AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages
Page 10 sur 10
Collines de Loutry Ste Chaspoule
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10
Mangemort 87
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite

Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mangemort 87, Jeu 4 Mai - 7:13


PV Mary

meow
meow

fait l’enfant
qui ne veut encore admettre
qu’il est grand

le chat joue seul
attendant son peter pan
pour filer loin de cette vie
pour trouver les autres âmes perdues

pour l’heure dans sa tenue de cuir
il court les herbes
libre

il n’a rien fumé non
il a juste la fuite
la fuite dans l’adn

il en a marre d’avoir peur
peur du vide
peur de l’autre
peur de son reflet dans le miroir
peur des responsabilités

il en a marre d’avoir la rage

comme un volcan
dans la gorge
ça le rend trop électrique
il a vu trop d’âmes
fascinées
s’approcher
se brûler les griffes
l’abandonner

il voulait pas leur sauter à la gorge
il voulait pas
il avait juste cette énergie
renversante
débordante
dévorante


chaque nouvelle inspiration
chaque jeune espoir
chaque couleur
est emportée
par la prochaine vague


meow
meow

fait l’enfant
qui course les lucioles
à pleines dents

il a en tête des partitions
incompatibles avec celles qui animent
le commun des vivants
il a trop de voix
contradictoire
sa conscience
sa négligence
sa peine
son oubli
sa douleur
sa crainte
etc, etc


c'est trop de langues qui s'emmêlent
s'embrouillent
il n'est qu'un petit chat
qui ne peut parler
autant de langages

il n'est pas fait pour être traducteur non
juste courir
le rêve au vent
pour courir — libre
intrépide
il croit pouvoir voler
et quittant sa position accroupie
bondit de quelques centimètres
avant de retomber
miauler
et courser un papillon de nuit

il est obsédé
par cette poussière de fée
si éphémère

certains disent
vouloir être des papillons
ils ne savent pas que ces bêtes
ont deux semaines à vivre
deux semaines de beauté vous me direz
mais deux de fragilité
de vulnérabilité
états révulsant le chaton

alors lui joue les prédateurs
il imite un feulement
entendu chez un autre

il court après les insectes
sa queue
le vent
il court pour mordre les étoiles
mais surtout
plus que tout
il oublie de vivre

en tant que lui
il se dédie totalement
à sa mue poilue

— le chat
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Sam 20 Mai - 16:02


L'horloge tourne
Un enfant s'ennuie
Regarde tourner les aiguilles
Penche la tête
Au rythme
Des petites
Qui continuent
Elle fait des tours
Pendant longtemps
Cherche une excuse
L'heure passe
Puis une deuxième
Coup d'oeil vers la porte
Qui reste close
Et ça recommence
Nous sommes à quatre
Les jours défilent
Elle s'ennuie
En a marre de fixer
Se demande quand ces petites
Penseront à s'arrêter
Il file il file
Ne se laisse pas rattraper
Il court il court
Ne veut pas être touché
Ne serait-ce que frôler
Pourtant elle veut
-Et bouge pas
Des explications
Ou même des bonbons
Quelque chose
Une seule
A la place elle reste enfermé
Et tic et tac
Avec ces pauvres lignes
Qui tournent comme la tête
Qui donnent le tournis
Puis quand elle n'en peut plus
Qu'il y a un trop plein
Que la patience ne résiste
Elle arrête de tourner
Dit stop
Quitte à ce que le tout s'arrête
Plus de cercle
L'imploration inutile
Attrape un objet
Une pauvre lame n'ayant rien demandé
Lance
La cadre se brise
Le verre électrise
Un éclat arrive
Le tout continue de vivre
Alors la petite recommence
Elle prend les morceaux cassés
Malgré le sang
Et lance
Lance
Lance
Lance
Les coupures sont de plus en plus profondes
Mais l'objectif est le même
Que ce tic et tac
S'arrête
Qu'il se taise
Définitivement
Pour laisser de la place
Au néant
Les brisures de blessures
Qu'elle inflige à ce temps
Commencent à se faire rares
Deviennent miettes
Le sang cicatrise
Et malgré les efforts
Tic et tac continuent
Plus de munitions
Tout y est passé
Pourtant il n'est pas mort
Reste là
Persiste
Elle s'enfuit
Quitte cette chambre
Pauvre idiote
Elle était morte depuis le premier coup
Cette tête de linotte
D'horloge.

