AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 4 sur 15
Londres - Oxford Street
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant
Meredith Bailey
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Oxford Street

Message par : Meredith Bailey, Sam 1 Sep - 0:29


Meredith s'était levée de son banc depuis quelques minutes maintenant, et marchait dans Oxford Street, sans trop savoir où aller. Soudain, il lui sembla apercevoir la même silhouette que toute à l'heure. Mais il y avait bien trop de passants pour en être sûre, elle reprit donc sa lente marche. Jusqu'à ce que quelqu'un déboula devant la préfète. Meredith ne mit que quelques seconde à identifié la fille qui se tenait joyeusement devant elle. C'était Jessy, une Serdy plutôt sympathique avec qui elle partageait plusieurs cours. L'Anglaise lui offrit alors un grand sourire, ravie de la croiser ici.

- Bonjour Meredith ! Tu vas à King’s Cross, toi aussi ?

- Coucou Jessy. Si tu savais comment ça me fait plaisir de te voir ici. Oui j'y vais, et j'en conclus que toi aussi. Dit-elle en riant.

Armony avait cessé de crier, peut-être que la présente d'un second sorcier l'avait calmé. Ces bêtes là étaient plutôt intelligente. En temps normal la préfète aimait sa chouette plus que tout au monde, mais parfois, comme actuellement, il lui venait l'envie de l’assommer. Surtout lorsqu'elle ne lui obéissait pas... Jessy complimenta la chouette de la préfète, celle-ci la remercia alors. L'Anglaise se demanda si sa camarade était toute seule ou accompagnée par ses parents. Elle regarda alors autour d'elle sans y voir personne, mais posa tout de même la question.

- Tu es toute seule ?

Revenir en haut Aller en bas
Jessy Brown
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Jessy Brown, Mer 5 Sep - 16:15


    « Coucou Jessy. Si tu savais comment ça me fait plaisir de te voir ici. Oui j'y vais, et j'en conclus que toi aussi. »

    « Et oui, j’y vais moi aussi ! » fit-elle joyeusement.


Cela lui faisait tout aussi plaisir de la rencontrer ici. Et puis, à force de rencontrer des sorciers dans cette rue, elle allait finir par croire que l’Oxford Street était magique ! La bleue et bronze souriait. La chouette de Meredith était adorable, aussi, après l’avoir complimenté, la préfète des rouges et or la remercia. Celle-ci regarda les environs et finit par poser une question :

    « Tu es toute seule ? »

    « Là oui, mais mes parents sont à la maison avec toutes mes valises. Ils devraient arriver bientôt, normalement. En fait, ils m’ont laissée partir en avance pour que je profite du peu de vacances qu’il reste. »


Arriver bientôt était un peu fort, il leur restait un peu moins de deux heures avant le départ du train, donc ils devraient la rejoindre dans environ une heure. Et ils ramèneraient avec eux sa malle, sa cage à chouette et sa petite boule de poils. Jessy pensa à ses animaux. Elle possédait une chouette effraie et un Boursouf. Les deux s’entendaient tellement bien et étaient si adorables…

L’ex-première année fondait littéralement devant toutes ces petites créatures et ses parents devaient la retenir pour qu’elle n’achète pas toutes celles qu’elle rencontrait. Il lui arrivait de s’imaginer avoir acheté tout ce qu’elle avait voulu. Elle se retrouverait avec des centaines d’animaux ! Finalement, le mieux était peut-être de ne pas en vouloir trop…

Jessy regarda la chouette de la Gryffy. Elle était vraiment mignonne elle aussi. La petite brune voulut soudain parler de ses animaux à Meredith.

    « Tu sais, j’ai une chouette moi aussi ! Une chouette effraie. Je l’ai appelée Brownie, un peu comme mon nom de famille. Et puis j’ai un petit Boursouf… Borie. Ça ressemble à Daurie, le nom de ma mère. Je trouve parfois ce nom un peu bizarre, donc je l’appelle plutôt Boing. »


La future deuxième année n’avait pas parlé trop vite car personne n’aurait rien compris, mais ne s’était pas arrêtée. Elle reprit son souffle puis demanda à son amie comment s’appelait sa chouette.
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Bailey
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Londres - Oxford Street

Message par : Meredith Bailey, Mer 5 Sep - 18:47


Jessy était apparemment enchantée de prendre le train en direction de l'école de magie. Meredith sourit, elle trouvait la jeune fille très sympathique et au moins elle se sentait un peu moins seule. Quel hasard tout de même que les jeunes filles se rencontrent en plein Oxford Street à une heure pareille. La Serdy lui apprit qu'elle était toute seule pour le moment, mais que ses parents la rejoindraient bientôt avec ses bagages. La préfète acquiesça, même si elle n'était plus une jeune enfant, elle aurait bien aimé être accompagnée elle aussi.

- Tu sais, j’ai une chouette moi aussi ! Une chouette effraie. Je l’ai appelée Brownie, un peu comme mon nom de famille. Et puis j’ai un petit Boursouf… Borie. Ça ressemble à Daurie, le nom de ma mère. Je trouve parfois ce nom un peu bizarre, donc je l’appelle plutôt Boing.

- Tu as beaucoup d'animaux dis donc. Remarqua la jeune fille. Ma chouette s'appelle Armony. Je n'étais pas vraiment inspirée, mais je trouvait ça joli.

Elle marqua une petite pause pendant laquelle elle observa les passants. Ceux-ci ne semblaient pas remarquer les deux sorcières. Tant mieux pour elle. De plus, l'oiseau de la préfète s'était enfin calmé. Une bonne chose pour elle. La jeune fille reporta alors son attention vers Jessy, lui avouant qu'elle aimerait bien acheter un Boursouf prochainement. Enfin il fallait juste qu'elle se décide... La Serdy semblait plutôt bavarde, un bon point.

- On bouge un peu ? Proposa la préfète.

Et sans réellement attendre la réponse de son amie, Meredith commença à marcher lentement le long de la rue. Elle avait envie de se dégourdir les jambes avant le train. La préfète demanda alors à Jessy d'où elle venait, quel était le métier de ces parents. Enfin les questions habituelle pour faire connaissance, et elle finit par un grand sourire.

Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Crystal M. Ertz, Sam 19 Jan - 16:04


[Suite du Rp avec Cassie Lecomte]
[...]
- Si tu veux marcher il n'y a pas de problème, mais je connais pas très bien l'endroit, donc je resterais à tes côtés au cas où que tu fasses un malaise, on ne sait jamais. Donc, je te suis. Dit Cassie d'une voix toujours aussi gentille.

