AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier
Page 7 sur 9
La Cuisine
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
Kyara Blanchet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: La Cuisine

Message par : Kyara Blanchet, Lun 29 Sep - 21:45


La tension était en train de monter dans la pièce, Kyara pouvait le senti et elle savait qu'Axelle n'était pas du genre à garder son calme quand quelque chose la préoccupait.

- Sembliez, c'est le bon terme, ouais. Charli se tapait des filles dans mon dos, c'est cool, hein ?

Probablement à cause de la colère ou de la frustration ou encore du fait d'avoir été trahie, Axelle donna un coup de poing sur la table. Cette dernière s’ébranla à cause du choc. Kyara nota dans sa tête de ne pas mettre en rogne sa cousine ... enfin, elle le savait déjà de ce fait c'était plus un rappel qui n'était finalement pas nécessaire ...

En tout cas, pour en revenir au sujet de conversation, la Française n'était pas si surprise que ça d'apprendre que Charli avait été infidèle. C'était dans sa nature de ne pas être fidèle ... Il avait fait souffrir sa cousine et ça, Kyara n'aimait pas, mais alors pas du tout. Elle ne pouvait pas affirmer que c'était de l'amour entre eux, mais il y avait au minimum de l'attachement et quand on se fait trahir, ça fait mal, très mal.

- Moins je le verrais, mieux je me porterais.

Moui, c'était une réaction normale. Charli risquait de morfler s'il croisait le chemin de la jolie demoiselle bien remontée contre lui. Suite aux peines de coeur, Kyara connaissait le remède efficace ! Se levant, elle farfouilla dans les tiroirs avant d'en sortir deux verres et une bouteille d'alcool. Posant le tout sur la table, elle se chargea ensuite de remplir les verres avant d'en tendre un Axelle.

- Avale ça, ça ne réglera pas tout, mais ça ira mieux dans quelques minutes. La brune avala son verre d'un coup avant de reprendre. Tu as envie de te venger ? Si tu as besoin d'aide, je suis présente.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: La Cuisine

Message par : Axelle Higgs, Mar 30 Sep - 3:13


Kyara était sans doute la personne la mieux placée pour consoler Axelle. Cette dernière avait bien sûr penser à son double, mais elle n'avait pas envie d'avoir l'air faible avec Zoey. Sûrement que la blonde lui aurait balancé «Un de perdu, dix de retrouver !». Après tout, des années auparavant, c'est bien ce que la verte lui avait dit, non ? C'est sans doute de cette discussion entres soeurs qu'était née Zoey la garce. Et puis, dans sa paranoïa, la brune doutait de sa soeur : peut-être faisait-elle partie du harem de Proulx. Avant que ses pensées ne s'assombrissent davantage, Kyara déposa deux verres et une bouteille face à sa cousine. Remède parfait en peine de coeur !

- Avale ça, ça ne réglera pas tout, mais ça ira mieux dans quelques minutes.

La brune porta son verre à sa bouche, imiter par sa cousine. Et cul-sec !

- Tu as envie de te venger ? Si tu as besoin d'aide, je suis présente.

Et là, un sourire diabolique apparût sur les lèvres de celle qui fût jadis préfète des Serpentards. Kyara était adorable ! Comment ferait-elle, sans elle ? Malheureusement, la sorcière était loin de se douter que la française quittait le pays pour voyager d'ici quelques semaines. Repensant à la proposition de sa cousine, Axelle hocha la tête. En fait, elle avait déjà une belle vengeance en tête, mais Proulx méritait sans doute plus d'un mauvais coup, afin de compenser ses nombreux coups d'un soir.

- Oh que oui, approuva la sorcière. Même si ça n'arrangera rien, ça m'apportera satisfaction ! déclara solennellement la sorcière, remplissant à nouveau les deux verres.

Et puis, pour les crasses, Kyara s'avérait une alliée redoutable, suffisait de penser à leurs nombreuses frasques lors de leur scolarité. Heureusement, grâce à leur ruse, qualité essentielle chez les Serpentards, elles ne s'étaient jamais fait pincer !


- Le truc, c'est que je suis un peu démunie là.. T'as pas d'idées horribles à lui affliger ?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La Cuisine

Message par : Kyara Blanchet, Mar 30 Sep - 15:10


Axelle avala cul sec son verre avant qu'un sourire sadique apparaisse sur son beau visage. Aaaaah, enfin Kyara retrouvait sa chère cousine ! Elles n'avaient toujours pas été sur la même longueur d'onde et ne partageaient pas les mêmes idéaux, néanmoins elles étaient du même sang et personne ne pouvait trouver quelque chose à redire sur ça ! La brune nourrissait l'idée de partir dans quelques semaines, plus le temps passait et plus elle avait envie de découvrir de nouveaux horizons. Il fallait avant tout qu'elle en parle avec Liam, mais pour le moment, la Française avait envie de partager du temps avec sa famille et c'est ce qu'elle comptait faire ! Une petite vengeance était un bon moyen de serrer les liens et de faire passer de bons moments. Hé.Hé.Hé.

- Oh que oui. Même si ça n'arrangera rien, ça m'apportera satisfaction !

Effectivement, cela n'arrangerait rien à la situation, mais ça ferait beaucoup de bien à Axelle et c'était le but de la mission ! Il fallait juste trouver quoi faire pour que Charli regrette ce qu'il avait fait à l'ancienne préfète des serpentards. On ne blessait pas Axelle Higgs s'en en payer les conséquences, non mais !

- Le truc, c'est que je suis un peu démunie là.. T'as pas d'idées horribles à lui affliger ?

Rhoo, c'était nul si elle séchait, surtout que des deux c'était Axelle qui connaissait le mieux le kiwi sur pattes ! Se mordillant la lèvre, la brune trempa ses lèvres dans son verre avant de se souvenir que Charli n'aimait pas tout dans la vie. Il n'aimait pas les incapables et les moldus, mais ce n'était pas possible de faire une vengeance à partir de cela.

