AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-30%
Le deal à ne pas rater :
Remise de 30% sur les chaussures Nike Air VaporMax 2019
133 € 190 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 17 sur 20
Balade sur les Docks
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Jeu 17 Aoû - 8:48



Castielle avait écouté parler le garçon sans l'interrompre mais dans sa tête un petit voyant rouge d'alarme s'était mise en marche et clignotait doucement. De "Candide" le jeune homme "de la terre" venait de passer à "personne en plein trip spirituel haut perché". Ses premières paroles sur l'eau et compagnie étaient étranges mais la sorcière les avait plus considérées comme poétiques et/ou philosophiques plutôt qu'à prendre au pied de la lettre !
*Mais on est en face d'un hippie, en fait ?*
railla la petite voix sarcastique dans sa tête. Castielle eut du mal à la contredire. Elle aurait pu tempérer le propos en chipotant sur les termes, comme par exemple "Mais non pas un hippie, juste quelqu'un de très... spirituel ?"
L'apothéose fut lorsqu'il sortit des ronds de bois de sa poche et les présenta comme des amies et des oracles à part entière. L'esprit cartésien de Castielle fit barrage. Dans sa tête le voyant rouge de l'alarme se transforma en sirène. Tout dans son être criait "Nope, nope, nope !". Le monde était rationnel. Logique. Tangible. Il n'y avait pas de force supérieure, de puissance de l'eau ou de la terre ! Et puis quoi encore ? Bon, d'accord, elle était une sorcière. Mais même la magie pouvait être rationalisée, expliquée, observée, contrôlée !

La jeune fille essaya de cacher la répulsion qu'elle éprouvait pour la tournure que prenait la conversation. Elle était bien élevée, après tout ! Et puis même si elle ne comprenait voir même ne concevait pas que qu'à notre époque quelqu'un puisse partir dans de tels délires mystiques absurdes, elle ne voulait pas froisser le garçon.

Elle le regarda intensément. Il y croyait sincèrement à ces délires... Et puis il ne faisait de mal à personne. S'il avait tenu des propos dangereux elle l'aurait remis à sa place, mais il était inoffensif. Un hippie, hein ? Oui si on veut.

*Il ne fait de mal à personne*
se répéta Castielle.
*Je n'ai aucune raison de le prendre de front.*

Pourtant ça la démangeait. Et pas qu'un peu. C'en était presque viscéral, elle devait étaler sa science. Lui expliquer qu'il ne s'agissait pas de puissances mystiques insondables, mais bien de réactions chimiques, de propriétés, de mécanique pure !
La Poufsouffle se mordit la lèvre inférieure pour empêcher le flot de paroles ravageuses qui voulait tant se déverser.

Des ronds de bois gravés. Elle n'était pas ignare, elle avait bien reconnu des runes. Lesquelles ? Peut-être des celtiques ou des nordiques, va savoir ! C'était sans importance dans le contexte de toute manière puisque ce n'était que de simples bouts de bois.

*Ouais comme ta baguette*
*AH LA FERME !*


Castielle finit par répondre après ce qui lui avait semblé être des heures alors qu'en réalité cela ne faisait que quelques secondes.

- Merci, c'est... euh, gentil de ta part de proposer. Mais ça ira.

Cependant... la curiosité -ou peut-être un autre sentiment moins noble ?- la poussa à poser une question. Dans toute la bouillie irrationnelle qu'il lui avait servie, un détail la perturbait un peu.

- Qu'est-ce que tu veux dire par "elles m'ont dit de te parler", exactement ?

Elle se retint de rajouter "Le bois ça ne parle pas, encore moins les rondelles de bois, au cas où tu le saurais pas !". Elle avait toujours retenu du mieux qu'elle pouvait son côté sarcastique et cassant. D'où le développement de la petite voix dans sa tête, sûrement.
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Jeu 17 Aoû - 12:56

Comme je fixais amoureusement mes runes, je ne faisais plus vraiment attention à la fille de l'eau. Je la regarde de nouveau en face lorsque je l'entends me répondre qu'elle n'est pas vraiment intéressée par ma proposition de lui lire les runes. Il y avait de la réticence dans sa voix, ça s'entendait, mais ce n'est pas grave. Je suis habitué à ce que les gens ne me prennent pas au sérieux, et encore mois mes runes. J'ai appris qu'il ne fallait jamais forcer. Lire quelqu'un qui n'en a pas envie est non seulement contraire à l'éthique mais aussi  totalement inefficace. Les gens doivent vouloir une réponse et ils doivent la désirer au point d'en venir à poser la question directement aux forces de la nature, aux dieux et déesses, aux esprits,...

La fille de l'eau me fixait intensément. Je vois bien qu'elle ne me croit pas, elle doit être une personne "rationnelle" comme ils disent. Qu'y a-t-il de plus rationnel dans le fait de dire que la Terre tourne autour du Soleil mais pas dans celui de dire que ledit Soleil nous offre par ses rayons des énergies qui lui sont propres ? Va savoir. Mais pour les scientifiques apparemment la différence est claire : ils ont vu de leurs yeux que le premier fait, mais pas le second.

J'aime la science, vraiment ! Mais à force de trop vouloir voir pour croire, on finit par passer à côté de choses très importantes. Nous vivons dans un monde où la richesse de la nature est foisonnante, et à trop scruter une feuille au microscope pour en voir les mitochondries on finit par ne plus sentir  la feuille vivre sous ses doigts. Pourtant ce n'en est pas moins réel !

J'étais un peu déçu par le refus de la fille de l'eau, mais je comprenais et n'insistais pas. Mais lorsque je range mes runes dans la poche d'où je venais de les sortir, j'entendis de nouveau sa voix me poser une question.
- Qu'est-ce que tu veux dire par "elles m'ont dit de te parler", exactement ?