Crystal accepta la main que Cassie lui présenta et elles se mirent en route vers le centre ville. Comme dans le parc, il n'y avait pas beaucoup de personnes qui s'étaient risquées dehors aujourd'hui, et Crystal en fut soulagée car elle n'était pas être trop entourées d'inconnus et avait souvent de finir écrasée par la masse. Elles arrivèrent enfin dans le quartier commercial et Crystal entraîna sa nouvelle amie vers la rue la plus colorées aux alentours. Sur un plaque au coin de celle-ci était signalé qu'elles se tenaient dans l"Oxford Street".

La jeune sorcière avait déjà entendu parler de cette rue qui était plus que souvent considérée comme LA rue commerciale de Londres. Toutes les boutiques étaient d'une couleur différente et des milliers de magasins semblaient les appeller. Comment résister à cet appel? Crystal avançait maintenant d'un pas vraiment plus lent, faisant presque du sur place. Son regard se baladait de gauche à droite, son sourire s'élargissant en découvrant toutes les merveilles que renfermaient les boutiques.

Puis, elle apperçut un café et y entraina Cassie. A l'intérieur, les murs étaient jaune et orange, tandis que le sol était en bois clair, assortis aux tables. Des dizaines de cadres égaillaient les murs, et tous semblaient être des portraits, sans doute de personnes importantes pour les moldus. Elle se dirigea au comptoir avec l'approbation de son amie et salua le jeune serveur qui lui souriait.

- Bien le bonjours mesdemoiselles, que puis je faire pour vous?N'hésitez pas à venir gouter nos spécialités du moment. Des crêpes au sirop avec ses petits accompagnements automnales. Ou peut être préférez vous nos délicieux chocolats chauds? Nous disposons actuellement d'une trentaine de variétés pour que chacun, et chacunes bien sûr, puisse trouver son bonheur.

Crystal regarda le serveur avant de se tourner vers Cassie. A vrai dire, elle mourrait de soif, et elle voulait quelque chose de chaud. Donc pourquoi gouter un des trentes choix de chocolat chaud? Mais Crystal n'avait pas envie de rester lontemps à l'intérieur et préférait largement demander à emporter.

- Tu veux qu'on s'assoie ici ou qu'on demande à emporter? Demanda-t-elle. Ou tu veux qu'on ai voir ailleurs peut être? Moi je serais bien tentée par un de ces chocolats chauds... Même si je ne sais pas comment je vais faire pour en choisir un. Termina-t-elle en rigolant.
Revenir en haut Aller en bas
Cassie Lecomte
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Oxford Street

Message par : Cassie Lecomte, Sam 19 Jan - 19:34


Crystal accepta la main que Cassie lui avait proposé gentiment pour l'aider à récupérer et au cas où qu'elle ne tombe dans les vapes au moment de se relever du banc où pendant la balade. Elle aimait ce contact, car cela voulait dire que les deux jeunes femmes avaient l'air de s'apprécier et cela pouvait signifier une future bonne amitié entre elles. Vu que la jeune blonde ne connaissait pas Londres, elle fit confiance à la brune et se laissa guider dans les centres commerciales d'Oxford Street. Elle ne s'était encore arrêté à aucun magasin, car Crystal avait soif et voulait boire un coup. Cassie ne savait pas où elle pourrait trouver ça mais bon, elle se laissait traîner. Au bout d'une dizaine minutes de marches la jeune brune entraîna la blonde dans un café qui était assez ... moche. Il était jaune et orange et il y avait des cadres de personnes accrochées aux murs qui ne bougeaient même pas. C'était sûrement un endroit de moldus et elle se demandait pourquoi Crystal l'avait entraîné là-dedans alors qu'il y avait le Chaudron Baveur à quelques mètres de là, mais bon ... cela ne l'ennuyait pas plus que ça.

Elles arrivèrent à hauteur du comptoir lorsqu'un jeune serveur vint à leur rencontrer pour leur proposait les différentes options du bar. A vrai dire, elle se fichait de ce qu'il pouvait dire, elle attendait que Crystal dise quelque chose pour connaître la suite des évènements. Alors que le jeune homme finissait son discours, qui devait avoir été appris par coeur et qu'il devait réciter à tous ses clients, la jeune brune prie la parole :

- Tu veux qu'on s'assoie ici ou qu'on demande à emporter? Ou tu veux qu'on ai voir ailleurs peut être? Moi je serais bien tentée par un de ces chocolats chauds... Même si je ne sais pas comment je vais faire pour en choisir un.



En effet, la carte proposait un assez large de choix pour les chocolats et Cassie trouva cela complétement inutile ... Enfin bref, elle ne savait pas quoi faire ... Elle préférait se rendre dans un endroit de sorciers pour boire des coutumes magiques, mais bon, elle n'avait pas le courage de sortir et de marcher quelques mètres, alors que devant elle, se situait à manger et des boissons.

- Oui pourquoi pas, à vrai dire, je n'ai plus la force de marcher, je n'ai pas pris le temps de déjeuner ce matin.

Avant qu'elle n'ait pu rouvrir la parole, le jeune serveur prit la parole :

- Oh !! Si vous n'avez pas mangé vous devriez prendre une de nos délicieuses crêpes au sirop d'érable, et ...

- Merci, je crois que je sais ce que j'ai à faire, je n'ai pas besoin de recevoir des conseils d'un garçon et de savoir ce que je dois manger.

Après avoir dit ça d'un ton assez sec, ce dernier reparti dans les cuisines. Elle s'installa devant le comptoir sur une chaise et une jeune serveuse vint la voir pour lui demander ce qu'elle voulait commander, et prit une gaufre avec de la chantilly et du nutella et un chocolat chaud. Reportant son attention sur Crystal, elle entama une conversation :

- Alors, comment tu as senti la première fois pour le transplanage ?
dit-elle en souriant, ça t'a pas trop secouée ?

Revenir en haut Aller en bas
Crystal M. Ertz
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Crystal M. Ertz, Dim 17 Fév - 21:27


- Oui pourquoi pas, à vrai dire, je n'ai plus la force de marcher, je n'ai pas pris le temps de déjeuner ce matin. Dit son amie avant de répondre au serveur:

- Merci, je crois que je sais ce que j'ai à faire, je n'ai pas besoin de recevoir des conseils d'un garçon et de savoir ce que je dois manger.

La réaction de Cassie avait surprit Crystal qui ne trouva rien de mieux à faire de d'ouvrir la bouche comme une idiote avant d'addresser un regard désolé au garçon en question. Crystal découvrit donc que sa nouvelle amie était directe et sincère, ce qui était plutôt rare, et ce qui était loin d'être le cas pour elle. Crystal ne pouvait pas s'empêcher d'être gentille avec tout le monde et n'importe qui, même si les personnes ne le méritaient pas. Elle n'avait pas le courage d'affronter ces personnes et préférait se terrer dans le mensonge. Peut être cela allait il changer avec le temps...

