AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose
Page 7 sur 7
5ème cours : Apparition simple
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Franck Stein
Serpentard
Serpentard

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Franck Stein, Dim 3 Juin - 1:46



    -Eh bien, vous n'êtes pas doués du tout. Pourtant c'est simple. Regardez. Apparere ! Je disparais... Apparere ! Je disparais... Vous voyez ? Et sans baguette en plus ! Apparere ! Je disparais encore. Apparere !...

Et dans l’air flottait une ombre lumineuse et blafarde, qui, de ma petite fée en bois, enleva, le temps de quelques minutes, ma hantise. Celle d’un fantôme pour le moins connu des élèves et de l’Histoire même de l’Ecole de Poudlard : Mmi Géignarde. Elle arborait toujours les mêmes vêtements, depuis sa mort, cette fameuse mort provoquée par deux yeux jaunes au détour d’un reflet. Elle avait, également, gardé, sa voix aigu, bourreau de nos tympans ! Et puis, force était de constater, je ne savais comme elle était vivante, mais, son caractère n’était pas des plus appréciables. Enfin, ce n’était pas des plus importants. Je reportais mon regard sur le professeur, qui, à chacun de nous, répondait à nos questions :
    -Merci beaucoup pour cet éclaircissement qui a très certainement aidé beaucoup d'entre nous, Mimi.

Le professeur fit une pause et reprit.
    -Tout d'abord July, s'il y a encore des vendeurs sur le chemin de traverse, c'est avant tout parce que tout ce que vous faites apparaitre est éphémère. Au plus, l'objet restera un quart d'heure sur ta table. Dépassé ce délai il disparaitra purement et simplement. En gros tu as quinze minutes pour arnaquer un passant si tu veux te lancer dans un tel commerce... Je préviens tout de suite, si vous le faites, vous prenez vos responsabilités, ce n'est pas mes affaires ! Concernant les oiseaux, effectivement ce n'étaient pas de vrais oiseaux, ils n'étaient pas dotée de conscience, comme tu l'as dit Aloys, cependant ça n'a aucun lien avec l'illusionis. Ce double n'est qu'une petite illusion, alors que les oiseaux eux sont bien là. Ce que vous avez vu, était donc des animaux qui, contrairement aux «vrais», n'avaient aucune conscience, aucun cœur ou cerveau et tout ce qui est utile pour un être vivant. Par contre, si aucune limite de taille n'est donnée, il faut avoir un mental d'acier pour faire apparaitre un éléphant ! La concentration utile pour une apparition est proportionnelle à la taille de l'objet à faire apparaitre, par contre, ça n'a rien à voir avec la pièce dans laquelle vous êtes.

Je notais dans un coin dans ma tête les informations qui m’étaient nécessaire, tout en réfléchissant à ce que le professeur me disait concernant le sort d’Illusionis. Je ne remettais pas en doute sa parole, mais je ne fus pas convaincu par ses propos. On pouvait toujours, faire croire, qu’un double était physiquement là. Enfin…bref, tout était une question de contexte, de point de vue. Et je n’eus pas le temps de réfléchir assez longuement à la question, que le professeur Burton reprit la parole :
    -Si vous avez encore des questions, n'hésitez surtout pas à les poser mais nous allons en même temps passer à l'exercice noté à présent, nous avons plus beaucoup de temps. Vous allez donc passer devant moi un par un pour faire apparaitre un premier objet de taille moyenne. Quelque chose de plus gros qu'une plume ou... un oreiller, sans pour autant être dans la démesure bien entendu. Une fois fait, vous allez tenter de reproduire le sort que l'on a vu au début du cours. Pour rappel, la formule est Avis, néanmoins, n'oublier pas les trois règles énoncées !

Nous allions donc passer à l’épreuve pratique. Bien que le cours fut intéressant et très enrichissant, j’avais envie qu’il se termine ; aller me balader vers le lac par exemple. Je taisais rapidement, dans mon esprit, ses pensées, de peur, oui de peur, que mon père, à des milliers de kilomètres d’ici, puisse les entendre, les percevoir, bien, qu’à ma noble connaissance, sans doute, qu’il ne possédait, en aucun, l’aptitude de Legilimancie. Il lui était, ô combien inacceptable que je puisse ressentir de pareille chose lors des cours, cours qui me permettrait l’entrée au Ministère de la Magie.

Enfin, je me reconcentrais entièrement sur le cours en question, et son aspect pratique. Il fallait, donc, comme exercé plus tôt, faire apparaitre un quelconque objet, et, en tant que petite nouveauté, une flopée d’oiseau. Je tenais toujours la sculpture de la petite fée en bois au creux de ma main, que mon pouce, instinctivement, caressait, touchait, et se détaillait chaque recoin du visage, d’aile, et autres parties. Je me disais, que pour surprendre le professeur et ainsi une bonne note, je devais innover. Et puis, recréer une petite fée de bois, se serait comme trahir celle que je venais de faire apparaitre. Une idée tordue mais qui me prenait tout entier.

