AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 11 sur 11
[Habitation] Manoir Arcadia
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11
Elly Wildsmith
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Elly Wildsmith, Ven 8 Juin 2018 - 12:37


Des blessures qui s’affichent sur le corps de l’être aimé. Le sang qui s’écoule, et le sourire, toujours carnassier, qui s’extirpe de tes lèvres. Arborant un air bien supérieur à celui que tu pouvais avoir habituellement. Juste parce que tu savais que tu avais gagné, à plate couture. Tu menais la danse, c’était toi le marionnettiste qui dirigeait la pièce. Des fils invisibles qui dictaient vos actions.

Une pause dans les tourments de vos provocations, et le regard qu’il te lance ne laisse pas de place au doute : il détaille ton corps à la manière d’un oiseau qui voudrait fondre sur sa proie et, quelque part, cette attitude te met mal à l’aise. Comme s’il jauger tes capacités, ton physique, ou autre critère totalement subjectif. Sa baguette dessine quelques cercles alors que tu comprends qu’il n’avait pas l’intention d’en rester là.

Sa provocation ne s’arrête pas là, il continue dans ses gestes, dans ses sourires, et derechef, te dit que tu allais finir par te plaindre de perdre encore. Alors tu répètes « Encore ? », visiblement choquée par ce qu’il pensait être un état de fait, alors que, de vous deux, tu ressortais généralement plus gagnante que lui. Mais soit, tu le laisses à ses divagations. Sans doute était-ce les coups pris sur sa tête qui le faisait disjoncter.

Alors, comme toute réponse, tu éclates d’un rire qui se répercute sur les murs de la pièce, véritablement communicatif, il aurait pu lui aussi rire. Mais il était sans doute trop occupé à se faufiler par la porte d’entrée, comme s’il était vexé que tu puisses ainsi te moquer ouvertement de lui. Il te vise ouvertement, sa main serrant sa baguette avec une force et une rage que tu lui connaissais bien par ailleurs.

Et voilà qu’il relance les hostilités, balançant un bombarda à retardement – histoire de faire bien mal – et un nuage voué à t’étrangler. Super l’amour entre vous deux ! Il te balance un « Bonne journée Chérie » que t’as pas le temps d’entendre – ou d’assimiler en tout cas. Bien trop occupée à balancer un « Eolo Procella » pour éloigner le foutu nuage. Mais t’as pas le temps de souffler, de te cacher ou de te protéger, que le Bombarda résonne dans la pièce, t’expulsant contre un mur qui t’accueille plutôt durement. Un cri de douleur pourfend le silence post-explosion, tu sens, le long de ton flanc.

L’une de tes côtes, ou plusieurs, t’en savais rien, était cassée. Tu le sentais à la douleur lancinante qui irradiait de ton côté gauche. Tu serres les dents alors que tu t’affales au pied du mur – encore intact, c’était un véritable petit miracle. Ta baguette ayant échappé de tes doigts, tu rampes dans les débris pour attraper l’objet convoité. Chaque centimètre te cause d’atroce douleur et tu serres rageusement les dents. Hors de question que tu te laisses abattre de la sorte.

« TU VAS LE PAYER LIVAL ! » nouveau hurlement de douleur alors que la main attrape l’arme, et que tu fermes les yeux, comme si ce simple geste pouvait te soulager. Tes doigts enserrant le bois, tu te rappelles qu’il ne s’agit pas de ta baguette mais de celle de Lival, bien plus récalcitrante que la tienne. Un simple mouvement, un simple sortilège « Curo as velnus, sortilège de base pour tenter d’annihiler, un peu, la douleur.

Ainsi retapée, quoiqu’un peu léger, tu te mets debout difficilement, ta tête bourdonnant et tes oreilles sifflant. Le souffle de l’explosion ne devait pas y être pour rien. Boitant, tu rejoignis le palier avec une lenteur infinie. Et tu le vois, là, au pied de l’escalier. Son sourire qui semblait crier qu’il avait – enfin – gagner. Sans l’ombre d’un remord, tu vises le sol à ses pieds, alors que toi, tu t’accroches à la rambarde de l’escalier « SEISMUS ! ». Hors de question de lui laisser la victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Evan, Sam 9 Juin 2018 - 9:29







Mélange explosif, tu savais, que ce cocktail pouvait faire mal à ta compagne, pourtant dans l'adrénaline du moment, et dans votre Jeneveuxpasabandonnerenpremier perpétuel, tu l'avais laissé aux prises à deux sortilèges compliqués à gérer. Une combinaison pouvant causer de lourds dégâts.