Revenant sur terre, Crystal vit Cassie commander une gaufre garnie de chantilly et nutella et son chocolat chaud, tandis qu'elle porta son choix sur une crêpe au sirop d'érable et prit également un chocolat chaud. Un jour, sa gourmandise allait la tuer, elle en était parfaitement consciente, mais elle assumerait parfaitement! Elle voulait vivre sa vie à fond, ce qui signifiait, a bas les régimes, et vive la vie!

- Alors, comment tu as senti la première fois pour le transplanage ? dit-elle en souriant, ça t'a pas trop secouée ?

Crystal la regarda et but une gorgée -bouillante- de son chocolat.

- C'est vraiment une sensation étrange, je l'avoue. Et pour parler franchement, ce n'est pas le moyen de transport que je préfère et de loin! Mais je ne regrette pas d'avoir essayé avec toi et grace à toi. Encore merci! Mais peut être qu'il faut juste un peu de temps pour que je m'habitue à cette sensation, je ne sais pas...

[Vraiment désolée du retard! Je suis inexcusable!]
Revenir en haut Aller en bas
Kim Stevenson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Kim Stevenson, Mar 5 Mar - 16:33


[PV--> Nikki Sullivan. Si on vous dérange, n'hésitez pas à nous le faire remarquer !]
Ce matin, Kim s'était levée très tôt. Très, très tôt même. Pourtant, rien ne l'y obligeait. Elle avait certes un rendez-vous plutôt important, avec une jeune fille qui ne la connaissait même pas, mais ce rendez-vous était prévu pour dans l'après midi, alors rien ne pressait. Mais elle n'était pas parvenu à dormir, et l'ambiance feutrée du dortoir en pleine nuit ne lui avait jamais plu. Ce fameux rendez-vous était d'ailleurs pour beaucoup dans son insomnie...

En effet, c'était une mission plutôt importante que Kim devait effectuer. Il y a bien longtemps déjà, alors que la Pouffy n'était qu'une petite fille à peine âgée de 10 ans, elle habitait avec sa famille dans une petite rue très animée. Kim n'avait aucun souvenir de cette rue, si ce n'est la famille habitant à côté de chez elle...

Une petite famille, de seulement trois membres. Personne ne venait jamais les voir. Kim elle même ne leur avait jamais adressé la parole. Elle était dans une période où elle ne parlait quasiment à personne, alors encore moins aux voisins... Ceux-ci avaient tous pourtant l'air plutôt sympathiques. Enfin, presque tous... Le père était marchand d'objet magique. D'après les souvenirs de la jeune fille, il n'était presque jamais là. Mais, à chaque fois qu'il revenait passer ne serait-ce que quelques jours au sein de sa famille, Kim assistait à des seines de retrouvailles heureuses et émouvantes entre le père et sa fille... Sa fille, justement, était une jolie petite brune à la peau incroyablement claire. Elle devait avoir quelques années de moins que la Pouffy, et, dans le souvenirs de cette dernière, était pleine de joie de vivre, et faisait vraiment plaisir à voir...

Au contraire, la mère de cette jeune fille était plutôt antipathique. Un visage tout le temps fermé, Kim ne l'avait jamais vu décrocher un mot envers sa fille. Elle n'aurait pas su dire si cette femme était moldue ou sorcière.Tout ce qu'elle savait, c’était qu'elle partait le matin pour revenir le soir, et ce tous les jours de l'année. La jeune blonde la voyait partir, et revenir, par la fenêtre de sa chambre. Elle aimait observer ses voisins, par cette fenêtre, d'où elle voyait tout. Elle se sentait grande, et souveraine sur son quartier... Toujours est-il que la petite fille, Nikki, restait donc souvent seule...

Kim avait perdu cette famille de vue à son entrée à Poudlard. D'ailleurs, elle avait perdu tout le monde de vue, et personne ne s'en était préoccupé. En même temps, elle ne connaissait personne, du moins pas assez pour que quelqu'un s'attache vraiment à elle, au point de vouloir prendre régulièrement de ses nouvelles.

En dehors de sa famille, Kim ne recevait d'ailleurs jamais de nouvelles de qui que ce soit. Les amis les plus proches avaient donné de leurs nouvelles durant les premiers mois, jusqu'à la mort de sa soeur, mais, peu après, les nouvelles s'étaient estompées. Et, aussi étrange que cela puisse paraitre, la jeune fille n'en avait jamais souffert. Elle s'était refait ses propres contacts ici, à Poudlard, et s'en contentait très bien ! Pas besoin de plus !

Cependant, ces petites habitudes furent radicalement bouleversées, il y a à peine quelques semaines. En se levant un matin, Kim avait trouvé un mystérieux parchemin au pied de son lit. Encore un peu endormie, la lecture de ces mots, écrits d'une main déterminée, avait achevée de la réveiller...

Il y était écrit ceci:
"Ma chère Kim. Tu ne te souviens sûrement pas de moi. Je suis Artie Sullivan. J'étais ton voisin il y a quelques années de cela.
Pas plus tard qu'hier, j'ai retrouvé la trace de ton père, ce cher Chris, grâce à une de mes boussoles magiques. Vois-tu, j'attends quelque chose de toi. Ne panique pas, il n'y a rien de bien difficile. Je vais tout t'expliquer.
Voilà, je pense que, si tu as un vague souvenir de nous, tu te souviens de ma fille, Nikki. Elle était ma fierté, et je l'aimait sincèrement. Son entrée à Poudlard devait être le plus beau jour de ma vie, et de la sienne. Du moins c'était ce que je pensais. Mais Nikki a été répartie à Serpentard, et le monde idéal que je me représentais s'est écroulé. Je ne lui ai plus adressé la parole. Quelle bêtise... Je m'en veux énormément aujourd'hui, mais, à l'époque, je tenais plus que tout à la dignité qui était mienne. J'y tenais même plus qu'à ma propre fille !
Quand j'ai retrouvé ton père, j'ai vu une lueur d'espoir entrer dans ma vie. Il m'a beaucoup parlé de toi, m'a dit que tu était entrée à Poufsouffle, et que tu avais désormais 17 ans. Et que tu étais donc toujours à Poudlard. C'est là que mon plan s'est peu à peu constitué dans ma tête...
Pour tout te dire, j'aimerais que tu retrouves ma fille. Que tu lui dises combien son père est désolé. Pour tout. J'aimerais que tu renoue les liens qui nous unissaient autrefois. Je sais désormais que c'est ce que je souhaite le plus au monde, que Nikki soit chez Serpentard ou pas...
Si tu refuses, je comprendrais. Après tout, tu as sûrement autre chose à faire. Mais sache que tu as le pouvoir de changer ma vie et, je l'espère, cette de Nikki...
Je place tous mes espoirs entre tes mains !
A. Sullivan
"

Bien entendu, Kim ne s'attendait pas du tout, mais alors pas du tout à une telle missive. Elle ne voyait pas du tout qui était cette fameuse Nikki Sullivan, et cette tâche promettait d'être très compliquée, mais, pour elle, pas l'ombre d'un doute ne s'installait: elle allait faire tout son possible. Le discours de ce père malheureux l'avait émue au plus haut point, et elle allait faire de son mieux pour retisser ces liens...

