AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 1 sur 23
Aux abords de la Tamise.
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Aux abords de la Tamise.

Message par : Anna Ride, Lun 25 Juil 2011 - 15:27


[ Ouverture de sujet autorisé par Jenni Aëndal ]
[ PV avec Damian Brown ]

Depuis déjà quelques mois, la jeune Anna était en formation chez les Aurors. Tant de choses s'étaient passés depuis son arrivée... Elle avait enfin obtenu son permis de transplanage, un nouvel arrivant avait fait son apparition quelques temps après elle. Un arrivant qu'elle connaissait très bien étant donné qu'il s'agissait là d'un ami avec qui elle aimait passer son temps habituellement. Et puis il y avait eu un départ aussi... Un départ douloureux, précipité et incompréhensible de la part de Damian.

Elle avait partagé de bons moments avec le jeune homme quand elle était arrivée dans la faction. Il avait été le premier à lui rendre service en l'emmenant gentiment au Ministère pour son examen de transplanage et s'en était suivi une longue discussion autour d'une table, Boulevard Wood Stuff, jusqu'à une heure tardive. Parlant de tout et de rien autour de nombreux cafés pour rester éveiller, de dragées surprises ou de chocoballes à n'en plus finir, ils avaient finit par aller se coucher à l'aube, complètement crevés mais tous deux ravies de cette soirée.

Un soir, il était venu dans sa chambre au QG et lui avait parlé sur un ton monotone et plat qu'elle ne lui connaissait pas. Il avait l'air ailleurs et n'arrêtait pas de lui dire qu'il lui faisait confiance. Elle avait finit par lui demander ce qu'il se passait mais la jeune blondinette n'avait eu droit qu'à un simple "Ne t'en fais pas" en guise de réponse. Le savant secret et mystérieux sur de nombreux sujets, elle n'avait pas insisté. Puis, il était parti. C'était donc là, le dernier souvenir et les derniers mots qu'elle avait échangé avec lui depuis tout ce temps.

Mais il y avait de ça quelques jours, Anna, rentrant dans sa petite chambrée Boulevard Wood Stuff, avait trouvé une lettre manuscrite déposée sur son lit. Se demandant d'abord de qui il pouvait bien s'agir, elle avait reconnu facilement l'écriture si personnelle de Damian sur la devanture. Comment avait-il pu lui envoyer cette lettre directement sur son lit ?! Pas le temps d'y penser, Anna s'était jetée sur l'enveloppe et avait déchiré le papier sans besogne.


La lettre :
 

C'était court, mais c'était dit. Enfin elle allait revoir le jeune homme dont elle avait cru qu'elle n'entendrait plus jamais parler. Impossible de le joindre, il n'avait laissé aucune adresse... Elle avait envoyé un hibou en lui sommant de mettre la griffe dessus mais il était revenu bredouille, complètement éreinté. Maintenant qu'il avait pris contact, elle pouvait arrêter de s'inquiéter. Repliant la lettre soigneusement tout en la mettant dans son étui de papier, elle l'avait rangé dans le tiroir du haut de sa table de chevet. Ne sachant pas si elle devait parler aux autres de cette prise de contact, elle avait préféré garder ça pour elle pour finalement aborder le sujet quand ils se verraient. Car oui, évidemment, elle comptait bien y aller.

Trois jours après, impatiente et presque stressée, elle s'était préparée une bonne heure en avance afin de ne pas arriver en retard au rendez-vous donné par le jeune homme. Laissant tomber ses longs cheveux d'or sur ses épaules elle s'était douchée puis habillée d'une petite robe bleue ciel accompagnée d'une veste marron et des bottines de la même couleur. Se maquillant très légèrement comme à son habitude, elle était prête bien avant l'heure convenue. Qu'importe, se balader dans Londres, elle adorait ça.

Du QG, elle transplana dans un coin de rue près d'Adam Street manquant d'écraser un chat de gouttière en atterrissant brutalement. Bon, elle n'était pas encore tout à fait au point pour l'arrivée, mais c'était toujours mieux qu'il y a quelques semaines où elle s'était découvert un don pour atterrir directement dans des poubelles publiques. Bref, le Gordon Wine Bar était à quelques rues de là où elle se trouvait. Elle n'avait plut qu'à longer la Tamise en cette agréable début de soirée puis il serait sur sa droite, un peu plus haut dans Villiers Street. La technologie moldue, c'était quand même vachement pratique. Sachant que la jeune blonde avait un sens de l'orientation médiocre, il lui avait bien fallu faire quelques recherches afin de se retrouver dans l'immensité de Londres.

Demandant l'heure à un charmant passant - il serait peut-être temps d'acheter une montre - elle se rendit compte qu'elle avait pas moins d'une grosse demi-heure d'avance. Tant pis, elle se dirigea d'un pas tranquille et détendu vers le bar à vin dont elle avait déjà entendu parler pour sa célébrité londonienne, tout en pensant à cette soirée qui s'annonçait. D'ailleurs, le jeune Auror ne savait même pas qu'Anna avait obtenu son permis de transplange ! Il serait bon de fêter ça en bonne et due forme autour d'un bon verre de vin, tant qu'à faire. Arrivée devant l'enseigne, elle fût charmée par la devanture rustique de l'endroit. C'était un des plus vieux bars de Londres d'après ce qu'on lui avait dit et elle ne s'étonna pas de voir qu'il y avait déjà pas mal de monde à l'intérieur.


** Je fais quoi ? ... Je rentre ? **

Ne sachant pas tellement si Damian comptait l'attendre à l'intérieur ou non, elle finit par entrer dans le petit encadrement de la porte. De toute façon, il finirait bien par entrer, lui aussi. De vieilles horloges, de vieux journaux, de vieux tableaux et un sol tout en bois massif. Voilà ce qu'était ce petit bar tout à fait accueillant et typique. Un plafond bas, voûté et en pierre, délimitait le petit espace où de petites tables rondes étaient disposées pour les clients. Pas moyen de regarder droit devant soi, il y avait tant de choses aux murs que c'en était impressionnant. Elle finit par adresser un sourire à la barmaid puis lui demanda de s'installer à une table tout en lui expliquant qu'elle attendait quelqu'un qui devrait arriver dans plusieurs minutes. Aimable, la serveuse passa devant Anna, lui sommant gentiment de la suivre d'un signe de main, puis lui indiqua une table au fond de la pièce exiguë, dans un coin intime et cosy. Parfait, c'était par-fait.

Remerciant la jeune femme, elle s'installa sur une des deux chaises et appuya son épaule gauche contre le mur en pierre. L'ambiance était tout à fait ennivrante, la plupart des client avaient déjà les joues rosées par l'alcool de raisins et parlaient dans un brouhaha euphorique. Ce n’était pas dérangeant, au contraire. La bonne humeur semblait régner au sein de cette petite pièce et donnait à Anna l'envie de goûter au plaisir des vins. Il était temps que Damian pointe le bout de son nez.


Dernière édition par Anna Ride le Mar 18 Oct 2011 - 17:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Damian Brown
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage





Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Damian Brown, Jeu 28 Juil 2011 - 5:13


Le mercredi 13 septembre :


Cher journal,

Une étrange journée que celle d'aujourd'hui. Enfin, pas si étrange... Bonne, je dirais. Des retrouvailles, certes éphémères, mais des retrouvailles tout de même. Les premières depuis que j'ai quitté les justiciers illégaux. Cela s'est bien passé, je pense. Je préfère te raconter plutôt que d'élaborer de vastes théories fumistes et brumeuses qui ne seraient qu'un résultat d'un avis que trop personnel... Bref, c'est un peu brouillon donc j'arrête là.

Les deux aiguilles de ma petite montre magique pointaient le chiffre "3" quand je transplanai. L'air lourd et saturé ressenti quelques secondes auparavant disparut aussitôt pour laisser la place à des sensations toutes plus désagréables les unes que les autres. Les effets de la disparition se dissipèrent cependant bien vite pour faire, à leur tour, place à un vent frais et rafraichissant. C'était agréable par cette lourde et humide journée de fin d'été. L'hiver arrivait à pas de géant, annonçant froid et temps sec. En somme quelque chose de parfait. La saison caniculaire était de loin la pire de toute. Impossible de se séparer de cette chaleur irrespirable et de cette moiteur inconfortable. Si, se baigner... Mais flâner toute la journée dans une piscine n'était pas une solution...
Bref, après m'être baissé afin de retourner les ourlets qui s'étaient formés, je me redressai et me mis en marche sans prendre la peine de détailler le sombre endroit dans lequel je me trouvais. Il n'était pas compliqué de deviner par la noirceur oppressante et la faible largeur séparant les deux murs se faisant face que je me trouvais dans l'une de ces petites ruelles malfamées et bien peu accueillantes. Mais je savais que je ne craignais rien. Ce n'était tout de même pas tous les jours qu'il y avait des agressions... Et tant bien même, j'aurais eu de quoi me défendre. Foulant les petits pavés à grands pas, je débouchai rapidement sur une avenue bien plus avenante et illuminée de la capitale britannique. Bien heureusement, je m'étais simplement vêtu, délaissant chez moi cape, chapeau et autres objets inhabituels. Les mains dans les poches, je marchai alors d'une façon décontractée, errant dans la rue sans aucun objectif en tête. Mon esprit agité ne cessait de changer d'avis, oscillant entre le "J'y vais pas, je simule une maladie ou un décès" et le "J'y vais, je ne peux pas lui poser un lapin". Mais comme j'ai déjà pu te le dire, cette hésitation durait déjà depuis plusieurs jours... Qu'est ce que j'ai pu regretter de lui avoir envoyé cette lettre... Et surtout, à elle. Nous n'étions pas si proches ; et, je dois te le dire, ce n'était pas avec elle que j'avais noué les liens les plus forts au sein du QG.


