AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le deal à ne pas rater :
SEAGATE – Disque Dur Externe – Expansion portable – 4To – USB ...
79.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 15 sur 18
Londres - Oxford Street
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle

Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Mer 31 Mai - 13:47

Avec Lizzie


Dans les rues de Londres je me baladais. J’errais. Me perdais. Sans but. Je ne savais où aller. Ni quoi faire. J’étais seule. Si avant de quitter Poudlard on m’avait que les événements se dérouleraient comme cela, je n’y aurais point cru. Et pourtant…

Une lettre de Dana. Une urgence. Une dispute. Une disparition. Elle lui en voulait. Elle m’en voulait. Mais je ne savais pas pourquoi. Sans explication, mes quelques affaires restées au domicile familial s’étaient retrouvées sur le paillasson. Il l’avait fait souffrir et elle me rejetait la faute. Je n’arrivais pas à lui en vouloir mais je ne la comprenais pas. Une seule personne pourrait me répondre. Je devais le retrouver. Trop de temps sans réponse. Je m’inquiétais.

Il était ma seule famille. Enfin de celle avec qui j’avais grandi. Mon seul point d’attache. Celui qui m’avait élevé.

Je parcourais alors le monde durant plus un an et demi puisant dans ma « petite cagnotte de secours » comme il aimait l’appeler. Seulement pour les urgences, il disait. C’était bien une situation d’urgence, non ? Et s’il lui était arrivé quelque chose ?

Des nouveaux pays.
Des endroits familiers.
De nouveaux visages.
Des souvenirs qui remontaient.

Le voyage était long. Fatiguant. Mais aussi enrichissant. Sur un carnet, je prenais en note tout ce que j’apprenais et découvrais ou redécouvrais. La musique dans les oreilles, j’avançais un peu plus chaque jour me rapprochant de mon objectif. Mais au bout du chemin rien de bon ne m’attendait.

Un jour, la réalité apparut. Triste. Sombre. Brutale.

Je me retrouvais démunie. Perdue. Sans repère. Sans accroche. Je me rappelais m’être renfermée sur moi-même, avec ma musique et Dream comme compagnie. Ce cher volatile commençait à se faire vieux. Il était toujours avec moi. Je lui avais redonné sa liberté. Mais il revenait, me suivant, me surveillant, essayant de me faire sourire. Sacré oiseau. Qui m’apportait des nouvelles des personnes que j’aime. Une petite sœur du cœur et un amour de jeunesse, a qui j’oubliais de raconter mes malheurs.

J’avais continué mon périple pour m’occuper l’esprit. Errant de villes en villes. Une ombre se baladant dans les dédales de rues. Se perdant parfois. Ce n’était point grave elle était déjà perdue dans ses pensées. Dans ses souvenirs. Dans ses musiques. Dans ses propres sentiments. Ne sachant quoi penser. Sous ses pieds le sol était instable. Il était dur d’avancer.

Cette ombre c’était moi.

Dans les rues de Londres, je m’étais encore une fois égarée. Les yeux ternes rivés sur le sol, j’avançais toujours. Le masque de bonne humeur avait laissé place à un plus neutre. Le costume était toujours là. Mais le noir avait pris la place du bleue. Et la cravate verte, un échange, un souvenir, ne quittait point mon cou.

Dans les rues de la capitale moldue, aujourd’hui, j’étais tombée sur une petite annonce. Elle m’avait attirée l’œil tout de suite. Garder des enfants. Un travail comme un autre. J’étais fatiguée de voyager. Je voulais me poser. Prendre un peu mon temps. Me concentrer sur autre chose. Cette annonce était comme une petite lumière pour moi.

Alors sans trop savoir pourquoi, je m’étais retrouvé là. Sur le lieu du rendez-vous. Resserrant ma cravate verte. Ma guitare sur l’épaule et non dans ma poche. J’observais les personnes qui m’entouraient. Cherchant du regard celle qui m’intéressait.

Soudain, je la vis. Une femme à la chevelure étonnante marchant avec ses deux enfants. Un léger pincement au cœur. Ils semblaient heureux. Etait-ce une bonne idée finalement ? Je ne savais pas. Je ne pouvais revenir en arrière. Qu’allais-je faire si je n’allais point la voir ?

Prenant mon courage à deux mains. Je m’avançais vers la petite famille. Espérant que c’était celle de l’annonce. Sinon je devrais trouver une cabine pour appeler le numéro en question. Une main dans les cheveux, me grattant derrière la tête un peu mal à l’aise, je me décidais enfin à parler.

