AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 14 sur 15
Montagne et hauts sommets
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor

Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Vincent Kilarno, le  Ven 12 Jan 2018 - 22:06

La détonation du transplanage n’atteint pas ses oreilles, peut-être était-ce dû au vent, peut-être était-ce dû à la distance. Qu’importe la raison, la silhouette de la jeune femme lui apparut enfin après quelques minutes de balancement de baguette. Il déglutit, et observa le déhanché de cette démarche féminine.

Kalén Bloom, en chair et en os. L’auror sur laquelle il fantasmait dans ses rêves était à quelques mètres de lui. Son visage irradiait de chaleur dans cette fraiche soirée. Ses yeux rivalisaient avec les premières étoiles de la nuit. Non ! rectifia-t-il intérieurement. Depuis cette seconde précise, son regard détrônait les astres célestes. Sa voix transpirait toute la rigueur du Ministère.

Il eut un flash.

La France, ses services publiques, son administration, l’inflexible fermeté de ses fonctionnaires, se nourrissant de formulaires papiers, implacable corps de l’Etat, qui survivait aux guerres et aux phénomènes climatiques. Il l’imaginait elle, dans un bureau, à décrocher des téléphones qui ne cessaient de sonner et à renvoyer des dossiers incomplets à des étudiants insouciants. Son expression, d’une neutralité impassible, était l’image même de la justice. Il ne lui manquait qu’une balance dans une main pour devenir son allégorie.

« Bonjour, Mr Kilarno »

Son visage s’empourprât à ses mots, et il pria intérieurement tous les dieux du ciel pour que l’ombre de son chapeau cache cette honte. « Je suis Kalén Bloom, l'Auror que vous avez contacté. » résonnait dans sa tête, si bien qu’il manqua de répondre à sa première question.

Je suis votre admirateur secret. Je connais tout de vous. Je collectionne les articles de la Gazette du Sorcier. J’ai tapé votre nom dans les moteurs de recherche moldus. Je m’empiffre de chocogrenouilles pour obtenir désespérément une image de vous. Mais quelle image de vous ais-je désormais ! Elle est gravée en mon âme pour la vie, Oh Kalén !

« L’annuaire… P… Pardon, je veux dire La Gazette. Vos exploits dans la Gazette m’ont mené à vous. »

Il se rappelle du premier article qu’il avait lu sur elle. Elle était celle qui lui avait fait découvrir, indirectement, l’existence des Aurors. Son nom, pour lui, était ainsi resté synonyme du Département de la Justice Magique, bien plus que le nom du ministre lui-même.

« Il semblerait que vous soyez intéressé par notre cause. »

Parlait-elle à la première personne du pluriel, comme les rois de son pays d’adoption ? Les Aurors ! LES AURORS ! Est-ce que ses pensées duraient des secondes, des minutes, ou bien des heures dans le monde réel ? Son cerveau était en ébullition, si bien que le geste suivant lui fut naturelle.

Il se décoiffa de son chapeau, et croisa les mains face à lui, en oubliant même d’éteindre sa baguette. L’halo de lumière éclairait par le bas la silhouette de Kalén, étendant les ombres de ses formes sur son visage. Dans un « Nox » expiré comme un dernier souffle, la lumière s’éteignit.

L’obscurité le réconforta un peu, et il arriva finalement à s’exprimer :

« Agent Bloom, j’ai gardé le silence sur notre rencontre, aussi j’accepte volontiers en cet instant de le briser. Vincent Kilarno, septième année de Gryffondor, humble prétendant à la servitude du Ministère de la Justice. »

Pour la première fois de sa vie… Non, peut-être pas. Mais depuis longtemps, il n’avait pas eu ce sentiment de perdre pieds face à quelqu’un. Etait-ce de l’anxiété ? Non… Depuis que son talon s’était planté sur le sol de Pré-Au-Lard, une vague de chaleur s’était engouffrée dans la vallée.

« Lorsque l’on m’a donné ma baguette, on m’a dit que la magie venait du cœur. J’avais onze ans, et ce fut la première fois de ma vie que quelqu’un de ce monde me parla de vérité, à moi, un inconnu qui vécu plus longtemps moldu que sorcier. Je crois intensément en cette phrase, et je souhaite défendre tout ce qu’elle signifie : l’amour, la bienveillance, la compassion, le respect, la loyauté, l’honnêteté. Et la meilleure arme que je connais pour défendre ces valeurs, est la Justice. »

Ce n’était pas ce qu’il avait prévu de dire. Ce n’était pas ce que tu avais prévu de dire, triple andouille ! se pesta-t-il en son soi intérieur. Comment pouvait-elle le prendre au sérieux après un tel discours ? Il se maudit, lui qui avait réfléchit toute la nuit sur sa présentation, voilà qu’il avait tout oublié et tout improvisé. Seigneur tout puissant, faites que l’Agent Bloom ait ces valeurs que j’ai dicté, sinon, transplanez-moi à vingt mille lieux d’ici !
Kalén Bloom
Kalén Bloom
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kalén Bloom, le  Lun 15 Jan 2018 - 20:59

Il parlait de la Gazette du Sorcier. De ses... de ses exploits ? Un sourcil se haussa au-dessus de l’œil bleu de Kalén et vint rider son front à peine marqué par le temps. Elle ne voyait pas de quels exploits il parlait, mais elle ne lisait pas la Gazette. Aussi ne releva-t-elle pas.

Le jeune homme semblait s'être perdu dans ses pensées. Elle attendit un instant, l'accent circonflexe formé par son sourcil s'accentuant d'avantage. Alors qu'elle s'apprêtait à l'appeler pour le tirer de sa rêverie, il sembla en sortir de lui-même et reprit avec empressement, après avoir mis fin à son Lumos.

Ainsi était-il un éventuel futur Auror. Un sourire se dessina sur son visage et elle l'écouta parler, laissant ses traits se dérider d'eux-même. L'évaluant d'un simple regard, elle tenta de l'imaginer, de le projeter dans la tenue ministérielle. Beaucoup de jeunes tel que lui avaient la même vocation, mais peu y parvenaient. C'était une voie difficile, mais peut-être serait-il l'exception ?

Les quelques mots prononcés ensuite lui firent croire en l'éventualité qu'il rejoigne un jour leurs rangs.

"Les valeurs que vous énoncez Mr Kilarno, sont celles qui, je l'espère, nous définissent et pour lesquelles nous nous battons. Nous tendons toujours à les appliquer, même si, et j'imagine que vous vous en doutez, ce n'est pas toujours facile lorsque l'on est sur le terrain. Quoi qu'il en soit, notre mission et de faire régner la Justice, et en effet, ces vertus sont une bonne base."

