AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion
Le Deal du moment : -53%
-53% sur le jeu MOTOGP 21 sur PC
Voir le deal
21.99 €
Le deal à ne pas rater :
SEAGATE – Disque Dur Externe – Expansion portable – 4To – USB ...
79.99 €
Voir le deal

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne
Page 15 sur 27
Vagabondage en Ecosse
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 21 ... 27  Suivant
Invité
Invité

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Invité, le  Mer 10 Juil - 0:09

 Le propriétaire du Manoir avait regardé Quentin, tout le long de son court monologue, avec un regard intéressé. Peut-être le jeune homme lui rappelait-il quelqu'un? Après que Quentin eut à peine fait un pas dans la direction du quinquagénaire, celui-ci stoppa le jeune homme dans son élan d'un geste courtois. Il ajouta à ce geste :

-Oh ne vous formalisez pas pour cela. Si cette pièce devait être interdite au public, je l'aurais bien entendu condamnée pour ce soir. De plus, je ne peux que comprendre qu'un jeune homme tel que vous se désintéresse de ses conversations certes enrichissantes mais au combien plates, répétitives et absconses.


 Puis, après un sourire bienveillant que l'homme adressa au jeune Serpentard, le dénommé Victor, bien droit et élancé sur ses jambes, comme l'exigeaient la courtoisie et l'éducation d'un grand homme très poli, de bonne éducation, reprit sur le même ton aimable :

-Il est certainement incongru de ma part de me présenter, mon nom vous étant certainement connu pour étant le propriétaire de cette demeure mais la politesse me régit à me présenter bien sûr si je souhaite avoir le même service.

 Tout à présent chez ce vieil homme énergique évoquait une personne de situation, qui avait connu la puissance et le pouvoir, qui ne débordait pas et gardait son tact chaque fois que la situation l'exigeait. La sorte d'homme que Quentin appréciait, et qui ne manquait jamais de politesse.

Interrompant le jeune Serpentard dans ses jugements, son aîné lui tendit une main de vif-geste, et demanda :

-Victor Ebenezer

 L'homme attendait bien-sûr que Quentin se présente, souhaitant savoir à qui il avait affaire. Celui-ci ne se fit pas prier.

-Quentin Mortier, fils de Catherine et Christophe Mortier, vous connaissez sûrement mon père? Il m'a beaucoup parlé de vous. Quant à votre nom, en effet je le connais, comme je viens de le dire, par les récits de mon père. Je tiens quand même à vous dire que votre réception est royale et de très bon goût.

 Les compliments que faisaient Quentin à l'homme en blanc étaient tout-à-fait pensés, il aimait beaucoup l'ambiance et la décoration de la soirée, excepté les conversations intéressantes pour certaines certes, mais constituées parfois de ragots chantés par quelques commères de la haute bourgeoisie. Il attendait maintenant une réponse de son hôte pour connaître la suite des événements.
Invité
Anonymous
Invité

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Invité, le  Mer 10 Juil - 16:14

Victor ne dominait que de quelques centimètre le jeune brun aux yeux brillants et il avait la nette tendance à rapetisser avec l'âge. Le corps, tel le moral ou les responsabilités, semblait peu à peu peser sur les hommes tel un lourd fardeau qui les écrasait littéralement. Il avait ainsi en moins de trois ans perdu cinq centimètres. Les douleurs de dos ainsi que la fatigue et les raideurs avaient commencé à pourrir le quotidien du vieil homme mais il refusait de céder au affres de la vieillesse.

En tout cas, le jeune homme ne se formalisait pas de ces détails et lui avait offert une poignée de main forte. Puis, il répondit à Victor en confirmant les hypothèses dont était arrivé le vieil homme.


-Quentin Mortier, fils de Catherine et Christophe Mortier, vous connaissez sûrement mon père ? 

Le jeune homme était donc bien le fils de Christophe Mortier. Pourtant, il le sentait plein d'énergie ainsi que d'ambition. Les joies de la jeunesse, Quentin avait encore toute la vie devant lui. De nombreux choix, opportunités et su prises peupleraient certainement son avenir. Il avait le monde à prendre. Victor lui avait certes presque toutes les portes d'ouvertures, la plupart qu'il avait peu à peu ouvert les portes à grands coups de sabot au cours de ces décennies de bons et loyaux services au sein du Ministère. Il n'avait plus aucuns défis, plus aucuns murs à franchir.

-Il m'a beaucoup parlé de vous. Quant à votre nom, en effet je le connais, comme je viens de le dire, par les récits de mon père. Je tiens quand même à vous dire que votre réception est royale et de très bon goût.

Victor sourit à la remarque du jeune Serpentard. Il aimait que l'on respecte les conventions, que l'on soit respectueux. Pliez un instant humblement l'échine et le quinquagénaire vous considérera non pas comme inférieur mais comme son égal mais prenez le de haut et vous aurez un redoutable adversaire aussi impitoyable que rusé. Bon nombre de carrière avait ralentit leur progression fulgurante juste parce que les petits génies s'étaient crut trop important pour respecter l'ancien directeur du service des Aurors.

Victor faisant toujours face à Quentin et lui dit d'une voix mielleuse mais certes claire.

-Ah, Christophe Mortier, quel homme remarquable que votre père. Un homme très apprécié et appréciable... J’espère que cette soirée lui sera très profitable, bien que de le débat houleux sur la hausse du cours du galion dans l'économie monétaire de la confrérie économique international des gobelins ne soit que d'un intérêt très limité pour lui.

Ce genre de conversation éternelle avait le don d'énerver Victor mais ce genre de réunion était importante. Elle permettait d'apprendre les promotions récentes, de sympathiser avec des hommes puissants, de faire des échanges de bon procédé. Les conversations mondaines n'enrobaient le tout que pour édulcorer la vérité : cette assemblée était peuplée d'homme de pouvoir en cherchant encore plus...

Mais Victor reconcentra ses pensées vers Quentin et dit avec un fin sourire


-Sinon, ma bibliothèque personnelle vous intéresse telle ? Il y a ici bon nombre d'ouvrage autant intéressant que dangereux...

Il s'était tourné vers ses ouvrages, témoins des années de travail et de recherche qu'avait mené Victor car outre un tiers qui venait de la bibliothèque familial dont il avait hérité à la mort de son père., le reste, il l'avait acquérir leur propriété un par un. Il n'y avait pas un seul ouvrage qu'il n'avait pas dévoré avec avidité, percevant le savoir et pouvoir dans chaque mot, chaque chapitre.
Invité
Anonymous
Invité

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Invité, le  Jeu 18 Juil - 14:32

-Ah, Christophe Mortier, quel homme remarquable que votre père. Un homme très apprécié et appréciable... J’espère que cette soirée lui sera très profitable, bien que de le débat houleux sur la hausse du cours du galion dans l'économie monétaire de la confrérie économique internationale des gobelins ne soit que d'un intérêt très limité pour lui.


 Le quinquagénaire appréciait le père du Serpentard. Ce n'était pas étonnant, c'était une personne remarquable, il était conscient, mais savoir qu'un homme aussi sage et puissant que M. Ebenezer le respecte, faisait toujours chaud au coeur.

-Mon père sera heureux de savoir que vous le tenez en estime, en effet, il en va de même pour ce qui est de son avis par rapport à vous, vous êtes très apprécié dans notre famille, pour tout ce que vous avez entrepris et pour la personne que vous êtes également.

  Le vieil homme n'entendit peut-être pas sa phrase, car il était plongé dans ses pensées, mais Quentin ne s'en formalisa pas, l'ex Chef du bureau des Aurors savait déjà tout cela. Celui-ci se tourna alors souriant vers Quentin, et dit :

-Sinon, ma bibliothèque personnelle vous intéresse telle ? Il y a ici bon nombre d'ouvrage autant intéressants que dangereux...


 Question piège ou non? Off, ce n'était certainement pas le genre de cet homme, qui avait été très sincère jusque là. Et de toute façon, celui-ci avait bien vu que le garçon était penché sur des livres quasiment interdits. Il joua donc la carte de la franchise, n'ayant pas vraiment de raison de cacher une réponse franche.

-Eh bien, c'est en effet une très belle collection Monsieur. J'avais quelques livres en vue mais je n'ai pas eu le temps de vraiment me pencher sur le sujet. J'allais piocher les livres devant lesquels vous m'avez aperçu avant que vous n'entriez, et je me suis interrompu. Les avez-vous tous lus Monsieur?

 Le jeune homme ne doutait pas que oui, ce sorcier était également un érudit reconnu. Avoir une conversation privée avec un tel homme semblait presque irréel.

Spoiler:
 
Sloan Wentz
Sloan Wentz
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de transplanage
Occlumens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Sloan Wentz, le  Lun 5 Aoû - 14:49

(Mes excuses pour l'intrusion dans le rp, mais il s'agit d'un post unique pour tour de garde.)

L'Ecosse. Un lieu plutôt inconnu à Maria, qui s'y rendait pour la première fois. Encore une fois, si elle voyageait, c'était pour effectuer l'un des tours de garde imposés par le Ministère. Pas que cela lui plaise, mais elle s'acclimatait, dans la mesure où elle tenait absolument à garder le poste, notamment pour les avantages qu'il lui offrait. Il était tôt, très tôt. Trop tôt pour la jeune femme qui serait bien volontiers restée à somnoler. Elle s'était donc levée dans l'optique du "plus vite c'est fait, plus vite ce sera terminé." Le soleil n'ayant pas encore pointé le bout de son nez, elle avait immédiatement invoqué un #Lumos à sa sortie de son lieu de résidence, histoire de ne pas se retrouver coincée dans le noir à ne rien pouvoir y voir. Elle transplana ensuite. Ah, par Morgane, que c'était pratique ce truc ! Elle l'avait récemment acquis, n'ayant pas souhaité le passer dans sa jeunesse, principalement parce qu'elle n'en avait guère besoin à l'époque. Et désormais, le moindre de ses déplacements, si court soit-il, elle l’effectuait en transplanant. Décidément, la Magie, elle adorait ça. Elle ne pouvait pas imaginer la façon dont les Moldus parvenaient à survivre sans la moindre once de magie pouvant les sortir de leur quotidien barbant.

