AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 15 sur 15
Amérique du Sud
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15
Lydie Nouël
Gryffondor
Gryffondor

Re: Amérique du Sud

Message par : Lydie Nouël, Sam 22 Juil - 23:55


Frisson d'une peau révélée. Ses poils s'hérissent à ce contact nouveau. Aventure charnelle, nouvelle. Elle se laisse guider, emporter. Ses mains suivent le cours logique de l'histoire. Son corps s'impatiente, espère retrouver de sa simplicité. Et bientôt elles repartent, deux pièces rougies, à la découverte de l'enveloppe de l'autre. Elles explorent des coins à la recherche de sensibilité, restent à l'écoute des envies. Ici. S'attardent. Ses pensées l'abandonnent et écrivent un récit plus brouillon, l'ordre n'a plus de sens que la fébrilité de ses mains qui, timidement, parviennent à faire s'envoler ce qu'il restait en travers de son chemin.

Une forte attraction, force de pesanteur, s'imposent à ces deux corps, en suspension dans une bulle excluant l'environnement. Bientôt l'air n'a plus sa place, n'est plus capable de les séparer. Plus rien ne pourrait les en empêcher, elles désirent s'échapper. Pas même l'eau, glaciagréable. Pas même les sons de la forêt ou de la cascade, mystensorcelants. C'est cette atmosphère qui avait eu raison de Lydie. Elle avait perdu le peu de contrôle qu'elle exerçait sur ses impulsions. La flamme d'une lionne était de sortie, comme à l'arrivée d'une proie. Babines affinées sur peau délicate. Canine appuyée sur une jugulaire à sa portée. Griffes enfoncées sur des flans innocents, la rapprochent intensément. Doucereuse, elle feint la tendresse, caresse doucement des écailles qu'elle craint d'abîmer sous trop de brutalité. Le feu l'embrase et consume avec lui les dernières patiences de la rouquine. Elle attire sa sirène entre ses bras et toutes deux coulent vers des eaux moins profondes.

.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Amérique du Sud

Message par : Max Valdrak, Lun 24 Juil - 10:21


Des baisers. Des caresses. Ma tête me hurlait de me contrôler tandis que mon corps lui bouillant, en voulait toujours plus. Dans ce combat interne, un seul en sorti maitre. Un instinct animal. Je me laissais être la proie de la nymphe près de moi. Et sans avoir le temps de pouvoir dévoiler sa tenue d’Eve, mon esprit partit. Le souffle s’accélérant à chaque toucher. Ma peau. Mon corps vibrait malgré moi.

Je sentis un instant son emprise se relâcher. Je redescendis alors, seulement quelques secondes, juste assez pour attraper son visage de mes mains. L’approcher du mien. Ses lèvres qui se déplaçaient sur mon tronc manquaient aux miennes. Profitant de ce baiser, mes doigts glissèrent un peu plus bas. Les morceaux de tissus tombèrent. Rejoignant l’eau.

Peau contre peau. Même l’eau ne pouvait passer entre nos deux corps enlacés. Les mains qui se voulaient baladeuses. Un peu plus bas descendirent. Un léger sourire se dessina sur mon visage avant que je m’attaque à mon tour à son cou. La proie devenue chasseur. Des doigts qui venaient de se frayer un chemin. Une autre main qui l’attirait encore et toujours plus près.

*** Ellipse ***

L’une dans les bras de l’autre. Corps ne pouvant plus se quitter. Allongées dans l’eau. Nous avions toutes deux cédées à la tentation. En revenant à la réalité, plusieurs sentiments se mêlaient. Non je n’avais pas envie que le rêve se termine ainsi. Je voulais en savoir plus. En découvrir plus sur cette inconnue collée à moi.

D’une main sous son menton, j’amenais ses lèvres aux miennes. Un mouvement doux. Calme, docile. Ces quelques instants de répits dans l’eau immobile, m’avaient adoucie. Mais je ne contrôlais toujours point mon rythme cardiaque encore trop élevé.

Je ne voulais qu’elle. J’en voulais plus. Mais, mon esprit avait repris sa place de chef. L’animal en moi, se fit plus petit. Tandis que je décollais lentement mon visage du sien. L’observant. La détaillant. Ses yeux me faisant fondre. Puis soudain une réalité. Dure.

