AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs
Page 14 sur 15
[Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant
Asclépius Underlinden
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Asclépius Underlinden, Dim 24 Avr 2016 - 20:42


C’est le regard hagard et la mèche rebelle que le Sinople s’éveilla en ce beau matin de semi-Printemps. Bougeant le museau, il mit un peu de temps à émerger, et notamment à se rendre compte qu’il s’était lamentablement endormi sur ses cours, au beau milieu de sa salle commune, dans le coin sombre qu’il avait l’habitude d’occuper. Etouffant un bâillement fort peu distingué, il remit la machine en route en faisant craquer à peu près l’intégralité des articulations de son petit corps chétif et osseux et passa longuement ses mains toutes aussi osseuses sur son visage décharné, se rendant ainsi compte du fait qu’il ne portait plus ses lunettes sur son nez caractéristique d’Underlinden. Un rapide tour visuel des horizons lui permit de retrouver à la fois ses lunettes, son chapeau, sa cape, sa baguette… et un corbeau aux yeux perçants qui semblait le juger du regard. Par pure fierté immature, le serpentin soutînt le regard lancé par le volatile, sans pour autant tenir bien longtemps…
Oulah, il ne se rappelait pas avoir déjà été autant fatigué…

Avec une lenteur qui aurait rendu une tortue jalouse, l’Underlinden rassemblait ses affaires, ignorant pour le moment le volatile : l’avait pas le temps de se soucier des familiers perdus de ses petits camarades…
Mais la bestiole semblait insistante… Surtout qu’elle lui tendait un papier du bout de sa patte.


Un papier ?
Comme… Du courrier… ?

Le regard bête, Asclépius fixa l’oiseau encore un instant avant de finalement prendre le message. A peine ceci fait que le corbeau repartit bien vite, semblant presque exaspéré…
Ouais ben, l’était fatigué, voilà… Stupide corbac…

Maugréant, il chaussa ses lunettes et ouvrit la lettre qui lui était vraisemblablement adressée… Et son contenu lui fit l’effet d’une douche d’eau froide… Et il lui fallut plusieurs lectures avant de prendre conscience de sa situation…
S’était-il vraiment engagé dans une situation pareille ? Sans connaître la Miss, ni de Morgane, ni de Merlin ? Etait-il devenu fou ?

Mais la question n’était plus là : il se devait de respecter ses engagements. Un coup d’œil sur sa montre à gousset lui permit de constater qu’il risquait d’avoir quelques minutes de retard s’il partait maintenant… C’est qu’elles sont loin ces fichues toilettes…
Il chargea alors ses affaires dans son sac d’un coup de baguette et partit en coup de vent. A cette heure-ci, certains de ses camarades pouvaient être réveillés, et franchement, il n’avait strictement aucune envie de devoir supporter leur sale tronche dès le matin…

Asocial ? Lui ? Si peu… Un être si gentil et prévenant que lui, mais enfin, quelle terrible accusation…
En chemin, il grogna sur un première année de Gryffondor – vraisemblablement né-de-moldu – qui s’emmêlait les pattes dans les escaliers. Ouais, bah chacun porte son chaudron mon gars : si t’as un problème, va voir tes préfets ou quelqu’un de plus aimable qu’un Asclépiousse sauvage au réveil.

Avec une souplesse acquise par des années de pratique de danse plus ou moins classique, le Serpentard parvint à l’étage désiré et poursuivit à pas vifs et silencieux jusqu’à la destination donnée, prenant même la peine de changer trois fois de chemin, pour éviter toute tentative de filature possible… Un brin paranoïaque, l’Underlinden ? Si peu, si peu… Seulement un tantinet à cran, il fallait bien l’avouer…
Et dans un tel état de fatigue, il n’avait que très peu envie de jouer au parfait petit sang-pur, aimable et conventionnel. Loin du carcan des conventions, son mauvais caractère avait tendance à se manifester avec une ferveur insoupçonnée…

C’est dans un état pareil qu’il pénétra dans les toilettes des filles du quatrième étage, sans s’embarrasser d’une gêne quelconque, due à sa présence en un lieu dévolu au sexe opposé. Les toilettes sont des toilettes, point. Pourquoi se poser des questions qui n’avaient pas lieu d’être ?

« - Bonjour. Marmonna-t-il en posant son sac dans un coin. Navré du retard. Oui, au naturel, il avait tendance à se montrer avare en paroles. »

Et sans un mot de plus, il se dirigea vers un robinet, l’ouvrit et se mit la tête dessous, profitant de froid mordant qui venait percer son crâne, ses lunettes pendant de ses doigts osseux.
Puis, il coupa l’eau en un geste vif, avant d’éponger quelques gouttes sur son visage, à l’aide de son mouchoir. Voilà, il avait l’esprit plus clair, le regard plus alerte et surtout, les gestes plus précis.

« - La fatigue. Dit-il simplement, pour commenter son état. Encore une fois, nul besoin d’en dire davantage. Fallait pas être Hermione Granger pour se rendre compte que son air maladif et ses lourdes cernes n’étaient pas seulement un masque décoratif très bien réalisé. »

Et sans s’attarder davantage, le jeune homme partit inspecter les ingrédients si généreusement disposés en un sac près de la sorcière, sembla satisfait, et commença à installer un feu rudimentaire, avant d’y placer son chaudron.
Mais avant de commencer, il lui fallait néanmoins préciser une chose :

« - Tu préfères rester sur un philtre de paix classique, ou sur ma version ? Pour précision, j’ai amélioré la recette avec des pétales d’aubépines. En conséquence, les effets de détente sont accentués, et l'angoisse est encore davantage diminuée. Tout dépend de ce que tu recherches dans cette potion. »

Et si jamais sa camarade ne parvenait pas à se décider, bon prince qu’il était, il accepterait peut-être de préparer deux chaudrons… De toute façon, dès qu’il était question de ses passions, Asclépius avait un peu de mal à faire preuve de mesure… Comme s’il était transporté par une pulsion vitale incontrôlable…
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Rachel Ester Pasca, Lun 25 Avr 2016 - 21:31


Rachel avait beau être seule, elle fit de son mieux pour ne pas faire de bruit quand elle alla s’asseoir sur le sol au fond des toilettes, là où peut-être on ne l’a verrait que difficilement.

