AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 1 sur 15
Retour aux origines
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Dim 6 Nov 2011 - 18:31


Autorisation de Clio ( <3 ) pour l'ouverture de ce sujet ^^

Ce retour aux origines, Eleonore y avait pensé pendant près d'une semaine. D'ailleurs qui ne pourrait pas repenser a l'endroit d'où il venait? Ou du moins une partie de sa famille y résidait? Elenore, elle voulait retrouver des traces de quelqu'un de sa famille pour avoir des réponses, des bouts de sa propre vie où il y avait des trous béants.

Eleonore ne dormait plus. C'est ça quand quelque chose vous ronge de l'intérieur. Ca grossit, grossit, grossit à l'intérieur de vous et un jour ça explose et vous donne l'envie d'exploiter ce terrain encore inconnu. Mais quelle était cette chose qui tracassait trop la jeune femme qui nageait souvent dans le bonheur. Trop de pensées l'envahissaient pour qu'elle dorme profondément, sans aucun soucis - philosophieeee -. Depuis près d'une semaine l'envie de découvrir la vie de son père après l'avoir abandonné l'avait trop titillé pour qu'elle ne s'en tienne qu'à là. Eleonore avait une mère -comme vous et moi- mais celle ci fut tuée quand cette première avait à peine 3 ans. Quelques années plus tard, le père d'Eleonore l'abandonna aux bons soins de ses voisins pour partir, on ne sait où. Et évidemment, Eleonore avait un manque, du moin un gros trou béant quand on parlait de son père qui l'avait abandonné. Alors un beau jour- ou mauvais car il pleuvait- Eleonore sortit de son appartement à Pré Au Lard pour tenter de récupérer des renseignements a l'hopital Sainte Mangouste. Elle y transplana donc sous la pluie ce qui fut un peu plus dur qu'à l'habitude.

La dernière fois qu'elle avait pénétrer dans cet hopital, c'était quand elle était encore gardienne sous le mandat de Rabastan. D'ailleurs, si ses souvenirs étaient encore bons, elle s'était retrouvée ici pour enqueter en compagnie de Peyton, cette chère Peyton et de Ismaël... Oui cela devait être ça. D'ailleurs, a cette époque, elle était sous les ordres de fani, chef des gardiens, poste qu'occupait maintenant la jeune femme. Donc, cela faisait très longtemps. Alors, Eleonore entra, il y faisait chaud comparé au froid de dehors accompagné de cette pluie battante. Il y régnait un silence fou, le silence qu'Eleonore rompit en marchant vers l'accueuil. Une gross sorcière s'occupait derrière le comptoir à aider un vieil homme à trouver le bon étage a son problème. Eleonore, encore à l'entrée de l'établissement l'entendit. elle parlait étonnement fort.

Monsieur, c'est à l'étage numéro 3.

Eleonore s'avança quand le vieil homme disparissait dans un ascenseur. Celui ci volatilisé, la grosse sorcière vit qu'Eleonore attendait quelque chose en s'installant devant le comptoir bien organisé. Alors elle releva les yeux, pour lui souhaiter la bienvenue, mais cette fois ci sa voix quelque peu iritée.

Bonjour mademoiselle... Vous cherchez quelque chose? A moins que vous ne veniez pour votre nez, dans ce cs, c'est à l'étage numéro...

Rapide coup d'oeil vers son nez, louchant légérement. Qu'avait il? Pourtant son nez était bien droit, ou bien la femme de l'accueil essayait de faire rire Eleonore qui était plutôt d'humeur triste. Néanmoins elle secoua la tete, faisant tomber des gouttes d'eau sur le sol, arrachant a l'autre femme une affreuse grimace.

Je viens pour récupérer un dossier.

L'autre femme plus qu'iritée d'ere dérangée pour ci peu tourna le dos a Eleonore pour ranger quelques feuilles tomber a terre. Seulement, Eleonore s'avança un peu plus sur le comptoir, puis éleva sa voix pour que son interlocutrice comprenne bien ses intentions.

Vous ne m'avez pas bien comprit. Je doit avoir ce dossier.... Euh...C'est pour le ministre de la magie en personne. Le dossier de Benoist Provost s'il vous plait.

Autant mentir. L'autre femme se retourna et donna vivement le dossier que désirait Eleonore. Elle devrait le ramener pour dans deux mois, avait elle dit avant de s'éclipser, ranger le dossier de son père dans son sac et de remettre sa capuche sur ses cheveux bruns. Enfin elle retourna chez elle. Une fois là bas, Eleonore montait déjà dans sa chambre pour déposer le sac sur sonlit et de s'y asseoir confortablement. Là, elle parcourut le dossier tant recherché pendant près de 15 minutes. Et déjà l'envie de balançer ce dossier la prit soudainement, elle fut prise de colère...Alors ainsi son père, ayant déserté son devoir de père envers Eleonore était parti d'Angleterre pour se rendre en France, et plus précisémment a Caen, ville du Nord, où il avait refait sa vie comme si de rien n'était. Il y avait rencontré une femme et avait eu un enfant, une fille plus exactement. Puis ils étaient partie de France, alors que cetet fille était encore toute jeune. Savait elle que son père n'était qu'un menteur qui avait abandonné ou fuit, comme vous voudrez, son ancienne vie? A l'évidence non, mais tout de même Eleonore rangea le dossier dans son sac, encore une fois, sécha ses larmes, mit de la nourriture et de l'eau dans ce sac et enfin prit un bout de parchemin et une plume pour écrire une lettre a l'enfant qu'avait eu son père, a Caen. Dans cette lettre, elle priait donc, cette fille de se rendre a Caen dans les prochaines heures qui suivaient. Ceci fait, Eleonore écrit l'adresse de cette enfant sur l'enveloppe puis envoya sa chouette a l'encontre de la personne souhaitée. Puis, après avoir mit des vêtements assez chaud dans son sac, Eleonore sortit de chez elle pour pouvoir tourner sur elle même et disparaitre dans un plop significatif d'un transplanage réussit.

Là où elle réapparut, il ne pleuvait plus et étonnement le ciel était blanc. Très blanc. Bizarre, pensa Eleonore en rabattant tout de même sa capuche sur sa tête. Elle n'était jamais venue a Caen mais il n'était jamais trop tard, non? Alors, Eleonore essaya de traverser une foule de moldus, apparemment pour se retrouver devant la grande et belle maison, dont l'adresse était notée dans le dossier de Monsieur Provost. Eleonore attendit, la mison n'était plus comme sur la photo jointe a l'adresse, non elle avait changé. Et plus personne n'y habitait et pour cause, aucun moldu ne semblait prêter attention a cette "charmante" maison. Puis, quand Eleonore voulut pousser le portail du petit jardin, un bruit la fit retentir. Une jeune femme, a l'allure plus jeune qu'elle avançait. Eleonore tout de même étonnée, releva sa tête vers elle tout en posant une question.

Keira Provost?

Etait-ce la fille qu'avait eu son père avec sa dernière femme? Si oui la maison ne devait surement pas lui paraitre étrangère. Et peut etre Benoist était-il toujours en vie et que cette fameuse femme avait encore des contact avec lui?
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Ven 11 Nov 2011 - 17:24



    La nuit était longue et paraissait interminable… Keira était épuisée d’avoir eu tant affaire lors de cette soirée. Certes, elle adorait son travail et passait le plupart de son temps à l’hôpital Sainte Mangouste, mais cette nuit de garde avait éprouvante il fallait le reconnaitre.
    La jeune femme avait passé sa nuit aux services dédiés aux urgences… Et comme chaque fois, qu’elle y passait, s’était littéralement le bordel. Tout était sans dessus dessous. Chaque Médicomages se précipitaient vers le nouveau patients qui arrivaient prenant à cœur de s’occuper et de prodiguer les meilleurs soins aux patients. L’enthousiasme de ses jeunes recrues faisait plaisir à voir, et donnait un nouvel entrain à l’hôpital, mais tout de même on ne leur avait donc pas appris le règlement de l’établissement! Les urgences fascinaient ces jeunes gens, mais il ne fallait pas pour autant en oublier les règles élémentaires que tout Médicomage devait respecter. C’est donc pourquoi, la sorcière s’était retrouvé à brailler dans tout les sens, afin de voir ces règles appliquées. En tant que chef des Médicomages, elle ne pouvait laisser passer de tels manquements. En plus de cela, ces instructions ayant eu du mal à se faire entendre et à passer vu le nombre important de patients accueillis, elle avait du tenir une réunion d’urgence à plus de quatre heure de mat’ afin de mettre les points sur les « i »  et de faire en sorte qu’une telle soirée ne se reproduisent plus.

