AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 15 sur 17
En journée...
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: En journée...

Message par : Lizzie Bennet, Lun 24 Juil 2017 - 16:34


Tout arrêter
J’ai hoché la tête
Comprenant très bien ce qu’il voulait dire
Il y avait dans la jeunesse une sorte d’ivresse
Une folie de vivre

Une faim d’adrénaline

C’était l’âge où l’on était le plus vulnérable

Et pourtant on se drapait dans l’illusion d’être invincible
De pouvoir résister aux maladies à l’insomnie aux fantômes

De pouvoir résister aux pulsions suicidaires de pouvoir choisir la vie

Parce qu’on était plus forts que ça, tu sais ?

Je comprends que tu aies arrêté d’y croire

Que tu te soies rendu compte d’autres couleurs du monde

Comme si on t’avait retiré des oeillères et que tu te prenais la vie

La vie en pleine face, la pire des claques

T’avais peut-être envie de te cacher les yeux à nouveau

De retourner en enfance

J’y ai pensé moi aussi

Retourner là où Jane et Mary et Kitty étaient encore en vie
Retourner là où je trainais pas avec des Mangemorts
Là où j’étais pas une si piètre mère 

Là où tout était simple et que le mot responsabilité

Faisait rire ou rêver

Parce qu’on savait pas


J’y ai réfléchi et je sais que je ne peux pas

Je ne peux pas retourner là bas

Tu sais depuis il s’est passé des choses

Des choses auxquelles je ne peux survivre deux fois

Je ne peux pas retourner sous les ponts

Je ne peux pas retourner à Azkaban

Je ne peux pas retourner vivre leur deuil

Alors oui, je suis dans une impasse
Un train à direction unique
Mais j’ai pas peur tu sais

Enfin j’essaie de m’en convaincre

Alors j’vais courir en avant

J’vais courir vers demain
— quelque soit sa couleur, il ne saura être pire qu'hier
non ?

J’ai retenu ma respiration

Arrêter

De vivre

J’y ai pensé tu sais, quoique mon souvent que ma penseuse

Je t’éviterais un passage dans ma pensine

Mais faut pas

Parce que j’ai pas fini

Pas encore
Sunil a du travail pour moi



Voix faible, presque douce, quoique trop directe
J'ai jamais su prendre les détours
C'est pour ça que je suis pas douée avec les gens
Je parle trop vite trop droit

— Et qu’est-ce qui t’empêche d’arrêter de vivre ? qu'est-ce qui te fait vibrer ?


Quand le monde et ses conflits et ses douleurs

Se font trop fatigants 

Qu’est-ce qui te fait tenir

Qu’est-ce qui te fait te lever le matin ?

Tu le sais, ou pas encore ?

Raconte-toi, odieux personnage

J’ai l’impression que maux à mots

On apprend à moins se haïr
Revenir en haut Aller en bas
Seth McSoul
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: En journée...

Message par : Seth McSoul, Dim 30 Juil 2017 - 1:40


C'était inquiétant, tout de même, de se sentir délaissé à cet âge. Qu'est-ce qui pouvait donc se passer dans l'éducation des jeunes pour qu'ils se sentent si seuls, si abandonnés ? Un taux de suicide aussi fort ne venait pas de nulle part...

Seth venait de parler sans réellement mesurer ses propos. Il considérait cette rencontre comme courte, éphémère : il se fichait de savoir si Lizzie allait encore se moquer de lui, se vanter à nouveau, réfuter ses propres vices et malheurs.

"J'ai tout arrêté". Il voulait simplement adresser ces mots à quelqu'un, n'importe qui, avouer ses fautes et assumer son abandon, et le reflet qu'il distinguait en elle lui avait paru être le bon moment pour les faire sortir enfin.

- Et qu’est-ce qui t’empêche d’arrêter de vivre ? qu'est-ce qui te fait vibrer ?

Elle posa cette question d'un ton vif, saccadé, et Seth eut l'impression d'avoir visé juste, de l'avoir touchée pour qu'elle ne sache pas vraiment comment réagir. Il comprit à ce moment là qu'il n'était pas parti trop loin, qu'il ne l'avait pas mal jugée. Elle aurait pu le rejeter, l'insulter, s'esquiver, mais elle lui avait simplement répondu, avec cette sincérité difficilement assumée qui lui était propre.

Tu es humaine, Lizzie. Ça fait bizarre de ne le comprendre que maintenant, mais tu te dévoiles enfin, avec tout ce qui fonde ton humanité. Et le garçon, qui avait disparu pendant quelques minutes, qui s'était envolé loin du monde réel le temps de prononcer ces mots, revint tout à coup sur terre, réalisant qu'il venait d'adresser une phrase pleine d'authenticité à cette vieille rivale, celle qui autrefois lui aurait littéralement craché dessus.

Que devait-il faire, à présent ? Lui répondre normalement, poursuivre la conversation ? Ils étaient lancés, au milieu de la rue, avaient oublié la foule qui les entourait et s'ouvraient l'un à l'autre. Leurs retrouvailles, quelque part, faisaient du bien à Seth.

Il hésita à creuser en profondeur, explorer tous les recoins de leurs sentiments, mais il opta plutôt pour une approche plus délicate, moins brutale, qui ne les obligerait pas à se confronter à leurs réalités. C'était cette volonté coriace et inconsciente du jeune homme de toujours esquiver les sujets sensibles.

- À vrai dire, je ne sais pas vraiment, dit-il ainsi en essayant de reprendre une conversation normale. Il y a toujours cette volonté d'expérimenter, tu sais, d'explorer de nouvelles choses. Je suis toujours là à me dire que je suis encore jeune, qu'il me reste tant à vivre, et je me dis que ça doit sans doute être vrai puisque c'est ce que tous nos parents nous répètent depuis qu'on est gamins.

Et puis quelque part, une envie incontrôlable le prenait de ne pas rester dans des banalités, de s'ouvrir entièrement, de se dévoiler, de vivre un instant unique avec cette connaissance d'autrefois. Qui sait s'ils se reverraient un jour ? Et puis, que pourrait-elle lui reprocher, pas vrai ? Elle était rentrée dans son jeu, avait accepté de se dévoiler elle aussi.

À quoi ça servait, de se cacher encore, de se camoufler dans une banale discussion de retrouvailles "Et toi, comment ça va ? Qu'est-ce qui te fait tenir debout, tu as un job ?" Peu leur importait à tous les deux, il le savait bien.

- Mais... J'ai aussi l'impression que ça ne suffit pas, ajouta-t-il alors. Tu sais, c'est ce "Mais" qui revient sans cesse. "Je suis heureux, mais...", "Je sais que tout va bien, mais...".

Je sais que tout va bien, mais en réalité tout va mal.
Ou plutôt...
Je sais que tout va bien, mais je n'ai finalement aucune idée de si je vais bien, ou mal, ou les deux.

- En fait, j'ai cette petite part de moi qui trouve ça excitant, de se situer entre les deux, tu vois ? Je me sens comme un funambule prêt à tomber de son fil, qui ne sait jamais à quel moment il va perdre l'équilibre. J'ai comme l'impression que c'est ça, l'expérience de ma vie, ce qui me fait vibrer : cette sensation de toujours pouvoir chuter, même lorsqu'on se sent du bon côté de la vie.

Et voilà qu'il était parti, comme d'habitude, il déballait tout sans rien comprendre. Et tandis qu'il parlait, il cherchait au fond de lui une réponse à ses questions, une solution à ses problèmes.

