AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 3 sur 4
Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Luia Luminos
Serdaigle
Serdaigle

Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Luia Luminos, Lun 18 Mai 2015 - 11:12


Luia s'était présentée à sa cousine qui lui avait demandé si elle était Luia et elle avait répondu par l'affirmative bien évidemment. Puis elle avait demandé si elles y allaient et qu'elle espérait que ce séjour allait être super. Sa cousine, que avait face à elle une inconnue, le regarda et dit:

-Euh.. Oui, suis moi.

On voyait qu'elle était intimidé mais peu importe Luia saurait lui montrer qu'elles pouvaient être de tyrès grandes amies ou du moins qu'elle n'avait pas à avoir peur d'elle, même si elle était Auror. Après tout, elle était aussi extravertie et adorait faire la fête. Luia suivit Alina sur le chemin, sa valise à la main. Tandis qu'elle marchait, sa cousine lui demanda:

-Tu as bien aimée l'avion ?

Luia sourit. Ce n'était pas son moyen de transport préféré mais il n'avait pas son permis de transplanage même si elle devait le repasser sous peu. Mais bon, ça s'était bien passé. Même si être au milieu de Moldus lui avait paru bizarre. Elle répondit:

-Ce n'est pas mon moyen de transport préféré mais ça va, je n'ai pas détesté.

Les deux jeunes femmes étaient arrivées dans une sorte de cabane poussiéreuse et Luia attendait les instructions de sa cousine.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : July Swann, Mar 4 Aoû 2015 - 14:35


Le RP se déroule durant l’été

July était entêtée. Lorsqu’elle voulait quelque chose, elle remuait ciel et terre jusqu’à l’obtenir. Cela devenait parfois une obsession. Une idée qui ne la quittait plus et qui trottait dans son esprit en permanence. Aussi, après son échec pour trouver un catalyseur afin de faire de la magie sans baguette, l’Anglaise ne s’était pas découragée. Elle avait tout repris à zéro et s’était remis dans les recherches. Elle dévora tous les livres qu’elle put trouver et échangea avec quelques spécialistes de la question.
Ce qu’elle n’arrivait pas à trouver, c’était l’élément déclencheur qui lui permettrait d’user de sa magie sans le formidable catalyseur qu’était sa baguette. Elle était tellement habituée à utiliser la petite sculpture en abricotier qu’elle se sentait totalement démunie lorsqu’elle ne l’avait plus en main. Pourtant, son corps était empli de magie qui ne demandait qu’à s’exprimer, mais elle ne savait pas comment la libérer.
Après quelques échanges avec un historien Allemand, spécialisé dans l’étude de la magie archaïque, le nom de Gustav Neruda lui fut confié. Ce sorcier, du siècle des lumières, s’était fait connaitre pour son refus obstiné d’utiliser une baguette magique. Il était persuadé que les sorts complexes n’étaient jamais aussi bien réussis qu’avec ses dix doigts. Il avait donc passé sa vie à adapter les enchantements à une pratique de la magie sans baguette et à en créer de nouveaux. Malgré son génie, Neruda ne fut pas pris au sérieux par ses paires et il mourut sans transmettre son savoir.
En fouillant un peu dans la vie de ce sorcier atypique, July découvrit que durant ses dernières années il avait vécu dans l’église de Saint-Nicolas de Malá Strana, hébergé par un prêtre généreux. A sa mort, les maigres biens du sorcier revinrent à l’édifice religieux. July supposa donc que les fruits de ses travaux devaient toujours s’y trouver -s’ils n’avaient pas été brulés comme le faisait l’église au Moyen Age.

July arriva à Prague par Portoloin, vêtue comme une moldue et uniquement équipée d’un petit sac à main agrandit avec un sortilège. L’Anglaise ne se sentait jamais très à l’aise dans les lieux moldus. Elle avait toujours ce sentiment désagréable de devoir cacher sa nature profonde. Et puis, toutes ces machines et ce bruit, c’était extrêmement désagréable.
Comme dans toute capitale, la ville était en effervescence. Les voitures passaient à toute vitesse et les gens couraient presque comme s’ils cherchaient à rattraper le temps qui leur filait entre les doigts.
Regarder à gauche, regarder à droite. Petit bonhomme vert, je peux passer. Gauche, droite, OK. Surtout, ne pas se faire écraser, ne pas finir comme Ailyne ...
Il n’y avait pas à dire, les balais ou les tapis volants étaient bien plus pratiques que ces machines à quatre roues. Moins bruants et moins dangereux.
Essayant d’oublier l’agitation alentour pour se concentrer sur son objectif, July farfouilla dans son sac à la recherche du plan de la ville. Les sortilèges d’extensions, c’était pratique lorsqu’on avait beaucoup de choses à transporter mais ça devenait vite compliquer lorsqu’il s’agissait de les récupérer. July avait déjà enfoncé son bras jusqu’au coude, mais elle craignait d’attirer l’attention si elle y mettait le bras entier.
Mais enfin, où pouvait bien être cette satanée carte ?!
Elle avait pourtant prévu un emplacement spécial pour qu’elle soit accessible facilement. Elle se souvenait parfaitement l’avoir testé et … Avoir ressorti la carte pour étudier son trajet une dernière fois avant le départ. Elle l’avait posé sur son lit, mais ne se souvenait pas l’avoir repris.

July se maudissait intérieurement. Elle n’avait plus qu’à faire avec ses souvenirs. Si sa mémoire était bonne, il fallait qu’elle prenne une grande rue, un peu plus loin. La sang-mêlé se mit donc en marche, à travers la foule.
Se déplacer à pied permettait d’admirer l’architecture particulière de la ville. Les vieux bâtiments avaient un charme certain avec le contour des fenêtres finement sculpté. Les façades étaient mises en avant avec des couleurs chaudes qui semblaient attirer les rayons du soleil. July était assez satisfaite d’avoir quitté le gris de Londres pour cette belle ville ensoleillée.
Au bout d’une bonne demi-heure à déambuler dans la vieille vile, l’Anglaise du se rendre à l’évidence pour deux choses : premièrement, sa mémoire lui faisait défaut, deuxièmement, elle était perdue.
Elle se retrouvait donc dans une ville totalement inconnue, sans pouvoir transplaner, sans carte, et incapable de lire les panneaux qui étaient dans le dialecte du coin. Heureusement, l’Anglais était une langue utilisée à travers le monde, elle devrait donc pouvoir trouver quelqu’un pour demander son chemin. Elle repéra des clients attablés à un petit bar et se dirigea vers eux.
- Excusez-moi, bonjour, je cherche l’église Saint-Nicolas, pourriez-vous m’indiquer le chemin ?
Les deux hommes échangèrent un regard perplexe.
- L’église Saint Ni-co-las, répéta la rousse en détachant bien chaque syllabe. Cela n’eut pas l’air plus clair. Vous ne parlez pas Anglais ?... Ajouta-t-elle un peu déçue.


Dernière édition par July Swann le Mer 11 Nov 2015 - 18:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erin Burton
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Erin Burton, Mar 4 Aoû 2015 - 16:00


[RP avec July Swann]

Après l'épisode malencontreux de la valise à l'aéroport international de Prague, Erin avec sa valise se dirigea vers l'hôtel. Deux jours étaient passés, elle avait pu commencer à visiter un peu la ville.