Une fois arrivée, elle n'ut pas besoin de rallumer son sortilège, le jour se levant finalement. C'est donc sous un ciel rosé qu'elle entama le tour de l'endroit, jetant un coup d'oeil au moindre endroit qui aurait pu paraître suspect d'un point de vue sorcier. Mais tout était bel et bien vide. Les gens dormaient, ou se couchaient à peine, peu importe, ils étaient visiblement tous cloués au lit ou en train de se préparer dans le but de se rendre à leurs obligations respectives. La Serpentard réitéra la manoeuvre une deuxième puis une troisième fois, se rendant dans les rues les plus oubliées qu'elle avait omis sans le vouloir. Une fois qu'elle fût assurée que tout était calme et sécurisé, elle fît demi-tour et se planta derrière un arbre robuste pour transplaner. Mission accomplie !
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Mar 24 Sep - 13:14

{HRPG : reprise du rp avec Taylor Malëan}

Taylor :

Au loin dans l'obscurité des nuages, la silhouette du vieux chalet se dessinait peu à peu. Le tonnerre grondait de plus en plus fort et la pluie se heurtait violemment sur le visage du sorcier. Ses mains se crispaient sur son balais. Des bourrasques de vents ralentissaient son allure l'obligeant à aire face au vent pour ne pas faire emporter par l'air. Une courronne de nuage se dessina face à lui, aussi obscure que le présage qu elle offrait. Par sécurité malëan préféra finir son voyage en transplannant. Il agrippa son balais d'une main et se laissa tomber dans les airs. L altitudes chutait pendant que sa tension artérielle frisait des sommets.

-depuis combien de temps n'ai je pas volé ?

Ennivŕee par cette sensation d'ultime liberté , il en oublia presque sa chute et tarda à disparaître. Quand il s'envola enfin en tourbillon de célérité les brins d'herbes des highlands n'étaient plus qu'à quelques mètres. La suite de son voyage ne fut que désagrément et humidité mais fort heureusement il fut cours. À son arrivée sur place éra l'attendait, comme elle l'avait toujours fait, à s'inquiéter seule dans ce chalet.

-sèche toi vit, je vais nous préparer un peu des thé. Tout s'est déroulé comme tu voulais ?

Taylor prit la serviette que la jolie rouquine venait de lui proposer. Il se a passa autour du coup et sécha ses cheveux en les frottant avec vigueur. Le temps que sa chevelure s'essore il allait lui falloir réfléchir à ce qu'il allait bien pouvoir lui raconter.

-À dire vrai, j ai eu quelques petits problème. Rien de bien grave n ai pas d inquiétude cependant je n'ai plus aucune idée de ce que je suis parti faire dans ma caverne.

Alors même qu il parlait, un flash lui revint. Il se vit entrer dans sa grotte, s y installer et méditer sur lui même. Était il possible qu'il soit parvenu à un état de subconscience tel qu'il pu rester enfermé dans son esprit a rêver plusieurs jours de suite ? Cette possibilité lui paraissait invraisemblable. Il devait y avoir une autre explication mais vu que pour l'instant il allait pour le mieux et que rien ne venait titiller sa alarme naturelle contre le danger, il décida de faire l'impasse sur cette histoire et de se concentrer sur la merveille qui s'offrait à son regard.

-tu es magnifique...

Éra accueilli le compliment d'un sourire et apporta les tasses de thé. Elle les installa à table et tira une chaise pour inviter taylor à la rejoindre.

-fait gaffe à toi s'il te plaît. Je n ai pas encore envié de te perdre... Je sais que tout ça c'est important pour toi, mais combien de fois vas tu encore perdre la mémoire dans...

-ne t'embete pas Era. Je m'arrête pour le moment. J'ai décidé que mon niveau de connaissance était bien trop élevé pour le momen et que par conséquent mon cerveau ne pouvait plus suivre. Il lui faut du repos et comme c'est au prêt de toi que j eme sent le mieux, j'ai décidé de t'accompagner un peu dans tes recherches. Ça sera une occasion de se rapprocher non ?

Era :

- Oui, c'est une bonne idée.

Era avait dit ça sur un ton détaché, tout en buvant son thé. Pourtant son coeur venait de faire des bonds immenses dans sa poitrine. "L'occasion de se rapprocher". Taylor aurait-il prit conscience lui aussi du temps qui passe ? Et puis son compliment lui avait fait énormément plaisir aussi, surtout qu'elle ne se trouvait pas au mieux de sa forme en ce moment, elle était contente que Taylor ne l'ait pas remarqué.

- Tu en es où dans tes recherches ?

Era posa sa tasse fumante et se leva du canapé pour aller chercher ses notes, posées sur la table de la cuisine. Elle les passa à Taylor après une petite lecture en diagonale.

Elle n'avait pas l'impression d'avoir beaucoup avancé. Notant juste les quelques observations sur les animaux qu'elle avait eu l'occasion de voir évoluer dans la nature. Rien de plus... Il fallait dire aussi que le temps ne prêtait pas main forte à la jeune sorcière. Depuis des semaines maintenant le ciel était menaçant, voilé dans les "beaux jours" et régulièrement une pluie diluvienne se déversait dans le coin.

Laissant Taylor à sa lecture, Era reprit sa tasse et bu quelques gorgées du breuvage chaud. Elle observait son compagnon du coin de l'oeil, il ne laissait rien paraître.

- Au fait, osa-t-elle après quelques minutes, je sais que tu as besoin d'une pause, mais justement, tu pourrais peut-être m'expliquer en quoi consiste ton entraînement maintenant, et à quoi ça va te servir ?! Enfin, si tu veux bien en parler bien sûr.

Taylor :

des comptes rendus sur des dizaines de créatures défilés sous ses yeux. Du volatil au rongeur, presque toute les bêtes vivant dans les alentours du chalet était répertorié dans les notes d'Era. De magnifique images animés se déplaçaient sur la couverture de chaque dossier courant dans l'immensité d'une forêt ou d'une plaine selon son habitat naturel. Taylor savait que se travail avait dû prendre beaucoup de temps à la jeune fille, par conséquent elle avait dû travailler énormément ses derniers temps, et à dire vrai son visage semblait plus fatigué que d'habitude.
Comme pour éluder sa dernière question, le vagabond renchérit:

-C'est un travail remarquable, tu devrais sérieusement penser à faire toute une série. Nous pourrions en profiter pour partir quelque part, loger dans la tente quelques temps pour prendre le temps de découvrir des créatures, que tu n'auras jamais la chance de croiser ici.

Era se perdit un moment dans ses pensées, puis remit les pieds au sol.son visage fatigua se plia pour sourire un peu. Cette idée semblait lui plaire, mais de toute évidence, elle n'avait pas oubliée sa question, et elle attendait des comptes.

- Pour mon entrainement, je dois t'avouer que je n'ai pas spécialement envie d'en parler mais mal grès tout, il faudra peut être que je te l'enseigne un jour alors autant commencer. Pour obtenir un état assez stable pour utiliser la magie sans baguette...

Taylor expliqua sa volonté de se renfermer sur lui afin de travailler sur son esprit, et de le rendre le plus calme et innofensif possible pour faciliter son aptitude à canaliser sa magie, sans catalyseur. Il lui expliqua aussi sa dernière expérience dans sa caverne, supposant qu'il avait dû utiliser un sortilège de sommeil pour faciliter l'exercice, se retrouvant ainsi bloqué, dans un rêve de quatre jours. La jolie rousse ne semblait pas plus étonnée que ça, commencé t'elle à se faire une raison, sur le fait que Taylor serait toujours ainsi, à menacer son corps et son esprit au nom de la connaissance ?

Era :

La jolie rousse n'était pas surprise par la réponse de son compagnon. Taylor fonctionnait ainsi, elle le savait, elle l'acceptait. Elle se dit que son apprentissage à elle viendrait plus tard. Quand elle serait prête, et quand Taylor serait prêt à lui faire part de ses connaissances.

La pluie avait cessé depuis quelques minutes maintenant. Le ciel était toujours menaçant, mais Era en avait marre de rester enfermer. Elle se leva, attrapa sa cape et tout en l'enfilant demanda à Taylor :

- Ca te dit une petite balade ? J'ai besoin de bouger un peu.

Sans mot dire, Taylor se leva à son tour et tout deux sortirent du chalet en direction de la forêt.

Les premières bouffées d'air frais firent du bien à la lionne. Elle inspira longuement et profondément, remplissant ses poumons de la fraîcheur et de l'humidité ambiants.

Dans un silence agréable ils foulèrent l'herbe trempée, jusqu'à arriver sur le petit chemin de terre à l'orée du bois qui bordait la maison. Enveloppés par les arbres, la luminosité était faible. Era réfléchissait, elle ne voulait plus parler boulot pour ce soir, elle voulait se changer les idées, et profiter du retour de Taylor.

- Tu as une idée de ce que tu voudrais faire ce soir ?

Elle avait lancé ça banalement, en se tortillant une mèche de ses longs cheveux roux, mais elle attendait réellement une réponse de la part de son compagnon, et pas un simple "je ne sais pas, ce que tu veux", qui la ferait décider elle, plutôt que d'être surprise par l'homme avec lequel elle vivait.

