AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
-24%
Le deal à ne pas rater :
Nouveaux écouteurs Apple AirPods 2 au meilleur prix
136 € 179 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 1 sur 15
Vieil entrepôt désaffecté
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Sam 11 Juin 2011, 23:47

{ Formation 'Ordre du Phénix' de Cliodhna Quinn par Mateo Aëndal ~ En dehors du QG }
Docklands, Londres. Cela faisait maintenant quelques semaines que Cliodhna avait été approchée par la professeure Wolf, avec laquelle elle avait suivi des cours particuliers de Défense contre les Forces du Mal, ainsi que par Miss Skywolf en personne, qui n'était autre que la directrice de Poudlard. On lui avait brièvement parlé de l'Ordre du Phénix, une association secrète qui luttait contre les Mangemorts. Bien sûr, comme tout sorcier qui se respecte, la jeune femme en avait déjà vaguement entendu parler... mais dans le seul cadre des deux grandes guerres des sorciers du XXe siècle et il ne lui était même jamais venu à l'idée qu'il avait pu subsister ! De plus, s'agissant d'une organisation cachée, peu de documents subsistaient à son sujet et les recherches qu'elle avait tentées d'entreprendre à son sujet s'étaient révélées peu fructueuses. Forte de ses idéaux, de sa crainte des Mages noirs et d'autres motivations personnelles plus complexes, elle avait cependant été grandement intéressée. Maintenant que l'année scolaire avait fini par toucher à sa fin, elle avait eu ses ASPIC et il était donc temps pour elle de passer aux choses sérieuses...

C'est ainsi qu'elle avait reçu un hibou de son ancienne directrice. On la sommait de se rendre à un endroit précis dans les Docks et on évoquait vaguement le début d'une formation, mais rien n'était très clairement expliqué. Ce fut donc dans le flou total et avec beaucoup d'appréhensions et de questionnements que la demoiselle se rendit sur les lieux. Histoire de s'aérer un peu les idées et de se préparer psychologiquement, elle avait décidé de faire une bonne partie du chemin à pied. En effet, mine de rien, tout ça lui faisait un peu peur. Elle ne savait pas à quoi s'attendre, tant pour ce mystérieux rendez-vous que pour la suite des événements... Après tout, elle n'était qu'une banale jeune femme de 18 ans et elle avait peur de ne pas être à la hauteur.

Bien que Londonienne, elle n'avait jamais eu l'occasion d'explorer les Docks et elle devait bien reconnaître qu'ils méritaient amplement leur triste réputation. Véritable taudis, l'ancien port avait l'air complètement laissé à l'abandon, il n'y avait plus que des bâtiments désaffectés, des ordures qui s'accumulaient dans tous les coins et les seuls habitants qui subsistaient semblaient être d'ignobles rats d'égouts... Délicate de nature, c'était donc grimaçante et indisposée par l'odeur ambiante que Cliodhna déambulait à la recherche du point de rendez-vous, non sans contraster avec l'ignominie environnante. Bien qu'ayant fait un gros effort de sobriété, coquette comme elle était, elle n'avait pas su se refuser le port d'une paire d'escarpins flambant neuve... Cela pouvait paraître un peu inapproprié, mais c'était après tout comme ça qu'elle se sentait le mieux et elle espérait qu'on ne lui en tiendrait pas rigueur. Le reste de sa tenue était plus sobre et elle s'était contentée d'une simple robe de sorcier noire sur des vêtements confortables, ses cheveux étant noués en une queue de cheval on ne peut plus banale.

Après un bon quart d'heure de recherches, elle finit par trouver le vieil hangar qui se trouvait à l'adresse qu'on lui avait indiquée. Étant donné qu'il lui sembla fermé et qu'elle était un peu en avance, elle se contenta d'attendre qu'on l'y rejoigne. Son ventre était noué et elle ne pouvait s'empêcher de marcher nerveusement, ne parvenant pas à se poser. C'est en observant un peu le taudis qu'elle réalisa qu'elle ne savait même pas qui elle attendait au juste... La seule chose qui lui semblait, c'était que ce ne serait sans doute ni Skywolf ni Wolf, sinon elles le lui auraient précisé... Pas vraiment mise en confiance par l'endroit, elle avait posé sa main contre sa baguette, prête à dégainer si elle se faisait surprendre. La jeune femme guettait les alentours et elle se demandait bien ce qui se passerait lorsqu'elle aurait pénétré dans l'ancien entrepôt...


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin 2012, 15:47, édité 10 fois (Raison : Reformatage du message)
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Lileas White, le  Dim 19 Juin 2011, 15:23

Les Docks de Londres... C'était l'un des rares endroits de Londres où Mateo n'avait encore jamais posé les pieds. Ce dédale plein de vieux hangars, de quais aux bords effrités par la Tamise, d'énormes caisses de bois moisies, de rats, d'odeurs étranges et de brumes, cachait pourtant au moins autant de secrets que les cachots de Poudlard.

Le grand homme à la longue chevelure rouge bordeaux était ce soir là vêtu entièrement de noir. Il avait revêtu son éternelle paire de bottes montantes, un pantalon on ne peut plus classique, son trench coat, ainsi que quelques bijoux, plus décoratifs qu'utiles. Il attendait Cliodhna Quinn, potentielle nouvelle recrue de l'illustre Ordre du Phénix, largement conseillée par Clélia et Arya. On ne lui avait pas beaucoup parlé d'elle. Il savait juste qu'elle venait de terminer ses études dans l'Ecole de Magie Ecossaise, qu'elle avait logiquement beaucoup de capacités baguette à la main, et qu'elle avait les cheveux bruns.

- Cela ne risque pas de m'aider énormément pour la reconnaître, ne crois-tu pas?

Le rongeur gris, qui faisait au moins deux fois la taille de la main de Mateo et qui demeurait perché sur une grosse caisse au métal rouillé, continua de le fixer, immobile. Le cadet Aëndal, quant à lui, était accroupi, à quelques mètres de son auditeur improvisé. Il se trouvait en plein milieu du hangar qu'il avait aménagé au moment de son arrivée sur les lieux. Celui-ci était assez haut, et son intérieur était éclairé par les quelques trous qui s'étaient formés avec le temps sur sa carcasse métallique. Un labyrinthe dans le labyrinthe; dans le hangar, se trouvaient de nombreuses rangées de gigantesques étagères et autres containers.

- Néanmoins, c'est vrai qu'il ne doit pas y avoir énormément de jeunes femmes blondes parcourant en ce moment même ces sinistres lieux.

Quelques bruits de pas retentirent au loin. Le rat se retourna vivement, puis disparut dans les ténèbres. Mateo informula un « finite », qui eut pour effet d'éteindre la faible lumière qu'il avait fait apparaître quelques minutes plus tôt au bout de sa baguette et de détruire les protections magiques qu'il avait placé autour de lui. Lentement et non moins discrètement, baguette toujours à la main, il avança dans le noir vers la grande porte d'entrée fermée.

Il restait encore dix minutes avant l'heure que Mateo avait indiquée à Clélia, et que cette dernière avait dû imposer à demoiselle Quinn. Il était 10.10 P.M, et au dehors, la lumière du soleil couchant laissait peu à peu la place à celle de la lune. Les bruits de pas, qui montraient clairement que quelqu'un se trouvait face à la bâtisse délabrée, venaient de s'arrêter. Était-ce elle? Il n'y avait pas énormément de moyens de le savoir, et le moins dangereux était le mieux.

Il se positionna derrière un container à une dizaine de mètres de la grande porte métallique, et informula un
« Patronus », baguette tendue vers celle-ci. A l'extérieur, hors de la vue du nouvel arrivant, une belette blanche à l'aura bleutée apparut. Elle se mit à avancer rapidement, passa en évidence devant le hangar, et s'engouffra dans l'un des minuscules trous sur le bas de la porte.
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Jeu 23 Juin 2011, 20:57

Ainsi postée devant le vieil entrepôt, main posée contre sa baguette et aux aguets du moindre mouvement, Cliodhna ne dut pas attendre bien longtemps avant qu'il se passe quelque chose. Les lieux étaient sinistres, le soleil se couchait peu à peu et elle se retrouverait bientôt dans le noir complet, autant dire qu'elle était plutôt soulagée à l'idée de retrouver quelqu'un ! Errer seule dans un tel endroit, surtout par les temps qui courraient, ce n'était sans doute pas une très bonne idée pour une jeune femme comme elle...