Marre
De ça
de ci
de tout
Juste une fin
Chercher
Pour dériver
Et s'en aller
Marche marche
Dans tout cela
Il n'y a plus rien
Juste une faim
dévorante
Qui bouffe
Parce qu'elle aussi
Ras-le-bol
Y'a quelque chose d'étrange
Qui cherche encore cette innocence
Pourtant toujours présente
Y'a ce truc bizarre
Qui veut voir dans les yeux bruns
Cette malice
Qui pétille – ait
La curiosité
Qui cherche dans les grandes herbes
Les moustiques
Qui piquent
Les coccinelles
Qui volent
Les souris
Qui prennent les dents
Les mamans
Qui s'occupent de leurs enfants
Qui n’abandonnent
Elle cherche ça
La petite
Parce que voilà
Ça fait mal ces choses-là
Etre lâchée
Ne sert à rien
Dans le monde
Alors reproduire ce schéma
De découverte
De curiosité
Le elle retourne dans le je
Elle s'applique
Je m'applique
Mais ne veut pas être soi
Ne veut pas se dire elle-même
Veux pas veux pas veux pas
S'accorde ce qu'il faut
Préfère détacher
Observer tout
Derrière le petit truc
Malicieux

Tandis que l'innocence retourne
Elle marche à quatre pattes
Jouent avec son amie imaginaire
Salue Stella
Cache cache en vigueur
Derrière un énorme rocher
Attends attends
Commence à griffer
Sa peau
De bras
De tête
De pieds
Trouve du réconfort
A ses griffes
Ses longs ongles
Qui prennent la chair
Après tout
C'est une griffée
Et une griffeuse
Parce qu'elle veut plus
Attendre
Y'a temps
ten
dans attendre
Alors elle rend le rose rouge
Couvre de plaques
Alors elle s'en veut
Parce qu'elle met une claque
Alors elle crie
Geint en bonne petite fille
-Stella Stella
Où es-tu ?
-Stella Stella
Vient me chercher
Dommage pour elle
Même l'imagination s'entête à la lâcher
Plus de Stella
Ce n'est qu'un nom
Elle reviendra
N'a pas le choix
Peut-être qu'il y a eu un malentendu
Qu'elle devait être la compteuse,
Et non la cachée
Il suffit juste de partir à l'aventure
D'explorer
Elle appelle
Interpelle
Une luciole
Des vers
Ah non
Pas eux
Des champignons
C'est mieux
Aux fleurs demandent son chemin
Jusqu'à repérer non loin
Une ombre mouvante
De la vie
Stella !
C'est elle
Pas le choix
Et court vers son amie
Court à en perdre la vie
Court pour ne pas être seule

Finalement
Ça s'impose à elle
Pas trop de choix non plus
Loin d'être une poupée vivante
Cette étrange chose mouvante
Loin d'être une fleur de vent
Ni même une rose
Une boussole
Une carte
Rien d'tout ça
Encore mieux
Un chat
Un vrai chat
Un grand matou
Tout mignon
Mais surtout
Plus chaton

Retour à la case départ
La tête se penche
Intriguée
Au fond très loin
Un murmure
j'ai réussi
Il repart vite
La gosse tend la main
Avec des paillettes
Dans les yeux
Un chat
A qui elle peut demander
Un chat
Avec qui elle pourra jouer
Un chat
C'est beau les chats
Celui-là particulièrement
Oubliée la Stella
Il n'y a plus qu'elle
Et ce chat
Si proche
Qu'elle voudrait le toucher
Caresser l'échine
Ils pourraient se griffer entre eux ?
Jouer à un jeu
La main se tend
Et se pose

-Chat !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mangemort 87, Sam 27 Mai - 10:49


Je mens pas aux autres
Je me mens à moi-même
Je crée un personnage que je leur vends
Car je me le suis vendue avant
J'essaie de me faire passer pour un enfant du soleil
Mais je suis née entre une lune éclipsée
Et des étoiles mortes
Je ne sais me rappeler
De ce en quoi je crois
Un monde entier vacille
Quand on s'autorise à se rappeler
C'est une fébrilité dans la crise
La chair qui tremble le cerveau qui vibre
Tout ce que je connais qui chavire
Se déchire

🕷

. tu te prends à sourire dans les herbes essayer de manger un bout de fleur qui traine t'étouffer de ses pétales et rire si fort dans ton incapacité à respirer
. tu te prends à courser les papillons étincelles mais juste quand tu allais poser ta patte dessus tes babines se prennent dans une toile d'araignée des filaments argentés t'aveuglent
. ça te va presque bien le chat est trop aimé des humains toi tu es un âmat de noirceur de saleté t'es une poussière d'être t'es ce qu'il reste quand eux partent t'es de l'os de l'os humain - en smootie
. et ils se délectent de moquer ta frimousse grisée par les araignées par les monstres de la nuit et par ceux de ton coeur