-Bonjour, veuillez m’excuser. J’espère ne pas vous déranger. Je me nomme Max Valdrak. Je recherche la personne ayant postée cette annonce, le rendez-vous est fixé ici enfin je crois. Nous sommes bien à Oxford Street ?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Sam 3 Juin - 20:13

Quel portrait ridicule
Lizzie Bennet, mère ?
3 ans et pourtant je ne m’y fais pas
Je ne reconnais plus
Le fantôme qui hantait Azkaban

Je quitte peu à peu Sunil
Cela ne veut pas dire que j'amarre à quai non pas encore
Je prends d’ailleurs garde à ce que nul ne le sache
Leur identité est plus masquée encore que la mienne
Le chat s’est fait homme
Ils se sont fait moldus
Pour que rien ni personne
Ne puisse porter la main sur eux
Leur faire du mal

Ce n’était m’amarrer car j’étais toujours en mouvement
Pour les cacher
Il était rare de nous croiser en ville tant nous étions toujours
Déguisés
Affublés des visages ou tenues
Si excentriques qu’on devenait passe partout
C’est ainsi que les choses se passent en vrai
Plus l’on souhaite disparaitre et plus on attire l’oeil
Plus on joue les clowns et plus on nous laisse tranquille
Ça m’allait très bien

Quelque chose a changé pourtant
Ce serait mentir que le nier
Et j’essaie pas à pas de moins m’envelopper
De mensonges
Je regarde aujourd’hui le monde
— les yeux en surbrillance
Moins la surexposition que la juste notion des contrastes
Je vois tout en intensité maximale

Et je veux t'apprendre enfant à tout voir
Je crois que pour ça il faut que tu viennes
Dormir
Rêver
Grandir
Les pieds tutoyant les ondes

Je vais mettre de l'argent de côté
Je vais nous acheter une péniche
Une péniche sur la Tamise
Et vous rêverez au gré des remous fluviaux
Parce que rien de vrai ne nait sur terre
Il faut savoir tanguer pour envisager de voler

On a perdu Parker mais on a pas perdu la guerre
J'vous offrirai le plus beau nuage
Un nuage constellé d'algues et de mousse

Pour l’heure il me faut une main
Je ne crois pas qu’on puisse le faire à trois
Pas avec le reste de mon emploi du temps
Il faut quelqu’un de sain
De bienveillant
Quelqu’un qui aime les enfants
Et donne sans compter
Il vous faut une mère
Que je n’ai jamais été

Trouverais-je le maillon manquant cette semaine ?
Le temps presse
Je sais que la petite enfance est déterminante
Que le moindre abandon pourrait affecter
L’entièreté de votre existence
Qu’être balancés de babysitter en babysitter
Est nocif à cet âge
Il nous faut quelqu’un de fiable
Et si je n’ai de péniche pour l’instant
Je vous promets de le trouver

Une voix surgit
Je crois qu’elle me cible
— Je ne prends rendez-vous qu’avec les tutoyants, mais tu es à la bonne adresse ! Tu veux bien faire quelques pas avec moi ?

Personne ne rentre tant que le profil n’est pas clarifié
Et puis il parait que les murs parlent
— Zaire, au fait. Et toi, tu t’appelles comment ?


(Attendre pour voir
Si iel indique ses pronoms ou si tu lui demandes
Au fil des mots)


Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Sam 3 Juin - 23:04

Avec le LA Lizzie

Une réponse. Je ne pouvais plus me défiler. Je ne pouvais plus m'en aller. Que faire? Je n'avais pas le choix. Il ne fallait juste pas que le masque tombe. Il s'était fragilisé avec les événements passés. Il ne tenait qu'à un fil. Mais là n'était pas le sujet. Là n'était pas la question. Je devais rester concentrée. Ne pas me perdre à nouveau dans mes pensées. Réussir à décrocher cet emploi. Et qui sait penser un peu à autre chose. Oublier. Vivre tout simplement.

Je la regardais. Je la détaillais. C'était donc la jeune maman qui cherchait une baby-sitter. Mon attention se porta alors sur les deux petits. Ils formaient vraiment une belle petite famille tout les trois. Je souris aux deux enfants. Un sourire sincère. Un sourire bienveillant. Mes yeux avaient retrouvés un peu d'éclat. Comme si inconsciemment je savais que... Non je ne devais pas me faire des films. Penser à cela. Concentrée. Je relevai la tête vers la jeune mère.

- Je suis désolée, vouvoyer est une habitude pour moi. Je vais tacher de faire attention. Je me nomme Max, Max Valdrak enchantée et vous êtes?

Je tendis une main vers la jeune femme. Attendant qu'elle me la serre en retour. Ou pas d'ailleurs. Peut être que ce geste était déplacé. Avais je oublié mes bonnes manière? Non je ne pense pas, je ne crois pas, j’espère pas.

Une brève poignet de main. Nous marchions maintenant. Avançant. Suivant la rue. Je ne savais pas où nous allions. Mais je la suivais.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Lun 12 Juin - 17:45

Max.
Il, elle, iel ? s’appelait Max.

