AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 13 sur 14
Montagne et hauts sommets
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant
Elias Baxter
Serpentard
Serpentard

Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Elias Baxter, Mar 30 Mai 2017, 16:12


C'était pas très sympa non. Il se disait, c'était quand même son animal de compagnie. Pis aussi il était pas infâme, il aimait les animaux. Mais il avait un métier tout de même ! Bon, les potions avaient pas grand chose à voir là-dedans, c'était plus pour le vendre et se faire de l'argent mais tout de même. Il pouvait pas laisser passer une occasion pareil ! Les sacs en peau de Moke ça se vendait à bon prix après tout.

De toutes façons elle a un air qui dit qu'elle l'a grillé. C'est clair. Ça se lit dans son regard à la demoiselle, qu'elle sait qu'il emplume son discours de jolis mots pour l'embourber. « Klaus ne crie pas. On ne l'entend pas souvent, d'ailleurs. Par contre, il lui arrive de s'agiter et remuer. » Oui ben comme le buisson qui se trouvait derrière. Et qu'elle matait d'un oeil acerbe. Bon. Il était fait comme un rat, débusqué.

« Un preux chevalier n'abandonnerait quand même pas une pauvre créature en détresse, seule, perdue dans une nature hostile ? D'accord, ce n'est pas une princesse mais il est tout aussi mimi, mon Klaus ! » Certes. Bon. Passer pour un héros ou tenter de la mener en bateau ? Il n'était pas connu pour faire dans le sentiment, mais le lien d'un humain avec son animal c'était sacré. Il pouvait bien témoigner, lui qu'était Animagus. « Mmmhf. » Il grommela. Pis d'un coup il s'écarta pour montrer le buisson d'un bras.

« Je te l'admet, je t'ai menti je... je l'ai vu ton Moke. Il se trouve ici, sous ce buisson. Il se cache. J'essayais justement de le récupérer mais je t'avoue que je n'étais pas sûr qu'il soit vraiment à toi tu sais. Tu pourrais être n'importe qui... ? » Crédible ? Assurément ! « Enfin si c'est vraiment ton animal, récupères le ! » Elias se fendit d'un soupir résigné, bruyant, agacé même.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Kohane W. Underlinden, Mar 06 Juin 2017, 14:52



   

   

Le sourire de l'attente planté sur les lèvres.
Alors que l'Elias paraît ne plus bien savoir où se poser, sur quel pied danser et quelle direction emprunter. Continuer sur sa lancée ou bifurquer pour prendre le chemin opposé ?
Je le regarde, attentive et calme.
Je pense seulement qu'il faut que je mette la main sur Klaus avant que lui ne le fasse. J'sais pas très bien pourquoi il déblatère des trucs sans queue-ni-tête pour mensonges ni le pourquoi du comment. A-t-il donc un truc à me cacher vis-à-vis de Klaus ? Quel est donc son lien avec lui ? Si ça se trouve, il l'a croisé, l'a adoré et veut faire sa vie avec mon Moke chéri et donc n'a pas très envie que je le réccupère au risque de devoir quitter l'amour de sa vie.
Bah quoi ?
Qui a dit qu'un amour passionné humains-Moke était impossible ?
Okay, un peu difficile à imaginer.
Mais quand même.
C'est tellement petit et chou un Moke qu'on peut rapidement l'adorer pour sa petite bouille innocente et son air tranquille quelle que soit la situation.

Un grommellement de la part de l'Elias.
A croire qu'il va bientôt nous faire une moue de déception.
Finalement, après un mmmmhf bien senti il finit par désigner du bras le buisson tant intrigant.
Le buisson qui bouge encore un peu par instants.
Et il prend la parole pour me dire qu'il est là, mon p'tit Moke. Qu'il voulait le récupérer et qu'il n'était même pas sûr qu'il soit à moi, tout ça, tout ça. Mais, air résigné et même agacé sur le visage, il m'invite tout de même à le reprendre, si c'est mon p'tit animal à moi.



Je ne me fais pas prier et m'avance sans rien ajouter vers le fameux bosquet.
Doucement, sans geste brusque, je m'accroupis et essaie de voir à travers feuillages et branches.
Bien sûr, ça continue de bouger là-dedans.
Mais je n'y vois goutte.
Cependant, il est forcément là, empêtré peut-être ou volontairement caché. Et le mouvement continue par vague.
-Klaus, p'tit Klaus, je prononce doucement pour l'appeler et l'apaiser. Allez, viens. N'aies pas peur, j'te récupère, tu seras en sécurité. Et tu vas pouvoir continuer de gober les mouches dans le dortoir encore longtemps. Et dormir sur mon oreiller. Et observer le monde qui tourne. T'en fais pas, ça va bien aller.

Je tends mes bras et tente de passer mes mains dans le bosquet.
Aie, m*rde
Pour tout résultat, des branches trop compactes et des éraflures sur la peau.
Je n'arrive pas à le chercher et le trouver à l'aveuglette, le pauvre petit.
Alors je décide d'employer les grands moyens.
D'un geste rapide, je sors ma baguette et un diffindo me permet d'ouvrir un brèche dans ce fatras de branches et feuilles.
Oh, Moke sauvage à l'horizon !
Eh oui, peut plus se cacher, le coco.
Je l'attrape sans hésiter et le tire vers moi.
Wah, mon p'tit, mon p'tit chou !
Inquiète de son état, je le lève à hauteur de mes yeux.
Ca va, il n'a pas l'air trop esquinté. Ouais... il a plutôt l'air en bonne forme malgré tout.

Grand sourire aux lèvres, je me remets debout, Klaus toujours coincé entre mes bras.
J'adresse à l'Elias un air de reconnaissance :
-Merci beaucoup !
Je vais vers lui et sa mine agacée pour lui faire un p'tit bisou de remerciement. Sur la joue, évidemment. En toute amitié.
Puis je tends Klaus pour qu'il le voie. Le Moke à la tête légèrement de travers, bourré de tics et de tocs avec une agitation mécanique parcourant son corps rikiki.
-L'est chou, non ?
Un sourire attendri ; heureuse de l'avoir enfin retrouvé !
-J'sais pas trop pour quoi tu voulais le récupérer... J'espère que c'était pas pour lui faire du mal, hein ? Qui pourrait faire du mal à une bestiole si mignonne ! Sans coeur... j'ajoute dans un murmure.

