AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 4
[Habitation] Wolf's House
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Evan
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


[Habitation] Wolf's House

Message par : Evan, Jeu 14 Juil 2011 - 11:32


_________________

Voici l'habitation d'Elenna Benson.

Elle peut dès à présent poster.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Dim 3 Mar 2013 - 13:30



A son arrivée dans l’appartement qu’Elenna avait acheté, tout avait été remis à neuf. Les murs avaient repris leur couleur blanche et toutes formes de vie passée avait disparu. L’habitat semblait neuf, comme si personne n’y avait jamais mis les pieds. La belle avait souri. Cela faisait tellement longtemps qu’elle économisait pour s’offrir un petit chez elle, elle avait enfin réussi à y arriver. Maintenant, il ne restait plus qu’à décorer et transformer l’appartement en un lieu où elle se sentirait bien. Sortant ses économies, achats sur achats, elle avait transformé le studio pour en faire ce dont elle voulait…

L’appartement était dans les teintes blanches et rouges, deux couleurs qu’Elen affectionnait tout particulièrement. Voulant un grand espace, elle avait fait abattre quelques murs pour faire de son petit coin de paradis une seule et grande même pièce. Beaucoup de personnes auraient trouvé cela étonnant mais elle aimait l’ordre donc que le salon donne sur sa chambre ne lui posait aucun soucis. Après tout, son lit était fait tous les matins. Sa chambre était composée d’une grande couche deux places encadrée par deux tables de nuit où des livres étaient rangés. Deux grandes commodes étaient appuyées sur le mur ainsi qu’une petite armoire pour que la louve puisse ranger ses différents habits. Une grande douche aux cloisons transparentes trônait non loin. Un banc en carrelage se trouvait à l’intérieur et une petite étagère de la même matière où se tenaient tous les produits de la jeune femme. Deux éviers tenaient compagnie à la douche, carrelés de blanc eux aussi alors qu’un long miroir se tenait au-dessus de ceux-ci.

Le seul meuble qui faisait office de séparation entre le coin « intime » et la pièce à vivre était un poteau pivotant sur lequel étaient posés quelques bibelots et la belle télévision qu’Elenna s’était offerte en petit cadeau pour sa pendaison de crémaillère. Un bar était collé au mur rouge. Sur les quelques étagères, la collection de bouteille de la louve ne bougeait pas. Peut-être que lorsqu’elle aurait de la visite, elle boirait un coup, mais seule, non. S’installant souvent ici pour être sur son ordinateur ou pour lire, la vendeuse de baguette pouvait y passer des heures sur les tabourets confortables et en hauteur. Dans le salon, un canapé en cuir marron trônait fièrement au milieu de la pièce, vue sur l’écran plat. Une petite table en blanc laqué lui faisait face sous laquelle se trouvait un beau tapis qui ressemblait à de la laine, fait comme une moquette et sur lequel on pouvait s’endormir sans soucis. La demoiselle adorait être pieds nus et encore plus sur son tapis. Là encore, des livres trainés sur la table basse. Derrière le sofa, un table pour quatre personnes du même blanc que le reste de l’appartement semblait ne pas avoir encore servie. Pour finir, une belle cuisine ouverte dans les mêmes tons que le reste, rouge et blanc, faisait office de cœur du studio. Elenna y passait le plus clair de son temps à cuisiner de tout et n’importe quoi. Bien entendu, après l’atelier cuisine, tout était toujours rangé à sa place. Il ne faut tout-de-même pas oublier le grand balcon qui surplombait les rues de Pré-au-Lard. Un transat y était installé et quelques pots de fleurs ornait cette petite avancée dans les airs.

Bien que la maison soit parfaitement rangée, on ne pouvait douter qu’une personne y vive. La présence importante des livres en était une forte preuve. Quelques plantes vertes ornaient le tout, donnant un peu de vie à l’appartement. L’entrée était un petit couloir où se trouvaient les toilettes accompagnées d’un lavabo. Un placard se tenait sur l’autre pan de mur, rempli de chaussures et de manteaux. Il ne faisait jamais froid dans cet habitat car la belle aimait vivre quotidiennement en t-shirt et pieds nus…


Dernière édition par Elenna Benson le Mer 5 Juin 2013 - 20:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Philéas Byrne, Lun 11 Mar 2013 - 1:48


- Suite du RP privé entre Elenna Benson & Philéas Byrne -



- Un peu plus tôt, dans la Forêt Interdite :

    - Et bien dans ce cas ; ravi de faire votre connaissance, Elen ! répondit l'Irlandais en serrant la main tendue.


Le sourire aux lèvres, Philéas accueillit la pluie de question de la jeune femme sans montrer le moindre signe d'agacement ou d'indisposition. Non seulement, toutes ses questions étaient légitimes, mais en plus elles prouvaient qu'Elenna commençait à se remettre de sa nuit. Ce qui était plutôt une bonne chose après l'expérience pour le moins troublante qu'elle avait dû vivre la veille.

    - Ne vous excusez pas ! Ce n'est pas nécessaire. D'ailleurs croyez-moi, question curiosité, je pense n'avoir de leçon à recevoir de personne. s'amusa-t-il en repensant à toutes les fois où il avait fourré le nez dans les affaires d’autrui.
    Alors... Je vais essayer de répondre à vos questions dans l'ordre ! Hmm, non je n'ai pas peur. Ce n'est pas moi qui me promène à moitié nue dans les bois. lui fit-il remarquer avec une expression goguenarde. Ensuite vous devez savoir que j'étudie les créatures magiques. J'écris des ouvrages à leur sujet. C'est ce qui m'a amené à m'intéresser aux êtres hybrides, comme les loup-garous. Sans oublier que j'ai autrefois travaillé au Ministère aux côtés d'une personne frappée de la même affliction que vous. Bref, entre tout ce que j'ai appris au cours de ma vie sur la question et le fait que, ne le prenez pas mal, vous empestiez le sang de cerf, il a été facile d'additionner deux et deux. termina-t-il en enjambant un tronc d'arbre mort.


L'Animagus aida son interlocutrice à passer l'obstacle sans acrocher sa cape. Puis, après concertation, ils se remirent en route en changeant légèrement de direction. Au bout de quelques pas ils parvinrent à l'endroit où Miss Benson avait abandonné sa veste et sa longue chemise la veille. Laissant la jeune fille disposer de ses affaires, Phil' en profita pour prélever quelques branches de vinettier.

    - Pour ma part, j'étais venu ici pour prendre quelques échantillons de végétaux. J'en avais besoin pour faire quelques potions. Puis de par ma profession, j'ai l'habitude de fréquenter les lieux de ce genre. Et je ne vous parle même pas de mes réunions de famille ! plaisanta-t-il en se moquant de lui-même. Quoiqu'il en soit, tant qu'on fait attention et qu'on évite de se mettre inutilement en danger il n'y a pas grand chose à craindre. finit-il en replaçant sa besace.


Dans la mesure où Elenna était toujours dans une situation délicate et puisqu'ils allaient tous les deux dans la même direction, Philéas fit le choix de raccompagner la serveuse. C'est donc tout naturellement que les deux sorciers ressortirent de la forêt pour prendre la route de Pré-au-Lard.
Heureusement pour eux, les rues étaient encore peu fréquentées par ce froid matin d'hiver. Et la cape donnant le change, personne remarqua que la demoiselle ne portait pas de pantalon. Très vite, ils atteignirent le logement de la louve et furent ravi de pouvoir échapper un peu à la morsure du froid.


- Maintenant, dans l'appartement d'Elenna :

    - Et bien ! Vous disposez d'un très bel appartement... souffla spontanément Philéas.


Il fallait dire que le look très moderne et les couleurs vives du studio tranchaient radicalement avec les rues du village sorcier, voir même avec les habitations sorcières en général. Cela amusa l'Irlandais qui était habitué à côtoyer les moldus et qui avaient donc déjà eu l'occasion d'admirer des intérieurs de ce style.

    - Je ne préfère même pas imaginer dans quel état doit être ma maison actuellement... finit-il en faisant une moue songeuse.


Le temps d’accepter l'invitation à s’asseoir de son hôte et le jeune Byrne reprit la conversation :
    - Excusez-moi de me montrer indiscret, mais au point où nous en sommes, je me posais une question... Vous m'avez dit que c'était votre première pleine lune, je suppose donc que vous avez été transformé il y a peu ? Avez-vous subi une attaque ou s'agissait-il d'un accident impliquant un proche ? demanda-t-il avec une expression un peu embarrassée.
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Mar 19 Mar 2013 - 0:47



• Encore dans la forêt interdite

Le jour s’était levé depuis maintenant une bonne heure et il ne fallait pas qu’Elenna traîne dans la forêt interdite dans une tenue proche de celle d’Eve pendant encore quelques temps. Ne serait-ce pas étrange de croiser une jeune femme légèrement habillée par le froid qu’il faisait et surtout au milieu du lieu décrété comme le plus dangereux des alentours ? A priori, Philéas lui, avait trouvé ça des plus naturels qu’il soit. Il lui avait serré la main d’un sourire exprimant sa joie de faire sa connaissance. Un sourire timide s’était affiché sur le doux visage de la vendeuse de baguettes. Le jeune homme avait écouté toutes ses questions sans afficher une seule marque d’agacement ou autre, ce qui rassura Elen, elle qui souhaitait tout savoir sur ce qu’elle était devenue.

" Ne vous excusez pas ! Ce n’est pas nécessaire. D’ailleurs croyez-moi, question curiosité, je pense n’avoir de leçon à recevoir de personne. Alors… Je vais essayer de répondre à vos questions dans l’ordre ! Hmm, non je n’ai pas peur. Ce n’est pas moi qui me promène à moitié nue dans les bois. Ensuite vous devez savoir que j’étudie les créatures magiques. J’écris des ouvrages à leur sujet. C’est ce qui m’a amené à m’intéresser aux êtres hybrides, comme les loup-garous. Sans oublier que j’ai autrefois travaillé au Ministère aux côtés d’une personne frappée de la même affliction que vous. Bref, entre tout ce que j’ai appris au cours de ma vie sur la question et le fait que, ne le prenez pas mal, vous empestez le sang de cerf, il a été facile d’additionner deux et deux. "

" Il valait mieux que vous reconnaissiez l’odeur du sang animal plutôt qu’humain non ? "

Une fois de plus, le rouge monta aux joues de la louve lorsqu’il parla de son manque d’habits. Ce n’était pas de sa faute même si elle pouvait sans doute prévoir ses transformations et retirer ses vêtements… Il faudrait qu’elle essaie la prochaine fois, mais pas demain, elle avait besoin de repos. Elenna regarda le brun avec attention, l’écoutant attentivement. Un scientifique donc ? Ou un professeur peut-être ? Ce sujet-là serait à éclaircir. Etres hybrides, c’était donc comme cela qu’étaient étiquetés ceux de sa race. Mais à priori, ils étaient plus nombreux qu’elle le pensait et surtout, avaient accès à des hauts postes car Phil disait avoir travaillé avec un loup-garou au ministère. La demoiselle sourit, ravie de voir que cachés ou non, les loups-garous pouvaient avoir une vie « normale ». Vint ensuite le sujet de son odeur. En effet, il restait encore du sang sur elle, raison de plus pour rentrer rapidement. Se préparant à par-dessus l’arbre qu’avait enjambé le sorcier, il lui tendit la main pour l’aider à le passer. Elle lui sourit puis ils choisirent enfin la destination à prendre, repassant par l’endroit où Elenna avait eu quelques secondes pour enlever sa chemise et sa veste en fourrure. Se précipitant dessus comme si elle trouvait un trésor, elle enfila rapidement son haut fétiche.