- Mmmm, tu sais s'il y a des sécurités chez lui ? On pourrait saccager sa maison ... et la redécorer avec des choux de Bruxelles, il déteste ça ! Tu en penses quoi ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: La Cuisine

Message par : Axelle Higgs, Mar 30 Sep - 22:17


Le regard de Kyara en dit long et sa cousine effectua une petite moue d'enfant prise au dépourvue. Il lui arrivait rarement de sécher, mais vu les circonstances... Enfin, suffisait simplement qu'elle reprenne du poil de la bête. Il y eut un moment de silence, pendant lequel les deux cousines restèrent silencieuse. Tout comme Blanchet, Axelle songeait aux choses qu'elle pourrait affliger à Proulx afin de lui donner une bonne correction. Malheureusement, ces idées étaient pour la plupart beaucoup trop gores et elle n'avait pas envie qu'Antoni Londubat ou Alexander Scott débarque chez elle pour l'arrêter.

- Mmmm, tu sais s'il y a des sécurités chez lui ? On pourrait saccager sa maison ... et la redécorer avec des choux de Bruxelles, il déteste ça ! Tu en penses quoi ?

Certes, l'idée était bonne, mais Axelle ne savait même pas où résidait les parents de Charli. Et comme ce n'était pas sa maison, ça ne lui ferait pas grand chose. Avalant une nouvelle gorgée de gin -parce qu'oui dans des situations comme celle-ci, le gin s'avérait nécessaire- Higgs la verte releva les yeux vers sa chère cousine :

- Le concept me plaît, mais l'endroit moins. Charli habite encore chez ses parents... Je crois que ça le fera plus rire qu'autre chose. Il n'a pas l'air de les porter dans son coeur. Enfin, de ce que je sais, je ne les ai jamais vu. Par contre, imagine que son équipement soit parfumé, de façon permanente, de l'odeur de choux de bruxelles et qu'il arrive un malencontreux incident à son balai ?

Lors du prochain entraînement, ce serait tout simplement... splendide ! Depuis qu'ils avaient saccagé les équipements des Gryffondors, Charli avait prit soin de renforcer les sécurités du cabanon contenant l'équipement des verts et argent. Cela ne serait cependant pas un problème, puisque la Higgs était présente lorsqu'il avait pris les mesures nécessaires.  


Dernière édition par Axelle Higgs le Mer 1 Oct - 18:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: La Cuisine

Message par : Kyara Blanchet, Mer 1 Oct - 13:03


- Le concept me plaît, mais l'endroit moins. Charli habite encore chez ses parents... Je crois que ça le fera plus rire qu'autre chose. Il n'a pas l'air de les porter dans son coeur. Enfin, de ce que je sais, je ne les ai jamais vu.

Ah effectivement ... Kyara pensait que sa cousine en savait plus sur la vie de son ex ... elle se trompait. Bon, en même temps, la Française ne connaissait pas les parents de Liam ni où ils habitaient, mais ce n'était pas la même chose. C'était plus dur de présenter une petite amie sorcière quand les parents ne venaient pas du monde magique .... Enfin, ce n'était pas le problème principal ! Il fallait qu'elles se vengent et si le plan maison n'était pas possible, il devait surement y en avoir un autre !

- Par contre, imagine que son équipement soit parfumé, de façon permanente, de l'odeur de choux de bruxelles et qu'il arrive un malencontreux incident à son balai ?

Oh, oh, oh. C'était une bonne idée ça ! En plus, l'équipe entière ne portait pas Charli dans son coeur, il serait donc très simple de mêler tout le monde à la combine. Kyara aimait ça ! Le Monde contre Charli. Le kiwi allait afin avoir ce qu'il méritait depuis déjà longtemps.

- Ma chère, c'est une excellente idée que tu as ! Je suis sure que si on demandait aux autres membre de l'équipe, ton idée aurait encore plus de succès !

Il restait maintenant à tout mettre en place. Terminant cul-sec son verre, Kyara le fit claquer contre la table avant de reprendre la parole.

- On pourrait pieger son équipement entier aussi ... Tu es dispo quand pour qu'on fasse tout dans les regles de l'art ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: La Cuisine

Message par : Axelle Higgs, Mer 1 Oct - 22:01


Kyara apprécia l'idée. Elle approuva, d'autant plus que le capitaine de Quidditch n'était pas particulièrement aimé. C'était comme une... super vengeance, quoi. Bon, ce n'était sans doute que la pointe de l'iceberg, Axelle n'allant certainement pas s'en tenir qu'à un mauvais tour. Genre, elle avait toute la vie pour le faire payer cette horrible trahison !

- Ma chère, c'est une excellente idée que tu as ! s'exclama-t-elle sur un ton qui ressemblait à celui qu'utilisait sa mère lors des grandes réceptions. Je suis sure que si on demandait aux autres membre de l'équipe, ton idée aurait encore plus de succès !

Ha, ha, ça c'est certain ! Mais l'ancienne Serpentard avait envie de se la jouer solo. En fait, duo était le terme le plus approprié puisqu'elle ferait équipe avec Kyara sur ce coup. Néanmoins, il est vrai qu'en se prenant à son équipement, tout les membres deviendraient suspects. La française termina son verre d'un trait et reprit la parole :

- On pourrait piéger son équipement entier aussi ... Tu es dispo quand pour qu'on fasse tout dans les règles de l'art ?

Axelle claqua à son tour son verre vide sur la table et essuya avec le dos de sa main ses lèvres légèrement humides.

- Ce soir ! Je termine vers 21h, alors je n'ai pas besoin de m'occuper de la fermeture, expliqua Axelle, tandis que machinalement sa main s'accrocha à la bouteille afin d'y remplir à nouveau les deux verres.

Fallait faire gaffe tout de même, elle était en service et Chloé n'hésiterait pas à lui crier dessus si son était était trop lamentable. Bon, c'était le dernier promis !  D'humeur un peu plus joyeuse, l'alcool aidant sans doute, l'ancienne préfète releva les yeux vers sa cousine :


- En tout cas, merci d'être là ! C'est gentil Kya. La famille, y'a que ça de vrai.

