AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 8 sur 8
[Habitation Secrète] Wood's Cottage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Mangemort 08, le  Mar 16 Jan 2018 - 0:48






Perdu, désarçonné, lacéré de l'intérieur, par tes propres actes. Tes propres gestes, tes propres sortilèges. Par ces blessures sur son corps, dont tu étais le seul fautif. Depuis le début, tu avais suggéré l'échange à 67, alors même que cette pensée t'avait effleuré l'esprit. Et là tu retournais tout dans ta tête, ton regard lui clamant encore et encore mille et une excuse qui ne pourraient, pourtant, effacer aucunement ce que tu venais de faire.

Vos mains toujours enlacées, elle vient poster sa tête dans ton cou, et tu appuies la tienne sur la sienne, le souffle saccadé, à ces coups que tu te revoyais sans cesse lui remettre, à ses marques sur sa peau que tu savais qui te hanteraient pendant longtemps. Il ne pouvait en être autrement.

Et sa voix résonne, celle de celui dont tu n'étais pas certain qu'il serait encore ton maître sous peu. Ni même un ami. Il te dit de la soigner, que tu devais t'assurer qu'elle reste en vie. Et tu lui envoies un regard noir, presque de défi, car bien sûr tu allais tout faire pour qu'elle reste en vie. Et tu le tuerais lui pour cela, s'il le fallait.  

Et il te menace, et ta mâchoire se crispe, sentant une colère qui s'emparait de toi, autre que celle que tu avais déjà pour avoir blessé ta compagne. Bien sûr, au fond de toi, tu ne te pensais nullement supérieur à lui, mais tu l'avais averti de ce qu'il se passerait si elle venait à être blessée.

Et il était hors de question que tu le laisses s'en prendre davantage à elle, ou qu'il fasse comme si elle était encore sa prisonnière. Tu te sacrifierais, mourrais pour elle, mais il était hors de question qu'il ne lève encore une fois ne serait-ce que le petit doigt à son encontre. Son corps était suffisamment marqué par ta folie. Et elle était tout ce qui comptait.

Et s'il n'était pas capable de le comprendre, de le saisir après tout ce qu'il savait sur vous, alors cette soirée finirait sur des airs de cauchemars, jusqu'à ce que des giclées de sang ne colorent ce salon ténébreux, qui se ferait théâtre de ta protection envers la femme qui partageait ta vie.

Plus importante que le masque d'émeraudes abandonné sur le sol.

67 est sorti, tu reposes ton regard sur ton aimée. Aucun de ses mots, quand bien même c'était son choix, ne supprimerait la violence de tes actes. Tu l'avais bafouée, meurtrie, la femme que tu aimais plus que tout. Gardant ta main droite à jouer avec les siennes, emprisonnant ses doigts un à un comme pour ne plus jamais les lâcher, comme pour te souvenir de leur douceur à chacun.

Passant ton bras gauche autour d'elle, la gardant silencieusement serrée contre toi. Tu serais le rempart contre la décision de 67, il ne s'en prendrait pas à elle une nouvelle fois sans avoir à s'en prendre à toi, tu te le promettais. Quand bien même ça devait être votre dernière soirée, votre dernière nuit, tu ferais tout ce qui est en ton pouvoir pour la protéger une dernière fois, jusqu'à ton dernier souffle. Tu te racles la gorge, laissant difficilement quelques mots de réconfort s'enfuir. Comme si ça pouvait suffire, à tout effacer.

« Ça va aller... Je suis désolé... Mais ça va aller... Je ne le laisserais plus te faire de mal... Plus jamais... Il ne s'en prendra plus à toi... Je te le promets... »

Le regard embué de haine, fixant un point vide sur le sol, et tu te détournais, laissant un baiser sur son crâne et ton nez se perdre dans ses cheveux de blés, que tu respirais à plein poumon comme pour te calmer. Comme pour t'évader, à vos souvenirs éternels loin de tout ce chaos. Mais tout ton corps bouillait, entre ce qui s'était passé et ce qui pouvait encore se passer. Les ténèbres n'étaient pas loin, et tu en faisais partie intégrante.
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Mangemort 67, le  Sam 27 Jan 2018 - 16:37

Que faire ?

Face à cet amour fissuré. Pris dans la tourmente du guerre bien sombre dans laquelle les âmes sœurs se déchirent alors qu'elles s'étaient promis protection et fidélité. Cruel et sans merci, voilà où nous évoluions à présent.