Elle avait commencé avec la vieille ville qui renfermait une grande richesse architecturale. Armée de son plan, Erin essayait de se débrouillait du mieux qu'elle pouvait vu que les indications étaient écrites en tchèques. Elle avait tenté de communiquer avec des passants mais trouver un tchèque qui parlait très bien anglais c'était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. La jeune femme n'avait malheureusement pas tout visité, elle s'était juste cantonnée à la place de la vieille-ville. Erin était fortement impressionnée par tout ce qu'elle voyait. L'église Notre Dame de Tyn était gigantesque, on reconnaissait très bien le style gothique, l'ancienne lionne avait passé la matinée à visiter cet édifice. Notre jeune blondinette n'avait pas pu s'empêcher de s'extasier devant l'orgue. Il avait une proportion démesurée et prenait une grande proportion sur le mur. Elle avait été fascinée par les orgues et se demandait toujours comment les moldus les fabriquaient.

Après un repas très rapide, Erin continua l'exploration de la place de la vieille ville et décida de s'attaquer à la tour de l'horloge astronomique. D'une hauteur d'environ 69m, ce bâtiment nous permettez d'avoir une vue imprenable sur Prague. Une fois en haut, la jeune femme eut le souffle coupé devant cette vue et put se rendre compte de l'immensité de la ville. Toujours avec son plan, elle essaya de repérer au loin les monuments qu'elle pourrait visiter, certains bâtiments étaient facilement repérables, pour les autres c'était plus dur. La jeune femme fit le tour de l'édifice, elle redescendit vers l'extérieur et admira l'horloge astrologique qui surplombait la façade de la tour ainsi que le cadran solaire.

La journée terminée, Erin arriva, épuisée, à son hôtel, elle s'endormit comme une masse. Le lendemain après un petit-déjeuner copieux. Durant son petit déjeuner, la jeune femme décida d'aller visiter l'église Saint-Nicolas, cette dernière était réputée. En regardant son plan, l'ancienne lionne analysa le chemin qu'elle devait prendre, au pire, elle pouvait se repérer facilement mais avoir le nez devant une feuille pour marcher n'était pas pratique. Elle passa par le pont Charles qui surplombait vltava. Deux tours gothiques sont placées à chaque extrémité du pont. A intervalle régulier, on avait un petit pilonne qui était surmonté de statut. Le pont est entièrement piéton et on y voyait une sacré foule dessus. Erin passa non loin dun bar et entendit une jeune anglaise, vu son accent, essayait de communiquer avec deux tchèques. La jeune femme s'arrêta et voyant que cette dernière ne faisait que galèrer. Après deux-trois minutes, Erin s'approcha de la jeune anglaise et lui tapota doucement l'épaule.


-Excusez-moi, je vous ai entendu parler. Je peux vous aider, je suis anglaise. Les tchèques ne parlent pas beaucoup anglais.

La jeune femme sourit à sa compatriote.

-L'église saint-Nicolas n'est pas très loin d'ici, justement, je vais la visiter.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : July Swann, Ven 7 Aoû 2015 - 22:42


Lorsqu’elle sentit une pression sur son épaule, la rousse sursauta et ses muscles se contractèrent dans un réflexe inné de répulsion. July n’était pas quelqu’un de très tactile et elle tenait au respect de son espace vitale. D’autant plus lorsqu’il s’agissait d’étrangers. Légèrement offusquée de se faire ainsi agressée, la sang-mêlé se retourna. Son air, mi-surpris mi-renfrogné, se transforma en un large sourire lorsqu’elle posa les yeux sur une jeune femme tout à fait charmante et, qui plus et, Britannique.
Une compatriote, quelle chance !
Comble du hasard, la jeune femme se rendait justement à l’église St Nicolas et elle lui proposait son aide. Trop heureuse d’avoir trouvé quelqu’un qui la comprenne, July accepta avec enthousiasme :
- Oh, c’est formidable ! Et bien oui, merci beaucoup pour votre aide ! … Tête en l’air que je suis, j’ai oublié le plan qui devait me servir de guide, avoua-t-elle un peu penaude, tout en reprenant la route accompagnée de la jeune femme. Je suis July Swann, enchantée !
Elle avait quitté l’Angleterre depuis à peine quelques heures mais entendre sa langue natale était un véritable soulagement. Se retrouver seule et perdue dans un pays étranger n’était pas très agréable. July nota donc que dorénavant, elle s’arrangerait pour effectuer ses missions en duos. Peut-être qu’avec une deuxième cervelle, elle n’oublierait pas la moitié de ses affaires !

La joie d’avoir trouvé une anglophone passée, July se demanda si cette rencontre n’allait pas l’handicaper plus qu’autre chose. Elle était là pour trouver un trésor et aurait probablement à user de sa magie. Même si, pour sortir sa baguette, elle serait contrainte de revenir durant la nuit. Avec la quantité de touristes que devrait drainer cette église, ce n’est qu’au soleil couché qu’elle serait sure de ne pas briser le code du secret magique. Pour l’instant, il fallait simplement qu’elle fasse un repérage et qu’elle se comporte comme une moldue. Plus facile à dire qu’à faire …
Avant de partir, July avait étudié l’histoire de la ville et du pays, mais elle n’avait pas pensé à se tenir au courant des actualités moldues, au cas où elle serait amenée à en rencontrer un. Grave erreur. Il ne lui restait plus qu’à esquiver les sujets d’actualité et se concentrer sur des sujets plus généraux. Elle espérait qu’il lui restait suffisamment de matière de ses trois ans passée aux côtés des moldus sur le nouveau continent.
- Vous venez d’où, en Angleterre ?, demanda July pour amorcer la conversation. ... Moi je viens d'une petite bourgade, dans le nord. Brandybuck Town, vous connaissez ? Mais maintenant je réside à Londres.
Ne se sentant pas très à l’aise avec le vouvoiement –la jeune femme qui lui faisait face devait avoir son âge, pas la peine de se prendre la tête avec des marques de respect désuètes-, elle ajouta :
- On peut peut-être se tutoyer ?

Avec la carte d’Erin, le monument fut bien plus facile à trouver. Les deux femmes arrivèrent sur une grande place au bout de laquelle trônait l’église, majestueuse. Toute de blanc vêtu, la façade était décorée de sculptures, de statures imposantes et de vitraux. Bien que July n’ait pas une grande estime pour les édifices religieux, elle ne put que reconnaitre le travail, la patience et le talent qu’une telle œuvre avait due demander. Elle connaissait également la valeur inestimable qu’avaient les vestiges du passé. L’histoire était importante et en garder des traces l’était tout autant.
- J’ose à peine imaginer le travail qu’une telle construction a du représenter, commenta July, impressionnée.
« Et tout cela, sans magie, ajouta-t-elle mentalement »
Si seulement le code du secret n’avait jamais existé. Moldus et sorciers auraient pu s’entres aider. Cela était possible, la société d’Égypte ancienne en était la preuve. Mais avec toutes ces années de séparation, à vivre caché, il semblait impossible que les deux communautés puissent cohabiter à nouveau. Trop de choses les séparaient à présent.
Revenir en haut Aller en bas
Erin Burton
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Erin Burton, Lun 17 Aoû 2015 - 13:20


La jeune femme en face d'Erin sursauta, l'ancienne lionne crut qu'elle allait faire une syncope sur place. Au départ, la jeune femme croyait l'avoir dérangée, mais elle sentit rapidement un soulagement peindre sur son visage.

