AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -31%
Scie sauteuse sans fil Ryobi – sans batterie ...
Voir le deal
45.55 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 3 sur 16
Dans une nuit Brumeuse
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Mar 17 Jan 2012, 17:53

" Mais messire, ne comprenez-vous donc pas que vous êtes fait pour répandre la Voix... ?"

" Hu ? J'ai déjà dit non, merci..."

Roulant un grondement menaçant depuis le fond de sa gorge, il fit comprendre à cet inconnu qu'il n'était pas vraiment conseillé de continuer à l'embêter ainsi. Être ainsi interpellé dans la rue pour être assailli de propos religieux abracadabrants et incohérents était assez désagréable. Il fallait tout de même féliciter le fou qui avait prit son courage à deux mains pour adresser la parole à un parfait inconnu mesurant dans les deux mètres, le tout en muscles, dégageant une aura assez intimidante, d'autant plus qu'il n'était pas de bonne humeur.

Non, il ne voulait pas être un prêcheur de cette pseudo-secte. Surtout qu'au vu des arguments que l'homme avait énoncé, son poste pouvait davantage s'apparenter à celui d'un inquisiteur qui "encourageait vivement" les gens à se joindre à eux... En utilisant son image et ses gros bras, en somme. Du coup, cela le répugnait encore plus, déjà que les idéaux de ce groupe étaient assez tordus.

Une autre soirée à Londres en perspective, et quand on ne s'éloignait pas de lui à cause de sa présence massive, il fallait à tout prix qu'on lui gâche sa promenade. S'il s'agissait de rencontres intéressantes, à la limite, mais là c'était abusé à quel point la chance s'acharnait à lui présenter des personnes aussi...immondes.

Il fallait s'éloigner, peut-être s'approcher davantage de l'eau, et si la moindre chose vivante venait encore l'énerver, il lui suffisait de prendre sa forme d'énorme crocodile marin, donner un bon coup de mâchoire et finir la pauvre victime en l'entraînant dans les fonds glacés de la Tamise, histoire de lui faire connaître une mort atroce.

Souriant à cette idée, il préféra se rassurer en se disant qu'il n'était pas comme cela : il ne tuait que lorsqu'il avait une bonne raison, ou qu'il était vraiment en colère... ou affamé. Grognant, amusé, il ne restait donc jamais sérieux dans sa tête ? Si... Tout de même, il savait faire la part des choses, et puis à vingt-huit ans, s'il n'était pas capable de faire taire l'esprit gamin qui hantait chaque personne, il ne se donnait pas longtemps à vivre. D'ailleurs, cet "esprit" devait avoir hiberné pendant son enfance, laissant place beaucoup plus tôt à l'adulte, afin de faire face aux difficultés de la traque, aux chocs physiques et émotionnels que cela engendrait, et toutes ces choses qui vous abattent un enfant.

Quoi qu'il en soit, il n'était pas là pour faire de grandes considérations philosophiques, mais plutôt pour apprécier la soirée, le silence de la capitale, le clapotis de l'eau, les cris et éclats de combats, ainsi que toutes ces choses aussi agréables...

Une seconde... combats ? Il avait bien entendu des éclats de voix, et des incantations.


- Ango nubes !

Un combat en pleine zone moldue, mais qui étaient ces inconscients ? Il fallait cesser ça immédiatement, mais surtout comprendre ce qui se passait : il s'agissait sans doute de quelque chose de grave, et en tant qu'Auror, il se devait d'intervenir (quoique, Auror ou pas, de toute manière...).

Empruntant la pente qui se trouvait là, afin de rejoindre l'origine du combat, il y eut comme un léger flash après une parade magique plutôt bien réussit, et Klarh put enfin voir deux silhouettes (deux femmes, au vu des...ahem...courbes ?) s'offrir à un combat endiablé.


- Sphaera...Incarcerem !...ignis !

L'une des deux femmes tomba au sol, ligotée de toutes parts, tandis que la boule de feu à peine créée traça tout droit, sa cible l'évitant d'un plongeon sur le côté. Se plaquant à un mur, Klarh l'esquiva également, peu enclin à se laisser griller les poils de la barbe... Dans un "Fshhh" rapide, le projectile enflammé termina sa course dans l'eau, un peu plus loin.

Baguette en main, il était sur le point d'intervenir, mais comme la "gagnante" n'avait utilisé qu'un sort de capture, il pouvait peut-être en apprendre davantage, et agir si elle comptait faire du mal à l'autre personne (parce que sur le coup, il ne savait pas trop qui était la victime, et qui était l'agresseur).

Les premières choses que vérifia la jeune femme furent les avant-bras de son paquet tout ficelé : alors comme ça, elle semblait en savoir un rayon sur les mangemorts... Bon d'accord, c'était à la portée de tout le monde, mais en général, les gens réagissaient différemment lorsqu'ils arrivaient à survivre de justesse à une telle agression.

D'un coup de baguette magique, la jeunette lança un sort pour assommer sa cible, provoquant une brève réaction chez Klarh : elle avait agit rapidement, mais sans rien formuler de dangereux comme un Avada Kedavra ou autre sort plus ou moins mortel... Et enfin, à sa plus grande surprise, il la vit traîner le saucisson dans une ruelle adjacente, à l'abri des regards.

Réveillé d'une pseudo-léthargie par l'adrénaline du combat, Klarh avait du mal à se dire que c'était terminé, loin de là, et même s'il n'allait peut-être pas échanger quelques sorts avec quiconque, il lui fallait savoir ce qui s'était passé. Quittant son couvert, il se dirigea vers celui des deux femmes, aussi discrètement que sa carrure le lui permettait...

La ruelle était assez étroite, sombre, et probablement humide... Ahem...Avant de se montrer, il eut une idée plutôt ingénieuse : la victorieuse s'attendait sans doute à avoir de la compagnie, déboulant du seul accès possible.

C'est donc avec un mouvement brusque qu'il transplana, derrière la jeune femme encore debout, plaçant une main au bras tenant la baguette, pour l'empêcher de réagir, l'autre sur son épaule toute frêle (faut dire que comparé à lui-même, les non-frêles étaient légion). Prenant une voix calme, se voulant apaisante, il lui glissa doucement :


" Tu peux m'expliquer c'qui s'passe ? Rassure-toi je n'suis pas armé..."

Bon, bien sûr qu'il était armé, qu'il lui suffisait d'une fraction de seconde pour tirer sa baguette, mais pour l'instant, ses deux mains contre la jeune femme lui indiquait bien qu'il n'avait pas son arme en main...

Il la laissa même se retourner : pas comme s'il voulait cacher son identité, ce serait assez compliqué pour lui, mais bon...


" Eh mais... J'te connais toi ! " fit-il remarquer avec la délicatesse du taureau en pleine charge.

Cette jeune femme, c'était une élève de Poudlard, Ali...Ahri...Aby... Quelque chose comme ça. Tous deux avaient eu une longue discussion au sommet de la montagne qui surplombait Pré-au-Lard. Que faisait-elle ici ? La femme ligotée au sol l'avait-elle attaquée ? Et comment une simple élève connaissait un sort aussi violent que l'Ango Nubes ?

Relâcha lentement son étreinte sur le bras de la jeunette, pour la mettre en confiance, il se posa tout plein de questions, mais préféra les conserver dans sa tête plutôt que de les poser toutes d'un coup... Les explications allaient venir, non ?

[En cas d'soucis, MPay !]
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Sam 28 Jan 2012, 14:17

J'entendis subitement un "pfschiiiiiiiiiiii" semblable au bruit d'un gros déplacement d'air... Il s'agissait peut-être d'une chute contrôlée, cela ressemblait davantage à un transplanage. Mon sang ne se glaça pas cette fois-ci, le récent combat l'avait porté à ébullition. L'adrénaline coulait encore à flots dans mes veines, je levais ma baguette sans réfléchir, sur le point de lancer un sort. Lequel ? N'importe, le premier qui viendrait, là n'était pas la question. Sauf que rien ne vint. Car l'homme dans mon dos me maintenait fermement le bras de sorte qu'il m'était fortement déconseillé de jeter un sortilège et appuyait son énorme paluche sur mon épaule. Il ne serrait pas fort au point de me faire mal, je sentais simplement sa force et sa musculature par ce contact. De quoi en dissuader plus d'un et en tant que pauvre jeune pousse il était clair que je ne faisais pas le poids. Pour une fois je me retins de faire quelque chose de stupide, probablement parce qu'il m'était tout simplement impossible d'effectuer le moindre mouvement sans consentement de l'inconnu. La situation avait de quoi foutre les jetons: seule, coincée dans la plus sombre ruelle londonienne, à quelques mètres de l'impénétrable Tamise, venant tout juste de mettre une raclée à un raclure et ayant ainsi tous les motifs de se faire démonter par son ami mastodonte... Mais la voix définitivement masculine qui s'éleva derrière moi m'empêcha de m'abandonner à la panique (bon okay, j'avais dû y céder dix secondes... trente maxi).

- Tu peux m'expliquer c'qui s'passe ? Rassure-toi je n'suis pas armé...

Un ton bourru, dépourvu d'agressivité, empreint de ce qui avait l'air d'une volonté de rassurer. Encore que tout cela n'aurait pu être que ruse. Cependant il y avait autre chose encore dans cette voix. Elle ne m'était pas étrangère, je reconnaissais ce timbre. Où l'avais-je entendu déjà ? Je ne m'en rappelais plus exactement mais je la rattachais à quelqu'un en qui je pouvais plus ou moins faire confiance... C'est-à-dire qui, en principe, n'avait pas de volonté meurtrière à mon égard. Cela éliminait quelques possibilités d'identité. Et discréditait ses paroles. Cette voix, j'en étais certaine, appartenait à un sorcier et rares étaient les sorciers qui se séparaient de leur baguette. Ce canalisateur de magie était un outil quotidien, si habituel que chacun en oubliait ses multiples fonctions, le considérant plus comme une extension de son don que comme un objet distinct de soi-même. Pour m'en être servi en tant que tel et avoir entendu quelles atrocités elle pouvait faire, je n'oubliais pas qu'une baguette était une arme. Et pas des moindres.

- Pas armé j'en doute, soupirais-je en roulant des yeux. Je me retournais pour voir à qui j'avais à faire: mon ouïe incapable d'identifier l'individu, je tentais le coup avec la vue. L'homme ne s'y opposa pas, relâchant la pression sur mon bras et mon épaule.

... Klarh ? Je découvris les traits d'un sorcier que j'avais rencontré par hasard en prenant de la hauteur à Pré-au-Lard dans les montagnes du coin. Un homme frôlant la trentaine avec un gabarit pour le moins imposant, sympathique et doué de ce que j'avais pu en voir durant les quoi ? on avait bien dû dépasser l'heure à bavasser en admirant la vallée.

- Eh mais... J'te connais toi! s'exclama-t-il, me reconnaissant avec surprise. Il ne devait pas s'attendre à retrouver une ado dans les docks de Londres plongés sous la nuit.

- Effectivement, souris-je.

J'étais contente d'être tombée sur lui, contente qu'il était tombé sur moi plutôt, je ne me serai pas tirée du pétrin face à un ennemi de sa taille. Autre point positif: sa carrure était un atout de poids (sans bon mauvais jeu de mots) dans un combat, si la mocheté n'était pas seule et que ses copains avaient assez de jugeotte pour l'aider. Hors le soulagement de ne pas mourir cette nuit (parfaitement c'est égoïste! voudriez quand même pas que je sois jeune et que je ne tienne pas à la vie ?), je me réjouissais aussi de rencontrer Klarh de nouveau. Notre dernière (et première) conversation qui remontait à plusieurs mois me donnait envie d'en apprendre plus sur ce personnage atypique.

Sauf que là, ben ce n'était vraiment pas le moment. J'avais une criminelle (c'était un peu s'avancer mais d'après l'attitude qu'elle avait eu elle n'en était pas à sa première agression... restait l'hypothèse de la gentille dame qui ne voulait pas me faire du mal ou celle de la femme rigolote qui voulait juste me faire une blague, théories on ne pouvait plus fumeuses) sur les bras et la situation ne se prêtait pas vraiment aux discussions. Sans mentionner la profession d'Auror du monsieur ici présent qui consistait à arrêter les sorciers qui transgressaient la loi. Dont je faisais partie, pour une raison que je ne savais même pas me rendis-je compte. Enfin, pour un article de loi dont je n'avais pas connaissance. Les vraies raisons, c'était autre chose et cela ne figuraient probablement pas dans les textes officiels. J'avais un avis non fixée sur le sujet, il était facile de se ranger aux opinions des opposants comme des adhérents et j'évitais ces extrémités.

D'autant plus que j'étais à peine sur le point de contacter un membre de l'Ordre du Phénix pour lui demander que faire... Il arrivait vraiment à pic. J'étais coincée, plus intérêt à les avertir en sa présence et pourtant il me fallait bien agir. Ou je lui laissais la femme pour évincer ses soupçons et perdais peut-être une occasion d'obtenir des indices sur un groupuscule de mages noirs ou même les mangemorts. Rageant. De toute façon, je ne pensais pas que Klarh me permit de partir comme ça, il allait sûrement creuser plus loin. Cela serait miraculeux si j'arrivais à rentrer chez moi sans attirer des problèmes à l'Ordre du Phénix. Note à moi-même: ne jamais sortir sans un échantillon de Felix Felicis. Quoiqu'avec la chance que j'avais, j'avais meilleur temps de me promener avec un tonneau.

Bien sûr, le regard de l'Auror se porta sur la femme assommée et ligotée (ligotassomée ?) à mes pieds. Il ne dit rien, il attendait des explications de ma part. Je sentais la légère tension dans l'air humide, provoqué par ce silence étrange. Quoiqu'on n'en pensa, l'absence de mots était parfois plus significatif que les mots eux-mêmes. On pouvait dire bien plus en se taisant qu'en parlant et si je prolongeais le silence je fournirai une réponse à ses doutes.

- Je crois que ce n'est pas l'endroit idéal pour profiter du calme nocturne.

Pour des explications, c'était des explications limpides. J'avais envie de me plonger la tête dans l'eau crasseuse qui coulait à quelques mètres. A défaut de me noyer, peut-être que le contact glacé me remettrait les idées en place. Mais que pouvais-je bien lui dire ? Que c'était-il passé exactement ? La montée d'adrénaline passée, les raisons du combat me paraissaient floues.