Sans raison elle sentait l’angoisse monter en elle, se propageant plus vite que du venin. Les grandes baies vitrés laissait largement entrer les rayons du soleil pour éclairer et réchauffer la pièce, pourtant Rachel ne pouvait s’empêcher de la comparer à un décor d’un jeu d’énigme qu’elle avait fait avec son père durant un été. Une histoire de meurtres sanglantes et de malédiction, le tout dans un décor de plus en plus lugubre au fil des niveaux. Poudlard était un peu pareil parfois, effrayant.

N’osant bouger, à peine respirer, Rachel se sentait prisonnière du silence. Tremblant, comme si le moindre mouvement de trop allait à mener à une catastrophe. La dernière année resta un moment comme ça, le cœur lourd, avant d’oser prendre la parole.

- Mimi… ?

La verte avait la désagréable sensation de faire un bon en arrière, de perdre tout ce qu’elle avait mis si longtemps à gagner. C’était comme si elle avait de nouveau onze ans, perdu dans un monde qui n’était pas le sien, peuplé de gens étranges qui ne lui voulait que du mal.

Un bruit, dehors, Rachel sursauta, mains sur le cœur. Se résonna ensuite du mieux qu’elle le put, tout le monde ne pouvait pas en avoir après elle. Il fallait qu’elle arrête sa paranoïa, qu’elle arrête de résonner comme une schizophrène.

A une époque, Mimi avait été sa seule… amie. Et si d’ordinaire elle hantait ses toilettes avec très peu de parcimonie, aujourd’hui elle resta silencieuse.

Ayant comme l’étrange impression de se retrouver dans un mauvais rêve, Rachel se recroquevilla et posa sa tête sur ses genoux. Mais de quoi avait-elle si peur ? De l’école ? Des élèves ? Des professeurs ? Non. Juste de ce qu’il y avait dehors. Elle en avait malheureusement vu un aperçu et Rachel pourrait affirmer sans se tromper qu’elle n’était pas prête. Qu’elle était même très loin de l’être. Sans West, sans Malicia, elle serait morte plus d’une fois. Deux fois en fait, mais c’était déjà trop, sans doute n’aurait-elle pas autant de chance la troisième fois.

Pourdlard et ses professeurs étaient… étrangement trop protecteurs. Finalement peut-être bien que c’était McKinley qui avait le mieux compris la vie, qu’il était le plus prévoyant. Possible. Il était en tout cas le seul à représenter l’extérieur avec autant de réalisme. Sadique. Cruel. Juste c*n.

La porte s’ouvrit soudainement, sans violence mais sans délicatesse non plus et le sang de la verte de fit qu’un tour. Même pas commencé déjà repéré ?

- Bonjour.

Rachel sentit la pression qui lui avait coupé le souffle redescendre d’un coup, lui faisant presque tourner la tête.

- Navré du retard.

La sorcière n’avait pas bougé, avait juste regardé Asclépius déposer ses affaires, le trouvent différent. À priori les rôles étaient inversés, Rachel sursautait et lui était de mauvais poil. Il n’avait plus grand-chose de la boule de nerf rencontré dans le parc.

La dernière année le regarda alors se plonger la tête sous l’eau sans en penser quoi que ce soit, il faisait ce qu’il voulait après tout. Et visiblement ça lui avait fait du bien alors…

- La fatigue.

Ouais… une amie en commun peut-être ? Petit être invisible qui avait la faculté de se démultiplier autant de fois qu’il y avait d’être vivant sur terre pour venir hanter chacun d’eux en même temps. Peste ! En tout cas Rachel se retrouvait bien en son camarade. Ou était-ce en ses cernes ? Il n’avait fait aucun effort pour les cacher, et elle non plus d’ailleurs.

Asclépuis n’attendit pas plus longtemps avant de se diriger vers le sac des ingrédients que la brune avait presque oublié. À l’évidence aujourd’hui elle était une loque, peut-être même l’était-elle depuis un moment déjà. Sans doute.

Son camarade bougeait dans tous les sens, préparait déjà le chaudron alors que elle… bah elle n’avait fait que lever la tête.  

- Tu préfères rester sur un philtre de paix classique, ou sur ma version ?

- Euh…
laissa-t-elle échapper, perdu. Qué pasa ?

- Pour précision, j’ai amélioré la recette avec des pétales d’aubépines. En conséquence, les effets de détente sont accentués, et l'angoisse est encore davantage diminuée. Tout dépend de ce que tu recherches dans cette potion.

- Le… Ta version ça me parait bien…
marmonna-t-elle.

Elle lui en demandait déjà beaucoup, elle trouvait, alors elle n’allait certainement pas lui demander en plus de régresser, changer encore plus ses habitudes. Rachel fit un effort pour bouger et aller vers le jeune homme, ou plutôt vers le chaudron. Bah oui, elle n’allait tout de même pas le laisser tout faire, si ? Non.

- C’est toi le chef, dit-elle d’une petite voix, tu veux que je fasse quoi ?