Taylor :

Une fois embarqué sur le petit sentier de terre, taylor avait levé ses chaussures afin de fouler le sol de la voûte de ses pieds. L'humidité de la terre sous ses talons lui apportait une sensation de confort. Il se sentait en phase avec la nature. Les feuilles des arbres dansaient au même rythme que sa chevelure sale, suivant chacun des souffles du vent. L'air frais des glencow mordillait les extrémités de son corps. Il était encore tôt dans la journée, et pourtant le ciel, assombrit de lourd nuage donner l'impression d'être en pleine nuit un soir de pleine de lune. Quelques gouttes de pluies tombaient de temps à autre, puis s'écoulait silencieusement le long de son grand manteau de cuir. Perdu totalement dans ses pensées il n'écoutait que d'une oreille et par chance il reprit conscience au bon moment.

- tu as une idée de ce que tu voudrais ce soir ?

Une idée ? il en avait plein en fait. La beauté de ce temps écossais lui donnait l'envie de s'allonger dans l'herbe mouillée et de profiter tout simplement de l'agréable sensation de la pluie coulant sur son visage. Depuis bien trop de temps il avait perdu de vue, ses petits plaisir de tous les jours, de s'émerveiller de la beauté du paysage, et de celle de la femme qu'il aime.

-Que dirais tu d'aller nous promener prêt de la côte ? J ai envi de voir l'océan et de respirer l air salé Ensuite ça fait super longtemps que je n'ai pas joué de musique et je dois avouer que ça me manque terriblement. Je ne suis pas spécialement bon, mais peut être voudrais tu jouer un peu avec moi, si je me souviens bien, tu avais une guitare dans ton ancien appartement non ? Je suis flûtiste,
Dit il en souriant.

Era semblait charmée par le programmez. Pour une fois il n'.y aurait entré eux pour seule magie, que celle de l'amitié et de l'amour. Impatiente elle prit taylor par la main, l'accrochage du bout de ses doigt, et l entraîna vers elle en direction des cotes.

Era :

Le tourbillon sombre dans lequel ils étaient engloutis les mena en direction d'une falaise. Cette même falaise sur laquelle elle s'était trouvée pour méditer il y avait déjà quelques temps de cela.

L'atterrissage lui donna quelque peu le tournis, mais peut-être était-ce tout simplement le vent qui soufflait terriblement fort. Sans lâcher la main de Taylor, elle fit quelques pas en direction du bord. Puis elle ferma les yeux tout en inspirant profondément afin de remplir ses poumons de l'air iodé. Elle se sentait bien, malgré la pluie qui se déversait sur son visage et sur ses longs cheveux roux.

Après quelques minutes, la lionne ouvrit les yeux et regarda son compagnon. Il avait les yeux totalement perdus dans le vague, et semblait profiter de la beauté sauvage du paysage.

- Tu veux qu'on descende près de l'océan ? demanda-t-elle.

- Bonne idée, lui répondit Taylor.

Ils prirent alors le petit sentier étroit et escarpé qui menait jusqu'à la plage, et après une bonne demi heure de marche, à faire attention de ne pas glisser, ils arrivèrent sur la plage de sable imbibé d'eau. Les vagues puissantes projetaient des gerbes d'eau, les arrosant un peu au passage. Au point où ils en étaient, être un peu plus mouillé ne les dérangeait plus.

- Tu as eu une très bonne idée de vouloir nous emmener ici. Ca faisait une éternité que je n'étais pas venue, avoua Era.

Taylor lui sourit, et serra un peu plus fort la main de la rouquine.

- Bon, on va chercher ta guitare ? lui demanda-t-il après plusieurs minutes de silence.

- Hum... Tu sais ça fait longtemps que je n'ai pas joué, dit-elle en rougissant.

Puis sans laisser le temps à son compagnon de répondre, ils transplanèrent à nouveau en direction de Pré-au-Lard et de l'ancien appartement d'Era.

- Attends moi là, demanda-t-elle en se précipitant vers l'entrée.

Elle ne croisa pas âme qui vive à l'intérieur, bien au contraire. Les volets étaient tous fermés, les toiles d'araignées envahissaient la demeure. Era savait que son ancienne colocataire n'était pas très présente, mais elle faisait toujours en sorte de passer chez elle, même en coup de vent, afin d'entretenir l'habitation.

Cette absence soudaine était bizarre, et la lionne culpabilisa rapidement de ne pas avoir prit de nouvelles de son amie plus régulièrement. Elle espérait qu'elle avait simplement déménagé, et qu'il ne lui était rien arrivé.

Toujours un peu inquiète, Era poussa la porte de son ancienne chambre et sans regarder autour, elle s'avança directement vers la porte de l'armoire dans laquelle était rangée sa précieuse guitare. Elle s'en empara, et sortit de l'appartement sans demander son reste.

- Quelque chose ne va pas ? lui demanda Taylor en voyant sa mine déconfite.

- Rien, c'est juste qu'Alice a du déménager, la maison est laissée à l'abandon et ça me surprend beaucoup d'elle. Enfin... J'ai la guitare, on peut y aller ! dit-elle dans un sourire.

Et à nouveau ils furent engloutis dans le tourbillon glacial et humide, en direction de leur maison chaleureuse dans laquelle ronflait un feu réconfortant.

Taylor :

Le chalet autrefois petit et salle se tenait maintenant beau grand et propre devant les deux sorciers.la pluie n'avait pas cessée mais elle diminuait en intensité. Ensemble ils franchirent la porte puis allèrent s'installer au milieu du salon, là où le feu les éclairait assez pour voir à peine leurs mouvements. Era se posa à même le sol et commenca à échauffer ses doigts sur le manche de son instruments.

-Commence je vais chercher mon uku et je suis à toi.

Taylor se rendit dans la cuisine et attrapa sur la table son petit fourre-tout magique. Il en extirpa un instrument de la taille d'une mini guitare en bois sombre. chaque fret de l'instrument était fait d'argent, les clefs en ivoire étaient toutes en forme de ses petites créatures ronde que Malëan aimait tant dessiner. Les cordes brillaient dans l'obscurité offrant une vision parfaite pour jouer dans les endroits sombre. Il saisit l'instrument puis le porte à son oreille pour l'accorder. Quelques minutes plus tard, il revint pret de sa belle qui jouait un air plutôt sinistre bien que l'enchainement d'accords soit parfait. En silence Taylor se joint à elle et observa lentement son enchainement.

-Do, La, Fa, Sol. Ok c'est parti.

au moment ou le vagabond fit vibrer ses cordes pour la première fois, le feu ronfla et se mit à brûler plus fort, faisant presque dépasser les flammes du foyer de la cheminée. calqué sur la mélodie d'Era, il envoyait un sublime arpège. Les notes aigues du ukulele raisonnait à travers les basses métalliques de la guitare.
Era souriait encore plus que d'habitude, un rictus incontrolable qui la poussait à la joie. Taylor lui, fermait les yeux et laissé son art agir de lui même, le berçant dans un flux de ténèbre régénératrice.

Les musiques ce sont enchainé et alors que le soleil se lever bientôt, Malëan prit le lead sur un air blues. C'est alors qu'un magnifiue spectacle se mit en oeuvre. Tout les quatre temps, quand il frappait la quatrième corde, une minuscule flammeche de feu s'envoler de l'âtre et venait se poser en douceur sur le sol avant de danser, sauter et virvoleter dans une harmonie parfaite avec ses soeurs. Bientôt une vingtaine de boule de feu miniature chorégraphiait la chanson, puis Malëan se mit à chanter.
Le chant racontait l'histoire triste d'un homme, qui courrait àprès un rêve toute sa vie, perdant femme, famille, et maison. Il décida alors de parcourir le monde à la recherche de son utopie, et il arriva dans un village peuplée de petits lutin. Le texte disait que les lutints vivaient en parfaite symbiose,parce qu'il vouait leur vie à la musique, et que cet interêt pour tous, les soudés en un peuple fort et heureux. L'homme était resté quelques temps à vivre parmi ses créatures, berçait par le calme de leur vie puis avait fini par décider de partir. Quand il quitta le village tous les petits bonhommes se réunirent pour lui offrir un instrument si beau, qu'il ne pourrait jamais les oublier. Le derniers couplait parle de la vie de cet homme après cette rencontre. Il dit que depuis ce jour l'homme à cessé de chercher le rêve, et qu'il le vit chaque nuit, autour d'un feu de camp, et de partout à travers le monde, toute les nuits. Cette homme joue cette chanson.


A la fin de la musique les petites flammes sautèrent dans le foyer, et le feu s'éteint en un souffle. Toute la luminosité de la pièce disparue et seul l'instrument de taylor était visible, posait à même le sol. Taylor se rapprocha d'Era en silence, et quand il lui posa la main sur la joue et sursauta. Les pores de sa peau se raffermirent et ses poils se dressèrent, et là tendrement, il lui déposa un baiser sur l'autre joue.

-Allons nous coucher il est tard. Nous nous occuperons du programme de demain au petit déjeuner .

Era :

Allongée dans son lit, enveloppée dans sa couverture, le sommeil d'Era était bercé par la mélodie des musiques de la soirée.

Lorsqu'elle se réveilla quelques heures plus tard, alors que le jour se levait à peine et qu'il était difficile de voir autre chose que la fine pluie qui tombait du ciel, Era se leva. Sa nuit avait été réparatrice. Jouer de la musique lui avait fait un bien fou, cela faisait bien trop longtemps qu'elle n'avait plus gratté les cordes de sa guitare.

Dans le silence du petit chalet qui semblait, lui aussi, toujours endormi, la rouquine s'avança jusqu'à la chambre de son compagnon, et entrouvrit la porte discrètement. Taylor dormait toujours à point fermé. Revenant sur ses pas, la lionne referma la porte et descendit à la cuisine se préparer un thé bien chaud.