Je pris donc le temps de regarder, sérieusement, les premiers élèves qui avaient le courage de passer en premier. La première fut une petite rousse, une gryffondor. Elle devait, à peine, avoir 12 ans ; 11 surement. Elle apparaissait toute intimidée d’être devant la foule, et semblait également sans réelle connaissance magique. Son visage trahissait, transparaissait serait le mot le plus approprié, car en rien, me semblait-il, elle cachait son inexpérience en terme de magie. Je ne pus m’empêcher à son égard, d’avoir de la sympathie ; Je ne la connaissais pas, mais peut-être que nous aurions l’occasion de nous rencontrer. Au détour d’un autre cours, d’un couloir dans l’école ; qui savait ? Elle fit apparaitre une tasse de thé, et enfin un oiseau, -même si rapidement, il vint tête la première s’écraser contre la fenêtre devant nos yeux curieux et les miens amusés. Je souris. La jeune fille passa son tour, je la regardais retrouver sa place ; sur la scène, se présentèrent successivement le jeune Altair, Serpentard, et une jolie, très jolie sculpture ; Max Aaron Parker, un cadre aux contours argentés et un oiseau un peu moins inspirés face au sol ; un ours en peluche pour une rousse, et un autre tableau coloré d’un jolie paysage.

Le professeur Burton, à son bureau, ne pipait mot. Il regardait seulement, notait les élèves et leur passage. Plusieurs dizaines de secondes passèrent et personne ne vint se proposer à la suite du Gryffondor. Je décidais donc d’y aller.





Le vide. Je n’avais aucune idée. Aucune. Aucune. Aucune.




Le vide. Je restais, ainsi, baguette à la main, la tête un peu penchée, et réfléchissais, depuis que je m’étais levé pour trouver quelque chose à faire apparaitre. Mais aucune idée ne me venait en tête. Je savais seulement ce qu’il nous était inaccessible. A savoir ce que précisait la loi de Gamp : ces cinq exceptions. La nourriture, l'information, l'amour, la vie et l'argent. Mon père aurait été honteux de me voir dans cette position ! C’était une honte devant ses camarades ! Devant son professeur ! L’honneur de la famille était en jeu ! Moi, je me sentais plus honteux, non pas par le regard de mes camarades attentifs, oui ils étaient attentifs et surement, pour quelques-uns, content de me voir sécher ainsi. J’étais, durant quelques instants, une bête de foire, que tout le monde, sauf quelques étourdis, toisaient avec insistance, ou sans détermination, mais toisaient quand même, prêt à se réveiller à la moindre péripétie des plus alléchantes. Non, ce qui me dégoutait de cette odeur de honte, n’était autre, que dans le monde magique, il y avait tant de possibilité, tant de choses à faire apparaitre, que je n’en trouvais aucune ! Aucune.





Le vide. Je n’avais aucune idée. Aucune. Aucune. Aucune.





Les secondes passaient à la vie, le silence s’imposait à la salle. Je ne bougeais pas, immobile, pris dans mes réflexions. Je cherchais de l’inspiration, dans les nuages, que je pouvais, par intermittence, apercevoir. Il y avait toujours le fantôme flottant et allant de ses petits commentaires bien piquants. Elle aimait à se donner en spectacle, tout comme moi. Sauf, que c’est elle qui riait des autres, et moi dont on riait. J’étais le rideau de la scène, et on attendait de moi que je l’ouvre pour qu’on y fasse jouer la pièce…un spectacle… C’était ça ! Un Spectacle !

J’avais l’idée. Je refis donc le rituel que tantôt, pour la petite fée de bois, j’avais effectué.

Concentration.

Faire le vide. Plus rien. Juste la main caressant la baguette. Le vide. Plus rien.




Silence.

Visualisions de l’image. Les piliers. La structure, je la voyais. En bois. Pas plus d’un de 90 centimètres de hauteur. Non 70 centimètres. 50 centimètre tout au plus de largeur. 10 centimètres de profondeur. De forme rectangulaire…oui rectangulaire. La couleur, celle du bois était parfaite ; à cela, j’ajoutais, deux longs tissus rouges sur chaque côté, deux tissus qui venaient, telles les lèvres se toucher.
    -Apparere.

Je sentais, la chaleur du sort, s’éjecter de la baguette en une lumière blanchâtre. Comme la première fois. Et sur le bureau du professeur, une maquette, à la description semblable à ma description mentale, à quelques détails près, les rideaux étaient plus noirs que rouges, et la base un peu bancale, mais très légèrement –quoique-, je la voyais se pencher…enfin bref, une maquette en bois d’un petit théâtre.

Puis, je me décalais légèrement, et me plaçais derrière ma création. D’un coup de baguette, les rideaux s’ouvrirent comme par magie, et d’un murmure à peine audible, le mot –avis- s’envola à travers l’ouverture des deux rideaux, tout comme les oiseaux -que je voyais de mon regarde- en sortirent telle une apparition soudaine, et virevolter dans la salle devant les spectateurs.

Le Monde entier est un théâtre…


Et sans trop savoir pourquoi je repensais au sortilège de l’illusion…

Revenir en haut Aller en bas
Flavius Zichentra
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Flavius Zichentra, Dim 3 Juin - 22:09


Flavius jettait des coups d'oeil à droit à gauche, voyant certains réussir, d'autres moins. Finalement, une sorte de jalousie montait en lui, lui qui n'avait pas réussi totalement son sort. Il aurait sans doute aimé essayer à nouveau de faire apparaitre un couteau plus intéressant mais la pensée d'un échec supplémentaire lui fit seulement tourner les yeux, les dents serrées et se retournant au moindre regard d'autre élèves comme si de rien n'était. Aymeric avait posé une question bien intéressante et Flavius aurait aimé connaitre la réponse. Néanmoins l'enthousiasme qu'il avait il y avait peu de temps de cela, avant qu'il ait tenté le sort, n'était plus là et il était d'humeur grincheux à présent.
Il écoutait l'air désintéressé les élèves qui tentaient de répondre au professeur et Flavius se demandait bien qui avait raison au final. Néanmoins il intervint seulement lorsqu'une élève de Poufsouffle prit la parole et plus particulièrement lorsqu'elle dit :


"Je suppose que l'on ne peut pas faire apparaître n'importe quel objet ? Si non il n'y aurait plus de vendeur sur le chemin de Travers".