Elle avait répondu à Artie deux jours plus tard, lui demandant des précisions sur sa fille. Le message qu'elle avait reçu, porté par un magnifique hiboux au plumage gris, était plus court et concis que le précédent:
"Kim,
Merci infiniment d'avoir accepté de faire ton possible pour me ramener ma fille ! Je te fais parvenir une photo d'elle plutôt récente, que j'ai réussi à me procurer. Pour t'aider, elle a toujours adoré faire du shopping le mercredi après-midi. Je suis sûr que tu peux la trouver facilement, en sachant cela.
Merci encore !
A. Sullivan.
"

C'était donc pour ça que Kim, munie de la photo et des deux parchemins, flânait au hasard dans Oxford Street. Suivant les indications d'Artie, ainsi que sa propre intuition, elle s'était retrouvée là, et songeait peu à peu que c'était sans espoir. Il lui faudrait un lot de chance impossible pour retrouver la jeune fille ici, et encore plus pour la voir à travers toute cette foule ! Et, malheureusement, elle n'avait jamais eu de chance...

Cependant, contre toute attente, elle la remarqua assez vite. Elle avait beaucoup changé depuis la dernière fois que Kim l'avait vue, mais aucun doute possible, c'était elle ! Prenant son courage à deux mains, la jolie blonde s'approcha d'un pas décidé, consciente qu'elle allait peut-être chambouler une vie...
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Nikki Sullivan, Mar 5 Mar - 18:33


En ce levant ce matin-là, Nikki était plutôt de bonne humeur. Elle n'avait pas cours et avait programmé de passer son après-midi à faire du shopping. Personnes n'avait voulu l'accompagner préférant la douce chaleur que la cheminée répandait dans la salle commune mais, peu importe. Le shopping c'était sa vie et maintenant qu'elle travaillait à la Tête de Sanglier elle avait pas mal d'argent pour s'acheter ce que bon lui semblait. Elle traîna quelque peu dans son lit avant de finalement se lever. Elle avait largement le temps et ne se pressa pas. La verte et argent fila dans la salle des bains et prit une longue douche chaude puis retourna dans sa chambre cherchant quoi mettre. Un chemisier blanc et son jean fétiche fera l'affaire. Elle agrémenta le tout de quelques bijoux en tocs et le tour était joué. Elle contempla pendant quelques instants son reflet dans le miroir, tout était parfait.

Elle descendit les escaliers et sortit de la salle quelques minutes après. Le magicobus ne devrait pas tarder à arriver et sachant que c'était le seul qui passait dans la journée elle n'avait pas intérêt à le rater. Elle traversa les couloirs au pas de course et se retrouva en point de temps qu'il ne faut pour le dire à l'extérieur du château. C'était vraiment dommage que Nate soit occupée aujourd'hui, elle aurait bien aimé y aller avec lui. Même Ailinn n'avait pas eu le courage de l'accompagner. Elle secoua la tête, ses amies étaient vraiment un peu flemmard des fois. Elle grimpa dans le bus et colla sa tête contre la vitre attendant d'arriver à Londres.

Oxford Street. Le paradis de toutes les filles accro au dernière mode. Elle flâna pendant un long moment dans la rue, regardant chaque vitrine les yeux brillants de plaisir. Rien en cet instant n'aurait pû gâcher ce moment. La Serpentard entrait dans chaque boutique et ressortait toujours avec un paquet à la main. Tee-shirt, robe, jupe, jean, chaussure, rien ne lui résistait. Elle finirait par être ruinée.

Un sourire de contentement s'installa sur son visage tandis qu'elle s'installait sur un banc. Il fallait quelle souffle un peu. Elle observa les gens passés, ils avaient tous l'air triste et tellement pressée. Personne n'avait l'air de prendre le temps d'apprécier ce qui se trouvait autour d'eux. Pourtant, elle avait toujours trouvé Londres magique et même quand elle n'avait rien sur elle, Nikki aimait regarder tout ce qui se trouvait autour d'elle. De plus, le temps était plutôt agréable et la verte et argent aimait sentir la sensation de chaleur sur sa peau.

Elle était tellement absorbée dans ses pensées, entre son copain, ses cours, ses amies, le prochain match de quidditch qu'elle ne remarqua pas la jeune fille qui se dirigeait droit sur elle. Si elle avait fait un peu attention elle aurait pu remarquer qu'elle la connaissait. Pas de Poudlard ou autre. Il aurait fallu qu'elle remonte un peu plus loin dans ses souvenirs mais, c'était une chose que Nikki ne faisait pas souvent. Au contraire, elle fuyait ses souvenirs et tout ce qui pouvait se rapporter à son enfance le plus possible.
Revenir en haut Aller en bas
Kim Stevenson
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Kim Stevenson, Mer 6 Mar - 15:00


La Pouffy stoppa son rythme effréné seulement à quelques mètres de la jeune verte et argent, afin de la regarder un peu mieux. Elle était vraiment très belle. Vêtue très simplement, elle portait des talons. Elle semblait en effet plutôt petite. C'était un bon point pour Kim, qui n'était vraiment pas très à l'aise avec des gens plus grands qu'elle. Elle n'avait jamais su pourquoi, mais c'était bel et bien la triste vérité.

Ses oreilles étaient percées en plusieurs endroits, et tout dans sa tenue vestimentaire était accessoirisé, jusqu'à ce petit détail qui, il est vrai, fait parfois la différence. Ses yeux étaient maquillés à peu près comme ceux de Kim, si ce n'est que Nikki avait opté pour des teintes un peu plus voyantes. Ça lui allait d'ailleurs très bien !

Nikki s’assit sur un banc en bois. Elle regardait les gens autour d'elle, avec un sourire entendu. Kim fit de même. Certains avaient l'air tristes, et taciturnes, d'autres plutôt heureux d'être là. La Pouffy, pour sa part, ne pensait pas. Elle en était incapable. Elle avait l'impression de tenir entre ses mains frêles un fardeau qu'elle était incapable de supporter seule. Il fallait qu'elle le partage, ou elle finirait par s'écrouler.

