AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -55%
Maillot de football FC Barcelona 2019/20 Vapor Match
Voir le deal
63 €

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 4 sur 17
En journée...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 17  Suivant
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard

En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Maximilien Nerolase, le  Dim 29 Juil 2012 - 1:47

Maximilien eut un sourire ravi lorsqu'il vit qu'Emma reprenait enfin le contrôle. Elle ne semblait pas avoir compris ce qu'il lui avait dit. Elle continuait à se débattre... À vouloir prendre le contrôle. Pourtant, c'était une guerre sans fin. La seule possibilité de les chasser était de s'éliminer sois-même ou de ne présenter aucun intérêt. Mais, Emma semblait encore pensait avoir la chance de se séparer de son monstre. De vivre sa vie pleinement et seule... C'était vrai que son monstre avait tué son père, ce qui ne préparait pas vraiment le terrain pour une entente cordial mais, en plus, elle n'avait pas accès à des informations que Maximilien possédait. Oh bien sûr, il se peut que leurs cas soit totalement différent, peut-être que son grand-père était réellement le dernier à avoir fait de telles expériences mais, sait-on jamais.

Elle se dépêcha de s'approcher de lui, le dépassant de 5 bons centimètres grâce à ses talons. Mais Maximilien n'en avait que faire. Qu'elle reste sur ses acquis, cela ne le dérangeait pas. Il avait grandi depuis leurs dernières rencontres. Il avait fait la connaissances de personnes très intéressantes. Surtout d'une, qui lui avait révélée certains secrets et lui avait permis de "grandir". Il n'était plus le gamin simplet et arrogant qu'elle avait vu. Non. Il était désormais bien plus puissant, surtout depuis que Valens leurs avaient permis de faire une alliances, lui et Sarkoness. Non, il était toute puissance et rien ne pouvait l'arrêter. Absolument rien et certainement pas cette petite peste d'Emma Welesslay. Après tout, elle n'était qu'un prototype entre tant d'autres.

Il recula donc légèrement, tout en sortant sa baguette et en là pointant face à son adversaire. Il éclata ensuite d'un rire. Pas un rire qui réchauffe le cœur lorsque l'on est dans un désespoir profond mais, plutôt celui qui vous y replonge, encore plus bas que vous ne l'aviez jamais été. Son rire était glacial et affreux. Tout les pores de sa peaux transpiraient d'une aura atroce et glacial. Comme si il n'y avait plus un combat féroce entre Maximilien et Sarkoness. Comme si l'un des deux avait perdu. En vérité, ce n'était pas le cas. Il étaient tout les deux aux commandes, jusqu'à ce que Sarkoness annonce le secret qu'il avait découvert à Emma. Il n'en avait pas parlé à Maximilien et Maximilien n'en avait cure. Il le découvrirait bientôt, très bientôt. Faisant attention à ce que Emma n'ait pas bougé, il dit :


- Je ne te parlerais pas tout de suite de Valens... Après tout, tu as bien le droit de savoir. Moi aussi, on m'a implanté un esprit en moi, ma créature, mon démon. Mais, contrairement à toi, il y est depuis ma naissance. Mon grand-père me l'a mit, en espérant provoquer ainsi ce qu'il attendait. Le chaos. Je n'étais malheureusement qu'une erreur, un prototype. Mon grand-père essayait de créer un esprit totalement maléfique, capable de porter le terrible nom du Diable. Un esprit totalement maléfique dans un corps ayant un grand potentiel magique. Il avait donc travaillé avec plusieurs personnes...

Il laissa quelques secondes en suspens. Il n'avait pas fini mais, il voulait savoir si Emma suivait le même raisonnement que lui. Ils n'avaient pas été puni de quoi que ce soit par quiconque mais, ils n'avaient étaient que des tests. Des tests ayant échoué. Seul un avait réussi à être le plus proche du nom du Diable. Malheureusement, il était sorti du contrôle de son grand-père et de ses alliés et s'était enfui quelques part. D'après toutes les informations de Maximilien, il se trouvait soit dans la forêt interdite, soit en Albanie. Son père avait tenu un journal intime et c'était grâce à toutes ces informations pour le moins suspect qu'il avait pu faire connaissances de ces informations.

- Un dernier esprit à réussi à être créer. Ou en tout cas modeler. Il a malheureusement échappé à tout contrôle et se retrouve quelques part dans la nature. Et... Je crois qu'il n'apprécierais pas de se trouver face à des tentatives raté de lui-même. Il essayera sûrement de nous tuer ou de prendre le contrôle de notre corps. Mais, dans ce cas-là, il n'essayera pas de prendre simplement le contrôle. Il essayera sûrement de nous tuer, purement et simplement...

Il lui fit un semblant de sourire de compassion. Même s'il avait tort sur l'origine de la créature d'Emma, le monstre essayerait de les tuer tout les deux et Maximilien ne pouvait pas accepter de mourir, ni de laisser quelqu'un, une fille surtout, mourir par sa négligence. Sarkoness aurait de toute façon refusé et cela aurait mis un terme à leurs alliances. Tant qu'Emma existerait, elle serait leurs points d'ententes entre lui et Sarkoness. À moins qu'elle décide de prendre le côté de Valens et dans ce cas-là, Sarkoness mettra toute ses forces pour tuer Emma et Valens. Voilà ce que comptait faire Maximilien. Il ne comptait pas la convaincre de le rejoindre mais, plutôt la pousser à Valens tout en faisant semblant de l'attirer dans son camps.

- J'ai donc voulu t'avertir. Et j'imagine que ton cher Valens ne sait rien de tout ça. Et qu'il s'en fiche... Après tout, ce n'était pas comme s'il t'aimait. Il a déjà tant de problème et déjà une petite amie. Dis-moi, qu'est-ce que ça fait de se reposer sur quelqu'un tout en sachant qu'un jour, il va être obliger de te repousser à cause de la jalousie de sa petite amie ? À moins que tu n'avais pas compris ça... Dans ce cas-là, je m'excuse de t'avoir ramener à la dure réalité... Finit-il avec un sourire carnassier.

Pointant toujours sa baguette sur elle, il recula encore plus. Il savait qu'elle pouvait "lire" en lui, peut-être bien à cause de la connexion qui liait Sarkoness et elle. Et il avait bien peur d'avoir été un peu trop près d'elle avant. Il se recula donc jusqu'à ce qu'il soit assez satisfait de leurs distances. Il devrait garder cette distances coute que coute, même s'il devait l'attaquer pour garder cette distances surfaites. Il lui fit donc un sourire, lui montrant ainsi qu'il avait bien compris son intérêt à lui de s'éloigner d'elle. S'il voulait garder certaines choses secrètes, autant s'éloigner d'elle pour ne rien risquer. Elle avait trop joué avec le feu. Maintenant, il était trop tard pour changer tout ça.


Caché derrière une fenêtre, une jeune femme écoutait attentivement les informations que donnait Maximilien. Pour la plupart, elle en était au courant mais, apprendre que Maximilien connaissait ces choses était étonnant. Elle comptait bien avoir une discussion avec lui, pour connaître ses derniers secrets. Après cela, elle le laisserait se casser la gueu** dans son plan contre Valens, puis viendrait terminé tout ça. Néanmoins, pour l'instant il était en pleine discussion avec Emma Welesslay. Elle allait devoir faire quelque chose contre cette gamine. Sa créature pourrait être intéressante, surtout si elle reprenait le dessus. C'est en préparant son plan, caché de la vue des deux personnes, qu'elle sut comment faire tourner à son avantage toute cette situation et cette guerre. Emma était la clé...
Emma Welesslay
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Emma Welesslay, le  Sam 4 Aoû 2012 - 14:45

Deux yeux bleus brillaient dans l'obscurité. Deux yeux bleus remplient de mauvaises choses. Deux yeux qui en moi ne faisait que monter la haine. Lorsque le visage à qui appartenait ses deux yeux bleus se fendis d'un sourire je manquais de lancer mes doigts crochus sur les joues de ce jeune homme. Ainsi donc je le faisais rire? Rira bien qui rira le dernier. Avec une grande respiration et fermant les poings je repris sur moi. Oui je lui ferrais du mal. Mais pas maintenant... Quoi qu'une petite baffe... Non non, c'était trop tôt. Une chose était sûre il comprendrait bien assez vite sa douleur.

