AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 9 sur 9
[Habitation Secrète] Wood's Cottage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Personnage
PNJ
Personnage

[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 9 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Personnage, le  Mar 30 Juin - 17:50

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Violence (physique)





Les douloureux effort d’Hamish furent réduits à néant par l’intervention du masqué. Qui n’allait pas s’en laisser conter et n’allait pas non plus laisser la jeune fille se faire influencer par qui que ce soit -hormis lui. L’ancien Auror cherchait désespérément une issue. Une sortie. Une faille dans laquelle s’engouffrer pour échapper à cette terrible situation qui lui était tombée dessus.
Mais il n’eut pas le temps de réfléchir davantage : la baguette de l’Ombre avait glissé sur son avant-bras et la douleur se fit intense, fulgurante, inattendue. La chair qui s’ouvre, le sang qui coule, le cri qui surgit, incontrôlable. Hamish, complètement tiré de sa léthargie précédente, tenta de se débattre, de se libérer, alors que la douleur montait vitesse grand V dans son bras.
Le sang se mit à battre ses tempes plus fort. La panique commença à le gagner pour de bon. Il ne parvenait pas à se libérer et commençait, de plus en plus, à comprendre et réaliser que les deux inconnus qui l’avaient enlevé étaient très sérieux.
Son bras blessé s’engourdit, fourmillements par fourmillements. Il n’entendit qu’à moitié ce que disait l’Ombre. Sur la Justice du Ministère.
Il se força à respirer. Retrouver ses esprits. Serrer les dents. Tandis que les deux complices échangeaient. Il ne comprenait rien. N’entendait rien. Focalisé sur la douleur. Et, surtout, sur la peur. Il se rendit alors compte qu’il avait bien perdu de sa fougue et de sa poigne datant du temps où il était Auror. A cette époque-là, il était mentalement et physiquement préparé à ce genre de cas. Il savait que ça pouvait être une éventualité. Il croyait dur comme fer à ses idées, la vertu de ses actions. Il était prêt à se battre jusqu’à la mort pour elles.
Mais le temps avait passé.
On l’avait pour ainsi dire évincé à cause de son âge.
Il avait peu à peu oublié. Il ne pensait pas que lui, le bonhomme vieillissant travaillant au milieu de la paperasse, pourrait un jour être enlevé, torturé. Il n’était pas prêt. Il ne l’était plus. Il n’avait plus envie de donner sa vie pour une carrière qui l’avait relégué au second plan. Tout ce qu’il voulait, aujourd’hui, c’était mener la vie qui lui restait tranquillement avec sa famille. Rien de plus. Et pourtant.
Voilà que ça lui arrivait.

La jeune fille prit la parole. Cette fois-ci, les mots parvinrent davantage aux oreilles d’Hamish. Elle l’accusait d’avoir tué son père, et toute sa famille. Avait-il vraiment fait ça ? Lui ? Certes, sa carrière n’avait jamais été un long fleuve tranquille et, oui, il avait ses torts. Mais tous les gens qu’il avait affrontés -tués ?- était des individus dangereux. Qui ne s’étaient pas laissés appréhender sans résister. Il avait fallu se battre. Et, parfois, la mort était inévitable. Il n’avait fait que son devoir. Durant toutes ces années.
Abattu, il secoua la tête, comme pour nier les faits. Sa gorge était trop sèche, trop râpeuse, pour qu’il parvienne à sortir quelques mots sensés.
Et un nouveau sort l’atteignit. Qu’il ne connaissait que trop bien.
Ses membres se raidirent, son cœur accéléra à une allure folle, son visage se redressa, marqué par une grimace d’effroi, yeux écarquillés. Tout son corps réagissait comme à une peur effroyable. Sans aucune raison concrète. Ses muscles se contractèrent, son souffle se fit saccadé, douloureux. Il ne sentait même plus la blessure de son avant-bras, tellement la terreur avait pris le dessus.
Une part de lui tenta de retrouver ses vieux réflexes d’Auror. Il savait qu’il était possible de lutter contre ce sortilège. A condition d’avoir une grande maîtrise de soi et de son esprit. Chose qu’il avait acquise, petit à petit, durant sa carrière d’Auror.
Il se força donc à retrouver ce contrôle de lui. Calmer sa respiration. Retrouver ses sens. S’éloigner de la peur sans nom. Cela lui fut laborieux. Sans doute qu’il aurait eu plus de facilités, quelques années auparavant.
Sa lèvre inférieure tremblait. Quelques larmes s’échappèrent du coin de ses yeux, tandis que son front était couvert de sueur.