Elle se mordait presque les joues en parlant. *De quoi as-tu peur ? Avec moi tu peux parler, ne t'en fais pas.*

"Quand je suis arrivé, je t'ai vue. Debout, les yeux perdus dans le lointain, le vent dans les cheveux, on aurait dit un tableau tellement tu te fondais parfaitement dans l'atmosphère maritime. C'est comme ça que j'ai su que tu étais une fille de l'eau. Moi dans ce genre de paysage je dépeins, je fais tache, toi pas. Tu as l'air faite pour côtoyer les navires et les vagues. Comme je ne savais pas quoi faire, j'ai simplement pioché une rune dans ma poche. C'était Gebo. J'ai donc su que je pouvais engager la conversation avec toi."
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Jeu 17 Aoû - 19:53

Castielle ne sut pas quoi répondre. Pour la deuxième fois de la journée, elle se retrouvait privée de répartie. Décidément, ce garçon la perturbait ! Mais bizarrement, pas dans le mauvais sens du terme. Au contraire, ce qu'il lui avait dit -en tout cas la première partie de ce qu'il lui avait dit- l'avait touchée. À un point qu'elle n'imaginait pas. Pourquoi est-ce que ça lui faisait cet effet-là ? Pourquoi ça lui était important ? Pourquoi est-ce qu'elle avait la sensation étrange que si c'était sorti de la bouche de n'importe qui d'autre elle se serait esclaffée et aurait balayé sa tirade d'un revers de main moqueur ?

C'était lui, là, avec ces yeux et ce regard.
Si on lui avait dit "Tu es faite pour ça", ça aurait été par souci de convention sociale. Il faut encourager les gens, ne pas briser leurs rêves, être diplomate. Son papa était diplomate. Pire : avocat. Le roi du compromis ! Si jamais il venait à apprendre pour ce rêve étrangement viscéral qu'est la navigation et qui anime sa fille, il aurait sûrement une réaction modérée. Oh ce ne serait pas dans le but de la décourager, mais au final, un soutien en demi-mesure n'est pas un vrai soutien. Les parents se rendent-ils compte que parfois, en voulant nous protéger, ils nous plombent les ailes ? Castielle ne pensait pas à ça comme un bon ou un mauvais choix. Pour une fois, elle était elle-même en demi-mesure. Ce qu'elle détestait par dessus tout !

Prendre le large.
Partir.
Voguer.
Sentir les rouleaux de vagues contre la coque de son bateau.
S'endormir bercée par les roulis de la mer.
Être libre.
Plus libre que ça, serait de se transformer en oiseau (ce qui n'était pas vraiment prévu au programme pour le moment)

La sorcière passa outre cette histoire de rune qui parle. Évidemment, dans son ventre crépitait le léger feu de la curiosité. Qu'était donc Gebo ? Que signifiait-elle ? Elle voulait savoir, mais pas parce qu'il prétendait que la rune avait vu juste.
Piocher un rond de bois dans sa poche et tomber sur une qui pourrait correspondre à une situation donnée ? Facile. C'est statistique, de un. Et c'est calculé, de deux.
C'est de cette façon que fonctionnent les horoscopes : ils sont suffisamment précis pour qu'on ait l'impression qu'ils sont personnels, alors qu'en réalité ils ne font que couvrir des banalités qui, statistiquement, touche plus de 90% des gens dans leur vie de tous les jours. C'était un tour vieux comme le monde ! Prédisez à quelqu'un qu'il rencontrera l'amour de sa vie le jour où iel portera des chaussures rouges et iel en portera plus régulièrement (voire même constamment) et la "prédiction" finira par se réaliser.

C'est mathématique, il n'y a pas de magie là-dedans. Mais elle le garda néanmoins pour elle.

"Merci. Je ne saurais pas dire pourquoi, mais ça me touche ce que tu me dis. Je ne nie pas mon envie de m'essayer en mer mais... je ne sais pas pourquoi non plus, je ne fais jamais rien pour y arriver. Comme si, dès que je détournerai les yeux du port, le désir se mettrait en veille."

Ce n'était pas encore mis au clair dans sa propre tête, alors il était inutile de penser qu'elle aurait pu réussir à en parler intelligiblement ! Castielle soupira. Même si elle le comprenait pas le garçon, dans ses idées farfelues, elle appréciait sa compagnie. La sorcière avait l'impression qu'il était tombé à l'exact bon moment : pile entre le moment où elle avait besoin d'être seule pour une introspection et celui où celle-ci se transforme en néfaste spirale de songes toxiques.
Et puis c'était la première fois qu'elle s'essayait à la crise existentielle à deux personnes ! Rien que ça !
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Lun 21 Aoû - 14:23

La fille de l'eau correspondait bien à son élément : complexe et simple à la fois, limpide et trouble en même temps. De l'eau à l'état pur. Avec la terre tout est tellement plus simple ! C'est le ton de sa voix qui me surpris le plus, on aurait dit qu'elle était simultanément triste et heureuse. Comment aider une personne aussi nuancée ? En essayant de son mieux.

- C'est sans doute un désir très profond alors. Pour qu'il soit constamment présent en toi. Mais en même temps tu dis qu'il est plus que secondaire, puisque tu es capable de l'intérioriser et de le faire taire pendant longtemps. Tellement longtemps que quand il resurgit ça te chamboule.

J'essaie de mettre des mots sur un sentiment, il n'y a rien de plus difficile au monde. Les sentiments sont si intenses et si personnels, que vouloir les décrire est un exercice qui se débouche souvent par un échec. Ou bien l'on n'a pas réussi à se faire comprendre par soi-même, ou bien par les autres. Dans tous les cas, la frustration et l'incompréhension sont au rendez-vous. Et les sentiments négatifs de la sorte sont néfastes pour le développement de soi. Ils nous bloquent. Pourquoi continuerais-je de tenter d'expliquer mon ressenti si je n'arrive pas à le formuler et à me faire comprendre des gens qui compte pour moi ? Certains sentiments sont bons à garder intérieurement, d'autres pas du tout.

La mélancolie est dans une catégorie spéciale. Elle dépend des gens. Mais comme Gebo avait été là, je me doute qu'il ne faut pas que je laisse se refermer la porte que la fille de l'eau m'a ouverte !
Je décide de la bousculer un peu.

- Prenons le problème à l'envers. Si je te disais : ce bateau est à un ami à moi -je pointe une petite embarcation, modeste mais jolie avec sa bande argentée le long de sa coque, nommée  Rosita - est-ce que tu veux monter dedans ? Là, maintenant tout de suite ! Tu me suis ?

