AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 15 sur 16
Dans une nuit Brumeuse
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Ven 24 Aoû 2018 - 8:45


Ce qu'il reste
 


PV 84
♫♫

La brume. D’infimes gouttelette d’eau étouffantes au souvenir d’un brouillard plus épais, plus dense chassé de décision et de relent de culpabilité. Mais pas ce soir. Ce soir, ce n’est qu’un manteau léger permettant de la couper du monde quelques secondes, de faire comme si elle n’était qu’un élément du décor nocturne qui attend l’éveil du soleil. Illusion trop douce pour masquer la vérité.

Un mot tranchait la solitude et l’attente. Une marque de politesse arrachant sursaut et haussement de sourcil sans prodiguer le moindre écho. Un masque inconnu, et le soupir lourd empli de déception.  De nouveaux traits, une nouvelle silhouette, pas celle désirée, encore une fois… L’impression qu’au final une redondance désagréable se jouait une fois de plus. Au moins cette fois-ci le ciel ne pleurait pas torrent. Fausse tentative de ne rien laisser transparaitre.

La déception primaire détournait les yeux vers l’horizon invisible, se contentant finalement d’un faible « Bonsoir, que..» . Demande asphyxiée dans un bruissement d’aile familier et une bouille emplumée reconnue. Les sourcils se fronçaient, les opales dansaient entre l’Ombre et l’animal. Pas de missive à la pâte et les explications ne venaient pas pour autant. Les suppositions s’échafaudaient rapidement, se chevauchant entre-elles, étourdissantes, désagréable. L’estomac se vrillait, quand le cœur se serait à l’idée que Crumble ne confiait pas ses missives sans raison à autrui. L’envie de demander lui brulait les lèvres. Besoin de savoir, de comprendre. Pourquoi, toujours, les acteurs de sa vie devaient changer. Comme dans une mauvaise comédie.

Mais c’était d’un soupir que l’enfant se laissait abattre, les épaules basses, les prunelles sur l’oiseau pour tâcher de se concentrer sur autre chose que son désir de s’offusquer d’être ainsi à nouveau donnée à une autre paire d’interstices inconnues. « Merci de l’avoir ramenée. Je suis navrée qu’elle n’ait pu trouver le destinataire original… Dois-je comprendre que je l’ai déçu ? » ou qu’il lui est arrivé quelque chose ? . Les derniers mots restaient bloqués dans la gorge dans une remontée acide de bille déglutie lentement. Ne pas imaginer le pire, ne pas se dire que même les Ombres chutaient à disparaitre réellement. Ne pas laisser place à ces possibilités morbides assourdissantes et s’accrocher à ce qui pouvait faire encore plus mal : être devenu qu’un sujet de déception au seul qui lui avait tendu la main.

Machinalement, l’incisive s’était plantée doucement dans la chair molle de la lèvre inférieure. Persuadée d’avoir fait le bon choix en droguant sa cible pour la faire parler, la gamine ne voyait pas comment elle aurait pu se tromper, mais peut-être que si… Peut-être qu’elle avait mis trop temps, trop fait en sorte de sa « victime » se sente en confiance… Ses manières étaient peut-être encore trop douces au poins qu’iel en décide de l’abandonner à son tour…. La morsure s’intensifiait volontairement, créer une douleur pour ne pas pleurer, ne pas laisser le palpitant saignant des pertes récurrentes s’exprimer… essayer, de lever le nez, planter le regard fixe dans le fer travaillé et avaler sa salive avec peine pour réussir à demander « Il… Il ne lui est rien arrivé ? » Dans une supplique de dernier espoir.

Ironie que s’enquérir de l’état d’un mage de noir. Un de ces êtres qui n’avaient de toute évidence que faire des pertes humaines. Mais les mots brulaient la langues, l’esprit se languissait d’être rassuré que certains choses restaient immortelles même si ce n’était que pur mensonge. Préférer être un échec plutôt que subir l’image d’un corps inerte de plus dans son petit univers étriqué… Les mirettes attendaient, ne cillant pas à la brise humide, se raccrochant au bois dans la poche, pourtant bien incapable de réconforter les craintes.
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Dim 26 Aoû 2018 - 0:46

Elle a un soupir qui se meurt au creux des lèvres, tu le vois, tu l’entends. Mais tu ne dis rien, tu la laisse prendre conscience de ce qui t’amène, de la raison de ta venue.  Qu’elle pose la question qui, tu t’en doutais, lui brûlait les lèvres. Parce que la missive ne t’était pas adressée, et que, pour autant, c’était toi qui étais présent face à elle, qui devait faire face à ses questions, à ses incertitudes. Et puis, toujours, la guider vers cette Cause qui était tienne. Qui était votre.

Alors tu l’écoutes, qui te demande si elle l’a déçu, et s’il lui est arrivé quelque chose. Tu sens dans son regard qui s’humidifie toute une tristesse que t’avais pas vraiment prévu. Les Mangemorts ne sont pas des nounous, tu n’es pas supposé faire dans les sentiments. Alors d’une voix sans faille, tu laisses s’extirper un « Je ne puis vous le dire, le masqué concerné a tout simplement … disparu … ». C’était la vérité. Et tu n’en savais pas plus alors il serait difficile de rassurer la jeune femme sur ceci.

Tu vois sa dent qui se plante dans sa lèvre, qui tente de contenir la tristesse qu’elle camoufle. « Dites m’en plus sur cette mission Miss Ellis, je suis tout à votre écoute même si je ne suis pas le masque que vous attendiez ». Un passage de la main devant le métal sur ton visage. Qu’elle comprenne que tu n’étais pas un ennemi, qu’un guide, tout au plus, destiné à l’aider dans sa quête de compréhension à la Cause. Rejoindre l’unicité de celle-ci. Pour annihiler ce secret magique qui représentait des chaines à vos poignets, à vos chevilles.