C'est cette pensée qui lui donna la force et l'envie d'avancer, et d'aller parler à cette jeune fille, quoi qu'il se passe. Au moins elle ne pourrait pas dire qu'elle n'avait pas essayé !
Quand elle arriva à sa hauteur, sa belle assurance sembla se réduire en miette. Comment allait-elle aborder le sujet ? Comment Nikki allait-elle réagir ? Que se passerait-il ? La jeune Pouffy était-elle capable de faire une telle chose, de mener à bien une telle mission ? Nikki allait elle se souvenir d'elle comme elle-même se souvenait de Nikki ?

Toutes ces questions se bousculaient dans sa tête, et procuraient à la jeune fille un mal-être certain. Bien des fois, elle faillit, rebrousser chemin, adresser une lettre d'excuse à ce Artie Sullivan, qui avait fait irruption dans sa vie sans prévenir, et oublier toute cette histoire. Ce serait plus simple. Mais elle ne pouvait décemment pas le faire. Encore une question de principe. Ce n'était pas possible.

Prenant sa respiration, elle s'avança vers l'adolescente, et s'assit auprès d'elle. Elle gardait tout de même ses distances, pour ne pas l'effrayer inutilement. Puis, sans réfléchir, elle se lança:
"Salut ! Je m’appelle Kim, de Poufsouffle. Je.. je sais que tu ne me connais pas mais... mais j'ai... des choses à te dire. Tu... tu as le temps de m'écouter, ou pas ?"

Et voilà, elle n'avait pas pu s'empêcher de bégayer. Se sentant complètement imbécile, elle tenta tout de même de ne pas paraître trop gênée en attendant la réponse le la jeune fille...
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Nikki Sullivan, Mer 6 Mar - 16:22


La Serpentard continuait d'observer la foule de gens qui passaient et se dit qu'elle irait bien prendre un café. Le café pour elle c'était sacrée et elle ne pouvait s'empêcher d'en boire à longueur de journée. Elle allait se lever et partir quand on lui adressa la parole.

"Salut ! Je m’appelle Kim, de Poufsouffle. Je.. je sais que tu ne me connais pas mais... mais j'ai... des choses à te dire. Tu... tu as le temps de m'écouter, ou pas ?"

La verte et argent sursauta, surprise que quelqu'un vienne lui parler. Elle la regarda quelque peu, effectivement elle ne l'as connaissé pas. Elle ne connaissait que très peu de Poufsouffle de toute manière. Pourtant, cette fille lui disait quelques choses. Elle était peut-être une cliente de la tête de Sanglier mais, il lui semblait que ce n'était pas là qu'elle l'avait déjà vu. Elle réfléchit encore pendant quelque temps sans que rien ne lui revienne et finit par se rendre compte que la fille venait de lui poser une question.

- Euh, je m'appelle Nikki mais, je pense que tu le savais déjà enfin.. Oui j'ai du temps, je t'écoute.

Elle poussa ses sacs du banc pour permettre à la jaune et noir de s'asseoir. Elle était assez intriguée. Qu'est ce qu'elle pouvait bien lui vouloir ? Et pourquoi ne pas être venue la voir dans Poudlard ? Elle trouvait d'ailleurs assez bizarre qu'elle la croise dans Londres. Les élèves allaient plutôt à Pré au Lard et Londres étaient tellement grand qu'il fallait une énorme coïncidence pour qu'elle se retrouve au même endroit dans Oxford Street.

De plus ce n'était pas vraiment une rencontre banale, elle avait vraiment l'air d'avoir quelque chose de très important à dire. Elle attendit quelque peu anxieuse qu'elle se décide à lui dire enfin ce qu'elle voulait. D'ailleurs Kim semblait aussi anxieuse qu'elle, comme si elle s'apprêtait à révéler quelque chose de grave. Nikki enroula une mèche de cheveux autour de ses doigts. Elle n'aimait vraiment pas ça. Elle avait comme un mauvais pressentiment. Comme si ce qu'elle allait lui dire aller un peu chamboulé sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Oswin T. Hooper, Ven 10 Mai - 20:27



I did nothing ! That was her ! I swear !



PV : Catherine Holmes


Pourquoi, p*tain de sa mère la catin, j'étais ici ?! A Oxford Street, en plein milieu d'une foule dégueulasse de paysans tous plus crétins les uns que les autres ?! Mais j'étais pas fini moi c'était pas possible autrement. Y'avait fallu que j'aille dans l'endroit où le plus de gens se réunissaient alors que je haïssais la foule. En plus j'étais pauvre comme un cul, alors je foutais quoi ici ? En même temps il me fallait des nouvelles godasses ... Mes pompes étaient mortes de chez mortes et maintenant que j'étais ici, autant en profiter. Booon. J'allais devoir en voler une paire mais c'était pas un problème ça. J'avais l'habitude, pis j'avais toujours ma baguette au cas où. Et au pire du PIRE. J'irais chez les flics. Rien à foutre.
J'avançais donc dans le bas peuple, passant devant plusieurs magasins tous plus grands les un que les autres. Moi je voulais pas des godasses de Mer**, alors je visais le gros truc, un peu luxueux quoi. J'envolais une vieille au passage qui m'avait frôlé d'un peu trop près, et m'arrêtais devant une grande enseigne.

Ça m'avait l'air cool ! J'entrais dans le bazar, déjà le vigile me lançait un drôle de regard. Je lui faisais un doigt du coup, pis disparaissais plus loin avant qu'il me choppe. Y'avait du monde, ce serait simple. Enfin c'était ce que je croyais, parce que bon, ça aurait pas été drôle si ça avait été simple. J'voulais éviter d'utiliser la magie devant plein de moldus, j'avais déjà eu des emmerdes à cause de ça y'a pas longtemps, je voulais éviter de me retrouver encore une fois au Ministère pour utilisation abusive de la magie devant des moldus. Quelle bande de c**illes molles franchement, je supportais ni le lieu, ni les gens qui y bossaient. Ça me rendait malade rien que d'y penser.