Évidemment je ne connais personne possédant un bateau. Et encore moins la personne possédant la  Rosita . Mais la fille de l'eau semble avoir suffisamment cogité pour aujourd'hui. Je veux la faire sortir de sa spirale d'interrogations et de réflexions. Je veux qu'elle me dise haut et fort qu'elle veut monter sur ce navire de fortune et qu'elle ressente - ou non - son envie de prendre le large.

Et ensuite ? Voir ce qui l'empêche de franchir le cap !
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Mar 22 Aoû - 11:34

LA de Théo


Castielle aimait bien la façon qu'avait de parler le garçon en face d'elle. Alors qu'il tentait de plus ou moins résumer la situation (situation qui, à ses yeux, était impossible à synthétiser), elle avait détourné les yeux pour les focaliser sur les remous de la Tamise.

Un désir profond et secondaire à la fois. C'était antinomique... pourtant ça fait sens... Pourquoi est-ce que tout devait absolument être compliqué avec elle ? Hein ? Elle ne pouvait pas faire taire cette machine à questions qui lui servait de cerveau et vivre sa vie bêtement comme tout le monde ? Non il fallait qu'elle se plonge jusqu'au cou dans des torrents de pensées intenses sur tout et n'importe quoi. Constamment. Depuis toute petite. Rien n'avait jamais été simple avec elle.
*On parle de toi ou de l'eau, là ?*

Castielle n'eut pas le temps de se pencher sur le commentaire que venait de lui susurrer la petite voix narquoise. Le garçon venait de changer de ton. D'une voix douce il était passé à une voix plus active, presque ... enthousiaste ? Le temps que l'information monte au cerveau, la sorcière le regarda avec des yeux ronds. Quand elle réalisa pleinement ce qu'il venait de lui dire, ses joues rougirent en même temps que ses lunettes, sous l'effet de la gêne.
- Hein ? Que - ? Non je - ? Quoi ??

Sa pitoyable éloquence l'embarrassa encore davantage, ce qui ne fit qu’aggraver son désarroi. Alors qu'elle baissait les yeux en essayant de se calmer elle entendit le garçon lui dire :
- Tu en as envie, non ? Viens avec moi !

Castielle sentit alors qu'il lui effleurait le coude droit, comme une invitation. Contact physique non intrusif... elle devrait sans doute lui demander comment il s'y prend. La dernière fois qu'elle avait tapoté l'épaule de quelqu'un ça s'était relativement mal passer.

Quand elle releva les yeux il était déjà avancé de quelques mètres, en direction d'un pont qui les ferait passer du coté des embarcations. Avant même d'avoir le temps de formuler un *Est-ce que j'oserais... ?* dans sa tête que ses jambes avaient déjà amorcé le mouvement. Elle en tremblait d'excitation, avec des petits spasmes de joie dans ses jambes et dans son ventre, un peu comme avant de monter dans une voiture de montagnes russe.
De toute manière on ne va pas vraiment partir en mer ! C'est juste histoire de marcher sur le ponton et de caresser les voiles et les cordages, c'est tout, pas vrai ? Alors qu'est-ce qu'elle avait à y perdre ? Rien du tout.

- Ok je te suis !

Elle était déjà à sa hauteur, son commentaire état donc inutile, il l'avait bien vue s'avancer dans sa direction ! Mais le dire à voix haute rendait la chose plus réelle. Et puis c'était comme une sorte d'engagement ; maintenant qu'elle l'avait annoncé, elle ne pouvait plus reculer.
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Mer 23 Aoû - 16:45

LA de Castielle


La fille de l'eau s'avance vers moi et rien qu'à l'expression de son visage et son langage corporel je sais que j'ai fait le bon choix. Oh bien sûr je risque de me faire prendre à mon propre jeu : on n'allait sûrement pas monter sur la Rosita, à moins que tout soit ouvert. Et que le propriétaire ne soit pas là. Et que personne ne nous remarque. Mais de toute manière ce serait extrêmement impoli !

Les gens de l'eau sont à la fois épuisants et fascinants. Heureusement que je suis de la terre et non du feu ! Une personne du feu ne l'aurait pas supporté une seule seconde. Quant aux gens du vent... et bien je ne les connait pas très bien, je ne saurais donc pas vraiment dire ce qu'une personne du vent aurait fait dans cette situation.

La terre, évidemment, se marie bien avec l'eau. Ce sont des éléments qui se complètent et se supportent l'un l'autre.

On arrive au niveau du pont. C'est un pont métallique comme tant d'autres, rien d'exceptionnel. Mais il a au moins le mérite d'offrir un autre angle de vue sur la Tamise, et ce n'est pas désagréable. La fille est sur mes talons, elle sautille un peu en marchant je crois. Sa joie est communicante et pour le coup j'aurais donné tout ce que j'ai en ce monde pour l'échanger contre un bateau et lui en donner les clefs. Aah les enfants de l'eau et leur liberté ! Ses ondes positives m'atteignent en plein cœur et je me mets à exprimer cette joie en fredonnant un air. Une petite mélodie inconnue, même de moi.

Le pont traversé, je ne suis pas plus inquiet que ça. Tant pis pour la Rosita , je veux juste voir comment réagit ma comparse et si quelque chose la retiendra d'atteindre son but.
Je m'arrête donc et me tourne légèrement pour laisser la fille de l'eau passer devant moi. Je lui souris franchement, en confiance. Et comme je ressens que parler serait inutile à ce stade, je me contente de laisser s'exprimer mon regard.

Normalement, j'aurais sans doute repioché une rune. Juste pour être sûr. Pour avoir une directive. Mais je préfère m'abstenir cette fois-ci. Je ne pense pas que cela soi nécessaire de déranger les Dieux pour si peu. Qui plus est alors qu'ils m'ont déjà dit quoi faire à travers Gebo.
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Dim 27 Aoû - 8:53

~ LA de Théo ~

Castielle suit le garçon d'un pas excité. Ils traversent un pont auquel elle n'accorde pas un seul regard. Elle se comportait comme une enfant à qui on avait promis un tour de carrousel. Ceci dit... elle se sentait bien comme une enfant à qui on avait promis un tour de carrousel ! Donc c'était plutôt cohérent, dans le fond.