    C’était donc épuisée, à bout de souffle, et courbaturée que la jeune femme s’en retourna chez elle aux alentours de sept heure afin de s’accorder un peu de repos. Elle eut à peine la force de transplaner, et de regagner sa chambre. Complètement à bout, elle s’effondra sur son lit et plongea dans un sommeil profond, qui elle l’espérait durerait un certain temps. Après ce qui lui sembla être une dizaine de minutes mais qui durant en réalité au moins six heures, la sorcière fut réveillé par des petits « toc, toc, toc ». Emergeant difficilement, elle releva la tête, ses cheveux tombant sur son visage, elle distingua malgré sa tignasse un petit animal à sa fenêtre. Soupirant, elle laissa son visage retombé sur son oreiller…………… Puis contre tout attente, et à la surprise de la Médicomage elle-même, elle se leva. Ouvrant sa fenêtre, elle laissa entrer le petit hibou qui virevoltait dehors. Dans un bâillement sonore, elle défie la lettre qu’il apportait et d’un coup de baguette lui donna un peu de nourriture.
    Elle s’attela donc à la lecture de la dite lettre, et son étonnement se fit de plus en plus grand au fil de sa lecture. Ses yeux s’écarquillèrent… On la priait purement et simplement de se rendre à Caen, ville de sa naissance pour des «raisons urgentes». N’y comprenant rien, son regard s’attarda sur la signature Wonderland… Ce nom ne lui était pas totalement inconnu, et son instinct lui soufflait de filer en France, comme pour dévoiler un mystère, un secret enfouie depuis des années… Keira fila donc sous la douche - mon dieu elle aurait du la prendre en arrivant un peu plus tôt, c’était tellement agréable ! - s’habilla d’un jean et d’un top bleu ciel, enfila ses ballerines préférés, releva grossièrement ses cheveux, et prépara rapidement son sac à dos, contenant un peu de monnaie moldue, de la nourriture et un bouteille d’eau fraiche. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais elle sentait qu’elle devait se rendre là bas, et agissait presque mécaniquement pour parvenir à son objectif. Sortant de chez elle, c’est donc dans un Plop bruyant qu’elle transplana direction Caen.

    Dans un tourbillon, elle atterrit dans une petit rue à l’écart des foules. Elle sortit doucement, se re-familiarisant avec cette ville qu’il l’avait accueillie il y avait longtemps de cela. Tellement longtemps qu’elle ne se souvenait même pas du temps passé ici, ni même de l’endroit ou elle avait habité. Heureusement sa mystérieuse commanditaire avait laissé une adresse où la retrouver.
    Ne connaissant pas la ville, elle dut demander son chemin à un papy moldu, tout à fait charmant. Il lui indiqua comment rejoindre cette maison, qui était à deux pas d’ici. Keira le remercia chaleureusement, et poursuivie sa route à pied. Le paysage était magnifique, mais le vent était frais et la jeune femme qui n’avait pas pensé à se couvrir davantage avait un peu froid…

    La serdaigle finit par arrivée devant une ancienne bâtisse qui semblait à ce jour inhabitée. En même temps, la maison n’avait rien de très accueillant et elle semblait à l’abandon depuis plusieurs années à présent. Perdue dans ses réflexions, elle n’avait pas fait attention à ce qui l’entourait et particulièrement à la jeune femme présente ici également et qui s’apprêtait à ouvrir le portail de la demeure. Elle s’arrêta dans son geste lorsqu’elle aperçue Keira et l’interpella même. Surprise, la jeune femme à la chevelure brune, tourna la tête en direction de la voix entendue, et vit une autre femme, légèrement plus âgée qu’elle, grande et blonde. Un peu son opposé physiquement parlant en fait.


    Euh oui c’est bien moi. C’est vous qui m’avez envoyé cette mystérieuse lettre? Bien que je ne comprenne pas vos intentions, je suis tout de même venue… Que me voulez vous?


    Ce n’était pas dit méchamment, simplement sur un ton calme, et polie avec une voix douce. La sorcière sentait qu’elle n’avait rien à craindre, et souhaitait comprendre ce que cette femme lui voulait, ce qui était plus que normal. Que signifiait tous ces mystères?
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Ven 11 Nov 2011 - 18:18


La main suspendue en l'air, Eleonore tourna encore une fois la tête. Oui c'était bien Keira Provost. La jeune femme lui paraissait quelque peu inconnue mais si le dossier de son père disait vrai, Eleonore devrait s'habituer a la jeune femme. Qui, elle venait de poser la question qui vdeait surement la démanger, d'ailleurs la Wonderland ne lui en voulut pas. Sa question était justifiée. Eleonore avait demané a Keira de la rejoindre en France sans qu'elles deux ne se connaissent, cette dernière pourrait aussi croire a un gros piège. Les paroles de la nouvelle arrivée se répercutèrent dans la tête d'Eleonore. Sa voix était calme et décidée. Eleonore reposa tout de même sa main sur le portail pour pouvoir se tourner entièrement vers son interlocutrice afin de lui répondre sincérement. Néanmoins, elle ne trouva pas tout de suite comment expliquer l'objet du rendez vous qu'avait demander la Gryffondor. Autant parler directement sous peine de choquer Keira et de se faire traiter de tous les noms pour ensuite montrer ses preuves, a savoir le dossier de Benoist Provost. Elle avait peur de tout dire, de s'avouer que c'était vrai, ou au contraire faux. C'est pourquoi les paroles qui suivirent de la part de la plus vieille femme était tremblante et trop hésitante.

C'est bien moi pour cette lettre. Je suis bien Eleonore Wonderland et je m'excuse de cette lettre trop voilée. Et je m'excuse aussi de tout ce que je vais dire.

Les larmes commençaient a monter. Mais elle les refoula en secouant la tête. Eleonore était trop émotive et sensible ce qui n'était pas vraiment une bonne chose après tout. Le portail vibra un peu, c'était a cause du frisson qui parcourait le corps d'Eleonore. Qui elle, restait plantée face a Keira. Elles pourraient aller visiter cette maison un peu plus tard, quand les choses seraient rier au clair. Au mieux Eleonore découvrirait sa demie soeur et au pire elle se ridiculiserait lamentablement. Mais elle essaya quand même d'éclaircir les choses en mettant son interlocutrice sur la bonne voie. Ainsi de savoir pourquoi elle avait dû venir jusqu'ici alors qu'il faisait froid.

La maison ne doit pas vous être inconnue..Quoique ..vous êtes parti d'ici avec votre mère a vos deux ans...

Eleonore ne sourit cependant pas. elle devait paraitre comme une folle auprès de la nouvelle venue. Mais cette image ne l'empecha pas de continuer sur une voie un peu plus précise que précédemment.

Cette maison...C'était celle de mon..votre père. Benoist Provost. Celui ci a disparut je crois bien? Il s'avère que je le connaissais très bien, voyez vous?

Eleonore s'arrêta là pour l'instant. elle ne voulait pas non plus se faire frapper par cette femme qui lui semblait tout de même être une bonne adversaire, redoutable même. Cependant, Eleonore préféra laisser planer un doute sur son idendité. Mais aucune réponse ne se fit entendre alors Eleonore alla au but, même en ayant peur de choquer encore une fois Keira.

Je suis de la famille de Monsieur Provost. Et après quelques recherches, Eleonore fit glisser ron sac de son épaule pour y sortit le dossier de son père et le montrer a Keira avant de continuer, je sais que vous êtes une de ses filles.

Le "Une de ses filles" était fait exprès. Car Keira était fille unique, alors d'après les dires d'Eleonore, Keira n'aurait aucun de mal a comprendre pourquoi Eleonore parlait de Benoist. Mais cette affaire n'était pas réglée, loin de là. Et sa voix se perdit a cause de l'émotion restée bloquer dans sa gorge. Keira allait elle comprendre tout ceci?
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Sam 12 Nov 2011 - 13:33



    Contre toute attente, Keira se trouvait en France, et plus précisément à Caen, ville où elle était née. Se retrouver dans cette ville ne l’a mettait pas trop à l’aise. Elle n’avait passé que très peu de temps ici, à peine deux ans de sa vie, avant que tout ne soit chamboulé. La fuite de son père pour on ne savait quel problème avec la justice, le déménagement avec sa mère pour retourner dans son pays natal l’Angleterre… Keira ne se souvenait même pas avoir vécue tout cela, elle était tellement jeune à l’époque…
    Et voilà qu’aujourd’hui une parfaite inconnue lui avait demandé de venir la retrouver ici, et qu’elle avait accepté alors qu’elle pouvait très bien se retrouver face à une personne dotée de mauvaises intentions! Cependant la serdaigle avait suivit son cœur, son instinct, au fond d’elle-même elle présentait que cette demande, cette rencontre allait jouer un rôle important, voir essentiel. Comme si cela allait donner un tournant à sa vie.

