AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 8 sur 11
Collines de Loutry Ste Chaspoule
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant
Cassiopée Stava
Serdaigle
Serdaigle

Première convention annuelle du tricot divinatoire de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Cassiopée Stava, Dim 28 Aoû 2016, 12:14


Les effluves de chocolat se propageaient dans la foire en de délicieuses volutes. Cassiopée contemplait avec amusement le changement subtil se produisant sur le visage des passants lorsqu'un courant d'air fortuit amenait à leur nez l'odeur irrésistible. Les narines frémissaient, les pupilles se dilataient et les bouches s'entrouvraient laissant parfois transparaitre un filet de salive. Certains laissaient échapper un soupir extatique, d'autres se dirigeaient vers l'objet de leur  convoitise à la manière de somnambules. La jeune femme avait omis de prendre de l'argent. Avec une petite grimace de dépit elle sortit une granny Smith de son sac et croqua à pleines dents dans la pomme verte.

Derrière un étalage une sorcière l'aborda. Elle était jeune comparée à ses compagnes, une petite cinquantaine. Là où les autres étaient maigres et toutes de noir vêtues, celle-ci était plutôt replète et arborait un appendice multicolore au sommet de son crâne que Cassiopée identifia comme étant un chapeau. La sorcière se tordait nerveusement les mains en jetant des coups d'oeil fébriles aux rares visiteurs malencontreusement égarés qui se demandaient surement ce qu'ils faisaient là. Prise d'un élan de compassion, Cassiopée s'approcha de l'étalage recouvert d'un plaid jaune vif où trônaient pitoyablement quelques pelotes de laine emmêlées. Reprenant contenance, la sorcière déclama d'une voix qui se voulait sans doute mystérieuse "Bonjour ô étrangère, je me nomme Circé, maîtresse devineresse, si le cœur vous en dit je peux vous dévoiler ce que vous réserve les routes tortueuses de votre avenir à l'aide des arcanes secrètes du tricot divinatoire !". Cassiopée lorgna le châle fleuri qui portait la mention "pour mamie Rose" mais ne dit mot. Pendant ce temps, ses doigts s'activaient sur le morceau de ficelle trouvé dans son sac et un instant plus tard, elle tenait une minuscule chouette entre ses mains. D'un coup de baguette distrait, elle l'anima et le petit oiseau de ficelle prit son envol. La jeune fille avait un certain talent pour le sorts inutiles. Le faitlamalle, en revanche semblait désespérément rester en dehors de ses capacités. Circé, ou plutôt Rose, la suivit en clignant des yeux avant de se retourner vers Cassiopée. Elle avait du prendre le sortilège pour un assentiment puisqu'elle asséna d'une traite "je vous prédis une rencontre proche et un futur heureux même si des obstacles se dresseront sur votre chemin, un jour vous vous écorcherez le genou mais ne vous inquiétez pas je connais un très bon antiseptique, vous vous marierez ... Ou peut-être pas ... Mais vous aurez des enfants, un ou deux ou trois ou quatre ou sept". Cassiopée hocha un sourcil. "C'est écrit là " ajouta Rose, ou Circé en lui tendant précipitamment une boule de nœuds choisie au hasard. Cassiopée lui souhaita une bonne journée en la remerciant poliment.

Elle avait à peine fait quelques pas quand elle la vit s'approcher d'elle une jeune fille, peut-être 15 ou 16 ans. Honnêtement, Cassiopée n'avais jamais été douée pour deviner les âges. La fille était belle, sans doute, mais le portrait était chamboulé par ses yeux. Des yeux où brûlait une lueur de folie pure, dangereuse, des yeux qu'on aurait pu imaginer briller dans le noir, des yeux qui vous disaient "je suis folle et j'en ai douloureusement conscience". Et puis la fille ouvrit la bouche. Sa voix était hésitante, fragile, contrastant radicalement avec ses deux yeux flamboyant

-Euh, excuse-moi ? Tu ne serais pas à Serdaigle ?

Cassiopée regarda la fille, plongeant ses étranges yeux vairons dans le regard fou. Son œil droit, le gris, semblait tourbillonner en de lentes volutes, signe d'intérêt manifeste. La folie est sœur de l'étrangeté, et Cassiopée aurait pu être la personnification anthropomorphique de cette dernière. Alors elle sourit et dit :

- En effet, enchantée de faire ta connaissance. Tu es à Serdaigle, j'imagine ... Que penses-tu du principe anthropique faible tel que le développe Brandon Carter ?

Puis elle inclina la tête et attendit la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Erundil Trismegiste, Dim 28 Aoû 2016, 16:07


Réhydraté pour le moment, je laisse le temps se précipiter et les stands défiler sous les yeux. D’autres livres. D’autres pelotes de laines. Il y avait aussi un stand pour les néophytes voulant s’essayer à cet art. C’est vrai, je suis curieux. Mais pas à ce point.
Je les ai juste observé quelques minutes. Certains s’appliquaient vraiment. D’autres faisaient, semble-t-il, n’importe quoi. Pas intéressé et plutôt moqueur. Hmm, non, je ne vais pas le juger, qu’ils fassent ce qu’ils veulent.

Des rieuses ridées derrière leur laine me fait me rendre compte qu’en fait, une telle mystérieuse activité laineuse peut être amusante… Difficile à y croire. Je crois que c’est un cercle très fermé, en vérité, une sorte de sectes de personnes jeunes depuis des décennies et des décennies qui ne se comprennent qu’entre elles. Je dis elles aussi parce que ce ne sont presque que des femmes. La discrimination est là, béante comme une blessure vieille depuis des siècles, gangrénée par la surdité de quelques uns prenant le risque de diriger à leur façon.

Les entendre rire, ces dames qui me rappellent ma grand-mère, me fait sourire tout en se mêlant à une pointe de nostalgie. Je conserve leur bonne humeur en continuant de me perdre dans les stands. Plus je les entends vivre, ces anonymes de la magie à la connaissance écartée par des raisons diverses auxquelles je ne m’abandonnerai pas aujourd’hui. Je les vois s’amuser, vraiment, sincèrement. Est-ce aussi amusant que ça ? Ou alors elles ont pris quelque chose avant histoire de ne pas trop s’ennuyer ?  En tout cas, je suis intrigué. Et comme par magie, nait en moi un début d’envie d’essayer. Juste pour voir. Que je me fasse ma propre idée.

Puis, retour vers la réalité. Une personne à mes côtés, sur mon épaule se pose délicatement, elle m’interpelle. Je découvre d’abord sa voix. Douceur et fraîcheur, on imagine un sourire. Puis me tourne, et découvre son visage. Ce genre de visage au regard percutant qui te ferait oublier l’existence même des maux sur terre. Alors je m’attache un instant à ces perles dominant un visage d’une fille, une fille que j’ai déjà croisé, effectivement, comme elle en train d’expliquer. Anna qu’elle s’appelle. Oui, mais je n’avais pas vu ce regard. Je reconnais toutefois ses cheveux qui ondulent timidement et qui glissent élégamment sur ses épaules. Une Serdaigle ? Oui, je me souviens, elle était assise à la bibliothèque. Je l’y ai vu plusieurs fois même…

- Enchanté Anna. Moi c’est Erundil. Oui, je crois t’avoir déjà aperçu à la bibliothèque. J’y passe pas mal de temps, alors on commence à remarquer les gens qui y viennent.