🕷

Je me regarde pourrir
Pour rire
Puis je me sers à toi
Sur un plateau d'argent
Et quand tu as contemplé
L'étendu de ma péremption
Alors je me prends à jouer de toi
Alors je me prends à manger ta chair
Tout bas
Je l'annexe comme une part de la mienne
Je t'impose la souffrance qui est mienne
Car je suis trop faible pour porter seule
Le fardeau qu'est la vie

🕷

. une enfant t'appelle tu comprends pas mais elle a dit le mot magique elle a dit chat
. tu tournes la tête vers elle alléchée et joueuse tu vois un minois mi appeuré mi déshabité mi illuminé d'une lueur oubliée
. elle porte en elle la lueur de l'espoir un espoir noirci aussi rougi de plaques que ses bras de lignes déchirés
. tu reconnais en elle un toi déjà mort

🕷

Et j'accours à son appel
J'y réponds car je sais
Que j'ai trop couru trop vécu
Mille vies par jour
Je meurs un peu plus à chaque respiration
Je n'ai plus assez de dopamine pour maintenir le rythme
Alors je me réfugie vers la queue orange des néons
Qu'on appelle ton sourire
- Meow
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Sam 17 Juin - 15:12




La petite fille se sent comme transportée
Autre univers,
Nouvelles idées
Y'a comme un changement d'espace
Nouvelle identité qui lui colle aux basques
Deux petites couettes à la place des mèches lâchées
Qui se dandinent comme le vent l'veux
Des joues un peu plus rebondies
Rosées
Des lèvres rouge comme celles de Blanche-neige
Couleur sang, couleur mièvre
Faut dire que c'est son truc
À la petite
Naïve comme l'automne
Native de l'été
Mais ce n'est pas tout
Une robe toute blanche
Immaculée
Aussi pure qu'un nouveau né
Avec toujours cette lueur
Étrange
Dans le regard
Qui fait peur
Rejet de réalité
Pour toujours
À jamais
Une mauvaise idée diras-tu ?
En effet c'est vu et revu
Or quand on sait mais en faisant mine
De ne pas savoir
Le résultat final
Fait souvent peur à voir
Mais qui pourrait juger...
Autour d'elle, de jolis champs
De tulipes, de pensées, de roses enchantées
Elle trouve ça beau
Envie de courir
Puis aussi
Le chat
Devant elle
Qui est là
Envie de vivre avec lui
Partout
Faire des câlins
Aussi
C'est comme une âme qui se réveille
Une face trop souvent enfuie
Le monstre derrière l’auréole
Redoutée par celui-là même

Les amis imaginaires se cachent
Trop peur de finir par mourir

Les petits êtres faits d'écorce se recroquevillent
Il sentent mal l'histoire d'aujourd'hui

La petite fille entend la balade
Dans sa tête, une belle fable
Ainsi qu'une mélodie, envoûtante
Qui aime s'infiltrer dans les tic, tac
Pour finir nous aurons une chanson
Plic.......
.......Plac

T'es comme ça Mary
VA-T-EN

Elle veut pas
de je de tu de elle
C'est compliqué de s'en passer
Pourtant
une seule chose
Demande muette
Se déconnecter
Pour finir

Marre de devoir
Cacher la face démone
Se retenir
C'est être encore plus rongée

Tous ces endroits
Où la bête la cherche
Toutes ces impasses
Qu'il faut pourtant franchir

Y'a pas moyen
Juste une fois
D'être dénué de matières
Traverser les murs
Devenir fantôme
Une solution ?