Un petit silence ;
Je regarde Klaus lequel semble s'être remis à guetter tout ce qui possède des ailes et se bâptise insecte.
-Mais si tu l'aimes bien aussi, mon Klaus, on peut toujours faire une garde alternée. Si ça se trouve, t'es gentil avec les bestioles.
Tenant le Moke d'une main je pat-pat la tête de l'Elias de l'autre.
Faut pas bouder pour si peu, hein !
Allez, soit pas vexé comme ça.

Revenir en haut Aller en bas
Elias Baxter
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Elias Baxter, Mer 07 Juin 2017, 10:57


Un silence s'ensuit. Comme si la Kohane dans le fond, connaissait ses intentions. C'est un voile invisible, un accord tacite, elle ne l'en jugera pas. La demoiselle s'en va quérir son Moke. Il l'observe, à distance respectable. Klaus, p'tit Klaus Allez, viens. N'aies pas peur, j'te récupère, tu seras en sécurité. Levant les yeux au ciel, le sorcier resserre le poing sur sa baguette. Et tu vas pouvoir continuer de gober les mouches dans le dortoir encore longtemps. Et dormir sur mon oreiller. Et observer le monde qui tourne. T'en fais pas, ça va bien aller.

Mmhf. Petite chose fragile. Kohane est une petite chose fragile, là, tout de suite. Et il serait tellement facile de la pétrifier. De voler son Moke. De fuir loin, et de se griller une queue de lézard pour dîner. Mais révélation futile, l'Elias avait un coeur, et la demoiselle venait de le réveiller. Petit Klaus. Petit Klaus. Petite chose aimée. Les relations humaines, c'était pas son truc, mais avec les animaux y avait toujours eu un truc. Une forme de respect, et d'amour. Et cette fille là elle était lié à son lézard comme Elias était lié à ses chats, étant gosse. L'émotion. Il aimait pas ça, l'émotion. Mais c'était là, ça brouillait le cerveau, ça enfumait le corps et l'esprit. Il la vit se frayer un chemin parmi les branchages, baguette magique en main, et il poussa un soupir.

Klaus, petit Klaus, petite chose fragile. En voilà un qui avait échappé de peu au chaudron. Le museau apparut, le corps, et la queue, et la jeune femme se tourna vers lui son animal dans les bras, un sourire perché sur les lèvres. Merci beaucoup ! Il braqua le regard sur la créature, puis revint à Kohane, à son Klaus, et à Kohane encore. De rien, il souffla finalement. L'est chou, non ? Plus on traitait un animal comme un truc mignon, et plus il le devenait. Surtout quand il se faisait cajoler par un autre truc mignon. Un pincement au coeur, Elias acquiesça.

J'sais pas trop pour quoi tu voulais le récupérer... J'espère que c'était pas pour lui faire du mal, hein ? Qui pourrait faire du mal à une bestiole si mignonne ! Sans coeur... Oui bon. Elle en faisait pas un peu trop ? Le sorcier rangea sa baguette et leva les yeux au ciel avant de mettre les mains dans ses poches, guettant les réactions du lézard. Contre la poitrine de Kohane, il avait plus peur de lui ou du monde sauvage. Il était comme un enfant. Mais si tu l'aimes bien aussi, mon Klaus, on peut toujours faire une garde alternée. Si ça se trouve, t'es gentil avec les bestioles.

Haussant un sourcil, Elias la fixa. Elle était sérieuse ? Elle avait vraiment pas capté que tout ça n'était que de la vaste connerie ? Qu'il avait jamais voulu protéger l'animal mais bien le découper pour le faire bouillonner joyeusement ? Elle était si naïve ? Il en avait le souffle coupé. Tout à fait littéralement. Il referma la bouche, la rouvrit, la referma. Beu heu... Il déposa l'oeil sur le Moke, pensif. Ben ouais, pourquoi pas ? J'adore les animaux moi aussi. Et c'était vrai, aussi improbable que ça puisse paraitre. J'ai une chouette chez moi, et pis des petits lapins. Il pourrait s'entendre avec hein, on sait pas.

C'était comme les lapins tient. Il les avait acheté dans un seul but. Nourrir Whisky. Pis finalement, ils avaient trouvés leur place dans une cage et y en avait qu'un qu'avait trouvé la mort ! Juste parce que ce soir là il avait voulu clouer le bec à une insolente, du reste il avait un peu regretté son geste. Parce qu'il aimait les animaux. C'était son point faible. Et pour un potionniste, c'était plutôt un comble. Il chassait, en toutee virilité, mais il était pas à l'abri qu'un trop plein d'émotions l'empêche de flanquer le coup de grâce. Alors souvent, il cueillait des champignons ou sarclait de hautes herbes. Les animaux, il les chassait de nuit, quand il pouvait pas voir leurs yeux, leur âme, leur vie.

Chasser de jour c'était une idée toute pourrie. La preuve en était, il avait complètement échoué, cette fois encore. Kohane, j'serai le demi-gardien de Klaus. Avec grand plaisir. Un verre pour célébrer ? Le sourire lui revint. La joie aussi. Il désigna la pente qui menait au village. Allons-y Alfonzo ! Il sortit l'autre main de sa poche et vint toucher la tête du lézard, qui étonnamment n'eut aucun réflexe défensif. L'effet Kohane sans doute. Être dans les bras d'une femme ça vous change un Moke.
Revenir en haut Aller en bas
Kohane W. Underlinden
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Kohane W. Underlinden, Mer 14 Juin 2017, 11:51




Haussement de sourcils. Des mots qui ne parviennent pas vraiment à s'aligner. Un beu heu pour toute réponse.
Il a l'air décontenancé l'Elias. Il a l'air de ne plus savoir comment faire une phrase cohérente.
Pourquoi ?
Surpris de ma proposition ?
Bah quoi ? C'est une proposition comme une autre. Histoire d'être un peu gentille. Puis aussi parce que je me dis que ça fera pas de mal à Klaus de changer d'air de temps à autres. Parce que rester toujours dans le même décor rouge-et-or d'un dortoir en haut d'une tour, ça doit être barbant à force.

L'oeil d'Elias glisse sur le petit corps de Klaus, lequel reste tranquille à regarder tout partout autour de lui.
Et finalement, il lâche un ouais pourquoi pas ?
Eh oui, pourquoi pas !
Tu verras, c'est une super idée.
Klaus sera content. De voir du nouveau paysage.
Un sourire se dessine sur mes lèvres.
-Cool, alors ! je laisse échapper en gratouillant les écailles de mon Moke.