Elle fit une pause, laissant les mots prendre effet.

"Ainsi vous avez pour vocation de devenir Auror ? reprit-elle après quelques instants. J'imagine que vous savez ce que cela implique. Il faut de très bons résultats à Poudlard, beaucoup de motivation et de persévérance, et la formation de l'Ecole est difficile. Peu en ressortent."

Elle ne disait pas cela pour l'en dégouter, mais plutôt pour qu'il ne soit pas surpris, et qu'il y soit préparé. Elle-même avait cru, plus d'une fois, arrêter la formation, malgré l'acharnement dont elle avait fait preuve pour y arriver. Mais en y croyant et en tenant bon, en dépit de la difficulté, elle avait fini par en sortir.

Une brise fraiche passa entre eux et la fit frissonner, ébouriffant ses boucles brunes au passage. Elle resserra sa cape sur ses épaules. A nouveau, elle fit une pause. Plus pour se laissait le temps de réfléchir que pour lui permettre d'encaisser ses mots cette fois. Après tout, ils étaient toujours en quête de jeunes gens prêts à les aider. Et lui, lui semblait motivé. Mais il ne fallait pas presser les choses. Aussi préféra-t-elle lui poser une question.

"Je pense que vous avez entendu parler des Mangemorts et de l'Ordre du Phénix... Je serai curieuse de connaitre votre point-de-vue les concernant. Et j'imagine que vous avez une idée de ce en quoi consiste mon métier. Votre vision des choses m'intéresse également..."

Elle le sonda de son regard bleuté, attendant la réponse du Rouge et Or, laissant le soir tomber sur leur coin de clairière.
Vincent Kilarno
Vincent Kilarno
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Vincent Kilarno, le  Mer 17 Jan 2018 - 19:13

Hallelujah ! s’écria-t-il en pensées. Il était athée, mais ses prières avaient été exaucé ! L'auror Kalén avait compris son gloubi-boulga verbal, malgré cette tour Eiffel qui ne cessait de poindre au-dessus de son œil bleu, et qui semblait lui signifier : « Alors comme ça tu veux devenir Auror, tête de linotte ? »

Heureusement pour lui, un doux sourire s'esquissa sur ses lèvres. Et les mots qu'elle prononça le replongèrent dans ses rêves en un instant.

« Les valeurs que vous énoncez […] sont celles qui, je l'espère, nous définissent » avait-elle dit. « je l’espère »… Il se questionnait si ce mot était utilisé par habitude ou si ce fut un choix. Peut-être portait-il trop d'attention à ce genre de petites expressions, mais ne dit-on pas que le diable se cache dans les détails ?

Devenir Auror, il en était encore bien loin. L’âge d’entrée au Ministère pour cette fonction était de vingt-et-un ans, il le savait déjà, et ce ne serait donc pas avant quatre années au moins qu’il pourrait postuler. Durant ce laps de temps, tant de choses pouvaient se dérouler dans sa vie qu'il était difficile de se projeter. Peut-être trouverait-il quelqu’un à aimer, avec qui il fonderait une famille, un vœu pieux qui rendrait alors une carrière aussi dangereuse pour ses proches qu'impossible à vivre pour lui. Toutefois, le destin avait choisi qu'il perde ses parents, aussi ces derniers ne pourraient pas être un moyen de pression contre lui. Qu'importe les chemins empruntés par l’avenir, son désir d’être Auror était présent, là et maintenant.

Les très bons résultats de Poudlard, il pouvait se justifier de son Effort Exceptionnel récemment déposé en catastrophe par Ariane dans la salle commune des Gryffondor. Le rapace avait, pour une fois, délivré un courrier sans une seule égratignure. Cela aurait été un comble qu'il retrouve un coup de griffe de chouette au lieu de celle du Ministère de l’éducation.

La motivation et la persévérance étaient deux de ces qualités. Il ne s’inquiétait pas pour cela. La difficulté de l’école des Aurors, elle, lui était inconnue. Il se rappelle de ses premières années à Poudlard. Lui qui avait vécu entouré de moldus durant toute son enfance, il avait eu bien du mal à s'approprier ce nouveau monde. Au-delà de l'apprentissage du savoir-faire magique, il avait du mettre de côte une bonne partie de son savoir moldus. Ici, la technologie n’avait pas d'existence, et cela l’avait peiner.

Et puis, qui ne tente rien n'a rien se dit-il. Aussi répondit-il à l'Auror :

« J'aimerais poursuivre cette voie, quelque soient les embûches et les périls qui la jonchent. Ma jeunesse ne durera que quelques années, lesquelles j’espère, seront riches en expérience et me porteront à la hauteur de votre mission. »

Les senteurs humides de l’automne se rappelèrent un instant à son être. Comme en réponse à ses souvenirs de feuilles mortes, les bouclettes aux couleurs de cuivre de Kalén virevoltèrent. La question suivante lui posa plus de problèmes que les propos antérieurs de l'Auror. Mangemorts et Ordre du Phénix… Oui, elle avait raison de vouloir connaître son avis sur ces deux organisations.

« L'Ordre du Phénix, est je le pense, un groupe qui a le mérite d’exister pour ceux qui ont des problèmes avec la Justice, mais souhaite se repentir par un chemin détourné. Les valeurs originelles qu’il défend peuvent se rapprocher des nobles idéaux de la Justice, mais il en reste un groupuscule illégale. L’Ordre ne porte pas bien son nom, car il n’en fait pas l’apologie. Je reste donc prudent quant à ses membres. Le temps de la seconde guerre des Sorciers est révolu. »

Il regarda par-dessus l’épaule de Kalén. L’étoile polaire commençait à poindre du nez, au loin. Le temps passait si vite en sa compagnie. Il essaya de ne pas soupirer avant de continuer.

« Les Mangemorts, quant à eux, n’ont rien à voir avec nous autres sorciers. Quelque chose de… malsain a pris possession de leur âme, un chaos innommable et incurable pour moi, rendant leur cœur plus vide que le néant. La lumière de la Justice est là pour les effacer de l’espace et du temps, tel le soleil balayant à une heure ou une autre de la journée une surface ombragée. Je ne sais pas si ma vie me permettra de voir disparaître le dernier d’entre eux, mais je désire, au plus profond de moi, être un acteur de cette tâche. Au plus tôt. »

Il espérait s’être fait clair cette fois, car il n’avait pas dérivé de ses jugements habituels sur ces hommes et femmes. Ils avaient fait le choix de persévérer sur cette voie, malgré la disparition de leur maître. C’était un choix, pour lui, inacceptable et dénué de raison.
Kalén Bloom
Kalén Bloom
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kalén Bloom, le  Mar 20 Fév 2018 - 19:42

Vraiment désolée du délai de réponse :mm:


Kalén écouta d'une oreille attentive les dires du garçon. Il semblait sincère, et son ton était coloré de détermination, tout comme l'éclat qui brillait dans ses prunelles.
A vrai dire, il lui avait fait bonne impression. Mais pour le moment, elle gardait le visage fermé de l'Auror, neutre, ne laissant filtrer aucune émotion.