Je trouvais finalement la paire de Santiag de mes rêves. Elles étaient trop belles, parfaites, bref, mon choix était fait. J'avais plus qu'à trouver un moyen de les embarquer discrètement ... Ouais, j'avais une idée. Une meuf blonde allait sortir, c'était la cible parfaite. Elle avait l'air un peu godiche et j'avais de toute façon aucun remords pour ce que je m'apprêtais à faire. Elle était en train de sortir, avec un sac sur le dos. J'avais plus qu'à. Prenant un air offusqué et à la limite paniqué, je gueulais en la pointant du doigt : " P*tain elle a volé une paire de pompes ! Je viens de la voir, c'est dans son sac ! " Ah ouais, moi quand je le voulais j'étais bon comédien. Du coup tout le monde avait les yeux braqué sur elle pendant qu'elle essayait de prouver son innocence. Eeeet .. Le vigile était donc lui-aussi très occupé. Me faufilant entre les gens, j'approchais de la sortie et me mettais à courir pour sortir du magasin. ET YES.
Sauf que j'avais à peine mis un pied dehors, que j'entendais " HEY TOI LA ! " Ouais moi ? Le vigile avait vu que la meuf avait rien piqué mais j'avais quand même gagné. Parce que j'étais dehors et que j'avais plus qu'à courir. Courir vite !



Dernière édition par Oswin T. Hooper le Mer 15 Mai - 15:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: I did nothing, it's her, I swear!

Message par : Catherine Holmes, Sam 11 Mai - 10:45


Aah... Ce que j'aimais Oxford Street! Sa foule, ses temples du shopping, ses vendeurs aux petits soins pour moi (bon OK, faut dire qu'être la fille d'un ministre ça aide),bref, son ambiance inimitable, qui incitait à la dépense... Je me sentais dans mon élément ici. Je rentrai dans mon magasin préféré, le plus grand magasin de chaussures de Londres ( j'ai nommé Harrod's), et saluai Markus,le vigile en faction aujourd'hui. Sally, ma vendeuse attitrée, me guida vers l'allée réservée aux low boots, ma préférée, et me montra les nouveautés.

Après une demi-heure d'essayages, je me dirigeais vers la sortie, laissant mes achats entre les mains de Sally, qui les enverrait par colis à l'appartement familial (ai-je déjà mentionné que j'adoore être la fille d'un ministre?). A ce moment précis, une espèce d'énergumène débraillé se jeta sur moi et hurla:

"P*tain elle a volé une paire de pompes! Je viens de la voir, c'est dans son sac!"

Le temps d'abandonner mon sac à dos Chanel aux bons soins de Markus, qui n'y trouverait rien de toute façon (la seule chose que je pique, c'est les fringues de ma soeur, moi!), et le mec(ou la fille, j'avais pas bien vu... cheveux longs et voix grave,comment je pouvais savoir moi?) avait filé dans la rue.
Je m'élançai à sa poursuite (pas de chance pour lui, j'avais fait de l'athlétisme et j'étais en chaussures plates ce matin-là) et hurlai :

"HEY TOI LA!"

Il (ou elle) ne se retourna pas, mais se mit à courir d'une façon bizarre. Nom de... Par le slip à fleurs de Merlin, il était shooté à quoi l'enf**ré? Il piquait des sprints de fou, puis ralentissait, repartait aussi vite, ralentissait,... Mais je réduisais l'écart, me rapprochant de plus en plus de l'animal qui avait sali ma réputation.

Je courais plus vite que je n'avais jamais couru, mes cheveux fouettant l'air derrière moi. D'ailleurs, en parlant de cheveux...Je tendis la main, avançai d'un pas, me penchai vers l'avant...et saisis une mèche blond sale. Le mec (j'en étais sûre, il avait une course de mec) s'arrêta net. Ayant perdu l'équilibre, je tombai... et avant d'avoir compris ce qu'il s'était passé, je me retrouvai dans ses bras, ses cheveux encadrant mon visage, le sien terriblement beau au-dessus de moi... Je me relevai brusquement, faisant s'entrechoquer nos deux fronts, et retombai illico dans ses bras,avec la sensation qu'un beau bleu allait fleurir sur mon front d'ici peu... Et qu'un certain blond alait être très en colère...

Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Oswin T. Hooper, Sam 11 Mai - 19:30



I did nothing ! That was her ! I swear !



Ouais je devais courir et très vite. Sinon j'allais vraiment finir en taule et ça me pétait les burnes rien que d'y penser. Ouais bon je m'en foutais d'aller en garde-à-vue hein, j'aurais eu qu'à transplaner une fois dans la cellule. Mais c'était une perte de temps que je pouvais pas me permettre quoi. Bah ouais, j'avais une vie tellement trépidante, chargée et tout. Ken deux heures comme ça aurait été crétin. Du coup je courais, mais avec cette foule de trous du cul c'était pas facile d'avancer. En plus j'avais les godasses dans les mains et des Santiags, ça prenait un peu de place quand même. Surtout en pur cuir de vachelette de luxe. J'avais même pas regardé le prix tiens, mais ça devait surement s'apparenter à un rein pour moi. Ou une prostate. C'était important la prostate.

Je savais qu'une espèce de folle me coursait, ça devait être la meuf que j'avais accusé. Mais elle pourrait pas me rattraper, j'étais une fusée moi. Surtout quand je volais un truc en fait. Fallait dire que depuis tout gamin, j'avais l'habitude. Je passais les 3/4 de mon temps à piquer des choses de toute façon, magiquement ou pas. Bah ouais, c'était ça de pas avoir de fric et je savais pertinemment que toutes les personnes présentes ici connaissaient pas ça. Encore moins ceux qui s'trouvaient dans le magasin de godasses.
J'envolais un mec d'un coup d'épaule, continuant de courir aussi vite que j'le pouvais. Mais l'autre là derrière elle me lâchait pas, je l'entendais me gueuler après et ça me gonflait.

Mais parfois, t'avais beau avoir des épaules endurcies de rugbyman en bloc de béton armé, tu pouvais pas dégager tout un groupe comme ça. Alors j'avais dû m'arrêter, pas longtemps, mais c'était d'trop. Je sentais qu'un truc me tirait vers l'arrière alors que je me remettais à sprinter, ça tirait fort en plus. P*tain elle m'avait choppé une mèche de ma superbe chevelure ! Ça niquait grave bordel de sa mère la catin des Andes ! J'grognais en m'arrêtant d'un coup, me retournant vivement alors que l'autre se butait contre moi et se ramassait la gueule la seconde d'après. Pis dans mes bras en plus, j'avais pas compris le délire. Du coup on se regardait comme deux ronds de flan, yeux dans les yeux. Elle puait le fric c'était affligeant. Mais bon, elle était canon quand même. On était pas trop mal là mais y'avait fallu qu'elle se redresse comme une c*nne et s'éclate la tronche contre la mienne. Hop, elle retombait dans mes bras.