Elias continue en parlant de sa chouette et de ses lapins. Même qu'ils pourraient bien tous s'entendre ensemble.
D'un vigoureux hochement de tête, je signale mon assentiment. C'est mignon, un lapin. C'est gentil, aussi. J'suis sûre que Klaus les adorera. Ils joueront ensemble. Et ça lui fera un peu de compagnie. Parce que faut avouer qu'il est un peu seul, le petit. Un peu moins maintenant qu'il y a Hope, ma grenouille tombée du ciel offerte par Leo. Mais avant son arrivée fracassante par courrier, Klaus devait passer ses journées en solitaire sur mon lit, entre manger et dormir.
Etre en compagnie de p'tits lapins, ça peut être cool pour lui.

-Je suis sûre que ça se passera très bien.

Un sourire tendre en direction de mon Moke lequel semble à présent se ficher complètement de ce qui se trame actuellement. Ses paupières Mokiennes fermées, il paraît vouloir roupiller après tant d'émotions.
Mais c'est de ton futur dont on parle, là !
Tu vas voir, tu seras très heureux comme ça.

-Kohane, j'serai le demi-gardien de Klaus. Avec grand plaisir. Un verre pour célébrer ?

Alors qu'un sourit fleurit sur les lèvres d'Elias et que la joie semble l'illuminer de nouveau, mes propres lèvres s'étirent encore, cette fois-ci en direction de l'homme.
Ow, ouais !
Le demi-gardien de Klaus.
C'est beau, comme boulot.

D'un geste, il désigne la pente descendant vers Pré-au-lard même.
Un verre pour fêter cette superbe rencontre ?
Allez, pourquoi se priver ?
Cette hasardeuse rencontre laisse présager encore de belles choses. Alors autant marquer le coup.
L'Elias tend la main vers Klaus et lui touche la tête. Le lézard ouvre une paupière mais ne réagit pas. C'est un bon signe s'il n'a plus peur. Il acceptera plus facilement sa garde alternée. Et il se plaira davantage chez l'Elias, avec ses lapins et sa chouette.

-Je crois qu'il va vite t'adopter, je constate avec contentement. Allez, oui, buvons un verre ensemble pour fêter tout ça !

Tenant Klaus sur un bras, je saisis celui d'Elias de l'autre.
Toute heureuse, je me dirige vers le village, entraînant le Mokeur à ma suite.
Finalement, aujourd'hui était un beau jour. La disparition de Klaus a permis de belles choses. Faut jamais croire que tout est pourri dans une journée.
A quelque chose malheur est bon !



Fin du RP, merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Alice Grant, Mer 28 Juin 2017, 00:54


PV la Reine des Étoiles <3
LA d'Azénor

Vous vous êtes recroisées, dans les couloirs, et vous avez convenu d'une date et d'un lieu pour un nouvel entrainement. La dernière fois, ça t'a fait un bien fou. Quand ça allait mal, tu te remémorais de ses mots, de leurs mots. Qui te soufflaient de ne pas avoir peur, de te relever, de chercher. Peut-être, petit padawan, trouveras-tu la paix intérieure, au lieu de te tromper d'univers toutes les cinq minutes! A l'abordaaaage! ... La directrice qui t'a laissée t'extérioriser, et le type qui t'a redonné le sourire te guideront. Ririp John on pense fort à toi Tu te souviens. Quand elle en parle, c'est magique. "La formation Animagie n'est vraiment pas une mince affaire. Il faut réussir à s'abandonner. Il faut laisser l'autre partie de soi s'exprimer. Faire le vide en soi. Trouver le havre de paix qui réside en soi." Le vide. C'est ça la partie de toi que tu n'as jamais explorée: le calme d'un ciel bleu que tes plumes disparues ne peuvent t'offrir.

Mais tu avais peur, terriblement peur de ce que tu allais découvrir. "Cet animal dont vous parlez... Incarne quelle partie de nous-même? La meilleure ou la pire?" Si il s'agissait d'un lapin blanc... de ta double-face... tu n'aurais plus jamais confiance en toi. Parce que ce n'est pas ça que tu veux être. Même au fond. "Ça dépend Alice. Cela dépend de l'âme. Personnellement, mon animal incarne la meilleure partie de moi." Alors tu as espéré. Et plus tu avances plus tu es persuadée que tu es bien Alice Grant, une folle parano insomniaque et pleine de bonnes intentions et de curiosité, et certainement pas une quelconque psychopathe démente. Fais ton choix, l'ami. Sauf que la nuance est en fait une grande différence. Selon toi. Le côté obscur de la folie sous-estimer tu ne dois pas.

Et puis... "De toute façon, Alice. Au moins, tu sera fixée. Si t'y arrives ! J'suis certain qu'en découvrant ton toi-intérieur, tu saura enfin qui tu es pour de bon. Ce serait mieux de le savoir, non ? Si au bout du compte tu te transforme en tortue, ou en pélican, promis on ne le dira à personne !" Tu dois en avoir le cœur net. Savoir ce que tu renfermes, quel animal se cache. Parce que tu veux enfin pouvoir t'envoler en paix. Pas mourir, idiot. Je parle pas de balais magique non plus. Mais d'une sorte... d'harmonie. Entre toi, ton passé et ton futur. Azénor Philaester. Tu as confiance en elle. Tu vas la laisser te guider vers cet espoir que tu vises. Cette porte lumineuse que tu as entrouvert la dernière fois que tu as suivi ses mots. Tu t'assois sur une pierre en l'attendant. Ici, c'est calme, loin de l'agitation. Propice a une rencontre animale.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Azénor Philaester, Jeu 29 Juin 2017, 02:30


avec ma petite fée


Il y a quelques temps de cela, j'avais eu une entrevue avec Alice (et John, ouinouin). La douce Alice. Sans doute un peu perdue, peut-être un peu fragile à en croire la surface, mais finalement si forte à l'intérieur. Elle a vécu vie vaincue folie elle s'est relevé, fière et magnifique. Un objectif en tête. Toujours le même. Nous avions parlé animagie. Très sérieusement. J'avais cessé d'être la Directrice et supérieure pour n'être que partage et expérience.
Et nous nous sommes revus, au dédale d'un couloir ou ailleurs. Entre salutations chaleureuse ou simple sourire de reconnaissance. Et puis on s'est lancées. Un autre rendez-vous de prévu. Un peu à l'écart, un peu à l'étroit. Ça ne sera que meilleur. J'espère qu'elle s'est entraînée, qu'elle a essayé, qu'elle se souvient. Du bonheur que cela procure.