Mais que faire ?

La nuit ne m'aide pas comme je voudrai. Pourtant amicale la plupart du temps, cette fois-ci, elle me laisse seul face à cette situation. Pesant le pour et le contre de chaque action qui m'était envisageable, jusqu'à imaginer mettre fin à la vie des deux être enlacés à l'intérieur de la demeure.

Prenant une grande inspiration, il était pour moi de retourner à l'intérieur et de me décider à agir. Car, il fallait. Pour la suite des choses, il valait mieux mettre fin à cette nuit qui avait viré au cauchemar.

Silence triste où quelques minutes avant encore, nous étions satisfaits d'avoir une telle opportunité de voir notre cause faire un bon en avant.

Je regarde 08 et Elly...

- Pars... Allez ailleurs qu'ici. Je ne veux plus la voir en ces murs. J'avais eu envie d'ajouter que c'était la dernière fois que je l'épargnais si elle tentait de se mettre en travers de mon chemin encore une fois. Or, je savais que mon camarade masqué était à bout, fébrile et cette situation ne lui permettait de raisonner calmement. Il était donc mieux pour tout le monde que la jeune femme puisse panser ses blessures en lieu sécurisé. Loin d'éventuelles allées et venues des mages noirs.

J'attendais qu'il s'exécute. Je ne pouvais pas garder la sorcière sous mon emprise, car je me risquerai à un duel mortel. Et il était hors de question que l'un de nous deux rende les armes. Pourtant, il y avait peut-être de quoi faire à présent. Pourquoi ne pas essayer de l'attirer de notre côté ? Ce ne serait certainement la première Auror à succomber à la Magie Noire et encore moins la dernière.



Invité
Anonymous
Invité

[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Invité, le  Dim 28 Jan 2018 - 23:53

La douleur ancrant tes entrailles, marquant tes chairs, voilà où vous en étiez arrivé. Tous vos doutes, toutes vos angoisses n’avaient pas su annihiler le danger, rien n’aurait pu prévenir du drame qui s’était déroulé ce soir. Prisonnière de ses bras, ta main serrant la sienne, tu restais là, interdite. Ne sachant que faire et étant incapable de faire quoique ce soit. En vérité, tu n’osais pas bouger, tu voulais juste rester là, collée à lui. Et d’un coup, mourir te semblait plus léger.

Pourtant, lorsque tes paupières se fermaient sur tes yeux, tu revoyais encore les images en boucles. Lui, ses yeux émeraude emplis par la rage, par la fureur, qui plantait la lame dans ton épaule, qui t’assenait une gifle monumentale. Chacun de tes clignements d’yeux était un amer rappel du supplice qu’il t’avait fait endurer, et pourtant, tu ne lui en voulais pas. Un frisson s’empara de ton corps, longeant ta colonne vertébrale pour se terminer dans ta nuque, te laissant échapper un nouveau hoquet de douleur.

Tu restais bercer ainsi un moment dont tu ne parvins pas à saisir les contours. Tu ne savais pas si cela faisait longtemps ou non que le masque rouge sang avait disparu, tu ne savais pas non plus si les phrases entendues étaient de l’ordre de l’imaginaire ou bien si ton alter-ego avait bien promis qu’il ne t’arriverait rien. Tu ne savais pas, tu ne savais plus. Tu te laissais juste bercer par les battements du cœur de celui qui faisait vibrer le tien.

Finalement, un bruit sourd, presque doux, parvint à tes oreilles, te faisant te redresser légèrement, comme pour affronter la mort en face. Et ton cœur qui à nouveau s’emballe. Ta main se serre sur celle d’Evan, et tes yeux cherchent la silhouette dans l’ombre, le masque dans la nuit. De longues minutes semblent s’écouler, interminable. Evan se redresse, semblant vouloir se mettre entre toi et le masqué face à vous. Non, pas ça, pas ce soir, pas maintenant. Tu fermes les yeux alors qu’une ultime expiration se fait entendre. Et puis, la délivrance, suivie de l’incompréhension.