Mais moi du coup je lâchais et la laissais retomber au sol, gueulant en me tenant le nez : " P*tain d'meeeeeeeeerde ! " Je pissais le sang et mes godasses étaient aussi tombées au sol près de la meuf. Chiotte quoi. " Tu m'as pété l'pif bordel ! " Ah sérieux ça faisait juste trop mal, j'en avais marre de m'faire éclater le nez ! Fallait que je le répare et vite, mais y'avait trop de ces conn**ds de moldu partout. En plus y'avait le vigile accompagné de deux flics qui arrivaient ... M*rde M*rde ET RE-M*RDE. La nana s'était redressée et j'savais pas pourquoi mais, après avoir ramassé les pompes et abandonné mon nez à la douleur, je lui choppais la main et la tirait vers l'avant dans un nouveau sprint. Pas moyen que je me fasse chopper.

" Cours ! Vite ! J'veux pas finir en taule ! " Mais ... Pourquoi je l'avais pas laissé là en fait ?
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: I did nothing, it's her, I swear!

Message par : Catherine Holmes, Sam 11 Mai - 21:00


Bon, du coup, je me croyais plus ou moins quitte pour une scène de cinéma (ça m'aurait pas déplu d'ailleurs, le mec était pas mal, dans le genre dieu du rock à la Kurt Cobain), mais voilà que tout à coup, l'animal ma lâcha sur le trottoir en hurlant comme un putois mal embouché.

"P*tain d'meeeeeerde! Tu mas pété l'pif bordel!"

En général, je suis pas trop du genre oie blanche, mais là, il me soûlait bien à me péter les tympans, et ça commençait à bien faire... N'empêche qu'il devait tout de même être un peu amoché; il pissait le sang... Eh, mais il pissait le sang sur mes vêtements, ce crétin! Mon tout nouveau pull Hollister couleur "spéculoos" prenait petit à petit une couleur "coulis de framboises"... Je me relevai précautionneusement (ben non, il m'aurait pas aidée... du coup je me sentais presque coupable de lui avoir amoché le nez. Presque), remarquant par la même occasion une paire de Santiags pas mal foutues à côté de moi.

A ce moment, Markus le vigile rappliqua, escorté par deux bobbys à l'air pas contents du tout. Aucun d'eux ne tenait mon sac. Du coup je ne vis aucune objection à me laisser entraîner par le jeune débraillé, qui me tirait maintenant par la main.

"Cours! Vite! J'veux pas finir en taule!" me dit-il.
"Tu crois que moi oui? T'es c*n?!!" lui répliquai-je.

Mais je le suivis dans les petites rues où il m'entraînait. Je les connaissais ces rues, je m'y promenais depuis que j'étais en âge de marcher. Encore 2 fois à droite, 1 à gauche, et on arrivait au 77, avenue Buckingham, où je vivais avec ma famille. Je ralentis puis sprintai,le dépassant et l'entraînant. J'avais une idée...

Lorsque je m'arrêtai devant l'immeuble familial, il me regarda avec un air de.... de je-savais-pas-trop-quoi-au-juste, mais je vis que son nez continuait de saigner. Faisant fi de ses protestations, je l'entraînai à ma suite dans le hall d'entrée. Je saluai le gardien calmement, et fit comme si de rien n'était. De toute façon, mes parents ne lui adressaient jamais la parole, il ne dirait rien. Je forçai le mec à me suivre dans l'ascenseur.

Et là, il se remit à crier:

"Bordel, tu fous quoi là! J'ai pas envie d'être ici moi, ni de rester avec toi! Tu veux me dénoncer aux flics vas-y on va rire!"

Avant que vous ne lisiez le passage suivant, je veux que vous sachiez que d'habitude, je n'use jamais de magie sur un Moldu. C'est contre mes principes.

Je lui lançai un Silencio. Et je laissai exploser ma colère.

"COMMENT TU OSES TE PLAINDRE?
1, t'as bousillé ma réputation
2, t'as aussi bousillé mon pull préféré
3, tu as failli m'arracher le bras
ET TU CROIS QUE TU AS LE DROIT DE DIRE QUOI QUE CE SOIT??!!!
Non, môssieur, tu vas te taire, et me laisser te soigner, ça m'a l'air dangereux et je suis sûre qu'ils t'accepteront pas à l'hôpital.
ET SI TU CROIS QUE TU ES AUTORISE A OUVRIR TA GRANDE GUEULE, TU TE FOURRES LE DOIGT DANS L’ŒIL, ESPECE DE CR*TIN DES ILES!!!!!"


Puis j'annulai le Silencio.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Londres - Oxford Street

Message par : Oswin T. Hooper, Sam 11 Mai - 22:41



I did nothing ! That was her ! I swear !



Pourquoi je l'avais pas laissé planté comme une moule en plein milieu de la rue d'abord ? Non mais j'étais vraiment trop c** par moment, c'était pas possible quoi. Du coup je me la traînais comme un boulet à travers les rues de Londres, sans vraiment savoir où j'allais. Mon seul but c'tait de paumer les troufions qui nous collaient au basque à cause de la paire de godasse que j'avais volé. C'tait bon quoi, ils allaient pas crever pour une paire de pompes ! Vu la gueule de la boutique ils allaient survivre sans une paire de chaussure qui coûtait un loyer.
Pis finalement on arrivait dans le quartier chic de base, le truc bien bourge où j'avais même pas le droit d'être parce que ma simple présence souillait l'endroit. Je ralentissais un peu du coup, regardant d'un air mauvais tout ce luxe auquel j'aurais jamais le droit. C'était dégueulasse, injuste, infâme. En plus avec ma gueule en sang c'était le pompon. Une petite vieille qui passait par là me lança un oeil mauvais du coup, marmonnant dans son dentier un truc du style " Vermine ... " Je lui collais un doigt d'honneur devant la gueule, c*nnasse de mémé va.

Pis la meuf, elle avait dû fumer un truc chelou mais elle me dépassait et me traînait dans une baraque de ouf. Genre, what the fuck, elle m'avait bien regardé là ?! J'avais rien à foutre dans un truc pareil, j'étais pas à ma place et maintenant qu'on avait semé les autres, j'pouvais me tirer d'là et retourner ... Retourner où en fait ? J'avais nul part où aller en fait, alors je me laissais faire au final, gueulant quand même pour la forme : " Bordel, tu fous quoi là! J'ai pas envie d'être ici moi, ni d'rester avec toi ! Tu veux me dénoncer aux flics vas-y, on va rire ! " Bon pour tout avouer, je m'en sortais pas si mal. J'avais mes godasses et j'étais avec une meuf pas trop moche dans un endroit où j'aurais jamais pensé pu entrer un jour. Bon après ouais j'avais le nez pété, mais j'allais pouvoir le réparer quand elle aurait le dos tourné.
Mais sauf qu'en fait, elle était folle.