    Alors qu’elle se retrouvait face à l’auteure de la lettre reçue quelques minutes plutôt, Keira confirma son identité et s’enquit de savoir pourquoi on lui avait demandé de venir jusqu’ici. Elle voulait comprendre, et la jeune femme en face d’elle semblait disposer à lui fournir cette explication bien qu’elle semblait nerveuse ou stressée. Elle semblait chercher ses mots afin de ne pas la choquer ou la blesser.
    Elle s’excusa tout d’abord pour la lettre très mystérieuse, se présenta comme étant Eléonore Wonderland, et s’excuse à nouveau de ce qu’elle allait dire cette fois… Ces paroles étaient on ne peut plus étrange. Keira ne comprenait pas. Qu’avait-elle à lui annoncer de s’y horrible pour s’en excuser à l’avance? Que se passait-il? Pourquoi l’avait-elle fait venir ici?
    La sorcière ne comprenait pas, elle voulait s’exprimer, poser toutes ces questions qui lui venaient en tête, mais elle ne put qu’ouvrir la bouche bêtement, ne parvenant pas à émettre un seul son. Eléonore reprit la parole, énonçant des faits de la vie antérieure de sa vie… Comment s’avait-elle tout cela? Pourquoi lui parlait-elle de son enfance? Mais c’était quoi ce bordel?! Elle s’apprête à interroger son interlocutrice quand elle poursuivis son discours annonçant alors qu’elle appartenait à la famille de Benoist Provost.


    Quoi?! Nan mais comment vous savez tout ça sur mon histoire déjà? La sorcière saisit le dossier sortit auparavant par Eléonore et le parcourut des yeux. Ce dossier venait de Sainte Mangouste assurément… Comment vous avez eu ça? On n’ait pas censé fournir ce genre de dossier à Sainte Mangouste!

    Elle s’arrêta toujours sous le choc de la nouvelle, elle ne trouvait plus ses mots, ne savait plus quoi dire, quoi faire. Elle se contenta de parcourir le dossier médical fournit par son interlocutrice, en repensant à ses précédentes paroles… Le dossier l’avait probablement informé du nom de son père, et de la courte période de sa vie passé ici. Cependant il y avait plusieurs zones d’ombres… Et pas des petites.


    Okay. Okay. Peut importe comment vous avez eu ce dossier. Il y a plein de chose que je ne comprends pas… Vous dites que cette maison était celle de mon père?! Je… Je m’en souviens même pas…
    Elle s’arrêta pendant un instant, se rendant compte qu’elle ne connaissait quasiment rien de son passé. Certes sa grand-mère lui avait révélé certains aspects de la vie de son père, mais à l’évidence, elle avait oublié pas mal de détails. Il faut que vous m’expliquiez, vous dites faire partir de sa famille? Qui êtes vous réellement? Comment vous savez que je suis sa fille? Et pourquoi, pourquoi… Sa voix se perdit, son teint devint livide sous le choc de la révélation. Elle avait bien dit « l’une de ses filles »… Elle avait de la famille? Des frères et des sœurs? Des personnes qui pourraient lui apprendre plus sur lui?

    Je….Je… Wahou, vous êtes en train de me dire, que j’ai au moins un demi-frère ou une demi sœur? Elle ne tenait quasiment plus sur ses jambes, qu’elle sentait tremblantes et sur le point de la lâcher à tout moment. Elle prit donc le temps de s’appuyer sur le petit muret de la demeure avant de passer à autre chose. Elle inspira un grand coup, respirant l’air frais de Caen, essayant de prendre un certain recul par rapport à tout ce qu’Eléonore venait de lui apprendre… C’était complètement dingue tout ça, incroyable même qu’elle n’ait pas pu le découvrir par elle-même après toutes ces années passées à essayer de comprendre son passé… Elle remit en place un mèche de ses cheveux qui ne cessait de retomber sur son visage avant de poursuivre sa réflexion… Une bonne dizaine de minutes se déroulèrent dans le silence. Une brise légère mais glacée effleura le visage de la serdaigle, ce qui eut pour effet de la ramener à la réalité.
    Inconsciemment, elle avait certainement deviné depuis un petit bout de temps qui était Eléonore, mais c’est seulement à cet instant que la vérité lui sauta aux yeux. Elle s’exprima alors d’une voix faible et à peine plus forte qu’un chuchotement…


    C’est vous? Vous êtes sa fille vous aussi…?

    Elle planta ses yeux dans ceux de son interlocutrice (sa demi-sœur?), elle voulait connaître la vérité, il fallait qu’Eléonore s’explique et cette fois ci qu’elle le fasse de façon claire, plus la peine de tourner autour du pot maintenant ou de prendre des pincettes, Keira avait encaisser un bon paquet d’informations, à présent elle était prête à tout entendre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Sam 12 Nov 2011 - 17:15


Eleonore avait eu peur de la réaction de Keira et savoir qu devant elle se tenait sa demie soeur, du moins normalement, relevait du paranormal. L'air frais de Caen eu le don de calmer Eleonore et de la faire réfléchir sur la suite des évênements. Parler de son père l'avait énervé, ne serait ce qu pendant quelques instants. Imaginer qu'un père ai abandonné sa petite fille pour fuir et aller refaire sa vivre pour refonder une famille était très dur, alors quand ce père est le vôtre... Mais peu importe. Keira venait de saisir rapidement le dossier pour le parcourir des yeux et enfin déclarer ce qu'elle avait à dire.
La cheveulure au vent, Eleonore respira calmement pour reprendre son souffle enfin elle écouta la question, ou plutôt la réplique de son interlocutrice. Comment avait elle eu ce fameux dossier? Eleonore s'apprêtait à répondre mais déjà Keira enchainait, un peu plus énervée qu'au début de la conversation. Eleonore la comprenait mais cependant elle lui répondit d'une traite.

J'ai eu ce dossier par mes propres moyens. Vous êtes sa fille car ans ce dossier, même si Monsieur Provost a disparu, des perosnnes ont continué d'écrire les évênements qui se sont passés. Et vous en faite parti. Tenez vers la fin de ce dossier, il y a une fiche vous concernant.

Eleonore s'approcha de Keira et prit avec précaution le dossier pour montrer la petit fiche concernant cette jeune femme. Il y avait une petite photo mais Eleonore se recula pour laisser Keira lire ce qu'elle voulait. Après tout il y avait le temps de parler de Benoist plus tard, non?
Mais pour l'instant Keira venait de se retenir au muret. Eleonore fit comme si elle n'avait pas vu ce geste. La situation était assez gênante pour les deux femmes alors elle n'allait pas envenimer les choses, il n'y avait aucune raison pour ça. Néanmoins elle respecta le temps que prit Keira pour reconnaitre les choses telles qu'elles étaient. Elles étaient demies soeurs et Eleonore hocha la tête. Jamais elle ne s'était envisagée de rencontrer un membre de sa famille même si Keira n'était qu'une demie soeur. Puis Keira se tut complètement. Elle avait sûrement besoin de reprendre un peu de souffle et de sentir l'air frais de cette ville pour pouvoir continuer. Et sa prochaine question fit vaciller moralement Eleonore. Le contact visuel que venait d'utiliser la Serdaigle lui faisait vraiment peur, néanmoins elle répondit comme elle l'avait déjà fait.

Je suis sa première fille et vous êtes la seconde. Donc on est...


La suite de sa phrase se perdit dans l'émotion. Evidemment Keira avait déouvert ce qu'était l'une pour l'autre, néanmoins Eleonore jugea utile de continuer de parler. Elle n'allait pas finir cette rencontre mouvementée en pleurs, non! Même si il lui faudrait un quart d'heure pour dire ce qu'elle avait à dire, elle le dirait, c'est pourquoi elle respira d'un coup pour finir sa phrase, précédemment commençée et interrompue. Maintenant sa voix tremblait:

Nous sommes demies soeurs. Et croyez moi je suis désolée de vous l'apprendre comme ça. Maintenant, je voulais vous parler d'autre chose...