Sans doute que si Éloïse Blanchet l'avait entendue à ce moment-là elle se serait étouffée avant de se lancer dans un discours fiévreux sur la famille et toutes les misères qu'elle comporte. Trempant à nouveau ses lèvres dans son verre de gin, prenant garde à ne pas l'engloutir trop rapidement. Ses yeux se posèrent sur sa main gauche. Cette fameuse main dont la paume comportait une légère cicatrice.  

- Tu sais, je crois qu'avec n'importe quel autre garçon, j'aurais mieux réagit... Mais avec Proulx c'est différent. Et c'est pas seulement différent parce que c'est lui, mais...

Elle lui montra sa main. Sûrement que Blanchet ne comprenait pas trop. Avait-elle remarqué la cicatrice ?

- Quand on avait seize ans, Charli et moi avons conclus un pacte.
Revenir en haut Aller en bas
Phoebe Monroe
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: La Cuisine

Message par : Phoebe Monroe, Sam 14 Mar - 12:11


[Rp unique et privé. Seuls les membres du personnel sont présents lors de ce rp.]

Le réfectoire d'un restaurant, ou d'une brasserie, une grande auberge vétuste par exemple. Debout, près du pilier central, profil droit à la salle ; j'avais, dans la main, des feuilles de papier dactylographiées. J'avais l'air d'appuyer du regard L. « La cuisine », du plus profond mépris, « n'y allez pas ». J'avais parlé, le regard à terre. Pendant ma phrase, L. a surement dressé les oreilles et tourné la tête. La main paraît faire bourgeonner ma baguette. Quelques mouvements de la main suivis d'une lente inspiration. Des mots incompréhensibles sortirent de ma bouche. Un coup d’œil vers L., j'étirai mes fines lèvres en un sourire divin. Rires. « Un dingue. Un seul et le Sanglier se met à crier comme une bonne femme ! »

Bleus qu'ils sont, mes yeux s'arrêtaient sur une porte pour couler vers une autre. Justement, je me dirigeai derrière l'entrée, contournant les piliers, vers le portemanteau ; déposant ma baguette sur le bois sombre. Pendant quelques secondes, je suis resté immobile. Le Sanglier contemplait de ses yeux porcins ce qui faisait tableau. Peinture pitoyable de serfs. « Inouï. On ne peut plus rien entendre de ce côté là. Que l'on recommence sur les autres portes. » Je suis revenu à côté du pilier. On doit entendre quelques affaires dans l'auberge. Légère toux. Je fis un arc de cercle d'un air faussement magistral. « Bien », le temps d'inspirer, « très bien. Plus de surprises par ici. C'est dehors que les culs-de-jatte doivent apparaître ! »

« Un instant. » Je suis parti rapidement dans la cuisine. La poussière descendit, la lumière faiblit ; le ton était pesant. L. ou E. cristallisait le moment d'un coup de chiffon maladroit ou d'une accumulation impressionnante de verres colorés. Nouvelle toux. L'idée d'une attente particulière pouvait éclore ; qu'attendaient-ils ici sans bruit ? L'augure ? Une divine bénédiction ? Par une quelconque grâce, je suis revenu dans la pièce maîtresse les bras chargés de pacotilles et le teint illuminé par un vorace instinct. On commence de nouveau à m'entendre psalmodier doucement. D'une terrible et offensante négligence, je mis une vulgaire boite sous le comptoir, non loin de la caisse et du pot à cacahuètes. « Tous les soirs, le cadenas devra verrouiller la caisse. Gare à vos doigts, compris ? »

Un tabouret au sommet rouge et aux pieds chancelant se fit attraper. Traîné dans la pièce, il gueula comme jamais, s’accrochant de temps à autre. Il pleurait, le tabouret, des choses coulaient de son nez pitoyable. On avait envie d'en finir avec lui, de le fouetter jusqu'à la fin, jusqu'à ce qu'il s'écroule. J'en avais envie. Irrésistiblement envie de lui faire mal. De lui offrir des douleurs, de détruire sa matière, de l'écorcher. Dans cette boue, cette eau croupie, il était de ces boulets qui me tiraient vers le fond. Une plaie et une punition. Mon regard alla là-haut, vers le plafond et mes pieds écrasèrent le sommet rouge de ce tabouret.

« Voyez cela », il y avait une petite trappe juste au-dessus de l'entrée. Quand on l'ouvrit, de nombreuses toiles en sont sorties. « J'y place ce sachet et je vous assure que lorsque l'alarme s'activera, le dingue aura le visage jusqu'à ces pieds. » J'ai refermé la trappe pleine.

Je suis parti prendre des gants, une pelle rouillée et un arrosoir de fortune. Pour finir, avec manière, on transporta le pot de fleurs rouges boucherie. Elles avaient une carrure exceptionnelle. Un dernier regard d'océan vers eux. « Je vais planter ça dehors, fort heureusement il n'y a pas de soleil devant. Il ne reste plus qu'à condamner les portes du fond et à éviter que le tout brûle par maladresse. »

Informations :
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La Cuisine

Message par : Invité, Mar 23 Juin - 16:09




Rp unique.


Ca faisait peu de temps qu’on était là avec Ebenezer, mais assez pour que Phoebe nous fasse confiance et nous réunisse dans la cuisine où il commença à sortir tout genre d’enchantements pour protéger l’auberge. Eben et moi le regardions faire pendant plusieurs minutes. Bientôt, une alarme fût mise en place si quelqu’un s’introduisait dans l’auberge par effraction, il fût impossible de transplaner dans celle-ci, elle fût également insonorisée pour que les personnes se trouvant à l’extérieur ne puissent pas entendre ce qu’il se passait à l’intérieur. Phoebe s’occupa également de mettre un cadenas mordant à la caisse quand aucun de nous n’est présent dans la boutique ainsi que de sécuriser encore un peu plus l’entrée en  ajoutant au-dessus de la porte un « effraie-directeur ». Une fois toutes ces choses réalisées, il revint avec un rosier et de quoi planter ce dernier.

Je vais planter ça dehors, fort heureusement il n'y a pas de soleil devant. Il ne reste plus qu'à condamner les portes du fond et à éviter que le tout brûle par maladresse, nous dit-il en se tournant vers nous.