- Enfin bon, voilà, je pars déjà dans mes délires, se rattrapa-t-il soudain en souriant, effrayé de plonger à nouveau dans ses tiraillements. Je suis devenu taré depuis Poudlard, pas vrai ? Je raconte des c*nneries, on dirait un vieux fou perché qui vit au fond des bois. Comment tu te portes, de ton côté ? Qu'est-ce que tu fais de ta vie ?

Il revenait sans cesse à cette volonté tenace de se tenir aux normes, car il avait l'impression que seules les normes étaient capables de le maintenir du bon côté, qu'elles le gardaient dans le droit chemin bien qu'il ne leur fasse absolument pas confiance.

Son esprit n'en avait pas grand chose, des normes, et se fichait bien de faire de lui un original, mais il semblait garder un précieux trésor dans son inconscient qui les ramenait toujours à lui. Ce genre de trésor qui se tenait enfoui en chaque être humain, et qui semblait contenir le sens de la vie de tous sans jamais s'ouvrir aux hommes.

Seth en avait tellement ras-le-bol, de ne rien comprendre à sa vie et à tous ses secrets, qu'il se forçait à banaliser son quotidien pour simuler son bonheur.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: En journée...

Message par : Lizzie Bennet, Lun 4 Sep 2017 - 16:13


Il a dit quelque chose que je n’ai pas compris. Il a dit qu’il lui restait tant à vivre. C’est fou, parce que ça, c’est pas un sentiment que j’ai. Parce que clairement j’ai l’impression d’avoir rencontré à peu près toutes les âmes qui allaient me marquer, que les suivantes seront encore des crèves-coeur. Des gens qui font rêver puis désespérer ; inspirent le respect jusqu’à ce qu’ils meurent ; l’amour meurtrier ; la crainte solidaire ; les pulsions ne vont jamais sans paire, et je ne veux plus de ça.

Je ne veux plus non plus des gens qui se cachent derrière les politesses pour ne pas avoir à se dire les choses. A force de protéger l’autre, on finit par oublier d’être vrai. Non, non, j’ai vu ceux que j’avais à voir. Je doute qu’il y ait mieux en ce monde. Pire, oui, je les ai touchés du doigt, et je ne veux plus y être confrontée, jamais.

Voyager ? J’avais déjà vu des îles et des villes et des déserts et des forêts. Il me manquait peut-être quelques paysages tropicaux, mais même ça… A quoi bon ? A quoi bon se battre pour voir, quand on n’a plus le goût de la vie ? Du nouveau ? J’en ai dépendu, dépendu des années. Aujourd’hui, je viens plutôt à me demander si je suis tout à fait moi, à douter ainsi. La neophilie, voilà ce qui m’avait toujours définie… Et maintenant ?

Maintenant j’en viens à me demander si c’est toujours moi, aux commandes. Si me tuer demain serait un suicide ou un meurtre. Si j’ai déjà été moi. Si ce serait différent si j’étais moins seule. Pas que je sois seule, loin de là. Contrairement à la plus part de mes pairs, je suis déjà parent, et ça, ça veut dire que j’ai une responsabilité à vivre. Parce que quelle mère abandonnerait ses enfants ?

Moi, peut-être. Parce que je veux plus de tout ça — je veux plus de rien. Je veux me reposer, tourner le cerveau en off, et surtout, surtout ne plus jamais avoir à mettre on. Je n’en aurais pas la force. Parce que j’en peux plus de vivre. Que j’ai besoin d’un stop. Parce que je ne sais pas vivre, même pour les autres. Que c’est éreintant de rester en vie parce que quelqu’un a besoin de toi.

Parker, tu fous quoi, m*rde ? J’crois que tu pourrais être mort, toi aussi, que je t’en voudrais pas moins. Pour un chat indépendant, ça part vraiment en cacahuète, vous trouvez pas…
J’ai observé le funambule qui me parlait. Je chutais, je chutais depuis des années déjà, et sans parachute, mais le pire, le pire c’est que je n’avais toujours pas trouvé le sol.

— Tu n’es pas fou. T’as chopé cette maladie qu’est la vie, et tu sais plus qu’en faire.
On est condamnés, condamnés à vivre, mais mec, je peux plus, pas cette fois pas ce soir j’arrive plus.

— J’pense que je deviens plus ou moins un cliché de ce que j’étais plus jeune.

Je croyais que ça n’arrivait qu’en famille, ou alors, quand on devenait très vieux. Mais j’y suis, déjà, de plus en plus vivante et de plus en plus morte ; de plus en plus triste dans mon refus d’escorte.
— Enfin, pas sur tout. J’suis restée dans le commerce, mais plus de potions que de boissons.


Jouons, jouons à cache-cache derrière nos mots.
Revenir en haut Aller en bas
Luia Luminos
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: En journée...

Message par : Luia Luminos, Lun 4 Sep 2017 - 21:23


Post unique tour de garde Aurors (si problème MP moi)

Luia était désormais Auror depuis un bon moment. Et ça lui plaisait bien. Etre là à enquêter, faire des interrogatoires, faire des tours de garde, etc., certes, ça n'était pas toujours facile mais elle en avait toujours rêvé, comme un de ses métiers de rêve, avec médicomage comme son père et professeur à Poudlard.

Elle quitta son appartement pour aller faire son tour de garde ce matin-là. Après tout, ce mois-ci, elle s'occupait de l'Allée des Embrumes. Ça tombait bien, elle habitait dedans. Oui, habiter ici, c'était glauque. Mais aussi pas cher et parfois pratique pour les tours de garde.

Luia quitta ensuite l'immeuble, sa baguette bien en main et son insigne d'Auror bien visible. Elle avait aussi un paquet à la main. C'était des journaux "L'Aurore", le premier du nom. Un journal réalisé par les Aurors et leurs alliés/ soutiens. Elle allait en déposer quelques-uns dans l'Allée après son Tour de Garde.

Luia commença son inspection de l'Allée. En cette journée de septembre, rien de bien suspect. Deux jeunes personnes discutaient dans un coin et le reste n'était que la vie habituelle de l'Allée, des choses sombres, bizarres, glauques. Mais auxquelles elle ne pouvait rien.

Une fois sûre qu'il n'y avait aucun danger en vue, elle reprit le chemin de chez elle et déposa le paquet de journaux sur un banc bien noir mais bien visible dans l'Allée. Elle rentra chez elle se reposer un peu puis elle ressortit pour aller au Ministère faire son rapport.


Lumos !

Note d'information

Sorcières et sorciers de Grande-Bretagne,

Nous faisons aujourd'hui appel à vous pour nous aider à mieux vous protéger. Ces derniers temps, de nombreuses attaques ont eu lieu un peu partout sur notre territoire. Si certaines de ces attaques ont étés menées par des groupuscules mineurs, la majorité de ces actes restent au forfait de l'Ordre Noir ainsi qu'à ses partisans et ses sympathisants. Malgré toutes ces attaques, nous n'avons reçu que très peu de témoignages et de plaintes de votre part.

Nous sommes pleinement conscients de l’existence d'un second ordre répondant au doux nom de l'Ordre du Phénix et nous savons également que certaines et certains d'entre vous accordent davantage leur confiance à ses sorcières et sorciers plumés qu'aux membres du Bureau des Aurors. Pourtant, là où les flammes du Phénix repoussent temporairement la noirceur, la lumière de la Justice enferme à jamais toute obscurité. Donnez nous les moyens de vous protéger et nous saurons nous montrer digne de votre confiance.

