beaucoup. Alors vous murmuriez simplement, davantage pour vous-même que pour elle :

- Est-ce que c’est encore un rêve ?
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Axelle Higgs, le  Mer 25 Jan 2017 - 1:36

39 était perturbé, cela se remarquait dans sa réponse décousue. Il affirma qu'elle lui manquait et cela la fit rire un peu. C'était tout de même flatteur. De plus, ne lui avait-il pas juré allégeance ? Un moment de silence s'installa, mais le malaise resta éloigné. C'était plutôt un silence confortable, mais dans lequel était suspendu de nombreuses questions que le Mangemort n'osait pas poser, pour l'instant. Dans les yeux de ce dernier, une réplique des iris azurés de la Higgs, on pouvait lire une certaine joie qui se retrouva vite remplacé par un air plus soucieux, plus douteux. Le sorcier s'approcha légèrement et la sang-pur ne broncha pas. Par le passé, elle avait déjà regretté d'être restée si près de lui, mais une petite voix au fond d'elle lui indiquait qu'il n'y avait aucun danger. La main droite se posa plus ou moins délicatement sur sa joue et la sorcière se rappela que c'était cette main sans sensation. Elle s'en rappelait car c'était en partie de sa faute, à l'époque. Avant que la nostalgie ne s'empare d'elle, matricule trois neuf prit la parole :  

- Est-ce que c’est encore un rêve ?

Secouant doucement la tête, la sorcière eut un sourire compatissant envers son interlocuteur. Elle souffla dans la nuit silencieuse :

- Eh non. C'est bien moi, j'suis vivante, soupira-t-elle.  

Vivante... mais jusqu'à quel point ? À Londres, elle ne se sentait que l'ombre d'elle-même. Lorsqu'elle pensait trop à ce qui c'était passé et aux choix qu'elle avait fait un énorme doute s'installait. Préférant se concentrer sur ses retrouvailles improvisées, l'ancienne Serpentard poursuivit :


- Bon. Arrête ton petit jeu et redeviens toi-même, si tu veux qu'on discute. Pas trop envie de parler avec une copie de moi-même..

Ben quoi ? C'était un brin intimidant de se voir comme ça, elle avait presque l'impression qu'on violait son intimité. D'ailleurs, cela ne lui plaisait pas spécialement cet accoutrement. Ses pupilles s'agrandirent alors qu'elle songea à ce que 39 pouvait faire. Le salaud, elle espérait qu'il n'avait pas osé !

- J'espère que tu te ballades pas trop souvent en moi, surtout dans cet accoutrement. J'suis capable de m'occuper de ma réputation toute seule, hein.
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Mangemort 39, le  Mar 31 Jan 2017 - 18:54

- Eh non. C'est bien moi, j'suis vivante,

Vivante, peut-être, mais pas spécialement heureuse. Enfin vous ne le ressentiez pas ainsi. Elle était loin, la 70 qui vous dominait d’un seul regard. Celle-ci soupirait en vous répondant. Chaque souffle était un exutoire pour cette vie se retirant progressivement de son corps. Comme si elle n’arrivait pas à croire à ce qui se passait. Comme si elle-même ne parvenait pas à convenir du fait qu’elle était vivante.

Et vous ne la sentiez pas. Parce que vous aviez avancé la mauvaise main. Alors vous la retiriez, et un instant, vous hésitiez à avancer la deuxième. Mais vous ne le fîtes pas. Le moment était passé. Vous ne faisiez qu’attendre, devant elle comme devant un miroir, et vous la contempliez. Elle était plus belle encore que dans vos souvenirs. Car ceux-ci s’estompaient, et si vous tentiez souvent de reproduire son visage, vos essais manqués vous embrouillaient l’esprit. Ils semblaient embrouiller le sien aussi, puisqu’elle vous demanda de redevenir vous-même. Vous fermâtes les yeux avant de modifier votre visage. La transformation fut rapide, fluide, et vous reprîtes votre apparence habituelle. Un nez bosselé, cassé plusieurs fois, vos petites bouclettes sombres, une barbe que vous aimiez faire pousser par métamorphomagie. C’était rigolo la barbe.

- Pourtant ta conversation est intéressante, tu devrais te réjouir de parler avec toi.

