AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 22 sur 22
Aux abords de la Tamise.
Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22
Leo Keats Gold
Gryffondor
Gryffondor

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Leo Keats Gold, Lun 15 Aoû - 13:00


Comme Cadeau pour Asclépius,
J'ai écrit ce rp en Nadsat, parce que je sais qu'elle est une des seules à le comprendre.
Pour les autres, vous trouverez un lexique juste ici.
Il m'a l'air assez complet.

Question qui s'faufile hors de ta rote,
Alors qu'tu meurs d'envie de te bidonsker en y repensant.
Tu lui as quand même demandé si il était un néon.
Ton rassoudock qui turbine encore un peu plus cette noché.
Regarde toi tournoyer, si gloopy que même un gulliver mal rangé te prendrait en pitié.

Une cancerette qui s'échappe de ta carmane,
Pour itty directement s'poser dans ta rouke,
Et rejoindre tes lèvres.
Tu trembles, et clop en suivant le rythme imposé par le maltchick.
La fumée qui s'élève en volutes, dégageant une vonn tzarrible.
Le Bitva de l'écume d'la Tamise .
Des effluves océanes apportées par la brise.
Du sel en ritournelle.
Si peu couvert que tu sens l'air sur ton plott.
Caresse de la marine.

« - Oui, je suis un néon. Je crois. J’ai attiré des insectes, et un s’est cramé les ailes. Peut-être. Je ne sais plus. Peut-être qu’il s’est tout simplement enlisé dans une bourbe quelconque, parce qu’il n’avait pas de pulpe ? Parce qu’il ne savait pas voler ?
Je ne le connais même pas cette insecte, mais j’aurais bien aimé.
Je crois qu’il me manque, il était sympathique.
Sans lui, je ne suis plus un néon.
Et si je ne suis plus un néon, je ne sais trop ce que je suis.
Un bout de plastique, qui ne brille plus.

Je n’ai jamais su briller.

Mais, j’ai du souffle,
Un peu,
Je suis asthmatique.

Mais, du Souffle.
Pas celui qu’on utilise pour faire vibrer une flûte,
Pas celui nécessaire pour humecter un basson
Non.
Un Souffle qui dit, qui parle.

Ça peut sembler prétentieux, mais vous ne m’avez toujours pas arrêté.
Ça veut donc dire que mon Souffle entre dans vos pores, un peu : je suis certain qu’il traverse votre propre pulpe.

Je vais m’arrêter de dire, pour parler un peu :

Marchons encore un peu. La nuit n’est pas encore morte pour nous, et nous pouvons encore aller loin.
Allons vers le Boursouflet mélancolique.
Ou vers le potimarron somnolent.
Allons vers la Lune
Ou vers le Soleil.
Allons rejoindre l’Etoile
Perdons-nous dans le lait maternelle
Etendons-nous dans les draps nuptiaux
Oublions le lendemain
Déversons le passé
Restons présents
Et présence

J’avance
. »

"Tu vois la Baboochka là-bas ?
Celle qui cloque tzarriblement.
Qui sent baddiwad,
Comme une banda de bezoomy dans un asile mal organisé.
Bah elle se bidonske de Bog.
Du souffle.
Que tu ais brûlé un insecte qui ne faisait que craster.
Parce que voilà.
Moi j'en ai marre.
J'suis un peu colère.
C'est moche de vivre zoum.
Parce que y a des veshch qui fâchent.
Les Rapes par exemple,
La vellocet, les Toltchockes
Et la Staja.
Pleins de trucs qui coulent le Gulliver en bas,
Sous l'eau, sans remonter.
Sans que ta golosse puisse attendre une oreille.
J'en ai marre de cet eegra tu vois ?
Alors viens, on clope.
Et on visite le monde.
"

La Terre danse,
En ronde,
Et il y a des Lewdies étranges,
Différents.
Regarde là-bas, sous le pont.
C'est là qu'on va itty.
Le feu et les tambours.
Qui viennent d'un autre temps.

Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 7 Sep - 16:52


Sourire aviné,
Berceau du lointain
Plus de distinction, un être…

Apparaît.
Le voici qui s’exprime.

Parle, parle,
Colibri
Colibri qui souffle, recrache l’air ingurgité avec délice, le bâtonnet enflammé coincé quelque part dans la glotte
A-t-il froid, sans son plumage ?
Il ne lui passera pas sa robe de chambre, son pyjama,
Ni même ses chaussons.

Tous deux avancent,
Caressent les épluchures d’un Soleil qui se meurt,
Ombre cosmique, plus haut,
Une étoile qui danse dans l’horizon

Puis, de nouveau, le v’là qui se baisse, enjoigne l’autre, le Colibri vaseux,
Et s’approche des tambours :

« - Bonjour, qui êtes-vous ?
Que faites-vous ici ?
De quoi parlez-vous ?
Racontez-moi les merveilles que vous avez vues.
Racontez-nous vos vis : mon tovarish et moi
Lui et moi-même
Serions heureux d’y prêter une oreille, un tympan, un organe auditif quelconque.
»

Au loin, la carpe dans la brume,
Batifole
Excréments de l’air.

« - Nous sommes des voyageurs, entendit-il en réponse.
- Et que faites-vous ?
- Nous voyageons.
- Avez-vous vus des merveilles ?
- Oui.
- Des insondables et des innommables ?
- Oui.
- Racontez-moi.
- Non.
- Racontez-nous alors.
- Non. »

Et le Voyageur se tût.
L’enfant, pas dépité, prit place autour du feu.
S’il devenait un des leurs, il aurait des histoires à raconter lui aussi.
Peut-être était-ce des secrets dont il ne fallait pas connaître l’existence ?
Mystères ?

