AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks
Page 14 sur 14
Vieil entrepôt désaffecté
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
Mangemort 08
Mangemort
Mangemort

Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Mangemort 08, Mar 29 Aoû 2017, 10:22







Il observait toujours le type, sa baguette pointée sur son torse, histoire qu'il flippe un peu d'une éventuelle sentence qu'il lui infligerait. Pour autant, il n'en avait pas réellement l'intention à moins que ce dernier ne se mette à vouloir répliquer comme un con.

Alors il attendit patiemment que le sorcier réponde, continuant de le scruter derrière son masque, qu'il sente son regard et sa conviction de pouvoir lui faire mal. Et le type lui dit qu'il a déjà tuer quelqu'un une fois pour se défendre, et rajoute qu'il a déjà manipulé plusieurs moldus avec des Impero.

Ok c'était pas mal. Enfin, au moins il avait l'air de pas avoir froid aux yeux. S'il avait sorti qu'il était un expert de l'Expelliarmus et du Levicorpus qu'il lui aurait balancé direct un Doloris avant de le renvoyer à Poudlard tel un gamin.

Il termine en disant qu'il se pensait prêt à acquérir notre savoir, qu'il pourrait être utile et apporter son aide au monde sorcier. Alors il resta un instant silencieux, pesant tous les mots que l'homme venait d'avoir. Avant finalement de retirer sa baguette du torse du sorcier.

- Bon... je vois que la magie noire ne t'est pas inconnue. C'est déjà cela. Tu as peut-être des tripes finalement... Si tu es prêts à découvrir plus la magie noire, ok, je vérifierais ça sur le terrain. Mais pas ce soir.

Il retourna près de 28 qui attendait et lui glissa un "On y va" auquel elle acquiesça. Puis il s'adresse de nouveau au sorcier.

- Tu as peut-être bien du potentiel. Tu pourrais éventuellement nous servir. Mais tu devras faire tes preuves. Après, je n'exclus pas une sortie pour tester plus en avant tes capacités et voir que ce que tu nous as dit n'était pas que destiné à nous faire plaisir.

Il tourna alors le dos à l'homme, commençant à partir avec 28 en prenant son bras. Après quelques mètres, il lança une dernière phrase en guise d'au revoir.

- Fais attention à toi en rentrant, la nuit on ne sait jamais sur qui on peut tomber...

Puis les deux masqués transplanèrent loin de là.

Fin du RP
Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Jessy Brown, Ven 01 Sep 2017, 18:14


RP unique

Faire la différence entre ce que j'aime et ce qui est spécial. C'est cela que je cherche à faire. Je sais que c'est un exercice difficile à mener à bien. Et pour cause, cela fait des années que j'essaie. Des années que je suis enchaînée. Je traîne ce qui ressemble au fardeau de l'inconnu. Peut-être depuis toujours. Je n'en avais probablement pas conscience, mais je ne suis pas suffisamment en phase avec moi-même. Cela nuit à ma magie. Elle est un tout et je ne suis que partie. Je l'ai réalisé un jour et c'était trop tard. Sans l'autre, je n'aurais pu en ressortir. Je n'aurai pas toujours cette chance. Je dois pouvoir compter sur moi-même. Le jour où ce sera possible, le danger fuira sans avoir eu le temps de m'enlacer.

J'ai commencé à y réfléchir. J'ai eu la chance, une nouvelle fois, de tomber sur la bonne personne. Elle m'a permis d'ouvrir les yeux et de voir le problème en face. J'ai entamé un tournant dans ma vie par un simple échange de paroles. De paroles et de pensées. De pensées et de souvenirs. Nous étions à la lisière des rêves et pourtant tellement ancrées dans la réalité. Elle m'a simplement montré la direction à suivre et proposé de m'accompagner sur le chemin. Une aide inespérée. Alors que tant et tant de personnes auraient pu me guider avant elle, ce n'est que là que j'ai ouvert les yeux. Le monde des songes s'est présenté à moi et, au moment où nous nous sommes quittées, j'ai su que je devrais m'y engager seule. Y faire mes premiers pas, témoins de ma volonté inébranlable. Puis je la retrouverai. J'espère que j'aurai parcouru une grande distance à ce moment-là. Fait le plus gros du travail.