Dans ses yeux justement, j'avais l'impression de voir mon reflet. La toute puissance qui m'envahissait en ce moment même était présente chez lui aussi. Mais quand ces deux pseudo-puissances allait rentrer en contact, je m'imaginais bien qui allait gagner. Ce ne serait pas lui. Du moins aucune chance que je le laisse faire. J'étais sur mes gardes, tous mes sens en alerte. Dans l'attente du moindre mouvement suspect. Non, jamais je n'avais été dans un tel état. Toutes mes peurs m'avaient quittées et les seules sensations qui m'habitaient était le froid désagréable de l'allée et l'envie meurtrière.
Peut être qu'en fin de compte il ne faisait pas si froid, peut être était-ce l'ambiance dans laquelle je me trouvais qui voulait cela. Hum... Et si j'avais chaud? A peine cette pensé avait-elle franchit mon cerveau que la brise froide autour de moi s’atténua. Non, il ne faisait pas chaud, néanmoins je ne tremblotais plus. Les ailes dans mon dos se secouaient, elles avaient envie d'être utilisées toutes les deux. Mais oui, j'allais prendre mon envol. Dans très peu de temps.

Maximilien recula de quelques pas mesurés et en choeur nous sortîmes nos baguettes. Je ne savais si les vibrations répétitives dans ma main étaient celles de mon propre rythme cardiaque ou celle du dragon à qui l'on avait prit le coeur, mais je décidais de prendre ce rythme comme tempo et de finalement me caler dessus. Un pied derrière l'autre je prenais appuis sur celui en arrière. Il me donnerait appui pour me jeter sur lui lorsque j'en aurais besoin. Le rire de l’effroyable homme me parvint. Un rire acre et amer. Quelque chose à faire une crise de nerfs... Tendant ma baguette vers lui en un geste théâtrale je la tenais droite, à la verticale, l'avais-je déjà brandit ainsi auparavant? J'étais trop loin pour voir ce qui se passait en Maximilien à cet instant mais à vrai dire je ne voulais le savoir. Entendre ainsi ce rire grinçant était déjà insupportable. Et je doutais pouvoir en tolérer plus.

- Je ne te parlerais pas tout de suite de Valens... Après tout, tu as bien le droit de savoir. Moi aussi, on m'a implanté un esprit en moi, ma créature, mon démon. Mais, contrairement à toi, il y est depuis ma naissance. Mon grand-père me l'a mit, en espérant provoquer ainsi ce qu'il attendait. Le chaos. Je n'étais malheureusement qu'une erreur, un prototype. Mon grand-père essayait de créer un esprit totalement maléfique, capable de porter le terrible nom du Diable. Un esprit totalement maléfique dans un corps ayant un grand potentiel magique. Il avait donc travaillé avec plusieurs personnes...


Pourquoi donc me confiait-il tout cela? Quel était son but? Quelles étaient les informations si importantes qu'il avait à me confier? Le visage toujours aussi neutre j'abaissais ma baguette, prête à la brandir à chaque instant. Il s'était écarté. Je ne pouvais lire en lui de cette façon. De quelques pas, la baguette le long du corps et avançant droit vers la sienne je m’arrêtais. C'était un gros risque que j'avais pris en ce moment même. Je jouais trop avec lui. J'allais me brûler les ailles c'était sur. Mais... Était-ce grave? Qu'y perdrais-je? Maximilien avait tord sur un point. La créature qui m'habitait m'avait elle aussi été implantée à la naissance. Du moins deux jours après. Les deux seuls jours où je vécue unique. Mais C'était quelque chose qu'il n'avait pas besoin de savoir. Il continua de sa voix passive et crispée:

- Un dernier esprit à réussi à être créer. Ou en tout cas modeler. Il a malheureusement échappé à tout contrôle et se retrouve quelques part dans la nature. Et... Je crois qu'il n'apprécierais pas de se trouver face à des tentatives raté de lui-même. Il essayera sûrement de nous tuer ou de prendre le contrôle de notre corps. Mais, dans ce cas-là, il n'essayera pas de prendre simplement le contrôle. Il essayera sûrement de nous tuer, purement et simplement...


Je ne voyais toujours pas où il voulait en venir. C'était de précieuses informations qu'il me communiquait. Et j'étais certaine qu'il le savait. Aussi lui lançais-je un petit regard de méfiance tout en fronçant les sourcils et en penchant la tête. Qu'est ce que cela voulait dire? Je ne perdais pas sa baguette de vue. Je savais presque ce qu'il se disait... "et pourquoi ne pas lui lancer un petit truc? Là? Maintenant? Histoire de... " Il me fallait expédier son idée. Le distraire.

- Pourquoi toutes ces informations? Qu'est-ce que tu veux?


Il avait fait de belles phrases, pas moi. De longs discours, pas moi. Avait été poli, pas moi. Lancé de petits regards de compassion, pas moi. J'étais différente de lui. Complètement différente. Ce n'était pas parce que tout deux, nous n'avions pas eu de chance en cette petite vie que je lui étais pour au tant semblable. Oh, non. Bien au contraire

- J'ai donc voulu t'avertir. Et j'imagine que ton cher Valens ne sait rien de tout ça. Et qu'il s'en fiche... Après tout, ce n'était pas comme s'il t'aimait. Il a déjà tant de problèmes et déjà une petite amie. Dis-moi, qu'est-ce que ça fait de se reposer sur quelqu'un tout en sachant qu'un jour, il va être obliger de te repousser à cause de la jalousie de sa petite amie ? À moins que tu n'avais pas compris ça... Dans ce cas-là, je m'excuse de t'avoir ramener à la dure réalité...


Dans la nuit noire un éclair blanc apparut. Il souriait de toutes ses dents. Et ma main s'envola toute seule dans l'air pour aller avec un *CLACCCC* sonore s'écraser sur sa joue. Je n'y était pas allée de main morte mais c'était bien peu face à ce que je ressentais en ce moment même. L'écho du son qu'avait émit ma main à son contact résonnait encore dans mes oreilles et j'avais l'impression que non. Je n'aurais pas du faire ça, il allait se venger méchamment. Sortant ma baguette à bout de souffle je la pointais toute proche de la sienne. Dire que Valens ne m'aimait pas, que j'étais un poids supplémentaire, tout cela... C'était ce que je craignais. Mais la jalousie de sa petite amie en revanche... A vrai dire je ne savais même pas qu'il en avait une. Pourquoi ne me l'avait-il pas dit? J'aurais pu la rencontrer... Peut être même la connaissais-je déjà? Le regard insolent et hargneux perdu sur son visage dans l'ombre je me souvins que je devais faire attention. Pour que le plan de mon ami et moi marche il me fallait ruser, ne pas tout faire éclater. Nous nous étions donné le temps et la force de le construire. Je ne pouvais le détruire aussi facilement. Je devais faire croire à mon interlocuteur que j'étais raide dingue de Valens. Et la réaction si instinctive que je venais d'avoir était parfaitement adéquate. Encore une fois, un vieux réflexe me sauvait la mise. Plus que quelques paroles pour accentuer le tout, paraître parfaitement hors de moi (pas compliqué...) et je ferrais parfaitement l'amoureuse transie. Ah! C'était vraiment un rôle qui m'allait à la perfection... D'une petite voix haut perchée et tremblotante je gémiais:

- Je ne l'aime pas c'est clair? Enfin, ce que je veux dire... Je ne suis pas amoureuse de lui...Je... Je... Je ne veux plus t'entendre parler de ça! Suis-je venue ici pour ça?


Sur ces belles paroles dont j'étais très fière il se recula de quelques pas avant que je ne puisse voir quoi que ce soit dans ses yeux. Il se souvenait que je pouvais faire cela. Il se souvenait comme j'avais aisément lu en lui la dernière fois. Et maintenant il gardait ses distances. Très bien. De toute façon je connaîtrais bien le fond de sa pensé à un moment ou à un autre. En attendant, la seule chose que j'attendais c'était des réponses claires. Et de belles réactions à la hauteur de mes risques. Faisant mine de me calmer avec difficulté je me détendis et lançais la voix encore pleine de faux tremblements:

- Explique moi ce que tu veux. Je veux rentrer à Poudlard et le plus vite possible. Donc bouge toi.

Voilà comment bien lui rentrer dedans. C'était parfait, une belle façon de le voir s'emporter comme la dernière fois près de la maison en ruine. A l'évocation de ces souvenirs, je pris conscience qu'en fin de compte, je n'avais pas changé depuis cette rencontre. Du moins une sensation m'habitait encore en cet instant... Une sensation de manque. Un manque profond. Je voulais revoir Sarkoness, il était partit trop vite à cause de ce ridicule chat. Mais j'étais bien prête à le revoir débarquer.
Faisant mine de n'avoir rien faire de sa présence je me tournait à demi, sortis mon rouge à lèvres de ma poche et pris bien le temps d'en appliquer une bonne couche sur les lèvres. Bien sûr j'étais toujours sur mes gardes mais sentir ma bouche ainsi à nu était une chose impensable pour moi. Comme sortir sans chaussures. Le rangeant avec une attention toute particulière sans prendre la peine de regarder Maximilien je retournais vers lui cette étincelle d'insolence toujours aux coins des l'yeux.
Sarkonness, vas tu donc pointer le bout de ton nez?