Un sourire. Puis sa remarque vint et vos joues rosirent légèrement. Si… Vous aimiez prendre son apparence. Pour qu’elle soit plus proche de vous. Comme pour ne jamais l’oublier. 70 était celle qui vous avait converti à l’ordre noir et vous avait laissé votre chance. Sans elle vous n’étiez plus rien. Mais comment le lui faire comprendre réellement ? Vous ne pouviez afficher qu’un léger air d’excuse.

- J’ai pourtant pas eu de tes nouvelles dernièrement. Tu deviens quoi ? T’es passé où ? T’es partie sans rien nous dire. Et j’attends toujours de te revoir…

Vous baissâtes la tête, presque honteux de lui avouer. Au moins aviez-vous esquivé la question.

- Je suis ton seul véritable fidèle

Que West aille se faire foutre.
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Axelle Higgs, le  Dim 2 Avr 2017 - 2:16

39 obéit à sa demande et se concentra afin de reprendre son apparence d'origine. Ça devait être rigolo d'être métamorphomage. changer d'apparence quand l'on veut. Heureusement que la Higgs ne se trouvait pas moche (bah quoi ? Elle était consciente de ses charmes et -surtout- dotée d'une assurance de feu même si elle n'était pas à son top en ce moment), sans quoi elle aurait jalousé à mort ceux bénéficiant de ce don.

Le Mangemort était à nouveau lui-même il reprit la parole, tandis que la jeune femme observait son visage : son nez paraissait plus croche que dans ses souvenirs : un affrontement récent qui avait laissé de légères séquelles ? Malgré cela, Higgs trouvait qu'il avait un certain charme avec sa petite gueule baveuse et son regard moqueur amplifié par de petites pattes d'oie.


- J’ai pourtant pas eu de tes nouvelles dernièrement. Tu deviens quoi ? T’es passé où ? T’es partie sans rien nous dire. Et j’attends toujours de te revoir…

Expliquer... encore ? Elle en avait marre, même si son histoire n'avait été raconté que deux ou trois fois. Cependant, le ton inquiet et l'attention que lui portaient 39 étaient flatteurs, d'autant plus qu'il en ajouta un couche supplémentaire :

- Je suis ton seul véritable fidèle

Le pire, c'est qu'il avait raison. C'était sans doute le seul Mangemort actif qui reviendrait sans se poser de questions vers elle si jamais la sinople décidait de reprendre ses anciennes activités.

-Toujours aussi mignon, conclu Axelle avec un petit sourire, sans doute était-elle flattée par ses belles paroles, secouant légèrement la tête. Bon, j'peux bien t'expliquer, s'tu veux, mais pas au milieu de nulle part.

Effectivement, le duo était visible au milieu du quai. Tournant les talons, la sang pur repérer un endroit plus isolé sur le quai où l'on trouvait même un banc  un lampadaire éclairait faiblement les environs, ne les laissant pas ainsi dans la pénombre totale. S'assurant qu'ils étaient bien seuls, la jeune femme s'assit, croisant légèrement les chevilles. L'idée de s'allumer une cigarette lui effleura l'esprit, aussi elle sortie aussitôt son paquet et en attrapa une, ne questionnant même pas sa dépendance à la nicotine. Son cerveau en demande, elle obéissait. Par politesse, et aussi parce que c'était toujours plus sympa de fumer à deux, comme si la cigarette était meilleure, elle tendit le paquet vers Trois-Neuf.

- J'ai ressentie l'urgence de me tirer d'ici, alors j'ai décidé de partir en voyage, raconta la jeune femme comme si elle était une mère qui expliquant à son enfant qu'elle devait l'abandonner.

Bon c'était pas la meilleure des comparaisons, mais cela y ressemblait fortement.

Coinçant la cigarette entre ses lèvres, elle l'alluma ensuite à l'aide de sa baguette magique et y inspira la fumée.
[/i]
Mangemort 39
Mangemort 39
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage
Manumage (niveau 2)


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Mangemort 39, le  Lun 3 Avr 2017 - 19:06

-Toujours aussi mignon,

Vous fronciez les sourcils, pas certain du sens qu’il vous fallait donner à cette phrase. Etait-elle ironique ? Se moquait-elle de vous ? Vous saviez qu’elle aimait profiter de votre fidélité. En même temps, elle le pouvait. Pour la simple raison qu’elle pouvait vous demander absolument n’importe quoi. Parce qu’elle était celle grâce à qui vous vous étiez révélé, et que vous lui deviez intégralement la vie que vous étiez en mesure de mener aujourd’hui. Parce que sans elle, sans sa présence, sans son attaque première qui vous avait fait perdre votre main, vous n’auriez jamais pu être autre chose que le petit être ridicule se cachant à Poudlard, obligé de nettoyer les plus grosses cochonneries des élèves.