" Pour ma part, j'étais venu ici pour prendre quelques échantillons de végétaux. J'en avais besoin pour faire quelques potions. Puis de par ma profession, j'ai l'habitude de fréquenter les lieux de ce genre. Et je ne vous parle même pas de mes réunions de famille ! Quoiqu'il en soit, tant qu'on fait attention et qu'on évite de se mettre inutilement en danger il n'y a pas grand-chose à craindre. "

Philéas fouillait le sol du regard, ramassant une ou deux choses que la vendeuse de baguettes ne parvint pas à identifier. Elle l’écoutait, enfilant sa chemise qui lui arrivait seulement à mi cuisses puis sa veste. Remettant la cape sur ses épaules, elle s’enroula dedans pour se protéger du froid matinal. Après une brève discussion sur ce qui allait se passer maintenant, les deux sorciers décidèrent de se rendre chez Elen, Phil la raccompagnant. Quittant la forêt interdite, les joues rougissantes sous les regards pourtant aveugles des passants, la demoiselle marchait vite, ses jambes à la portée de la morsure du froid.



• Wolf's House

Après quelques minutes, ils arrivèrent enfin à l’appartement encore neuf de la jeune femme aux cheveux de neige. Elle invita son sauveur à entrer dans son petit coin de paradis. C’était la première fois qu’elle y invitait quelqu’un et le jeune Byrne semblait ravi de découvrir les lieux. Quittant les chaussures de fortune, Elenna se mit pieds nus chez elle, comme à son habitude et fila dans l’entrée pour pénétrer dans le salon. Un sourire timide s’afficha sur ses lèvres alors que Phil commentait et complimentait le doux foyer. Il parla aussi de sa maison comme s’il ne l’avait pas vu depuis longtemps. Là aussi c’était un point intéressant à aborder. Se faisant sa petite liste dans sa tête, la belle écoutait le brun en l’invitant à s’asseoir sur le sofa d’un mouvement de la main. Il s’assit donc mais posa sur elle un regard interrogateur.

" Excusez-moi de me montrer indiscret, mais au point où nous en sommes, je me posais une question... Vous m'avez dit que c'était votre première pleine lune, je suppose donc que vous avez été transformé il y a peu ? Avez-vous subi une attaque ou s'agissait-il d'un accident impliquant un proche ? "

Une moue embarrassée venait de s’afficher sur son visage. Elenna lui sourit comme pour le rassurer alors qu’elle filait dans sa salle de bain visible du jeune homme pour se laver ses avant-bras qui étaient encore tâchés de sang animal. Quelques minutes passèrent. En effet, même elle ne savait pas comment en parler, comment aborder le sujet ou même exprimer ce qu’elle avait ressenti à ce moment-là. Elle savait tout, se souvenait de chaque moment mais jamais elle n’en n’avait parlé. Etait-elle donc capable de le faire ? Plongeant son regard dans le sien dans le miroir, la vendeuse de chez Ollivander’s soupira lentement et rejoignit le bel homme, se jetant presque sur son sofa. Assise à ses côtés, en tailleur, toujours emmitouflée dans la cape semblable à celle du chercheur, elle lui répondit donc simplement.

" En effet, ma morsure date d’il y a peu de temps, je ne saurai pas vous dire le nombre de jours exacts, j’ai légèrement perdu le fil durant quelques jours qui ont suivi l’évènement. Mais non, ce n’était pas un accident ou un proche, juste une attaque. J’ai été naïve en me rendant dans la forêt interdite cette nuit-là, je ne me douterais pas que j’en ressortirai totalement changée. "

Des cernes violets sous ses yeux rehaussaient son regard d’un gris envoutant. Les yeux dans celui de Philéas, elle guettait une quelconque réaction. A quoi pouvait-il bien penser ? Soudain, des propos lui vinrent à l’esprit et elle reprit la parole.

" Mais ne vous méprenez pas, j’aime ce que je suis devenue. Je ne l’ai pas choisi mais je ne regrette rien, si ce n’est la douleur, je suppose. "

La jeune femme lui sourit et se redressa, se levant du canapé pour se diriger vers la cuisine. Farfouillant dans ses placards et son frigo, à la recherche d’un ou deux trucs à manger, elle sortit un plateau en bois et y déposa des jus de fruits, du thé et du chocolat chaud. Quelques morceaux de brioches furent coupés rapidement et de la confiture fut sortie du frais pour sucrer le tout. Disposant tout ce qu’elle avait trouvé sur le petit plateau, toujours à demi-vêtue, elle avança le petit déjeuner vers Philéas pour le déposer sur la petite table basse.

" Je vous laissez vous servir, j’aimerai juste me rafraîchir. Je serai rapide. "

Un dernier sourire et elle s’élança vers sa salle de bain, enlevant la cape du sorcier de ses épaules. Ce fut à ce moment-là qu’elle remarqua que son appartement était beau mais dénué d’un côté pratique certain. Elen rougit en remarquant que la vue du canapé rendait directement sur la salle de bain ouverte et la douche et que la vue de la salle de bain rendait directement à l’endroit où était assis le beau brun qui commençait déjà à se servir certainement par politesse. Se raclant la gorge doucement, la louve se convint que Phil était un gentleman et ne passerait pas le temps de son petit déjeuner à la regarder sous la douche. Retirant ses habits dans un coin plus dissimulé que les autres, elle se plongea sous la douche chaude, soupirant de bonheur.

" Et vous ? D’où vous vient cette passion pour les créatures magiques telle que moi ? "

Elenna rit doucement, amusée par sa phrase comme si elle n’était qu’un phénomène de foire. Attendant la réponse de son invité, elle ferma les yeux, l’eau glissant le long de ses cheveux et de son corps, faisant ressortir la grande cicatrice qui se dessinait tout le long de son flanc gauche, marque de sa différence…
Revenir en haut Aller en bas
Philéas Byrne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Martre
Chercheur (Créatures Magiques)


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Philéas Byrne, Ven 5 Avr 2013 - 13:53


Philéas adressa un sourire bienveillant à Elenna qui venait de prendre place à ses côtés. Cette dernière commença à parler de sa métamorphose, aussi le jeune homme l’écouta attentivement, sans l’interrompre, ni cesser de lui sourire.
Il ne put s’empêcher de ressentir de la peine pour elle, pour la jeune femme naïve qu’elle avait été et qui était morte sous les crocs d’un monstre cette nuit là. On l’avait changé à tout jamais, sans qu’elle ne puisse s’y opposer. Toutefois, Elenna semblait parfaitement bien vivre cette transformation, ce grand bouleversement dans sa vie.

L’Irlandais comprenait parfaitement ce qu’elle voulait dire. Peu importait les circonstances, elle n’y pouvait finalement rien. Mais une fois la colère et le sentiment d’injustice de l’attaque passée, il restait ce qu’elle était devenue. Un mythe, un prédateur implacable, la pleine expression de sa propre animalité. Quelque part, c’était ce que recherchait chaque animagus !
Le jeune Byrne ne faisait pas exception, au contraire, il était même très bien placé pour comprendre qu’on pouvait se réjouir de renoncer à une part de son humanité pour gagner autre chose, pour devenir autre chose et au final en sortir plus fort.

Le sorcier à la chevelure ébène adressa un sourire franc à son hôte qui se levait pour aller en cuisine. Elle en revint avec un plateau richement garni et invita Phil’ à se servir.

    - Merci, mais ce n’était vraiment pas la peine de vous donner tout ce mal ! répondit-il avec une mine amusée.


Et tandis que Miss Benson s’en allait prendre une douche, l’ancien Serdaigle se servit une tasse de thé. Il allait prendre une tranche de brioche quand la voix d’Elenna lui fit relever la tête. Il sentit le rouge lui monter aux joues en constatant qu’il avait une vue imprenable sur la salle de bain. Délaissant la pâtisserie et baissant immédiatement les yeux avant d'apercevoir une chose qu’il n’aurait pas du, le sorcier aux yeux noirs se leva pour aller boire son breuvage en regardant par la fenêtre.

    - Je me suis tout d’abord intéressé aux créatures magiques pour leurs propriétés. Ce qu’elles pouvaient nous apporter en tant que ressources pour les potions, ou en tant qu'auxiliaires. J’ai aussi cherché comment combattre certaines, comme les détraqueurs... Puis, petit à petit je me suis pris au jeu et mon intérêt n’a fait que croître. Et bien que ce fut la Métamorphose qui était ma matière de prédilection durant mes études, je me suis finalement lancé dans l’étude des créatures magiques. expliqua-t-il en laissant son regard parcourir l‘horizon.
    Mais j’ai un peu délaissé mes recherches ces derniers temps... Je suis d’ailleurs de passage ici pour m’y remettre plus sérieusement. avoua-t-il en finissant sa boisson chaude.


Il se retourna alors pour déposer sa tasse sur le plateau et se risqua à lancer un coup d’œil vers la salle d’eau. Le nuage de vapeur qui y flottait lui indiqua que la propriétaire des lieux était toujours sous la douche.

    - Je vais vous laissez ! Vous avez grandement besoin de repos et j’ai assez abusé de votre hospitalité. ajouta-t-il en prenant une tranche de brioche. En outre, je crains que mes prélèvement de ce matin ne finissent pas se dessécher. J’espère que la prochaine fois que nous nous croiserons, aucun de nous ne sera dans une situation délicate ! Prenez soin de vous ! lâcha-t-il avant de se diriger vers la porte.


Au dehors l’air était encore frais, bien que le soleil fut bien plus haut à l’horizon. Relevant le col de sa cape, Philéas se dirigea vers la Tête de Sanglier en mordant à pleines dents dans la brioche offerte par Elenna.
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Sloan Wentz, Jeu 2 Mai 2013 - 14:00


Suite de ce rp




*Kof kof kof* Les toussotements successifs de Maria la réveillèrent. Elle était encore un peu dans les vapes, et seuls quelques rayons de lumière lui parvenaient derrière sa vision floue. Mais où se trouvait-elle ? La blonde pouvait vaguement deviner la présence de quelque chose dans son dos. Un accoudoir, probablement, étant donné la forme que la chose avait. Et sa dureté aussi. C'était rudement inconfortable, les canapés. Attendez deux secondes...Un canapé ? Comment diable pouvait-elle se trouver sur un canapé alors qu'elle était dans une forêt anglaise lorsqu'elle s'était endormie ?! Quoi que...Il s'était passé quelque chose entre, de quoi joindre les deux bouts. C'était obligé. Un mal de crâne lancinant la saisît peu à peu tandis qu'elle cherchait à comprendre ce qu'il s'était passé. S'aurait été plus simple si elle avait abandonné, et si elle s'était directement adressée à la silhouette qui se dessinait dans l'ombre non loin d'elle. La jeune femme plissa les yeux et balaya l'endroit où elle avait été emmenée (du moins était-ce ce qu'elle avait déduit) de son regard bleu azur.