Et, en effet, un petit animal fantomatique se profila depuis l'intérieur du hangar, fit une brève apparition devant la porte, avant de s'y engouffrer à nouveau, tout aussi furtivement. Une chance pour la brunette qu'elle était au taquet ! Grâce aux cours particuliers qu'elle avait suivis avec Miss Wolf, il ne faisait aucun doute pour elle qu'il s'agissait d'un Patronus. De quel animal il s'agissait, par contre, elle n'en avait pas la moindre idée, elle n'avait jamais brillé au cours de Soins aux Créatures Magiques et ça lui importait fort peu de toute façon. Le fait est qu’elle interpréta cette apparition comme un signal et qu’elle décida donc de pénétrer dans le vieil hangar, baguette à la main bien sûr, il valait tout de même mieux rester prudent. Après tout, rien ne lui disait qu’il s’agissait bien de son formateur... ou qu’il ne la mettrait pas d’emblée à l’épreuve !

Elle s'approcha donc doucement de l'entrée principale où venait de se montrer le Patronus et, la pénombre ne l'aidant pas à y voir clair, elle jeta un "Lumos" pour tenter de se repérer plus facilement. La grande porte métallique lui sembla clause, mais elle essaya tout le même de la pousser, coinçant sa baguette derrière l'une de ses oreilles pour pouvoir s'y prendre à deux mains, sans pour autant avoir à se retrouver dans le noir. Ce fut vain et elle se résolut donc à lancer un "Alohomora!", qui ne se révéla pas très concluant non plus, son futur formateur (s'il s'agissait bien de lui) avait de toute évidence pris les précautions nécessaires.

Un peu décontenancée et la peur des lieux n'aidant pas, Cliodhna jeta un bref coup d'œil aux alentours. Les parages lui semblèrent déserts, mais elle ne tenait quand même pas à passer pour un vandale... Elle se décida donc à trouver une autre entrée, moins visible de la rue, afin d'agir en toute impunité. Elle contourna donc le bâtiment et finit par trouver une ancienne porte de service. Sans même prendre la peine de tester sa résistance, elle s'en écarta quelque peu et la gratifia d'un "Bombarda Maxima!", autant dire que cette entrée n'était plus qu'un souvenir. Cela avait produit un bruit monstrueux par contre et il ne faisait plus aucun doute maintenant qu'elle était repérée. C'était donc le moment de redoubler de vigilance et de se hâter de retrouver la personne chargée de sa formation. Elle savait qu'on ne la ménagerait pas, mais elle ne se plaisait pas moins à penser qu’elle se sentirait plus en sécurité avec un peu de compagnie.

Baguette tendue droit devant elle, elle lança un nouveau "Lumos" afin d'y voir quelque chose et s'aventura finalement dans le bâtiment désaffecté. Elle ne voyait pas très loin devant elle avec le seul éclairage de sa baguette, mais il lui sembla qu'elle avait affaire à un véritable dédale de conteneurs et d'étagères. Autant dire que la soirée promettait d'être haute en couleur si c'était bien là qu'aurait lieu son entrainement, comme elle avait cru le comprendre.

Mais pour l'heure, il lui fallait vraiment trouver son fameux formateur... "Bonsoir, il y a quelqu'un?", se hasarda-t-elle un peu timidement en parcourant une rangée d'étagères pleines à craquer de ce qui sembla être des matériaux de construction. Elle essayait de s'approcher de la porte d'entrée, pensant que la personne qui l'attendait ne devait pas être loin. Décidée à se faire entendre, elle réitéra, en criant cette fois: "Je suis Cliodhna Quinn, montrez-vous s'il vous plait!". Elle avait l'air un brin agacée, mais, en fait, elle n'était pas très rassurée par la situation et l’inquiétude commençait à sérieusement la gagner. Pour l'instant, les seuls bruits qui se faisaient entendre étaient des petits craquements çà et là et des mouvements de ce qui devait être des rats qui fuyaient sur son passage, si on faisait abstraction des claquements de ses talons qui résonnaient dans tout le hangar, bien entendu !


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin 2012, 15:48, édité 6 fois (Raison : Reformatage du message)
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Lileas White, le  Ven 01 Juil 2011, 17:04

La belette argentée réapparut à l'intérieur du vieux hangar, illuminant légèrement la zone au milieu de la quelle elle se trouvait. D'un geste vif, toujours dans sa course, elle bondit. D'un petit coup de baguette de Mateo, le patronus fut dissout et une fine brume claire et brillante se mit à flotter. Quelques instants plus tard, plus rien de tout cela n'était visible. Les lieux étaient redevenus sombres et silencieux.

A l'extérieur, à ce que les brèches de la porte pouvaient donner à voir au cadet Aëndal, on avait allumé une lumière. Il y eut ensuite quelques bruits métalliques, comme si on tentait en vain d'ouvrir la porte, puis plus rien. Le silence, à nouveau. De son éternelle démarche lente et discrète, Mateo se dirigea vers le côté opposé à l'entrée principale du hangar. Arrivé au premier croisement des rayons formés par les grandes étagères, il changea encore de direction, et commença à se perdre dans le labyrinthe.

Cherchait-elle un moyen de forcer la porte? Allait-elle accéder à l'intérieur par le toit? Comptait-elle attendre à l'extérieur? Quelques minutes passèrent, tandis que le membre de l'Ordre du Phénix continuait son avancée dans les nombreux rayons, scrutant le moindre mouvement, le moindre son, quelles qu'étaient leur provenance.

Et pour un bruit, c'en fut un ! Il crut entendre la voix d'une femme qui formulait, à une trentaine de mètres de lui, depuis l'extérieur, quelque chose ressemblant à un sortilège offensif. Il n'eut pas le temps de se questionner d'avantage pour comprendre que c'était bien le cas. Un fracas monstrueux retentit et la luminosité fut légèrement plus forte à quelques étagères de là.


* Arya, est-ce donc celle fille là que tu me confies pour une formation? Tu m'effraies... *

Toujours caché dans les ténèbres, Mateo contourna les rangées afin de se trouver devant l'entrée improvisée, entre cette dernière et l'arrivante. Il n'était pas difficile de se situer dans l'espace par rapport à la probable demoiselle Quinn, puisqu'elle avait une source de lumière sur elle et que ce qui était à ses pieds faisait entendre à l'homme aux cheveux bordeaux chacun de ses pas.

- Bonsoir, il y a quelqu'un?


Une voix très agréable, charmante. La sorcière se dirigeait vers l'entrée principale. Il fallait légèrement changer de cap. Il ne fallut que quelques secondes pour que le cadet Aêndal, baguette à la main, se trouve dans la même rangée, à distance raisonnable d'elle. Elle continua, mais en criant, cette fois, probablement par crainte que l'on ne l'aie pas encore entendue...


- Je suis Cliodhna Quinn, montrez-vous s'il vous plait!


Mateo attendit que les quelques échos s'estompent. Il prit alors la parole, d'une voix grave, puissante.


- Enchanté, mademoiselle Quinn.


Il reprit la marche, s'approchant d'elle.


- Mateo Mikko Juha Aëndal, ancien professeur de Botanique et directeur de la Maison d'Helga à Poudlard, haut membre du pouvoir judiciaire magique pendant le mandat d'Azphel. Vous me connaissez probablement, et ce n'est pas réciproque.

Il resserra son étreinte sur sa baguette. Le visage de la jeune femme commençait à être visible.


- Si ma dernière supposition est juste, vous devez être étonnée de me savoir impliqué dans une telle organisation. Vous aurez bien d'autres surprises, j'en suis certain.


Mateo s'arrêta, à quelques mètres de Cliodhna Quinn, et la dévisagea. Le visage du grand sorcier était éclairé par la faible lumière qu'émettait la baguette de la jeune femme.


- Si je n'emploie pas le conditionnel, c'est bien parce qu'il est trop tard pour faire demi-tour. Dès lors que vous avez franchi si... subtilement la paroi de notre lieu de rendez-vous, vous avez choisi de rentrer officiellement en contact avec l'Ordre du Phénix. Et pour notre sécurité, nous ne pouvons pas vous laisser repartir avec une information telle que celle que je vous dévoile : Ma propre appartenance à cette organisation secrète. De plus, cette information vous assure désormais que mesdemoiselles Skywolf et Wolf sont des nôtres. Aussi, si vous tentez de fuir, je me verrais dans l'obligation de... D'écourter votre vie.

Il passa sa main gauche dans sa longue chevelure bordeaux et lui adressa un sourire. Avant de reprendre la parole, il informula un
« Pomptus Nebulae ». Sous les yeux de Quinn, la baguette de Mateo commença à cracher une fumée légère d'un gris difficilement pénétrable par la lumière.

- Espérons tous deux que je n'aurai pas à faire une telle chose. Mais nous ne sommes pas ici pour bavarder. Nous aurons tout le temps tout à l'heure, si vous ne me laissez pas vous faire trop de mal.


Un nouveau sourire, légèrement moqueur, quelques pas en arrière, et un geste rapide de la baguette.