- Oh, c’est formidable ! Et bien oui, merci beaucoup pour votre aide ! … Tête en l’air que je suis, j’ai oublié le plan qui devait me servir de guide. Je suis July Swann, enchantée !

-Erin Burton, enchantée.

La jeune femme fouilla dans son sac et sortit le plan ou elle avait noté l'emplacement de l'église. Elle se repéra facilement et entendit July lui demander d'où elle venait. Et si elle connaissait son village natal.

[b]- Je suis née à Limerick, en Irlande, j'ai juste entendu parler de votre village. Actuellement je vis dans un petit village en écosse. Bine évidemment qu'on peut se tutoyer


Ne sachant si la jeune femme était une sorcière, Erin préféra ne rien dire, imaginez, c'était une moldue. Les deux jeunes femmes commencèrent à marcher  et peu de temps après, elles se trouvaient devant l'édifice. La place était immense et l'église était majestueuse. L'ancienne lionne était subjuguée, elle n'avait jamais vu un édifice pareil, il était immense et parfaitement entretenu.

- J’ose à peine imaginer le travail qu’une telle construction a dû représenter

-Ca a dû demander beaucoup de travail. Ils ont toujours fait des choses impressionnantes. Bon on va rester planter là, rentrons dans l'église.

Erin commença à s'avancer au milieu des touristes qui se pressaient devant l'église, elle replia sa carte et la rangea dans son sac. En passant devant l'église, Erin vit un monde à l'intérieur, on pouvait voir que le monument était incontournable. L'intérieur de l'église n'avait rien à envier de l'extérieur, c'était toujours aussi splendide, une grande allée centrale était bordée de banc. La jeune femme vit un baptistère à l'entrée, elle trempa sa main droite dedans et fit un signe de croix. Elle n'était pas croyante mais c'était un geste réflexe qu'elle avait attrapé lorsqu'elle visitait une église avec ses parents. Les vitraux reflétaient peu de lumière dans l'église, il faisait assez sombre mais on pouvait se repérer quand même.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : July Swann, Ven 28 Aoû 2015 - 15:12


A la suite d’Erin, July pénétra dans l’édifice religieux. Les pupilles de la rousse se dilatèrent en même temps qu’un frisson la secoua. Après le soleil de plomb qui frappait la ville avec vigueur, le lieu semblait sombre et froid. Les rayons chauds et éblouissants ne parvenaient pas à passer l’épais mur de pierre dont était faite l’église. Mais c’était ben agréable, de se réfugier dans la fraicheur.
Comme certains croyants, Erin marqua son corps à l’eau bénite. July n’était pas vraiment une habituée des églises. Ses parents étaient tous deux athées et son père éprouvait quelques rancœurs envers la religion, hérité de ses ancêtres sorciers. Tout ce qu’elle savait, de ce sujet, elle l’avait appris à Poudlard, en histoire de la magie.

July s’élança dans l’allée centrale, en direction de l’hôtel. Des bancs en bois massif s’alignaient sur un dallage noir et blanc. Ils étaient bordés de colonnes de marbre. Sur chacune d’entre elles était posé une statue tellement bien travaillée qu’elle semblait constituée d’étoffe et de chaire. Ce n’était pourtant que des géants de pierre. Ça et là, des dorures rappelaient la richesse du lieu, le prestige de l’église plusieurs fois centenaire.
Lorsque les yeux s’élevaient vers les cieux, on pouvait voir un ballait de couleur. Les fresques religieuses recouvraient chaque voute, ne laissant aucun espace blanc. L’endroit était vraiment magnifique.

L’émerveillement passé, July se reconcentra sur son objectif : trouver des indices. Sa curiosité l’éloigna quelques peu d’Erin et les deux femmes poursuivirent la visite au gré de leur sensibilité artistique.
Studieuse, July plongea la main dans son sac agrandit pour se saisit d’un parchemin et d’une petite plume à système autoencreur. Les moldus allaient surement trouver cela excentrique, mais elle n’avait rien prévu d’autre.
L’Anglaise se lança ensuite dans ses recherches, observant les tableaux avec minuties et contemplant les statues sous toutes les coutures. Vue de l’extérieur, elle devait simplement avoir l’air d’une jeune femme passionnée. Tellement passionnée que même le dallage et la sculpture des colonnes semblaient l’intéresser. Elle notait tout, même si la plus part des éléments s’avèrerait probablement inutiles. Il aurait fallu qu’elle puisse toucher, pour chercher des mécanismes cachés. Lorsqu’elle pensait que personne ne la regardait, elle laissait trainer un doigt léger, négligemment.

Après avoir longuement étudié une fresque murale, July se retrouva devant la statue d’un personnage religieux. A côté de lui se trouvait un chérubin, seulement habillé de ses rondeurs juvéniles. Il regardait l’homme avec admiration ce qui rappela à July l’immense statue qui décorait l’Atrium du Ministère de la Magie.
Erin était justement entrain d’admirer la sculpture et July lui lança un regard amical lorsque leurs yeux se croisèrent.
La sang-mêlé griffonna quelques notes sur son parchemin avant de partager ses impressions :
- Je suis toujours admirative du travail des sculpteurs. Les vêtements, on dirait des vrais, je ne sais pas comment ils peuvent arriver à faire des choses aussi précises.
La voix de July n’avait été qu’un murmure, pourtant elle avait paru trop forte pour ce lieu de prière.


Dernière édition par July Swann le Dim 13 Sep 2015 - 22:28, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Erin Burton
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Erin Burton, Sam 5 Sep 2015 - 11:40


Erin était subjuguée par la beauté des lieux, une fois entrée dans l’édifice, elle oublia assez vite July. Quand la jeune femme était une touriste, elle ne s’occupait pas vraiment des gens qui l’accompagnaient, les gérants pouvaient demander d’évacuer la salle qu’elle ne les entendrait pas. La jeune femme analysa avec ses yeux les statues autour d’elle et les nefs qui surplombaient le plafond. Ces derniers étaient très hauts et les sculptures qu’on pouvait apercevoir autour étaient réalisées avec une perfection.

Il y avait un sens du détail pour une église construite entre 1673 et 1752. L’église avait un reflet assez doré ce qui donnait un style assez riche à l’édifice. Les gens autour d’eux prenaient des photos et dialoguaient dans diverses langues. L’église Saint-Nicolas à Prague est un monument très visité et prisé des touristes.

La jeune femme se rapprocha de July qui était de noter quelque chose sur son calepin, elle devait sûrement noter des détails sur le monument. Erin n’était pas de ce genre et préférait les photos, elle fonctionnait avec le même mode opératoire. Elle prenait des photos avec un appareil photo moldu et arrivait chez elle, la jeune femme faisait agir une potion pour faire mouvoir la photo s’il y avait besoin.
July déclara à Erin qu’elle était admirative du travail qu’avaient fait les constructeurs et surtout leur sens du détail.