Elle ne se rendait sans doute pas compte de ce qu’elle était pour vous. Alors, lorsqu’elle vous expliqua simplement qu’elle ne voulait pas s’expliquer ici, vous acquiesciez. Vous la suivriez où elle vous demandait de la suivre de toute manière. Même sur ce petit banc, dans l’ombre, à l’abri des regards indiscrets.

Un banc… Voilà qui vous rappelait bien des souvenirs. Et un sourire naquit sur votre visage à présent révélé. Vous lui laissâtes le droit et le temps surtout d’allumer sa cigarette. Vous ne boudâtes pas votre plaisir lorsqu’elle vous en proposa une. Vous la prîtes et l’allumâtes du bout des doigts. Parce que la manumagie vous laissait le droit d’utiliser des sorts simples et que vous étiez persuadé que cela lui plairait. L’impressionnerait même, peut-peut-être.

La première bouffée vous fit du bien autant qu’elle vous fit tousser, légèrement. Parce que cela faisait longtemps. Vous rîtes. Et vous en tirâtes une autre. Vous vouliez impérativement lui laisser le temps de dire ce qu’elle avait à vous dire. Autant qu’elle le pouvait. Autant qu’elle le voulait. Et enfin la réponse vint.

- J'ai ressentie l'urgence de me tirer d'ici, alors j'ai décidé de partir en voyage

Vous ne vouliez pas lui faire subir d’interrogatoire poussé, alors vous vous contentiez de sourire et de passer, nonchalamment dans un geste très calculé, votre bras derrière elle. Sans la toucher pour le moment. Comme si vous vous étiriez simplement.

J’dois t’avouer que ça m’f’rait du bien de partir aussi de temps en temps… mais j’crois que j’ai trouvé ce qui m’manquait. Avec le masque. Et grâce à toi.

Nouveau sourire. Puis je penchais la tête, un peu sur le côté, avant de la regarder de nouveau. Plus intensément. Je fixais ses prunelles vertes qui m’avaient tant manquées et tentais de les graver dans ma mémoire.

Secouage de tête. Je n’étais pas je. J’étais vous.

Vous tiriez une nouvelle taf de votre cigarette et lui souffliez la fumée au visage.

Tu voudrais pas te changer les idées un peu ? Voir le monde en couleur plutôt que la noirceur que tu as voulu quitter ?

Eh bien. Trente-Neuf ne commençait pas comme Poète pourtant… Vous vous félicitâtes mentalement de ce que vous veniez de lui dire. Et vous approchiez encore un peu votre visage. Vous aviez de multiples moyens pour la divertir.
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Axelle Higgs, le  Ven 26 Mai 2017 - 18:41

Et oui, la belle sorcière fut impressionnée par la manumagie du sorcier. Où était l'empoté qu'elle avait connu ? L'évolution de Trente-Neuf était remarquable, impressionnante même. À l'époque, c'était la seule qui avait vu un potentiel chez le sorcier qui paraissait si faible et elle avait du amadouer 26 afin de faire passer la pilule de l'adhésion de futur 39 à leur rang. La jeune femme se remercia mentalement d'avoir fait pression sur l'Ordre Noir, sachant de quoi était capable l'homme en face d'elle, même si lui et la magie ce n'était pas l'amour fou. Un jour il comprendrait et, de ce qu'elle pouvait voir, ce jour était arrivé.

- J’dois t’avouer que ça m’f’rait du bien de partir aussi de temps en temps… mais j’crois que j’ai trouvé ce qui m’manquait. Avec le masque. Et grâce à toi.

Hochant la tête, car elle comprenait parfaitement ce qu'il voulait dire, la sorcière sourit légèrement avant de tirer une nouvelle fois sur la cigarette, prenant soin d'inhaler le plus de fumée possible.

- Je suis contente de voir que tu vas bien. Tu sembles avoir beaucoup appris durant les derniers mois, même si t'es resté ici, répondit-elle après avoir soufflé la fumée vers le haut.

Matricule Trois-Neuf avait pris ses aises, mais Axelle l'avait laissé faire.


- Tu voudrais pas te changer les idées un peu ? Voir le monde en couleur plutôt que la noirceur que tu as voulu quitter ?