Dans lequel pointa une once de colère immense et intarissable, tels des éclairs furieux qui s'agitaient dans ses grand yeux innocents; en apparence seulement. Parce que c'est à ce moment précis qu'elle se souvînt de ce qui s'était passé la nuit dernière, et qu'elle fût prise d'une irrésistible envie de sauter à la gorge de son agresseuse pour lui faire regretter ce qui s'était passé. Autant qu'elle. Si tant peu que la chose fût possible. Il fallait cependant qu'elle se fasse une raison : si il lui prenait l'envie de lancer un combat entre elle et l'étrange mais jolie femme aux cheveux blancs, elle n'aurait aucune chance et perdrait lamentablement, ce qui ne ferait qu'empirer la situation. Elle était fatiguée, emplie de quelques courbatures avec de très légères blessures, et de surcroît, elle était démoralisée. Même avec la force que procurait la colère et le regret purs, elle ne vaincrait pas cette espèce de folle furieuse qui l'avait attaquée en pleine nuit, alors qu'elle avait perdu le contrôle et adopté sa forme de loup-garou.

Maria se contenta donc de la fusiller du regard durant quelques minutes qui lui parurent durer des heures. Néanmoins, ce devait être pire pour l'inconnue. C'était en tous cas le but de la blonde. Elle voulait lui faire comprendre ce qu'elle venait de lui faire. Ce n'était pas parce qu'on avait gâché sa vie qu'elle pouvait se permettre de faire dûment la même chose sur celle des autres. Aussi l'Ex-Serpentard voulait-elle la faire culpabiliser à un point atroce, à l'instar des meurtriers qui prennent conscience après coup de la tuerie, la boucherie même, qu'ils viennent de faire. Parce que oui, à cet instant précis, Maria avait l'impression qu'on l'avait tuée, qu'on lui avait arraché sa part d'humanité et son âme pour faire d'elle un monstre affreux qui ne s'assume même pas. Comment faire pour ne pas repousser les gens si on ne parvient guère à s'auto-supporter ? Une fois qu'elle jugea que sa petite séance de torture par le regard avait suffisamment duré, elle s'adressa à la jeune femme d'une voix emplie d'une foule de sentiments incompréhensibles pour qui n'avait pas vécu ce qu'elle avait vécu. L'ironie les surplombait tous. Pour le moment, elle voulait prendre les choses à la rigolade pour éviter de trop penser, elle verrait ensuite comment faire les choses bien.

« Ah ouais, d'accord. Si j'ai bien compris, votre truc, à vous, c'est de faire joujou avec les gens, de les martyriser puis de les emmener chez vous pour leur proposer un café, j'imagine ? Vous avez de bien drôles d'occupations. »

La blonde se redressa et croisa ses jambes entre elles dans une attitude dédaigneuse. Elle avait bien hâte de voir comment allait assumer la jeune-aux-cheveux-blancs-comme-les-vieux, si elle allait tenter de se justifier, de s'excuser ou encore lui narrer les faits de la nuit passée à sa façon. A l'identique des prisonniers Moldus qui tentent de s'ôter leur faute devant des tribunaux. Sauf que, Maria, quand à elle, ne la jugerait pas. Elle ne la pardonnerait pas non plus, puisqu'elle l'avait déjà jugée dès qu'elle avait osé toucher à elle. Pire, elle la haïssait déjà, et elle ne changerait pas d'avis, quoi qu'il advienne.


Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Sam 4 Mai 2013 - 20:01



Je ferai de toi ma proie.


La journée commencerait terriblement mal pour Elenna. Heureusement, il était encore tôt et les sorciers dormaient encore. Le vol sur un balai avec une personne inconsciente dans les bras s'avéra plus compliqué que prévu. Pourtant, les deux jeunes femmes réussirent à arriver à bon port, si l'on pouvait dire cela. Après tout, la blonde était dans un état qu'Elenna avait vécu mais n'avait jamais vu. Alors elle ne savait pas quoi faire. Quand se réveillerait-elle ? Comment ? Aurait-elle mal ? Et surtout... Se souviendrait-elle ? Dans son plus grand malheur, la louve espérait que oui. Elle ne voulait pas avoir à lui expliquer, à lui dire qu'elle avait peut-être gâché sa vie. Elen ne voyait pas sa différence comme une malédiction mais certaines personnes si, et avec la chance qu'elle avait eu ces deux derniers jours, la sorcière attaquée se détesterait, elle et celle qui lui avait fait cela...

Déposant la jeune femme sur le canapé, Elenna soupira, la regardant d'un air triste. Sa respiration était légère et elle semblait endormie. Elle ne se réveillerait pas de suite. La fille aux cheveux de neige recula de quelques pas, gagnant sa salle de bain. Elle avait besoin de se rafraîchir, d'oublier l'espace de quelques minutes. Rapidement, elle ôta ses habits pour se glisser sous la douche chaude. Peu à peu, son corps fut entièrement mouillé et bientôt, les larmes se mêlèrent aux gouttes d'eau sur son visage. Mais qu'avait-elle fait ? Elle qui ne se considérait pas comme un monstre avant tout cela commençait à douter. Elen aimait ce qu'elle était, mais pour elle, pas pour ce qu'elle pouvait faire subir aux autres. Quelle sottise avait-elle fait en venant se promener dans la forêt interdite... Était-elle inconsciente ? Naïve ou bien immature ? Quelle personne censée se baladerait de nuit dans le lieu réputé le plus dangereux de la Grande-Bretagne... Des millions de questions, de doutes et de reproches naissaient peu à peu dans l'esprit de la demoiselle.

Quelques minutes passèrent et ce fut la tête vidée de tout bon sens qu'Elenna sortit de sa douche. Se rhabillant d'un jogging et d'un vieux t-shrit, son visage était dénué de toutes émotions. Même elle ne savait plus quoi penser. Filant dans la cuisine, elle n'oublia pas de jeter un coup d'oeil à sa victime pour voir si elle dormait toujours. Pas de doute. Et c'était mieux ainsi, Elen pouvait réfléchir à quoi dire. Mais elle n'y arriverait pas. Que la blonde se réveille maintenant ou dans plusieurs heures, la vendeuse de baguette ne saurait que dire. Comment trouver les mots ? Elle se servit un verre de jus de citrouille et le but rapidement, le vidant cul-sec comme s'il s'agissait d'un alcool fort. Alcool fort serait très certainement utile pour lui faire oublier, mais elle avait envie de rester "normale" en attendant que la jeune femme se réveille.

Et cela ne tarda pas. S'asseyant sur sa table basse, la louve guetta le réveil de sa nouvelle protégée. Ouvrant les yeux avec beaucoup de mal, la jeune femme regarda le lieu où elle se trouvait avant de regarder son hôte pour la fusiller du regard. La haine et la colère pouvaient se lire dans son regard. Elenna déglutit doucement, prête à faire face aux insultes et menaces. Mais elle la regarda. Longtemps. Très longtemps. Ce qui semblait approcher l'éternité pour Elen. Puis elle ouvrit enfin la bouche.

" Ah ouais, d'accord. Si j'ai bien compris, votre truc, à vous, c'est de faire joujou avec les gens, de les martyriser puis de les emmener chez vous pour leur proposer un café, j'imagine ? Vous avez de bien drôles d'occupations. "

La blonde se redressa, croisant ses jambes et faisant face à son agresseur. Les deux femmes se sondaient, chacune devant penser à des choses bien différentes l'une de l'autre. Alors que la blonde devait vouloir la mort de l'autre, celle au cheveux blanc devait vouloir le pardon que la première ne semblait pas vouloir lui accorder. Bref, les explications promettaient d'être longues et pénibles. Mais Elenna n'allait pas supplier la dédaigneuse à genoux, elle n'allait rien lui demander. C'était à la blonde de faire ses propres choix. Si elle avait la rancune tenace, tant pis pour Elen. Si elle acceptait de pardonner, tant mieux pour elles deux.

Se relevant, la belle ne répondit pas de suite. Elle retourna dans sa cuisine, servant un nouveau verre de jus de citrouille pour le rapporter à la blonde. Elle, elle n'avait pas bougé même si elle ne devait pas comprendre à quoi rimer tout cela. Elenna lui tendit le verre et se rassit face à elle, s'asseyant en tailleur.

" Je m'excuse. C'est tout ce que je ferai. Je ne peux rien à changer au passé, ni revenir sur mes faits et gestes. Je ne me justifierai pas et je ne chercherais pas à avoir votre pardon. Sachez juste que je n'ai pas décidé mes actes mais que si c'était à refaire, je resterai la personne que je suis la nuit. Et ce ne sera pas un café, juste un jus de citrouille, j'espère que vous aimez. "

Le visage de la louve resta neutre. Elle ne voulait pas avoir l'air triste et sourire aurait été déplacé. Alors elle attendit juste.


Dernière édition par Elenna Benson le Jeu 6 Juin 2013 - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Sloan Wentz, Mer 8 Mai 2013 - 23:09


La façon dont Maria avait réagi à son réveil avait été impulsive et que colérique : elle n'avait pas pris le temps de mettre ses idées au clair, se contentant de ressasser rapidement les quelques souvenirs déchirants qui lui restaient de la nuit dernière. Tel un petit enfant capricieux et imbu de lui même, elle s'était axée sur ses propres sentiments en faisant fi de ceux des autres. C'est pourquoi elle ne savait actuellement pas quoi penser. Une colère froide et indescriptible s'était emparée d'elle à peine quelques secondes auparavant, à tel point qu'elle avait eu envie de tout casser, mais désormais...Face à la réaction de la femme aux cheveux blancs, elle commençait à comprendre ce que son agresseuse pouvait pouvoir éprouver de son côté.

Souhaitant s'isoler du monde extérieur pour mieux pouvoir encaisser le choc et afin de mieux réfléchir, elle ferma les yeux et posa lentement sa tête en arrière. La jeune femme était non seulement tiraillée entre le fait de lui pardonner ou non, mais en plus les images baignées de douleur et de peur, à présent plus claires, lui revenaient. Un cri, des grognements, la nuit éclairée par une lune ronde et pleine, d'autres scènes de violence, puis un soupir significatif comme ceux que poussaient les héros déchus à la fin d'une bataille qu'ils avaient perdue. Elle rouvrit brièvement les paupières pour détailler du regard la louve garou qui se tenait en face d'elle. Désormais, elle comprenait. Avec un tant soi peu de recul, elle pouvait effectivement comprendre le fait que si elle l'avait mordue, c'était totalement involontaire. Surtout avec ses connaissances en la matière, elle aurait dû comprendre plus vite.

En réalité, elle n'en voulait pas vraiment à la femme inconnue. Plus maintenant. Elle n'était pas rancunière, enfin pas toujours. Seules demeuraient ses rencoeurs envers la nature, le fonctionnement des choses, et plus généralement, à l'encontre de la vie. Lorsque la femme aux cheveux blancs lui servît un jus de citrouille, elle ne releva pas l'ironie pourtant apparente et se contenta d'hocher la tête avec reconnaissance. Sa gorge était en feu, et elle avait chaud. Une fois sa soif apaisée, elle s'adressa à son interlocutrice d'une voix plus calme. Ses ardeurs avaient été très rapidement calmées.

« Merci pour le jus. Et désolée de m'être emportée. Quoi que, son comportement avait été relativement plus calme que ce qu'elle avait prévu au début ! C'est juste que...Je ne savais plus trop où j'en étais...D'ailleurs...Enchantée, je m'appelle Maria. Juste Maria, ça suffira. »

Pour la deuxième partie de la réponse, l'ex-Serpentard avait laissé couler quelques secondes, puis s'était levée pour tendre la main à la jeune femme. Une fois les présentations terminées, elle s'était ensuite rassise, la fatigue étant toujours présente, elle se sentait faible. Il y avait des tas de questions que la blonde aurait voulu lui poser, la curiosité s'emparait peu à peu d'elle. Néanmoins, elle ne savait pas comment formuler ses interrogations. Elle tenta donc d'y répondre par elle même, premièrement parce qu'on n'était jamais mieux servi que par soit-même, mais aussi parce qu'elle n'arrivait pas à se sortir de ses pensées, alors autant les laisser courir.