C'est avec les dents serrés et avec un brin de colère que Flavius la reprit, dans son coin, sans la regarder :

De traverse. C'est le chemin de traverse et non de travers Miss Pouffy...

Regardant les autres jettant le sortilège Avis, Flavius décida à son tour de se saisir de sa baguette et discrètement, il dit "Avis !" espérant réussir. Un pigeon apparu sur son bureau, ce dernier prit peur voyant tout ses élèves et tenta de s'envoler mais avant même de quitter le bureau de Flavius, le pigeon disparu. Flavius n'était pas complètement satisfait du résultat mais il avait au moins réussi à faire apparaitre des oiseaux même s'il aurait espéré un peu plus


Dernière édition par Flavius Zichentra le Lun 4 Juin - 11:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : July Swann, Dim 3 Juin - 22:41


Plusieurs élèves tentèrent de répondre à la question du professeur sur le sortilège Avis. Un Serdaigle suggéra notamment que les oiseaux ne devaient pas être rééls. July était plutôt d'accord avec lui, et ne vit rien à ajouter la dessus. D'autres élèves, comme Zak, un Poufsouffle que July connaissait de vue et qui lui semblait extrêmement coquet, posa également une question sur ce qu'il était ou non possible de faire apparaitre.
Dans le brouhaha ambiant, la jeune fille entendit une voix froide et cassante :
- De traverse. C'est le chemin de traverse et non de travers Miss Pouffy...
La rousse regarda le Serpentard qui venait de dire cela. Apparemment, c'est elle qu'il reprenait. July le trouvait gonflé de lui parler ainsi, pour qui se prenait-il ?, mais ne trouva rien à lui répondre. Après lui avoir jeté un regard noir, la jaune et noir se retourna vers sa table.
Et voila un idiot qui venait de la mettre de mauvaise humeur. Elle avait parlé vite et avait coupé le "se", ce n'était quand même la la fin du monde. July le savait bien ce c'était "Traverse" et non "Travers"...


Heureusement, une voix vint la sortir de ses pensées et de sa mauvaise humeur :
- Eh bien, vous n'êtes pas doués du tout. Pourtant c'est simple. Regardez. Apparere ! Je disparais... Apparere ! Je disparais... Vous voyez ? Et sans baguette en plus ! Apparere ! Je disparais encore. Apparere !...
July fut bien surprise de voir Mimi geignarde hors de ses toilettes. C'était d'autant plus étonnant qu'elle n'était pas entrain de pleurer ou de gémir.
- Merci beaucoup pour cet éclaircissement qui a très certainement aidé beaucoup d'entre nous, Mimi !, répondit le professeur pour ramener l'attention sur lui.
Il répondit ensuite à la question de July, lui rappelant que les objets n'étaient pas durables. La petite Poufsouffle se mit une claque mentalement car Mr Burton l'avait déjà dit au début du cours.
L'enseignant corrigeât ensuite la réponse du Serdaigle qui, à peu de chose prés, avait raison.


- Vous allez donc passer devant moi un par un pour faire apparaitre un premier objet de taille moyenne. Quelque chose de plus gros qu'une plume ou... un oreiller, sans pour autant être dans la démesure bien entendu. Une fois fait, vous allez tenter de reproduire le sort que l'on a vu au début du cours. Pour rappel, la formule est Avis, néanmoins, n'oublier pas les trois règles énoncées !
En entendant qu'ils allaient déjà devoir passer au tableau, July fit la grimace. Elle n'avait pas eu beaucoup le temps de s'entrainer. Il fallait également qu'elle trouve un objet plus gros qu'une plume. Tandis que la rouquine réfléchissait à toute vitesse, une première élève se présenta au tableau.


*Une chaise ?, pensa la rouquine, Hum, peut-être trop compliqué ? Euh ..., elle réfléchissait tout en parcourant la salle du regard, Une poubelle !, s'exclama intérieurement la jeune fille en tombant sur la corbeille à papier présente à coté du bureau du professeur.*
Maintenant qu'elle avait son objet, July n'avait plus qu'à s'entrainer.
La petite rousse jeta un oeil vers le tableau. C'était maintenant un garçon de Seprentard qui passait. Avec le nombre d'élèves, et sachant qu'ils devaient tous réaliser deux sorts, July jugeât qu'elle avait le temps de s'entrainer une dernière fois sur Apparere. Concentration, Visualisation ...
- Apparere.
Une poubelle en bois, toute simple, apparu devant July. La jeune fille attendit quelques seconde pour voir si sa création tiendrait longtemps. C'est après 5 minutes qu'elle s'évapora, mais la rousse fut tout de même satisfaite de ses progrès.


