AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 3 sur 5
[Habitation Secrète] Wood's Cottage
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 67, Ven 11 Déc 2015 - 14:58


Apparemment, on aurait dit que les parents Bennet et Lightwood n'avaient fait leur travail d'éducation correctement. Depuis quand, hein, depuis quand on entrait chez les gens comme si c'était la journée portes ouvertes ? Est-ce que je n'avais pas vu un panneau avec inscrit dessus : Les Mangemorts vous convient à la visite d'une de leur cachettes secrètes ! Entrez sans soucis ! Si c'était le cas, il fallait que j'en touche deux mots à mes camarades. Mais j'aurais été mis au courant. Du moins, je l'espère.

- Je crois que je n'ai pas besoin de faire les présentations. Mais avant toute chose. C'est la dernière fois que vous entrez dans une des demeures de l'Ordre Noir aussi impunément ! Je me leva du fauteuil. "Parce que les chéries, vous n'êtes pas nos égaux, mais nos partisans ! Vous n'avez même pas besoin de me répondre. Je sais pertinemment que vous attendrez devant la porte la prochaine fois. S'il y en a une. J'avais élevé la voix. Je n'avais vraiment pas apprécié ce laisser-aller.

À ce que c'était dommage de ne pas avoir un de mes frères, ou sœurs d'ailleurs, d'armes à mes côtés. Je crois bien que certaines et certains d'entre eux auraient usé de leur baguettes et non de leur voix. Ce qui serait bientôt mon cas, si les donzelles commençaient à faire les malignes.

- Je vais faire simple. Tant que tu seras à Poudlard, Lizzie, je veux que tu travailles avec ta directrice de maison, ici présente, pour que vous nous informiez sur la nouvelle professeur des potions. Malicia machin chose là. Nous devons connaître son opinion sur ce qui nous concerne. Rencontrez-là, discutez avec. Je veux un rapport détaillé. Ensuite, vous devez trouver un moyen d'entretenir le climat de terreur suite à l'attaque du professeur Evan. Des attaques sur des sang-de-bourbes, faire comprendre que nous sommes partout et que personne n'est à l'abris, ce genre de messages à faire passer. En clair, Poudlard doit devenir un château de la peur. Je pense que votre imagination vous fournira des idées intéressantes. Tâchez d'être discrètes sur vos agissements, ne vous faites pas avoir. Des questions, les affreuses ?

J'aurais pu les renvoyer sans autre, mais je préférais que les choses soient comprises par les deux dindes présentes.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Lizzie Bennet, Ven 11 Déc 2015 - 18:16


C’était officiel. Elle était une mal nommée. Un nom mâché. Trop vite, mal digéré. Ça se ressentait maintenant. Comment tu veux appeler Elizabeth, nom de sainteté, de conventions, de vieillesse, de religion, de pouvoir, à moins, ok, d’être vêtue comme une comparse de Hook, et sa feu-doppelganger l’avait été, si on regardait bien, une gamine ayant la délicatesse d’un grizzly. Trop de lettres communes avec Lizzie, en vérité, c’était un signe qu’il aurait dit Maître Radis. Mais il disait tellement d’inepties dès qu’on soufflait sur sa coco aussi… Fin bref. Toute hallucination mise de côté, c’était presque dramatique, en fait. Un petit coup de pied, pour signaler sa présence, et v’là que ça s’ouvrait ? Pas de protection, un p’tit sort qui décapite les intrus, ou quoique ce soit du genre ? Où était, par Salazar, passé le charme Mangemoresque ? Peut-être était-ce car elle était plus ou moins invitée, m’enfin, fallait pas abuser. Ou alors on mettait à l’épreuve leur curiosité. Ou leur c*nnerie.

Ou le Vénitien était un flemmard qui ouvrait depuis le canapé… Nah, cela aurait été triste de l’imaginer patatifié. Même sans son masque de cynisme, ou le plus rougeoyant qu’il se complaisait tout autant sinon plus à arborer, il avait en lui une énergie qui empêchait un peu de se le peindre ouvrant à distance, d’un coup de cette baguette qu’il aimait manier au plus près du corps... En fait elle s’attendait plutôt à ce qu’il soit sur le parvis, juste derrière elle, pour jouer avec ses nerfs en émettant des bruits « inquiétants. » Passons donc. C’était ouvert, quelque en soit la raison. Un pas dans l’Antre, et l’envie d’en ressortir aussi sec. C’était quoi cette odeur. Qui avait osé faire ça. Il suffisait qu’elle pense apprécier le frais hivernal pour qu’on l’en prive ? Et le bois brûlé saturait l’atmosphère de trop de senteurs pour qu’elle analyse à sa guise les lieux. Son nez se plissa, moins proéminant que celui du masqué arrêté, l’air exaspéré. L’éléphant à la porte ; littéralement. Que. foutait. Lamewood. ici. Veto. Bientôt on allait lui coller Delab dans les pattes aussi. Mais c’était quoi ce délire ?

C’te meuf avait été une calamité du début à la fin. Pis la fois où elle avait voulu faire virer Fudge avec les arguments « il cache un animal dangereuuux » de c’te cruche, ça avait très mal tourné. Humiliation corporelle sans conséquence positive. Le flop total. Il avait libéré le gosse. Tout ça à cause des manigances de la jaune et noire. Sérieusement, elle s’était faite choper par le dirlo. Fallait le chercher. Même défoncée Bennet avait réussi à éviter le Khonkhon à la fête de Leister et obtenir une place à l’élite. Ironie quand tu nous tiens. Bref, Rouge prit son pied à jouer les intimidants. Ouais ouais, on toquera, mais moi j’ai jamais ouvert la porte, elle était mal fermée v’là tout. Je vais faire simple. Mais bien sûr. Prends moi pour une truffe aussi. Expiration.

Non, on ne va pas directement dans le conflit, y a moyen que ça se passe bien et qu’on te donne de quoi te faire les jambes. De faire tes preuves. T’attends que ça, non ? Alors pour une fois, ferme la. Écoute. Etape 1 : interroger Evans. Bon, elle aurait préféré s’occuper de West, tant qu’à avoir un prof de potions dans le viseur, mais la blondinette ferait tout à fait l’affaire. Pas à Poudlard, non. Elle l’avait déjà croisée se baladant par Londres, et les coins qu’elle fréquentait étant assez alléchant, l’étiquette « fêtarde nocturne » étant comme tatouée sur sa gorge généreuse. Suffisait de la suivre, l’accompagner, la bourrer/droguer un coup, pis elle en aurait, des infos, pas de soucis chat. Tellement plus efficace qu’une discussion banale.