[HRPG: Alors heureux Maxou? MDR MDR MDR ]
Maximilien Nerolase
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Maximilien Nerolase, le  Lun 6 Aoû 2012 - 2:52

Maximilien sourit et continua même à sourire après la retentissante claque qu'elle lui mit. N'empêche, elle faisait mal mais, ce n'était pas le plus important. Il l'avait mise en rogne. Ses phrases l'avait touché plus qu'elle n'aurait pu l'imaginer. Au fond, Maximilien savait qu'elle n'était pas amoureuse de lui. Sinon, elle ne serait pas venue ici. Elle aurait utilisé tout son amour pour Valens pour ne pas venir ici. En fait, le seul moyen de contrer le démon était de présenter une grande force de caractère. Pour Maximilien, s'était l'amitié qui le liait à son chat et à July et pour Emma, dû moins, il le pensait, c'était toute sa détermination. Et lorsqu'elle flanchira... Il lui fallait quelqu'un sur qui se reposer et, apparemment, les amoureux pouvait mieux le faire.

Elle sortit sa baguette à nouveau et la mit devant la sienne mais, Maximilien n'en avait cure. Ici, il était le maître et ce n'était pas elle qui le vaincrait. Il avait peut-être avertit aucun homme de main mais, des blaireaux étaient de l'autre côté de la rue, prêt à l'attaquer s'il y a avait le moindre problème. Il avait pour l'instant un très gros avantage qu'il était prêt à utiliser s'il le fallait. Mais, il n'aurait pas à le faire... Du moins, pas tout de suite. Il devait et pouvait parlementer pour l'instant, pour conduire les choses là où il voulait. Il disait aux autres ce qu'il fallait qu'ils pensent et eux, il le faisaient...


- Je ne l'aime pas c'est clair? Enfin, ce que je veux dire... Je ne suis pas amoureuse de lui...Je... Je... Je ne veux plus t'entendre parler de ça! Suis-je venue ici pour ça?

- Pourtant, il t'abandonnera... Vous avez une relation trop personnelle et lui, tant qu'il n'y connaît rien, ne dira rien. Mais, que pense-tu qu'il fera lorsqu'il devra choisir entre son amie et l'amour de sa vie ? Entre une personne qui, si elle perdait sa guerre, pouvait le poignarder à chaque instant et une autre qui le chérirait et l'aimerait jusqu'à la fin de ses jours ?

Il voyait bien qu'ils étaient chacun d'eux fier de leurs paroles. Mais, elle douterait. Elle voudrait analyser sa situation avec Valens. Et puis, elle réfléchirait à ses derniers mots. Si jamais son démon prenait le dessus, il n'y aurait qu'elle qui en souffrirait mais, surtout Valens. Il serait la première cible car, c'était sur tout ce que reposait Emma. Le seul pilier, le seul à détruire avant qu'elle ne tombe à jamais. Il valait mieux fuir ou se suicider pour éviter de perdre, pour éviter de blesser les siens.

- Explique moi ce que tu veux. Je veux rentrer à Poudlard et le plus vite possible. Donc bouge toi.

Maximilien sentit l'impatience de Sarkoness. Il voulait lui parler et maintenant, tout de suite. Maximilien ne tiendrait donc plus longtemps avant que son maudit démon prenne le pouvoir. Il devait faire vite. S'assurer qu'il perdrait l'un de ses ennemis grâce à ses ennemis. Il aurait bien voulu manipulé encore un peu plus la jeune femme qui était devant lui mais, il n'avait plus le choix. Il lui restait à peine dix minutes, après, Sarkoness demanderait à ce que Maximilien honore sa part du marché?

Malheureusement, tout sembla se compliquer. Il entendit un petit bruit qui lui serait passé inaperçu s'il n'avait pas porté tant d'attention aux détails d'un plan. Maximilien manigançait tout et ne voulait laisser rien à l'improviste. Cela voulait donc dire qu'on devait toujours surveiller le moindre détail, qu'importe où l'on soit et qu'importe avec qui l'on était. Et la situation semblait empirer. Maximilien savait qui était ici, qui épiait sa conversation. Finalement, il tiendrait à peine quelques secondes. Il n'avait plus le temps, il devait agir.


- Fais attention, fit-il tout en fonçant vers Emma et se rapprochant le plus d'elle possible. Il en sentait même son souffle chaud. élimine Saphira, cherche qui elle est puis tue-là. Tant que je serais là, tu ne craindras rien toi et Valens mais, si je disparaissait... Alors...

Personne ne sut jamais ce qui ce serait passé alors. Car, Maximilien était déjà partit. Son corps se courba et il lâcha un long cri de souffrance mêlé à du plaisir. Enfin, il était là. Sarkoness avait enfin le pouvoir de contrôler à nouveau ce corps. Il avait passé de long mois à parfaire sa technique, avec l'aide de Mélissande. Elle voulait éliminer ce bon à rien de Maximilien et était prête à l'aider à le détruire. Quel ironie que Maximilien ne se doute de rien, qu'il ait une confiance aveugle en Mélissande alors qu'elle ne souhaitait que sa mort...

- Emma, lâcha le monstre dans un chuchotement rauque. Nous voilà enfin réuni... J'ai tant rêvé de toi, de ce moment... Il est temps qu'on s'entre-aide, nous qui devons nous battre contre des démons usurpant notre identité...
Emma Welesslay
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Emma Welesslay, le  Lun 13 Aoû 2012 - 17:15

Lorsque j'abatis ma main sur le visage de Maximilien, celui ci parut surprit par la douleur mais ne perdit pas son sourire. Me détournant de ce curieux et désagréable personnage, j'attendais. J'attendais Sarkoness. C'était plus fort que moi. Chaque parcelle de moi l'attendait. Elles l'attendaient depuis déjà trop longtemps et de le savoir là... Si proche... Oui, je l'attendais et malgré le fait que j'avais une haine profonde pour cet homme et son colocataire intérieur, il me serait impossible de lui être totalement indifférente. De plus, le gout de son baiser ne me quittait plus depuis cette précédente rencontre si lointaine pourtant. Aurait-il une senteur, un gout, éveillerait-il de nouvelles choses en moi ?

Le seul moyen de le savoir c'était qu'il revienne. Mais alors que je jouais à l'insolente dans la hantise que le démon resurgisse, un bruit nous fit sursauter Maximilien et moi. Mais il me sembla que ce n'était qu'un rat ou une autre bestiole du genre. Pourtant à voir le serpentard on aurait pu jurer que le pire se préparait. Que dans quelques instants, le plus dur de tous les sorts allait s'abattre sur nous. Il était affreusement pâle et à voir son air aussi paniqué je sentis une petite boule d'angoisse se former au creux de ma gorge. Boule qui s'accrut grandement lorsque contre toute attente Maximilien se rapprocha de moi. Il se plaça si vite et si proche de moi que j'eu à peine le temps de mettre ma main armé entre nous. A quoi jouait il ? Après ces mystérieuses révelations, le sorcier s'obstinait à être le plus proche de moi possible. Mais il ne tentait rien. J'avais cru à une attaque quelque chose digne du personnage. Mais à la place, je n'avais devant moi que deux francs yeux bleus éclairés par une terreur cruelle. Mon coeur battait plus que jamais et je sentais le sien cogner si près du mien que je n'avais qu'une envie, reculer bien loin de cet homme. Bien loin de ce qui lui faisait aussi peur. J'avais acquis en arrivant dans cette allée une détermination et une nouvelle âme. Et je ne voulais la perdre.

Son souffle s’engouffrait dans mon cou, pour permuter jusqu'à ma nuque et entourer complètement ma gorge, il me tenait, je ne pouvais plus faire grand chose qu'attendre. Attendre qu'il veuille bien faire ce qu'il avait à faire. Soudain, sa voix sortit sous forme d'un murmure rauque à peine perceptible.

- Fais attention, élimine Saphira, cherche qui elle est puis tue-là. Tant que je serais là, tu ne craindras rien toi et Valens mais, si je disparaissait... Alors...