Alors tu attends que la réponse se fasse, qu’elle te délivre cette mission qu’elle semblait avoir mis du cœur à faire. Tu es donc là, dans l’attente, de ce qu’elle pourrait bien te dire, te demander. Tu complètes d’ailleurs ta réponse « Vous me voyez navré de ne pas être celui que vous attendiez, néanmoins, sachez-le Miss Ellis, je saurais être un parfait guide pour votre chemin parmi les Ombres. » et tu laissais le silence finir pour toi, car il n’y avait rien d’autre à ajouter.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Lun 27 Aoû 2018 - 19:35


Ce qu'il reste
 



Disparu….
Le seul mot qui résonnait en boucle à chaque jour de plus qui passait. Ce mot était le seul existant, le seul que tout le monde avait sur la langue en ce moment, le seul capable de mouiller les prunelles, de tordre les viscères et poser sur les épaules un poids plus lourd que le reste. Comme si ce n’était la seule et unique possibilité en ce moment, vivre, puis disparaitre dans l’indifférence de tous. Comme si c’était forcément « normal » comme réponse.

Normal

Tout devait l’être toujours et tout le temps. Chaque évènement, chaque choix, chaque rencontre se devait de l’être pour ne pas se laisser abattre. L’enfant avait cru le comprendre par le passé, mais ne pouvais retenir son cœur de se serrer. Une image de plus qui disparaissait de son monde, qu’elle fut bonne ou mauvaise aux yeux des Autruis, elle lui était utile, l’avait aidé, lui avait faire comprendre qu’elle pouvait être utile, que l’inconsistance pouvait fuir, et être noyée… Et maintenant ? Il fallait reprendre à zéro avec un inconnu, avec quelqu’un qu’elle ne voulait pas voir, pas entendre, pas écouter. Les larmes voulaient juste se libérer, fuir, en toute tranquillité, pour elle, pour lui pour eux tous, pour ce qu’elle ne trouvait pas normal, pour pouvoir juste par se contenir.

Juste être vrai…

Au lieu de frotter d’un revers de manches les cils humides et de scruter un point invisible dans la brume.  Essayer de se concentrer, ne pas laisser le « reste » s’exprimer. Ne pas se laisser aller à cette peine, mordre la chaire de la joue et laisser les rétines bruler sans rien faire pendant que les mots du matricule inconnu assuraient sa présence en tant que guide. La vision se brouillait instantanément quand les mains se serraient sur le tissu des poches de la cape couleur nuit. « Je… ». S’offusquer, s’énerver, ou juste abandonner d’expliquer. En gamine abandonnée, les mèches blondes finissaient par glisser en avant, fermant les yeux, posant toute son attention sur le clapotis de l’eau. Trouver un point de repère, un pauvre pouvant encore agir pour réussir à élever la voix et répondre sans se perdre dans l’attente posé sur le masque qui avait disparu.

– J’ai dû droguer avec véritasérum la concierge de Poudlard pour m’assurer qu’elle n’était pas un ennemi aux Ombres. Ça a été fait, comme demandé. Mais elle aussi a disparu…

Evaporée depuis plusieurs jours aussi. Plus de présence dans le château à vérifier si vous ne trainiez pas dans les couloirs en pleine nuit, et le remord grandissant d’avoir fait une erreur dans la dose à faire avaler, qui pouvait mettre ma cible en danger après son départ. Et puis ce mensonge utilisé pour l’approcher, utiliser Lïnwe pour obtenir un tête à tête, juste pour espérer rendre fières des prunelles invisibles dans des interstices…. Passer son temps à se dire qu’elle devait pas, mais qu’il fallait, et maintenant… Les sentiments contraires qui se mêlaient violement, se bousculaient dans sa tête, murmurant que c’était sa faute cette fois aussi, qu’elle n’aurait pas dû, que c’était pour ça que l’Ombre qu’elle attendait s’était volatilisée aussi… Et une perle d’argent qui s’écrasait sur le haut de la main avant de relever le nez vers les traits de fer, le regard mêlé de froideur et de déception.

– …Un parfait guide ? C’est ce que vous avez dit ? Pour disparaitre aussi à votre tour ? A quoi bon ? Vous allez me câliner la tête vous aussi pour juste … pour juste … Pour juste vous volatiliser sans prévis ? Car c’est supposé être normal ???

L’incompréhension, les brides de colères perlaient sur les joues rebondies encore enfantin. Un espoir piétiné. Les convictions qui dégringolaient en flèche. Si les Ombres elles même n’étaient pas capable de rester à quoi bon continuer ? A quoi bon espérer quoi que ce soit ? Il allait lui dire, lui là ? Ou juste lui verser des banalités sans la moindre implication ? ce n'était pas ce qu'elle voulait... Elle voulait... elle ne le savait pas elle même, et se contentait de fixer le masque, la trainée d'argent mourant sur son menton


Dernière édition par Elhiya Ellis le Lun 27 Aoû 2018 - 21:04, édité 1 fois (Raison : Mise en page)
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Lun 27 Aoû 2018 - 20:56

Une détresse au cœur de la nuit, dans ses yeux qui se ferment. De l’énervement que tu sens poindre dans le creux des mots que te sers la jeune blonde. La mission qui se délivre, d’une traite. Aucune réaction de ta part, tu restes là, à attendre. Tu sais que la colère, la rage viendront bientôt, que la jeune femme te portera responsable de cette disparition, et qu’il est possiblement probable qu’elle refuse ton aide. C’était si prévisible.

Et la prévision tombe juste. Alors qu’elle essuie une larme sur sa joue, elle se confronte à ton masque, elle cherche ton regard. Et elle se lance dans ce qui ressemble à un joug verbal, à un besoin d’expier cette douleur qui rognait son cœur, sa chaire. Tu écoutes, mais derrière ton masque de fer, tu ricanes. Car tu n’es pas de ces Mangemorts qui prennent par la main, qui amène d’un point A à un point B. Non, tu réveilles les consciences, tu soulages les douleurs, éventuellement. Tu apportes une aide, mais tu ne fais pas à la place des autres. C’est à eux de te prouver leurs forces, leurs caractères.

« Les masques vont et viennent, il est vrai ». Acquiescer car tu énonçais une vérité. Il faudrait mentir pour dire le contraire, et la franchise, chez toi, était importante. Soutenir une Cause en délayant dans la population des mensonges, ce n’était pas ton genre. « La Cause unit des forces, des masques, des personnalités. Qui vont et viennent au grès de leurs propres vies ». Ou de leurs propres morts, car embrasser la Cause était forcément synonyme de pertes éventuelles. « Il faut savoir l’accepter Miss Ellis ».