Une fois qu’il eut quitté la cuisine, je me chargeais de condamner toutes les portes donnant sur l’extérieur en me plantant devant chacune d’elles tour à tour, laissant bien sûr la porte d’entrée à l’écart. De nous deux qui étions restés dans la cuisine, j’étais la seule capable de finir de protéger l’auberge ayant eu mes ASPICS avec un Optimal et étant sortie de Poudlard depuis bien longtemps contrairement à Ebenezer. Pour finir, je m’approchais de chaque mobilier, posait ma baguette sur chacun en prononçant une incantation qui les protégeait contre un incendie ou une éventuelle personne qui voudrait s’amuser s’il arrivait bien sûr à déjouer toutes les sécurités que Phoebe s’était appliqué à mettre en place. Ce sort n’était pas invincible mais il pouvait limiter grandement les dégâts.


Bientôt, Phoebe revint dans la cuisine et nous contemplèrent tous les trois le boulot plutôt que nous venions de réussir. Savoir la Tête de Sanglier protégée était plutôt rassurant, avec un peu de chance, on échapperait pour un moment à une effraction de quiconque.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La Cuisine

Message par : Invité, Sam 7 Nov - 19:20




Rp with Phoebe & Célya
(Post unique)
Désolée pour le double post


Il y a des jours dans votre vie, ou vous devez prendre des décisions et vous avez beau essayer de faire tout votre possible pour éviter ces jours là, vous ne parviendrez qu'à les retarder quelque fois mais jamais à les faire disparaitre parce que la vie c'est entre autre ça, c'est savoir prendre des décisions et les assumer pour être prêt à en subir les conséquences. En vrai, je vous parle de ça comme si la décision que Phoebe puis Ebenezer et moi avions prise était un choix vital sans lequel nous n'aurions pu survivre. C'est pas le cas. C'était une décisions importante pour la boutique mais plutôt banale. Voyant que la TS allait de mieux en mieux, que nous retrouvions enfin un peu de vie dans l'auberge, nous avons décidés ensemble d'embaucher quelqu'un d'autre. J'avoue que l'idée de m'avait pas vraiment enchantée à l'époque: comme les vieux, j'avais du mal à me dire que mes habitudes, mes collègues de boulot allaient devoir changer, j'avais du mal à accepter quelqu'un autre. Heureusement pour la nouvelle arrivante, j'ai rapidement changé d'avis.  


Elle avait passé la pote de la TS avec la pancarte de l'annonce, on s'était alors dirigés dans les cuisines histoire d'être tranquille pour discuter avec elle. Phoebe m'avait lancé quelques regards tout au long de l'entretient pour voir mes expressions. Il posait les questions, elle répondait, j'écoutais. Ce ne fut pas très long. Après tout, nous ne demandions pas grand chose pour être potentiellement pris. En plus de ça, nos avis à nous deux suffisaient puisque apparemment, cette jeune candidate connaissait très bien Eben, peut-être un peu trop à mon goût d'ailleurs. Elle resta vague sur sa relation avec lui ce qui me convenait, je n'avais pas envie d'en savoir plus, je n'étais pas dans cette auberge pour ce genre d'histoire, j'étais là pour travailler et gagner mon salaire à la fin du mois, ce qui me suffisait amplement. Je ne pensais pas que l'entente avec cette nouvelle arrivante serait la meilleure, mais elle n'était pas encore prise et puis après tout, je ne la connaissais pas, peut-être qu'elle était cool.


A la fin du petit entretient d'embauche et après une concertation entre moi et Phoebe, il m'avait demandé son autorisation pour l'embaucher. J'acceptais sans vraiment réfléchir, après tout, nous n'avions pas beaucoup eu de candidats et un peu de sang nouveau ne ferait sûrement pas de mal à la TS. Quelques minutes, peut-être une heure après son arrivée, elle repartait déjà avec un sourire aux lèvres, elle avait un boulot et nous avions une personne de plus pour avoir des journées un peu moins changées avec Ebenezer et Phoebe.


Spoiler:
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Célya L. Shake
avatar
LégendeSerdaigle
Légende
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Cygne)


Re: La Cuisine

Message par : Célya L. Shake, Mer 25 Nov - 21:01


Étouffant un bâillement, Célya évita un pavé déchaussé et continua sa route. Ayant passé une très mauvaise nuit, la jeune fille avait besoin de se dégourdir les jambes et de prendre l'air, surtout que la semaine n'avait pas été des plus faciles. En effet, les cours à Poudlard avaient repris depuis peu alors mais le rythme effréné avait du mal à prendre avec elle. D'habitude, Célya était la première à être enthousiaste à l'idée d'apprendre encore. Cependant, il était à croire que du haut de ses dix-sept ans maintenant, la blondinette n'arrivait plus à suivre. Ou alors elle en avait un peu marre et avait cruellement envie de prendre du bon temps plutôt que de passer ses journées à réviser et à travailler. A moins que ce ne fut une mauvaise passe due au temps quelque peu maussade. En tout cas, aujourd'hui, Célya avait décidé de prendre sa journée de samedi pour ne rien faire.

Aussi la jeune fille déambulait tantôt dans le Parc de Poudlard, tantôt aux abords de Pré-au-Lard. Peu lui importait qu'elle avait une montagne de devoirs à terminer avant le lendemain, la Serdaigle comptait bien profiter de ces quelques heures de liberté. Elle avait été faire quelques emplettes à Honeydukes, autant se faire plaisir pour se faire plaisir ! Et puis, il y avait longtemps qu'elle n'avait pas mangé de sucrerie. Si on ne comptait pas la fois où, quelques mois auparavant en compagnie d'Ashton, elle avait pénétré dans la boutique via le passage secret du château. Outre les bonbons, Célya s'était arrêté aux Trois Balais pour siroter une Bièraubeurre tranquillement, en prenant son temps, et pour grignoter un petit quelque chose. Seulement, après être sortie du célèbre bar, la blondinette se sentait légère et ensommeillée : contre-coup de sa nuit et de ce qu'elle venait de boire et de manger.