Mais.. Ce qu'il avançait n'avait pas de sens ! Qui était Saphira ? Et pourquoi voulait-elle nous éliminer ? Et pourquoi nous protégeait-il alors que son but était d'anéantir mon ami ? Tous ces mots étaient sans queues ni têtes et je voulais des explications. Vite. Mais son visage se tordit de douleur et je poussais un cri de colère. Il m'avait fait venir jusque là, m'avait mis face à ma relation avec Valens, m'avait poussée à le frapper, pour finalement me dire quelque chose de mortellement intéressant et ne jamais finir sa phrase ? Poussant encore une fois un cri de rage et lui agrippant le bras de toutes mes forces comme si cela allait le faire revenir je fulminais. Ce qu'il venait de m'apprendre était important. Très important. Ses yeux avaient été tellement déformés par la peur et leur image était à jamais gravée dans ma mémoire.

Mais son corps se courba et malgré mon contact et mes protestations je du me reculer. Depuis le temps que j'attendais le démon, il apparaissait au seul et unique moment pendant lequel je n'aurais souhaité le voir apparaître. Le regardant changer de personnalité les bras croisés et encore grandement frustré ce fut lorsque le timbre de Sarkoness parvint jusqu'à moi que je me détendis enfin.

- Emma, nous voilà enfin réuni... J'ai tant rêvé de toi, de ce moment... Il est temps qu'on s'entre-aide, nous qui devons nous battre contre des démons usurpant notre identité...


Ca y était. Il était là... Avec moi, et tout en moi le savait. Tout en moi ne voulait qu'une chose, m'approcher de ce démon, de cette créature. Nous n'étions pourtant pas si loin mais j'avais tant envie d'être au plus prés. Désormais je n'avais plus froid. Bien au contraire, tout mon corps transpirait d'une fièvre ardente. Je sentais mes pupilles se dilater et pendant quelques instants que je passais à savourer sa présence, j'en oubliais presque que je vivais divisée.

En quelques pas timides je me retrouvais non loin du démon. A quelques centimètres tout de même sans pour au tant me coller à lui car malgré le désir imparable que j'avais pour lui, un soupçon de moi se méfiait. Avec difficulté et une lenteur sans pareille ma main monta jusqu'à son visage. Pour se poser avec douceur sur sa joue. Cette même joue sur laquelle quelques minutes plus tôt j'avais frappé avec force. Cette caresse semblait se placer comme une excuse de l'affront fait à une si jolie chose. En effet, je ne saurais comment, mais ce corps commun à deux esprits me paraissait si séduisant et fascinant lorsque c'était un monstre qui l'habitait. Beaucoup plus que lorsque c'était l'humain lui même. Ses iris d'un bleu prenant m'étaient plus familières plus attirantes, l'ovale de son visage tellement plus harmonieux et son allure que depuis le début de cette folle soirée j'avais trouvé tellement fausse et surjouée me semblait plus naturelle et distinguée. Qu'allait-il se passer après tout ? Comment un être pareil pouvait-il être un démon ? Je gardais mon calme avec difficulté et d'une voix aussi saccadée et murmurée que la sienne je répondis à ses dernières paroles.

- Je t'ai attendu... Si longtemps moi aussi.

Je ne voulais pas parler de ma créature, ni même de Maximilien. La seule chose qui m'importait là, en cet instant c'était le picotement désagréable qui ne cessait de torturer mon estomac. Oui ce picotement que vous avez tous déjà sentit où presque si vous avez déjà aimé. Cette sensation à la fois énervante et délectable qui vous chatouille le ventre. Et bien c'était ce qui se passait en moi. Avec ce démon.
Maximilien Nerolase
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Maximilien Nerolase, le  Mer 15 Aoû 2012 - 2:38

Sarkoness se sentait attirer par Emma. Jamais il n'avait autant désirer une chose, ou plutôt, une personne. Mais, il se retînt, attendant la réaction de sa comparse. Il savait qu'elle aussi était attirée par lui mais, il devait vérifier si elle le suivrait ou pas. Si elle était avec lui ou pas. Qu'elle soit indécise à son sujet voulait dire, dû moins, pour lui, qu'elle était avec lui. Si elle hésitait, c'était pour certaines raisons et donc, qu'elle avait de grandes chances de tomber de son côté, qu'importe la propagande ignoble que lui faisait subir Valens Fenwick.

Elle s'approcha de lui et lui caressa la joue, comme un signe de tendresse. Un signe de tendresse dans un être fait de haine, de souffrance et de rage. Et, au lieu de provoquer la haine et la rage sur cet êtres, cela le calma. Cela calma ses pulsions, autant meurtrières qu'autre chose... Il savait qu'elle était avec lui. Ce geste était comme un aveu. Comme un aveu de sa faiblesse. Elle se haïssait sûrement d'éprouver quoi que ce soit d'autre que de la haine envers lui mais, elle ne pouvait pas s'empêcher de ressentir ce quelque chose envers lui. Sarkoness, tout comme Maximilien, savaient que les sentiments étaient une faiblesse. Et ce geste en était la preuve. La preuve que lui, Sarkoness, n'était pas insensible aux sentiments.


- Je t'ai attendu... Si longtemps moi aussi.

Il eut un long sourire qui tordit son visage. était-ce un sourire machiavélique, comme l'on les personnes mauvaises qui sentent que leurs proies est tombée dans son piège ou était-ce un sourire ravi, humain, car la personne sentait que son interlocuteur sentait pratiquement les mêmes sentiments que lui. Les mêmes picotements... Les mêmes désirs. Malheureusement pour eux deux, Sarkoness avait des plans et ne comptait pas s'en dégager avant de les avoir fini. Alors, enfin, il verrait s'il voulait, et pouvait, devenir un être humain...

- Je ne suis pas un démon, Emma... Fit-il d'une voix douce comme la pluie. Je suis le vrai Maximilien. C'est lui le démon. Il a volé mon nom et ma dignité. Contrairement à toi, j'ai perdu dès la première bataille. Et il me contrôlait, jusqu'à présent. Je œuvre pour l'éliminer à jamais...

Il laissa ses mots imprégner son interlocutrice. Elle devait croire qu'il était le vrai Maximilien. Oh, il savait que c'était faux et, même si c'était vrai, d'après les critères moraux pour être qualifié d'Humain, Maximilien s'en rapprochait le plus. Et c'est comme ça que Sarkoness, avec une aide extérieur, comptait éliminer son ennemi. Par sa morale. S'il détruisait tout ce qui faisait ce qu'il était et, lorsqu'il serait au plus faible, il pourrait le détruire. Et il serait donc à jamais le seul possesseur de ce fichu corps. Il serait enfin libre et pourrait se mettre au cas Valens.

Il avait bien des plans concernant les Fenwick. Ils devaient tous mourir, autant les uns que les autres. Mais, sachant Valens faible, et étant son principal ennemi, il ferait en sorte que ce soit lui qui tuerait sa propre famille. Sous ses ordres. Bien sûr, il fallait que tout ses plans marchent. Qu'il n'y ait aucune erreur. Mais, ceci n'était guère important. Son aide extérieur ferait en sorte de l'aider à ce que les plans se déroulent à merveille. Il n'avait ainsi qu'à patienter et voir Maximilien se débattre pour survivre, avant de voir Valens faire de même.


- Qu'a-t-il dit avant que je reprenne le contrôle ? Fit-il enfin, d'une voix d'un amoureux transi. Il est arrivé à me bloquer la vue et le sons, sans que je ne le veuille... Et il est important que je sache ce qu'il prépare, pour mieux l'éliminer.

Si jamais il avait eu vent de son plan avec son aide extérieur... Il devait en avertir celle-ci. Et seul Emma en était au courant. Mais, il était surtout étonnant que Maximilien se confie à ses ennemis. à-t-il senti sa fin venir et, dans un dernier sursaut de désespoir, a voulu emmener avec lui ses meurtriers ? C'était idiot car sinon, il se serait surtout confié à Fenwick. Il était intelligent et aurait pu l'aider à survivre, si jamais Maximilien aurait accepté de ne plus le traquer. Mais ça, ce serait avouer perdre la batailler, certainement le pourquoi il n'avait pas parlé directement à Valens. Il espérait qu'elle en parle à ce dernier, à moins que ce soit lui, Sarkoness, qui se fasse des idées.
Emma Welesslay
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Emma Welesslay, le  Mer 15 Aoû 2012 - 18:53

Je restais là, calme et douce alors que j'étais avec un démon. Ce démon. Ce démon qui m'avait si simplement séduite et qui m'avait aisément fait tomber dans ses sombres filets de pêcheur. Oh... Ce démon, sur lequel ma main était posée, ce démon pour lequel je n'avais que d'yeux, ce démon que j'aimais envie d'aimer, ce démon que j'avais envie d'haïr... Oui, celui là, cette horrible créature là. Je ne voyais que le mal en lui, mais rien qui ne m'empêchait de me sentir aussi... aussi... aussi amoureuse de lui.