Suivre les ordres plutôt que d’en donner, c’était quelque chose qui lui allait parfaitement. D’autant que même si son niveau en potion était acceptable, sans un livre de cours elle ne valait plus rien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Asclépius Underlinden
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Asclépius Underlinden, Mer 4 Mai 2016 - 22:05


HRPG:
 

Suite à la réponse de sa camarade, le serpentin osa esquisser un léger sourire. Lui ? Le chef ? Oui, ça lui allait bien. Donner des ordres, ça lui convenait parfaitement. Faut dire, il avait également l’habitude et l’éducation qui allaient avec. A naître et vivre dans un château, on prend rapidement quelques automatismes… Question de survie élémentaire, mon cher... Il faut être caméléon, ou périr…
Et qu’on le croit ou non, Ascléfrousse n’était que bien peu emphatique… Disons tout simplement qu’il aimait bien narrer et enjoliver… Voire raconter et extrapoler… Pour ne pas dire inventer et imaginer… La faute à ses rêveries continuelles que tout ceci… Rêver… ça, il savait le faire… Et bien. Asclépius le Lantiponneur, profession Rêvasseur. Oh, il le ferait graver sur une plaque, un jour !

Mais pas tout de suite… Maintenant, se concentrer sur le présent, à savoir, Miss Pasca… Sa camarade avec qui… Il allait créer un philtre de paix, amélioré par ses soins ; puisqu’elle lui donnait le feu vert… Brave petite, gentille couleuvre, chère partisane de la Création !
Le tout, sans exagération aucune dans ses propos. Que la Mediocritas triomphe !

« - Le chef ? Oh diantre, non ! »

Et le voilà qui commençait à se détendre (ou était-ce la fatigue, qui l’abrutissait plus que d’habitude ?), au point d’en rire doucement. Pas forcément de façon moqueuse, mais nécessairement de façon guindée, voire un peu précieuse… Trahissant sans vergogne ses origines sociales.

« - Commander, c’est épuisant, et je ne suis pas là pour jouer aux figurines – bien que cela soit très divertissant… Bref, cette potion est aussi la tienne, Miss Pasca. Il vaut donc mieux que tu sois en mesure de la préparer par toi-même. »

Sans trop savoir pourquoi, il se sentait guilleret. La présence de sa nouvelle connaissance en était-elle la cause ? Ce n’était pas impossible… Une chose était sûre, néanmoins : il appréciait pouvoir transmettre son savoir, sans pour autant être en mesure d’affirmer qu’il était un bon pédagogue.

« - Donc, procédons par étape. Cette potion comporte pas mal de périodes de latence, ce qui peut s’avérer pernicieux, en terme de concentration. Mais je pense que nous serons en mesure de surmonter cette terrible difficulté… Donc, en premier lieu, il va falloir incorporer l’armoise à l’eau bouillante. Il sortit de son sac son mortier personnel, ainsi que plusieurs feuilles d’armoise du gros sac d’ingrédients. Le Serpentard plaça les feuilles au fond du mortier, qu’il tendit ensuite à sa camarade, un léger sourire en coin. Si tu souhaites te rendre utile, tu peux moudre ces feuilles pour en faire une poudre. Il faut 20 grammes, pas un de plus, ou de moins. Utilises ma balance pour ne pas commettre d’impairs ; car la moindre petite erreur entraînerait un échec irrémédiable. »

Et sur ces doctes paroles, il confia tout son barda entre les mains de sa camarade, avant de sortir le bocal de belladone liquide, une pipette et sa cuillère en bois, pour la suite des opérations. Bien, tout était en place pour débuter, ne lui restait qu’à remplir la pipette et surveiller l’eau de temps à autre ; car il n’y avait nul nécessité à s’attarder sur les gestes de sa camarade : il ne doutait pas un instant qu’elle soit en mesure de moudre quelques feuilles.
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Rachel Ester Pasca, Sam 7 Mai 2016 - 17:10


Les sourcils de Rachel se froncèrent très légèrement, le regard soucieux, le corps inanimé. Son camarade était bien gentil, mais ce n’était pas la première fois qu’il utilisait des expressions trop complexes pour elle. C’était quoi le dernier ? « Diurne » ? Pourquoi ne pas simplement faire comme tout le monde et dire « de journée » ou « en plein jour » ? Mais bon, il y avait du mieux, aujourd’hui elle avait comprit ce qu’il disait, même si elle-même n’utilisait le mot diantre qu’avec des amis, dans des situations bien particulière… Bon, elle n’avait aucun exemple concret en tête mais… Diantre ! Ce que le dialecte des bonnes gents pouvait l’agacer parfois. Ou était-ce plus leurs manières ? C’était sûr, Rachel était plus faite pour la vie de campagne que la vie de château.

Sa bonne humeur, néanmoins, détendait quelque peu la verte, qui n’avait que très peu dormie et dont les nerfs étaient à vif. Elle aurait néanmoins préféré qu’il accepte de la guider en bon maître des potions qu’il était aujourd’hui.

- Commander, c’est épuisant, et je ne suis pas là pour jouer aux figurines – bien que cela soit très divertissant… Bref, cette potion est aussi la tienne, Miss Pasca. Il vaut donc mieux que tu sois en mesure de la préparer par toi-même.

Gloup… On lui dit ou pas qu’elle n’avait aucune idée de la recette ? En même temps c’était évident, elle n’aurait pas attendu d’être en manque pour en faire si elle avait su comment s’y prendre. Eh puis… Elle était presque certaine que le terme « apprendre » avait été énoncé dans leur accord.  

- Donc, procédons par étape. Cette potion comporte pas mal de périodes de latence, ce qui peut s’avérer pernicieux, en terme de concentration. Mais je pense que nous serons en mesure de surmonter cette terrible difficulté… Donc, en premier lieu, il va falloir incorporer l’armoise à l’eau bouillante.