Pauvre Trois-Neuf qui persistait, mais qui n'avait jamais réussi. Même par la force. Un souvenir si lointain aux yeux d'Axelle, mais pourtant si important. Sans s'en rendre compte, 39 qui n'était même pas 39 à ce moment-là, l'avait aidé à cheminer et devenir ce qu'elle était aujourd'hui. Ironique, n'est-ce pas ?

- Tu sais bien qu'il n'y a qu'une seule personne qui réussit encore à mettre un peu de couleurs dans mon monde et elle n'est pas ici, lança-t-elle en secouant doucement son visage, expirant la fumée accumulée dans ses poumons au passage.

Peut-être que dans un autre contexte, celui dans lequel West n'existerait pas, il aurait pu se passer quelque chose. Mais ce n'était pas le cas. Relevant un regard dur vers son fidèle, la sorcière ajouta :


- Et si tu oses prendre son apparence, je te jure que le coup que tu recevras sera mémorable. Et pas dans un sens positif.
Yue Tsukaï
Yue Tsukaï
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Yue Tsukaï, le  Ven 7 Juil 2017 - 16:21


Vu que ce sujet a plus d'un mois, je me permets de clore le RP précédent et d'en poster un nouveau à la suite. Si tout de fois Axelle a une quelconque revendication, elle peut venir me MP à tout moment !


Among the Sleep


with Kohane Werner


C'était la pleine Lune. Yue marchait silencieusement dans les rues de Londres. Il fallait qu'elle se hâte sinon elle allait louper son horaire. Elle tenta de presser le pas mais ses jambes semblaient incapable d'accélérer le mouvement. Presque minuit, pensa t-elle en regardant sa montre, je cours après le temps. Elle devait rejoindre sa famille au plus vite. Ceux-ci lui avait déclarer être sans et saufs, cachés aux yeux de tous en France mais bel et bien vivants. Yue avait alors décidé de prendre le premier bateau de nuit pour les rejoindre. Après tant d'années à se ronger les sangs, elle avait enfin reçu une lettre d'encouragements. Elle avait tellement eu peur de ne plus jamais les revoir ou tout simplement de ne plus avoir l'occasion de les connaitre. Elle revoyait le sourire de sa mère en entendant les paroles de son père qui la prenait dans ses bras en la serrant fort. Ses parents étaient alors heureux. Depuis leur départ pour le monde de l'oublie, son rire s'était tû et son cœur aussi. Sa douleur s'était mu en tristesse et sa tristesse en faiblesse. Pourquoi étaient-ils partis ? Malgré cela, elle les sentait toujours près d'elle, quand elle était dans la joie ou dans la peine. Cela lui arrivait souvent, se mettre à leur parler comme si ils étaient encore là. Vint alors l'espoir de les revoir. Yue les imaginait se tenant la main au lever du jour, deux silhouettes découpées dans un paysage encore ensommeillé. Ils l'attendaient avec impatience. Et, quand l'heure viendrait, ils la serreraient dans leurs bras puissants chassant toutes ces années de torpeur.

Enfin, Yue visualisa les quais à travers la sombre masse de brouillard qui lui bouchait la vue. Elle était heureuse et pourtant aucun traits de son visage ne bougeaient et son rythme cardiaque restait le même. Ses pas la menèrent automatiquement jusqu'à un banc un peu isolé du reste. Elle s'assit et attendit. Seule lors d'une nuit brumeuse sur les docks fantomatiques de Londres, elle patientait.


~ - A plus Bobby !! Et repose toi bien vieux tas d'os ! postillonna Yue en s'éclipsant de la chambre d’hôpital. Elle avait absolument tenu à rendre visite à son "vieux croulant" profitant des vacances pour se renseigner sur son état et le cajoler un peu. Elle n'avait que lui au monde et le perdre était une idée inimaginable pour elle. Bobby lui avait assuré que sa chute dans les escaliers n'avait rien causé d'irréparable et qu'il serait bientôt de nouveau sur pieds. Cela avait un peu rassurée Yue qui avait pourtant insisté pour dormir avec lui, malheureusement l'infirmière l'en avait dissuadé en affirmant que Bobby avait besoin de calme et de repos. "Foutus moldus" grimaça Yue en sortant de l’hôpital.