- Je... j'étais là et je me suis rendue compte que je ne pouvais plus bouger tout d'un coup. Sous l'emprise d'un sortilège alors que je n'avais pas croisé un seul sorcier. Enfin, que j'avais cru ne pas avoir croisé... Bref. Et pis cette femme dégueulasse, que je désignai d'un coup de menton et d'un regard méprisant. Ou alors c'était de la peur qu'exprimait mon visage. Bah, les deux n'étaient pas si éloignés que ça. Je sais pas trop ce qu'elle comptait faire mais en tout cas elle l'a pas fait.

J'essayai de ne pas imaginer le cas contraire. Je n'avais pas à me faire de souci puisqu'en fait, rien ne s'était passé. Si j'avais réagi trop tard, si la femme avait su se battre, si le duel aurait réellement mérité une telle appellation... Mais avec des si il était facile d'enfermer un dragon dans une fiole. Avec un Auror pas loin, je risquais pas grand chose, me convainquis-je.


[HRPG: Désolée du retard.]
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Jeu 02 Fév 2012, 18:30



Bien content d'avoir évité un nouvel échange de sortilèges, Klarh relâcha celle qu'il aurait très bien pu assommer, stupéfixer, mettre hors service, tuer... Il fit de son mieux pour ne pas paraître trop agressif, bien que le contente ne s'y portait pas vraiment.

- Pas armé j'en doute soupira-t-elle.

Elle n'avait pas tort, Klarh n'était jamais vraiment désarmé : il avait toujours sa baguette, et même ses poings étaient des armes quelque peu dangereuses. En ajoutant à cela un panel d'objets enchantés qu'il pouvait très bien déployer, le fait était clair : il était armé. Du moins, il ne comptait pas se servir de ces armes, justement, d'où sa tentative de calmer le jeu.

Face à la réaction de surprise de l'imposant Auror, la jeune femme étira un sourire, confirmant ses quelques doutes restants. Abygael Thompson ! Klarh n'était pas du genre à oublier les noms, mais il lui fallait parfois un petit temps de démarrage. Répondant par un autre sourire (moins important, fallait pas trop lui en demander...), il fut confronté à l'implacable vérité de l'adolescente.


- Je crois que ce n'est pas l'endroit idéal pour profiter du calme nocturne.

Ah ça, comme confession, c'était du lourd.

" Quelle idée d'se promener seule, aussi... Mais tu t'es plutôt bien défendue."

Continuant ses explications, Abygael désigna la femme au sol. Klarh s'en approcha, l'observant de plus près.

- Je... j'étais là et je me suis rendue compte que je ne pouvais plus bouger tout d'un coup. Sous l'emprise d'un sortilège alors que je n'avais pas croisé un seul sorcier. Enfin, que j'avais cru ne pas avoir croisé... Bref. Et pis cette femme dégueulasse...Je sais pas trop ce qu'elle comptait faire mais en tout cas elle l'a pas fait.

Fronçant les sourcils, l'Auror se rendit compte de quelque chose : soit il avait déjà vu cette femme sur une affiche de recherche, soit sa tête ne lui revenait tellement pas que son esprit le poussait quand même à vouloir la traîner derrière les barreaux (et pas délicatement !).

" Elle t'a bien attaqué, j'ai quasiment tout vu, mais tu l'a mise hors service juste avant que je n'agisse... Du coup on va bien pouvoir la garder quelques temps avec nous, voire derrière les barreaux."

Un point le taraudait toujours, cependant...

" Mais dis moi, pourquoi tu l'as traînée jusqu'ici, qu'est-ce que tu comptais faire ? Si c'toi la victime, j'vois pas l'intérêt d'essayer d'cacher ce qui s'est passé... " demanda-t-il, intrigué.

Peut-être était-ce le fait qu'il faisait tout noir, avec un silence de plomb, mais Klarh n'était pas vraiment rassuré : peur ou crainte, les gens pouvaient l’appeler comme ils voulaient, il s'en tenait à ses habitudes, à savoir la méfiance. C'était quelque peu différent, plus pratique, si l'on y réfléchissait un instant.

Se redressant (vu qu'il venait de faire rouler le saucisson humain pour mieux l'observer), il toisa Abygael. Elle avait quelque peu changé, et ce n'était pas des détails futiles comme une éventuelle nouvelle coupe de cheveux, manucure, bronzage ou lifting (elle n'était as vraiment SI vieille, en plus...), mais plutôt quelque chose de plus profond, malgré l'évidence de son âge, on ne pouvait guère la rapprocher de la faible élève tout juste sortie de Poudlard. Elle s'était endurcie, ça c'était sûr... Mais aussi subitement, c'était louche.

Il se remémora clairement les voix qu'il avait entendu en arrivant sur les lieux : c'était bien la jeune femme qui avait lancé l'Ango Nubes, ce qui n'était pas vraiment un sort que l'on apprenait en cours. Baguette en main pour renforcer les liens de la captive assommée, il commença à douter : peut être qu'il ne s'agissait que d'un mangemort sous Polynectar, ou quelque chose dans le genre. Elle lui avait répondu "effectivement", ce qui n'était pas une preuve suffisante pour savoir si "elle" l'avait réellement reconnu.

Vigilance constante, qu'on lui avait appris à respecter, mais parfois, c'était difficile : comment voir cette pauvre enfant comme une victime ? La situation allait s'éclaircir, c'était sûr !


[Pas trop d'inspi' sur ce coup là, j'espère que ça suffit ^^" ]
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Ven 10 Fév 2012, 20:06

- Quelle idée d'se promener seule, aussi... Mais tu t'es plutôt bien défendue.

Bon, je devais l'avouer, c'était pas le truc le plus intelligent à faire. En même temps, je n'étais pas célèbre pour mon sens réfléchi et mes initiatives judicieuses. Il serait d'ailleurs peut-être temps pour changer ce genre d'habitude. Je n'avais pas vraiment l'envie de mourir bêtement, surtout dorénavant que des personnes comptaient sur moi et que j'avais (presque) une utilité à vivre.

Tandis que j'expliquais à Klarh ce qu'il s'était passé (enfin, explications... c'était un bien grand mot), il se pencha sur la femme et je le vis froncer les sourcils en l'examinant. Son visage déformé et couvert d'une épaisse couche de maquillage n'avait en effet rien d'engageant. Elle tenait à la fois du monstre informe et de la péripatéticienne. Charmant.

- Elle t'a bien attaqué, j'ai quasiment tout vu, mais tu l'a mise hors service juste avant que je n'agisse... Du coup on va bien pouvoir la garder quelques temps avec nous, voire derrière les barreaux.

- Personnellement je serais d'avis de nous en débarrasser le plus rapidement possible.

J'estimais avoir passé suffisamment de temps avec elle et je ne voulais pas profiter de sa présence plus que nécessaire. L'option n°2 me séduisait davantage et j'étais certaine que la faire croupir en prison ne pouvait qu'être positif.

- Mais dis moi, pourquoi tu l'as traînée jusqu'ici, qu'est-ce que tu comptais faire ? Si c'toi la victime, j'vois pas l'intérêt d'essayer d'cacher ce qui s'est passé...

La méfiance était évidente dans ses paroles comme dans son ton. Il avait raison, à cette heure-ci et dans ces environs, la population se résumait en personnes louches aux activités tout aussi obscures. Et ce n'était généralement pas les lieux pour trouver une jeune fille, seule qui plus est. Encore un autre inconvénient d'avoir des idées bizarres: en plus de se mettre dans des situations plus ou moins dangereuses desquelles on n'avait du mal à se tirer, on repoussait la confiance des personnes qui auraient pu nous aider. Mais s'il ne faisait que redouter que je fusse un mangemort, je n'avais pas de souci à me faire. S'il me soupçonnait tremper dans un autre type d'illégalité, là je serais mal. J'avais conscience que ma manière d'agir prêtait aux doutes et suspicions, il allait falloir étouffer l'affaire avant que la réflexion de Klarh n'alla plus loin.

- Zone moldue. J'aurais l'air fin si un moldu se pointe et me voit la baguette à la main, avec une femme ligotée à mes pieds.

Excuse simple et plausible qui coulait de source, il ne pouvait pas y trouver à redire. J'étais très fière de moi sur ce coup là. Cela n'expliquait pas cependant les autres incohérences desquelles j'allais sûrement avoir à répondre... Et cette petite phrase ne l'avait pas rassuré plus que cela, il continuait de me regarder de travers. Le minimum, c'était de l'assurer de mon identité.

- Je suis bien Abygael Thompson que tu as croisé dans les montagnes environnant Pré-au-Lard, par pur hasard. On a discuté un moment en regardant le paysage, de ton boulot, de tes paires de cicatrices, de ce tu ferais si un jour tu devrais choisir entre tes convictions et les ordres que tu reçois... De la loi aussi, vite fait. Qu'est-ce que je peux te dire d'autre pour te prouver que je suis bien la même ? En plus évoluée espérons-le, souris-je. T'étais pas très enclin à dévoiler ton métier, tu avais pas l'air d'être passionné par le baby-sitting, t'aimais pas qu'on te prenne pour une gentille bonne poire...

Je commençais à sécher, je ne voyais pas quoi faire qui me rendrait crédible à ses yeux.

- Et toi, tu peux pas me faire une démo de ta magie pour que je sois bien sûre que tu es Klarh Findirs ?

C'était assez inutile au fond mais je voulais moi aussi prendre mes précautions. Avec une carrure pareille, s'il aurait voulu me faire quelque chose il l'aurait fait. C'était plus un moyen de nous mettre sur un pied d'égalité que de certifier son identité.

- Quant à ce que je comptais faire... J'en sais fichtrement rien. Maintenant que tu es là, le problème est réglé!

Dommage, j'aurais voulu interroger la sorcière boudinée et en apprendre plus, dégoter quelques infos compromettantes contre un club de mages noirs. Je réfléchissais à un moyen d'emporter la femme au QG pour lui soutirer un témoignage mais il m'apparut de façon évidente que je ne pouvais pas agir sans que Klarh ne le sut. Je n'avais aucune façon de le lui dissimuler. Devais-je renoncer ? Lui laisser la femme et repartir, abandonnant la partie ? Non, cette solution ne me convenait pas. Je pouvais tenter le coup en "mode coopération". Il aurait des infos et moi aussi. C'était risqué car cela impliquait de renforcer ses doutes quant à mon appartenance à l'Ordre.
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Dim 19 Fév 2012, 23:42



Inspectant le corps inerte de la mocheté perverse et malveillante, Klarh releva légèrement une manche, vérifiant que cette personne ne possédait pas la marque des ténèbres. Bien sûr, Abygael avait vérifié, mais il préférait en être sûr et certain : le saucisson n'était pas un mangemort... D'ailleurs, il était fort probable que même les dangereux mages noirs ne voudraient pas d'elle.

La garder avec soi, ou la balancer violemment derrière les barreaux... Abygael était pour la seconde proposition. Klarh aussi... En fin de compte. Si elle venait à reprendre connaissance, il n'hésiterait pas à lui mettre un bon coup de poing pour la renvoyer dans les vapes : il existait des procédés magiques qui permettaient de voir à travers les yeux d'autres personnes ou d'entendre depuis leurs oreilles, or, ce n'était pas vraiment ce que souhaitait l'Auror : il n'était pas contre le fait de voir débarquer quelques spécimens de criminels, mais il ne fallait pas non plus être submergé par le nombre, surtout avec Abygael dans le coin : il était censé la protéger, après tout. Voilà pourquoi, au nom d'une faible probabilité de mettre en danger sa vie ou celle de la jeune Thompson, il sacrifiait sans remords le principe de "On ne frappe pas une fille". Ce n'était pas comme s'il l'avait déjà respecté, mais bon... Ce n'était pas le sujet ~

Très vite, et face au regard insistant de l'homme imposant, Abygael sentit le besoin de prouver son identité :


- Je suis bien Abygael Thompson que tu as croisé dans les montagnes environnant Pré-au-Lard, par pur hasard. On a discuté un moment en regardant le paysage, de ton boulot, de tes paires de cicatrices, de ce tu ferais si un jour tu devrais choisir entre tes convictions et les ordres que tu reçois... De la loi aussi, vite fait. Qu'est-ce que je peux te dire d'autre pour te prouver que je suis bien la même ? En plus évoluée espérons-le. T'étais pas très enclin à dévoiler ton métier, tu avais pas l'air d'être passionné par le baby-sitting, t'aimais pas qu'on te prenne pour une gentille bonne poire...

Klarh étira un fin sourire, pas de doute, c'était bien la jeune fille qu'il avait croisé ce jour là, alors qu'il cherchait Lysander pour lui proposer de rejoindre les Aurors... Alors que Céleste l'avait déjà rencontré, et annonça son arrivée à ses sous-fifres le lendemain de la virée en montagne de l'animagus crocodile. Il se souvenait parfaitement du sentiment de frustration et d'inutilité, qui l'avait frappé en pleine face, ce jour là... Ainsi qu'une irrépressible envie de dévorer sa supérieure, en commençant par croquer la tête (pas si irrépressible que ça au final, vu que la très chère Otaway était toujours vivante à ce jour).

" Bien, comme quoi cette après-midi aura servi à t'éviter une mort dans d'atroces souffrances aujourd'hui..." commenta-t-il, plaisant, bien que cela ne soit pas forcément facile à sentir dans son ton.

Aussi étrange que cela puisse être, il n'arrivait pas à se débarrasser d'une étrange impression... Et si c'était Abygael la "méchante" ? Et si elle avait mal tournée ? Et si elle se servait de son apparence toute innocente et fragile ? Rah, toutes ces éventualités, il en était presque dégoûté d'être aussi imaginatif, sur l'instant... Malheureusement, le mal était fait, il était suspicieux.

- Et toi, tu peux pas me faire une démo de ta magie pour que je sois bien sûre que tu es Klarh Findirs ?

Pendant qu'elle parlait, il s'était déplacé un brin, pas vers Abygael, mais de manière à être face à elle avec un mur juste derrière... Elle voulait qu'il lui prouve qu'il était bien lui...

" Pas d'soucis... " répondit-il.

Il fouilla dans une poche de sa veste en cuir sombre, dénichant une petite sphère métallique qu'Abygael devait sans doute reconnaître. La lâchant dans les airs, elle vint flotter devant lui, ignorant la gravité.

