AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 16 sur 17
Deux bouteilles et une rue sombre.
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant
Nyx Spero
Serpentard
Serpentard

Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Nyx Spero, Lun 3 Juil - 5:35


Silence oppressant.
La nuit était triste.
Une rencontre qui serait peut-être son amusement,
Pour une soirée sans lumière.


Regard sur le jeune homme, attendant une réponse de sa part. Il n’avait pas l’air à sa place, dans cette rue malfamée. Elle pouvait très bien le comprendre. Elle-même n’aimait pas vraiment ce genre de décor, préférant amplement être entourée par la nature. Cependant, la nuit ne la dérangeait pas. L’obscurité ne l’avait jamais vraiment dérangée, à part, lorsqu’elle prenait possession d’elle. De son Cœur. De son Esprit.

- Heu… Je ne sais pas trop, il commence à se faire tard là. Et puis, je n’ai pas envie de te déranger. Je ne suis pas du genre à boire dans les bouteilles des autres.

Sourire se formant sur ses lèvres. Elle n’en attendait pas plus de sa part. Une réponse attendue. Une réponse qu’elle comprenait parfaitement. Une réponse qu’elle respectait… plus ou moins. Qu’aurait-elle fait à sa place, quelques années plus tôt ? Elle se serait sûrement défilée. Abordée un inconnu, ne lui serait jamais à l’esprit. Les choses évoluent. Changent. Et la voilà à présent, reprenant sa bouteille pour en boire une nouvelle gorgée. Liquide lui brulant gentiment la gorge.

- Détrompe-toi, tu ne me déranges pas du tout, au contraire. Mais… oui, je comprends très bien que rester dans une ruelle sombre, à une heure aussi tardive avec une inconnue n’est pas vraiment rassurant. Je te l’accorde. Mais que serait la vie sans danger après tout ?

Bouteille de nouveau aux lèvres. Le Rhum. Douce saveur jouant avec ses sens. Le danger de la nuit était toujours présent. La peur, un peu moins. Oublier était l’une des meilleures solutions qui s’offrait à elle. En tout cas, c’était ce qu’elle pensait. Son regard s’arrêta de nouveau sur le garçon.


- As-tu peur ?
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Nyx Spero, Ven 7 Juil - 4:27


Encore perdue. Une bouteille d'alcool et le tour était joué. Une boisson qui commençait à faire ses effets, lentement. Ici, au milieu de nul part, elle était bien. L'obscurité régnait, les étoiles dansaient entre elles, le silence était relaxant. Tout le nécessaire pour se vider la tête. Un jeune inconnu se tenant devant elle. Toujours aussi indécis, toujours aussi hésitant. Elle leva les yeux aux ciels, en attendant un quelconque mouvement de sa part, car, elle n'allait pas rester là à le fixer éternellement. Les étoiles étaient largement plus intéressantes. Elle aimait se perdre dans le ciel étoilé qui avait toujours été présent dans ses moments de faiblesses. Un simple regard pour se rendre compte de l'importance des choses. Simple poussière dans ce monde. La grandeur des choses n'étaient que subjectives, et pourtant, certaines prenaient beaucoup de place dans une vie.

Après quelques minutes qui parurent une éternité, le jeune homme se décida enfin à faire un mouvement. Il se rapprocha toujours aussi hésitant, tirant la chaise, pour s'assoir dessus. Il n'avait pas l'air vraiment rassuré, mais, ça ne l'avait pas empêché de rester. Finalement, elle allait peut-être pouvoir bien s'amuser. Nyx regarda cet inconnu avec un petit sourire, avant qu'il ne rompe le silence. Les questions s'enchaînèrent. Ça ne la surprit pas vraiment. Il voulait sûrement essayer de lui faire la conversation. D'habitude, elle aurait envoyé bouler quelqu'un qui questionnait autant, mais, ce soir, elle allait faire une exception. Rester seule, n'était pas vraiment une bonne idée. Puis, ce jeune homme avait l'air si innocent... La Serpentard prit une nouvelle gorgée, avant de poser la bouteille sur la table, devant lui, pour qu'il la prenne, réfléchissant à une réponse à ses questions. Buvait-elle souvent ? C'était le cas. Que faisait-elle seule, ici ? Elle s'était perdue une nouvelle fois...

- Ça m'arrive de boire de temps en temps, oui. Un peu comme un grand nombre de jeunes, à vrai dire. Mais, ce soir, j'avais envie d'avoir un peu de tranquillité. Les bars, c'est marrant, mais à force, tu finis par t'en lasser.

La Serpentard marqua une pause avant de reprendre.

- Sinon, oui, je suis à Poudlard, en dernière année. Je m'appelle Nyx. J'imagine que tu es aussi à Poudlard, je me trompe ?