Une pause alors que ton regard se détourne d’elle, alors que tu te détournes d’elle, sur quelques mètres. A peine. Avant de te retourner. Subitement pris d’une idée. « Vous savez, Miss Ellis, un masque reste un masque, d’autres veillent, surveillent. Si vous n’êtes pas prête à cette idée alors … que puis-je faire pour vous ? ». Tu savais pourtant qu’elle avait de l’intérêt pour cette cause, mais cette peur de l’abandon qu’elle arborait pouvait mettre à mal ses éventuelles missions. « Sachez Miss Ellis, que je vous connais, que je sais sur vous des choses, sans même vous avoir rencontré cependant. Et que mon rôle est bien loin d’un simple câlin que vos parents pourraient vous offrir, je ne suis pas là pour ça ». S’éloigner encore de quelques mètres. Ne pas vouloir partir, non, juste qu’elle comprenne l’intérêt de ta venue.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Lun 27 Aoû 2018 - 22:52


Ce qu'il reste
 

Elle ne cillait pas. Ne bougait pas. Accrochée aux lèvres fantômes et leur laius. Des banalités. Ce n'était que de logique et  fadaises balancées à tout un chacun que ce masque avait choisi de lui répondre. Un gouffre avec le Manquant. Une distance soudaine avec le rappel de la Cause, de ce que ca impliquait, de la dure réalité de ce genre de choix. Cette prise de parole ne servait à rien sauf... à la remetrre à sa place. Place qui n'avait jamais vraiment été définie à proprement parler. Et le souvenir du disparu qui martellait la tête pendant que le discours continuait. Elle entendait parfaitement la pluie tomber sur ces quais, revoyait que trop parfaitement le moment où elle avait décidé de suivre une route qui lui semblait logique. Les images nettes quand elle comprenait que l'appitoiement n'était d'aucune utilité, et irritabilité qui n'avait de cesse de se contenir pour ne pas laisser la voix s'élever.

Une baffe, un sort, une torture psychologique, n'importe quoi lui aurait semblé plus approprié que ces palabres. Mais non, rien. A la place d'un mouvement de baguette, juste des mots qui sonnaient faux. Elle avait deja accepté tout ceci  il y'avait un moment. C'etait juste... le disparu de trop.. un repère en moins et les lecons inculquées qui semblaient s'être fanées en même temps... Alors la petite morale, ce départ, glissaient sur ses larmes sans qu'elle ne tressaille... qu il parte ou qu'il reste. Ca changeait quoi aprés tout ?

Mais le départ marquait une pause, puis une question. Un frocement de sourcil trahissant une nouvelle incompréhension de l'enfant trop troublée pour jouer aux devinettes. Cette interrogation n'avait pas vraiment de sens à ses yeux. Incapacité à réfléchir correctement malgré les tentatives de se ressaisir et ne pas laisser encore plus d émotion parler dans le vide. Impossible avec ce mot de trop : parents.

-Mes parents?

Les mirettes s'étaient écarquillées pour se plisser avant de balayer d'une manche humide les perles d'argent en surplus. Quel rapport avec ses parents? S'il était question de simple présence rassurantes capables de bercer d'illusion un nourrisson ca aurait été au près de Lhow qu elle aurait été chouiner et non dans ce coin. Pour quelqu un qui disait la connaitre de toute evidence il y avait des loupés. Des loupés qu elle n'acceptait pas.  Ce n'était pas car il s'attendait à autre chose sous son masque de fer qu'il pouvait se permettre de douter d'elle. La colère brûlait les lèvres, et sur le palpitant meurtri tout ceci sonnait comme une simple provocation que l'enfant saisissait.

-Si c'était de reconfort que je voulais pourquoi serais-je ici et non ailleurs? Vous me connaissez? Alors pourquoi me rabâcher ce que je sais deja? Oui je sais parfaitement qu'il y a forcément des pertes. Cela n'interdit pas de les regretter  même si j'accepte ce genre de chose!

Du moins en theorie.. c'était toujours plus délicat quand les pertes la touchaient personnellement. Le ton avait monté, guidé par une colère mal placée qu'elle forçait à assagir en se remémorant ce qu'elle avait dit à  91... une profonde inspiration malgré le sang qui montait au tempes, et le soupir désabusé de l'aveu que cette Ombre avait raison... si c était pour rester qu'une gamine inconsistance, autant n'avoir jamais mis les pieds ici.

-Du coup, que puis-je pour vous? Si vous prenez sa suite, je suppose que je sois attendre .. une suite?

La machoire était toujours serrée. Le ton toujours criant de reproche. Mais au moins tachait-elle de faire face, ou du moins de mettre de côté sa peine pour savoir si cette venue avait un but autre que lui dire que quelqu'un ne serait plus à l'appel.
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Mar 28 Aoû 2018 - 19:13

La cape vole sur tes chaussures, tu t’en retourne, prêt à disparaitre dans les effluves de la nuit. Mais la jeune fille te retient, le mot trouve écho dans son esprit et elle semble en colère de cette allusion à ses ascendants. Mais qu’importe, tu ne composes pas avec l’ego ou la fierté de tes interlocuteurs. Tu restes de marbre face à la suite de son discours, si elle n’ignore pas qu’il y a des pertes, alors elle doit apprendre à y faire face, à rester digne. Car sinon, elle sombrerait dans une détresse qui ne serait pas utile à l’Ordre, et vous n’êtes pas des baby-sitters. Loin de là.

Tu n’as rien à répondre, alors tu ne reponds rien. Et tu attends la suite. Car quiconque souhaite faire ses preuves attends à minima quelque chose. Et la demande, d’ailleurs, ne tarde pas. Elle veut savoir ce qui l’attend, ce qu’elle doit faire. Et tu souris sous ton masque. « Voilà un comportement qui me sied davantage Miss Ellis ». Garder cette distance avec elle, toujours. Mais lui faire comprendre lorsqu’il y avait un sentiment de fierté. Pour conserver cette petite braise qui n’attendait qu’un souffle pour s’embraser.