Dehors il faisait assez frais et le temps était nuageux. La Lionne déambulait dans les rues de Londres ruminant contre ses vieux démons qui revenaient la hanter dés que le ciel devenait gris. Arrivée à l'appartement de Bobby dans les bas quartiers, elle sortit ses clés et entra. Yue referma la porte derrière elle par sécurité. Elle ne craignait pas les cambrioleurs, elle le faisait pour s’empêcher de commettre une bêtise. En effet, on l'avait souvent surprise en pleine crise de somnambulisme que ce soit dans les rues ou sur un toit. Heureusement avec Bobby qui veillait sur elle, ses crises s'étaient calmées mais ce soir, Bobby n'était pas là. Mieux valait prévenir que guérir. Les docteurs disaient que ses terreurs nocturnes et son somnambulisme étaient du au traumatisme lié à la perte de ses parents bien qu'elle n'en gardait aucun souvenir. Après s’être préparée une bonne soupe, Yue alla s'installer dans le fauteuil confortable près de la cheminée et s'enroula dans une vieille couverture. Les heures passaient sans qu'elle ne puisse trouver le sommeil. Elle soupira et regarda l'heure, 2 heures du matin, constata t-elle tout haut. Elle se retournait dans tout les sens cherchant la position idéal mais ses insomnies la tiraillaient encore et toujours. Enfin vaincue, elle finit par s'endormir. ~

Evidemment rien ne pouvait prédire ce qui allait arriver et dans le fauteuil éclairé par les rayons de la lune, la silhouette de la jeune fille se redressa.


Dernière édition par Yue Tsukaï le Mer 13 Déc 2017 - 15:32, édité 1 fois
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Kohane W. Underlinden, le  Lun 10 Juil 2017 - 17:31


   
 
LA de Yue accordé



Un coin dans l'ombre.
Un peu, entre terre et eau. Entre pierres et fleuve.
Eloignée des réverbères pouvant révéler ma présence.
Cachée des yeux curieux et scrutateurs.
Immobile dans le noir.
Allongée sur le bitume froid -c'est qu'il n'y a pas eu de grosses chaleurs, ces derniers temps.
Une brume épaisse pour compléter la suite du tableau.
Avec ça, je ne peux être mieux voilées aux yeux de l'adversité.
Enroulée dans un châle aux couleurs disparates -mais ça ne se voit pas dans la nuit- je ne bouge pas.
Non, je ne dors pas.
Je revâsse seulement.
Mon esprit s'envole et part. Bien loin.
Parfois, quelques voix me parviennent. Mais atténuée. Comme si ma tête était prise au piège dans un bocal. Ce n'est pas pour me déplaire, il faut bien le dire.
Je suis bien, comme ça.
J'ai l'impression que tout est si loin !
Et ainsi, les autres ne peuvent m'attendre.
Oui.
Décidément,
je suis bien.

Mes paupières ne sont pas tout à fait closes.
Et je vois sans voir le paysage qui s'étale au-dessus de moi.
En vérité, il n'y a pas grand-chose.
Parce que le ciel est noir.
Les étoiles ne sont pas.
La lune non plus.
Seulement la brume qui floute les contours.
Tout devient indistinct dans la nuit.
C'est comme une toile surréaliste.
Les choses du quotidien, que l'on croit connaître prennent une forme nouvelle. Bien plus amusante. Bien plus excitante.
Les choses si familières, d'un seul coup, le sont beaucoup moins.
Pour certains, cela est source d'angoisse.
De terreur profonde.
De ne plus rien reconnaître alors même qu'on est dans un lieu que l'on connaît par cœur -du moins le pensions-nous.
Mais pour moi, c'est amusement.
J'aime voir ces nouvelles formes sans nom entre deux battements de paupières.
Un nuage de brume, un souffle de vent et pouf, encore, ça change.
Ce qui se crée dans ma pupille perdue ne peut être comparé aux choses du quotidien ; aucun nom ne peut lui être attribué.
C'est juste des formes nouvelles qu'il faudrait analyser comme si elles n'avaient jamais existé. N'ayant pas même leur homologue dans notre pauvre petite vie.

La brume tourne et tord, se tord.
La brume enveloppe et éloigne.
Cocon-bulle contre les autres.
Le noir pour voiler le tout.
Personne ne me remarque.
Les pas perdus de certains. Qui ne font que passer.
Personne ne me remarque.
Et tant mieux.
Les voix lancées aux étoiles qui ne sont pas, rires plein d'alcool.
Puis, rapidement, les voix ne sont plus.
Encore des passages.
C'est toujours comme ça.
On passe. On ne reste pas. Nous ne sommes que des fantômes qui glissons sur Terre sans jamais s'y accrocher. Des silhouettes perdues dans la nuit qui ne laissent jamais aucune trace.
Des passages.
C'est tout.
Nous ne sommes que ça.