Suite à cela, la jeune fille attendit son tour pour passer. Après la prestation d'un Serpentard, July se leva pour se rendre au tableau. Elle était particulièrement impressionné de passer ainsi devant ses camarades. La jeune Poufsouffle avait toujours peur d'échouer ou de faire une grosse bourde.
July se plaça derrière le bureau, baguette en main, les yeux obstinément fixés sur le bureau du professeur, refusant de regarder ses camarade -elle était beaucoup trop intimidé. Il lui était également plus facile de se concentrer ainsi. Essayant d’oublier les yeux fixé sur elle, July imagina une corbeille à papier. Une toute simple, en bois. Lorsque cette image fut bien intégrée dans son esprit, July prononça la formule, tout en réalisant le mouvement de baguette adéquat.
- Apparere.
Sur le bureau, se matérialisa une petite corbeille. July l'avait imaginé un peu plus grande, mais cela, le professeur ne pouvait pas le savoir. La jeune rousse était tout de même plutôt satisfaite d'elle, et afficha un petit sourire ... Jusqu'à ce que la corbeille disparaisse, après une minute.
Décidément, elle avait vraiment des problèmes avec la persistance du sort.


La rouquine passa ensuite au deuxième sortilège. Comme pour le précédent, elle imagina un oiseau. Un petit, un peu rondouillet, d'une couleur jaune canari.
- Avis, prononça la jeune fille.
Dans les aires apparut un oiseau rond et jaune, avec de petites ailles. Il semblait avoir des difficultés à voler. Son corps était trop gros par rapport à ses ailes, July n'avait pas pensé à ce petit détail. Rapidement, le volatil dégringola, et disparu au moment ou il toucha la table.


C'est un peu déçue que la Poufsouffle retourna à sa place. Sa prestation n'avait pas été géniale.
Revenir en haut Aller en bas
Keyven White
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Keyven White, Lun 4 Juin - 10:43


Keyven, du fond de la classe, observait paisiblement la classe. Conflits, remarques désobligeantes, réponses d’intellos de Poufsoufle, sortilèges, question inintéressante … Un cours normal !
Le Serpentard connu cependant une satisfaction tout à fait particulière lorsque le professeur de Métamorphose calma vivement les pulsions comiques d’un Gryffondor, qui s’était cru hilarant en répétant la petite blague de Keyven, qui consistait à faire apparaître un oreiller.
Le deuxième événement qui capta tout particulièrement l’attention du jeune sorcier vêtu de vert et d’argent fut l’entrée fracassante de Mimi Geignarde dans la salle de classe. Il admira, un sourire amusé et un air rêveur sur le visage, la tête posée sur son oreiller moelleux, le fantôme, qui se moquait brillamment des élèves, effrayés ou amusés, qui tentaient péniblement de réussir le sortilège d’apparition, alors que disparaître et apparaître étaient tout ce qu’il y a de plus évident pour un fantôme, aussi colérique et agaçante soit-elle.

Aymeric, après avoir pris soin de répondre aux nombreuses questions posées par les élèves, plutôt passifs il fallait le reconnaître, et approuver ou contredire les remarques plus ou moins pertinentes de ces mêmes élèves passifs, repris la parole, maintenant assis sur sa chaise, restée vide jusqu’alors, pour annoncer l’exercice noté auxquels allait, malheureusement, devoir participer les élèves présents au cours, et par conséquent, Keyven, que cela n’enchantait pas le moins du monde.

« Si vous avez encore des questions, n'hésitez surtout pas à les poser mais nous allons en même temps passer à l'exercice noté à présent, nous avons plus beaucoup de temps. Vous allez donc passer devant moi un par un pour faire apparaitre un premier objet de taille moyenne. Quelque chose de plus gros qu'une plume ou... un oreiller, sans pour autant être dans la démesure bien entendu. Une fois fait, vous allez tenter de reproduire le sort que l'on a vu au début du cours. Pour rappel, la formule est Avis, néanmoins, n'oublier pas les trois règles énoncées ! »

Cependant, le jeune sorcier aux cheveux en bataille, réputé pour sa fainéantise aigue, avait écouté ce discours d’une oreille distraite. En effet, il songeait encore, des étoiles dans les yeux, à une remarque que le professeur avait lancée quelques instants plus tôt : « En gros tu as quinze minutes pour arnaquer un passant si tu veux te lancer dans un tel commerce... Je préviens tout de suite, si vous le faites, vous prenez vos responsabilités, ce n'est pas mes affaires ! ». Il l’aimait bien ce professeur finalement, il avait des sacrées bonnes idées parfois … Il reviendrait même en cours de métamorphose tiens, peut-être qu’il leur suggérerait d’autres astuces pour devenir riches !
Alors qu’il songeait, complètement absorbé par sa réflexion, au moyen de mettre en place l’ingénieuse arnaque, l’oreiller de Keyven, sur lequel il reposait toujours, disparut, aussi soudainement qu’il était apparu. Il se cogna ainsi la tête sur la table, dans un bruit sourd. Avec un soupir, le jeune homme releva lourdement sa tête, légèrement sonné, et se frotta machinalement avec sa manche le haut de son crâne.
Voilà un réveil efficace !