Un demi-tour qui s’effectue et ton regard sous le masque de fer qui la jauge et la juge. « Allez-vous nous décevoir Miss Ellis ? ». Mouvement oscillatoire sur tes deux jambes, t’espère qu’elle dispose du cran qui compose les membres de l’élite, sinon, tu t’en iras sans un regard pour elle. Sans un espoir non plus. Tu n’attends pas la réponse, que tu lances « Il me semble, Miss Ellis, que vous travaillez dans une boutique réputée ». Une pause alors que ton regard ne quitte plus les prunelles rageuses de la sorcière « Une boutique qui, de surcroît, se trouve sur Pré-au-Lard … Soyez nos oreilles, parmi vos clients, bien entendu, mais également aux côtés de vos collègues commerçants, dans les autres établissements … Peut-être pourrez-vous trouver de quelconques informations qui pourraient nous être utiles, n’est-ce pas ? »

Tes yeux regardent par-delà son âme, par-delà cette image qu’elle t’offre, d’enfant perdue, malmenée par les Ombres dans lesquelles elle a cru. Et tu es encore une nouvelle âme qui vient la vider de sa substance, qui vient t’assurer de son partisanat. Bien entendu, ce n’était sans doute pas évident pour elle, mais qu’importe, tu ne faisais pas dans le sentiment.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Mer 29 Aoû 2018 - 15:32


Ce qu'il reste
 


Une suite…

Voilà bien la raison de sa présence ici. Normal. Prouver encore une fois, à un masque inconnu, que oui, on ne changeait pas de direction pour autant. Que non, ce n’était pas parce qu' il faisait mal de perdre ce qui pouvait servir de repère qu’on reviendrait sur les paroles confiées. Un inspiration lente et longue, pour calmer le palpitant qui voulait s’offusquer qu’on ne lui laisse pas plus de temps pour s’en remettre, et se contenter d’attendre, de nouveau sur ses pieds, ce qu’on voulait d’elle.  Comme si elle était en état d’aller de nouveau jouer les pions trimballés d’un coin à l’autre de l’échiquier sans le moindre intérêt.  Une pointe de compassion avait été attendue. Surtout de la part d’une Ombre perdant un de ses propres acolytes. Mais non, à la place ce n’était une gratification verbale qu’il lui était offerte. La gosse n’en avait que faire.  S’il fallait prétendre avoir bien plus important que la disparition des personnes qui composaient l’ordre, à quoi bon dispenser des gouttelettes de satisfaction à un comportement attendu et affiché ?

Pas de réponse, pas de lumière divine à ce genre d’interrogation, juste la certitude que l’attachement offert au matricule perdu ne glissait pas sur celui-ci. C’est différent, une piqure de rappel à ses propres paroles, sur ces quais, à sa propre offre, à sa propre demande posée dans les mains d’un autre. Mais la finalité était la même :  son utilité ne pouvait s’éveiller que si elle faisait ce qu’on lui demandait. Les enfants capricieux ne fournissaient intérêt et valeur qu’en petites marionnettes dociles, elle n’avait pas oublié et malgré le sourcil froncé à l’écoute de la requête redondante, Elhiya acquiesçait d’un signe de tête.

Écouter, observer, tendre l’oreille, au travail cette fois-ci, comme avec sa patronne dont elle savait être contre l’Ordre, comme à la fête foraine où le petit phénix avait volé au-dessus de la table. Juste continuer à faire les souris et rapporter les certitudes, s’il y’en avait. « Bien. Et concernant ce que 40 m’avait demandé ?  Dois-je faire quelque chose de spécial ? Ou juste veiller à ce qu’il n’y ait pas d’impairs ou d’écarts ? » Juste s’assurer qu’elle n’avait rien de plus à faire que garder un œil sur Fanch, l’endoctrinement n’était pas son fort, quand à faire la morale encore moins. La mission en question l’avait un peu décontenancée, le résultat encore plus, mais il était trop tard pour reculer, ne restait qu’à s’assurer que l’interlocuteur sache de quoi elle parlait. « On m’avait envoyé un élève de ma maison, j’étais supposée le retrouver et surtout le soutenir. Il y’a-t-il désormais des attentes supplémentaires ? » Au point où elle était, autant continuer à serrer les dents et prendre les nouvelles consignes tant qu’elle pouvait se focaliser sur les brides de colères sous-jacente qui l’empêcher de se demander ce qui avait bien pu se passer pour le neuf et le un.

Mirettes fixes, se contentant de scruter les interstices, maugréant intérieurement. L’envoyer en quête d’information sans même lui dire son matricule pour  le recontacter.


Dernière édition par Elhiya Ellis le Ven 7 Sep 2018 - 9:34, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Jeu 6 Sep 2018 - 23:23

Il y a dans sa voix une sorte d’acceptation, de renoncement, de compréhension. La jeune femme te surprend autant qu’elle t’intrigue. Sa capacité à l’annihilation, cette envie de poursuivre, malgré les expériences précédentes vécues auprès de matricules disparus. Un sourire né sous ton masque, pourquoi ? Était-ce les remontrances venues quelques instants plus tôt qui avaient fait naitre dans le cœur de la jeune fille une envie de faire ses preuves ?

Qu’importe, les sentiments t’intéressaient peu. Seul le résultat comptait, seule son intégration à la Cause, son acceptation pleine et entière te concernait. Et elle détaille une mission donnée par un prédécesseur masqué, tu hoches la tête. « Qu’importe, gardez un œil sur lui, sait-on jamais ». Tu t’assurerais auprès du Maître ce qu’il fallait faire pour cet élève à surveiller.