Si au delà d'informations à nous transmettre ce sont nos rangs que vous souhaitez rejoindre, n'hésitez pas à vous rapprocher du Bureau des Aurors, nous sommes constamment en attente de sorcières et sorciers capables et dignes d'incarner l'Ordre et la Justice. Alors n'attendez plus, contactez le Bureau des Aurors !

Artemis Lhow

Règles de survie élémentaire

En ces temps troubles, la menace terroriste est plus que présente. Néanmoins, nous ne sommes pas tous préparés face à ces risques. Ce court guide vise à informer les plus vulnérables sur la bonne démarche à suivre en cas d’attaque de Mangemorts.

1) Mettez-vous à l’abri : la priorité étant votre sécurité, il est primordial d’assurer votre protection au moyen de la dissimulation ou de sortilèges de défense (le plus accessible étant ‘Protego’). Cependant, les sortilèges de protection sont éphémères.

2) Ne vous mettez pas en danger : les Mangemorts sont des sorciers surentraînés et très puissants. Les comportements à risque tels que des duels vous exposent à de très grands dangers. L’option la plus sûre reste la fuite.

3) Repérez les issues des lieux dans lequel vous vous trouvez : ce conseil semble inapplicable, mais, hélas, il est nécessaire pour pouvoir fuir rapidement et vous mettre en sécurité.

4) Contactez les Aurors le plus vite possible : le plus sûr est de le faire au moyen d’un patronus. Il y a toujours un Auror de garde qui peut intervenir. Mais ceci ne peut se faire que si nous sommes au courant qu’une attaque s’est produite. Ainsi, contactez-nous le plus vite possible une fois que vous êtes à l’abri.

5) Évitez les endroits à risque : cette règle n’est pas à appliquer durant une attaque mais pour l’éviter. En effet, au cours des années, les Aurors ont pu établir une liste de lieux à risques : l’Allée des Embrumes, les endroits environnants Pré-au-Lard (comme la Cabane Hurlante), les docks de Londres. Hélas, Poudlard est aussi un endroit à risques. Le plus sûr étant de vous réunir dans le parc de Poudlard en cas d'attaque accompagnés de vos préfets et professeurs.

Rosie Peltz

Ils sont là, parmi vous ...

Je n'ai jamais aimé les forces du mal. La moitié de ma famille, en exerçant la magie noire et en pactisant avec les forces obscures, a largement contribué à mon aversion pour cette part de la magie. A l'âge de six ans, je prenais ma décision : je servirai le bien et la justice. Je savais qu'entrer à Poudlard me permettrait de rencontrer du monde et de mettre en application ma volonté d'aider le Monde Magique.

Cependant, je ne pensais pas que cette opportunité se présenterait si tôt. J'ai eu la chance d'être acceptée parmi les alliés des Aurors. Ces garants de la justice, droits et incorruptibles. De véritables modèles. Rejoindre un jour leurs rangs constitue pour moi un objectif ultime et un accomplissement total.

Mais demain, demain je serai de ceux qui combattent corps et âmes dans la lumière, qui livrent les batailles et qui protègent le Monde. Demain je participerai à la recherche de cette paix que nous souhaitons tous. Si, grâce à mon humble contribution, des gens peuvent être sauvés des griffes du mal, alors je dormirai tranquille. Alors j'aurai le sentiment du devoir accompli. Alors, j'aurai la sensation d'avoir fait reculer les ténèbres.

Pour moi, Auror n'est pas seulement un titre assigné à quelques personnes. Ce n'est pas seulement un insigne brillant sur une robe de sorcier. Non, l'Auror est l'incarnation même de la lumière, le symbole de notre liberté et de notre foi en l'humanité. Il est le lien qui unit les êtres magiques et non-magiques, indifférent à leur sang ou à leur nom. Il est l'intégrité et le courage dont nous avons besoin.

Kalén Bloom

L'aurore

L'Aurore se lève sur Londres,
Berce la ville de ses lumières,
Des lueurs qui sont secondes,
Scintillent sur les belvédères.

Le jour dessine à son sein,
Le refrain d'une plénitude,
Née à l'abri des desseins,
D'un chant que rien n'élude.

De mille éclats brille le soleil,
Qui haut et fort carillonne,
Sur son trône posé dans le ciel,
Où il est le Juge qui fredonne.

~

Les Aurors eux aussi se lèvent,
Se dressant tous ensemble,
Un rempart pour que les rêves,
Toujours vivent et s'assemblent.

Ils sont la lance de la Justice,
L'épée à la main du Ministère,
De la paix ils sont les complices,
Les Gardiens des Mystères.

Ils sont garants de la sécurité,
Les piliers face aux Ténèbres,
De la magie ils sont la pérennité,
Qu'ils tissent tels des orfèvres.

Evan

Horoscope

Vous êtes mangemorts, ascendant psychopathe : ne dormez pas sur vos deux oreilles ! Vos ennemis veillent, tapis dans la nuit, prêts à vous bondir dessus à la moindre erreur. Les masques sont durs à porter par les temps qui courent, prenez garde, lorsque vous l’enfilez ... qu’un agent ne soit pas derrière vous, baguette à la main.

Vous êtes phénix, ascendant justicier : si vos intentions peuvent paraitre louables au plus grand nombres, certains (les Aurors) ne seront pas dupes et tenteront par tous les moyens à leurs dispositions de vous arrêter. Prenez garde lorsque vous sortez, ils seront discrets, marcheront sur vos pas, deviendront votre ombre.

Vous êtes civil, ascendant même-pas-peur : vos pères et mères disaient sans doute que la peur n’évite pas le danger. Néanmoins cessez de prendre des risques inutiles et inconsidérés ! Vous pourriez être amené à le regretter par la suite.

Vous êtes civil, ascendant g-la-trouille : vos pères et mères vous disaient très certainement que prudence est mère de sureté, mais attention à ne pas tomber dans l’excès ! L’ombre veille, mais les Aurors aussi ! Vous finirez par regretter de ne pas être sortis pour aller chercher vos chocogrenouilles.

Elly Wildsmith

Merci à Lïnwe Felagünd pour les bannières
Merci à nos contributeurs pour leurs articles
Merci à l'ensemble des Aurors pour leur implication
Journal des Aurors - Première édition



Info HRPG:
 


Edit Alhena : Bonjour Luia, comme signalé dans le Règlement RPG, il vous est interdit de poster dans un sujet non libre sans autorisation au préalable. Merci de faire plus attention à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En journée...

Message par : Arty Wildsmith, Mar 10 Oct 2017 - 16:29


Plus d'un mois. On reprend ici, si problème, MP.


Azarty s'entraîne au duel
Avec Zaza & Elly


C’était marrant un peu, cette brillante étape. Il avait été reçu chez son pote, une après-midi comme ça. Un peu comme quand on est petit et qu’on passe jouer chez le copain et prendre le goûter. Désormais, ils sortaient de l’appartement d’Azaël, et Arty était absolument tout fou, sautillant, un peu plus que d’habitude. D’abord parce que les lieux étaient grandement inspirants, il n’avait pas vraiment su où poser ses yeux tellement il y en avait partout et ça découlait de paillettes joyeuses. C’était un peu l’endroit dans lequel on pouvait déposer le Poufsouffle et être absolument persuadé qu’il allait rester sage pendant au moins deux bonnes heures. Et c’est déjà pas mal pour quelqu’un comme lui, déjà, rien que les petites voitures ça le gardait admiratif durant de longues minutes. En fait, l’ensemble de cette ribambelle de jouets, de playmobil, d’occupations infinies. Il aurait bien voulu repartir avec un doudou, un souvenir mais n’avait pas osé demander, quand même, il savait se tenir en tant qu’invité. Il avait remercié et souri. Presque sage. Néanmoins, on pourrait penser, là, une idée qui aurait pu traverser l’esprit de ceux qui le garde, que cette après-midi l’avait épuisé, qu’il avait bien joué. Mais jamais.