Un amour aussi vil que celui-ci était-il effaçable ? Pouvait-on réellement faire l'impasse sur de tels sentiments ? Je n'en avais aucune idée et à vrai dire, mon esprit en cet instant était aussi vide que la terre sans êtres vivants. Un endroit sec, abîmé, qui se dégrade au fur et à mesure du temps et dans lequel rien ne se passe.

Un sourire indescriptible vint couvrir son visage alors que je lui avouais ma langueur dans cette attente. Un sourire qui, je ne saurais dire vraiment ce qu'il voulait signifier. Tout ce que je pouvais affirmer là dessus c'était que ce n'était absolument pas l'expression que je voulais voir apparaître sur ses lèvres. On aurait pu croire qu'il se jouait de moi. Que je n'étais qu'un pion. Un pion si facilement déplaçable... A cette pensée, ma main se fit plus rigide et mon regard se durcit certainement. Mais lorsque la voix maintenant presque familière de Sarkoness revint se glisser au creux de mon oreille, je retrouvais toute ma douceur.

- Je ne suis pas un démon, Emma... Je suis le vrai Maximilien. C'est lui le démon. Il a volé mon nom et ma dignité. Contrairement à toi, j'ai perdu dès la première bataille. Et il me contrôlait, jusqu'à présent. Je œuvre pour l'éliminer à jamais...


Ainsi donc ce n'était pas lui le démon ? Avec une naïveté alarmante je me mis à sourire avec bonheur. Comment ? me diriez vous, et bien je ne sais toujours pas, c'était tout simplement l'effet qu'il avait sur moi. Il anesthésiait presque toutes les connections nerveuses de mon cerveau... Sans réfléchir une demie seconde je m'exclamais:

- Tu n'es pas ce monstre sanguinaire alors ? C'est lui ? Mais c'est, Mais c'est, Mais c'est fantasti...


La fin de ma phrase ne vit jamais le jour. Une image me revient en mémoire alors que j'étais si enjouée par cette nouvelle. L'image d'un Maximilien terrorisé. Ses grands yeux bleus remplis de peur. Aucun démon que je sache ne pouvait ressentir une pareille sensation. Un démon n'avait pas peur, un démon procurait la peur... Cette Saphira dont m'avait si brièvement parlé Maximilien était-elle une créature des enfers tout comme Sarkoness ? Malgré tout ce que je ressentais pour " l'homme " qui me faisait face, je ne pouvais me résoudre à accepter le fait que ce n'était pas un démon. Certes, tout serait plus facile si j'y croyais aveuglément. Cela voudrait dire que je n'étais pas attirée par le mal mais plutôt par l'humanité comme tout le monde, cela voudrait dire que Maximilien était pire en cas de dégats que Sarkoness, cela voudrait dire que ce n'était pas Sarkoness qu'il fallait éliminer mais Maximilien... Oui, tout serait plus simple, moins lourd sur ma conscience. Mais quelque chose m’empêchait d'y croire. Comme si en réalité, je savais que pour Sarkoness, les sentiments amoureux n'existaient pas.

La dernière syllabe en -Que de ce mot sortit de ma bouche sans le vouloir, mais je baisais la tête pour briser le contact.

- que...

Tout se brouillait dans mon crâne embrumé, je ne savais qui croire. Quel coté devais-je rejoindre. Les picotements dans mon estomac se transformaient en tornade destructrice et la fièvre ardente qui m'habitait devenait encore plus prenante au point que j'avais l'impression que dans très peu de temps, ma tête serait tellement lourde et gonflée que j'allais tomber, entraînée par ce poids. Alors qu'a l'extérieur, j'avais juste l'apparence d'une fille un peu perturbée par une révélation trop exceptionnelle, j'étais aux abois à l’intérieur.

- Qu'a-t-il dit avant que je reprenne le contrôle ? Il est arrivé à me bloquer la vue et le son, sans que je ne le veuille... Et il est important que je sache ce qu'il prépare, pour mieux l'éliminer.


Me susurra Sarkoness d'une voix tendre. Mais je n'arrivais pas à répondre, c'était comme si chaque mot se perdait dans ma gorge, quelque chose m’empêchait de lui avouer les alertes de Max et je me rendis compte que jamais je n'aurais du me laisser aller comme ceci avec lui. Rien ne m'avait prouvé qu'il tenait encore à moi. Peut être depuis le temps, alors que moi je me torturais de questions, lui, avait apprit à contrôler ses sentiments. Ma main pâle se décrocha de sa joue pour glisser avec lenteur jusqu'à son épaule. L'indépendance que j'avais acquise en arrivant m'avait totalement échappée. Disparue envolée. Et lorsque je réalisais cela, je me sentie plus lourde encore. Comme si j'avais soudain appris que quelqu'un de précieux était mort et que je devais faire mon deuil. Ayant gardé le regard fixé sur mes pieds depuis que le -que avait franchit mes lèvres rouges je relevais un visage empreint d'une immense tristesse vers mon compagnon. En plus d'être amoureuse d'un démon, d'avoir appris que quelqu'un d'autre souhaitait la mort de mon ami et d'être face à l' "homme" qui occupait mes pensées depuis un bail, je devais faire face au décès de la nouvelle Moi. La meilleure qu'il n'y ai jamais eu. Celle qui avait duré quelques minutes à peine.

Le regardant sans le voir, je pensais à toute cette tristesse que j'avais en moi. Cette tristesse qui me venait lorsque je pensais à mon père, cette tristesse qui me venait lorsque je pensais à Valens, cette tristesse qui me venait lorsque je pensais à cette nouvelle moi, cette tristesse qui me venait lorsque je pensais à ma cousine qui avait l'air terriblement triste elle aussi, cette tristesse qui me venait lorsque je pensais aux sentiments non réciproques que j'avais pour Sarkoness.

J'étais amoureuse de lui, mais lui était attiré par ma place plutôt importante auprès de ses ennemis rien de plus. Un pion. Un simple pion... Avec un pas en arrière je me reculais oubliant tout ce que j'avais envie de vivre avec cette créature. En réalité, désormais je n'avais plus qu'une chose en tête. Partir. Quitter cet endroit où tant de choses s'étaient produites et où tous mes sens étaient désorientés.

- Je suis las de tout cela mon amour. Je rentre à Poudlard... Tu ne me retiendras pas


Des larmes aux coins des yeux, le regard fuyant et la tête froide je me retournais pour partir. Partir loin de cet créature qui se jouait tant de moi. Le "mon amour" complètement dégoulinant de romantisme, n'avait été placé ici uniquement pour le déstabiliser. Certes, il y avait du vrai dans cette appellation, mais jamais je n'aurais osé lui donner ce ridicule titre sans une idée derrière la tête. Jamais. Si j'avais pu décider de ce qui se passerait ensuite, j'aurais demandé à ce que je rentre sans encombres au château. Malheureusement quelque chose me disait que cela n'aller pas ce passer comme cela. Et lui tourner ouvertement le dos était peu être une erreur. A la base, c'était pour lui montrer ma résolution. Mon envie de le quitter malgré le fait que je brûlais d'envie de sentir son souffle chaud contre ma joue, ses mains sur ma taille et tout son être près du mien. Mais lui tourner le dos ainsi, pouvait me placer dans une bien mauvaise posture... Qu'importe. Je n'avais presque rien à perdre de toute façon et les informations que m'avait livré Maximilien n'étaient peut être pas si importantes en fin de compte.
Maximilien Nerolase
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Maximilien Nerolase, le  Sam 25 Aoû 2012 - 1:05

HRPG : Si quoi que ce soit gêne, n'hésite pas à me le dire !

Sarkoness ne savait que ressentir pour cette jeune femme. D'un côté, elle risquait de le lâcher dès qu'elle verrait qqu'était-il réellement. Un démon, un monstre sans pitié et de l'autre, son amour lui dictait de la suivre... Oui, son amour. Une force pur qui le consumait de l'intérieur, allant même jusqu'à le détruire. Il savait qu'il devait résister autant que possible mais, la voir être avec son ennemi juré, celui qui l'attirait réellement... Elle ressentait des sentiments pour Valens et il sentait, à tort, qu'elle ne faisait ces gestes que pour mieux l'amener dans un piège. Elle ne voulait le voir que parce qu'elle savait qu'il ne résistait à rien contre elle...