Il jeta alors un regard circulaire à l’ensemble de la classe. Plusieurs élèves étaient déjà passés devant le bureau d’Aymeric. Keyven regretta de ne pas avoir prêté attention à l’exercice de certains d’entre eux, qui avaient probablement dû être hilarants.
Il suivait à présent du regard Aloys, un comparse de Serpentard, qui regagnait sa place, visiblement satisfait de sa prestation. Une Poufsoufle vint prendre sa place devant le bureau, apparemment autant effrayée que si elle passait devant un juge pour un quelconque crime.
Les cheveux roux de la jeune fille s’agitèrent, signifiant probablement que leur propriétaire était en train de se mouvoir légèrement pour réaliser le sort. A cette distance, Keyven ne pouvait pas l’entendre, mais se faisait un malin plaisir à l’observer. Un ricanement sortit d’ailleurs de sa bouche dès l’instant où une petite poubelle en bois apparut sur le bureau. Un second, lorsque celle-ci disparut après une courte minute, effaçant du visage de la sorcière un mince sourire de satisfaction.
Puis le spectacle comique continua avec l’apparition d’un petit oiseau disproportionné, qui descendit rapidement au sol, incapable de voler correctement, disparaissant un bref instant avant de s’écraser.
Au moins, il n’y aurait pas de la confiture d’oiseau sur le sol pour le passage de Keyven …

Le sorcier décida qu’il était maintenant temps de se soumettre à l’exercice attendu. Il avait patienté suffisamment longtemps pour ne pas passer pour un élève sérieux …
Il commença alors à réfléchir à l’objet qu’il pourrait bien faire apparaître devant le nez d’Aymeric. Quelque chose de provocateur bien évidemment, qui devait malgré tout respecter les lois de Gamp, qui excluaient de la métamorphose la vie, l’information, la nourriture, l’argent et l’amour. Le dernier élément de la liste amusa l’adolescent, qui songeait que de toute manière, il ne souhaitait pas particulièrement que ce cher Aymeric tombe à amoureux de lui.
Il eut finalement une idée soudaine, et c’est ainsi que le sourire aux lèvres, les mains dans les poches, il s’avança jusqu’au bureau du professeur. Il lui avait en effet fallut tout ce temps pour réaliser qu’il avait laissé sa baguette magique, en bois de Baobab et qui contenait du venin de serpent, bien en évidence sur son bureau, tout au fond de la classe évidemment.
Il fit donc demi-tour pour récupérer sa baguette, les mains toujours fourrées dans les poches, l’attrapa, puis revient, un sourire amusé éclairant son visage.

Il fit alors face à son professeur, dans une attitude de défi, son regard vert, mis en valeur par la lumière tamisée, planté dans le sien, un habituel sourire narquois gravé sur son visage.
Se concentrer, visualiser, prononcer la formule …

Pour une fois, il prit son temps sur la première étape, fixant toujours son professeur. Il concentra alors toutes ses pensées sur le vieil objet qu’il souhaitait voir apparaître devant lui. Il ignorait pourquoi il avait choisi celui-là, pourquoi même il y avait pensé.
Mais c’était le cas, et fidèle à son obstination, il ne changerait pas d’avis.
Il visualisa donc l’objet. En bois, légèrement mité, aux bords arrondis, en équilibre instable sur ses pieds bancals, une image très nette du vieux chevalet de sa moldue de mère se formait dans son esprit.
Cette image réveilla en lui de nombreux souvenirs. Il revoyait sa mère, devant son unique passe-temps, quelques pinceaux en main, qui mélangeaient sans cesse des couleurs ternes et mortes.
Elle ne lui manquait pas, il s’y refusait, il ne la reverrait jamais, il ne reviendrait pas sur ses décisions. Il avait voulu la fuir, et il ne changerait pas d’avis. Il se répéta mentalement qu’elle ne lui manquait pas. Mais il ne sut pas pourquoi une flamme, semblable à un voile inexplicable de tristesse, clignota faiblement au plus profond de son iris.

Il se passa brusquement la main dans les cheveux, quittant le passé, pour revenir au présent. Il ne devait pas se laisser distraire par des souvenirs sans importance qui le renvoyait sans cesse à sa vie de misère auprès des moldues qui lui servaient de mère et de sœurs, une fois que la tombe de son puissant père sorcier, était venue embellir le petit cimetière qui se trouvait à proximité de leur demeure en Espagne.
Il fit alors de nouveau le vide dans son esprit, ne gardant que l’image du chevalet en tête, lui rajoutant une toile vierge, sur laquelle il peignit mentalement une petite dédicace sarcastique à son professeur.
Puis la baguette en main, il prononça distinctement la formule :

« Apparere »

Le chevalet écarta alors brusquement du vide, tremblotant encore légèrement. Une toile aux tons verts était posée dessus, aux couleurs de la maison que le garçon chérissait plus que tout, sur laquelle était inscrite en lettres argentées « La Métamorphose est un jeu d’enfant ! ».
Toujours avec la même attitude de défi, il leva de nouveau sa baguette, et après quelques instants de concentration, il prononça la formule du second exercice :

« Avis »

Deux oiseaux, semblables à de petites colombes jaillirent du bout de bois que Keyven tenait fermement. La pureté des oiseaux, blancs comme neige, contrasta fortement avec le sourire sarcastique du sorcier qui les avait fait apparaître.
L’un d’eux, après avoir fait rapidement le tour de la salle de classe, vint se poser sur le chevalet, tandis que l’autre décrivait des cercles plus ou moins arrondis autour de Keyven.