C'est si inespérée
N'est-ce pas petite

Tout est de plus en plus vif
Commence à avoir mal eux yeux
Ils se ferment
Les voilà
Clos

Puis un petit son
Audible
Miaulement

« Ouverture »

Stella n'est pas loin
Elle fait de grands signe

« Fermeture »

Y'avait pas moyen que je reste là ?
J'étais bien...
Le chat a sûrement disparu

« Ouverture »

C'est gris autour,
Encore un mirage qui a pris fin
Les sculptures d'ocre dans le désert
Finissent toujours par disparaître
Elles ne sont pas assez habituées
Au souffle du vent de demain

« Fermeture »

Trop de faiblesse
Yeux humides
J'aime pas quand les rêves
Deviennent de la poussière
Surtout quand elle est d'étoiles

«Le rideau est finalement tombé »

Chat toujours là
Encore un brin d'espoir
Pour jouer avec lui
Il était si mignon n'est-ce pas ?
Son petit cri
À croquer,
Sans qu'il y ai le désir
De le manger
Puis dans ce décors
Aussi fade que beau
La couleur sombre et jolie
Juste un tout petit peu
Une rancœur quand même
Vers cet idiot de soleil
-Tu nous as abandonné
Murmure-t-elle
Avant de retourner à la bestiole

Mine boudeuse
Réfléchie
Que peut-on faire ?

-Tu veux jouer
Pour oublier
Pour laisser les choses où elles sont
Juste le temps d'un moment
Les chats ils parlent l'humain ?
C'est fâcheux si la réponse est non
Alice elle sait parler aux lièvres
Aux loirs
Aux chats
Et même aux méchantes reines
Il a sans doutes compris
-À attraper les étoiles
Le pourquoi
Tu ne le sauras pas
Petit chat
Tout mignon
La petite veut se venger
Parce qu'elles brillent
L'injustice est là
Présente
Pesante
Elle, elle n'a rien
Sa robe a été traînée dans la boue
Ses lèvres ont perdu leur teinte
La peau de miel transformée en cendres
Des ailes arrachées de force
Une lumière qui n'a jamais existé
Cela doit cesser
Alors si elles ne veulent pas m'expliquer
Elles passeront dans une casserole
Un sort bien mérité
Qui n'a d'égal à leurs manies
D'être égoïstes
-C'est un peu comme chasser les souris
Après, avec des canines...
Ils ont des belles dents les chats non ?
Pointues et aiguisées
Les astres couleur or
Finirons sous la dent
Mastication terrible
Pour les faire souffrir
Un sort déjà délectant
Elles n'avaient qu'à ne pas être maléfiques
-Tu aimes la chasse à la souris n'est-ce pas ?
Il faut qu'il dise oui
S'il te plaît
Le chat
Elle n'a pas conscience
Si il y a un danger
Elle n'a pas conscience
De ce qu'il entour
Elle n'a pas conscience
D'être toujours
À côté
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mangemort 87, Dim 25 Juin - 14:22


surprise_pour_toi_la_griffée

Délire champêtre et puis ; l'Enfant
L'enfant humaine face à l'enfant félin
Deux mondes qui s'ignorent et s'esquivent
Deux mondes qui s'abhorrent sans se connaître ?
Comme le font souvent les gens
Qui se fichent de comprendre
De croire en l'autre
Parce qu'ils ont trop l'habitude
D'être déçus
Pour oser essayer
Une fois de plus

Sauf que
Deux regards se sont croisés
Et ce fut comme
Si deux planètes s'étaient écrasées
L'une contre l'autre
On est rentrée l'une dans l'autre
Sans prévenir
Pour jamais sortir

J’ai senti comme un mal être
Un cratère dans le coeur de l’enfant
Il avait la rancoeur des abandonnés des laissés pour compte
De ceux qui ont oublié la magie des contes

Elle essayait pourtant de bien faire
De me proposer un jeu
Alors j’ai roulé dans l’herbe
La tête pleine de blés et de lueurs folles
J’ai roulé jusqu’à elle et me suis frotté la tête

Contre sa jambe

Aujourd’hui je ne suis pas un monstre
Je ne suis pas une mère
Je ne suis pas une maitre des potions
Je ne suis qu’un petit chat

Et tu sais, les chats savent
Ils sentent
La nuit quand tu vas mal
Que les cauchemars criblent ton repos
De coups de fusil ils sont là

Parfois, parfois le chat est méfiant
Il se loge sur une chaise mais tu sens sa présence
Parfois, le chat est pressant
Il se pose sur tes seins et te lèche le cou
Jusqu’à ce que tu ouvres les yeux
Le regarde
Te rappelles que ce n’est qu’un mauvais rêve
Que tout va bien
Ou plutôt
Que tout ira
Que tes peurs sont empirées par les illusions
Qu’il faut faire le tri

Le chat est là à surveiller son maître
A l’aimer sans compter
Aujourd’hui je ne suis pas un monstre
Je ne suis pas une mère
Je ne suis pas une maitre des potions
Je ne suis qu’un petit chat