Toujours sans bouger, Rachel l’observa sortir tout un matériel de son propre sac. On devinait aisément l’expert, l’habitué. Elle prit ensuite le récipient qu’il lui tendait, et commença à montre en même temps qu’il lui disait quoi faire. Une demande qui s’accompagna d’un sourire, auquel Rachel s’efforça de répondre. Tien… il lui disait tout de même quoi faire au final.

Rachel aimait bien cette tache, facile et mécanique, le genre qui ne demande pas d’intense réflexion. C’était comme de passer le balai un lendemain de fête lorsque l’on a encore la tête dans la marmite. Reposant. Apaisant.

- Il faut 20 grammes, pas un de plus, ou de moins. Utilises ma balance pour ne pas commettre d’impairs ; car la moindre petite erreur entraînerait un échec irrémédiable.


Hm… c’était peut-être pour ça qu’elle avait souvent des résultats… aléatoires en potion, à cause des dosages, des sens et des temps exact à respecter. Au moins en cuisine on pouvait un peu plus laisser libre cours à son imagination, car en règle générale, tout ce qui bloquait l’imagination bloquait Rachel.

Aujourd’hui, cependant, elle ferait avec. Parce qu’elle en avait besoin. Parce que c’était son argent qui y passait, pas comme en cours. Parce que son pauvre camarade allait être obligé de la supporter. Miséricorde…

Prenant comme convenu la balance généreusement prêté par Asclépius, Rachel réajusta bien cinq fois ses quantités. Juste pour être sûr… Puis, non sans un regard d’approbation en direction de son camarade, lui ajouta doucement après s’être assuré que la température était la bonne. Pauvre Asclépius, il ne savait pas dans quoi il s’était lancé… les questions allaient fuser. D’ailleurs, la suivante venait de faire son apparition : « Et maintenant ? ». Le vert lui tandis une cuillère et elle s’évertua à faire des huit tandis que lui ajoutait ce que Rachel identifia comme de la belladone. Il lui fit alors signe de s’arrêter tout en regardant sa montre. La sorcière en déduisit qu’ils étaient partie pour leur première attente…

Repliant ses jambes pour poser ses bras puis sa tête sur eux, Rachel ferma les yeux un instant et se laissa bercer par le chaudron en ébullition. Bloupe, bloupe, bloupe, faisaient les bulles à la surface. Mais comment en était-elle arrivé là ? Ah, oui, non… ne valait mieux pas essayer de se le rappeler.

Rouvrant les yeux, Rachel souria légèrement au jeune homme qui lui faisait face, soudainement prise d’une reconnaissance démesuré à son égard.

- Merci, souffla-t-elle alors simplement.

Bientôt, son calvaire serait terminé et qui sait, peut-être serait-elle en mesure de reprendre les cours ? Avoir de nouveau une vie normale, retrouver sa joie de vivre.

Observant ensuite de le reste de la pièce, la brune se rappela soudainement de là où elle était et ce qu’elle avait déjà vécu dans ces toilettes. Son repère en première année… avec Mimi.

Mimi… c’était étrange de ne pas l’avoir encore vu. Effrayant aussi, au vu de son caractère et de sa capacité à… ameuter du monde, faire foirer quelque chose. Pu tout simplement se montrer trop présente. Mais qu’on ne s’y trompe pas, hein, Rachel était très reconnaissante envers la fillette morte il y a longtemps. Elle restait sa première amie ici à Poudlard.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Matt Jayer, Mar 18 Oct 2016 - 18:18




Entre deux toilettes...
Pv ~ Elanha Luernios



Ding, Ding...

Fin d'un cours, fin de la journée, fin de semaine... Fin de tout, envie de rien. C'est plus ou moins les seules pensées que j'ai pour le moment. Poussières, livres et saletés... Caprices d'enfants... La chair me manque mais, pourtant je sais qu'il me faudrait m'en défaire, je n'en ai pas un bon usage... Je n'en ai pas un usage sain.

Rire.

Qu'importe je me sers de moi-même, je me sers des autres si besoin... Gallions ou autres... Moldu ou Sorcier qu'importe tant que cela me rapporte... Mais ici, cela n'est pas la même histoire, je me dois de courtiser chacun, chacune et de m'offrir gratuitement... De garder mon secret au chaud... Inutile qu'ils me collent dans un foyer en dehors de Poudlard. Et pourtant, cela serait sûrement plus agréable que d'être chez moi, devant une mère qui travaille et n'est jamais là, d'un père indifférent... Deux parents sorciers qui utilisent jamais la magie... Est-elle bien utile là-dehors ?...

Soupire.

Sans rien dire  et sans sourire... Je marche de couloir en couloir avant de tomber là... Les toilettes des filles du deuxième étage... Mimi Geignard ne semble pas être là, tant-mieux... Je me pose devant un miroir... Et j'attends, laissant l'eau couler sous mon nez, sans un mot, sans mouvement  mais, remplis de pensées je vogue vers quelques souhaits... Mes paupières semblent lourdes et ma tête retombe lentement. Puis comme une envie de pisser, mes yeux s'ouvrent de nouveau et je m'élance vers une cabine pour m'y soulager. Faut dire qu'à force d'entendre l'eau couler, ça donne envie.


~ ❤ ~




Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Elanha Luernios, Mar 18 Oct 2016 - 22:55


Il y avait des jours avec, et des jours sans. Ce jour là était incontestablement sans, avec seulement son lot de désagréments... Et de migraines. Trop de monde, trop de bruits, trop de cours, trop de... Trop de beaucoup de choses. Parcourant les couloirs de Poudlard, je me décidai à me rendre dans le seul endroit ou je pouvais avoir la certitude d'être tranquille, les toilettes des filles du deuxième étage. Ces derniers temps, même les endroits les plus isolés du parc semblaient plus animés qu'à l'ordinaire. Dans ces circonstances là, c'était probablement le dernier refuge que je pouvais me trouver, Mimi Geignarde suffisait à faire fuir la plupart des étudiantes. Et si elle y était, je n'aurais qu'à lui expliquer bien gentiment que ce n'était pas le moment.