Ainsi l’Allée des Embrumes s’étalait dorénavant devant eux, et dans la tête d’Arty, la rue prolongeait tout à fait la salle de jeux qu’était l’appartement de Zaza. Tout un champ de pavés de possibles, devant lui. Parce que l’après-midi amusement était loin d’être terminée. Alors il se s’élance dans la rue, tournoyant, sourire aux lèvres. C’était étrange, l’ambiance de la fameuse allée ne l’inquiétait nullement, parce qu’il était toujours, grâce à son regard imaginatif, sur le tapis où d’époustouflantes courses de petites voitures peuvent prendre place. Et finalement parce qu’il fallait aussi occuper le reste de l’après-midi, avant le couvre-feu, avant qu’il ne rentre on ne sait où. Il sort Odette de sa poche, loin d’être agressif, juste dansant. Voltigeur au milieu des quelques passants, qui peut-être osent glisser un regard sceptique vers le gamin. Il a eu une idée, qui est apparue devant ses petits yeux pâles, fabuleuse. Tellement que ça a remis en arrière ses mèches folles. Il se retourne vers Azaël, avec son air de fripon, scintillant d’espièglerie, on sait qu’il prépare une connerie, mais cela n’a aucune importance, l’autre savait, maintenant, était parfaitement habitué.

- Azaël, en garde ! Je te défie ! Oui, oui, oui, oui.

Tout à fait, il voulait jouer. Le Blaireau rit et hoche exagérément la tête tandis qu’Odette se lève vers son potentiel adversaire et ami. Non pas qu’il veut lui faire du mal, mais il se dit que ce n’était pas une mauvaise idée, de s’entraîner, comme ça, de tenter d’être meilleur, lui qui était trop faible pour combattre qui que ce soit si ce n’est avec une grande dose de provocation et de sourires charmants. Ici, essayer de pousser le Serpentard à dégainer lui aussi, pour s’amuser, tenter de l’attendrir pour qu’il accepte. Il pourrait effectivement, omettre quelques objections, mais Arty est déjà prêt, l’air de dire que ce n’était pas grave qu’ils soient en pleine rue, un détail ça, une simple broutille qui ne pourrait l’empêcher de faire ce qu’il voulait. D’un autre côté, il y avait tout de même assez peu de choses qui avaient cette faculté de l’arrêter, à cet instant encore moins. La main qui tenait Odette commençait même à trembler, il ignorait en fait, vraiment, comment se déroulait un duel d’entraînement. Il ne connaissait pas les règles, les postures. Juste l’honneur de se tenir là et de faire semblant d’être puissant. Parce qu’après tout, un duel, c’était aussi un merveilleux spectacle, un jeu de rôle, prétendre être un grand sorcier.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: En journée...

Message par : Azaël Peverell, Ven 20 Oct 2017 - 7:00


L'après-midi s'était bien déroulée. En invitant Arty à la Crèche, tu te doutais qu'il serait en plein dans son élément, et qu'il ne saurait même pas où donner de la tête. Et c'est bien ce qu'il s'est passé. Il a passé deux heures à jouer comme un gosse. Bon, tu l'as un peu accompagné quand même. C'est pas ton appartement pour rien. T'as jamais eu de jouets quand t'étais gamin, alors tu te rattrapes un peu maintenant. C'est grâce à Leo et au Perché ça. Tu dois bien admettre que plusieurs des jouets moldus sont absolument géniaux. T'as un petit faible pour les lego et toutes les constructions qui peuvent en découler. Ouais, à la Crèche, tu te prends pour un architecte ingénieur. Chacun son truc, Arty préfère les courses de petites voitures d'après ce que t'as pu voir.

Bref, malgré tout ça, tu restes hyper dark et hyper blasé, il faut le préciser. Et vous avez décidé de sortir. Pour quoi faire, c'est une bonne question. Peut être un peu de lèche vitrine, pour aller voir les nouveautés des Halles, ou un truc du genre. Dans tous les cas, vous avez décidé d'aller prendre l'air, et c'est très exactement ce que vous faites en ce moment même. T'aimes bien l'Allée des Embrumes. Tu y vis depuis quelques années maintenant, lorsque tu n'es pas à Poudlard, et s'il paraît que cet endroit est mal famé, tu t'y sens absolument comme chez toi. De toute manière, même quand tu traînes dans Londres, on peut dire que tu te retrouves souvent dans les quartiers les moins réputés. C'est comme ça, tu te sens à ta place avec ceux qui mènent une vie cachée et pleine d'obscurité.

Alors si toi t'as bel et bien récupérer ton masque d'indifférence habituel, Arty semble cependant détonner dans l'endroit avec son grand sourire, ses immenses mouvements et son enthousiasme débordant. Heureusement que t'es avec lui, sinon tu ne lui donnerais pas plus d'une heure de vie dans un endroit comme celui-ci. Faudrait que tu penses à lui apprendre les bases de la survie un jour, ça pourrait peut être se montrer utile. Déjà pour lui éviter de défier les gens en duel comme ça, sans aucune raison. Tu le regardes un instant, sourcils haussés, essayant de voir s'il est vraiment sérieux. Mais c'est qu'il a l'air en plus, le bougre ! Enfin, il est toujours aussi débordant de joie de vivre, et tu vois bien que ce n'est pas méchant. Il est en train de te demander un entraînement en gros. Là, comme ça, en pleine rue.

Un regard autour de toi. Il n'y a pas grand monde malgré le fait qu'on soit en pleine fin d'après-midi. Et puis, les gens d'ici ne sont pas très regardants. Disons que l'idée ne te paraît pas trop mal. T'aurais peut être dû réfléchir deux secondes au fait qu'Arty adore les explosions et aime faire beaucoup de bruit pour qu'on le remarque. Mais non. Tu te contentes de hausser les épaules, en mode pourquoi pas. Après tout, ça fait un petit temps que tu ne t'es pas entraîné toi aussi, ça peut être sympa. Alors tu sors ta baguette à ton tour, léger sourire sur les lèvres, prêt à en découdre. Arty ou pas, t'as bien l'intention de montrer que c'est toi le meilleur. Tu vas juste essayer de ne pas lui faire trop de mal, histoire de ne pas avoir à gérer une crise de larmes après.

- Si tu veux. Commence par saluer va, ce sera déjà pas mal.

Le ton est légèrement moqueur. Tu te mets en face de lui, lèves ta baguette devant tes yeux avant de l'abaisser d'un geste sec. C'est sans doute l'une des premières fois que tu t'ennuies avec toutes ces conventions pour un duel. Mais c'est parce que si t'acceptes celui-ci, c'est uniquement par amitié pour Arty, et pas avec la volonté de blesser ou de tuer la personne qui te sert d'adversaire. Et tu te mets en position avec un sourire, reculant de quelques pas pour laisser une distance convenable entre vous. Il est temps de lancer les hostilités, voir comment ton pote se débrouille avec sa baguette. Après tout, s'il apprend à se battre réellement, tu serais vachement plus serein pour le laisser se défendre sans ton aide. Et ce ne serait pas plus mal. Tu pointes donc ta baguette sur lui, et laisses partir un #Stupefix.