Lorsqu'il eut fini, elle laissa passer un instant, laissant son regard vagabonder vers les sommets derrière lesquels disparaissait l'astre rougeoyant.
Finalement, elle laissa échapper un soupir entre ses lèvres vermeil.

"Oui... Il y a du vrai dans ce que vous dîtes à propos de l'Ordre du Phénix.... et des Mangemorts, bien entendu, ajouta-t-elle avec un sourire triste.

Elle s'arrêta de nouveau, ancrant son regard dans le sien dans le but d'intensifier les propos qui allaient suivre.

- Vous m'avez l'air sincère et plein d'audace, Mr Kilarno. C'est ce dont nous avons besoin dans notre combat de tous les jours. Personnellement, vous m'avez convaincu, et l'idée de vous compter parmi nos alliés ne m'est pas désagréable."

Nouvelle pause, cette fois-ci pour engager le chemin inverse, faisant un geste pour l'entrainer avec elle. Il était temps de rentrer, et elle préférait raccompagner le jeune homme, au moins jusqu'au village, ne souhaitant pas le laisser errer seul par cette nuit tombante.
Laissant le bruit des brindilles et des feuilles mortes craquant sous leur pas emplirent le silence un moment, elle finit par reprendre la parole, à l'instant même où les premières maisons apparaissaient au loin.

"Cependant, je suppose que vous devinez que je ne suis pas la seule à prendre la décision. Vous pouvez compter sur moi pour transmettre aux autres Aurors tout l'enthousiasme qu'a provoquer pour moi cette rencontre, mais nous devrons débattre tous ensemble."

Alors qu'elle s'apprêtait à le laisser reprendre le chemin du château, elle reprit :

"Surveillez votre volière. Si vous êtes toujours emballé par l'idée de nous venir en aide, il se pourrait que nous vous recontactions. Quoi qu'il arrive, vous aurez ma réponse sous peu. Rentrez bien Mr Kilarno, et surtout, faites preuve de prudence."

Elle lui adressa un léger sourire joint à un regard pétillant, puis disparut dans un CRAC sonore.




- Départ de Kalén, tu peux répondre si tu le souhaites Smile -
Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Lïnwe Felagünd, le  Sam 10 Mar 2018 - 18:23

Nuages de briques
— PV Koko

Il faisait belle soirée, lune émerveillée et tiédeur appréciable. De quoi ravir quelques têtes effilochées aux idées perdues qui pendouillent quelque part au-dessus du crâne et le long du front, pâle comme une image de montagne. De fins spaghettis cérébraux qui s'illuminent en une pointe au bout des mèches opales. Lïnwe était assis là, les mains dans les poches et les jambes flagellantes sur les bords de gouttière. Un chat. Il prenait part à cette nouvelle nuit - une pause parmi d'autres sous l'activité intempestive du pub au dessous de ses pieds.

Il entendait encore les coups de verre sur la table drue. Le bruit râpeux du verre contre le bois. Les yeux humidifiés par l'air étoilé. Des nuages de briques devant son regard d'enfant voyageur. L'esquisse d'une mer de nuages qui fait réfléchir. Permutateur d'élégances sur-naturelles, il rêvait. Un échappatoire léger, de son échappatoire prenant. Un nuage à prendre parmi tant d'autres. — Le regard attendri par ce spectacle muet, couleurs qui dansent dans l'avis du soir. Des rideaux noirs rendent la vue plus objective encore sur ce monde écrasant.
Il est parfois bon de respirer les feux de cheminée,
senteur d'âmes humaines cramées par cette intense réalité.

Capter l'instant
la montagne
les hauteurs allumées

s'étouffant
contre les vitres
à la buée
saisissante.


-Pouvoir s'étendre
au-delà des murs
insaisissables.

-S'émanciper
un semblant
de liberté.

-Saisir l'opportunité
d'un jeune homme
visionnaire.

Le ronflement des fumées écarlates rend ce mystère douteux
plus duveteux qu'un amas de plumes.
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kohane W. Underlinden, le  Mar 20 Mar 2018 - 20:14



Pour qui sait regarder à travers la nuit, une pluie d'étoiles se mettrait à tomber sur la Terre. Fines particules auxquelles il faut savoir prêter attention pour les voir. Paillettes qui volettent dans la lueur des lumières artificielles. Semblables à des papillons. Qui, de leurs éphémères ailes, le temps d'un jour ou d'une nuit, vont à la conquête du monde.
Loin du bruit matériel des assiettes raclant contre la table, des verres reposés brutalement, des couverts qui s'entrechoquent, loin des voix plates et banales aux ordre et injonctions purement terrestres, les étoiles flottent et s'envolent. Aucune attache pour les retenir. Elles sont libres. Et leurs ailes se déploient. Et leurs ailes les transportent. Laissant, derrière elle, comme trace de leur passage ici, cette poudre que mes yeux semblent percevoir.
Dans mon dos, la porte refermée des Trois Balais.
La soirée s'allonge et va tirer à sa fin pour les clients.
Alors qu'elle va bientôt pouvoir commencer pour les serveurs et serveuses.
C'est étrange, cette vie en décalage. A travailler quand les autres ne travaillent pas. A commencer nos soirées quand celle des autres s'achève pour ouvrir les bras à la nuit, la vraie.

Souffle
et buée exaltée.
Fraîcheur de l'air.
Faire un pas, ne pas trop s'éloigner. Car bientôt, le service pourra reprendre. Pour le dernier acte de la représentation. Les dernières vagues à accueillir. Dernières volées de plats et de verres. Avant que le rideau ne tombe. Sur le visage fatigué des acteurs. Fatigués après cette rude journée où tout s'est joué comme les autres jours. Dans cet inlassable ballet qu'on ne démode pas. Le quotidien ronronnant. Rassurant, sous certains aspects. Mais terriblement ennuyeux sous de nombreux autres.
Alors, je temps d'une pause -clope, pour certains, pas pour moi-
Souffler, s'éloigner,
Prendre l'air,
Voir la nuit,
Et cette poussière d'étoiles qui emplit les pupilles lorsqu'on lève la tête.
Poussière magique
Poussière magnifique
Qui fait encore croire aux rêves
Qui rend, le temps d'un instant, un brin d'innocence perdue.

