AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 12 sur 15
Retour aux origines
Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant
Temperence Black
Serpentard
Serpentard

Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Lun 31 Oct 2016 - 0:30


Tandis qu'elle riait en voyant la tête de son charmant accompagnateur se déconfire face aux âneries que lui disaient les trois pimbêches, elle ne vit pas cet homme s'approcher d'elle. Ce ne fut que lorsqu'il osa poser ses mains sur ses hanches qu'elle le vit. Grand, blond, des yeux ténébreux, les yeux injectés de sang. Elle le repoussa sans ménagement puis, alors qu'il revenait à la charge, un second homme s'approcha d'elle, un masque sur son visage, le fit fuir. Arcturus. Comment ne pas le reconnaître ? Son visage était peut-être recouvert mais son aura ne trompait pas. Etait-ce son parfum ou bien sa carrure qui faisait qu'elle avait été capable de le reconnaître, elle n'en savait rien.

- Dansons...

Souriante, elle laissa le jeune homme l'entraîner dans différentes danses alors que l'autre s'effaçait pour devenir invisible. Ils n'en connaissaient pas énormément mais elle souriait. Elle s'amusait et peut-être que lui aussi s'amusait. Elle ne voyait plus ses traits à cause de son masque. Il faisait maintenant horriblement chaud, le genre de chaleur qui vous fait suffoquer, celle qui fait couler le maquillage au niveau des tempes et du cou. Les danses s'enchaînaient. Tantôt des slows langoureux où un couple formé d'un zombi et d'une espèce de citrouille maigre s'embrassait avec un peu trop de fougue, tantôt des musiques d'ambiances où tous le monde dansait les mêmes pas sans pour autant danser sur le même rythme.

Une musique dure environ quatre minutes, et une dizaine venait de défiler rapidement sans qu'elle ne s'en rende vraiment compte. Ce que fut que lorsqu'elle rejeta ses cheveux vers l'arrière qu'elle aperçut l'heure. Il fallait se dépêcher afin de ne pas louper le feu.
Tandis que la fête battait son plein, elle tira Arcturus par la main et elle les fit sortir de l'endroit. D'emblée, elle se dirigeât vers un petit appentis renfermant un point d'eau. Elle tourna le petit robinet de cuivre et, capturant l'eau entre ses doigts fins, aspergeât son visage, autant par la même occasion la couche graisseuse de son maquillage. Un soupire de bien-être franchis ses lèvres lorsque l'air frais lui fouetta le visage.

- Je déteste ressembler à un pot de peinture et je déteste ce genre de fête. Je ne sais même pas comment cela se fait que j'arrive à y mettre les pieds.

Elle soupira puis se retourna vers Arcturus.

- Avoue que tu as au moins autant hait cette ambiance que moi.

Le souvenirs des pimbêches se trémoussant autours d'Arcturus lui donna un haut le cœur. Elle n'était pas jalouse, Arcturus faisait ce qu'il voulait de sa vie, mais tout de même... Elle aurait été prête à crever les yeux à la première qui aurait osé aller trop loin. Et s'il avait accepter leurs avances... Elle préféra effacer l'image d'Arcturus fricotant avec ces filles peu fréquentable pour une personne de son rang. Elle allait en faire des cauchemars.

-  Mais bon... C'était un mal pour un bien. Maintenant je t'emmène dans un endroit plus... propice à la détente. J'y allait souvent avec Ana, Nana,Benji, Tel, Mimi et les autres. Et puis... cet endroit est trop reculé pour qu'on y trouve des personnes errantes.

Elle fixa le ciel dégagé avec le sourire aux lèvres, avant de commencer à s'éloigner de la salle pour rejoindre la falaise. Elle pesta contre sa stupidité à avoir mis des talons mais au pire des cas, elle finirait en chaussettes et les chaussures à la mains, heureuse d'avoir penser à mettre une paire au dessus de ses collants.
Elle se tourna vers son compagnon et lui demanda d'une voix plus enjouée, empreinte de soulagement et de bonheur non feint :

- Tu me suis ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Dim 6 Nov 2016 - 1:55


Elle ne put s'empêcher de laisser échapper un léger cris lorsqu'Arcturus la saisit pour lui retirer ses chaussures et la mettre sur son dos. Alors qu'elle allait passer ses bras autours de son cou, elle se sentit pousser vers le ciel et se retrouva, par elle ne savait quel miracle, sur ses épaules.