Tentant d’être aussi souriant. Echec probable, mais tant pis. C’est vrai qu’il est amusant de croiser d’autres Serdaigle dans un coin pas mal paumé…

- Je crois bien que j’ai aperçu une autre Serdy tout à l’heure. Une fille aux cheveux roux…

Une image, un poème déchire mes pensées à ce moment. Deux secondes, je suis ailleurs, transporté dans l’effluve des proses roses qui dégoulinent de passions sur les mots doux. Je reviens à moi.

- Enfin bon. Et donc, qu’est-ce qui a pu te pousser à venir à une telle convention ?

Je maintiens l’espoir que ma curiosité n’est pas trop déplacée. Je me plonge à nouveau dans son regard en attendant une potentielle réponse.

En restant attentif à cette odeur de chocolat chaud …
Revenir en haut Aller en bas
Sora Okinawa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Sora Okinawa, Mer 31 Aoû 2016, 19:02


Elle avait disparu. Je ne la voyait plus. M'arrachant à ma contemplation qui maintenant n'était plus que de vide, je la cherchais du regard. Elle avait véritablement disparu dans la foule. Kuso. Ah ! J'avais une idée ! Kaijin, postée sur mon épaule gauche, allait me servir. Je lui glissa l'ordre de s'envoler et de retrouver la fille que nous venions de voir. La petite chouette chevêche cendrée s'envola et fini bientôt par planer au dessus d'une zone. Fendant rapidement et discrètement la foule, je m'approcha de la zone pour y voir deux jeunes filles en train de discuter. L'une d'elle était la fille que je cherchais, l'autre était une fille que j'avais déjà vu. J'en étais sur. M'approchant des deux, j'eus le temps d'attraper la fin de la phrase que prononçait la rousse :

- ... penses-tu du principe anthropique faible tel que le développe Brandon Carter ?


Okay, cette fille était elle aussi Serdaigle. Sur et certain. Il y a que des Serdaigles pour sortir ce genre de trucs. J'étais enfin à la hauteur des deux filles qui discutaient. M'incrustant dans la conversation, je glissa mon discours :

- Bien le bonjour, mesdemoiselles ! Serdaigle, n'est-ce pas ? Je m'appelle Sora, Sora Okinawa. Je suis moi aussi à Serdaigle, ravi de vous rencontrer. Au passage je connais assez mal ce principe, mais je pense qu'il est très complexe et difficile à aborder dans un cadre comme celui-ci. Après tout nous sommes ici, donc l'univers nous accepte, non ? Marquant une petite pause pour laisse les filles assimiler ce que je venais de dire, je repris. A qui ai-je l'honneur ?
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Anna Schomann, Jeu 01 Sep 2016, 02:09


Je ne connaissais pas encore son nom, mais j'appréhendais déjà sa réaction. J'espérai quelque part qu'Erundil ne serait pas comme lui, comme celui dont l'âme s'était trompée de vie. Un esprit bien trop brûlant pour une vie glaciale et inerte. J'espérais ne pas avoir à faire face à cette réaction froide et à la limite de politesse et un visage fermé avec aucune pointe d'émotion. J'avais sûrement peur que celui que je connaissais ne soit pas « unique », qu'il soit un dérivé, une copie. Plus je réfléchissais, plus une boule se nouait dans mon ventre, plus je craignais sa réponse. Ma raison savait que ce genre de choses n'était qu'un amas de clichés, mais il était plus fort que moi de penser qu'ils pouvaient être semblables. Seulement, ce court temps de réflexion s'estompa avec la voix du bleu et bronze.

« Enchanté Anna. Moi c’est Erundil. Oui, je crois t’avoir déjà aperçu à la bibliothèque. J’y passe pas mal de temps, alors on commence à remarquer les gens qui y viennent. »

Erundil, quel prénom énigmatique et pourtant qui sonnait si doux à mon oreille. D'où cela pouvait-il venir? En réalité, tout chez lui était convivial, de la tonalité de sa voix à l'expression sereine et amicale de son visage. Il était évident qu'il tentait de me sourire et j'appréciais l'effort, malgré sa maladresse certaine. Ma crainte intérieure se calmait petit à petit et me laissait découvrir ce nouvel acteur de ma vie. J'aimais toujours découvrir de nouvelles personnes et mon instinct me signalait un personnage plein de surprise. D'après ce qu'il me disait, il était l'une des rares personnes à m'avoir remarquée à la bibliothèque. Certes j'y passais les cinq sixième de mon temps, mais il m'était habituel de me fondre dans l'ombre des murs, d'où ma surprise.

« Je crois bien que j’ai aperçu une autre Serdy tout à l’heure. Une fille aux cheveux roux… »

Une fille aux cheveux roux ? Parlait-il d'Emily ? Je ne voyais pas d'autres personnes à la crinière rousse dans ceux de mon entourage. Pendant quelques secondes, j'avais eu l'impression que sa voix avait changé pour devenir pensive, presque suave... Mais la suite de sa phrase éclipsait ma pensée.

« Enfin bon. Et donc, qu’est-ce qui a pu te pousser à venir à une telle convention ? »

A cet instant j'avais mon sac en papier entre mes doigts. Mon regard délaissais les yeux de mon interlocuteur pour se poser sur l'objet. S'intéressait-il vraiment à la raison de ma venue ? En tout cas je m'empressais de lui répondre.

« J'étais à la recherche d'un cadeau et ma mission est accomplie. Et toi, quel motif a pu amener un élève de Poudlard dans un endroit si reculé ? »

En attendant sa réponse, mes yeux commençaient à regarder autour de moi pour chercher un éclat de rousseur se distinguer dans la foule, mais sans résultat... Lançons une chasse au trésor.

« Veux -tu que l'on cherche cette mystérieuse chevelure de feu ensemble ? »
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Erundil Trismegiste, Mar 06 Sep 2016, 21:27


Son regard à la couleur d'étain éteint toute fureur en moi. Et déteint son humeur sous forme de sourire, en moi.

Elle me parle un petit peu. Un cadeau. C'est une adorable attention. Son regard s'est empressé de dévisager l'objet qui fera sourire quelqu'un. Ou plutôt quelqu'une, car j'ai le sentiment que ça plairait davantage à une dame. Peut-être une demoiselle. Quelqu'un de proche en tous les cas, si elle s'est sentie le courage de venir dans une telle bourgade.

Je me laisse bercer par sa voix un petit instant. Et par la musique des gens tout autour. Et enfin apercevoir ces étoiles qui défilent de stand en stand, de monde en monde. D'univers en univers.

- Un cadeau d'ici. C'est plutôt original. Je suis persuadé qu'elle aimera. On va dire que c'est toute cette divination autour de nous qui me fait deviner cet avenir assez proche.

Je me laisse divaguer, je me prends au jeu, en m'imaginant extralucide. Bien spur, je ne vois rien. C'est juste ce que je lui souhaite, que son cadeau fasse sourire l'autre. Et puis elle aussi. Pourquoi je ne dis pas ça, tout simplement …

- Mon motif. Ma mère. Elle est une passionnée de tout ce qui touche à la Divination. Mais elle travaille en ce moment, alors elle m'a donné la mission de venir ici et de recueillir des informations.