Rien de bien méchant ou de bien dangereux. Tu veux juste le tester un peu, voir ses réflexes et comment il va répondre. A bien y réfléchir, c'est sans doute la première fois que tu utilises un sort en duel avec une capacité de destruction si peu élevée.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En journée...

Message par : Arty Wildsmith, Mar 24 Oct 2017 - 18:00


Ce haussement d’épaules qui donne le feu vert. Le sourire d’Arty s’agrandit comme jamais, c’était sa première fois. Et il n’était pas mécontent que celle-ci puisse se dérouler avec Azaël, il faut bien l’avouer. Alors il hoche la tête aux paroles de son pote, parce qu’il ne faut pas lésiner sur la politesse, jamais, avant de saluer avec le plus de classe qu’il put. C’est-à-dire avec un geste dansant et aérien, mais bon, on fait ce qu’on peut. Puis il attend, jambes légèrement écartées. Il ne sait pas trop quoi d’ailleurs, ni ce par quoi il devrait commencer. Il plisse les yeux, réfléchit. Il connaissait les sorts de défense, aucun souci, mais là, l’adrénaline commençait sérieusement à monter et plus rien ne lui revenait. Il avait déjà envie de faire une pause en fait, ils n’auraient pas du commencer tout de suite, ils auraient dû faire une liste de sortilèges, qu’il puisse y penser avant. Il fallait qu’ils arrêtent tout là, maintenant, pause, pouce, maison, retour en arrière.

Pourtant, le sortilège du Serpentard ne se fait pas attendre. Arty n’a pas le temps de lever sa baguette en réalité, en fait il n’a même pas le temps de penser qu’il aurait pu utiliser Odette, easy, un bouclier et c’était largement suffisant, ou peut-être juste déplacer le buste. « Non ! » Et il se jette à plat ventre contre les pavés de l’Allée des Embrumes. Tout compte fait, ce n’était pas un mauvais réflexe, terrible en duel de sorciers, mais pas forcément inadéquat. Il remarqua à peine le sortilège voler au-dessus de lui pour sûrement aller se répercuter un peu plus loin dans la rue.
Tel un lapin sur ressorts il se remet sur ses deux pattes, et époussette son pull. Il grogne à l’encontre de son pote. « Pourquoi tu m’veux du mal ? Tu m’aimes pas c’est ça ? » Faire culpabiliser l'autre, le déstabiliser, c'était une manière de faire comme une autre d'essayer d'avoir l'avantage. Puis, c’est vrai, c’était particulièrement violent comme premier sortilège, il aurait pu au moins lancer celui des chatouilles, quelque chose comme ça. Non, Aza s’était montré sérieux dès le début.

Alors Arty fait mine de prendre son temps, se replacer correctement, enlever tous les minuscules grains de poussière qui auraient pu se loger sur ses manches par exemple, parce c’était définitivement très important à cet instant. Il se dit que ça allait être compliqué, jamais il n’avait lancé de sortilège de cette manière, pour attaquer mais à la fois pour du faux. C’était son pote quand même en face, il ne pouvait se résoudre à lui faire du mal. D’un autre côté, étant ses compétences en défenses contre les forces du mal, il y avait assez peu de chances pour qu’il y arrive véritablement. Mais sur un malentendu, après tout, pourquoi pas. Il hésite, quel sortilège lancer, et les secondes défilent, il faut qu’il prenne une décision. Et tandis qu’il regarde ses pieds, prétendant être tout à fait perdu dans ses pensées, il se redresse, parfaite posture.

Un #Electrocorpus s’envole d’Odette, qui est plutôt satisfaite à vrai dire. Un sort qu’elle n’avait pas vraiment eu l’occasion de lancer. Arty non plus n’est pas mécontent, excepté qu’il grimace un peu, et si jamais son sortilège atteignait réellement sa cible, c’était ça qui l’angoissait le plus à vrai dire, en ce fameux quart de seconde. Quoi que des petites décharges électriques qui secouent les membres, ça peut être joli, après tout. Un peu comme les explosions, ça pétille.
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: En journée...

Message par : Azaël Peverell, Lun 30 Oct 2017 - 19:11


Arty a une façon bien à lui d'esquiver ton sortilège. Il vient de te demander un duel, et il ne se sert même pas de sa baguette pour se défendre. Encore, s'il n'avait pas eu le temps, de lancer un sort de protection, se jeter au sol est une bonne solution. Mais là, il savait même que tu allais l'attaquer, puisque c'est un peu le but dans un duel. Mais non, plutôt que de lancer un protego, il s'écrase à plat ventre sur le pavé froid et sale de l'Allée des Embrumes. Ce gosse est irrécupérable. Tu devrais peut être lui apprendre deux trois sorts avant de continuer, sinon tout cela risque d'être clairement déséquilibré. Et t'as pas envie de lui faire du mal non plus. Disons que ce serait s'exposer à une sacrée crise.

D'ailleurs, voilà la première qui se pointe. Parce que tu as accepté le duel d'entraînement, donc t'as lancé un sort, donc tu lui veux du mal et tu l'aimes pas. Y'a vraiment des connexions qui manquent chez lui. Tu te contentes de l'observer d'un air totalement blasé, en levant les yeux au ciel. Si tu ne l'appréciais pas un minimum, tu vois mal pourquoi tu l'aurais invité à la Crèche. Dans tous les cas, le sort qu'il vient d'esquiver d'une façon peu conventionnelle pour un sorcier est allé s'écraser sur une porte plus loin, faisant sauter quelques échardes de bois. Mais peu importe, cette rue ne ressemble déjà pas à grand chose, c'est pas une porte défoncée de plus qui risque d'attirer l'attention.

T'attends tranquillement qu'il se décide à se relever et à arrêter de se plaindre. Parce que tu sais très bien que t'as pas besoin de dire quoi que ce soit pour qu'il finisse par se calmer. S'il a demandé ce duel, c'est qu'il a l'intention d'attaquer à son tour à un moment donné, alors tu ne vas pas t'embêter à lui faire une séance psy en même temps. Le voilà justement qui se remet sur ses pieds. Comme quoi, tu le connais plutôt bien le loustic. Baguette fermement en main, tu attends qu'il attaque à son tour. Il met un temps fou, t'as limite envie de lui balancer directement un second sort, histoire de le réveiller, mais il risquerait de vraiment mal le prendre. Alors tu prends ton mal en patience, n'excluant pas une éventuelle fourberie de sa part.

Et tu fais bien, parce qu'Arty a vite fait de retrouver une posture d'attaque. Le sort fuse vers toi. Et t'as absolument aucune envie de te le prendre. Tu as déjà subi ce sortilège plusieurs fois, ça n'a jamais été très agréable. Alors même si tu te doutes que la puissance magique d'Arty n'est en rien comparable à celle de Benbow, Azphel ou de ton père, tu n'as aucunement l'intention de le vérifier. Un #Deflectere s'échappe de tes lèvres. Tu essaies de renvoyer le sort sur Arty, mais tu ne parviens qu'à le dévier sur le côté, et le voilà qui s'explose sur la fenêtre du bâtiment à ta droite. Oups. Un léger rire s'échappe.

- Heureusement que la Crèche est au dernier étage, on risquerait de l'exploser aussi à ce rythme !