D'abord les doigts crispés sur les épaules du jeune homme, elle finit par se détendre en comprenant que son poids n'était pas assez imposant pour lui affliger une trop grande difficulté. Timidement puis en prenant confiance, elle leva les bras au ciel et attrapa plusieurs feuilles sur les hautes branches des arbres. Pour une fois qu'elle était grande, elle voulait en profiter un peu. En se retournant, elle vit les lumières de la beuverie disparaître peu à peu à l'horizon et la musique s'estomper avec la distance. Ils n'entendaient plus que le bruit de le forêt. Le vent passant au travers des feuilles, une chouette hululer, un chien aboyer, des branches se casser....

Elle fixait le ciel en cherchant une réponse à donner a Arcturus. Pourquoi les avait-elle emmené à cette fête ? Plus elle cherchait une réponse valable, moins elle en trouvait. Il y avait bien une raison mais elle était stupide. Elle avait voulu montrer au sorcier sang pur ce qu'était la vie. La véritable de vie hors de leur cocon sorcier. Mais cette raison était stupide.  Cette idée saugrenue lui était apparue après une énième dispute avec son géniteur qui lui reprochait un Acceptable en botanique. Dans ses moments là, elle laissait son autre elle prendre le dessus. Son égo plus sombre, son dark-side.

- Juste pour sortir, si on n'était pas venu on n'aurait pas vu le feu d'artifice, sourit Temperence.

Elle reconnut rapidement le chemin et le reste du voyage se passa dans un silence mortuaire. Elle sentait encore les vapeurs toxiques tout autours d'elle. Leurs vêtements en étaient d'ailleurs imprégnés au même titre que leurs cheveux ou que leur peau. Cette odeur âcre finirait par disparaître rapidement.

- Alors à l'aise ? Demanda Arcturus, tranchant ainsi le silence.

- C'est parfait, répondit la jeune fille d'une voix presque enfantine.

Plus ils se rapprochaient de la falaise, plus elle sentait les effluves marines taquiner son odorat. L'eau, le sel, le sable, la roche... tout avait une odeur. Une odeur de souvenir. Peu à peu, la vue se dégageât et la distance entre l'endroit convoité et les deux protagonistes s'effaçait. Ils purent commencer à entrevoir le lieu, leur balcon aux premières loges pour un feu d'artifice. Une falaise recouverte d'une herbe épaisse aux couleurs jaunissantes. L'endroit était petit. Ils devait faire quatre mètres de long par trois mètres de large, soit une petite douzaine de mètres carrés. En contrebas, on pouvait entendre les vagues se jeter et s'écraser avec frénésie sur les rochers. Un bruit sourd et reposant. Rapidement, l e vent marin, plus frais que le vent terrestre se fit sentir.

Arrivés à destination, Temperence laissa Arcturus la faire glisser entre ses jambes. Assise au sol, elle se laissa aller dans cette étreinte rassurante. Elle était bien ici et à peine eut-elle le temps de regarder sa montre pour estimer dans combien de temps le feu débuterait qu'une nuée de crépitement se fit entendre. Les premières fusées de pacotilles s'envolèrent alors pour exploser dans un bruit assourdissant. De leur passage il ne restait plus que des milliers de paillettes incandescentes retombant vers l'océan.

Rouge.... Vert..... Bleu.... Jaune.... Toute ces étoiles éphémères striaient le ciel sombre avant  de s'éteindre et de tomber dans l'oubli.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Lun 14 Nov 2016 - 18:59


Temperence souriait face aux assauts affectifs d'Arcturus. Jamais personne ne l'avait câliner de la sorte mis à part ses parents dans leurs moments de tendresses disparus depuis bien longtemps. Elle fixait les ciel avec dans les yeux une nuée d'étoiles brillantes.
Le bruit des fusées explosant dans le ciel masquait le fracas des vagues. Une odeur acre de fumée se faisait légèrement sentir entre les relents salins de l'océan mouvant sous leur piédestal rocheux.