Elle allait monter sur le pont d'un bateau. Un vrai. Pour de vrai. Et elle allait se mettre contre les cordages et caresser le bois des mâts. Tenir un gouvernail et le faire tourner. Entendre les voiles se gonfler et sentir l'odeur de sel qui pourrait s'en dégager.

Castielle ne se rend pas compte tout de suite que le garçon s'est arrêté pour la laisser passer devant. Elle était beaucoup trop prise dans ses pensées, son imagination tournant à plein régime, la submergeant d'images féeriques où elle se trouvait à bord de son navire avec pour seul horizon le bleu de l'eau. Du bleu partout. Dans toutes les directions. Seule et libre comme jamais elle ne l'avait été auparavant dans sa vie. Ça semblait si réel, si présent, qu'elle pouvait presque croire que c'était ça la réalité et sa vie sur terre une sorte de rêve dont elle se réveillera sous peu.

La sorcière était focalisée sur elle-même et ne se préoccupait plus vraiment de rien. Sans demander la permission au préalable elle passa par-dessus la chaîne qui bloquait l'entrée du petit ponton sur lequel le bateau que lui avait montré le garçon était amarré. Quelle chance n'empêche ! Que cette personne précisément ait un marin dans ses relations et qu'en plus le bateau de ladite relation était juste là où elle s'était arrêtée !
Ça aurait touché à n'importe quoi d'autre que ce sujet sensible qu'était pour elle la mer, elle aurait été extrêmement suspicieuse et aurait tourné les talons en trouvant une excuse pour partir. C'est vrai après tout, elle ne le connaissait pas ce gamin et accepter de se rendre dans un endroit inconnu avec quelqu'un qu'on connait depuis vingt minutes, c'est clairement pas dans ses habitudes. Oh elle n'a pas peur. C'est juste que prendre des risques inutilement est idiot, voilà tout.

Sur ces considérations elle était déjà sur le pont, en train d'essayer d'ouvrir la porte de la cabine.
Verrouillée.
*Evidemment qu'elle est verrouillée, abrutie ! Toi aussi si t'avais un bateau tu fermerais la porte à clefs pour que les sales gamines sans gênes viennent pique-niquer dans ta cabine.*
Ah, la petite voix narquoise... Ou comment gâcher (soi-même) un beau moment. Ceci dit, et comme à son habitude, la petite voix n'avait pas tort... Elle se montrait très malpolie. Envers le bateau. Envers son ou sa propriétaire. Et envers le garçon qui lui avait gentiment proposé de l'emmener jusqu'ici.
Castielle se retourna alors vers le ponton, le rouge de la honte sur les joues et sur ses lunettes. Le garçon était là, il la regardait simplement mais même avec sa vue embrumée par son état émotionnel la jeune fille remarqua qu'il était gêné. Très gêné...

Castielle ouvrit la bouche. Elle voulait lui dire qu'elle était désolée, qu'elle n'aurait pas dû se précipiter de la sorte, ... mais elle n'eut pas le temps de prononcer une seule syllabe.
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Dim 27 Aoû - 9:33

LA de Castielle

L'eau est très paradoxale. D'un côté elle se pose énormément de questions, elle se perd facilement en grandes réflexions. Et d'un autre elle est fonceuse et ne pense plus à rien qu'elle-même. Si j'avais eu besoin d'une énième confirmation pour être sûr que j'avais bien compris de quel élément était cette fille, ça aurait été celle-ci. Elle fonce droit devant elle, je ne pense pas qu'elle m'ait ne serait-ce que regarder en me dépassant. Elle n'avait d'yeux que pour la Rosita.

Elle a enjambé la corde de l'entrée du ponton. Je devrais sans doute commencer à m'inquiéter. Quand elle caresse la coque du navire du bout des doigts. Je devrais probablement lui expliquer pour le bateau... Mais elle est tellement heureuse ! En quoi est-ce mal ? En rien !  Et si la personne à qui appartient ce bateau aime la mer, alors elle sera ravie de voir les étoiles qui luisent en ce moment même dans les yeux d'une de ses sœurs d'élément. Alors je ne m'inquiète pas et je la regarde en souriant.

Je la vois essayer d'ouvrir la porte de la cabine. Aïe. Le moment de vérité est arrivé. Elle sera déçue... Rien qu'à imaginer son sourire s'affaisser et disparaitre petit à petit, ses yeux se ternir, ses joues redevenir blanches, ses vibrations de joie arrêter de résonner en son cœur,... j'en ai le mien brisé d'avance.

Je la rejoins le cœur et les jambes lourdes. Je suis mal à l'aise. Je ne sais pas comment m'y prendre.
Je la vois se retourner vers moi après avoir essayé d'ouvrir la porte avec force, elle est rouge pivoine ! Et ses lunettes également ! Elle s'apprête à bredouiller des excuses, va savoir pourquoi puisque le fautif dans l'histoire ce n'est pas elle. Je m'apprête à tout lui expliquer. Mais on ne m'en laisse pas le temps car avant même que l'un de nous ait pu ouvrir la bouche, une voix grave et forte nous crie dessus.

- OOOOOOH ! On peut savoir ce que vous faîtes là ?? Décarrez d'ici avant que je ne me fâche ! Et toi ôte tes sales pattes de ma Rosie !

Sur le coup de la surprise je me pétrifie sur place, les yeux ronds. Je sens alors une pression sur mon bras, puis qu'on me tire vers le côté. Ensuite je me mets à courir sans trop voir où je vais. Tout ce qui m'est à portée d'yeux sont les cheveux châtains de la fille de l'eau devant moi qui se balancent au rythme de notre course. Puis j'entends que l'homme dans notre deux hurle des jurons à notre encontre. Pourquoi ? Nous n'avons rien abîmé, on ne faisait qu'admirer sa Rosie !
Un rire. Un joli rire. Le genre de rire qu'ont les enfants quand ils jouent. Un rire de pur bonheur, sans conditions, sans raisons, sans complexes. La fille de l'eau rit en courant.