Depuis le couloir, tu entends l'explosion dans la chambre, un bruit sourd, déchirant l'apparence frêle d'un silence qui ne dura pas assez longtemps. Une secousse qui fit trembler le sol dans un infime craquement qui disparut et comme le souffle d'un murmure. Le jeu était-il allé trop loin ?

Des secondes de doutes s'installent, alors que tu n'as plus le visuel sur votre pièce d'amour, et que tu imaginais les draps de soies du lit meurtris par la poussière et le sang. Tu t'étais déjà fait avoir avec ton sort précédent, aussi, tu ne te voyais pas répondre à une quelconque supplication de sa part si sa voix suppliante s'extrayait de la pièce.

Elle était parfois bien trop douée pour te faire tourner en bourrique, dans sa quête de victoire et de ce petit sourire pour habiller exquisement ses lèvres dans lequel tu te perdais aveuglément. Et tu entends sa voix qui résonne amèrement, ce cri du cœur et, certainement, de douleur, qui résonna comme une mise en garde pour une colère froide et imminente.

Tes pas te rapprochent tout de même lentement, de l'escalier, plus près de la chambre donc, t'attendant à la voir sortir en piteux état. Mais tout t'indiquait, le ton, la férocité, le Lival suspendu en bout de course, qu'elle n'allait certainement pas baisser les armes maintenant.

Tes yeux posés sur sa baguette, tu t'étonnais de la facilité avec laquelle tu avais pu lancer ces deux sorts, elle aurait pu te désobéir, mais non, elle se faisait comme un miroir complice de la tienne, comme ta belle l'était de toi.

Et tu la vois enfin arriver, claudiquant presque comme un clochard ayant vécu trop longtemps dans les rues affamées, et tu affiches inévitablement un sourire satisfait. Elle portait des stigmates certains de l'explosion et semblait souffrir, aussi, tu te disais qu'elle allait certainement enfin, - une nouvelle fois parce qu'elle était habituée - abandonner et admettre que tu avais gagné.

« Ça y est tu en... »

Ton sourire narquois s'estompa dans la seconde qui suivit la secousse, alors que ton cerveau interprétait le sortilège, mais déjà, tu vacilles sur le côté droit et ne peut réagir. Tu te sens tomber, et dès que ton pied droit ripe tu bascules dans le vide, la baguette de ta belle t'échappant des mains, alors que tu tombes lourdement dans les marches.

Le choc est dur, et suivi de plein d'autre, ou ton corps et projeté de marche en marche, dévalant chacune d'elle t'accueillant avec la délicatesse d'un parpaing, et ton corps déjà en partie blessé recevait des coups bien plus douloureux encore, des notes de souffrance contre lesquelles tu ne pouvais absolument rien.

Après une chute qui te parut interminable, tu finis par atterrir tout en bas, t'étalant face contre sol sur le dallage marbré. Tu pouffes un cri qui était un mélange opaque entre une douleur certaine de tout ton corps et un épuisement que tu ressentais. Tu restes à souffler, par à-coup, sentant ton corps endolori et surtout de vives douleurs un peu partout.

Au torse, aux cotes, dans le dos, ta cuisse gauche, et sur le côté droit du crâne. T'appuyant sur tes deux mains pour essayer de te hisser vers le dos, une grimace de douleur nait sur ton visage et tu retombes dans la seconde qui suit face contre sol. Une douleur violente t'arrachant l'épaule droite.

Tu souffles, crache un peu de sang, et ton regard se perd un peu dans une brume certainement due aux multiples chocs. Joue gauche sur le marbre frais, ton regard se perd vers le haut de l'escalier où sa silhouette divine se dessine vaguement, un filet de sang sortant de ta bouche.

Tu la regardais avec des yeux presque implorants, incapable de prononcer un mot sous les vagues de douleurs qui te traversaient, et ton souffle qui ne cessait pas de se saccader. Un appel à l'aide, un abandon du duel si elle le voyait comme tel.