A cet instant précis, Temperence ressemblait à une enfant, à une petite fille âgée de quatorze ans à peine enroulée dans les bras de son frère. C'est dans ces instant là qu'on se rend compte qu'il existe une différence entre être et paraitre. Elle renvoyait l'image d'une jeune adolescente dans les bras de son frère, le paraitre. Mais "l'être" est tout au autre. Elle est une fille de 16 ans dans les bras d'un homme de 6 ans son aîné étant bien plus qu'un simple ami.

Elle sentit à peine le baisé d'Arcturus sur son front qu'elle se retrouva allongée sur lui. Par pur reflexe, elle se saisit de la main gauche du jeune homme et joua avec ses doigts. Elle les pliait, les dépliait, les serrait, les entremêlait aux siens. Elle profitait de la chaleur se dégageant des doigts du Madverier pour réchauffer ses propres doigts fins, pâles et froids.

- C'est une soirée très douce, tu ne trouves pas ? questionna le jeune homme d'une voix sourde qui brisa le silence.

- Oui, c'est une douce soirée, sourit Temperence.

Tandis qu'elle recommençait à jouer avec les mains tièdes d'Arcturus, celui-ci s'échappa de son emprise pour s'étirer. Elle crût, l'espace d'un instant, avoir perçut une lueur du coin de l'œil mais cela devait être son imagination. Alors qu'elle refixait le ciel, plusieurs fusées explosèrent en même temps, créant ainsi une source de lumière aussi belle qu'aveuglante dans les ténèbres de cette nuit de fin octobre.  

Le ciel n'était plus qu'un immense nuage de fumé. Les fusées ne s'envolaient plus et l'odeur de brûlée retombait doucement vers la mer afin de s'y enfoncer et d'y disparaître. Elle inspira une grande bouffée d'air frais et ferma les yeux, capturant ainsi les dernières images au plus profond de son esprit. Elle voyait toujours les lumières danser sur ses paupières closes et ses oreilles bourdonnaient légèrement. Mais n'était-ce pas un mal pour un bien ?

Temperence n'osait plus bouger de son cocon. Elle était bien ici mais il lui faudrait tout de même rentrer chez elle avant les premières lueurs du jour mais ils avaient encore bien le temps avant que ce dernier ne se lève.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Mer 23 Nov 2016 - 22:55


Temperence laissa le Madverier les faire basculer puis elle se retrouva comme prise au piège. Les bras autours de son corps créaient un bouclier de chaleur et de sûreté. Temperence ne bougeait plus. Sa poitrine se soulevait lentement au rythme de sa respiration et elle pouvait sentir la respiration d'Arcturus contre son corps.  

Elle sentit un poids sur ses épaules puis une odeur vint taquiner ses narines. Elle n'eut pas besoin d'ouvrir les yeux pour comprendre que cette odeur était celle de la veste d'Arctutus. Elle saisit des pans de la veste pour l'ajuster correctement sur ses épaules puis elle finit par ouvrir les yeux.

Plus de bruit si ce n'est celui des vagues, puis de lumière si ce n'est celle de la lune qui se cache peu à peu sous un amas épais de nuages opaques. La fraîcheur tombait et la chaleur de la fête avait entièrement disparu pour laisser place à cette douce chaleur corporelle.

Elle se tourna et fixa l'horizon sans rien voir. Par pur réflexe, elle posa ses mains sur les genoux d'Arcturus et lissa doucement les plis de son pantalon. Le regard perdu dans le lointain, elle continua ses gestes doux. La forêt derrière eux semblait vivante. Plusieurs bruits s'en échappaient mais ils n'étaient pas les seuls à vivre durant la nuit. Un hululement se fit entendre, des branches craquèrent et les feuillent émettaient de long bruissement à cause du vent salin qui commençait à se lever.

Temperence sentait ses cheveux voler vers l'arrière mais elle ne fit aucun geste pour les retenir. L'air salin fouettait doucement son visage, lui procurant ainsi un doux frisson qui la tira entièrement de sa torpeur.  