Elle me tire jusqu'à deux ou trois rues plus loin. Quand on s'arrête je suis essoufflé au possible, tandis qu'elle rit toujours. J'ai mal au ventre, aux cuisses, aux poumons. Mais elle continue de rire. Elle en a les larmes aux yeux ! Alors je me mets à rire aussi, même si j'ai moins de souffle qu'elle en réserve.

On est là, deux ados, riant à s'en faire mal au bide en plein milieu de la rue. Et c'est merveilleux.
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Dim 27 Aoû - 10:11

Et bah ! Ça c'était du retournement de situation ! Castielle avait mal aux cotes à force de rire mais elle était bien incapable de s'arrêter.
La sensation qu'elle avait eue, à l'instant où un marin en rogne leur avait crié dessus, était inestimable. Elle était passée de l'embarras pur à l'adrénaline pure en une fraction de seconde. Elle avait réagi tout aussi vite en agrippant le garçon et en les sortant de là en quatrième vitesse. Le plus drôle a été de voir la tête du propriétaire de la Rosita ( aka Rosie pour les intimes) quand elle lui a filé entre les doigts.
Il était grand et costaud, autrement dit : lent. Et pas très agile ! Elle avait vu son mouvement de bras des années-lumière à l'avance et n'avait donc eu aucun problème pour l'éviter et le contrer d'un coup bien placé. C'est d'ailleurs ce qui leur a valu de se faire insulter par sa grosse voix bourrue. À l'heure qu'il est il doit encore avoir l'avant-bras douloureux ! Aha !

Castielle adorait ça. L'adrénaline, la confrontation physique. Si elle n'avait pas été aussi attachée à son intégrité physique, elle se serait sans doute orientée vers une carrière de combattante professionnelle. Mais elle préférait s'investir à fond dans la réalisation de ses idéaux plutôt que de se battre dans une cage ou sur un ring. Bah ce n'est pas si grave. La preuve : aujourd'hui elle s'est un peu "battue" et ça lui suffisait pour le moment.

Son rire s'était calmé alors elle releva ses lunettes et s'essuya les yeux. Elle avait le visage trempé de larmes de rire et sa manche finit comme une éponge.

- Alors toi mon gars, on peut dire que je suis contente que tes esprits de la forêt t'aient dit de me parler ! Ahaha !

Elle repartit dans un rire mais se rattrapa rapidement. La sorcière s'approcha de son ami qui était plié en deux sous l'effet de la course et du fou rire, tapota son épaule et continuant à parler d'une voix secouée :

- Ça valait tellement le coup ! Aha ! Je te revaudrais ça un jour, promis !


Dernière édition par Castielle Colt le Mar 5 Sep - 9:38, édité 1 fois
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Dim 27 Aoû - 11:59

LA de Castielle

Je récupère difficilement mon souffle et je commence à avoir très mal au ventre mais je suis trop heureux pour m'arrêter.

- Alors toi mon gars, on peut dire que je suis contente que tes esprits de la forêt t'aient dit de me parler ! Ahaha !
Des esprits de la forêt ? Ah. Elle veut dire les runes ! Oui heureusement que j'ai pioché Gebo, ça aurait été dommage de se priver d'un tel moment !

- Ça valait tellement le coup ! Aha ! Je te revaudrais ça un jour, promis !
Me voilà encore plus heureux qu'une minute plus tôt : la fille de l'eau ne m'en veut pas de lui avoir en quelque sorte menti. Au contraire, ça a l'air de l'amuser au plus au point. Je lui fais mon plus beau sourire et je lui réponds d'une voix hachée par de lourdes inspirations

- Disons que tu me dois un tour sur ton futur bateau alors ! Une petite croisière, rien que pour moi !
La fille de l'eau paraît d'abord surprise. Ses lunettes virent au jaune doré un peu pâle puis elles prennent de plus en plus une teinte bien dorée au fur et à mesure que sur son visage se dessine un sourire déterminé.
- Deal ! me répond-elle en me tendant la main. Main que je serre en me redressant. Puis on repart dans un fou rire, nos mains toujours serrées ensemble.

On peut généralement compter sur les gens de l'eau pour tenir leur promesse. Alors je me demande où j'aimerais aller. Bien sûr il y a l'Islande, que j'ai toujours rêvé de voir. Et puis les pays du nord de l'Europe en général : Suède, Finlande, Danemark, Norvège, Estonie, Lettonie, Lituanie, ... Il y avait sûrement moyen d'aller là-bas par bateau !
La grande question étant : est-ce que, moi, je survivrais à un voyage en mer aussi conséquent ? Bon, réduisons la croisière à un pays alors. Et un proche de l'Angleterre. Norvège, Suède, Finlande, Danemark.
*Mmmh difficile de choisir... hey ! Qu'est-ce que c'est que ça ?*

Une musique venait de s'élever entre nous. Nos mains se séparèrent, sans que je comprenne pourquoi.
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Dim 27 Aoû - 12:45

Le garçon demanda à Castielle une future croisière VIP en guise de remerciement pour ce moment de pur bonheur. Evidemment qu'elle accepta ! Et en scellant notre accord par une poignée de main tout ce qu'il y a de plus officiel, elle a comme la certitude que lui et elle se reverront dans pas si longtemps que ça.

Vibration.
Contre sa jambe.

*Hein ?*

Elle lâcha la main du garçon et se mit à tâtonner ses poches de pantalon. Pendant que "I wanna get better" résonnait à travers le tissu. Quand elle se saisit enfin de son téléphone elle relèva la tête vers son ami et lui dit simplement
"C'est mon père"
puis décrocha.

- Allô ? ... Oui p'pa ... Ok j'arrive !
Castielle raccrocha, remit l'appareil dans sa poche et redressa la tête en replaçant au passage une mèche de cheveux derrière une oreille.

- Désolée, je dois y aller...

C'était triste. Ils allaient se quitter comme ça ? Non, allez, ce n'est qu'un au revoir, pas vrai ? Ils pourraient se recroiser à un moment ou un autre, il n'y a pas de raison !

Éclair de lucidité.