Je montre alors le livre que j'ai récupéré tout à l'heure.

- Ca suffira.
Petit sourire amusé.

Proposition de se balader, à la recherche de la serdaigle rousse.

- Tu proposes une nouvelle mission ? Et bien pourquoi pas !

Je me prends un peu plus au jeu. Je m'imagine un peu trop dans le délire. Mais après tout, la vie est une aventure. Et c'est amusant de se laisser aller. Je devrais le faire plus souvent.

- Mon pouvoir de Divin me conseille fortement de suivre cette odeur de chocolat chaud …

J'essaie de prendre un air sérieux. Un air qui pourrait faire croire que je suis en transe, en train de voir le chemin à suivre. Mais mon sourire en coin me trahira sûrement.

En attendant sa réponse, je diminue la taille du bouquin d'un simple coup de baguette magique. Puis engouffrement dans le fourre-tout. Le voilà en sécurité, et me voilà les mains libres pour sentir la fraîcheur d'un vent caresser les doigts, comme s'il cherchait à me tenir la main. Je sers un peu la poigne, me croyant prendre celle de la brise.

Je la regarde à nouveau. J'attends simplement sa réponse. EN espérant qu'elle comprendra. Avant de partir à l'aventure, c'est important de ne pas partir le ventre vide. N'est-ce pas ? Ce serait folie ! Alors, que décidera-t-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Sam 10 Sep 2016, 22:01


Haleine chocolatée,
Yeux fiévreux.
Paroles envolées.
Direction aux cheveux de feu.
Jambes molles.
Bras ballants.
Allure de folle.
Pieds souffrants.

Rhooooow. Elle a de beaux cheveux. Je peux toucher ? Oui ? Non. Reprends-toi Mary, reprends-toi... Allez ! Non mais quand même. C'est Zoli. Et puis quoi encore. Je pète les plombs. La grossièreté me quitte, je deviens complètement timbrée. Des taches, pleins pleins de taches sur son nez. Faut frotter. Je prends de la salive. Hop. J'approche pas main pour nettoyer. Je reprends mes doigts. A temps. Oublier le ridicule. Ça ne tue pas, certes, mais ça fait une bonne réputation celui-là. Nouvelle baffe. Je me fous de qu'elle pense la rousse. Tant que ça me permet de garder mes idées un peu plus claires. Stupide Mary, stupide. Elle te parle. Faut vraiment qu'elle achète du savon.

-En effet, enchantée de faire ta connaissance. Tu es à Serdaigle, j'imagine ... Que penses-tu du principe anthropique faible tel que le développe Brandon Carter ?

--L'aider ? Une banalité. La voir se morfondre ? Un plaisir pour les yeux.
-Faire le mal, c'est mal.
--Faire le bien, c'est bien.
-Une notion connue donc. Pourtant, vous ne semblez pas suivre ce conseil.
--Tout simplement parce que c'est puéril.


Hum. Pas méchante. Gentille. Tachetée. Je passe une main dans ma chevelure. Geste c*n oui. Mais la ligne qui se forme entre mes cheveux pour les séparer en deux parts égales est tout simplement... Moche. Avis subjectif, bien évidemment. Oui, des cheveux. Je savais pas que j'en avais. Je secoue la tête. Secoue la tête. Je passe mes doigts dans des mèches. Emmêlées. Des nœuds. Coiffure ébouriffée. Youhouuuuu.

-Enchantééee yaussi. Enfin, ravie de te rencontrer. Tu as bien imaginé, je suis à serdaigle.

Faut pas oublier la question ! Oui, le principe anthropique faible. Brandon Carter. Comme si j'étais devin. Je suis une aigle. Je dois le savoir. Je fouille dans ma mémoire. Des bribes, des bribes Grâce à Anna. Foutu univers. Pourquoi a-t-il besoin d'être si compliqué ? Nous sommes ici, on n'a qu'à faire avec. Si notre venue dans le monde est autre chose qu'une coïncidence, un truc tellement gros comme un ballon mais pas assez terre à terre, le jour où l'homme apprendra la vérité... Bah ce serait une grosse pagaille. Des garçons avec des épées et des princesses à sauver. Si cette pu**** de réalité est trop dure, on tombera de bien haut. Hé ho, le P.R.I.N.C.I.P.E

-Ce que je pense c'est que ce principe, cette idée, en est une parmi d'autres. Le hasard, le non-hasard. Les théories, les croyances. Je pense que certains imaginent des choses tirées par les cheveux parce qu'ils ne supportent pas ne pas savoir. Mais au fond, qui suis-je pour dire ça ? Si ça se fait, la réponse a déjà été donnée. Ou pas. Mon avis est neutre. Et j'aime pas tes taches.

Shbam. Gifle.

Tu comprendras.
Toi qui liras.
Que en ce moment,
Ça par vraiment
Un peu partout.
Dans les coins,
Dans les choux.
A tel point.
Que l'auteur lui même devient fou.

Ma tirade terminée, j'entends une voix parler près de moi. Beaucoup trop près. Sora. Le gars ayant gentiment proposé. L'action et la vérité.

-Bien le bonjour, mesdemoiselles ! Serdaigle, n'est-ce pas ? Je m'appelle Sora, Sora Okinawa. Je suis moi aussi à Serdaigle, ravi de vous rencontrer. Au passage je connais assez mal ce principe, mais je pense qu'il est très complexe et difficile à aborder dans un cadre comme celui-ci. Après tout nous sommes ici, donc l'univers nous accepte, non ? A qui ai-je l'honneur ?

Sorrrrraaaaa. Mais oui. Sourire tordu. Quant à mes yeux, ils sont Inconntroolableuh. Affreux. J'enfonce un peu mes deux indexes sur les globes. Rien. Par contre, je peux cligner. Mais Sorrraaaaaaaa. L'asiatique. Choupieeeeeeee. Je crie. " Mais je suis Mary, tu le sais très bien. ". Après quoi, je termine par un gros calâigles.

-Arrêtez ! Elle semble plus que perturbé.
--Je ne fais plus rien. Ce qui est merveilleux.
-Je ne comprends pas.
--A force de se sentir folle, elle l'est devenue.
-...
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée Stava
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Cassiopée Stava, Dim 11 Sep 2016, 11:33


Cassiopée regarda la Serdaigle nerveuse se passer la main dans les cheveux encore et encore, jusqu’à ce qu’ils deviennent aussi emmêlés que les siens.

-Enchantééee yaussi. Enfin, ravie de te rencontrer. Tu as bien imaginé, je suis à serdaigle.

La question n’avait été qu’une simple formalité. Elle attendit patiemment la deuxième partie de la réponse, celle qui la passionnait depuis qu’elle avait dépassé la page 195 d’Une brève histoire du temps. Lena-Alma Vaticinus, quant à elle était une fervente partisane du principe anthropique fort, ce qui était compréhensible puisque les constellations n’existaient que dans le référentiel terrestre. Cassiopée, qui portait d’ailleurs le nom d’une constellation, croyait plus volontiers le pendant faible de la théorie, d’ailleurs, qu’en disait son interlocutrice ?