" Ça t'suffit ? " demanda-t-il, transformant la sphère en une dague d'un coup de baguette magique. " 'Faut dire qu'j'ai un peu amélioré tout ça... "

Brusquement, sans crier gare, la dague pointa vers Abygael, et traça tout droit, à une telle vitesse qu'il semblait impossible de l'arrêter ou de s'écarter assez rapidement. Mais le but de Klarh n'était pas de poignarder la jeunette, non non... L'arme lui passa tout près de la gorge, légèrement au dessus de l'épaule.

Au même moment, il s'élança en avant, autant tenter le tout pour le tout, au pire il lui suffisait de s'excuser, mais là, il devait rester sur ses doutes : l'on n'apprenait pas à se battre ainsi en quelques temps, en sortant simplement de Poudlard. L'emportant avec lui dans son élan, il la plaqua d'une bras contre le mur, l'autre bloquant son bras armé.


" D'solé, mais c'est nécessaire...Avant que je débarque, t'allais bien prévenir quelqu'un, non ? Et tu t'es rétractée à mon arrivée..." demanda-t-il calmement. " Pourquoi donc ? "

Il ne voulait plus la laisser bouger librement, si ça se trouvait, elle possédait la marque des ténèbres, et à peine la frôlerait-elle que quelques mauvais individus se pointeraient, du moins, si elle avait vraiment cette marque. Mais dans cette position, pas très pratique de vérifier... Autant lui poser d'abord quelques questions.

Attendant sa réponse, il roula un grondement dans sa gorge... Cette brève action avait suffit à l'emplir d'adrénaline (oui, il ne lui en fallait pas beaucoup), et ce n'était aussi mal : il n'en demeurait que plus convaincant (ou effrayant, ou les deux...sûrement les deux, en fait).


" Qui m'dit, finalement, que ce n'était pas toi qui a attaquée, au départ ? Maint'nant que j'y pense, je n'ai vu que la fin du combat..." ajouta-t-il. " Or, mon travail c'est d'arrêter les fauteurs de trouble... A moins que tu t'la joues justicière ? "

Pour lui, tout semblait clair : soit elle faisait partie d'un groupe de mages noirs, et la sorcière au sol était une quelconque victime (bien qu'elle n'avait pas trop la tête pour... mais ça arrivait !), soit ... ... soit... soit il était totalement débile.

Essayant de se calmer, il relâcha lentement sa prise. Sa poussée de rage s'estompait peu à peu, le laissant réaliser ce qu'il venait de faire.


" Urrh... S'cuse moi, me suis un peu emporté. Bien sûr qu't'es pas une mangemorte. " fronçant les sourcils tout en baissant légèrement la tête, il fit quelques pas en arrière, se grattant la barbe du bout de sa baguette magique (Iris, en cet instant, lui dirait : "Et si ce machin mettait le feu à ta barbe, hein ? T'aurais pas l'air fin !").

Il la laissa reprendre ses esprits un instant, allant s'asseoir sur une caisse posée contre le mur opposé. Pourquoi s'était-il emporté ainsi ? D'habitude, il arrivait à se comporter plus ou moins normalement... Il soupira avant d'ajouter :

" J'sais pas c'qui m'a pris... "

Sans réfléchir, il abaissa son poing sur le coin de la caisse qui lui servait de siège, il y eut un CRAC sonore, et un morceau de bois fit un joli vol plané, allant s'étendre de tout son long au sol, un peu plus loin. Cela devait paraître pathétique, mais en cet instant il n'en avait cure, ayant autre chose en tête.

" Les ordres, les limites, tu sais quoi, j'pense que t'avais raison à propos des lois ... Quand on avait discuté près d'Pré-au-Lard..."

Klarh préféra se relever : venant d'endommager la caisse, il risquait de se retrouver les quatre fers en l'air si elle ne tenait plus son poids : et puis de toute manière, c'était plutôt lui qui ne tenait plus en place.

" 'Fin bon, faut bien s'y faire, c'le seul moyen de se battre contre les forces du mal..."

Jetant un coup d'œil à la jeune Thompson, il espérait vivement qu'elle ne lui en veuilles pas trop de lui avoir sauté dessus comme un animal qui ne voulait rien entendre. Tendant sa main vers elle, il récupéra la dague de fer (celle-ci revint vers son "maître" en flottant lentement, contournant largement Abygael, avant de reprendre sa forme de sphère) et la rangea.

" Bon, j'm'occuperai de cette saleté, tu peux partir, mieux vaut que tu rentres chez toi... " marmonna-t-il. " Mais bien sûr ils vont m'trouver une excuse pour la libérer... J'sais pas si ce s'rait mieux que je l'interroge ici et maintenant... "

Se passant une main sur le visage, Klarh soupira à nouveau : finalement, cette journée était nulle, il aurait mieux fait de rester chez lui, à s'entraîner comme un dingue, Abygael aurait mis hors service la péripatéticienne toute moche, et tout se serait arrangé tout seul... Mais nooon, il fallait que l'Auror s'en mêle, qu'il complique les choses...

Parfois, il avait tout simplement envie de tout plaquer et de faire les choses à sa manière... Il avait déjà été traqué, il saurait plus que personne se prévenir de tous problèmes...


** J'pense qu'en fait j'ai juste b'soin de vacances...** pensa-t-il.

Il était là, debout, dos au mur, se frottant les tempes d'une main. Lorsqu'il releva les yeux, Abygael était toujours là. Bon, euh, elle ne voulait pas partir ?

[Vraiment eu du mal avec ce RP... Si tu veux que je reprennes un passage, n'hésite pas par mp :3 ]
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Ven 24 Fév 2012, 13:35

Le sourire qu'eut Klarh me fit déduire qu'il me reconnaissait. Ou au contraire il ne m'avait pas reconnu et se réjouissait d'avance à se défouler sur un mangemort. Espérons que la première est la bonne...

- Bien, comme quoi cette après-midi aura servi à t'éviter une mort dans d'atroces souffrances aujourd'hui...

Là je pouvais penser que mon hypothèse n°1 était vérifiée. Il était assez à l'aise pour plaisanter mais j'avais l'impression qu'il était toujours un peu tendu. Déformation professionnelle ? Ou sentait-il quelque chose de louche, une quatrième présence ?

- Mort dans d'atroces souffrances! ris-je. Tu ne devrais pas être un Auror ? Un gentil qui pourchasse les méchants sans se rabaisser à faire ce qu'ils font ?

Je lui demandais à son tour de me prouver son identité même si je n'avais que peu de doute. On ne pouvait jamais être sûr, alors autant prendre quelques précautions de plus. Et je tenais à voir ces métamorphoses de nouveau. Depuis notre dernière rencontre, j'avais fait évolué mon don et si je m'étais amélioré pour certains sorts la métamorphose n'était toujours pas mon fort.

- Pas d'soucis...

Il sortit de sa poche la sphère de métal qu'il m'avait montré auparavant. Une bille toute simple qu'il s'amusait à faire voler au bord de la falaise pendant notre discussion. Et qu'il m'avait jeté dessus sous forme de dague, la déviant au dernier instant. Juste de quoi me donner une bouffée d'adrénaline... Je ne lui en avais pas voulu, forte de cette habitude qu'avaient les gens de faire mine d'attenter à ma vie. Chacun ses manières. Moi je n'aimais pas faire semblant.

Klarh commença par élever la sphère dans les airs puis la transforma en arme, toujours la même. J'étais un peu déçue et suspicieuse. S'il était vraiment celui qu'il disait être, il ne se serait pas contenté de reproduire à l'identique ce qu'il m'avait montré dans les montagnes. Dans les livres d'histoire et les archives de presse (à ce qu'on m'a dit, moi je lis pas ces trucs), on parlait d'un mangemort qui s'était fait passé pour un Auror pendant des mois. Du polynectar, de la légilimancie, la victime hors d'état et le tour était joué. Ce serait bien pratique pour les mages noirs d'avoir un infiltré... Sur mes gardes, j'attendais peut-être en vain que l'homme ajoute un quelque chose à son tour de magie, me prouvant alors qu'il s'agissait bien du méticuleux sorcier qui n'avait de cesse de dépasser ses limites.

- Ça t'suffit ?

Je m'apprêtais à lui répondre non quand il enchaîna:

- 'Faut dire qu'j'ai un peu amélioré tout ça...

Le temps pour moi de lâcher un soupir de soulagement poussé trop tôt et je me retrouvais avec une dague à deux doigts de la gorge. Ah, amélioré dans ce sens là. La vitesse avait été fulgurante. J'évitais de penser à la trop haute probabilité que j'avais eu de mourir. Malgré tous ses efforts, je ne deviendrai pas métallophobe. Je tentais de me focaliser sur le bon côté des choses: dorénavant plus de doute, c'était bien lui.

Mais cette fois-ci Klarh n'en resta pas là et je fus projetée contre le mur en un rien de temps avec un bruit mat. Il me maintenait fermement et sa masse de muscles ne permettait pas à mon ridicule gabarit d'affirmer sa volonté. Coincée donc, avec aucun moyen de m'en sortir puisqu'il m'enserrait le bras droit duquel je tenais ma baguette. Là, je ne trouvais vraiment pas ça drôle.

- Bordel! A quoi tu joues ?! m'énervais-je, quoiqu'il fut difficile de parler avec colère quand on était sérieusement compressée.

- D'solé, mais c'est nécessaire... fit-il avec le calme agaçant des gens qui étaient sûrs d'eux. Ouais, j'avais aucune chance de lui faire quoi que ce soit mais c'était pas une raison. Avant que je débarque, t'allais bien prévenir quelqu'un, non ? Et tu t'es rétractée à mon arrivée... Pourquoi donc ?

What the fuck?! Il avait remarqué ça aussi ? Et qu'est-ce que je pouvais bien lui répondre ? Je ne pouvais pas tout lui balancer. Ce n'était pas pour moi, si cela n'aurait tenu qu'à ma personne, le problème ne se posait presque pas. Mais les autres... Je ne les trahirais pas. Ils avaient chacun leur vie que je ne me permettrais jamais de détruire. D'un autre côté, je ne pouvais pas mentir. Encore moins à quelqu'un que je respectais. Même s'il avait des sales manières. J'étais persuadée que ses actes s'expliquaient par des doutes et de l'appréhension, qu'il n'était pas là spécialement pour m'extirper des informations par la force. La façon dont il me regardait, comme si... j'étais une mage noire! Il n'osait tout de même pas?! Je comprenais sa réaction, c'était son boulot après tout. Je voyais jusqu'où le climat tendu, dans lequel il vivait et que je connaissais également, pouvait mener. Et cela n'apaisait pas mes nerfs à vif, du tout.

- Attends... commençais-je, pensive. Tu crois sincèrement que je vais te répondre dans de telles conditions ?

Je haussai un sourcil un brin provocateur, le regrettant presque sur-le-champ. Bloody hell, qu'est-ce que je fichais ? Comme si j'avais les moyens de le provoquer et d'en assumer les conséquences! Mon coeur faisait des embardés, un voyant rouge clignotait dans mon cerveau "Alerte, alerte, situation dangereuse!" et je faisais de mon mieux pour calmer le tout à grands coups d'inspirations et expirations. C'était Klarh, je pouvais lui faire confiance. C'était un Auror à la solde du Ministère, il trempait dans la politique et les magouilles, je ne pouvais pas lui faire confiance. Peut-être mais il avait un code morale, il ne me ferait pas de mal tant qu'il ne le jugera pas nécessaire. Peut-être mais un après-midi ne suffisait pas à connaître quelqu'un, je ne pouvais pas en être certaine. Y avait juste à faire en sorte d'éviter toute confusion. Y avait juste à saisir la première occasion pour retrouver l'usage de ma baguette et le mettre hors d'état.

- Qui m'dit, finalement, que ce n'était pas toi qui a attaquée, au départ ? continua-t-il. Maint'nant que j'y pense, je n'ai vu que la fin du combat... Or, mon travail c'est d'arrêter les fauteurs de trouble... A moins que tu t'la joues justicière ?

Il plaisantait là ?! C'était quoi ce scénario ?! Parce que non seulement j'étais mangemort mais en plus c'était MOI la cinglée qui agressait les filles seules ?! Et j'étais tellement en manque que par dessus le marché je prenais le vieux truc le plus pourri et déformé de Londres?! Ou alors j'avais des loisirs bizarres, je m'amusais comme une folle à ligoter ce qui me tomber sous la main pour les torturer?! "Abygael la tortionnaire" ça sonnait tellement bien!

- JE NE SUIS PAS UN DE CES PUTAINS DE MANGEMORTS!!! hurlais-je, exécrée. Mon âme n'est pas encore pourrie! A priver les personnes de leurs proches, à les faire vivre dans le chagrin et la peur, à tuer sans vergogne des êtres humains non-magiques, à détruire des vies directement ou indirectement... A créer le malheur autour de moi, à m'en délecter! JE NE SUIS PAS COMME EUX!

Contre toute attente, je sentis l'étau se desserrer. Il me relâcha, les yeux perdus dans le vague. J'agitais mes membres rageusement pour me dégourdirent tout en gardant un oeil sur lui.

- Urrh... S'cuse moi, me suis un peu emporté. Bien sûr qu't'es pas une mangemorte.

Klarh semblait reprendre ses esprits et réfléchir à ce qu'il venait de faire, grattant son menton avec sa baguette, l'air songeur et les sourcils froncés. Je m'apaisais un peu pendant qu'il s'asseyait sur une caisse un peu plus loin. Voulant tout de même effacer le moindre doute dans son esprit, j'enlevais ma veste pour mieux remonter mes manches, m'avançant vers lui.

- Regarde, dis-je avec un voix moins agressive mais encore empreinte de mon animosité.

Je lui montrais mes avant-bras blancs, dénués de toute marque des ténèbres. Le froid s'engouffra dans mes vêtements, baissant ma température qui était montée avec l'adrénaline.

- J'sais pas c'qui m'a pris... soupira-t-il.

Je le regardais démolir inconsciemment la caisse sur laquelle il était assis. Il avait l'air perdu dans un brouillard épais fait de questions sans réponses, d'hésitations, de doutes, de remises en question... Un contraste surprenant et déstabilisant avec l'Auror inébranlable qui m'avait tenu plaquée contre le mur il n'y avait pas cinq minutes.