Doucement, presque inconsciemment, mon bras droit se lève.
Direction le ciel.
Doigts tendus.
Je me vois un peu flou, à dire vrai.
La brume se joue de mon corps. Faisant disparaître, par moment, des morceaux de chair.
Et mes doigts semblent sourire alors qu'ils s'agitent. Un petit coucou aux astres cachés. Mes sœurs, mes cousines, ma famille !
Que j'aimerais vous voir ce soir !
Si seulement
Si seulement vous pouviez être là !
Mes doigts continuent de s'agiter un peu
Et, l'esprit roulant à droite à gauche,
Un sourire se dessine sur mes lèvres.
J'sais pas trop pour quoi. En quel honneur.
Mais mes lèvres s'étirent.
Quelques secondes, je tiens la position.
Puis mon bras retombe.
De nouveau immobile. Allongée. Sur le bitume. Dans un demi-rêve.
Ca flotte, dans ce rêve brumeux.
D'ailleurs, ce n'est plus vraiment sur du bitume, que je suis allongée.
Mais un truc aérien qui me porte.
J'crois que je pourrais rester longtemps, longtemps comme ça.
A me laisser voguer.

Quelle heure est-il ?

L'heure de la nuit.
Où tous les chats sont gris.
L'heure fraîche où rues se vident.
L'heure peut-être où, à la maison, ça s'inquiète. Ou pas. Après tout, ils ont l'habitude. Depuis que je suis revenue. Depuis que l'école, c'est fini. Depuis tout ça, depuis qu'ils vivent de nouveau avec moi sept jours sur sept. Ils savent. Qu'ils ne peuvent rien faire. Et que, dès que je le peux, je m'en vais. Je vadrouille. J'assure mon service aux Trois Balais -bien beau prétexte pour pouvoir m'enfuir. Et le reste du temps, je l'assassine. Ce temps. En traînant ici et là. Qu'importe. La seule chose. C'est ne plus les voir. Ils le savent. Ils ont mal. Mais c'est leur faute. Ils peuvent plus rien dire. Parce que moi, je les aime. Eux aussi, d'ailleurs. Ils ont juste fait un pas de travers. Et puis...
M*rde.
On s'en fout.
On oublie.
Encore des voix.
Des voix proches, cette fois.
Encore des passages.
Ils n'en finiront jamais.
Immobile dans mon ombre, j'attends, flottant sur mon matelas aérien.
Les voix continuent.
Un peu long, pour n'être que des passages.
Et les voix rient.
Et les voix
Et les voix
Et les voix...



M*rde.

Pourquoi sont-ils si longs ?
Y'a rien à voir ici.
Dégagez.
Laissez-moi.
Profiter de mon silence brumeux.

-Eh, d'moiselle, t'sais qu'c'est pas prudent de traîner seule aussi tard ? Tu pourrais faire de mauvaises rencontres.

Ton où pointe un amusement malsain.
Ricanements.

-T'as d'la chance d'être tombée sur nous.

Sans peine, j'imagine le sourire lubrique déchirer la nuit.
Alors que qu'un rire gras lui font écho.
Les voix ne semblent pas être de passage. Parce que ça continue un peu. Et la demoiselle concernée ne semble pas répondre.
Ca sent peut-être le roussi pour elle ?
Qu'est-ce que je fais ?
Je me bouge ?



Bon, allez.
J'vais pas la laisser toute seule.

Un soupir de lassitude et je me relève.
Ma silhouette se dresse dans l'ombre.
Tenir sur ses deux jambes. Je remet en place le châle dans lequel je me suis emmitouflée. Et j'avance. D'un pas assuré.
Ils sont deux. Eclairés par le faible réverbère. On doit plus ou moins avoir le même âge.
Ils sont face à un banc. Enfin, plus que face à un banc, c'est face à une fille.
Je m'approche discrètement.

-Vous avez rien d'autre à faire que traîner ici ? je prononce d'un ton fort.

Je me plante devant eux. Stature droite. Air sûr de soi.
Faut jamais montrer qu'on a peur.
Sinon, ils s'en saisissent et te font plier.
Puis, de toutes façons, j'ai pas peur.
Alors je n'ai même pas à jouer la comédie.
Je sais que, dans le pire des cas, ma baguette est dans ma poche. Ils ne feront pas long feu.