Il ne restait plus grand chose du feu de la veille, et la sorcière avait froid. D'un coup de baguette qu'elle sortit de sa poche, elle embrasa les bûches qui ronflèrent à nouveau dans un grondement sourd mais rassurant.

L'esprit ailleurs, Era buvait son thé fumant. Incontestablement, cette soirée avait permis beaucoup de choses. Elle s'était libérée et se sentait plus légère, comme à chaque fois qu'elle jouait de la guitare. Et surtout elle s'était rapprochée de Taylor. La musique, comme la magie, les avait lié un peu plus.

Elle fut soudain coupée dans ses pensées par l'arrivée de Taylor qui la salua d'un sourire bienveillant.

Ils parlèrent un moment de la veille, tout en prenant leur petit déjeuner, puis le silence revint, jusqu'à ce qu'Era reprenne la parole.

- Si ça ne t'embête pas, j'aimerai bien retourner à l'appartement, j'avoue que je suis un peu inquiète qu'Alice soit partit en laissant la maison à l'abandon. J'aurai juste à vérifier deux trois choses, ce sera rapide, ensuite nous auront tout notre temps pour faire ce que tu voudras.

Taylor accepta, et les deux sorciers finirent de se préparer avant de transplaner à Pré-au-Lard.

- Tu préfères que j'attende ici ? demanda Taylor.

- Non, tu peux venir si tu veux, répondit Era en lui attrapant la main.

Tout deux pénétrèrent dans la maison. D'un "lumos" les baguettes s'illuminèrent, permettant ainsi à leurs propriétaire de mieux percevoir l'intérieur de la maison sombre.

Comme la veille, tous les recoins étaient recouverts de toiles d'araignées, les meubles enveloppé de poussière, et la vieille horloge qui faisait autrefois entendre son "tic-tac" était muette comme une tombe.

- Eh bah, murmura Taylor, on dirait qu'elle est parti depuis un bout de temps...

Era ne répondit pas et fronça les sourcils.

Taylor l'observait, puis finit par lui demander :

- Pourquoi tu t'inquiètes tellement ? Elle a peut-être trouvé du travail ailleurs.

La jeune femme secoua la tête de gauche à droite.

- Non Taylor, Alice est malade, enfin, paranoïaque surtout. Elle ne sort que pour le strict minimum, elle ne travaille pas, mais passe son temps dans une grotte sur les hauteurs de la ville. Elle disait tout le temps "ils vont me trouver, ils vont LA trouver, il faut que je la cache." Je n'ai jamais su de quoi il était question, elle n'a jamais voulu en parler. Et je vivais ici seulement parce que mon père la connaissait bien et qu'il l'a convaincu de m'héberger.

Taylor :

La matinée fut brève après cette brève nuit. Era s'inquiéter pour son amie, qu'elle n'avait pas vu hier à son ancien appartement, et préféra y retourner pour avoir plus ample connaissance de l'état de son ancienne colocataire, après tout, elle avait tant fait pour elle.

-bon il n'y a pas besoin de t'inquiéter ma belle, si ton amie a des ennuis, nous les réglerons.

À peine avait il commencé à imaginer sa vie sans accroche ni aventure biscornue, que la jolie rousse le précipitait au milieu d'une course poursuite après une inconnue. Mais à cet instant, peut importait ce qu'il devrait faire, l'état d'éra était catastrophique, il lui fallait l'aider une fois de plus. Sans compter et sans mesurer les risques qu'il allait prendre.

-Bien, ne perdons pas de temps, allons dans sa caverne comme tu dis, tu dois bien savoir ou elle est non ?

La jolie rousse acquiesça d' un hochement de tête. Malëan sortit sa baguette et lança un sortilège d'alarme, pour le prévenir de toute nouvelle intrusion dans ce bâtiment. Il rejoint ensuite la lionne et la prit dans ses bras.

-Reste calme ma douce, tu vas peut être avoir besoin de toute ta concentration d'ici peu. Guide moi jusqu'à la bas et soit prête au combat et à la mort, ainsi rien ne te surprendra. Je sais que c'est dur, mais encore un peu de courage.


Taylor sourit puis se sentit absorbé par le sillon de la jolie rousse. Il n'eut pas vraiment le temps d'observer le trajet, à peine s'était il laissé porté, qu' il avait de nouveau un pied à terre. Face aux deux adultes, une étroite ouverture de caverne. Il allait falloir y entrer. La plaine s'étendait au pieds de la falaise, très loin, sur la ligne d'horizon, on voyait les plus hautes tours et cheminées de la ville la plus proche. Un silence inquiétant résignait dans l'air. Le soleil venait de se lever et pourtant il semblait qu'aucune créature ne soit encore réveillées, comme si dans ce petit coin, le temps avait cessé d'être.
Era avait l'air encore plus inquiète maintenant qu'elle était la. Mais après avoir prit une grande bouchée d'air frais, elle empoigna sa baguette et s'engouffra dans la grotte, sans même demander son reste.

- hey ne te précipite pas comme ça n'importe ou...

Era :

Elle fut rapidement rattrapée par Taylor, et tout deux s'engouffrèrent dans les profondeur de la grotte.

Le sorcier avait pris les devants, et s'était placé devant la rouquine, sa baguette projetant une puissante lumière.

- Elle venait ici souvent ? demanda Taylor.

- Assez oui, murmura la jeune femme, elle y venait tous les jours, tôt le matin en général, ou tard le soir.

Le Serdaigle ne répondit pas, mais continua d'avancer à pas de loup, l'écho de sa marche résonnant dans cet endroit sombre et inquiétant.

Ils marchèrent un bon quart d'heure avant d'arriver au fond de la grotte.

- On a du manquer une bifurcation, remarqua Era en se tournant, prête à faire demi tour.

- Non, attends, la retint le vagabond .

Il effleura la pierre froide du bout de ses doigts, parcourant ainsi la quasi totalité du cul de sac dans lequel ils se trouvaient.

Era l'observait, silencieuse, pour ne pas troubler la concentration du sorcier.

Taylor se figea soudain et ramena sa baguette près la main posée sur la roche, afin de l'illuminer.

Là, des inscriptions apparurent sur la face droite de la grotte. La rouquine se rapprocha de son compagnon, et lu en même temps que lui :

"Le chiffre IX est notre ami, mais pour passer, il faudrait qu'il soit un 6..."

Era fronça les sourcils. Taylor n'avait toujours pas bougé.

- C'est une énigme ! s'exclama Era plus fort qu'elle ne l'aurait voulu.

- Et elle n'est pas bien difficile en plus, répondit Taylor en souriant.

Taylor :

Taylor posa ses doigts aux extrémité du neuf et inversa son pouce et son index. Le chiffre pivota dans son mouvement et la roche se déversa en un rideau épais de poussière juste devant ses pieds. Une grande porte était maintenant creusée dans la parois. En avant une large pièce s étendait. La roche y avait été façonné de façon à former une salle parfaitement symétrique. À l intérieur, un aménagement semblable à une maison.
on décomptait une petite cuisine aménagée, si tant est qu un réchaud à gaz et un plan de travail en était une. Plus loin dans le coin droit de la pièce, il y avait un vieux canapé de cuir dans lequel on devait dormir souvent. Des draps et un oreilles y étaient disposé. Au centre de la pièce, une immense table trônait. Des milliers de papiers étaient entreposé la, attendant probablement d être travaillé ou classé.

-on dirait qu'il n'y a personne Era.

À ses mots, le visage d'éra perdit encore un peu de ses couleurs. Elle semblait perdue, sans piste. Rien ne pouvait l'aider à savoir si son ami aller bien. Elle se mît à fouiller dans toute la maison, à la recherche d'une piste sur ou sa colocataire pourrait être.
Elle s'agitait vite, et sans vrai sens.

-Era ! Calme toi. Si tu veux la trouver il va falloir nous concentrer. Premièrement tu m'as parĺe d'une chose qui faisait du soucis à ton ami. Essayons de nous renseigner up eu la dessus. Il y en a forcément des traces ici, si nous sommes dans sa "planque" . Commençons par la. Toi tu t'occupe des papiers, et moi je vais essayer de repérer la moindre trace de magie qui aurait pu exister dans cette salle.

Les deux adultes s'activèrent un moment. Era fouinait par ci par là et Taylor passait le plus clair de son temps a observer des silhouette argentée lancer tel ou tel sortilèges pour allumer ou éteindre des lumière, déplacer des objets et toute autre tâche quotidienne.
Mais visiblement, aucun combat n'avait eu lieu récemment dans cette caverne .

Taylor laissa tomber au bout de quelques heures de spectacle de ces fumées argentées.
La jolie rousse quand à elle, ne cessa pas une seconde. Taylor en profita donc pour essayer de préparer du thé avec ce qu'il y avait dans la cuisine. Le calme résignait dans la pièce. Puis Era rompit le silence et la monotonie de la danse des feuilles qu elle parcourait avec hystérie depuis deux heures.

- j'ai quelque chose !

Era :

Sans lever les yeux de la feuille de papier qu'elle tenait dans ses mains, Era s'avança vers Taylor. Elle s'arrêta à sa hauteur, et continua sa lecture. Le sorcier attendait patiemment que sa compagne daigne enfin parler.

- C'est... enfin... un peu comme un journal intime. Elle raconte qu'"Ils" sont venus, qu'elle a réussi à les faire fuir grâce à ses sortilèges de protection mais qu'Elle" n'est plus à l'abris. Elle ne dit pas de quoi elle parle. Elle continue seulement en racontant ses craintes, et en disant qu'elle compte se réfugier dans un château, quelque part en Ecosse pour pouvoir revenir rapidement à la maison.

Au fur et à mesure de ses explications, la rouquine se sentait mal. Ses mains tremblaient, et elle était parcourue de sueurs froides.

- Taylor, il a du lui arriver quelque chose ! Elle comptait revenir !