Elle s'imagina réellement ce que c'était que d'être un loup-garou. Ce que c'était d'être un monstre. Etant donné qu'elle l'était, désormais. Elle n'était ni plus ni moins que ça. Elle se dégoûtait, car même si elle arrivait à peu près à relativiser, elle ne voulait pas être ça, tout mais certainement pas ça...Plutôt mourir...Mais ça non plus, elle ne voulait pas, elle était encore bien trop jeune et avait bien trop choses à faire sur cette terre...Maria était bien loin de la dignité qu'elle arborait quelques minutes plus tôt, et une larme coula lentement sur sa joue. Lui revinrent alors les paroles de la louve "Sachez juste que je n'ai pas décidé mes actes mais que si c'était à refaire, je resterai la personne que je suis la nuit." Avait-elle dit cela pour la rassurer ? Quand bien même lui avait-elle peut-être dit vérité, la jeune femme ne voyait pour le moment pas d'autre option que celle du mensonge, toute désespérée qu'elle était.


Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Sam 18 Mai 2013 - 22:57




Le jour avait déjà bien débuté et une lumière étonnante pénétrait dans le petit appartement, lui donnant un air convivial et chaleureux. Elenna aimait être chez elle. Enfin, habituellement. A ce moment-là, elle hésitait encore. Elle était ravie d’avoir retrouvée son doux foyer mais les raisons n’étaient pas les bonnes. Jamais elle n’avait pensé devoir rentrer en compagnie d’une femme qu’elle avait mordue. D’ailleurs, jamais elle n’avait pensé mordre quelqu’un. C’était une chose qui la rendait coupable et un sentiment de culpabilité ne cessait d’emplir son esprit. Pourtant, elle ne pouvait rien faire pour cela. La demoiselle n’avait pas le pouvoir de revenir dans le passé et encore moins de changer ce qu’il s’était passé. Elle avait transmis ce que certains appelaient une malédiction à la jeune femme qui se trouvait maintenant sur son canapé.

Le face à face entre les deux femmes promettait plusieurs choses. Les options étaient vastes. Soit la blonde sauterait au cou d’Elen, soit elles allaient parler ou alors elles resteraient là, se regardant dans le blanc des yeux sans savoir quoi dire. Les réflexions semblaient de sortie car aucune des deux filles ne parlaient, certainement perdues dans leurs pensées. Les yeux perdus dans le vague, la vendeuse de baguettes réfléchissait à quoi dire, à quoi faire. C’était la première, et elle espérait la dernière, fois qu’elle vivait cette situation. Comment avait-on fait avec elle ? Personne n’avait rien fait. Elenna avait été seule du début à la fin. Elle avait dû se débrouiller et apprendre à connaître sa nouvelle nature. Les moments d’apprentissage avaient été des plus éprouvants et les premières transformations difficiles. A ces pensées, la belle se jura de répondre à toutes les questions que pouvait lui poser sa nouvelle compère.

La blonde avait accepté le jus de citrouille, visiblement trop occupée pour relever la réflexion de la louve. Elen pouvait tout comprendre. Elle pouvait comprendre la fatigue, les questions, la peur et le doute qui pouvaient s’installer dans les pensées de la mordue. Tout était si compliqué. Le changement fait peur, le changement faisait toujours peur surtout quand on ne savait pas vers quoi on allait. Connaissait-elle les conséquences de ce qui lui venait de lui arriver ? Rares étaient les personnes qui se sentaient concernées parce que rares étaient les personnes qui n’avaient pas peur des loups-garous. L’image qu’ils renvoyaient était négative. Beaucoup de gens les voyaient comme des bêtes sanguinaires, comme des humains dénués de toute humanité. Alors la jeune femme but enfin, assouvissant certainement la soif qui tenait en otage sa gorge. Le silence resta là encore quelques secondes alors qu’elle reprenait la parole.

" Merci pour le jus. Et désolée de m’être emportée. C’est juste que… Je ne savais plus trop où j’en étais… D’ailleurs… Enchantée, je m’appelle Maria. Juste Maria, ça suffira. "

La blonde avait fait planer quelques secondes de mystère avant de finir sa phrase. A priori, elle ne voulait pas en dire plus. Mais c’était légitime. Quelle personne souhaiterait décliner son identité alors qu’elle ne savait même plus ce qu’elle était. Ou alors elle était juste méfiante. Se redressant, la fameuse Maria se releva, tendant la main à Elenna. La belle fit de même, se relevant de la table basse et serrant la main de la jeune femme. Etait-elle réellement enchantée de rencontrer son agresseur ? Hochant la tête comme pour accepter les présentations, Elen se rassit en même temps qu’elle.

" Enchantée de même. Elenna, mais juste Elen suffira. "

La sorcière s’était à nouveau posée dans le canapé. Elle devait ressentir la fatigue que son corps ressentait. Non seulement la nuit avait été éprouvante pour elle, mais une transformation n’était jamais de tout repos. Même si elle n’avait pas pris encore sa forme animale, son corps changeait petit à petit sans qu’elle s’en rendre compte réellement. Cela ne se voyait pas réellement. Pourtant, peu à peu, elle comprendrait que ses sens seraient plus développés et que son corps serait plus apte à se défendre. Elenna n’avait compris cela qu’après plusieurs heures de lecture. Elle n’avait pas compté le nombre d’heures passées à la bibliothèque de Londres, dans le coin réservée aux sorciers.

La belle était curieuse de savoir comment Maria prenait la chose. C’était simple. Soit elle l’acceptait, soit elle reniait totalement sa nouvelle nature, soit elle était complètement perdue. Et au vu de la mine qu’elle affichait, la réponse était assez simple. La blonde était encore perdue. Elle devait se poser des milliers de questions mais n’en posa aucune, laissant Elen dans sa curiosité. Remuant le bout de son nez comme à son habitude, la jeune femme aux cheveux de neige examina un peu plus celle qui se trouvait dans son salon. Que pouvait-elle bien dire ? Maria pensait-elle qu’elle était maudite ? La vendeuse de baguettes avait accepté ce qu’elle était devenue et aimait même plus qu’avant sa différence. Elle ne s’était jamais fondue dans une foule mais la blonde semblait si dans l’air du temps, si semblable aux autres femmes. Croisant ses jambes en tailleur, Elenna prit la parole.

" Si vous voulez prendre une douche, n’hésitez pas. De même pour vous reposer. Et surtout, surtout, si vous avez des questions, n’hésitez pas à les poser. Il ne faut pas que vos réflexions restent sans réponse. Il est difficile d’avancer seule après cet événement. "

Un léger sourire se dessina sur les lèvres la demoiselle. Elle avait vécu cela, la solitude après la morsure et elle ne voulait pas que Maria soit dans le même cas qu’elle. Elenna serait là pour elle…
Revenir en haut Aller en bas
Sloan Wentz
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Sloan Wentz, Mer 5 Juin 2013 - 17:57


Les excuses que Maria apporta en retour de celles d'Elenna fûrent à priori acceptées puisque la demoiselle aux cheveux blancs se contenta de se présenter en retour. "C'est un joli prénom, Elenna" fût la pensée qui s'éprit de la blonde. Enfin, ce n'était qu'un songe perdu au beau milieu de tant d'autres...Il faut dire qu'à cet instant, plus rien n'était pareil pour la jeune femme qui luttait farouchement dans le but si éprouvant de remettre un peu d'ordre dans son esprit. Mais rien n'y faisait, elle restait obstinément bloquée en mode bug total. Sa vie venait d'être subitement révolutionnée, à tel point que même son esprit de faible humaine - enfin plus totalement - ne comprenait pas tout à fait comment et encore moins à quel point.

Sauf que, petit détail encombrant, elle ne parvenait pas à mettre un minimum d'ordre dans tout cela. Seuls prédominaient la peur et le doute. Et, cerise sur le gâteau, le tout était ponctué de milliers et de milliers d'affreuses remises en questions. Méritait-elle seulement de vivre ? Soudain, ce fût le flash. Cela fît douloureusement tilt ce qui ne fît qu'amplifier le mal de crâne de la pauvre Serpentard. Elle s'en moquait néanmoins éperdument. Il lui suffisait de regarder Elen pour comprendre ce qu'était un loup-garou. Quels étaient ses penchants pour le sang, aussi, et le fait que ceux-ci étaient pour le moins incontrôlables. Elle-même en était la preuve.

Quand bien même une proposition d'aide pour mieux interpréter sa toute nouvelle condition lui fût-elle gentiment apportée, la louve ne l'entendît pas. Le calme qu'elle avait difficilement retrouvé quelques secondes auparavant s'était à nouveau envolé dans un maudit élan de lunatisme. Il s'agissait sûrement de l'après-coup. C'est du moins la conclusion à laquelle Maria serait parvenue si elle avait été en mesure de penser, ce qui n'était hélas pas le cas. Elle voyait trouble, d'imperceptibles mais d'autant plus éprouvants spasmes l'agitaient toute entière. Elle tremblait de terreur, subissait une crise inconnue due sans aucun doute au choc.

Elle n'en pouvait plus. Elle se sentait terriblement oppressée par ses propres actes et par ses propres questions, elle étouffait littéralement. La demoiselle n'avait plus qu'une seule envie : courir, partir loin d'ici, fuir tout et tout le monde. Les discriminations provoquées par sa condition de loup-garou, les réactions de ses proches, tout, tout simplement tout la répugnait. Elle manquait subitement d'air, ses poumons étaient compressés plus qu'il aurait dû être possible. Elle avait besoin d'air, et vite !

Sans se rendre compte du regard incrédule de son interlocutrice ni même de l'impolitesse avec laquelle elle agissait actuellement, Maria se leva en hâte et partit simplement. Lâchement. Ce n'était certes pas la meilleure des solutions mais elle n'avait pas trouvé mieux...Qui plus est, elle reverrait à coup sûr son agresseuse d'ici quelques temps. Alors autant que la suite se passe à tête reposée, si tant peux que la chose fût désormais possible.


(Rp Terminé.)

Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Jeu 6 Juin 2013 - 16:21



[Pv: Daryl C. Hopper]


A table comme en amour, le changement donne du goût.