Un des deux types commence à vouloir parlementer.
Geste agacé de ma part.
Pas envie de parler.
Surtout avec des types comme eux.

-Allez faire la fête ailleurs et laissez-nous tranquilles.

Encore des paroles débitées au ciel.
Comme quoi ils sont là en amis, blablabla.
Je les fusille du regard. J'suis vraiment pas d'humeur.
Des minutes abandonnées à la nuit. Ils abdiquent. Finissent par poursuivre leur chemin.

Je me tourne vers la fille sur le banc qui n'a pas décoché un mot depuis le début.
Je la regarde.
Elle me dit quelque chose.
Vague souvenir.
C'est un peu loin.
Mais il est possible qu'elle soit une Gryffone.
Une sorcière, quoi !
J'tombe sur une sorcière en pleine nuit au milieu des docks !

Mais... pourquoi elle bouge pas ?
Elle est droite.
Elle est immobile.
Un air éveillé et pourtant... Non. C'est vide. Vide dans sa coquille corporelle.
Elle est là sans être là.

-Eh, je commence en la secouant un peu. Eh, qu'est-ce que tu fais là ?

Yue Tsukaï
Yue Tsukaï
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Yue Tsukaï, le  Mar 11 Juil 2017 - 14:58

Le silence s’éprenait d'elle
Son souffle lui vrillait les oreilles
Ses bras l'enroulaient, très prudes,
La plongeaient dans un état de béatitude

La brume quémandait un passage
Secouant sa fourrure sauvage
Le froid mordait ses joues
Sa vision devenait floue

Puis un bruit,
Yue n'était pas sûr d'ou cela venait.
Des voix, une conversation, des bribes de mots.


-Eh, d'moiselle, t'sais qu'c'est pas prudent de traîner seule aussi tard ? Tu pourrais faire de mauvaises rencontres.

Elle n'avait pas le temps de s'occuper de quiproquos.
Elle pouvait le sentir, le bateau arrivait,
Dans la nuit.

Mais la nuisance sonore continuait
Flot inlassable
Discontinu


-T'as d'la chance d'être tombée sur nous.

Elle les entendait mais ne les voyait pas
Elle ne désirait pas les voir

Elle restait assise, sereine
Savourant la caresse du vent,
Elle attendait que l'heure vienne
Comment en serait-il autrement ?

-Vous avez rien d'autre à faire que traîner ici ?

Un bruissement se fit entendre,
Yue saivait que c'était elle.


-Allez faire la fête ailleurs et laissez-nous tranquilles.

Au loin la cloche retentit
Une masse noire approchait silencieuse
Sa proue séparait les eaux aguerries
La fumée s'échappait de ses cheminée, audacieuse.

Yue se redressa, c'était l'heure.
Pour qui sonne le glas.
Un battement de cœur
J'irais ou tu iras.

Et dans le calme renouvelé, sa voix plus forte qu'un roc.


Eh, qu'est-ce que tu fais là ?
 
Elle pouvait la sentir, sa main sur son épaule comme un choc.

Une hésitation,
Un regard,
Une respiration,
- Maman ? Tu es en retard.

Devant elle, elle se tenait
Grande et fière,
Un sourire aux lèvres.
Yue posa sa main sur la sienne.

Forme abyssale
Spectre de son imagination

Voici alors ce lieu ou s'étendait ce mensonge
Ou rien n'était contrôle, ou rien n'était vraiment vrai
Là ou elle l'avait aimé, ou le réel se taisait,
Yue l'attendait dans ce songe.

Un sursaut,
Elle se réveillait,
Un hoquet de surprise.


Dernière édition par Yue Tsukaï le Mer 13 Déc 2017 - 15:34, édité 1 fois
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Kohane W. Underlinden, le  Sam 29 Juil 2017 - 17:01