Londres, en pleine nuit. Que c'était beau. Le ciel s'étendait au-dessus de la ville tel un linceul noir piqué d'étoiles. La vie ne s'était pas arrêtée, loin de là. Pour beaucoup, tandis que la lune étincelait au-dessus des toits d'ardoises sombres, il était l'heure de respirer. Il était l'heure de s'aventurer dans le pays des rêves dont ils ressortaient souvent amnésiques. D'une certaine façon, Jessy voulait s'y rendre également. Consciente et tranquille, elle aspirait à y trouver le chemin qui mène au bonheur. Pas pour vivre dans l'utopie. Mais pour vivre en sachant qu'il existe. Cette place heureuse, sa place heureuse. Elle en avait perçu les contours. Cette nuit, elle souhaitait l'admirer pleinement.

Elle avait enfilé une simple robe de mousseline jaune et habillé ses pieds de sandales à fines lanières blanches. Sa seule lanterne serait sa baguette magique. À ses côtés, elle quitta le monde de la sorcellerie pour s'insérer dans celui des Moldus. Le silence l'y accueillit. Elle réfléchit à l'endroit dans lequel elle pouvait se rendre pour être seule. Pour être en paix sans l'être. Elle devait pouvoir s'exercer sans être interrompue et pourtant il était essentiel qu'elle ne soit pas à son aise. Son esprit devait partir loin de son corps et elle voulait parer aux situations qui l'effrayaient. Celles qui sont dangereuses et contre lesquelles elle ne pouvait rien faire. Ou pire. Celles contre lesquelles elle pourrait faire quelque chose, mais une chose dont elle n'était pas capable. La voilà, c'était elle son angoisse. Et elle voulait l'affronter.

Un vieil entrepôt désaffecté. Elle l'avait repéré au sein des Docklands. En s'y rendant, elle longea la Tamise. Son regard assombri balaya les façades des bâtiments alentours. Elle écouta le doux clapotement de l'eau et frémit sous ses légers voiles de vêtements. Elle remarqua une porte en bois branlante et la poussa dans un grincement à la faire frissonner de plus belle. À l'entrée de la pièce, elle retira ses chaussures et posa ses pieds sur le sol gelé. Elle avait l'impression d'être libre, dans un autre monde où tout est permis. Peut-être venait-elle de pénétrer le monde des songes...

Placée au milieu de l'entrepôt, elle observait l'endroit sans le voir. Elle était submergée par ses pensées. Partie à la recherche de ce qui était spécial. Pas forcément de ce qu'elle aimait. C'est ce qu'elle lui avait dit. Et que voyait-elle ? Des ténèbres qui s'estompaient. Des souvenirs qui jaillissaient par flashs, l'un après l'autre. Des visages amis, un peu flous. Il faut dire que cela datait ; elle remontait loin. Celui qu'elle recherchait, était-il hors de portée ou sous ses yeux ? Difficile à dire. Il fallait qu'elle essaie. Qu'elle voie ce qui lui réussissait le mieux. Elle leva la baguette.

Je suis à Pré-au-Lard, je ris, je profite. Je m'égare dans des histoires que j'invente de toutes pièces. Et pourtant c'est un moment bien réel. Je crois que je suis heureuse. Je me rappelle des deux yeux jaunes découpés dans la nuit qui m'ont interloquée. Le loup a été aspergé d'acide. Le moment a tout à coup perdu sa saveur. J'ai du mal à ne plus y penser. J'essaie quand même, je me concentre et prononce les mots. Un filament d'argent s'échappe de l'extrémité de ma baguette magique et se dissipe rapidement. J'ai l'impression d'avoir régressé. Mais je ne perds pas espoir.