- C'est fait, plus besoin de revenir dessus. Tâche de ne pas recommencer, c'est tout. Et ne me traites PLUS de mangemort.

C'était ce qui m'avait le plus blessé. Le reste n'était qu'une bousculade stupide. Je ne supportais pas qu'on me relia à eux. Je n'avais absolument rien à voir avec des gens capables de telles atrocités. Du moins le niais-je avec force. Pas assez pour me convaincre hélas.

- Les ordres, les limites, tu sais quoi, j'pense que t'avais raison à propos des lois ... Quand on avait discuté près d'Pré-au-Lard...fit-il en se relevant.

Qu'est-ce qu'il voulait dire ? Qu'est-ce qui avait perturbé sa foi en la loi et en le système ?

- 'Fin bon, faut bien s'y faire, c'le seul moyen de se battre contre les forces du mal...

Il décrocha la dague du mur et la fit voler à lui. La dague suivit doucement son chemin, bien loin de moi. Ces précautions pour le retour étaient presque comiques quand on repensait à l'aller. J'aurais dit qu'il essayait de se faire pardonner.

- Bon, j'm'occuperai de cette saleté, tu peux partir, mieux vaut que tu rentres chez toi... Mais bien sûr ils vont m'trouver une excuse pour la libérer... J'sais pas si ce s'rait mieux que je l'interroge ici et maintenant...

Il parlait dans sa barbe, la fin s'adressait plus à lui-même qu'à moi. Il poussa de nouveau un long soupir. Je commençais à m'inquiéter: je comptais plus de soupirs que de grognements, ce n'était pas normal. Cette discussion étrange faisait passer Klarh pour un dépressif assidu.

- Pourquoi t'es dans un tel état ? lui demandais-je. Me balancer une dague dessus ça va, ça reste dans les habitudes. Les mauvaises habitudes. Mais ton attitude bizarre là... T'es pas au mieux de ta forme.

Quel étalage de perspicacité. Des applaudissements s'il vous plaît. Je fis une longue pause, me décidant enfin.

- Tu sais... t'as dit qu'il n'y qu'une manière pour se battre contre les mangemorts, celle que tu utilises. Moi je fais autrement.
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Lun 27 Fév 2012, 13:35


Abattu, incapable de dire quoi que ce soit, Klarh était resté quelques instant terré dans son silence, brassant sans cesse ses pensées, y cherchant quelque chose d'un peu moins confus que ce qu'il lui taraudait déjà l'esprit. Abygael s'était indignée, malgré sa position délicate, lorsqu'il l'avait plaquée contre le mur. Elle avait bien sa petite idée toute faite, le refrain était différent de l'habituel "ce son des méchants qui tuent"... Comme si elle avait déjà fait face à tout cela.

- Regarde fit-elle, montrant son avant-bras.

Pas de marque, évidemment... Si elle en avait une, elle n'allait décemment pas lui montrer sa marque des ténèbres, toute souriante. Non, ça c'était réservé à Will, ou Sara. Il fallait à tout prix s'excuser...

- C'est fait, plus besoin de revenir dessus. Tâche de ne pas recommencer, c'est tout. Et ne me traites PLUS de mangemort.


A vrai dire, il est vrai que lui aussi s'emporterait facilement si on l'insultait de telle manière, mais il n'avait pas le choix, il devait vérifier, sans craindre le moindre mensonge, sans risquer quelconques représailles. Pour lui, la solution avait été évidente : foncer dans le tas, donner raison à ce qu'on disait sur lui, parce qu'après tout, oui, il pouvait faire preuve d'une brutalité à toute épreuve, il fallait bien, dans certains cas... Or, ce n'en était pas un, et ça, il l'avait compris trop tard.

- Pourquoi t'es dans un tel état ? Me balancer une dague dessus ça va, ça reste dans les habitudes. Les mauvaises habitudes. Mais ton attitude bizarre là... T'es pas au mieux de ta forme.

Fixant la jeunette, il laissa échapper un léger grondement sourd, qui roula un bref instant dans sa gorge : là, on aurait vraiment dit un animal... Un animal blessé que l'on a pas intérêt à approcher, sous peine de se prendre de grands coups de crocs et de griffes.

" Ça va, ça va... On peut pas toujours être au meilleur d'sa forme, comme on peut pas toujours respirer l'bonheur par tous les trous..." fit-il, à la limite d'envoyer balader la jeune Thompson.

Heureusement qu'il lui restait un peu de sympathie derrière son état catastrophique. Néanmoins, Abygael avait raison, quelque chose n'allait pas chez lui... Peut-être que le fait de la voir se démerder toute seule face une menace lui avait fait se sentir inutile, et qu'à la lueur de ses quelques doutes la concernant, il s'était emporté. Il ne voyait que ça, pour l'instant...

Après une courte pause, Abygael s'approcha un peu, lui avouant :


- Tu sais... t'as dit qu'il n'y qu'une manière pour se battre contre les mangemorts, celle que tu utilises. Moi je fais autrement.

Il fallut quelques instant à Klarh pour que l'information arrivée à son cerveau ne soit correctement analysée : le fait qu'elle sache se battre de cette façon, pour une jeunette tout juste sortie de Poudlard, le fait qu'elle essayait de contacter quelqu'un, et sa vision "personnalisée" du combat contre les mangemorts...

Fronçant les sourcils, il donna l'impression, pendant un bref instant, qu'il allait à nouveau lui sauter dessus pour la plaquer au mur, au sol, ou même l'attraper tout court, un seul de ses bras suffisant amplement à la faire prisonnière de sa force physique. Ouais, sauf que... Non, pas après tout ceci. Elle venait tout juste de lui dire cela, sûrement en connaissance de cause : il était Auror, c'est à dire le plus apte à faire un tel rapprochement... Pourquoi se jetait-elle dans la gueule du loup ? (du crocodile, en l'occurrence), croyait-elle qu'il ferait preuve de clémence après cette scène ? Sale gamine, elle avait bien choisi sa cible...


" Ça n'peut pas... Me dit pas que t'es... de l'Ordre du Phénix ?"

Hop, tenter le tout pour le tout, il en était presque sûr, non, certain ! Ces sorciers et sorcières hors-la-loi qui combattait les mangemorts "à leur manière", parfois (souvent ?) indépendamment des lois en vigueur. Jusqu'à ce jour, il n'avait pas eu affaire à eux directement, et là, il avait l'occasion parfaite pour capturer une de leurs membres...

Sauf que voilà, il demeurait toujours aussi curieux à leur propos. Bien sûr, Céleste lui avait fait un topo sur le "danger de ces hors-la-loi", mais devait-il vraiment s'en tenir uniquement à cette vision un peu trop restreinte ? Non, pas question, surtout en cet instant : il venait de faire une erreur (qui, en prenant en compte ce qu'il venait de supposer, n'en était pas une, mais bon, il ne fallait pas trop lui en demander...là), et ne voulait vraiment pas se tromper sur toute la ligne...

...S'il devait pour cela remettre en cause les ordres de sa supérieure, il n'hésitait pas un instant : il voulait savoir contre contre il faisait front. C'est donc pour cela qu'il n'agissait pas contre Abygael, qu'il la laissa parler, lui répondre, visiblement intéressé..

Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Jeu 08 Mar 2012, 13:04

Ma remarque sur son état de santé agaça Klarh qui me le fit comprendre par un regard dur comme le roc suivi d'un grognement bestial. Ou il cherchait à me dire qu'il avait été un ours dans une autre vie. Son attitude pas très engageante ne me fit pas reculer, je n'étais pas facilement intimidable et je n'allais certainement pas lui accorder un tel plaisir alors qu'il m'avait insulté de mangemort. Je soutins son regard, lui confrontant mes yeux disparates.

- Ça va, ça va... On peut pas toujours être au meilleur d'sa forme, comme on peut pas toujours respirer l'bonheur par tous les trous... grommela-t-il.

J'avais ma propre idée sur le sujet mais nous n'étions pas là pour en débattre. J'aurais volontiers donné libre cours à mes divagations habituelles dans un autre contexte cependant j'étais ici préoccupée par le mal-être d'un ami. Ouais, bon, le terme était peut être inexact, exagéré, pour désigner une personne que l'on n'avait vu si rarement mais mon vocabulaire ne comportait pas de mot plus proche. Hummm... pourquoi pas connaissance-appréciée-sauf-quand-elle-se-met-en-tête-de-me-dégommer ?

Le ton employé par l'Auror était clair: il ne voulait pas en parler. A sa guise, je n'allais pas le forcer (nan mais par quels moyens de toute façon ?). Je le surveillais du coin de l'oeil, veillant à ce qu'il ne trouvât pas autre chose où se défouler. La caisse de bois allait se souvenir de sa déprime... Repensant au malheureux objet, je lui administrai un Reparo informulé. Une petite manie encore récente, ne pas laisser de traces.

Je lui révélais alors qu'il n'y avait pas qu'une manière pour se dresser contre les mages noirs, pensant l'aider en lui dévoilant qu'il n'y avait jamais qu'une solution à un problème. Mauvaise pioche.

- Ça n'peut pas... Me dit pas que t'es... de l'Ordre du Phénix ?

Son visage s'anima en prononçant cette phrase, mu par des sentiments que je n'arrivais pas à cerner. Il ne semblait pas en colère, ni irrité, j'avais peut-être une mince chance de m'en sortir. Étonné, un peu sous le choc d'apprendre qu'à mon âge je fis partie d'un mouvement de résistance interdit par la loi. Dérouté par mon aveu probablement... Encore que je n'avais rien avoué. Je pouvais toujours me rétracter, prendre l'air perdue de celle qui ne voit pas du tout de quoi il est question. Mentir. Non, je ne pouvais pas. Pourquoi faire ? C'était vicieux et inutile. A ce stade je ne pouvais de toute façon pas retourner en arrière. Qu'y avait-il d'autre pour lutter contre le Mal ? Créer des marques des ténèbres comestibles ?

Mes yeux fuyèrent, se tournant vers la Tamise qui se mirait qu'importait les évènements. Que Klarh ne comptât pas sur moi pour le lui dire clairement. Il m'en avait coûté de lâcher ces paroles, aussi courtes et insignifiantes, dépourvues d'affirmations concrètes et palpables qu'elles fussent. Toujours indécise quant à la manière de répondre, le poids de son regard sur moi accentuait ma nervosité. Je fis quelques pas, à peine trois, prise d'une envie de me dégourdir les jambes. La marche atténuait la tension mais le résultat n'était pas visible sur mes nerfs presque à vif. J'étais déjà montée sur ressort, en telle situation je ne tenais vraiment pas en place: ma main droite tapotait doigt par doigt ma cuisse prestissimo tandis que la gauche serrait machinalement mon bras droit.

Il attendait une réponse mais que lui donner ? Même un simple acquiescement était impossible. Et pourtant, j'avais tellement envie de clamer mon appartenance au légendaire Ordre. C'était une fierté de chaque instant que j'aurais voulu partager avec ma famille, un rêve vécu qu'il me brûlait de raconter à Peter. Les vrais rêves, quoi qu'on en dise, ne sont jamais parfaitement beaux et joyeux... sinon auraient-ils cette profondeur ? Les rêves vécus sont faits d'une kyrielle d'éléments teintés chacun de sa propre nuance de positif comme de négatif, comme un tableau gigantesque aux détails multiples qui ne serait jamais achevé. Mon songe éveillé avec l'Ordre revêtait pour l'instant des couleurs chatoyantes sur un fond triste et mort. Me battre pour essayer de mettre fin aux agissements des mangemorts était un but que j'avais toujours voulu suivre, pour aider leurs victimes, pour suivre mes convictions, pour stopper ou réduire les souffrances. Pour faire pénitence même si cela ne me lavera pas les mains. Pour avancer. Pour peut-être arriver à m'accepter, partiellement mais sincèrement. Pour oublier, tenter d'effacer un passé que je n'arrive pas à assumer. Le froid me piquait les yeux et je sentais un liquide s'agglomérer au coin de mon oeil, allant presque troubler ma vision.

Bloody hell, cette situation était ridicule. D'un geste rapide, je m'essuyai les yeux avant qu'un larme y apparaisse. Je tournais subitement la tête vers Klarh, décidée à mettre fin à ce silence tendu qui me cassait les pieds. Je ne lui en dirais pas plus sur si j'étais bien ou non membre de l'Ordre, il avait de toute façon déjà la réponse. Nonobstant c'était l'occasion idéale pour parler de la relation Phénix-Aurors et reprendre la discussion là où nous l'avions laissé alors que, élève à Poudlard, je ne savais rien de tout ceci.

- Ce sont les hors-la-loi dont tu m'avais parlé n'est-ce pas ? Que les Aurors sont obligés d'arrêter pour "conserver un semblant d'ordre". Un semblant!

Ronchonnement. Je me rappelais très bien de l'expression qu'il avait employé en amont de Pré-au-Lard. Le mot "semblant" m'avait marqué, tant il correspondait avec l'opinion que je me faisais des actes du ministère de la magie.

- C'est ça qui vous paralyse. Soigner les apparences. Cela fait partie de votre boulot : vous devez représenter l'élite, le gouvernement compte sur vous pour que vous apportiez la sécurité au pays et que vous rassuriez la communauté magique.

Soupir dépité. Ce n'était pas un reproche mais une remarque. Un constat déprimant: les Aurors devaient être à la chasse des membres de l'Ordre du Phénix, course-poursuite ridicule qui freinait notre combat commun. Je secouais la tête. C'était stupide mais c'était comme ça, la société magique ne trouvait pas d'autre moyen pour fonctionner. Les prises de décisions utiles à ce sujet ne se feraient donc pas officiellement puisqu'elles mettraient en doute l'efficacité du système, le ministère ne voudrait sûrement pas laisser les résistants libres de leurs faits et gestes. Le seul moyen était le secret comme pour la plupart des grands choix, c'était une solution vieille comme le monde.
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Dim 11 Mar 2012, 19:17



Klarh avait désormais la certitude qu'elle était membre de l'Ordre... Pourquoi ? C'était simple : au vu de ce qu'il avait rassemblé, en plus de son mini-aveu, elle ne pouvait guère nier cette évidence, tout comme il lui était aussi impossible d'acquiescer... agissait-elle sous Serment Inviolable ?