Et si tout cela n’était qu’une illusion ? Et si la nymphe dont je venais malgré moi de tomber amoureuse, ne voulait pas plus d’une simple relation charnelle ? La peur était là. Pouvant se lire dans mon regard que je détournais, glissant, enfouissant mon visage dans son cou. La main auparavant sur son visage se dirigea dans son dos.

Je la serrais contre moi. Quelques instants avaient suffi pour que sa présence me semble une évidence. Avais-je un problème ? Etait-ce ce que certains qualifiaient de coup de foudre ? Pourquoi mon cœur s’emballait ainsi ? Et encore cette même question qui me trottait depuis le premier regard échangé…

-Est-ce un rêve ?

Un murmure. Une pensée envolée qui échappait à la barrière des lèvres. Me rendant compte de ceci, je me figeais légèrement avant de faire comme si de rien était. Le dos dans les cailloux, je la gardais près de moi, mais je ne pourrais point la retenir s’il lui venait l’idée de s’envoler.
Revenir en haut Aller en bas
Lydie Nouël
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Amérique du Sud

Message par : Lydie Nouël, Mer 23 Aoû - 23:46


désolée je suis en plein sur le départ mais comme j'ai pas envie qu'on se fasse piquer le sujet je fais une réponse rapide que je viendrais éditer promis ♥

L'eau s'infiltrait et sur ses pores se mouvait. Tout contre elle, elle se réchauffait. Elle fermait les yeux et pouvait s'imaginer ailleurs, état de détente supérieure. Une buée lui montait au nez, enfoui dans une nuque à sa merci. Elle glissait la pupille de ses doigts sur une peau imprimée de dessins captivant. Comme si elle en levait le sens à son toucher. Y portait parfois un baiser. Une douce brume de chaleur qui vient humidifier ses cheveux encore noués. Elle savoure la présence à ses côtés, lui tend les bras une dernière fois. Elle a envie de lui dire que ce n'est pas un rêve, pourtant ce ne peut être la réalité. Ça avait été comme une pause dans leurs deux vies, une escale passionnée. Elle ne peut lui promettre de la retrouver, et pourtant elle sait parfaitement qu'une fois qu'elle l'aura quittée, elle ne fera plus qu'y penser. Elle profite des derniers instant, l'oeil clos délibérément. Se contente de savourer le corps et l'eau chaude contre elle.
Revenir en haut Aller en bas
Max Valdrak
avatar
DirectionSerdaigle
Direction
Serdaigle
Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Re: Amérique du Sud

Message par : Max Valdrak, Dim 24 Sep - 18:28


Ne pas la lâcher. Dans ma tête cette seule phrase dominait. Je la gardais contre moi. Ne voulant pas revenir à la réalité. Ne voulant pas que cet instant hors du temps ne s’arrête. Mais il faudrait bien y mettre fin. Cependant il était encore trop tôt. Son corps contre le mien. Partage de chaleur. De sentiments.

La raison se réveillait, s'étirait. Reprenant sa place de maître. Les yeux s'ouvrant doucement. Regard vers le ciel. Le soleil tombait tranquillement. Alors, à contre cœur, je me relevais. Me redressant. Assise, l'inconnue dans mes bras. Gênée, je detournais la tête. Rouge montant. Je m'enfouie dans son cou. Imprimant son odeur dans ma mémoire. Bras autour de sa taille, l'amenant toujours plus près de moi.

Après quelques secondes. Quelques minutes. Je la relâchais. Desserrant mon emprise. Sans un mots, sur mes deux pieds je me dressais. Lui tendant une main. Un nouveau câlin. Aucune ne voulant sortir du rêve. Je l'aidais à se rhabiller. Elle fit de même. Entre deux baisers, les vêtements éparpillés sur les corps de nouveau installés.

Un léger coup de baguette de sa part séchant nos habits. Une nouvelle accolade, les pieds effleurant toujours l'eau. Eau symbole du rêve. Nouveau baiser. Puis nouvelle séparation. Elle allait reprendre son chemin. Je la retiens. Main dans la poche un papier de sorti. Un prénom griffonné. Une adresse indiquée.

Je lui glissais le mot dans sa main. Un dernier contact. Lèvres se frôlant. Une dernière fois. Chacune devant reprendre son chemin. Espérant revoir l'autre à un nouveau croisement.