Sourire au coin, avant de reprendre à nouveau la parole.

- Alors... ça t'arrive souvent de boire un coup avec des parfaits inconnus dans une ruelle glauque ?

Ton moqueur. Le jeu commençait. Petit rire en le regardant. Jeune et innocent, était-ce vrai ou seulement une facette ? Elle comptait bien le découvrir ce soir...

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Nyx Spero
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Nyx Spero, Sam 12 Aoû - 23:38


Tu croyais que j'allais plus répondre hein ? Ange


Pouvoir tout oublier le temps d'une soirée. Un désir qui me rongeait depuis un certain temps mais qui n'était jamais satisfait. Me perdant une fois de plus dans les recoins ténébreux d'un monde que j'avais toujours plus de mal à comprendre. Bouteille à la main, je me contentais de celle-ci pour pouvoir me noyer dans l'oubli. Un oubli qui n'était que temporaire, malheureusement... Courant d'air me prenant de court, rencontrant ma peau déjà abîmée par des cicatrices du passées que je n'avais pas vu venir. La raison de mon mal être, elles. Une était sensée ma bien-aimée, l'autre une simple rencontre... Une nouvelle fois perdue.

Jeune inconnu devant moi, que faisais-tu encore ici ?
Te sauver, tu devrais...


Jeune. Innocent. J'aimerai tellement être à sa place. Découvrir encore ce que la vie avait à nous donner à cette époque. Tout allait pour le mieux. Une époque dont je rêvais revivre. Une fois de plus. Cependant, cela n'était plus possible. Condamné à rester dans le présent avec une passée qui nous hante. Je me focalisais de nouveau sur cette personne qui avait fait irruption dans ma soirée nostalgique, l'écoutant brièvement. Edward ce nommait-il... Un quatrième année. Le voilà qu'il commença à s'étaler sur ses rêves et son avenir, des choses dont je n'accordais aucune importance. Je l'écoutais d'une oreille, racontant ses détresses cette fois-ci. Il avait donc fini ici, par tout hasard.

- Tu crois que je pourrai boire un peu de ton alcool, histoire de me réchauffer ? De plus, on dit qu’il peut aider à vaincre ses démons.

Petit rire en entendant la dernière phrase. Si c'était vrai, ça se saurait. Cependant, ce n'était pas le cas, ça ne faisait qu'empirer. Mon regard se plongea dans le sien, sourire aux lèvres, l'observant, avant de lui tendre la bouteille. Après tout, il devait voir cela par lui-même, faire ses expériences de son côté, comme tout le monde. Des erreurs qu'il fallait commettre pour grandir, et apprendre.

- Fais-toi plaisir.

Boire.
Toujours plus.
Simple Illusion qui accroit le problème.
Nous tuant toujours un peu plus...

- Que s'est-il passé dans ton passée pour que tu sois autant remonté contre lui ?

Question indiscrète, mais je m'en fichais. S'il ne voulait pas en parler, il en aurait pas parler dès le début. Paquet de cigarette que je pris dans ma geste, avant d'en ressortir une cigarette que je ne tarda pas à coincer entre mes lèvres, l'allumant d'un simple coup de baguette. Fumée s'échappant dans les airs, coinçant une partie entre mes lèvres la faisant pénétrer une fois de plus dans mes poumons déjà bien noircis. Regard dans les étoiles infinies, avant de regard de nouveau cet inconnu au nom d'Edward. Une réponse que j'attendais sans savoir vraiment ce que j'attendais de sa part. Une occupation ? Un amusement ? Oui, un peu tout à la fois... J'étais sûrement trop ambitieuse...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Qu'importe le flacon

Message par : Lorelaï Peony, Jeu 12 Oct - 1:22


Qu'importe le flacon



Vendredi soir. Ou Samedi matin.

Une rue comme une autre.

Une bouteille comme une autre.

Elle avance. Elle traîne. Longuement.

Elle sent le froid, le froid trop doux d'octobre.

Elle voudrait s'arracher la peau pour le sentir encore plus, encore plus fort. Ce froid.

Pour qu'il l'éteigne.

Elle aperçoit un banc, un arbre. Une poubelle.

Elle se rapproche. Sort son paquet, neuf. Elle retire le plastique et le garde en main. Elle le fixe. Papier transparent, de pétrole noir transparent, dans sa main. Elle envisage le sol. Une culpabilité naissante se fait entendre. Elle n'a pas de poche. Stupide de porter une robe en automne. Elle regarde autour d'elle. La poubelle. Elle forme une boule du papier de pétrole et la lance vers la cible. Trop légère, elle s'envole et atterrie quelques mètres plus loin. Lorelaï se lève un peu péniblement, déposant le paquet sur le banc, gardant la bouteille contre elle, en colère. Ne pas pouvoir faire abstraction d'un simple papier au sol dans un moment si dramatique! Elle a quand même perdu l'homme de sa vie bon sang! Elle agrippe enfin la boulette d'une main, dans l'autre toujours la bouteille. Elle s'avance vers la poubelle. Se penche au-dessus. Fixe longuement le trou béant qui accueille les déchets. Elle s'y jetterais bien. Une réflexion. Trop grande pour entrer dans l'orifice. Un haut-le-cœur. Elle rend ses tripes. Elle essuie sa bouche. Elle sent la boule qu'elle tient toujours. Et la jette dans l'orifice.
- Adieu petite boule.