La jeune fille ne répondit pas tout de suite... Elle ne répondit même pas... Se perdant dans ses pensées, voulant sans doute éviter ce sujet, ou bien s'y noyant. Elle paraissait nerveuse, mais nullement inquiétée... Il la voyait désormais de dos, tandis qu'elle fixait la Tamise. D'un geste brusque, elle se frotta les yeux (ou quelque chose dans le genre, vu que Klarh ne voyait pas son visage), et se retourna...


- Ce sont les hors-la-loi dont tu m'avais parlé n'est-ce pas ? Que les Aurors sont obligés d'arrêter pour "conserver un semblant d'ordre". Un semblant ! C'est ça qui vous paralyse. Soigner les apparences. Cela fait partie de votre boulot : vous devez représenter l'élite, le gouvernement compte sur vous pour que vous apportiez la sécurité au pays et que vous rassuriez la communauté magique.

L'imposant Auror haussa les sourcils. Que voulait-elle dire ? Que le fait d'arrêter les membres de l'Ordre du Phénix n'était pas une bonne chose ?

" Si t'avais répondu tout d'suite, j'aurais pu douter de mon accusation... " dit-il calmement." Et puis, ce semblant d'ordre qui semble te poser problème, je le vois plus comme une situation instable car il y aura toujours des soucis... Pas comme un mensonge afin de faire durer l'ordre... Bien sûr, tout l'monde n'est pas de cet avis. Moi je suis là pour apporter la sécurité, qu'on ne me demande pas de mentir. Après, j'sais pas... ça fait de moi un mauvais Auror ? "

Petit instant de silence... de réflexion...

" Mais là j'me justifie encore... C'est égoïste, mais d'un autre côté, j'peux pas parler pour mes collègues. D'ailleurs, t'as de la chance d'être tombé sur moi."

Il s'approcha d'elle, rangeant sa baguette.

" J'veux en apprendre plus sur vous... Ça va t'paraître stéréotypé, mais à ce sujet, on m'a toujours dit quoi faire, quoi penser... Pour les mangemorts, c'pas trop un problème, j'ai vu de quoi ils étaient capables, j'ai pas vraiment besoin de creuser pour avoir une véritable motivation à les traquer..."

Lâchant un bon grognement d'amusement, Klarh semblait beaucoup plus détendu, comme s'il avait attendu ce moment depuis des lustres, et qu'enfin, il allait obtenir ce qu'il désirait, profitant de l'instant qui se déroulait petit à petit. Encore fallait-il qu'Abygael fasse preuve d'un peu plus de coopération, parce qu'il n'avait pas envie de recourir une nouvelle fois à la force...

D'ailleurs, pour lui prouver son honnêteté... Il se força à faire ce qu'il ne faisait que très rarement...


" S'il te plaît...J'y tiens vraiment. " avoua-t-il, la fixant dans les yeux.

Sans vraiment y avoir fait attention, il lui avait également attrapé les épaules pour plonger ses yeux dans ceux de la jeune fille. Ce n'était pas du tout semblable à son étreinte écrasante d'auparavant, elle pouvait très bien le repousser, s'arracher de cette prise, s'éloigner de ses mains... Il n'était pas (encore) retombé dans une telle violence. C'est ainsi, à demi-voûté, penché sur Abygael, ses yeux plongés dans le regard vairon de la brunette qu'il attendit, suite à sa demande...

Si elle ne souhaitait vraiment pas lui confier tout cela, il n'avait que deux options : la neutraliser pour l'emmener au Ministère (avec l'autre prostipatéticienne -ce mot n'existe pas, et alors ?- over-maquillée), ou bien s'en aller sans demander son reste. Il hésitait vraiment, voulant lui prouver qu'elle n'avait rien à craindre de lui, tout en souhaitant fortement obtenir les réponses qu'il cherchait... Ce qui donnait des résultats assez opposés...

En fait, cela le rendait fou, cette attente, ce contexte, cette chance, ... C'était comme si un mangemort apparaissait devant lui en lui disant qu'il ne se défendrait pas, et qu'il pourrait l'emmener à Azkaban seulement après l'avoir roué de coups et fait souffrir jusqu'à ce qu'il en ai marre (ce qui ne surviendrait qu'après quelques... heures ?). Plus sérieusement, il espérait juste que la jeune Abygael comprenne ses intentions...


Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Dim 08 Avr 2012, 17:14

- Si t'avais répondu tout d'suite, j'aurais pu douter de mon accusation...

Je haussais les épaules. Evidemment c'était ce qu'il aurait fallu faire et sûrement ce que la plupart des sorciers auraient fait à ma place. Sauf que je n'aimais pas mentir. C'était à se demander ce que je fichais dans une organisation illégale. Et je ne pouvais pas mentir sur ça, nier l'une des choses qui me tenait le plus à coeur. Même un simple "non" aurait été trop difficile à prononcer. Parce que "non" c'était "non, je ne suis pas de ceux qui gardent la tête haute" pire c'était "oui je suis de ceux qui laissent faire en faisant semblant de ne pas être concernés".

- Et puis, ce semblant d'ordre qui semble te poser problème, je le vois plus comme une situation instable car il y aura toujours des soucis... Pas comme un mensonge afin de faire durer l'ordre... Bien sûr, tout l'monde n'est pas de cet avis. Moi je suis là pour apporter la sécurité, qu'on ne me demande pas de mentir. Après, j'sais pas... ça fait de moi un mauvais Auror ?

Ses sourcils se froncèrent légèrement, appuyant sa réflexion. Je ne répondis pas à sa question, n'y trouvant pas de réponse et ne voulant troubler ses pensées. Surtout que je n'arrivais pas à définir son destinataire : s'adressait-il à lui-même, à moi, au vent ?

- Mais là j'me justifie encore... C'est égoïste, mais d'un autre côté, j'peux pas parler pour mes collègues. D'ailleurs, t'as de la chance d'être tombé sur moi.

Mouais, mis à part le petit incident de tout à l'heure. Il avança vers moi d'une démarche lente qui me laissait le temps de filer. J'en avais très envie là, Klarh semblait un tantinet... instable. Okay, il avait rangé sa baguette mais avec la masse de muscles qu'il possédait cela ne me rassurait pas des masses. Je me tendis, la main droite ferme sur ma baguette.

- J'veux en apprendre plus sur vous...

Je faillis m'étrangler. Il avait dit quoi là ? Il voulait que je lui servis les secrets de l'Ordre?! Sur un plateau d'argent Monsieur ? si je puis me permettre, le champagne pailleté d'or l'accompagnera à merveille...

- Génial. Après la mangemorte perverse, l'Auror calculateur.

Klarh tiqua à la fin de ma phrase mais garda son calme. L'accusation ne lui avait pas fait très plaisir mais après ce qu'il m'avait dit, c'était un prêté pour un rendu. Il tint à s'expliquer afin de se laver de tous soupçons:

- Ça va t'paraître stéréotypé, mais à ce sujet, on m'a toujours dit quoi faire, quoi penser... Pour les mangemorts, c'pas trop un problème, j'ai vu de quoi ils étaient capables, j'ai pas vraiment besoin de creuser pour avoir une véritable motivation à les traquer...

Deuxième fois qu'il établissait un parallèle entre les mangemorts et moi. J'aurais pu dire qu'il ne tenait pas à sa vie s'il ne pesait pas trois fois mon poids. Au moins. D'un autre côté, ce qu'il avait dit me titillait. Je pensais bien que les Aurors étaient éduqués à la chasse aux hors-la-loi avec moult discours sur les membres de l'Ordre, je me demandais quoi. Qu'est-ce qu'on pouvait leur dire pour qu'ils aient de nous une vision si noire ? Cela encore n'était qu'un détail par rapport à l'autre gros mystère qui était pour moi rester entier jusqu'à ce jour : quel réel avis portaient sur nous les Aurors ? Malgré l'opinion plutôt répandue qui voulaient que les Aurors soient les chiens du Ministère, aussi extrême et fausse selon moi que celle des Aurors valeureux héros défenseurs du bien, je continuais à penser que les Aurors étaient des sorciers pourvus de libre arbitre et que de ce fait ils forgeaient leur propre idée des groupes illégaux. Difficile de porte un jugement quand on avait rien de palpable et malgré l'expérience de l'Auror aucun exemple concret n'était venu affiné ce jugement.

Alors... peut-être qu'il disait vrai. C'était tellement tentant, le piège parfait. Si je tombais dedans, je ne me le pardonnerais jamais et lui apprendrais la douleur des remords. Si cela n'en était pas un, j'aurais une chance de donner de quoi réfléchir à Klarh, de faire pencher la balance. Peut-être que les clichés sur l'Ordre s'effaceraient, pour lui au moins. Je tenais une opportunité non négligeable de (foutue utopiste que je suis !) faire un pas vers la réconciliation entre Aurors et Phénix.

Toutes à mes pensées, cela ne m'empêchait pas de sentir le poids de son regard. Je relevais les yeux, que j'avais négligemment baissés pour ne pas me laisser distraire durant la prise de décision, me heurtant à la lueur brune des siens. Il posa ses mains sur mes épaules tout en me fixant. Cette fois-ci pas de compression, pourtant je n'étais pas à mon aise. La proximité ne me dérangeait pas trop d'habitude cependant la situation était ici on ne pouvait plus délicate. Je pouvais m'écarter sans peine pour une fois, je n'en fis rien. Son attitude m'intriguait de plus en plus.

Les yeux sont les fenêtres de l'âme disait-on. Je ne savais pas dans quelle mesure je devais interpréter cette phrase mais j'avais vu qu'on pouvait comprendre bien des choses en étant attentif à cette partie du visage très expressive. Klarh me présentait son regard sans peur et avec une grande sincérité... Il était digne de confiance.

- S'il te plaît... J'y tiens vraiment.

J'eus un petit rire:
- Je l'ai constaté...

Je me dégageais doucement de son étreinte, je n'aimais pas lorsque mes mouvements étaient restreints. D'autant plus que ma nervosité nécessitait un certain nombre d'allers-venus en vue de recouvrer mon calme.

- Baaaah... Par où commencer ? Nous sommes des illustres inconnus de toute classe sociale réunis par notre désir d'arrêter les mangemorts. Caractères très différents, motivations diverses mais une même volonté.

En parlant, mes frères et soeurs d'armes me venaient à l'esprit, souvenirs que je refoulais aussitôt. Il pouvait être légilimens, la prudence était de mise. Je lui accordais une confiance limité: j'aurais aimé pouvoir parler à coeur ouvert néanmoins les conséquences d'une confiance mal placée étaient désastreuses en guerre et le conflit qui déchirait l'Angleterre n'avait pas besoin de victimes supplémentaires.

- Pas très éloigné des Aurors je trouve, c'est absurde que nos deux groupes soient si opposés. Je le regrette... dis-je honnêtement. Nous sommes un échantillon du peuple qui veut prendre en main son destin. Les actes des mangemorts ont des répercussions sur tous, ils touchent notre famille, nos amis, ou notre morale. Pourquoi seuls les Aurors auraient-ils droit de combattre ?

Ma voix se faisait ferme, mon ton s'élevait. Mes paroles m'emportaient tant j'étais soulagée de pouvoir enfin m'exprimer sur cette injustice. Il me semblait, désormais que je les formulais, que ces mots trottaient dans ma tête depuis un bout de temps, peut-être depuis le mandat d'arrestation de Nathalie, cependant dans mon coeur ils avaient tourbillonné plus longtemps encore.

- Tout le monde paie le prix de leurs actes, tout le monde devrait pouvoir y mettre fin. Le sang répandu n'appartenait pas qu'à ceux qui travaillent pour le Ministère. Les victimes sont du peuple, de n'importe quelle famille lambda pourvu que le sorcier soit jugé impur. On devrait TOUS pouvoir choisir de mettre à profit le sang qui coule encore dans nos veines pour arrêter les massacres.

Je fis une pause, expliquant ensuite pourquoi les sorciers rejoignaient l'Ordre et non pas les Aurors. Tout cela me semblait évident mais après tout puisque Klarh posait la question cela ne devait pas tant l'être.

- Pour ceux qui veulent lutter sans intégrer les Aurors, l'Ordre du Phénix est la principale solution. Cette bataille qu'on a choisi de mener n'est pas une histoire de vocation ni de métier. Toutes les personnes qui sont contre les mangemorts n'ont pas forcément envie de devenir représentants de la loi. On agit parce qu'on ne veut pas du monde modelé par les idéologies mangemorts, ce n'est pas pour ça qu'on veut passer notre vie à courir après les criminels ou tout ceux qui ont voulu enfreindre la loi de manière plus ou moins amusante. De plus, on rejoint ce qu'on avait plus ou moins dit la dernière fois: travailler pour quelqu'un, le Ministère qui plus est, comporte son lot de désavantage. A dire vrai, beaucoup vous considèrent comme de gentils gogoles à la botte du Ministère.

Ce n'était pas très gentil de lui dire ça mais le but de la conversation n'était pas de lui lécher les bottes. J'espérais qu'il ne le prendrait pas mal, j'avais tendance à être un peu trop sincère en cela qu'il ne fallait.

- L'Histoire regorge d'exemples de peuples opprimés qui se sont rebellés, cela ne devrait pas être si compliqué à comprendre, conclus-je.
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Mar 17 Avr 2012, 10:32



La situation avait encore changé, et Klarh se demandait sérieusement comment tout cela allait finir. De plus, Abygael demeurait sans cesse dans ses pensées, privant sans doute Klarh de quelques informations plus ou moins utiles.

- Génial. Après la mangemorte perverse, l'Auror calculateur.

Eh ! Il fallait de tout, ma cocotte ! Si Klarh ne faisait pas preuve d'un minimum de réflexion, il était sûr de tomber sous le joug d'un quelconque manipulateur... ça lui était déjà arrivé, autant éviter de réitérer les mêmes erreurs du passé.

Un silence s'était installé après sa demande emplie de politesse et de sincérité. La jeunette eut comme un petit rire.


- Je l'ai constaté...