Je pars dans la Forêt Interdite. J'entends le souffle du vent et je vois un faisceau de lumière qui éclaire mes pas. Je pars à l'aventure bien accompagnée. Je me sens plus libre que dans cet entrepôt vide. C'est sûrement l'adrénaline. Le moment est beau et je m'y sens bien. Je sais que je suis sortie de cette expédition un peu amochée, mais cela n'a pas d'importance. Je suis plongée dans le noir le plus profond et j'imagine que c'est de là que doit jaillir la lumière la plus éclatante. J'attends un protecteur. Je ne décèle que son ombre vaporeuse, d'une couleur argentée qui réchauffe le cœur. Elle est plus grande que la précédente mais ne représente rien. Je décide de repartir.

Ma prochaine destination est plus proche dans le temps mais beaucoup plus lointaine sur le plan de l'espace. Je suis de l'autre côté de l'océan, toujours en forêt. C'est un terrain que je parcourais pour la première fois, à l'époque. En pleine journée, le soleil éclabousse les feuilles des arbres, leurs troncs, ma peau et mes cheveux. Mes pieds foulent l'herbe d'une terre meuble qui s'est creusée, à trois pas, pour laisser passer une rivière. À sa surface valsent des rayons de lumière étincelants. Difficile de croire que ce moment est réel. J'en doute même pour la suite.

Un petit être a jailli d'entre les arbres, derrière moi, et s'est avancé jusqu'à la berge. Il tient entre ses minuscules mains noires un peu de nourriture. Il la porte dans le cours de l'eau et un filet de poussière s'éparpille tout autour. Il mange comme s'il était seul en ce monde, comme s'il n'y avait aucune menace aux alentours. Il est tranquille. Mais qui est-il ? Lorsqu'il a terminé et a levé la tête vers moi, je suis prise de doutes. Dans ses yeux obscurs, je crois distinguer un miroir. Ne dit-on pas que les yeux sont le miroir de l'âme ? Je ne saurais dire ce que ces yeux montrent à cet instant. Ni ce que ce moment a de particulier. Je sais toutefois ce que je ressens. Une certaine plénitude. Le moment s'étant imposé à moi, je choisis d'essayer de nouveau avec lui. Je lève le bras et j'appelle mon protecteur.

Cette fois, il se montre. Je distingue son pelage d'argent. La petite bête a quitté mes songes et s'est incarnée dans le monde réel au milieu de la vapeur blanche. Elle n'hésite pas et court devant elle, illumine l'entrepôt de sa lumière divine. Je n'ai aucun doute sur son identité. Je l'ai déjà vue s'échappant des songes de mon père. C'est lui. C'est moi. C'est elle. C'est moi. Je l'ai enfin trouvé·e, je me suis trouvée. La forme s'évapore bientôt. Je l'ai vue. J'ai vu la force cachée en elle. Je sais qu'en poursuivant mes efforts, je pourrai l'invoquer quand cela sera nécessaire. Grâce à elle, je vaincrai ma plus grande peur. J'ai franchi une étape dans ma vie. Les prochaines ne seront pas plus faciles, mais je les surmonterai avec la même détermination.
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Jace Becker, Dim 08 Oct 2017, 18:55


Peux-tu m'aider ?PV avec 08

J'ai passé ma journée à Londres tout seul, ne voulant pas me mêler aux autres individus de mon espèce, les moldus sont-ils de mon espèce ? J'en doute fort. Visitant les rues de Londres et les quartiers touristiques, tout me paraissait fade, et la seule chose qui me venait à l'esprit est le geste que j'ai commis contre Aria, pourquoi me suis-je autant emporté ? L'ombre grandissait en moi comme un feu consumant une forêt, mais a-t-elle une fin ?

J'étais aux abords de la Tamise, là où Elhi et moi avons débarqué quelques jours plus tôt, elle voulait me changer les idées, louées soit-elle, mais boire en compagnie de moldus ne m'aide pas vraiment.
Cela faisait approximativement cinq jours que l'incident a eu lieu, et je n'arrive pas à me le sortir de la tête, une pseudo-culpabilité, ça me dégoûte.