Il n'était rien pour elle... Mélissande le lui avait répété tant de fois. La plupart des femmes attiraient les hommes dans le but de les utilisaient dans de sombres dessins. Il n'était malheureusement qu'un idiot amoureux d'une fille ne l'aimant même pas. Que devait-il faire ? Sa raison lui dictait de l'éliminer sur le champs, lui permettant ainsi de détruire une part de Valens. Son amour lui dictait de lui obéir, qu'importe ce que cela lui couterait, jusqu'à ce qu'elle tombe enfin dans ses bras. Au début, il ne ressentait que de la passion envers elle. Désormais, il ressentait aussi de l'amour. était-ce incompatible ou pouvait-il vivre avec ? Il se rendit bien vite que non. Il pouvait posséder Emma, il ne pouvait pas contrôler son amour. à moins d'utiliser une potion d'amour...

Il comprit assez vite qu'il se faisait des illusions. Elle avait montré une excitation de savoir qu'il était peut-être bien le vrai Maximilien. Mais, il savait qu'elle ne le croyait pas. Et il savait aussi qu'elle allait désormais avertir de tout ce qu'elle savait à Valens Fenwick. Il avait perdu cette bataille, cette guerre. Fenwick était toujours en travers de son chemin et il savait que pour avoir l'amour d'Emma, il devait éliminer ce piège. Il devait tuer froidement et rapidement son ennemi juré et amener Emma à lui. Il était temps de mettre tout son poids contre ce fichu Fenwick. Contre l'amoureux de son amour à lui...

Il lui posa néanmoins la question dont il attendait une réponse. Elle aurait été amoureuse de lui qu'elle aurait répondu. Mais, il savait que ce ne serait pas le cas. Elle voudrait garder le plus d'informations possibles utilisable contre ses ennemis. Elle était manipulé par Valens. Ne le voyait-elle donc pas ? La terrible et maléfique propagande de son ennemi fonctionnait à merveille. Il n'avait pas le choix, comme il l'avait déjà pensé. Il allait devoir torturer et tuer, au risque de la perdre. Car, après, il la forcerait à l'aimer. Elle l'aimerait et il vivrait enfin en paix. Il était un esprit maléfique mais, trouver un certain réconfort dans la petite parcelle de bien que contenant son esprit.

Il était amoureux d'elle mais, elle, elle ne l'était que par sa place dans les ennemis de son amoureux. Il n'était qu'un simple pion, qu'elle détruirait une fois inutile ou causant trop de dégâts. Elle fit un pas en arrière, qui lui déchira le coeur. Il allait être obligé d'employer la force. Mais, pas maintenant. Non, avant, il devait tuer Maximilien Nerolase... Pas pour lui. Plus pour lui. Il avait changé. En mal, certainement. Mais, en devenant plus mauvais, peut-être était-il aussi devenu par la même occasion plus bon. Il ne savait malheureusement pas qu'une certaine personne ferait tout pour détruire cette bonté naissante.


- Je suis las de tout cela mon amour. Je rentre à Poudlard... Tu ne me retiendras pas

Ses mots lui transpercèrent le coeur. était-elle réellement humaine ? Comment pouvait-elle utiliser des mots alors qu'elle haïssait sa présence ? Comme pouvait-elle ? C'était comme un rêve d'un enfant brisé par ses parents. Lui qui pensait les humains, les vrai, plus attachés aux émotions des autres que cela, il découvrait la triste réalité de la vie. Elle était faite de mensonge. Pour vivre heureux et confortablement, il fallait mentir, tué, blesser... Et tout ça sans regrets... Il était donc davantage humain que les humains ? Ou, justement, la définition d'humanité ne s'appliquait justement désormais plus sur eux ? Il incombait donc aux monstres de devenir humain et aux humains de devenir monstres...

- Soit... Pars, je ne te retiendrais pas. Mais, sache mon amour que je ne t'oublierais jamais, qu'importe ce que tu fais. Ne raconte rien à Fenwick... Et sache que je détruirais Maximilien non pas pour ma liberté mais, pour toi. Le jour venu où je l'aurais tué, je te proposerais un choix. Soit tu me suis, comme nous devrions le faire, soit tu continue à me haïr et, dès lors, je devrais te ramener au droit chemin...

Il en avait peut-être trop dit. Ou peut-être pas assez. Mais, il savait que sa demande était complètement veine. Elle ne ferait que se dépêcher un peu plus à avertir son petit ami. Son amoureux. Mais, en attendant, il préférait penser qu'elle l'aimait réellement et qu'elle ne lui dirait vraiment rien. Et que lorsqu'il aurait capturé et torturé Rilla, elle le suivrait, comme elle devrait le faire. Comme elle voudrait le faire. Il partit donc par potoloin, regardant toujours avec intensité le dos d'Emma Welesslay. Elle lui avait tourné le dos. Cela voulait tout dire...
Emma Welesslay
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Emma Welesslay, le  Lun 27 Aoû 2012 - 12:10

- Soit... Pars, je ne te retiendrais pas. Mais, sache mon amour que je ne t'oublierais jamais, qu'importe ce que tu fais. Ne raconte rien à Fenwick... Et sache que je détruirais Maximilien non pas pour ma liberté mais, pour toi. Le jour venu où je l'aurais tué, je te proposerais un choix. Soit tu me suis, comme nous devrions le faire, soit tu continue à me haïr et, dès lors, je devrais te ramener au droit chemin...

En l'entendant parler, sans même distinguer sa personne, je sursautais. Je voulais tant me retourner. Lui faire face à nouveau et me retrouver dans ses bras qui étaient tout sauf rassurants. Dans ses paroles, on distinguait toutes sortes de plans, de pensées... Tout d'abord, je ne savais réellement si le "mon amour" était placé ici pour me déstabiliser comme moi même je l'y avais placé, ou alors s'il était sincère, ou bien si c'était pour me montrer qu'il avait entendu mes paroles, qu'il souhaitait me montrer que cette petite phrase, aussi anodine soit elle l'avait touché ? Je n'en savais rien mais il était là. Et son effet sur moi était désastreux. Comme un pieu nouveau s'enracinant dans mon coeur. Mon coeur, si acide et froid, mon coeur tellement vil... Ce traître qui me forcer à en aimer un pareil... N'aurait-il pas pu choisir quelqu'un d'autre ? Non, il a fallut qu'il choisisse un démon. Quelqu'un qui vivait dans le même corps, la même enveloppe charnelle, que mon second pire ennemi. Le premier vivant dans mon propre corps.

Il me demandait de ne rien raconter à Valens. Soit, je verrais en temps voulu. Je le lui dirais, je ne le lui dirais pas... Ca se serait mon choix. Mon propre et unique choix. Et en aucun cas il ne m'influencerait. Enfin... Peut être un peu... Tout dépendrait du moment, de l'ambiance, du jour, des évènements passés...

Détruire Maximilien, était-ce seulement possible ? Détruire une des deux âmes vivant dans une seule et même personne ? Et détruire cet homme pour moi, était-ce des paroles en l'air ? Pensait-il sérieusement ce qu'il disait ?
Et le reste de sa tirade, toute cette histoire de camp, choisir l'un ou l'autre, le rejoindre ou bien continuer à le haïr. Tout cela, oui tout cela me faisait horriblement mal au crâne. Je ne savais que penser. Je ne savais pas encore de quoi il était capable. Mais ce que je savais c'est qu'une fois encore, se serait MOI qui déciderais de mes actes. Personne n'avait à me dicter mes actions et à me pousser d'un coté ou d'un autre.

Je devrais te ramener au droit chemin...


Et si moi, moi je le ramenais au droit chemin ? Si je lui montrais que la haine, n'était pas indispensable ? Mais un démon accepterait-il de vivre sans tuer, torturer ou effrayer ? Pff... Trop de questions se bousculaient dans ma tête, j'avais envie de réponses pour changer. Le sang battant dans mes tempes, je sentais son regard bleu dans mon dos.
Et alors qu'une première larme commençait à dégringoler de mes cils, je pris la fuite. Comme il l'avait la toute première fois. Dignement, sans courir, mais s'éloigner, s'éloigner des problèmes pour mieux les rattraper après.
Les larmes coulaient tellement que je ne pouvais plus m’arrêter. Tout se bousculait, je ne savais plus qui j'étais, où j'étais ni ce que je faisais, qui j'aimais et qui il était. Courant ainsi dans l'allée des Embrumes, je me fis bien vite intercepter. Un vieil homme, sale, puant, dégueulasse à point. Mais il comprit bien vite son erreur lorsqu'il s'écroula sur le sol en hurlant sa douleur alors que je venais de lui coller un coup de genoux entre les deux jambes. Et inconsciemment je le remerciais. Merci de m'avoir permis de me défouler. De me défouler physiquement, sans artifices, sans magie, sans tourner autour du pot.

Mais je l'aimais... Oui, pourtant je l'aimais.