Il invita le Colibri à venir dans la boue, la cendre et la chiure de fleuve, près de lui.

Souriant, atemporel, il se laisse bercer par les tambours.

« - Nous, dit l’un,
Nous arrachons la joie aux jours qui filent. »

Il sourit,
Tapissa son horizon,
Observa la volée dégoulinante des moutons dans la Tamise

Et se laissa bercer par le feu des tambours sourds, qui au loin perçaient la brume de la Carpe, près du Cyprès :
Des airs de sel, de feu, de terre, de mer, de mère, de terre-mère et d’alter.

Apaisement d’une fumée qui s’infiltre dans les sinus et laisse les remous bercer les esprits volages.

« - La Joie arrachée, qui devient Plume. L’encre, la brume. L’imagination pour par-chemin,
De traverse.
»
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arcturus Madverier
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Arcturus Madverier, Mer 19 Oct - 12:12


Avec l'accord de 67
Tandis que Phénix, Aurors et Mangemorts font mumuse...
Post unique

Arcturus observait l'affrontement depuis des quais à l'opposé du champ de bataille...Les Mangemorts étaient de sortie et s'étaient décidés de mettre un peu de magie dans cette soirée si agréable...Comme pour répondre à cette invitation, les Phénix avaient rappliqués et Luia, d'un Patronus alla prévenir son service et Arcturus...Les Aurors étaient donc intervenus pour le plus grand bonheur d'Arcturus...Une vraie bataille au-dessus de la Tamise, que rêver de mieux n'est-ce pas ?...Ah si, ça y est, on pouvait rêver mieux : QUE LES MANGEMORTS NE COMMETTENT PAS CETTE ATTAQUE ! Arcturus avait passé les dernières semaines à gerer des affaires diverses et avait commencé à en discuter dans son service en mettant en avant le fait que la communauté des sorciers compte sur nous pour les mettre à l'abri des aggreseurs, des mages noirs, des Roumains, etc...Tout ça pour que son service se concentre un peu moins sur les Mangemorts, juste un peu...Mais noooooon ! Les masqués avaient décidés de rappeler qu'ils étaient de grands méchants sorciers donc " mettons-le feu à un des plus grands ponts de Londres "...Et bien sûr, tout le monde a foncé tête baissée, baguette à la main pour la grande bataille de la semaine...

Arcturus observait ce combat qui n'en finissait plus, il savait d'avance que les Phénix et les Aurors ensemble représentaient une menace de poids pour les Mangemorts, il avaient le contrôle de la situation pour le moment mais quand leurs renforts arriveraient, ils auraient quelques complications à repartir...Arcturus était lucide, la plupart des Aurors n'étaient pas encore arrivés et certains Phénix se battaient déjà. Arcturus, trop loin pour reconnaître tel ou tel sorcier, pouvait néanmoins distinguer  les Mangemorts, en noir, d'un côté et les " autres ", de l'autre...Le message de Luia indiquait que les Phénix avaient déjà commencé à intervenir...Bon..Il était temps qu'Arcturus mette un terme à toute cette masquerade avant que ses alliés ne se retrouvent en mauvaise posture face à tout ceçi...Mais...Pourquoi faire les choses dans la dentelle ? Non...Arcturus allait agir dans le pur style des Mangemorts : Faire beaucoup...beaucoup...beaucoup de bruits...

Il s'empressa de rentrer dans un entrepôt vide et se mit au centre de la pièce, sa baguette à la main, braquée droit devant lui...Vous vouliez du sensationnel, hein ? Pas de soucis, Arcturus allait en fournir au-delà de toute limite, sans même se préoccuper du reste...Il y aura ceux qui pourront fuir...Et ceux qui grilleront mais dans les deux cas...beaucoup de moldus allaient frire sur place, ce soir...

- Animales Ignes Exitioses Invocatur a Nigra Magica


La baguette d'Arcturus se mit à déverser un flot inarrêtable de flammes d'une extrême brutalité, la haine qu'elles contenaient était palpable. De grandes formes animalières comme des ours, des tigres, des dragons, des basilics se formèrent en leur sein et dévorèrent les parois de l'entrepôt avant d'exploser à l’extérieur, se ruant sur les bâtiments. Deux immenses cobra de feu foncèrent le long des quais en direction des ponts, tandis que le reste des animaux fonçaient sur la ville. Les forces d'Arcturus l'abandonnèrent à toute vitesse et il mit fin à son sortilège, les flammes feraient le reste. Il transplana chez lui et s'écroula sur le sol, exténué. Le feudeymon était un sort qui lui coûtait beaucoup d’énergie, il n'avait pas vraiment l'habitude de l'utiliser mais par contre, le fait qu'il soit aussi faible le rassura...Si il ne l'avait pas été, il aurait perdu le contrôle et serait probablement mort...Deux de ses hommes le trouvèrent dans le jardin et l'accompagnèrent dans sa chambre. Il se coucha, conscient que BEAUCOUP de travail l'attendrait demain...
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Mary Drake, Dim 6 Nov - 11:16


Matinée mouvementée
Avec Sean Balor

Musique avec paroles. Musique sans paroles. A toi de voir ce que tu préfères.