L’étape 2… Oh, les attaques, la terreur. On passera la question d’Evan, dont elle était convaincue de l’absence totale de responsabilité, même si elle n’avait eu le temps de lui en parler de manière approfondie. Il avait aidé Jade quoi. Et non, quand il jouait avec la magie, se mêlait à ses lèvres un sadisme bien plus intense que celui que la copie avait pu montrer en cours. Suffisait de repenser à sa chasse aux moldus… Wait. C’était déjà la fin de la demande ? Mais elle bossait pour eux ou ils cherchaient juste à lui faire plaisir ? Que bon, les élèves randoms enfermés dans des cachots pour des expériences, c’était déjà fait. Deux jours plus tôt, c’était sur un sang-mêlé, Estechose, p’t-être Cestmachin, ou Seth –non, elle aurait retenu, y avait MecquiSaoule-, Seb ? que son choix s’était arrêté. Mais il lui fallait justement un sang de bourbe pour tester ses hypothèses, le premier échantillon n’ayant été bien probant. Go en séquestrer un nouveau ~ Pis un incendie sup’, p’t-être du poison, han si elle pouvait tuer Delab au nom des masqués il y aurait une telle beauté dans son geste ! Non, toutes ces idées c'était du prévlizzible, elle pouvait trouver plus original.

Quand Rouge évoqua la question de la discrétion, une lueur malicieuse courut en le regard de la jeune femme. Bah voyons, il connaissait pas la dirlo des Poufsouffle, de toute évidence. Elle allait devoir surveiller la pétasse, maintenant qu’elle avait connaissance de ses allégeances. Merci l'italien sans accent, brillante idée que cette entrevue.
- Des questions, les affreuses ?
Erf… Pas spécialement. Une venait, mais ne pouvait être formulée. Est-ce qu’inviter à attaquer les sangs de bourbe était partie intégrante du rituel des partisans ? Que June Evans avait pas l’air Sang Pur pour un sous, alors p’t-être que cela signifiait un truc pour Tutus. Mouerf, non, il était un peu trop c*n pour être marqué comme masqué, lui. En revanche… Leister ayant jugé bon de lui dévoiler son double visage, c’était de ce côté qu’elle devait fouiller.

L’image de l’aiglon s’en prenant à une Sang de Bourbe notoire en compagnie de deux joyeux lurons, Lestrange et Parker, s’imposa à son esprit. Pouvait-elle les connaître si mal que ça ? Borf, ils pouvaient aussi juste s'enjailler à vouloir taper du sang-de-bourbe quand McKinley leur en avait proposé une. Les infos étaient maigres. Et de toute manière, ce n'était pas tout à fait au menu des interrogations que l'affreuse, comme il disait, pouvait partager. Alors autant se renseigner un peu plus précisément sur le degré de violence attendu. Nah, il était impossible qu'il lui mette des restrictions sur ce plan là. Freinant le sourire carnassier que sa mâchoire dessinait d'avance, la Seafordienne planta son regard dans celui de la seule personne digne d'attention de la salle.
- Pour les infos sur Malicia, on te contacte comment ? Ici, ou l'Ordre Noir a une autre adresse de hibou ? Qu'est-ce qui est peu risqué, mais plus efficace, pour toi ? Son air espiègle mais assuré ne la quittait ; il n'y avait pas à dire, elle aimait beaucoup ce programme.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Mangemort 67
avatar
Chef des Mangemorts
Chef des Mangemorts
Spécialité(s) : Transplanage
Fourchelang


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 67, Mar 5 Jan 2016 - 22:02


Les dindes étaient entrées dans notre demeure impunément mais semblaient avoir vite compris qu'elles étaient vraiment au contact d'un membre de l'Ordre Noir, qu'elles allaient vraiment devoir remplir des missions pour eux et qu'elles allaient vraiment être mises à l'épreuve. J'étais content, enfin, il ne fallait pas non plus exagérer. Je dirai plutôt satisfait. Oui c'était le mot. Les demoiselles montraient qu'elles en avaient envie et pensaient déjà à faire leur compte rendu avant même d'avoir commencé la mission ! C'était bien, mais il ne fallait pas aller trop vite en besogne quand même. La récolte d'informations était un domaine sensible où il fallait combiner finesse, intelligence et psychologie inversée pour que la personne visée ait l'impression de donner de sa propre volonté certaines informations secrètes. M'enfin, soit les sorcières géreraient soit elles finiraient pas se faire griller et on les remplacera, pas compliqué.


- Bonnes questions. Vous disposez du temps qu'il faudra pour mener à bien votre mission. Mais le plus rapide sera le mieux. Vous ne devez jamais remettre les pieds ici sans y avoir été invité ! C'est clair ? Donc pour me contacter, placez une lanterne à une des fenêtres de la volière de Poudlard de nuit. Attendez une dizaine de minutes, reprenez la lanterne et rendez-vous dans la Forêt Interdite. Je vous y attendrai.

Cela devait être correct. Pas de lettres, malgré un Ministère incompétent, un contrôle n'était pas à exclure. Se rencontrer dans un endroit public, bonne blague, sur mon lieu de travail, encore pire. Non, c'était à moi de maîtriser la rencontre et la discrétion devait être de mise. Bon, il me semblait évident que je n'allais pas attendre bêtement la venue d'une lanterne mais mon elfe de maison le ferait pour moi.

- Vous feindrez une punition de Mademoiselle Bennet et que la Directrice Lightwood en personne s'en occuperait. Enfin vous devriez un petit quelque chose dans votre crâne qui vous permettra de trouver une bonne excuse qui passera comme une lettre par la fenêtre auprès de vos collègues et camarades. Silence... "À présent, partez."