- Tu n'as pas froid ? murmura doucement Temperence en se tournant de façon à distinguer les trait du jeune homme dans la pénombre.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Mer 30 Nov 2016 - 20:59


- Jamais auprès de toi.... dit l'homme avant de faire la chose la plus insensé du monde. L'embrasser.

Temperence avait les joues qui rougissaient à vitesse grand V tandis qu'Arcturus écrasait ses lèvres contre les siennes avec douceur. La main de l'homme trainait sur sa joue tandis qu'elle, Temperence, restait là, totalement hébétée. Sur le moment, un inconnu aurait pu la prendre pour une jeune fille totalement pommée qui attendait la fin de son premier baiser.

Les yeux clos, elle sentit la pression sur ses lèvres décroître pour finalement voir son corps être compressée contre le corps sculpté d'Arcturus.

Le nez plongé dans son cou, les premières effluves à lui parvenir furent celles d'alcool et de cigarette. A peine son nez eu le temps de capté l'odeur de l'homme qu'elle se retrouva face à lui. Elle se tenait là, à genou et assise sur ses talons. Timidement elle passa ses bras sur les épaules de l'auror puis elle colla son corps à celui de son homologue, leurs courbes s'ajustant à la perfection. Timidement, avec une lenteur exaspérante, elle posa à son tour ses lèvres sur celles d'Arcturus et d'un simple baiser d'amour calme naquit un baiser d'une toute autre ampleur.

Les mains sur sa taille n'aidait pas Temperence à calmer ses esprits. Peut-être la forte odeur de drogue mêlée à l'odeur sucrée de l'alcool et à celle salée de la marée montante lui avait totalement retourné la cervelle ? Ou alors, peut-être que c'était juste ce qu'elle cherchait. Une affection particulière qui ne peut avoir lieu qu'entre deux amants.

Lentement, elle laissa son cerveau s'éteindre  et préféra la spontanéité à la raison et à la vie réglée comme du papier à musique. La scénette classique et millimétrée venait de laisser place à l'improvisation parfaite d'un duo de jazz.

Les joues rouges, la respiration saccadée, le regard assombri. Temperence se laissa aller dans les bras de son "frère" une nouvelle fois. Elle avait perdu le contrôle mais était-ce réellement mal ? Un moment d'égarement n'était pas une promesse d'avenir. Arcturus avait des projet pour "plus tard" mais une chose certaine, elle n'en ferait pas vraiment partie. Elle serait juste sa sœur de cœur, sa protégée et pour Temperence, Arcturus resterait à jamais son frère, son protégé, son confident.

Une relation malsaine les liait tous les deux et risquait de leur jouer un mauvais tour mais sincèrement, la vie n'était-elle pas trop courte pour en évincer les moments d'égarement ? La jeunesse n'était-elle pas l'âge de l'errance à la recherche du droit chemin de la vie bien rangée d'un adulte ?

Temperence ne voulait pas de cela maintenant. Elle voulait encore profiter de sa jeunesse car bientôt sa beauté et son innocence se faneraient pour laisser place à une autre Temperence, plus mâture, plus sage, plus.... parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Dim 11 Déc 2016 - 2:53


Temperence avait juste envie de se pendre. Pourquoi venait-elle de se laisser aller une fois de plus dans les bras de cet homme. Elle pouvait sentir le corps d'Arcturus protégeant le sien du froid mordant de ce premier novembre. Il devait être à peine trois heure du matin quand Temperence décida d'éteindre son cerveau et de s'endormir dans les bras de son frère de cœur.

Ce fut un baiser qui la tira de son sommeil. Elle était engourdie par le froid mais la chaleur du corps qui se pressait contre le sien lui suffisait amplement pour ne pas être frigorifiée. Les pensées sur lesquelles elle s'était endormie l'assaillirent dès que sa conscience comprit le fait qu'elle était sortie du royaume des songes. Elle prit cinq longues minutes pour sortir de sa torpeur mais durant ces cinq minutes, elle sentit une céphalée l'atteindre. Signe que son cerveau tournait un peu trop en cette fin de nuit mouvementée.
Ses esprits enfin dégagés du brouillard de la nuit, elle s'échappa des bras d'Arcturus et remis un à un ses vêtements sans piper mot. Ses sous-vêtements, ses collants  sombre et légèrement transparents, sa jupe noire, son débardeur blanc, sa chemise qu'elle ne prit pas la peine de reboutonner, ses chaussures sombres... Lentement, la Temperence de cette nuit s'effaçait pour laisser place à celle qui était sage et réfléchie.