-Je... je n’ai jamais voulu tuer... qui que ce soit... parvint-il à prononcer.

Il sentit qu’il parvenait peu à peu à reprendre le dessus. Il était tout engourdi de partout. Mais son esprit commençait à redevenir plus clair. Ses yeux, tout à l’heure dans le vide, plongé dans la terreur, accrochèrent les deux individus. Il avait compris qu’il ne pourrait pas éveiller une quelconque flamme de pitié en eux -en possédaient-ils seulement ? Il ne pouvait remettre sa survie entre les mains d’un sursaut de bonté.
A cette idée, son regard changea d’aspect et une pure haine brilla à l’intérieur. Haine contre ces gens qui l’avaient arraché à sa famille. A son quotidien. Aux gens qu’il aimait.

-Je n’ai jamais tué d’innocents, ajouta-t-il, les dents grinçantes. Mais vous... Il se débattit plus fort, la haine donnant une énergie insoupçonnée. Vous n’êtes pas des anges innocents. Vous êtes aussi sombres que ceux que j’ai, effectivement, pu tuer durant ma carrière. Et je n’ai aucun regret, si cela a permis d’apporter de la sécurité au autres.
Mangemort 52
Mangemort 52
Mangemort
Mangemort
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 9 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Mangemort 52, le  Dim 9 Aoû - 16:46


En se tournant vers la Serdaigle, Cinquante-deux devine que l’effet cathartique de la torture de cet Agent fonctionne. Elle touchait du doigt une vengeance à laquelle elle rêvait depuis des années, et c’était sur ce plateau effroyable et tortionnaire qui lui offrait ce magnifique cadeau.
Elle aussi d’ailleurs, confirmait la confiance qu’il avait déposée sur ses traits d’Adolescente, elle en redemande, de sa propre baguette. Le Mangemort n’était plus sceptique, il n’avait que poussé légèrement Aysha sur le chemin des Ténèbres et à présent, elle s’apprêtait à l’emprunter avec joie. Ce soir, il n’y avait plus de retour en arrière, et certainement pas de regrets. Il allait hocher la tête et guider la Poudlarienne devant le corps gesticulant de la Victime ; mais à l’instant, il est pris d’un rire aussi surprenant qu’inquiétant.

Monsieur Hampshire River pensait entortiller leurs méninges de culpabilité, il les accusait d’être sombres et alors, le Malicieux continue de pouffer en contournant la chaise qui tremblait de vouloir échapper l’Ancien Auror : je prends ça comme un compliment. Il se penche à l’oreille de l’Homme, souffle son sourire sur sa peau suintant de sueur en lui tenant fermement les épaules fuyardes : je n’ai aucun regret non plus, si mes actes ont offert la Liberté aux autres. La sécurité pour le Renard, c’est surfait. Mieux valait jouir de la violence pour pouvoir gambiller librement dans un monde à la fois magique et moldu, les victimes, honnêtement, il s’en fichait. Il serre davantage les griffes, qu’il cesse donc de s’agiter de la sorte : n’essayez pas de me faire culpabiliser Monsieur River, je sais qui je suis - ce qu’il était et effectivement, le Renard empaillé ne symbolisait pas un Ange lumineux ; et Mademoiselle aussi.

D’une grande inspiration, le jeune Mage Noir se délecte de la colère du Kidnappé, rendre les gens frénétiques de haine - gastronomique repas de la soirée. Il relâche sa prise et le désigne de ses mains présentatrices : il est à vous, amusez-vous. Avant de se retirer contre un des murs, et de s’y adosser nonchalamment. Odette dans la manche, à l’affût des mouvements déserteurs du Fonctionnaire.
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 9 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Aysha Brayd, le  Mar 18 Aoû - 12:04

Avertissement

Ce RP mentionne du contenu sensible :

Violence (psychologique)