Eleonore tenait à la vouvoyer, au cas où elle ne serait pas d'accord d'accepter ce lien de famille tout sauf éloigné. La jeune femme s'interrompit pour reprendre le dossier- pour l'instant-le mettre dans son sac, et ouvrir le portail. Un frisson parcourut son corps et elle agita son bras libre inutilement, comme si cela allait l'aider a surmonter cette peur. Enfin elle entr dans la petite entrée du jardin, des moldus ne semblaient pas la remarquer, tellement ils étaient pressés. Eleonore ne leur porta pas plus d'interêt que ça, puis qu'elle regarda une dernière fois Keira pour lui faire signe de la suivre. Elle parcourut lentement l'allée allant du portail jusqu'a la porte d'entrée de la belle et ancienne maison. On pouvait y entrer. Seulement, Keira voudrait elle y aller? Pour marquer cette question, elle posa s amain sur la porte avant de se retourner vers la femme et d'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Dim 20 Nov 2011 - 13:59



    Le choc, la surprise de la nouvelle fit tournée la tête de la sorcière… Mais comment après tout ces années passées pouvait-elle se retrouver face à sa sœur…? Cela paraissait tellement insensé et irréel que si Keira n’avait pas sentie à ce moment là la froideur de la pierre du muret sur lequel elle s’était appuyée, elle se serait crue au beau milieu d’un rêve.
    Des questions fusaient dans son esprit, et pourtant elle n’était pas capable en cet instant de produire un seul mot, un seul son… Relevant son visage, ses cheveux virevoltant dans le vent elle posa son regard sur Eléonore. Elle était sa demi-sœur. Après 22 ans passé à croire qu’elle était seule, elle se trouvait une famille…
    A peine cette pensée effleura son esprit, qu’aussitôt elle repensa à son père. Elle n’avait pour seul souvenir de lui qu’une pauvre photo offerte par sa grand-mère, il y avait de cela des années. Peut être que la jeune femme avait connue Benoist? Plus qu’elle en tout cas, car si on comptait les années où il était resté auprès de sa famille… Ni elle, ni sa mère n’avait réellement le temps d’apprendre à le connaitre.

    Alors qu’elle s’égarait dans ses pensées, Eléonore expliqua qu’elle avait obtenue le dossier de Benoist par ses propres moyens, et expliqua qu’elle l’avait retrouvé grâce à ce dernier car il contenait une fiche lui étant spécialement dédiée. La blondinette s’approcha et montra la dite fiche à Keira. Il y avait une petite photo ainsi que des informations personnelles. Elle réalisait peu à peu l’ampleur de la nouvelle et demanda dans un quasi chuchotement à Eléonore de confirmer sa pensée… Étaient-elles demi-sœurs??
    La jeune femme parut légèrement déstabilisée par le regard perçant que Keira planta dans ses yeux, mais elle répondit tout même, expliquant qu’elle était la première fille de Benoist. Cela était donc maintenant évident qu’elles étaient liées.


    Tu es donc ma demi-sœur. Wahou… C’est complètement fou, je… J’en reviens pas. J’en reviens pas que tu m’es retrouvé après tout ce temps.

    Comme si elle avait à peine entendue ses paroles, Eléonore rajouta qu’il y avait quelques choses dont elle voulait parler à la sorcière.
    Qu’Est-ce que cela pouvait être encore…? Keira avait encaissée bien assez de nouvelles surprenantes pour la journée, et elle espérait ne pas avoir encore plus d’émotions lorsqu’elle saurait ce que sa demi sœur voulait lui apprendre. Tout cela était terrifiant aux yeux de la serdaigle, mais son passé, et ses valeurs ne lui avait pas appris à baisser les bras, quoiqu’elle devait affronter encore, elle le ferait, elle n’avait pas le choix. Maintenant que toute cette histoire était lancée, il fallait trouver un dénouement.
    Eléonore, pendant ce temps, s’était rapprocher de la maison, elle avait ouvert le petit portail, et s’avançait peu à peu dans le jardin de la demeure. Cette audace fit frissonner Keira. Elle supposait que la blondinette voudrait qu’elle la rejoigne, mais elle ne s’en sentait pas la force. Après tout, elle savait qu’elle avait grandi ici, mais se rappelait à peine de cette maison… Alors que se passerait-il si elle y rentrait et qu’aucun souvenir ne lui vienne à l’esprit?
    La boule au ventre, elle suivit du regard la sorcière qui était à présent arrivée devant la porte, elle avait fait signe à sa demi sœur de la suivre, et machinalement presque comme un automate, Keira s’était vu faire quelques pas pour la rejoindre. Elle avait en cette instant l’impression que son corps ne lui obéissait plus, qu’il agissait contre sa raison et sa volonté. Eléonore posa doucement sa main sur la poignée de la porte, puis se retourna vers la sorcière lui demandant par son simple regard si elle était prête à y entrer. La serdaigle plongea ses yeux dans les siens, prit une grande inspiration et acquiesça d’un mouvement de tête.
    Eléonore ouvrit doucement la porte qui grinça légèrement, visiblement personne n’avait pénétrer ici depuis des années. Il faisait sombre dans la maison aussi les deux sorcières allumèrent leur baguette afin de les éclairer. Elles pénétrèrent l’une après l’autre dans l’entrée de la maison. Il y régnait un silence total, une obscurité inquiétante et une odeur puissante de renfermé. Keira ne reconnaissait rien avec toute cette noirceur aussi, elle prit l’initiative d’allumer les lumières de la maison d’un coup de baguette. Elle se stoppa par la suite cherchant à reconnaitre cette endroit qui était sensé lui être familier…
    Pourtant malgré ses efforts aucun souvenirs ne remonta à la surface, et une mine de déconfite de déception put se lire sur son visage. Elle se ressaisit bien vite et prit la parole.


    Pourquoi venir ici? Tu cherches quelques choses en particulier? Elle l’avait tutoyer naturellement, et espérait qu’Eléonore n’en tiendrait pas compte. Tu as dit vouloir me parler de quelque chose, qu’Est-ce que c’est?
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Ven 25 Nov 2011 - 11:23



Eleonore regarda la sorcière qui se tenait en face d'elle, par ses propres moyens apparemment car elle était visiblement sonnée. Eleonore aussi, mais s'avoua qu'elle était heureuse, et puis de toutes façons, elle n'irait pas reniée ses origines alors qu'elle venait de convier Keira, qui avait donc fait le déplacement jusqu'ici et la planter là, comme un strangulot malfamé. Non Eleonore irait jusqu'au bout, aussi cessa t-elle se parler quand Keira vint plonger son regard dans le sien. Ce regard qui avait maintenant quelque chose de familier, presque éblouissant sur les bords. Eleonore alors observa le visage de la sorcière. Elles se ressemblaient un peu mais que si on les regarder bien. N'ayant pas la même mère, c'était tout ce qu'il y avait de plus normal. Et visiblement Keira était ébahie par la nouvelle récemment apprise. Et puis comment réagir face à sa demie soeur qui refaisait surface après plus de vingt ans de silence.

Puis comme si c'était déjà destiné, Keira la tutoya. ceci fit monter d'un cran la joie d'Eleonore qui était, rapellons le, basse au début de la journée. Aussi, son interlocutrice s'empressa de la suivre en direction de la vieille bâtisse. Apparemment, la maison n'avaitpas plus marquer Keira que cela car, quand les deux jeunes femmes illuminèrent la première pièce de l'entrée, Keira avait d'abord parut déçue, enfin, Eleonoe l'avait perçut comme ça, mais après tout, elles ne se connaissaient pas. Enfin pas totalement. Mais avant de continuer leur petite visite dans la maison, Keira venait tout juste de se retourner vers Eleonre afin de lui demander ce qu'elle voulait dire. Ce n'était pas si important mais elle voulait savoir. Alors elle s'avança vers une table avec une fine couche de poussière pour répondre a sa demie soeur.Je voulais te demander si tu avais des nouvelles de Benoist. Enfin je sais que ça fait longtemps mais je ne sais pas si il est encore en vie et j'aurais quand même voulu le voir.Sa voix se perdit. Quelque chose venait de bouger derrière elle. Non loin des escalier emnant surement a des chambres à l'étage. La lumière que produisait les deux sorcières montra a Eleonore que la chose qui bougeait était situé sur un fauteuil délabré, en dessous d'une couverture. Qu'est ce que ça pouvait être? Eleonore alors se retourna une dernière fois vers Keira. Ca devait être une créature, aussi chuchota t'elle quelque chose à l'adresse de l'autre sorcière. Surement un Doxy..On devrait le stupéfixer.Mais avant davoir la confirmation de Keira qui devrait donc immobiliser la créature, Eleonore s'avança prudemment vers le fauteuil, la main sur la couverture pour la lever et permettre a Keira de détruire ce qu'il y avait en dessous. Ensuite, Eleonore et Keira pourraient continuer a visiter la maison et parler de Benoist. Cet affreux traître!
HS: Désolée --' J'essaye de mettre un peu d'action mais bon.. bisous
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Ven 2 Déc 2011 - 18:11