" COMMENT TU OSES TE PLAINDRE ? 1, t'as bousillé ma réputation. 2, t'as aussi bousillé mon pull préféré. 3, tu as failli m'arracher le bras. ET TU CROIS QUE TU AS LE DROIT DE DIRE QUOI QUE CE SOIT ??!!! Non, môssieur, tu vas te taire, et me laisser te soigner, ça m'a l'air dangereux et je suis sûre qu'ils t'accepteront pas à l'hôpital. ET SI TU CROIS QUE TU ES AUTORISE A OUVRIR TA GRANDE GUEULE, TU TE FOURRES LE DOIGT DANS L’ŒIL, ESPÈCE DE CR*TIN DES ILES!!!!! "

OH. P*TAIN. Même si j'avais voulu parler, j'aurais pas pu là. De toute façon j'avais vraiment la sensation de pas pouvoir, mais j'étais vraiment trop sur le cul pour sortir un mot de ma bouche. J'en revenais pas, d'où elle s'excitait comme ça la nana ?! J'lui avais rien fait d'abord, c'était elle qui m'avait explosé l'pif et c'était donc de sa p*tain de faute si son pull infâme couleur chiasse d'oiseau était devenu pourpre. Et de quoi sa réputation là ? Genre elle en avait une, je la connaissais même pas perso. C*nnasse de c*nne. Mais elle m'avait grave coupé la b*te là, j'arrivais plus à rien dire. Elle venait de réaliser une prouesse pour le coup. Ça m’impressionnait presque. Du moins ça m'aurait impressionné si j'étais pas autant vénère. Un "Ding" de la part de l’ascenseur pour dire qu'on était arrivé me ramena sur terre. Mais tout ce que je trouvais à dire alors que je la suivais dans un couloir c'était : " Ton pull est moche, tu perds rien. Et j'enc*le ta réputation, tu pourrais être la fille du premier Ministre que ça m'ferait l'même effet. " J'disais ça comme ça, j'y croyais pas quoi. C'était juste une phrase balancée au pif.

On arrivait devant une porte classieuse, moi ça me donnait juste envie de pisser ma haine dessus. " Pis faudrait peut-être calmer tes hormones hein ! J't'ai pas demandé d'me suivre de ce qu... " Mais j'tombais dans les pommes. Parce que j'avais perdu trop de sang, que j'avais trop couru, que j'avais pas assez bouffé ces derniers jours et que j'avais encore moins assez dormi. Du coup mon corps lâchait, comme une m*rde. Et je tombais, dans ces bras.
Chacun son tour quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Catherine Holmes
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: I did nothing, it's her, I swear!

Message par : Catherine Holmes, Dim 12 Mai - 11:28


"Ton pull est moche, tu perds rien. Et j'enc*le ta réputation, tu pourrais être la fille du Premier Ministre que ça m'ferait l'même effet."

OOOk. Garde ton calme.Il ne le pense pas vraiment. Il n'en sait rien,lui. Pas comme ces horribles moqueurs de l'école primaire... Il ne PEUT pas savoir ce que tu as enduré à cause du boulot de ton père. Il ne PEUT PAS SAVOIR, alors calme-toi.Respiiiire. Il ne peut pas savoir que pendant des années, mon père avait été la source de moqueries pour les élèves de mon ancienne école, du type "Eh, l'intello, j'ai vu ton père à la télé hier soir. Ca veut dire qu'il était pas chez toi, non? Comment tu le vis avec un père qui couche avec toutes les journalistes?" Enfin, bref, c'était derrière moi, tout ça....

"Pis faudrait peut-être calmer tes hormones hein! J't'ai pas demandé de me suivre de ce qu..."

Il me tomba dans les bras. Je fondis en larmes.

J'ouvris la porte de mon étage de l'appartement, y trainai le jeune homme jusqu’au sofa et partit chercher un linge humide. Je tamponnai son visage, puis son cou... Par la culotte à petits pois de Circé, il s'en était vraiment foutu partout! Je le déshabillai à l'aide de la magie (oui je sais, dit comme ça, c'est très bizarre... on dirait presque que j'ai des intentions louches...), sur le moment, cela me sembla la chose à faire. Et comme il ne se réveillait pas, je fis une chose que je ne regretterai jamais. Il était quand même vachement beau, fallait bien le reconnaître... Je l'embrassai douucement sur la bouche. Bien sûr, j'avais déjà embrassé des mecs, mais là...c'était pas pareil! J'eus l'impression qu'il me rendait mon baiser, mais il ne rouvrit pas les yeux.
Je me relevai, et partit chercher de nouveaux vêtements pour lui chez mon frère aîné, Peter. Ils devaient avoir à peu près le même âge...
Mais avant de partir, je lui laissai un mot, au cas où:




"Oswin Thomas Hooper (j'ai trouvé ta carte d'identité dans la poche de ton jean, ainsi que ta baguette magique).

Tu es actuellement chez moi.
Il y a de la nourriture dans le frigo (première porte à droite, dans l'armoire du bas, pour les biscuits) et de quoi te laver dans la salle de bains (troisième porte à droite, et tu es prié de ne pas aller dans la pièce d'à côté, c'est ma chambre).
Je suis chez mon frère, je te ramène des vêtements. C'est la moindre des choses que je puisse faire, après m'être emportée comme ça. Je suis désolée, accepte s'il-te-plaît mes excuses.

PS: mon nom est Catherine Holmes (comme le MINISTRE Holmes).

Je reviens dans cinq minutes

PPS: j'ai gardé ta baguette avec moi, au cas où"



Lorsque je revins, il n'était plus dans le salon. Je m'aventurai dans l'appart, m'attendant à le trouver dans la cuisine, mais non. Je poussai jusqu'à la salle de bains, mais il n'y était pas non plus. Ne restait plus que ma chambre...

J'adorais ma chambre, c'était mon petit endroit à moi, bien perso, et décoré à mes goûts: des affiches de films (The Great Gatsby, The Lady...) ou de séries (Game Of Thrones, Downtown Abbey,...)et des bouquins partout, sur tous les sujets imaginables (de la fantasy aux nouvelles contemporaines, en passant par tous mes manuels scolaires, et d'autres bouquins sur la magie en prime). J'avais peint moi-même les murs en brun chocolat et bleu turquoise, avec une frise de lettres peintes à la main. La stéréo, dernier modèle de chez Bose, passait ma musique préférée et mes playlists sur simple commande vocale. En ce moment, j'écoutais Nirvana, The Killers, mais aussi C2C et Era... Bref, un peude tout, sauf du rap et du hip-hop.

S'il était rentré dans ma chambre, il allait avoir affaire à moi...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Londres - Oxford Street

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 15

 Londres - Oxford Street

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 9 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.