Alors je quitte déjà le château. Je suis une civile habillée d'un jean noir, d'un chemisier blanc, d'une veste. On me reconnait à peine alors que j'effectue quelques derniers pas dans les couloirs et leurs détours. Tête baissée pour ne pas être interloquée, je m'en vais à l'encontre d'Alice, bah bien loin non plus d'ici.
Je jonche alors les rues de Pré-au-Lard, pour la retrouver. Je me hâte parce que je crois que l'heure tourne plus vite que je le voudrait. Je quitte le dédale de la rue principale pour me précipiter vers un lieu plus discret, plus propice au calme et à la rencontre intérieure. Pas un bruit malgré le fond sonore du chemin brouillé. Je vois au loin une petite silhouette installée sur un rocher. Je distingue de plus en plus Alice, qui m'attends. Un sourire s'accroche immédiatement à mes lèvres. J'arrive à sa hauteur. Chaleureusement, puisque je suis très contente de la voir, cette élève que j'avais repêché, pris sous mon aile, alors qu'elle se trouvait être au plus bas.
- Bonjour Alice, j'espère que tu vas bien.

Le tutoiement, quelques fois, ça vient tout seul.

Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Alice Grant, Lun 03 Juil 2017, 20:00


Tu te laisses porter par l'air d'un vent léger. Le rocher sur lequel tu t'es assise a été réchauffé par le soleil. Tu t’appuies sur tes bras, en arrière, tandis que ta tête est basculée vers le ciel. Il existe tant de magies en ce monde. Tu comptes bien les apprivoiser pour qu'elles te guident là-haut. Tu as bien l'intention de défendre le temps qui t'es imparti, de le repousser toujours quelques tic-tac de plus. A chaque fois que le dieu de la mort s'est avancé, tu lui as dit: pas aujourd'hui. Et tu l'as fait fuir. Le cadran est peut-être brisée, les aiguilles tordues, les rouages rouillés, le mécanisme retardé de deux jours mais ta montre ne s'est pas arrêtée... ta chronologie. L'une des seules choses précieuses qu'il te reste. Tu veux au moins plonger dans un nuage avant qu'elle ne s'arrête. Tu veux encore dire "pas aujourd'hui".

Tu es composée de nombreux sentiments, amour, folie, empathie, colère, espoir, larmes, volonté... mais ils viennent, eux et ta foi, d'une seule chose: la douleur. Elle t'a forgée. Tu en as fait ta force, ton bouclier contre tout ce qui t'arrivera désormais. Tu crois en l'avenir. Un pari risqué qui ne connait pas de verdict. Tu rebaisses les yeux quand tu entends un bruit de pas. Des pas rassurants, qui t'ont sortie des ténèbres. Une silhouette dont tu reconnais seulement la lueur brillante qui émane de son sourire. Elle se dirige vers toi, et tu ne peux pas t'empêcher de dévoiler tes dents à ton tour. Alors, miss, on fait comment pour voler? Tu ne demandes qu'à apprendre. Tu sautes de ton perchoir, tel un oiseau impatient de prendre son envol. Elle te demande comment tu vas.

- Très bien, merci. Et toi?

C'est vrai, les gens ont une vie en dehors de Poudlard. T'avais presque oublié qu'Azénor était autre chose qu'une directrice de maison soucieuse des élèves. Elle avait des projets, aussi, des rêves, sûrement. Des ambitions, un petit copain, des amis, des passions. Ses vêtements sont bien plus décontractés, sans parler de son tutoiement direct. Tu es contente de la voir ailleurs qu'à l'intérieur de l'école de magie. T'es contente de sa franchise, de sa manière toute simple d'être là, sans rien attendre en retour... t'espères être aussi rassurante et sûre de toi que l'ancienne gryffondor, un jour.

- Qu'est-ce qui est prévu pour cette fois?
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Azénor Philaester, Sam 08 Juil 2017, 02:10



Un petit vent frais, un Soleil qui cache derrière quelques nuages. L'atmosphère est bien agréable aujourd'hui. Pas trop chaud, pas trop froid. A croire que cette journée était destinée à être parfaite. Je suis toujours heureuse, j'ai toujours le sourire aux lèvres, quand je sais que je vais voir Alice. Forcément, ce n'était pas facile au début, ça non. Elle était perdue, un peu déboussolée, elle revenait d'une étrange rencontre avec sa folie. Mais elle va mieux. Elle a grandit, mûrit. Et je crois même qu'elle s'est trouvé des objectifs dans sa vie. Alors continuons sa formation Animagie voulez-vous.
Elle saute de son perchoir, mais tout mouvement de la beauté me font penser à un petit oiseau qui s'envolerait bien haut. Un sourire aux lèvres. C'est une amie, simplement.
- Très bien, merci. Et toi?
- Ça va super!

C'est presque pénible. Cette façon de sourire automatique. Ce sourire quasiment niais qui s'accapare de mes lèvres sans que je puisse riposter. Quand je te vois Alice, pureté et tendresse, c'est tout ce que je vois. Et ça fait du bien de voir blancheur dans ce monde un peu grisâtre. C'est agréable de sentir que nos convictions se touchent et se rapprochent. C'est comme si avec toi je pouvais m'abandonner et ne pas peser les mots des mes envies. Tout est plus facile finalement. Vois-tu le paradoxe, tu es encore presque une enfant. Moi je suis l'adulte, j'ai l’expérience. Toi tu débutes chez les grands. Je devrais me montrer sévère et professionnelle. Mais ça ne me traverse même pas l'esprit. Autant agir comme on le sent, n'est-ce pas.
- Qu'est-ce qui est prévu pour cette fois?

Un sourire de ma part. Avant de répondre je l'invite à me suivre gentiment. Pourquoi ne pas marcher un peu, en cette belle journée qui nous offre son beau temps. Alors que j'admire les arbres et les sommets qui nous entoure, je prépare ma plus jolie voix. Je veux être la plus douce possible, je veux lui transmettre mon savoir, ma confiance. Il faut qu'elle soit, détendue.
Quelques pas, juste comme ça.
- Te souviens-tu de la dernière fois, je vous avais demandé avec John de puiser au fond, d'aller volontairement chercher tout ce dont vous ne voyiez pas bien clair en vous. Abandonne toi Alice, laisse toi aller. Va explorer ton esprit. Trouve-toi. Trouve la meilleure partie de toi. Laisse la prendre le dessus. Et ouvre les yeux sur ta moitié, celle qui te permettra de vivre des choses nouvelles, peut-être même meilleures. Essaie. Ferme les yeux. Accepte-là, cette partie enfouie qui ne demande, qu'à s'envoler.


Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Alice Grant, Mer 09 Aoû 2017, 19:31


Who didn't need your help to get by ?
Avant qu'elle ne te réponde, t'as pu lire sur son visage que ça allait bien. Son sourire ne te donne pas l'impression d'être en face d'une prof. Tu réalises que l'ex gryffondor ne t'a jamais posé la moindre question sur... ben, sur toi. Ni sur qui tu es ni sur la personne que tu veux devenir. C'est sûrement pour ça que tu ne t'es pas montrée curieuse à son égard. C'est bien la première fois qu'il t'arrive de ne pas vouloir connaître le passé et les ambitions d'une connaissance, mener ta petite enquête, fouiller dans les moindres recoins des pièces les plus secrètes pour savoir à qui tu as à faire. Ça ne t'es même pas venu à l'esprit. Tu lui as voué, dès votre première rencontre, un respect inexplicable. Et pourtant... sans prétendre vous connaître, vous vous faîtes confiance. Vous n'avez pas besoin de vous parler pour vous comprendre. Voyons. Tu connais cette sensation. Cette femme a une aura... maternelle. Vous commencez à marcher et ton pas se cale à son rythme.

- Te souviens-tu de la dernière fois, je vous avais demandé avec John de puiser au fond, d'aller volontairement chercher tout ce dont vous ne voyiez pas bien clair en vous. Abandonne toi Alice, laisse toi aller. Va explorer ton esprit. Trouve-toi. Trouve la meilleure partie de toi. Laisse la prendre le dessus. Et ouvre les yeux sur ta moitié, celle qui te permettra de vivre des choses nouvelles, peut-être même meilleures. Essaie. Ferme les yeux. Accepte-là, cette partie enfouie qui ne demande, qu'à s'envoler.

Make me feel better, I wanna feel better
Tu hoches la tête et t'abandonnes à ses mots, portée par la confiance que tu lui voues. Tu veux qu'elle t'apprenne à jouer dans la cour des grands. Tu veux devenir plus forte, obtenir le pouvoir de combattre, de protéger. Tu veux être meilleure. Tes yeux se ferment et ton corps s'arrête pour se concentrer sur ton esprit. Atteindre ton subconscient. Le matérialiser dans une imagerie mentale. Une fois de plus, tu te retrouves dans le couloir, avec tout plein de portes.
Des portes brûlées.
Des portes défoncées.
Des portes aliénées.
Y'en a une qui pue l'alcool.
Une autre remplie de montres molles.
Mais tu les connais par cœur à force de t'y perdre,
Et elles ne te mènent à rien de bon.
Une seule t'intéresse.
Celle que tu n'as fait qu'entrouvrir encore.
Celle qui renferme tes ailes disparues.
Tu ignores le bruit derrière certaines portes et t'avance vers celle qui est tout au fond.
Elle est si calme,
Si patiente
De nouveau tes doigts enserrent une clef aux reflets bleutés.
Façonnée par toute sorte de choses.
Larmes.
Amis.
Espoir.
Volonté.
Les mots et les visages défilent.
Cette fois tu vas l'ouvrir.
Tu poses ta paume sur la poignée tandis que la serrure clique
Et tu ouvres sans timidité
Ton regard se pose alors
Sur un grand ciel bleu
Et un battement d'aile
Le dessous de son corps est d'un blanc immaculé
Le dessus noir aux reflets bleus métallisés
La queue sombre et échancrée
Tu as à peine le temps de l'admirer que d'un coup la porte se referme.
La prochaine fois tu te jures de l'entendre chanter.

Stand with me here now and never surrender
Tes yeux s'ouvrent réellement et se posent sur le ciel, avant de redescendre sur Azénor. Comme à chaque fois, tu te sens un peu plus apaisée. Tu l'as vue. Cette partie de toi dont tu avais si peur. C'est une hirondelle! Tu ne retiens pas le grand sourire qui illumine ton visage.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Azénor Philaester, Ven 25 Aoû 2017, 23:44



C’est magnifique n’est-ce-pas. C’est comme une offrande en toute humilité c’est comme une bouffée d’air frais et le truc qui change la donne. De la voir vivre ses premiers instants avec son animal ne me donne qu’une envie, de faire vivre le mien au maximum. Si j’avais été seule j’aurais gambadé je serais allé courir à n’en plus pouvoir et j’aurais joué avec les papillons. C’est agréable de voir que cette partie de nous réside quelque part du début à la toute fin. Pas un jour se passe sans que mon côté Coyote veuille montrer le bout de son nez ou devrais-je dire museau. Je regarde Alice qui parcoure son esprit et je sais. Pas besoin d’être Legilimens pour savoir qu’elle n’est pas loin du but. De la première grande étape. Connaître son double c’est déjà un grand pas. Ça veut dire qu’il existe. Et bien-sûr il n’existe pas pour tout le monde. Alors je suis contente, on pourra elle et moi, en amies, aller nous promener, comme deux animaux certainement d’aspects différents. Je l’imagine fine et délicate, une petite chose peut être fragile mais magnifique. Je suis une lionne transformée en Coyote, j’ai gardé les poils et les quatre pattes. Seras-tu aussi majestueuse que l’Aigle qui te définit déjà petite fée, avec des ailes et un chant guilleret ?

Et puis Alice ouvre les yeux sur le monde, aperçoit je l’imagine le Ciel pour poser ses iris dans les miennes. Un large sourire embellit son visage aux traits fins. Ce que tu es belle lorsque tu souries. Et je comprends bien sûr que tu as fait un grand pas aujourd’hui. Et je ne suis pas étonnée, bien-sûr que non. Discrète mais pas absente pour autant. Je me souviens d’une Alice assez timide lors de notre première entrevue avec notre cher John. Le rigolo avait été bien sympathique mais la bleue et argent avait moins d’aisance à s’exprimer comme il le faisait.
Je m’habille d’un sourire qui fait mal aux joues tant on veut l’étirer et j’ai hâte de mettre un mot sur ce qu’elle a vu. Je veux savoir, je veux même voir avec elle.
- Raconte ! Qu’est-ce-que c’est ?