Après s'être évité une chute, la bleu et bronze porta son regard en direction de Poudlard. Au loin, le château était un point noir. Se promener, c'était bien, mais Célya devait avouer qu'elle se sentait fatiguée. Pourquoi donc ne pas faire la sieste ? Après tout, ce n'était pas une mauvaise idée. La blondinette prit donc la direction du château. Alors qu'elle passait devant la Tête de Sanglier, l'autre bar du village, une pancarte postée à la fenêtre de l'établissement attira son attention. Curieuse de nature, elle s'approcha et lu les inscriptions. Une annonce ? Pour recruter ? Un stagiaire ? Célya ne réfléchit pas et attrapa la pancarte. Tandis qu'elle s'avançait dans la salle, son cerveau tournait à plein régime. Un petit boulot, voilà qui lui permettrait de changer un peu son quotidien. En plus, elle serait rémunérée et, bien qu'elle ne fut pas pauvre, cela lui donnerait une petite satisfaction personnelle. Et puis, Ebenezer travaillait là...

Célya fut conduite aux cuisines, à l'arrière du décor, histoire de passer un entretien sur le tas. Elle n'était pas vraiment préparée... C'était quand même un peu stressant, de se retrouver en compagnie de deux personnes, le gérant et une serveuse aguerrie, sans avoir un minimum préparé des choses à dire. Heureusement que la blondinette n'était pas trop godiche et pouvait répondre aux questions qu'on lui posait avec assurance et sans bafouiller. Excepté peut-être quand elle dut parler de sa relation avec Ebenezer. Elle resta assez vague, notifiant qu'il était dans la même Maison, la même classe et qu'il était dans l'équipe de Quidditch dont elle était la capitaine, sans préciser la nature de leur entente. Ce n'était pas qu'ils se battaient et qu'ils ne pouvaient pas se voir en peinture, heureusement.

La blondinette n'aurait su dire combien de temps elle resta dans les cuisines à être cuisinée. Elle se retira un moment, apparemment la décision allait être prise sous peu. Allait-il lui dire qu'elle serait rappelée ou qu'elle ne convenait pas et donc ne serait pas rappelée ? Célya ne pensait pas avoir fait grande impression mais elle savait qu'elle s'était bien débrouillée pour se vendre et se défendre. Finalement, au bout de quelques instants, elle fut conviée à revenir auprès de ses recruteurs, qui lui annoncèrent qu'elle était leur nouvelle stagiaire. Rapide. Un peu sous le choc, la Serdaigle sortit de la Tête de Sanglier avec un petit sourire sur les lèvres.

Un samedi tranquille, une promenade, des sucreries, à boire, à manger, un nouveau job. Il n'y avait plus qu'à aller faire la sieste et ce serait parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Cuisine

Message par : Ebenezer Lestrange, Ven 15 Avr - 16:50


RP avec Lizz'

Y avait des clients. Une armada de clients. Qui buvaient de la bière en se goinfrant. Qui osaient ramener leurs morveux braillards à qui fallait servir des sodas de branchiflore a tarif enfant. Sodas agrémentés d'une goutte de rhum pour les faire dormir. Goutte soigneusement dosée pour être assommante et non déclencheur de crises de rire chez les marmots. Il aurait pu y mettre des somnifères aussi, ou du poison. Y avait des clients, des choses inutiles vénérées par leurs parents aveugles, et des gallions. Il n'y avait pas de BLondy à mater, à embêter ou à entraîner dans une chambre. Il s'occupait comment maintenant ? Mystère. Un bébé bava sur son comptoir, les samedis midi pluvieux familiaux allaient le transformer en p*tain de psychopathe ou juste achever l'oeuvre de sept ans d'études option folie furieuse.

Nan. Il devait rester calme. Réciter un mantra en boucle et oublier les gens. Qu'on le sauve, qu'on le kidnappe, qu'on le tue mais qu'on le sorte de là. On lui commanda dix plats. Il se demanda comment les gens avaient décidé que la TS ferait une chouette cantine familiale. Ils leur manquaient une case, une grosse, leur cerveau tout entier. Il répondit qu'il servait plus, qu'il était quatorze heures, que l'homme et sa mignonne petite famille pouvaient aller se faire mettre chez les grecs et que s'ils avaient trop faim, personne ne remarquerait s'ils gobaient un de leur môme vagissant. Ça partit en histoire, Ebenezer s'entraîna au lancé de couteau. Cinq minutes plus tard et il y avait nettement moins de monde et beaucoup de ménage à faire. Les gens ne pouvaient pas fuir ou perdre leur sang tranquillement. Qu'on le sauve.

Un monsieur, bravache, déclara qu'il allait appeler les aurors, une femme fit remarquer que les chiottes n'étaient pas un modèle de propreté et un gamin réclama un nouveau verre de soda. Il avait éborgné un père de famille, les gens avaient du trouver ça drôle vu qu'ils faisaient tout pour qu'il recommence. Il commençait à grincer des dents, à tapoter sur le comptoir en répondant par monosyllabe. Merry et Monroe étaient certainement occupés, sinon ils ne le laisseraient pas dans cette m*rde, pas vrai ? Blondy lui manquait presque. Qu'on le sauve.

Et là, ce fut la délivrance, l'arrivée d'un nouveau Raptor Jésus, la résurrection du dernier en date. Un visage familier venait d'entrer dans l'auberge alors qu'il cherchait par tous les moyens d'en sortir. Un peu plus et il en dansait de joie. Sortant de derrière son comptoir, bousculant les gens au passage, renversant une ou deux assiettes et attrapant une bouteille de vin qui siégeait sur une table de petits buveurs, il se précipita vers son amie de toujours... Bon, pas sûr que la dénomination convienne.

Il la choppa par le poignet, se moquant bien du contact qui en découlait et vola vers la cuisine, claquant la porte derrière eux. Sauvé ! Mouais. Qu'allait-il faire de Bennet maintenant ? Un bout de temps qu'il ne l'avait pas vu. Parce que mademoiselle avait beau être sa coloc, ce qui était un immense honneur, elle se faisait arrêter pour ne plus le voir. Puis lui passait sa vie à traîner au hasard et à ne pas dormir. Donc ils se voyaient pas trop, ce qui était dommage car ils auraient pu assassiner Delaube pendant son sommeil en joignant leurs effort. Il la regarda vraiment, trouva qu'elle était toujours aussi moche et quitta son visage pour se remémorer l'allure générale de sa collègue de conneries. Oh b*rdel.