Le Serdaigle se leva alors rapidement et attrapa Era par les épaules.

- Calme toi ! Il faut que tu gardes ton sang froid. On va faire un tour dans les châteaux les plus connus d'Ecosse. Ils sont facilement répertoriés, nos recherches seront faciles de ce côté là. Nous finirons bien par trouver quelque chose, je te le promets.

Era sembla s'apaiser un peu. Sa respiration se calma doucement et elle respira profondément.

- D'accord, finit-elle par dire. On commence par où ?

Taylor :

En réalité il était inutile de chercher aveuglement à travers une centaine de châteaux et fort heureusement, Malëan avait un plan. Il avait à sa disposition tout une panoplie d'affaire appartenant à la femme qu'il cherchait, et en plus de trouver divers indices ici, il pourrait faire usage de la magie, pour retracer le parcours de la victime.

-Era ! repose toi maintenant, je veux que tu te calme.

La rouquine était totalement affolée, elle déambulait dans la sombre salle, les deux mains sur le visage, comme si elle voulait y enlever tous signe d'inquiétude. Taylor se contenta de l'asseoir sur une chaise et de se poser pret d'elle avec le petit "journal intime".

-Bien très bien, tu te souviens de nôtre dernier entrainement ? Je t'avais dit que c'était fini n'est-ce pas ? sauf que visiblement, il va maintenant falloir que tu apprenne à traquer une proie, et si tu le veux bien, je vais être ton professeur, comme au bon vieux temps.

Era voulait placer un mot mais le vagabond poursuivi.

-Je sais que tu es plutôt déstabiliser mais il va falloir te ressaisir au plus vite si tu veux avoir une chance de retrouver ton amie en vie, ceci est une réalité.

Les yeux de la rouquine s’écarquillèrent. Le sang imprégna peu à peu son globe oculaire puis toute sa frustration s'évapora. Son regard se fronça, elle releva la tête et les épaules. Comme si maintenant, elle avait totalement pris conscience de la réalité présente: Son ami était en danger, et il lui fallait l'aider à tout pris.

-Je t'écoute !

-Bien ! Je veux que tu ailles nous préparer du thé pendant que je fini de lire se bouquin. Pendant ce temps, il serait judicieux aussi que tu en profite pour préparer un sac de départ, pour parer à toute éventualité. Prend tout ce qui te viendrai à l'idée d'utiliser. Ensuite, quand j'aurai analysé ces donnés, j'aurai une chance de savoir où ton ami se trouve. Nous nous y rendrons, tâterons le terrain et prévoirons un plan. Sachant qu'on ne sait absolument pas depuis quand ton ami peut avoir disparu, il nous faudra être extrêmement rapide.

Taylor tourna alors la tête en direction du salon et s'en alla s'y asseoir à même le sol. Là, prêt du feu, il continua sa lecture, dans le seul bruit du ronflement du feu, et les tintements de casserole qu'Era produisait.
Le bouquin ne continuait pas après ce qu'Era venait de lire, ainsi, Taylor se concentra sur le début du livre. Il s'agissait en effet d'un journal intime, pendant environ un quart du livre. Elle y racontait sa vie d'étudiante à Poudlard, elle avait visiblement commencé son écriture en septième année, vue que les chapitres suivant concernaient déjà sa vie active. Mais c'est vers la deux cents quarantième page que le bouquin prenait un sens sinistre. Elle faisait référence à un objet dangereux qu'elle avait maintenant en sa possession. Qu'elle n'avait pas vraiment cherché à l'avoir mais qu'elle se devait de le garder, espérant que ça ne lui causerait pas trop d'ennui. Ensuite plus rien pendant à nouveau deux cents pages. Elle parlait seulement de vacance qu'elle avait prit en écosse chez une ancienne ami. Shopping et ragots. En fait en dehors de quelques histoires, le journal ne mentionné presque pas la magie. Puis à nouveau un chapitre étrange. Parlant d'un homme qui l'aurait abordé dans la rue, lui parlant de l'objet qu'elle avait. Et enfin les dernières phrases qu'Era avait lu:

"Je retourne au château en Ecosse, là bas je serais à l'abris. Je ne sais pas combien de temps je vais devoir y rester mais je vais revenir bientôt, je ne dois pas la perdre des yeux."

-Era ! Je crois qu'en fait le journal ne nous en apprendra pas beaucoup plus mais j'ai une piste. Elle est déjà parti en Ecosse, et tu sais tout comme moi qu'il y a là bas, des centaines de châteaux. Par contre tu dois peut être une de ses amies qui s'appelle Thea non ? Elle a l'air plutôt proche d'elle, quelqu'un qui venait peut être souvent lui rendre visite ? Elle y fait référence dans le journal. Elles sont parti en Ecosse toutes les deux, avec un peu de chance, elle pourra nous éclairer un peu.

Era :

- Théa... Ca me dit quelque chose, j'ai du la croiser une fois ou deux mais je ne me rappelle même plus la tête qu'elle a pour tout t'avouer...

Taylor la regarda intensément, il voulait vraiment qu'elle se concentre. La rouquine le savait, chaque détail avait son importance.

- Bon, ok, laisse moi me concentrer quelques minutes.

Era s'installa à même le sol et commença a réfléchir tout en faisant apparaître des gerbes d'étincelles avec sa baguette.

De son côté, Taylor feuilletait encore et toujours les divers papiers disposés dans la grotte. Il se levait par moment, vérifiait le contenu de son fourre-tout, et reprenait sa lecture.

Si d'apparence il n'avait pas l'air soucieux, il régnait pourtant une ambiance électrique dans cet endroit sombre. Et les nombreuses allées et venues de Taylor n'aidaient en rien à la concentration de la jeune sorcière.

Au bout d'un moment elle souffla bruyamment, se leva et déclara :

- Je vais sortir un peu, je pense qu'un peu d'air frais me remettra les idées en place.

D'un pas rapide, la rouquine pris alors la direction de la sortie. La nuit commençait à tomber, et les lumières des maisons de Pré-au-Lard s'allumaient doucement. Taylor et elle avaient passé plus de temps qu'ils ne croyaient, enfermés dans l'obscurité de la grotte d'Alice.

Au loin, Era voyait les habitants quitter les commerces pour rentrer chez eux. D'ailleurs, de sa position, elle voyait distinctement la maison d'Alice.

Les quelques retardataires se réfugiaient à l'auberge des Trois Balais, sûrement pour déguster un bon Hydromel ou une bière au beurre.

Mais Era ne portait que peu d'attention à l'agitation qui régnait bien plus bas dans le village. Un vent frais soufflait sur son visage, et malgré sa cape, elle fut parcouru de frissons. Le stress et la fatigue avaient raison d'elle. Malgré cela, elle se concentra à nouveau sur Théa. Oui, elle l'avait vu un soir, alors qu'elle rentrait tard d'une de ses excursions. Alice et Théa étaient assises sur le sofa, une tasse de thé fumante dans les mains. Elles ne parlaient pas, et la rouquine avait été surprise de voir leurs visages si fermés, voire même inquiets. Les deux filles avaient fait ensuite mine de retrouver leur aplomb, mais Era n'avait pas insisté pour savoir ce qui les perturbait tant, après tout, à cette époque, c'était chacun pour soi et les problèmes d'Alice ne concernaient pas la rouquine.

Pourtant aujourd'hui tout était différent. Era avait grandit, mûrie. Elle avait pris confiance en elle, et sentait quand un problème se profilait à l'horizon. Et là, c'était le cas. Des bribes de conversation lui revenait, mais tout était mélangé dans sa tête, rien qui ne puisse l'aider à retrouver la fameuse Théa, qui elle-même serait en mesure de les aider à retrouver Alice.

Toute à ses pensées, la sorcière ne s'était pas rendue compte qu'il faisait de plus en plus sombre. Elle secoua la tête pour revenir à la réalité, et quelque chose attira alors son attention. Elle s'avança un peu plus près du bord, et ce qu'elle vit lui soutira un cri de surprise qui fit rappliquer Taylor dans la seconde.

Le visage inquiet, il se plaça devant Era en lui demandant ce qu'il se passait.

Muette, Era se contenta d'indiquer du doigt la maison d'Alice.

Le Serdaigle se tourna alors pour regarder dans la direction qu'indiquait sa compagne, puis après quelques secondes, il la vit. L'habitation d'Alice était éclairée. Faiblement, certes, mais éclairée tout de même.

- Elle est rentrée tu penses ? osa Era.

- Je n'en sais rien, on va aller voir ça. Attends moi ici, je vais chercher nos affaires.

Era ne bougea pas, le regard toujours posté sur la maison. Taylor revint quelques secondes après, et tout deux se dépêchèrent de descendre la petite montagne. Ils auraient pu transplaner, mais ils s'étaient mis d'accord pour rester discrets, par simple prudence.

Ils arrivèrent dans le sous-bois qui bordait le village. Il y faisait tellement sombre qu'ils usèrent de leurs baguettes pour voir où ils posaient les pieds. Quand enfin ils retrouvèrent l'allée sécurisante de Pré-au-Lard, Era souffla de soulagement. Elle n'aimait pas tellement se retrouver dans le noir total, elle avait surtout l'impression d'être observée, ou que quelqu'un ou quelque chose allait leur sauter dessus.

Ce n'est qu'en tournant dans la rue qui menait chez Alice qu'ils eurent la mauvaise surprise de constater que la lumière avait disparue.

Tous deux s'arrêtèrent alors devant l'entrée, se demandant ce qu'il fallait faire.

- C'est toujours chez toi, tu as les clés, lui dit Taylor. Si c'est bien Alice, ça ne posera pas de problème.

- Et si ce n'est pas elle ? demanda Era d'une voix hésitante.