Qu'elles déguerpissent. J'en avais fini avec elles et elles avec moi. J'avais eu ma dose de Poufsouffle pour un moment.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Admin en FormationHarryPotter2005
Admin en Formation
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Lizzie Bennet, Mer 6 Jan 2016 - 12:09


Elle. avait. oublié. qu’elle. était. là. Le timbre rutilant d’indiscrétion de sa nouvelle collègue et comparse idéologique lui agressait les oreilles, mais Monsieur jugeait qu’il fallait faire avec. Tant pis. Qu’est-ce qu’on serait pas prêt à faire pour changer l’ordre des choses. Les opales brunâtres de la jeune chatoyèrent en quête d’une bizarrerie magique couverte par les lieux que des recherches ultérieures lui permettraient d’élucider, mais elle peinait à se concentrer sur quoique ce soit. De fait, malgré la fraîcheur hivernale, les effluves boisés du feu lui chatouillèrent, infernales, le cou. Pour des mages noirs, ils auraient pu, voire du, soigner la froideur. Pis c’était pas évident de virer quoique ce soit pour réguler sa température avec une combinaison estivale. Elle allait pas se désapper non plus quoi. Quand le vénitien reprit la parole, il était aussi insupportablement bavard que l’autre fois. Bon, il balaya vite l’affaire du délai -au plus simple et au mieux, il fallait être rapide, wouhou.

Ce que la brunette ignorait alors, c’est combien son temps à Poudlard était compté, combien pour lui fournir des résultats le temps pressait. Combien il fallait aller vite en besogne, et mettre la charrue six temps avant les boeufs pour avoir une chance d’apporter les informations nécessaires. Si elle voyait encore l’affaire comme un jeu, dont sa frustration restait de n’être que le pion, il restait un jeu plus censé que ceux que l’école offrait. Et de fait, bien plus engageant. Ce qui pour l’instant sonnait comme une manoeuvre mineure ne tarderait à enflammer les opinions. A révéler aux yeux du monde les traîtres. P’t-être fallait-il, pour l’heure, accepter. Comme il continuait de parler, Bennet lui prêta un oeil distrait, quoique ses oreilles n’en perdent une miette. Il était surprenant, tout de même. Comment, pour communiquer, ils utilisaient des signaux de lanternes ? Et pourquoi pas des jeux de fumées tant qu’il y était ? Non. Son appartenance à l’Ordre noir était presque une garantie de l’impossibilité de sa stupidité. Il fallait plutôt l’entendre comme le signe qu’il se jouait des symboles, détournait les armes contre leurs inventeurs.

Le motif qu’il suggéra pour lancer l’appel l’interpella assez- il ne devait avoir mené beaucoup de recherches à leur sujet pour penser que qui que ce soit imagine Lamewood capable de la choper en infraction. Non. Il venait de le dire. Lightwood était son nom. Réponse à sept ans de questions, enfin presque, elle ne s’était jamais véritablement questionnée sur le rhinocéros ambulant. Oh, elles avaient fait des c*nneries ensemble, mais l’autre s’en tirait souvent peu gracieuse. Non, s’il fallait un prétexte, ce serait à la rigueur que l’autre truie ignorait que la blairelle jouissait d’un couvre-feu allégé par les grâces de Khonkhon. Mais comme il n’était pas nécessaire de le suggérer devant le masqué, la Seafordienne, les yeux un rien plissés, comme rêveurs, comme pour repousser la chaleur du foyer, releva le menton, dévoilant un sourire carnassier d’enthousiasme.

Quand il déclara l’entrevue close, la partisane hésita. Elle aurait eu d’autres questions. Notamment sur leurs numéros là, l’autre fois il en avait appelé un 49, et les codes lui empêtraient les neurones. Elle s’interrogeait sur les motifs de leur choix, leur signification symbolique, les couleurs en lesquelles les mages les voyaient, ou peut-être les goûts qu’ils leur donnaient. Mais il y avait des masques qu’il ne fallait toucher encor’, le temps qu’on se fie à elle. La nuit c’était être lui, avancer masqué c’était affirmer un soi qui ne prenait sens que voilé. Les masques qu’il endossait selon les situations -peut-être était-il parfois moins charmant, un sourire de Pouffy au bec ?- sa collection, c’était la sienne, et ce nombre qu’il affectait n’avait de raison que secret. Dans le silence elle irait, et un jour -lointain peut-être- trouverait la sienne. Travaillerait avec et non seulement pour lui. Rêve adolescent, frappé d'une motivation aciérée.

Non, les véritables questions à poser n’étaient à lui mais au reste des sorciers, les pourquoi de leur soumission, de leur silence, de leur collaboration avec des technologies qui allaient tous leur brûler le c*l avec leur réchauffement, bien avant qu’une petite erreur de sortilège n’affecte quoique ce soit. Ils avaient le droit d'être, m*rde, leurs pouvoirs avaient un sens autre que l'asservissement. Les masques à retirer étaient ceux des traitres, pas des Mangemorts qui ne pouvaient que dans l’ombre les tirer tous au grand jour, recouvrir leurs droits sur les barbares aux moeurs étriquées d’habitude, usées de tradition. Alors la septième année se contenta d'obtempérer. Elle hésita -par quoi commencer ? Se décida pour la terreur de Poudlard, connaissant mieux quelques statuts sanguins que l'emploi du temps de la nouvelle. Bientôt, elle n'eut qu'à le saluer d'un On se revoit sous peu. amusé, pousser la porte, et transplaner.

Fin de RP pour ma part, de fait.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 70, Ven 19 Fév 2016 - 23:21


{PV Isza, 43 & 57}


Déposant, ou plutôt laissant tomber lourdement, le corps peu agité sur le vieux parquet, sept-zéro soupira. Ok. Transplaner jusqu'ici avait été pénible et, dans le feu de l'action, elle avait eu peur de la désartibulation. Heureusement, tout ses membres semblaient en place. Enfin, sinon elle l'aurait sans doute remarqué, non ? Avoir les idées claires semblaient désormais difficile et la Mangemort secoua vivement la tête. Maintenant qu'elle avait l'autre, fallait s'assurer qu'elle ne tente rien. C'était peut-être une vieille dame espiègle après tout, n'est-ce pas ? Incantant rapidement un #Metalo scencio, la sorcière fit ensuite quelques pas, les lattes de bois craquant sous ses pieds.

Il faisait froid dans la vieille habitation et c'était sombre. Pour l'instant, la sorcière décida qu'il était préférable de rester dans cette noirceur, car elle n'avait désormais plus que son capuchon pour protéger son identité. L'idéal était de s'assurer que la Reine ne puisse rien voir. À l'aide d'un #Diffindo, elle découpa un pan de tissus dans sa cape et s'en servi pour bander les yeux de sa prisonnière. Voilà, c'était mieux. Matricule 70 remarqua alors que son sortilège précédent n'avait pas été une grande réussite, mais au moins la Reine était ligotée.