Les petits animaux et le vieux chevalet disparurent en même temps, quelques minutes plus tard, alors que le sorcier regagnait sa place, les mains dans les poches, un sourire satisfait posté sur son visage, la trace de regret au fond de ses yeux disparut depuis longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Zak Rockwood
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Zak Rockwood, Lun 4 Juin - 18:43


Après que plusieurs élèves furent passés, Zak se leva. Il marchait d'un pas lent et nonchalant. Il se demandait ce qu'il pouvait bien faire apparaître... Son miroir était très petit comparé à un oreiller. C'est bon il avait trouvé. sans un mot il parvenu à l'estrade, il regarda au loin avec un sourire au coin. Il se concentra, ferma les yeux et visualisa l'objet :

- Apparere!

Un buste de glace apparut, ce buste le représentait. Evidemment, il aurait put être mieux mais Zak était assez content de lui même. Zak devait maintenant exécuter la deuxième partie de l’exercice. Il referma les yeux et se concentra de nouveau :

- Avis!


Une colombe apparut du bout de sa baguette, elle était magnifique. Mais après dix secondes celle-ci disparut, Zak se retourna et vit que son buste aussi avait disparut. Sans un mot Zak retourna s’asseoir assez fier de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Fantôme de Poudlard
avatar
PNJ
Fantome de Poudlard

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Fantôme de Poudlard, Mar 5 Juin - 11:33



Mimi s'amusait à apparaître et disparaître quand le professeur Burton intervint pour lui demander d'arrêter. Vexée, elle fit un petit bruit qui relevait plus du couinement agacé qu'autre chose, s'éleva haut dans la pièce et bouda, ignorant les commentaires des jeunes sorciers. Finalement, voyant qu'on l'ignorait tout autant, elle observa quelques instants les élèves reprendre leur exercice puis sans vraiment de raison, elle se mit à hurler d'une voix stridente.

- HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!! lança-t-elle d'une voix aigüe qui fit exploser toutes les vitres de la salle avant de plonger dieu sait où vers le sol, non sans traverser deux-trois élèves (Max Aaron Parker, July Swann, Aloys Riverside) avant de disparaître complètement en laissant derrière elle un désastre total.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Invité, Mar 5 Juin - 23:02


La réaction des élèves face à Mimi ne se fit pas attendre. Une des élèves, une jeune gryffys, fut la plus réceptive et se jeta carrément derrière la table. La surprise et la peur passée, Mélusine passa finalement au bureau pour réaliser son exercice. Elle devait vraiment être perturbée, puisqu'elle rata son premier essai. Alala, tout ça pour un petit fantôme inoffensif. L'arrivé de Mimi, rappela d'ailleurs à Aymeric l'épisode du Basilic à Poudlard, puisque celle-ci avait été tué par un basilic. Non, pas l'épisode-du-Basilic-à-Poudlard d'il y a 100 ans, avec le sorcier bigleux qui voulait battre le sorcier sans nez, mais l'épisode-du-Basilic-à-Poudlard d'il y a quelque semaines avec les morts, le spectre du seigneur des ténèbres au-dessus de l'école. Il était bien revenu une fois, pourquoi pas une deuxième fois après tout ? Rapidement un Serdy intervint, coupant les pensées d'Aym, pour faire remarquer à la fantôme (fantomette ?) qu'elle était morte et qu'elle avait eut le temps de s'entrainer... Ce qui n'était pas faux, il fallait bien l'avouer ! Après un Serpentard qui avait fait apparaitre une magnifique statuette, Max passa, faisant apparaitre un cadre moldu.

Le jeune prof regardait les élèves passer, sans dire un mot. Il notait juste les différentes prestations, en prenant compte bien sûr de l'âge des élèves et vérifiait que rien d'anormal se passait pendant l'exercice. Personne ne se retrouva avec une queue en tire-bouchon, des oreilles de lapin ou un museau de dragon. Bref, il n'y eut aucune apparition anormale touchant à l'intégrité d'un élève. Du moins, tout aurait put se passer normalement (bien évidemment, à Poudlard la normalité était très relative !) si Mimi n'avait pas été vexée par la petite remarque d'Aymeric et ne s'était pas mis un bouder au-dessus de la salle de classe. Avoir un fantôme dans une salle c'était déjà assez déroutant, mais avoir un fantôme dans une salle qui affiche une mine boudeuse en flottant au-dessus de tout le monde, là, c'était presque flippant ! Et encore, Aym' n'avait pas tout vu. La jeune fille se mit à crier quand le dernier élève finit son petit tour...

HIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII !!!!
Le Phénix fut obligé de se boucher les oreilles tellement le cri était sur-aigu, tellement sur-aigu, qu'un bruit de fracas se fit entendre. C'était les vitres qui se brisaient, le jeune homme eut alors le temps de chopper sa baguette pour incanter

"Protego Maxima !"
Un bouclier englobant les élèves du premier rang ainsi que lui même, les protégeant des bout de verre. Les élèves derrière allait devoir se démerder pour se protéger de tout ça. Bon, il n' avait plus qu'à appeler Carglass pour remplacer les vitres. Une fois tous les verres retombés, le jeune homme annula son sort. Aïe aïe aïe, qui allait réparer ça maintenant ? Lui ? Avec son salaire ? Ah non ça allait pas le faire ! Bon en attendant, il avait son boulot à finir. Il rangea sa baguette en demandant aux élèves :

"Pas de blessé ? Tout le monde va bien ?" il attendit quelques instant pour que tout le monde puisse reprendre ses esprit avant de reprendre "Le cours est donc fini, vous pouvez sortir de la salle. Si vous avez la moindre blessure, rendez-vous à l'infirmerie ça sera plus sûr."