- Montrez ce dont vous êtes capable ! Incendio ! Avis !


Les quatre petits oiseaux qui apparurent une fraction de seconde après la boule de feu la traversèrent et aussi rapides que brûlants, se ruèrent sur la jeune sorcière.
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Sam 02 Juil 2011, 21:49

Loin d’être rassurée par les lieux, Cliodhna déambulait à l’aveuglette dans les rayons de l’entrepôt, malgré la lumière de son Lumos. Alors qu’elle s’annonçait une nouvelle fois et qu’elle s’apprêtait déjà à utiliser un Sonorus pour être certaine de se faire entendre, elle se fit une frayeur lorsque son formateur se dévoila enfin. Elle ne s’attendait en effet pas à ce qu’il soit si proche d’elle. Sa voix était grave et pas franchement rassurante, ce qui collait parfaitement à l’apparence lugubre qu’il abordait. Ainsi plongé dans le noir, éclairé par la seule lueur de sa baguette, il était carrément flippant avec ses longs cheveux sombres et son visage morbide. En outre, il avait parfaitement le profil du genre de personnage qui aurait fait changer la jeune femme de trottoir si elle l’avait croisé en rue, mais il ne lui paraissait pas tout à fait inconnu…

"Enchanté, mademoiselle Quinn", avait-il déclaré, ce à quoi elle s’était contentée de répondre par un sourire qu’elle voulut le plus cordial possible. Elle devait bien reconnaitre qu’elle ne s’était pas attendue à ça quand elle avait imaginé quel type de personnes faisait partie de l’Ordre. Elle passa d’ailleurs nerveusement sa main dans sa queue de cheval, ne sachant pas trop s’il était de circonstance de lui serrer la main. Apparemment non puisqu’il ne fit rien en ce sens.

Au contraire, il poursuivit et se présenta: "Mateo Mikko Juha Aëndal". Et bien voilà, quelle idiote elle faisait! Elle n’eut évidemment aucun mal à le situer. Candidat malheureux aux élections ministérielles, elle en avait beaucoup entendu parler lors de son petit stage au Chicaneur. Il était vaguement impliqué dans la tentative de coup d’état qui avait retourné toute la Communauté magique quelques mois plus tôt, mais sa position n’avait jamais été très claire. En tout cas, Cliodhna n’avait jamais soupçonné qu’il pouvait appartenir à une organisation comme l’Ordre du Phénix, bien au contraire… Comme quoi, les apparences étaient parfois trompeuses. Prise dans ses pensées, elle n’écouta qu’à moitié ce qu’il précisa ensuite, se contentant d’acquiescer de la tête en souriant béatement. "Vous me connaissez probablement, et ce n'est pas réciproque", conclut-il d’une manière que la demoiselle trouva un peu sèche. Évidemment qu’il n’avait jamais entendu parler d’elle, fraichement diplômée, elle ne pouvait pas se targuer d’avoir un Curriculum Vitae aussi fourni. Mais ça ne saurait trop tarder, elle le savait, et elle comptait bien sur les nouvelles relations qu’elle nouerait au sein de l’Ordre pour l’y aider.

"Si ma dernière supposition est juste, vous devez être étonnée de me savoir impliqué dans une telle organisation. Vous aurez bien d'autres surprises, j'en suis certain", précisa-t-il, ne croyant pas si bien dire. Il n’était certainement pas l’homme le plus chaleureux qu’il lui avait été donné de rencontrer, mais au moins il ne manquait pas d’intelligence. À mesure qu’il parlait, il s’approchait et la dévisageait de plus en plus, ce qui n’était pas pour la mettre à l’aise. Bien qu’elle ne soit pas d’un naturel à se laisser facilement intimider, elle baissa les yeux. Il était très impressionnant et ne manquait pas d’éloquence. Par ailleurs, elle redoutait de ne pas être à la hauteur de ce qu'il devait attendre d’elle. Après tout, elle manquait cruellement d’expérience et elle n’était peut-être pas encore prête pour tout ça tout compte fait…

Mais il mit tout de suite fin à ses doutes: "Si je n'emploie pas le conditionnel, c'est bien parce qu'il est trop tard pour faire demi-tour. Dès lors que vous avez franchi si... subtilement la paroi de notre lieu de rendez-vous, vous avez choisi de rentrer officiellement en contact avec l'Ordre du Phénix. Et pour notre sécurité, nous ne pouvons pas vous laisser repartir avec une information telle que celle que je vous dévoile : Ma propre appartenance à cette organisation secrète. De plus, cette information vous assure désormais que mesdemoiselles Skywolf et Wolf sont des nôtres. Aussi, si vous tentez de fuir, je me verrais dans l'obligation de... D'écourter votre vie". Il ne pouvait être plus clair. Prête ou pas, il était donc trop tard pour changer d’avis, elle était déjà trop impliquée.

Soudain prise de panique par ce qui ressemblait autant à une menace qu’à une mise en garde, Cliodhna s’apprêta à lui rappeler que des sortilèges d’Amnésie très efficaces existaient dans ce cas-là et que la mort était peut-être une solution trop radicale, mais elle se garda de tout commentaire. Ce n’était sûrement pas le moment de paraitre impertinente, il était on ne peut plus sérieux et elle ne tenait pas à l’irriter. Elle ne put cependant s’empêcher de se demander dans quel pétrin elle s’était aventurée. Alors que Miss Skywolf et Miss Wolf étaient deux femmes on ne peut plus charmantes, voilà qu’elle se retrouvait nez-à-nez avec un pseudo-gothique qui en même pas quelques minutes menaçait déjà de la tuer. La soirée commençait bien…

"Bien entendu", rétorqua-t-elle tout de même timidement pour ne pas passer pour une imbécile incapable de s’exprimer. C’était d’ailleurs la première chose qu’elle disait, mais on ne pouvait pas dire que son formateur se montrait très avenant. Il la gratifia cependant d’un sourire, comme pour la rassurer, mais cela eut plutôt l’effet contraire sur la jeune femme qui n’était décidément pas très en confiance.

Il jeta alors un petit sortilège qui les plongea tous les deux dans une sorte de brouillard. Prenant ça pour un signe, Cliodhna éteignit sa baguette d’un simple "Nox". Alors, comme ça ils allaient directement commencer ? Sans la moindre explication supplémentaire ni aucun préliminaire? Décidément très habile pour anticiper les questions que la brunette se posait, il continua: "Espérons tous deux que je n'aurai pas à faire une telle chose. Mais nous ne sommes pas ici pour bavarder. Nous aurons tout le temps tout à l'heure, si vous ne me laissez pas vous faire trop de mal". C’était sans doute volontaire, un genre d’effet de style, mais il était loin de la rassurer… Hors de question pourtant qu’il la blesse, sinon elle aurait vite fait de rentrer chez elle ! Elle était là pour apprendre à se défendre et à protéger ses semblables, pas parce qu’elle souffrait d’un quelconque trouble masochiste.

Sourire narquois à l’appui, il ne lui laissait guère le temps de répondre ni de se mettre en garde et lança : "Montrez ce dont vous êtes capable ! Incendio ! Avis !". Prise de court par la rapidité dont il avait fait preuve, Cliodhna eut à peine le temps de se jeter au sol, baguette brandie droit devant elle. Quatre volatiles en feu foncèrent sur elle et elle n’avait pas grand-chose à faire: " Aguamenti !". Elle avait hurlé la formule, mais il était déjà trop tard pour les éviter. Elle se les prit donc en pleine face. Encore fumants, ils étaient déjà morts, mais la vitesse avaient laquelle ils s’étaient précipités sur elle lui avait quand même mis un sacré coup. Encore heureux qu’elle avait eu le réflexe de les éteindre avant qu’ils ne l’atteignent. Complètement abasourdie par ce qui venait de se produire, elle se leva péniblement, déjà éméchée, trempée par son propre sortilège et pleine d’égratignures. "Mais vous êtes malade !", déclara-t-elle avec un air on ne peut plus choqué. Brûler ainsi des pauvres petits oiseaux de sang froid était le comble de la cruauté à ses yeux. Sans parler du fait qu’elle se serait attendue à un peu plus de délicatesse de sa part pour commencer…

Ne perdant pas un instant, elle lui jeta alors un "Everte Statis !" pour le faire tomber, avant de faire demi-tour et de courir dans la direction opposée pour gagner du temps. Les corps à corps n’étaient pas son truc, elle préférait largement avoir la distance nécessaire pour avoir le temps de riposter correctement à ce qui l’assaillait.