J'entrai dans la pièce, un endroit bien étrange pour se cacher. Mais j'assumais totalement ma bizarrerie. Sans faire attention à où je mettais les pieds, je fouillais dans ma besace à la recherche d'un petit quelque chose à grignoter. Lorsque je relevais les yeux, un garçon se trouvait là, s'élançant vers une cabine sous le clapotis de l'eau provenant d'un robinet ouvert. Comme bien d'autres, son visage me disait quelque chose. Je l'avais déjà vu, c'était une certitude, mais je ne pouvais y associer aucun prénom. L'expression affichée sur son visage était particulièrement étrange, comme... Torturée. Visiblement, il n'allait pas bien. La porte de la cabine claqua derrière lui.

Hésitante, j'allai fermer le robinet avant de plonger mon regard dans mon reflet, comme si cela pouvait m'aider à mieux réfléchir. Ses affaires ne me regardaient pas. Mais si je pouvais être utile, puisque j'avais le mérite de savoir écouter plus que parler, alors je devais peut-être lui parler. Je soupirai, avant de me diriger vers la cabine et frapper faiblement contre le mince paroi.

« Euh... Excuse moi. Est-ce que... Est-ce que tout va bien ? »

Tentative d'approche ridicule. Je me secouai la tête, honteuse, ne manquant pas de la taper contre la porte au passage.

« Aïe, m'écriais-je en reculant d'un pas. »
Revenir en haut Aller en bas
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Matt Jayer, Jeu 20 Oct 2016 - 16:34




Entre deux toilettes...
Pv ~ Elanha Luernios





Quelqu'un d'autre semblait être là, dans les toilettes car, le robinet que j'avais laissé allumé ne faisait plus de bruit. L'eau ne s'écoulait plus. Un soupire ce fit entendre dans la pièce, puis le bruit de quelqu'un qui toquait à la porte. « Euh... Excuse moi. Est-ce que... Est-ce que tout va bien ? ». Un autre son comme si quelqu'un venait de se prendre la porte en pleine tête s'éleva, suivit d'un « Aïe » qui tira un sourire au jeune homme que je suis. Vérifiant de m'être correctement revêtu, je sortis observant la demoiselle présente devant moi. « Je pense que la question te concerne tout autant, tu ne t'es pas fait trop mal ? » La propreté étant de rigueur, je m'avançai jusqu'au robinet pour m'y laver les mains.

Flip, Flop...

Les mains propres, je me retournai vers elle, l'observant avec un sourire doux, autant paraître gentil pour le moment. Elle avait une belle chevelure, la couleur n'était pas commune, du bleu, comme les Serdaigle. « Tu es une Serdaigle ? » La main tendue, je me présentai alors pour être aussi poli que possible. « Matt Jayer, je suis de la maison des Serpentard. ». Peut-être que la demoiselle souhaitera partir en courant, rien d'étonnant d'ailleurs, les Serpentards n'ont pas vraiment une bonne réputation, du moins, plusieurs personnes restaient méfiantes. Les serpents ont la langue agile, rien d'anormal.

Mignonne fille.


~ ❤ ~




Revenir en haut Aller en bas
Elanha Luernios
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Elanha Luernios, Jeu 20 Oct 2016 - 20:34


Si je m'attendais à entendre des éclats de rire après ma prouesse, qui me laisserait probablement un bleu, je n'en fus pas moins réjouis de n'avoir que le silence comme échos. Il ressortit, arborant un visage aussi aimable que ses paroles.

« Je pense que la question te concerne tout autant, tu ne t'es pas fait trop mal ?

- Hmmm, non ça va... Merci. »

En proie à un excès de timidité, et d'hésitation, je bafouillais presque. Une cuisante chaleur atteignait mes joues, les colorant probablement d'un rouge vif, alors que le garçon aux mains fraichement lavées se tournait vers moi. Il n'était pas désagréable à regarder, même pour l'exigeante moi et mes gouts tordus.

« Tu es une Serdaigle ? Matt Jayer, je suis de la maison des Serpentard. »

Je serais la main tendue avec une certaine crainte, ma seconde mimine se perdant inconsciemment dans mes ondulations océaniques.

« Ela... Elanha Luernios. Je suis effectivement chez les Serdaigles. »

J'aurais pu tourner les talons, mais cela aurait bien ridicule après lui avoir adressé la parole en premier... Et puis, il n'avait pas été malpoli, ni discourtois.  Ma timidité laissait place à une méfiance qui me paraissait souvent absurde et déplacée. Il n'avait pas l'air méchant, mais être et paraitre étaient deux choses bien distinctes... Que certains savaient manier avec une habileté déconcertante. Il était facile d'en démasquer quelques uns, mais d'autres dépassaient largement ma capacité à les découvrir. Je secouais la tête pour me sortir de mes pensées. Ce Serpentard, je décidais de lui laisser le bénéfice du doute. Après tout, connaitre mon nom n'était pas un mal, et il avait peut-être besoin d'aide. Je ne pouvais tourner le dos à ce fait.