- On avisera. Je suis près de toi de toutes façons, ne t'inquiète pas.

- Je n'ai pas peur ! se rebiffa la sorcière. Je sais me défendre ! C'est juste que...

Taylor l'arrêta en lui prenant la main.

- Allons-y, dit-il en posant la main sur la poignée de la porte.

Cette dernière grinça un peu, arrachant une grimace à Era au passage.

Ils s'avancèrent jusqu'au salon. Une lanterne éteinte était posée sur la table basse.

- Je vais aller voir dans sa chambre, murmura la lionne sans attendre de réponse.

Elle avançait à pas de loup dans le long couloir qui menait au coin nuit, sa baguette fermement tenue dans sa main et pointée droit devant elle. Aucun son, aucune âme qui vive, même Taylor se faisait discret. Elle se retourna d'ailleurs, pour voir s'il l'avait suivit, mais il n'était pas là, il avait du rester dans le salon, où chercher d'autres indices. C'est alors qu'en se retournant, Era tomba nez à nez avec Alice. Ou plutôt, ce qui restait d'elle. Elle semblait comme être zombifiée. Le teint gris, le regard dans le vague et les yeux injectés de sang, un souffle rauque sortant de sa gorge. Elle avait les mains pleine de sang, les pieds nus sur le sol glacé. Sa robe était déchiquetée à plusieurs endroits, les cheveux coupés presque à ras. Alice était pour le moins méconnaissable...

Le coeur d'Era s'accéléra brutalement, son souffle s'accéléra aussi, et sa poitrine devint douloureuse. Alice était purement et simplement une vision d'horreur. Quand enfin la rouquine retrouva l'usage de la parole, elle se mit à hurler :

- TAYLO....... !!!!!!!!!!

La sorcière ne put terminer sa phrase, Alice s'était jetée à son cou, et commençait à l'étrangler. Dans la panique et le choc, la baguette de la jolie rousse avait glissé plusieurs mètres derrière elle.

Era n'en pouvait plus, elle se débattait, suffoquait sous le poids et les mains d'Alice serrées sur sa gorge. Elle avait l'impression de taper sur du bois, Alice ne semblait rien sentir des coups qu'Era lui assénait. Sa vue se brouilla rapidement, l'oxygène manquait dangereusement. Ses coups se firent de plus en plus faibles, jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus rien faire d'autre que subir et attendre la mort qui allait probablement arriver bientôt.

Malgré tout, elle bougea ses lèvres sans qu'aucun son ne sorte de sa bouche. Taylor. Mais où était-il ? Elle savait se défendre avait-elle dit quelques minutes plus tôt. En temps normal oui, mais devant le zombi de son amie, Era avait tout simplement été pétrifiée d'horreur, et elle avait oublié la base de son apprentissage. La concentration, ne pas se laisser déstabiliser, et ne penser qu'à une chose, sa propre survie, même s'il s'agissait d'une personne proche. Ces bases qu'elle savait pourtant par coeur, mais qu'elle n'avait pas appliqué et qui allaient sûrement lui coûter la vie. Les sons lui parurent soudain lointain, l'odeur fétide d'Alice ne lui donnait même plus la nausée, elle ne ressentait plus rien, sa vision se brouillait de plus en plus jusqu'au trou noir où elle perdit connaissance.

Taylor :

Era venait de bifurquer à gauche en direction de la chambre à coucher. L'odeur de l'huile pour lanterne embaumée toute la pièce. Sans lumière aucune, il était impossible de distinguer quoi que ce soit dans l'habitation.  Les habituelles rayons de lumière, que les volets laissaient entrer de la rue, ne se présentaient pas. Aucune ombre ne dansaient sur le mur, pas même un soupçon de contraste.
Taylor ne voulait pas faire usage de la magie de peur de se faire repérer, ainsi c'est à tâtons qu'il entreprit sa course jusqu'au tréfonds de l'appartement, à la recherche d'une quelconque présence. Il avait quitter sa belle depuis une ou deux minutes mais dans ce chaos, les minutes s'allongeaient en heures. Dans l'incapacité d'utiliser ses sens primaires le vagabond concentra toutes son énergie a l'écoute et à l'odorat. Des petits bruit de grincement s'entendait derrière lui. Après avoir vérifié rapidement qu'il ne s'agissait que de bruit parasitaire, et rien de dangereux pour lui, il continua. L'air dans la partie droite du logement était plus frais qu'au salon. L'odeur d'huile s'estompait et celle du vieux bois venait s'y mêler.
L'échos de marche de malëan résonnait dans le couloir qu'il venait d'emprunter , bien qu'il faisait son maximum pour demeurer silencieux. Quelques bruits de lattes grinçantes, et aussi de mouvements, Era était probablement en train de fouiller quelque chose.

Elle devrait être plus discrète pensa t'il.

Mais l'heure n'était pas au reproche. La fin du couloir approchait. Les mains du vagabond varient de heurter le coin du mur indiquant la fin du vestibule. Il passa les doigts le long des rentres de la porte jusqu'à trouver la poignée et quand il s'apprêtait enfin à l'ouvrir, il fut saisi d'une douleur atroce.

Il lâcha la poignée qu'il avait délicatement tournée sans un bruit et la porte s'entrouvrit sans augmenter là luminosité pour autant. Tout était donc plongé dans un noir profond. La douleur s'intensifier sur le bras de taylor, au travers de ses manches, une lueurs tentait de s'échapper. Sur le cuir noir de son manteau, se formait par transparence l'image d'une croix de couleur rouge vif.

Era !

Il fit demi-tour  et lança à travers le couloir une boule lumineuse si puissante, que tous les recoins s'illumine rient en même temps. Bien que ses pupilles n'eurent le temps de se rétracter correctement pour s'adapter à la luminosité le vagabond couru en direction du salon puis de la chambre à coucher. Son pied se heurta contre une chaise, qui fut propulser plus loin faisant un brouhaha monumental.
La douleur de son bras s'intensifiait et la lumière qui s'échappait de la marque aussi. Era devait être en danger, mais comment était-ce possible ? Aussi prêt de lui ? Elle avait pourtant dit qu'elle savait se défendre.
La fin du salon débouchait dans le couloir de gauche, là où Era avait tournée quand ils s'étaient séparés, alors qu'il s'y engouffrait le sortilèges de lumière se terminait, ne laissant apparaître à ses yeux qu'une forme grossière dans le noir briser un carreau en sautant à travers, pour prendre la fuite. Dans l'élan il voulut la suivre, s'imaginant déjà devoir poursuivre un nouveau ravisseur qui aurait fait du mal à sa belle, mais c'est justement cette dernière, qui le stoppa dans sa course, en le faisant trébucher puis tomber sur elle.

Malëan cru tout d'abord à une nouvelle attaque alors dans sa chute il plia les bras vers l'avant et se réceptionna en une roulade vrillée, qui lui permit de faire volte face en une fraction de seconde. La pointe de sa baguette se retrouvait face au corps inanimé de la lionne, rigide et froid, sur le sol. Derechef il lui saura au cou, l'index et le majeur sur la carotide. De très léger battements amplifiait le flux sanguin d'Era.

-grand merci, tu es en vie ma belle.

Il la saisit entré ses deux bras frêles. Sa nuque reposant contre le torse du jeune homme et ses jambes ballantes depuis ses fesses. Il l'allongea au plus proche, c'est à dire sur la table du salon, puis commença à l'osculter après avoir fait jaillir de sa baguette, une flamme si forte, que le verre de la lanterne qu'il avait voulu allumer avait gondolé.

-Purée de Mer**, il t'es arrivait quoi ? À peine t'ais je laisse une minute...

Les yeux du vagabond allaient en tout sens sur le corp s la jolie rousse. Il voyait très nettement qu'elle avait subit une strangulation et ainsi par conséquent, ses poumons devaient manquer d'air.

-apnéo! Lança t'il de la pointe de sa baguette. Le torse d'éra se gonfla instantanément en faisant s'élever sa poitrine. Sa cage thoracique se dégonfla progressivement mais même si ses voies respiratoires étaient maintenant libre, la belle ne se réveillait toujours pas. C'est donc inquiet que taylor prit place à ses côtés. Ne pensant même plus au probable ravisseur qui s'était enfui par la fenêtre. Qu'avait il bien pût se passer en si peu de temps ?
Impuissant face à l'état d'éra il savait que maintenant qu'elle était stable il ne pouvait rien faire de plus pour l'aider, il fallait juste attendre qu'elle se réveille, alors pour tuer l'ennui, il essaya de voir comment s'était déroulé le combat , à l'aide de la baguette magique d'éra et du priore incantatem, sans aucun résultat.

-tu n'as même pas eu le temps de te servir de ta baguette, alors que tu étais censée être prête... Je t'en supplie réveille toi !!

Era :

Era entrouvrit les yeux lentement. Elle ne savait plus où elle était, ce qu'elle faisait. Elle battit des paupières rapidement pour s'habituer à la lumière de la pièce dans laquelle elle se trouvait. Puis elle inspira profondément. Une douleur cuisante lui prit dans la gorge, et aussitôt elle posa ses mains dessus et respira de plus en plus vite. Les souvenirs lui revenaient maintenant. Elle revoyait Alice, ou plutôt son zombi, se jeter sur son cou et l'étrangler.

C'est alors qu'une main se posa sur son ventre, et fit sursauter la sorcière qui tourna la tête pour finalement constater que c'était Taylor qui était à son chevet.

D'un sourire qu'il voulait rassurant il demanda :

- Comment tu te sens ?

Era se redressa sur le canapé et prit sa tête dans ses mains.

- Ca va, j'ai juste un peu mal à la tête, répondit-elle.

Elle tenta de se lever, mais Taylor l'en empêcha et la fit se rasseoir.