Incendio:
 
Aguamenti:
 
Everte Statis:
 


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin 2012, 15:48, édité 4 fois (Raison : Reformatage du message)
Lileas White
Lileas White
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Lileas White, le  Jeu 14 Juil 2011, 19:15

La seule réponse de demoiselle Quinn fut aussi brève que claire. Comme ce à quoi il s'était attendu, la jeune sorcière avait montré ce qui semblait être un mélange de gêne et de timidité devant le petit discours de Mateo. Il était maintenant temps de la mettre à l'aise, de la laisser prendre ses aises dans un duel qui s'annonçait intéressant.

Elle réagit rapidement à l'attaque de Mateo en lançant un «
 Aguamenti ». Combattre le feu par l'eau, c'était tout à fait naturel. Par contre, ce n'était pas encore assez, du moins dans la force du sortilège, pour repousser quatre petits corps lancés à toute vitesse. A ce qu'il vit à travers le brouillard, elle ne les évita pas et trébucha.

- Mais vous êtes malade !

Le cadet Aëndal ne put s'empêcher d'esquisser un nouveau sourire. Ces prochaines minutes allaient en effet être intéressantes. Pendant une fraction de seconde, il se demanda ce qui avait motivée la nouvelle recrue à le traiter de « malade ». L'entrée en matière plutôt directe? Le fait que sa belle chevelure aurait aisément pu partir en fumée? Il n'eut cependant pas beaucoup de temps pour y penser, puisqu'elle riposta avec un « Everte Statis ». Le sortilège siffla dans l'air et atteignit sa cible malgré la tentative de Mateo, pourtant agile, de l'éviter.

Il put cependant contrer ce qui avait pourtant pu sembler inévitable. Baguette pointée vers le toit du hangar, il formula un « Ascencio » au moment où il commençait à sentir le poids du sortilège reçu. Faire contrepoids avec un sortilège opposé, c'était subtil !... Du moins, c'est ce qu'il avait cru jusqu'à ce qu'il se rappelle que le corps soumis à ces deux forces était le sien. Cela dura un très court instant mais ce fut des plus douloureux – à tel point qu'il ne put s'empêcher d'émettre un cri de douleur.

La bonne chose était qu'il ne tomba pas; il ne perdit même pas l'équilibre. On entendait Quinn courir dans la direction opposée. Ce n'était donc pas une adepte du combat rapproché... Cela tombait bien, Mateo non plus. Malgré la douleur qui s'estompait très – trop - lentement, il n'attendit pas d'avantage pour attaquer à nouveau.


- Electrocorpus.

Ça ne la toucherait pas, mais au moins, ça avait le mérite de l'occuper pendant quelques secondes. Le grand homme profita de ces dernières pour changer de rangée, et s'approcher discrètement de la jeune sorcière qui était désormais à au moins trente mètres de lui. Il avait sa baguette d'argent à la main, le bras en avant, et avançait sans bruit, scrutant les environs.
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Ven 07 Oct 2011, 23:01

{ Mieux vaut tard que jamais, n'est-ce pas ? Mille excuses en tout cas ! }
Dans le vieil entrepôt désaffecté, les choses sérieuses avaient commencé et Cliodhna, après avoir évité le pire avec une attaque d’oiseaux enflammés, avait tenté de faire chuter son entraineur pour pouvoir prendre ses jambes à son cou. Fuir n’était certainement pas un comportement digne d’une Gryffondor, mais elle n’avait guère d’autre choix si elle voulait bénéficier du recul nécessaire pour être un tant soit peu performante.

Enfin, ça, c’était la raison qu’elle essayait de mettre en avant dans son esprit pour justifier son manque de combativité. La vérité était sans doute qu’elle était terrorisée. Complètement. Et, de fait, elle avait imaginé quelque chose de plus… ‘soft’ pour débuter, comme la révision de sorts de base par exemple ou encore quelques conseils théoriques ! Mais jamais la demoiselle n’avait songé que son intégrité physique serait si vite mise en péril !

Quoi qu’il en soit, elle n’avait pas perdu une seconde avant de se mettre à courir, ne prenant même pas la peine d’assister aux effets du sortilège qu’elle avait lancé. De toute façon, avec ce fichu brouillard, il fallait dire qu’elle n’y voyait et, du reste, si son sort n’atteignait pas sa cible elle était quand même cuite. Alors autant prendre un maximum d’avance ! Et la scène de cette jeune femme, perchée sur ses escarpins, courant à l’aveuglette en faisant son possible pour éviter les obstacles devait être on ne peut plus cocasse ! De fait, son avancée était pénible et elle n’arrêtait pas de trébucher sur des choses au sol, ses bras tendus en avant lui permettant de ne rien se prendre de plein fouet, ce qui aurait sans doute été fatal.

Seulement, déjà, elle entendit son formateur revenir à la charger avec un "Electrocorpus" ! Voilà un sort qui ferait - très, très - mal s’il touchait sa cible ; en l’occurrence, elle ! Cliodhna ne perdit donc pas de temps, elle se retourna à moitié et hurla de ses forces : "Reversus Suprocortcele !". C’était bien entendu le genre de sortilèges assez basique que l’on apprenait à Poudlard, ,lorsqu’on l’utilisait au moment opportun, il pouvait se révéler redoutablement efficace ! Comme prévu, le sortilège d'électrocution ricocha de justesse sur un bouclier invisible et fila à toute allure vers là d'pù il venait. Mais une nouvelle fois, elle ne perdit pas de temps à constater les dégâts - c’eut été de toute évidence assez vain de toute manière, vu la noirceur ambiante - et elle reprit sa course, priant pour ne pas se prendre de nouveau sort et se demandant tout de même si son contre-sort avait atteint sa cible. Mais bon, il était peu probable qu’un adversaire aussi expérimenté se laisse affecter si facilement…

Plus la brunette s’éloignait, moins la brume qu’avait créée Mister Aëndal était dense et, bientôt, elle commença à deviner la silhouette des conteneurs qui formaient les rangées de ce vaste dédale. Devinait, oui, parce qu’il fallait avouer que la lueur de la lune, filtrée par de maigres fissures dans le plafond, ça ne remplaçait pas un bon vieux néon ! D’ailleurs, à sa droite, elle aperçut une ouverture menant dans la rangée voisine et, ne se faisant pas priée, elle s’y engouffra. Se croyant un temps soit peu en sécurité, protégée par un haut conteneur, elle s’assit à même le sol pour se remettre de ses émotions. Son cœur battait à tout rompre et sa poitrine était traversée par un intolérable point de côté (notre héroïne manquerait-elle un peu d'exercice ?). Sa respiration était haletante et l’ancienne Gryffondor oscillait entre la suffocation provoquée par sa petite course et le froid de ses vêtements trempés. Sans parler de ses pieds qu’elle ne sentait même plus, torturés par ses jolis talons qui avaient également beaucoup souffert.

Mais peu importe, l’heure n’était pas au bilan et cet instant de répit ne durerait certainement pas longtemps. Il lui fallait donc au plus vite trouver un plan d’action. Première chose, prendre connaissance de l’environnement dans lequel elle se trouvait. Et pour ce faire, mieux valait y voir un peu plus clair, rien de tel donc qu’un petit "Lumos !". Par contre, elle avait intérêt à faire vite, car cela permettrait également à son formateur de la situer. Se redressant, elle constata qu’elle était entourée de planches de bois et d’autres matériaux de construction. Beaucoup de saleté surtout et de l’humidité. Ou de l’huile ? Ça importait peu. Derrière elle, il y avait un conteneur d’une taille satisfaisante, mais à sa gauche comme à sa droite, des passages menaient vers la rangée qu’elle avait fuit et dans laquelle se trouvait sa doute encore son adversaire.

Bref, vite, quelque chose… Cliodhna - un peu dépassée par les événements, il fallait bien le reconnaitre (décidément, l’enseignement pratique à Poudlard connaissait des limites !) - faisait aller son cerveau à mille à l’heure pour trouver un sortilège suffisamment offensif pour prouver qu’elle en voulait ! Après tout, c’était bien pour cela qu’elle passait cette épreuve… Et c’est alors qu’elle aperçut quelque chose qui pourrait faire l’affaire, un peu plus loin. Elle s’avança donc vers ce qui devait être une machine moldue - ne lui demandez surtout ce dont il s’agissait, elle n’en avait pas la moindre idée - et un petit sourire vaguement satisfait se dessina sur ses lèvres. C’était parfait ! Rien de tel qu’un bon vieux "Personnificatum bellicis !" pour donner du fil à retordre au camp adverse durant un combat.

Instantanément, mais peut-être avec un peu moins de vigueur que prévu, le gros engin s’anima et se mit en mouvement en directement de l’homme qu’il était chargé de combattre. Il devait s’agir d’un polisseur de béton ou de quelque chose de cet ordre, à en juger sa composition, et il faisait à présent véritablement office d'arme de guerre. En tout cas, Aëndal avait intérêt à être taquet s’il ne voulait pas finir en huile pour boulons !