- P'tain Lizzie, faudrait vraiment que t'arrêtes de bouffer ! s'était-il exclamé, les yeux ronds.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Cuisine

Message par : Lizzie Bennet, Ven 3 Juin - 21:31


Il y a des jours où l’âme ricoche entre les souvenirs. On sent la bille se faire folle, une pelote de laine se prenant les pieds dans des grains de sable, des fils dansant en croisant les bras, des atomes qui jouent au billard. Ça roule, roule, roule loin comme un Riri, c’est adhésif, et adaptable, aux murs, sols ; parois de terre et verre lui plaise, et dans le même temps, en s’enfuyant elle s’égare. Vagabonde loin, oui, mais trop loin. L’on veut grandir, se construire, et dans le même temps se leurre. Prenant le large, loin des gens, on oublierait presque ceux ayant été constitutifs de notre création. On préférerait nier l’importance qu’ils ont eu dans nos vies. Miner le partage. "Pars agere", signifiant : Avec une part, faire avancer.

Je crois que ce jour-là, quelque chose rendait juste nécessaire de revenir aux sources. Honnêtement, je sais pas ce que c’était. Des convictions ébranlées, une famille de cercueils, ne pas connaître le père, avoir paumé un oeil en route, non, je sais plus. Mais je crois que ce jour-là, j’avais besoin d’un Purée de retour dans le temps. Du coup je allais, courais, galopais, volais, fin transplanais quoi, parce que rien n’est aussi rapide, chez celui auprès de qui tout avait débuté. Je crains assez que vous ne m’en croyiez, pourtant, Lestrange rimait avec attachement. C’était un peu comme si mon monde magique s’était élargi d’un coup quand son chien, fin celui de la p’tite vieille, vous vous rappelez du nom ? moi pas, c’était vieux, j’sais qu’à l’époque je voulais que le chien, mais franchement le temps retourne les choses et les gens, et maintenant les cygnes et soeurs à foison s’écartaient face au souvenir du premier ami.

J’aurais pu tester de le croiser à l’appart, mais c’était soit bondé des autres, soit vide de lui, alors autant le faire suer directement à son taff. A peine j’avais franchi l’échoppe qu’il me sautait à la gorge. On aurait un peu dit un chien accueillant son maître, je crois, ou p’t-être, puisque j’ai dit ne pas venir pour un chien, un jumeau surexcité par la visite de sa soeur partie en Australie six mois. Il eut des réflexes plus ou moins pertinent -choper l’alcool, good point, le poignet, weird, dire qu’avant il aimait pas le contact physique, avait-il tant vieilli lors de mon échappée à Azkaban ? Pis m’attira dans la cuisine de son bar.

Son.
Parce que je le connaissais trop, j'associais le bar à son nom ? Non. Parce que bon, on l’y voyait si souvent que c’était à savoir s’il réservait les clients qu’il connaissait, ou y bossait 70h/semaine. En vrai, au vu de l’air pétrifié de certains visages que j’avais croisé dans la salle principale, il était difficile d’imaginer qu’un autre que lui en soit la cause. Il était parfois si merveilleusement désagréable ! Ça faisait partie des choses que j’adorais chez lui. Pis il mettait à son ennui cette bizarre originalité qui vous chatouillait l’esprit. Bref, j’avais un sourire relativement satisfait, des yeux bien masqués par des lunettes de soleil, et lui -fallait qu’il vienne après dans la phrase, mes plus récentes pensées étaient bien trop élogieuses à son égard, on aurait pu penser que mon respect pour lui s’élevait au dessus du Mont Fuji- lui donc, son regard-juge habituel.

Non, pas habituel. Plus écarquillé. Moqueur je crois. Qu’est-ce que j’avais encore fait ? Ah m*rde. Je me serais bien risquée à une petite leçon !halte à la grossophobie! mais en fait, c’était pas avec des types comme lui que le message pouvait passer. J’aurais honnêtement pu m’en contenter, m’affirmer comme ronde, c’était simple, tout chill en vérité, sauf que c’était lui mentir, alors que je risquais d’avoir besoin de lui, bientôt. Pas pour l’accouchement hein, il allait me le buter ce gosse, juste des petits conseils pour la grossesse. Oeil un rien rieur, j’aurais pu chanter version Hello Kitty dans Kassos « Je veux de la b*te », mais me contentais d’un :
- Tu d’vrais savoir que mes péchés de chair sont plus côté luxure que gourmandise. J’suis enceinte.
Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Cuisine

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 12 Juin - 17:35


Sur le coup, il ne comprit pas la réponse. Bennet, en mode je-me-la-pète-avec-mes-lunettes-de-soleil-à-l'intérieur, était enceinte. La blague. Impossible. Elle avait mangé trop de chocolat, point final, pas de discussion. Puis qui aurait bien voulu d'elle, sérieusement ? Elle était trop tarée comme nana, c'était pour ça qu'il l'aimait bien d'ailleurs, mais fallait être totalement maso pour la vouloir dans son lit. Puis elle avait une mâchoire bizarre. Voilà. La seule luxure que pouvait connaître Bennet, c'était celle avec sa main droite et à la limite avec un gamin sous Imperium. Quoi que nan, même pas. Même aveugle et hypnotisé, un humain normal s'enfuirait.

- Je savais pas que tu pouvais faire la parthénogenèse...

Air étonné, ton tout autant, deux secondes plus tard, il partit dans un éclat de rire. P*tain, Lizzie avec un gosse. Il s'étouffa en prenant une gorgée de vin, crachant le liquide rougeâtre sur son amie. Rien qu'imaginer le gosse, rien qu'imaginer le fait qu'il puisse y avoir un gosse. C'était la meilleure blague de toute sa vie, il allait jamais s'en remettre, fallait se cuiter pour fêter ça, pour y croire surtout. Parce que malgré le ventre, preuve accablante d'un changement de l'existence d'un parasite dans Bennet vu la forme quand même assez reconnaissable, ça ne restait pas crédible.