Oh Alice je suis si contente pour toi, si fière. Quel plaisir de te voir avancer, de te voir évoluer. Mieux encore de te voir grandir et devenir une jeune femme à part entière.
Un sourire au souvenir ; celui de toi te cachant presque près d’un passage secret du château, nous nous sommes trouvées, autorité et élève. Une petite âme à sauver, une amie à garder.


hrp : t’as mon LA pour faire avancer le RP un peu plus vite
c’est-à-dire ma réaction et puis le reste des conseils tout ça …
on voit ça sur skype beauté ?
Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Alice Grant, Ven 22 Sep 2017, 23:39


Merci pour le LA ^^


- Raconte ! Qu’est-ce-que c’est ?

T'es pas un lapin blanc qui s'enfonce dans le terrier jusqu'à la reine rouge, ni un sage papillon donneur de leçon. T'es pas non plus un lièvre dépourvu de raison ou un Loir paresseux, et encore moins le dernier dodo. La tentation existe malgré la sagesse qui mène à la folie entraînant les insomnies et finalement la solitude se pointe. Simple. Conclusion: si tu veux pas te retrouver tout seul dans le noir, évite de te laisser tenter. Basique. La petite phrase chuchotée par les personnages sonne un peu trop juste. Mais t'es rassurée qu'il n'y ait pas qu'eux. Derrière la porte une hirondelle cherche à s'envoler. Le poing se desserre. Tu respires à pleins poumons.

- C'est un oiseau. Quelque chose fait briller tes yeux et trembler ta voix. T'as toujours été trop émotive mais devant la directrice de gryffondor tu t'en fous. Une hirondelle.

Tu crois qu'elle est presque autant émue que toi. Après tout, sans elle tu n'aurais jamais découvert ce qu'il y avait derrière cette porte. Et ça aurait été bien dommage. L'ancienne rouge et or hoche la tête, doucement, et son regard se perd dans le ciel. Est-ce qu'elle se doutait que ce serait une créature à plumes? Tu avançais sans trop savoir si t'en avais vraiment envie. D'ouvrir la porte. Mais tu l'as fait quand même parce que tu connais déjà toutes les autres par cœur. Et maintenant l'impatience te gagne. L'allumette est craquée, le foyer va s'embraser. I've accepted who I'm supposed to be

- Et maintenant? Est-ce que je dois... l'apprivoiser?

N'oublie pas, Alice. Que le bleu du ciel te fera penser à son vol léger. Que le noir de la nuit ressemblera à son plumage discret. Que le blanc des perles seront semblables à ses yeux brillants. Qu'elle ne sera plus un oiseau semblable à tout les autres oiseaux. Qu'elle te fera rire et pleurer. Chanter et tomber. Que tu as besoin d'elle et elle de toi. N'oublie pas, Alice. Que si tu apprivoises l'hirondelle, tu seras responsable de l'hirondelle.
Revenir en haut Aller en bas
Azénor Philaester
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Coyote
Legilimens
Manumagie (Niveau 1)


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Azénor Philaester, Lun 30 Oct 2017, 08:49


je suis désolée tout ce temps je pensais que c'était à toi de répondre...


Je reprends la marche. Parce que je pense que marcher fait réfléchir. Peut-être que ça aide même à trouver ses mots, pour certains. Et j'attends la réponse d'Alice avec impatience, quand ses lèvres bougent enfin.
- C'est un oiseau. Une hirondelle.

Un grand sourire s'installe sur mon visage. Je te vois si émue, si fière, que je ne peux pas m'empêcher de ressentir tes émotions avec toi, pour toi Alice. C'est incroyable, le bonheur que l'on peut ressentir en quelques secondes. Une hirondelle. Ça ne m'étonne pas du tout. Un oiseau gracieux, guilleret et tout en finesse. Je sais bien que ce n'est que le début ou presque, mais je nous imagine déjà gambader et voler ensemble, dans des champs faits d'herbes hautes et de marais ici et là. Alors que nous avançons un pas après l'autre, je te sourie Alice, incapable d'enlever de mon visage l'étirement de mes lèvres.
- Et maintenant? Est-ce que je dois... l'apprivoiser?

Oui c'est ça. Le rencontrer, en profondeur. Aller lui faire comprendre qui tu es. Vos ressemblances, vos différences. Un soupir, je m'éclaircis la gorge.
-Oui. Vous êtes si intimement liées, toi et ton hirondelle. Elle est toi, tu es elle. Va lui dire, va lui faire comprendre. Rejoint la, passe du temps avec elle. Fait la tienne. Apaise ton âme et ton cœur, accepte l'environnement extérieur, sois en paix avec le monde autour, et va chercher l'hirondelle. Une fois, deux fois, des centaines de fois. Jusqu'à ce que tu sois prête. Prête à te transformer. Il n'y a pas de mot à mettre sur la manière de le faire. Tu sauras comment faire le moment venu.

Nous marchons désormais parmi les arbres, le vent souffle doucement, mais il fait bon. Pas de pollution, pas de parasite, juste elle et moi, la vie devant nous. J'entends vaguement le chant des oiseaux, haut dans le Ciel. Elle sera l'un d'eux, bientôt. Très bientôt.
Nos pas font craquer les feuilles et brindilles mortes, tandis que le temps lui n'a pas oublié de passer.
- Je suis si fière de toi Alice. Je n'en doutais pas une seconde, je veux dire, que tu trouverais ton alter ego, un jour ou l'autre. Tu as su être patiente, et je t'en félicite.

Revenir en haut Aller en bas
Alice Grant
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Alice Grant, Mar 21 Nov 2017, 20:23


Il faisait noir au début, tu avais peur d'allumer la lumière. Et si c'était là que ta double-face s'était enterrée? Tu n'étais pas sûre de vouloir vérifier, doutant de ce qui se trouvait derrière la porte. Puis, peu à peu, guidée par les deux rouge et ors, tu as appris à croire en toi. Et ça a payé. Plus tu t'approches de l'oiseau, plus tu as envie de l'apprivoiser, savourant cette sensation intime de découvrir une partie de toi-même. Celle qui te permettra de t'envoler, réellement. Sans Azénor, tu n'aurais jamais osé creuser. Tu l'as tellement fait, agenouillée, les deux mains dans la terre, pour ramener des souvenirs tordus, gratter, toujours plus profondément, avec l'espoir de tomber sur une montre encore intacte.