Ça commence comme magie et finit comme climax.
Oui, je sais. On ne doit pas se fier à des valeurs de ce genre
Mais je ne peux pas vraiment m’en empêcher

Je vois dans les chiffres et les lettres
Des indices pour trouver mon chemin

Un peu comme quand avec Ashton
On a trouvé un n°4897
Le numéro qui ne devrait même pas exister
Mais qui porte nos matricules liés
C’était un chouette signe pour les gosses
Alors ça a déterminé où on habiterait
J’ai pas dit qu’on avait acheté ; je me rappelle pas trop
Que de l’argent soit sorti des comptes ce jour là
On était pas bien riches à la sortie de prison
Alors il pouvait avoir choisi son logement

Comme j’avais choisi celui d’Emily
67mg de peur
28mg de vengeance
8.2L de sang humain
L’arbitraire des chiffres aide

— Y a un parc sympa, par là, si tu veux bien me suivre…

J’aime bien les emmener y prendre l’air, surtout qu’il n’y a personne à cette heure.


On a pas de boussole dans la vie
Il fallait improviser nos pierre de Rosette
Pour traduire les obstacles de notre chemin
Et en faire des atouts

Max semblait motivé.e
Stressé.e, aussi — ça va souvent de paire
Sa poignée de main était un peu incertaine
Il fallait pas se laisser bouffer par les gosses…

— J’vais pas tourner autour du pot. Tu cherches quoi, au juste ?

Un babysitting nocturne ou plutôt un temps plein ? 

La poussette a ralenti, sous les gravillons du parc
Comme un rappel de la partie intéressante
La partie où je voyais ce qu’iel savait faire avec les enfants
Ce qu’iel aimait faire avec les enfants
A côté l’expérience dans la garde d’enfants avait un impact ridicule
Rien ne comptait tant que sa capacité à les aimer

J’étais prête à mettre le prix tant que je savais
Que la personne qui s’occuperait d’eux en mon absence
Savait aimer et rire et vivre
(Oui, ce n’étaient pas mes points forts

Mais ça tombe bien, je ne cherche pas à m’embaucher)

Fais moi rêver, Max Valdrak.
Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Sam 17 Juin - 16:58

Avec Lizzie

Je n'avais pas entendu son nom. A moins qu'elle ne me l'ai pas donné. Avais je loupé une partie de la conversation en m'étant replongée sans le vouloir dans mes pensées? Je ne savais pas. Comment pourrais je le savoir? Depuis la découverte de certains agissements orchestrés par une personne que je prenais pour un modèle, je me réfugiais dans mes souvenirs. Comme pour oublier ce que j'avais appris. Comme pour ne plus penser à ce que j'avais découvert.

Parc. J'avais réussi à attraper ce mot en vol. Oui un parc. Allons vers le parc. C'est bien les parcs. La nature. Un espace vert au milieu de la ville. Un moyen d'évasion au milieu de la civilisation.

Je la suivais. Sans un mot. Elle me guidait. Je regardais les petits puis leur maman. Ils en avaient de la chance. Mais où était le papa? Dites moi ils ont bien un papa? Un paternel? Je l’espérais. Vivre avec qu'un seul parent n'était pas toujours une bonne chose. Je savais de quoi je parlais. Mais peut être étais je juste une exception. Qui pouvait le savoir?

Puis. Soudain. Elle prit la parole. Une question. Enfin deux. C'était de bonnes questions cela. Pourquoi étais je ici? J'hésitais un peu. Et, les mots sortirent d'eux même. Tandis que mes mains, elles, se déchaînaient sur un pauvre morceau de papier.

- Et bien pour tout vous dire, que cela soit de jour, de nuit, à temps pleins ou à mi temps tout me convient. Reste à savoir ce que vous cherchez. J'ai juste envie de me poser. Trouver un travail et je peux aider alors tout pourrait m'aller.

Entre mes doigts, un petit oiseau de papier était apparu. Enfin un deuxième. Je les faisais un peu sans y preter attention.

- Vous permettez? demandais je d'une voix douce à la mère de famille

Sans attendre son approbation, je m’accroupis face aux deux enfants. Leur tendant à chacun un petit être de papier. Des motifs sur ces derniers. Un petit clin d’œil et un sourire avant de me redresser lorsque les enfants auraient prit s'ils le voulaient ce que je leur tendais.

Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Lun 24 Juil - 16:52

Un temps plein

Iel accepterait un temps plein

Ça m’arrangeait, j’avais peur de tomber que sur des babysitters
Je pouvais pas me contenter de quelqu’un faisait 3 heures par semaine
J’galérais trop à ranger ma vie 

Il me fallait quelqu’un pour m’aider dans l’éducation de ces enfants

Ces enfants qui auraient mérité mieux qu’une mère débordée et qu’un père absent

J’avais beau tout faire pour passer un maximum de temps avec eux

Je n’avais qu’une vie, et 24 heures par journée

C’était compliqué de tout aligner

Si Max convenait, je l’embaucherai directement

Parce que j’en avais besoin, terriblement besoin


Mais accepter un temps plein ne suffisait pas

C’est maintenant que cela se corsait

Que je testais son rapport avec les enfants

Je crois que tous les cv ne valent rien face au rapport humain
Surtout face à un enfant

L’enfant sait, l’enfant sent

Si sa mère pleure la nuit il dort mal

Si le sourire est faux il ne le rend pas

L’enfant a un regard qui n’est pas encore rodé aux mensonges

Mais c’est pour ça qu’il passe au travers

Qu’il lit entre les lignes



Alors Max raconte-moi
Quels sont tes talents ?

Tes atouts ?

Quelle est ta force ?
(Un temps)
Je crois que sa force vient de sa faiblesse
Qu’elles sont enracinées l’une en l’autre

Ses mains anxieuses trituraient depuis quelque temps un bout de papier

Voilà que celui-ci prend forme et que les petits gazouillent

Un origami ?

Et il était bien fait, en plus

Je crois que je commence à comprendre

Max n’a aucune force, pas au sens où on l’entend
Mais Max sait faire naître une illusion

Et les illusions sont parfois plus vraies que la réalité

Max est un attrape-rêve


Braeden fut la plus vive et chopa l’origami

Il était beau, si beau… Squirtle eut un regard jaloux

Mais le clin d’oeil de Max fit rosir ses pâles joues

En terme d’alchimie, on était bien
Plus que bien. 


Les illusionnistes sont dangereux

Mais vous savez comment sont les enfants

Rien ne les fait plus vibrer que les tours de magie


Aussi mon regard s’est-il adouci :

— Continue, Max. Laisse ta magie opérer.

* Attention, Lizzie, à ne pas te laisser bercer
Par la tendresse de ses créations... *


(Je sais que je suis la pire mais tu m’aimes quand même dis ?)
Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Mer 26 Juil - 15:30

Avec le LA de la demoiselle et ses enfants


Un regard doux posé sur moi. La mère me demandant de laisser ma magie opérée. De quelle magie parlait-elle? A en croire son regard et les réactions des enfants, la magie qu'elle voulait voir n'était peut-être pas celle qui s'exprimait avec une baguette. Celle que j'avais apprise à l'école et que j'avais amélioré par moi même. Non. La magie de l'émerveillement. Des petites choses qui donnaient le sourire et qui plaisaient aux enfants. Mais aussi aux grands. Des illusions. Des jeux. De l'art.

Mes yeux un peu perdus. Mon esprit qui s'envolait doucement. Une mélodie qui se jouait, rythmant mes pensées. En parlant de musique, le petit garçon au regard jaloux, s'était approché du sac sur mon épaule. Regard interrogateur. Je lui souris. Peut-être voulait-il entendre un petit air. Ou alors seulement savoir ce que contenait le sac. Devant cet élan de curiosité de la part de l'enfant, je ne pus m’empêcher. Idée en tête.

Laissons tomber la magie des origami.
Berçons les oreilles de ces petits.

Près d'un banc, je les avais conduit. Sur l'objet de bois je m'étais assise. La guitare sortie de étui. Les notes douces commençaient à s'envoler. Une musique que j'avais en tête depuis un moment. Une chanson qui me rappelait des souvenirs. Pas des plus joyeux pour certains. En chantant, les moments passés à Poudlard remontaient. Un à un. Tranquillement. Pourquoi avais je décidé de chanter celle là?

Une histoire de chevalier et de sorcière, de quoi plaire à des enfants. Un conte. Une histoire. Une leçon de courage. Un chant de motivation. En jouant, j'en oubliais le temps, la tête dans les pensées, la voix s'élevant doucement, se métamorphosant imitant celle d'une sorcière faisant sourire les enfants. Reprenant sa tonalité normale par la suite. Je m'amusais. Je m'évadais.

Je ne m'apercevais pas qu'alors que mes doigts se baladaient sur les cordes, un animal curieux s'était rapproché. Élisant domicile sur le banc, assis à mes côtés. Son pelage roux en écho avec la couleur que mes cheveux prenaient doucement. Les sentiments mélangés, un sort peut-être mal formulé qui ne tenait visiblement pas longtemps. Mais tout cela je n'y faisais point attention. Concentrée sur les dernières notes qui se jouaient à l'instant.

Tête relevée. Musique à l'arrêt. La boule rousse sur la guitare grimpa. Drôle de surprise. Pourtant je ne reculais point. Je caressais du bout des doigts sa petite bouille. Puis regard tourné vers les enfants et la mère, je souris. Comme si de rien était. Sans penser un seul instant que ma chevelure n'était plus noire. ou que peut-être que la chanson était un mauvais choix. Que l'illusion n'était plus. Tant pis ou tant mieux. Que dire. Ce qui était fait, était fait. Je ne plus revenir en arrière.