Il passa la bouteille à la sorcière, il fallait faire boire les femmes enceintes et essaya de retrouver sa respiration. Il en avait les larmes aux yeux et mal aux abdos. Il adorait cette fille, genre vraiment. Ça devrait être interdit de faire rire les gens comme ça, il avait fait son sport pour l'année sous les yeux protégés des UV de l'autre. Lizzie avec un gosse, manquait plus qu'Heather en ait un aussi et le futur du monde était gâché par une descendance certainement pas super viable de personnes douteuses.On se reconcentre, on reprend sa bouteille et on dit un truc sérieux.

- Tu t'en débarrasses quand ? T'es venue parce que t'as besoin d'aide ?

Parce qu'il ne voyait absolument pas Bennet garder un enfant, puis l'élever. Pauvre Lizzie et surtout pauvre mioche. Puis ça faisait des lustres qu'il ne l'avait pas vu et là elle se repointait comme ça. Pas que ça le gênait beaucoup, elle l'avait sauvé des clients nuls mais ça faisait quand même louche. Quoique, techniquement, elle ne devrait pas avoir besoin d'aide pour se débarrasser d'un bébé. Elle était même du genre à se faire elle-même une césarienne pour l'enlever ou alors à l'empoisonner vu que c'était apparemment son nouveau métier. Alors pourquoi elle était là ? Elle avait besoin de soutien psychologique ? D'une épaule compatissante ? Si c'était le cas, elle avait toqué à la mauvaise porte et le savait. C'était bizarre cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Cuisine

Message par : Lizzie Bennet, Ven 12 Aoû - 6:14


Des notes qui rappellent
L’ivresse de l’enfance


Vous ne serez pas surpris d’apprendre qu’il me crut pas. Normal. Personne de sensé n’aurait pu me croire. Enfin, après, sensé, il l’était pas des masses. M’enfin. C’était presque beau de le regarder rire à se défoncer les zygomatiques. Et ça crachait son vin -gâchis- se contorsionnait, pleurait, blablabla. Un acteur de folie ce type. Enfin, j’comprenais d’un côté, sa vie était tellement de la m*rde que l’idée que j’puisse avoir un gosse était la surprise de sa semaine. Voire son mois. Tellement la meilleure pote qu’il puisse avoir, nah ? Il fêta ça avec une nouvelle rasade d’alcool, et là, je le suivis. Bord*l qu’il était bon d’être avec quelqu’un qui vous jugeait pas sur vos consommations. La moitié du liquide y passa, et je rejetais la tête en arrière. Ma vie était un tel foutoir en vrai... J’étais un divertissement sur pattes. De la rue à la prison à la grossesse. Mais qu’on m’écrive p*tain ! J’évitais de retirer mes lunettes, pour lui garder un motif de rire après. Sinon on épuisait toutes les cartouches en une fois, c’était triste. Il parla encore- prévisible, il me proposait de l’aide pour m’en débarrasser.

- Euh. En fait. Prépare tes abdos, tu vas repartir dans 3 secondes. J’ai besoin de me débarrasser d’un bout de sa garde surtout. 
Blanc. J’arrivais pas à croire que j’étais en train de lui demander ça.

- J’voudrais que tu soies le parrain. J’ai pas le temps, j’ai reçu de nouvelles propositions de taff et...
Ne pas entrer dans les détails. Si j’annonçais que j’étais maintenant servante, dealeuse et garde en plus d’être serveuse et maitresse des potions, il allait vouloir savoir pour qui je bossais et tellement foutre le bazar dans ma vie pro que... Nah, c’était mort. Il était capable de me demander le loyer des Rainbow Troublemakers, et si c’était le cas la prostitution ne devenait plus une option mais une obligation. Pis on s’était jamais tout dit non plus, donc au pire on s’en fout.

Tu sauras lui apprendre tout c’qui importe. On a les mêmes valeurs. J’vois pas qui d’autre pourrait en faire un- Pis je m’arrêtais. J’parlais trop, et il avait pas assez de réponse donc ça servait à rien. J’précisais quoi, coucou t’aurais pas l’adresse d’un ex-Mangemort immatriculé 49 cordialement bisous ? Nope. Nupe. Nope. Je faisais demi tour dans la cuisine, cherchais la bouteille adaptée, m’amourachais d’une bouteille de sky et en suçais le goulot. Soif pour deux. Descente pour deux.

Revenir en haut Aller en bas
Ebenezer Lestrange
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Cuisine

Message par : Ebenezer Lestrange, Dim 18 Sep - 16:41


Sa garde ? Comment ça ? Il comprenait pas trop où Bennet voulait en venir. Elle voulait le garder mais pas entièrement ? En mode pire qu'un bébé dans une poubelle, un bébé dans deux ? Bon, c'était altruiste en quelque sorte. Mais ça sous-entendait beaucoup de choses... Le cerveau d'Ebenezer fit tilt, enfin pas totalement parce qu'un cerveau n'est pas sensé faire du bruit sinon ça serait très inquiétant mais un tilt métaphorique, vous voyez ? Techniquement non parce que l'on ne voit pas les sons. Oui, la sortie est par là, je fonce droit dedans puis on va revenir aux deux clampins qui squattaient une cuisine à la propreté inquiétante.

D'un côté, il y avait donc Lizzie qui racontait sa vie en éludant les détails qui auraient pu être intéressants. Genre des infos sur ses taffs maintenus secrets, que dalle, des requêtes pour traumatiser à vie le Ebenezer moyen, bingo. Il avait pâlît le serveur, encore plus blanc que le ventre d'un manchot. Du discours de son amie, il n'en avait retenu qu'un seul mot. "Parrain" La blague du siècle, même l'individu le plus débile du monde ne voudrait pas lui confier son poisson rouge et elle voulait qu'il s'occupe en partie de son gosse. C'était très très rigolo comme blague ça. Le machin n'avait même pas neuf mois que sa mère voulait déjà qu'il crève. Deux preuves, son choix en matière de parrain et sa consommation en alcool. Ebenezer n'était pas en position pour juger la seconde, il passait la moitié de son service très joyeux (à sa façon bien entendu).