« Alors, si tu me disais ce qu'il y a, fis-je, anormalement loquace, en m'asseyant contre un mur. »
Revenir en haut Aller en bas
Matt Jayer
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Matt Jayer, Lun 24 Oct 2016 - 16:55




Entre deux toilettes...
Pv ~ Elanha Luernios


Spoiler:
 
Malgré les bafouillements de la demoiselle et l'amusement de voir sur ses joues la couleur des Gryffondor monter, je n'eus pas trop de mal à comprendre les quelques mots qu'elle laissa échapper, me rassurant qu'elle ne s'était pas fait trop mal au moment où elle s'était cognée, du moins me semblait-il. Répondant, par politesse sûrement, à mon bonjour de présentation, l'aigle confirma ma question. « Ela... Elanha Luernios. Je suis effectivement chez les Serdaigles. ». La maison des sages. C'est une maison que j'apprécie, il vaut mieux, ma mère était, est une Sergaigle... Elle n'a cependant pas autant de sagesse que certains l'ont ici... Elle a épousé un Serpent. Distant, rigide, sans amour... Qu'elle bêtise. Pauvre d'elle que me voilà Serpent à mon tour. Je sais qu'elle espère que dans l'âge, il me restera plus de gentillesse que mon paternel...

Et elle, là, demoiselle devant moi. Est-elle comme ma mère. Question, bonne question. Peut-être aurais-je des réponses après avoir discuté avec elle. «  Alors, si tu me disais ce qu'il y a. ». Et flûte, voilà qu'elle souhaite savoir ce que j'ai. Comment s'expliquer, comment ne pas paraître trop saoule de la vie, dénué de sentiment... Sans envie, avec le besoin de m'envoler, de m'échapé loin d'ici. Mais peut-être est-elle assez intelligente pour me donner un avis sur mon souci premier... « J'ai l'impression de perdre mon temps parfois... Mes parents s'en sortent très bien dans la vie sans utiliser leur baguette. La magie est-elle réellement utile. » J'inspirai quelques instants avant de reprendre mon idée. « J'ai dans la vie, quelques loisirs, passe-temps... Et aucun d'eux ne nécessite l'usage d'une quelconque magie... Poudlard me semble... Inutile... Quel avis as-tu là-dessus ? »


~ ❤ ~




Revenir en haut Aller en bas
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 23 Mar 2017 - 23:31


Première crise
avec Alhena


LA pour les objets de son appartement.

Clap. Clap. Clap clap.
Clap.
Le battement du talon contre la roche froide de l'école.
Qui se presse comme cette prose - impro instantanée à la volée.
Un bruit-écho qui se veut discret fond sonore alors que cet étudiant tourne machinalement vers les quartiers
du personnel.

Aujourd'hui sonnait comme « heureux mortel, ait la joie de vivre ce bordel » qu'on aurait soufflé
suscité près de l'oreille - dans sa tête. Le clap frénétique qui mène au désir apesanteur de la nuit. Se lève ou s'éteint dans le ciel. Un garçon perdu dans ses nuages plein les mains qui fulminent
machine à coudre machine à vapeur
train - wagon chemin de fer qui diverge vers une
hauteur absolue qui se règle comme une montre
à gousset. TAC. TAC TAaac tac tacatacatac...

C'est le chariot du yankee qui s'met à freiner d'un coup
sur ces rails vertigineuse comédie - alpage désertique
d'un monde rond comme une maison close pour un soir acoustique.
Un cinéma tonne dans ce petit corps d'adolescent, il laisse tomber
une pièce puis deux pour voir
juste pour voir ce que ça fait.

Personne.
Personne.
Alors il reprend son argent
reprend son chemin
seul solitaire et s'arrête à
cette porte-là très exactement
comme Elle lui insinuait.

Une douce idée - folie pittoresque
qui lèche la peau avant de s'y insérer
comme une sangsue une lame fraîche

et plus on y renonce
plus ça fait mal
alors on la garde
dans sa peau
son corps
et son esprit
qui dit
Amen.

Un œil apparaît par la serrure
trou béant comme une souris
et quelques lingots au fond
brillent jusque dans ses yeux
pâles.

Alors il jette un #Alohomora
histoire d'être certain de passer une porte
caprice étourdi par l'ivresse que promène ce
joueur de flûte aux portes de l'aube.

L'objectif du non-rangement n'est pas un mal à prendre personnellement
ce n'est qu'un filet de bave à essuyer d'un revers de manche
lobotomisé par ce trop plein de réalité maladive corrosive
pour cet enfant au cœur filandreux et l'esprit bancal
qui lui dicte :
ces maux.

-prends la chaise et balance-là à l'autre bout de la pièce
-arrache cette photo du mur qui ne fait que tâche
qui est ce monsieur ? et ce chérubin l'auréole au hochet ?
-crie, espèce d'aliéné. ce n'est qu'un mauvais moment à passer
-un #Aguamenti sur ce cendrier avant de le balancer
-et de renverser la table basse trop basse
-et sortir en courant la tête entre tes mains
brisée-s.

Là, les toilettes
refoulées
et sans te
retourner
cachent-
cache ton
reflet.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Alhena Peverell, Ven 31 Mar 2017 - 22:02


RP Lïnwe

Je me souviens
Je me souviens de tout
Des gouttes perlant sur ton visage, de ta beauté aphrodisiaque
Je me souviens de ton souffle déchirant la peau et de tes yeux écorchant la mienne
La vie avait prit un sens, puis le temps l'avait reprit pour en donner un nouveau
Des enfants, une soeur, un frère
un monde
Un chemin non tracé qui s'offrait à toi, placé sur un plateau d'argent, que tu aurais brisé si tu avais pu
Tu tournes en rond
Le château devient grand, trop petit, il te ramène dans un cercle vicieux
ça énerve, ça fait ressortir ce sentiment d'oppression, d'inégalité du monde, alors tu rebrousses chemin
Boum Boum
une porte ouverte
une foutue porte ouverte
la tienne
M*rde
Des pas qui courent, précipités et voient un enfant s'échapper