_____________________________

Je vous laisse répondre au fantôme, mais l'exercice est terminé, vous pouvez retrouver vos notes dans panneau d'affichage


Dernière édition par Aymeric Burton le Jeu 7 Juin - 23:26, édité 1 fois (Raison : Un peu de mise en page ne fait de mal à personne ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Mélusine Chambers
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Mélusine Chambers, Mer 6 Juin - 13:11


Mélusine était finalement passée, sans trop pensé au fantôme qui rôdait dans le coin et qui avait été vanné par des élèves et le professeur. La fillette s’était rassis à sa table, et attendait la fin du cours, et que tous les élèves soient passés. Seulement, la fantôme ne semblait pas vouloir que tout se termine bien et fit de son mieux pour marquer son départ.
Elle se mit soudainement à hurler d’une voix surhumaine. Non décidément, à moins d’avoir de supers cordes vocales, personne n’était capable de casser des vitres à la seule force de sa voix.
Mélusine sursauta et se boucha les oreilles tellement c'étaient abominables. Elle se précipita sous son bureau, sachant pertinemment que ça n’atténuerait jamais le cri abominable et la douleur à ses tympans.
Recroquevillée sur elle-même, les deux mains collées à ses oreilles, le fantôme finit par disparaître. Elle ressortit de sous le bureau. D’ailleurs, la rouquine trouva qu’aujourd’hui, elle passait un peu trop sous le bureau. Que de rebondissement en un cours. Poudlard, c’était la grande aventure tous les jours.

Mélusine était très blanche, ses tympans sifflaient légèrement, et regardant autour d’elle, elle vit les vitres complètement explosées. Ça allait coûter cher à l’école. Déjà que son père râlait pour un carreau de cassé ; ben oui, faut pas jouer au foot près de la maison. Alors là, tous les carreaux d’une salle de classe, la directrice de l’école allait faire une syncope.
De même que quand elle sortirait, la fillette ferait très attention là où elle marchait. Le verre, ça coupe.
Décidément, fallait pas être cardiaque pour aller à Poudlard.

Revenir en haut Aller en bas
Max Aaron Parker
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Max Aaron Parker, Sam 9 Juin - 21:50


Max regardait les autres élèves passer et la performance de chacun. Chaque personnes étaient différentes, cela ce voyait vraiment dans cet exercice. Il y en avait pas mal qui recommençaient après avoir ratés, mais d'autres n'en ressentaient apparemment pas le besoin. Mais après, tout le monde à un caractère bien différent. Et ce n'est pas Max qui allait juger par rapport à cela.

Il regardait un peu tout le monde, ce qui ce passait, mais ne se préoccupait pas du tout de l'autre fantôme qui l'avait agacé tout à l'heure. Ça y est. Son moment de colère était passé et il commençait même à croire qu'elle n'était plus là. Qu'elle était partie aussi vite qu'elle était arrivée. Mais c'était sans compter sur le caractère bien trempé de la petite fantômette qui n'avait décidément pas l'air d'apprécier le fait que plus personne ne s'occupe d'elle. Mimi se mit à crier - et je crois que je n'ai pas à vous dire à quel point ce cri avait fait peur à Max, et sûrement pas qu'à lui d'ailleurs - et elle descendit du haut de la salle pour passer au travers de quelques élèves. Quand celle-ci ce mit à fondre sur lui, Max ne savait pas vraiment ce qui ce passait. Mais quand il vit qu'elle lui était passée au travers et qu'une sensation nouvelle se propagea dans son ventre, il fit une grimace.

Mais qu'elle est folle celle-là ! Elle n'aurait pas put rester dans ses toilettes à geindre comme elle sait si bien le faire !

Max n'avait pas vu que le cri de Mimi avait cassé des vitres et que la jeune Gryffondor qui avait eu peur tout à l'heure était partie sous son bureau. Aymeric avait décidément été rapide, Max entendit la formule que celui-ci prononça et qui l'engloba avec le premier rang. Dommage, Max était au deuxième. Il vit d'ailleurs les premiers morceaux de verres foncer sur lui et les autres élèves au passage - il aurait du y avoir moins de fenêtres, et du coup, moins de verres. Son premier réflexe à été de protéger son visage - et ses cheveux par la même occasion, Non mais imaginez, un morceau de verre atterri dans ses cheveux et coupe la plupart de ses cheveux ! Je sais, ce n'est pas possible, mais à ce moment là, dans la tête du garçon, si. Tout était possible. Le verre l'effleura sur le bras droit. Mais rien de grave, quelques petites goûtes de sang tombaient, Max en avait connu des pires. Quand la pluie de verre fut fini, il enleva ses bras et Aymeric prit la parole.

Pas de blessé ? Tout le monde va bien ? Max souri, il n'avait rien, c'était déjà bien. Il espéra que les autres élèves n'avaient pas été trop touchés non plus. De ce qu'il avait vu, il n'y avait rien de grave. Le cours est donc fini, vous pouvez sortir de la salle. Si vous avez la moindre blessure, rendez-vous à l'infirmerie ça sera plus sûr.

Max se leva de sa chaise avec un sourire. Ce cour lui avait bien plu, il y avait eu de la pratique, et il n'avait pas fait de dégâts, c'était pas mal. Le blondinet regagna la porte, l'ouvrit et sortit.