Back in Black.
Yes I'm Back.
Dans ce pyjama noir.
Je suis de retour.
Oui je sais c'est dur à croire.
Moi, la folle.
La tête sous les auréoles.
Non celles des bras.
Plutôt du côté des anges.
Ceux qui ont la tête.
Dans les nuages ;
Ces dieux.
Ces déesses.
Et.
Des songes je reviens.
Des rêves suis-je encore ?

L'aube arrive.
Les couleurs du ciel.
Virevoltent.
S'emmêlent.
Forment un dégradé magique.
Maléfique.
Le sombre s'en va.
Et je reste là.
Observateur d'un matin.
Un peu de changement.
Enfin.
Tout Londres m'entends.
Respirer.
Dans ce silence obscure.
Dans cette matinée dansante.
I'm Back. In Black.

Bras de Morphée ?
Suis-je encore sous vôtre joug ?
Bras de folie ?
M’emprisonnez-vous encore ?
Crise de Somnambulisme ?
Réveillez-moi !
Deux d'entre-eux ?
Sauvez-moi !
Les trois combinés ?
Reste plus qu'à m'achever !
Un peu cruel.
Rien d'autre à faire.
Vous ne comprenez pas ?
M'en fou.
Vous m'voyez pas.
Là, à côté de l'eau.
J'balance mes pieds.
Assise sur le rebord.
Qui m'sépare d'la plongée.
Ouais, j'sais.
Qu'en visu.
M'voyez.
Mais là.
LA.
Dans mon crâne.
Tape dessus.
Là v'voyez rien.
J'mens pas moi.
J'mais.
Allez, on s'calme.
Rester zen.
Ça s'fait.
Pour une fois que t'es normale.
Tu pètes la douille de la case.
On f'rait quoi alors.
Si même quand t'es pas zigolotes.
Tu le deviens.
Bah on se jetterais dans l'eau.
Plouf tu feras.
Et nous on rigoleras.

When I back in the river.
Là où la vie a commencé.
Je deviendrais un poisson.
Se lève et marche à nouveau.
Et je nagerais en souriant bêtement.
Sur l'eau je sautillerai comme maintenant.
Se prend pour un mouton et sautille en avançant.
Puis je continuerais.
Je dériverais.
Vers la mer.
Puis l'océan.
Mais je serais toujours en noir.
Dans ce pyjama.
Y'aura juste des dauphins en plus.
Et je serais trempée.
Pas les cheveux emmêlés.
Les sirènes se doivent d'êtres propre.
NAN ?
Fin, je parle bien d'celles d'eau.
Celles sur les ambulances.
C'est recalées qu'elles sont.
Direct.

Je souris bêtement.
A tous les passants.
Qui me regardent.
Je montre les dents.
Sont pas contents ?
Ils ont peur.
D'une fille.
Une ado.
Un jeune femme.
Qui se balade.
Alors que le soleil se pointe.
Sous les couleurs chatoyantes.
Du matin enivrant.
Ils sont effrayés.
C'est moi qui devrais avoir peur.
Tire la langue.
Y'a Jack qui traîne dans les rues.
Celui-là, faut pas le chercher
Sinon.
Un couteau dans le ventre.
Un rein par ici, par là.
Et c'est fait.
Chuis plus là.
Les chocotes hein ?
D'un rêvé éveillé.
Une fille dans un pyjama.
Qui choisit même pas la nuit.
Pour sortir.
Et faire bou !
Non non.
Moi, j'sors le matin.
Héhé.
Pas d'inquiétude ok.
Sinon je reviens.

Toute façon.
J'en ai marre des bourges.
Ils pensent.
Argent argent argent.
Moi, depuis un moment.
C'est adrénaline, line, line.
Puis j'ai rien à perdre.
Ils sont de plus en plus nombreux.
A me regarder.
J'ai même pas de pantoufles.
J'aurais peut-être pu en acheter non ?
Si.
Rien à faire.
Les pieds contre le marbre.
C'très bien comme ça.
J'recommence à partir en cacahuètes.
Comme le chien.
Qui me fixe.
-Ouaf ouaf.
Ça y est.
J'ai parlé.
Le pauvre doggy.
T'inquiète, c'est qu'un rêve.
Un cauchemars.
Une crise de somnambule.
Pour une funambule.
Je saute de nouveau sur le p'tit bord.
Debout je recommence à  marcher.
Les main en positions Avion.
Et j'chante.
-WHEN I'M BACK IN BLACK
YES I'M BACK

YOUHOU

Et j'continue comme ça mon chemin.
Une brise d'un côté
Je m'écrase sur le sol.
Une bousculade de l'autre.
Je deviens une sirène.
Personne ose me défier hein.
Même pas ce chien.
Je vous attends.
Rattraper moi.
C'est mon rêve.
J'fais ce que je veux.
J'attends.
J'attends.
Viens, Oh toi.
Qui osera me défier.
J'attends.
Je me répète.
Et j'attends.
Même si, sur ce fil épais.
J'avance lentement.
J'attends.
Je cours mais t'attends.
C'marrant.
Va falloir me rattraper.
Mais oublies pas.
Back, back, back.
In, in in.
Black Black Black.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Sean Balor, Ven 11 Nov - 1:18