Un souvenir détruit, un antique jeté dans une décharge
une colère qui grandit et explose, les pétillements éclatent tes veines et la baguette s'arme
Salut, alors t'es prêt à mourir Kid ?
Parce que je te connais pas et tu vas souffrir
parce que t'as saccagé une histoire et que le respect, tu vas apprendre ce que c'est
La pluie glisse sur le sol et sèche, les lavabos s'éteignent, la nuit apparait et le monde recommence dans cette pièce sombre
Tu suis le lâche de loin, tu le vois rentrer là-bas, dans ce monde pitoyable fait de cris et de larmes
et ça se déforme sur tes lèvres, parce que le piège se referme
sur cet élève qui a trop d'entrain
Felagünd sort de là
bats-toi
Dis-moi, qu'est-ce que t'as voulu faire ? Tu voulais jouer à quoi ?
Pourquoi tu lui as crié dessus avec des gestes au lieu de le faire avec des mots ?
réponds lui, assumes un acte, expliques lui, elle répondra en sortilège,
et peut-être avec les mains aussi, les mots ça devient souvent inutiles quand on doit expliquer ce genre de chose avec des gamins comme vous
Azaël est l'exemple même de cette bêtise, deviens pas le prince, le roi est déjà là pour ça
petit
montre toi, prends des claques pour ton arrogance, vaut mieux les prendre maintenant que trop tard
après tu risques de t'effondrer dans un monde inconnu
Celui des adultes

Les dernières gouttes tombent dans le lavabo
Les portes claquent
Les vents s'agitent à l'allure des poitrines
Les feux brillent dans les yeux
La lumière s'allume sur un bout de baguette
un écho rebondit sur les parois du mur
l'inconscience se reveille
la folie aussi
les cris se taisent
les sentiments sont ravalés
la chair frisonne
les tambours sonnent
Les enfers sont de sortis
Amenes-toi
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Lïnwe Felagünd, Lun 3 Avr 2017 - 14:25


Les larmes tombent en lambeau
rosée par terre- le chemin de carreaux
carrelage glisse peu à peu sous ces pas
sous ses pas il devient noir haineux
avant de perdre haleine et aimer
d'un coup
il voit Meurtrier.
il se voit dans cette glace
ce miroir reflet de l'âme
peur de comprendre
impossible vérité
qui pourrait surprendre
trop surprendre
et mourir
d'un coup
sec le cœur lourd
et le corps vide.

Nouvelle Vision.

Les larmes tombent dans le canal
carrelage à moitié défoncé
par le temps
robinet rouillé
par le temps
et il voit
il se voit dans cette glace
au reflet sanglant
son œil en bas
ses deux poumons dans
le lavabo
et la bouche avec ses
dents d'ivoire
laissée sur le carreau
comme dans un rêve
dans un rêve idiot.

Nouvelle Vision.

La terreur hurle de douleur
le toit s'effondre de malheur
les cheveux s'hérissent
et les portes s'animent
derrière lui — il prend
peur brise la glace de son bras
intacte par la maladie encore
l’œil protecteur lui dit de partir
se cacher là
derrière cette cabine
le regard d'un monstre
en sommeil.

Susurrant un #Protego lorsque des pas approchent sur le sol lisse.
Se mordant les lèvres jusqu'au sang pour l'embellir de
sa main gauche meurtrie par l'horreur.
Nouvelle Vision.
Nouvelle Vision du démon boîte
crânienne d'une bougie décomposée.
Lorsque la lumière apparaît dans ce hall
sombre
où jouent les chasses d'eau
à l'agonie
car il s'active à la tâche
pour s'en sortir
sortir d'ici.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Alhena Peverell, Mer 5 Avr 2017 - 21:14


LA de Lïnwe accordé pour la totalité du RP

Enfant des dieux
qu'est-ce que tu croyais ?
Que tu pouvais jouer impunément avec les cieux ?
Il n'y nul justice, nul égalité dans ce bas-monde
de simples souffles de mort qui emportent, emmènent les enfants au loin
De simples visages de survivants qui se contentent d'exister et de tuer ceux qui espèrent vivre
Le silence se créer dans la peur
Les souffles s'accélèrent au son des violons
Les pas s'avancent
Plic
Plac
Ploc
Tu le vois, il est là
Caché par sa lâcheté
ce n'est pas un protego qui te sauvera, l'horreur est plus belle à main nue
elle le sait pertinemment, elle te montrera l'exemple,
Elle l'exécutera sur toi
#Impedimenta
Le gamin ose
il croit
que ça ira, les dents grincent au son de l'arrogance
Que peux-tu faire Kid ?
Tu n'es pas majeur qu'elle a déjà trois enfants derrière elle

T'avances vers lui, c'est un gosse effrayé qui a essayé l'interdit
il s'est contenté d'appuyer sur le bouton rouge et a fait exploser le monde
Il faudrait lui apprendre, lui faire comprendre
Comment on joue, de quoi la vie est faite et comment le passé se répare
Un sourire
Un salut
Le malsain qui s'empare du malin
#Electrocorpus
T'en penses quoi ?
Que c'est sympa ?
On pourrait continuer à jouer aussi. Enchainer les terrorim et les doloris jusqu'à ce que tu demandes qu'elle en finisse
mais tu as l'air sale
Comme si les autres avaient cracher sur ta conscience et que tu préférais te cacher derrière
sort de carapace
et dis-moi
Est-ce que ça fait mal ?
Histoire qu'on sache,
où se trouvent
tes limites
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Lïnwe Felagünd, Ven 7 Avr 2017 - 16:29


Gare au courroux
vengeresse et terreur diurne
ici nocturne car pas de lumi-
ère ni de lune — un silence de mort
qui chatouille les oreilles
un instant un instant parfait
pour mourir rapidement
un silence halluciné par
les pilules rosées du bon matin
en bas de la rue sous un
bosquet soirée improvisée
jusqu'au lendemain

ce silence qui fait
glou. glou.
permanente attirance
vers le fond.