Son cerveau reprenait peu à peu le contrôle et l'adrénaline -et toutes autres sensations agréables- laissèrent maintenant place à des douleurs qui frôlaient l'insupportable. Le problème, c'est que la Mangemort s'avérait une parfaite quiche lorsqu'il s'agissait de lancer un sortilège de soin et les chances qu'elle aggrave son cas au lieu de l'améliorer étaient plutôt grandes. Serrant la mâchoire, elle remonta la manche de son vêtement, dévoilant ainsi un magnifique tatouage, soit la Marque des Ténèbres.

Se sentant même fiévreuse, la sorcière tangua légèrement, s'appuya contre le mur. La salive s'accumulait à l'intérieur de sa bouche, annonçant l'inévitable. Elle eut à peine le temps de déglutir et tourner le dos qu'elle vomit sur le sol. Ses trippes semblèrent vouloir suivre le chemin de la bile et la sorcière appuya une main contre son ventre, même si cela n'aidait en rien, tout en continuant de tousser à s'en arracher violemment un poumon. Elle appuya son dos meurtri, tout comme ses cuisses, par différents éclats, contre le mur et se laissa glisser le long du mur. Définitivement, soixante dix espérait que les autres montrent bientôt le bout de leur nez, qu'elle puisse crever en paix sans avoir à surveiller l'autre là.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 43
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 43, Dim 13 Mar 2016 - 22:34


Aftermath

PV 70, 57, Izsa,
Désolée pour l'immense retard, LA autorisé



La jeune femme était quelque peu inquiète. Le reste du groupe était parti attaquer la reine d'Angleterre. Pour un groupe de Mages Noirs comme eux, cela ne semblait rien de bien compliqué. Cependant, Quarante Trois ne pouvait s'enlever de la tête ce mauvais présentement, comme si elle savait que ses frères et sœurs d'arme étaient en grand danger, alors qu'elle elle était là à jouer à la belote avec matricule cinq sept pour faire passer le temps.

A cause de l'anxiété, la sorcière ne cessait de gratter le coin de l'une de ses cartes qui était désormais bien abîmée. Elle était franchement en train de perdre, c'était sans doute pour cela qu'elle était dans cet état. Ou était-ce l'inverse ? Cette attente semblait interminable. Ne devrait-ils pas être de retour depuis le temps ? 43 n'avait qu'une envie, les rejoindre et se jeter corps et âme dans la bataille.

Mais elle n'eut pas le temps de proposer cette idée à son comparse qu'une vive douleur lui brûla l'avant-bras. Elle fut si forte que la jeune femme en lâcha sa main et elle n'avait pas besoin de regarder sa marque pour savoir que l'encre devait être aussi ténébreuse qu'au moment du Marquage.

- M*rde, ils doivent avoir des problèmes, marmonna-t-elle, l'inquiétude transperçant sa voix.

La Mage Noire pris tout juste le temps de choper son masque et l'installer sur son délicat visage avant d'attraper le bras de cinquante sept et de transplaner au Wood's Cottage. C'était le lieu de rencontre en cas de problème, sinon les Mangemorts auraient dû arriver directement au Hollow Bastion.

Ils arrivent dans un craquement sonore directement dans l'entrée de la bâtisse. Seul le silence et le noir les accueillirent. Pas une seule âme de semblait être là, peut-être n'avaient-ils pas réussi à arriver jusqu'ici ? L'adrénaline emplissait les veines de la sorcière tandis que d'un signe de tête, elle demanda à celui qui l'accompagnait de faire très attention. Baguette fermement tenue dans sa main, elle informula un Lumos et une douce lumière fit son chemin à travers les ténèbres. Sans bruit, ils commencèrent à inspecter les différentes pièces avant de rapidement se trouver dans le salon. La première chose qu'ils pouvaient voir était cette masse informe face à eux, enroulé dans un filet de métal qui tenait à peine.

Lorsque Quatre Trois jeta un regard derrière elle, elle découvrit le corps de la belle Soixante Dix, allongée sur le sol, immobile. Un frisson parcourut son échine alors que la peur se frayait un chemin jusqu'à son cerveau. Non, elle ne pouvait être morte, c'était une battante !

- Occupe-toi d'elle, ordonna-t-elle au sorcier en indiquant la vieille reine d'un vague geste de la main.

La Mangemort ne perdit pas une seule seconde et se jeta sur le corps de celle qu'elle admirait tant. Elle respirait, faiblement certes, mais au moins elle était en vis. Un à un, elle retira les divers morceaux de bois et de verre plantés dans son corps. C'est seulement lorsqu'elle souleva sa baguette pour éclairer le haut de son corps qu'elle vit l'état de son masque complètement brûlé. Avec délicatesse, la jeune femme le retira, découvrant son visage recouvert de cloque et noircie par la chaleur. 43 avait beau adoré sa sœur d'arme, elle devait avouer que là, elle sentait clairement le cochon grillé. Le soucis était qu'elle était loin d'être Médicomage, même si elle avait un peu l'habitude des sorts de soin. La seule chose qu'elle pouvait tenter de faire était de tenter de calmer la douleur qui devait être insoutenable et la réveiller. Elle appliqua donc un Curo as Velnus sur son visage avant de lui lancer un revigor. Une question taraudait son esprit, qu'avait-il bien pu se passer ?

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 57
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 57, Lun 14 Mar 2016 - 19:28


LA de 43 autorisé


- Belote, rebelote et dix de der !

Je l'avais massacrée, encore, comme quoi j'étais trop fort pour le commun des mortels et surtout pour les mortelles très communes. A croire qu'elle le faisait exprès la demoiselle de mal parler et de se saborder. Ou alors elle était très nulle, aucune autre option possible, du moins pas d'option sur laquelle je voulais me pencher. En vérité, j'avais tout sauf envie de jouer aux cartes surtout qu'il n'y avait même pas d'alcool en jeu. Quarante-Trois maltraitait ses cartes, je bouillonnais d'impatience. J'en avais assez, déjà. Une éternité que l'attaque avait été lancée et nous, on était là, assignés à résidence, comme si on était des boulets.

J'étais pas jaloux mais quand même. Ils devaient s'éclater les autres à faire mumuse avec la royauté et à faire danser des cadavres, je rêvais presque d'y être. Ils avaient même embarqué Treize. La blague... Ils auraient enfilé un masque à un bébé cracmol et l'aurait pris à la place que ça aurait autant servi. Nouvelle partie de cartes, on allait se momifier sur place à ce rythme. Ou pas. Brûlure au bras. Je relevai ma manche et je grattais la marque. Quatre-Trois sortit une banalité, peut-être plus à sa propre intention plutôt qu'à la mienne et enfila son masque très rapidement pour un débris de son âge. J'avais le mien sur moi, relevé sur le dessus de la tête et en un mouvement, j'étais devenu méconnaissable. Une main sur mon bras et le décor tourbillonna.