L
es draps blancs du grand lit bougèrent doucement, soulevés par une respiration encore endormie. Le souffle de vie se faisait légèrement entendre si l’on tendait l’oreille et la présence humaine était là si l’on recherchait du regard cet infime flottement que l’haleine formait sur les pans du lit. S’enroulant autour d’un corps fin et souple, les drapés emprisonnèrent la jeune femme dans leur étreinte. Un soupire s’échappa de ses lèvres alors que ses bras sortaient de la cage blanche pour s’étendre de chaque côté de sa silhouette. Peu à peu, son corps se contorsionna et tous ses muscles s’étirèrent à la manière d’un félin. Ses doigts avancèrent lentement sur le lit à sa gauche mais la seconde place dans le lit était vide et froide. Solitaire, la belle se réveilla pourtant avec le sourire. Ses yeux s’ouvrirent peu à peu, fixant le plafond comme s’il allait soudain lui dévoiler quelque chose qu’elle ne connaissait pas encore su cet appartement. Roulant sur le côté, regardant le soleil qui s’était déjà avancé haut dans le ciel, Elenna sourit, repensant à la merveilleuse nuit qu’elle venait de passer…

Cela faisait maintenant plusieurs semaines que Daryl avait emménagé dans l’appartement de Pré-au-Lard. Lors de leur seconde rencontre, il avait de suite omis le souhait de s’installer avec la jeune femme. D’ailleurs, il paraissait avoir compris qu’Elen ne voulait pas quitter son doux foyer. Tomber amoureuse était déjà en dépaysement total pour elle alors heureusement qu’elle n’avait pas dû déménager pour s’installer chez son compagnon. Occupés par leur travail, les deux sorciers passaient surtout leurs soirées ensemble à sortir ou devant un bon film, l’un dans les bras de l’autre et inversement. Cette nuit-là avait été à la fois mouvementée mais pleine de romantisme et la jeune femme ne se lassait pas de ces nuits blanches dans les bras de son amant. Fort heureusement, aujourd’hui, elle ne travaillait pas et avait pu faire la grasse matinée. Daryl ne devait pas en dire autant et elle espérait qu’il ne serait pas trop fatigué. Baillant une dernière fois, Elenna se décida enfin à se lever, se redressant sur son lit, son corps nu enroulé dans ses draps. Elle remua doucement sa tête pour replacer maladroitement ses cheveux à leur place. La journée serait longue. Il allait falloir qu’elle s’occupe en attendant le retour de son doux.

Enfilant simplement une chemise de son compagnon, la louve prit un petit déjeuner à l’heure du déjeuner mais s’en souciait peu. Assise sur son balcon, son calepin sur les jambes, Elen se mit à dessiner, fourrant de temps en temps sa cuillère de céréales dans sa bouche. Peu à peu, un visage apparut sur le papier blanc d’abord vierge. Une mâchoire carrée et un regard droit étaient crayonnés. Après plusieurs minutes de silence et de coup de crayon à papier, la gueule d’ange de Daryl avait pris place sur le calepin. La jeune femme sourit, admirant son chef d’œuvre qui était surtout la personne dessinée. Sa plus grande réussite était en effet d’avoir su trouvé l’homme qui frôlait la perfection à ses yeux. Le petit cahier se referma comme par sa propre volonté et Elenna se leva, regagnant son salon et posant son journal intime imagé sur la petite table basse. La veille, elle s’était rendue aux Halles Magiques, non pas pour espionner son homme mais pour lui chercher un cadeau. La tâche avait été ardue car Daryl travaillait ce jour-là, elle avait dû attendre qu’un jeune homme s’occupe de son cas, tout en restant très discret. La partie discrétion avait été un franc succès et la belle était repartie avec ses deux balais sous le bras. Deux Tourbillons de Flammes pour elle et son compagnon, qui ne tarderaient pas à servir. En effet, la jeune couple avait reçu un hibou répondant à leur présentation aux tests pour entrer dans l’équipe de Quidditch de leur ancienne maison de Poudlard. Tous deux étaient pris. Daryl était batteur et Elenna poursuiveuse. Au début, ils avaient envisagé de faire l’inverse mais la morphologie des deux sorciers laissaient plutôt envisager l’inverse. Le bel homme était grand et costaud, ce qui ferait de lui un bon batteur, une barrière infranchissable avant d’arriver au gardien et le petit bout de femme était fine et agile, ce qui ferait d’elle une poursuiveuse hors pair.

Bref, après avoir fait ses achats, la louve avait prévu d’offrir son cadeau à Daryl mais celui-ci était rentré tard et ils avaient profité de leur soirée, les balais et leur adhésion sortant de l’esprit de la demoiselle. Aujourd’hui, Elen pouvait tout préparer pour lui faire une belle surprise. Jetant la chemise de son chéri sur le lit, la belle se glissa sous l’eau froide, la rafraichissant de la chaleur qui avait accompagné les beaux jours. Les yeux fermés et le visage orienté vers le pommeau de la douche, elle profitait de cette sensation de fraicheur qui ne durerait pas une fois qu’elle serait sortie. Alors elle laissa les minutes défiler, lavant son corps soigneusement et ses cheveux plusieurs fois avant de se décider enfin à éteindre l’eau. Une fois enroulée dans sa serviette blanche, la jeune femme sortit de la douche et se regarda un instant dans le miroir. Elle semblait parfaitement heureuse et la joie rayonnait sur son visage mais quelque chose clochait. Fronçant les sourcils, fouillant son visage et son corps, Elenna remarqua enfin ce qui la dérangeait : ses cheveux. Cette couleur avait été la matérialisation de sa différence et de sa solitude, de son abandon et de l’incompréhension des autres à son égard, de son malheur et de sa tristesse. Mais tout cela avait changé. Certes, elle était toujours différente des sorciers « normaux » mais le bonheur faisait maintenant parti de sa vie. Il fallait que ses cheveux changent.

S’habillant rapidement, Elenna enfila un jean bleu clair et un t-shirt aux couleurs de Poufsouffle. Elle avait l’après-midi pour s’occuper d’elle et allait en profiter. Dans les rues de Pré-au-Lard, elle connaissait un petit coiffeur qui ferait parfaitement l’affaire. Enfilant juste une paire de claquettes, la jeune femme quitta son appartement, le refermant soigneusement à clef, son sac à main sur l’épaule. Un sourire radieux se dessina sur ses lèvres alors qu’elle marchait sur les pavés. L’enseigne qu’elle recherchait apparut rapidement, comme un signe du destin. Soufflant un bon coup, la vendeuse de baguettes pénétra dans la boutique et fut rapidement accueillie. Installée sur son fauteuil confortable, elle expliqua à sa coiffeuse ce qu’elle voulait et la machine fut lancée. Les mains se mirent en action autour de sa tignasse, la lavant à nouveau, la coupant et la martyrisant…

Après de longues minutes, voir heures, la silhouette féline de la belle ressortit du salon de coiffure. Un sourire radieux s’affichait sur son visage qui semblait avoir totalement changé même s’il n’avait été touché aucune fois. Elenna était comblée et espérait que son changement plairait à Daryl. L’après-midi avait déjà été bien entamé et le gérant des Halles ne finissait pas tard aujourd’hui, il fallait donc qu’elle se dépêche de rentrer. Sautillant comme une petite fille, la belle bondit dans les escaliers, oubliant quelques marches au passage malgré ses petites jambes. Ouvrant la porte de l’appartement, la louve retira ses claquettes qu’elle rangea et se mit à nettoyer un peu l’appartement, faisant le lit et ramassant la chemise de Daryl qu’elle avait utilisé comme pyjama du matin avant de la mettre à la machine. Elle abandonna son jean et son t-shirt, sifflotant en cherchant quelque chose d’autre à se mettre. Quelque chose qui irait parfaitement avec sa nouvelle coupe de cheveux. L’ancienne Poufsouffle opta alors pour une petite robe noire qui laissait son dos nu et libre d’être caressé du regard ainsi que la moitié de ses cuisses. Elenna se donna un petit coup de maquillage et se sourit dans le miroir. Sa couleur brune et naturelle qu’elle avait repris lui allait vraiment bien. Si bien qu’elle en avait oublié qu’elle lui donnait un air encore plus sauvage et sexy. La belle retourna sur son balcon, reprenant son petit carnet en attendant le retour de son amant…
Revenir en haut Aller en bas
Daryl C. Hopper
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Daryl C. Hopper, Sam 8 Juin 2013 - 0:31


Si son travail lui plaisait vraiment, Daryl avait quand même très envie d’être ailleurs. Le rayon rempli de parchemin et de plume entourait notre irlandais. L’air chaud prenait doucement le pas sur la boutique des Halles. Rangeant le nouvel arrivage de balais, Daryl vit que des ventes avaient été faite. 2 balais avait disparu. Nathanaël avait du bien faire son travail. A vrai dire, Daryl pensait souvent que le jeune Serpentard était encore plus doué que lui pour vendre. Ce travail lui plaisir. Il n’était pas trop fatiguant même s’il avait d’assez grande responsabilité. Il ne fallait pas se tromper dans les commandes sous peine de crouler sous des stocks trop gros. Souvent seul dans le magasin, il prenait le temps, après avoir fait le tri et ranger la boutique d’écrire. Depuis quelques semaines, il arrivait à écrire à peu près n’importe où, chose encore impossible avant qu’Elenna ne rentre dans la vie de Daryl. A cet instant, il aurait voulu écrire sur les parchemins qu’il tenait dans les mains mais aux côtés de la demoiselle aux cheveux blancs. Après avoir fini de ranger, Daryl prit en main le livre des stocks. Dessus, toutes les ventes étaient notées, à la noise prête. Il regarda alors pour les balais. Deux personnes apparemment, à 1h de décalage. Nat’ faisait donc du très très bon boulot. Regardant la liste des ventes, il se rendait compte que sa vie était belle. La patronne Solange lui faisait entièrement confiance et elle semblait très contente de la qualité de travail que fournissait notre irlandais. Il avait aussi la chance d’avoir Nathanaël comme employé, qui travaillait tout aussi bien et qui était d’une grand sympathie. Sa famille était aussi très proche, bien qu’il ne les ait pas vus depuis plus de 3 mois. A vrai dire, il n’avait pas dit à sa famille, sauf Lisa, qu’il était en couple et qu’il n’était plus à Liverpool. Ce qui aurait pu être assez choquant. Mais chez les Hopper, pas besoin de dire, il faut agir. Cette devise avait toujours été celle du père de Daryl et son fils ainé l’avait bien compris. Il était prêt de midi et le ventre de Daryl criait famine.

Après avoir mangé tranquillement sur le comptoir qu’il nettoya rapidement, Daryl prit une plume dans son sac et le reste pour écrire. Il se devait quand même d’écrire à ses parents. Ses autres frères et sœurs le sauraient très rapidement. Ne sachant pas comment tourné la lettre, Daryl semblait devoir écrire pour annoncer une chose terrible. Après avoir pensé quelques secondes, Daryl commença à écrire :


Papa, Maman et certainement les autres membres de la famille Hopper,

Un petit (ou grand bout de temps d’ailleurs) que je n’ai pas écrit. Une faute grave même si vous avez certainement eu des nouvelles par la petite Lisa chérie, qu’on va mener à l’église … C’est assez étrange, en tant que grand frère, je suis fier mais j’ai peur.

En tout cas, j’espère que tout va bien pour vous tous. Oui, vous tous, vous ferez passer le message. En tout cas pour moi, ça va plus que très bien. J’arrive maintenant à bien gérer la boutique, Liverpool fait une très bonne saison (tu as vu Papa, j’avais raison !) mais surtout, ça fait maintenant quelques semaines que je suis en couple.

Oui je sais, Maman doit déjà être en train de crier au scandale et que j’aurai du venir vous l’annoncer de vive voix. C’est certainement vrai mais chez les Hopper, on ne fait jamais rien comme il faut. Vos enfants en sont des preuves vivantes. En tout cas, elle s’appelle Elenna Benson (non, elle n’est pas Irlandaise et ce n’est pas grave Papa !). Bon, elle a 9 ans de moins que moi mais bon, ce n’est pas grave, je l’aime et elle m’aime. Et comble du luxe, je vis chez elle, à Pré-Au-Lard. Oui oui, j’ai bien quitté Liverpool pour elle.