En l'occurrence, là, elle ne risque rien. En plus, il te semble bien que Leo et le Perché se sont occupés de mettre quelques protections magiques. Tu te reprends rapidement cependant, retrouvant tout ton sérieux, pointant ta baguette sur Arty d'un air que tu veux menaçant.

- Mais par contre, t'as vraiment essayé de me faire mal, là, Arty... Tu vas me le payer !

Et tu lui lances le premier sort qui te passe par la tête, qui se trouve être un #Pecus Udis. Rien de bien douloureux. Uniquement très drôle si jamais il ne parvient pas à s'en protéger.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En journée...

Message par : Arty Wildsmith, Ven 17 Nov 2017 - 12:37


Bon alors effectivement, le combat semblait légèrement déséquilibré. A peine un chouille, juste. C'est le regard absolument admiratif qu'Arty observe son pote faire vriller son sortilège plus loin. C'est qu'il a la classe tout de même, ça a même la qualité indéniable d'aller se répercuter sur une porte, c'est-à-dire qu'en plus de s'entraîner au duel, ils se lançaient quelque peu dans une décoration de l'Allée des Embrumes. Et cette dernière n'allait pas commencer à se plaindre et à se lamenter puisqu'elle était moche. Puis si on lui donnait la parole, nul doute qu'elle serait tout à fait enchantée d'avoir en ses rues la preuve irréfutable de la présence d'Azarty, les pavés en frétillaient. Anyway. C'est qu'il n'a pas tort le Serpentard, ils ne pouvaient pas tout casser, son appartement en ferait les frais. Mais tout de même, juste un peu, pour le fun, et on évite ce côté là de l'allée, tout simplement. Alors le Poufsouffle rit, parce que si cet entraînement tombait à pic, la destruction le faisait trépigner davantage.

Mais pas le temps de penser à ça en réalité, voilà qu'Aza le menace. Clairement, il avait choisi de ne pas travailler sa subtilité. Arty allait le payer. Il ne comprend pas, mais pas du tout, j'ai rien fait, pourquoi tu t'emportes comme ça, pardon, pardon. L'admiration le quitte pour laisser place à l'effroi, et non ceci n'est pas une hyperbole, parce que oui, il flippe. Tout de même, il laisse échapper un vain : « Oh non ! » pour tenter d'attiser la pitié de son pote.
Parce qu'il est désormais un homme de l'art des techniques grandioses d'évitement. Devant le sortilège qui fuse de la baguette d'Azaël, il ferme les yeux et se protège le visage de ses mains. Pas sa belle bouille !
Franchement, le Protego Arty, c'est pas si compliqué, fais un petit effort je ne sais pas quoi, c'est la honte.  
Il ne connaît pas le sortilège qui le frappe de plein fouet. Même pas il se serait décalé légèrement sur la gauche ou la droite, il n'y a pas pensé. Concentre toi, bon sang !

Il ne peut plus se concentrer en réalité. C'en est fini d'Arty. Certains y verront une certaine symbolique à son état d'esprit en ce superbe instant parce que vous savez que l'animal argenté du Blaireau est un mouton. Alors, même s'il est un peu étrange sur les bords et qu'il exécute parfois des choses qualifiables d'étrange, faire le ruminant, ce n'était pas sa passion. C'est déphasé qu'il assiste à sa transformation soudaine. Un bêlement, parfait – parce que quand même il en fait un bien mignon de mouton – s'échappe de sa bouche. Yeux écarquillés, il ne contrôle plus ses jambes qui s'affaissent pour le faire plier, posture à quatre pattes.
Arty le mouton. On aura tout vu.
Excepté que c'est mouton apeuré. Il ne contrôle plus ses pensées, il se contente de paniquer. Le décor est effrayant, l'autre là, la baguette tendue l'est tout autant. Chercher à s'enfuir. Par là, il y va, galope, ah non, trottine peut-être ?

Non, un passant ! Pardon je ne vous avez pas vu monsieur. Fuir ! Demi-tour ! Droite toute mon capitaine laineux ! Non pas par-là, bouge toi petite madame, tu vois pas que je trouve pas d'herbe à ruminer ? Oula tais toi, reste souple, ne proteste pas ainsi, tu vas me faire peur, tu m'as fait peur. Repartir. C'est qu'on se déplace moins vite à quatre pattes tout de même. En zigzague, slalomer, bref regard vers l'arrière. Quelques exclamations soudaines. Zut. Je ne l'avais pas vu celui-là, maudit portant devant une énième boutique. Boum. Outch. Mouton sur le dos qui secoue ses pattes, t'as pas confondu avec une tortue ? « Bêêêê ! »   Traduction : sauvez-moi, je meurs ! Ça y'est, remis sur les pattes, s'allonger. Un peu sonné.
C'est pas un brin d'herbe délicieux qui dépasse là ? Yumi.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En journée...

Message par : Elly Wildsmith, Mer 27 Déc 2017 - 23:54


LA d'Aza

Tu ne sais pas trop ce qui t’as poussé à venir sur l’allée des Embrumes, peut-être est-ce parce qu’il s’y dégage un ramdam infernal, proche du bruit d’une cours de recré. Ce qui est peu habituel pour l’endroit, alors tu te rapproches, baguette en main, attendant que tes yeux t’offrent ce qu’ils pouvaient t’offrir : à savoir comprendre les bruits entendus plus tôt.

En t’approchant, quelle ne fut pas ta surprise en découvrant un Artemis, sur le dos, bêlant tout ce qu’il pouvait – on aurait dit une tortue qui se retrouvait sur sa carapace. Le côté mignon en moins quoi. Et ça, c’était difficile. Enfin, ça avait l’air difficile pour le jeune homme en tout cas. De l’autre côté se trouvait Azaël, baguette en main.

Il ne te fallut pas longtemps pour comprendre que les deux gamins étaient les responsables du bordel entendu plutôt, et que leurs multiples lancés de sortilèges avaient eu raison des vitrines alentours. Un soupir s’extirpe de tes lèvres alors que ta baguette s’arme dans ta main. Rapidement, le sortilège suit « Incarcerem », visant forcément Azaël. Pourquoi lui plutôt que le jeune homme qui bêle à tes pieds ? T’en sais rien, question de favoritisme sans doute.

Les cordelettes s’extirpent de ta baguette et filent droit vers le jeune homme, l’emprisonnant de suite, l’empêchant donc de lancer de quelconque sortilège désormais. Tu soupires et balances un « Vitro Convexo » empêchant d’autres âmes de tomber sur le carnage réalisé par les deux jeunes hommes. Sans te préoccuper du Poufsouffle qui meugle plus qu’il ne bêle, tu t’adresses à Azaël : « Il s’est passé quoi ici ? »
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: En journée...

Message par : Azaël Peverell, Jeu 11 Jan 2018 - 22:16


Ton sort fonctionne parfaitement. En revanche, tu t'attendais à un peu plus de répondant de la part de ton pote. Non mais, c'est vrai quoi, il demande un duel, et quand tu lui lances un sort il n'essaie même pas de se défendre. Il a réagi comme un gosse de cinq ans en se cachant les yeux. Genre "je vois pas le sort donc il existe pas". Bah, alert spoiler, si, il existait bel et bien. Et il se l'est bouffé de plein fouet. T'es un peu dépité. Tu savais qu'il n'était pas très doué baguette en main, mais à ce niveau là c'est limite pathologique. Tu te demandes vaguement si t'es sensé lever le sortilège tout de suite.