Je connaissais l'endroit. Pré-au-Lard, devant une maison que j'avais visité par deux fois, un repère comme un autre. Je sortis ma baguette et je passais la porte sur la pointe des pieds. La sorcière murmura un avertissement qui se perdit dans le vide et éclaira l'endroit d'un faible halo de lumière. L'inspection commença sans attendre, les premières pièces étaient désertes et tout était silencieux. Un peu comme un tombeau. De plus en plus rassurant, je souris de toutes mes dents espérant qu'il y aurait de l'action. La salle suivante fut plus intéressante que celles précédemment visitées, il y avait même des gens vivants dedans. Une personne ligotée et Soixante-Dix qui se mourrait. Cette dernière était pour la nulle en belote et je l'a lui laissé volontiers. C'était moins drôle de soigner les ex-seigneurs des Ténèbres alors qu'il y avait un otage inconnu étendu sur le sol.

Alors je m'approchai de la forme, un peu sur mes gardes, surtout curieux et je me baissai pour regarder de plus près. C'était une vieille peau. Une vieille peau couronnée. Trop drôle, on avait piqué la reine aux moldus. Fallait juste espérer qu'elle n'ait pas clamsé, les ancêtres n'étaient jamais trop résistants et un cadavre pas extrêmement frais, ça virait bouillie trop rapidement. Je lui envoyai un coup de pieds dans les côtes pour voir si ça bougeait avant de me tourner vers les deux sorcières. 70 était en très mauvais état, ça craignait, elle n'allait même pas pouvoir nous raconter leur escapade. Restait la reine, je n'avais plus qu'à l'interroger.

- Qu'est ce qui c'est passé ?

Ton impérieux, voix forte au cas où sa surdité était avancée. Puis comme elle ne répondait pas assez vite à mon goût, environs trois secondes plus tard, je lui balançai un #Electrocorpus pas trop trop dosé pour commencer.

- Parle !
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Izsa Hilswood, Mar 15 Mar 2016 - 11:17


Alors que le sortilège de l'Imperium l'entourait comme un cotonneux nuage de béatitude, petit à petit notre héroïne dans le pétrin reprenait conscience. Non pas que son esprit devenait plus fort et qu'elle surmontait la voix agréable dans sa tête ; il ne fallait pas surestimer sa force morale. Non, c'était simplement le sortilège qui s'affaiblissait de plus en plus.

Mais, avant qu'elle ai le temps de réaliser à quel point elle était dans la m*rde, elle se retrouva ligoter brutalement par un filet de métal. Elle ne pu voir qu'un vieux parquet miteux avant de se retrouver dans le noir complet. Que du bonheur. Ligotée, aveuglée, à la merci de ses ennemis... Il y eu le bruit sourd d'une chute, et le nuage autour de sa conscience, qui n'était déjà plus qu'un brouillard, se dissipa entièrement.

Peur. Haine. Panique. Résignation. Déni. Tous ces sentiments la frappèrent sans sommation, désordonnés et puissants. Elle était seule, loin de tout allié, à la merci d'une bande de meurtriers sadique. Certes, tant qu'elle était sous l'apparence de la Reine, elle était en relative sécurité, mais elle ne donnait pas cher de sa peau une fois que le Polynectar arriverait à sa limite. Quand ils découvriraient que leur captive était en réalité une de leur pire ennemie... Calme toi... Calme toi !
Comment pouvait-elle être calme ? Comment réfléchir à une solution quand tout était perdu ? Peut-être valait-il mieux se tuer, avant qu'ils n'aient le temps de lui arracher la moindre information. Ou fuir. Sa baguette, cachée dans sa manche, semblait toujours en place. Elle serait sa porte de sortie, si elle avait la moindre occasion de la saisir.

Des voix s'élevaient autour d'elle, elle en compta deux. Super, trois Mangemorts, et elle. Et avec ça, ils voulaient un supplément Chantilly ?
On s'adressa alors à elle.

- Qu'est ce qui c'est passé ?

Va jouer dans le mixer. Bizarre à quel point cette voix lui donnait envie à de telles répliques. Enfin, elle n'était pas suffisamment stupide pour attiser les flammes qui allaient la cramer.

Surtout qu'elle n'en eu pas le temps. Une vive douleur la traversa brutalement, contractant tout ses muscles tel un pantin désarticulé, puis elle disparu aussi vite qu'elle était venue.

- Parle !

Les tortures commençaient ; elle se tint coite, maintenant l'illusion de la faible grand-mère trop choquée pour parler le plus longtemps possible. Pour l'instant elle s'en sortait bien avec une simple décharge électrique. Elle ne se faisait cependant pas d'illusion quant à la suite de la séance. Le pire était encore à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 70, Lun 4 Avr 2016 - 5:36


Fermant les yeux, la sorcière s'abandonna à un étant d'inconscience plus ou moins réparateur et perdit toute notion du temps. Elle sombra tellement rapidement qu'elle n'eut même pas connaissance de l'arrivée de 43 et 57, quelques minutes plus tard. Alors que le jeune homme se dirigea vers la Reine avec la ferme intention de la faire parler, 43 s'agenouilla près de sept-zéro et posa sa main sur son épaule avant d'entreprendre la lourde tâche d'extirper les débris qui s'étaient logés dans son corps qui paraissait à présent si frêle. La mage noire ne réagit pas, encore inconsciente t ne put donc voir le visage surpris de quatre-trois alors qu'elle découvrit le visage gonflé et noirci par le métal de son masque. Chose certaine, c'était la dernière fois que la Mangemort portait un masque fait de métal. Lorsqu'elle verrait son faciès salement amoché dans le miroir, elle se demanderait sans doute comment elle pourrait se présenter au travail lundi matin, mais brillante comme elle est, trouverait une solution.

- Parle !