[Sujet repris avec l'accord de Nyx]


Dernière édition par Lorelaï Peony le Jeu 12 Oct - 13:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 12 Oct - 12:13


Pourvus qu’on ait l’ivresse

Lully, Élius & Me






Bois.
Encore.
Recommence.
Pas assez.
Continue !
Allez un de plus.

Regarde, de l’herbe.
Roule-t’en un.
Oh oui vas-y !
Personne te regarde.


Mais alcool et fumette c’est pas bien.

On s’en fiche !
A qui tu manqueras ?
Ils ont d’autres choses à penser !
Certainement pas à toi.
Pauvre Vaurien.
Vaurien !
Vau rien.
Tu ne vaux rien.


J’écoute. Qui ? Personne. Moi ? Je suis personne. Non tout le monde. Pourquoi ?

Continue.
Toujours !
Ne t’arrête pas.
Tu vas pas nous lâcher.
On ne te laissera pas.
Tombe avec nous.
Viens.
Tu seras en paix.
Toujours ♫


Une cigarette normalement hilarante à la main j’inspire la fumée qui effectivement me soulage, me fait voler. Planer. La bouteille à la main, je rebois un coup. Une bouteille, de la fumette. Tout dans une même main pour que l’autre me rattrape de mes chutes.

Chute.
Oh oui chute !
C’est la chute du Gryffond.
Gryffond ?
Tu parles. Il n’est rien. Et il ne sera.
Jamais
Rien.


Une ombre dans ma rue. Une ombre que je connais. Qui m’aide à tenir debout pendant que je m’avance. Une chevelure blonde que je connais bien, penchée sur une poubelle comme une poupée désarticulée, vomissant ses tripes comme je devrais le faire. J’inspire la fumée. Pateuse. Je bois une gorgée. Un peu plus de flou.

Je m’approche doucement.

Plus doucement.
Regarde !
Lully.
C’est elle.
C’est elle ?
Oui c'est elle


Qu’est-ce qu’elle a ? Comme moi, une bouteille à la main. Elle se relève et essuie sa bouche. Jette quelque chose dans la poubelle ou elle viens de vomir.

- Adieu petite boule.

Parle.
C’est le moment.
Fume.
Une gorgée.
Du courage.
T’es un lion ?
Aide là !
AGIS.

- Hey petit aigle.

Ridicule. Même en ne voyant pas plus loin que deux mètres je sais très bien que je suis ridicule. Mais elle ne peux pas comprendre. Faut qu’elle me comprenne. Alors je tends mon morceau de cancer. Elle est déjà en train de fumer mais tant pis. Ça c’est mieux. C’est pas pour rien que c’est la seule chose que je fume. Ou presque. En fait je ne sais pas depuis combien de temps je fume.

On s’en fiche !
Tu t’es arrêté !
Trop longtemps.
Recommence !
Ne t’arrête pas.
Propose-lui !
Elle en voudra.
Comme toi.
Elle est déjà tombée.
Accompagne-la !


- T’en veux ?


Je précise. Pourquoi je précise ? C’pas comme si elle avait pas compris, m’enfin. J’ai envie de lui faire des câlins. Ces trucs sont supposés te faire rire. Peut-être qu’avec elle on rigolera ? Qu’est-ce que je fais… C’est n’importe quoi. Je devrais l’aider. Pas l’inciter. Mais non, je peux pas. Pas ce soir. Ce soir, je tombe. Tant pis qui chutera avec moi.




Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Lorelaï Peony, Jeu 12 Oct - 13:18


Elle reprend une gorgée. C'est sucré. Elle regarde la bouteille, du rhum. C'était donc du rhum depuis tout ce temps. Comme un pirate. Elle boit du rhum comme un pirate. Elle lève sa bouteille, trinque avec le vide.

Elle aperçoit derrière le verre mouillé une silhouette. Un tressaillement. Risque-t-elle quelque chose?

Stupide de se promener seule et saoule une nuit d'octobre, en robe qui plus est.

Si elle doit mourir ce soir, qu'il en soit ainsi.

Une pensée pour sa baguette. Elle se seront pas connues longtemps.

Tant pis.

Qui est-ce qu'elle a connu longtemps de toutes façons?