Elle reprend son téléphone en main.
- Tu as un numéro peut-être ? Histoire que je puisse te contacter quand j'aurais mon bateau et que je serais prête à appareiller ~

Castielle se dit que peut-être ils pourraient se donner rendez-vous ? Pour se revoir, dans un autre contexte. Un contexte plus calme comme autour d'un verre ou quelque chose comme ça. Elle l'aimait bien. Elle avait passé un bon moment. Et malgré son côté hyper cartésien elle appréciait de l'entendre parler, même si c'était pour dire que des bouts de bois lui disaient des choses.
Invité
Anonymous
Invité

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Invité, le  Dim 27 Aoû - 13:03

Voyant la fille de l'eau répondre à son appel, je me demande quelle heure il est. Depuis combien de temps suis-je parti ? Il était peut-être temps de rentrer... Mes parents savent très bien que je pourrais rester dehors des journées entières, alors ils se montrent très stricts sur mes heures de retour. Si je veux conserver ma liberté de mouvement, mieux valait ne pas trop dépasser les limites.

La fille de l'eau doit partir. Je comprends, moi aussi je vais me mettre en route. Alors je réponds à sa mine désolée par un sourire. Puis elle me demande si j'ai un téléphone.
Ah.
Les téléphones.
Ces merveilleuses machines qui permettent d'être contacté partout, tout le temps, par tout le monde, et qui finissent par t'occuper l'esprit constamment. Est-ce que je l'ai bien pris avec moi ? Est-ce que j'ai répondu à Machin ? Est-ce que je dois envoyer un SMS à Bidule ? Est-ce que je ne profiterais pas de ces 45 secondes de libres devant moi pour checker mes comptes de ci de ca ? Tant de temps perdu, qui a fait que je n'utilise que rarement un téléphone. J'en ai un, mais il n'est presque jamais avec moi.
À quoi bon partir en forêt pour récolter des herbes et méditer si c'est pour emmener avec soi un téléphone ? Le but du jeu est la retraite, le retour à la nature.

- Non désolé... Mais de toute manière, il y a de forte chance qu'on se revoie à l'école ! Tu n'auras qu'à chercher un Serdaigle du nom d'Osvald.


Des lunettes qui changent de couleur en fonction de son humeur, ça se trouve rarement du côté des moldus. Je me demande de quelle maison est la fille de l'eau ! Peut-être une Serdaigle également ?
J'ai hâte de pouvoir la recroiser à l'école, en classe ou ailleurs !
Castielle Colt
Castielle Colt
Préfet(e)/Poufsouffle
Préfet(e)/Poufsouffle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Castielle Colt, le  Dim 27 Aoû - 13:43

~ LA de Théo ~


La surprise laissa place au soulagement. Un petit Serdaigle, hein.

- Ah ! Eh bien, Osvald, contente d'apprendre qu'on se reverra très bientôt ! Moi, je suis à Poufsouffle. On se croisera sûrement dans les couloirs.

Pour la deuxième fois elle lui tendit la main pour la lui serrer. Mais en cours de route, alors qu'Osvald levait déjà la sienne, elle se ravisa. La sorcière abaissa le bras puis vient enlacer le petit Serdaigle, comme un vieil ami. Elle le remercia de l'avoir aidé. Et aussi pour l'épisode de la fuite du bateau, ça faisait longtemps qu'elle n'avait pas autant rit de bon cœur. Le garçon lui rendit son étreinte en lui disant à l'oreille qu'il était heureux de tout ce qui s'était passé et qu'il espérait sincèrement la revoir à l'école.

Leur étreinte relâchée, il était temps de se dire au revoir. Alors Castielle remonta ses lunettes sur son nez et fit le salut du capitaine. La main tendue contre la tempe, projetée vers l'avant, en lançant un joyeux  

- À plus tard moussaillon !

Osvald lui retourna le geste avec un sourire éclatant avant de la saluer de la main alors qu'il se mettait en route dans la direction opposée de la sienne.
La sorcière tourna les talons et, jetant un coup d’œil à son téléphone pour regarder l'heure, accéléra le pas pour revenir sur l'artère principale et rejoindre le bâtiment du cabinet d'avocats où l'attendait son père. Elle était contente de la tournure qu'avait prise cette journée ! Peut-être devrait-elle se montrer un peu plus indulgente envers les esprits des petits lutins de la forêt en remerciement... cette pensée la fit pouffer de rire.

Une fois sur l'avenue elle fut entourée de bruits, de gens, d'agitation, de cris, de jungle urbaine. Le contraste avec l'atmosphère des docks était drastique ! Ou alors c'était juste ce garçon qui émanait une sorte de sentiment de tranquillité ? Elle ne saurait dire.




Fin du RP pour nous deux
HRP:
 
Gaëlle Panyella
Gaëlle Panyella
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Cinquième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Gaëlle Panyella, le  Sam 9 Sep - 16:26

Pv Kohane et Aysha

La lumière est vue comme paisible lorsque d'une douce caresse elle frôle la peau de l'enfant qui, baignée dans cette solitude chaude ne remarque pas le temps passer, si vite pourtant, à une allure folle. Les choses bougent autour d'elle, que ce soit un être entier ou bien seulement une feuille d'automne qui tombe, et pourtant elle est plongée dans son monde de quiétude douce. Contradiction : c'est un peu comme si à part la petite tout était figé tandis qu'il ne restait plus que elle-même pour bouger au gré de ses envies. On dirait l'un de ces vieux films moldus que mes parents adorent regarder, quelque chose avec un X peut-être. Elle est quand même jolie la petite fille, avec ses courtes mèches brunes lisses. Ses dents ont l'air d'être de lait. Je la fixe, ça m’apaise un peu. Un rien, une miette à côté de toutes les choses qui me tracassent en ce moment. L'instant est unique, je peux même le qualifier de chouette. Un instant la gamine est bercée de couleurs, comme je n'en n'ai pas vues depuis un moment. Mais tout ça n'a duré que de simples secondes volatiles, avant de disparaître en fumée pour redevenir un vide simple et net, je dois me rendre à l'évidence, pour le moment je suis seule, il n'y a pas de gamine abandonnée, juste un début de mirage qui me fait penser aux temps de Folie. À moins que ce soit son grand retour, je n'en sais rien. Mais ai-je envie de savoir au final ? Je ne crois pas.