Mais, en levant la tête, il n'y a pas que la poussière d'étoiles que l'on distingue.
Je vois aussi une silhouette. Parfaitement humaine.
Une silhouette en axis mundis, lien entre terre et ciel, perchée sur un toit à contempler s'agiter le nocturne en contre-bas.
Une silhouette tout en hauteur, surplombant le petit monde de Pré-au-lard.
Un vague sourire se dessine sur mes lèvres. Voilà une chose qui sort de l'habituelle pièce de théâtre. Voilà une chose qui change du train-train de tous les jours auxquels nous sommes soumis, bon gré mal gré.
Je me glisse dans l'ombre,
Obscurité dans l'obscurité
Tapie contre le mur
Je cherche l'appui et les prises
Et je me faufile
A l'aide de bras et de jambes
Me faufile contre la paroi, se propulser en appui sur les poubelles, grimper sur le toit grignoté par la nuit.
Un souffle.
Se hisser encore un peu. Pour que tout le corps bascule sur cette hauteur si peu explorée.
Je vois, devant moi, de dos, la silhouette du garçon. Ce garçon employé aux 3B. Qui prend sa pause sur ce qui est sans doute le plus magnifique des perchoirs.
Je me glisse dans la nuit, grimpant le toit à moitié à quatre pattes. Je garde une certaine distance pour ne pas l'effrayer. Je n'aimerais pas qu'il sursaute, qu'il dérape, qu'il tombe.
Je m'assois en tailleur. Plus à l'aise que debout en équilibre précaire. Je m'assois et regarde l'ombre chinoise qui se découpe dans la nuit.
Puis mon cou se tend ; les yeux regardent en contrebas, la toile de lueur qui s'étend et s'étale. C'est beau. Fascinante. Tentacules de lumières qui avalent le monde -ce petit grain de poussière que représente Pré-au-lard.
Je ne sais pas si le garçon a senti ma présence.
Ou s'il est trop parti pour en avoir conscience.
Alors, doucement, je sors :

-A quoi tu penses, quand tu vois ça ?

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 19 Avr 2018 - 23:49

La montagne devant. La montagne acide se lève, se lève dans la journée noire éclairée par le gros poisson lune au gré du vent. Il danse au gré du vent. Fluorescent, il surplombe l'univers. Et de ses tentacules lumineuses, parcours le monde. Illumine ses pensées. Fermentent les idées. En contrebas, des rats ont peur de la lune. Mais le garçon y trouve un réconfort né de la première nuit. Une ville endormie sous ses pieds qui observent, rêveurs depuis midi. — Un déjeuner esthétique : travail sur le naturel extatique.

Un regard sur le côté
la sorcière lui dit quelque chose
— c'est pas comme si c'était la gérante
du bar, un étage en dessous.


Il est parfois plus habile qu'un chat, la silhouette d'une femme assise en tailleur sur le bord. Elle est a-vide de quelques sensations nocturnes. La ville endormie a quelque chose de plus scintillant de plus propre et de plus net quand elle ne respire plus. Les égouts grognent une dernière fois. Seules les cheminées persistent de leur souffle en granit. Comme des rites exotiques, elles envoient un message au ciel.

Qu'est-ce qu'il voyait ? C'est avant tout une question d'humeur. Comme une balade, un chemin de peintures. Plein d'images différentes qui traversent les siècles. Et sans le vouloir, il peaufinait sa propre maladie. Une roue énorme. Une roue crantée qui lui racle l'âme déchiquetée. Un mixeur géant. Cocktail de jus de fruit : grenadine, orange bleue et citron lunaire. Fallait simplement en avoir conscience. Ou rentrer dans son labyrinthe intelligent. Pas sûr qu'on en sorte un jour. Y'avait comme un Minotaure là-dedans, une histoire sans fin. Une créature vicieuse remuant sous le sable. Littéralement, le cerveau.

Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kohane W. Underlinden, le  Ven 11 Mai 2018 - 18:29


   
   

Vertige infini du vide sous les pieds.
A regarder la vie s'agiter
Si bas
Si loin
Et pourtant si près
-pas comme si on était perchés sur le toit d'un building-
Le tourbillon emporte
Inexorablement
Vers ce fond sombre
Que la nuit recouvre et ouvre en cette faille noire qui avale le monde
Tandis qu'en surface,
Tous font comme s'ils ne voyaient rien
Rien à signaler
Et pourtant
Pourtant la nuit est comme un gouffre
-rassurant-
Comme un gouffre qui caresse doucement la silhouette des passagers nocturnes
De ceux qui s'amusent à effleurer de leurs pas le macadam obscur
Tandis qu'au-dessus d'eux
Scintille la lueur factice, artificielle,
Qui leur fait croire en la non-existence de cette faille.

Mais nous, sur notre toit. A prendre de la hauteur. Se perché comme oiseaux dans leur nid.
Nous, nous pouvons voir.
Ce noir doucereux et délicieux qui broie et qui caresse les âmes déambulantes.
Il faut savoir s'élever
Plus haut
Encore
Encore
Toujours
Pour voir
Pour prendre conscience
Saisir la hauteur là où elle est
Et seulement -regarder.



Le garçon brise le silence et parle de mixeur. Ses mots m'évoquent des couleurs. Celles qui se pressent là, dessous, sous nos yeux et sous nos pieds. Son cocktail devient multicolore et les choses se mêlent. Secouez, remuez, mélangez, c'est prêt.
Doucement, je décroise mes jambes et me relève.
Prendre de la hauteur.
Prendre de la distance.
Il n'y a qu'ainsi qu'on voit. Qu'ainsi qu'on perçoit.
Le corps retrouve un axe vertical. Et le regard ne lâche pas le contrebas. Souffle.

-Ton cocktail a couleur de la ville, je réponds après un long moment de silence pensif.

Je sens le corps se balancer un peu.
Tout petit peu.
Sur ses deux jambes : avant-arrière-avant-
Comme l'arbre dans la brise. Non pas la tempête. Juste le tendre vent d'ouest qui arrive en caresses aléatoires. Et les branches oscillent sans peur. Elles savent qu'elles ne tomberont pas. Et se contentent de danser avec le souffle. En confiance tranquille.

-A-t-il son goût ?