Mais là, c'en était trop pour toi, tu n'avais plus la force de te relever, tu imaginais déjà ton corps parcouru de nombreux hématomes, et certainement bien pire que cela. La seule chose que tu pus faire, c'était un signe de ta main droite que tu levais bien difficilement, comme lui disant « C'est bon... Aide-moi... »

Et tu fermais les yeux dans une énième expiration entachée par un toussotement de sang, le regard perdu, le corps transpercé par les assauts successifs de la douleur. Tu ne voyais plus ta compagne au milieu de ce carnage, juste un endroit paisible, à quelques mètres de là, au bord de la falaise dominant majestueusement la mer, et vos deux poignets noués par des filaments d'or, promesse d'appartenir à un Trésor.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Elly Wildsmith, Dim 10 Juin 2018 - 21:28


Tu ne sais pas s’il joue de tes sentiments, ou s’il est vraiment mal en point. Tu oscilles, hésites. Ne sait pas quoi faire. Alors tu le regardes qui se reprend sa respiration, souffle, soupire. Crache du sang. Tu retiens un frisson d’horreur à ton tour. Votre jeu était-il allait trop loin ? Avais-tu reussi à avoir la main sur lui ? Partagée entre peur, frisson, et sensation victorieuse, tu te rapprochais difficilement de lui. Fallait dire qu’il ne t’avait pas loupé non plus.

Un souffle sort de ses lèvres, une demande, ou plutôt une supplication que tu viennes l’aider. Dans sa voix y’a une sorte d’urgence que t’avais jamais saisie jusque-là, qui te prends au cœur et aux tripes. Pouvait-il réellement être en danger face à toi ? Il avait été ton professeur, depuis quelques années désormais vous partagiez duels et sortilèges. Magie et alchimie complexe et sauvage.

Tu lances doucement un « L’élève a été plus fort que le maitre cette fois-ci ? » alors que doucement, tu traverses les débris pour rejoindre le corps de l’être aimé, sans doute aussi endoloris que le tien. Arrivée près de lui, tu ne sais pas si tu dois lui tendre la main ou non. Alors tu le regardes, tenaillée par cette envie de lui venir en aide, mais gouvernée aussi par ce qu’on appelle la prudence. C’était un mage entraîné, voire surentraîné. Sans doute qu’il avait déjà failli mourir plus d’une fois, alors pourquoi là, tu pensais que ce n’était pas le cas ? Y’avait cette appréhension que d’être menée en barque.

« Lival ? » Voix faible, comme trahissant cette incertitude qui te gouvernait, tes yeux voyageant sur son corps meurtri, tu mords ta lèvre inférieure, en pleine lutte pour savoir quoi faire et comment faire pour l’aider. Ou pour ne pas te retrouver prise à ton propre piège que tu avais tendus quelques instants plutôt.
Revenir en haut Aller en bas
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens
Loup-garou


Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Evan, Mar 12 Juin 2018 - 11:12







Là, les yeux fermés, le souffle haletant, contre un sol frais réceptionnant ta salive et ton sang, tu t'évadais, loin de ces douleurs qui te traversaient le corps comme des poignards sur lesquels tu te serais empalé. Loin de la fureur des sortilèges lancés plus tôt et dont les volutes résonnaient encore sur les murs silencieux.

Comme si tu étais au seuil de ta mort, tu revoyais passer de doux souvenirs aux embruns océaniques, des fragments de vie à l'odeur d'Inoubliable. Image d'un renard aux reflets d'argent, à la fourrure soyeuse et rayonnante quand le soleil s'offrait à son pelage. A ses yeux boisés fidèles à sa maitresse et à cette élégance qui la caractérisait.

La somptuosité d'un piano résonna dans ta tête, et les photographies d'une danse lente, le souffle de vos mains qui se croisent, l'électricité enveloppant vos regards en parfaite symphonie, vos sourires étirés dans ce moment qui écrivait l'Autre avec des contours d'Important.  

Comme d'un sommeil dans les bras l'un de l'autre, comme une virée dans un centre qui avait lancé l'éclosion de vos Ténèbres. L'abolition de vos secrets, ou plutôt de ceux de Chacun, devenus ceux de vous deux. Partie intégrante de votre Tout, que ce partage, dans votre Complicité, des perles lumineuses comme des pièces les plus sombres de cette moitié au goût d'Essentielle.

Et sa voix mélodieuse, toujours taquine, te sort de ta prison délicieuse, sous-entendant directement qu'elle avait gagné. Comme toujours, elle avait ce besoin d'affirmation, de se sentir, de temps en temps, supérieure à toi, c'était bien pour son estime. (pis pour la narratrice aussi parce que ça arrivait pas souvent Ange )

Tu la vois qui avance, indistinctement, la vue toujours un peu troublée, et elle s'arrête juste à côté de toi, comme si elle hésitait à te porter secours. Alors que sa baguette était tu ne savais où, et que clairement elle devait voir que là tu ne jouais pas la comédie ou essayais de la piéger.