- Ce que je pense c'est que ce principe, cette idée, en est une parmi d'autres. Le hasard, le non-hasard. Les théories, les croyances. Je pense que certains imaginent des choses tirées par les cheveux parce qu'ils ne supportent pas ne pas savoir. Mais au fond, qui suis-je pour dire ça ? Si ça se fait, la réponse a déjà été donnée. Ou pas. Mon avis est neutre.


Visiblement son interlocutrice restait perplexe quant à la théorie.

- Et j'aime pas tes taches

Cassiopée regarda son t-shirt maculé de résine et de terre d’un air triste. Quand on a des taches de rousseur on finit par l’oublier, voyez-vous ? Quand on demande à quelqu’un de se décrire physiquement, il ne précisera que les détails un peu insolite de son anatomie ou qui aideront à le reconnaître : personne ne précise la teinte de sa peau à moins qu’elle soit très claire ou foncée. Les taches de rousseur c’est assez commun alors personne n’y pense et encore moins en tant que « taches ». Cassiopée ne faisait pas exception à la règle.
Ses divagations furent stoppées net par le claquement sec d’une gifle autoassénée de … comment s’appelait-t-elle ?

-Bien le bonjour, mesdemoiselles ! Serdaigle, n'est-ce pas ? Je m'appelle Sora, Sora Okinawa. Je suis moi aussi à Serdaigle, ravi de vous rencontrer. Au passage je connais assez mal ce principe, mais je pense qu'il est très complexe et difficile à aborder dans un cadre comme celui-ci. Après tout nous sommes ici, donc l'univers nous accepte, non ? A qui ai-je l'honneur ?


Un parfait résumé du principe anthropique faible ! Enfin,  quelqu’un qui partageait ses convictions ! Cassiopée adressa un grand sourire au nouveau venu, Sora, puisque c’était son nom.

- Mais je suis Mary, tu le sais très bien.


Miss folle s’appellait Mary, d’accord, et visiblement, les deux se connaissaient déjà … Est-ce que … Cassiopée pris soudain conscience qu’elle était censée répondre.

- Je m’appelle Cassiopée Stava, ravie de faire ta connaissance !

Elle fut soudain frôlée par un oiseau qui piquait en rase-motte à la poursuite d’une petite chouette en ficelle qu’elle connaissait bien. Elle sortit sa baguette.
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Anna Schomann, Jeu 15 Sep 2016, 23:40


LA d'Erundil

Un regard sur ses mains, un coup d'œil sur ses yeux, mon attention redirigée sur ses mots, Erundil devinait avec beaucoup d'habilité à qui ce cadeau était destiné. « Elle », comme il l'avais relevé, devais-je croire qu'il était ici pour les mêmes raisons, ou aurait-il un talent pour la divination ? Ma propre pensée m'arrachait un sourire dissimulé. Quoi qu'il en soit, le jeune homme s'était empressé de répondre à mon interrogation quelques secondes plus tôt. Seulement, une de ces phrases restait énigmatique dans mon esprit.

« Ca suffira. »

Il en était fini des « présentations indispensables pour bien vivre en société ». Je ne savais pas si ses mots avaient réellement ce sens, mais je le suivais dans cette direction. Après tout, une proposition bien plus alléchante tombait dans le creux de mon oreille.

« Mon pouvoir de Divin me conseille fortement de suivre cette odeur de chocolat chaud … »

J'avais imité son geste en rangeant à mon tour mon achat dans mon sac et lui fit signe pour s'enfoncer d'avantage dans la rue. La fumée alléchante se répandait sur la petite rue semblait rassembler tous les gourmands de la petite bourgade. Bien que son jeu d'acteur laissait à désirer, s'est avec un regard et un sourire joueur que je prenais dans son improvisation.

« Cher Mr Watson, me suivrais-tu dans cette piste aussi courte et surprenante que celle d'un parfum. Un parfum que seul un être dénué d'âme ne pourrait apprécier. Guiderais-tu mes pas sur cette route de gourmandise grâce à ton troisième œil. »

Nous avancions pour nous retrouver devant un petit stand. Une vieille dame, qui semblait à peine tenir sur ses jambes, était assise sur une petite chaise pliable de camping comme on en voyait il y a des décennies. Notre aînée prit notre commande et nous délivra de ses mains faibles et légèrement tremblante les deux tasses fumants. Elle nous apprit qu'en plus de contenir le meilleur chocolat que l'on goûterait de notre vie, la tasse était ensorcelée pour dévoiler une prédiction et se transformer en chocolat que l'on pourrait manger juste après. Les yeux pétillants, je remerciais notre bienfaitrice [On parle de nourriture là], et me tournais vers Erundil pour lui demander s'il avait une piste. Seulement les mots dans ma tête s'étaient transformés au moment de quitter ma bouche, alors que mes yeux regardaient la scène qui se trouvait juste devant moi, effarés.

« Mary ? »

Une coïncidence sans nom, des Serdaigles, tous ici. Sora pris dans les bras de Mary et pour couronner le tout, une jolie rousse de notre âge ou presque.

« Je m’appelle Cassiopée Stava, ravie de faire ta connaissance ! »

Je regardais Erundil les yeux pleins d'incompréhension...

« Je crois que notre enquête touche à sa fin. »
Revenir en haut Aller en bas
Sora Okinawa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Sora Okinawa, Ven 16 Sep 2016, 18:22


Courtois.
J'étais toujours courtois, mais la pour le coup ça ne servait à rien. Je n'avais pas reconnu Mary, comme un débile. Mary, cette fille que j'appréciais tout particulièrement pour son côté barge, tantôt réservée, tantôt dévergondée. C'est une fille étrange et mystérieuse, comme je les aimes. Le vent frais et léger soulevait délicatement ses cheveux et ses yeux partis dans tous les sens rajoutait une touche amusante à cette fille unique. Alors que je finissais ma tirade d'entrée, Mary, qui avait visiblement perdu la tête, pour mon plus grand bonheur, commença a crier :

- Mais je suis Mary, tu le sais très bien !

Ensuite elle me sauta au cou, comme une fille retrouvant son petit copain, faisant au passage s'envoler Kaijin et Mizu. J'adore cette fille, juste pour cette réaction. Qui sauterais au cou d'un amis comme ça ? Qui, à part une personne comme Mary ? Je me le demandais bien. Pendant qu'on s’étreignait, je fermais les yeux, en me concentrant sur le bonheur ressenti pendant cet acte. Je n'ai eu qu'a de rares occasions d'expérimenter ce genre de choses. Cette sensation de bonheur me fit sourire malgré moi, et je profita de l'instant présent pendant autant que possible.