* * * Fin Du Rp * * *
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Kyara Blanchet, le  Jeu 20 Déc 2012 - 22:11

Pv : Axl amour


Chemin de Traverse, Allée des Embrumes, c'était le dernier endroit où on pensait trouver une jeune femme déguisait en lutin, enfin un lutin vêtue d'une jolie cape verte et d'un joli bonnet assortit ! Avec son panier de paillettes, elle se baladait en sautillant. Elle devait trouver une idée de cadeau ! Et quoi de mieux que l'allée des embrumes pour trouver un truc sympa ? Surtout que niveau ambiance c'était assez lugubre. Au risque de mettre sa vie en danger, elle avait décidé d'en profiter pour remplir aussi cette mission ! (oui les barreaux de son lit étaient en plomb quand elle était enfant ...).

Sautillant et balançant des paillettes, un grand sourire aux lèvres, Guilli déambulait donc sans se rendre compte des passants qui regardaient cette folle avec ses drôles d'habits. Ils avaient l'habitude de voir des gens bizarres, mais normalement les personnes déambulant en ses lieux étaient assez discret et mystérieux. Bah aujourd'hui ça changeait ! En plus, Guilli connaissait l'endroit comme sa poche, donc c'était impossible pour elle de se perdre et en cas de mauvaise rencontre, pas de soucis, une poignée de paillettes dans la tête et hop fuite et c'est régler !

Elle est pas simple la vie ?

Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Axelle Higgs, le  Dim 23 Déc 2012 - 2:11

Bien que le temps des fêtes apportaient une certaine réjouissance, cette période apportait également son lot de complications. Il fallait acheter des cadeaux, trouver des tenus appropriées aux différentes soirées et redoubler d'ardeur en cours. La veille de Noël approchait à grand pas et Axelle avait profité du dernier dimanche avant la date fatidique pour effectuer ses dernières emplettes. Si elle avait trouvé des cadeaux pour ses parents, sa soeur et Ludovik, elle n'avait toujours rien trouvé pour Gael.

L'allée des embrumes était le lieu idéal pour trouver un petit quelque chose pour le cadet de la famille. La boutique d'accessoires de magie noire regorgerait sûrement de mille et une trouvailles. Axelle voyagea par poudre de cheminette, avant de braver l'extérieur glacial ainsi que la neige.

L'air un peu morose, puisque très refroidie par la température, la sorcière déambulait d'un pas plutôt rapide dans l'allée des embrumes. Il fallait également préciser que la sorcière n'avait pas vraiment envie d'être importuné par des gens à l'aspect plus que louche.

Et justement, droit devant elle, sautillait une silhouette qui abordait une tenue colorée. Axelle haussa un sourcil avant de reconnaître Kyara. Voilà plusieurs semaines qu'elle s'affichait en tant que lutin du Sant Claus et sa cousine n'avait toujours pas saisi comment elle s'était retrouvé là. Lui avait-on lancé un sortilège ? Pourtant Kyara semblait tout à fait normale, mis-à-part un air joyeux affiché en permanence et des paillettes à l'infini.

La préfète failli éclater de rire lorsqu'elle imagina que la brune consommait des choses illicites pour avoir cet air affiché en permanence sur son fin visage. Sautillant jusqu'à elle (ça devait être contagieux), Axelle tapota l'épaule de Kyara Blanchet, attendant qu'elle se retourne.


Dernière édition par Axelle Higgs le Dim 23 Déc 2012 - 2:12, édité 1 fois (Raison : coquilles)
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Kyara Blanchet, le  Dim 23 Déc 2012 - 2:58

Tralalalalala. La vie était belle, Guilli était heureuse. Elle se sentait bien, elle se sentait vivante. Toute contente, elle s'arrêta devant la devanture d'un magasin bizarre. On pouvait voir en vitrine entre autre, des têtes réduites, des animaux bizarres et tout moches en cage ainsi que des choses non identifiable. Mouaiiiis c'était peut-être pas une si bonne idée que ça que de venir faire des cadeaux dans l'Allée des Embrumes. Quoi que, elle pouvait faire à la limite des cadeaux empoisonnés ... tentant, mais non, elle était après tout un gentil petit lutin innocent. Se mordillant pensivement les lèvres, elle sentit alors que quelque chose lui tapotait l'épaule. Vive comme l'éclair, elle se retourna et tomba sur une tête bien connue. Un grand sourire apparu sur le visage de Guilli alors qu'elle se jetait dans les bras de la personne.

- Axelle !!! Qu'est ce que tu fais ici ? Tu vas bien ? Tu viens acheter tes cadeaux de Noel ? T'as fait ta lettre ? Me semble que oui ! Alala c'est fou comme le temps passe vite tu trouves pas ?

Toute contente, elle relâcha alors la demoiselle afin que cette dernière puisse reprendre son souffle et lui répondre. Tout en souriant, Guilli fouilla dans ses poches pendant quelques secondes à la recherche de quelque chose de bien précis. Elle en avait prit avant de partir pour le cas où elle aurait un petit creux où bien rencontrerait une tête sympathique. C'était la deuxième option en cet instant. Trouvant alors ce qu'elle cherchait, Guilli sortit des chocogrenouilles avant de les tendres à Axelle.

- Tient t'en veux ?
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Axelle Higgs, le  Jeu 27 Déc 2012 - 6:22

Sa cousine se retourna vivement et son visage fut gratifié d'un grand sourire. Prenant la jeune femme dans ses bras Kyara (mieux connu sous le nom de Guilli en ce moment) s'exclama :

- Axelle !!! Qu'est ce que tu fais ici ? Tu vas bien ? Tu viens acheter tes cadeaux de Noel ? T'as fait ta lettre ? Me semble que oui ! Alala c'est fou comme le temps passe vite tu trouves pas ?

La préfète des verts et argent entreprit de répondre à son amie, tandis que cette dernière lui tendait des chocogrenouilles :

- Ha, ben certainement que j'ai envoyé ma lettre à Santa Claus ! Je suis toujours très sage moi et, j'mérite mes cadeaux, répondit-elle d'abord sur un ton plus enfantin. Et tu as bien raison, le temps passe vite. Noël... Déjà. Alors, oui, je viens faire mes dernières emplettes. Tu sais comment je suis sur ce genre de truc : toujours à la bourre.

Le ton de la jeune femme était devenue plus sérieux et peut-être même soucieux. Avant que Kyara puisse s'interroger sur le sujet de ses inquiétudes, Axelle reprit la parole questionnant Kyara sur son emploi temporaire. Il fallait dire que cette dernière était très occupée à réaliser des activités typique chez les lutins. Genre, emballer les cadeaux, trier les lettres, fairs les sales besognes du Père Noël. Enfin, c'est ce que s'imaginait Axelle.

- Au fait, il te donne quelque chose le matin pour que tu souris toujours comme ça ? se moqua gentiment Axelle d'une voix malicieuse qui laissait planer de multiples sous-entendus.

Elle ajouta :


- Et que pense la grande dame Blanchet de tout ça ? Vous a-t-elle renié ? poursuivit-elle plus sournoisement, se moquant ouvertement de sa tante.

À vrai dire, la Serpentard n'avait aucune idée pourquoi la soeur de son père les détestait tant et tout particulièrement Clyde. Il s'agissait d'une dispute familiale, dont les causes semblaient tabou. Il y avait toute sorte de secrets dans la famille Higgs et Axelle ne semblait connaître que la pointe de l'icerberg et pourtant elle-même était mêlée à plusieurs secrets. Son regard azuré qui l'espace d'un moment avait semblait légèrement lointain, se positionna sur Kyara une curieuse étincelle à présent nichée au creux de ses iris. Elle savait que Kyara possédait sans doute des informations qui l'aiderait à élucider certains passage de l'histoire des Higgs. Cependant, le sujet était plutôt difficile à aborder, l'une comme l'autre hésitant parfois sur les secrets à révéler. Cela n'empêchait pas les deux cousines d'être très proches.
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Kyara Blanchet, le  Ven 28 Déc 2012 - 23:07

C'était super super super de voir Axelle ici ! Le pourcentage de chance de la croiser en ses lieux était en plus très infime. Cela devait être le destin. Que Dieu bénisse le destin !

- Ha, ben certainement que j'ai envoyé ma lettre à Santa Claus ! Je suis toujours très sage moi et, j'mérite mes cadeaux. Et tu as bien raison, le temps passe vite. Noël... Déjà. Alors, oui, je viens faire mes dernières emplettes. Tu sais comment je suis sur ce genre de truc : toujours à la bourre.