    Toujours sous le choc de la nouvelle, mais tout de même ravie d’avoir retrouvée un membre de sa famille, Keira avait du mal à gérer ses émotions en ce moment… Tout était si soudain, si inattendue… Si elle avait su quand recevant ce message d’Eléonore quelques heures plutôt, elle allait découvrir une demi-sœur! Jamais elle n’y aurait cru!
    En cet instant, la jeune femme hésitait même à se pincer, afin de vérifier si elle n’était pas en train de rêver… Cela dit, elle n’avait pas non plus envie de passer pour une folle devant elle…

    Elles étaient à présent à l’intérieur de la demeure dans laquelle la Médicomage avait grandi. Il était assez étrange pour elle de revenir ici, sachant qu’elle n’y avait vécue que les deux premières années de sa vie. Alors que cet endroit aurait du lui rappeler des moments de joies et de bonheur, les pièces ne lui évoquait aucun sentiments, elle se sentait totalement étrangère à cette place.
    Elle ressentie un léger pincement au cœur, déçue de ne pouvoir se remémorer son passé, cette partie de sa vie où elle avait vécue avec son père. Ces rares moments passés avec lui n’était que mystères, elle avait garder quelques souvenirs très flous, et ne pouvait se rappeler de lui qu’à travers le peu de photos que sa mère possédait.
    Keira fut ramené à la réalité lorsqu’elle croisa le regard de sa sœur. Celle-ci détaillait son visage comme à la recherche d’une ressemblance physique. Il était vrai que tout les opposaient. Eléonore blonde aux yeux bleus et Keira la brune aux yeux foncés… Qui aurait cru qu’elles seraient sœurs?

    Eléonore fit alors par de ces questions à sa sœur. Elle cherchait à en apprendre plus sur Benoist et espérait que la sorcière pourrait la renseigner à ce sujet. Le cœur de la Médicomage se sera une nouvelle fois, le simple fait d’évoquer Benoist la blessait… Il l’avait abandonné, et elle avait du se construire sans sa présence, sans son amour, sans son repère… Et visiblement, elle n’était pas la seule dans ce cas. Sinon pourquoi sa sœur lui poserait cette question? Si elle cherchait à en apprendre plus sur leur père, c’est qu’elle ne l’avait pas côtoyé longtemps.
    Keira réfléchissait à la réponse qu’elle pourrait donner, elle cherchait ses mots, afin de ne pas blesser Eléonore. Elle souhaitait lui présenter les choses délicatement, sans la brusquer. Fronçant les sourcils, elle s’apprêta à se lance, lorsqu’un bruit étrange réveilla son attention ainsi que celle de sa sœur. Le bruit venait d’un vieux fauteuil sur lequel se trouvait une couverture pleine de poussière. Sa baguette brandit dans cette direction, la sorcière tentait de savoir quel créature pouvait se cacher derrière cette couverture. Eléonore répondit à sa réflexion interne, en chuchotant qu’il s’agissait probablement d’un Doxy. La serdaigle approuva d’un signe de tête.
    Les jeunes femmes n’eurent pas à communiquer pour la suite des étapes, il était implicite et évident que la blondinette se chargerait de soulever la couverture et que Keira s’occuperait de stupéfixier la créature. En quelques secondes, la scène se déroula et l’ex Auror ayant eut affaire à des dangers plus terribles qu’un Doxy lança un « Stupéfix » d’une voix forte et assurée qui stoppa net la créature.


    On devrait faire attention, vu l’état de la maison, il doit surement y avoir des tas de créatures comme celles-ci ici… (Long silence). Tu voulais en savoir plus sur notre père, Je suis vraiment désolée, mais je crois pas que je vais t’être d’une grande utilité. T’as lu mon dossier, tu dois savoir qu’il nous a quitté ma mère et moi alors que je n’étais encore que très jeune…

    Keira s’arreta ne sachant pas quoi ajouter. Que pouvait-on dire de plus sur une personne qu’on ne connait pas? Si il avait été un bon père, tout ceci ne serait surement pas arriver, et les deux sorcières n’auraient pas eu à souffrir de cette situation…

    Si tu veux j’ai quelques photos de lui que ma mère m’a donné, mais je ne sais rien de lui… Même en étant ici, je n’arrive pas à me souvenir des quelques moments passés à ces cotés… Je sais même pas si il est vivant à l’heure qu’il est. (Sa gorge se serra). Je suis désolée, j’aurais aimé t’apporter de meilleures nouvelles…


HS : Désolée c'est pas top =/
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Sam 3 Déc 2011 - 19:09


Keira occupait désormais une place dans l'esprit d'Eleonore, bien que celui ci soit déjà bien rempli. Tout d'abord, Eleonore avait, dans quelques jous à peine, quelque chose d'important à fêter. Son mariage avec Leo, et il ne se passait pas un jour sans qu'elle ne pense à ça. D'ailleurs il y avait maintenant une semaine qu'elle avait choisi sa robe et l'avait rangé soigneusement à l'abri du regard de son homme séduisant. Bien que ce dernier ne soit au courant de rien, mais on est jamais trop à l'abi, n'est ce pas?
Et Eleonore était bien plaçée pour le savoir. Etant sur ses gardes depuis son admission dans l'Ordre du Phénix, et qu'elle avat vécu son premier combat, elle se sentait vraiment au coeur des combats et de la vraie vie. Et si quelque chose devait lui arriver, elle ne saurait pas comment Leo devrait réagir, comment il s'en sortirait bien qu'Eleonore ne fasse pas tout dans leur vie, aussi Eleonore faisait tout pour éviter les combats jusqu'au mariage.

Mais l'heure n'était pas aux pensée sur son mariage bien qu'Eleonore avait rêvé, la nuit passée, être dans la magnifique robe achetée pour l'occasion mais au bras d'Evan! Oui, l'idée de se marier avec Evan et non avec Leo semblait déplacée mais c'était ce qui aurait du se passer si Evan ne serait pas parti dans donner de ses nouvelles.
Mais elle n'en avait pas parler a Leo, en même temps, que feriez vous si votre compagne avec qui vous allez vous marier dans un peu plus de 10 jours vous annonçe qu'elle fait des rêves où elle se marie avec son ex? Très bizarre, non... Aussi s'était elle empressée de ne rien dévoiler et d'éviter de penser à Evan avant de se coucher, même si cette technique ne marchait pas tout le temps.
D'ailleurs elle pourrait parler de ce "problème" avec sa demie soeur, quand toutes deux auraient un temps pour elles deux. Mais à évidemment n'était pa sle meilleur moment et le meilleur endroit, d'ailleurs un éclair rouge sortit de la baguette de Keira et immobilisa le Doxy qui voulut s'échapper de sa cachette. Ce sortilège eut le don de sortir Eleonore de ses rêveries.

Aussi Keira venait de dire a Eleonore, ou de la prévenir, que la maison devait être remplie de sales petites ou grosses bêtes comme celle ci. Mais la Wonderland ne s'en fit pas. Rien ne pouvait lui arriver, elle était avec Keira, ou du moins si une des deux femmes était blessée, Keira pourrait soigner les blessures vu qu'elle était après tout, la chef des médicomages. Mais bref, Eleonore écouta alors ce qu'avait à dire son interlocutrice et comme c'était à prévoir, elle n'avait aucune idée d'où se tenait Benoist. Elle aussi avait été abandonnée. Eleonore, voyant que Keira prenait une respiration comme pour éviter de partir dans de longues explications sur la raison de ce départ précipité ou envisagé depuis longtemps, s'approcha de sa demie soeur et la serra étroitement dans ses bras. Signe qu'elle serait là, à partir de cet instant. Peu importe ce qu'y verrait Keira dans ce geste, c'était presque obligé de le faire pour elle, et bientôt brisa l'étreinte. Quand elle recula de quelques pas, Eleonore lui répondit, la voix baissant légèrement.