Simple nymphe dans une brume de gris, de blanc, de noir, j'avance un peu, sortant d'une transe un peu trop compliquée, psychédélique, inutile
Je marche dans le vide, sans but précis, juste pour le plaisir d'être là, de divaguer, de soupirer, d'aimer le vent qui s'amuse avec moi, à moins que ce soit moi qui je me joue de lui
J'sais pas, mais au final, j'trouve pas ça important, tant que nous sommes tous les deux bien dans le rôle qui nous est attribué en cet instant unique, magique
Pour une fois je profite de ce qui m'entoure, sans voir les choses se dérober lorsque, même en étant aveugle de couleur, je tente de me délecter de leurs simples apparences
Il y a des choses jolies dans ce monde, j'ai beau ne pas les voir, elles existent bel et bien
Cependant elles ne se laissent pas trouver facilement, parfois elles se dérobent à la vue des humains, pour se cacher en eux, ou simplement jouer à un jeu
C'est vraiment pas terrible comme idée, parce que j'ai envie de les apprécier
Ou bien d'apprendre, si ça se fait, ce qui est affreux d'apparence est magnifique en réalité
Je les comprends pourtant, peur de finir exploitées, c'est égoïste et logique, faut se dire que quand on me montre de jolies ailes j'ai envie d'en arracher les plumes pour les coller aux miennes
C'est sans doutes mieux ainsi finalement

Et aussi fines que des embruns
La poussière de fée tombe sur mon visage
O' ? Ho ? Hop' ? Hope !
Mes pas se font de plus en plus légers
Plus je marche, plus je monte dans les airs
Comme si je faisais des pas de danse
C'est assez intéressant, intriguant, envoûtant
J'ai Conscience qui me dit que je suis toujours sur Terre
J'ai Oiseau qui me murmure à l'oreille que je vole
J'écoute le deuxième
~ Evidemment
ça coule de sens
Et je me mets à chevaucher, dans une illusion qui ne veut pas du
La brume étoilée
Elle me transporte, de plus en plus haut, loin, vers le ciel
Pour me laisser dans un espace merveilleux
Que je capture, d'un revers de la main
Avant de retomber sur le sol
Saut en parachute
Doucement je redescends
Avant de redevenir, une nouvelle fois
Cette silhouette insignifiante
Qui dévale sans but précis
Un monde entier avec une drôle de cadence

Je descends des marches, je les dévale, puis je tombe un peu mais c'est pas grave. L'enfant réapparaît, avec un bouquin dans les mains. Elle me nargue au dessus des escaliers que je viens de dévaler en courant. « Qu'est-ce que tu me veux ? Pourquoi tu passes ton temps à me suivre ? » Je crie, j'ai l'air un peu folle, juste un peu. Ses yeux se lèvent, un peu peureux. La moi d'avant ne prenait pas la peine de me regarder, alors pourquoi celle-ci le fait. J'aimerai en savoir plus, mais je n'ai pas envie de remonter jusqu'à elle pour qu'elle disparaisse. Un dernier regard, elle me tire la langue en souriant, elle a de jolies fossettes qui se forment sur ses joues... Je ne savais pas qu'en avais. Peut-être que c'est seulement lorsque j'étais petite, en tous cas je ne m'en souviens pas. Je lui fait un sourire puis reprends ma marche en sautillant. O, Oh, Hop, Hope. Espérer. C'est un joli mot ça, comme butterfly, dreamcatcher. Il y en a pleins dans le monde, c'est une question de beauté, de subjectivité. La vie c'est une successions de fruits juteux qui parfois au fil du temps se pourrissent. Plus j'y pense, plus je me dis qu'il ne devrait même pas se lever le matin celui-la, il n'en vaut vraiment pas la peine.

Pour la suivante ♥ : Entourloupe, Crustacé, Aube, Vermicelle
Aysha Brayd
Aysha Brayd
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Aysha Brayd, le  Sam 9 Sep - 21:31

Je regarde l'aube se lever, au loin, devant moi. Toutes les nuances de rouge tapissent le ciel et alors je songe que le ciel n'est qu'une vaste toile. Un tableau vierge qu'une main invisible peint chaque jour, ajoutant des touches de couleur à chaque heure. Une oeuvre d'art changeante toujours, que j'aime observer.

Quand je regarde ce ciel, assise sur les Docks, je songe. Je me souviens, la nostalgie me gagne un instant. Je me revois, petite, assise dans mon jardin. Je passais dans heures à rêver en regardant le monde ; je le trouvais magnifique. Et les enfants de mon âge qui me trouvaient étrange, sans doute, mais je m'en moquais. J'étais une enfant et l'innocence magnifique de l'enfance rendait mon quotidien sublime.
Des bribes de souvenirs que reviennent. Le jardin. Les jeux de société au coin du feu. La soupe aux vermicelles les soirs d'hiver. L'odeur de gâteau à l'orange quand je rentrais de l'école. Je soupire. C'est beau l'enfance.

Je ferme les yeux et me met à chantonner. Une chanson française que ma mère adorait me revient en tête. Coquillages et crustacés... Qui l'eut cru déplore la fin de la saison, du soleil et des chansons ...Je secoue la tête légèrement, et la brise matinale m'effleure le visage, doucement. Je souris, sans le vouloir. Je suis bien, et le monde est beau. Incroyablement beau.

J'entends des pas, derrière moi. Un mot me vient en tête. Entourloupe. Et je ris toute seule parce que c'est un mot amusant. Parfois ce genre de pensée amusante s'insinue dans mon esprit et me fait rire, même si c'est idiot. Je garde les yeux fermés un instant, comme pour rester un peu plus dans mon bonheur et je décolle mes paupières. Il y a une jeune fille qui marche vers moi, légère comme une danseuse. Je lui fait un sourire, parce je sens, je sais qu'elle n'est pas comme tous ceux qui me trouvent étrange. Une rêveuse, peut-être ? Une innocente, une artiste ? Je suis curieuse.