Douce matinée fraiche pourquoi le sortir de son lit ? Lui qui dort si calmement. Ce doux enfant ne devrait pas pouvoir dormir comme bon lui semble ? Ou la cruauté du réveil va encore l'emporter ? Eh bien je sais que ma plaidoirie ni changera rien et qu'il se réveillera, se préparera et sortira comme d'habitude pour continuer sa vie habituel. Sortir quel étrange sensation, à peine le fut-il que le froid vint abattre sa main de fer sur la moindre zone qu'il n'avait pas couvert. N'avait-il pas assez de nourriture avec les autres ? Oui, ceux qui étaient dans le froid nuit et jour et puis de temps en temps, à la recherche d'un peu de chaleur humaine, ils venaient vers vous ou ils vous parlaient de la pluie et du beau temps. Oui, ils étaient à la recherche d'un peu d'humanité. Eux qui ne voyaient que des gens les ignorant.. non pas par dédain mais plutôt par honte. Honte de mieux vivre ? Peut-être ? Qu'importe au final ? Et pour conclure ce débat lorsqu'il arriva devant, comme chaque jour, une vieille femme qui trônait sur son petit siège de bois et qu'il avait l'habitude de croiser toujours à la même place son sourire toujours fixé aux lèvres et demandant l'aumône aux passants, ses vieux vêtements empilés en couche sur elle et un simple bandeau de soie pour couvrir ses cheveux blancs elle attendait ainsi toute la journée du matin au soir, il ne put en l'observant que lui offrir quelques livres faisant partis d'une réserve offerte par sa mère et dont il se fichait royalement avant de lui servir un doux sourire et quelques chaudes paroles pour réchauffer sa froide attente.

Une fois la vieille femme passée il arriva aux abords de la rivière Londonienne, la tamise, l'endroit ne lui plaisait guère, il n'aimait pas l'eau en général, enfin il ne l'aimait plus vraiment alors voir une aussi grande rivière proche de son lieu de travail ne l'enchantait nullement. Cependant l'attraction de cette matinée ne vint pas de l'eau, non il avait l'habitude de voir le soir quelques guitaristes pour égayer la route des passants mais rarement, voir jamais, il n'avait vu ce qui était sous ses yeux. Une jeune femme faisant l'avion en chantant une vieille chanson. Bon, on peut pas dire que cela n'était pas un concept nouveau mais tout de même. C'était une attraction relativement extrême dès le matin et l'irlandais eut l'idée de retourner se coucher pour échapper à cela. Faisant quelques pas en arrière il eut un moment de culpabilité, tout de même laisser quelqu'un s'affichait de cette manière même alcoolisé c'était un crime contre l'humanité même. Il ne put que se retourner faisant quelques pas vers elle pour essayer de s'adresser à cette dernière.

- Mademoiselle ? Vous allez bien ?

Question stupide quand on se ballade sur le bord de la tamise en chantant du AC/DC il est relativement compliqué de dire que cela va bien. Forcement, il put voir de plus près la jeune femme. Bon c'était une enfant, enfin normalement, donc elle était probablement alcoolisée et n'avait juste pas dessaoulée de la veille. D'un point de vue c'était irresponsable de ce saoulée autant et de l'autre faire la morale alors qu'il en avait fait autant ce serais hypocrite et se conduire comme un vieux et tout le monde déteste la façon dont se comporte les vieux. Donc il ne jugerait pas l'abus d'alcool c'était décidé, il allait juste faire descendre cette pauvre fille et la ramener chez ses parents histoire d'éviter une énième alerte kidnapping.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Mary Drake, Dim 20 Nov - 11:17


Toujours la même Musique

Je continue
continue à chanter.
Alors que les regards
Sont de plus en plus perçants.
Il ne comprennent pas ?
Pauvres enfants !
Je ne suis qu'une artiste.
Qui vogue au gré des songes.
Qui marche et qui attend.
Purée c'pas compliqué !
Sous les yeux des p'itit gens.
Je ne fais que m'amuser.
Aucun ne se décide à me rejoindre.
Tristesse alors que je continue.
A beugler d'une voix fausse.
A m'amuser comme jamais.
Parce que c'est à ça que ça sert.
Les rêves.
Mais personne comprend.
Bien dommage.
J'hésite encore.
Les pieds sur terre ne m'intéressent pas.
J'suis habillée en noir en plein jour.
Ça ne va pas.
Mais dans l'eau.
J'ai peur de m'ennuyer.
Je reste donc ici.
A sautiller.
Entre les deux me convient.
Parfaitement.
Mais j'ai un choix à faire.
Interstice entre deux mondes.
Oh, cher bord !
Tu me sauves.
Au moins t'es marrant.
Muet mais rigolo.
Que ferais-je sans toi ?
J'sais pas !
Que faire d'une revenante,
Si elle veut déjà partir ?

Je continue mon chemin.
A bord de mon vaisseau,
J'observe des lapins.
Ils sautent partout.
Autour de moi.
Mais le pire de tout.
Fut le blaireaux qui vint à moi.
Directement.
Il a tout gâché.
Mon rêve,
Mes envies.
Je voulais quelqu'un.
Pour JOUER.
Là.
C'est plus.
Back back back.
Mais plutôt.
Left left left.
Je veux qu'il s'en aille.
Ou qu'il change.
Rien de marrant.
M'ennuie c'type.
Ferme les yeux
Abracadabra !
Ouvre les yeux.
Mais il n'est pas partit.
Comment ?
Pourquoi ?
Je ne peux même plus décider.
Ce qui se passe dans ma tête ?
Moi ?
Le rêve éveillé.
La funambule somnambule.
Où va le monde.
Je veux partir.
Pour ne jamais revenir.
Non non non.
Commence pas à dire n'importe quoi.
On bouge pas son cul.
Pour des gens comme ça.
Deux solutions s'offrent à toi.
Tu le tues.
Ou tu l'emmènes avec toi.
Difficile dilemme.
D'abord number one.
Puis number two.
J'vais pas m'faire ch*** non plus.
Allez.
-Avadamachinquoi.
Ah ouais Mer**.
C'sort là, j'peux pas l'utiliser.
Chuis trop p'tite.
Pas assez expérimentée.
Puis y'a le ministère là.
Bref, j'veux pas être en prison moi.
M*rde. J'dois me taper la deuxième option.