Le visage de son père. Le sourire de sa grand-mère. Les yeux de son grand-père. Des lames plantées dans sa gorge se réveillent.

Effacer le souvenir.

La silhouette s'avance.

Elle le connait. Elle s’apaise. Elle ne risque rien.

Ulysse.
- Hey petit aigle.

Petit aigle?

Il lui tend un objet. Roulé. Qui sent bon. Qui sent meilleur que ce qu'elle a posé sur le banc.
- T’en veux ?

Elle prend.
- C'est quoi?

C'est quoi? Elle sait très bien ce que c'est. Elle ajuste envie de l'entendre parler.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Ulysse Daiklan, Ven 13 Oct - 11:55


Lully, Élius & Zacky





Elle se retourne. Pas de réponses, enfin, pas de suite. Je la vois se détendre, je crois.

- C’est quoi ?


Bah vas-y.  
Dit-lui.  
Montre-lui.  
T’es un drogué maintenant ?  
Drogué, drogué ♫
Qu’est-ce qu’elle va penser ?  
Tu t’en fiche.  
Fait un échange.  
Rhum vs Herbe.  
Mélange.  
Bois.  
Une gorgée.  
REPONDS !


Je déglutis.

- Un truc qui soulage.

Elle le prend. Quelque part dans les méandres flous de ma réflexion, une pointe de culpabilité se fait sentir. C’est pas moi qui fait ça normalement. Pas le temps de m’attarder.


Tu as menti.  
Pourquoi tu lui mens ?  
Elle sait.  
Elle sait ce que c’est.  
Tu es soulagé ?  
On te soulage ?  
Tu soufrais trop peut-être ?  
Faible.  
Faible.  
Tu es faible.


Je me bats. Avec moi-même. Avec des voix, qui sont les miennes qui résonnent dans ma tête. Je sais pas d’où elles viennent. Si je bois assez, je les oublierais c’est sûr. Alors je bois à nouveau, mon join échappé dans la main de la jeune demoiselle. Mes yeux tombent sur sa tenue.


De la peau.  
Beaucoup de peau.  
Profites-en !  
Demande lui.  
Tente.  
Essaie.  
Tu risque quoi ?  
Tu es déjà rien.  
Ca changera pas grand-chose.


Violet.


Allez, regarde.  
Elle est bourrée.  
Toi défoncé.  
Tu peux.  
T’es excusé.  
Propose !  
Autant elle refusera.  
Qui voudrais de toi ?  
Vérifie.  
Tu peux.  
Rien t’en empêche.  
Elle ne t’en voudra pas.  
Tu le sais.  
Tu peux.  
Laisse-toi tenter.


- Violet…

Ce gémissement à peine audible s’échappe de ma bouche, me faisant gagner la bataille invisible contre moi-même. Ma décision est prise. Il fait froid, tant pis. C’pas important. Ça ne me perturbe même pas quand j’enlève mon haut finissant en tee-shirt devant Lully. Je lui tends mon sweat, même s’il sera trop large pour elle. Enfin je crois lui tendre. Elle a l’air à la fois proche et loin.

- Met ça. Y’a des gens pas bien.

C’pas français. A peine compréhensible.


Tu parles de toi ?  
Non t’es pas bien.  
Très loin d’être bien.  
Ah il est bien brave !  
Tu y croyais ?  
Bois !  
Trop longtemps.  
Un bidon deux bidon trois bidons d’eau…  
Eau ?  
Tu connais ça ?  
Da.  
Vodka.  
Nastrodiva.


Ma main se tends d’elle-même vers ma bouche. La bouteille était pleine. Un mélange Vodka et redbull. Ça se boit tout seul après tout, puis j’en ai piqué une autre dans ma sacoche. Je m’avance, titube, vers le mur et m’assois. Ok, je tombe comme une masse sur le sol, me cognant au passage le front sur le mur contre lequel je m’assois par la suite.

- On a l’air beaux tiens.

Je ne réfléchis pas. Sacoche, deuxième join. Un chacun, ça nous ira bien. Au pire si elle en veut plus je finirais l’autre. On s’en fiche.


De toi.  
On s’en fiche, de toi.  
Qui ?  
Tout le monde.  
T’es qui ?  
Personne.  
Tu n’étais rien.  
Tu ne sera rien.  
Une poussière, et encore.  
Rien.  
Un saoulard, inutile.  
Plaintif.  
Faible.  
Ridicule.


Je bois encore. Ma tête tourne, mais tant pis. J’évite de fermer les yeux, concentré sur la bleue. Ne pas sombrer. J’ai encore de la marge. J’ai l’habitude de boire après tout, c’est ce que font les ratés. J’pense que les deux bouteilles vont y passer. Je pense. Non. J’en suis sûr.