Si tu veux prendre les étoiles pour des souris
Je te suivrais
Je sens que tu as besoin
D’oublier quelque chose
De canaliser autre chose
Sans doute qu’une petite course pourrait aider
J’ai laissé ma tête dodeliner sur tes pieds

Puis d’un coup
Sans prévenir
J’ai couru vite
Vite tout droit
Vite car une luciole venait de surgir
J’ai bondi pour la choper
Mais j’arrivais pas
J’ai bondi avant qu’elle reparte

Ce fut un échec
Frustrée j’ai reniflé puis — puis
Je suis revenue cabrioler vers toi
Une fleur entre les dents
J’ai pas de lumière à t’offrir j’en suis navrée
Mais prends cette fleur
Prends cette fleur s’il te plait
Ne reste pas l’enfant esseulé
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Lun 17 Juil - 15:32


Ici ♪ ♫

Ce qu'il y a de bien
Dans les jeux
C'est qu'on peut toujours tricher
Créer de nouvelles règles,
Ou bien juste les contourner
Y'a souvent un moyen
De s'échapper
Ce n'est pas éternel
Partie d'une seconde
D'une vie
Le résultat est souvent le même
Gagnant et perdant, la trame s'emmêle
La seule différence, c'est que le premier n'est pas toujours le plus heureux
Le dernier le plus malheureux
Parfois il vaut mieux perdre,
Rendre les armes,
Ne pas faire d'une partie une addiction
Pour ne pas que d'autres s'enchaînent,
Eviter de sombrer, dans une mélasse,
Où il est bien difficile de s’échapper
Une fois qu'on se fond dans la masse
Pas prendre de mauvaises habitudes
Souvent les cercles se créent,
Sans bien même que l'idée traverse,
On est attachés,
Sans avoir senti les cordes se nouer
Pieds et mains liés
Quelques fois, s'en sortir
Le temps lui-même ne peux le promettre
Qu'il peut réussir
À nous enlever du terrain
Nous faire prendre conscience de ce qui se passe
Se réveiller, après un vide incalculable
Non, point de rêve
Juste la récupération des pensées
Bien que brutale
Il est donc justifié
De parfois contourner
Tricher
Si c'est le prix à payer
Pour recouvrer un semblant de liberté

La petite fille
Assise
Attend la réponse
Espoirs dans la tête
Chasser les étoiles
Une bonne fois pour toute
Mettre sous la dent
Sans même les savourer
Juste
S'en débarrasser
Pour elle c'est simple
Le chat parlera
Ou fera un signe,
Voir chuchotera
Et si il ne le fait pas
C'est comme si il le faisait,
Les lèvres bougeront toutes seules
Ça a des lèvres un chat ?
Les mots qui n'existent pas seront dans ses oreilles
Et quelque part, dans sa tête
Ils seront bel et bien là

À la place, il se frotte
Les amis imaginaires ouvrent la porte
Stella s'approche

Y'a comme une confiance qui revient
Y'a comme des désirs retrouvés
Y'a comme des rêves réparés
Y'a comme si rien ne s'était passé
Y'a comme quelque chose qui change
Y'a comme si tout était pareil
Y'a comme si le chat et la petite avait un terrain d'entente
Y'a comme une connexion
Y'a comme des problèmes d'antennes
Y'a comme un bug
Y'a comme un j'comprends rien

Parfois la petite fille va au bord d'un lac
Elle retient sa respiration
Des fois elle plonge
Dans l'eau
Tient fermement son nez
Trouve que c'est assez
Puis après quelques secondes
Elle immerge,
Sort d'une coquille
Renaître, qu'elle pense
Grande idéaliste la gamine
Evidemment, nul ne change

Parfois la petite va au-dessus de vide
Laisse ses pieds se balancer
Puis si ce n'est pas très haut,
Elle a de l'adrénaline
Se met à descendre en escaladant
Se demandant si le plus courageux au final
Ce n'est pas de se laisser tomber dans le vide
Dans sa tête, la bataille fait rage
Même après être arrivée sur le sol
La question continue
S'entoure, l'enroule
Dans un cocon douloureux
Qui se veut être un pansement
Mais qui rend les choses pires qu'avant