Y'a la flamme vacillante dans son œil.
Alors que je la secoue sans trop la brusquer.
J'sais pas ce qu'elle fiche ici. Pourquoi elle a eu la bonne -ou mauvaise- idée de déambuler si tard dans ces coins si peu passants. La nuit, tout dort au bord de l'eau. Le fleuve lui-même paraît prendre du repos. Il est calme. Serein. Rien pour le déranger. Sauf lorsqu'au beau milieu du tissu nocturne, un corps vient à tomber -volontaire ou accidentel, qu'importe. Le fleuve se remet alors en mouvement, charriant le corps immobile au grès du flux et du reflux. La nuit s'anime alors des cris et précipitations pour sortir le malheureux de là. Même si, parfois, rien de tout ça. L'inconnu tombe sans bruit. Juste le fleuve pour témoin de sa chute. Et tout continue de dormir.
Mais, ce soir, ce n'est pas le cas.
Pas que je sache, en tout cas.
Depuis mon poste d'observation au milieu de la brume, j'ai pas entendu de plouf.
Ce soir, cette nuit, c'est calme.
Et tout dort.
Sauf cette fille.
Quoique... peut-être qu'elle dort aussi ?
Peut-être qu'elle est comme tous les autres, blottie au fond de son lit. Et c'est son esprit, son double qui est là. Qui ne mesure pas le danger de l'heure.
Dingue, comme nous sommes soumis au Temps.
Y'a le moment où on peut sortir.
Puis, une fois que les aiguilles ont passé un certain stade, toutes portes doivent être verrouillées et rien n'a à bouger.
Sauf si on est habitué.
Au nocturne. Aux rues noires de nuit. Aux ruelles désertes et grinçantes sous le pas.
Sauf si on est habitué.
Aux déambulations sous clair de lune.
Aux perditions sous les étoiles.
Mais quelque chose me dit que cette fille ne fait pas partie de ces catégories-là. Comme si c'était presque une erreur, qu'elle soit ici.
Comme si c'était pas voulu, sa présence.
Elle n'est pas à sa place ici. Y'a une fausse note quelque part. Ce n'est pas dans cet endroit quel devrait se trouver.
C'est ailleurs.
Loin de là.
Dans un chez-elle douillé.
Loin de l'humidité des docks, des rencontres douteuses qu'on y fait et de la brume qui masque les regards.



Quelques mots s'échappent de ses lèvres.
Un fil que je saisis pas.
Je ne suis pas assez rapide pour l'attraper au vol.
Pourtant, je l'ai entendu.
Et je ne l'ai pas compris.
A croire qu'elle me confond avec une autre. Tout en étant sacrément bigleuse. On a quoi... cinq, six ans d'écart ? Tout au plus. Comment peut-elle me prendre pour sa mère ? Je fais si vieille que ça ?!
Mais, en même temps, elle ne paraît pas dans un état normal.
On dirait qu'elle flotte.
Dans les limbes du sommeil.
Elle court. Après ses rêves.
Elle s'est endormi ici. Sur ce banc. Je viens de la réveiller.
Elle sait pas trop où elle est. Elle me prend pour sa mère. Elle rêvait de sa mère. Elle lui dit qu'elle est en retard. Elle l'attendait ? Elle attendait le bateau qui devait la ramener ?
Tant de questions.
Je sens sa peau. Sur la mienne. Sa main. Qui se pose.
Je n'ose plus bouger. Je n'ose plus la secouer. J'attends simplement la suite. Je ne la laisserai pas. Seule. Ici. Je la ramènerai. Chez elle. Elle y sera plus en sécurité.
Et soudain, un mouvement dans son corps, un hoquet, elle semble reprendre ses esprits.

A la lueur du réverbère, je plonge mon regard dans le sien.
Ce n'est plus le même.
Ce n'est plus celui d'avant.
Celui-là est bien plus conscient.
Lucide, devrais-je dire.
Celui-là, c'est le regard de la fille éveillée. Et surprise.
Je me recule légèrement. Pour ne pas l'effrayer. Lui laisser son espace vital. Et lui faire comprendre que je ne suis pas là pour lui vouloir du mal.

-Tu t'es trompée, je commence, d'un ton doux. J'suis pas ta mère.

J'suis pas aussi vieille, na mais oh!

-C'est elle, que tu attends ici ?

Mon regard fait un tour des lieux.
Les docks endormis.
La brume qui empêche de voir loin.
L'ambiance silencieuse.
Il ne risque pas d'arriver quelqu'un à cette heure-là. Sauf des fêtards, des alcoolisés et des gens habitués aux éternelles balades nocturnes. Mais rien de très maternel. Du moins à mon avis.

-Je ne pense pas qu'elle vienne maintenant. Il est tard, tu sais. Je te ramène chez toi ? C'est plus prudent d'être à deux.

Contenu sponsorisé

Dans une nuit Brumeuse - Page 13 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Contenu sponsorisé, le  

Page 13 sur 16

 Dans une nuit Brumeuse

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.