Quand bien même tu aurais voulu gagner, tu pariais sans mal qu'en plus des douleurs aux cotes et aux jambes, que tu t'étais démis l'épaule. Ta chemise était arrachée en plusieurs endroits, et tu affichais clairement des stigmates inquiétants de ce duel improvisé.

Qui aurait pu se terminer plus tôt dans le carcan des volutes de désirs diamantés, soupirs épris en communion au temple de votre Monde. Aux filaments des gouttes de sueurs mêlées et des chocs d'ascensions de sensations. Mais non, tu restais là, étendu comme un animal blessé qui ne pourrait que difficilement se remettre sur pieds de lui-même.

Alors que ton nom s'envole de ses lèvres, comme une interrogation pour savoir si tu jouais la comédie ou non, tu bascules sur le côté gauche, non sans un cri de douleur sous l'effort consentis, pour te retrouver sur le dos à souffler, ta chemise en lambeaux et le souffle haletant.

« Oui... Cette fois-ci... Tu as gagné... Je crois que je me suis niqué l'épaule, entre autre... Je préférais quand tu étais plus tendre... Dans la chambre... »

Sourire aux lèvres, tu la fixais en sentant le sang le long de ta joue qui se baladait librement. Elle n'avait pas l'air très bien non plus, le cadeau que tu lui avais laissé en partant de la chambre avait l'air de l'avoir bien amochée elle aussi. Alors tu partais dans un rire rapidement étouffé par la douleur dans ton corps.

« A te voir tu as pas vraiment gagné... Tu m'aides à me relever ? »

Tu lui tends ta main droite, tout en ne quittant pas ses yeux. Naviguait entre vous ce mélange savoureux, cette osmose à offenser les orages, cette plénitude palpable, de savoir que la personne en face était là et le serait toujours. Bout de perfection qui te complétait, elle était. Et peu importait les douleurs, les souffrances, les tempêtes, toujours vous vous releviez pour affronter le monde plus fort, ensemble, comme une seule entité.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Elly Wildsmith, Dim 24 Juin 2018 - 23:08


Il touche juste. Tu es aussi abîmée que lui – si ce n’est plus malgré ce que tu montres – et pourtant y’a cette envie, toujours, de repousser les limites. D’aller plus loin, d’être sûre et certaine que tu étais la gagnante. Jeu totalement puéril mais oh combien exutoire. Ses yeux ne te quittent pas et tu observes, silencieusement, les minces filets de sang qui s’échappent de son visage.

Un soupir s’extirpe de tes lèvres crispées, ton corps lourds des sortilèges – tant reçus qu’envoyés alors que tu attrapes sa main et vacille, un instant seulement, sur tes deux jambes. « Oups ». Sourire d’excuse de circonstance, t’espérait qu’il allait être au top de sa forme parce que maintenant que vous aviez tout détruit, il fallait penser à la reconstruction.

« On dort ici ce soir ? » Question rhétorique, aucun de vous deux n’étaient capables de transplaner dans vos états respectifs – et tu riais face à la pensée qui t’avais secoué quelques instants plutôt : ça allait être difficile de réparer le manoir en aussi peu de temps et avec aussi peu d’énergie. Un soupir alors que tu ne l’avais pas encore relevé, comme s’il te fallait trop de force pour ça.

Alors ta main s’extirpe de la sienne, et c’est toi qui t’échoue à ses côtés. Ta tête trouve son épaule, lieu réconfortant dont tu pouvais dessiner aisément les contours les yeux fermés. « Va falloir arrêter de tout détruire autour de nous Lival, t’es plus tout jeune pour faire les réparations ». Et un rire s’extirpe de ta gorge. Sincère et franc. Comme tout ce qui vous définissait. Pas de nouveau combat, ni de nouveau duel, non, juste un couple aimant se retrouvant parmi les ruines d’un renouveau. Pour écrire l’avenir. « Au fait, se marier ici sera très bien », et fermer les yeux sur cette image.

Fin du RP
:kiss:
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Manoir Arcadia

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 11 sur 11

 [Habitation] Manoir Arcadia

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 9, 10, 11

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.