J'arrête de danser.
De chanter.
Pour le transformer.
Faut bien que je fasse ce que je peux.
Allez, on y va.
Je pose mes mains.
Sur ses épaules.
Pas trop moche le gars.
Juste un peu trop vieux quoi.
Dommage dommage.
Perchée.
J’observe de toute les coutures.
Nez boucher, je sens rien.
Pas l'air d'être saoul.
Comme moi, ça tombe bien.
Quoi que.
Ça aurait pu arranger les choses.
Plus facile à rendre dingue.
Moi j'suis tarée.
Héhéhéhé.
Fini d'être clean de ce côté là.
Alalala.
La pauvre petite Mary renfermée.
She's left.
Mais alors.
Je ne suis pas de retour.
C'est juste ma première sortie.
Première d'une longue série !
Bref.
On a un objectif là.
Y'a pas intérêt à s'égarer.
J'me mets debout.
J'attrape son oreille.
Et j'recommence à marcher.
J'sais pas si il me suit.
Mais on s'en fou.
Moi, je l'imagine là.
Il restera graver dans ce cerveau.
Stupide stupide.
Bon, une fois que j'ai fuis les gens.
Je m'assieds de nouveau sur le bord.
Que puis-je faire...
Mouais.
-JE VEUX JOUER.
Crier ? Servir à rien ?
Vous savez quoi ?
C'est pas grave.
Ça fait du bien.
Eh, pourquoi pas ?
Le faire hurler celui-là.
-Répète après moi.
Akuna Matata.
Nan, c'est une blague.
Me regarde pas comme ça !
Moins sérieusement.
-BACK IN BLACK, WHEN I'M BACK, LIBERTY !
Crie ce que tu veux quoi !
Fait pas attention aux autres !
LACHE TOI !


Reste plus qu'à attendre.
J'espère qu'il est marrant le blaireau.
Sinon je l'abandonne.
Et je retourne à mes lamentations.
Larme perle.
Folie,
tu es parfaite quand on veut ignorer.
Mais est-ce réellement une bonne idée ?
Pervertir quelqu'un.
Du mal qui te rend folle.
Je t'en veux.
Aujourd'hui.
Demain.
Dimanche.
Mercredi.
Hier.
Ce matin.
Tantôt.
Ce soir.
Puéril tu dis ?
Bah écoutes.
Tu restes gravée.
Faut bien que je me déMer**.
Pour qu'une petite partie
Revienne.

I'd like Back.
Même si l'anglais de la petite Mary.
N'a jamais été autre chose que précaire.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Sean Balor, Mar 22 Nov - 20:39


Il eut un instant de doute lorsqu'il entendit la jeune femme prononcer le début d'un sort interdit sous les yeux des passants. D'accord, c'était une sorcière et elle essayait de produire un sort interdit par le ministère de la magie dans un lieu plein de moldus en étant en pyjama. Il pourrait la pousser du haut de la distraction que semblait représenter les pierres juste pour ce qu'elle venait de faire mais bon il y avait trop de gens pour qu'il tente quoique ce soit alors il se contenta de lui faire les gros yeux. Est-ce que cette pauvre folle était consciente du danger qu'elle représentait dans l’immédiat ? Il lui aurait bien fait comprendre mais déjà elle posa ses mains sur ses épaules. Qu'est-ce qui lui prenait maintenant ? C'était bien la dernière fois qu'il faisait l'effort d'aider quelqu'un. Et puis d'un coup elle se saisit d'une oreille et l'emmène en lui faisant un mal fou qu'il eut du mal à contenir, se refusant à crier. Maudite gamine ! Il croisait le regard des passants, y avait déjà cet homme à la barbe qui oscillait entre le blanc et le gris. Il était probablement dans l'age de la raison peut-être un peu plus et il observait ses yeux bruns grands ouverts la scène à la fois surpris et interloqué alors que le chatain lui faisait part de sa détresse en serrant les dents. Puis ensuite il remarqua un couple, plus jeunes déjà, peut-être pas aussi jeune que la fille qui le trainait comme on traine un enfant qui réclame un jouet dans un magasin. Le garçon qui semblait plus vieux que sa copine, souriait imbécilement devant la scène, d'un sourire qui donnerait à n'importe qui l'envie de le claquer, de se saisir de la première arme venue pour lui faire clairement comprendre qu'il n'y a rien d'amusant pour la personne en face alors que la jeune femme elle, se saisissait déjà d'une technologie moldue dont il ignorait l'utilité et qu'il le fit se maudire lui-même pour avoir aussi peu écouter en cours d'étude des moldus lorsqu'il était à Poudlard.

Et puis une fois loin de ces gens elle le libéra, s’asseyant sur les pierres pour continuer sa folie alcoolisée sans se soucier visiblement de ce qu'elle venait de faire, lui réclamant des cris et des chansons. Comme s'il allait accéder à la requête d'une assassin d'oreille. La seule chose qu'il fit pour lui répondre fut de lui saisir le poignée pas assez fort pour lui faire extrêmement mal mais assez pour qu'elle arrête ses conneries.