Plisser les yeux comme pour mieux voir.
Essayer de détecter qui sont ces êtres vivants en contrebas. Qui sont ces créatures qui marchent, qui bougent ou qui dorment. Qui se pressent ou s'immobilisent.
Imaginer, un instant, l'intérieur douillet de ces maisons fermées.
Un lit, des oreillers, une couette dans laquelle s'enrouler. Et dort l'enfant. Et dorment les parents. Et dorment les jeunes adolescents, les jeunes adultes, les commerçants.
Plus loin, les oiseaux nocturnes écument les rues et cherchent leur place dans un bar -ou, plus vastement, dans ce monde.
Qui sont donc ces créatures aux mille teintes que la nuit-ville broie dans son mixeur ?

-Aurait-il un bon goût, d'ailleurs ?

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Lïnwe Felagünd, le  Mer 23 Mai 2018 - 23:45

Le silence de la ville sur la plaine. Anciennement creux dans la montagne, quelques descendants y on trouvé refuge contre les violences de l'époque et puis, le village fut fondé sur quelques années. Il abrite à présent d'innombrables colonnes de glace et de feu. Les cheminées crachent tout leur poumon du haut de leur maisonnette en briques rouges. Elles dégagent une odeur de cigarette à la cerise. Un coup de vapeur, un coup de rouge. — Le silence se poursuit sur des secondes et des mètres, du haut ou du bas ? Après tout, ne sont-ils pas sur le point de chute le plus exact de Pré-au-Lard ? À titre personnel et donc subjectif, probablement la meilleure vue. On y voit même un bout du château à l'ouest. Comme un bon rocher, leur perchoir syndical offre une des meilleures perceptions de la nuit.

Il s'agirait alors, et qui s'immisce dans la
tête de Lïnwe comme un petit nid douillet
d'oiseau rapace, d'un entre-deux
la terre d'un côté et le ciel
et pourquoi ne pas inverser les deux ?
un anti-horaire
le ciel est-il vraiment en haut ?
le bitume réellement sous nos pieds ?
la nuit
le monde se renverse.

- Le cocktail ? J'en ai fait une overdose.

Qu'a-t-il de si particulier, ce cocktail improvisé ? La grenadine, c'est sûrement toutes ces valeurs rouges qui oscillent entre les réverbères. Elles forment une jolie robe rouge, et chaque maison à la sienne. Et puis, c'est aussi un goût artificiel. Celui créée par l'humain. L'odeur nauséabonde du sucre qui vous dévore, qui altère le goût premier du fruit. La passion du ravage. De l'auto-destruction. Le monde aime se faire maltraiter. L'orange bleue, c'est ce qui se cache dans les égouts, sous ses plaques : le dégoût. C'est l'orange qui, un bon matin est devenue étrangement bleue. Le monde est malade. Il file un mauvais coton, de mon avis. Le côté absurde de la vie, sûrement. Et puis vient le citron lunaire. C'est que l'astre nocturne voyez-vous, a l'air d'un gros citron aveugle. Ou d'un ballon albinos. Elle l'a poignardé un mauvais soir pas fait comme un autre. Alors il est devenu insomniaque.

- Toi aussi, tu admires souvent la vue, d'ici ?

D'allure belle et ronde et riche et juteuse
ce cocktail n'est rien d'autre qu'un poison généreux.

Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kohane W. Underlinden, le  Dim 24 Juin 2018 - 16:12



Sommet du monde, sommet de l'univers.
Le toit qui surplombe le village et nous, perchés, oiseaux nocturnes, côte à côte. A regarder se débattre ce gigantesque cocktail. Qui n'est pas fait de fruits mais plutôt d'entités indéfinies. Atomes par milliers qui se mêlent, se frôlent, se croisent, parfois explosent ensemble.
Quelle vie, là, en bas.
Quelle vie
Quelle vie se presse sous nos regards attentifs.
Inspirer l'air frais de nuit, sentir les tuiles qui soutiennent le corps. Vide sous les pieds. Qu'est-ce qu'il se passerait, si on sautait ? Est-ce qu'on parviendrait à déployer nos ailes et voler ? Serait-on comme des oiseaux qui, enfin, peuvent quitter le nid ?
Avoir les deux pieds sur terre, parmi ces gens qui bougent et se pressent, cela m'oppresse par moment à un tel point que la seule solution envisageable serait de, réellement, se transformer oiseau, à jamais, et s'enfuir. A tire d'aile, comme on dit. Loin des soucis et des prérogatives du quotidien. Loin de ce cocktail, dont le garçon dit avoir fait une overdose.

Je plisse les yeux dans le noir, donner à son regard l'éclat vif du chat, se rêver nyctalope et voir avec précision chaque élément de la vaste fourmilière.
Je comprends.
Je le comprends.
Qu'il puisse en avoir eu jusqu'à vomir, de ce cocktail quotidien. Lorsqu'on nage dedans à temps plein, vient le moment où tout déborde. Vient l'instant où les choses deviennent dégoûtantes parce qu'on a trop vécu avec elles, en leur compagnie. Alors

-Prendre de la hauteur, c'est le meilleur moyen pour se remettre d'une overdose.

Ne plus nager au milieu du cocktail humain mais plutôt le regarder, comme d'un regard extérieur. Le voir du dessus, se sentir moins concerné.e par toute cette agitation maladive.
Après un dernier regard pour ces fourmis humaines qui font leur quotidien sous nos pas, je reporte mon attention sur l'étrange garçon, apporté par un coup de vent -sans doute- aux Trois Balais. Le garçon tranquille avec son cocktail overdose.
Je me rends compte que
Je ne connais rien de lui.
Je ne sais rien de lui.
Après tout, il n'a pas été engagé pour que nous fassions ami-ami. Néanmoins, il reste, pour moi, le seul mystère des 3B. Car le reste de l'équipe, je connais. Depuis longtemps. Mais lui.



Sa voix reprend, sur une question.
Je fais un sourire dans l'obscurité, détachant mes yeux de sa personne pour venir se perdre non plus en bas mais au-dessus, là où la voûte étoilée nous regarde.
Nous sommes sur le toit du monde -sans aucun doute- mais ce toit du monde a, lui aussi, un toit. Qui protège et rappelle qu'on ne sera jamais assez grand, assez haut, pour résoudre tous les mystères de l'univers.

-Habituellement, je fais l'inverse.

Mon index pointe le contrebas. Le cocktail aux mille couleurs qui se débattent sous nous yeux.

-Je suis là. Et je le lève les yeux là.