Tout va y passer.



Dernière édition par Ulysse Daiklan le Sam 14 Oct - 10:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Lorelaï Peony, Ven 13 Oct - 14:08


Le temps entre sa question et sa réponse parait interminable. Mais cette infinie attente plait à Lorelaï. Le temps semble arrêté, suspendu. Exactement ce qu'elle recherchait ce soir. Suspendre le temps. Peut-être pourraient-ils passer la nuit à se poser des questions et à ne jamais y répondre.

Elle porte la fumée à ses poumons. L'air est plus chaud, plus piquant.
Elle lève les yeux vers Ulysse,
- C'est pas bon ton truc.

Il prend une gorgée de son breuvage. Elle sent l'envie monter en elle.
- Tu bois quoi? Je peux goûter?

Il l'entend pas.
- Violet...

Un regard vers sa tête, il a pas l'air d'aller bien. Mais de là à la confondre avec une autre. Son roulé doit lui faire des hallucinations. Violet, c'est pas sa copine? S'il la prend pour sa copine ça pourrait être intéressant. Encore que, c'est douteux. Elles se ressemblent pas du tout. Puis Ulysse fait l'imbécile parfois mais il est pas bête ni aveugle. Impossible de lui faire croire qu'elle est rousse. Dommage, ç'aurait pu être drôle.

Ah.

Il a vraiment dû confondre, il commence à se déshabiller. Que faire? C'est quand même particulièrement tentant. Puis faut dire qu'il est bien bâtit le rouge. Et s'il insiste, on va pas lui refuser. Il a déjà l'air patraque, ce serait pas sympa de lui dire non.

Il lui tend quelque chose.

Ah.

Il lui tend son pull.
- Met ça. Y’a des gens pas bien.

Non mais le but c'est d'avoir froid Ulule. On a froid à l'extérieur pour mieux se réchauffer à l'intérieur avec les cigarettes et l'alcool. L'a rien compris lui.

Elle prend quand même le pull. Elle le porte sous son nez. Ça sent bon. Autant le garder sous la main, on sait jamais qu'on ait besoin de se réchauffer.
- Merci mais j'ai pas froid.

Plus facile à expliquer que le concept de chaleur extérieur, tout ça, tout ça.

Ah.

Il a pas parlé de froid. Il a parlé de gens pas bien.

Tant pis. On va faire comme si on avait pas compris. Des gens pas biens? Où ça? A Pré-au-lard? La blague!

Il va s’asseoir contre le mur alors que Lorelaï avait choisi de s'installer dans ce coin justement pour le banc. Gros dilemme. Rejoindre Ulysse assis par terre ou rejoindre le paquet de cigarette.

Éclaire de génie!

Lorelaï va rechercher le paquet sur le banc et s'installe ensuite à côté d'Ulysse.
- On a l’air beaux tiens.
- Par le pour toi. Moi j'suis moche là. En tous cas je fais tout pour...

Il commence à rouler un nouveau joint. Lorelaï regarde ses mains. Un joint plus une cigarette plus une bouteille d'alcool ça va faire beaucoup.
- Non mais tu peux reprendre ton truc. Je vais rester avec mes petites cigarettes. C'est beaucoup plus mélodramatique. Par contre je veux bien goutter ton breuvage si tu permets.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Zackary Slavski
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Zackary Slavski, Sam 14 Oct - 10:28