Ta silhouette fait demi-tour, prête à transplaner dans les couloirs sombres et froids d’Hollow, mais ta cape retient un mouvement, tes yeux se figent à nouveau sur la blonde. Était-ce cet air soucieux sur son visage qui te fit faire ce mouvement ? « Avez-vous une dernière interrogation pour moi Miss Ellis ? ». Le sous-entendu était clair, si elle avait quelque chose à demander, c’était le moment. Après tu redeviendrais une Ombre et tu la laisserais seule face à la nuit, face à ses démons personnels qu’elle devrait, tôt ou tard, affronter. Une œillade vers la Lune, en attendant la réponse de la sorcière. Peut-être n’avait-elle que des reproches à formuler ? Si tel était le cas, elle n’obtiendrait aucune réponse de ta part.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Ven 7 Sep 2018 - 10:26


Ce qu'il reste
 

« Qu’importe »…


Oui, rien n’importait vraiment tant que les pions se contentaient de rester sur les petites cases sur lesquelles ont les avaient placé..... Logique....  Un soufflement du nez machinal, une petite morsure interne de la joue pour contenir les mots, rien de plus, rien qui ne pouvait être utile, rien qui comptait... Un accord non verbal, elle veillerait sur son collègue de maison, l’aurait fait même sans que ce ne soit un ordre, même sans ce serment passé, juste car il était de ceux qui restaient encore présent, de ceux, trop jeunes qui ne devaient pas disparaitre à son tour. Et puis, vu que ce genre de mission semblait n’avoir été que simple divertissement, elle pouvait bien en faire ce qu’elle voulait désormais ?

La question ne glissait pas hors des lèvres toujours pincées, se contentant de rester dans un coin de la tête embrumée. Elle avait besoin de temps, seule, pour remettre les idées en places, les accepter, les adopter, même si le mensonge ne pourrait suffir à se dire que tout était parfaitement normal. Prétendre uniquement ne suffisait plus, mais c’était tout ce qu’il restait... Les ombres mouvantes s’étirant sur le sol capturant son attention. Un départ de la présence aussi courte qu’éphémère s’annonçait. Quelque part la déception s’éveillait. Le regard fuyait, toujours humide, fixant le clapotis invisibles de la Tamise, patientant juste l’opportunité de pouvoir rejoindre Solitude et ivresse de douleur d’enfant. Mais une question s’élevait, arrachant les prunelles à leur perdition.

Pas de surprise, juste une lassitude à ce genre d’offre. Comment croire qu’il n’y avait jamais de besoin de comprendre, savoir, connaitre ce qui motivait les raisons, les absences, ou les disparitions ? ce n’était qu’utopique ou terriblement hors de la réalité…. Mais chacune de ces demandes restaient enfouies, au fond des entrailles, les retournant en poison chimérique.

- Je vous recontacte comment ? Vous serez me trouver et je n’ai point besoin de votre matricule je suppose ?

Pointe d’aigreur. A quoi bon demander vu que rien n’importait, vu que n’importe qui pouvait venir lui demander un rapport, vu qu’il fallait se moquer des interlocuteurs, n’en faire aucun de privilégié et se contenter de se raccrocher à un objectif commun, se foutant du reste ? D’ailleurs pourquoi lui avoir rapporté sa chouette à ce compte-là ? Pourquoi lui avoir dit que certains étaient manquants ? Pourquoi ne pas juste se contenter de venir, utiliser sa disponibilité et repartir, le tout sans le moindre mot ? Ce serait plus simple, plus facile. Rien n’a attendre, rien à croire, ne se sentir concerné que par ce qu’on lui demandait et rien de plus. Le masque voilait-il la face à ce point ? Ou les opinions se laissaient-elles trop bercées de songes personnels ?
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Lun 10 Sep 2018 - 23:23

Au demeurant, Ellis était une âme bien surprenante. Tu le savais, bien entendu, pour vos autres rencontres. Elle, forcément, ignorait tout de ce qu’elle trouverait sous le masque. Ni âme charitable ni âme admirable, qu’un.e simple sorcier.e qui donnerait sa vie pour une Cause que tu as trouvé juste et noble. Tu es sur le départ, la jeune sorcière en prend-t-elle conscience ? Est-ce pour cela qu’elle laisse s’échapper une question, une demande ?

Le sourire sous ton masque s’agrandit. Au travers son questionnement, tu perçois aussi son agacement, cette sensation que tu connais aussi, que d’être abandonné par les visages connus, par les âmes dont on se sentait proche. Mais tu ne dis rien, tu laisses passer un silence, doucement, tranquillement. Il ne servait à rien de brusquer les choses, quand bien même la jeune femme était avide de plus, il fallait conserver une distance. Cette distance qui protège l’identité. Bien précieusement.

« Voilà une question intéressante ». Non pas que les précédentes ne le soient pas, mais elle montrait son engouement à vouloir d’un visage connu comme interlocuteur, et cela t’allait bien.  A défaut d’un visage, elle aurait un masque. Un masque de fer, inexpressif, seulement des cicatrices qui l’ornait, déchiré sur une partie, comme si un loup avait avalé la moitié de son visage. Voilà c’était exactement cela. Tout ravagé. « Quatre-vingt-quatre devrait suffire. Si vous souhaitez me trouver … nous nous trouverons ». Vouloir partir, mais se retenir, tu te feins d’une révérence. « Miss Ellis, dites-moi, que pourrais-je faire pour avoir votre confiance ? ». Après tout, ce n’était pas qu’une partisane comme les autres, tu la connaissais bien plus qu’elle ne le croyait. Peut-être que ce pas vers elle l’aiderait à se détendre. Un peu.

Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Mar 11 Sep 2018 - 16:01


Ce qu'il reste
 


« Intéressante »

Le sourcil s’était redressé, décontenancé, ne voyant ce qu’il y avait de surprenant à demander à qui s’adresser en cas de besoin de retour. Surtout après avoir été envoyée en chien de garde à son propre poste de travail. Ne rien demander aurait été plus surprenant que sa requête actuelle. L’incompréhension zébrait les prunelles ternies, laissant place aux questionnements incertains de savoir si elle se devait, en fait, se moquer d’absolument du moindre interlocuteur qui décidait d’utiliser sa disponibilité pour se trimballer sur l’échiquier de Londres. Étrange manière de voir les choses, perturbante en un sens.

S’il n’était question d’avoir un.e baby-sitter nocturne, il n’était pas plus question de se contenter de partir faire ce qu’on lui demandait pour passer son temps à exposer encore et toujours les mêmes faits à des personnes différentes. Actions chronophages, redondance fatiguante nourrissant ce sentiment de perte de temps ou d’utilité. Mais la réflexion personnelle restait sur la pointe de la langue, sagement contrite derrière la barrière des dents serrées, scrutant juste des interstices délivrant quelques chiffres.  