Il mentait. Il mentait affrontement et il n'en avait même pas honte. Et à peine eût il repris ses esprits, suffisamment en tout cas pour afficher à nouveau un air féroce, déterminé, presque fier, qu'Aysha compris qu'elle ne trouverait le repos que lorsqu'il serait suffisamment à terre pour être incapable de se relever, que lorsqu'il aurait honte de ses actes, de sa vie, de sa propre existence misérable. Il fallait qu'il ne puisse plus la défier du regard comme il le faisait, qu'il soit réduit à garder le regard baissé, l'oeil torve, la mâchoire branlante. Il fallait qu'il ne soit plus contraint que de ramper et de raser les murs en craignant pour sa vie en permanence, en guettant les ombres, en ne trouvant plus le sommeil, car Aysha le savait : c'était la peur, la pire des tortures. Et c'était ce qu'elle voulait pour lui, plus encore que la mort.

Elle regardait son mentor qui contemplait l'homme avec la même légèreté, cette légèreté qu'Aysha ne trouvait pas. Comment pouvait-il rire ainsi des propos odieux de l'ex-auror ? Comment pouvait-il se gonfler d'orgueil alors même qu'il les accusait d'être les coupables ? Alors même qu'il se félicitait d'avoir mis un terme à l'existence de son père et de tant d'autres ? Comment pouvait-elle, elle, atteindre cet achèvement, et contempler le monde et ses bourreaux avec le même détachement délicieux ? Elle voulait être comme lui. Elle voulait être si fermement persuadée de la justesse de sa cause que les accusations glisseraient sur elle. Elle voulait que toute la colère s'échappe de son corps pour ne laisser place qu'à cette certitude légère. Lui apprendrait-il ? C'était la voie des ombres qui lui avait permis, à lui, d'atteindre cette félicité convaincue. C'était de savoir, et d'agir, d'agir dans le sens de ses convictions, qui lui avait permis de se pavaner ainsi en étant parfaitement certain que l'homme ne méritait rien d'autre que le mépris détaché. Elle aussi voulait être capable de cela. Elle voulait se débarrasser de la haine qui bouillonnait dans ses veines tandis qu'elle se répétait ses paroles. Il ne regrettait rien. Il regretterait. Il regretterait et elle parviendrait, elle, à la manière de son mentor, à voler au-dessus du monde sans douter une seconde, libérée de toute rancœur, simplement certaine d'agir pour la vraie cause.

Et cela passerait par l'anéantissement de cet homme, et de tous les autres qui, comme lui, étaient responsables de sa colère. Elle le savait, désormais. Et avoir trouvé la solution la rendait extatique. Elle regardait son mentor du coin de l'oeil comme un objectif à atteindre, et visualisait déjà le chemin, tout tracé, qui l'attendait. Elle avait douté, sans doute. Elle ne doutait plus. Elle savait. Pointant sa baguette vers l'homme, elle lança pour la première fois de sa vie un sortilège de magie noire, en comprenant enfin que ce qu'elle avait toujours rejeté était en fait la clé. C'était comme ouvrir les yeux pour la première fois. C'était comme voir le monde sous un autre jour. Une fois, deux fois, trois fois de suite elle se délecta de voir l'homme se tordre d'angoisse, et elle imaginait les pensées noires, obscures et terrifiantes qui s'insinuaient en lui. Elle savait déjà que plus elle le regardait souffrir, plus elle se parait contre la peur. Elle finirait par s'en débarrasser. La peur changerait de camp. Il allait la récupérer, lui qui, comme tant d'autres, en était à l'origine. Elle ne s'amusait pas : elle se délectait. L'amusement n'était sans doute que l'étape suivante, mais cela lui suffisait. Elle voyait la peur glisser d'elle à lui. Elle ne pouvait s'empêcher de sourire.

- Vous ne regrettez rien ?

Et c'était comme si elle ne se sentait pas capable d'arrêter, comme si son salut était là, dans cette vision. Elle lui laissait du répit pour lui répondre tout en espérant qu'il n'en fût pas capable, et il lui sembla soudain qu'elle non plus ne serait pas capable de s'arrêter. Il aurait peur, peur toute sa vie, à chaque seconde, chaque minute, et si ce n'était pas le cas, elle veillerait à ce que ça le devienne, car c'était là le pire ennemi de l'homme, et c'était là ce qu'elle voulait pour lui.
Contenu sponsorisé

[Habitation Secrète] Wood's Cottage - Page 9 Empty
Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage
Contenu sponsorisé, le  

Page 9 sur 9

 [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.