Et maintenant il y a une plume. Un vague espoir qui brille, que tu défendras bec et serres, comme un trésor. Vous marchez toujours. La nature te calme, sa voix te berce. Tu hoches la tête. Une mère devant qui tu oses être faible. Quelqu'un que tu laisses te guider, sans crainte, les yeux bandés, à l'intérieur de ton esprit en désordre. Quelqu'un avec qui t'as ré-appris à faire confiance, passant de fantôme errant à jeune femme.
- Je suis si fière de toi Alice. Je n'en doutais pas une seconde, je veux dire, que tu trouverais ton alter ego, un jour ou l'autre. Tu as su être patiente, et je t'en félicite.
Ton alter ego n'est pas une psychopathe dérangée. Ni un lapin à la montre beurrée. Non ça n'a rien à voir avec la démence. C'est ta liberté, et tu ne la laisseras pas filer.
- Merci pour tout. Si t'as besoin de quelque chose, n'importe quoi... je suis là. Pause. Un service, une info? Demandez Miss Grant, redevable à vie, sans conditions! J'espère réussir à faire s'envoler cette hirondelle un jour... Lève les yeux. Tu peux enfin espérer faire de ce rêve une réalité.

Fin du RP, merci Azé <3
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Vincent Kilarno, Ven 12 Jan 2018, 17:35


Angelo Badalamenti - Audrey's Dance
PV avec Kalén Bloom

« Incendio »

Dans la volière de Poudlard, refuge des volatiles de chacun, un éclair rose s’élança d'une baguette vers un courrier du Ministère. Au contact, le papier s'embrasa. En quelque secondes, la missive de Kalén fut réduite en un tas de cendres. Un vent frais emporta ces dernières avec un duvet de plumes.

Le rendez-vous lui était gravé en tête. La campagne environnante de Pré-au-Lard, il la connaissait un peu mieux depuis une certaine histoire bovine. L'heure de rencontre était dix neuf heures, et contrairement à d’autres convocations, aujourd'hui il serait à l'heure. Dans un sac en cuir porté en bandoulière, il avait arrangé de quoi cacher son identité. Cet entretien, c’était pour lui du sérieux.

À mi-parcours entre les vallées de Pré-au-Lard et le château de Poudlard, là où les petits mammifères magiques se désaltéraient quand le soleil était au zénith, sous l'ombre déjà étendue d'un chêne ancestral, Vincent s'accroupit et retira, dans l’ordre suivant, son écharpe rouge, sa cape de sorcier, son chapeau, sa cravate et enfin sa chemise à l'effigie de sa maison. Dans son sac, il en tira une chemise de soie unie de blanc, un nœud papillon aux couleurs argenté"s, un plaid épais en laine de mouton, et un chapeau de pluie aux teintes de café. C’était un uniforme qu'il appréciait porter lorsque l'incognito était de rigueur. Ce dernier lui faisait gagner quelques années d’âge. Il espérait que l'agent Bloom apprécierait cet effort.

Le crépuscule à l’horizon se cachait derrière des pics jumeaux. Un vent de mystère soufflait sur le plateau en contrebas. Les dernières feuilles d'automne transportaient leurs parfums humides. Les corbeaux croassaient dans la pénombre. Les branches des arbres s'agitaient comme de macabres danseurs une nuit de sabbat. Dans les cieux nuageux, où se faisaient violence les premières gemmes de la nuit, le croissant lunaire brillait d'une radiance d'argent, reflétant ses rayons sur son nœud papillon.

Cette rencontre allait être un tournant de sa vie. Pour la première fois, il aurait l’occasion de rencontrer un Auror, un de ces individus au courage sans faille, porteur d'ordre, pourfendeur au service de la justice magique, ayant jure allégeance au Ministère pour servir le bien commun. Les autres associaient ces derniers avec les Mangemorts pour leurs liens historiques. Mais pour lui, l'ordre se suffisait à lui-même. Il n’avait nul besoin du chaos. Non, son rôle même était d'y mettre fin.

Quand bien même le temps faisaient vaciller la balance du côté le plus dangereux, lui ne fléchirait point. Si la voie du mal était la plus aisée, il n'y avait nul gloire à vaincre par elle. Ce destin lui était déjà connu.

Il regarda sa montre. Dix neuf heure pile. Il avait prévenu l'agent Bloom, dans sa dernière lettre, du moyen pour le repérer dans cet environnement . Son signe était visible pendant un temps court, semblable à un phénomène naturel, et le plus discret possible. Il sortit un mouchoir en toile de sa poche, l'enroula autour de sa baguette et prononça le mot magique : « Lumos ». La pointe de son instrument en charme s'illumina d'un halo dans la nuit. Le faisceau s’arrêtait net sur le tissu. D'un geste souple et élégant, il reproduisa le mouvement d'une luciole solitaire dans les hautes herbes.
Revenir en haut Aller en bas
Kalén Bloom
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Kalén Bloom, Ven 12 Jan 2018, 20:14


La semaine avait été éprouvante pour la jeune femme. Les récents changements au Ministère leur donnaient beaucoup de travail, et il avait fallu enchaîner les réunions, sans parler des missions parallèles qu'ils devaient gérer sur le terrain.
Kalén accueillit donc le week-end avec un immense soulagement, poussant un profond soupir lorsque la lumière du Bureau s'était éteinte.
Jetant sa cape sur ses épaules, elle glissa le dossier sur lequel elle travaillait dans son sac de cuir et s'apprêta à sortir. Mais un parchemin posé sur un coin de son bureau attira son attention : la lettre du jeune Kilarno, un étudiant de Poudlard qui l'avait contacté quelques jours plus tôt pour la rencontrer.

La confirmation du jeune homme lui était parvenue la veille par hibou, mais la somme de travail accumulée depuis, lui avait fait oublié son rendez-vous. Un coup d’œil sur sa montre lui indiqua qu'elle n'était pas en retard, mais qu'elle devait partir tout de suite pour ne pas le devenir.
Relisant brièvement les lignes de l'étudiant, elle nota mentalement le signal lumineux qu'elle devrait repérer une fois sur place. Son zèle la fit sourire : voilà un jeune homme qui prenait les choses très au sérieux, et la poésie et l'ingéniosité de la technique étaient plaisantes à constater.

Plaçant la correspondance dans la poche de sa robe de sorcière, elle serra le cordon de sa cape et sortit dans le hall du Ministère. Immédiatement étouffée par la foule d'employés qui finissaient au même horaire qu'elle, elle se fraya avec difficulté un chemin jusqu'à la salle adéquate, et transplana en direction de Pré-au-Lard.