Mais devant la scène du Arty-mouton apeuré qui court dans tous les sens et fonce dans tout et tout le monde, tu te dis que tu peux bien profiter du spectacle quelques minutes supplémentaires. Même que tu te marres en le voyant foncer tête la première dans une énième vitrine. Comme si vous n'aviez pas déjà assez collé de bordel dans cette Allée. Sauf que ton rire est de courte durée. Bientôt, des cordes t'entourent les bras et le buste, serrant les deux et t'empêchant de bouger et d'utiliser ta baguette pourtant restée dans ta main. Tu te retournes pour faire face à ton adversaire, qui se trouve être nulle autre qu'Elly.

Toi qui sentait la colère monter rien qu'à l'idée que quelqu'un se soit comporté ainsi avec toi sans prévenir, ce sentiment laisse la place à la lassitude. C'est qu'elle commence à intervenir toujours à de drôles de moments celle-là. Tu pousses un soupir. Tu sais que vous êtes en tord tous les deux, à vous amuser ainsi en pleine rue. Et Arty continue de bêler en se tortillant sur le dos en espérant se relever, mais elle ne fait rien, elle le laisse comme ça. Elle se contente de vous cacher aux yeux de potentiels passants et de s'adresser à toi. Tu réfléchis rapidement à une excuse plausible à lui fournir pour expliquer le chaos ambiant. Mais tu réalises bien vite que tu n'as pas franchement l'embarras du choix.

Du coup, tu décides de tenter le tout pour le tout. C'est à dire la vérité, avec un grand sourire que tu veux innocent mais qui se retrouve finalement plutôt moqueur. Faut dire que la situation est relativement comique tout de même. Tu te racles légèrement la gorge avant de prendre la parole.

- Bah on s'entraîne. Arty voulait faire un duel. Il a besoin de s'exercer.

Et vu la scène, rien n'est plus vrai. Par contre, il reste un truc qui te gêne. En plus, t'es persuadé qu'Elly ne va absolument rien vous faire. Une petite leçon de morale, à la limite. Mais rien de plus. Elle a promis de te venir en aide, alors c'est pas elle qui va vous créer des problèmes. T'es absolument persuadé d'être au-dessus des lois. Et du coup toute cette mise en scène n'a pas lieu d'être à tes yeux.

- T'pourrais m'détacher ? J'vais pas m'enfuir hein, tranquille.

Rien n'est moins sûr en fait. Parce qu'il suffirait que tu libères Arty de l'emprise de ton sort pour que vous essayiez de vous faire la malle tous les deux. Pas vraiment pour ne pas assumer vos conneries, mais plus pour le fun. Juste pour dire que vous ne vous laissez pas attraper si facilement. Parce que c'est un peu la honte quand même. Tu n'as absolument rien vu venir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En journée...

Message par : Arty Wildsmith, Mer 17 Jan 2018 - 13:06


Bon les gars, j'ai rien pu faire d'autre parce que vous m'avez laissé.e en mouton wsh.  :mm:


Non mais les gars vous êtes sérieux ? A croire que ça les faisait rire de le voir dans cette position beaucoup plus qu’absurde. Une tortue moutonneuse. C’est-à-dire que même en animal laineux, il avait l’air d’un idiot. Ses yeux roulent pour apercevoir Azaël se faire pincer par Elly, la cheffe des Aurors. Et figurez-vous que les moutons ont un petit instinct de survie, ou du moins, une bribe de courage cachée là, tout au fin fond de l’intérieur. Parce que de voir son pote ainsi attaché, coincé, il s’élance. D’un ample mouvement le revoici sur quatre pattes, prêt à se prendre pour un bélier plus que pour une brebis masculine. Petite confusion dans le rôle qu’on lui avait donné. C’est que le mouton veut à tout prix protéger son ami dans une situation embarrassante. Alors ni une ni deux, il s’élance et quitte les débris de vitrine pour se ruer sur la jeune femme. A l’assaut ! Cornes inexistantes en avant, il n’a peur de rien. Tagada. Tagada. C’est le bruit de ses sabots imaginaires sur les pavés de l’Allée. Le type de son qui parvient aux oreilles et qui provoque un ralenti fameux, d’un Poufsouffle trottinant avec l’expression d’un agneau en colère. C’est-à-dire adorable.

Et peut-être parce que ce n’est pas dans les habitudes du mouton, mais il rate son coup. Tellement épiquement que ça vaut la peine d’être raconté. En même temps, c’est un peu le but. Voyez-vous, le gamin était parti pour balancer des coups de crâne à Elly, défendant ardemment son pote prisonnier de ses griffes. Quand bien ce dernier était entièrement responsable de l’état dans lequel il se trouvait. Mais Arty n’était pas rancunier, enfin du moins, pas avec Aza. Le problème, c’est que son cerveau grandement rétréci – c’est pour dire, parce qu’au départ c’était déjà pas glorieux – n’avait que de l’affection en lui. Mouton tout doux en sérieux manque d’affection. Il se met alors à tourner autour de la jeune femme réclamant des caresses. Ou peut-être, sait-on jamais, quelques brins d’herbe qu’elle aurait à partager. Il émet un bêlement de réclamation, particulièrement mignon pour attirer l’attention de l’Auror. Si ce n’était pas des brins d’herbe, un légume quelconque suffirait amplement. Il croit, il n’est pas sûr. Pas tout à fait au point sur le régime alimentaire de sa nouvelle espèce.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En journée...

Message par : Elly Wildsmith, Lun 22 Jan 2018 - 0:20


Tu soupires, il te saoule. Vraiment. Ce gamin, il mérite des baffes ! Déjà tu le surprends en pleine journée à faire n’importe quoi dans l’allée des Embrumes, et en plus, quand tu le prends sur le fait, il trouve le moyen de dire qu’il n’y est pour rien, que ce n’est rien, et qu’il avait juste envie de au choix : soit s’amuser, soit s’entraîner. Et là, visiblement, c’était le deuxième choix … pour le mouton là-bas.

D’ailleurs, parlons-en du mouton. On dirait qu’il est subitement pris d’une frénésie d’attaque alors qu’il se dirige tête baissée vers toi. Un ricanement retentit dans l’allée : il s’est pris pour un bélier ou bien ? Bref, le voilà qui maintenant se frotte à toi à la manière d’un chat. Le gamin va finir par te faire tout le bestiaire pour un peu. Tu soupires lève ta baguette vers lui et lève le sort d’un simple Reparifagex (ou Finite machin, ta narratrice ne sait plus trop comment se défaire de ce type de sortilège et elle a la flemme d’ouvrir le grimoire).

Tu libères aussi Azaël, que tu fusilles du regard, à nouveau. Comme si c’était un éternel recommencement. Il fait une connerie, tu le choppe, l’engueule, et il recommence. D’ailleurs, c’était pareil pour son acolyte. Nouveau soupir qui s’extirpe de tes lèvres alors que tu les regardes alternativement, et à vrai dire, les mots te manquent. Peut-être est-ce parce que tu as l’habitude avec eux, et que maintenant, tu ne sais plus trop quoi dire que tu n’as pas déjà dit.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Re: En journée...