En silence, je regardais la mère. Semblant attendre une réponse. Une approbation. Un mot. Me faisait-elle passer un test? Avais je échoué?
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Ven 28 Juil - 19:39

J'aurais du apprendre à me méfier des dresseurs de serpent. Depuis le temps. Je les ai vus opérer, toujours le sourire aux lèvres, une voix-mélodie comme une envie de rêve...

J'ai vu Finrod me parler comme on parlerait à un animal malade. Je sais comment ils apaisent et calment d'un rien. De leur corps de leur langue ils vous ensorcellent et vous sacrifient au dieu Morphée. Un rien, un rien, et voilà votre conscience endormie. Ainsi parlait Max.

Son instrument assoupissait mes inquiétudes, faisait craquer mon dos contracté, et les enfants, les enfants y avaient une sensibilité plus accrue encore. Si Max nous avait demandé de sauter d'un pont, je crois qu'on l'aurait fait, main dans la main. En chantant. Sans méfiance et sans crainte ; elle nous délivrait des maux en trois notes.

Un écureuil aussi, saisi d'amour à la rencontre de sa musique, s'attarda près de nous. J'ai déjà vu des écureuils s'arrêter près des êtres humains. Ça arrive, quand ils sont indifférents. Ou qu'ils ont faim. Au mieux, ils viennent sur votre chaussure. Votre cheville. Mais là, là il lui reniflait le bout des doigts... comme un chat. Apprivoisé sans effort.

Je crois que c'est quand j'ai cessé de me poser des questions. Précisément lorsque j'aurais dû le plus me méfier ; c'est quand j'ai été conquise.
_Es-tu humaine, Max ? J'ai l'impression que tu as de la poussière de fée coincée au bout des doigts.
Sourire songeur.
Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Ven 11 Aoû - 19:00

Animal venu se loger sur mon épaule. Comme si cela avait toujours été sa place. Une sensation familière et nouvelle en même temps. Il s'était posé. Son petit visage blotti contre mon cou. Une chatouille. Une caresse. Un instant de douceur. Mais je devais redescendre sur terre. La mère semblait prendre la parole.

Je fus surprise par sa question. Si j'étais humaine? Oui, enfin je crois. Mais je ne lui répondis point tout de suite attendant la fin de ce qu'elle avait à me dire. Je souris. Drôle de compliment. Mais aussi très beau. Personne ne m'avait dit cela avant et je fus touchée malgré moi par la réflexion de la jeune femme. Rougissant légèrement. En perdant mes mots.

Mais sur mon épaule, la boule rousse s'agitait alors que je ne bougeais plus. Elle faisait sa vie, allant d'une épaule à l'autre comme cherchant une place pour se poser. A un moment, je sentis une légère douleur au niveau de la nuque. Les griffes animales frôlant ma peau. L'ayant abîmer par mégarde.

D'un geste doux. Sous le regard ses enfants qui détaillaient cette discutions sans parole avec l'écureuil. Je pris l'animal d'une main et le plaçais dans mes bras. Il s'y blotti. Comme un enfant solitaire cherchant seulement une étreinte réconfortante. Tout s'était fait si naturellement. Comme si, l'écureuil en moi savait quoi faire.

Les enfants le regardèrent. Je profitais de cet instant de calme pour alors répondre à la mère.

-Je suis bien humaine ne vous inquietez point. Je pense que la magie tout le monde en a mais certains n'ont juste pas trouvé comment exprimer la leurs. Ou alors d'autres s'enfoncent dans ce qu'on pourrait appeler les ténèbres pendant qu'à l'opposé on décide de rejoindre la lumière. Pour moi rien n'est blanc ou noir, avec ou sans. Il y a que des nuances de gris qui nous définissent.
J'ai peut-être de la poussière de fée au bout des doigts cependant je suis sûre que vous avez aussi de nombreux talents tout comme ces enfants. Libre à vous de les montrer ou non.


Un sourire. Avant de me rendre compte que j'avais beaucoup parlé pour ne point dire grand chose. Un simple Excusez moi franchis la barrière de mes lèvres. Débiter des mots et philosopher sans trop réfléchir, un trait de mon père gardé. Père que je m’efforçais d'essayer d'oublier.
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Mer 13 Sep - 18:16

Your skin makes me cry
You float like a feather

Elle eut comme une crispation du visage, puis Max retira l’écureuil de sa nuque et le prit dans ses bras. En fait, on aurait plus dit un chat domestique qu’un écureuil sauvage, au vu de la familiarité de la bestiole.

Elle disait être humaine, pourtant. Humaine mais quel était son rapport à la magie ? Elle en parlait comme on aurait parlé des capacités particulières de quelqu’un, d’un espoir, d’une flamme… Quelque chose de si général et littéraire que je n’étais pas trop sûre de l’interprétation.