Citation :
Anna,

Comment vas-tu ? Je sais que ça fait longtemps mais je ne peux m'empêcher de penser que


Mécontent, je froissai le papier et le laissai choir sur le sol. Encore un torchon, encore une mauvaise entrée en matière, encore quelque chose de raté. Plus par réflexe qu'autre chose, je me levai et me dirigeai dans la cuisine où je me servis un verre d'eau que je ne bus quasiment pas, jetant la moitié dans l'évier. Que pouvais-je bien lui dire alors que je ne l'avais pas vu depuis de longues semaines... Et que j'étais parti sans un au revoir.

Retournant dans ma chambre, je me réinstallai au bureau et tentai une énième fois de rédiger un petit mot convenable.



Chère Anna,

Je sais que cette réapparition soudaine doit te paraitre étrange. Je suis vraiment confus que nous nous soyons quittés ain


Introduction un peu plus longue, certes, mais tout aussi minable et ridicule que la précédente. Me saisissant d'une énième feuille, et trempant une fois de plus ma plume dans l'encrier cristallin, je réessayai...

Mes pensées se dissipèrent aussi vite que je reprenais contenance. Après quelques secondes d'immobilité, je baissai le regard et pus voir, à mon plus grand étonnement, une femme entrain de ramasser fruits et légumes.

"Oh, je suis sincèrement désolé. Je ne vous avais pas vu. Laissez-moi donc vous aider..." lui dis-je, horrifié de l'avoir si violemment bousculée. Cependant, elle repoussa la main bienveillante que j'avais tendu et s'affaira à ramasser rapidement le reste des aliments négligemment éparpillés sur le trottoir. Elle se releva alors tout aussi précipitamment et j’aperçus brièvement son visage humide des larmes qui s'écoulaient de ses yeux à moitié clos. Stupéfait, je restais là, accroupi, alors qu'elle repartait d'un pas mal assuré. Était-ce moi ou un tout autre facteur ? Fébrile et perdu, je me levai en me fustigeant intérieurement. Elle avait sûrement besoin d'aide, et je n'avais rien fait.

Dégoûté, je me remis en marche avant de m'arrêter quelques secondes plus tard dans un petit restaurant. M'installant en bout de salle, je commandai un plat aléatoirement en scrutant rêveusement les quelques personnes attablées tout autour de moi. Toutes avaient un comportement similaires : tête baissée sur leur assiette bien garnie, elles se lançaient quelques répliques bien peu enthousiastes entre chaque bouchée avant de renfoncer leur fourchette dans leur gosier déjà plein. Oui, c'est une critique de moi-même aussi... Mais je n'aime pas vraiment manger seul. Ce n'est pas agréable, et les gens accompagnés ne cessent de te jeter des regards interrogateurs et agressifs... Bref, une fois que je fus servi, je me mis à manger mon steak-frites - Pour faire dans l'original - lentement, me replongeant dans mes pensées.

Citation :
La lettre cachetée en main, et sur laquelle figurait un vague "Anna", je faisais les cents pas dans le petit salon lugubre en cette fin de journée. Devais-je le faire ou simplement me résigner... Et dans quoi étais-je en train de me lancer. Et si elle ne venait pas, ne répondait tout simplement pas à ma lettre ? J'étais complètement perdu, hésitant, torturé.

Finalement, après de longues minutes d'un regard vide et laiteux et d'une inaction totale, je me décidai enfin.

"Syrtinne, j'ai besoin de toi. Viens, sil-te-plait !" appelai-je dans le vide.

Une petit elfe apparut alors quasiment aussitôt dans un "Crac" sourd.

"Monsieur a fait demander Syrtinne ? Que peut faire Syrtinne pour Monsieur ?" me demanda la petite créature dans une révérence exagérée.

"Non, relève-toi sil-te-plait. Je t'ai dit que je ne voulais plus de ça... Et donc, oui. J'aimerais que tu ailles porter ça dans la chambre de Anna Ride, au boulevard Wood Stuff. Essaye de ne pas t'y faire voir et ne laisse aucune trace de ton passage." ajoutai-je en lui tendant l'enveloppe fermée.

"Syrtinne fera ce que le maitre désire. Syrtinne ne faillira pas à sa tâche." me dit-elle de sa voix fluette et aiguë.

"Merci..." répondis-je en un souffle avant qu'elle ne s'évapore dans un nouveau "Crac" sonore. Alors, je me dirigeai vers le canapé et m'y assis, inquiet...

Devant moi jonchait une assiette vide entourée par quelques miettes de pain éparses. Je ne m'étais même pas aperçu que j'avais terminé, les mains encore posées à plat sur la table. Tous les clients étaient partis et le barman nettoyait son immense poste de travail sur lequel étaient encore posés de grands verres à bière. Je me levai alors et me dirigeait vers lui. Je lui demandai l'addition et, plongeant la main dans ma poche droite, je sortis mes pièces moldus - Ils appellent ça des Livres Sterling - afin de payer la somme due en le remerciant allègrement pour le repas dont il ne me restait ni souvenir, ni goût, ni saveur.

Il était déjà 18 heures. Je m'étonnai d'avoir été servi si tard... Manger un véritable repas à 17 heures, ce n'était pas logique. Et il était encore moins logique d'y voir d'autres personnes manger... C'était soit trop tard pour un déjeuner, soit trop tôt pour un dîner... Rassasié, j'essayai de ne pas en tenir compte et me remis en marche. J'avais rendez-vous dans deux heures... Cela faisait beaucoup. D'un pas décidé, je cherchai du regard une vieille ruelle sombre dans laquelle je pourrai transplaner sans risque d'être vu. Je la trouvai après une dizaine de minutes de recherche assidue et m'y engouffrai avant de disparaitre.

Je réapparus dans mon salon. Ni une ni deux, je pris la direction de la salle de bain, me déshabillai et pris une douche froide. Par cette chaleur, c'était réellement agréable de sentir le liquide frais glisser le long de son corps. Après de longues minutes de délectation, je sortis en serviette et me choisis des habits sobres et peu extravagants. Il n'était pas question de me faire remarquer... Cela fait, je me saisis d'une petite boite percée posée sur le buffet et la posai sur la table. Je glissai de petits morceaux de viande par l'un des trous afin de calmer l'animal qui s'y dissimulait et fis apparaitre du papier cadeau. Après de multiples essais, je parvins enfin à emballer grossièrement la boite cartonnée que j'enroulai d'un joli bolduc rouge. Je rangeai enfin tout et enfilai une légère veste noire. Le ciel s'était bien assombri, laissant percevoir une nuit des plus obscurs et oppressantes. Me saisissant de mon petit cadeau, je transplanai une troisième fois.

Cette fois, j'apparus devant le bar dans lequel j'avais demandé à Anna de venir. Bordé par la Tamise, il était connu pour ses excellents nectars, certes un peu chers, mais tous délicieux. Je reconnus de suite l'antique façade sur laquelle était joliment gravé "Gordon Wine Bar". Je m'avançai dans la direction du vieux pub d'un pas résolu, laissant mes interrogations pessimistes derrière moi. Je poussai la porte et sentis dès alors l'excellente ambiance qu'exhalait le bar. Rires et musiques sur un fond paisible et tranquille. Très chic, comme endroit. Les murs de pierres et de bois portaient tableaux, horloges et antiquités innommables tandis que le plafond voûté indiquait une multitude de petites pièces entourant la salle principale. Je me dirigeai vers la barmaid, légèrement stupéfait, et demandai si une jeune femme aux cheveux couleur châtain et aux mèches blondes était arrivée. Aimablement, elle me répondit par l'affirmative et m'indiqua de tourner à gauche en contournant l'immense table de douze personnes et d'aller au fond de la petite pièce qui s'y trouverait. Je la remerciai et empruntai le chemin indiqué. Je débouchai finalement dans un endroit duquel s’échappaient rires et musiques entrainantes. Stressé, je cherchai Anna du regard et l'aperçus finalement attablée tout au fond, dissimulée par un vaste pilier. Après une rapide procession dans sa direction, je contournai subtilement la petite table ronde et m'assis face à elle. Je la regardai quelques secondes, gêné, et déposai la petite boite enveloppée devant elle en lui souriant faiblement. Que devais-je lui dire ? Que devais-je faire ? Finalement, je me relâchai légèrement et m'installai plus confortablement sur la chaise.