Un moment le chat est piqué
Et se met à courir
Derrière une étoile
Qui, arrogante au possible,
Est descendue jusqu'à eux
Attentive, la petite soutient le félin
Elle aimerait bien qu'il gagne la bataille
Mammifères contre astres
La fin du combat semble malheureusement déjà écrite
Comme d'habitude, le bébé jaune
Grand aussi
Remporte la partie
Sans même tricher
Elle s'envole juste, au loin
Mary lui fit un grand signe de la main
Tache d'être polie
Elles doivent se tenir bien
Les petites filles
En plus elle a des couettes
Qui viennent lui fouetter parfois le visage
Lorsque le vent est pris d'un élan de rage
L'animal lui,
Revient avec une jolie fleur
Qu'elle attrape délicatement
Que voilà donc ?
Un présent
Que signifie-t-il ?
Elle n'en sait rien

Démons qui ne savent pas
Où ils doivent se réfugier

Ombre qui hésite
À retourner vers son corps mutilé

Âmes en peine
Hors d'haleine
Soupire constant
D'incertitude

Gamine place le cadeau
Tige derrière l'oreille
Simple décoration
Embellissement du cœur
Tentative de sourire
Auprès du chat
- Merci
Elle aimerait offrir
À son tour
Mais n'a rien, plus de force
Et appelle, murmure criard
- Stella, j'aimerai te présenter
Accourt alors la petite poupée
Qui se place sur les genoux
Avec sa robe de chiffon
Ses deux grandes tresses
Et les boutons en guise des  yeux
Pas plus haute que trois pommes
Elle lance un sourire au chat
- Je n'ai rien
Nous avons joué
Du moins, essayé
Les étoiles sont trop loin
J'aimerai t'offrir la poupée
Seule je la vois
Pourtant je sais que
Les chats voient au-delà du sombre qui nous entoure n'est-ce pas ?
Alors si tu arrives à la voir
Petit chat
Derrière les couvertures,
Emporte-la avec toi


Pincement au cœur de l'enfant
C'est pourtant ainsi lorsqu'on offre un jouet
Qui est et n'est pas,
Mais elle est heureuse
Elle lui offre un peu d'espoir,
Des bribes de rêves brisés
Qui ont pourtant réussi à cicatriser

Coucou, toi,
qui veut prendre le sujet,
tu peux ne pas le faire s'il te plaît ?
Je t'en serai reconnaissante et te ferai même un énorme câlin ♥
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Lizzie Bennet, Ven 25 Aoû - 23:38


#RetourDuChat
(Mauvais RP pour pas qu’on vole le sujet)


L’enfant a voulu te remercier
Enfin je crois
Il a voulu te présenter
Un ami
Qui était en fait
Un ami dangereux
Un ami toxique
Qui aurait du venir avec un panneau
« Danger »
Ou alors le pourcentage de la pente
Quelque chose pour alerter
Mais lorsque l’on conçoit quelque chose
On pense le maitriser
On oublie qu’il peut devenir
Plus grand que nous
On le laisse prendre le contrôle
De notre existence

Tu n’avais pas la voix mais tu avais
La vue du chat
Et en cet instant tu voyais
Très bien Stella


@Terence Eduarte

C’est dangereux et pourtant
C’est ce que Mary faisait
Toi aussi, tu avais eu des amis imaginaires
Au départ quand Jane est partie
Et que tu ne voulais pas rester avec ton meilleur pote
Tu t’es isolée
Quand la solitude t’a trop oppressée
Tu t’es créé des figures affectives
Des silhouettes aimantes
Jeu dangereux que tu reconnaissais en elle
Ce n’était pas ton rôle de la mettre en garde
Et tu n’en avais vraiment pas le pouvoir
Mais tu voyais la violence de cette tristesse
Qui la rongeait
Comme un poids se faisant passer pour une carapace
Il fallait que quelqu’un lui dise
Que même les Bernards l’ermite peuvent changer de coquillage
Quand ils deviennent trop grands
Et qu’elle elle devient trop grande pour son oeuf
Il faut l’exploser naître pour connaître
Il va falloir penser hors de la boîte

Etait-elle prête pour cela ? Elle seule le savait
Mais toi qui voyais derrière les couvertures
Tu croyais en elle
Alors tu voulais pas seulement emporter la Stella
Tu voulais la choper au col et lui faire comprendre
Que jamais
Plus jamais
Elle n’approcherait de l’enfant

Alors tu as sauté dans le vide
Tu t’es battue contre un fantôme
Jusqu’à t’en saisir et le coincer entre tes pattes
Comme un lézard dont jouer
Quelques minutes encore avant de l’achever

Il fallait éteindre les lumières de la ville les errances urbaines
Pour qu'elle puisse enfin contempler
Les étoiles—sentinelles

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mary Drake
avatar
Préfet(e)/Serdaigle
Préfet(e)/Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Mary Drake, Lun 4 Sep - 17:54