- Attend un peu avant de te lever, lui conseilla-t-il. Tu es blanche comme un linge.

Era obéit, se rendant compte qu'il lui était impossible de se lever car tout tournait autour d'elle.

- Que s'est-il passé ma belle ? osa Taylor.

La rouquine regarda son compagnon dans les yeux avant de lui expliquer que c'était Alice qui l'avait attaqué. Mais pas la Alice qu'elle connaissait. Une Alice métamorphosée en monstre, terrifiante et sanguinaire.

Taylor écoutait avec attention, il n'avait pas bougé, ses yeux fixant les marques d'étranglement autour du cou de sa compagne.

- Tu n'as pas eu le temps de te servir de ta baguette ?

Sa question sonna comme un reproche pour la lionne qui fronça les sourcils.

- J'ai été surprise Taylor ! Je ne l'ai pas vu arriver ! Et quand bien même je l'aurai vu, ce qu'elle est à présent m'a complètement cloué sur place. Je n'ai pas eu le temps de comprendre ce qui se passait, se défendit la rouquine.

- Era, je ne te dis pas ça pour te blesser ! Je me suis inquiété, c'est tout.

Un silence pesant s'installa, les deux sorciers plongés chacun dans leurs pensées. La peur qu'ils venaient d'avoir n'était pas redescendu, il fallait le temps d'encaisser.

Au bout de quelques minutes, le Serdaigle se leva et tendit une main à Era.

- Tu peux te lever ? Il vaut mieux ne pas rester ici.

Era acquiesça et avec l'aide de Taylor elle se remit debout, ses jambes encore un peu tremblantes. Taylor entoura alors de ses mains la taille de sa belle pour l'aider à avancer. Etant donné l'état de santé de sa sorcière, transplaner n'était clairement pas possible. Et pourtant ils ne pouvaient pas rester ici. D'un commun accord, ils décidèrent de faire une halte aux Trois Balais.

Ils marchèrent rapidement en direction de l'auberge, et lorsqu'ils s'installèrent à la table la plus isolée possible, Taylor disparut au comptoir commander deux bières au beurre.

Il revint chargé de deux chopes, posa celle d'Era devant elle, puis s'installa face à sa compagne, sans la lâcher du regard.

Mais Era elle, se sentait honteuse. Elle avait été incapable de se défendre, aurait pu mourir ce soir-même, ne plus être de ce monde. Elle n'osait pas affronter le regard de Taylor. Y voir l'inquiétude et la déception... Elle ne pouvait pas. La jolie rousse se contenta alors de boire sa chope, et la bière au beurre sembla calmer lentement le feu qui brûlait dans sa gorge. Elle se sentait mieux, fatiguée, mais mieux.

Taylor ne lui avait pas adressé la parole, mais elle sentait son regard posé sur elle. Elle ne pourrait de toutes façons pas l'ignorer indéfiniment. Après une profonde inspiration elle leva enfin les yeux et contempla le sorcier. Leurs yeux se fixèrent et rapidement des gouttes d'eau tombèrent sur les joues d'Era.

- Ecoute, lui dit Taylor, je ne sais pas ce qu'il s'est passé avec Alice, et je ne pense pas que ce soit une bonne idée de la chercher. Elle n'a plus l'air d'être elle-même et...

- Mais on ne peut pas la laisser vadrouiller librement Taylor ! s'emporta la rouquine un peu trop fort.

Elle baissa d'un ton et argumenta :

- Elle est dangereuse, tu as vu ce qu'elle m'a fait ? Imagine si elle s'en prend à quelqu'un d'autre ? A des enfants ?

A ces mots, la sorcière fut parcouru de frissons.

- Ce n'est pas de notre ressort, Era. On pourrait peut-être prévenir les Aurors pour qu'ils s'en charge.

La rouquine fronça les sourcils, interloquée.

- Mais qu'est ce qui te prend là ? Je croyais que tu étais en manque d'aventure, que tu aimais traquer les méchants et rendre justice toi-même - bien que je ne cautionne que très moyennement ça. Je ne te comprends pas. Qu'est ce qu'il y a ? Qu'est ce qui t'arrive ? Je suis désolée, mais on ne peut pas rentrer chez nous comme ça, et laisser des gens innocents risquer de se faire tuer par elle. S'il le faut je... Enfin... Je suis prête à faire ce qu'il faut pour qu'elle ne nuise plus à personne.

Taylor :

La question que la rouquine venait d'amener, elle n'était pas la seule a se la poser. En réalité Taylor lui même s'était étonné à prononcer ses mots, bien qu'ils lui parurent les plus justes en ces temps.

-Era, j'en ai assez de courir après le danger avec toi dans mes bras. Chèques fois c'est pareil. Mensonges, douleur et fourberies, voilà tout ce qui nous attends si nous continuons cette enquête. Depuis trop longtemps je cours après des aventures qui ne m'apporte que le mal. J' ai fuit toute ma vie, toute responsabilité avec comme seule excuse mon besoin de danger. Mais ça suffit à présent, je ne veux plus risquer de te perdre je l'ai compris cette fois. Je ne courrais plus après les risques, si je dois me passer de toi à nouveau.
Nous devrions vraiment laisser les autorités s'occuper de ça, et toi tu ne devrais pas penser à entacher tes mains si innocentes, de sang et de chair.


Era était resté estomaquée. Pendant tout le début de leur rencontre elle avait espérer l'entendre dire ça un jour, alors pourquoi fallait t'il que cela arrive lorsqu'elle avait besoin de sa force et de sa monstruosité.

-Taylor, qu'est ce que tu raconte ? Il y a une différence entre se battre pour des reliques et des artefacts ou se battre pour le bien d'une amie, d'une population.
Elle est devenue dangereuse, et j'ai bien peur que si nous laissons le ministère s'en occuper, elle ne finisse inerte dans l'un des départements des mystères. Elle fut mon ami taylor alors si vraiment tu ne veux pas m'aider je le conçoit. Tu en as déjà largement assez fait pour m'entraîner et je crois bien pouvoir m'en sortir seule.

Les yeux de la rouquine brûlaient d'ardeur. Son visage était saisi entre la crainte et la rage, à moitié en pleur et à moitié crispée, voir des éclairs sortir de ses yeux n'auraient en rien choqué Malëan.
Elle semblait plus déterminée que jamais, était-ce dû a son inefficacité dans la dernière altercation ? Elle même ne devait pas le savoir, mais tout son corps bouillait d'impatience dans l'inaction du vagabond.

-Il suffirait peut être simplement d'expliquer aux Aurors...

-Taylor ! Il. N'y aura pas d'Auror ! C'est décidé ! Si tu ne veux pas m'aider ne le fait pas, mais s'il te plaît laissé moi gérer ça seule. Je veux être certaine, que je ne peux plus rien faire pour elle.

Le silence se fit à nouveau. Le bleu et bronze joint ses mains a ses tempes et commença à les masser en arcs de cercle. Ses long cheveux bouclés se soulevaient au mouvement de ses mains et de la poussière semblait tombait de ses derniers. Il fixait calmement la table prêt de laquelle il venait de s'asseoir, au trois balais. La flamme de la lampe à huile dansait lentement dessinant sur les murs d'effrayantes parois d'ombre, où les esprits les plus créatifs y aurait vu le tableau, d'une sombre forêt d'arbre mort.
Le poing de malëan vint heurter la table, faisant sourire Era.

-Bien, tu as raison. Il ne s'agit pas de courir après le mal, mais plutôt de courrir après ton bien. Je ne sais pas ce que tu as vu, je n'ai même aucune idée de ce que tu as pu vivre, et tout ceci doit expliquer ton comportement. Cependant, en tant que ton compagnon, je ne peux me permettre de te laisser y aller seule. J'avais bonne espoir que ton choc te rende lucide et que tu préfère oublier Alice, mais tu as raison, nous devons nous en occuper.

Il but sa bière au beurre d'un seul trait et reposa sa chope vide sur la table, à sa grande surprise Era venait de faire de même. Allons y ! Lui dit elle.

-très bien, pour commencer tu vas me raconter ce qu'il s'est passer. Ensuite nous réfléchirons à un plan et nous nous préparerons à l'exécuter.

Sans se faire attendre Era lui raconta de mémoire tout ce dont elle se souvenait. L'aspect repoussant de son amie, son animosité, et son manque de conscience. Elle lui expliqua qu'elle pensait avoir eu à faire à une sorte d'inférie à l'effigie de son ancienne colocataire.

Etait-ce possible ? Malëan ne dit mot, mais il ne lui paraissait pas totalement stupide, que cette idée soit la bonne. Le problème, qu'il ne voulait surtout pas soulever, c'était l'affiliation de la monstruosité d'Alice. Si elle était bel et bien un inféri, alors Uelqu'un l'avait rendu ainsi.
Leur chemin n'avait pas encore débuté que déjà il apparaissait semé d'embûches et de douleur.
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Mar 24 Sep - 15:56

Era était soulagée. Taylor avait compris qu'il était important pour elle de retrouver Alice, de comprendre ce qui lui était arrivé, et de l'empêcher de nuire à la communauté magique.

Elle était consciente qu'ils allaient encore risquer leur vie. Mais ce n'était pas la première fois, et certainement pas la dernière. De plus, si Era s'était laissée surprendre quelques heures auparavant, elle savait maintenant à quoi s'attendre, et était certaine de pouvoir se défendre si besoin était.

- On devrait retourner chez Alice, conclu Era.

Taylor réprima une grimace et acquiesça.

- Je suppose que c'est la meilleure chose à faire si on veut trouver des indices et retrouver Alice.

Ils payèrent leurs consommations, puis retournèrent dans la nuit fraîche. La rouquine resserra un peu sa cape. Le vent froid la faisait frissonner. Ils arrivèrent rapidement chez Alice, la maison n'étant qu'à deux rues de l'auberge des Trois Balais.