L'index change de direction, vient désigner le ciel étoilé. Le regard suit le mouvement, du bas vers le haut, comme escalader un fil invisible vers les mystères de l'au-delà.
Mon doigt reste suspendu, à désigner le toit au-dessus de nos tête.
Sa couleur est bien différente du monde d'en bas. Je me demande quel serait son goût, à lui, ce mélange de bleu sombre et d'argent-étoiles. Ces petites lanternes qui scintillent sans discontinuer, riant au passage de l'enfant, l'invitant à les suivre dans leur folle ronde de nuit.



-Souvent, les étoiles sont plus intéressantes que les êtres qui s'agitent en bas.

Petite pointe de misanthropie qui ressurgit lorsqu'on souhaite que le monde entier nous foute la paix parce que le monde entier s'acharne et qu'on n'en peut plus et qu'on veut juste fermer les yeux tout oublier tout oublier et voler avec les demoiselles étoilées là-haut.

-Mais ce soir, j'sais pas pourquoi. J'ai envie de regarder en bas.

L'autre à côté de moi est tout aussi -autant- humain que moi. Et qu'il soit là, à contempler un cocktail de ville à mes côtés -ou plutôt que je sois venue le rejoindre dans sa méditation silencieuse- me rappelle que l'humain a du bon et qu'il est parfois intéressant.
Pas tout le monde.
Ne prenez pas cela pour une généralité.
Mais certains êtres détonnent. Sont particuliers. Et ceux-là. Moi. Je les aime. A la folie.

Geste inconscient, je saisis doucement le poignet du garçon. Contact physique peut-être inattendu mais dont j'ai subitement besoin, pour me réconcilier avec le monde. Ce monde que j'aime autant que je le hais, sentiments en montagnes russes, lui en vouloir à mort et, pourtant, ne pas réussir à s'en détacher.
Les humains, cruelles créatures.
Et pourtant, il y a aussi de la beauté en eux. De la bonté. Une touche de rêverie. Et tant que cette touche existera, perdurera, l'espoir sera permis.
Alors les doigts se referment doucement sur le poignet du jeune employé. Peut-être que la gérante d'un bar n'a pas à avoir un tel contact avec son employé. Peut-être. Mais j'm'en fous. Les conventions sociales, ça a toujours été loin, pour moi.

-Et toi ? Tu viens souvent contempler le monde d'en-bas depuis le haut ?

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Lïnwe Felagünd, le  Jeu 5 Juil 2018 - 17:22

Partage d'un rêve d'illusionniste statique — à la manière des nuages cotonneux au-dessus des têtes — sur les bords du ciel un peu trop terre-à-terre cette fois-ci. Partage d'un combat alcoolisé, entre le Nil et le Styx. À se demander si il finira dans les pavés de l'Enfer. Débat non pas houleux mais délicat, le front du monde qui s'émiette devant leurs yeux. Il est bon de se sentir compris, rien qu'un soir. Il est bon de se sentir au-dessus, aussi. Le monde est un grand vase rempli de fioritures et de toutes ces merdes, qu'on en oublie les principes primaires qui valent un homme. Et il est alors bien mieux de se retrouver dehors que dedans.

Une main qui vient lui saisir le poignet
Une main oscille entre la pudeur et la tendresse

Les doigts se referment délicatement
Comme une main de maman au-dessus le

berceau flottant dans la
chambre.

Et étrangement, il ne la rejette pas. Elle n'a pas l'air comme les autres patrons... elle a l'air... différente. Comme munie d'une hypersensibilité humaine. Ouais, elle a une âme généreuse. Une âme riche et particulièrement profonde. Une âme humaine dont il est rare de distinguer parmi la foule en ces temps de corruptions sociétales où l'Homme devient machine et la peau est parcourue de câbles aux frissons électriques. C'est un pantin fait de fils explosifs. Regarder le monde d'en haut, c'est prouver qu'on reste soi-même. Provoquer l'univers et
Ça m'arrive, oui.
Surtout à l'heure des pauses.


Un moyen de décompresser aussi, sans doute. Souffler et respirer de son indolente adolescence et puis tourner le regard en direction de la gérante, hésitant sur l'instant. Ce n'était pas interdit, de prendre une pause sur le toit, au moins ?

Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kohane W. Underlinden, le  Dim 22 Juil 2018 - 17:58



Souffle d’air frais, tranquillité de la bulle. Instant de partage en toute simplicité. Les yeux ne se détachent pas du magma à la fois beau et terriblement laid qui s’étend sous nos pieds. Il y a une irrésistible attraction vers le bas et, en même temps, le rêve de s’envoler au-dessus de tout ça, ne plus se préoccuper de rien.
Rêver à deux.
Seulement.
Sur notre perchoir invisible -qui pense à lever le regard ?

Lïnwe ne s’esquive pas lorsque je saisis son poignet. Il n’esquisse pas de geste de refus ou de fuite. Un enfant qui se laisse doucement bercer. Par la chaleur humaine. Je sens sa peau sous mes doigts. Son pouls, au creux du poignet. Preuve de vie.
Il vit.
On vit.
On est là.
Partage silencieux, dans l’air frais de la nuit. Toit du monde.
Il explique qu’il vient parfois à l’heure des pauses se percher sur sa terrasse, regarder le monde. Je n’y avais jamais fait attention. A sa présence là-haut. Et maintenant, je l’imagine. S’éclipsant pour profiter d’un instant de solitude. Observer, comme source de régénération, le monde de si loin : le voir et se tenir à distance.
Je capte soudainement ses yeux qui se sont tournés vers moi. Mus de pensées muettes. Presque inquiète. Je lui lance un sourire enrobé de coton, doux et délicat :

-Je comprends. C’est comme une île flottant au-dessus de la ville. Une île où l’on peut souffler. Pour parvenir à aller de l’avant.

Le ton lancé dans un presque murmure. Comme si parler trop fort pouvait briser une harmonie qui s’est installée d’elle même sur ce toit, entre ces êtres.
Un souffle de voix
Et le regard qui lâche le jeune stagiaire
Mais le contact physique -toujours présent.
Caresse inconsciente du pouce sur le poignet. Tendresse presque maternelle. Ou tout simplement humaine ? Parfois, il m’arrive de me demander si l’humain peut réellement faire preuve de tendresse. Tellement de choses peuvent faire perdre espoir en cette capacité.
Après un instant de rêverie debout, je finis par me rasseoir. Le corps glisse doucement jusqu’à se rapprocher du toit. Les jambes pendent bientôt dans le vide, intensité du moment, entre terre et air, vie et mort, une petite impulsion suffirait pour

La main n’a pas lâché le poignet. Le bras désormais tendu vers le haut pour garder le contact physique. Je ne m’y cramponne pas. Me contente seulement de le sentir dans ma paume. Il pourrait s’en dégager, s’il le voulait. Mais il ne l’a pas fait tout à l’heure.
J’exerce une toute légère pression vers le bas.
L’invitant à s’asseoir, lui aussi.
Profiter un instant.
Du bord du gouffre.
Côte
à
côte.