Au début, elle m’a fait peur, avec sa vue manichéenne du blanc et du noir, des ténèbres et de la lumière, mais au fil de sa locution, elle a évolué vers la reconnaissance des gris. Oui, j’en étais persuadée ; il m’avait fallu de longues années pour l’accepter, mais la complexité de la vie résidait dans ses balances perpétuelles. Ainsi que le paradigme des intentions et moyens, bien sûr ; mais c’était une autre histoire.

Alors qu’elle parlait, j’ai vu l’ombre d’une baleine danser à la surface des graviers. Je rêvais, je crois. Peut-être l’avait-elle fait apparaitre ? Peut-être n’y avait-il rien ? Parfois, je doute un peu de ce que je vois, de ce que je vis. J’aurais du écrire, il y a longtemps, ce qu’il m’arrivait jour après jour ; ainsi arrivée à l’âge adulte, je n’aurais plus qu’à relire pour faire réapparaître les souvenirs.

I'm a weirdo
What the hell am I doing here?
I don't belong here

Il était trop tard, pourtant, pour les certitudes. Mais était-ce un problème ? Après tout, la certitude des souvenirs est un peu comme celle des gentils et des méchants. Inexistantes. La mémoire est individuelle, et évolutive. On peut vivre la même scène et en parler de façon opposée ; où ne se rappeler de rien. L’esprit est ainsi fait. Peu importait qu’il y ait ou non une baleine ; qu’un écureuil soit ou non un chat. Peu importait même que Max me vouvoie.

Ce qui comptait, là, dans l’instant, c’était la couleur de l’ambiance. L’atmosphère délicate et florale, gourmande et rieuse, se prêtait bien aux rêves des enfants. Avec Max, ils seraient bien. Mieux qu’avec moi. Alors sourire aux lèvres, j’ai laissé filé quelques mots, sur l’air que jouait juste avant l’androgyne individu.

— Oh, ces enfants ont et auront des talents incroyables ! Il leur faut juste un environnement favorable, pour les laisser y croire. Je crois qu’avec toi, ils l’auraient. Ils pourraient rêver et grandir. Valdrak, tu veux commencer quand ?


Approche, encore, un peu. Que je te ronronne dans la nuque.
I want a perfect soul
Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Dim 24 Sep - 18:02

Regard posé vers le bas. Guitare sur le sol. Je me sentais un peu gênée. Attention sur la boule de curiosité rousse dans mes bras. J'esquivais le regard de la mère. Pensant en avoir trop dit. Je m'isolais malgré moi dans ma bulle solitaire. Un instant. Seulement quelques secondes. Discrètement, je me déconnectais. Cela faisait un bout de temps que je n'avais passé plus que quelques minutes avec d'autres.

Habituée à ma solitude. Je n'étais maintenant plus très sure. Arriverais je à passer du temps avec les enfants, avec cette famille? Cet isolement m'avait changé. Qui étais je maintenant? Ma liberté n'allait-elle point me manqué? Et alors que je me posais ces questions, un regard vers la mère de maison qui venait de prendre la parole.

Interrogations balayées. Plus aucuns doutes. Un coup d’œil à l'animal qui s'était redressé me regardant. Comme s'il savait. Comme s'il me comprenait et répondait à ma question non formulée. Un sourire sur mon visage. Je passais une main dans mes cheveux. Et, sans laisser un instant de relis à la mère, je lui répondis de suite, sans réfléchir.

- Je suis prête à commencer dès que vous aurez besoin de moi. Je n'ai pas d'attache. Libre comme l'air. Mon emploi du temps dépendra du votre à partir de maintenant. C'est plutôt à moi de vous demander quand est ce que vous voulez que je commence?


Yeux posés sur elle. Regardant le pétillant dans son iris. Sourire toujours présent. Une nouvelle page. Nouvelle étape de la vie. Et si je tentais de retourner à la civilisation. Animal sauvage et solitaire à apprivoiser.

edit 25/10 : lizzie arrive !
Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Jeu 26 Oct - 9:17

Elle a passé une main dans ses cheveux. Nous étions assez proches pour que j’entende, faible mais audible, le crissement dont ils répondaient. Comme un miaulement de satisfaction. Elle semblait à la fois gênée et sûre d’elle. Enfin, sûre d’elle je sais pas, mais ses mots… ses mots bondissaient, comme une impulsion. Elle parlait comme un enfant, prête à sauter dans la nouvelle aventure, le nouveau jeu de rôle.

C’était un peu cette spontanéité qui les ferait rêver, comme elle me faisait déjà rêver. Un sourire à éloigner toutes les brumes, à faire taire tous les orages. Elle les rassurerait mieux que les bougies et mes t-shirts.