-Oh, tu sais, je pense que pour mes vêtements, ils doivent avoir sûrement des documents d’archives pour être plus proches de la réalité. Mais c’est vrai qu’on niveau des sculptures, ils ont dû beaucoup travailler les moldus… chuchota Erin, cette dernière se rendit compte vite fait de son erreur. Je voulais dire les Tchèques.

Erin pria intérieurement pour que July ne remarque pas son erreur.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : July Swann, Dim 11 Oct 2015 - 16:59


Je suis sincèrement désolée pour le retard. / Libre arbitre d’Erin accordé

Erin aussi avait l’air d’admirer le travail titanesque qu’avait du représenter cette église. Comme d’autres autour d’elles. De petites étoiles brillaient dans les yeux émerveillés des touristes. Grands ou petits, quelles que soient leur origine, ils appréciaient la beauté du lieu.
July ne réalisa pas tout de suite que la jeune femme venait d’employer le terme de « Moldu ». Pour la rousse, c’était tout à fait naturel, sauf que là, elle pensait justement avoir à faire à une moldue.
L’expression de l’Anglaise changea pour revêtir une mine étonnée. Elle dévisagea un instant son interlocutrice. Etait-elle sorcière ? Il ne pouvait en être autrement sinon elle n’aurait pas utilisé ce mot. Elle savait que les moldus se qualifiaient rarement ainsi, trouvant que le thème péjoratif. Ainsi, sa mère préférait toujours se présenter comme étant « sans pouvoirs » .
Cela expliquait qu’Erin n’ait pas tiqué devant le parchemin et la plume d’oiseau que July utilisait pour écrire. Il n’y a bien que pour des sorciers qu’un tel attirail était parfaitement normal.
Bien qu’elle soit quasiment sure d’avoir affaire à une magicienne, la rousse ne pouvait se résoudre à demander directement si, oui ou non, elle était bien une sorcière. Elle posa donc une question plus vague :
- Tu n’aurais pas fait ta scolarité à Poudlard, par hasard ?
Ainsi, si elle n’avait pas connaissance du monde magique, elle lui répondrait intriguée que non, elle n’avait jamais entendu parler de cet établissement.

Les quelques secondes qui s’écoulèrent avant la réponse de la jeune femme parurent à July une éternité. Briser le secret magique était gravement puni et, elle se vit un instant, interrogée devant le Magenmagot. Le temps fut suspendu, jusqu’au « Oui », soufflé par Erin.
Les muscles de July se détendirent et un sourire vint éclairer son visage.
- C’est fou !, répondit-elle un peu trop fort, sur le coup de la surprise. Ses mots résonnèrent dans l’édifice de pierre, comme une agression à coté des murmures respectueux. Légèrement honteuse, la sang-mêlé reprit plus bas : Je n’avais pas beaucoup de chance de tomber sur une Anglaise, mais en plus sur une sorcière ! J’ai fait ma scolarité à Poufsouffle. Tu es ici pour le travail ou juste pour le tourisme ?
Voilà qui rendait les choses plus intéressantes. Peut-être qu’Erin aurait des informations sur le trésor caché entre ces murs. Ou concernant d’autres légendes intéressantes.
July savait bien qu’elle n’avait pas le droit de divulguer des informations concernant des recherches faites pour la guilde, mais la sang-mêlé avait toujours tendance à penser que si elle ne faisait pas mention du groupe d’érudits, elle n’aurait pas de problème. Si elle expliquait la raison de sa venue à la jeune femme, celle-ci la prendrait surement pour une exploratrice, une chasseuse de trésors ou de vieux mites. Rien de compromettant pour ses camarades guildiens.
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Tia Callaghan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Tia Callaghan, Jeu 11 Fév 2016 - 21:57


Une nuit dans la ville aux mille tours et mille clochers - Pv Shaun Hyde

Tia ne savait pas pourquoi elle était partie dans ce train. Enfin si. Mais non. Au départ, elle était sensée récupérer une amie moldue à la gare, mais elle avait été distraite par autre chose. Son esprit était si embrouillé…

Tia se leva prudemment, histoire de ne pas perdre conscience à nouveau. Ouvrit les yeux. Elle se trouvait dans une chambre d’hôtel. Quel hôtel ? La brune fronça les sourcils. Tenta de replonger dans ce qui s’était passé le jour précédent…
Effectivement, elle se souvenait avoir récupéré son amie à la gare, avoir papoté un moment puis la laisser partir chez ses grands-parents. Elle, elle était retournée à la gare. Pourquoi ?
Ah oui. Une silhouette familière. Un grand brun. Comment il s’appelait, déjà ?

La rouge et or finit par marcher lentement jusqu’à la salle de bain et continua sa réflexion. Il était monté dans le train. Et elle… Elle avait toutes les vacances de février devant elle. Et vu qu’elle le connaissait… Hum, pas beaucoup mais ils étaient quand même meilleurs amis, et bah elle avait décidé de le suivre… Dans le train… Sans billet… Mais qu’est-ce qu’il lui avait pris ? Ses envies d’aventure la laissait parfois perplexe…

Elle sursauta lorsqu’elle se regarda dans le miroir. Une tête à faire peur. Elle avait fait la fête ou quoi ? Zieutant un peu partout, elle découvrit une grande bouteille vide au pied de son canapé. Vodka. Shit. Elle avait donc la gueule de bois. La douche la réveilla un peu, mais sa migraine ne s’arrêtait pas. En plus, elle n’arrivait pas à se souvenir de quelque chose après… Où était donc passé Shaun Hyde ? Tia n’en pouvait plus. Elle s’habilla vite fait d’un débardeur et d’un jean, puis fila dans la pièce commune où elle finit par se rendormir dans le canapé.
Et ne se doutant en aucun cas de ce qui se passait tout près d’elle…
Revenir en haut Aller en bas
Shaun Hyde
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Shaun Hyde, Mer 17 Fév 2016 - 17:25


Shaun se réveilla difficilement avec un mal de tête
*Aie ma tête * pensa-t-il fortement
Puis en un instant il découvrit qu'il n’était pas chez lui car il ne reconnaissait pas la douceur des ses draps habituels. Shaun se redressa d'un coup dans le lit et regarda autour de lui et découvrit avec stupéfait devant la scène qui se présentait à lui , une chambre totalement saccagé avec des bouteilles d'alcool vides un peu partout. Shaun ferma les yeux et souffla un grand coup en espérant à un cauchemar.
*Punaise c'est quoi ce bordel ! *
*Mais... Mais … Pourquoi je suis nu ?! *
Shaun rouvrit ses yeux et voulu regarder l'heure et regarda donc sur la table de chevet et vit un soutien-gorge en dentelle blanc
*Wow la ça devient carrément flippant *
*Je suis sur que j'ai était drogué , j'ai déjà vu ça dans des reportages , les criminelles droguent leurs victimes et leurs volent des organes afin de les revendre *