Sans jeter un seul regard à Arcturus, elle attrapa sa veste et sortit de l'une de ses poches une petite boite en carton avec la légendaire mise en garde " Fumer Tue". Elle prit également un briquet et tourna le dos au jeune homme pour aller s'asseoir sur le bord de la falaise.

Ses pieds pendaient dans le vide et ses mains s'affairaient à sortir le bâtonnet mortel du paquet, le coincer entre ses lèvres et à l'allumer. La cigarette allumée, elle aspira une grande dose de fumé tout en la gardant hermétiquement entre ses lèvres tandis qu'elle se faisait un chignon à la va vite. "Smoke life before she smokes you."

Des mèches retombaient autours de son visage et dans sa nuque mais elle n'en avait que faire. Elle sentait la fumer couler le long de sa gorge, tournoyer dans ses poumons et remonter pour enfin sortir entre ses lèvres dans un nuage gris dont les courbes délicates étaient enchanteresses. Le visage serein, la chemise négligemment posée sur ses épaules, les cheveux en pagailles, la cigarette entre son index et son majeur, les pieds dans le vide, les mains appuyées contre le bord et le regard vers l'horizon.

A cette instant, elle incarnait parfaitement l'image de la femme qui attendait patiemment le réveil de son copain endormi après une nuit plongée dans la passion. La seule ombre au tableau était le fait que Temperence n'attendait en rien le réveil de son copain et qu'elle n'étai sereine qu'en apparence. Dans sa tête, son cerveau tournait à vive allure. Elle avait dit que maintenant elle ne ferait plus de connerie. Nouveau pays, nouveaux amis, nouveau départ, nouvelle vie mais elle avait à peine tenu six mois avant de se plonger dans une aventure tumultueuse seulement basée sur des pulsions et des piques de testostérone et d'œstrogène. Non pas que l'amitié qui liait Arcturus et Temperence était fausse, elle était au contraire présente et forte mais les actions, ces nuits d'oublies étaient malsaines... un poison doux et exquis.

Elle tira une nouvelle fois sur la cigarette et recrache la fumer vers le ciel. Elle baissa ensuite les yeux vers le bout du bâtonnet mortel pour y observer les cendres rougeoyantes qu'elle fit tomber une dizaine de mètre en contrebas. Dans l'océan.

Elle savait son attitude à l'intention d'Arcturus fort méchante mais elle avait de réfléchir à ses actes. La cigarette éteinte, elle en attrapa une seconde en la rallumant de la même façon que la première.

Le poison qui se déversait dans sa gorge était le même que celui qui se déversait dans ses veines lors d'une nuit d'ivresse avec son acolyte. Un doux poison au goût sucré qui fait du bien sur le coup mais qui peut entraîner des conséquences macabres. Un cancer, une embolie pulmonaire,.... Se faire rejeter, avoir un enfant, avoir des problème avec ses parents, ....

Si elle n'avait pas perdu le contrôle la veille au soir, rien ne serait arrivé. S'il n'avait pas perdu le contrôle il y a deux mois, rien ne serait arrivé. Si elle n'avait pas été faire du sport, rien ne serait arrivé... Avec des "si", on pourrait mettre Paris en bouteille et refaire le monde mais avec un minimum de prudence, il n'y aurait pas tant de problèmes et de questions sans réponses.

Temperence fixait l'horizon sans pour autant voir quelque chose. Elle était dans le vague. Elle avait besoin de réfléchir à la conséquence de son acte. Aux répercutions sur sa vie à elle... sur sa vie à lui...