Il y avait quelque chose d’unique en elle, et c’est précisément ce qui me paniquait. Il faudrait faire attention, avec elle. Sans attache, elle rayonnait, mais n’était-ce pas cette liberté singulière qui lui permettait de vibrer ? Les papillons ne vivent pas longtemps, il est égoïste de les capturer dans nos filets et bocaux.

Ses couleurs dansaient devant moi, et je n’ai pas pu résister bien longtemps.
- Alors… ça te va de commencer maintenant ?

J'ai des choses à faire à Barjow & Beurk, et je préfère ne pas avoir à les amener sur mon lieu de travail. Je m'y sens bien, hein, mais c'est un milieu un peu particulier pour des enfants en bas âge. Je me dis quelques fois qu'ils seraient plus heureux loin de ce monde. Loin de mon monde. Loin de moi.

Ça aussi, c'est égoïste, tu crois ?
Max Valdrak
Max Valdrak
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Animagus : Écureuil roux


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Max Valdrak, le  Sam 25 Nov - 19:47

Est ce que j'étais vraiment prête? Doute de nouveau. Serais je à la hauteur? Cela faisait un moment que je n'avais pas était en contact avec du monde. Je commençais même doucement à vouloir m'échapper. Un peu mal à l'aise. Comme piquée par un insecte. La bougeote me prenait petit à petit. Sans le montrer. Il me fallait avancer. Et là une opportunité.

Tu ne vas pas la laisser passer. La laisser s'envoler. Tu as une possibilité d'avancer. A toi de faire le premier pas. Oublie un peu tes doutes tes angoisses. Dis toi que tout ira bien. Ne sois pas tant sur la défensive. Changer d'air à parfois du bon. Tu as la chance d'avoir trouvé un travail. Quelqu'un qui veut bien de toi. Qui veut bien t'engager. Si tu la laisses partir maintenant quand auras tu une nouvelle porte qui se présentera? Prends ton courage. Affronte tes peur. Tout ira bien tu verras. C'est juste un nouveau départ qui te tend les bras.

Je me levais doucement. Guitare à la main. Écureuil sur l'épaule. La petite boule de poil ne me lâchait plus. Un nouvel ami. Il était si doux et vif à la fois. Cela me donna espoir. Yeux pétillants. Main tendue vers la mère. J'étais prête. J'étais résolue. Prête à avancer. A faire mon maximum pour aider. Et m'occuper de ces enfants.

- Je n'ai pas d'attache. Je vous suis. Ravie de pouvoir vous aider.

Lizzie Cojocaru
Lizzie Cojocaru
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Lizzie Cojocaru, le  Mer 20 Déc - 18:07

Max a des rêves pleins les yeux et les lèvres et elle a quelque chose d’absolument et résolument bouleversant. Je sais pas dans quel univers elle a vécu jusque là. Sur quelle planète elle s’est réfugiée, car il me paraît inenvisageable qu’un être humain puisse survivre sur Terre, jusqu’à l’âge adulte, et encore croire en le monde, en la vie, avec une intensité pareille.

Peut-être est-ce l’inverse. Peut-être a-t-elle tout vu et c’est précisément ce qui lui donne le recul, la distance, l’analyse, et l’amour de la vie. Je suis incapable d’en juger, mais je sais que les enfants ont beaucoup à apprendre d’elle. Et que pour être honnête, moi aussi. Même l’écureuil avait ce feeling.

Oh, dans quelques mois, j’allais la détester cette bestiole poilue ! Mais pour l’heure, j’y voyais un signe du destin. Je me rattachais au « les animaux savent, sentent les intentions de l’autre » et il ne détectait chez elle ni peur ni agressivité. Il lui faisait confiance, et je me fiais à son/notre instinct. 


— C’est par là.


Apprends moi à croire en ce monde, comme si ma vie en dépendait. 

Car j’crois que c’est le cas.

(Fin de RP)
Josephine Campbell
Josephine Campbell
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Josephine Campbell, le  Dim 18 Fév - 20:42

PV Loulou
amour



Cette idée-là trottait depuis un petit moment déjà dans la tête de Jo. Depuis quand exactement, elle n’aurait su le dire. Quoi que… Peut-être qu’elle en avait eu envie avant, mais ça ne la quittait plus depuis les vestiaires de Serpendard. Elle ne s’était pas contentée de voir, mais bien de regarder Louis, dans le plus simple appareil, alors qu’il se changeait après un entraînement de Quidditch. Elle avait laissé trainer ses yeux, profitant du spectacle, avant de manifester sa présence. Et elle s’était promis au fond d’elle qu’elle ferait tout son possible pour poser ce qu’elle avait vu sur papier, parce que c’était l’une des plus belles choses qui lui avait été donnée de voir jusque-là.