Oh.. Je devais m'en douter. Moi aussi il m'a abandonné. Je suis désolée pour ce que tu as vécu, toi et ta mère à cause de lui. Je ne sais même pas, si je voudrais le voir... bien sûr une partie de moi le veut, lui demander pourquoi il a fait tout ça, et une autre partie préfère qu'il soit.. Sa voix cessa de se diffuser dans la pièce puis reprit un peu plus
tristement. mort. Elle ne se rapellait évidemment plus de lui mais même quand Keira lui dit qu'elle avait des photos, Eleonore refusa d'en voir une seule, même si cela lui ferait le plus grand bien. Au fait, que voulait elle dans cette maison? A oui, récupérer des objets, ou encore des choses qui appartenaient soit a Benoist, soit a la mère d eKeira, auquel cas cette dernière pourrait tout récupérer, mais Eleonore aussi espérait que Besnoist en s'était installé ici, après la mort de sa première femme, ai emporté des photos, ou des renseignement sur la mère de la Wonderland et celle ci fit part de son but a Keira. J'espère trouver ici des objets appartenant a ma mère qu'aurait pû emmener mon père en venant s'installer ici avec ta mère... C'est pas simple mais on ne sait jamais. Mais déjà ses mains s'affairaient sur une table basse poussièreuse. Il n'y avait rien, mis à part un vase et des fleurs fannés, depuis le temps! Puis Eleonore sortit de cette pièce et entra dans une sorte de bureau. Là elle trouva un cadre retourné à l'envers. De sa mai tremblante, Eleonore le retourna, et le secoua pour faire tomber le verre cassé par terre. Il y avait là une photo de la mère d'Eleonore. Alors, Eleonore saisit la photo en la retirant du reste du cadre pour venir l'emmener vers Keira et la lui montrer.
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Ven 9 Déc 2011 - 18:41



    La situation était assez atypique. Bien qu’il s’avérait que Keira et Eléonore appartenait bel et bien à la même famille et qu’elles étaient liées par le sang, la communication n’était pas aisée. Et en même temps, pas facile d’apprendre d’une part et que l’on a une demie sœur, dont on ignorait jusqu’à l’existence jusqu’à présent, et d’autre part d’essayer d’apprendre à connaitre cette personne qui vous parait si familière et étrangère à la fois…
    C’était un tourbillon d’émotion qui avait envahit la sorcière à la découverte de cette famille cachée. Surprise d’abord, le cœur battant à cent à l’heure, la respiration coupée par la nouvelle, elle avait eu du mal à y croire, elle qui pendant si longtemps avait été fille unique. Joie par la suite, une chaleur l’avait envie, un peu à la manière dont un Whisky pur feu pouvait réchauffer une âme.

    Le chamboulement si soudain et inattendu lui faisait tourner la tête, et pourtant déjà elle pouvait sentir une certaine complicité avec sa sœur. Le tutoiement s’était en effet imposé entre elles après quelques brefs échanges, et bien qu’en tout et pour tout leur rencontre n’avait débuté que depuis une heure à peine, la Médicomage ne sentait pas Eléonore hostile envers elle. Après tout, cette dernière aurait très bien pu lui en vouloir terriblement, puisque c’était pour ou à cause de sa mère qu’Eléonore avait grandit sans père. Cela dit Keira n’avait pas été beaucoup plus gâtée par son paternel, celui-ci ayant déserté le domicile familiale à peine deux ans après sa naissance. Décidément, Benoist n’était pas un exemple à suivre, si le train-train du quotidien et la vie de famille le rebutait autant pourquoi faire des enfants à tort et à travers?!
    L’incompréhension régnait dans le regard de la sorcière. Elle aurait aimé apprendre à connaitre cet homme malgré tout. Secrètement, elle avait d’ailleurs espérer que sa demi-sœur pourrait lui en apprendre davantage sur cette homme si mystérieux et ambivalent. Au lieu de cela, Eléonore lui avait demandé en première si elle avait toujours un contact avec leur père… Face à sa réponse, la rouge et or avait sans doute suivit son instinct et avait contre toute attente pris sa petite sœur dans ses bras. L’étonnement fut la première réaction de la serdaigle, cependant elle appréciait le geste et s’adoucit ensuite rendant son étreinte à Eléonore. Ce geste banal entre frère et sœur avait beaucoup d’importance pour Keira qui n’avait jamais eu l’occasion d’établir un lien de la sorte avec quiconque. Très touchée par la spontanéité de la blondinette, elle la remercia de sa présence par un de ses plus beaux et sincères sourires. Parfois les mots étaient de trop, et la Médicomage savait qu’à travers ce simple sourire, Eléonore comprendrait ce qu’elle ne savait pas exprimer à travers la parole.

    Le silence n’eut pas le temps de s’installer cette fois ci, la plus grande des deux sœurs reprenant la parole, en s’excusant presque des actions de leur père. Elle précisa qu’elle à la fois aimé avoir des explications de sa part tout comme elle aurait aussi préféré le savoir mort. Keira ne pouvait que la comprendre. Au moins si il était mort, il ne pourrait plus jamais les faire souffrir. La serdaigle attrapa la main de sa sœur, en signe de compassion.


    Je sais. Je comprends ce que tu ressens. Je me suis posée toutes ces questions aussi, je me les pose encore parfois. Mais avec tout ce que j’ai pu vivre, je sais que la vie peut être courte, alors je ne cherche pas forcément à en savoir plus. Si il est toujours vivant et qu’un jour il me recontacte, je pense qu’il aura simplement la chance de gouter à mes talents de combattante, termina-t-elle avec un clin d’œil.

    Après cette petite discussion, les deux jeunes femmes reprirent un peu leur exploration de la demeure miteuse et vétuste. Des toiles d’araignées se distinguaient aux quatre coin de chaque pièces, la poussière recouvrait tout les meubles, l’humidité n’ayant pas arrangé les choses, il régnait une odeur de renfermé particulièrement forte dans la plupart des pièces. Les sorcières s’avancèrent dans ce qui semblait être un bureau. S’avançant à pas de loup, Keira était légèrement plus en retrait que sa sœur. Elle explorait chaque centimètre de chaque pièce avec des yeux de Lynx ayant peur de rater un détail qui pourrait lui remémorer quelques souvenirs de son enfance.
    Eléonore s’approcha alors d’elle, revenant de sa courte exploration, une photo à la main. Elle l’a tendit à la serdaigle qui pencha légèrement sa baguette magique toujours allumée juste haut dessus afin de mieux distinguer les personnes représentées sur l’image.
    On pouvait voir trois personnes. Keira reconnut immédiatement Benoist plus jeune, sa mère lui ayant montrer quelques photos. Elle comprenait pourquoi il avait fait craquer leur mère. Charmant, il dégageait une aura particulière et attirante, il était bel homme il fallait le reconnaitre. Était ce, ce pouvoir de séduction qui l’avait poussé à courir de jupons en jupons? Elle chassa cette question de son esprit pour le moment, et se re-concentra sur la photo. Il y avait également une femme, plutôt petite, de peau mat, et avec une chevelure bouclée tenant un bébé dans ses bras. La Médicomage ne connaissant pas cette femme, mais voyant sa sœur bouleversée supposa qu’il s’agissait de sa mère. Et le petit être qu’elle tenait dans ses bras ne pouvait être qu’elle. Elle avait l’air calme, apaisée.


    C’est ta mère non? Tu es minuscule dans ses bras, tu étais mignonne dis donc! (Silence pendant un temps). Tu crois qu’il y a d’autres souvenirs de ce genre? On devrait faire le tour de la maison pour chercher.

    Keira reprit donc son périple, s’intéressant cette fois à l’étage de la maison. Elle monta doucement les escaliers, chacune des marches grinçant à son passage. Arrivée en haut, elle se retrouva face à un couloir étroit. Elle ouvrit la première porte se trouvant à sa gauche, et pénétra dans la pièce. Les meubles étaient toujours présent, on distinguait un petit lit à barreaux, de nombreuses décorations et des jouets en tout genre : peluches, mini balai volant, hochets….

    Je…. Eléonore, je.. Je crois que c’était ma chambre.
Revenir en haut Aller en bas
Alexander Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor

Re: Retour aux origines

Message par : Alexander Severus, Dim 18 Déc 2011 - 10:36


HRPG: Ceci se passe avant le mariage d'Eleonore et Leo

L'étreinte d'Eleonore envers Keira lui fit du bien. Eleonore, se sentait calmée et apaisée. Et apparemment Keira l'avait aussi entendu de ce côté. Et l'idée aussi de voir Keira, se battant contre leur père était tout simplement que du bonheur. Benoist avait abandonné Eleonore puis Keira, que méritait il? si il n'y avait qu'Eleonore, il devrait mourir sur le champ, mais Keira venait de lui adresser un simple clin d'oeil, ce qui calma Eleonore qui s'assura que si ce jour arriverait, ce jour où Keira et elle même devraient rencontrer Benoist, elles n'allaient pas le laisser filer, du moins, il fallait déjà qu'il soit encore en vie. D'ailleurs la jeune femme y pensa, voulait il qu'il soit encore en vie? Voulait elle le rencontrer? Savoir pourquoi il avait fait ça? Au début de cette rencontre, Eleonore aurait voulu le rencontrer, c'était sûr. Avoir grandi sans parents, c'est très dur, alors si elle avait pu voir un seul parent, elle aurait tout fait pour le voir, lui!