Le ton impérieux de 57 parvint aux oreilles de 70 qui ouvrit faiblement les yeux. Son regard trouble se posa alors sur son infirmière improvisée et ses lèvres réussirent à s'étirer en un faible sourire. Elle était étourdie et un goût de fer prononcé sur ses papilles lui donnait la nausée. Devant le regard inquiet de 43, la Mangemort tenta de se donner contenance, mais ce fût peine perdue. Posant une main sur sa joue endolorie, elle essaya de se relever sur ses coudes, mais toute force l'ayant quitté la sorcière resta au sol. Sa tête voulant exploser, Septante se concentra sur sa respiration. Valait mieux récupérer un peu avant d'expliquer quoi que ce soit, sinon elle vomirait à nouveau et, si c'était possible, elle voulait s'éviter une souffrance supplémentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 43
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 43, Lun 4 Avr 2016 - 23:35


Aftermath

PV 70, 57, Izsa



La blessée était toujours dans un sale état, néanmoins le revigor semblait avoir eu un effet positif. La brûlure sur son visage était sérieuse et inquiétait beaucoup matricule Quarante Trois. A l'aide d'un aguamenti, elle fit couler un mince filet d'eau gelée sur la moitié touchée de son visage.

De son côté, son frère d'arme s'occupait de la Reine, mais ça ne donnait pas grand chose. Alors elle décida de prendre les choses en main. Ce n'était pas tant qu'elle voulait jouer à la super-méchante ou qu'elle était sadique, mais plutôt qu'elle avait peur pour sa maîtresse et que seule la vieille était actuellement en mesure de leur dire ce qu'il s'était passé. Laissant ses émotions guider ses gestes, la Mage Noire s'approcha de la fripée.

- Tu es sourde vieille peau, fit la Mangemort, une rage non dissimulée dans la voix et ses yeux bleu-vert de glace se posant sur les siens. Acidileus, lança-t-elle en visant la jambe de la femme attachée.

Elle aurait d'ailleurs continué sur un doloris si un mouvement dans son dos n'avait pas attirée son attention. Sept Zéro tentait de se remettre debout et sa consœur se jeta à ses côtés pour la soutenir, quelque peu soulagée.

- Maîtresse, lui chuchota-t-elle, Vous feriez mieux de rester allongée et de reprendre des forces, vous êtes en sécurité. Je peux aller vous chercher un médicomage s'il faut !
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 57
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 57, Ven 15 Avr 2016 - 16:16


Autorisation d'Izsa

La reine faisait de la résistance mais sous ses airs de vieille anglaise courroucée, elle devait savoir qu'elle allait en baver. Et moi, j'étais là, baguette tournoyant entre mes doigts, presque guilleret alors que derrière, ma mentor dégoulinait. Je faisais confiance à 43 pour la tirer de danger, au pire on kidnapperait un médicomage après. La reine ne cria pas. Elle voulait rester digne peut-être ? Quelle c*nne. Rien que ça, ça me donnait envie de la dépecer. La reine ne parla pas et 43 s'énervait du coup. Elle s'énervait pour un rien toute façon. Elle jeta un sort sur la vieille en gueulant. La délicatesse incarnée. Je lui jetai un regard interrogateur. Sept-Zéro était-elle sauvable ? Oui. Sinon la vieille aurait été tuée. Je me posais des questions cons des fois.

Concentration. Faire parler l'ancêtre qui ne craignait pas l'électricité. Alors je m'asseyais par terre et pris une des mains ridées de la vieille dame entre les miennes. J'avais l'air compatissant, je me faisais garçon tout mignon. Et je lui parlais d'une voix douce, lui disant qu'on était désolés pour les évènements, qu'on avait pas voulu que ça se passe comme ça, qu'elle était notre reine à nous et qu'on la respectait. Bref, un beau tas de conneries qui auraient peut-être sonnées juste dans une autre bouche que la mienne. Pas que je mente mal, juste parce que j'étais en train de lui voler une de ses bagues en même temps. Et vint la question.

Un "Que s'est-il passé ?" presque enfantin suivi d'un craquement. Pendant que je parlais, j'avais pris un des vieux doigt et je l'avais plié de l'autre côté, d'un coup sec. On allait voir si la reine resterait coite bien longtemps. "Dites nous tout, on va pas vous manger...". Un nouveau crac, plus de petit doigt, je lui caressais la joue pour me faire pardonner ou parce que j'étais un peu sadique sur les bords et que j'adorais en rajouter. J'aurai pu continuer ce petit jeu longtemps mais ça aurait fait trop torture à la moldue. Alors je mis ma baguette sur sa tempe et, tout en continuant à lui caresser la joue, je lui murmurais un #Terorim au creux de l'oreille. Il était temps de parler.
Revenir en haut Aller en bas
Izsa Hilswood
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Izsa Hilswood, Jeu 28 Avr 2016 - 1:03


Évidemment, Izsa ne s'attendait pas à s'en sortir aisément. Cependant, elle ne s'attendait pas non plus à ce qui allait suivre. Elle aurait certes pu l'imaginer, mais la douleur n'était pas le genre de choses auxquels l'on pouvait se préparer. Aussi, quand l'acide brûlant toucha son mollet et s'insinuant en elle, elle ne put que hurler de douleur.

Enfin, hurler... C'est ce qu'elle avait l'impression de faire, mais en réalité elle tait bien trop faible, ses cordes vocales trop fatigués, pour parvenir à monter un tant soit peu dans les décibels. et ce ne fut finalement qu'un gémissement pathétique que parvint à se frayer un chemin hors de ses lèvres.

Il n'y avait plus qu'un Mangemort à son chevet, celui qui lui avait ouvert le bal de son Electrocorpus. Elle ne parvenait pas à comprendre ce qu'il cherchait à faire. Jouer le bon et le mauvais flic ? C'était raté. Par contre, si il avait envie de se la jouer psychopathe bipolaire, il était parfaitement dans le rôle. Izsa aurait aimé lui cracher au visage, si seulement elle avait pu avoir un contrôle correct de son corps. Au point où elle en était, elle n'avait pas peur des conséquences si jamais elle les énervait.

"Que s'est-il passé ?"

Pourquoi ? Pourquoi l'interrogeait-elle ? Il y avait une Mangemort juste à côté qui aurait parler beaucoup plus facilement de ce qu'il venait de se passer. Sans doute avait-il juste envie de s'amuser, et cet interrogatoire n'était qu'une piètre couverture à son sadisme. Comme pour confirmer ses pensées, l'homme - qui tenait sa main - lui craqua l'un de ses doigts. Qu'obtint-il de sa part ? Un couinement de douleur, tout au plus. Surtout parce qu'elle ne pouvait pas faire plus.

"Dites nous tout, on va pas vous manger..."