Je continuais à marcher sans vraiment savoir où j'aller et c'est une fois que j'arrive à une sorte d'entrepôt que je vois que je suis sur les docks. Ne voulant pas rentrer tout de suite, je pénètre le dit entrepôt, vide, abandonné.
Une fois à l'intérieur, je ramasse un petit rocher que je jette de toutes mes forces contre le mur en hurlant de rage.
Et je m'assois à terre attendant que le temps passe, attendant, que ma culpabilité parte d'elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Mangemort 08, Dim 15 Oct 2017, 11:48







Sur Londres planait une atmosphère nuageuse qui dessinait des hachures dans le ciel bleu qui s'esquivait lentement. L'après-midi avait été plaisante sans toucher les températures estivales qui avaient plié bagages quelques semaines plus tôt. Ni un temps réellement automnale, puisque les rafales n'étaient pas de celles déplaisantes, mais plutôt de celles qui laissent une caresse appréciable sur la peau et qui permet d'errer tranquillement dans les rues où les bois regorgeant de trésors visuel.

Tu avances dans les ombres venant d'une nuit qui s'annonce frissonnante, te faufilant en silence au delà de chaque lampadaire qui éclaire vulgairement des portions de routes étroites. Tu fuis le cœur bruyant et fumant, partant te réfugier près d'une Tamise aux murmures apaisants.

Les docks, tu les connais bien. Tu y as croisé Parker en sortie avec 28 et tu y as aussi entrainé la nouvelle recrue des Aurors Spero. Sans trop savoir pourquoi, tu aimais te ressourcer dans ce silence d'entrepôts dormant à la nuit tombée et aux vaguelettes non loin qui reflétaient les splendeurs étoilées.

Le silence t'entourait, tout juste parfois tu entendais le vent qui s'engouffrait sur des plaques de tôles et laissait son cri se répercuter. Tu marches sous tes bandes d’Émeraudes, pensant un instant aux Ébènes, compagnes de cette danse nuancée où le Tableau n'était éclairé que de ces deux seules lumières fusionnées. Elle et Toi.

Tu rentrerais, les retrouver, pas trop tard, juste le temps de cette balade. Tu écoutes le chant qui t'enveloppe, quand résonne, soudainement, un bruit à l'intérieur d'un entrepôt non loin. Alerte, tu sors ta baguette, bien dans ta main prête à faire face sur n'importe quel individu. Après tout c'était infesté d'Aurors et de Mangemorts dans le coin, tu en savais quelque chose.  

Alors tu entres, balayant du regard cette arche de plaques métalliques, et tu le vois, le type, assis comme un enfant à qui on aurait confisquer son jouet. Tu avances, le regardes, et tu sais. Tu le connais oui. Même si lui ne connait pas le Masque. Jace. Que foutait-il là ? Tu lèves doucement ta baguette vers lui à mesure que tu te rapproches.

- Hey petit... Tu as perdu tes parents ? On t'a pris tes jouets ? Et tu viens là pour bouder ?
Revenir en haut Aller en bas
Jace Becker
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Cinquième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Jace Becker, Dim 15 Oct 2017, 14:28


Assis par terre, repassant toute la scène qui me torture en boucle, regrette mon geste où est-ce que je l'apprécie et que j'en désir encore plus ? Pas le temps de me répondre à moi-même, quelqu'un me perturbe en entendant ses bruits de pas se rapprocher de moi, je me lève et dégaine ma baguette récemment achetée. Surprise, ce n'est pas n'importe qui... Un mangemort, je lève à mon tour ma baguette vers lui on ne sait jamais et faut être prêt à se défendre. Même si clairement je ne fais pas le poids.

Beaucoup de personnes seraient mortes de trouille face à un mangemort mais pas moi, je n'ai pas peur. J'ai appris à la contrôler et savourer le sentiment que cela me provoque. Je l'entends parler, me demandant si j'ai perdu mes parents et que je boudais il me parle comme-ci je n'étais qu'un vulgaire enfant moldu. Je pouffe de rire un instant le fixant dans les orbites.

-Si ce n'était que ça je ne serais pas ici. Mais en quoi cela peut-il vous intéresser ? En quoi, un mage noir s'intéresserait aux histoires d' un vulgaire adolescent comme moi?