Tu as le choix entre L'homme et le le lapin

Prendre les choses sérieusement
Lorsqu'on est encore enfant
Une tâche difficile évidemment
Que pourtant infligent certain parents
Voulant qu'une fois que le bébé aie une certaine conscience
Casser tout, briser l'enfance
Tout de suite des raisonnements de grands
Pas le temps de grandir, pas de temps tout court
C'est affreux n'est-ce pas ?
Pourtant ça arrive, aux quatre coins de la planète
Ils ne laissent plus la chance de soupirer
Lorsque dansent les poupées
De rêver à être une princesse
Ou bien un preux chevalier
Se battre, sabre en mains
Contre des ordres maléfiques
Le prince charmant
Les doigts de fées
Un peu de poudre magique
Pour s'envoler
Il n'y a plus de place pour ça
Juste raisonner
On perd la magie, de la vie, de l'innocence
Et ça casse bien des consciences
Plus le temps passe
Plus les choses avancent
Plus elle coure comme une forcenée
Pour rattraper les limites
Qui vont de plus en plus loin
Que jamais elle n'arrive à atteindre assez tôt
C'est énervant
Et parfois, la dévore un peu
Une gamine n'a pas à s'occuper de responsabilités
Un petit air révolté
Dans un regard lacéré
C'était pas l'bon moment
Pour se taper des ennuis de partout
Perdre l'équilibre qu'on lui impose
Un fil trop fin, c'est une débutante
N'exagérons pas
Finalement, quand on lui laisse enfin le choix
Elle choisi un trop épais
Et alors qu'ils voulaient tous qu'elle avance vite
La petite est restée bloquée au même endroit
Les années passant
Ça ne s'arrange pas

Ainsi, regard enfantin
Qui fixe les choses sans les comprendre
Dans la soirée battante
Puis dans les éclairs de lucidité
Elle se demande
Ce que je fiche ici, alors qu'il fait nuit
Avec un chat un peu grand pour être réel
Si il n'y a pas de danger
De source, de quoi s'inquiéter

Mais le côté démon, le côté gosse du diable
Aujourd'hui il prend plus de place
L'est tenace, l'air de rien
C'est un bien drôle de d'effet
Enfin soit, c'est relatif ;
Tout dépend de qui on considère comme le monstre dans notre histoire
La grande fille folle
La gamine timide
La petit extravertie
L'introvertie
Les différentes facettes
Sur un dé
Elle le lance
Tous les jours
Puis subit le résultat
Tous les soirs
Quand, dix minutes
Revient le passé,
Remords
Douleurs
Avant de retomber
C'est un peu un jeu,
Un jeu obligatoire
Un jeu dangereux
Un jeu.....
Hum, peut-être pas
Sourire du chat
~ pas le gentil
le tout mimi
non l'autre
de l'histoire ~
Narquois
Un échafaud plutôt ?
Maintenant qu'elle a offert Stella
En sachant qu'elle resterait quelque part
Près d'elle
Heureuse d'avoir fait un cadeau
au félin
Qu'elle aimait bien

Sauf que
D'un coup
Paf
(pas le chien)
Mary croit
Non, elle en est sûre
Que fait donc la bestiole ?
Pourquoi attaque-t-elle son cadeau
Peut-être que ce n'est pas elle
Mais... Le chat n'est pas violent d'habitude
Du moins, avec elle
Puis elle ne voit plus Stella
Où est-elle
D'une voix apeurée, décide de l'appeler
- Stella, revient !
Crie crie crie
Crie Crie Crie
CRIE CRIE CRIE
- STELLA
la voix se brise
L'étau se resserre
L'impression immonde qu'elle n'est plus là
Comment
Pourquoi
MAIS STELLA
Son amie
Son cadeau
Son jouet
Où est-elle
Puis l'idée affreuse
Que c'est lui
Le chat
Non, impossible
Il lui a offert une fleur
Qui alors ?
Il n'y avait que elles trois
enfin, maintenant, plus que elles deux
Des larmes tombent
Roulent sur les joues
Brillants sous l’œil narquois de la lune
Avant de s'écraser par terre
devenant un torrent
Fort
Impitoyable
Jusqu'aux murmures apitoyés
Ce mouvement de bascule incessant
Les bras autour des genoux