Lïnwe Felagünd
Lïnwe Felagünd
Maitre de JeuGryffondor
Maitre de Jeu
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Lïnwe Felagünd, le  Ven 3 Aoû 2018 - 15:54

Deux moineaux, là-bas qui chantent le printemps tardif. Un ciel de plumes enlunées, référence à l'ensoleillement diurne / son exact opposé. Deux moineaux, là-bas qui dansent dansent dansent sur la branche la plus haute de l'univers, feuillue. Des bourgeons attirent l’œil. Un instant. Comme les balbutiements d'un autocar, une envolée de corbeaux ou une bicyclette, seule, qui fonce dans la grand-rue. Et reporter l'attention sur le joli couple d'oiseaux. Ils ont l'air heureux, enlacés par les prémices d'un été. Les ailes à demi dépliées, ils pensent. Deux philosophes, finalement, que cette paire de pierrots penseurs ! Deux penseurs, qui placent leurs idéaux entre utopies mécaniques et rêves quantiques.

C'est comme une île flottante
ballottant sur les rives du monde extraréaliste
~ une vague d'empathie lui monte au cerveau

comme s'il avait la possibilité de lui rendre  sa
générosité — douce comme le lilas, caresse mauve.

Descendre avec elle, jusqu'au bord du précipice
c'est haut et pourtant, il n'a pas peur : les pauses syndicales
sont donc autorisées ici.

Un sentiment de puissance, face à toute cette grandeur. Lui, elle. Sont au-dessus de tout. De toute impact narcotique. De toute odeur pestilentielle. Les premiers à sentir la rosée du soir ou du matin. Le parfum du bonheur tendre entre leurs doigts. Le paysage est toujours aussi beau... c'est le même et pourtant il change à chaque fois. Je ne me lasse pas. Un peu comme un visage qu'on oublie. Qui revient. Et qu'on perd de nouveau. Comme un bateau, au loin. Pilier mobile de la mer invisible.

Elliot West
Elliot West
Serpentard
Serpentard
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Arithmancie

Spécialité(s) : Legilimens
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Elliot West, le  Mar 11 Sep 2018 - 13:46

Plus d'un mois sans réponse, si on dérange, mes MP sont ouverts ! Suite de ce RP




Il marchait tranquillement quand soudain une pression se fit sentir sur son épaule. Comme une main qui se pose sur vous. Et puis un tourbillon. Cela lui donnait la gerbe, c’est d’ailleurs pour ça qu’il n’avait pas son permis de transplanage. Qui plus est, à ce moment il n’était pas consentent et n’avait aucune idée de qui se trouvait derrière lui.

Après quelques secondes ils arrivèrent en haut d’une colline de pré-au-lard. Le temps de reprendre ses esprits le serpent s’appuya contre un rocher qui se trouvait là. C’était peu habituel ce genre d’enlèvement. Se tournant lentement il put alors voir qui se tenait devant lui. Il portait un masque qui représentait un homme avec une moustache, un monsieur étrange. Sans même attendre l’homme inconnu le salua et le félicita pour son travail.

Bordel qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez lui, il vient d’enlever Elliot et connaissait visiblement son identité. L’homme inconnu continua son petit monologue et expliqua qu’il œuvrait pour la sécurité du village et que par conséquent il devait savoir si Elliot allait poser des problèmes.

« Vous n’êtes visiblement pas Auror sinon vous ne porteriez pas ce masque immonde. C’est comme ça que vous assurez la sécurité ? Vous kidnappez un honnête citoyen dans l’espoir qu’il vous donne ce que vous voulez entendre ? »

Le trentenaire ressentait comme un mélange de stress et d’excitation chez l’homme. Peut-être que c’était la première fois qu’il agissait de la sorte ou bien qu’il kidnappait quelqu’un. Tout en se reposant sur le rocher il continua :

« Avez-vous déjà entendu parlé de moi ? Vous connaissez mon nom, vous pourrez donc en conclure qu’il n’y a rien à mon propos qui circule. Je n’ai rien à me reprocher, je viens uniquement ici pour travailler. Pour qui travaillez-vous ? Vous faites partie d’une milice privée qui officie à Pré-Au-Lard ? »

C’était un peu comme si le supposé interrogatoire s’inversait un peu. Le serpent était à la fois sonné par le transplanage non désiré et le fait que l’homme qui se tenait devant lui semblait en savoir un peu sur lui. On aurait presque pu penser à un membre de l’Ordre du Phénix, ces mages qui clament haut et fort protéger la population, mais ses méthodes étaient peu orthodoxes et très inhabituelles comparé à ce que l’on pouvait entendre à leur sujet. Il devait sans doute œuvrer pour quelque chose ou quelqu’un d’autre.

Cynos Damas
Cynos Damas
Apprenti.e sorcier.ière
Apprenti.e sorcier.ière
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Manumage (Niveau 1)
Animagus (Husky)
Permis de Transplanage


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Cynos Damas, le  Ven 14 Sep 2018 - 15:27

Cynos ne s'attendait évidemment pas à ce qu'Elliot lui réponde calmement qu'il comptait créer des problèmes. Ça aurait été trop beau. Puis on aurait pas autant de problèmes pour identifier les mangemorts si ça se passaient comme ça.

- "Vous n’êtes visiblement pas Auror sinon vous ne porteriez pas ce masque immonde. C’est comme ça que vous assurez la sécurité ? Vous kidnappez un honnête citoyen dans l’espoir qu’il vous donne ce que vous voulez entendre ?"

Honnête, ça restait à prouver quand même. Il allait répondre, mais le nouveau gérant de Pré-Au-Lard enchainait :

- "Avez-vous déjà entendu parlé de moi ? Vous connaissez mon nom, vous pourrez donc en conclure qu’il n’y a rien à mon propos qui circule. Je n’ai rien à me reprocher, je viens uniquement ici pour travailler. Pour qui travaillez-vous ? Vous faites partie d’une milice privée qui officie à Pré-Au-Lard ?"

- "A ma connaissance, vous pouvez partir" dit-il en désignant Pré-Au-Lard, "Ce n'est pas vraiment ce que j'appelle un kidnapping" conclu-t'il en riant légèrement.