« ☠ Rp pv avec l'accord d'Ulysse, de Lorelaï et d'Eliüs. ☠ »
Faire le mur, passer inaperçu, je venais d’avoir la plus merveilleuse des idées, cette nuit. Dire que j’avais passé mon temps à me retourner encore et encore, dans mon lit. Couvert de sueur parce que j’avais passé trois quarts d’heures à me retourner dans tous les sens, à cause de mes cauchemars, tous aussi pire les uns que les autres. Après tout, c’était tout ce que je désirais au fond, vouloir un peu de solitude ou me changer les idées. Pour plusieurs raisons et dont une qui me paraissait être la plus évidente, était que je m’étais aussi perdu dans « pré-au-lard », avec la faim au ventre, car oui, même si j’étais végétarien, je ne mangeais déjà quasi rien… Donc ainsi, le ventre vide, une bouteille d’alcool à la main que j’avais prise à un sorcier ivrogne sur le bas-côté d’une ruelle que j’avais croisé en chemin et une cigarette dans l’autre main. On ne respectait plus rien, on bravait tous les interdits et je m’envoyais en l’air dès que l’occasion s’offrait à moi, aussi. Que me restait-il encore après ça ? ». C’est alors qu’après avoir marché pendant quelques longues minutes, l’âme en peine, que j’entrais dans un pub, prenant ensuite une seconde bouteille, une vodka ressemble à mon pays d'origine, oubliant même de rembourser le pauvre sorcier pour mon crime... Puis, au moment de sortir, je me dirigeais sans trop reconnaître le chemin, voyant au loin, un groupe de personne. La seule chose que je remarquais au début, c’était mon ami, ce Gryffon' à la chevelure tantôt blonde, tantôt je ne sais décrire autrement à part que ça avait l’air d’être brun. Bon, après, ça ne devait être qu’une illusion dans ma tête, pour me retourner constamment en ayant la sensation d’être suivi depuis mon départ de la salle commune de ma « maison », « Serpentard », mais je me sentais épier de partout, ici, là, derrière, devant, à l'est et à l'ouest. Si bien que pour oublier cette sensation horrible, je venais de boire dans la bouteille dont le liquide m’était encore inconnu. Une gorgée et voilà que je tirais une tête assez comique… Et vue l’odeur, elle ne pouvait être que vraiment chargée en alcool aussi. J’aurais presque dit, semblable à du Whisky de moldu, mais je n’y connaissais rien, puisque je ne suis pas doué pour supporter l’alcool aussi. Cette odeur amère me prenait à la gorge et semblait ne pas vouloir partir, de quoi me rendre fou. Puis, je me risquais, malgré tout, à m’approcher du jeune adolescent dont, je connaissais l’existence depuis un certain temps, maintenant, puisque c’était avec lui, que je faisais mille et une bêtises..., mais aussi de sa charmante compagnie, qui n’était pas pour me déplaire à mes yeux, du moins, pour ce qui me restait de neurones fonctionnels aussi. C’est pour cela que le joint que la demoiselle tendait au garçon, n’eut pas le temps d’arriver à destination, puisque je l’avais attrapé à la volée, montrant que moi aussi, j’avais besoin de décrocher un peu. Ensuite, j’attrapais le briquet du jeune homme, allumant cette barrette nocive pour la santé…pour tirer une longue bouffée sur cette dernière, cherchant pleinement à me vider la tête de mes mauvais rêves. Déposant au même moment, la bouteille près d’eux alors que je prenais place entre eux, sans me faire prier… Bon, je ne pouvais pas dire quoi que ce soit, on me connaît, j’avais souvent tendance à être « muet ». J’étais même en train de me dire « qu’elle est belle, la jeunesse, de nos jours, n’est-ce pas .
© nestie luv.© 2981 12289 0


ps:
 


Dernière édition par Zackary Slavski le Sam 14 Oct - 13:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Élius Askin
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Première année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Élius Askin, Sam 14 Oct - 11:52


Qu'importe le flacon,
pourvu qu'on ait l'ivresse.
Avec Lorelaï, Ulysse et Zack'
Première nuit à Pré-au-Lard, 11 ans et demi.




De chaque côté de la rue, s'alignent les maisons - dentelle finement découpée dans l'opalescence de la nuit. Excitante filature que celle d'un adolescent éméché. Les lumières cuivrées de la vie noctambule s'étalent derrière quelques rares fenêtres ; habillant de leurs reflets les pavés humides. Le garçon est un Serpentard hameçonné discrètement dans les cachots. Claquent mes bottines empressées de rejoindre un endroit un peu plus animé. Le mystérieux guide avale la rue et moi ses pas à distance prudente. Étouffé par l'ennui, ce soir j'ai troqué la compagnie de la pierre contre celle des étoiles filant au dessus de ma tête basculée. Mes mains sont camouflées dans les poches de mon short bleu marine, comme mon cou, entouré plusieurs fois d'un épais foulard de la même couleur. Le nez désormais enfoncé dans la tiédeur du tissu au parfum boisé, je m'enfonce dans le village de Pré-au-Lard à la recherche d'un divertissement.


Il y a peu que les larmes du ciel ont cessé de tomber sur la terre ; couvrant le paysage d'une atmosphère minérale. Aquarelle délicate, propice à la douce mélancolie du promeneur égaré... en voilà justement trois... Poupées de chiffon échouées - au pied du mur. Face à mes genoux - protégés de fines chaussettes sombres - se joue le triste tableau des âmes noircies d'être trop grisées. Mon regard s’égare sur les contours évaporés d'un lion familier et de sa princesse nacrée. Entre eux, ma proie ferrée : un serpentin inconnu au physique déchu. Enfant de cabaret, je sais que quand la distraction danse avec le vice, le ballet n'est que plus savoureux. Alors, j'agrippe silencieusement la bouteille abandonnée en m'asseyant, face au spectacle - douce mascarade des cœurs distillés. Et passant ma main sur le goulot avant de venir y souder mes lèvres, je brûle les dernières recommandations de Maman avec une première gorgée de liquide...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Lorelaï Peony
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Lorelaï Peony, Dim 15 Oct - 1:22


Avant même que le Beau Blond Vraiment Pas Moche n'ait eu le temps de répondre oui de sa bouche sensuelle à la question de Lorelaï, ils furent dérangés par un inconnu qui sentait l'alcool à trois mètres. Il semblait connaître Ulule et s'installa tant bien que mal entre l'aiglonne et sa proie, lui prenant, qui plus est, le joint qu'elle tendait au rouge.