Reversus :
 
Personnificatum bellicis :
 


Dernière édition par Cliodhna Quinn le Mar 19 Juin 2012, 15:49, édité 1 fois (Raison : Reformatage du message)
Gloire Lecomte
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Gloire Lecomte, le  Lun 19 Déc 2011, 23:20

{ PV W.C. }

La nuit tombait sur la Tamise. Les derniers rayons du pâle soleil qui avait à peine illuminé la journée s'éparpillaient à présent dans les moindres recoins des docks, comme à la recherche d'un peu d'ombre...

"Comme moi..." ne put s'empêcher de penser une silhouette dessinée dans le soleil couchant.

Appuyée en arrière sur ses deux bras, les yeux fixés vers l'horizon, Gloire était assise sur la toiture d'un vieil entrepôt, les pieds pendants dans le vide, quelques bouteilles posées à côté d'elle. Elle n'en avait encore ouverte aucune pourtant elle avait l'impression que son esprit était aussi embrumé que si quelqu'un l'avait assommée. Isolée, elle était en train de se demander comment les oiseaux faisaient pour voler. Oh elle avait appris toutes ces choses à l'école moldue mais elle avait entre temps vu et expérimenté tellement d'autres choses qu'à présent il lui semblait que plus rien n'avait de sens.

* soupir *

Tournant la tête, elle observa enfin l'astre solaire disparaître pour de bon derrière les immeubles qui lui cachaient la fin de cette course éternelle. Décidément, elle était d'humeur poétique ce soir. Ou serait-ce philosophique ? Sans le vouloir, un petit rire sarcastique sur sa propre personne s'échappa de ses lèvres. La vie était parfois tellement risible. A la fois si fragile mais avec un tel désir de survivre qu'on ne pouvait que se demander où elle continuait encore à puiser cette force. Et Gloire en avait besoin en cet instant. Chaque journée était devenue sans qu'elle sache ni comment ni pourquoi une tâche, un labeur qu'elle rêvait de laisser derrière elle.

- J'en ai marreeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee !!!!

Apparemment ses désirs avaient dépassé ses faits et gestes car elle venait d'exprimer tout haut ce qu'elle ruminait depuis des heures, des jours, des mois. Ces pensées la perturbaient car cela n'entrait pas dans ses habitudes que de se laisser ainsi aller mais cette fois-ci c'était plus fort qu'elle. Se penchant par dessus ses jambes, elle regarda longuement la terre qui s'allongeait sous ses pieds. Drôle d'idée ? Suicidaire ? Personne n'aurait su le dire précisément en cet instant. Surtout qu'elle-même ne savait même pas quoi penser. Sauter ? Pourquoi pas. Pas pour mourir, non, pas encore... et d'ailleurs elle doutait que l'on puisse mourir depuis cette hauteur. Ou alors, il faudrait peut-être légèrement tourner la tête à droite, viser un peu plus sur le côté, là où...

"Stop ! Terrain dangereux que ce genre de pensées."

Non, peut-être avait-elle juste envie de ressentir à nouveau la douleur, la peur et toutes ces choses qui vous rappellent que vous êtes encore en vie. Même si à l'intérieur tout semble éteint.


Dernière édition par Gloire Lecomte le Mar 03 Avr 2012, 01:47, édité 2 fois
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Mar 20 Déc 2011, 00:02

Le soleil avait depuis longtemps entamé cette course quotidienne vers sa cachette favorite, la Terre, tandis que la tiède fraîcheur de la nuit envahissait l’air ambiant. Le froid pénétrait les poumons de Will et lui faisait ressentir cette habituelle sensation de puissance. Il se revoyait plus jeune, scrutant l’horizon à la recherche de son coin de paradis pour la nuit, perçant les ténèbres pour trouver une proie, ou quelqu’un à faire souffrir. L’espace d’un instant, il avait senti le masque de métal posé sur son visage, le dissimulant à la vue de tous et répandant la panique d’un mouvement souple de baguette. Ce que cela pouvait lui manquer…

Accroché par les chaînes de la justice et du droit de tous, il s’était rendu compte que ce qu’il avait pris pour une porte de sortie, un moyen de se libérer et de ne pas finir sous les verrous l’avait totalement emprisonné. Comment faisaient-ils, tous les autres ? Comment pouvaient-ils faire respecter des lois puant la sympathie et la gentillesse ? Pourquoi prôner la tolérance, la non-violence, alors que la loi du plus fort a toujours fait ses preuves ? Toutes ces questions lui martelaient l’esprit et lui faisaient regretter ce qu’il faisait passer pour des erreurs passées… Ce que cela pouvait être bon d’être puissant, d’avoir le pouvoir de donner la mort.

Comprenez-vous à quel point il est excitant d’être en mesure d’une telle décision ? C’est vous qui décidez qui doit vivre et qui doit mourir, vous qui contrôlez la population entière, vous qui cherchez les anomalies en disséquant un corps encore vivant. Quelques images remontèrent à l’esprit du blondinet et lui firent avoir un frisson de plaisir. Depuis combien de temps n’avait-il pas enfermé une victime dans une cave sombre pour se délecter de ses cris d’agonie ? Quelques heures, quelques jours peut-être… Mais il sentait de nouveau les pulsions que son cerveau envoyait dans tous ses membres, lui réclamant une nouvelle dose de cette drogue. Il devait trouver quelqu’un ce soir.

Tout naturellement, son corps se dirigea vers les docks. C’était là qu’il avait envoyé sa dernière Marque en compagnie de deux belles rousses, alors même qu’il était en mission pour la Justice. L’odeur pestilentielle du poisson ravivait tant de souvenirs à son esprit qu’il entrait presque en transe. Humant l’air froid et puant à pleins poumons, il ferma longuement les yeux pour se replonger dans les délires fous de son esprit et laisser place à cette haine vengeresse qu’il ne voulait plus refouler.

Lorsque ses yeux se rouvrirent, il tomba sur une silhouette sombre, assise au bord d’un toit, se découpant sur le ciel encore orangé. Voici sa nouvelle proie… D’un œil expert il analysa la hauteur à laquelle cette personne pouvait se trouver et calcula que s’il la poussait du haut de ce toit, elle resterait sans aucun doute en vie, avec peut-être un ou deux membres cassés. Mais après tout, qu’est-ce que d’avoir une jambe tordue contre le supplice qu’il allait lui faire subir ensuite en découpant son corps morceau par morceau, commençant par arracher les doigts de pieds pour empêcher de marcher, puis les doigts, la langue ensuite et pourquoi pas les yeux... Tout dépendrait de son inspiration.

Passant e l’autre côté du toit, il avança d’un pas discret sur les tuiles, prenant mille précautions. C’était sans compter sur sa maladresse habituelle qui lui fit se prendre le pied dans un creux, se tordre la cheville et rouler lourdement sur le toit en direction du bord. Heureusement, il parvint à s’accrocher à il ne savait quoi, mais c’en était fini de la discrétion… Il se trouvait à présent non loin de sa proie et n’avait plus aucune chance de l’avoir par surprise. Tournant la tête vers elle, il s’approcha en se déplaçant à quatre pattes, tout en faisant très attention de ne pas glisser, et constata avec stupéfaction qu’il la connaissait…


« Mais… P*taing de mer** Gloire c’est toi !? Gloire euuuuh… Fin celle à qui j’ai fait la soirée d’Halloween là ! Mais bordel qu’est-ce que tu fous là !? Je sais pas si tu sais à quoi tu viens d’échapp… Euuuuh… Je suis ravi de te voir ici ! »
Gloire Lecomte
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Gloire Lecomte, le  Mar 20 Déc 2011, 00:28

Fascinée par le parterre sous ses pieds, l'asiatique n'aurait probablement rien compris si un énorme bruit de chute derrière elle n'avait retenti. Dans un réflexe idiot, elle se saisit d'une des bouteilles posées à côté d'elle, prête à la lancer. Heureusement que son interlocuteur l'appela par son prénom car il l'aurait probablement pris dans la tête. Elle avait quand même été poursuiveuse dans l'équipe de Quidditch et visait donc très bien.

« Mais… P*taing de mer** Gloire c’est toi !? Gloire euuuuh… Fin celle à qui j’ai fait la soirée d’Halloween là ! Mais bordel qu’est-ce que tu fous là !? Je sais pas si tu sais à quoi tu viens d’échapp… Euuuuh… Je suis ravi de te voir ici ! »

Will Crow. Le gérant de l'auberge des Deux-Mondes. Que faisait-il donc dans les parages ? Gloire avait entendu certains bruits de couloir à son sujet et au vu des paroles décousues qui lui débitaient, nul doute qu'il n'avait pas eu de bonnes intentions quand il était monté sur ce toit. Instinctivement elle sourit. Alors que quelques secondes auparavant elle pensait à sauter, elle se doutait bien qu'il avait du envisager de surprendre une inconnue, et pourquoi pas de l'aider dans sa tâche.