"... Comment te portes-tu ?" lui demandai-je après une légère hésitation, "Je t'ai apporté quelque chose... Rien de très important, mais bon..." C'était vrai. Offrir un boursoufflet n'était pas quelque chose de très prestigieux. Légèrement honteux, mais sans perdre contenance, je plongeai mon regard dans la flamme dévorant la bougie aux senteurs de jasmin.


Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Anna Ride, Dim 31 Juil 2011 - 19:14


Assise, l'épaule toujours contre le mur, Anna s'amusait à écouter les conversations des différentes personnes qui étaient dans la même petite pièce qu'elle. Il était toujours amusant d'entendre des couples se disputer sur des sujets tels que "Mais non, c'est pas de ma faute. C'est lui qui a freiné trop fort" ou encore "Pourquoi on a pris du rouge, tu sais bien que j'aime pas le rouge !". Un sourire aux lèvres, elle trouvait que sa journée se finissait mieux qu'elle n'avait commencée.

Ce n'était pas par hasard qu'elle était arrivée si tôt au petit bar à vins. Le fait qu'elle n'ait pas eu envie d'arriver en retard était une chose, mais c'était loin d'être suffisant pour quitter le QG précipitamment. Dans la matinée elle était allée à Northampton pour voir sa famille et n'avait pas été reçue aussi chaleureusement qu'elle l'aurait souhaité. Il était clair que depuis qu'elle était arrivée dans la faction, elle n'avait plus beaucoup de temps à accorder à son père ni à son petit frère. Elle savait pertinemment que si elle venait à être découverte par des personnes aux intentions plus qu'insalubres, il était fort probable pour que ses proches en pâtissent grandement et c'était hors de question. Alors elle prenait soin de ne venir qu'une fois par mois, et encore, c'était souvent sans prévenir.

Ce matin là, Fred - son père - avait eu une mauvaise journée dans son atelier. En essayant de restaurer un meuble ancien d'une grande valeur qu'il avait acheté, à un prix exorbitant chez un vieillard voulant se débarrasser de ses "vieux débris", il s'était rapidement rendu compte que le bois était rongé par les termites et qu'il ne pouvait rien en faire. Evidemment, le vieil homme affirmait qu'il n'en savait rien et refusa expressément de reprendre le meuble. Donc quand sa fille arriva comme une fleur dans son jardin dans un énorme craquement qu'il n'avait pas entendu depuis longtemps, il tempêta à son encontre avant même qu'elle n'ait pu dire un bonjour. Elle s'était excusée mais, malgré tout, son père ne voulait rien savoir.

Ils avaient alors entreprit une discussion des plus sérieuses et il était inquiet de ne pas savoir ce qu'elle faisait. Les Aurors étant illégaux aux moments des faits, elle n'avait pas l'intention de mettre son père dans de beaux draps. Elle avait beau lui dire qu'il serait bientôt au courant de tout ce qu'elle faisait - espérant au fond d'elle-même que le ministère allait bientôt évoluer dans le bon sens, même si ce n'était pas avec le personnel actuel que ça allait se faire - et qu'il n'allait plus avoir besoin de s'inquiéter. Il avait fini par lui dire que, de toute façon, son frère n'était pas à la maison et qu'elle ferait mieux de venir une autre fois. Vexée et attristée, elle l'avait entendu marmonner un "Tu es bien la fille de ta mère" avant de transplaner Boulevard Woodstuff.

Son sourire s'était effacé, laissant maintenant place à un regard vague et un visage sans expression. Repenser à cette matinée n'était finalement pas une très bonne idée. Se réinstallant rapidement sur sa chaise tout en croisant les jambes, elle regarda sur son poignet pour voir l'heure. Ah non, c'est vrai, plus de montre... Regardant en l'air à la recherche d'une quelconque pendule, elle aperçut une silhouette familière dans l'encadrement de la voûte faisant office de porte. Il n'avait pas changé d'un poil et était toujours aussi charmant. Il s'installa à la table sans même un bonjour et lui sourit presque timidement tout en déposant une petite boite orné d'un petit papier cadeau écru enroulé d'un bolduc vermillon.


« ... Comment te portes-tu ? Je t'ai apporté quelque chose... Rien de très important, mais bon...»

S'installant un peu plus confortablement dans sa chaise il avait simplement et naturellement engagé la conversation. Ils ne s'étaient pas vu depuis une éternité mais l'ambiance n'était pas si tendue qu'elle avait pu l'imaginer. Lui adressant un sourire qu'elle ne pouvait pas effacer de part son absolu ravissement de le trouver en face d'elle et tout en le remerciant par avance de cet attentionné présent, Anna se saisit du petit paquet qui semblait se dérober sous ses doigts.

« Tout va bien pour moi. Mais toi, comment vas-tu Damian ? »

Du bout des ongles elle défit le petit noeud rouge et fit glisser le ruban à côté du paquet. Qu'était-ce donc que cette chose qui gesticulait à l'intérieur ? Décollant le scotch avec précaution - elle n'aimait pas déchirer les paquets avec fougue, c'était toujours mieux de faire durer le plaisir - elle finit par détacher entièrement le papier qui entourait une boîte percée de petit trous. Regardant à l'intérieur, elle ne vit pas grand chose et entreprit de secouer la petite boite afin d'essayer de deviner de quoi il s'agissait. Mais en voyant l'air décontenancer du jeune homme en face d'elle lorsque qu'elle prit la boîte à deux mains, elle ne pu s'empêcher de reposer le paquet sur la table. Terminant d'ouvrir ce cadeau, elle souleva délicatement le petit couvercle.

Une toute petite boulle de poils de couleurs pourpre était sagement installée à l'intérieur. Un boursouflet ! La jeune femme leva la tête et décocha un charmant sourire à Damian. Quelle délicate attention que de lui offrir ce petit animal. Elle pensa soudain à Brownie, son fléreur, qu'elle avait obtenu depuis peu et qui était du genre vorace. Il ne fallait pas que le petit animal violet se retrouve seul à seul avec le félin, sinon il y allait avoir un bain de sang.

Heureusement que les deux jeunes gens étaient dans un petit coin de la pièce, presque entièrement dissimulés derrière un poteau en pierre car il aurait été mal venu de montrer cet étrange animal à la population moldue se trouvant dans le bar avec eux. Par précaution, elle sortit sa baguette en pointant l'animal. Elle informula un petit sortilège d'invisibilité afin que le boursouflet qu'elle venait de recevoir n'attire pas les regards. Une fois fait, elle le laissa sortir de sa petite boite lui servant de cage lui permettant d'aller où bon lui semblait, tout en restant près d'eux. L'adorable animal vint se confiner docilement sur les genoux de sa nouvelle propriétaire en émettant un petit bourdonnement de satisfaction.

Ravie du choix de son ex-collègue, elle le remercia une dernière fois tout en lui disant qu'il était maintenant temps de trouver à cette petite boule poilue un joli nom. Mais ils n'eurent pas le temps d'approfondir le sujet car la serveuse qu'elle avait vu au comptoir de l'entrée vint jusqu'à eux pour prendre leur commande. Oups, elle n'avait pas du tout regarder la carte qui était pourtant posée juste devant eux.


« Bonsoir messieurs, dames. Que souhaiteriez-vous ? »

Son bloc note en main, la jeune femme s'adressa aux deux protagoniste avec un sourire avenant, bien que commercial. Anna et le jeune brun se regardèrent dans l'espoir que l'autre ait une idée de ce qui se faisait dans le bar mais finirent par comprendre qu'aucun d'eux n'était fin connaisseur en vins. Anna tourna la tête vers la barmaid en lui demandant si elle pouvait lui proposer des vins réputés chez Gordon's Wine Bar tout en conservant un prix raisonable, car elle ne roulait pas sur l'or la demoiselle. Se rendant vite compte que c'était leur première fois dans ce genre d'institution, la serveuse leur conseilla de prendre des verres à la carte au lieu de se lancer dans une bouteille. Comme ça, ils pourraient chacun découvrir différents vins et apprécier leurs goûts à leur juste valeur. La blondinette fût charmée par l'idée et laissa libre court à l'imagination de la serveuse en lui disant qu'elle lui faisait confiance quant aux choix des verres. Toujours son sourire aux lèvres, la demoiselle expliqua qu'elle commencerait d'abord par leur servir un petit "Sauvignon de Touraine" qui était un vin blanc léger. Puis, pour continuer dans la lancée elle leur proposa d’enchaîner avec un "Fat Bastard Chardonnay" qui était une spécialité de la maison. Par la suite, elle leur conseilla de voir en fonction de leurs désirs si ils voulaient continuer dans le blanc ou dériver vers des vins plutôt rouges.