Possibilité de jouer au loto moldu qui aurait pu faire sourire mais ce n’était que d’un hochement de tête sans le moindre sourire qu’Elhiya répondait. Juste besoin de savoir où envoyer sa chouette rien de plus. Le reste, destiné au neuf et au un, était encore trop ébranlé pour trouver un chemin quelconque dans l’esprit. Ce n’était pas pareil, pas le même masque, pas les mêmes manières, pas la même étrange douceur, forçant les opales à se détourner pour scruter l’horizon invisible. Les choses changeaient toujours, prises dans un tourbillon invisible, mais les sens quant à eux ne se pliaient pas à ces modifications sous un simple ordre glacial extirpé d’une silhouette d’ombre. Il fallait plus, plus que de lui dire que c’était « comme ça et pas autrement ».

L’enfance n’avait jamais fonctionné ainsi, l’adolescence non plus, quant aux prémices de l’âge adulte…. Ils s’installaient au milieu d’un foutoir sans nom qui n’avait de cesse d’augmenter. Ils calmaient l’indolence et l’insolence guidaient obéissance et allégement, mais ne suscitaient pas l’admiration ou la recherche d’approbation. Pour ce genre de chose, l’émergence d’être plus qu’un jouet volontaire entre les doigts était nécessaire. Dur d’y croire après un sermon sur l’obligation de se foutre de ce qui disparaissait au gré du vent. Alors la langue claquait en réprobation. Les prunelles restaient dans le vide, quelques secondes, avant de se tourner, froides, vers les traits inexpressifs, répétant amèrement ce qui dérangeait.

– Confiance ?

Une pause marquée sous le poids du cœur s’enserrait, de l’estomac qui se retournait, des mirettes qui brulaient. A quoi bon parler de confiance ? Quand il n’était question que de s’assurer que les missions seraient faites docilement ? A quoi bon utiliser un mot déjà malmené de part et d’autre par tout un chacun ? Quel intérêt de lui faire croire qu’il serait utile de teinter d’une goutte de ce poison doucereux leurs futurs échange ? La chouette recevrait du miam hiboux et l’enfant un cajolèrent de tête ?  Vaste plaisanterie…

– A quoi bon vu que les Ombres vont et viennent ? Qu’il n’est question que de s’unir sous la Cause et rien d’autre ? Dites-moi ? En quoi ma confiance vous servirait à quoi que ce soit vu que de toute façon, il semblerait que je doive m’attendre à ce que du jour au lendemain vous disparaissiez aussi ?

Le ton était calme, les mots glissaient lentement même si les mains dans les poches se serraient, contenant l’agacement du mieux possible. Les brides de colère ne servaient à rien dans ce cas précis, même si elles grondaient au creux de ses entrailles, forçant l’effort de maitrise de soi. Une mèche blonde inclinée sur le côté, la moue sérieuse aux lèvres se fendait de la seule chose que la gamine supposait être attendue :

-Si vous craignez que mon allégeance ternisse, ce n’est pas car vous n’étiez pas le destinataire de mon hibou qu’elle changera, rassurez-vous. Et…  Si ce n’est pas ce dont il est question, je doute de pouvoir vous répondre sans savoir ce que vous y gagnez-vous à ce compte. Tant que je fais ce que vous me dites, ce devrait être suffisant si je suis vos remontrances légitimes, non ?

Parce que se présenter en simple remplaçant commanditaire semblait normal aux yeux de la gosse, mais réclamer une confiance brisée par la froideur de l’apathie informative, était dur à concevoir sur l’instant présent. La mâchoire se serrait, contenant les larmes qui n’avaient de cesse de vouloir s’échapper, s’engorgeant un peu plus à chaque instant perdu en paroles détournées ou non-dites. Pourtant l’enfant refusait de laisser trop transparaitre, pas comme avec les deux chiffres manquants.
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Mer 12 Sep 2018 - 0:26

Prévoir les réactions comme tu pourrais prévoir l’arrivée d’une journée précédée par sa nuit. Immuable rituel qui s’enchainait. Comme dans les Ombres il était possible de trouver sa Lumière, tu le savais. Tu l’avais toi-même trouvé. Alors Elhiya pourrait aussi l’apercevoir. Comme cette soi-disant lumière que l’on aperçoit lorsque la Mort approche. Ricanement lugubre qui s’extirpe de tes lèvres, qui s’enfuit au travers du masque de Fer. Alors qu’elle répète le mot confiance comme une incompréhension qui pourrait flotter entre vous.

Et enfin, tu sens ses sentiments qui se déchainent, qui s’expriment enfin. Un sourire se dessine sous le masque, de ce genre de sourire qui sait qu’il a passé une barrière, qu’enfin la blonde se confie, un peu. Sur ses appréhensions que tu sais légitime. Non pas que tu les partages. Il faut s’habituer aux pertes, c’était terrible car il fallait toujours reconstruire, mais c’était parfois nécessaire.

Alors d’une voix doucereuse, tu t’exprimes. « C’est avec la confiance que nous construisons, peu à peu, des liens indéfectibles qui nous permettent de réaliser certains actes nécessaires ». Une pause, tes pas tournent autour d’elle, la jauge, la juge. « Regardez-vous ». Une pause, tant dans les paroles que dans les pas. « Vous vous êtes accrochée à un masque, et regardez où vous en êtes. La confiance est un échange, une pierre après l’autre, peu à peu. Apprendre à se connaitre. Vous, comme nous. Ce n’est pas parce que j’ai besoin de votre confiance que je vous l’extorquerai envers et contre tout. Libre à vous de choisir si vous acceptez ou non ».