Message par : Azaël Peverell, Mar 23 Jan 2018 - 16:01


Tu regardes Arty essayer vainement d'attaquer l'Aurore pour ensuite se frotter contre elle. Et tu lèves les yeux au ciel. Il est à peu près aussi crédible et dangereux en mouton qu'en humain. Léger soupir de ta part. Tu te rends compte que l'entraîner au duel risque d'être un peu plus compliqué que prévu. Heureusement pour sa fierté et son amour propre, Elly finit par le libérer de ton sortilège. Tu ne sais pas si c'est une bonne chose ou si c'est dommage. Après tout, tu trouvais ça relativement drôle de le voir se comporter comme un mouton. Mais étant donné qu'elle lève également son propre sort qui te tenait attaché, ça te va.

Tu fais quelques mouvements d'épaules, pour retrouver totalement la liberté de tes gestes. Et tu ignores royalement les soupirs de la jeune femme. Elle a l'air totalement blasée par votre comportement. A un tel point qu'elle ne s'embête même pas à vous faire la morale. Toi, ça te va. D'ailleurs, tu trouves que c'est plutôt le moment de se moquer d'Arty en lui rappelant à quel point il peut faire un mouton absolument mignon. Léger rire emprunt de fierté tandis que tu te fous gentiment de ton pote.

- Tu devrais te changer en mouton plus souvent, c'est divertissant.

Et puis comme Elly ne semble pas vous en vouloir plus que ça pour tous les dégâts occasionnés, ou du moins qu'elle ne dit rien à ce propos, tu te dis que vous pouvez sans doute reprendre l'entraînement. Elle a dû comprendre, en voyant Arty bêler, qu'il devait réellement essayer de s'améliorer s'il ne voulait pas finir désintégré lors de son premier vrai duel de sorciers. Enfin, vu le regard noir qu'elle t'a balancé, elle doit surtout être un peu énervée et totalement dépitée et incapable de savoir comment réagir pour que tu intègres les choses. Mais ça t'arrange bien, parce que t'as envie de continuer à t'amuser un peu. La baguette se lève à nouveau vers Arty avec un sourire, légèrement provocateur. parce que tu te doutes bien qu'Elly ne laissera pas passer ça, m'ais t'as envie de l'embêter. Un peu. Juste un peu. Histoire de continuer à tester ses limites.

- En garde Arty, le combat n'est pas fini !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
avatar
Modération RPGPoufsouffle
Modération RPG
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Re: En journée...

Message par : Arty Wildsmith, Mer 31 Jan 2018 - 17:46


Il secoue ses jambes, brusquement, les faire voler dans les airs pour se rendre compte qu’elles étaient bien là. Sait on jamais, une mauvaise blague. Mais non, il était bien redevenu humain et sur ses deux pieds. Petit hourra d’avoir retrouvé une liberté qu’il avait perdue. Quoi que, être un mouton, Aza avait raison, c’était divertissant. Comme une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie. Peut-être même devrait-il écrire un article à ce propos : Ma journée dans la peau d’un mouton. Succès garanti. Alors forcément, Arty sourit tout en faisant signe à son pote de se taire. Il tangue donc entre le mec vexé et rieur, mais parce que c’est lui, un autre, il n’aurait pas accepté qu’on se moque ainsi. Anyway. Tout le monde est parfaitement libéré, le Blaireautin se dit que c’est exactement le moment de saluer correctement l’Auror. « Bonjour Madame Elly, comment allez-vous ? Bien ? Parfait ! » L’adolescent se frotte les yeux, comme un reste de l’animal laineux en lui qu’il faut disperser « Oh merci de m’avoir libéré ! » C’est qu’il mignon et poli en plus c’t’enfant. On lui donnerait tout, des câlins, des bonbons, des bisous. Adolescent adorablement angélique.

Il aurait bien eu envie, soudainement, de demander à l’Auror de ses nouvelles, comment se passait son après-midi, ce qu’elle faisait là, s’intéresser à elle tout simplement pour une raison qu’il ignorait. Mais Aza avait visiblement d’autres plans. De nouveau, Arty voit la baguette du Serpentard s’élever. Le duel n’était pas terminé. Sursaut de joie, le gamin tape dans ses mains et s’en va récupérer Odette qui je crois avait dû tomber là quelque part sur les pavés de l’Allée. Parce qu’après tout, un mouton avec une baguette magique, c’eût été funambulesque.
Ainsi, il ne faut pas lui dire deux fois. Comme quoi, on ne se lassera jamais de parler de sa capacité à obéir à son pote, il sait le faire, être sage, un fabuleusement enthousiaste « Ouuui ! » jaillit de la bouche du Poufsouffle pour souligner son engouement. Enfant gâté.
D’un bond il s’éloigne de quelques pas avant de pointer le bois magique vers l’adversaire apprécié. Cette fois-ci, pas question de baisser la garde, après tout, il n’allait pas passer son après-midi à imiter les animaux de la ferme, il avait d’autres choses à faire. S’entraîner de façon sérieuse, par exemple.

Il ignore totalement Elly qui pourrait, et ce serait vraiment tellement hilarant, se retrouver telle une victime collatérale du sort qu’il s’apprêtait à lancer. A peine deux secondes pour y réfléchir, le sortilège se précipite hors d’Odette en direction des deux autres, enfin, surtout vers Aza, mais après tout, avec toute cette lumière, Arty n’y voyait peut-être pas très bien. Un consciencieux #Incarcerem visant à emprisonner le Vert & Argent. Effectivement, il s’était grandement inspiré de la jeune femme sur ce coup-là, mais c’était ça aussi, l’action d’apprendre, saisir des modèles et les reproduire du mieux possible. Puis, on connaît tous l’amour d’Aza pour le fait d’être ligoté.
Revenir en haut Aller en bas
Elly Wildsmith
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus (Renard de Magellan)
Legilimens


Re: En journée...

Message par : Elly Wildsmith, Jeu 8 Mar 2018 - 22:56


LA des deux

C’est qu’ils ne comprennent rien, en plus. Voilà qu’ils se remettent en joue l’un et l’autre. Tu soupires d’exaspération, parce-que tu voulais être sympa, parce que t’en avais marre de faire le sale boulot avec ces deux-là. Tu lèves tes yeux au ciel, énervée, lassée, blasée par le comportement des deux jeunes garçons.

Un sortilège fuse rapidement, et Azaël se retrouve à nouveau emprisonné par les cordelettes de son ami. En voilà un qui était facile à maitriser, si même son camarade pouvait y arriver. D’un geste souple de la main, tu murmures à l’endroit du sorcier resté indemne « Expelliarmus », aussitôt la baguette s’échappe de ses mains, et tu n’as qu’à continuer sur ta lancée « Incarcerem » et voilà que le deuxième lardon se retrouvait prisonnier. Décidément, ces deux-là aimaient t’en faire voir de toutes les couleurs. « Cette fois-ci, je suis certaine que vous allez arrêter vos conneries ».

Le ton était dur, la voix froide, tu en avais plus qu’assez. D’un rapide Mobilicorpus, les deux saucissons furent ramenés à toi. Après avoir rangés ta baguette tranquillement, tu marmonnas un « J’vous encourage à ne pas bouger sinon vous risqueriez d’y perdre un bras, ou une jambe … » mais ta phrase ne fut pas finie, en effet, tu avais déjà transplané, les deux mains solidement accrochées aux épaules des deux garçons. L’arrivée devant le Ministère fut tumultueuse – les gens te regardant, vu que tu étais suivi de deux saucissons humains. Finalement, vous arriverez au département de la justice magique, et plus particulièrement aux cellules du bureau des Aurors. Où tu te charges de flanquer les deux gamins, attendant leurs explications.

J'vous laisse continuer ici :kiss:
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: En journée...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 17

 En journée...

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.