- Que tu sois bourrée c'est ton problème par contre j'aimerais éviter de perdre des membres à cause de toi petite fille. Maintenant si tu veux jouer à un jeu on va rentrer à ton habitation et tu vas jouer à trouver une excuse pour tes parents d'accord ?

Ouais, y a des fois où le blaireau fait semblant d'être responsable et de faire des bonnes actions mais plus sérieusement et malgré son ton il se trouvait gentil, il aurait clairement pu infliger une sanction beaucoup plus cruelle à la jeune femme comme par exemple lui apprendre à voler ou la ramener au Ministère vu le nombre affolants d'infractions qu'elle venait de commettre depuis qu'il l'avait croisé mais il était un pouffy après tout et on se refait pas, on est toujours gentil malgré tout.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Mary Drake, Sam 3 Déc - 16:14


Musique

Quand je patientais.
Que je lançais un sort.
Sans le lancer.
L'autre m'avait fait des gros yeux.
Encore.
Dans ma tête.
Les paroles chantaient.
Encore.
Puis.
Alors que je tirais des oreilles.
Bah les gens.
Ils voulaient.
Nous filmer.
Pauvre petit,
petit quoi d'ailleurs ?
Ex pouffy ?
Ou un gars d'Ilvermorny ?
J'sais pas.
J'men foutais.
Il n'était pas .
MARRANT.


Pis, comme dans tout dialogue.
Il me répond.
Ennuis, qui nuit, la nuit.
Même si nous sommes le jour.
Stupide idée.
J'aurais mieux fait d'attendre.
Le couché.
Que le levé.
N'être qu'un rêve,
Non pas éveillé.

-Que tu sois bourrée
c'est ton problème
par contre j'aimerais éviter
de perdre des membres
à cause de toi
petite fille.


Début de phrase.
Qui met en rogne.
Pas bourrée.
Pas de problèmes.
On ne perd pas des membres.
Non, non, non.
Je n'ai pas envie.
Je ne veux pas tuer,
Amputer.
Ou quoi que se soit.
Je veux.
Juste jouer.
Comprendre est-ce si compliqué ?
Pour un blaireau pas marrant.
Sûrement.
Sans doutes.
Vu la suite.
De ses plaintes.

-Maintenant si tu veux jouer
à un jeu on va rentrer
à ton habitation et tu vas jouer
à trouver une excuse pour tes parents
d'accord ?


Un rire se forme dans ma gorge.
Sort doucement.
Bruyamment il se déploie.
Attirant de nouveaux des regards.
Il est si innocent le petit gars.
Comme toi.
Je tapote doucement sa tête.
Saute de mon bord.
Finalement c'est les pieds sur Terre.
Que je finirais ma matinée.
Faut bien que je me décide.
Maintenant.
Si il ne veut pas s'amuser.
De son propre chef.
Je vais le forcer.
D'une poigne de fer.
Puis il sera bien obligé.
D'enfin être rigolo.
Sinon je le balance.
Très vite à l'eau.
Avant.
Juste.
Ça.

-Monsieur le pouffy ou je sais pas quoi pas très intéressant.
Sachez que je ne suis pas bourrée.
Suffit de sentir mon haleine.

Souffle sur le nez.
-Le fait est.
Que je suis là pour m'amuser.
Mes pensées ont refusées
De vous faire disparaître.
Je dois donc.
Me charger.
De faire quelque chose.
Des rabats-joie comme vous.
Si vous avez un problème avec ça.
Tempis pour vous.


J'attrape la main.
Je coure.
Je saurais pas dire si je vais vite.
Lentement.
Si je tiens une main imaginaire.
Une fois encore.
Seul cet imbécile le sait.
Puis j'me dirige vers un pont.
Je prends le cadenas
Qui existe pas vraiment
Je l'accroche.
Difficilement
Un main c'est limite.
Pour faire ce genre de trucs.
Mais j'y arrive enfin.
Puis j'prends la clef
Qui existe réellement.
J'la lance à l'eau.
Elle fait plif, plof.
Puis c'est fini.
Y'a plus de truc.
L'objet restera là.
Scellant je ne sais pas quoi.
Au pire.
J'suis la seule qui le voit.
Je me retourne vers l'interlocuteur.
Pfff, il a pas changé.
Toujours aussi
NUL
BARBANT
Tout ça tout ça.
BREF.
Je sais plus quoi faire.
Alors je dérive à nouveau.
Dans la profondeur du rêve.
Je cherche des significations.
Là où il n'y en pas.
Mais bon qui sait.
Si un jour j'en trouverais pas.
Allez quoi.
Et si on lui posait une question ?
On a plus rien à perdre de toute façon.
Au final.
Je vais l'abandonner.
Retourner dans mon lit.
Puis je me vais me réveiller.
Pour d'autres folies, lis, lit.
Je noterais tout dans mon carnet.
Héhé. Là.
Si tu trouves quelques chose à redire.
Je ferais.
Euh.
Avadamachinquoi.
Tu vois le genre hein ?
Bonjour, bonsoir merci.
La somnambule funambule.
Ira vers l'horizon des mots.
Si bo, bo, beau ?
Trop compliqué.
C'est gagné.