« Pars... Allez ailleurs qu'ici. Je ne veux plus la voir en ces murs. ». L’incompréhension se répand. Ta conscience se réveille. Il te laisse partir. La vie sauve. Quand bien même tu faisais partis de ses ennemis à abattre – ton avant-bras encore marqué des cicatrices de la brûlure qu’il t’avait infligé lors de votre duel matinal au cœur de Londres – il te laissait partir. Non, il vous laissait partir, ne se mettait pas en travers de votre chemin, ni de votre amour.

Ton corps veut se redresser mais aucun mouvement ne t’est possible. Tu es juste crispée sur la main de l’alter-égo. Tu clignes des yeux, ne comprenant pas vraiment, alors la question fuse, doucement « Pourquoi … ». Et puis ton regard cherche le masqué carmin, la silhouette des Ombres. Et puis, baissant la tête, te rendant subitement compte de la chance qui t’était laissé « Merci … » Et ta main n’avait de cesse de presser celle d’Evan, comme pour lui demander de vous faire disparaitre loin de tout cela. Alors que, dans ta mémoire, rien ne pourrait jamais s’effacer.
Mangemort 08
Mangemort 08
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Mangemort 08, le  Lun 29 Jan 2018 - 11:27






Certains jours, tout semble se défiler, comme si ce que le Temps avait lentement construit se dérobait entre les doigts d'une main qui malgré toute la bonne volonté du monde, n'arrivait plus à retenir cette saveur de l'Essentiel(le). L'Autre, blessé, en lambeaux de larmes amères tantôt refoulées, tantôt éprises d'une liberté incontrôlable et édifiante d'un état tremblant où la Raison à exploser en éclats silencieux et douloureux.

Les minutes sont autant de frissons que de salées sorties sur tes joues creusées. Et son souffle qui se perd tantôt sur ta peau, tantôt dans un vide immense et consterné par la situation, te martèlant sans cesse le cœur de tout ce que tu avais fait. Et tes doigts noués aux siens, à jouer en les serrant fort, à caresser tantôt la paume de sa main, comme autant d'excuses qui sortaient de tes lèvres fermées par le tourment qui te ravageait.

Tu ne sais pas où est 67. Si, quand il reviendrait, alors se jouerait la scène du Chaos sur le Théâtre de votre Amour. Mais tu te promettais que tu mourrais pour elle, que si l'un d'entre vous seulement devait encore vivre après cette terrible journée, tu t'assurerais que ça soit elle, la femme de ta vie.

Et tu le vois qui rentre alors, tes yeux un instant couvant ta compagne, comme pour lui dire qu'elle irait bien, puis se retournant avec ce brin de folie vers l'homme qui, là, tu n'étais plus certain qu'il pouvait être un ami. Ton rythme cardiaque s'accélérait, en le voyant avancer, lui qui déciderait de la sentence, qui pourrait tout arrêter subitement, tenter de vous séparer.

Le regard lourd, à en crier des éclairs, à lui balancer à la figure que tu étais prêt à en découdre avec lui s'il la menaçait, s'il vous menaçait et vous érigez en traîtres tous les deux. Mais non. A ta grande surprise, il te dit de partir loin d'ici, et de l'emmener avec toi, qu'il ne souhaitait plus la voir dans les parages.

Tu restes bouche bée un instant, ton bras autour de l'épaule de ta belle se crispant légèrement, comme ne croyant pas aux mots que tu venais d'entendre, cherchant à faire le tri dans tes pensées beaucoup trop chamboulées sur l'instant pour arriver à y voir clair.

Comme si tu étais encore sonné, c'est la voix de ton aimée qui te sort de ta torpeur, te faisant plisser le regard un instant. Un premier mot qui cherche une réponse, qui devait se perdre dans les méandres des pensées du masque rouge, de celui, que tu t'étais juré de combattre et de fuir s'il arrivait quoi que ce soit à Elly. Tu serrais les dents, en repensant à la discussion qui avait eu lieu entre vous quelques mois plus tôt à ce sujet.

Et tu sens la pression de ta belle sur ta main, comme si elle te criait « Emmène-moi... Partons loin de là... ». Et ton regard émeraude tombe sur elle, cherchant ce nid douillet qu'était le sien boisé, cette lueur entre le soulagement des mots que vous veniez d'entendre, et la blessure encore béante de tout ce qui venait de se passer.