Finalement, avec toutes les douleurs dans à peu près tout son corps, et l'état de tétanie dans lequel elle était plongée, elle finissait par ne plus sentir grand chose. Son corps devait être gorgé d'adrénaline, ou bien d'endorphine, ou encore - plus probable - elle était doucement en train de tomber dans les pommes. Toujours était-il que ce deuxième doigt brisé ne lui fit guère d'effet.

Seulement, le Mangemort n'en avait toujours pas fini avec elle. Comme une chat avec sa souris, il refusait de la tuer tout de suite, profitant de son jouet autant qu'il le pouvait. Terrorim... Les mots, prononcés juste à côté on oreille, atteignirent son cerveau juste avant qu'elle en ressente les effets. Elle savait ce qui l'attendait, et, tel un chien de Pavlov entendant la clochette, son rythme cardiaque commença à s'accélérer.
Difficile d'effrayer plus qu'elle ne l'était déjà une jeune femme isolée, torturée et face à la mort. De brusques spasmes la secouèrent violemment, alors que sa respiration devenait effrénée.

- C'est vous qui nous avez attaqué ! geignit-elle, au bord de la syncope.

Sa voix lui paraissait à des milliers d'années lumières. Elle se sentait faible, si faible...

- Vous avez attaqué Buckingham, et vous m'avez enlevé...

Pas sûr qu'elle leur apporte grand chose pour le coup. En même temps, ils s'attendaient à quoi ? Un récapitulatif complet de toute l'attaque ? Une dissertation orale ? Même si elle l'avait voulu, elle n'aurait pu dire guère plus.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 43
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 43, Sam 14 Mai 2016 - 16:07


Aftermath

PV 70, 57, Izsa
LA accordé



Malgré les soins prodigués par la jeune Mangemort, elle ne parvenait pas à réveiller sa maîtresse. Elle restait inerte, allongée sur le sol comme une vulgaire poupée de chiffon. 43 se sentait désemparée, il était hors de question que la jeune femme ne meure entre ses mains.

Derrière elle, Grand Mère commençait à parler. Elle estima donc que 57 faisait son boulot comme il le devait. Elle le prévint donc qu'elle se rendrait à St Mangouste pour enlever un Médicomage. En effet, 70 méritait de véritables soins.

Un crac retentit et Quatre Trois disparue. Sous son ordre, son elfe de maison lui apporta sa cape d'invisibilité, lui permettant de se déplacer en toute discrétion. Une fois à l'intérieur de l'hôpital, elle déambula dans le bâtiment. A cette heure-ci, il n'y avait pas grand monde. Elle chercha dans les salles les unes après les autres jusqu'à ce qu'elle trouve un homme, de dos, portant l'uniforme des guérisseurs.

- Vous êtes médicomage ? lui demanda la demoiselle, toujours cachée sous sa cape.

- Oui bien sûr, fit-il en se retournant. Je peux vous aider...

Il s'interrompit, ne trouvant pas son interlocuteur, ses yeux cherchant dans le vide. 43 sortit alors de sa cape et se jeta sur lui, l'emportant dans son transplanage. Une quinzaine de minutes s'étaient écoulées depuis son départ, elle espérait que l'état de sa maîtresse ne s'était pas dégradé pendant son absence.

Dès que l'homme put se libérer de l'emprise de la Mangemort, il le fit, manquant de tomber sur le sol par la même occasion. Mais le pauvre était prit au piège, acculé contre un mur, les mains désespérément tendues devant son visage comme si cela allait pouvoir le protéger. Sa bouche s'ouvrait et se fermait à une vitesse effrénée tant il répète "pitié" à sa ravisseuse.

Chuuuuuut, lui intima la masquée, un doigt devant la fente de sa bouche, La Maître des Ténèbres a besoin de soins. Tu la sauves, tu vies. Tu refuses ou tu la tue, tu meurs... Après quelques secondes de silence, elle reprit avec gravité : dans des très grandes souffrances. Ah, et ne tente pas de retourner ta baguette contre moi, tu perdrais à coup sûr.

L'homme resta sans bouger quelques secondes, le temps d'assimiler la situation et ses différentes options avant de finir par se mettre au travail. Pensant 70 entre de bonnes mains, quoi que continuant de surveiller les faits et gestes de l'homme du coin de l’œil, la sorcière se retourna, se demandant où en était 57 avec sa prisonnière.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 57
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Mangemort 57, Lun 16 Mai 2016 - 23:15


LA d'Izsa autorisé

Elle avait peur, je le sentai. Elle avait très peur même, ça me faisait limite rigoler. Pauvre petite vieille tombée entre les mains des grands méchants masqués. Pour un peu plus, je lui faisais un bisou magique pour me faire pardonner. Ou je recrutais un joli petit détraqueur pour le faire, il fallait savoir déléguer. A se la péter avec un bout d'or sur la tête, on n'obtenait rien de bon, hein, la ridée pouvait témoigner. Et puis je rigolai un bon coup, réflechissant à la suite de notre séance bien sympathique.

- C'est vous qui nous avez attaqué !  Vous avez attaqué Buckingham, et vous m'avez enlevé...

C'était qui ce "nous" ? C'était pas logique. J'imaginais bien que madame qui régnait mais ne dirigeait pas sur tout le Commonwealth ne se prenait pas pour une bouse de dragon donc l'emploi de la première personne du pluriel pour se désigner elle-même ne devait pas être superflu. Mais, deux secondes après, elle utilisait le singulier. Que c'était compliqué. Parlait-elle des sang-de-bourbe en général, du personnel de son palais qui avait du avoir droit à des cadavres très sympathiques si j'avais bien à peu près suivi le plan d'attaque.

- Comment ça nous ?

Nouvel #Electrocorpus, moins sympa cette fois là. Et je la secouais un peu en bonus. Après tout, j'avais droit de lui faire ce que je voulais tant qu'elle ne me claquait pas entre les doigts. Fallait bien qu'elle hurle un peu, et pour changer de registre de hurlements, je pouvais même la filer à un amateur de cougar et tout, ça me ferait des gallions. Bruit d'objet qui roule sur le sol. Je me détournai de ma proie momentanément. Il y avait un machin par terre qui n'y était pas avant. Je mis la main dessus, c'était un bâton. Une baguette même. Intéressant. La reine des inutiles était donc née moldue ? Ou alors, était-elle autre chose qu'une reine ? Le "nous" prenait tout son sens. Vu l'état de Soixante-Dix, l'embuscade était évidente. Mais de là que nos ennemis aient même remplacé la reine ? Je me tournai vers Quatre-Trois. Elle n'était plus là. Laissant une Seigneur des Ténèbres hors concours. Pas de soucis, j'avais donc le champ libre quant à notre prisonnière, ou notre prisonnier.