- Tu sauras lui apprendre tout c’qui importe. On a les mêmes valeurs. J’vois pas qui d’autre pourrait en faire un-

Il releva un sourcil, en mode je-ne-vois-pas-du-tout-de-quoi-tu-parles et repartit dans un fou rire. Ça faisait quand même beaucoup. Elle était au courant de ce qu'il en avait fait de ses prétendues valeurs ? Peut-être pas et c'était tant mieux. Le gosse, ça le dérangeait pas trop de lui enfoncer les conneries banales dans le crâne dés le berceau si ça avait été avec un marteau plus qu'avec la parole. Ça le gonflait déjà de dialoguer avec des individus qu'il appréciait un minimum et qui avaient la faculté de se tenir debout sans baver, alors avec un bébé, beurk. En plus, ça devait être couvert de microbe.

Par contre, ce n'était pas parce qu'il riait que Lizzie devait se croire chez mémé. Et vas-y que je fouille les placards et que je me serve dans les bouteilles et que je roule des patins à l'une d'elle. Il s'approcha d'elle, de nouveau un peu sérieux, et lui ôta son biberon de la bouche, faux air de jugement peint sur la figure. T'es enceinte et tu bois ? Pas bien... Surtout, voir que, parce que c'était l'alcool de la taverne donc chasse gardée, il prêterait pas autre chose que le vin.

- J'ai quoi en échange ?

Fallait quand même pas déconner, il n'allait pas faire une BA de ce genre pour une dizaine de branchicakes. Il essuya le goulot, histoire de ne pas chopper l'hépatite, et but une rasade de sky. Ils allaient finir complètement bourré à ce rythme là et il serait capable d'accepter tout et n'importe quoi. Fallait poser les questions existentielles et vite.

- Et qui est l'heureux papa ?


Dernière édition par Ebenezer Lestrange le Ven 21 Oct - 17:26, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: La Cuisine

Message par : Lizzie Bennet, Lun 10 Oct - 7:57


Ebenezer me regarde. Il me regarde suçoter la bouteille, c’est à croire que c’est de son sang dont je me délecte. Alors que l’alcool me brûle la gorge, ses joues se vident de couleur. Décomposition sans bague magique, sans sortilège, rien. Juste la pâleur du gars qui comprend un truc, et n’aime pas, et se pare d’un blanc maladif. Comme si l’être humain s’était créé une couleur valant un panneau stop. higher and higher higher and higherBientôt, tu ne le regardes plus, ou plutôt si, tu l’entrevois à travers le verre déformant de la bouteille dont tu puises des rires désordonnés, répondant en écho dépareillé à ceux de ton comparse.

Il finit, bien sûr, on parle de Lestrange quand même, à chercher à monnayer l’affaire. Quoi. Je te prête des droits sur mon gosse, et toi, tu veux quelque chose ? T’as cru que j’avais des choses t’intéressant ? Sorry copain, j’suis aussi pauvre que d’habitude, et non, je te ferais pas de ristourne indécente à la Boutique d’Accessoires de Magie Noire. higher and higherEnfin, en soit, je pouvais tout à fait.higher and higher Mais hors de question qu’il le sache, sinon j’étais juste morte, il ne me laisserait jamais y échapper. Ne pas faire de promesse qu’on pouvait regretter. Entre deux gorgées, je crachais « J’ai trouvé une nouvelle tite pilule, si tu veux la tester... »

Yep, l’avantage des autres emplois, c’est que l’un impliquait de chercher des gentils petits clients. Et rien ne fidélise tant que les premières gratos. Pis ça me permettait d’avoir un prétexte pour la prendre avec lui. De pas être juste l’alcoolique et droguée lambda, mais d’être quelqu’un qui aimait partager, tout ça, tout ça. Je commençais à farfouiller entre mes poches de la main gauche, la droite ne quittant la bouteille qu’elle ramenait encore et encore à mes lèvres. Pourquoi je trouvais pas ce cachet avec motherfucking comme deuxième prénom ? Il était cool pourtant. C’était un cadeau pour lui, mon employeuse, le bébé, moi, bref, c’était la baaase.

Je devais mettre trop de coeur à ma recherche, car il profita d’une faiblesse d’attention pour me voler sa bouteille. Le c*nnard. Oui je sais, pas safe, il faudrait d’autres rejets, des « bois mes règles » plus que des « va te faire foutre », mais pour le coup, j’y pense pas. Peut-être parce que je les ai plus ? J’aurais pu me taper celles d’anniversaire, j’avoue que j’apprécie que mon corps m’ait foutu la paix depuis quelques mois sur ce sujet. En même temps, vu comme le monde parvient à être relou tout le temps, c’est plus cool de pas être en perpétuel en désaccord avec notre corps.

Et bim, voilà que je me tapais ses désaccords à lui. Ebenezer, pas mon corps hein. Il avait ce regard tout pétri de jugement, de l’ordre de ceux qui me suivaient où que j’aille, higher and higher higher and highers’accompagnant parfois de dissection de mon gosse. Bande de- De quoi, je sais plus, il parle et mes doigts se referment sur le paquet. Bah dis donc, faut vraiment que je réorganise mes poches. M*rde ! Il parle, on disait. Que disait-il, déjà ? J’aurais mieux fait de pas faire rejouer. « Et qui est l'heureux papa ? » Haussement d'épaules désinvolte.

- J’en sais rien. Enfin presque rien, mais concrètement, je connaissais pas son nom, ni sa gueule, j’avais que son matricule, et c’est pas à lui que j’allais l’expliquer. Tu sais, en sortant d’Azkaban, j’avais des plaisirs à retrouver. Sourire carnassier, le retour, je mentais comme une arracheuse de dents. Depuis Azkaban, 49 était le seul mec que je me rappelais m’être fait. Les autres étaient toutes des meufs, donc ça limitait le potentiel de responsables. Je faisais tournoyer les petites pilules. higher and higherhigher and higherhigher and higherJoin me.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Cuisine

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 9

 La Cuisine

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: La Tête de Sanglier-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.