Elle l’avait à peine aperçu depuis l’histoire de la tour d’Astronomie qui s’était déroulée quelques jours avant. Maintenant, il était hors de question que ce genre de situation ne se reproduise, pas spécialement à cause de la gêne qu’elle avait ressentie en se faisant prendre, mais plus pour ce qu’il s’était passé après. Elle avait encore la vision du sang de Louis dans la tête et ça lui retournait le cœur.

Elle lui avait donc donné rendez-vous dans un endroit neutre bien loin de Poudlard, là où personne ne viendrait les déranger. Elle venait ici assez souvent. Et le dimanche, ce lieu était désert. C'était l'atelier où elle prenait ses cours de peinture. Le sorcier qui tenait l'endroit l'avait autorisé à venir. C'était en plein cœur de Londres au tout dernier étage d'un vieil immeuble. Une grande verrière offrait beaucoup de lumière à la pièce. Habituellement, plusieurs chevalets entouraient la petite scène au milieu de la pièce, mais là aujourd'hui, il n'y en avait qu'un.

Elle n’était pas rentrée dans les détails du programme, peut-être que Louis ne serait pas du tout d'accord avec ce qu'elle allait proposer de faire, mais bon, elle allait tout de même tenter sa chance. Elle lui avait envoyé un hibou la veille, un peu à la hâte lui indiquant de la retrouver à cette adresse... Elle ne supportait plus cette distance entre eux. Elle avait besoin de le voir. Elle avait besoin de l'avoir pour elle toute seule.

Jo avait laissé la porte de l'atelier ouverte. Elle avait fait léviter le petit lit placé sur l'estrade au fond de la pièce et l'avait remplacé par un simple tabouret. Ainsi, elle pourrait croquer tout ce qu'elle voudrait de Louis, absolument tout.
Elle attendait sagement que le jeune homme arrive. Pour passer le temps, elle s'était mise à tailler son fusain.
Louis Varik
Louis Varik
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage


Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Louis Varik, le  Lun 19 Fév - 10:33


Croquez-moi

Josephine Campbell & Louis Varik



Aujourd'hui c'est dimanche, Oxford Street était parsemée de badaud riant, grognant, souriant, parlant ou léchant les vitrines de la rue.
C'était l'un de ces dimanches gris ou la plupart des gens n'avaient rien d'autre à faire que se réfugier dans leur chaumière autour d'un feu et redouter les heures passant et les séparent du retour au travail le lendemain.
Pour Louis c'était différent, il avait reçu la veille un hibou l'invitant à rejoindre la célèbre avenue de Londres. En général il aurait rechigné à sortir de l'enceinte du château pour se mêler ou brouhaha et à l'agitation de la ville. Mais aujourd'hui c'était autre chose, la lettre déposée par le rapace avait une particularité qui avait eu le mérite d'égayer la journée du jeune homme. Il avait reconnu l'écriture douce et soignée de Joséphine.

Ils ne s'étaient pas vraiment revus depuis l'épisode de la tour d'astronomie, d'ailleurs ils n'avaient pas reparlé de ce dernier, préférant mettre de côté la fin de soirée catastrophique vécue. Jo lui manquait énormément, entre les cours, le travail de la Gryffondor à l'Occamy doré, et toutes les obligations auxquelles il était soumis, le temps manquait pour se voir, profiter d'elle et ne plus penser à rien d'autre que la douceur de sa peau sur la sienne. Mais là, aujourd'hui, il comptait bien se rattraper. Louis s'était levé aux aurores, il s'était préparé et mis en route pour Londres. Il ne connaissait pas l'adresse indiquée sur le papier reçu la veille mais était par contre familier de l'avenue dans laquelle se trouvait leur lieu de rendez-vous.

Il arriva devant le bâtiment, entra et comme il était indiqué sur le papier qu'il tenait à la main, se dirigea vers l'escalier pour rejoindre le dernier étage. La porte était entr’ouverte, le jeune homme ne savait pas vraiment sur quoi il allait tomber, ce que lui avait préparé Jo ni même qui serait présent. Mais peu lui importait, tant qu'il revoyait la belle brune, c'était le principal.

Sans faire de bruit, comme une ombre, il ouvrit la porte. Celle-ci donnait sur une grande pièce lumineuse, une large verrière faisait office de source principale de lumière, un tabouret, un chevalet, un autre tabouret sur lequel était installée la silhouette qu'il souhaitait tant revoir. Elle lui tournait le dos et paraissait concentrée ou perdue dans ses pensées, occupée à tailler ses fusains. Elle ne l'avait pas entendu rentrer dans la pièce.

Louis s'approcha d'elle, se pencha engloba ses épaules de ses deux mains et déposa un doux baiser sur ses cheveux, en profitant pour s’imprégner à nouveau de l'odeur de la jolie brune.

- Bonjour...



Contenu sponsorisé

Londres - Oxford Street - Page 15 Empty
Re: Londres - Oxford Street
Contenu sponsorisé, le  

Page 15 sur 18

 Londres - Oxford Street

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17, 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.