Lentement, la cigarette se consumait et elle ne la fumait plus vraiment. Les cendres tombaient et se noyaient dans l'immensité aquatique tandis que Temperence se noyait dans l'immensité de la culpabilité, du remord, de l'indécis, du bien....du mal.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Lun 26 Déc 2016 - 14:49


- Je suis désolé...Je...je sais quel sacrifice cela a été pour toi...Si ça peut te rassurer, j'espère vraiment que...enfin que...Excuse-moi, je ne suis pas très doué pour tout ça...Tu vois pourquoi je ne peux pas agir sans prévoir à l'avance tout ce que je fais, tout ce que je dis...Quand j'agis à l'instinct...C'est une catastrophe...Je...je vais te ramener chez toi et je sortirai de ta vie, ma famille et moi-même allons partir à Vegas dans quelques temps, je...enfin...C'est mieux ainsi...Je suis un poison pour toi et je n'en ai pris conscience que trop tard...Si...si tu es...enfin si la graine plantée, cette nuit, pousse...Tu me trouveras...Je ne te laisserai pas tomber sur ce plan...

Ses paroles eurent l'effet d'une baffe pour Temperence voir pire, elle avait l'impression qu'on lui versait un sceau d'eau glacée sur le corps alors que la température avoisinait les 10°. Elle relâcha sa cigarette qui fut rapidement engloutie par les vagues salées de l'océan et poussa d'un même geste le petit paquet de carton blanc ainsi que le briquet noir qui suivirent la clope dans sa longue chute vers l'immense étendue d'eau.

Elle appuya ses mains sur la roche froide et, d'un seul mouvement, elle se redressa sur ses deux jambes avant de fondre sur le corps du Madverier. Il allait la prendre pour une folle de se jeter ainsi dans ses bras mais à l'instant T elle n'avait qu'une seule envie : l'insulter de triple andouille, le baffer et le serrer dans ses bras à l'en étrangler tellement elle ne voulait perdre son frère pour rien au monde.

Maintenant, la jeune fille savait enfin ce qu'elle voulait du garçon. Cette nuit de luxure avait agit comme une lampe torche dans la nuit noire. Elle ne voulait pas d'un amant mais juste d'un frère, Arcturus constituait une personnalité marquante et importante dans sa vie.
Depuis le jour où elle l'avait rencontré, elle avait laissé derrière elle toutes ses sales manies. Elle ne fumait presque plus, ses problèmes de double personnalité s'étaient estompés. Il avait agit sur elle tel un médicaments contre toutes ses addictions douteuses qui la faisait plonger dans les ténèbres. Elle savait pertinemment qu'elle n'arrêterait pas ses âneries du jour au lendemain, elle fumait toujours quelques joints mais son niveau de consommation était tel qu'elle n'en avait fumé que deux en six mois ce qui constituait une chose impossible pour sa personnalité dévastatrice. Il avait su lui montré comment se débarrasser d'un lourd fardeau dans une simple nuit de combat.
Elle n'avait pas besoin d'Arcturus l'amant mais de l'Arcturus aimant et protecteur comme l'était un frère.

Ses pensées étaient là, dans sa tête mais elle ne savait comment les exprimer. Dire ses sentiments n'était pas une chose facile pour Temperence qui passait plus souvent à les refouler et à les faire disparaître derrière un masque. Puis elle repensa à l'image de la cigarette qui se consumait elle-même. Elle se détruisait lentement et si elle ne faisait pas tomber les cendres, elle restaient accrochées. N'était-ce pas la même chose pour les sentiments ? Tant qu'on ne les divulguait pas, ils restaient ancrés dans l'esprit humain et ne disparaissaient que lors de la mort de la personne qui, à cause de cet acte orgueilleux, passait sûrement à côté d'un tas de choses fantastiques...

- Tu es juste stupide....

La voix de Temperence était légèrement cassée et grave, elle ne laissa pas l'homme répondre qu'elle enchaîna :

- Tu vas rester dans ma vie, tu vas continuer à agir sur un coup de tête, tu vas continuer à être mon grand-frère... mon ange-gardien, mon puching-ball et moi, je compte bien rester ta petite sœur. Celle qui t'écoutera, qui t'épaulera, qui te guidera quand tu seras pommé. Je veux continuer à être ton puching-ball. Tu n'es pas un poison dans ma vie, au contraire... Et pour ce qui est de.... de cette nuit, ne t'inquiète pas... Les moldus ont inventé un bâtonnet qui se trouve sous la peau et qui évite ce genre d'accident.