-T'aimes bien quoi dans la vie ? Sérieusement ?
Là j'ai plutôt l'impression.
Que t'es juste un mec ennuyant.
Fais quelque chose de dingue.
Amuse toi.
Je suis sûre que ce ne sera pas la première.
Ni la dernière fois.


D'une main je caresse.
La joue de l'autre andouille.
Puis m'assied par terre.
J'aime pas être haute.
Affalée j'attends toujours.
Qu'une âme coure,
joue avec moi.
Un message caché ?
Dans ce rêve ?
Je sais pas.
J'ai jamais été.  
Douée pour deviner.
Je fixe l'autre.
De mes yeux bruns.
Et le vent balaie.
Mes mèches folles.
Rebelles.
Décoiffées.
Comme j'aime les porter.
Tout façon ce gars là.
C'est un ange déchu
Devenu un diable raté.
Il peut rien faire d'autre.
Qu'essayer de se racheter.
Revenir en haut Aller en bas
Sean Balor
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Sean Balor, Mer 4 Jan - 20:09


Cette fille est folle, complètement folle. Elle est une louveteau et pourtant elle est complètement folle. Elle ne sent même pas l'alcool c'est le plus inquiétant. Que faire ? Il l'a suivis sans un mot, sans un dire. Devant tous ces gens. Elle lui demande de faire quelque chose de dingue. Complètement folle celle-là. Il est déconcerté malgré tout, il ne sait pas si prendre avec les enfants surtout les gamines à moitié folle.

Alerte, contact humain. Pas toucher, vilaine enfant. Elle vient de lui caresser la joue, mauvaise idée. Il n'apprécie pas des masses qu'on le touche alors qu'une inconnue s'amuse à ce genre de choses c'est pas marrant. Au contraire, ça donne envie de la mordre et Sean il mord bien. Il a une idée, elle veut qu'il fasse quelque chose de fou ? Il va le faire et puis il dira au ministère qu'elle a voulue Avada Kedavra un passant.

- Dis moi petite, t'as déjà rêvé d'être un poisson ?

Il se met à son niveau en la regardant droit dans les yeux, il fait pas quelque chose de mal si il se débarrasse d'une folle alliée pour le ministère non ? De toute façon c'est pas comme si ce genre de personne avait des amis ou de la famille ou alors ils étaient comme eux et ils ne remarqueraient même pas ce qui est arrivé à la douce enfant.

Et puis Mer**, elle lui a fait mal c'est elle la méchante naméoh. Cette vilaine demoiselle a bien besoin qu'on la dresse un peu et il a une idée. L'irlandais lui prend la main et affiche un sourire stupide, assez angélique pour qu'elle lui fasse confiance comme il l'espère. Il va lui apprendre à se comporter aussi mal avec les étrangers.

- Tu veux qu'on s'amuse tous les deux ? J'ai une idée, tu veux compter les poissons avec moi ?

Bon, les prétextes sont stupides mais il n'a jamais été un génie pour manipuler les gens, il n'a pas ce genre de talent. Se redressant légèrement il posa sa main sur le pont glacé, bon dieu cette froideur on aurait dit que c'était la mort elle-même qui l'aurait emmenée ici pour signaler le passage de la faucheuse. Sean le savait, il ne devrait pas faire ce genre de choses, pas passer du présent au passé au milieu du texte déjà et ensuite il n'était pas un fou qui avait envie de tuer mais seulement un être humain un peu rancunier. Il était tiraillé pour une fois. Oui, il y avait d'autres moyens de se venger de la petite que de la jeter dans la Tamise mais c'était moins marrant. Si elle voulait s'amuser ils allaient s'amuser, il connaissait un coin près de la rivière ou il pourrait tranquillement se repaitre de la vision de la jeune fille nageant dans l'eau.

- Sinon on peut aller se promener, tu pourras chanter et courir autant que tu veux, je te présenterais à une amie. Elle est très gentille et elle sait faire beaucoup de musique.

Sourire angélique ou sourire détestable ? On s'en fichait tant que cela marchait. Il avait juste à attendre qu'elle se lève intéressée par l'idée de rencontrer cette vraie fausse amie qui n'existait pas et la pousser dans l'eau pour lui faire découvrir la faune maritime de la Tamise.
Revenir en haut Aller en bas
Mary Drake
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Mary Drake, Dim 8 Jan - 21:35


Musique

Du haut de ma place.
Ou plutôt du bas.
Je peux observer le ciel qui se dégage.
Moi, le rêve éveillé,
Qui fait face à l’immensité de la journée.
Cela n'a point de sens.
Pourtant je profite de la vue.
De ces nuages, de ce bleu.
La couleur du Ara.
Je suis prise d'envie de voler.
M'élancer vers l'énormité du monde d'au dessus.
Ne me contentant pas de l'eau.
Je nagerais au milieu des nuages.
Ils se transformeront en barbe-à-papa violette.
Ou même aux couleurs de l'aube.
De l'automne, l'été, l'hiver, même le printemps.
Je serais la déesse du temps.
Malheureusement, mes pieds restent collés sur Terre.
Et je n'aime pas ça.
Mais je fais avec.
La gravité me torture.
M'enlève ma liberté.
Mes propres rêves m'empêchent de rêver.
Je dois pouvoir atteindre l'espace sans problème.
Jamais chanceuse.
Et si.
Nan, impossible.
Si j'étais dans son rêve,
Ça expliquerait tout,
Oui, vraiment.
Réalité impossible à fuir.

- Dis moi petite,
t'as déjà rêvé
d'être un poisson ?