Aussi se met-elle à soupçonner
~ les brins d'herbes
trop verts à son goût
~ les sales bêtes en dessous des lits
p'tet qu'ils sont jaloux
de sa relation
enfin, l'ancienne
avec la jolie Stella
~ la vieille moche aux yeux boutons
comme dans le film effrayant
que maman lui avait fait regarder
il y a bien longtemps
Stella a elle aussi des yeux ainsi
à son avis, elle voulait les lui voler
pour les réutiliser
faut dire qu'ils étaient vachement jolis les siens

Coupable toute trouvée, maintenant faut l'arrêter
Enfin, si c'est bien elle, au fond, le chat, il est toujours là
Qu'aurait-il à reprocher
Puis faut accepter les cadeaux
La gamine penche la tête
Vers la droite
- Tu sais où est Stella toi ?
Puis se met à quatre pattes
Se prenant elle aussi
pour un simple félin
Rampe jusqu'au visage de l'autre
- Tu me le dis hein, si tu sais
Pas peur d'être griffée
Elle l'est déjà de toute façon
Ici et là, une vraie victime
Alors elle s'approche
De plus en plus
Courageuse quand elle le veut
La peur se lit dans son regard
C'est pas sa faute, c'est celle de la corde
Trop fine puis trop grande
Comme une adulte
L'inconnu lui donne trop la frousse
Comme une enfant
Elle se jette dans le puits
sans réfléchir au vide éventuel
Qu'il y a en dessous
Vient coller sa frimousse
Contre le museau du chat
Sans plus de cérémonies
- J'espère que c'est pas toi qui l'a enlevée
Pas envie d'être tririste
C'est compréhensible
Non ?

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Lizzie Bennet, Ven 6 Oct - 8:35


Son hurlement t’a fendu le coeur. Tu ne t’y attendais pas. Elle beuglait le nom de son amie imaginaire au milieu des champs, mais de toute évidence, la petite fille aux yeux de poupée ne pouvait répondre. Le cri finit par lui rompre la gorge, et la douleur se fit plus palpable. Toi, toi t’en menais pas large. Tu savais très bien que c’était pour son bien. Que demain, ou dans un an, elle irait mieux.

Un, deux, trois, Stella n’est plus là.


En même temps, cette décision ne t’appartenait pas. Il ne faut pas dire aux enfants que le Père Noël n’existe pas ; il faut les laisser comprendre, quand ils sont prêts. Et si vraiment, ça ne vient pas, il faut se déguiser plusieurs années de suite en attendant qu’ils reconnaissent nos visages joviaux sous la barbe.


Son regard s’est porté vers toi, et t’as caché ton museau dans tes moustaches. Petite toilette. Elle pleura ensuite, et cela te paniqua assez pour que tu caches tes yeux dans la chevelure de Stella. Méthode de l’autruche, ça, on maitrise.

Quatre, cinq, six, j’suis tout aussi surprise.


Ça ne suffit pas, pourtant. Tu aurais du le savoir. Maintenant, tu es le suspect principal. Elle t’interroge sur votre dernière entrevue, compte sur toi. Sur la confiance qu’elle a placé en toi. Tu sais pas quoi faire. T’as son nez contre ton museau et t’en mènes pas large.

Tu pourrais lui rendre la Stella que tu caches entre tes pattes. Mais tu crains qu’elle s’y raccroche plusieurs années encore. Elle est trop vieille pour son Père Noël. En revanche, tu peux adoucir l’affaire. Tu peux chercher un substitut. Peux-tu devenir Stella ? Tu as su devenir un chat. Pourquoi pas. C’était moins difficile à jouer, comme rôle ; tu lui ressembles un peu plus.

Sept, huit, neuf, tue la peur dans l’oeuf.


Tu t’es mise à trembler contre son museau. Secouée par des ondes improbables. Tu as rejeté la tête en arrière et allongé les jambes sur lesquelles tu étais accroupie.
— T’as vraiment cru qu’un chat pouvait nous séparer ?

— Je l’ai mangé. 


Je suis Stella et j’ai mangé le chat ; je ne voulais pas qu’il devienne l’ami de la petite fille. Je la voulais pour moi, rien que pour moi.

Et tu sais quoi ? Toi aussi. Tu m’appartiendras.

Dix, onze, douze, Stellach est ma binouze.


Stella et le chat sont comme les doudous qu’il faut renverser par l’intérieur. D’un côté, un visage de lapin sur un carré de tissu. De l’autre, une marionette aux jeux dangereux. Ne te trompe pas en lançant le dé.

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Collines de Loutry Ste Chaspoule

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 10

 Collines de Loutry Ste Chaspoule

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Les villages-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.