Elle avait les larmes aux yeux et elle tenait fermement son frère contre elle. Elle ne le perdrait pour rien au monde... Elle en faisait la promesse.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Temperence Black
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Retour aux origines

Message par : Temperence Black, Mar 17 Jan 2017 - 0:11


La brune ne bougeât pas d’un pouce, son visage collé contre la chemise d’Arcturus. Elle attendait une réponse et ne le lâcherait que s’il le demandait. Elle espérait au plus profond de son être qu’il lui pardonne son acte rebelle. Elle espérait ne pas s’être révélée face à lui pour qu’il la rejette. Elle avait mal au cœur, ce dernier battait à un rythme endiablé et des larmes s’écoulaient le long de ses joues albâtres. Mentalement, elle se cognait la tête pour se punir de ses actions stupides de ces derniers mois. Il n’y avait pas d’accident et ce terme était inapproprié. Chaque conséquence, même la plus inattendue avait pour origine un choix.

Elle restait là, serrée contre lui en attendant une réponse. Le temps semblait s’être arrêté. Pour la jeune fille les secondes devenaient des minutes et les minutes se transformaient en heures. Alors qu’elle commençait à perdre tout espoir, qu’elle allait relâcher l’homme de son étreinte et le regarder disparaître comme on voyait le jour disparaître et se faire engloutir par les abysses lorsque la nuit tombait, il eut un mouvement. Elle sentit ses deux bras glisser sur sa taille fine puis une pression la plaquant le plus possible au corps de l’homme. L’étreinte semblait avoir pour but de les faire fusionner l’un et l’autre tellement la pression des bras de l’autre était forte sur le corps de l’un. Lentement, elle releva son regard vers les yeux de l’homme et il plongeât ses prunelles humides dans les iris rougis et détrempés de la jeune fille. En un regard, une nuée de sentiments tous plus forts les uns que les autres passèrent d’une personne à l’autre.

Alors qu’elle sentait les larme menacer de couler une nouvelle fois, elle esquissa un simple mouvement et recommença à baisser le regard quand la main d’Arcturus vient se poser sur son menton et le maintenir de façon à ce que leur regard restent vissés l’un à l’autre. C’est alors qu’elle eut comme un hoquet de surprise. Un éclair d’incompréhension traversa son regard aussi vite qu’une étoile filante dans le ciel. Devant elle se tenait une autre personne. Ce n’était pas la même personne... pas le même Arcturus. Son regard était différent, plus expressif...

Lentement, l’homme relâcha son visage en débitant quelques paroles que la jeune fille ne comprit pas réellement, à cet instant précis, ces paroles n’avaient aucun sens. Elle sentait son sang battre dans ses tempes et un mal de crâne destructeur l’envahit. Comme à chaque fois, les larmes provoquèrent une migraine chez la brunette qui se promettait à chaque fois de ne pas laisser ce flots de liquide salin s’écouler de ses yeux. Ce fut donc les yeux légèrement rougis et les jambes flageolantes qu’elle acquiesça face à l’ordre doux du brun qui caressaient ses cheveux.

Elle allait rentrer chez elle, prendre une douche et se recoucher... ou elle allait s’isoler à l’extérieur, le temps de reprendre contenance avant de faire face à ses parents comme si rien de cette nuit n’était arrivée. Le mal de crâne la lançait de plus en plus. Ses oreilles bourdonnaient et tout d’un coup son cerveau se brouilla le temps de quelques secondes, la plongeant dans le noir total avant de se rallumer. Elle avait chaud et froid, sa tête la lançait et son teint palissait à vu d’œil. A coup sûr, elle venait de tomber malade mais quelle en était la cause... La boisson de la veille ? Les repas qu’elle n’avait pas prit depuis l’avant veille ? La nuit dans le froid mordant de ce premier décembre ? Le manque de sommeil ?
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Contenu sponsorisé

Re: Retour aux origines

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 15

 Retour aux origines

Aller à la page : Précédent  1 ... 7 ... 11, 12, 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.