Absolument ravie par le professionnalisme de la jeune femme, Anna ne pu qu'approuver ses alléchantes propositions quant aux divers vins qu'elle allait bientôt avoir en sa possession. Bien qu'elle ne soit pas une grande amatrice de ces nectars parfumés, elle aimait de temps en temps s'y attarder afin de les apprécier comme il se devait de le faire. La barmaid prit donc la commande et s'éloigna vers les autres tables. Anna sentit soudain quelque chose lui chatouiller le nombril : c'était le petit boursouflet qui venait de se glisser sous sa robe et tâtait un peu la marchandise. Retenant un rire surpris, elle le fit descendre en tapotant la bestiole du bout de l'index à travers sa robe et alla le récupérer quand celui-ci arriva au niveau de sa cuisse. L'intimant, sur un ton amusé tout en le pointant du doigt, de ne plus trop recommencer ce genre d'action en public sous peine de retourner dans la petite boîte, elle le replaça sur ses genoux. Redressant sa tête, son sourire persistant aux lèvres, elle entreprit de reprendre sa conversation avec le jeune homme perdu de vue depuis un certain temps.


« Qu'as-tu fait pendant tout ce temps, dis-moi ? »

La jolie blonde se pencha légèrement en avant, installant ses coudes sur la table en bois brun tout en croisant les mains afin de poser son menton dessus. Elle estimait avoir droit à quelques petites explications vis à vis du brun assis en face d'elle. Certes, ils n'avaient pas tisser des liens très soudés mais il ne lui avait pas envoyé cette lettre pour simplement aller se saouler dans un bar. Il l'avait dit lui-même : il voulait lui expliquer des choses et elle espérait bien qu'il était du genre à tenir parole.
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Sam 10 Sep 2011 - 17:26


Rily avait dormi horriblement mal. Et elle s’était une fois de plus levée aux aurores. C’était chaque matin la même chose et elle se lassait de cette routine qui déstabilisait chaque jour un peu plus ses cycles du sommeil. Malgré la potion fortement recommandée par elle-ne-savait-plus-qui, ses nuits étaient toujours cauchemardesques. C’était terriblement fatiguant, et heureusement qu’elle récupérait facilement, sinon sa vie ne serait qu’une suite de journées et de nuits sans fin, aussi éreintantes les unes que les autres. Mais pour une fois, elle avait une bonne excuse pour s’extraire de ses draps si tôt. Elle avait rendez-vous avec Aymeric Burton, le petit copain de sa meilleure amie, Luna Lovely. Elle ne l’avait plus vu depuis bien longtemps, et elle allait profiter de cette rencontre pour prendre de ses nouvelles. Mais ce n’était pas son unique but, sinon elle aurait invité directement Luna et pas son amoureux. De plus, elle n’avait fréquenté Aymeric que quelques fois en classe, ils s’étaient plus ou moins bien entendu et avait gardé de bonnes relations. En gros, elle était la personne idéale pour l’aborder. Le plus dur avait été de trouver une excuse pour l’inviter à prendre un petit déjeuner à deux, sans Luna, dans un petit restaurant sympa au bord de la Tamise. C’est là qu’elle devait se rendre, dans moins d'une heure.

Lettre:
 

Elle avait trouvé son excuse lorsqu’une jeune fille, un peu naïve il fallait l’avouer, lui avait demandé si elle pouvait emballer un boursouflet dans du papier cadeau. Son ricanement avait mourut dans sa gorge en même temps que son idée avait germé, et elle s’était contenté de sourire en lui répondant que, non, mais qu’elle pouvait mettre un ruban sur sa
cage. Finalement, elle avait attendu que la fille sorte pour mourir de rire avec ses collègues. L’incident clos, elle s’était empressé d’écrire et d’envoyer sa lettre. La réponse affirmative lui était rapidement parvenue, et la voilà, debout à 6 heures.

Après un court séjour sous la douche, elle enfila un joli tee-shirt, un jean, une veste et une écharpe. La matinée était fraiche en Angleterre, et elle ne voulait pas attraper froid, d’autant que le restaurant était plus agréable en terrasse. A 7h moins 10, elle s’empara de son sac et transplana. Quelques secondes plus tard, elle se retrouva dans l’ombre d’une maison, bien cachée des regards. Elle vérifia que personne ne la voyait, puis elle sortit. Le restaurant n’était pas bien loin. Déjà ouvert malgré l’heure matinal, sa façade claire et fleurie contrastait avec les bâtiments sobres autour. De petites tables étaient disposées sur une terrasse tout aussi fleurie et de douces senteurs discrètes de fleurs remplaçaient volontiers l’odeur parfois peu ragoutante de la Tamise, à côté. Le soleil était tout juste levé, éclairant d’une douce lumière orangée le resto’.

Elle s’installa tranquillement à une table, un peu à l’écart et à l’ombre. Elle frissonna, mais resta sur son choix. La jeune femme prit ses aises, et refusa poliment de donner sa commande, prétextant qu’elle attendait quelqu’un, ce qui était vrai d’ailleurs. Ses yeux verts brillant d’une lueur joyeuse, elle scruta la rue, dans l’attente de son ami, si elle pouvait le qualifier ainsi.

- Un rendez-vous, mademoiselle? Souhaitez-vous que je vous fournisse un bouquet de fleur pour l'heureux élu de votre coeur? s'enquit le serveur, accoudé au mur près d'elle. Elle sursauta et se retint de fusiller le jeune homme.

- Un rendez-vous, en effet, mais qui ne vous concerne en rien, et je me passerais volontiers de vos fleurs vu que l'ami que je rencontre à déjà une fiancée et que nous ne nous retrouvons qu'en terme professionnel, si je puis dire. Je vous appellerais quand j'aurais besoin de vous, merci.

Déçu, le serveur s'éclipsa, non sans lui avoir lancé un dernier regard. Rily soupira. Depuis qu'elle avait prit un centimètre et que ses formes s'étaient un peu développé, elle s'attirait les regards des messieurs. Et elle s'en serait volontiers passé, même si ces atouts pourraient se montrer utiles lorsque son coeur aurait trouvé quelqu'un pour qui cogner. En attendant, elle se contentait de repousser gentiment les avances. La jeune femme était heureuse de s'entretenir avec Aymeric, car lui, au moins, était déjà presque marié et ne vivait que pour Luna. Elle n'avait aucun souci à se faire et pouvait appréhender l'entretient sans se demander si ça allait finir en déclaration. Tant mieux. Elle pouvait respirer un peu!


Dernière édition par Rily Dacker le Dim 11 Sep 2011 - 20:33, édité 2 fois (Raison : Problème d'édit)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Sam 10 Sep 2011 - 18:36


Aymeric avait reçu une lettre il y a deux ou trois jours de cela, pour le moins... Surprenante, puisqu'elle venait d'une personne qu'il avait côtoyé à Poudlard. C'était la meilleure amie de Luna... Rily Dacker. "Qu'est-ce qu'elle me veut ?" se dit Aymeric quand il ouvrit la lettre

lettre de Rily:
 


Une fête ? Dommage, Aymeric avait prévu une petite soirée rien que pour eux deux, mais Rily était tout de même une amie à Luna avec qui le jeune sorcier avait réussi à parler sans un mot déplacé - c'était un exploit pour lui -. Ainsi, plus par politesse que par réelle envie, il prit une plume et répondit à Rily

lettre d'Aymeric:
 

Il avait fait court, mais, comme Rily l'avait précisé dans sa lettre, elle préférait en parler de vive voix. Peut-être avait-elle peur que la principale concernée puisse débarquer en plein milieu de leur conversation. Aymeric donna a manger au phénix, avant d'accrocher la lettre à ses pattes. Il le regarda s'envoler en pensant avec une légère irritation "Et une soirée d'amoureux ratée une !"

LE JOUR J

Quelques jours plus tard, le réveil d'Aymeric sonna avec un retentissant "LÈVE TOI FAINÉANT" répété en boucle jusqu'à ce qu'il l'éteigne. "Il faut que je pense à changer cette sonnerie un jour" se dit Aymeric en appuyant sur le bouton d’arrêt. Il prit une douche rapide, s'informa sur la météo de Londres (ciel nuageux mais pas de précipitation, température comprise entre 3 et 4°C)

Aymeric s'habilla alors chaudement, il enfila un jean délavé, une chemise noire à manche longue, et prit une longue veste, aussi noire, pour sortir. Il ne connaissait pas l'adresse qui était jointe à la lettre, mais il connaissait un quartier à proximité. Aymeric visualisa ce lieu et transplana. Il regarda une nouvelle fois l'adresse qu'il avait et se dirigea vers la bonne direction en suivant les panneaux.

Arrivé à la hauteur du restaurant indiqué, il repéra rapidement Rily qui était déjà installé à une table... A l'ombre... Comme s'il ne faisait pas assez froid. D'une démarche assurée et les mains dans les poches, il rejoignit la jeune femme et arrivant à sa hauteur, lui dit avec une voix amicale et chaude
-"Salut Rily ! Comment tu vas depuis la dernière fois qu'on s'est vu ?"