Shaun regarda rapidement sous ses cotes afin de vérifier que ses reins étaient encore la , il n'y avait pas de cicatrices , Shaun était rassuré.
*Bon je vais quand même m'habiller et essayer de voir ou je suis *
Il chercha donc ses habits dans le bordel qui régnait dans la chambre avec difficulté et manqua de tombé plusieurs fois car il avait la tête qui tourné.
Au moment d'ouvrir la porte de la chambre , Shaun se rendit compte qu'une culotte en dentelle blanche était accroché à la poignée de porte , il la pris à deux doigts et la fit tombé puis instinctivement Shaun se retourna et regarda le lit et vis avec stupéfaction que le lit n'était pas vide , il y avait une forme humaine immobile sous les draps du lit
*Non c'est pas possible ! *
Shaun s’empressa de s’échapper de cette chambre cauchemardesque et se retrouva dans un salon sombre tout autant en bordel que la chambre et vis un tête endormi dépasser du canapé.
Shaun s'approcha du canapé et distingua que la tête qui dépassait du canapé n'était autre que la tête de son amie Tia.
*Non ! Me dis pas que j'ai... Pas avec elle quand même , elle est jolie et c'est vrai que je l'aime bien mais je suis pas préparé à ça... *
Un sentiment de tristesse le pris et il s'en voulut un instant puis il vient taper sur l'épaule de Tia
-Hey pssst pssst
Revenir en haut Aller en bas
Tia Callaghan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Tia Callaghan, Sam 20 Fév 2016 - 13:06


Son sommeil n’était pas réparateur. Il était lourd, sa tête s’enfonçait progressivement dans le canapé et c’était au-dessus de ses forces de tenter le moindre mouvement. Un filet de lumière passa entre les volets fermés du salon pour venir se poser un instant sur sa couverture, ce qui la fit frissonner. Au-delà de ses rêves sans queues ni têtes, elle percevait des sons étouffés. Des exclamations, des bruissements, une porte qui s’ouvrait. Ce devait être des bribes des souvenirs de sa nuit passée à se saouler. Mais se saouler pour quoi, au juste ?

Elle se souvenait bien d’avoir passé sa soirée avec Shaun, mais tout le reste, même l’endroit où ils étaient allés picoler, restait complètement flou. Un semblant d’angoisse la prit un instant à la gorge, mais elle le refoula bien vite en s’emmitouflant encore un peu plus dans sa couverture. Elle devait sûrement être seule dans ce salon. Elle n’osait pas penser au bazar qu’elle avait dû faire dans les autres pièces, vu qu’elle n’était alors pas du tout consciente de ce qu’elle faisait. Lui restait-il même assez d’argent pour rentrer ? Tia se rendit compte qu’elle ne savait pas non plus où l’hôtel était situé dans la ville. Et elle ne parlait pas le russe… La Gryffon avait fini par laisser l’angoisse la dompter, finalement. Ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas fait une bêtise pareille, et de plus dans un pays qui lui était étranger.
Le cliché que les Anglais boivent beaucoup devait s’être confirmé.
Le fil des pensées embourbées de Tia furent soudainement stoppées par un contact. Plus précisément, on lui tapotait sur l’épaule. What ? Quelqu’un d’autre était dans la pièce ?

-Hey psst psst. Le chuchotement était difficile à identifier. C’était peut-être un membre du personnel de l’hôtel. Aïe. Elle se décida, avec un effort suprême, d’ouvrir un œil. A travers sa vision floutée par le sommeil, elle distingua une coupe de cheveux bruns en pétard, une forte carrure… What ?

Brusquement, Tia écarquilla les yeux, son stress ne faisant que décupler ses capacités à analyser la situation. Rectification : ce n’était pas une femme de chambre. Deuxièmement : la surprise et le regard hagard du monsieur en face d’elle la troublait profondément. Troisièmement : ce n’était pas n’importe quel monsieur, c’était son meilleur ami, Shaun. Quatrièmement : Qu’est ce qu’il faisait là ? Cinquièmement : il semblait, lui aussi, sortir d’un profond sommeil et d’une belle gueule de bois vu qu’il avait du mal à rester debout. Décidément, le voyage improvisé ne lui réussissait pas, mais alors pas du tout.

Tia se releva bien rapidement de son canapé en s’en voulant aussitôt. Elle eut un haut-le-cœur, mais se retint. Fallait pas salir la moquette, si déjà la situation s’annonçait beaucoup plus compliquée que prévue. Remise de son vertige, elle voulut prendre la parole, mais, seconde humiliation, elle ne réussit à sortir qu’un coassement enroué. Non seulement elle avait une gueule de bois, mais en plus ses cordes vocales s’étaient enregistrées sur le mode muet, ou encore elle n’avait plus de voix. Parfait.
Au comble de l’angoisse, Tia ne put que faire un regard désespéré en direction des yeux bleu-vert de son camarade. En espérant qu’il avait de quoi lui expliquer toute cette mouise. Tout en ne le quittant pas des yeux, elle fonça vers la salle de bain, chercher quelque chose qui pouvait soulager sa gorge et leur mal de tête.
Revenir en haut Aller en bas
Shaun Hyde
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Shaun Hyde, Dim 6 Mar 2016 - 23:55


Shaun eu peur lorsqu'il vit que Tia eu un haut le cœur et s’écarta rapidement mais il manqua de s’emmêler les pieds et de trébucher.
Il sourit alors de la situation et regarda Tia et lui demanda à voix basse :

-Coucou , ça va ?

Puis il se souvient alors de la chambre d’où il venait et chuchota à la Griffon :

-Il faut qu'on fasse attention il y a quelqu'un dans la chambre , je comprend rien à ce qui se passe , j'ai un mal de crane pas possible et c'est vraiment très étrange ici tu te souviens de quelque chose ? En tout cas moi rien du tout.

Puis Shaun s’assit sur le canapé en attendant la réponse de la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Tia Callaghan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Tia Callaghan, Lun 7 Mar 2016 - 21:13


Tia ne trouva qu’un malheureux doliprane moldu dans les affaires pharmaceutiques. Cet hôtel était vraiment pourri, en fait. Prévoyante, elle le cassa soigneusement en deux et le mit dans deux petits gobelets trouvés, eux aussi, au fin fond d’un tiroir poussiéreux. Revenu dans le salon, elle passa un des gobelets à Shaun, avisa le canapé… Et s’efforça de montrer qu’elle n’était pas totalement K.O. Ce qu’elle était, bien évidemment. Le brouillard que provoquait encore l’alcool devant ses yeux ne l’empêchait pourtant pas d’entendre les sons correctement. Pourtant, elle fut quelques peu déstabilisée lorsque son ami débuta la conversation par un :

-Coucou, ça va ?

Ce petit décalage avec la bizarrerie de la situation ne lui déplaisait pas. C’était d’ailleurs ce qui faisait une partie du charme de Shaun. Cette pensée troubla un peu plus Tia, qui finit par se décider à répondre. En chuchotant. Sa voix était bel et bien cassée.

-ça va, merci et toi ?

Elle ne s’attendit pas du tout à la suite de sa réponse.

-Il faut qu’on fasse attention, il y a quelqu’un dans la chambre, je comprends rien à ce qui se passe, j’ai un mal de crâne pas possible et c’est vraiment très étrange ici tu te souviens de quelque chose ? En tout cas, moi rien du tout.