Et si finalement elle avait voulu garder?!

L'énergumène ne parlait pas.

Lorelaï lança un regard interrogateur à Ulysse de l'autre côté du malotrue, essayant de cacher l'agacement qui montait en elle.

Heu, c'est qui?

Tu le connais?


Lorelaï fit un peu de place au Puant Pas Très Poli et enfila le pull d'Ulysse. Des gens pas bien, elle comprenait maintenant. C'était une chose de se promener en robe le soir si elle rencontrait Ulysse, mais si c'était pour que d'autres gars viennent se coller à elle, ça l'intéressait moins.

Son œil fut attiré par les deux bouteilles qu'avait déposé le Puant Pas Très Poli à leurs pieds. Elle fit la moue. Elle hésitait. A ce stade ils avaient vraiment de quoi boire. Mais Ulysse avait, a priori, une bonne descente. Et ce Puant se promenait carrément avec deux bouteilles, donc c'est qu'il devait également boire des litres d'alcool avant d'être malade et de s'arrêter. Résultat du calcul, plus on a de bouteilles, mieux c'est. Lorelaï hocha la tête pour elle-même.

Elle se blottit dans le pull d'Ulysse qui sentait vraiment bon. Elle avait le nez dans le pull quand elle aperçut deux petits genoux à auteur de son pif. Elle leva les yeux et vit le Petit-Vert-Innocent que Jace avait agressé en cours. Elle se souvenait de lui car il avait apaisé le Préfet des jaunes lors du cours d'enchantement. Elle sourit à ce souvenir.
- Hey toi!

Le petit s'installe face à eux et pris un gorgé de ce qui s'apparentait à de la Vodka.

Lorelaï le regardait, effarée. Il était quand même pas venu leur voler leur alcool?!
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Ulysse Daiklan
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Ulysse Daiklan, Dim 15 Oct - 14:36


 Lully, Élius, Zacky & Me  

LA de Lully




- Parle pour toi. Moi j'suis moche là. En tous cas je fais tout pour...


Elle ment.
Tu mens.
Tu t’assois.
Elle s’assied.
Comme toi elle échoue.
Elle rate.
Finalement vous vous ressemblez.
Non.
Elle est mieux.
Bien mieux.
Tu es le pire.


Je bug quand même sur ses paroles.

- C’est un échec. T’es pas du tout moche.

Loin de là. Mais j’arrive pas à le formuler à voix haute, tout est si… Flou. J’ai même l’impression que des gens avancent dans le noir vers nous.

Des gens.
Des geeens ♫.
Comment tu vas faire ?
Ils sont peut-être méchants ?
Regarde là.
A moitié nue.
Attaquer.
Tu sais pas faire.
Que vont-ils faire ?
L’attaquer.
Toi ?
Rien faire ?
Protéger ? Laisse-nous rire.
Tu n’es rien.
Tu sais rien faire.


Sans un mot je fais la seule solution que j’ai alors qu’elle me retends mon morceau de cancer. J’enlève mo tee-shirt et vais le poser d’office sur ses jambes. Je replaque mon dos au mur, ma peau en contact direct avec le froid qui ne me fait plus rien. La silhouette est là, assise en face de nous.

- Ackyyyyyyyyyy j’ai cru que t’étais un méchant

Un rire s’échappe de ma bouche tandis que j’allume mon nouveau joint, l’autre dans les mains de mon pote arrivé par je n’sais quel miracle.

Pas seul.
Un autre.
Regarde.
Camille.
Raciste.
Contre une né-moldu ?
Qui gagne ?
Toi.
Attends.
Regarde encore.
Il boit.
BOIS.
Pareil. Imite-le.
Bois.
Fume.
Tombe.
Fait le tomber avec toi.


Mon sourire s’agrandis. Ne pas oublier la demoiselle.

- Lully ! Vodka-redbull pour moi, tiens.

Sans même que je m’en rende compte je bascule, ma tête et mon corps, sur l’épaule duvert assis à mes cotés. A la base c'était pour tendre la bouteille à Lully, mais finalement j'vais faire une pause là.
Explique.
Bois.
Fume.
Ensemble.
Tout le monde.
Toi.
Eux.
Tombez.
Chutez.
Admirez.
La déchéance des maisons.
Misérables.
Tu es misérable.


Je ravale ma salive et ma fumée. Et une gorgée. Elle doit pas comprendre.