Pendant le câlaigle, la rousse m'avait répondu : elle s'appelait Cassiopée. Un nom étrange et mystérieux, mais tout aussi intéressant et beau. De l'autre côté, deux autres personnes nous avaient rejoins : il semblait que c'était deux autres serdaigles : Anna Schomann et Erundil Trismegiste. Accueillant ces nouveaux venus avec un grand sourire pendant que Mizu et Kaijin atterrissaient sur mes épaules, je prononça encore quelques mots :

- Deux autres aigles ! Yabai ! Au fait, pourquoi sommes-nous venus ici ? Ça pourrait drôle de se raconter de petites histoires, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Erundil Trismegiste, Sam 24 Sep 2016, 14:07


L'atmosphère se libère dans mes poumons. Je respire et admire son prénom. Je la laisse inspirer ces moments, quand elle nous envoie vers le stand de chocolat chaud. La chaleur, et les effluves me rappellent comme il est doux de s'abandonner dans les gestes d'un être fabuleux. Comme celui-ci.

La voici qu'elle me mène encore. Je ne fais rien. Je la suis juste. Vers d'autres élèves.

- Ma divination sera peu utile cette fois-ci. Tout est déjà écrit juste devant nous.

Mes paroles, quand devant nous paraît le tableau de plusieurs Serdys. Mystère résolu. Tristesse d'une fin précoce. Alors que j'aime prendre mon temps. Ma comparse du moment semble également déçue. Alors, pour essayer de l'amuser encore un peu, je continue le jeu.

Voyons … Un jeune homme demande que chacun présente sa présence. Je l'éxamine, je l'observe. Sur l'instant, je tente d'observer chacun de ses gestes. Cette veine sur sa tempe gauche qui palpite au rythme de son coeur, montrant aisément les sentiments du moment présent. Il semble heureux d'avoir eu un instant dans ces bras, cette autre Serdy. Donc on peut supposer qu'en plus de se connaître, il l'apprécierait plus que d'amitié ?
Hélas, cette autre personne à l'embrassade facile en cet instant et pour ces amis, sa folie, sa beauté explosive ne s'empresse pas à aimer de cette façon, mais plutôt aimer l'instant présent dans son Tout. Ou du moins en apparence. Élégante existence. Les yeux du jeune homme se fondent bien dans le ciel. Cela est beau et plaisant. La rouqine, celle aperçue plus tôt. …. Une étoile dont son existence hasardeuse fait chavirer la pensée. Plus complexe à discerner que ces comparses. Elle se laisse vagabonder sans prendre en compte certains risques, certaines évidences qui sont évidences pour une majorité mais pas pour elle. Un sourire frole continuellement son visage. C'est une optimiste, aimant la vie comme on aime le moment où ronronne en nous l'envie d'aimer et d'être aimé. … Se sent-elle seule ?


…Je m'égare trop… Avant de me perdre, je me tourne complètement vers ma comparse.

- Peut-être que l'histoire ne fait que commencer …

Sourire simple mais sincère. Puis je lui fais résumé de ma pensée, tout ce que j'ai pu me dire ces dernières secondes sur les trois personnages.
Puis je la regarde. Je pense sincèrement qu'il y a du divertissement dans l'air, si on se donne l'envie de jouer. Le comprendra-t-elle ? L'acceptera-t-elle ?

Les autres Serdys vivent leur vie simplement. Je me permets d'être acteur et d'agir. Tout en profitant du chocolat chaud que Madame Holmes m'a gentiment porté à la main. Je le savoure. Je les observe. De la folie, de la jeunesse. Des gens qui aiment, et ont simplement envie. Mais envie de quoi ? D'aimer ou être aimer ? De plaire ou de faire plaisir ? De satisfaire ou d'être satisfait ? L'engouement de l'instant m'amuse naturellement. Puis je les vois, eux.

- Autant de Serdaigle en un même moment. Bonjour à vous tous.

Je suis pas si loin d'eux. Pourquoi nous sommes ici ?

Il y a peu, je parlais à l'oreille de Madame Holmes des ambitions de chacun. Peut-être aura-t-elle accepté mes pensées, ou peut-être que les siennes sont différentes. Mais dans tous les cas, nous sommes un peu plus avancés sur leurs ambitions à eux. Lui par exemple semblant vouloir vivre le présent. Certes ne comprenant pas l'instant, mais vivant quand même, et de ce fait étant passionnant.

- Bonjour les Serdaigle. Moi c'est Erundil, enchanté de vous rencontrer ici, dans ce coin un peu paumé.

J'ai bien assez parlé pour une conversation. Je retourne dans mon crâne, revenant dans l'observation, et observant l'un après l'autre, ou plutôt l'une après l'autre, ces personnes nous faisant face.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Sam 08 Oct 2016, 20:17


Alors là !
Dans ses bras.
Elle hume les odeurs.
Erreur.
Comment a-t-elle atterris ?
Contre un ami ?
Si l'on puis l’appeler ainsi.

La raison me frappe de plein fouet. Elle me gifle plus violemment que mes propres baffes. Sora. Dans mes bras ! Qu'ai-je fait ? Je le repousse. Rho non ! Je m'en fous de ton opinion ! Je baisse les yeux pour regarder mes pieds. La gêne rougit mes joues. Tout rose ! Je relève la tête. On ne peut pas dire que je sois tout à fait à mon aise. C'est affreux. J'en ai des frissons. Mes paupières papillonnent. Sors de mon crâne stupide folle ! Sors ! Des larmes perlent sur mes joues. J'ai pas envie de mourir. Juste de me transformer en souris... Peut-être que je dois me spécialiser en métamorphose...

-Désolé... Sora. Je ne sais pas ce qui m'a pris, je bafouille.

Mes excuses faites, je prends le temps d'observer le monde qui m'entoure. Tout sauf croiser le regard de l'asiatique. Cassiopée - j'avais entendu son prénom lors de l'étreinte - est en pleine observation des deux oiseaux de Sora. Je promets que z'achètes du savon le plus tôt possible ! Mais y'a d'autre sherdysssssss. Anna la saoule. Erundil le danseur. L'une me regarde bizarrement, l'autre nous salue aimablement. Je dis bonjour distraitement. Mon ventre gargouille. J'ai faim. Non, pas encore. Si. Non. Va leur faire un câlin. Et je te fous la paix. Je te crois pas. T'as rien à perdre.

--Je rigole. Encore et toujours.
-Je pleure. Maintenant et à jamais.
--Elle se convainc seule de faire des choses.
-Tout est ta faute.
--Rappelles toi que je ne suis qu’éphémère.

J'observe d'un œil discret mes camarades. Qui sait ce qu'elle peut me faire faire ? Je peux les frapper ? Mettre un coup de poing ? Sentir ? Manger ? Elle a faim. J'ai faim. J'ai peur. Je chiale. Je sens que. Quelque chose part en cacahuète. Dans mon esprit. Dans mon corps. Je perds le contrôle. Encore. Je pense à Cassiopée. Et ses paroles à tirer les cheveux. A Sora. Et ses banalités. A Anna. Et l'alcool. A Erundil. Et sa danse. A tous. Puis je sombre. Je plonge dans le néant. Je plonge dans la perturbation. Je plonge partout. Je ne suis plus. Adieu Mary. Contente de t'avoir perdue. Un moment ? Une journée ? Une éternité ?

Regardons. Dévorons. Perturbons. Un. Je fonds sur Elle, la tache. Je touche de mes doigts la rousseur. Sale sale sale. Je me souviens. Dégageons. Observons. Parlons.