Les pas reprennent autour d’elle, te rappelle une autre soirée, une autre finalité. Mais tu ne dis rien, tu ne parles pas de cette soirée non plus. Tu la bouscule un peu, tu veux la voir hors de ses limites qu’elle semble s’être fixée. Qu’elle comprenne son importance, au-delà du masqué supposé être le visage de son allégeance. « Vous pensez que vous n’êtes qu’un pion, vous ne voyez qu’avec une vision étriquée du monde, de votre monde, de votre propre personne. Voyez par-delà vos limites Miss Ellis, affranchissez-vous de vos sentiments qui vous retiennent, qui vous maintiennent. Vous êtes une sorcière talentueuse qui se laisse dominer par ses excès de sentiments ». Cela vous perdra. Telle aurait pu se terminer ta phrase, mais tu te garderais bien d’une quelconque mise en garde de la sorte. Tu devais l’aiguiller, l’orienter, l’aider éventuellement. D’ailleurs, la proposition suit, pas vraiment réfléchie, plutôt spontanée « Que diriez-vous de suivre quelques entraînements ? Cela pourrait éventuellement permettre de réduire cette distance entre nous ». Et laisser le silence s’installait entre vous deux, alors que tes pas se sont arrêtés.
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Mer 12 Sep 2018 - 21:09


Ce qu'il reste
 




Les pas sur le bitume de la nuit résonnaient autour d’elle, forçant l’attention attentive, le contrôle passable de soi et le silence en seul maitre. Ne pas laisser quoi que ce soit de « trop » glisser, ne pas laisser le reste parler, ne pas se laisser aller à ce surplus d’émotion. Elle le savait, par cœur. On le lui avait dit, redit, rabâché et répété, tant et si bien que les efforts se faisaient naturels. Une ligne de conduite à suivre malgré la difficulté de l’épreuve, juste pour ne pas perdre pied une nouvelle fois. Alors l’oreille se tendait, les prunelles suivait la silhouette, préférant se taire au ricanement. Rien de sensé n’aurai franchi la barrière des lèvres, autant s’abstenir, quitte à prolonger cet échange ridiculement agacant.

Les mots virevoltaient, inconsistants, fatigants, redondants. Le timbre de voix soudainement doux n’amplifiait que l’envie de voir tout ceci prendre fin. Passé de la froideur à la possible compassion n’était pas ce qu’il fallait, pas qu’elle voulait. Trop déroutant. Les caprices avaient la vie dure et s’accrochaient égoïstement à ce désir de solitude brulant la moindre pensée rationnelle. Les tentatives de culpabilisation, les « regardez-vous », les palabres sur la définition de la confiance, sur le fait qu’elle s’offrait et ne s’extorquait pas, coulaient dans un puits sans fond. Des mots de plus, déjà connus comme les paroles d’une vielle chanson qui n’avait plus aucun intérêt, tournaientt lentement autour de la gosse. Hésitation légère à rouler des yeux, à partir en transplantant, mettant court à cette conversation ou à attendre, poliment comme une docile petite poupée.

Ne pas patienter aurait été préjudiciable vu la suite de l’allocution qui lui était offerte. Un rappel sur la vision d’un monde trop étriqué, le nez qui aurait soufflé si l’obligation de se tenir ne restait pas inscrite dans le fond de la tête. Demander à une gamine de voir encore plus loin que son bout de nez après lui avoir claqué la porte su "c'est comme ça et t'as pas choix" tintait risiblement aux oreilles. Lui répéter ce qu'elle savait n'avait pas beaucoup de sens. Lui rappeler qu'elle se laissait dominer par son ressenti n'avancait à rien. Un simple "Je le sais.." coincé entre les dents avait fui péniblement. Réalité deja existante qui ne méritait pas un tel étendard des changements nécessaire. Les doigts avaient roulésur le bois lotti dans la poche, occupant un peu l'esprit, se rattachant a ce qui pouvait se faire apaisant, gardant l'oreille disponible malgré cette envie vicerale de partir.

Puis une offre, une main tendue en quelque sorte, forcant le froncement de sourcil décontenancé. Les mirettes s'étaient reposées brusquement sur le masque, cherchant à saisir le principe de fonctionnement caché dessous. Impossible de supputer les chemins qui avait mené à cette proposition. Les lèvres restaient entre ouvertes une seconde bien trop longue avant d'arriver à avaler la salive pour parler de nouveau.

- Des entrainements? Pour réduire la distance?

Les mots répétés ne semblaient pas mieux s'imprimer dans la caboche, mais arrivaient repousser cette barrière refractaire à la présence de ce matricule pour en venir a une conclusion très simple.

- Très bien. Cela me semble nécessaire. Que ce soit pour cette "confiance" ou cet affranchissement.  Je veillerai à ne pas vous faire perdre votre temps.

Prémices de promesse, le mieux que l'enfant irrité, blessé pouvait faire pour l heure
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Ven 14 Sep 2018 - 10:18

Le sourire carnassier s’agrandit sous ton masque, parce que tu perçois son agacement, et plus encore, tu appuies dessus. Te faisant un malin plaisir à lui rappeler que qu’elle savait pourtant. Pourquoi faire ? Pour assoir cette autorité que tu avais pourtant en main ? Ou pour la pousser, justement, à donner plus encore que ce qu’elle avait déjà fait ? Pour qu’elle comprenne son importance au sein de l’Ordre, sans doute.

Et la voilà interloquée face à cette proposition d’entrainement, face à cette main que tu lui tends, non sans arrière-pensées. Il fallait qu’elle cesse de te voir comme un ennemi, qu’elle quitte sa zone de confort face aux masqués. Qu’elle apprenne au-delà de ses propres limites. Alors quand elle confirme ce besoin, cette envie, ta tête vacille un instant sur le côté. « Voilà qui est bien sage » qui s’extirpe des lèvres entrouvertes.

« Pour faire simple, je vous propose de nous retrouver la semaine prochaine, au même endroit, pour débuter cet entraînement. Vous pourrez dans le même temps me faire part de vos avancées concernant ma demande ». Ton regard est brillant, un scintillement qui pétille, qui indique à quel point tes espoirs se placent en la jeune sorcière. Mais tu sais aussi qu’il faut être prudent, tu as ressenti sa détresse de ne pas voir le masque espéré. L’apprentissage était long, mais tu savais à quel point Ellis pouvait être surprenante. Alors tu attendrais que le déclic se fasse.

Tes pas t’éloigne d’elle, de quelques mètres, avant un énième demi-tour, posant une question « Est-ce entendu ? », une question qui n’avait pas vraiment de réponse à recevoir, puisque dans un mouvement de cape, tu avais déjà disparu. Transplanant pour Hollow, attendant avec impatience la semaine d’après, voir de quoi Ellis serait capable, si elle osait venir bien entendu.

| Départ de 84 |
Elhiya Ellis
Elhiya Ellis
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Furet)


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Elhiya Ellis, le  Mer 19 Sep 2018 - 13:50


Ce qu'il reste
 


Sage...