- Bonsoir Will. Je prends l'air comme tu peux le voir. Et toi ? Qu'est-ce qui t'amène dans le coin ? Serait-ce le coucher du soleil qui te rappellerait une jolie rousse ? Ou plutôt l'obscurité de ce coin perdu ? A moins que tu ne cherches... autre chose ?

Elle avait parlé d'une voix calme, la bouteille toujours à la main, pendant qu'il avançait vers elle d'un pas claudiquant. Toujours suspendue entre ciel et terre, elle ne ressentait aucune frayeur. Pire, elle semblait même l'attendre. Assurément son entourage habituel lui aurait dit de se méfier, de faire attention, et patati, et patata... mais pour le moment, elle n'avait aucune envie de penser à tout ça.

- Tu boites. Tu t'es fait mal ? Une bouteille pour passer la douleur ? Sers-toi. Je ne bois pas moi.

De l'index, elle lui montra un stock de bouteille de whisky en tout genre puis une fois qu'il fut à ses côtés se tourna de nouveau vers l'horizon.

- C'est un beau moment pour sortir tu ne trouves pas ? Je suppose que tu te demandes ce que je fais ici. Eh bien, je me demandais ce que cela ferait que de tomber et de s'écraser quelques mètres plus bas. A ton avis, on peut en mourir ? Dis-toi que j'ai même essayé de calculer une trajectoire...

Des deux mains, elle se mit à "dessiner" un objectif devant elle tout en se baissant à nouveau pour regarder en bas, l'air sérieux et concentré... même si on ne voyait pas grand chose avec l'obscurité ambiante. Comme si cela pouvait lui donner le meilleur endroit pour s'écraser !
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Mer 21 Déc 2011, 00:27

Pourquoi un esprit si vif, si calculateur, était-il emprisonné dans ce corps tellement frêle et maladroit ? Pourquoi tant de pouvoirs coulaient dans les veines du jeune homme, affluaient dans ses mains, dans ses doigts et dans tous ses membres, et restaient pourtant emprisonnés dans une enveloppe corporelle si impuissante ? Rien ne se faisait jamais comme il le souhaitait, comme il l’avait imaginé et calculé. Il était pourtant certain que son encéphale était en parfait état de marche… Le problème venait simplement de son corps et d’un manque de coordination. C’était pour cela qu’il avait glissé, encore une fois, et certainement aussi pour cette raison que, lorsqu’il prit place aux côtés de l’asiatique, son cœur fit un bond.

C’était bien plus haut qu’il ne le pensait… Quelle hauteur d’ici ? Trois mètres ? Oh cinq tout au plus, mais son esprit paniqué en voyait bien cent et le poussait à reculer le plus vite possible. Pris d’une panique incontrôlable, son cœur s’emballa, ses yeux se fermèrent aussi vite qu’ils le purent tandis qu’il cherchait une prise plus haute pour s’accrocher et remonter en étant certain de ne pas tomber. Lui qui s’était toujours cru invincible, qui grimpait en haut des arbres de jour, ne s’était jamais rendu compte à quel point la nuit pouvait être effrayante, transformant le vide en un abysse sans fond.

S’accrochant à un autre creux du toit, il se hissa à la seule force de ses bras, exploit qu’il n’avait jamais pu réaliser, lui qui avait déjà du mal à porter une bourse trop lourde. Ses forces étaient sans doute décuplées par la peur… Ses yeux n’apercevant plus le vide sous ses pieds et observant plutôt la beauté des alentours et des illuminations de Londres, il reprit pleine confiance en lui. Enorgueilli par la puissance magique qu’il sentait affluer dans ses veines, par ce qu’il savait qu’il était capable de faire à cette demoiselle s’il le souhaitait, il alla même jusqu’à tenter l’ironie :


« Ben j’essayais de voler ça se voit pas !? Je viens tous les soirs sur les toits, prendre mon envol. Une fois j’ai même réussi ! Ce soir, j’étais en plein ciel, j’ai vu quelqu’un et je me suis dit « Tiens, si je me crashais tout près elle aura ptèt peur ! »… D’après ta bouteille, je vois que ça a marché ! »

Un sourire fier se dessina sur ses lèvres. Elle était certainement loin de se douter que l’homme qui venait de lui tomber dessus s’apprêtait à la faire agoniser durant de longues heures. Elle ne comprendrait probablement jamais qu’un trou dans un vieux toit délabré lui avait sauvé la vie. Ou alors peut-être qu’elle le saurait… Peut-être que le jour où elle s’en rendrait compte, elle vouerait un culte à ce trou si courageux, celui qui s’est mis en travers du chemin d’un assassin en prenant le parti de se faire marcher dessus. Elle viendrait allumer des bougies tous les matins et ferait tout pour qu’elles restent allumées, même sous la pluie. Finalement un autre psychopathe, analysant tous les faits et gestes de la demoiselle, se rendrait compte de sa routine matinale et la traquerait au moment où elle est le plus vulnérable : seule sur un toit, occupée à allumer des bougies. Il la ferait tomber du haut de ce toit, lui briserait pas la même occasion quelques os et la ferait longuement agoniser… Sauf peut-être si un autre trou est courageux…

Will s’était encore enfoncé dans ses pensées, étranges, décousues, sans aucun sens. Si c’était ça, avoir l’esprit ultra développé, calculateur et tellement machiavélique, peut-être valait-il mieux être quelqu’un de normal. Toujours est-il qu’il entendit les mots « calculer une trajectoire », et qu’il repartit dans de nouveaux délires psychotiques, fantastiques, et forcément irréalisables… Prenant une bouteille sans même savoir ce qu’elle en pensait, il l’ouvrit et en but une gorgée, savourant la brûlure du liquide chaud et au goût effroyable.


« Tu comptais te balancer de ce toit avec un lance-pierre géant ? Déjà je pense que ce serait le seul moyen de te tuer en partant d'ici... Pis bon à la limite, si tu fais ça comme ça, là tu peux calculer une trajectoire… Mais si tu t’amuses à sauter tout simplement, l’endroit où tu tomberas sera, à quelques centimètres près, le même que l’endroit où tu es entré dans le vide. Bon bien sûr pas à la même hauteur hein forcément, puisque tu seras tombée ! »

Reprenant une gorgée au goulot de la bouteille, il l’avala avec peine et ajouta :

« Ca sert à quoi de venir sur un toit avec des bouteilles d’un whisky pas fameux, si t’as pas l’intention de boire ni de sauter ? Tu voulais lancer les bouteilles sur la tête des passants !? Han je t’assure si tu fais ça je veux regarder ! Ca doit être marrant… Enfin faut attendre quelques heures que les dockers se réveillent je crois. Tu crois pas ? »
Gloire Lecomte
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Gloire Lecomte, le  Jeu 22 Déc 2011, 01:04

Quand Gloire entendit la réponse de Will, elle ne put s'empêcher de rire. Il était rare pour elle de rencontrer des personnages hauts en couleur et là, elle en avait un de taille. Sans qu'elle sache vraiment pourquoi, l'image qu'elle avait de lui était celle du Chapelier Fou de l'oeuvre de Lewis Carroll. Oui, c'était exactement ça. Complètement dégingandé et loufoque.

- Si cela est vrai que tu voulais voler, je trouve que tu n'es pas très doué au décollage... A moins que ce n'était un atterrissage "tout en douceur et en élégance" ?

Bouteille à la main, son rire résonna à nouveau pendant que ses jambes se balançaient mollement dans le vide. Quand cet état fut passé, elle reprit donc ses calculs inutiles, mains devant elle.

« Tu comptais te balancer de ce toit avec un lance-pierre géant ? Déjà je pense que ce serait le seul moyen de te tuer en partant d'ici... Pis bon à la limite, si tu fais ça comme ça, là tu peux calculer une trajectoire… Mais si tu t’amuses à sauter tout simplement, l’endroit où tu tomberas sera, à quelques centimètres près, le même que l’endroit où tu es entré dans le vide. Bon bien sûr pas à la même hauteur hein forcément, puisque tu seras tombée ! Ca sert à quoi de venir sur un toit avec des bouteilles d’un whisky pas fameux, si t’as pas l’intention de boire ni de sauter ? Tu voulais lancer les bouteilles sur la tête des passants !? Han je t’assure si tu fais ça je veux regarder ! Ca doit être marrant… Enfin faut attendre quelques heures que les dockers se réveillent je crois. Tu crois pas ?»