Il regarda rapidement la jeune fille et pu distinguer une lueur de joie. Un peu étrange pour une simple organisation de fête....
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Sam 10 Sep 2011 - 22:18


Patiente, Rily s'était appuyée contre le dossier de sa chaise. Elle resserra son écharpe, retint un frisson et une envie folle de changer de table pour aller au soleil, en plein milieu de la terrasse. Si elle était déserte pour le moment, la jeune femme savait que cela ne durerait pas et que, rapidement, des oreilles indiscrètes s'installeraient un peu partout autour, surtout au soleil, et elle n'avait pas du tout envie qu'on l'entende. Sorciers ou moldus. Aucun des deux ne devaient capter le moindre mot de leur conversation. Au pire, elle utiliserait un bon vieux Assurdiato, si quelqu'un s'avisait de s'installer à proximité.

Lorsqu'elle vit apparaître un bout de noir, la Phénix ne douta pas une seconde que ce fut Aymeric, et il lui donna rapidement raison en s'avançant vers elle, visiblement mécontent qu'elle ait choisi une place à l'ombre. Elle était tout à fait d'accord mais ne l'aurait avoué pour rien au monde, trop heureuse de voir qu'il avait tenu son engagement. Elle se doutait bien qu'elle l'ennuyait profondément, mais qu'il faisait ça pour Luna, bien qu'il aurait surement volontiers préféré se charger de l'anniversaire de sa fiancée seul. Cette pensée arracha un sourire invisible à Rily. Elle finissait elle-même par croire à son demi-mensonge. Mais bon, peut-être organiseraient-ils vraiment une fête,au final? Bah, elle verrait bien la tournure qu'allait prendre les évènements.

- Salut Rily ! Comment tu vas depuis la dernière fois qu'on s'est vu ?
lui lança-t-il en arrivant à sa hauteur, et une étincelle de joie s'alluma dans le regard de la Phénix. Il n'avait pas l'air si mécontent de la voir finalement.

- Salut, Aym! Depuis une bonne demi-douzaine d'année, tu veux dire? Et bien, ça va, je suppose. Et toi ? A quand, le mariage ? lui demanda-t-elle en lui faisant un clin d'oeil, puis elle l'invita d'un geste à s'asseoir.

Il lui suffit de quelques secondes pour se rappeller la véritable raison de sa présence ici. Le recrutement. Bon sang, si elle ne faisait pas attention, elle allait finir par oublier ! Rily se souvenait parfaitement des raisons qui avait poussé l'Ordre à l'envoyer "recruter" Aymeric. Il se faisait le meilleur possible face à ses ennemis et ses "inférieurs", en force, en âge, etc, et ses "supérieurs", soient ils les respectaient parce qu'ils étaient dans son camp ou ne lui avaient rien fait, soit ils étaient ennemis et cela revenait au fait qu'ils se faisaient le meilleur possible pour les battre. Puis, il défendait sa cause quoi qu'il arrive. Du genre à respecter l'autorité avec laquelle il est d'accord. Ses actes et sa façon de pensée, bien renseignée par Luna et argumentée par Rily, avait poussé le choix sur le jeune Sang-Pur. Quiconque ne le connaissait pas aurait peut-être eu plutôt tendance à croire qu'il irait batailler avec les Mangemorts, certainement aux côtés de sa tendre et douce. Mais il suffisait de le connaître un peu pour changer d'avis.

La jeune femme sortit de ses pensées, et appela le serveur. Il s'approcha, son sourire commercial aux lèvres, et lui demanda ce qu'il pouvait faire.

- Deux petits déjeuners classiques s'il vous plaît, commanda-t-elle avant de se tourner vers Aym: si tu as faim bien sur.

Le serveur s'en retourna avec la commande finale, et Rily se retrouva seule avec le peut-être-futur-Phénix. Bien. Elle allait devoir commencer, naturellement, et dévier la conversation le plus vite possible. Elle sortit un calepin de son sac (un parchemin aurait été un peu étrange dans ce lieu) et feuilleta les pages jusqu'à tomber sur un petit croquis d'une salle de fête, telle qu'elle s'était amusée à la faire pour une prétendue fête. Elle s'était beaucoup amusé à faire ce plan qui risquait fort d'être parfaitement inutile. Mais elle avait besoin de faire comme ci elle prenait l'affaire très au sérieux, ce qui était peut-être un peu le cas.

- Bien, regarde, c'est une salle que j'ai trouvé, absolument magnifique, qui pourrait convenir je pense. J'ai dessiné les tables, telles qu'elles seraient disposées pour le repas, des elfes les déplaceront après pour la soirée dansante. Le bâtiment où se situe cette salle possède aussi des chambres à l'étage, comme ça si quelqu'un... ou plusieurs personnes veulent un peu d'intimité ou ne souhaitent pas rentrer chez eux, ils pourront dormir, il y a suffisamment de place. Par contre, pour la déco... je pensais faire un thème, un truc qui plaise à Luna, tu vois? Et... j'ai plutôt l'impression qu'elle a une tendance...cagoulée, si tu vois ce que je veux dire. Qu'est-ce-que tu en penses, pour l'instant ? commença-t-elle avec vigueur.

Elle ne précisa pas sur quoi elle voulait sa pensée: le décors, la salle, le bâtiment, ou la... tendance cagoulée de Luna. C'était la seule excuse qu'elle avait trouvée pour entamer la dérivation. Si cette chance passait, elle priait pour en avoir une deuxième. Et puis, au pire, elle forcerait les choses. Mais discrètement. C'était le maître mot: discrétion, et il s'associait volontiers avec prudence. Et Rily devait aussi garder en tête que Aymeric ne pensait pas forcément à l'Ordre du Phénix à longueur de temps et que si, elle, guettait la moindre trace d'une quelconque info dans chaque phrase prononcée, il n'en était pas de même pour tout le monde, et encore moins dans le cas d'un jeune homme qui n'était pas encore engagé et n'imaginait peut-être même pas rejoindre les Pioupious. Cela faisait beaucoup de choses à penser, mais elle s'en savait capable et comptait bien le prouver.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Dim 11 Sep 2011 - 10:24


Rily avait répondu à Aymeric avec un clin d’œil, en posant une question, pour le moins... Sensible :
-"Salut, Aym! Depuis une bonne demi-douzaine d'année, tu veux dire? Et bien, ça va, je suppose. Et toi ? A quand, le mariage ? " puis le serveur arriva pour leur proposer ses services. Proposition à laquelle la jeune femme répondit favorablement "Deux petits déjeuners classiques s'il vous plaît. Si tu as faim bien sur."

Aymeric sourit
pour confirmer la commande, en s’asseyant et lui expliqua :
-"Depuis ma sortie de Poudlard, je cherche du travail ici ou là" commença-t-il le regard un peu dans le vide, en fait, sans que Rily puisse le remarquer, il l'observait, pour voir ce qui avait changé chez elle. Au final pas grand-chose, à part que ses formes féminines c'était pour le moins... Développée ; elle qui se plaignait de sa poitrine... "En cette demi-douzaine d'années comme tu dis, les relations avec mon père n'ont fait qu'empirer, il a comprit que je n'étais plus seulement son fils, mais aussi une personne qui pouvait maintenant se défendre" au fur et à mesure de son récit sa voix se faisait plus basse, il avait éviter de prononcer le mot "sorcier" dans ce lieu moldus "Du coup, je suis partis de chez moi. Je vois Luna de temps en temps mais..." il laissa un temps de pause et conclu en soupirant "Le mariage se retrouve très compromis pour le coup."

Effectivement, la dernière fois qu'il avait vu ses parents, Aymeric s’apprêtait à lancer un sort à son père, qui, bien dosé aurait pu le tuer. Heureusement (ou malheureusement selon le point de vue) sa mère est intervenue en le voyant passer une main dans sa poche... Depuis, il s'était fait la promesse de se venger de tout ce que lui avait fait subir son père, si jamais il revenait... Il n'avait donc aucune nouvelle de sa famille, et vivait presque en solitaire. Heureusement que Luna le soutenait dans certains moments. "Pour vivre heureux, vivons cacher" tel était la vie d'Aymeric à présent.

Sans qu'il s'en aperçoive, Rily avait sortit un carnet et avait déjà commencé son explication, Aymeric n'entendit que la fin de son petit discours explicatif :
-"... je pensais faire un thème, un truc qui plaise à Luna, tu vois? Et... j'ai plutôt l'impression qu'elle a une tendance...cagoulée, si tu vois ce que je veux dire. Qu'est-ce-que tu en penses, pour l'instant ?"

Aymeric, sorti de ses pensées, jeta un rapide coup d’œil au calepin et vit un plan de salle, il comprit que la jeune sorcière devait parler de la déco... Cagoulée ? Aymeric ne comprit pas vraiment de quoi elle parlait, peut-être avait-il louper une grande partie des paroles de l'amie de Luna. "Je commence bien" se dit-il avant de lui répondre.
-"Euh... Non j'avoue que je ne vois pas trop de quoi tu veux parler. Pour la déco, évites évidemment les décors 100% filles... Mais pour sa tendance cagoulée... Elle a beau être un peu mystérieuse, elle n'est pas non plus du genre à se balader dans la rue camouflée, si c'est de ça que tu parles..." à sa voix, l'on pouvait sans mal percevoir son incompréhension totale.