Remuant les épaules pour se dégager, elle entama une nouvelle série d'aller-retours... Apparemment, la technique des cent pas devait l'aider à mieux réfléchir, Klarh se jura de l'essayer un jour, pour voir ce que ça donnait. Le discours commença par quelque chose de pas vraiment important, qu'il savait déjà : bien sûr que les membres de l'Ordre venaient de toutes les classes sociales et partageaient à peu près le même but, à savoir arrêter les mangemorts. Mais ça, c'était le désir d'une bonne partie de la population, or, tout le monde ne rejoignait pas forcément l'Ordre du Phénix (bien heureusement...).

- ...Pourquoi seuls les Aurors auraient-ils droit de combattre ?

Fronçant les sourcils, Klarh ouvrit la bouche pour répondre, mais il se tut... Autant la laisser finir pour la noyer sous tout ce qui n'allait pas dans son raisonnement... Enfin, du moins pour qu'il lui donne son propre avis, car il ne pouvait pas nier le fait qu'il partageait quelques unes de ses idées.

- Les victimes sont du peuple, de n'importe quelle famille lambda pourvu que le sorcier soit jugé impur. On devrait TOUS pouvoir choisir de mettre à profit le sang qui coule encore dans nos veines pour arrêter les massacres.

Gardant un visage neutre tel un joueur de poker (po-po-po-poker face !), Klarh nota ses remarques dans un coin de sa tête. Voir la jeune fille réagir ainsi, s'expliquer et développer ses idées, ça restait tout de même beau à voir, malgré les erreurs dans son flot d'idéaux. Elle poursuivit par appuyer le fait que la chasse aux mangemorts ne devrait pas être réservée uniquement aux Aurors, et que ces derniers s'embêtaient (en quelque sorte), à faire respecter la loi plutôt qu'à rechercher activement les mages noirs. L'image de "chiens du Ministère" pouvait en effet se répandre dans l'esprit des gens, mais Klarh ne s'en préoccupait guère : l'important était d'instaurer un semblait d'ordre, et au vu de ce qu'il pouvait observer, le peuple ne se plaignait pas, ce qui voulait dire que ce n'était pas bien mauvais.

Après, si on s'adressait à lui comme à un chien ou qu'on l'insultait ouvertement, il se ferait une joie de montrer à quel point il pouvait avoir une part de bête en lui... L'on disait que la violence ne réglait rien, ce qui était totalement faux, et même si ce n'était pas toujours la solution, ça faisait toujours du bien de se passer les nerfs sur quelque chose ou quelqu'un !


- L'Histoire regorge d'exemples de peuples opprimés qui se sont rebellés, cela ne devrait pas être si compliqué à comprendre.

Klarh étira un sourire, apparemment elle avait fini... et c'était à son tour...

" L'Histoire regorge aussi de morts n'ayant eu aucune chance de s'en sortir, d'idiots allant se faire tuer parce qu'ils croyaient être protégés par leurs valeurs, leurs croyances ou je-n'sais-quoi."

Posant une main au niveau de son biceps gauche, là où s'étirait son éternelle cicatrice non-totalement-cicatrisée, il poursuivit :

" D'autres ont été entraînés dans quelque chose qui les dépassaient, et le peu qui a réussi à s'en sortir n'y est arrivé qu'avec beaucoup de chance..." dit-il, fixant Abygael du regard. " On ne gagne pas avec de la chance... Pas quand il y a de tels enjeux."

S'il agissait généralement (voir la plupart du temps) de manière sérieuse, ce n'était rien comparé à cet instant là : on essayait de remettre en question ses motivations, et tout ce en quoi il croyait... Il avait le droit d'exposer clairement sa façon de voir les choses. Il était persuadé d'être dans le vrai.

" Les Aurors combattent toute nuisance depuis bien plus longtemps que toute autre organisation "non-officielle", pourrait-on dire... Je comprend qu'il y a de nombreuses personnes qui voudraient se battre, se dévouer à combattre les mangemorts, mais c'est très dangereux. Il faut être prêt à tout instant, il faut se forger chaque jour. Et c'que tu dis, courir après ceux qui enfreignent la loi...C'est tout aussi important. C'est ce qui empêche l'apparition d'autres groupes aussi importants que les mangemorts."

Commençant lui même à faire quelques pas sans vraiment s'en rendre compte, il continua...

" J'veux bien admettre que c'te scission soit un peu incohérente la plupart du temps... Mais tu trouves pas que c'est un peu abusé, certaines de vos actions ? J'veux dire, il faut songer à un équilibre de la population... Que le Ministère soit parfait ou pas... Sinon ce s'rait l'horreur totale, l'anarchie et le chaos. Dit comme ça, c'fait un peu abusé, mais pourtant ça pourrait très bien redevenir comme dans le passé, lorsque le Ministère servait plus à rien et que les mangemorts allaient limite y déjeuner en se servant du bureau du Ministre comme salle à manger."

Du pied, il écrabouilla rageusement (et aussi soudainement que ça) une petite boîte en carton qui traînait au sol, il laissa échapper un grognement sourd : il était agacé par cette conversation, mais il ne voulait pas l'abréger pour autant, il avait besoin d'en savoir plus, pour lui-même... Mais peut-être aussi pour améliorer la situation... L'espoir, c'était bien beau, il ne fallait pas lui en vouloir. Du coup, pourquoi venait-il d'anéantir cette pauvre boîte ? Sûrement pour évacuer un brin de tension. Abygael allait le prendre une brute... Ce qu'il n'était pas... Enfin, pas toujours.

" Bon, écoute, c'est vrai que le Ministère et la loi, c'pas toujours ce qu'il y a de mieux, mais c'est nécessaire... Et nous autres Aurors, ne sommes pas totalement rattachés à celui-ci."

Fronçant à nouveau les sourcils, il glissa d'un air glacial :

" Qu'ils essaient de me mettre des chaînes, si j'm'en rends compte et que ça me gène, ça va chauffer..."

Se grattouillant la barbe en réfléchissant s'il était potentiellement "enchaîné" par le Ministère... A part ses devoirs de Magenmage et ses rapports d'Auror, il n'y avait pas grand chose de dérangeant : s'il fallait sauter à la gorge d'un mangemort, ce n'était pas un rapport en attente qui allait le clouer au quartier des Aurors.

Non, ça va, il n'était pas enchaîné pour l'instant, il n'y avait aucune révolte ou représailles à faire éclater. Il avait fui face à des mages noirs bien plus malins que le Ministère alors qu'il n'était qu'un enfant puis un adolescent, alors en plus en connaissant bien le système ministériel, il n'avait rien à craindre s'il devenait "hors la loi"... Bon après, il s'y prendrait sûrement d'une autre manière pour manifester son mécontentement avant d'en arriver à faire quelque chose de "mauvais".

Remuant légèrement la tête de gauche à droite pour se remettre les idées en place, il en revint à Abygael.


" Donc j'suppose que les tiens ne veulent pas coopérer avec de..."gentils gogoles à la botte du Ministère" ? Non parce que j'suis sûr qu'on pourrait en tirer quelque chose d'utile."

Elle avait parlé de "ceux qui voulaient lutter sans représenter la loi"... Et là, ça le gênait un tantinet...

" Puis bon, tu parles de combattre les mangemorts sans représenter la loi... A quoi bon ? La vengeance ? La gloire ? Je n'ai pas intégré les Aurors pour une quelconque vocation ou un métier, je l'ai fait pour me battre, tenter d'offrir un quotidien meilleur à ceux qui l'méritent. Et ça passe tout autant par l'éradication des mangemorts que par l'maintien du calme. "

Parce que pour combattre les mangemorts, il fallait mettre de côté la loi ? Ce n'était pas à elle de décider...Croisant les bras, il lui lança un regard en coin.

" Avec c'que tu m'dis, c'est limite si tu m'invitais à vous r'joindre, là..."

Auror, Phénix... Quelle était la différence, en fin de compte ? Autant il aimait faire appliquer les lois, autant parfois cela l'agaçait, et il souhaitait vraiment se concentrer uniquement sur la traque des membres de la sombre organisation. Se perdant dans ses pensées, il considéra un instant ses dernières paroles... Trahirait-il les Aurors ? Non non, ce n'était pas vraiment une trahison si ce qu'il faisait ne leur causait pas du tort... Et puis qu'est-ce qui l'empêchait de conserver son statut d'Auror, et de fournir aux Phénix certaines informations pour qu'ils se concentrent uniquement sur la capture des mangemorts ?

Tout ceci était bien tentant, il fallait l'avouer... Cela risquait de lui donner du travail en plus, mais il ne demandait que cela : oublier le temps d'oisiveté, qui ne servait qu'à lui faire penser à Anna. Il voulait se rendre utile, encore plus qu'en tant que simple Auror... Avec une telle charge de travail sur les épaules, même lui allait inévitablement s'effondrer, mais s'il était possible d'améliorer la situation avant de ne plus pouvoir tenir le rythme, cela valait la peine d'essayer, non ?

Quoi qu'il en soit, Abygael devait sûrement avoir remarqué qu'il était en pleine réflexion sur le sujet. C'était impossible à cacher... Elle devait absolument lui faire confiance...

Il ne pouvait décemment pas la laisser partir, après avoir eu cette certitude qu'il n'y avait pas que du mauvais dans les agissements de l'Ordre. Et quoi de mieux pour être satisfait que de retrousser ses manches et de plonger soi-même les mains dans le vif du sujet ?


Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Jeu 10 Mai 2012, 14:50

Klarh ne pipa mot durant mes explications qui revêtaient presque l'allure de la défense d'un avocat. Il m'écoutait parler sans m'interrompre, ne laissant pas même transparaître son avis rapport à mes paroles par des expressions faciales. Son visage restait neutre, dépourvu de réactions... J'l'ai pas endormi quand même ?

Un peu angoissée quant à l'état de santé du brun, je fus contente de voir la masse de muscle s'agiter, prouvant ainsi que non mes paroles ne l'avaient pas assommées. Hallelujah! Non seulement il était encore vivant mais il avait la force de sourire, fallait croire que mes dires n'avaient pas été si lourdingues que ça.
- L'Histoire regorge aussi de morts n'ayant eu aucune chance de s'en sortir, d'idiots allant se faire tuer parce qu'ils croyaient être protégés par leurs valeurs, leurs croyances ou je-n'sais-quoi. Il prit une pause, le temps de porter la main à son bras gauche. D'autres ont été entraînés dans quelque chose qui les dépassaient, et le peu qui a réussi à s'en sortir n'y est arrivé qu'avec beaucoup de chance... On ne gagne pas avec de la chance... Pas quand il y a de tels enjeux.
La façon dont il disait ces dernières paroles me laissait penser qu'il faisait plus qu'exposer son avis. Un quelque chose dans sa voix, imperceptiblement plus grave, ou alors était-ce son regard dans lequel était passé une ombre fugace ? La milli-seconde plus tard, l'instant était perdu, plus de trace d'un éventuel et minuscule changement d'attitude. Parfait, je rêve éveillée.

Me reconcentrant sur la discussion, je cherchais à comprendre ce qu'il essayait de me dire. L'idée de mort semblait dominer dans sa phrase, comme s'il aurait s'agit de quelque chose de véritablement important.
- Et alors ? demandais-je en fronçant à peine les sourcils. Si cela peut te rassurer, je suis positivement sûre de pouvoir mourir comme tout le monde! ris-je.
Je plongeais la main dans une de mes multiples poches et la remontais armée d'un petit canif avec lequel je fis une toute petite incision sur le bout du pouce, simplement de quoi faire perler le sang. Je pensais pouvoir me le permettre, Klarh n'avait pas vraiment le profil type du gringalet pâle comme la mort. Crocs acérés et forces décuplés ça oui, goût de l'hémoglobine peut-être mais pour le reste il n'avait pas vraiment la tête du statut vampire. Je lui montrais donc le rouge sur mon pouce avec un air de "c'est pas du ketchup alors t'amuse pas à en mettre une platré sur tes frites".
- Je saigne. Rien ne m'en empêche et rien ne me protégera de la mort. Je vais mourir et je le sais mais... franchement qu'est-ce qu'on s'en fout ? Toi aussi! J'veux pas te démoraliser mais tu vas mourir, tout le monde va y passer!
Je mis fin à la démonstration, suçant mon pouce avant de murmurer un Episkey.
- Enfin tu le sais déjà ça, non ? le taquinais-je. Alors pourquoi est-ce que tu trouves ça si grave ?

Par ailleurs je ne voyais pas où il voulait en venir dans son argumentation. Ils opposaient ceux qui s'élançaient aveuglément dans la gueule du loup et ceux qui y étaient attirés malgré eux mais quel était le lien avec l'Ordre du Phénix ?
- Je ne te suis pas... Nous savons que nous risquons la mort. Mais c'est un danger à courir. De toute façon on est déjà vu comme des "idiots" illuminés... alors bon. Tant qu'à faire faut aller jusqu'au bout de ces idées.
- Ouais, j'sais tout ça, c'pas la peine de m'faire une scène comme ça... Il avait une tête de grand-père fatigué et par la vie et par ses petits-enfants turbulents quand il disait ça. Puis j'te demande pas de mourir, bien au contraire, contrairement à c'que tu pourrais penser, je ne suis pas prêt à mourir au combat... Mourir signifie devenir inutile, laisser les autres derrière soi, avec moins de chances de s'en sortir, ne plus pouvoir agir pour empêcher certaines personnes de souffrir...
- Waouh t'es vachement axé sur le côté protecteur et tout ça... A t'entendre parler on dirait que c'est le but ultime de ta vie.
Mon ton ne contenait aucune trace de moqueries, juste de l'étonnement et une discrète dose d'admiration. Je comprenais tout à fait son point de vue sauf que moi je n'étais pas un grand sorcier capable de faire avancer la science de la magie, ni même un sorcier baraqué qui avait de sacrés arguments contre les mangemorts. Klarh était les deux, alors c'était clair qu'il ne pouvait pas se permettre de mourir avec tout le pouvoir qu'il détenait pour faire avancer les choses dans le bon sens. Mais quand on était une petite souillon du Shropshire sans importance, dont la plus grande action officielle était d'avoir obtenu un Optimal à ses ASPICS de Défense contre les Forces du Mal ce qui ne l'avait pas aidé à se dégoter un emploi, qu'on n'arrivait à lancer un enchantement correct que depuis peu, bref quand on était personne, la mort n'avait pas la même valeur. Je n'avais aucune envie de mourir, je trouvais que la vie m'allait très bien mais je ne me faisais pas d'illusion : si je devais mourir, l'Ordre n'en serait pas irrémédiablement handicapé.