Ces dernières questions et remarques étaient déjà beaucoup plus intéressantes. Dans l'obscurité grandissante, elle sourit en baissant les bras. La jeune femme ne répondit pas tout de suite. Elle se concentra plutôt sur les lumières de la ville et des alentours qui commençaient à s'allumer ci et là, illuminant et apportant un nouvel aspect au paysage. Inspirant profondément, la maîtresse des potions prit tout son temps pour répondre, consciente de la présence de l'homme à ses côtés.

- Je ne pense pas sauter Will... Je peux t'appeler Will n'est-ce pas ? En fait, parfois je me pose de drôles de questions et j'essaie plus ou moins de me mettre en situation... mais sauter d'un toit, je ne pense pas être aussi désespérée. Enfin pas encore. dit-elle avec une petite touche de malice. Quand aux bouteilles... j'avoue que c'est pas du tout logique. Qu'est-ce qu'une femme qui ne boit pas ferait avec un stock entier d'alcool ? Tu me croirais si je te disais que depuis que je viens ici, chaque soir, j'amène une bouteille en me disant que tout le monde fait ça alors moi aussi... mais une fois ici, mes pensées s'évadent et j'en oublie de boire alors je dépose. Une chaque soir depuis trois semaines, c'est pas mal non ?

Dans le lointain, une voiture klaxonna. Tournant la tête, elle put même distinguer des silhouettes d'inconnus marchant. Probablement des gens qui rentraient chez eux. Des personnes qui sortaient s'amuser. Ou des personnes tout aussi perdues qu'elle à la recherche d'un petit coin.

- Tu sais, ce ne serait pas une si mauvaise idée de lancer les bouteilles sur des passants mais c'est pas trop mon genre. Je suis une gentille moi. dit-elle en se tournant vers lui avec un air espiègle. Par contre, je connais un jeu que je faisais avant avec mon père. Tu veux voir ?

Elle ne lui laissa même pas le temps de répondre. En deux-trois mouvements elle était déjà debout, pieds nus à quelques mètres du bord et vérifia rapidement que personne n'était en vue. Rassurée, elle sortit sa baguette tout en lançant en l'air la bouteille qu'elle n'avait pas lâchée depuis tout à l'heure - le plus haut et le plus loin possible - et comme un cowboy qui dégaine, lança un #Bombarda qui fit exploser la bouteille dans l'air.

- Pas mal hein ? Un peu rouillée je trouve... Bon d'habitude, on fait ça avec un revolver... mais ça marche aussi comme ça. Tu me suis ?

Le temps qu'il se décide, elle prit une autre bouteille qu'elle lança et dans un élégant mouvement jeta cette fois-ci un # Confringo qui en gelant le contenu fit exploser la bouteille.



Dernière édition par Gloire Lecomte le Jeu 22 Déc 2011, 15:10, édité 2 fois (Raison : fautes >.<)
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Ven 23 Déc 2011, 00:21

Si elle savait… Si elle avait ne serait-ce que la moindre idée de ce pourquoi il était monté sur ce toit, si elle avait senti la Mort sortir de son terrier et effleurer son corps, peut-être ne rirait-elle pas ainsi… Et Will de son côté, semblait avoir oublié pourquoi il avait effectué sa balade dans Londres et riait de bon cœur avec sa… « nouvelle amie » ? Qui sait… peut-être ! De toute manière, toutes les personnes qu’il finissait par épargner étaient plus ou moins ses amis alors on pouvait dire ça… Et d’ailleurs, même si elle se moquait un peu de l’excuse bidon qui lui avait permis d’esquiver la question, il s’en amusait. En temps normal, il se serait certainement permis de répondre un « mais voyons, je réussis toujours ce que je fais, je ne vois pas ce qui te fait dire que ce n’était pas fait exprès », mais visiblement, ce soir n’était pas normal…

« A force t’aurais pu te permettre de ne plus rien amener… C’est vrai quoi, maintenant t’as quand même une vingtaine de bouteilles à disposition… Alors à moins que t’aies eu peur de t’en faire piquer une ou deux, je vois pas pourquoi tu t’es fait ch*er à en ramener d’autres. Cela dit si un jour t’es encore prise d’idées bizarres, tu devrais m’envoyer un patronus, ta compagnie est plutôt agréable en fait… »

« En fait » oui, parce que ce n’était pas gagné. La demoiselle avait tout de la sainte nitouche trop gentille, pleine de bonnes mœurs et d’une éducation trop bien faite. Will était certain qu’elle avait eu une enfance des plus heureuses, qu’elle n’avait jamais eu à se plaindre de rien, que par la même occasion elle devait avoir un tempérament plutôt niais, manquant de la vivacité qui se forge lorsque la vie est injuste, qu’il faut se battre pour la vivre, et que l’on se rend compte de la valeur qu’elle peut avoir… D’ailleurs, la suite de sa réponse était tout à fait déconcertante… Ne pas jeter des bouteilles sur les passants parce qu’elle était « gentille ». Voilà, c’était exactement ça. Elle aurait très bien pu dire chiante, sans intérêt, plate, mais non, elle avait choisi gentille. Comme s’il était méchant ! Non, Will n’était pas méchant ! Enfin pas toujours… Quelques fois… Souvent bon d’accord et en ce moment pratiquement chaque soir, mais ce n’était pas de la méchanceté gratuite, c’était sa revanche sur la vie ! Pour pouvoir vivre pleinement la sienne, il souhaitait simplement prendre celle des autres…

Et voilà, il était de nouveau parti dans de sombres pensées, et la raison de sa venue ici lui revint à l’esprit. Elle n’aurait pas pu se taire !? Petite bourrique sans cervelle… ne se rendait-elle pas compte de sa fragilité psychologique ? Ne voyait-elle pas que la moindre petite remarque le faisait replonger dans le brouillard épais qui s’était installé dans sa tête ? Egoïste… Le bruit d’une explosion le ramena pourtant à la réalité, et lorsqu’elle lança la seconde bouteille, son instinct reprit le dessus et il ne put s’empêcher de crier :


« POUUULE !! »

D’ailleurs il n’avait jamais compris pourquoi on disait « poule »… Peut-être que ce n’était pas « poule » mais « pool » ou « poul »… Ou même « Paul » et que ça avait été transformé… Ou « pull » ! Ah oui c’est ça ! Au début de la discipline, faute de moyens, ils lançaient des pull-over, ça avait le mérite de pouvoir servir la fois d’après. C’est vrai que si on envoie une poule, ça meurt directement et en plus ça ne pond plus d’œufs… Enfin bon, revenons à nos… Poules ! Le jeu était très amusant, mais le stock de bouteilles n’était pas très grand… Alors il fallait éviter de les gâcher.

Pourtant, lorsqu’il s’agissait de précision, Will avait quelques problèmes. La première bouteille fut envoyée bien loin mais il lui fut impossible de la toucher, malgré les quatre sortilèges qu’il avait lancée, et elle s’écrasa nonchalamment sur le sol, éclaboussant les alentours. La seconde, elle, alla tellement loin qu’elle termina dans la Tamise. Par conséquent, pour avoir une cible plus facile, il en lança de nouveau une, bien haut, mais juste au-dessus de leur tête… Et puisque cette fois, il réussit à la toucher, ils reçurent une pluie de débris et de mauvais whisky sur la tête… Pour la suite, à part quelques maladresses et la superbe idée le lancer un Incendio sur une bouteille qui venait juste d’éclater, ce qui embrasa le ciel, le jeu se passa plutôt bien mais fut beaucoup trop court au goût du jeune homme.

Trouvant que cela avait ramené la bonne ambiance il frappa un grand coup dans le dos de Gloire, de manière plutôt amicale mais un peu brusque. Se rendant rapidement compte qu’ils étaient tout de même sur un toit, il eut vite fait d’attraper sa main, de peur de la voir tomber. Un sourire gêné sur les lèvres plus tard, il regarda en bas et trouva cela moins terrible que la première fois… Discrètement, il dirigea sa baguette vers le sol et lança un sortilège de coussinage, informulé, puis regarda la demoiselle avec des yeux pleins de malice :


« Aller ma belle, il est temps que tu pimentes un peu ta vie. C’est bien de jouer avec les bouteilles de whisky, mais tu bois pas, t’es une gentille, alors pour une fois, tu vas faire un truc de vraiment fou ! »

Et sans plus attendre, il lui agrippa fermement me poignet et sauta dans le vide. La chute lui parut longue, et il ressentit toutes les sensations les plus extrêmes : des picotements dans ses doigts, un cœur qui battait à mille à l’heure, et le vent exerçant sa force sur tout son corps. Sa seule espérance était d’avoir jeté le sortilège au bon endroit, et que celui-ci ait fonctionné, auquel cas ils risquaient de s’en sortir plutôt mal.
Gloire Lecomte
Gloire Lecomte
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de Transplanage


Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Gloire Lecomte, le  Sam 24 Déc 2011, 05:02

« POUUULE !! » cria Will. Gloire sourit, particulièrement satisfaite de ce dernier tir. Avec contentement, elle vit l'Auror venir la rejoindre dans ce petit jeu improvisé mais apparemment celui-ci avait du mal à apprécier les distances. Après plusieurs jets infructueux, elle ne put s'empêcher de lui dire en riant.