Avec l’espoir d’avoir une réponse assez rapidement (avant le mariage de Lisa quand même), bises à toutes et à tous.

Daryl Charlie Hopper, votre fils (juste au cas où la mémoire flanche …)






L’Irlandais relu rapidement la lettre. Son hibou n’étant pas là, il se hâta à la poste. Sa lettre serait rapidement lue par ses parents. A vrai dire, Daryl avait toujours été assez secret sur ses amours avec ses parents. Mais Elenna était la femme de sa vie. Il le savait. Bien sûr, ils n’avaient pas encore connu les fameuses disputes de couple, ça allait arriver vite, mais il savait qu’elle serait là pour lui à jamais. Même si elle pouvait le tuer les nuits de pleine lune. Un regard interrogatif se figea sur le visage de Daryl. Il prit un calendrier alors que les Halles étaient encore vides à cette heure-ci. Sa sœur se mariait bientôt et il avait bon espoir de faire venir sa petite amie, d’ailleurs il voulait absolument la faire venir. Un mariage en étant célibataire, alors que la plus part des gens de sa famille ayant son âge seraient en couple, ce n’était pas du tout cool. Et puis, ils étaient un vrai couple, ils devaient donc agir comme tel. Le week-end du mariage tombait un soir de nouvelle lune. Un grand soulagement, Daryl n’aurait pas pu faire grand-chose, si au beau milieu de la soirée, sa petite amie se serait transformé en bête à poil pour attaquer les êtres vivants qui se trouvaient autour d’elle. L’image était horrible mais le ridicule de la scène fit sourire Daryl quelques instants avant que celui-ci ne soit dérangé par la sonnette de la porte d’entrée.

A partir de ce premier client, les visites et les ventes se suivirent. Il ne voyait pas le temps passer. Beaucoup de personne venait lui demander de l’aide pour choisir des livres à lire pendant les vacances. Daryl prenait donc plaisir à avec sa clientèle. Il avait plus de mal quand il devait vendre des vêtements. Même si l’été arrivait à grand pas et que les vêtements étaient plus simple, Daryl n’avait jamais eu de gout vestimentaire et encore moins un avis. Tout ce qu’il savait sur les vêtements, c’est qu’il pouvait rendre sa copine encore plus sexy qu’elle ne l’était. Vers 18h, les Halles étaient de nouveau vide. Après avoir vendu des parchemins à un homme assez étrange, Daryl commença à faire le tour pour fermer le magasin. Ce soir, il pouvait rentrer plus tôt. Enfin, il avait encore une heure de balais à faire. Mais pour l’Irlandais c’était que du plaisir. En 10 minutes, le magasin fut fermé.

Notre Irlandais se dirigea donc dehors. Il faisait encore assez chaud. Sa chemise était serrée ce qui n’ajoutait rien au confort. Regardant au loin, Daryl marcha jusqu’au marchant de glace. Il avait quand même bien le droit de manger un peu avant de partir dans le ciel. Comme pour son deuxième rendez-vous avec Elenna, Daryl pris deux boules : une cassis, l’autre citron. Si Daryl aimait le changement, ce n’était pas le cas pour de chose. Le parfum de ses glaces et la bière au bar. Il l’engloutit assez rapidement et c’est avec une barre de froid au niveau du front que l’irlandais s’envola sur son vieux balais. Il fonça très haut dans le ciel. Il y avait quelques fins nuages. Il aimait être au-dessus d’eux même s’il faisait encore plus chaud. Il fonça tête baissé, le vent qui le rafraîchissait. Il était bien. Pour rien au monde il aurait voulu transplaner. Il arriva à Pré-Au-Lard en moins d’une heure.

Se posant délicatement sur la grande place du village, il salua un sorcier voisin qui se dirigeait vers les Trois Balais. Regardant la porte du pub, Daryl hésita quelques secondes. Il avait très envie d’une bière mais encore plus envie de sa petite amie qui devait l’attendre dans l’appartement. Arrivé dans l’appartement, Daryl posa son balai contre le mur. Il enleva directement sa chemise. Elenna n’était pas en vue. Il tendit l’oreille pour savoir si elle se trouvait sous la douche. Il aurait pu ainsi la rejoindre, ayant réellement besoin d’une douche. Il s’avança doucement vers la pièce adjacente. Au lieu de voir une petite tête aux cheveux blancs, il vit une couleur noir. Elenna se retourna pour le regarder, posant son dessin. Daryl était debout, immobile, bouche bée. Elle était encore plus belle en brune. De toute façon, elle aurait été belle même avec un poulpe sur la tête. S’approchant du sourire de la jeune fille, Daryl l’embrassa sur le front puis il dit avec un sourire qui en disant large :

« Ouah … Et bah … Je suis surpris ! Oh ça te vois super bien. Très sexy »

Il lui déposa à nouveau un baiser sur le front. Le visage assez fermé d’Elenna lors de leur première rencontre s’était envolé. Cette couleur, c’était une nouvelle demoiselle et Daryl aimait ça. Se posant sur le canapé, Daryl repris :

« Tu avais envie ? D’un coup ? J’étais pressé de rentrer mais je ne savais pas que j’allais avoir une telle surprise ! »
Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Dim 9 Juin 2013 - 18:05



Les pieds sur le bord du balcon et légèrement affalée sur sa chaise, Elenna ferma les yeux l’espace d’un instant. Une légère brise soufflait dans les rues de Pré-au-Lard, la rafraîchissant de la chaleur épuisante qui semblait toucher tout le pays. Ses cheveux bruns qui avaient repris la couleur de leurs origines voletaient doucement autour de son visage, la fouettant doucement et lui barrant la vue de temps en temps. Passant une main sur son visage, la belle tira ses cheveux en arrière, glissant les mèches rebelles derrière son oreille droite. Elle soupira doucement. Sa vie lui semblait si parfaite à l’heure qu’il était. Un léger sourire se dessina sur son visage. Elle se surprit à imaginer sa vie si elle n’avait pas rencontré Daryl. Rien n’aurait changé. Ses journées seraient monotones à travailler chez Ollivander’s, peut-être même qu’elle aurait trouvé un autre boulot, ou qu’elle se serait faire virer, qui sait. Le soir, elle passerait prendre un verre aux Trois Balais et rentrerait seule pour finir par s’endormir dans les bras de Morphée avec comme seul compagnon la solitude. Peut-être que de temps en temps elle aurait pris du bon temps avec un dragueur mais cela que pour l’espace d’une nuit, le temps d’oublier toutes ses réflexions et ses doutes. Le lendemain, la jeune femme se serait levée une fois de plus seule et aurait fait comme si rien de tout cela ne s’était passé. Puis ce train-train se serait installé, mouvementé seulement les soirs de pleine lune où elle aurait dû faire le choix de rester cloitrer chez elle, prendre la Tue-Loup et rejoindre la forêt interdite ou y aller sans prendre de précaution, laissant son corps et son esprit à la bête qui sommeillait en elle…

Il n’y avait pas à dire, Elenna n’aurait pour rien au monde voulu retourner dans le passé pour ne pas rencontrer son amant. Les jours semblaient tous différents à ses côtés. Ils apprenaient à se connaître de jour en jour et pour l’instant, rien ne semblait clocher chez l’un ou déranger chez l’autre. Les rires et petites attentions faisaient parties de leur quotidien et tout semblait approcher la perfection. Certes, les petites disputes ne tarderaient pas à arriver mais la demoiselle semblait persuadée qu’elles ne dureraient pas bien longtemps. De plus, elle préférait grogner une ou deux fois sur son compagnon plutôt que tout aille bien dans le meilleur des mondes et que finalement celui-ci soit hypocrite. Mais Daryl semblait comme elle sur ce point. D’ailleurs, même s’ils ne se ressemblaient pas en apparence, plus les jours passaient, plus le couple se confondait. Elenna commençait même à arborer des mimiques que le beau brun avait. Cependant, elle gardait tout-de-même son tic à elle, qui était qu’elle faisait souvent remuer son nez pour exprimer la réflexion ou le doute ou même l’amusement.

Ré-ouvrant les yeux, Elen regarda le ciel où le soleil commençait déjà à descendre vers l’horizon. Daryl ne devrait plus trop tarder. Il ne sortait pas tard de son travail aujourd’hui. L’idée de le revoir fit sourire la louve. Même s’il ne se passait même pas une journée sans qu’elle le voie, son homme lui manquait déjà terriblement. Le temps semblait passer au ralenti sans lui. Elle était si heureuse, si amoureuse. Mais la jeune femme se rendait aussi compte de ce que cela voulait dire. En offrant son cœur à cet homme, elle lui offrait aussi la possibilité de la détruire. Après tout, le gérant des Halles était devenu celui qui rendait la vie douce à Elenna, qui la faisait rire et sourire, qui faisait battre son cœur et lui donnait envie de se battre tous les jours. Et si du jour au lendemain il disparaissait ? Si finalement tout cela n’était qu’un amusement pour lui ? La vie de la demoiselle n’avait pas été toute rose et ce serait certainement la goutte d’eau qui ferait déborder le vase…

Perdue dans ses pensées et les yeux rivés sur son dessin qu’elle avait recommencé à crayonner, la belle soupira doucement. Comme pour lui répondre, le bruit de la porte qui s’ouvrait vint titiller son ouïe très développée. Son doux sourire s’étira lentement sur son visage. Elenna donna un ou deux derniers coups de crayon et se redressa, s’avançant dans l’encadrement de la baie vitrée, s’appuyant sur le bord de celle-ci. Elle arrangea rapidement ses cheveux et attendit, impatiente de voir la réaction de son chéri. Daryl fit enfin son apparition dans le salon, torse nu. La belle sourit encore plus, en profitant pour dévorer son corps du regard. Lui était là, figé, le regard sur elle, les yeux ronds et la bouche bée. Il finit tout-de-même par faire quelques pas en avant, s’approchant d’elle alors qu’elle faisait pareille. Elle lui sourit, lui aussi. Les lèvres du bel homme se déposèrent sur le front du petit bout de femme qui ferma les yeux juste une seconde pour savourer.

" Ouah … Et bah … Je suis surpris ! Oh ça te va super bien. Très sexy. "

Daryl se pencha à nouveau pour embrasser le front de la jeune femme. Elenna avait changé depuis qu’elle avait rencontré le gérant des Halles et sa nouvelle coupe ainsi que sa nouvelle couleur était comme une matérialisation de cette transformation. Enroulant ses bras autour de son torse pour l’attirer à elle, bien que ce fût elle qui bougea plus que le colosse, la brune lui sourit et se colla contre lui avant de se hisser sur la pointe des pieds pour embrasser son menton. Il se détacha pour d’elle et s’installa confortablement sur le sofa.

" Tu avais envie ? D’un coup ? J’étais pressé de rentrer mais je ne savais pas que j’allais avoir une telle surprise ! "

La belle sourit, ravie de son effet de surprise. Le brun semblait aimer sa nouvelle copine, encore plus du moins. Heureusement d’ailleurs. Si Elen l’avait fait pour elle, elle avait espéré de tout cœur que Daryl allait aimer. Le résultat semblait être le bon vu le sourire ravi qu’il affichait. Très sexy qu’il disait ? Il n’avait pas tout vu… S’essayant rapidement sur les jambes de son homme, la demoiselle l’embrassa doucement, caressant du bout des doigts son torse. Décidemment, elle ne parviendrait jamais à se lasser du corps que possédait son amant. Son estomac se mit à faire des siennes et des milliers de papillons semblaient y battre des ailes. Elle recula alors doucement, les joues rouges. Elle sourit à Daryl avant de bondir de ses jambes, retrouvant la terre ferme et se dirigea vers la cuisine. La demoiselle rajusta sa petite robe qui laissait une belle vue sur tout son dos nu et le baissa un peu car elle ne s’était pas gênée pour remonter sur ses cuisses lorsqu’elle s’était assise. Roulant légèrement des hanches pour le bon plaisir du beau brun, elle finit par disparaître dans la cuisine, haussant la voix pour qu’il l’entende.