J'y voyais rien dans la pénombre de la pièce, je voyais même pas à quoi ressembler la baguette que j'avais dans la main. A quoi pouvait ressembler la baguette d'un piaf d'ailleurs ? A une baguette normale, dix points pour 57. Et comment je savais que c'était la baguette d'un piaf ? Simple déduction qui attendrait confirmation. Toute façon, il n'y avait que l'ODP pour nous emm*rder à ce point et blesser notre cheffe. Baguette inconnue dans la main droite, j'informulai un #Lumos avec la mienne et je regardai tour à tour ma prisonnière et son bout de bois. D'abord encore amusé de ma découverte puis de plus en plus inquiet. La baguette que j'avais dans les mains était familière, trop même.

- Dites moi que c'est pas la votre ?

Ton presque suppliant. Ca ne pouvait pas être ça. Je devais me tromper. Je savais qu'elle était sang-mêlée, qu'elle n'avait rien contre les moldus mais ça ne devait pas être ça ! Pitié Merlin, Morgane et autres mages devenus poussières, je pouvais pas l'avoir allongée par terre en face de moi. On se calme. J'allais me mettre au yoga si ça continuait ainsi. Pourquoi elle se mettrait dans une situation comme ça ? Elle était intelligente, elle n'était pas assez suicidaire et nulle pour rejoindre l'Ordre du Phénix. Des baguettes d'une vingtaine de centimètres avec du bois ressemblant à de l'oranger, devait y en avoir plein. J'avais juste qu'à attendre que le polynectar ne fasse plus effet puis je livrerai la personne à mes collègues vu qu'elle ne serait certainement pas Izsa. Autopersuasion. Pour m'en convaincre plus profondément, je lui balançai un coup de pied dans le ventre. Voilà, Hilswood n'avait pas un bidon flasque, ce n'était pas elle, fin de la discussion, allons checker si la patronne respire encore.

Elle vivait, elle était dans un sale état mais elle vivait. Dommage, je n'allais pas pouvoir être SDT à la place du SDT prochainement. Retour à la prisonnière, en sale état elle aussi. Prisonnière qui était en train de rajeunir. Prisonnière dont les cheveux brunissaient et dont la coupe devenait courte. M*erde, m*rde, m*rde ! Prisonnière dont les traits vieillis devenaient familiers. Vision cauchemardesque. Une Izsa ensanglantée, à cause de moi, avait eu la merveilleuse idée de devenir reine d'Angleterre. Mais quelle conne ! Limite, j'allais la tuer pour ça. Elle n'avait pas le droit ! Elle faisait partie de l'ordre qu'elle voulait mais elle n'avait pas le droit de se faire chopper, pas le droit de se retrouver en face de moi déguisée ! Je faisais quoi maintenant, hein ? J'en faisais quoi ?

En vrai, je commençais vraiment à paniquer. Pire que ça même. J'tais agenouillée juste à côté d'elle, je lui avais choppé le bras, par réflexe, et je le serrai, mi-horrifié. Récapitulons. La reine était Izsa. Izsa était donc un p*tain de piou ou un machin comme ça. Je savais juste qu'elle n'était pas auror et qu'elle n'avait pas agis seule en réalité. Oui. J'allais m'en tenir à ça. J'en faisais quoi ? J'avais l'impression d'avoir couru un cent mètre sans respirer. Réfléchis, réfléchis, réfléchis ? Trou noir dans mon cerveau, rien ne venait, juste les pires scénarios qui défilaient. Les collègues seraient ravis d'avoir un ennemis sous la main à interroger et que ma séance de torture tout à l'heure deviendrait super cool aux yeux de la sorcière. Elle se ferait bouffer toute crue. Je ne pouvais pas la laisser là. Parce que c'était Izsa, parce que c'était la délivreuse de dragon, parce que c'était mon amie. Mais si je la laissais s'en aller, je trahissais les Mangemorts, je laissais tomber quelque chose en quoi je croyais presque, une activité qui trompait mon ennui, qui, au nom d'une idéologie, me permettait de casser des trucs quand j'en avais envie.

J'avais joué à l'insensible pendant des années et maintenant que cela était requis, je me dégonflai royalement. Je pesais le pour et le contre, j'allais prendre très cher, trop même. Mais moins qu'Izsa. Je virai guimauve là. Ca n'allait pas du tout. Je me giflai mentalement, lâchai le bras de la brune et j'allais voir du côté de Soixante-Dix. Inconsciente. En apparence du moins. Fallait agir vite. J'étais sorti de mon hébétude, je réfléchissais même plus, un peu en mode robot. Elle n'était pas gravement blessée ? A vue de nez, ça passait. Fallait que je la sorte de la maison pour pouvoir transplaner. Je lui demandai expressément de la boucler, la choppa par les épaules et la traina tant bien que mal jusqu'à la porte d'entrée de la demeure.

Coup d'œil à droite, coup d'œil à gauche, pas de 43 accompagnée par un médicomage non consentant. Pop. Quelques instants plus tard, on était devant la porte de l'appartement d'Izsa. Je l'adossais contre le mur, espérant qu'elle n'est pas trop trinquée pendant le voyage, je lui glissai sa baguette dans sa poche et levai les sortilèges qui restaient, dans le doute. Je n'avais plus qu'à me tirer rapidement avant qu'elle ne m'attaque, on règlerait ça plus tard. D'abord, retourner à Wood's Cottage.

- Je reviens...

Et je transplanai de nouveau. Me fallait un alibi. Un truc à dire pour me casser rapidement. Retarder la confrontation le plus longtemps possible afin de réfléchir à un plan. Je me glissai dans le salon sans un bruit. Il n'y avait que Soixante-Dix, ça allait le faire. Maintenant, je n'avais plus qu'à jouer au mort. Alors je m'allongeai, pointai ma baguette vers ma poitrine et murmurai un #Stupefix Retardum. J'eu juste le temps de la remettre dans ma poche. Je ne mentirai qu'à moitié. Je dirai que la reine n'en était pas une et qu'elle m'avait eu par surprise. Alea jacta est...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 5

 [Habitation Secrète] Wood's Cottage

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.