Gare à cette folie qui
qui te suit comme un chien
qui suit son maître errant
dans la rue en bas là
un fossé et du néant-
où des torrents de vessies
abondent dedans et
soulagent l'esprit
où des bribes de papiers
torchent la peau d'un
coup de vent
où des éclairs illuminent
la pièce comme une idée
en un flash et le tonnerre
éclate et l'orage gronde
juste en-dessous
de la tête
colère.

L'ombre s'intensifie comme cet arbre
immense au milieu de la pièce
l'horrible et le meurtre passent
à travers la porte du cabinet-
peur d'admettre ce que l'on a fait
ce que l'on est — il attaque
le premier erreur
erreur d'enfantillage
régressée par un coup
de maître et l'esclave
qui l'attend en boule à l'intérieur
se fait électriser le corps
d'un coup
de baguette.

Et il tombe, sur ce sol coulant
plein d'eau la réserve qui fuit
le bras gauche meurtri
par la chute brutale
du réveil au lit
les carrelages demeurent vifs-
et se redresse lentement
soudain exténué par
la vie qu'on a voulue
lui transmettre par réseau
réseau d'électricité
sous-tendu par une
vache à lait
ce fil de fer
dans la prairie
couverte
par l'enfer.

Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Alhena Peverell, Sam 8 Avr 2017 - 18:47


Il t'énerve
Il court après les ténèbres pour finalement les fuir
Il n'affronte pas ses erreurs et se cache derrière un rôle
Relève toi Gamin, soulève tes ardeurs et ta baguette, histoire que ça soit plus drôle
Que le point que tu colles, ne soit pas que de la colère mal placée
Mais de la hargne qui vient d'ailleurs, d'un monde meilleur pour la violence des sentiments
Tes lèvres s'effritent dans un sourire mauvais
Il y a une seconde, tu t'es stoppé
Parce que t'as imaginé, l'impossible et tes yeux se seraient presque mouillés
Tu as vu, ce que tu ne veux revivre
Cette fille sur le sol, inerte, qui ne bouge plus, qui atteint que la pluie de sort s'estompe avec la vie
Celle qui désobéit pour autrui et qui replonge dans les doloris pour s'opposer à celui qui n'accepte pas le monde extérieur
Qui n'accepte pas que tu sois faible
Doloris
#Fitilla
Tu l'aimes bien ce sort, il est doux et fort à la fois
Il laisse les cicatrices suffisantes pour se souvenir d'une leçon. Il est plus efficace qu'autre chose, parce qu'il marque la chair et l'esprit
La cruauté dans une splendeur
Bien gamin, puisque tu n'as pas l'air d'être un dur à cuir. Je range ma baguette. On verra si tu t'en sors là
Défi la vie une dernière fois,
Essai de rager, de te remettre sur pied
Elle te laisse une chance d'être autre chose que ce détritus sur le sol
Tu pourrais apprendre, découvrir la vie d'une autre manière
Ne soit pas lâche
bats-toi
Redeviens le cliché qu'on aimerait donc voir
Sois un foutu Gryffondor pour une fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lïnwe Felagünd
avatar
Responsable GGryffondor
Responsable G
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Lïnwe Felagünd, Jeu 13 Avr 2017 - 0:25


Et cette attente sadique
aiguilles maîtrisées par le temps et
son maître horlogère qui
l'attend toujours devant
lui devant l'ombre
l'ombre de la mort

Et cette envie sadique
trottant l'esprit d'une
foulée de miles qui le détruit
petit à petit lentement
tendrement
douloureusement
et cette vengeresse
qui l'agresse ou ne
cherchait-elle pas l'absolution
et la punition n'était-elle
pas méritée comme on mérite
d'avoir un gâté un bonbon
après une bonne note
une bonne intention-
comme on mérite
d'être heureux une fois
dans sa vie-
comme on mérite de dormir
avec ce qu'on vit-
comme on mérite de manger
lorsque l'appétit est
en absence injustifiée-

devait
devait-elle le bénir
en plus de tout ça ?

L'enfant se pensait cuirasse
il se pensait intouchable
depuis le temps
il s'imaginait carapace
fou mais vivace

et là
il n'était que chair et
mauvais goût
un goût électrique
pour ce corps en sang
chauffé au fer blanc

et la marque
des esclaves
qu'elle lui inflige
comme un fouet
et une humiliation
sur place privée
des yeux inventés
rivés sur son petit corps
de gamin de merdeux.

Alors qu'il se relevait lentement
pesamment car pantelant par
le choc - elle reprit de plus bel
la femme angoissée par une supériorité
naturelle translucide divine
et le fer blanc marque
la peau rouge il


arrache un hurlement
serre les dents comme un
bandit un voyou qu'on voudrait
torturer pour trois sous
dans cet espace juste à côté
du mot réel
décalage temporel un instant


avant de se décaler
tituber vers la gauche
se taper le mur des chiottes
à pleine tête
la baguette roulant
parterre
les genoux claquant
contre la brune mosaïque
et les mains
devant les yeux
bouillis vifs
dans une
marmite.

Respirations bruyantes
haletantes pendant que l'adulte
lui crache des mots à la gueule
des mots impactes qui font mal devenir
et menaces dans les narines.

Tenter de se calmer
tenter de se calmer dans
de pareille situation
relève de l'impossible
et c'est cette voix
qui encore une fois
le commande de se lever
robot d'enfant rouillé

et tenter
tenter de la pousser
de s'en aller
courir
et fuir
ce châtiment
condamnation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 15

 [Toilettes de Mimi Geignarde] Drôle d'endroit pour se cacher

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.