" Je suis ravie que cela te plaise. Je dois avouer que oui je l’ai fait pour moi mais je ne pouvais m’empêcher de savoir ce que je ferai si cela ne te plaisait pas. J’avais envie de redevenir celle que j’étais avant, du moins en partie. Tu veux boire quoi ? Quoique non, ne réponds pas… "

Elenna but un verre d’eau pour se rafraîchir et ouvrit le frigo pour y attraper deux bières. Elle avait toujours eu de l’alcool chez elle et avait toujours aimé la bière mais n’en n’avait jamais eu chez elle. Pourtant, depuis que Daryl était là, il y en avait. C’était sa boisson préférée et la belle avait l’impression que c’était un bon moyen pour lui de garder un lien avec ses origines et sa famille. D’ailleurs, la louve se demandait bien à quoi pouvait bien ressembler ses sœurs et ses parents. A quoi pouvait bien ressembler les personnes qui avait fait de Daryl l’homme qu’il était aujourd’hui ? La curiosité trop présente d’Elen ne semblait pas la lâcher. Elle se demandait si un jour son compagnon la présenterait à ses parents. Mais après tout... Pourquoi le ferait-il ? Il est vrai qu’elle, elle ne pouvait le présenter à personne alors pourquoi se donnerait-il cette peine. Elenna aurait aimé présenter son premier véritable copain à ses parents, elle aurait aimé avoir leur avis, qu’ils ronchonnent et s’inquiètent pour elle. Mais tout cela était impossible et elle le savait. Elle soupira légèrement avant de regagner le salon et bondit sur le canapé par le dossier, s’asseyant aux côtés de Daryl. Elenna lui tendit sa bière dans un sourire et ouvrit la sienne avant de la porter à ses lèvres.

Elle but une gorgée mais redescendit directement du canapé, posant sa petite bouteille sur la table basse. La demoiselle ne tenait plus en place et voulait offrir son cadeau à Daryl. Se mettant derrière le meuble, elle semblait droite et fière, un grand sourire s’afficha sur son visage. Elenna attrapa sa baguette qui se trouvait sur le bar derrière elle. Faisant face à son homme, elle tendit la baguette vers lui, ou plutôt derrière lui vers le placard entrouvert.

" Accio paquet ! "

Comme pour lui répondre, un vacarme assourdissant retentit dans le placard, tapant contre la porte de celui-ci car l’objet désignait ne passait pas. La belle soupira mais l’objet força un peu plus le passage et vint enfin la percuter de plein fouet, se collant à son poitrine. Il avait pris un peu trop d’élan. Le gros paquet faisait presque la taille de la louve et s’appuyait contre elle. Remuant la tête doucement agacée, la vendeuse de petits bouts de bois reposa la sienne et tendit le cadeau à son amant. Les deux Tourbillons de Flammes étaient dedans et attendaient sagement que leurs nouveaux propriétaires les essaient. Se tenant toujours debout devant le canapé, Elenna croisa les mains devant elle, souriant et attendant patiemment que Daryl ouvre son cadeau, enfin leur cadeau. Alors qu’il s’afférait à déchirer le papier, la jeune femme se mit à lui expliquer pourquoi ce présent-là.

" Félicitations mon amour. Nous avons été tous les deux pris dans l’équipe de Quidditch de Poufsouffle. "
Revenir en haut Aller en bas
Daryl C. Hopper
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Daryl C. Hopper, Mer 12 Juin 2013 - 1:12


Jamais Daryl n’avait ressenti pareil chose pour une demoiselle, elle le savait, elle en jouait. Le corps mince et élancée de la demoiselle était venu se mettre sur les jambes musculeuses de Daryl. Elle lui faisait du charme. Non, en fait, c’était plutôt du rentre dedans. Elle jouait, elle se jouait de lui et l’irlandais ne semblait pas se débattre. Au contraire, il aimait ce côté jeu. Elle était féline alors qu’elle devait être louve. Daryl avait les yeux plongé dans ceux de sa belle. Il n’y voyait que du bonheur. Aucun problème, aucun obstacle. Juste l’amour, rien que l’amour et ceux, pour toujours. Il en était sûr, il ne voyait qu’un désir ardant et un amour profond et sincère dans le regard d’Elenna. Il espérait renvoyer la même image, il savait que c’était pareil.

Les doux et petits doigts de fée de mademoiselle Benson jouaient tranquillement sur le torse nu de Daryl. Il voulait absolument prendre une douche mais dans le cas présent, l’eau qui pourrait lui couler sur le corps pour le détendre était totalement sortie de sa tête d’ancien Poufsouffle. Il était drogué, drogué d’un être humain. Ce n’était pas grave. Un problème et il pourrait avoir mal. Mais ce n’était pas le cas, il était dans un bonheur presque trop parfait. Il savait que la vie de couple qu’il allait mener n’aurait rien de banale et de parfait. Des enfants peuvent être trop poilus les soirs de pleine lune et fan de Liverpool, Daryl savait que ça serait peut-être son lot, sa nouvelle vie. Mais il l’avait choisi dans les yeux de la demoiselle. Il profita pour le déposer un baiser dans le cou comme il aimait tant faire. Enjouée, la demoiselle s’enleva d’un seul coup, faisait de Daryl à nouveau un terrien. Sa tête descendait doucement du nuage idyllique que l’ange Elenna lui avait donné pour abri d’amour.

Soupirant un grand coup, il pouvait maintenant profiter de sa soirée. Alors que la jeune demoiselle se dirigeait doucement vers la cuisine, Daryl avait vu un bout du dessin d’Elenna. Il était magnifique, parfait. Bien sûr parce que c’était le portrait de Daryl. Mais c’était surtout parce que c’était une grande preuve de talent. Daryl avait toujours voulu vivre de sa passion. Il n’avait jamais pu le faire par manque d’argent. Seulement, il voyait dans les dessins d’Elenna un talent qui ne pouvait pas être inconnu du publique. Il serait prêt à travailler un peu plus pour pouvoir permettre à la demoiselle de faire de sa passion, un métier. Il lui en parlerait très certainement. Les rêves de devenir journaliste sportif de Daryl étant très loin derrière lui, aux portes de Poudlard à dire vrai.

« Je suis ravie que cela te plaise. Je dois avouer que oui je l’ai fait pour moi mais je ne pouvais m’empêcher de savoir ce que je ferai si cela ne te plaisait pas. J’avais envie de redevenir celle que j’étais avant, du moins en partie. Tu veux boire quoi ? Quoique non, ne réponds pas… »

Un large sourire s’était dessiné sur le visage de l’irlandais. Il était si prévisible et le connaissait déjà si bien. A vrai dire, la bière était la seul boisson qu’il buvait en dehors de l’eau et du rhum lors de certaines soirées. Le rhum était surtout un compagnon de route peu glorieux, un ami de longue date qui soigne les mauvais coups. De la simple défaite sportive à l’ancienne rupture. Le gout du rhum était associé au mal et mauvais, Daryl le regrettait d’ailleurs. Il n’aurait plus besoin d’en boire pour des fins de relations. Peut-être qu’il deviendrait l’ami des soirées câlines.

La demoiselle était revenue lui tendant une bière fraiche que Daryl posa doucement contre son torse. Il avait besoin de frais pour sortir les images charnelles qu’il venait d’avoir d’Elenna. Il préférait vivre ces moments que de les rêver. La bière se décapsulait toute seule et Daryl aimait ça. Avec la classe irlandaise, il l’ouvrit avec l’intérieur de son coude. Il avait toujours fait ça. Il ne savait pas vraiment pourquoi mais cela le faisait rire. Il en fallait d’ailleurs peu pour amuser notre irlandais. Elenna, elle semblait totalement sur une prise de courant électrique. Elle semblait impatiente, une chose assez rare que Daryl n’avait jamais encore vu. Il but une gorgée alors que la demoiselle se plaçait devant lui :

« Tu vas bien, tu sembles à 300 %, tu sais la drogue moldue c’est mal hein. Et le Scrout à Pétard, c’est pas non plus légale »

Son humour un peu gras ne fit rire que lui. Le sourire qu’affichait docilement le visage angélique d’Elenna n’était pas du tout dû à la blague de Daryl, loin de là. Un garde à vous presque militaire. Une posture de déesse de la mythologie plutôt. L’imagination de Daryl allait très loin, il était fatigué et son cerveau ne répondant plus vrai comme il le fallait.

« Accio paquet ! »

Le visage de Daryl se mua d’étonnement. Un paquet ? Pourquoi elle utilisait la magie ? Il était vrai que l’usage de la magie pouvait être pratique mais si elle voulait un paquet proche pourquoi elle voulait absolument qu’il arrive à elle assit rapidement. Et surtout, un paquet. Un cadeau surprise. Daryl aimait ça. A vrai dire le plus beau cadeau qu’Elenna pouvait faire à l’ancien Poufsouffle c’était de partager sa vie et son lit. Elle lui avait déjà fait le plus beau des cadeaux. Rien de mieux que ça. Même si Daryl avait eu l’habitude de plus de contact charnelle avec ses anciennes partenaires. Mais à quoi bon penser à ça, le plus beau des présents, c’était Elenna.

Un paquet énorme en kraft était sorti de derrière Daryl. Il connaissait que trop bien ce papier, c’était celui des Halles. Elle était trop forte. Une surprise faite avec un objet acheté dans le magasin de Daryl, sans même qu’il s’en aperçoive. Enfin presque. Le paquet entre les mains, il senti directement ce qu’il cachait. Les deux balais qui étaient parti par Nat' n’étaient finalement pas très loin. Ils étaient même très près. Daryl croyait se tromper, ce n’était pas possible et puis de toute façon, pourquoi ? Il n’avait aucun …

« Félicitations mon amour. Nous avons été tous les deux pris dans l’équipe de Quidditch de Poufsouffle. »

La voix d’Elenna semblait avoir agi sur les mains de Daryl. Le kraft vola assez violement dans la pièce avant de retomber par terre. Le paquet avait littéralement explosé sous les doigts de Daryl. Un Tourbillon de Flamme. Elle venait de lui offrir un cadeau énorme. Daryl déposa le premier sur le canapé puis il prit le deuxième. Il ne savait plus où donner de la tête. Il était dans l’équipe des anciens. Lui, qui n’avait jamais été très bon avant, il était pris pour jouer au quidditch. La batte qu’il avait gardée allait enfin lui servir. A 31 ans, c’était un rêve de gosse qui lui tendait les bras. Elenna l’avait rendu encore mieux.