Euké. Quelqu’un dans la chambre. Tia croyait halluciner. Après une courte réflexion, elle se dit que, comme ils étaient partis pour un flash-back totalement déjanté, la personne en question devait leur être inconnu. Et oui, sinon ce n’était pas drôle, n’est-ce pas ?

-J’ai peur pour la suite…Soupira-t-elle tout d’abord à l’attention de son camarade. Moi non plus j’y comprends rien, je me souviens juste qu’on est arrivés à Prague hier – car oui, on est en Russie- pour fêter je ne sais quoi. Après, le noir complet. On a dû aller dans un bar, avec la quantité d’alcool que j’ai trouvé jusque dans la douche ! Le mal de crâne, je l’ai depuis que je me suis réveillée.

Elle hésitait aussi à ajouter une autre pensée qui la titillait. Elle espérait également qu’ils n’avaient pas fait autre chose. De beaucoup plus intime et totalement incontrôlé. Une petite voix lui chuchota qu’en réalité, sa peur cachait peut-être un sentiment plus profond et caché. Un sentiment qu’elle n’arrivait pas à identifier depuis qu’elle avait rencontré  le Serdy. Ce même sentiment qui la troublait à chaque fois que Shaun prenait la parole, qu’il avait cette attitude attentive, calme et mystérieuse à la fois. Cette attitude et ce regard qu’elle avait surnommé son « charme ». Mais quel sorte de charme ?
La rouge et or respira un grand coup, se rendant compte que son poignet tremblait légèrement à l’idée de découvrir la fameuse chambre. Elle finit son médicament, et d’un regard, invita le Serdy à la suivre.

                           
***

C’était encore pire que ce qu’elle imaginait. Sur le drap relevé d’où avait dû sortir Shaun, une personne à moitié dénudée était en effet assoupie juste à côté. Une culotte par terre. Un soutien-gorge sur le réveil qui marquait 11h. Tia déglutit. C’était son soutien-gorge. Des vêtements éparpillés. Des bouteilles, partout. Elle trébuchait sur plein de choses dont elle ne voulait absolument pas savoir la provenance. Etourdie, elle ressortit bien vite de la chambre maudite, les larmes aux yeux. C’était quoi ce bordel ? Incapable de contrôler sa respiration saccadée, elle ne voyait à présent qu’une solution. Sans regarder Shaun, elle annonça une hypothèse.

-Ok. Ok. Ce n’est peut-être pas ce que l’on croit. Je te propose de laisser cette fille là où elle est, vu son état je pense qu’on en tirera rien. Faut trouver un indice de cette soirée. Une carte d’invitation, un numéro de téléphone. Si on ne trouve pas, on descend demander à l’accueil ce qu’il s’est passé.

Puis elle eut un accès de colère.

-Et je te préviens, même si c’est vraiment la Mer**, même si on se fout la honte à cause de nos conneries, on fonce. Je veux tout savoir de ce qui s’est passé hier soir.

Elle se sentait  mal. Moitié hystérique, moitié amusée, moitié coléreuse. C’était sa façon à elle de compenser le fait que, pour une fois, elle ne contrôlait pas la situation. Elle se rendit compte qu’elle n’osait plus regarder Shaun. Elle espérait qu’elle ne le mettait pas en rogne, lui aussi.
Finalement, elle se jeta dans la bataille du salon.
Revenir en haut Aller en bas
Antiochus Omega
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens
Chercheur en Confection de Potions


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Antiochus Omega, Mar 31 Mai 2016 - 8:00


Rp unique


La nuit était déjà tombée sur la ville de Prague laquelle, alors que nous étions en pleine période estivale, s’était vêtue de toutes ses lumières les plus scintillantes afin d’accueillir les festifs du monde entier. Au cœur de la vielle ville, les rues étaient animées par le passage de nombreux touristes qui serpentaient de façon saccadée et mal arrangée sur les pavés du quartier.  Il faisait chaud et la plupart des personnes portaient des t-shirts et des pantacourts, une cannette de bière ou une bouteille d’alcool fort à la main. Les voix étaient enjouées et se confondaient régulièrement en éclats de rire. La nuit allait être longue, l’alcool allait couler à flots et tous repartiront en titubant au petit matin, heureux du slow avec l’inconnu de la boite. Derrière le théâtre national qui était un duo de deux bâtiments architecturalement opposés, l’un de l’époque baroque, l’autre de l’époque moderne des années 70, comme un vaste bloc de tuiles plates en verre, se trouvait, dans une petite rue qui naissait aux quais de la Vltava,  un petit bar que seuls les habitués du coin fréquentaient et connaissaient. L’enseigne indiquait ‘Bar 7’. Bar 7 était un endroit un petit peu alternatif. Lorsque l’on y entrait, il y avait une première pièce carrée plus ou moins spacieuse au milieu de laquelle un pilonne trônait. Le bar et son comptoir, l’ensemble en bois, étaient situés dans le coin au fond à droite. Sur la gauche, des tables, des chaises et un fauteuil étaient entreposés et ils provenaient d’une époque si old school américaine que l’on aurait pu se croire, avec le plancher de vieux bois, dans un saloon du far west. Il y avait au fond un petit couloir parallèle à l’entrée principale, avec deux pièces pour les hommes et les femmes, ainsi qu’un espace menant à une seconde pièce, rectangulaire, plus étroite et dont les tables étaient toutes occupées. Il y avait beaucoup de musique ce soir là et un monde noir allait et venait dans le peu d’espace qu’il y avait. Les verres trinquaient, les gens fumaient, riaient, criaient, honorant une fin de semaine difficile pour tous. Au fond de la seconde salle, il y avait une table ronde à laquelle cinq personnes étaient assises. La discussion semblait tourner autour d’un seul vers lequel les interlocuteurs étaient tournés et qui de sa voix roque animait un débat. Il avait le teint légèrement rouge, ayant bien arrosé son estomac d’alcool, portait une paire de lunettes sur son nez et ses cheveux étaient en broussailles, plus absents au centre.  Il semblait avoir la cinquantaine et portait un t-shirt avec pour design une fusée lequel était surmonté par une chemise verte à carreaux. Avec toute l’aura joviale et bon vivante qu’il dégageait, il comptait une de ses nombreuses aventures à l’auditoire, faisant preuve d’une gestuelle théâtrale et de beaucoup de répondant dans son parlé. Quelques fois, il cessait son discours, ses lèvres revenant à sa choppe de bière, pendant que le silence était couvert par le rire de ses amis qui  réagissaient encore aux dernières plaisanteries du jeune homme. Alors qu’il s’apprêtait à reprendre le moment où il avait ouvert sans caleçon aux touristes russes logeant à côté son appartement, l’œil goguenard, il fut soudainement interrompu par un bruit lourd et retentissant qui fit se soulever toute la salle, renversant ici et là quelques centilitres de bière sur les tables. Un éclair blanc avait de façon éphémère éclairées les fenêtres voilées qui donnaient sur la terrasse de Bar 7, laquelle à cette heure, afin de respecter la tranquillité du voisinage, étaient fermée.  Antiochus, au centre de la terrasse plongée dans la pénombre, venait d’apparaître. Il était vêtu d’une toge en lin, poussiéreuse. Ses pieds étaient plantés dans deux savates en cuir et un pendentif pendait autour de son cou, tenu par une corde, et était à peine perceptible sous sa lourde barbe brune qui tombait au niveau de son plexus solaire. Antiochus passa sa main dans sa chevelure longue, sèche et broussailleuse afin de l’arranger après avoir transplané. Il revenait d’une longue marche au travers des forêts d’Allemagne et son corps sentait encore le petit bois. Il passa sa main machinalement sur sa toge afin de faire tomber les quelques brins d’herbes et de feuilles qui étaient épars sur le tissu puis il tira tout en se redressant sur sa barbe, afin de soigner son allure. Son regard interrogea quelques instants le lieu qui lui était familier. La cour était vide et sombre, les chaises avaient été rangées et l’arriére de trois batiments remontaient en cage de quartier jusqu'au ciel. Antiochus sortit sa baguette qui se transforma en longue canne. Il avança ensuite jusqu'à la porte close qui donnait acces a la seconde salle de Bar 7. Alors qu’il montait la premiere marche menant au seuil, la serrure se retracta d’elle même et la porte coulissa. La lumiere de l’intérieur eclaira le sorcier qui venait a present d’entrer. Le regard de toute la salle se tourna vers lui et l’on entendit durant quelques secondes que le son de la musique qui jouait. Parmi les regards ahuris face à sa tenue une voix s’eleva. Il s’agissait de celle de celui qui avait su anime si bien sa table jusqu'à present :