Mais maintenant, après ces brêves paroles sencées, Eleonore n'avait qu'une envie, repartir d'ici et ne plus penser à lui. seulement, il n'y avait pas qu'elle, il y avait Keira. Toutes deux qui venaient de se rencontrer... Il leur fallait surement du temps à elle deux pour en savoir plus l'une sur l'autre. Peut être Keira avait elle un compagnon, des amis fidèles. Mais c en'était pa sle moment de poser des questions, Keira venait de s'approcher d'Eleonore pour mieux voir la photographie. Eleonore savait qui c'était, et en un seul regard, Keira dû comprendre. C'est pourquoi elle demanda quand même qui était la femme. Keira alors lui affirma qu'elle était mignonne, Eleonore lui sourit. Elle lui adressa alors quelques paroles suite à sa demande. Sa voix était un peu éteinte, surement l'émotion. Merci..Et oui c'est elle,elle toussota un peu puis reprit un peu plus fort, je pense qu'il y a pleins de choses de ce genre.. Puis Eleonore suivit Keira, sa baguette à la main, au cas-où. Les deux jeunes femmes alors montèrent à l'étage, Eleonore s'avoua que cette maison devait être magnifique, rénovée, bien sûr. Parce que vivre dans la poussière n'était pas la chose la plus amusante, aussi Eleonore repistant un grand coup, près de la rampe d'escalier remplie de poussière, éternua sans retenue, surprise elle même du retour de son allergie.

Keira s'engouffra alors la première dans une pièce, grande, meublée et qui dégageait une douce image de pureté. Il y avait un lit a barreaux, surement celui de sa demie soeur.. D'ailleurs, il y avait pleins de jouets, et quand Keira parla, elle paraissait bouleversée. Eleonore alors entra un peu plus dans la dite-chambre et examina les meubles... Keira avait dû être heureuse pendant sa courte présence dans cette maison. Eleonore alors la regarda dans les yeux et lui répondit, un ton plutôt convainquant dans la voix. C'est ta chambre, et ben... Il y a peut être des photos, tu ne crois pas?Cette pièce était importante aux yeux d eKeira, Eleonore le savait bien. Mais elle pensa aussi qu'elles devraient visiter, par exemple, la chambre de Benoist et de la mère de Keira, là bas, il devait surement y avoir des objets auquels Keira se souviendrait peut être. Mais la Wonderland jugea bon de rester un peu ici. Après tout, ce n'est pas tous les jours que Keira pouvait revenir ici. alors autant en profiter et emmener des objets de valeur, du moins pour elle.
Revenir en haut Aller en bas
Keira
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage
Animagus : Écureuil roux


Re: Retour aux origines

Message par : Keira, Mer 21 Déc 2011 - 15:15



    Une étreinte, une chaleur, et soudain vous savez qu’il y a une nouvelle personne sur laquelle vous pourrez compter quoiqu’il arrive. Le contact sincère et spontanée dont avait fait preuve Eléonore la rassurait quant à la suite de leur relation. Keira était rassurée de constater que sa demi sœur était prête à construire une véritable relation ave elle, elle savait à présent qu’elles tenteraient de rattraper le temps perdu, bien que cela ne serait pas aisé. Plus que tout la Médicomage était heureuse de savoir, que la rouge et or ne lui en voulait pas. Dans un premier temps, elle avait cru que peut être cette dernière l’aurait détesté, car après tout c’était pour construire sa famille que Benoist les avait quitté elle et sa mère…

    D’ailleurs en visitant le bureau du réez de chaussé, Eléo avait découvert une ancienne photo qui devait appartenir à leur père autrefois. On distinguait nettement - une fois la poussière enlevée - trois personnes, Benoist, une femme à la peau légèrement métissé et un nourrisson bien calé dans ses couvertures. Il s’agissait bien entendu de la famille de la blondinette au temps du bonheur. Eléonore confirma qu’il s’agissait de sa mère et précisa qu’elle pensait que de nombreux objets appartenant au passé se trouvaient ici. Keira acquiesça d’un signe de tête. Elle était également persuadée qu’un certains nombres de souvenirs étaient enfouis dans cette ancienne demeure.
    De ce fait, les deux sorcières entreprirent une petit expédition de la maison. Elles se dirigèrent vers l’étage qu’elles n’avaient pas encore prit le temps de visiter. Parcourant un peu les couloirs, Keira instinctivement se dirigea vers la pièce se situant à sa gauche. Pour découvrir ce qui semblait être une chambre d’enfant. Sa chambre… Cette découverte soudaine la bouleversa bien plus que ce qu’elle voulait bien croire. Croisant le regard de sa sœur, elle ne sut quoi dire… En revanche Eléo évoqua l’hypothèse que d’autres photos pouvait se retrouver dans cette pièce qui respirait une sérénité que Keira n’arrivait pas à ressentir, écartée entre excitation et angoisse.
    Certaine que la blondinette avait raison, elle avança un peu plus dans la pièce, et s’aidant de sa baguette toujours allumée, partit à la rechercher de trésors enfouis dans le passé. Là! Sur cette commode, il y avait plusieurs cadres photos! Et cette petit boite qu’Est-ce que c’était…?


    Tu avais raisons, il y a plusieurs photos ici… Elle saisit la boite en bois qui l’intriguait grandement et l’ouvrir délicatement. A sa surprise, une lumière s’en dégagea, et une musique douce résonna dans la demeure inhabitée… C’était une boite à musique, banale à première vue, mais quelques mots gravés à l’intérieur firent monter les larmes aux yeux de la sorcière « Avec toi à tout jamais ». Ses simples mots la touchèrent autant qu’il la mirent en colère, « à tout jamais » bah tiens, on voyait bien que son père n’avait pas tenue parole… Ne pouvant en supporter davantage, elle referma la boite, et se tourna vivement vers les photos, ne souhaitant pas qu’Eléonore puisse voir les quelques larmes qui roulaient sur sa joue. Articulant difficilement elle se reprit afin de pouvoir s’exprimer correctement.

    Tiens, il y a quasiment une photo identique à celle qu’on a trouvé, sauf que ma mère est dessus…
    Et que j’ai l’air plus âgée… S’approchant de sa sœur, elle lui tendit la photo qui avait un peu jaunie avec le temps. Regardes…

    Elle explora encore la chambre, mais elle ne tomba pas sur une chose intéressante. Il ne restait qu’un montagne de jouets. Nul doute qu’elle avait été gâtée pendant son enfance… Elle aurait pourtant de loin préféré avoir un père présent plutôt que des jouets sans intérêt. Elle passa sa main dans ses cheveux, se recoiffant un peu. Elles avaient des tas de pièces à explorer et Keira ne savait plus trop où donner de la tête. Elle avait eu une dose incroyable et excessive d’émotions et de surprises… Elle en supporterait difficilement plus. Balayant la pièce du regard, elle s’arrêta sur sa sœur. Peut être qu’elle serait plus inspirée qu’elle pour savoir par où commencer.

    Dans quelle pièce penses-tu qu’on pourrais trouver d’autres objets intéressant? Apparemment on a fait le tour ici, à par les photos et la boite à musique, il y a rien d’autres… Tu cherches des objets en particulier autrement? Je sais pas des choses qui auraient pu appartenir à ta mère par exemple…?

    Elle ne savait pas vraiment ce qu’elle pourrait trouver ici, mais peut être qu’Eléonore avait un idée bien précise de ce qu’elle pourrait trouver dans cet endroit. Si tel était le cas autant se concentrer la dessus!

Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Retour aux origines

Message par : Ailinn Kafka, Mar 26 Fév 2013 - 15:49


[Hrpg : N’hésite pas à me dire si je fais passer les évènements trop vite, mais je me disais qu’on devrait peut-être passer plus de temps sur le voyage en lui-même plutôt que sur le trajet]

C’était le grand jour.
Ailinn attendait cet instant depuis des semaines, à l’instar de sa camarade de Serpentard. La journée s’était étirée en longueur, entre les cours interminables d’étude des runes et de divination, que la rouquine détestait autant l’un que l’autre, avant de finir sur une note plus agréable avec une heure de métamorphose, sa matière préférée. Elle avait échangé des regards tout excités avec sa camarade durant leur pose de midi, bien que leurs deux tables soient à l’opposé de la Grande Salle, se dévissant la tête pour l’apercevoir par-dessus les chevelures fournies d’un groupe de Gryffondor.