Se mettant à mon niveau.
Il regarde droit dans mes yeux.
Je pense ;
Enfin !
Ma raison me dicte :
N'y crois pas, c'est un rabat-joie !
Pourtant je ne peux refuser une telle offre.
Mes yeux se font pétillants.
Je remercie le soleil silencieusement.
Je vais enfin m'amuser.
Ne plus être la funambule somnambule.
Mary la Sirène, au rapport.
Main sur la tête, sourire mesquin aux lèvres.
J'ai envie d'y aller tout de suite.
Tape ses mains en signe de joie
On y va quand ? Comment ?
Il continue pourtant à parler.
Rendant la perspective un peu moins marrante.

- Tu veux qu'on s'amuse
tous les deux ?
J'ai une idée,
tu veux compter
les poissons avec moi ?


Il se relève.
Je suis le mouvement.
Loin de moi l'idée
De montrer un quelconque mécontentement.
J'veux être un être d'écailles.
Pas me contenter de les observer.
Suivre la première idée.
Et non les autres.
Ensuite on trouvera une fontaine.
On déposera nos corps de poisson dessus.
Puis on voltigera.
I believe I can Flyyyyyy
J'vois déjà la scène.
J'me vois entrain de voler et nager en même temps.
La première pour une sorcière.
Et un sorcier.
C'est beau de rêver.
Mon sourire se fait grand.
Fini la moue réprobatrice.
Jamais un songe n'a été si géant.
Surtout quand c'est celui d'un autre.

- Sinon on peut aller se promener,
tu pourras chanter et courir autant que tu veux,
je te présenterais à une amie.
Elle est très gentille
et elle sait faire beaucoup de musique.


J'garde l'air pas content.
Bah oui, j'le suis plus.
Sa proposition d'avant promettait du spectacle.
La suite ne suffit pas à me mettre dans le bain.
J'ai envie de courir,
De nager.
De chanter.
Son amie.
J'mens tape complètement.
Qu'est-ce qu'il va en penser après ?
Il voudra pas nager avec moi ?
Mais c'est triste ça.
Je refuse catégoriquement de faire des conneries pareilles.
Encore un fois je prends ça main dans la mienne.
J'connais un endroit près de l'eau.
J'lui expliquerais mes choix après.
J'passe le pond.
Même si je ne sais pas si c'est lui que je tiens,
Quelqu'un d'autre
Ou un morceau de pain.
Au pire, peu m'importe.
Il est temps de plonger.
De faire le grand saut !
Je me fraie un chemin incognito.
Entre tous les passants.
Murmurant de temps à autres
Back in Black.
Si ils sont pas pour.
J'men fous finalement.
C'est moi qui deviendra frigorifiée
Pas eux.
Niak.
Niak.
Allez, let's go.
Arrivant devant le point.
Où je pourrais me noyer tranquillement.
Je ferme les yeux pour me préparer.
Et déclare d'un air sérieux :

-J'aimais pas tes autres idées.
J'préfère devenir une sirène au plus tôt.
J'espère que tu plongera avec moi.
Sinon je vais me noyer.
J'sais pas nager.


Les yeux toujours clos,
J'attrape la personne devant moi.
Que ce soit l'ami pouffy ( tu as toujours ton LA comme ça ^^ )
Ou une autre personne, un passant.
Une fois que j'ai bien entendu le *plouf *
J'enlève mes chaussures.
Il est l'heure.
Tic et tac.
J'vais m'éclater.
En sirène.
Yeah.
Mon pull.
C'est fait.
J'laisse mon pantalon et ma chemise de nuit.
Pis j'prends de l'élan en reculant.
Ensuite je m'élance.
Je saute telle une bombe.
..
.

Lentement.
Doucement.
Merveilleusement.
Je coule.
Dans le fond de l'eau.
Je me noie.
Ce n'est pas un rêve, idiote.
Nage maintenant.
Tu risques de mourir.
Youhou ?
Y'a quelqu'un ?

HRPG:
 
Revenir en haut Aller en bas
Laydrass Krönner
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Déplacement

Message par : Laydrass Krönner, Mer 15 Fév - 13:56


Laydrass était seul au bord du Lac. Il avait trouvé un coin reculé où personne ne venait jamais. Il devait s'entraîner au violon et à l'épée.
Décidant de commencer par le maniement de l'épée, il sorti sa rapière et la planta dans le sol. Il enleva sa veste et sa chemise, laissant ses deux grandes cicatrices à l'air libre.

Il prit sa rapière et commença à faire les mouvements de bases de l'entrainement. Une heure plus tard, il s'arrêta et décida de faire du violon. Rangeant son épée dans le fourreau, il sortit son violon de l'étui. Il le positionna et commença à jouer une ancienne mélodie.

Jouer du violon était, pour Laydrass, un enchantement. Il se libérait, sortait de son corps pour rejoindre un monde sonore magnifique. C'était un véritable régal, une extase.

Laydrass regarda le bord du lac et repensa aux bons moment qu'il passait avec ses amis, lorsqu'il était à Poudlard.



Edit Asclépius : Bonjour Laydrass. Conformément au règlement RPG spécifique à l'Académie de Poudlard, il ne vous est pas possible de poster dans cette section. Votre RP a donc été déplacé : merci de faire plus attention la prochaine fois. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Aux abords de la Tamise.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 22 sur 22

 Aux abords de la Tamise.

Aller à la page : Précédent  1 ... 12 ... 20, 21, 22

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.