- Antiochus ! Tu es finalement present, comment vas-tu ?

Il s’était levé et alla faire une accolade à Antiochus, sa choppe de bière en main.

- Aye Mike, je me porte bien, et toi ? Comment se passe ta vie à Prague ?

- Ah tu sais ! La routine, visiter des galléries, payer mes factures, boire, boire, boire, faire la fête, dormir.

- Mike, Mike, Mike, tu ne changeras décidemment jamais ! Mais c’est aussi pour cela que je t’aime. Ha ha ha.

- Allez, viens t’asseoir avec nous et rattrapons le bon vieux temps. Jimmy ! Une choppe de bière pour Antiochus !

- J’apporte ça d’suite !


Antiochus et Mike allèrent rejoindre la table à laquelle le nouvel arrivant fut introduit par Mike. Les personnes, sirotant un verre en fumant, le saluèrent amicalement et l’invitèrent à se mettre à l’aise. La bière que Jimmy le barman avait promis arriva alors et quelques heures passèrent. Antiochus avait bu une grande quantité de bière mais il avait avalé une herbe qui atténua les effets de l’alcool, le laissant suffisamment se détendre tout en gardant sa raison présente en son for intérieur. Il faisait chaud en ce lieu et les discussions commençaient lentement à s’espacer. Antiochus se leva et tout en posant sa main sur l’épaule de son ami Mike, il invita ce dernier à le suivre. Les deux compères quittèrent la salle afin de rentrer dans les toilettes des dames, seule pièce large que l’on pouvait fermer à clef. Des images et des graffitis étaient étalés un petit peu partout sur les murs et le miroir du rince-mains avait été décoré d’un cœur en rouge à lèvres. Mike passa devant Antiochus et tituba jusqu'au siège des toilettes sur lequel il s’assit.

- Rot sonoreJe te laisse ouvrir l’accès à la salle secrète, je suis trop bourré pour faire ça.

- Tu es assis sur l’accès petit poivron. Lève toi et laisse moi t’aider.

Mike éructa de plus bel et fit claquer quelques fois sa langue, la bouche molle, avant de finalement trouver la force de se hisser sur ses deux jambes. Antiochus releva le couvercle et tira la chasse d’eau qui était sale.

- Allez, pose tes pieds la-dedans et ferme la bouche …

Alors qu’il enfilait son premier pied, Mike se plaint de vouloir commander une nouvelle bière avant de monter. Antiochus lui plaça la deuxième jambe dans la cuvette et en lui tapant sur l’épaule lui dit qu’il y avait des bouteilles de rhum entreposées dans la salle secrète,  en actionnant la chasse d’eau. Mike se mit à tourbillonner à la vitesse de l’éclair tout en glissant progressivement au fond de la cuvette. Le fond des toilettes l’aspira soudainement tout entier comme l’on aurait aspiré un spaghetti. Antiochus entra alors à son tour dans la cuvette, tira la chasse, et disparut.

Lorsqu’il réapparut, son corps tomba de moins d’un mètre sur une grille au travers de laquelle se répandit l’eau des toilettes qui s’était transportée avec le sorcier lors de son transfert. Il n’avait que les cheveux mouillés, ses vêtements étant enchantés de telle sorte que l’eau ne puisse les infiltrer. Il se releva et vit Mike qui avait pris place dans un siège rouge en face d’une cheminée qui logeait un feu brillant. La pièce était large, les murs couverts d’un tissu pourpre. Quelques peintures animées étaient éparses sur les façades dont l’une, particulièrement splendide, ornait le haut de la cheminée en briques rouges. Il représentait un navire bravant de lourde vagues sous un ciel orageux. De temps à autre, des éclairs tombaient sur les voiles et parsemaient la peinture de nuances de bleu cyan et de blanc. Antiochus aimait cet endroit que Mike et lui avaient confectionné afin de pouvoir s’octroyer un petit peu de confort en plein milieu de soirée arrosée. Le britannique alla rejoindre son ami américain devant le feu bourdonnant d’une exquise chaleur. Mike sortit une baguette de son jean et d’un geste du poignet, il fit apparaître deux verres de whisky avec des glaçons dont l’un vint se poser délicatement dans la paume d’Antiochus.

- Santé mon ami !

- À la tienne ! Rétorqua Antiochus

Après avoir encaissé le gorgée, Mike se tourna vers celui qu’il avait rencontré dans un festival dix ans auparavant, alors que Antiochus n’était qu’un jeune homme. Il posa sa main sur son épaule et lui fit :

- J’ai entendu la nouvelle de ton arrestation, tu as quand même fait fort en allant braquer Gringott’s ! Du coup, tu es toujours en cavale ?

Antiochus eut le regard qui pencha vers le sol, un court instant il se replongea dans la vie qui était maintenant la sienne, alors qu’il l’avait oublié quelques temps pendant qu’il s’entretenait à la table de Bar 7.

- Oui … Tu sais, par rapport à cet incident, Victor … Il a eut une grande partie à jouer dans la planification des évènements, j’ai cédé à sa ruse …

Mike soupira, le regard posé sur les flammes, il but une gorgée de whisky avant de répondre :

- Je comprends … déjà lorsque tu étais jeune tu avais toujours cette double facette, cette ombre derrière ta flamme qui t’a joué à maintes reprises des mauvais tours … Mais cette fois-ci hic c’est vraiment allé trop loin ….

- Je le sais, et c’est aussi pour cela que j’ai choisi l’exile, afin de pouvoir trouver un moyen par la méditation intérieure de contrôler ce diable !

- Je crois que je pourrais bien avoir un début de piste … As-tu déjà entendu parlé de l’Étoile Pourpre ?