Le contraste avec le hall bondé du Ministère fut saisissant. Respirant l'air froid qui balayait les dernières feuilles mortes, elle profita un instant du silence du lieu avant de se mettre en marche.
Il ne lui fallut pas longtemps pour atteindre la vallée entourant le village. Quelques arbres bordaient le sentier qu'elle empruntait, encore illuminés de la clarté rougeâtre du crépuscule. Un hululement attira son attention quelque part sur sa droite, et le plumage mordoré d'un grand-duc émergea des feuillages.
Un frisson parcourut son échine et, quelque part dans sa poitrine, Owl lui adressa, pour la première fois depuis si longtemps, un sourire complice.

Le cœur léger, Kalén reprit sa route. Elle repéra bientôt le signal lumineux et le jeune homme qui en était la cause. Il était à l'heure. Sa voix légèrement plus grave que d'habitude s'éleva dans le silence de la forêt, et elle posa sur lui l'expression neutre qu'elle réservait aux inconnus.

"Bonjour, Mr Kilarno, je suppose ? Je suis Kalén Bloom, l'Auror que vous avez contacté. D'ailleurs, je serai curieuse de savoir comment vous avez eu mon nom."

Un léger sourire vint étirer ses lèvres. Peut-être avait-il parlé avec l'un de leurs soutiens à Poudlard ? Mais Kalén en doutait, ces-derniers étaient discrets. La baguette glissée dans sa manche était prête à être dégainée en cas de danger, mais le garçon ne semblait pas motivé d'une quelconque animosité.
Elle le laissa répondre, puis reprit, du même ton :

"Il semblerait que vous soyez intéressé par notre cause. Pouvez-vous m'en dire plus ? Qu'est-ce qui vous pousse à emprunter un tel chemin ?"
Revenir en haut Aller en bas
Vincent Kilarno
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Vincent Kilarno, Ven 12 Jan 2018, 22:06


La détonation du transplanage n’atteint pas ses oreilles, peut-être était-ce dû au vent, peut-être était-ce dû à la distance. Qu’importe la raison, la silhouette de la jeune femme lui apparut enfin après quelques minutes de balancement de baguette. Il déglutit, et observa le déhanché de cette démarche féminine.

Kalén Bloom, en chair et en os. L’auror sur laquelle il fantasmait dans ses rêves était à quelques mètres de lui. Son visage irradiait de chaleur dans cette fraiche soirée. Ses yeux rivalisaient avec les premières étoiles de la nuit. Non ! rectifia-t-il intérieurement. Depuis cette seconde précise, son regard détrônait les astres célestes. Sa voix transpirait toute la rigueur du Ministère.

Il eut un flash.

La France, ses services publiques, son administration, l’inflexible fermeté de ses fonctionnaires, se nourrissant de formulaires papiers, implacable corps de l’Etat, qui survivait aux guerres et aux phénomènes climatiques. Il l’imaginait elle, dans un bureau, à décrocher des téléphones qui ne cessaient de sonner et à renvoyer des dossiers incomplets à des étudiants insouciants. Son expression, d’une neutralité impassible, était l’image même de la justice. Il ne lui manquait qu’une balance dans une main pour devenir son allégorie.

« Bonjour, Mr Kilarno »

Son visage s’empourprât à ses mots, et il pria intérieurement tous les dieux du ciel pour que l’ombre de son chapeau cache cette honte. « Je suis Kalén Bloom, l'Auror que vous avez contacté. » résonnait dans sa tête, si bien qu’il manqua de répondre à sa première question.

Je suis votre admirateur secret. Je connais tout de vous. Je collectionne les articles de la Gazette du Sorcier. J’ai tapé votre nom dans les moteurs de recherche moldus. Je m’empiffre de chocogrenouilles pour obtenir désespérément une image de vous. Mais quelle image de vous ais-je désormais ! Elle est gravée en mon âme pour la vie, Oh Kalén !

« L’annuaire… P… Pardon, je veux dire La Gazette. Vos exploits dans la Gazette m’ont mené à vous. »

Il se rappelle du premier article qu’il avait lu sur elle. Elle était celle qui lui avait fait découvrir, indirectement, l’existence des Aurors. Son nom, pour lui, était ainsi resté synonyme du Département de la Justice Magique, bien plus que le nom du ministre lui-même.

« Il semblerait que vous soyez intéressé par notre cause. »

Parlait-elle à la première personne du pluriel, comme les rois de son pays d’adoption ? Les Aurors ! LES AURORS ! Est-ce que ses pensées duraient des secondes, des minutes, ou bien des heures dans le monde réel ? Son cerveau était en ébullition, si bien que le geste suivant lui fut naturelle.

Il se décoiffa de son chapeau, et croisa les mains face à lui, en oubliant même d’éteindre sa baguette. L’halo de lumière éclairait par le bas la silhouette de Kalén, étendant les ombres de ses formes sur son visage. Dans un « Nox » expiré comme un dernier souffle, la lumière s’éteignit.

L’obscurité le réconforta un peu, et il arriva finalement à s’exprimer :

« Agent Bloom, j’ai gardé le silence sur notre rencontre, aussi j’accepte volontiers en cet instant de le briser. Vincent Kilarno, septième année de Gryffondor, humble prétendant à la servitude du Ministère de la Justice. »

Pour la première fois de sa vie… Non, peut-être pas. Mais depuis longtemps, il n’avait pas eu ce sentiment de perdre pieds face à quelqu’un. Etait-ce de l’anxiété ? Non… Depuis que son talon s’était planté sur le sol de Pré-Au-Lard, une vague de chaleur s’était engouffrée dans la vallée.

« Lorsque l’on m’a donné ma baguette, on m’a dit que la magie venait du cœur. J’avais onze ans, et ce fut la première fois de ma vie que quelqu’un de ce monde me parla de vérité, à moi, un inconnu qui vécu plus longtemps moldu que sorcier. Je crois intensément en cette phrase, et je souhaite défendre tout ce qu’elle signifie : l’amour, la bienveillance, la compassion, le respect, la loyauté, l’honnêteté. Et la meilleure arme que je connais pour défendre ces valeurs, est la Justice. »

Ce n’était pas ce qu’il avait prévu de dire. Ce n’était pas ce que tu avais prévu de dire, triple andouille ! se pesta-t-il en son soi intérieur. Comment pouvait-elle le prendre au sérieux après un tel discours ? Il se maudit, lui qui avait réfléchit toute la nuit sur sa présentation, voilà qu’il avait tout oublié et tout improvisé. Seigneur tout puissant, faites que l’Agent Bloom ait ces valeurs que j’ai dicté, sinon, transplanez-moi à vingt mille lieux d’ici !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Montagne et hauts sommets

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 13 sur 14

 Montagne et hauts sommets

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.