Au revoir ! Dit-il en direction d'Aymeric avant de disparaître dans l'embrasure de la porte qui ce refermait.
Revenir en haut Aller en bas
July Swann
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Chercheuse en Sortilège


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : July Swann, Mar 12 Juin - 15:40


July était entrain de ranger ses affaires lorsqu'un cris strident la fit sursauter tellement fort qu'elle en lâcha son flacon d'encre. Ses mains vinrent se coller instinctivement contre ses oreilles. Tout se passa très vite, le cris de Mimi fit exploser les fenêtres, projetant des bouts de verres partout. Le seul réflexe qu'eut la jeune fille fut de se baisser et se protéger la tête avec les bras.
Lorsque le bruit des bouts de verre heurtant le sole s’arrêta, la jeune fille se releva prudente. Elle n'eut cependant pas le temps de se remettre de ses émotions car Mimi lui fonça dessus, pour sortir de la salle. July, qui n'avait jamais traversé un fantôme, fut surprise par la sensation de froid. Elle avait l'impression d'avoir plongé dans un bain d'eau glacé ce qui eut pour effet de la faire frissonner violemment. Heureusement, cette sensation ne dura pas longtemps.

- Pas de blessé ?, demanda le professeur, Tout le monde va bien ?
La rouquine observa ses bras. L'uniforme à manche longue l'avait protégé des morceaux de verre. Elle avait seulement une petite entaille sur la main droite. Mince, elle allait tout de même devoir passer à l'infirmerie.
July secoua ses vêtements pour que les morceaux de verre restés accrochés tombent. Elle lança ensuite un "reparo" sur son flacon brisé puis un "recurvit" pour nettoyer l'encre sur le sol.
Une fois ses bêtises réparées, la jeune Poufsouffle rassembla rapidement ses affaites, puis sortit de la salle, après avoir salué le professeur, pour se rendre à l'infirmerie.
Revenir en haut Aller en bas
Keyven White
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Keyven White, Mar 12 Juin - 22:21


Peu après le passage de Keyven, alors qu’il se reposait tranquillement, comme à son habitude, la tête posée sur ses bras croisés, observant distraitement ses camarades, Mimi Geignarde fit une nouvelle irruption surprise dans la salle de classe.
Probablement pour montrer que le professeur l’avait vexé peu de temps auparavant, ou tout simplement pour exprimer sa frustration d’être un fantôme inutile, qui ne ressemble strictement à rien avec ses deux couettes et ses lunettes ridicules, elle poussa un cri dévastateur, haut perché dans les aigües. En quelques instants, les vitres explosèrent.

Keyven eut tout juste le temps de songer que, mine de rien, ça c’était de la magie, avant de se réfugier sous son bureau en un temps record. Non, il n’était pas suicidaire, et bien qu’il se serait fait une joie d’observer ses camarades paniqués, il était bien obligé, avant toute chose, de se protéger.
Une fois les bouts de verre tombés au sol, le jeune homme paré de vert et d’argent sortit la tête de sous son bureau. En rampant jusqu’à sa chaise, un ou deux bouts de verre pénétrèrent légèrement sa chair, lui arrachant une petite grimace, reflet de l’extraordinaire courage des hommes … Il se dépêcha de se redresser, pour enlever les deux morceaux vagabonds qui pendaient toujours à son bras, laissant perler derrière eux quelques gouttes de sang.
Il eut juste le temps d’apercevoir Aymeric ranger sa baguette, après avoir jeté un sort de protection. Eh bien, en voilà un professeur à avoir en cas de danger ! Il sauvait à peu près … La moitié de la classe …
Mais le Serpentard n’était pas rancunier, et à vrai dire, s’il avait été à la place du professeur, il aurait très certainement limité le sort à lui-même.
En parfait pédagogue, il demanda ensuite à l’ensemble de la classe :

"Pas de blessé ? Tout le monde va bien ?"

Puis enfin, ajouta ces quelques mots magiques, que Keyven attendait depuis qu’il avait franchi le seuil de la salle de classe (et encore il était en retard !) :

"Le cours est donc fini, vous pouvez sortir de la salle. Si vous avez la moindre blessure, rendez-vous à l'infirmerie ça sera plus sûr."

A l’infirmerie, un peu trop loin …
Non, vraiment, Keyven manquait de motivation pour deux misérables bouts de verre accompagnés de leurs petites coupures respectives.
Mais par contre il avait une question !

Il ramassa donc tranquillement ses affaires, sans se presser, écartant au passage minutieusement les bouts de verre qui jonchaient ses livres et son bureau. Quelques élèves avaient déjà quittés la salle lorsque, son sac à dos sur une épaule, il s’avança vers le bureau du jeune professeur de métamorphose.
Arrivé à sa hauteur, il prit la parole d’une voix claire, son habituel sourire narquois sur le visage, parfaitement assorti à ses cheveux en bataille et sa chemise froissée, enfilée en hâte :

« Aymeric, je viens de penser à une autre question concernant l’apparition … Est-il possible de faire apparaître des objets magiques comme une cape d’invisibilité ou un balai magique ? »

Malgré son attitude je-m’en-foutiste, la réponse intéressait énormément Keyven, qui, perfectionniste, creusait en profondeur dans un sujet dans lequel il s’était, volontairement ou non, engagé.
Il attendit donc une réponse, en fixant Aymeric, sa réelle curiosité simplement trahie par la petite flamme curieuse qui s’agitait au fond de son regard émeraude.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: 5ème cours : Apparition simple

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 7

 5ème cours : Apparition simple

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Cours :: Métamorphose-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.