Mais ouiiii Axelle était la gentillesse incarnée, tout le monde savait ça ! Compréhensive, elle hocha la tête. Guilli connaissait pas mal de personnes qui étaient en retard dans les achats de Noel. Pourtant ça n'était pas si compliquer de s'y prendre un peu à l’avance non ? Apparemment si ... Beaucoup de personnes aimaient repousser jusqu'à la dernière minute par manque de motivation ... alala les gens de nos joueurs n'étaient plus ce qu'ils étaient !

- Au fait, il te donne quelque chose le matin pour que tu souris toujours comme ça ? se moqua gentiment Axelle d'une voix malicieuse qui laissait planer de multiples sous-entendus. Et que pense la grande dame Blanchet de tout ça ? Vous a-t-elle renié ?

Toujours aussi drôle cette Axelle ! Elle disait n'importe quoi ! Se mettant à rire, Guilli secoua la tête, son bonnet glissant légèrement, elle le redressa avant de répondre en riant encore légèrement.

- Naaaaaaan je suis comme ça parce que c'est dans mon contrat !! Sinon bah tu sais elle m'a reniée le jour où je suis née.

Éclatant de nouveau de rire, elle déballa un chocogrenouille qu'elle avala en quelques bouchées avant de reprendre la parole.

- Et toi alors la famille ça va ? le padre la madre ? Les frères ? Chris va bien ? Ils deviennent quoi ?


Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Axelle Higgs, le  Mer 2 Jan 2013 - 19:46

Suite à l'évocation de sa douce mère, ainsi qu'à celle où Santa Claus aidait les lutins à être aussi joyeux, Kyara se mit à rire, son bonnet glissant légèrement sur sa tête. Elle était vraiment mignonne en petit lutin de Noël. Elle avait du cran de se promener dans l'allée des embrumes, mais c'était tout à fait Kyara : téméraire. Sans pour autant dire qu'elle était sans faille, la Serpentard avait plus d'un tour dans son sac.

- Naaaaaaan je suis comme ça parce que c'est dans mon contrat !! Sinon bah tu sais elle m'a reniée le jour où je suis née.

Mouaaiiis. C'est ça. Axelle était sceptique quant au fait que Santa Claus n'aidait en rien à l'humeur de ses lutins. Sa cousine éclata de nouveau de rire, suite à sa bonne blague sur le jour de sa naissance, avant de déballer un chocogrenouille. Elle engloutit littéralement la friandise Éclatant de nouveau de rire, elle déballa un chocogrenouille qu'elle avala en quelques bouchées avant de reprendre la parole.

- Et toi alors la famille ça va ? le padre la madre ? Les frères ? Chris va bien ? Ils deviennent quoi ?

Ah, ben super ! Le sujet à éviter. Et Kyara qui prenait la peine de spécifier le benjamin des frères. Déballant à son tour un chocogrenouille, Axelle releva les yeux vers la jeune femme :

- Ils vont bien, ils vont bien... Je ne leur parle pas trop ces temps-ci, répondit-elle, évasive. Papa continue de forcer pour que ses fils suivent ses traces au Ministère de la Magie... mais tu sais, eux, les paperasses à ne plus finir, c'est pas trop leur truc.

Ludovik préférait nettement la médicomagie et Gaël le journalisme. Quant à Chris, il avait tenté de faire percer sa carrière de joueur de Quidditch. Il s'avéra un très bon batteur pour l'équipe des Serpentards et on l'avait surnommé le "saule-cogneur". C'est tout dire. Néanmoins, les sessions de recrutement n'étaient pas toujours clémentes et il fallait beaucoup voyager et investir de son temps. Malheureusement, Christian Higgs était loin d'être le garçon le plus disponible sur la Terre. Axelle estimait que, plus d'une fois, il avait manqué sa chance : ratant une session de recrutement, se blessant brutalement quelques semaines plus tard. Puis, il avait disparu.
Kyara Blanchet
Kyara Blanchet
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Médicomagie

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Kyara Blanchet, le  Lun 7 Jan 2013 - 15:40

Guilli se balançait d'avant en arrière, tantôt sur la pointe des pieds tantôt sur les talons. Elle regardait les passants un grand sourire aux lèvres. Ce qu'ils étaient sinistres n'empêchent ! ça ne coûter pourtant pas beaucoup d'effort de faire un sourire, de se dérider un chouïa nan ? Guilli le faisait bien elle et ça rendait super ! Enfin elle le pensait ... Noon c'était sur même, elle était au top. Elle ferait se dérider les passants plus tard, pour le moment elle était occupée avec la jolie Axelle.

- Ils vont bien, ils vont bien... Je ne leur parle pas trop ces temps-ci. Papa continue de forcer pour que ses fils suivent ses traces au Ministère de la Magie... mais tu sais, eux, les paperasses à ne plus finir, c'est pas trop leur truc.

Han han, elle comprenait parfaitement, elle aussi n'aimait pas la paperasse et puis les employés du ministère de la magie étaient souvent ronchons, cela ne collait pas avec les frères Higgs. Bon okay ils ne souriaient pas souvent, mais quand même. Guilli les voyaient autre part que les fesses collaient sur une chaise en bois froide.

En tous les cas c'était pas bien de ne pas parler avec sa famille surtout si les membres étaient en bons termes ! S'entortillant les cheveux songeuses, la brune se mordilla pendant quelques secondes sa lèvre inférieure. Elle ne savait pas quoi faire pour qu'Axelle aille mieux, car au fond elle sentait que tout n'allait pas aussi bien sur ça ... Poussant un petit soupir, elle serra une nouvelle fois la demoiselle dans ses bras avant de reculer de quelques pas.

- Sinon ça va pas trop dur d'être préfète ? Le directeur est pas trop sévère ? Je l'ai croisé dans un couloir on aurait dit qu'il avait un balai dans le popotin ! J'ai failli l'asperger, mais je me suis retenue. Et comment vas Zozo ? Elle est sage au moins ? Tu veux qu'on aille dans un bar où on reste ici pour papoter ? Je t'invite si tu veux bouger de là !
Axelle Higgs
Axelle Higgs
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Axelle Higgs, le  Jeu 24 Jan 2013 - 1:25

L'employée de Santa Clauss prit une nouvelle foi Higgs-la-brune dans ses bra.s Peut-être que même si elle ne disait rien et s'appliquait à ne rien laisser paraître que Kyara devinait que quelque chose clochait. En même temps, Axelle savait qu'elle devrait se confier davantage à sa cousine. Après tout c'est ce qu'on fait lorsqu'on fait confiance à quelqu'un, d'autant plus lorsque celui-ci fait partie de la famille. Après s'être séparée d'Axelle, Guilli (car c'état bel et bien son nom pendant quelques tmeps) poursuivit :

- Sinon ça va pas trop dur d'être préfète ? Le directeur est pas trop sévère ? Je l'ai croisé dans un couloir on aurait dit qu'il avait un balai dans le popotin ! J'ai failli l'asperger, mais je me suis retenue. Et comment vas Zozo ? Elle est sage au moins ? Tu veux qu'on aille dans un bar où on reste ici pour papoter ? Je t'invite si tu veux bouger de là !

Une petite moue se peignit sur les lèvres d'Axelle. Elle aurait adoré prendre un verre avec sa cousine lutin, mais elle ne pouvait remettre une fois de plus l'achat des cadeaux. C'Est donc d'un ton sincèrement désolé qu'elle etreprit de répondre à sa cousine et sa gentille invitation :

- Ohh, j'aurais tant aimé, mais je manque cruellement de temps. D'autant plus que ce n'est pas tout le temps que nous pouvons nous ballader avec nos sorties scolaires, ça aurait trop bien. Et si on remettait ça à la prochaine sortie ? Celle du retour des vacances de Noël ? proposa ensuite sa cousine.

Mais avant que Kyara ne puisse ouvrir la bouche, Axelle poursuivit, histoire de répondre à ses questions :


- Mais la vie de préfète se passe plutôt bien, je te rassure. C'est beaucoup de boulot, certes, mais il y a bien des avantages. Et puis Franck est pas si mal, il connaît mon père, avoua Axelle avec un petit clin d'oeil. Alors ça marche pour le bar à notre prochaine sortie ? Les trois balais ?

Elle parlait un peu plus vite que d'habitude, inconsciemment pressée par le temps, mais également car elle avait hâte à cette prochaine sortie. Ce serait le bon moment pour se rapprocher davantage. Certes les cousines Higgs étaient déjà très près l'une de l'autre, mais elles auraient l'occasion de se dévoiler un peu plus.
Contenu sponsorisé

En journée... - Page 4 Empty
Re: En journée...
Contenu sponsorisé, le  

Page 4 sur 17

 En journée...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 10 ... 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.