À peine la lourde cloche de bronze avait-elle retenti dans les corridors déserts que la jeune Serdaigle s’était jetée hors de sa salle de classe, avant de monter quatre à quatre les escaliers de la tour menant à son dortoir, pour en redescendre quelques minutes plus tard, plus chargée que jamais.
Sa lourde malle de chêne lévitait derrière-elle grâce à un sortilège bien appréciable, tandis qu’elle portait à bout de bras la petite cage de Cork, son lapin nain, dans laquelle somnolait également Etincelle, son vieux boursouflet.
Son fidèle Nimbus était ficelé au sommet de sa malle à l’aide de cordons de cuir, enveloppé de vieux numéros jaunis de « La Gazette » pour éviter qu’il ne s’abîme. Ailinn tenait plus que tout à ce balai, qui avait autrefois appartenu à Naomé, et qui lui avait avoué avoir économisé pendant des mois pour se l’offrir.

La jeune femme dévala le grand escalier avant d’arriver dans le Hall, où elle attendit son amie en trépignant. À peine s’étaient-elles retrouvées qu’elles foncèrent vers le Magicobus, qui attendait au bout de l’allée tel une marmite dans laquelle s’engouffraient des dizaines d’élèves, et en moins d’une heure, elles étaient à Londres.

Oxford Street. Quelques rires, quelques regards un peu nerveux, puis une vieille voiture qui arrive cahin-caha sur le pavé, le moteur ronronnant doucement.
Un homme d’une trentaine d’années s’extirpa souplement de la minuscule voiture avant de se planter devant les deux jeunes filles.
Ses cheveux bruns un peu trop longs s’agitaient en mèches folles sous la brise londonienne et sa silhouette longiligne semblait presque trembloter sous l’épaisse veste de cuir et le jean usé qu’il portait en permanence.

« Loup ! » s’exclama la Serdaigle en se jetant dans ses bras. « Voici Nikki ! Nikki, je te présente Loup. »

« S’lut, Ailinn. B’jour mad’moiselle. Enchanté de faire vot’ connaissance. »


Dernière édition par Ailinn Kafka le Mar 26 Fév 2013 - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nikki Sullivan
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Nikki Sullivan, Mar 26 Fév 2013 - 17:36


Les vacances étaient enfin là. Elle allait enfin partir en France avec Aillinn. Ce jour qu'elle attendait temps venait enfin d'arriver pourtant cela lui semblait être le plus long jour de toute sa vie. Les minutes passaient semblable à des heures et tandis qu'elle était dans sa dernière heure de cours elle pianotait du bout des doigts sur son bureau espérant que le temps passe plus vite. Ce n'était pas qu'elle s'ennuyait, en principe les cours d'enchantements étaient plutôt intéressant mais, Nikki n'arrivait vraiment pas à se concentrer. Elle jetait quelques coups d'oeil furtif sur l'horloge placée juste au-dessus du professeur. Plus que cinq minutes et se serait la libération. Cinq fichu minute et elle pourrait enfin rejoindre son dortoir pour récupérer ses affaires.

La verte et argent était tellement absorbée dans ses pensées qu'elle n'entendit même pas la cloche retentir et ne revint à la réalité seulement quand elle vut ses camarades ranger leurs affaires. Ni une ni deux elle ramassa son livre et ses parchemins et courut en direction de la salle commune des Serpents. Ses valises étaient déjà toutes faites et Nikki se pressa de tout prendre pour rejoindre son amie.

La Serdaigle était déjà présente dans le Hall elle n'eut même pas le temps de prononcer un mot qu'elles coururent directement vers le magicobus qui les emmènerait loin de Poudlard. Le trajet se passa assez rapidement et en moins de temps qu'il ne faut pour le dire elles se retrouvèrent à Oxford Street. La Serpentard connaissait bien ce quartier pour s'y être rendue de nombreuses fois en compagnie de sa cousine. Cette rue c'était le paradis de chaque jeune fille, une rue entièrement bordée de plus de 300 magasins. Comment ne pas trouver son bonheur dedans ?

Une voiture finit par s'arrêter devant elles et un homme en sortit. Aillinn se jeta sur lui apparemment heureuse de le retrouver. Loup qu'il s'appelait. La rouquine lui en avait déjà parler quelques fois. En effet depuis leurs rencontre sur le terrain de quidditch, les deux jeunes filles c'étaient revue constamment par la suite. Apprenant un peu mieux à se connaître et soudant les liens qui étaient nés entre elles.

« S'lut, Ailinn. B'jour mad'moiselle. Enchanté de faire vot' connaissance. »

- De même. Je suis ravie de vous connaître enfin.

Elles chargèrent leurs affaires dans la vieille voiture avant de s'engouffrer à l'intérieur complètement surexcité. Nikki trépignait d'impatience et n'avait hâte que d'une chose. Arriver enfin en France et découvrir enfin ce merveilleux pays avec celle qui ne l'a quitté plus, Aillinn. Elle lui lança un grand sourire avant de lui demander :

- Il y a beaucoup de trajet ?
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Retour aux origines

Message par : Ailinn Kafka, Mar 26 Fév 2013 - 18:38


Une fois les présentations faites, les jeunes femmes chargèrent leurs affaires dans l’étroit coffre de la vieille voiture, et se précipitèrent toutes deux sur la banquette arrière tandis que Loup reprenait le volant. Elles trépignaient littéralement d’impatience, et le staccato de leurs pieds résonnait faiblement sur le tapis de sol en moquette élimée de la Trabant.

« Il y a beaucoup de trajet ? » demanda la jeune Serpentard alors que l’automobile bifurquait vers des ruelles moins fréquentées.

Ailinn elle-même n’en savait rien, puisqu’elle avait l’habitude de transplaner directement depuis la maison de sa marraine, et ouvrit la bouche d’un air désemparé, mais Loup la sortit de l’embarras en répondant à sa place, son accent français à couper au couteau embrouillant quelque peu sa phrase bien qu’il ait beaucoup appris de sa petite amie, autrefois.

« Plus pour longtemps… J’voulais juste attendre de sortir de la ville, mais ça ne devrait plus tarder. Si mes calculs sont exacts, on d’vrait arriver dans… exactement sept minutes. »

La rouquine jeta un regard interrogateur à son oncle. Elle n’était pas sûre d’avoir bien compris ces explications, d’autant que Loup était dans l’impossibilité de les faire transplaner. La Trabant slaloma encore pendant quelques minutes dans des ruelles désertes de plus en plus étroites avant de s’arrêter entre deux maisons mitoyennes aux volets fermés, qui masquaient de leur ombre l’auto à la vue des éventuels passants.
Loup se cala dans son siège comme paré pour une longue attente, et cala ses vieilles Rangers élimées contre le volant de cuir.

« Qu’est-ce qu’on attend ? » demanda Ailinn, un peu surprise.

Le jeune homme aux yeux d'azur se retourna vers ses deux passagères, triomphant. Il était heureux d’être, une fois dans sa vie, maître des évènements. Il avait toujours été le paria, le Cracmol, le rejeté. Mais aujourd'hui, lui seul connaissait le programme, et il était libre de garder toutes les surprises qu’il lui plaisait. En l'espace de cinq ans, il avait perdu son anglais, son parlé de dandy et ses manières bourgeoises, et avait quitté la ferme pour vivre en ermite au fond de la forêt. et pourtant, rien ne l'avait rendu plus impatient que la perspective de retrouver Ailinn et son amie, qui allaient le sortir de son quotidien morose.

« Jeunes filles, j’ai l’honneur de vous annoncer qu’vous vous trouvez… Dans un authentique Portoloin ! »

Il ménagea une petite pause, savourant cet instant de gloire tandis que les jeunes filles stupéfaites contemplaient l’habitacle avec des yeux nouveaux, puis ajouta avec un demi-sourire :

« T’sais à quel point Gabriel aime tester ses capacités en sorcellerie. Et puis, jl’ai aidé à r’taper la voiture… » ajouta-t-il avec un soupçon de fierté.

Ce n’est qu’après l’avoir félicité que la jeune femme réalisa qu’elle avait complètement oublié de prévenir son amie que Loup était un Cracmol, et se mordit la lèvre inférieure en espérant que Nikki n’évoquerait pas ce sujet avec lui…
La jeune femme allait se pencher vers son amie pour lui murmurer deux mots à ce sujet lorsque la voiture fut prise de violentes secousses, se mettant à briller comme du fer rouge.

« ‘Tention les filles, ça va décoller ! »


Ailinn n’eut que le temps de s’accrocher de toutes ses forces au siège de devant, attrapant au passage le bras de son amie pour ne pas la perdre dans les tourbillons du transplanage, et la voiture disparut avec un claquement sonore.

Une fraction de secondes plus tard, la voiture s’écrasa avec fracas sur une pelouse mal entretenue, sous le regard approbateur d’un vieil homme.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Retour aux origines

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 15

 Retour aux origines

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 8 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.