-Toi, je te propose. Euh. Bah tu sais quoi. Je te laisse me donner ton point de vue sur... Le stéréotype. Rien de scientifique. Ou alors... Bennnn la pollution. Je sais pas moi. C'est vaste.

Observons, Goûtons, Changeons. Deux. Je tourne, regarde Erundil. Sa peau si brute. Son visage étrange. Pendant quelques secondes, je redeviens Mary. Mais ça ne dure pas assez longtemps. Juste un changement de regard, rapide. Ma main, ta main, notre main caresse sa joue, contourne sa mâchoire... Ma main, ta main, notre autre main se pose à l'opposé de la première. Elles forment une jolie cou-coupe. Et nul ne sait, ni la Mary Folle, ni la Mary torturée laquelle des deux va poser ses lèvres sur les siennes, et l'embrasser.

Lèvres décollées
Regard pétillant.
Joues colorées.
Yeux languissant.
Esquisse de sourire.
Passons au suivant.
Anna, on va rire,
En dansant.

Je la regarde. Je ricane. Elle est si jeune. Nous sommes si jeunes. L'avenir. Pour le meilleur. Et pour le pire. Nous ne sommes rien. Dans ce cas, pourquoi ne pas danser ? Elle nous l'avait Jadis proposé. Mes yeux fous dans les siens, je lui demande, d'une voix vibrante ;

-M'accordeS-tu cette danse ?


Hrpg: Désolé pour l'attente et pour, ça. Je pense que plus Wtf que ça, j'ai jamais fait.
Revenir en haut Aller en bas
Cassiopée Stava
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Cassiopée Stava, Ven 21 Oct 2016, 22:04


Deux mots. « Petites Histoires ». Et Cassiopée bascula dans le monde mystérieux de ses élucubrations pour échapper à son ennemi mortel : l’ennui.

Deux mots suffisent pour classifier une personne, parfois. La trier, la ranger dans une case dont les côtés forment un quadrilatère hermétiquement clos. Bien sûr, une case est un polygone : rajouter une autre dimension suffit pour s’en échapper. Mais beaucoup des gens sont plats. Ne dit-on pas sans profondeur ? Il leur manque cette troisième dimension, qui leur permettrait de s’en évader, de briser les codes, de traverser les murs … Et pourtant, ces cases sont mobiles : même en l’absence de troisième dimension spatiale, il est possible de sortir d’une case. Comment, me direz-vous ? Le Temps est la réponse. L’évolution. La quatrième dimension. Mais certains y tiennent à leur case. Bien confortable, ils rechignent à la quitter comme on refuse de sortir de sa couette en hiver. Une case, ça peut être confortable, on s’y adapte et on la transporte avec soi sur l’axe du temps comme une tortue trimballe sa carapace.

Cassiopée revint à elle quand la folle fondit sur son nez, pour le frotter avec vigueur. Surprise, elle haussa un sourcil.

-Toi, je te propose. Euh. Bah tu sais quoi. Je te laisse me donner ton point de vue sur... Le stéréotype. Rien de scientifique. Ou alors... Bennnn la pollution. Je sais pas moi. C'est vaste.

Un sujet intéressant! Cassiopée inclina la tête, pensive. Rien de scientifique. Un « ou » exclusif alors, il lui sembla qu’elle devait choisir l’un des deux sujets.

-Le stéréotype, c’est un triangle, encore plus étroit que la case …

Mais la folle semblait se désintéresser d’elle. Alors elle se tu et détailla les nouveaux arrivants. Une fille, un … homme ? Son apparence semblait le clamer mais pourtant sa démarche et son regard disaient le contraire. Délaissant complètement l’arrivante, elle fixa l’inconnu :

-Quel âge as-tu ?
Revenir en haut Aller en bas
Sora Okinawa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Sora Okinawa, Ven 04 Nov 2016, 21:57


Ouhla. C'est le bazar. Je suis perdu. Enfin l'auteur est perdu. Bon sang. Je ne peux rien faire si il ne comprend rien, cet imbécile. Ah, si, ça y est. Il comprend maintenant. Bon, tu me fais faire des trucs oui ou non ? Ah, bah voila. No comment now, okay ?

Elle me repousse et change totalement de comportement. Owh, j'ai fait quelque chose de mal ? J'ai touché un endroit défendu ? Je ne crois pas pourtant... Pourquoi changerait-elle de comportement comme ça, en un instant ? C'est peut-être classique chez une fille, après tout ce ne serait pas unique à cette personne. Du moins je suppose. C'est une des premières fois que je suis dans cet état d'incertitude, pourquoi ? Je ne savais pas vraiment, pour le coup. D'habitude je trouve rapidement pourquoi, mais la, mystère total. Allais-je en apprendre plus dans les quelques minutes qui suivent ? Nous allons voir, mais quelque chose me disait que oui. Je trouvais toujours des réponses. Enfin, je crois. Elle était écarlate, la gêne avait pris place dans tout son être et des larmes perlèrent sur ses joues. Elle pleure ? Pourquoi ? Ai-je agit comme un pédophile ? Je ne voyait que la possibilité de l'avoir touché a un endroit privé pour avoir une réaction comme celle-ci. Changeant totalement de comportement, la gêne disparu en un quart de secondes et elle reprit son attitude précédente. Très étrange. Je l'écouta parler alors.

- Toi, je te propose. Euh. Bah tu sais quoi. Je te laisse me donner ton point de vue sur... Le stéréotype. Rien de scientifique. Ou alors... Bennnn la pollution. Je sais pas moi. C'est vaste.

Ah, nouvelles paroles. Cette fois-ci, elle semblait avoir retrouvé son attitude habituelle. Proposer à Cassiopée de lui parler d'un sujet, c'est sympas non ? Enfin, pas quand on tourne le regard instantanément après alors que l'intéressée commençait à lui exposer ses idées. Toujours étrange et déjantée cette Mary... Et changeante, d'après ce que j'ai vu. Tournée vers Erundil à présent, lequel était arrivé plus tôt et s'était présenté à tout le monde, elle posa sa main droite sur la joue de l'homme à l'apparence vieille, puis la main gauche, et fini par l'embrasser. Soudain, un picotement et une étrange sensation d'énervement s'empara de moi. Qu'est-ce que c'est ? Je ne savais pas du tout. C'était nouveau pour moi, une nouvelle sensation à découvrir. Qu'était-ce ? La question me trottait dans la tête alors que mes lèvres se crispèrent et mon poing se serra de lui même. Sur mon épaule, Kaijin poussa un petit hululement en tapotant le côté de mon crâne. Je n'étais jamais comme ça, et elle devait l'avoir ressenti. Tournant ma tête vers ma minuscule chouette qui me regardait, la tête penchée sur le côté et le regard pétillant et interrogateur, je lui chuchotai quelques mots et passant mon index sous sa tête, dans son plumage :

- Ne t'inquiète pas, ce n'est rien.