Il se mit à sauter sur le canapé. Un vrai gamin qui criait qu’il était pris dans l’équipe, qu’il allait faire partie d’une équipe. Et en plus, il avait le meilleur balais du monde. Quelques secondes de repos et Daryl fonça sur Elenna et la prit dans ses bras, l’embrassant avec passion. Il était déjà dans tous ses états avant le cadeau mais à cet instant, c’était encore pire :

« Ma Belle … C’est un cadeau plus que merveilleux. C’est magique. Tu es folle ! En plus aux Halles ! Tu as fait comment ? Tu es magique. Tu es parfaite, tout simplement parfaite. »

Notre irlandais avait une légère larme à l’œil. Il était plus qu’heureux. Il porta alors Elenna. Elle avait enroué ses jambes autour de lui. Ils s’embrassaient avec amour tout en tournant sur eux même. Le visage de Daryl se recula, toujours avec un sourire immense. Son ancien ami devait devenir ce soir un ami différent. Posant Elenna sur le sol, il descendit d’une traite sa bière puis il courut chercher sa bouteille de rhum ambré. Il prit deux verres et les remplis :

« Cette boisson était mon ami de malheur. Ce soir, ça sera mon ami de bonheur. Tu me rends heureux et je veux faire pareil. On part à Paris. En amoureux. Je paye tout, tu ne t’occupe de rien. Et ce soir, on profite d’être très heureux pour parler de notre passé parce que ce balais, c’est un rêve de gamin que tu m’offres »

Des fines larmes commencèrent à couler sur les joues pleines de bonheur de Daryl. Il voulait faire de cette soirée, une nuit magnifique.


Revenir en haut Aller en bas
Elenna Benson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Elenna Benson, Sam 15 Juin 2013 - 1:18


Debout, se dandinant légèrement sous l’impatience, la jeune femme regardait Daryl ouvrir son paquet cadeau avec rapidité. Un sourire plein de tendresse s’afficha sur ses doux traits. Il ressemblait à ses enfants que l’on voyait dans les films lors du matin de Noël. Ceux qui se levaient en courant pour descendre les marches des escaliers trois par trois pour se précipiter sous le sapin et ouvraient bien souvent des yeux émerveillées et une bouchée bée face à la masse de paquets aux couleurs vertes et rouges. Bien souvent, les petits garnements courraient dans la chambre de leurs parents, sautaient sur le lit et les secouaient pour avoir une réponse. Pouvaient-ils ouvrir les cadeaux ? Pouvaient-ils découvrir ce que renfermaient ces magnifiques petites boîtes à toutes les tailles possibles et inimaginables ? Malheureusement, Elenna n’avait jamais eu à faire tout ce rituel. Pour elle, ce n’était qu’une légende. Qu’un préjugé qu’utilisaient les films moldus pour vendre du rêve aux gens dans un monde où celui-ci n’existe presque plus… La petite fille qu’elle était s’était contentée d’une pomme ou une orange chaque année et n’avait jamais réellement reçu de cadeaux. A Poudlard, elle avait refusé de se lever le matin où les cris de joie résonnaient dans la salle commune des Poufsouffles. Elle n’aurait jamais de cadeaux et ne voulait pas voir les autres élèves de son âge ou non découvrirent les leurs. Pourtant, lors de sa troisième année dans l’école de magie, Elen avait entendu son prénom lors de la distribution des paquets qui se trouvaient sous l’arbre de Noël. Ce fut ce jour-là qu’elle eut son premier balai et se découvrit une véritable passion pour la Quidditch. Malheureusement, elle ne sut jamais qui était l’auteur de ce formidable cadeau… La brune soupira doucement, regardant son amant agir comme un gamin surexcité, ayant le même regard qu’elle avait dû avoir…
 
Le sourire qui rayonnait sur le visage de Daryl eut pour effet de rendre les pommettes de la vendeuse de baguettes roses, se perdant à nouveau dans ses pensées sentimentales. Le corps de son compagnon émettait sur elle la même chose qu’un aimant, elle était tout simplement attirée par lui et dans n’importe quelle circonstance. Alors que les mains du bel homme s’agrippaient au papier cadeau, les muscles roulaient sous sa peau, faisant se mouvoir son torse et ses épaules dans une danse qui aurait fait certainement tourner la tête d’Elenna si elle s’était trouvée plus près de lui. Se mordillant légèrement la lèvre, la demoiselle laissa son regard glisser sur le corps du gérant avant de reporter son attention sur son regard. Il était merveilleusement beau et merveilleusement à elle. Ce fut à son tour de sourire, d’un sourire victorieux, carnassier. L’ancien Poufsouffle avait dû en faire tourner des têtes blondes mais voilà qu’il disait maintenant vouloir partager beaucoup plus que quelques semaines avec Elen. Elle était comblée et éperdument amoureuse, elle qu’il avait choisi parmi toutes les filles qui pouvaient se trouver sur cette planète, dans les deux mondes qu’ils connaissaient. La belle était possessive et encore plus depuis qu’elle se comportait comme un loup alpha lors des nuits de pleine lune. Aucune femme ne devrait avoir envers lui des sentiments autres que l’amitié, sinon elle n’en ferait qu’une bouchée…
 
Daryl faisait littéralement des bons sur le canapé, ce qui fit rire la jeune femme. Il criait sa joie comme un gosse âgé d’à peine quelques années et cela ne pouvait faire qu’attiser la tendresse qu’Elenna avait à son égard. Depuis qu’elle était avec le beau brun, elle s’était découvert un petit côté maternelle, souhaitant diriger tout et s’occuper de son homme comme d’un bébé, le choyant comme pas possible. Puis le mâle finit par se calmer, posant le balai qu’il avait dans les mains sur le sofa et se précipita dans vers le petit bout de femme, qui crut un instant qu’elle allait se retrouver sous la masse que représentait son copain. En effet, si l’envie de la plaquer lui venait, elle finirait certainement sous lui sans pouvoir y faire grand-chose bien que sa force était légèrement décuplée depuis qu’elle menait une double vie. Les bras puissants l’étreignirent et la soulevèrent légèrement du sol pour que la louve se retrouve au niveau du visage de Daryl. Celui-ci ne pouvait plus s’arrêter de sourire. Il l’embrassa avec passion comme premier remerciement. La tête de la belle lui tourna légèrement avant de reprendre ses esprits pour lui rendre son baiser et enfin l’écouter parler.

Ma Belle… C’est un cadeau plus que merveilleux. C’est magique. Tu es folle ! En plus aux Halles ! Tu as fait comment ? Tu es magique. Tu es parfaite, tout simplement parfaite. "

Elenna était heureuse de voir que le cadeau et la nouvelle plaisaient au gérant des Halles. Elle rit doucement, ravie de son effet de surprise et de faire plaisir à l’homme qu’elle aimait. Les yeux de Daryl luisaient légèrement, trahissant son émotion. La belle fit alors une moue touchée, caressant avec tendresse la joue du brun. Celui redressa un peu plus la jeune femme dans ses bras qui en profita pour coller son corps au sien et enrouler ses jambes autour de sa taille, collant leur bassin. L’amant se mit à tournoyer sur lui-même alors qu’ils s’embrassaient avec passion. Les cheveux bruns de la belle formaient une tornade autour de leur visage mais ils ne semblaient pas s’en soucier, s’embrassant encore, leurs langues se mêlant dans une danse sensuelle. Malheureusement, cela ne dura pas assez longtemps pour la demoiselle car Daryl dégageait déjà ses lèvres de celles de la jeune femme. Elen voulait encore l’embrasser mais contrairement à ses envies, il la déposa au sol et but sa bière cul sec et disparut rapidement. Haussant un sourcil, la vendeuse de baguettes le vit revenir rapidement, deux verres dans une main et une bouteille dans l’autre. Le tout fut posé sur la petite table basse.

Cette boisson était mon ami de malheur. Ce soir, ça sera mon ami de bonheur. Tu me rends heureux et je veux faire pareil. On part à Paris. En amoureux. Je paye tout, tu ne t’occupe de rien. Et ce soir, on profite d’être très heureux pour parler de notre passé parce que ce balai, c’est un rêve de gamin que tu m’offres. "

Le bonheur, lui aussi semblait heureux. Certainement autant qu’elle et ils partageaient ensemble et dans leur amour cette émotion nouvelle pour la brune. C’était la première fois qu’elle aimait et la première fois qu’elle était si heureuse. Décidemment, si Daryl et elle se construisaient un avenir ensemble, il lui ferait certainement découvrir beaucoup de choses comme Noël ou même son anniversaire. Paris ? De quoi Paris ? La capitale de la France ? Elle en rêvait et quelle ville pouvait être plus romantique que celle-ci pour un jeune couple. Elenna lui avait fait son cadeau, voici qu’il sortait le grand jeu pour le sien. Elle ne savait que dire et se rapprocha de Daryl avant d’apercevoir les larmes qui roulaient sur les jours de son homme.

" Han mon cœur... Pleures pas, je suis la femme la plus heureuse si tu l’es. Paris est une destination merveilleuse, je crois que tu vas gagner le concours du plus beau cadeau ! "
 
Les larmes lui étaient aussi montées aux yeux. Depuis quelques temps, Elen avait remarqué qu’elle faisait preuve d’une grande empathie à l’égard de son amant. Si celui-ci était heureux, elle n’éprouvait que le besoin de l’être aussi mais s’il était triste ou s’était levé du mauvais pied, cela affectait beaucoup trop ses émotions à elle. Les deux verres de rhum étaient posés sur la table alors la belle glissa ses petites mains dans celle de Daryl et l’entraîna avec elle sur le canapé de nouveau. Assise à côté de lui, elle se blottit contre son torse nu, posant sa tête au creux de son cou et l’embrassant doucement. La louve ferma les yeux durant quelques secondes, profitant de la sensation du corps chaud du gérant des Halles contre le sien et écoutant paisiblement les battements du cœur de celui-ci. Une de ses mains s’enroula autour de la taille de son compagnon et l’autre se posa sur son torse, la rapprochant toujours plus de lui. Elle soupira doucement. Si seulement le temps pouvait s’arrêter, personne ne dirait non, du moins pas le couple. Elenna était si bien lorsqu’elle était avec le batteur et ne voulait pas que cela change. A vrai dire, maintenant qu’elle passait ses journées à attendre son retour à la maison, la brune se rendait compte qu’elle ne voyait plus son quotidien sans lui. Il était celui qui la faisait sourire dès le réveil et qui la forçait à regarder l’heure lorsqu’elle était au travail. La demoiselle attendait toujours de retrouver son amant. Rouvrant les yeux et reniflant doucement, Elenna se recula lentement et plongea son regard dans celui de Daryl, caressant sa joue pour chasser les quelques larmes encore présente.
 
" Sinon, tu as vu comme je suis douée ? J’ai dû faire comme Mission Impossible pour acheter nos balais. Ton p’tit vendeur m’a aidé d’une aide précieuse… D’ailleurs, je pense qu’il me prend pour une folle et toi aussi du coup. Je devais être la seule personne avec un bonnet, surtout avec le temps qu’il fait en ce moment. "

La belle rit doucement, jetant un coup d’œil dehors alors que la luminosité baissait peu à peu, teintant les rues de Pré-au-Lard de couleurs orangées et rosées. Puis comme pour illustrer ses paroles, elle remonta légèrement sa petite robe sur ses cuisses, à la limite de son sous-vêtement.
 
" De quoi veux-tu que nous parlions ? Demandes moi ce que tu veux… "

Cette phrase était à double sens mais Elenna ne s’en cachait pas. Elle embrassa de nouveau son compagnon, caressant sa nuque d’une main.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Habitation] Wolf's House

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 4

 [Habitation] Wolf's House

Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.