- Les Aurors combattent toute nuisance depuis bien plus longtemps que toute autre organisation "non-officielle", pourrait-on dire... Je comprend qu'il y a de nombreuses personnes qui voudraient se battre, se dévouer à combattre les mangemorts, mais c'est très dangereux. Il faut être prêt à tout instant, il faut se forger chaque jour. Et c'que tu dis, courir après ceux qui enfreignent la loi...C'est tout aussi important. C'est ce qui empêche l'apparition d'autres groupes aussi importants que les mangemorts.
Rien à redire à cela, je n'émis aucune objection (j'ai peut-être retroussé les babines au mot "nuisances", je vous l'accorde... Aurors combattent toutes nuisances + Aurors combattent Phénix = Phénix sont des nuisances). Mon problème n'était pas la compréhension. Je comprenais son point de vue, seulement je n'y adhérais pas.
Klarh avait commencé la conversation stoïque, dorénavant ses paroles le remuaient, dans les deux sens. Il se mit à marcher (niarf c'est contagieux), songeur.
- J'veux bien admettre que c'te scission soit un peu incohérente la plupart du temps... Mais tu trouves pas que c'est un peu abusé, certaines de vos actions ? J'veux dire, il faut songer à un équilibre de la population... Que le Ministère soit parfait ou pas... Sinon ce s'rait l'horreur totale, l'anarchie et le chaos. Dit comme ça, c'fait un peu abusé, mais pourtant ça pourrait très bien redevenir comme dans le passé, lorsque le Ministère servait plus à rien et que les mangemorts allaient limite y déjeuner en se servant du bureau du Ministre comme salle à manger.
- On ne cherche pas à faire dans la dentelle, on veut être efficace. Pour garder l'équilibre de la population, l'ordre auquel tu tiens tant, il faut apporter de la crédibilité au système en le respectant. Toutes les lois, toutes les procédures, même celles que l'on juge inutiles ou infondées... On peut perdre un temps considérable en fioritures.

SCROOOOOUTCHHHHHH!!!
Une boîte en carton rendit son dernier soupir, écrasé par le pied rageur de l'Auror. Était-ce mon manque de tact qu'elle payait de sa vie ? Je fis prudemment quelques pas en arrière, j'avais goûté à sa poigne et je n'en redemandais pas.
- Bon, écoute, c'est vrai que le Ministère et la loi, c'pas toujours ce qu'il y a de mieux, mais c'est nécessaire... Et nous autres Aurors, ne sommes pas totalement rattachés à celui-ci. Qu'ils essaient de me mettre des chaînes, si j'm'en rends compte et que ça me gène, ça va chauffer...
Malgré le ton qu'il avait pris pour ces dernières phrases, Klarh ne se mit pas à détruire un autre inoffensif déchet. Déchet... Elle est bien toujours dans les vapes l'autre hein ? Par mesure de précaution, j'informulais un Ensoporis avant de reprendre part à la discussion.
- Contente de te l'entendre dire, dis-je et mon sourire en témoignait.
- Donc j'suppose que les tiens ne veulent pas coopérer avec de..."gentils gogoles à la botte du Ministère" ? Non parce que j'suis sûr qu'on pourrait en tirer quelque chose d'utile.

Surprise d'avoir entendu le mot coopération, que je n'aurais jamais cru être employé pour lier les Aurors et les Phénix, je regardais mon interlocuteur avec des yeux ronds. Mon visage prit une moue de surprise avant de reprendre son expression joyeuse.
- Coopérer ? Tu... t'es sérieux là ? C'est une proposition ? J'espérais qu'il ne me faisait pas une blague, fallait reconnaître que c'était bien goupillé mais ça ne m'empêcherait pas de m'énerver s'il se fichait de moi.
- Waow! sifflais-je. J'y ai souvent pensé mais je n'en ai jamais parlé autour de moi, c'était une idée comme ça, rien de concret. Je ne sais pas trop comment ils prendraient ça. Fin bon, tu vois bien comme moi que c'est pas la super entente entre les Aurors et les Phénix. Vous arrêtez les nôtres, on vous met des bâtons dans les roues, tout ça. Personnellement je n'adhère pas à cette manière de faire, je trouve ça ridicule. C'est des gamineries inutiles qui nous font respectivement perdre notre temps et en gagner aux mangemorts. Je travaillerais volontiers avec vous si j'étais certaine de pouvoir vous faire confiance. Par contre, confonds pas coopération et exploitation hein... Parce que "tirer quelque chose" de quelqu'un j'y rangerai dans la seconde catégorie.
Moi, susceptible ? Naaaaaan, vous n'y êtes pas du tout.
- Je pensais plutôt à tirer quelque chose de cette coopération, pas d'vous, me fais pas dire ce que je ne penses pas. Et s'il n'y a pas de confiance, ça risque pas d'aller bien loin...Mais j'suppose que ça doit se faire progressivement.
Il avait raison, si cela commençait ainsi la coopération n'irait pas bien loin. Seulement, j'étais d'une nature méfiante (sans pour autant être prudente... paradoxe) et j'avais appris à douter des Aurors. Je gardais pourtant quelque lucidité : on prenait déjà des risques en combattant avec les mangemorts, pourquoi l'entraide avec les Aurors serait-elle un acte plus dangereux ? Et après tout, les phénix étaient faits pour jouer avec le feu.

- Puis bon, tu parles de combattre les mangemorts sans représenter la loi... A quoi bon ? La vengeance ? La gloire ? Je n'ai pas intégré les Aurors pour une quelconque vocation ou un métier, je l'ai fait pour me battre, tenter d'offrir un quotidien meilleur à ceux qui l'méritent. Et ça passe tout autant par l'éradication des mangemorts que par l'maintien du calme.
- Ceux qui rêvent de gloire ne vont pas intégrer l'Ordre, c'est pas très compatible avec l'aspect "secret", "illégal" etc, commençais-je d'un ton ironique. La vengeance, je suppose que pour certains c'est le cas. Il y a aussi d'autres motifs plus simples : protéger nos proches, s'impliquer dans la bataille qui joue notre avenir, s'opposer à des actions que l'on juge immorales... énumérais-je plus sérieusement. Rien de bien loin avec tes propres motivations d'Auror. La différence majeure c'est qu'on ne veut pas se mêler de la loi ni faire de cette vie notre métier. J'avais du mal à expliquer ce qui me paraissait si évident mais qui ne l'était pas pour tout le monde. On ne veut pas anéantir tout danger existant, juste les mangemorts puisqu'ils sont la principale nuisance. S'ils n'existeraient pas, l'OP n'aurait pas de raison d'être tandis que vous vous auriez toujours d'autres criminels à attraper. Nous ne nous sentons pas concernés par le maintien de la paix en général, ça c'est votre boulot. Nous agissons par nécessité, par un sentiment d'urgence, pas parce que nous aimons réellement agir ainsi. Enfin nous... je parle surtout pour moi là. Mais je pense qu'en général, les membres de l'Ordre agissent parce qu'ils se sentent menacés (pas directement ni personnellement) et qu'ils veulent se défendre.
- Avec c'que tu m'dis, c'est limite si tu m'invitais à vous r'joindre, là...

Il me lança un regard en coin, méfiant, qui me fit rire. Même si au fond je savais que cette conversation était terriblement sérieuse, presque grave de part les conséquences qu'elle pourrait avoir. Je voyais ses atermoiements, tout cela le touchait vraiment et le faisait douter sur sa position de "chasseur de phénix".
- Je crois que j'ai tendance à m'épandre sur les sujets qui me tiennent à coeur, m'excusais-je d'un sourire gêné. Je cherche pas à te convertir, plutôt à... j'sais pas, calmer le jeu. Je veux juste te montrer les choses sous un autre point de vue, pas te les imposer.

- Final'ment on avance pas autant qu'ça, mais bon. Calmer le jeu, moi j'veux bien, mais je pense que tes collègues risquent d'avoir du mal avec ça... Je souris. Dis-leur simplement qu'il y a une personne en qui ils peuvent avoir confiance, si leurs motivations sont simplement de se battre contre les mangemorts.
- Okay, je ferais passer le mot.
- Ensuite, j'vais pas te cacher le fait que de simples civils, qui prennent autant de risques, et se mettent la loi à dos... Ça m'enchante guère. Mais j'pense qu'il n'y a pas que des bras cassés dans vos rangs, sinon z'auriez déjà tous fini à Azkaban.
Je pris ça pour un compliment, pour une fois qu'il n'insinuait pas qu'on était tous des délinquants boutonneux tout juste bons à mettre le souk.

- J'garde...ça... fit-il en ramassant mon agresseuse. Par contre, j'm'arrangerais pour qu'elle pourrisse dans un joli cachot. Examinant à nouveau son physique, il se corrigea avec humour : Urh...Ouais bon, un cachot tout court, ça ira. Il fit une pause avant de reprendre : Bref...Abygael, merci d'me faire confiance, t'as pris des risques, alors j'veux bien en prendre en retour, mais on va éviter de presser les choses. Tu sais quoi dire à tes amis de l'Ordre, et s'ils ne sont pas d'accord, on pourra toujours limiter les dégâts en faisant comme si l'on ne s'était jamais rencontrés.
- Non. Je secouais la tête. Je ne veux pas mentir, on a peut-être fait une bêtise mais on assumera.
- Dans c'cas...J'te laisse... Fais gaffe tout d'même, si la prochaine fois tu tombes sur quelqu'un qui sait mieux s'battre, je serais pas là...
- C'est bon, j'vais éviter de traîner dans le coin quelque temps... De toute façon la ville c'est pas trop mon truc. Bon ben salut alors, bonne chance pour la suite. Et, avant qu'il ne transplanât : Merci.


Dernière édition par Abygael Thompson le Mar 28 Aoû 2012, 10:55, édité 2 fois
Klarh Findirs
Klarh Findirs
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Crocodile marin
Chercheur en Enchantements



Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Klarh Findirs, le  Lun 11 Juin 2012, 20:06

[Vraiment désolé du temps d'attente, ne plus avoir internet, c'est le mal ! C'est pire que touuuut X_x]



Face à Abygael, Klarh ne pouvait s'empêcher de songer à une gamine qui voulait "taper les méchants", sans comprendre que ces méchants n'hésiteraient pas une seconde pour lui faire subir les pire souffrances avant de la tuer de sang-froid.

Se la jouant dramatique, elle dégaina un couteau de poche (camouflant sa surprise, Klarh se contenta de retenir l'envie de la désarmer immédiatement) et s'entailla le doigt pour appuyer ses paroles.


- Je saigne. Rien ne m'en empêche et rien ne me protégera de la mort. Je vais mourir et je le sais mais... franchement qu'est-ce qu'on s'en fout ? Toi aussi! J'veux pas te démoraliser mais tu vas mourir, tout le monde va y passer!

La vue du sang ne le dérangeait pas, au contraire... Et c'était ça le problème. Il n'était pas un monstre assoiffé de sang, mais il y en avait un potentiel qui aimerait bien s'emparer de son corps pour se ruer sur la jeune fille... Enfin, c'était plus une sensation désagréable qu'un réel danger, il contrôlait suffisamment son animagie pour ne pas y succomber au moindre soucis...Heureusement pour Abygael

" Ouais, j'sais tout ça, c'pas la peine de m'faire une scène comme ça... " fit-il, soupirant légèrement. " Puis j'te demande pas de mourir, bien au contraire, contrairement à c'que tu pourrais penser, je ne suis pas prêt à mourir au combat... Mourir signifie devenir inutile, laisser les autres derrière soi, avec moins de chances de s'en sortir, ne plus pouvoir agir pour empêcher certaines personnes de souffrir..."

Ce raisonnement était bien particulier, surtout vu qu'il était du genre à se mettre devant les autres pour les protéger : la plupart du temps c'était pour dévier les sortilèges, pas les encaisser à leur place (bien qu'il y était parfois sujet).

Le pseudo-débat continuait : Abygael était fermement accrochée à sa vision des choses, et Klarh n'aimait pas vraiment lorsque les gens s'entêtaient autant. Il savait que les lois n'étaient pas toujours parfaites, qu'elles pouvaient faire perdre du temps, mais il estimait que tout ceci servait à rassurer la population, à empêcher le chaos de s'installer, ce qui, dans un groupe d'êtres vivants en communauté, s'avérait être assez problématique, d'autant plus si la communauté en question comportait un bon nombre de membres.

Il n'essaya pas de lui faire comprendre que des règles, parfaites ou non, étaient nécessaires, il avait autre chose en tête, bien qu'il ne cautionne pas vraiment l'emploi du mot "fioritures". Lorsqu'il lui proposa une éventuelle coopération entre les deux regroupements de chasseurs de mages noirs, elle sembla vraiment surprise.

Comme elle le disait, ils perdaient tous du temps à se chercher des noises tandis que les véritables nuisances couraient les rues.


- Je travaillerais volontiers avec vous si j'étais certaine de pouvoir vous faire confiance. Par contre, confonds pas coopération et exploitation hein... Parce que "tirer quelque chose" de quelqu'un j'y rangerai dans la seconde catégorie.

A ces mots, il roula des yeux...

" Je pensais plutôt à tirer quelque chose de cette coopération, pas d'vous, me fais pas dire ce que je ne penses pas." précisa-t-il, fronçant les sourcils avant de reprendre. " Et s'il n'y a pas de confiance, ça risque pas d'aller bien loin...Mais j'suppose que ça doit se faire progressivement. "

Il tenait tout de même à éclaircir certains points avec elle : il ne s'agissait pas de se lancer dans quelque chose de merveilleux, glorieux et amusant, non... Les Aurors ne buvaient pas le thé pendant leurs combats, abattant une vingtaine de mangemorts à chaque sortilège : c'était bien loin de la vision de certaines personnes. Écoutant sa réponse il acquiesça d'un léger mouvement de tête face à certains points... Après l'avoir écouté parler pendant un bon moment (parce qu'après tout, la jeunette avait un débit de parole assez impressionnant, quand elle s'y mettait !), Klarh n'était pas plus avancé que ça sur l'Ordre du Phénix, mais il avait gagné une sorte d'amie...Ou du moins quelqu'un qui lui faisait confiance pour lui révéler une chose telle que l’appartenance à l'Ordre.