Antiochus interrogea sa mémoire, il y en avait bien en effet une fois où il avait lu dans un traité de légendes en matière de botanique la trace d’une plante nommée Étoile Pourpre et qui aurait la capacité d’élever l’âme de son consommateur à un niveau tel, que celui-ci aurait la capacité certains pouvoirs nouveaux et procéder en continu à une maitrise pleine de ses capacités volitives, spirituelles et physiques. Mais une telle plante, si elle eut un jour existée, n’avait plus jamais été observée depuis l’ère de Merlin lui même.

- Oui mais cette plante, Mike, il ne s’agit que d’une légende, n’est-ce pas ?

- En voici une de légende, comptée par un alchimiste d’Inde spécialiste en matière de botanique également. Un soir alors que nous sirotions du lassi sur la terrasse de sa somptueuse villa, le professeur Ingduru me présenta un journal de bord qu’il me dit ayant appartenu au fameux Mage Pirate Jack Sparrow. Sparrow, dont les aventures ne cessent encore de faire fantasmer les sorciers en bas âge, avait fait mention dans ce journal d’une grotte magique, reliée à l’ordre des mages templiers, et qui abriteraient les plus grandes merveilles du monde ainsi que des fruits et des plantes aux vertus encore méconnus des civilisations de la terre. Puisque mon ami Ingduru au moment où il m’avait montré ce journal, était trop occupé à tenter de découvrir la fameuse technique de création de la pierre philosophale, celui-ci accepta de me confier pendant quelques temps le journal, histoire de voir si je pourrais éventuellement trouver cette grotte et lui ramener des plantes du jardin situé à l’intérieur.

- Mais si il ne s’agissait que d’une grotte, comment se fait-il que personne ne soit parvenu à la découvrir et la piller ?

- Voici la chose mon ami qui complique notre affaire, Sparrow mentionne que la grotte se trouve à l’intérieur d’une baleine à la queue rouge et qui naviguerait dans les eaux orientales d’Inde, non loin du Sri Lanka selon ses dires. Mais il n’y a pas plus d’informations disponibles dans ce journal. Je connais un sage, d’un âge très avancé, qui pourrait te renseigner. Je sais qu’il réside dans l’Est de l’Inde et fréquente régulièrement le temple de Belur Math, je te passe sa photo. Si un jour tu le trouves, tu sauras peut-être obtenir de lui des informations qui pourraient t’être précieuses dans ton éventuelle quête. Je n’ai plus la force moi de me lancer dans de pareilles aventures … Tu le reconnaitras assez facilement parmi les gens la-bas. Il porte sur le haut de sa tête un magnifique turban bleu, sa barbe est blanche comme la cendre et arrive au niveau de ses pieds. De plus, la particularité qui te permettra de le reconnaître est qu’il possède une pupille bleue et une pupille verte. Si tu le croises, dis lui que tu viens de ma part, il saura te recevoir ….. Il s’appelle Beyur Arktar

- Très bien Mike … je te remercie de m’en avoir parlé, je vais essayer de voir si cet Arktar peut m’aider à ne serait-ce que plus précisément localiser cette fameuse baleine … Je te ramène des plantes hallucinogènes si je reviens en vie ?

- Est-ce que ta question attend sincèrement une réponse ? Bien sur que oui mon vieux, tu m’étonnes que je veux des plantes hallucinogènes. Tu penses vraiment que je te parlerai de ce plan juste comme ça moi ?  Fit-il en éclatant de rire.

En parlant de plantes hallucinogènes, Mike tira hors de la seconde poche de son jean une pipe en bois de petite taille dont le goulot était rempli par une plante de couleur verte. Elle avait une forte odeur et scintillait légèrement sous la lumière des flammes.

- Je te laisse l’allumer comme au bon vieux temps, fit Mike.

- Comme au bon vieux temps, répondit Antiochus.
Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Crystal M. Ertz, Lun 31 Oct 2016 - 14:26



~ Introduction à la Guilde de Lizzie Bennet
HRP: Autorisation de Lizzie pour son LA

L'air était froid dans les rues de Prague. Autant dire que ça ne l'aidait vraiment pas à être sereine. Le visage à moitié enfoncé dans une grosse écharpe en laine bordeaux, la sorcière attendait contre le mur d'une des artères principales de la ville. En cette fin de soirée, personne ne s'attardait vraiment ici. Leurs démarches étaient pressées et leurs regards fixés vers leurs pieds, comme s'ils avaient l'impression qu'en les fixant avec plus d'intensité, ils seraient plus vite chez eux. Crystal contrastait à sa manière avec les passants moldus. Elle était fixe, son corps était tendu et son regard scrutait chaque passant. Elle attendait... Quelqu'un. Et comme dans la vie rien ne se faisait simplement, elle ignorait vraiment qui elle attendait.

C'était sa première vraie "mission" pour la Guilde et le stress jouait avec ses entrailles comme avec une pelote de laine. Qu'est ce qui leur avait prit aussi, de lui confier cette tâche? Timide et maladroite comme elle était, la brune n'était vraiment pas faite pour nouer le contact avec un inconnu et l'impressionner. Car c'était un peu le but aujourd'hui. Impressionner, intimider si nécessaire, faire tout ce qui lui semblait juste envers cette personne mystérieuse qui s'amusait à contacter la Guilde et à les balader un peu partout. C'était July qui s'était d'abord vue confiée cette rencontre mais lorsqu'elle était allée au premier rendez-vous, l'Inconnu lui avait posé un beau lapin. Ce Monsieur Eiffel ne s'était pas montré ce jour-là, et avait laissé à la rouquine une autre note, indiquant un jour et un nom d'une rue de Prague. Rien de plus.

Malheureusement pour l'Apprentie Alchimiste, son amie July avait décidé de s'éloigné quelques temps de sa vie londonienne et avait disparu on-ne-sait-où. Crystal espérait qu'elle allait bien, où qu'elle soit. Elle lui en voulait quand même de ne pas lui envoyer un hibou, à elle ou à Elenna, pour donner un signe de vie. Quoi qu'il en soit, la mission d'entrer en contact avec Eiffel était dorénavant dans les mains fines et inexpérimentées de la brunette. Ah, ils étaient intelligents, les gens de la Guilde. Le temps était venu de laisser "Crystal" s'effacer quelques temps pour devenir l'Ombreuse. Une personnalité en construction. Une facette plus professionnelle, aventureuse et plus sûre qu'elle-même. Et quoi de mieux pour construire cette personnalité que de la confronter à une situation imprévisible?

Toujours appuyée contre son mur, les passants se faisaient plus rares avec le soleil qui descendait. Elle attendait maintenant depuis plus de deux heures. Hors de question de craquer maintenant. Attendre ne la dérangeait pas tellement en fait. Ce qui la faisait stresser, c'était de louper l'inconnu ou que celui-ci décide une nouvelle fois de se défiler ou de laisser un autre mot. L'Ombreuse voulait rentrer à la Guilde avait des nouvelles, qu'elles soient bonnes ou mauvaises...

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 4

 Prague, son vieux pont, son château, ses pavés, ses retrouvailles ...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.