Tournant ensuite mon regard vers les deux tourtereaux, je laissai mon bras reprendre sa position normale. Voir ces images faisait monter en moi une sensation de refus, d'énervement, une volonté de les empêcher de faire ça. Détournant mon regard, je le posai dans le vide afin de réfléchir. Pourquoi ? Je n'étais apparemment pas satisfait de la situation actuelle. Pourquoi ? Je ne savais pas. Avais-je l'impression d'être délaissé, mis sur le côté ? Je ne savais pas vraiment. Je devais à présent, au lieux d'explorer, d'observer et d'analyser mon entourage, faire de même pour moi même. Quelque chose que je n'ai pas souvent fait, voir pas du tout. Voilà que maintenant, Mary proposait une danse à Anna. Pourquoi ces sentiment de refus et de colère grandissaient de plus en plus chez moi ? Je n'en savais rien, mais mon poing était de plus en plus serré et mes lèvres se crispèrent encore plus, chose que je n'arrivais pas à contrôler. Mais explique moi, toi qui m'écrit, pourquoi je ressens ça, bon sang ! Si ça continue, je vais devoir m'éclipser pour libérer ces sentiments étrange. Décidant d'observer une dernière fois la situation, j'essayais de cacher ces décisions incontrôlables de mon corps du mieux que je pouvais. c'était difficile, mais je devais y arriver. Cassiopée demandait l'âge d'Erundil, et Mary, de ses yeux un peu fous, regardait Anna, à laquelle elle avait proposé une danse plus tôt. Suis-je tant que ça un meuble ? Suis-je quelqu'un de seconde main que l'on remplace à la première personne venue ? Autant de nouvelles interrogations difficiles à élucider pour l'instant. Replantant mon regard dans le vide, j'essayais de cacher au mieux ma colère grandissante. Étrange...
Revenir en haut Aller en bas
Erundil Trismegiste
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Manumagie (Niveau 1)
Permis de Transplanage


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Erundil Trismegiste, Sam 05 Nov 2016, 12:18


Un pays s'embrase sur mes frontières. Un choc, tel était la probable sensation, dû à son inattendu. Cette demoiselle. Il ne me semble pas la connaître plus que … que Tout et Rien, que le Tout formant un, unité cosmique, onirique danse qu'elle propose maintenant à la comparse.

Baladante pensée, se mettant à déchirer les ondes, les vibrations. Ce sont torpeurs qui saccagent les vents magiques qui dégoulinent des mains de ces vieilles sorcières – pour la plupart – tissant destin sur du nulle part.

Pendant qu'elle propose un horizon valsant, je me permets une remarque :

- Je crois que ton petit ami n'apprécie pas cet humour, jeune amie.

Crispation. Frustration. Électron libre enchaîné par des pensées qui transpirent dans les traits de son regard. Noir. Torpeurs dans les ondes autour. Il s'égare dans le rien. Le vide. L'absence. L'oubli. S'oublie-t-il ou essaie-t-il d'oublier l'instant ? Pourquoi l'oublier ? Pourquoi ne pas l'accepter ? Même quand il est torture, il est l'enfant du livre, il est le soin des moindres maux.

Poing serré, broyant cœur déboussolé. Des pulsations encore se font vies à l'ombre de ses tempes. Son corps, ce royaume, grogne. Château en feu. Bateau chaviré. Regard ensanglanté. Je le laisse se développer intérieurement, sans chercher à lui apporter des mots pour former conversation.

L'étudiante rousse. Bataille d'automne qui fredonne passion tout en haut de son nom. Elle #stupefix par sa simple présence. Dans cet ensemble pittoresque, elle semble en son élément. Légère brise qui la caresse et fait frissonner le bout de ses mèches autour de son visage. Domaine du Divin.

Elle demande l'âge d'un inconnu.

- Mon âge…

Ah oui. Mon visage. A force d'être moi, j'oublie qu'il n'est pas très anodin.

- J'ai 16 ans. Et toi ?

J'attends sa réponse tout en observant les homologues Le jeune homme est touché intérieurement. Une autre bataille, celle-ci. Fusillade dans ce regard. Fatalité.

J'attends de voir la réaction de l'invitation. Danseront-elles dans l'osmose d'une fleur en pleine prose ?

...

Allez. La page n'est pas encore partie. Les pensées vont s'amuser un peu. Abandon vers l'incorrect. Le carbone cramé danse sur le bout de papier. J'enchante l'esprit d'un Erundil – Ami du Tout – qui frissonne de passion à la simple pensée des horizons. Non rien. Plus rien sinon sourire à l'abri des sanglots. Coeur à la mer, refrain des poèmes, pensée pour ces je t'aime qu ne se regardent pas. Celle-ci qui embrasse, lui qui n'y croit pas. Pensée pour ces deux là, ces belles promesses.

Les magnifiques …

Une chanson suinte sur ce moment. Puis repensée. Un baiser. Le pourquoi m'échappait. La raison, cela n’était pas. Juste le goûter du moment. Le Carpe Momentum de l'anodin, quand les refrains concèdent tout Erratum. Endeuillé par le départ d'une chaleur inconnue, mitraillé par lui qui semble être proche de celle-ci. A ces pays de colères, d'amours sincères, des pays pleins de vie, de frères, de mères et de chéri-e-s.



S'en est jamais assez, la folie. Dansons encore un peu, pourquoi pas. Je retaille la mine du crayon pour que Sourire soit son nouveau prénom.

Le tableau face à moi, des jeunes comme moi, perdus dans ce monde poussiéreux. Ce monde d'absolu et d'abandon. Ils ont osé vivre pour se retrouver ici. Oser. Mot Maître face aux maux. Maitres mots que le don d'être soi. La liberté les mène ici, pour que celui-ci s'emprisonne face aux lèvres de celle-là, et sa folie. La comparse, douce rencontre qui se peint du plaisir de vivre. Épicure, merci pour l'invitation, apprécier les plaisirs simples, sans regret, sans exagération, juste avec couplets, et puis passion. Elle m'enchante l'envie d'aimer même les plus tristes rivages, empoisonnés par la rage, car elle me rappelle que l'encre dessine à jamais nos prochaines lignes, et ce n'est pas la triste mine qui me fera dire non à Sourire. Alors, j'aime même le triste, car je sais que les rivages sombres de leurs mains peuvent un jour s'ensoleiller. Grâce à de telles sourires. Sûrement. Alors la boucle se boucle. Presque autant que celle-ci me demandant l'âge tantôt. Le cœur grinçant. Le voici qui poinçonne quelque peu mes pensées. Il est temps pour moi de rendre parole à tous ceux-là que je rencontre et ne connais pas.

A propos de mon âge:
 
Revenir en haut Aller en bas
Anna Schomann
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Anna Schomann, Sam 05 Nov 2016, 22:54


Un ballet, j'assistais à un ballet, l'art de troubler les émotions, un enchaînement de sauts d'humeur et de mouvements qui n'auraient de sens que pour ceux qui les comprennent. Une danse qui groupait cinq élèves d'une même maison et les rassemblait en un moment isolé et éphémère.
Chacun de ses membres était absorbé par les pas des autres et aucun ne semblait être attentif aux regards extérieurs qui se rassemblaient sur nous. Le couple enlacé s'était désuni et la belle Mary semblait avoir jeté son affection sur mon compagnon de route. Un baiser lui eut été arraché et la douce vint vers moi en me rendant une promesse oubliée. J'entendais le jeune asiatique ruminer, j'aimais voir la jalousie naître peu à peu dans son cœur, découvrir les premiers amours et la déception de le voir s'envoler et malgré la réflexion d'Erundil, il était évident que les deux adolescent ne formait pas un couple. Mary était ce genre de fille à se sentir libre, se sentir pousser des ailes. Elle profitait de la vie comme si personne ne la pourrait la retenir. Enfin c'est ce que je pensais. La jolie rousse et le bleu semblait s'échanger des banalités et moi j'acceptais l'invitation qui m'eut été proposée.