Aymeric se demandait de quoi parlait Rily. Oui, c'est vrai il voyait moins sa fiancée en ce moment, mais de là à ne pas connaitre ses goûts, c'était exagéré !
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Dim 11 Sep 2011 - 12:19


Rily apprit que Aymeric cherchait, depuis sa sortie de Poudlard, du travail. La jeune femme dut retenir un sourire ; il voulait du travail, il allait être servit. Mais peut-être pas le genre de travail qu'il s'imaginait... Elle apprit aussi que ses relations avec son père avait empirer - ce qu'elle comprenait, elle-même n'avait pas quitté ses parents en bons termes, et elle se demandait s'ils n'avaient pas finit par s'entre-tuer suite à son départ - et qu'il voyait moins Luna, donc que le mariage était compromis. Rily, qui avait abordé la question dans la plaisanterie, se retrouvait avec une information gênante. Elle savait à quel point sa meilleure amie aimait Aymeric, et le fait que le mariage puisse ne pas avoir lieu devait surement lui torturer l'esprit nuit et jour. D'autant qu'Aym avait quitté le foyer familial. Pourquoi n'allait-il pas la voir?

Sans trop se préoccuper de ses questions, qui trouveraient forcément réponses quelque part, elle entreprit de lui expliquer son choix de salle, etc. La jeune femme ne fit pas attention au fait que son ami n'ai écouté que la moitié de ce qu'elle avait raconté, par contre elle fut surprise de sa réponse.

-"Euh... Non j'avoue que je ne vois pas trop de quoi tu veux parler. Pour la déco, évites évidemment les décors 100% filles... Mais pour sa tendance cagoulée... Elle a beau être un peu mystérieuse, elle n'est pas non plus du genre à se balader dans la rue camouflée, si c'est de ça que tu parles...

Rily poussa un soupir ironique. Oui, c'est vrai qu'elle n'imaginait pas Luna se balader caché sous une cagoule noire, enveloppée dans une cape la dissimulant entièrement aux yeux des passants. Mais là n'était pas la question. Elle se devait de garder le sujet là où elle voulait l'envoyer. Et le fait qu'Aymeric ne l'aide pas vraiment lui importait peu: elle y arriverait, coûte que coûte. Même si elle devait appuyer davantage les sous-entendus, tout en faisant attention aux oreilles indiscrètes.

- Je ne comptais pas faire la salle en rose bonbon avec des petits coeurs volants - quoique ce serait une sacrée surprise pour la concernée -, mais, pas tendance "cagoulée", j'entends son... (elle baissa la voix et se pencha vers lui pour que personne n'entende) penchant magie noire, genre un décors bien morbide, comme elle aime, peut-être faire une soirée "déguisée", ou l'on viendrait masqué, un peu comme les mangemorts "modernes", qui ont délaissé leur vieux masques voldemoresques... Elle a un penchant mangemoresque n'est-ce-pas? Même si, moi, ça ne me plaît pas... enfin toi peut-être que ça ne te dérange pas, qu'elle soit de ce côté-là...

Son discours avait bien dérivé, on sentait dans sa voix, même basse, que c'était un sujet qu'elle voulait aborder depuis longtemps. Elle était tout à fait satisfaite de son coup de théâtre. Sa mine soucieuse pouvait être interprétée de façon différente, et elle croisait les doigts pour qu'Aymeric la mette sur le compte d'une envie réduite de voir sa meilleure amie chez les m&m's. Elle espérait aussi qu'Aymeric lui donnerait ses impressions sur la magie noire. Ses problèmes avec ses parents prouvaient en partie prouver qu'ils n'étaient pas d'accord avec eux... restaient à vérifier sur quel plan ils n'étaient pas d'accord. Elle lui demanderait après.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Dim 11 Sep 2011 - 17:31


Rily soupira et répliqua à Aymeric avec un étonnant empressement :
-"Je ne comptais pas faire la salle en rose bonbon avec des petits coeurs volants - quoique ce serait une sacrée surprise pour la concernée -, mais, pas tendance "cagoulée", j'entends son..." sa voix baissa pour prendre un ton de confidence "Penchant magie noire, genre un décors bien morbide, comme elle aime, peut-être faire une soirée "déguisée", ou l'on viendrait masqué, un peu comme les mangemorts "modernes", qui ont délaissé leur vieux masques voldemoresques... Elle a un penchant mangemoresque n'est-ce-pas? Même si, moi, ça ne me plaît pas... enfin toi peut-être que ça ne te dérange pas, qu'elle soit de ce côté-là..."

Le soudain empressement de Rily, était peut-être dû à l’inquiétude de voir Luna dériver du côté obscur de la force , enfin du côté de la magie noire.
"C'est vrai, qu'elle a une légère préférence pour la magie noire" commença Aymeric prit aussi le ton que Rily avait elle-même prit, pour lui aussi éviter les oreilles indiscrètes "Il faut avouer que les objets de cette magie, peuvent être bien pratique parfois..." Aymeric essaya de s'imaginer Luna en mangemort puis continua "Je pense qu'en déguisement ça lui irait bien oui mais..." il afficha un sourire un peu inquiet "J'espère seulement, que son penchant mangemoresque, n'est qu'une sorte de mode passagère chez elle, je n'ai pas envie de la voir basculer totalement là-dedans..." il conclut en souriant "[colorblue=green]Mais, pour une soirée, pourquoi pas ?![/color]"

Aymeric
avait presque oublié ce détail sombre de Luna. Depuis quelques années maintenant, elle semblait montrer un intérêt croissant à la magie noire, mais aussi, et surtout, aux mangemorts. Aymeric aussi s’intéressait un petit peu à la magie noire, certains aspects de celle-ci étaient extrêmement intéressants, mais le grand défaut des mangemorts, était qu'ils se servaient de cette magie à outrance, tuant des innocents et semant ainsi la tristesse. Ces mages noirs, n'avaient pas de respect pour la vie, Aymeric espérait pouvoir empêcher Luna de rejoindre ces sorciers...

Oui, elle pouvait être... Froide et sans cœur parfois, mais elle ne pouvait pas aller rejoindre ce groupe de sorciers noirs craint dans le monde entier. Aymeric n'arrivait jamais à voir "sa" Luna dans ce rôle. Une question le torturait depuis quelques temps, mais il n'avait pu en parler à personne, le jeune sorcier se dit que Rily saurait peut-être répondre à cette question :
"Tu penses qu'elle pourrait passer dans l'illégalité ?" dans sa voix pointait une légère inquiétude.


__________________________________________________________________________


HRPG : Désolé il y a des problèmes de mise en page au niveau de la police >7<
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Dim 11 Sep 2011 - 19:36


Rily ne tarda pas à apprendre que Luna avait, effectivement, une légère préférence pour la magie noire, qu'Aymeric pensait que, effectivement, les objets de cette magie pouvait s'avouer pratique - ce que Rily ne démentait pas, bien que ce soit un peu à contrecoeur - parfois, qu'il trouvait que Luna irait bien en déguisement mangemort, et qu'il espérait seulement que penchant magie noire n'était qu'une periode de mode passagère et qu'il n'avait pas envie de la voir entièrement basculer là-dedans. Bien, un point pour Aymeric. S'il ne désirait pas voir sa fiancée tomber là-dedans, c'est qu'il rechignait un peu à pratiquer ou même à aimer la mauvaise magie. Il ajouta que "pour une soirée, pourquoi pas", mais la jeune femme l'entendit à peine, trop occupée à envisager la suite. Il fallait que ça ne tombe pas dans l'interrogatoire et qu'elle oublie la raison principale, officiellement, pour laquelle elle était là. Il fallait mélanger les deux, faire un cocktail qui se prêterait volontiers à l'un et à l'autre, pour que ce soit insoupçonnable, et qu'elle puisse s'attaquer à la partie plus délicate. Elle fit mine de réfléchir, ce qui n'était pas bien difficile puisque c'était ce qu'elle faisait, elle prit une nouvelle page de son calepin et griffonna quelques mots pour elle-même.Tu penses qu'elle pourrait passer dans l'illégalité ? lui demanda-t-il d'une voix empreinte d'anxiété.

Rily leva vers lui des yeux verts brillant. On lisant dans son regard un sérieux déroutant. Elle allait poser une question improvisée, et il avait intérêt à ne pas répondre par une pirouette pour éviter de devoir donner son avis. Sinon, gare à lui. Elle ne se laisserait pas faire. Son but était clair et précis. Elle l'atteindrait. Elle en était persuadée et se le répétait sans cesse pour ne pas l'oublier.