- Eh bien ! Tu as du mal toi !

Comme pour lui démentir cela, il prit une nouvelle bouteille et réessaya. Les mains sur les hanches, la jeune femme le regarda tirer. Celle-ci fut la bonne. La bouteille explosa à quelques mètres d'eux. Le coup de main semblant être venu, elle le rejoignit et ce fut à qui mieux mieux, les rires et les explosions se mêlant dans l'obscurité environnante. Bien entendu, comme toute bonne chose, celle-ci vit bientôt arriver sa fin.

- A toi l'honneur ! dit-elle à Will dans un clin d'oeil. Il ne se le fit pas dire deux fois et dans un parfait #Incendio fit s'enflammer la dernière bouteille de whisky... au-dessus d'eux. Poussant un petit cri, la maîtresse des potions se protégea le visage avec son bras. Quand elle ne sentit plus rien, elle se releva pour regarder les dégâts. Des débris de verre jonchaient le sol et elle était toute poisseuse... et l'homme ne semblait pas en meilleur état.

Les cheveux tout aplatis, le gérant de l'auberge des 2M avait l'air fin. Elle, à la rigueur, avait quelques mèches collées sur son visage, mais c'était tout. La situation était tellement cocasse qu'elle se remit à rire. Il s'agissaient de fous rires comme il ne nous en arrive que très rarement une fois qu'on entre dans la vie d'adulte. Pendant qu'elle essayait de retrouver son sérieux, elle vit son compagnon de jeu s'approcher du bord.

- Aller ma belle, il est temps que tu pimentes un peu ta vie. C’est bien de jouer avec les bouteilles de whisky, mais tu bois pas, t’es une gentille, alors pour une fois, tu vas faire un truc de vraiment fou !

- Huh ?

De nouveau sérieuse, la jeune femme s'approcha à son tour, curieuse, mais elle n'eut pas le temps de comprendre et reçut pour seule réponse qu'une main empoignant la sienne.

- Will !!! cria-t-elle en chutant. Certes elle avait de drôles d'idées mais ce n'était pas pour autant qu'elle voulait toutes les mettre à exécution. Voyant le sol se rapprocher, la jeune femme fut d'abord affolée et ferma les yeux en se raccrochant à la main qui l'avait tirée.

La chute qui aurait du être brutale le fut bien moins qu'elle ne l'avait cru mais au moins elle était là, comme elle l'avait pensé. Will était à côté d'elle mais après ce court et bref instant, elle avait besoin de temps. De temps pour calmer les battements de son coeur. De temps pour que ses jambes retrouvent la force de se lever. De temps tout simplement pour réaliser.

- Will ? T'es mort ? souffla-t-elle doucement quelques minutes plus tard. Avait-il entendu ? Elle les avait à peine chuchoté... Une moue sur le visage, elle attendit... mais n'ayant aucune réponse, elle chercha sa baguette et lui lança un jeta à la figure un jet d'eau. Sait-on jamais ^^.
Invité
Anonymous
Invité

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Invité, le  Mer 28 Déc 2011, 21:27

Le saut de l’ange… Allez savoir pourquoi on l’appelle ainsi… Certainement parce qu’une fois dans le vide, on voit toute sa vie défiler. En l’occurrence, Will admirait le film accéléré d’une vie de maladresses et de bêtises involontaires de plus en plus grosses, avant d’avoir le réflexe de lancer de nouveau un sortilège de coussinage juste en-dessous d’eux, et de placer correctement son bras pour que sa baguette ne soit pas cassée lors de la chute. Autant dire que les quelques réflexes qu’il avait affûté au cours de sa carrière de mangemort, puis d’Auror, avaient bien servi pour cette journée. Qui sait, peut-être avaient-ils permis de sauver la vie d’un jeune fou et d’une idiote ce soir…

Néanmoins, la chute fut beaucoup plus brutale qu’il ne la pressentait. Etant certain que le sortilège amortirait totalement le choc, il ne s’était pas préparé à ce qu’il soit ralenti aussi rapidement, bien que cela ne leur fit pas mal. Son souffle s’arrêta, son cœur, lui, eut certainement très peur puisqu’il accéléra d’une manière impressionnante, tandis que Will, lui, cherchait désespérément à faire entrer un peu d’air dans ses poumons. Pendant de longues minutes, il resta étalé là, sur un sol plutôt confortable grâce à son sortilège qui avait apparemment plutôt bien fonctionné. Le choc avait été rude, la prochaine fois il devrait améliorer un peu l’atterrissage… Enfin bon, ils étaient en vie…

Se retournant difficilement sur le dos, il constata que ses membres étaient quelques peu endoloris, mais que lui était étrangement bien éveillé. Le souffle d’air frais qu’il s’était reçu pendant la chute lui avait redonné un petit coup de peps, qui s’était bien vite enfui du reste de son corps lorsque le choc avec le sol était arrivé mais bon… Au moins il était conscient. Peut-être était-ce le choc même qui avait déréglé son cerveau déjà pas toujours en très bon état de marche et l’empêchait de faire un mouvement brusque, de peur de tomber de nouveau.

Pourtant, lorsqu’il se reçut un jet d’eau en pleine tête, se mêlant ainsi au whisky qu’il s’était pris précédemment, il réagit instinctivement et plaça rapidement ses mains devant son visage


« Hey mais… keuf keuf… Arrête ! »

Respirant un grand coup sous ses mains, il les retira, ouvrit la bouche et prit toute l’eau possible pour que, dès que le jet se soit arrêté, il puisse la lui recracher à la figure. Non mais, on ne joue pas à ça avec Will Crow ! Faisant une moue de petit enfant boudeur, c'est-à-dire fronçant les sourcils, plissant les lèvres et croisant les bras, il lui administra un superbe regard qui tue qui en disait long… avant de redevenir lui-même, d’afficher un grand sourire et de dire avec enthousiasme :

« On recommence !? »

Il savait pertinemment que la réponse allait être négative… D’ailleurs, à choisir, il ne le referait pas, tout du moins pas sans améliorer le sortilège d’arrivée. Seulement que pouvait-on fait à part un sortilège de coussinage ? Peut-être un petit Arresto Momento, juste avant de tomber sur le sol rembourré… ah oui c’est vrai, ce serait sympa ça ! Pourtant, alors qu’il réfléchissait à cela, son esprit se scinda en deux et une autre idée germa dans son esprit. Oui, c’était étrange pour un homme de parvenir à penser à deux choses en même temps, surtout pour lui, mais ceci étant exceptionnellement rare, il n’y était pas très habitué et chassa rapidement la recherche de nouveaux sortilèges de son esprit. Il attrapa plutôt de nouveau la main de Gloire et l’entraîna avec lenteur vers la sortie des Docks

« Je parie qu’y a tout un tas de trucs que t’as jamais fait dans Londres toi ! Je connais bien la ville maintenant, j’ai passé huit ans à chercher tous les soirs un endroit où pioncer… Alors, ça te tente de te balader un peu de nuit ? D’escalader Big Ben, de pénétrer dans Buckingham en douce… !? »

Mais il n’attendait pas de réponse… De toute manière elle n’avait pas le choix, elle le suivait, il n’y avait pas à discuter. Cette demoiselle lui semblait trop niaise pour pouvoir faire quelque chose d’aussi fou, et lui cherchait à tout prix à mettre un peu d’action dans sa petite vie d’Auror trop paisible. Alors autant s’éclater ! Et pourquoi pas aller en progressant, en commençant pas entrer dans des endroits qu’elle ne connaissait certainement pas, le sex shop, la boîte de strip tease, les bars mal famés, pour ensuite grimper sur un pont pour sauter dans la Tamise, gelée au dernier moment pour ne pas se noyer… Les possibilités étaient infinies… Peut-être n’avaient-ils même pas besoin de partir des docks…

« Aller chérie c’est toi qui choisit ! J’ai toute la nuit devant moi et toi, t’as toute une vie à rattraper ! »
Contenu sponsorisé

Vieil entrepôt désaffecté Empty
Re: Vieil entrepôt désaffecté
Contenu sponsorisé, le  

Page 1 sur 15

 Vieil entrepôt désaffecté

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.