« Avec joie. »

Je prenais la main de la demoiselle et l'entraînais avec moi dans une valse simple mais énergique. La musique, je l'entendais dans ma tête. Je guidais nos mouvements sur quelques mètres et atterrissais dans une ruelle plus isolée, plus tranquille. Un endroit où la joie de vivre n'attirerait pas l'attention de commères en manque de sensations. Dans un dernier mouvement, je basculai la jeune fille vers l'arrière en tenant fermement ses hanches puis la redressa contre moi. Je la libérais de mon étreinte et attendais que les trois Serdaigles nous rejoignent.
J'aimais jouer, se sentir retomber vers l'enfance. Quelle douce période que celle de l'enfance, aucune décision à prendre, aucune conséquence sur ce que l'on fait, une liberté totale qui ne dure pas, quelques années de fraîcheur avant que la réalité ne nous tombe dessus. Je me prenais dans la douce folie de ma partenaire et pendant un instant, juste un instant, peut-être pourrais-je tomber dans cette incompréhension du monde qui m'entoure pour le redécouvrir avec un regard naïf et simple. Je fermais les yeux et imaginais une campagne comme il y a des années, où les tiges devenaient des arbres, où la terre se transformait en sable et les pavés en tronc d'arbre sur une rivière d'un bleu profond. Un doux rêve avant de revenir sur le présent.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Sam 19 Nov 2016, 23:46


Petit retour,
Oui, un tour,
En arrière,
Là, derrière.
Afin de piger.
Ce qui s'est passé
Avant de danser.

*Quand elle a posé sa question à la délicate pleine de taches, Mary eut un rictus aux lèvres alors que cette dernière prenait plaisir à répondre. Mais son sourire s'élargit d'autant plus lorsque Cassiopée s'arrêta, se rendant compte que la jeune femme ne s'intéressait plus à elle.Les tâches, ça rend stupide. Olalalalala. Alors qu'elle embrassait pour la première fois quelqu'un, la rousse posa une question à ce dernier. Bien évidemment, elle ne voyait pas les premières traces de jalousie sur Sora. Mais elle s'en foutait. Tout ce qu'elle voulait, c'était profiter de cette folie qui lui avait permis de se débarrasser de ce fardeau que représentait le général ' premier baiser '. N'étant pas très évoluée dans la matière, elle ne put qualifier la chose d'agréable ou d'affreuse. Sérieusement, elle n'en savait rien. Peut-être lui manquait-elle la légère étincelle si importante appelée ' amour '. N'importe quoi ! Mais bon, une fois que cet élément fut passé, elle se rendit compte de la jalousie de l'homme japonais. Non pas qu'elle avait un sens aigu de l'observation, loin de là. Juste une phrase, prononcée par l'homme, qui gâcha le peu de magie qu'il y avait. Au fond, c'était triste, dommage. Ils auraient pu bien s'entendre ces deux-là... Des morceaux de vies, quelques bribes afin de réfléchir sur le pourquoi du comment. Au lieu de ça, elle avait cru bon de rejeter l'information. "Ce n'est pas mon petit ami ". Elle n'avait pas envie de briser des cœurs.  Mais bien sûr que si ! Elle préférait l'avoir brisé que faire du mal. Mais ne pouvant contrôler l'esprit des gens, elle devait s'en contenter. D'un sourire triste en ce moment de réalité, elle regarda le pauvre Sora. HAHAHA. Il est Frienzoné. Dans une autre vie, elle aurait été touchée par un tant soit peu d'attention. *

-Et maintenant, que fait-on ?
-Rien du tout mon enfant.
-Mais, tu comptes rester là à rien faire ?
-Oui. Elle danse sans doutes très bien.
-Tu me déçois... Papa.
-Je sais Gentillesse. Mais je ne m'appelle pas Mesquinerie pour rien.

Anna accepte cette invitation donnée par l'autre. Je ne sers plus que d'observatrice. Je ne peux m'empêcher de penser que c'est une bien triste réalité. Mais je commence à comprendre. Je ne peux pas changer tout. Cela m'est impossible. Peut-être qu'au lieu de refouler, je me dois bien un jour d'accepter ? Si je la laisse prendre une part du gâteau, me laissera-t-elle la croûte ? Une partie de contrôle plus douce mais qui laisse apercevoir la personne que j'étais ? Ou celle que je suis devenue après ? Trop difficile à comprendre en cette fête du tricot. Je me laisse donc laisser emporter dans une valse énergique. J'accepte la part folle. Nous ne faisons plus qu'un. A moi de faire en sorte de ne pas dériver. De ne pas m'en aller avec une vague de pensées. Tout, tout ce qu'il faut pour encore exister. Cependant, je ferme les yeux. Et je me laisse dériver par Anna. Nous dansons comme jamais, ça fait du bien de se sentir libre. Juste suivre et veiller à ne pas marcher sur les pieds.

Dans un dernier pas, elle me fait balancer vers l'arrière, me redresse, s'éloigne. Et j'ouvre les yeux. A nous d'attendre les autres, s'ils se décident à venir, ou bien, à nous laisser, nous abandonner. Dans cette ruelle tranquille, difficile. Je n'aime pas ce genre d'endroit. Pourtant je me tais. Je n'ai pas encore envie qu'une étincelle soit gâchée. Avant de parler, laissons la tension se relâcher. Et pourquoi ne pas juste, se laisser penser ? A ces personnes. Non, déjà fais. Mais je ne veux pas encore la laisser prendre le contrôle. Je ne dois pas abandonner. Pas tout de suite, pas maintenant.

Chemin étroit.
Peu important.
Il est bien droit.
Contrairement.
Au gens qui arrivent.
Qui attendent.
Qui dérivent,
Qui s'étendent.
A des horizons.
Où nul n'a raison.

Des ombres s'avancent. Je ne peux pas savoir si ce sont les personnes que nous attendons, de simples moldus, des sorciers, ou des gens sur qui nous ne pensions pas tomber. Des fruits imaginaires ? Des images sanguinaires ? Pas la moindre idée, je trouve tout ça trop compliqué. D'un hochement de tête, je remercie Anna pour sa danse. Moment gravé inoubliable. Chose courte, chose meilleure, c'est bien connu. Me sentant défaillir face à une bataille intérieure, je m'assieds à même le sol et pose ma tête sur mes genoux. Je n'ai qu'une chose à faire; me concentrer. Je pense pouvoir y arriver.

-Le meilleure dans toute cette histoire Gentillesse...
-Il y a du bon ?
-C'est qu'à la fin, tu seras comme moi.
-Je refuse !
-Je suis ton père. C'est moi qui décide.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 8 sur 11

 Collines de Loutry Ste Chaspoule

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 7, 8, 9, 10, 11  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.