Fin
Revenir en haut Aller en bas
Jake G. Kenway
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Loup-Garou


Re: Amérique du Sud

Message par : Jake G. Kenway, Sam 7 Oct - 2:18



LA DESCARADA
RP Unique




Je me saoule du vin purgé dans les raisins de la colère. Le doux arôme du ressentiment frétille sur mes lèvres, mon coeur s’imbibe d’un anesthésiant pur. Mon âme s’alourdit d’efforts et de besoins. Ce texte est offert par ce qui dicte la vie de l’homme, ses pulsions, ses sentiments, ses désirs et ses démons.  


– SOIR PRÉCÉDANT LA PLEINE LUNE NUMÉRO HUIT –
Dans un quartier de Cali en Colombie


Assis, je la traque. Elle danse autour de ces hommes sans foi et je la guette. La descarada sera mon dîner ce soir.  
C’est le troisième verre que je vide : mes convictions ne sont pas aussi fortes que mon esprit et ma curiosité. Je l’attends depuis bien longtemps. Chronos me chuchote à l’oreille les mots qui me rassurent et Dionysos me glisse à la main la glace à remplir puis à finir. Je l’observe depuis deux semaines. Il me fallait d’être sûr qu’elle serait la bonne personne pour cela. Elle n’a personne qui l’attend ; car la descarada n’est aimée de personne.

Des yeux s’attardent sur ses lèvres pulpeuses, longent ses hanches et dansent avec son bassin ; des mains se risquent à passer entre ses jambes, sous sa robe mais personne n’oserait prendre la sienne. Nul n sait que c’est la pire erreur qu’ils pourraient commettre. Car l’effrontée vie de l’argent et des vivres de l’autre. C’est une sangsue de disgrâce qui ne laisse ses victimes avec la peau sur la moelle et avec pour douaire un baiser de damnation. Elle tourne et danse sur la piste, les reins comme un tourbillon qui n’attend qu’à perdre un navire de la flotte espagnole.

Garce aux cheveux de jais, qu’attends-tu ?

Son regard couleur bouteille croise le mien, et ce sourire de succube me fait tressaillir. J’interprète là mon premier signal, je me lève et déploie les voiles vers la tempête. Elle comprend, agite sa croupe et me prend au piège dans sa toile. Dans une rumba endiablée nous brûlons donc sous le regard envieux des mortels que je sauve par ma faim. Je niche mon nez dans le creux de son cou et de mes mains je reproduis les gestes de ces hommes qui ont été là avant moi. Je feins la maladresse et d’un regard je l’invite.

Apprends-moi à tomber dans ton jeu.

La chaleur de son corps dissimule le froid de son coeur. Le goût de sa peau me colle à l’âme et celui de son parfum n’a jamais quitté le mouchoir de poche que j’avais à mon gilet ce jour-ci. Bien rapidement, elle m’attire en dehors, prête à s’offrir à moi. Elle se met à courir en m’invitant à sa suite. Jouer avec la nourriture. Sa silhouette gracieuse, courant sous les néons de la Calle 66 sera l’image que je garderai éternellement de sa dot : le vent contre sa robe fleurie ; sa peau huilée par la sueur brillant sous la lumière des nightclubs et sa main qui m’invitait à la dévorer.

Elle me coince dans un coin de rue et m’embrasse. Je lui mords la lèvre jusqu’au sang. J’y goûte. Il y eut un hurlement qui me brisa le coeur. Une partie de moi hurlait que ça n’était pas la chose à faire, mais le loup qui sommeillait n’allait pas avoir autant de pitié que moi.
Je pense à ces hommes dans la rue ; à ces vies et genoux brisés pour l’amour de ces yeux aux couleurs de bouteilles qu’ils ont fini un nombre incalculable de fois et je souhaite à mon tour avoir eu l’opportunité de finir une bouteille de plus. L’ivresse n’est pas suffisante pour m’enlever remords et souvenirs. Je la fais taire, sort ma baguette et l’assomme d’un sortilège informulé : sa chute lui épargne la douleur des dommages que son corps allait subir.

Arrivant dans cette villa que j’ai pu louer sans grand soucis, je l’ai allongée sur ma table de salle à manger. J’ai sorti la baguette et j’ai dénudé progressivement la chair que j’étais prêt à goûter, persuadé que cela calmerait l’appétit de l’animal qui sommeille. Le bois que je manie du bout des doigts couple plus proprement que n’importe quel couteau. Le goût de sa peau me colle à l’âme et celui de son parfum n’a jamais quitté le mouchoir de poche que j’avais à mon gilet ce jour-là.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Amérique du Sud

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 15

 Amérique du Sud

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 13, 14, 15

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.