- Je crois que j'ai tendance à m'épandre sur les sujets qui me tiennent à cœur. Je cherche pas à te convertir, plutôt à... j'sais pas, calmer le jeu. Je veux juste te montrer les choses sous un autre point de vue, pas te les imposer.

Ah ? Elle ne cherchait pas à l'enrôler dans sa noble cause du combat contre les mangemorts ? C'était assez vexant... N'était-il pas suffisamment expérimenté ? N'avait-il pas carrément la tête de l'emploi ? Oh...Non en fait... Quelqu'un d'aussi voyant que lui n'arriverait jamais à tenir le coup dans une organisation secrète où il fallait cacher son identité, comme pour les mangemorts : même sous une longue cape noire et derrière un masque, il faisait toujours plus de deux mètres et sa silhouette ne passait pas du tout inaperçu... Quoi qu'il en soit, il n'avait pas envie de quitter ou trahir les Aurors.

" Final'ment on avance pas autant qu'ça, mais bon. Calmer le jeu, moi j'veux bien, mais je pense que tes collègues risquent d'avoir du mal avec ça... Dis-leur simplement qu'il y a une personne en qui ils peuvent avoir confiance, si leurs motivations sont simplement de se battre contre les mangemorts." commença-t-il. " Ensuite, j'vais pas te cacher le fait que de simples civils, qui prennent autant de risques, et se mettent la loi à dos... Ça m'enchante guère. Mais j'pense qu'il n'y a pas que des bras cassés dans vos rangs, sinon z'auriez déjà tous fini à Azkaban."

Marquant une pause pour s'étirer le cou, il s'approcha de la femme qui était toujours au sol, l'attrapa par la nuque et la releva comme s'il ne s'agissait que d'une poupée de chiffon.

" J'garde...ça...par contre, j'm'arrangerais pour qu'elle pourrisse dans un joli cachot."

Baissant les yeux, il vit à quel point la sorcière était moche.

" Urh...Ouais bon, un cachot tout court, ça ira." dit-il pour plaisanter. " Bref...Abygael, merci d'me faire confiance, t'as pris des risques, alors j'veux bien en prendre en retour, mais on va éviter de presser les choses. Tu sais quoi dire à tes amis de l'Ordre, et s'ils ne sont pas d'accord, on pourra toujours limiter les dégâts en faisant comme si l'on ne s'était jamais rencontrés."

Il commençait à en avoir marre, il voulait rentrer, réfléchir à tout cela. Abygael ne lui avait pas vraiment insufflé le doute concernant ses motivations d'Auror, il devait cependant revoir sa position concernant les membres de l'Ordre du Phénix... Bien qu'il y ait toujours le fait qu'ils répandaient le chaos en se dressant contre les lois. Bref...Oui, il avait besoin de réfléchir.

" Dans c'cas...J'te laisse... Fais gaffe tout d'même, si la prochaine fois tu tombes sur quelqu'un qui sait mieux s'battre, je serais pas là..."

Récupérant sa baguette pour ajuster les liens de la sorcière inconsciente, il fit volte-face et s'éloigna...Si Abygael devait lui dire quoi que ce soit, il n'allait pas lui faire l'affront de transplaner immédiatement. Quant au fait qu'elle puisse l'attaquer dans le dos... Il avait sa baguette en main, qu'il n'avait pas vraiment récupéré pour saucissonner davantage une sorcière qu'il pouvait aisément assommer d'un coup de poing. Vigilance constante, comme disait autrefois un Auror d'exception.
Zepheryn Belkoven
Zepheryn Belkoven
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Zepheryn Belkoven, le  Mar 03 Juil 2012, 18:43

PV Ethan Bennet & Zepheryn Belkoven

Tchu' tchuuu.

Zepheryn descendit du train, son sac à main extensible chargé de victuailles, de vêtements, maquillage, de tout équipement pour femme quoi. Une semaine de congé lui avait fait du bien, surtout passé chez son frère adoptif. C'avait été des rires, des échanges vifs et fraternels, des regards complices tout du long de son séjour. Elle pouvait le considérer comme son meilleur ami. Cet homme avait toujours été son exemple. Il avait la classe. Mais aujourd'hui devait-elle revenir à la réalité, dans son monde, retourner servir les clients du bar, retourner retrouver sa baguette et le monde magique qu'elle venait de quitter. A chaque séparation de son monde, elle avait cette déchirure, là, sous la tempe. Elle avait toujours besoin de magie. Elle en aurait toujours besoin, coûte que coûte. C'est d'ailleurs ce qui l'avait fait revenir ici du Brésil. S'exiler de ce qui coulait en elle, de ce qui la faisait vivre chaque jour, sourire, et aimer était impossible. Impossible... Le ciel virait aux teintes bleutées. L'on voyait des couleur orangées au loin. Très loin. La nuit tombait, doucement. Guettant le monde. Zepheryn était trop fatiguée pour transplanner de suite. Elle se trouverait un endroit où dormir à Londres, et repartirait le lendemain à Loutry. La jeune femme longea le quai et sortit de la gare.

Mer**, il est où ? Viens à moi !

Elle fouillait dans son sac, discrètement, ce qui pourtant attirait l'attention tant elle plongeait son bras avec énergie en poussant des exclamations. Il lui fallait ses cigarettes. Elle n'aimait pas voyager. Toujours cette boule au ventre. Toujours ce mal de coeur, et toujours impossible de fumer pendant des heures. Pas de panique. Elle allait le trouver. Tout allait bien, évidemment. Non, ça n'allait pas, il fallait qu'elle ai sa dose. Tout de suite. Elle allait se trouver un tabac, et tout irait mieux. Evidemment. Les rues affluaient de monde, ce qui accentuait son malaise. Il ne manquait plus que ça. La jeune femme porta machinalement sa main à son pendentif, reluisant sur sa peau beige, avant de continuer à arpenter la grande rue. Il faisait nuit. Et pourtant il faisait chaud. Cela devait être une impression. La jeune femme passa des minutes qui lui semblèrent être des heures face à son manque et à sa fatigue. Elle se résigna à longer la grande Allée et prit plaisir à pourchasser les rats des ruelles. Ca n'était plus qu'une question de minute... Evidemment.

* *
*

Le paquet en main. Le plaisir de tenir les 20 cigarettes en une main. Elle se retenait de sauter partout en sortant de l'enseigne. La patience allait enfin payer. Elle ignorait où elle s'était mise et encore moins si elle était encore à Londres même tant elle avait marché encore et encore. Elle se débrouillerait le lendemain. Il faisait sombre. Elle aimait cette obscurité. Il la couvrait. L'enveloppait, doucement. Elle marchait, sûre d'elle, éclairée du briquet qu'elle tenait entre ses mains. L'eau miroitait face à elle. De grands bateaux y étaient remorqués. La jeune femme s'appuya contre une grande dalle, sortit la camel reluisante, l'alluma, et la savoura. Parfait. Elle observa tranquillement les reflets d'eaux où la lune se perdait. On y voyait quelque peu grâce à sa douce lumière. Sa cigarette se consumait doucement, tandis qu'elle entendit des bruits de pas. Elle ne se détacha néanmoins pas du point qu'elle fixait. Une ombre se dessina sur les reflets d'eau à ses côtés...
Invité
Anonymous
Invité

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Invité, le  Mar 03 Juil 2012, 20:15

Encore une réunion fatigante. Depuis qu’il avait été nommé Directeur de l’enseignement, c’était costard cravate tous les jours et des réunions à tour de bras qui duraient une éternité. Tout en sortant de la salle de réunion il parcouru le long couloir en marbre noir du Ministère et poussa la porte qui menait vers les ascenseurs. Cette partie-là du Ministère était exclusivement réservée au MagenMagot et au Ministre, personne d’autre ne pouvait venir ici.

Quel satisfaction pour le jeune homme d’accédé enfin au pouvoir et à la reconnaissance qu’offre un poste de cette envergure. L’homme était enfin respecté, tout ce qu’il attendait depuis longtemps. Il prit l’ascenseur, et se retrouva tout en bas, non loin de la célèbre fontaine qui orne le hall du Ministère. Marchant d’un pas calme et optant pour une posture droite, il se dirigea doucement vers la sortie.

L’air frais de la nuit rempli rapidement ses poumons et machinalement, il chercha son paquet de cigarettes qui se trouvait dans la poche intérieur de son costume. Après quelques secondes de fouilles des différentes poches, le jeune homme arriva à la conclusion qu’il n’avait pas son paquet sur lui. Comme à son habitude il allait dire à Chaussette de se remuer le train et de lui apporter sauf qu’aujourd’hui l’elfe était occupé ailleurs. Donc impossible.

Il continua à marcher dans les rues sombres de Londres en espérant trouver un bar, ou un tabac dans lequel il pourrait acheter un paquet. Sauf qu’à cette heure tout était fermé… Il se résigna finalement a allé marcher le temps de se poser un peu, et d’admirer le paysage…

Il arriva finalement sur les docks et tout en balayant du regard le lieu, il cherchait quelqu’un qui pourrait gentiment lui dépanner un bâton de tabac. Sauf que la nuit, ben y’a personne sur les docks.

EthanMer**… Y’a jamais personne ici…

Ajoutant quelques pas à ceux déjà parcouru, il put finalement apercevoir une silhouette qui se tenait là non loin avec une cigarette à la main ! Rajustant son costume pour ne pas paraitre sale ou désordonné, il s’approcha doucement puis ajouta d’une voix douce et peu forte histoire de ne pas lui faire peur.

EthanExcusez-moi, je suis désolé de vous demander ceci, mais auriez-vous une cigarette à me dépanner ? Tous les tabacs sont fermés à cette heure-ci.

Restait plus qu’a voir si la jeune femme ne le prendrais pas pour un fou et ne s’enfuirait pas en courant.
Zepheryn Belkoven
Zepheryn Belkoven
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Zepheryn Belkoven, le  Mar 03 Juil 2012, 21:27

L'ombre demeura, au dessus de l'eau. Il la fixait. Zeph' tourna la tête vers l'Inconnu, reprenant une taffe de sa camel. Parce que, non, elle n'allait pas gaspiller la moindre cendre de cette merveille. Costume, coiffé parfaitement, yeux brillants. Belle allure. Que lui voulait-il ? Il était tard, bien plus tard qu'elle ne l'imaginait. Et elle était là, plantée, à fumer tranquillement. Remarque elle n'avait pas grand chose à craindre. Au cas où des voyoux sortaient de là, elle avait toujours sa baguette en dernier recours. Mais celui qui lui faisait face ne semblait pas faire parti de cette catégorie de gens. La jeune femme garda cependant sa main libre en alerte. Au pire elle pourrait lui ecraser sa cigarette sur la figure s'il l'embêtait. M'enfin... Tout de même. Gâcher la moitié d'une beauté telle ! Gâchis.

Excusez-moi, je suis désolé de vous demander ceci, mais auriez-vous une cigarette à me dépanner ? Tous les tabacs sont fermés à cette heure-ci.

Zepheryn demeura quelque peu surprise par cette demande. Non pas qu'on ne lui ai jamais demandé une cigarette mais qu'elle s'était attendu à pire. La jeune femme sortit son paquet de sa poche et lui permit de choisir lui-même sa cigarette.

Je vous en prie servez-vous, vous n'imaginez pas le mal que j'ai eu à choper celui-ci.

La jeune femme porta sa cigarette à sa bouche afin de libérer son autre main, et de lui tendre son briquet. De la cigarette sans feu, autant laisser la cigarette tomber. A moins d'être sorcier, évidemment, cependant il y avait en ce lieux très peu de chance que l'homme lui faisant face soit sorcier. La jeune femme rangea ensuite son paquet et attendit que le jeune homme lui rende son briquet. La couleur flambante illuminait ses yeux... Sombres, d'un noir prenant. Son regard descendit au briquet, et là la jeune femme la vit. A son annulaire, une bague. D'un gris opalin, elle resplendissait contre l'intensité du feu qui reluisait tout près. Une tête de mort ornait le tout, et en son centre, un motif avec deux épées entrecroisée et, en son centre, un... Phénix... Son coeur battait. Fort. Si fort qu'il lui semblait qu'il allait sortir de son coeur. Elle restait, là, bouche bée, face à ce qu'elle voyait. Son pendentif lui brûlait la peau. Ses yeux à elle brillaient, tandis que la flamme s'éteignait. Elle détourna le regard. Non. Elle avait été emprunte à une hallucination... Elle était fatiguée. Elle avait eu une longue journée. Elle avait mal vu. Naturellement... Mais elle restait, là, sonnée. Elle observait, détaillait celui qui lui faisait face avec des yeux ronds.

Elle devait en avoir le coeur net. Elle ne pouvait pas le laisser filer. Elle s'y accrocherait, hurlerait s'il partait. Elle deviendrait folle. Vingt-et-une années vécues sans rien savoir sur sa mère. Peut-être fabriquait-on des bijoux avec ce blason. Même pour seulement apprendre où il avait acheté sa bague, elle irait voir. Et chercherait. Irait demander d'où provient ce dessin. Ce qu'il signifie. Remonter à la source. Aujourd'hui, elle avait abandonné, échoué sur la quête de sa mère. Elle avait tout imaginé. Elle avait imaginé les meilleurs comme les pires scénarios. Elle ne laisserait pas sa chance filer... Pas après tant d'échecs mais tant de tentatives et de bravoures.

Excusez-moi, ne nous serions-nous pas déjà rencontré ?

La première phrase qui lui vint à l'esprit pour retenir son interlocuteur. Etait-il sorcier ou moldu ? Elle devait savoir, à tout prix. Coûte que coûte. Un indice, le moindre, qui puisse l'aider. Elle délirait. Elle devait faire peur, ainsi ses yeux parcourant l'homme à la recherche du moindre indice... Elle toussota.

Mmm, Poudlard, ça vous dit quelque chose ?

C'était bien le seul lieux que chaque sorcier se doit de connaître par dessus tout. Elle allait être fixée. La jeune femme, perchée à ses lèvres, attendait sa réponse. Peut-être allait-il pouvoir tout changer... Peut-être bien.
Contenu sponsorisé

Dans une nuit Brumeuse - Page 3 Empty
Re: Dans une nuit Brumeuse
Contenu sponsorisé, le  

Page 3 sur 16

 Dans une nuit Brumeuse

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 9 ... 16  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.