Il n'était pas question de sagesse mais de logique, l'enfant le savait, il aurait été stupide de ne pas saisir l'occasion, que l'offrande soit douteuse ou non. Elle avait juste relève les yeux, sans un mot, sans un sourire, l'aquiessement quasi invisible au prochain rendez-vois et l'attente de solitude au bout des cils. L'interrogation sur l'entraînement n'avait eu me temps de naître, mort dans l'oeuf il laissait place au desir de respirer, seule, sur ce quais, afin d'emmagasiner les changements à venir


L'adaptation coutait toujours trop, il lui fallait un peu de temps, en tête à tête avec ses ptopre pensées pour les enlacer pleinement. Le soupir discret regardait l'Ombre disparaître dans la brume de la nuit noire. Un craquement et plus rien pour déranger le clapotis de l'eau. Aucune trace de la rencontre, juste la brûlure des larmes qui auraient voulu s'évader et dont la course semblait inutile.

Les opales, à la place, se perdaient de nouveau sir l'horizon invible. Les pensees voguaient sur l'ocean d'incertitude. Ce qu'il allait advenir restait aussi flou. Ce qui était entre ses mains tout autant. Au moins pouvait-elle poser une flammeche d'espoir dans la rencontre de la semaine à venir? Pas vraiment certaine d'y arriver, seul le chuchoti de l'eau emplissait son esprit qui cherchait une amarre à se raccrocher.

Fin du rp
Alice Grant
Alice Grant
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Alice Grant, le  Lun 26 Nov 2018 - 22:14

Poste unique
FB: Alice à 16 ans
Trigger warning: contenu sensible

No surprises (Radiohead)


- Maman, je sors.
- Avec tes amis?
- Yep.
- Bonne soirée, ma puce.
- Merci.

Tap, tap, les pas.
Clic, clac, la porte.
Clap, clap, les applaudissements.
Tu ne les mérites pas. C'était très mal joué.
Comme toutes les comédies dramatiques...
Avec les rires près-enregistrés.
Qui tournent en boucle dans ton crâne.
Des rires déments de condescendance.
Que la folie est venue glisser là;
Une voix de plus ou de moins...

A heart that's full up like a landfill
...
Bruises that won't heal
...
You look so tired and unhappy


Tu es devenue une très mauvaise actrice, Alice.
Mets-y au moins un peu d'énergie!
Non...
Un peu de cœur!
Non plus.
Un peu d'âme!
Je ne sais pas, ce qu'il te reste...
Tu n'as plus assez pour tromper ta mère.
Elle a un regard inquiet à chaque fois que tu quittes l'appartement, maintenant.
Elle ne creuse pas.
Elle fait bien.
Tu en as assez de devenir le personnage secondaire pathétique d'un film en noir-et-blanc.

Silent, silent
This is my final fit, my final bellyache with
No alarms and no surprises


Il fait noir, et il fait froid.
Même le sourire du Cheshire ne brille pas.
Tu es seule.
Tu es triste.
Tu t'approches des docks.
L'eau est noire, et sûrement froide.
C'est tentant.
Mais tu n'as pas le cran de mourir.
Remarque, t'es pas très vivante non plus.
Tu es déjà bien amochée.
Presque vivante
Presque morte.
Une zombie.
Qui va finir par bouffer tout son entourage.
La question c'est:
Est-ce que tu crois encore en un antidote?

Such a pretty house, such a pretty garden
No alarms and no surprises


Tu t'assois dans un coin,
Là où hier y'avait un sans-abri
A peine plus vieux que toi
Avec ses deux chiens.

Tu sors un sachet de ta poche
Que t'as acheté à une vieille sorcière la veille
Tu lui as demandé les risques
Elle t'a répondu en lançant un galion en l'air
Pile ou face?
Pile.
Perdu.
Une chance sur deux d'y passer dans un mauvais trip.

Mince, il fait vraiment super froid...
T'aurais dû lui filer quelques pièces moldues,
Au gars,
Au lieu de tracer comme si t'étais pressée...
Maintenant que t'y penses...
T'aurais dû...

Tu fais tomber l'unique bonbon dans ta main
Arc-en-ciel
Ça en jette
T'as jamais touché à quelque chose d'aussi fort
Tu regardes autour de toi en cherchant la peur mais c'est à peine si quelque chose s'agite dans ton ventre.

La bise glacée gèle tes doigts.
T'aurais au moins pu lui dire bonjour.
Au type.
Juste un bonjour.
Ça coûte vraiment pas grand chose.
Ses chiens peuvent pas lui dire bonjour.
C'est pas des humains.
Ils peuvent pas parler.
Mais toi, t'es humaine, non?

Tu regardes les couleurs à peine visibles
Pourquoi elles ne sont pas déjà en train de diffuser leur poison dans tes entrailles?
Ça t'a coûté une blinde.
Alors, qu'est-ce que t'attends?

Un bruit sur ta droite.
Un bruit sourd d'un poivrot qui se fait éjecter d'un bar.
Et qui part en titubant.
Ça sent...
Ça sent la bagarre.
Tu te lèves, des fourmis dans les jambes.
Alors que t'es pas assise depuis très longtemps.
Le sdf il a dû rester sur le goudron pendant des heures hier.

La pilule colorée tombe dans la bouche d’égout à tes pieds.
Argh!!
Mauvaise cavité!
Tout un investissement qui part en fumée!
Pas de chance...
Peut-être bien que c'est le vent...
Ou que tu l'as laissée tomber...
Pas très courageuse, la junkie en pâte à modeler...
Bref, tant pis.
Tu t'approches de la porte du bar.
Les murs tremblent, les voix rugissent: la bataille fait rage...
Tu retrousses tes manches, fait mine de craquer quelques os,
Il doit bien te rester des muscles sous la peau...
Personne ne remarque que tu te glisses entre les coups,
A chercher de la vie dans les poings sur ton visage plus que dans les uppercuts que tu tentes d'envoyer...
Se défouler...
Ça fera l'affaire pour cette nuit.
Contenu sponsorisé

Dans une nuit Brumeuse - Page 15 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Contenu sponsorisé, le  

Page 15 sur 16

 Dans une nuit Brumeuse

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.