Je sens mon coeur s'accélérer, pas de peur non, mais de colère, colère contre moi-même, colère de ne pas pouvoir passer outre à mon geste et l'envie de recommencer encore et encore, me remémorant le délice que j'ai ressenti lorsque j'ai brûlé Ulysse, lorsque j'ai scarifié le visage d'Ellana, lorsque j'ai lancé le Terorim sur Artemis en plein cours et lorsque j'ai tout simplement électrocuté Aria.

-Je ne boude pas non ce serait trop facile, je suis fou de rage ! Avez-vous déjà électrocuté une personne qui est chère à vos yeux et prendre plaisir à cela ? Moi oui.

Gardant ma baguette levé face à lui, prêt à me défendre s'il décide de passer à l'action.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Mangemort 08, Sam 21 Oct 2017, 12:40







Tu le regardes en attendant qu'il te réponde. Il brandit sa baguette sur toi et tu en souris sous ton masque. Tu sais pas trop ce qu'il fout là. Toi tu sais ce que tu fous là, c'est normal. Mais lui ? Il a perdu un concours de billes et est venu chialer dans son coin ?

Tu ne ressens rien. Pas de compassion. Après tout il n'est pas un des tiens. Tout au plus il est un élève que tu as déjà croisé en cours. Mérite-t-il pour autant un traitement de faveur ? Aucunement. Et les gens qui passent leur temps à se plaindre ou pleurer sont les plus faibles et ne sont pas digne d'intérêt.

On ne change pas le monde sans se changer soi-même. Tu le savais toi. Aussi tu étais bien au-dessus de tout cela. De lui, de ceux qui se plaignent du système ou tombent dans ses filets sans ne rien faire pour le changer, ou se changer eux-mêmes. Tu avais fait tes choix, et tous tu les assumais. Sans jamais te retourner, sans jamais te plaindre ou crier sur les erreurs que tu avais faites.

Tu avais souffert. Tu souffrais, toujours en silence. Mais tu te relevais toujours plus fort pour percer les nuages vers demain. Tu étais un battant. Et lui là. Suivant sa réponse, il ne mériterait absolument rien d'autre de ta part que du mépris. Il n'y a pas d'âge pour être fort, c'est uniquement une question de volonté et d'acceptation.

Et s'il l'ignorait, il le découvrirait à ses dépends.

Enfin il te répond et tu laisses un rire s'échapper à ses questions. Car la réponse que tu lui donneras ne lui plaira pas le moins du monde. Tu n'es pas là pour être son ami. Puis il gueule sa colère et te crache au visage sa douleur. Et tu souris. Et tu souris...

- Quel âge as-tu petit ? ...

Question rhétorique. Tu as envie de lui balancer ta vérité à la gueule. Il est là à se lamenter de sa douleur alors que tu as fait bien pire. Oui... Tu te souviens d'Atana, ta meilleure amie. Que tu as trahi et vendue aux Mangemorts. Tu te souviens de Kimoka, que tu as aussi trahie en la mordant à son insu. Tu te souviens... d'Elle... Que tu as failli tuer dans ta folie en la laissant baigner dans son sang et que tu avais sauvé in-extremis...

Et il te balance le résultat d'un simple sortilège...

- En effet, la vie d'un ado en pleine puberté m'intéresse peu... Je me demande surtout ce que tu fous là en vrai... Tu as Poudlard, Pré-au-Lard, qu'est-ce que tu fous ici ? Les personnes qui nous sont chères... Tu es encore jeune, tu en changeras dans ta vie... Si tu lui as balancé un sort peut-être que cette personne le méritait ? Après si tu as adoré le faire, tu es peut-être juste fêlé ? Au passage, fais attention avec ta baguette, ou tu perdras bien plus qu'une personne qui t'est chère aujourd'hui...

Tu fais quelques pas, de long en large, pensif, tout en gardant ta baguette en main. Et tu l'observes. Avec sa tête de premier de la classe qui semble aussi perdu qu'une oasis dans le Sahara. Peut-être qu'il voulait juste souffrir en retour ? Auquel cas tu te ferais un vilain plaisir de jouer avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Vieil entrepôt désaffecté

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 14

 Vieil entrepôt désaffecté

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres :: Les Docks-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.