Il prit un petit temps d'arrêt pour observer les réactions de l'homme en face de lui. Il s'était assis sur un rocher, sans doute à cause du transplanage. Il était pâle, comme s'il avait la nausée. Cette position, même si elle ne voulait pas dire grand chose, mettait Cynos en position de force. Il regardait Elliot de haut. Comme s'il contrôlait la situation.

- "C'est bien ça le problème", commença-t-il en plantant ses yeux masqués sur le gérant de la TS. "Une personne sans histoire. Les criminels sont toujours des personnes sans histoire. Leur "double maléfique" eux, en ont. Sous un autre nom, une autre identité. C'est facile d'être une personne sans histoire. Il suffit de bien se cacher."

L'expression double maléfique avait été appuyé par Cynos en marquant une légère pause avant ces deux mots. Il ne voulait pas prononcer le mot "Mangemort". Pour une raison simple. Tous les criminels n'étaient pas des Mangemorts. Mais une personne n'étant pas Mangemorts pouvaient toujours être criminels. Et cela suffisait au Phénix pour partir en guerre. Certes, dans l'imagination collective, un Mangemort était forcément le grand méchant. Mais... Non. Il y avait bien autre chose à prendre en compte. Les Mangemorts étaient un problème bien sûr. Mais il n'y avait pas qu'eux qui faisait de ce monde quelque chose d'aussi dangereux. De plus, Pré-Au-Lard, avec sa proximité avec Poudlard était une place forte du monde magique. Azénor en savait quelque chose. D'ailleurs ce type travaillait avec Azénor. Il fallait être sûr que ce type soit clean.

- "Vous n'avez pas besoin de savoir pour qui je travaille. D'autant plus que vous le savez sans doute déjà."

Pire phrase du monde. Cette phrase était parfaite pour faire apparaitre des théories fumeuses dans un esprit un peu embrouillé. Parfaite aussi pour garder son identité secrète. Puisque, rien était sûr. Tout n'était que supposition et "on dit". Impossible de confirmer ses dires, sans la confirmation du principales intéressés. Bref, un alibi parfait. "Moi j'ai rien dit".

- "Sachez, que si nous n'avons pas d'infos sur vous, on en aura très vite. Chacun de vos gestes seront surveillés, analysés, décryptés."

Ce qui n'était pas totalement faux finalement. Ils étaient partout. Présents sans être présents. Fouiller le passé était inutile dans ce genre de cas. Se concentrer sur le présent était bien plus efficace.

- "Nous serons attentifs. Pré-Au-Lard est une place sensible." Cynos regarda vers Pré-Au-Lard, en lançant : "Mais si vous le souhaitez, vous pouvez nous aider. Être nos yeux et nos oreilles ici. Le monde est dangereux. Plus nous aurons de contrôle, plus nous pourrons protéger la population."

Il avait dit cette phrase de but en blanc, sans préparation, ni préméditation. Mais... Après tout, qui ne tente rien n'a rien. Alors l'animagus tentait. Avec un peu de chance, il avait devant lui un nouvel allié. Il en était persuadé. Agir, c'était aussi se créer de nombreux liens. Et s'il refusait... Il serait à surveillé. Partant du principe qu'une personne non-alliée était potentiellement dangereuse. La vision était binaire, il le savait. Mais hélas, parfois, il le fallait. Différencier ceux en qui on pouvait avoir confiance et ceux en qui on ne pouvait pas été d'un importance capitale. Tous les autres étaient potentiellement des ennemis.


Dernière édition par Cynos Damas le Jeu 27 Sep 2018 - 12:55, édité 1 fois
Kohane W. Underlinden
Kohane W. Underlinden
MDJ-GestionnaireHarryPotter2005
MDJ-Gestionnaire
HarryPotter2005
En ligne
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Kohane W. Underlinden, le  Ven 14 Sep 2018 - 22:49


Autorisation d’Eliott pour conclure le rp avec Lïnwe

Le monde s’éloigne et le gamin descend. Au bord du gouffre. A mes côtés.
Il n’a pas l’air d’avoir peur -pourquoi avoir peur ?
Il n’y a que la légèreté qui nous pousse, telles des feuilles venues se poser délicatement à la limite du précipice. Un simple nouveau souffle de vent pourrait nous faire basculer. Mais. Il y a la confiance. En ce Tout qui, soudainement, habite les êtres.
Le dessous remue mais ne donne pas le vertige.
Je me sens comme si je pouvais marcher sur ce vide sans jamais tomber.
A côté de moi, j’ai l’impression que Lïnwe dégage la même sérénité. A quoi donc ce calme est-il dû ? Sans doute à une alchimie interne dont nous ignorons les composants. Mais qui dégage une forme de bien-être confiant.
On ne connaît pas forcément tout ce qui se trame dans notre corps.
Comme je n’ai jamais compris de façon rationnelle ce qui se passe en moi chaque fois que je vois mon frère étoilé. Et, d’un côté, je n’ai pas besoin de comprendre. Parce que je le sens -ce bonheur intense. Ca me suffit.

Lïnwe parle. Le paysage paraît vibrer sous ses mots.
Je ne le regarde pas.
Mais l’écoute avec une tranquille attention.
Tout mon corps s’est relâché, sur cette île d’ailleurs.
Les tensions, les questions, le stress et la peur de l’avenir, plus rien n’existe en cet instant. En fait, le monde dans lequel nous vivons habituellement n’est plus ; éloigné, il n’y a plus que nous, un toit en guise de radeau et nous nous éloignons sur un fleuve que nul autre ne connaît.

-La magie de certains lieux, je réponds dans un murmure. Construire et déconstruire les choses. De façon imperceptible. Juste assez pour ne jamais se lasser.

Inspirer l’air frais. Le nocturne plein les narines.
Rien ne bouge.
Alors que tout s’agite dans les rues.
Mais je ne vois plus rien. Plus rien que ce monde qu’on a construit, le temps de quelques minutes de pause.
Les toits de Pré-au-lard ont des capacités magiques. Celles de réinventer le monde. A chaque fois. Et nous, nous l’accueillons. A bras ouverts.
Se laisser embarquer.
Pour cette folle traversée.
Dans des contrées inconnues.
Le temps de quelques minutes.
Où, enfin,
Il est possible de
Souffler.




Fin du rp. Merciiiii pour tout ♥
Contenu sponsorisé

Montagne et hauts sommets - Page 14 Empty
Re: Montagne et hauts sommets
Contenu sponsorisé, le  

Page 14 sur 15

 Montagne et hauts sommets

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.