- Si cela arrivait, alors elle aurait affaire à moi. Mais toi, qu'est-ce-que tu ferais si ça arrivait ? Tu serais capable de la suivre ? Tu en ferais ta voie, même si tu n'étais pas sur ? Je... je te connais combatif, Aymeric, tu as dit toi-même que tu étais à présent capable de te défendre. Et... elle feint le trouble: et si Luna tournait mal et devenait... irrécupérable, tu la rejoindrais ? Ou tu serais capable de te battre du bon côté pour la ramener... ou l'empêcher de nuire ? lui demanda-t-elle. Puis elle se sentit obligé d'ajouter: Je n'ai pas envie de me battre seule contre elle et le camp qu'elle choisirait, tu comprends ? J'envisage toutes les possibilités, même si certaines ne me plaisent pas.

Cette fois, elle était profondément engagée dans la conversation. Elle avait besoin d'une réponse franche, elle l'avait fait sentir dans sa voix, son regard, son attention. La crainte de se retrouver seule était, bien sur, tout à fait bidon. Elle avait l'Ordre derrière elle, et elle comptait bien faire en sorte de ne pas avoir à affronter sa meilleure amie. Avoir Aymeric de leur côté serait un bon atout, en plus, même si Luna ne devrait jamais être au courant.

La jeune femme prenait soin de peser ses mots, de telle sorte à ce qu'ils ne contiennent aucune information compromettante. C'était un travail de réflexion immédiate peu évident, mais elle se félicitait d'y réussir. Pour l'instant, c'était assez simple, et les avertissement de Nathalie résonnait en elle, l'avertissant à la plus grande prudence. Elle se faisait prudente. Du moins, elle essayait un maximum. Ne jamais compromettre l'Ordre était une obligation. Si elle trahissait cela, elle risquait de mourir, mais il n'y avait pas que ça. Plus le temps passait, plus elle accordait de l'importance à l'Ordre du Phénix. Elle s'y était attachée et se sentait prête à tout faire pour lui. Défendre sa cause à tout prix. Réussir. Attacher Aymeric à l'Ordre. Elle n'arrêtait pas d'y penser, de façon incontrôlable, et cela lui donnait la force de poursuivre la conversation, avec prudence. En plus, elle attachait une importance première à la réponse de son interlocuteur. La question était délicate. Elle lui laissait le temps de la réflexion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Dim 11 Sep 2011 - 21:58


L'ancienne Serdaigle regarda Aymeric quand il posa sa question. Celle-ci semblait avoir déclenché un véritable torrent de parole de la part de Rily, Aymeric se demanda même si elle avait reprit son souffle :
-"Si cela arrivait, alors elle aurait affaire à moi. Mais toi, qu'est-ce-que tu ferais si ça arrivait ? Tu serais capable de la suivre ? Tu en ferais ta voie, même si tu n'étais pas sur ? Je... je te connais combatif, Aymeric, tu as dit toi-même que tu étais à présent capable de te défendre. Et... et si Luna tournait mal et devenait... irrécupérable, tu la rejoindrais ? Ou tu serais capable de te battre du bon côté pour la ramener... ou l'empêcher de nuire ? Je n'ai pas envie de me battre seule contre elle et le camp qu'elle choisirait, tu comprends ? J'envisage toutes les possibilités, même si certaines ne me plaisent pas."

Aymeric fut surpris par toutes ces questions. Ils étaient sensé parler de préparer une fête, et les voilà qu'ils parlaient de Luna et de son penchant mangemort. En plus, toutes ses questions, n'avaient aucune réponse pour Aymeric, il était incapable de savoir ce qu'il ferait dans le cas échéant. Il ne peut pas savoir... Rily parlait aussi de la combattre, mais il faudrait déjà savoir que Luna était mangemort, pour pouvoir se faire. Et puis même ! La combattre... Cela semblait improbable pour Aymeric.

D'un seul coup, son visage, qui affichait, depuis le début de cette conversation, un sourire amical, se ferma. Aymeric observa Rily. Mais pourquoi posait-elle toutes ces questions ? Luna faisait-elle déjà partie des mangemorts ? Cette fête surprise était-ce en fait qu'un guet-apens ? Le jeune sorcier répondit à Rily, cette fois, sa voix avait perdu son ton amical. Elle était sèche, Aymeric fut même surpris d'entendre sa propre voix, mais il ne leva pas la voix, il ne voulait pas que cette conversation s'ébruite :
-"Ce n'est qu'une supposition, la priorité n'est pas de savoir ce que je ferai si elle passait de l'autre côté, mais comment l’empêcher qu'elle fasse ce pas de travers"

Aymeric observait Rily, impossible de louper son regard cette fois-ci. Il sondait la jeune femme qui était devant lui. Il essayait de déceler des signes qui pouvaient montrer un certain trouble... Mais, le serveur arriva avec les commandes, déposa le plateau sur la table, avec son sourire toujours aussi hypocrite et commercial pour leur souhaiter un bon appétit. Il déposa ensuite la note, plus du côté d'Aymeric et partit. Le sorcier, jeta un rapide coup d’œil à l'addition, surtout pour détourner le regard de Rily... Il risquait de s'énerver s'il croisait à nouveau ses yeux verts...
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Ven 16 Sep 2011 - 20:02


Lorsqu'Aymeric lui répondit, elle comprit qu'elle était peut-être aller un peu loin, et sa confiance inhabituelle prit un sacré coup dans l'aile. Le ton sec employé par son interlocuteur la perturba plus que nécessaire.

- Ce n'est qu'une supposition, la priorité n'est pas de savoir ce que je
ferai si elle passait de l'autre côté, mais comment l’empêcher qu'elle fasse ce pas de travers ?
lui demanda-t-il.

Rily se mordilla la lèvre et un air terriblement gêné se peignit sur son visage. Rien de théâtral, puisque c'était ce qu'elle était. Gênée. Il fallait qu'elle rattrape le coup, et surtout qu'elle fasse attention à ce qu'elle disait. Finalement, elle qui avait cru se débrouiller comme une chef se rendait compte qu'en fait, elle se déplaçait à tâtons, dans le noir, sur un terrain inconnu qu'elle testait à l'aveuglette. La jeune femme s'offrit le luxe de la réflexion, tandis que le serveur amenait le petit déjeuner (tiens, Lyl l'avait presque oublié, lui) et leur souhaitait bon appétit. La tête blonde lui accorda à peine un regard, elle préféra plonger dans son sac pour chercher de l'argent moldu, qu'elle déposa dans la petite soucoupe avec le ticket de caisse. Elle prit un croissant et mordit dedans. Peut-être qu'elle réfléchirait mieux le ventre plein. Mais, consciente qu'elle ne pouvait pas laisser le silence s'étirer ainsi, elle prit la parole:

- Excuse-moi, mais ce sujet me perturbe un peu, je me suis emportée... commença-t-elle pour s'excuser. C'est vrai que pour l'instant, la combattre n'est pas le problème immédiat et je n'en ai pas plus envie que toi, sans doute. Il y a cependant une solution pour l'empêcher de faire ce mauvais pas... elle acheva en un murmure. Encore une fois, elle sentait le moment crucial. Elle reprit, après avoir laissé durer le suspens: Si les mangemorts disparaissent ou sont réduits à l'impuissance, elle ne pourra pas dérailler. Ce ne serait pas un bon plan, à ton avis ? finit-elle comme si elle lui demandait de quelle couleur il voulait les nappes pour la fête, c'est-à-dire d'un ton anodin et "surtout-ne-vas-pas-chercher-de-sous-entendu-mais-si-tu-pouvais-comprendre-ce-serait-pas-mal...".

Finalement, elle trouvait son excuse de la fête plutôt bonne. La conversation avait prit le tournant espérée, Rily reprenait un peu d'assurance après sa légère chute. Elle espérait juste que le semblant de colère ressentit chez Aymeric s'envolerait. Son erreur pouvait bien la faire faillir, et elle ne l'espérait pas.
[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Dim 18 Sep 2011 - 10:27


HRPG : Excuse-moi, j'avais pas reçu de message, me disant qu'il y avait un e réponse ici :/... Ah oui et le RP "Animagus" auquel t'es inscrite est commencé. On t'attend !^^

Rily
, sembla alors gênée d'avoir émis ses suppositions. D'ailleurs, quand le serveur les... servit... Ou plutôt fit son métier en déposant le petit dej' sur la table, elle plongea directement dans son sac pour payer l'addition "Encore une fois j'ai été trop lent pour sortir la monnaie" se dit Aymeric en regardant la jeune femme croquer dans son croissant. Il était décidé à attendre la réponse de Rily. Elle avait semblé empresser en parlant du penchant magie noire de Luna, comme si elle voulait absolument aborder le sujet. Après quelques instants dans une atmosphère un peu tendue, la sorcière prit la parole sur un ton d'excuse :
-"Excuse-moi, mais ce sujet me perturbe un peu, je me suis emportée... C'est vrai que pour l'instant, la combattre n'est pas le problème immédiat et je n'en ai pas plus envie que toi, sans doute. Il y a cependant une solution pour l'empêcher de faire ce mauvais pas... Si les mangemorts disparaissent ou sont réduits à l'impuissance, elle ne pourra pas dérailler. Ce ne serait pas un bon plan, à ton avis ?" Elle avait conclu en murmurant.