Pour la suivante : ombre, dentelle, coquelicot, espoir ♥
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Kohane W. Underlinden, le  Sam 16 Sep - 19:05



On est bien peu de choses

Ca, c'est l'amie la rose.Qui l'a dit. Ce matin.
Toute fleur, quelle qu'elle soit, vous le dirait. Souriant.e et radieux.euse la matin, si fâné.e le soir venu. La vie passe si vite. On n'a même pas réellement le temps de la voir surgir, nous dépasser, disparaître.
C'est pour ça que, depuis des siècles et des siècles (non pas amen), les êtres humains s'évertuent à inciter leurs congénères à profiter au maximum de ces jours bienheureux. Carpe diem soufflent-ils à chaque oreille. Et voilà comment des Moldus se retrouvent à prendre des métaphores de fleurs qu'on cueille en symbole de vie, cueillez les roses de la vie.
Mais...
Cueillir une fleur, c'est accélérer son processus de dépérissement, malheureux !
L'image est bien belle. Il n'empêche. Si on laissait la fleur en paix dans sa bonne terre au lieu de la foutre dans un vase, elle vivrait plus longtemps.
Regardez par exemple ce coquelicot. Il est si rouge, si beau, si charmant. Clac. Vous le prenez. Eh bien vous n'avez même pas le temps de le mettre en vase qu'il est déjà tout crevé. Le pauvre.
Les roses et tout le reste, c'est pareil. Le processus est un peu moins rapide cependant.
C'est assez affolant, de voir cette fragilité qui nous unit au fil de la vie.
Autrefois, l'être humain ne savait pas si le jour succédant à la nuit était un phénomène commun, répétitif, stable. Le soleil allait-il apparaître après les ténèbres ? Une le manteau obscur jeté sur l'univers, tous étaient là, terrés dans l'attente et l'espoir qu'ils ne seraient pas à jamais avalé par le néant. La conscience d'être là un jour, pouvoir disparaître au milieu de la nuit.
Aujourd'hui, nous avons perdu cette conscience. Pour nous, soleil et étoiles, voilà des choses acquises et immuables. Savoir au coucher, que nous serons encore là le lendemain.
Mais qui peut être sûr qu'il en sera toujours ainsi demain, après demain, dans quelques années, dans quelques siècles ?
L'avenir est si incertain...
Et c'est bien ainsi.
Avoir la chance que rien ne soit entièrement tracé d'avance. Nous pouvons toujours changer notre destin. J'en suis intimement, totalement, absolument persuadée, convaincue. Il faut seulement se donner les moyens de changer tout ça. S'armer d'un peu de courage. Pour lever le poing. Et dire non à cette machine infernale qui voudrait faire de nous ce qu'elle imagine pour nous sans nous laisser la moindre chance de nous y opposer.

Assise dans un recoin sombre des docks, je demeure immobile. Alors qu'autour de moi, les passages commencent à se faire rares. Le soleil a disparu. Depuis un moment. Et, peu à peu, voilà que Dame Nuit vient poser sur nos têtes son mouchoir de dentelle. Mais pas de cette dentelle blanche que l'on voit dans les maisons de grand-mère. La sienne a une couleur noire. Reposante. Apaisante.
Toujours assise dans mon coin, je contemple l'inexorable avancée de son mouchoir.
J'y suis tellement habituée.
Depuis le temps que je la contemple.
Et les docks. Se désemplissent. De plus en plus. Voilà que le calme s'installe. C'est parti pour plusieurs heures. A observer la terre tourner, dans une solitude toute tranquille.
J'aime bien. Etre seule.
Pas toujours, certes.
Mais je trouve que ça fait du bien. Pouvoir agir sans sentir un regard étranger -voire inquisiteur, scrutateur- sur soi. Tourbillonner comme on l'entend dans cette douce spirale enivrante.
La nuit. C'est magique. Les hiboux, les chouettes ont bien de la chance. D'être faits pour la contempler et l'habiter.
J'attends que plus un coin de ciel clair ne soit présent pour sortir de ma cachette. Tapie dans l'ombre, mon corps se déplie. Mes jambes se relève. Je ne suis plus qu'une silhouette frissonnante dans ma robe. Qui commence à marcher. Puis à courir. Un peu. Un trot. Les pas qui claquent. Et me voilà partie. Pour une folle nuit. En compagnie de ma solitude.
Tourbillonne, valse et saute, cache, toi, regarde, observe, ris, en, silence, vois, le, monde, passer, galope, cheveux, au, vent
et la nuit, imperturbable
longue, infinie créature
qui veille et surveille
mes pas qui s'enchaînent.
Jusqu'à l'aube. Jusqu'à l'éclaircissement du ciel. Les petits trous de lumière dans le mouchoir de dentelle.
L'aube. Qui signe la fin d'une cavale épuisante. Mais revigorante. Les joues rosies par le frais nocturne, je me sens plus réveillée, plus présente que jamais. Présente dans mon monde de formes et d'idées. De silhouettes, aussi.
Silhouettes ?
Oui.
J'en repère deux. Non loin.
La solitude va prendre fin. J'en ai profité. Pouvoir cavaler seule, sans contrainte ni regard. Mais là, je suis curieuse. Qui sont les silhouettes abandonnées à la nuit ?
Nouvelle course.
Mes ailes se déploient.
Mes pieds frappent le sol.
J'arrive.

Elles sont là.
Et elles sont deux.
Je souris. Dans l'aube blanchissante.
Je souris.
Un seul mot s'échappe de mes lèvres.

-Carotte.

C'est elle.
Ma super-carotte d'un super potager.
Et l'autre. Une inconnue. Mais qui se marie, elle aussi, à l'aube. Alors je lui souris. À elle aussi. Tandis que mes yeux finissent par glisser des deux apparitions au ciel qui s'éclaircit.

-Le néant s'en va. Le vide se remplit. Ce n'est plus noir.

Pour la suivante : hiver-oiseau-paradoxal-vie

Contenu sponsorisé

Balade sur les Docks - Page 17 Empty
Re: Balade sur les Docks
Contenu sponsorisé, le  

Page 17 sur 20

 Balade sur les Docks

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18, 19, 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.