De cette histoire horrible, qui était venue bouleversé votre Conte. Et dans le ciel tu étais sûr, que les étoiles qui racontent, au gré de leur voyage lumineux, devaient être tristes de ce qu'elles entendaient, ne serait-ce que des lambeaux de murmures, que des larmes sauvagement enfuies, ne serait-ce que vos mains qui se retrouvaient pour ne pas vous déchirer dans la nuit.

Et tu étais persuadé, au fond de tout, que cette douleur si grande soit-elle, que ce cercueil d'émotions que tu avais bâti, qu'il ne briserait pas les chaines de votre union, de cette complicité criante de vérité à en faire fuir les nuages, à en calmer les mers les plus agitées, à enneigé les montagnes endormies, à fleurir les forêts qui pleuraient dans la longue attente de la Renaissance.

Alors, après deux bonnes minutes échappées à poursuivre les mots de 67 en pensées, tu prends soudainement conscience de l'urgence, du lieu où vous étiez, de l'improbabilité de la situation. Tu te relèves en aidant ta compagne à se redresser, puis tu te baisses légèrement pour récupérer ton masque d'émeraude jeté au sol comme si tu ne voulais plus jamais le porter.

Tu passes le bras droit d'Elly pardessus ton épaule, et tu lances un regard à 67. Toujours embué par les larmes qui se sont écoulées sur ta peau, par la tristesse profonde que d'avoir fait du mal à la seule personne qui comptait plus que tout, qui comptait plus que ton ordre et que n'importe quel ami. Un regard sans nul mot, mais qui suffisait à la fois à le remercier, tout comme à lui dire « Je ne sais pas si je reviendrais… ».

Quand bien même il pouvait te prendre pour un traître, ou vouloir te retrouver ultérieurement. Tu savais, que l'Important, se trouvait dans tes bras. Et que tous ces puta*ns d'idéaux qui écorchaient ta peau, avaient amenés à cette situation. C'était trop. Beaucoup trop. Plus que tu ne pouvais réellement l'accepter. Il fallait que ça change. Pour elle. Pour vous.

Sans un mot, détournant le regard, tu te diriges vers la sortie avec ta compagne. Des pas lourds, qui foulent le sol avec difficulté, sans vous retourner ne serait-ce que l'ombre d'une dernière seconde amère. Et une fois dehors, tu vous faisais transplaner bien loin de là. Bien loin de ce souvenir qui resterait comme un des plus douloureux de votre vie. Comme un tourment que tu chasserais difficilement dans les nuits futures, où tu serais hanté par tout ce que tu es, par tout ce que tu avais fait... Souhaitant désormais, être tout, sauf un mage noir, être seulement tout, pour ton miroir...

Départ d'Elly et 08.
Suite ICI
Mangemort 67
Mangemort 67
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Mangemort 67, le  Jeu 8 Fév 2018 - 23:40

Leur départ laisse la maison bien vide... Mais c'en est presque un soulagement.

Fini les pleurs et les cris. Les âmes déchirées et détruites par une guerre qui ne prendra fin qu'avec la souffrance de beaucoup d'entre-nous avaient quitté les lieux. Me laissant seul avec moi-même... Et mes pensées... Qui fusaient à toute allure. Les réponses à mes questions d'il y a quelques heures étaient arrivées avec la transformation d'Elly, voilà pourquoi cela avait été aussi simple. Mais pourquoi avait-elle fait ça ? Sachant qu'elle risquait de tomber sur l'être aimé. Et celui-ci, dont les mots résonnaient encore dans ma tête. Comment le retenir, cet élément important de l'Ordre.

Pourtant ce qui s'était déroulé ce soir était bien au-delà de la cause que je défendais. Plus loin des idéologies. La passion qui unissait ces deux êtres pouvait avoir été brisée par la colère et le combat, par le sang coulé et la torture... Comment vivre avec l'idée que nous avions mutilé l'être tant aimé.

Peut-être était-ce pire que de n'avoir rien fait lorsqu'on vous l'arrache sous les yeux, qu'on lui ouvre la gorge déversant ce liquide de vie encore chaud...

Ce soir, cette nuit, je ne dormirai pas. Je ne me l'autoriserai pas. Mon corps ne me laisserait pas. Agité, torturé, hanté... Non, ce soir, telle une âme dans la tourmente, je ne fermerai pas l’œil.  


Fin du RP
Contenu sponsorisé

[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 8 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Contenu sponsorisé, le  

Page 8 sur 8

 [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.