- Eh Lullyyyyyy ça c’est Acky ! Il est cool. Par contre Camille il est nul.


Provoque.
Plus.
Tomber.
Chuter.
Ce sera facile.
Calypso ?
Oublie-la.
C’est pas elle.
Il est différent.
Il mérite.
Emporte-le avec toi.
Amène-le.
De Charybde en Scylla.
La chute vers les abysses.


Les voix me font rire. Ce qu’elles disent est drôle non ? Je sais pas. L’herbe fait surement effet.

- Il est tellement nul, qu’il ne pourrait pas fumer ça sans tousser.

Main.
Bouche.
Aspire.
Expire.
Relève-toi.
Regarde-le.
Défie-le.
Un combat.
Tout le monde perd.
Regarde l’autre.
Acky.
Sale état.
Il perdra aussi.
Et toi.
Tu as perdu.
Déjà.
Il y a longtemps.
Tu n’es.
Qu’un.
Perdant.


Oh je le suis. Mais suis-je le seul ? Non, je ne serais pas seul. Pas ce soir. Il faudrait qu’on joue, quelque chose pour nous embrumer. Un peu plus. Nous faire tomber. Je sors ma deuxième bouteille et la pose au centre de notre cercle étrange avant de récupérer celle de mon ami et y boire quelques gorgées. Wiskey. Pur Feu. Parfait. Mon regard vers mon pote.

- Tu tiens l’alcool maintenant ?


Je rigole. C’est drôle ce que je dis non ? Je sais pas pourquoi j’trouve ça irrésistible. Il faut rire dans la vie, c’est bien le rire. Faut rire même quand on a envie de pleurer ! Rigoler, oui il faut rigoler.

Revenir en haut Aller en bas
Zackary Slavski
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Zackary Slavski, Lun 16 Oct - 11:16




« ☠ Rp pv avec l'accord d'Ulysse, de Lorelaï et d'Eliüs. ☠ »
Quelque part, au fond de ma tête, je me disais qu’on avait le vice des vertus, ce qu'on mérite, rien de plus, qui brille, ne scintille, qui se voit, tout comme ce qui traine entre nos doigts. On en rajoute tant et plus, sans mesure au superflu, de chic, de luxe, et d'éclat, puisque ainsi, nos histoires finissaient toujours comme cela, bouteilles d’alcools, joints, à tout-va. Ma tête tournait à force que le liquide dans mes bouteilles disparaissait et un rire s’échappe de mes lèvres comme si plus rien n’avait d’importance à mes yeux. Je l’entends me parler, me présenter à cette demoiselle qui, d’un simple regard, aurait pu me tuer et au final, le "Hé Toi ! " m’arrachait un sursaut, n’étant pas habitué à être, ainsi, ramener si violemment dans le temps présent. Un gamin à en juger par l’apparence, me suivait depuis un moment, jusqu’à s’assoir près de nous pour nous arracher une gorgée de nos liquides précieux pour cette soirée digne d’une jeunesse archaïque. Digne d’un Serpentard, il lui en fallait peu pour épater la galerie, alors que de mon côté, je haussais mes épaules face à Ulysse pendant que je tirais une bouchée de plus, sur la barrette nocive qui, progressivement, m’emmenait dans le monde d’Alice au pays des merveilles. Remarquant que je ne connaissais qu’une personne sur trois, je me décalais un peu de la miss et du gamin, l’air détaché en ce qui les concernait tandis que je venais de poser mon regard sur le rouge et or. Ma tête tourne encore et je distingue plus vraiment qui suis qui, vu que la terre se mettait à trembler sous mes pieds et que le décor se métamorphosait petit à petit. écrivez ici...C’est que je n’avais guère l’habitude de boire, voyez – vous, mon « père » avait oublié de m’apprendre les bases … qu’on apprenait à chaque enfant, en Russie… Comme boire de la vodka comme si c’était de l’eau. Je n’ai jamais compris comment il était devenu ainsi, mais surtout, comment il fait pour supporter cette chose, si bien que tout ce que je pouvais articuler, à l’attention de l’assemblée, c’était un bref, mais étrange…

- « J’vois pas… D’quoi… Tu parles… P’tit..Lion. »

Ouuh, ça tourne, ça tourne tellement que je me redresse subitement, tenant ensuite mon front après avoir posé les bouteilles par terre. Tirant une bouffée de plus sur le joint, je décolle rapidement et marche en direction d’un lampadaire qui éclaire la rue. Reprenant un peu, mon souffle, je me mettais soudainement à rire, sans lâcher ce dernier de mes mains… Finissant vite par le prendre pour une personne…Si bien que je me surprenais à lui faire un câlin…
© nestie luv.© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Deux bouteilles et une rue sombre.

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 16 sur 17

 Deux bouteilles et une rue sombre.

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.