Maintenant, l'ancienne Serdaigle, proposait à Aymeric de s'attaquer à tous les mangemorts pour les anéantir, pour ainsi éviter qu'une seule personne, qui leur est chère à tous les deux, ne rejoigne pas les sorciers masqués. Aymeric pensa un instant, que Rily était carrément devenue folle depuis sa sortie de Poudlard.

Les mangemorts semblaient l’obséder, bien plus que la fête. Elle semblait avoir invité Aymeric ici, seulement pour faire part de ses craintes par rapport à Luna. En y pensant c'était peut-être la bonne solution. Aymeric, ne pensait pas que Luna puisse fonder son propre groupe de sorciers noirs, elle n'avait certainement pas la trempe d'une cheftaine. Il lui répondit avec, tout de même, une pointe d'hésitation :
-"Eeuh... Sans doute oui" il laissa un petit temps et sourit un peu, sans oublier les dernières paroles de Rily "Si par bon plan, t'entends bien entendu ; se faire tuer à coup sûr en s'attaquant à je ne sais pas combien de meurtriers... à deux !"

Il prit à son tour un croissant et mordit dedans en regardant encore une fois Rily
. Aymeric se demanda un instant si elle avait trouvé l'amour depuis toutes ces années. Elle était belle (pas autant que Luna), un homme normalement constitué ne pouvait que le remarqué !

Le jeune homme prit ensuite un crayon qui était dans sa poche, approcha le plan de la salle en disant à Rily, cette fois sans murmurer, puisqu'il ne parlait plus de magie. Deux personnes qui passent leur temps à chuchoter, allaient finir par paraitre suspectes :
-"Donc à part ça, si je comprends bien, tu veux placer cette fête sous le signe des..." il esquissa un rapide croquis ,sur ce qui représentait le sol sur le plan. Il n'était pas difficile de voir que c'était la marque des ténèbres "... Ténèbres ?"

Aymeric
se dit tout de même que ce n'était peut-être pas une très bonne idée, après ce qu'ils venaient de dire, de favoriser ce côté magie noire, pour la fête d'anniversaire de Luna...
Revenir en haut Aller en bas
Rily Dacker
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Ecureuil




Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Rily Dacker, Dim 18 Sep 2011 - 13:12


A la réflexion, plus elle parlait, plus elle s'enfonçait, c'était évident. Elle pédalait dans la semoule, et ce n'était pas très agréable. Rily acheva son croissant et but une gorgée de chocolat chaud, ce qui la réchauffa sommairement. L'air restait frais, et quelques personnes arrivaient, ils devaient donc être encore plus prudent, d'autant que le serveur restait désagréablement dans son champ de vision. La jeune femme reporta son attention sur Aymeric. Visiblement, il se demandait si elle n'était pas devenue folle, ce qui était parfaitement compréhensible. Zut, zut, zut, elle devait parler comme si l'Ordre n'occupait pas prioritairement ses pensées!

- Eeuh... Sans doute ouirépondit-il, avec un peu d'hésitation.Si par bon plan, t'entends bien entendu ; se faire tuer à coup sûr en s'attaquant à je ne sais pas combien de meurtriers... à deux !"

Rily se serait arracher les cheveux tellement elle était furax contre elle-même. Ce qu'elle lui proposait était coooomplètement démesurée, et vu comme ça c'était encore pire. Elle dissimula sa colère en buvant une nouvelle gorgée de chocolat, l'air pensive, comme si elle soupesait cette information. Deux Vs Mangemorts, ça semblait un peu superflus, effectivement. Bien. Elle allait devoir lui annoncer qu'ils ne seraient pas seuls. Ça devenait délicat. Très délicat. Presque trop. Elle allait parler, mais Aymeric la devança et prit un crayon dans sa poche avant d'attirer le plan de la salle vers lui, ce qui tira un regard étonnée à la jeune femme. Bon sang! Elle avait presque oublié qu'elle était censée être là pour la fête d'anniversaire de Luna!

- Donc à part ça, si je comprends bien, tu veux placer cette fête sous le signe des... le jeune homme esquissa un dessin sur le "sol" de la salle, et la Phénix fronça les sourcils quand elle vit que c'était la tristement célèbre marque des mangemorts... Ténèbres ?

- Heeeum... ouaip'. Parce que, tu vois, ce n'est pas un danger immédiat, juste une mode passagère j'espère! déclara-t-elle en reprenant les mots qu'Aym avait prononcé un peu plus tôt. Mais tu sais, on ne sera pas seuls à se battre contre eux, il y en a d'autres qui le font, c'est très sérieux. Il y a un entraînement, on se prépare, et on se bat tous les jours... pas toujours en affrontement direct, bien sur, et pas vraiment tous les jours, mais on y travaille quand même. Je pense que ça te plairait d'ailleurs. acheva-t-elle, avec un ton laissant indiquer qu'elle voulait une réponse.

Elle se pencha sur le croquis, l'air de réfléchir, alors qu'elle se servait de ce temps pour préparer d'éventuels arguments. Si le ton était redevenu normal en parlant de la déco de la salle, elle s'était remise à chuchoter. Des têtes intriguées se tournaient vers ses deux jeunes gens qui parlaient à voix basses, mais elle les ignorait. Ce n'était pas leurs affaires. Et c'était bien trop personnel et secret pour en parler à voix haute. Finalement, elle pointa son doigt sur le croquis et ajouta:

- Très joli dessin, tu crois qu'on pourrait mettre ça sur le sol, pour de vrai? Ca ferait vraiment sensation! Et on éclairerait la salle avec de la lumière verte, un peu tamisée. Qu'est-ce-que tu en dis? lui demanda-t-elle, à voix haute cette fois, pour sauvegarder les apparences, même si ça devait paraître vraiment bizarre pour Aymeric.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Invité, Dim 18 Sep 2011 - 19:21


La remarque d'Aymeric sembla gêner un peu Rily, mais celle-ci lui répondit en murmurant, reprenant le ton de confidence qu'ils avaient adopté au début de leur conversation.
-"Heeeum... ouaip'. Parce que, tu vois, ce n'est pas un danger immédiat, juste une mode passagère j'espère ! Mais tu sais, on ne sera pas seuls à se battre contre eux, il y en a d'autres qui le font, c'est très sérieux. Il y a un entraînement, on se prépare, et on se bat tous les jours... pas toujours en affrontement direct, bien sur, et pas vraiment tous les jours, mais on y travaille quand même. Je pense que ça te plairait d'ailleurs."

Elle avait l'air d'attendre une réponse... C'était donc pour cette raison que Rily semblait aussi intéressée par les mangemorts... Elle s'entraînait pour les affronter... Au cours du temps, il n'y avait eu qu'une organisation qui s'était spécialisée dans les combats contre les mangemorts. Harry Potter était d'ailleurs, un des leurs pendant la guerre contre Voldemort.... Mais, cette organisation était dissoute depuis longtemps. Du moins plus personne n'en parlait après la bataille de Poudlard. C'était de l'histoire ancienne, plus personne ne pensait à combattre de front les mangemorts... Lui semblait-il. La jeune femme ne lui laissa pas le temps de répondre, car elle reporta à son tour, son attention sur le plan de la salle en désignant le croquis et reprit :
-"Très joli dessin, tu crois qu'on pourrait mettre ça sur le sol, pour de vrai? Ça ferait vraiment sensation! Et on éclairerait la salle avec de la lumière verte, un peu tamisée. Qu'est-ce-que tu en dis?"

Aymeric
ne savait plus vraiment où donner de la tête, entre l'étrange révélation de Rily qui avait l'air confidentiel, mais aussi l'inverse, la préparation de la fête d'anniversaire, tout à fait public... Il regarda le dessins et lui dit :
-"Ouais, ça peut se faire sans soucis ça, il suffit juste de trouver un assez bon dessinateur ! Pour la lumière, j'ai un ami moldu qui est DJ à ses heures perdue, je peux lui demander de nous passer son pont d'éclairage pour la soirée. Il a des lasers, des faisceaux et tout le bazar... On doit pouvoir faire un petit truc sympa"

En plus ça allait lui permettre de voir son ami, qu'il n'avait pas vu depuis sa sortie de Poudlard, puis il continua, sans vraiment réfléchir à ce qu'il disait :
-"Qui est ce «on» dont tu parles ?" commença-t-il, avec un air, presque, intéressé "Vous êtes combien ? C'est un peu utopique de vouloir anéantir les mangemorts non ?" Aymeric chuchotait à nouveau, pour éviter d'être entendu. Il trouvait, tout de même étrange que Rily lui parle d'un entrainement pour combattre. Elle, qu'il connaissait, malgré tout, assez calme.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 23

 Aux abords de la Tamise.

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 12 ... 23  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.