Le coeur de la sorcière s'accéléra à la vue de la porte d'entrée. Même si elle cherchait des réponses, elle appréhendait énormément de rentrer à nouveau dans cette maison.

S'armant de sa baguette, elle lança un Lumos puissant afin d'éclairer l'habitation plongée dans l'obscurité. Elle sentait Taylor à ses côtés, mais ne le regardait pas, son attention entièrement portée sur les bruits parasitaires de la chaumière.

- Hominum Revelio, murmura Taylor.

Rien ne se produisit. De toute évidence, ni Alice, ni aucune autre personne ne se trouvait ici.

La sorcière poussa un soupir de soulagement, et alluma rapidement la lampe à huile qui se trouvait sur la table du salon. Ce simple geste suffit à la rassurer quelque peu.

Pourtant, plus elle approchait des chambres, plus elle était terrorisée. Ce long couloir où elle avait failli perdre la vie la hantait encore, et c'était tout à fait normal. Mais contrairement à leur dernière visite, le Serdaigle ne quittait plus la lionne d'une semelle. Trop fière pour l'avouer, Era le remercia intérieurement de rester à ses côtés.

Ils atteignirent enfin l'endroit où Alice avait attaqué Era. Cette dernière resta bloquée quelques secondes avant d'apercevoir son compagnon près d'une vitre brisée.

- Ca, ça va nous aider à la retrouver ! s'exclama Taylor d'un air triomphant.

La rouquine s'approcha et son homme retira alors un morceau de robe tâchée de sang, coincé dans un des bouts de verre de la fenêtre.

- Super ! s'écria Era à son tour. Rentrons chez nous, on y sera plus tranquille.

La jeune femme savait très bien que Taylor avait compris que rester ici ne la tranquillisait pas du tout, et après lui avoir pris la main et éteint la lampe, ils disparurent en transplanant jusqu'à leur chalet sécurisant.

A leur arrivée, Era s'isola dans la salle de bain, et déversa un flot de larmes silencieux pour ne pas inquiéter Taylor. Elle ne ressortit que de longues minutes plus tard, une fois ses sanglots calmés, et les yeux un peu moins rouges.

- Tu as trouvé quelque chose ? demanda-t-elle d'une voix tremblante en s'installant en face de Taylor.  


Édit Jessy : Bonjour Enigmera, vous venez de faire un double-post, or ceux-ci sont interdits sur le forum. Merci de ne plus recommencer. Cordialement,
Taylor Malëan
Taylor Malëan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Taylor Malëan, le  Mer 25 Sep - 20:07

Hélas, par toutes les pratiques qu'il connaissait Taylor n'eut aucun résultat de ce fragment de tissu. Il avait fait usage de toute la magie dont il avait connaissance pour retrouver la piste d'un être disparu, mais rien ne fit, il demeurait dans l'impasse. Qu'était il censé expliquer à sa belle ? Que la forme presque morte de son amie devait empêcher toute chose de la tracer ? Qu'il n'y avait aucun espoir de la retrouver ? Il ne pouvait se résoudre à cela, et voir Era sombrer dans l'inquiétude et la dépression à nouveau.

-Rien de bien spéciale pour aujourd'hui, mais je pense à autre chose. Vu qu'il m'est impossible de retrouver sa trace je pense que nous devrions plus nous concentrer sur la chose qui l'inquiétait, j'ai continué à lire son journal et je pense avoir une nouvelle piste. A un moment elle parle d'avoir confié le colis à son ami dont je t'ai parlé avant l'attaque, je pense que nous devrions vraiment essayer de la retrouver. Elle doit être en mesure de répondre à pas mal de nos questions. Qui plus est, si jamais elle fait parti de tout ça, il lui est peut être arrivé la même chose qu'à Alice, on ne peut pas faire comme si de rien été.

A l'écoute des nouvelles la mine d'Era s'attrista. Elle devait s'attendre à ce que tout ce règle si facilement comme à chaque fois que taylor se mêlait de ses affaires douteuses, mais là tous deux était face à une impasse. Courraient ils après Des morts ou des vivants ? Même eux ne le savaient pas. Ils avaient plutôt l'impression de courir après de la fumé, qui chaque fois qu'ils faisaient un mouvement, se déplaçait elle aussi un peu plus loin, toujours en vue, mais insaisissable.

- je me suis donc dit que le mieux serait de retourner à l'appartement mais cette fois fini pas pour y chercher Alice mais son ami. Ton ancienne coloc doit bien avoir un journal ouun répertoire qui doit nous en apprendre un peu plus sur cette théa.

Sans même chercher à en discuter taylor se leva et entreprit l'a préparation des bagages. Habitué à ce qu'Era fasse tout en son sens, il se contenta de la saisir par la main et de l'entraîner avec lui en direction de la sortie. La jolie rousse ne disait mot. Ses yeux observaient le vide depuis qu'elle était sortie de sa douche, probablement encore sous le choc de l'attaque, ou simplement le choc d'avoir vu une amie, à moitié décomposée mais toujours en "vie".

Le voyage fut plutôt court. L'animosité de taylor le poussa à transplanner de toute sa célérité,sans profiter du paysage comme à son habitude. Dans le tourbillon la main de Era s'etait resserrée.

- Pas d'inquiétude ma belle. Je vais trouver ce qui est arrivé à ton ami, je te le promet. Nous allons régler cette histoire et après nous prendrons des vacances bien mérité. Que tous les deux, pour ton plus grand repos.

La lune se levait entre de lourds nuages et l'obscurité régnait toujours à pré aux lards. A leur arrivée la maison était totalement éteinte, et les carreaux toujours brisé. Des morceaux de verre gisaient ça et là dans la rue. La maison avait prit la tournure d'une vieille ruine abandonnée et l'atmosphère qui y régnait y était tout à fait appropriée.

-Tu as une idée de par ou commencer ?
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Sam 28 Sep - 0:34

Aucune ! Era ne savait absolument pas par quoi commencer, ni où chercher. Ses sanglots s'étaient calmés, mais le stress revenait à vitesse grand V. Pourtant il lui fallait garder son calme si elle souhaitait être efficace. Elle s'avança la première dans la pièce principale et avant toute chose :

- Hominum revelio !

Comme à leur dernière visite, rien ne se produisit, au grand soulagement de la rouquine.

Pendant que Taylor se chargeait d'illuminer la pièce, la sorcière se précipita presque en courant dans la chambre de son ex-colocataire. Plus vite elle trouverait quelque chose, plus vite elle sortirait de cet endroit cauchemardesque.

A l'aide de sa baguette, elle éclaira la salle d'une puissante lumière bleutée. La lionne fourra sa main libre dans la poche de sa cape, afin de vérifier que sa seconde baguette s'y trouvait bien. On n'était jamais trop prudent, et Era préférait avoir toutes les cartes en main pour assurer sa sécurité.

Rassurée de trouver dans sa cape son deuxième morceau de bois magique, Era entreprit enfin de fouiller l'endroit.

La table de chevet, l'armoire, le coffre, la commode, le dessous du lit et sous l'oreiller... Elle ne trouva que des babioles sans intérêt, des bouts de papiers froissés et ne lui indiquant rien d'intéressant.

C'est à ce moment-là que Taylor rejoignit sa compagne.

- Tu étais où ? demanda Era avec curiosité.

- Je fouillais les meubles du salon, mais je n'y ai rien trouvé qui puisse nous aider à trouver Théa. Et toi ? Tu as trouvé quelque chose d'intéressant ? dit-il en pointant sa baguette sur le capharnaüm entreposé sur le lit.

- Non, rien pour le moment. On devrait peut-être chercher ailleurs.

Taylor acquiesça mais la sorcière s'arrêta brusquement sur le pas de la porte. Il y avait un dernier endroit dans cette chambre où qu'elle n'avait pas fouillé.

Elle se rapprocha du lit, lança un wingardium leviosa sur le matelas qui se souleva de quelques centimètres.

Et là, au centre du sommier, se tenait un carnet de cuir fermé par une cordelette plus qu'usée.

- *Pourquoi je n'y ai pas pensé avant !* pesta-t-elle contre elle-même.

- Taylor ! Je pense avoir enfin trouvé quelque chose.

Le vagabond revint sur ses pas, et tous deux commencèrent la lecture du carnet remplit de notes. A coup sûr, Théa apparaîtrait à un moment où à un autre...
Taylor Malëan
Taylor Malëan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Taylor Malëan, le  Dim 29 Sep - 2:15

Taylor accouru dans la chambre. Era tenait un livre entrouvert dans une main et de l'autre elle tenait en lévitation le matelas du lit. Les draps survolaient en ondulant sur le sommier de bois puis ils s'envolèrent lorsque la jolie rousse désenvoûta le lit, pour retomber à même le sol dans un nuage de poussière.

-Regarde, c'était sous son matelas.

Taylor s'approcha d'elle en se mettant légèrement en retrait. Du fait de sa plus grande taille, il observer le l'écrit par dessus l'épaule d'Era. Prêt de son cou, il ressentait la chaleur de la peau      
de sa belle, au creux de sa nuque, il se rendit soudain compte que l'odeur de son parfum n'avait jamais changé. Elle sentait l'odeur de la sciure de bois, qui rappelait au vagabond son unique foyer. Une légère odeur de sapin, émanait de ses cheveux incandescents, et la couleur  
de sa peau blanche encerclait le feu ardent de son visage. Qu'elle était belle. Si belle que Taylor se permit de se perdre un peu dans ses songes avant qu'elle ne le ramène à lui.

-Tu vois, je crois que c'est un genre de carnet de rendez vous. Je distingue deux écriture l'une c'est celle d'Alice j'en suis persuadée. Mais l'autre je n'ai aucune idée de qui ça peut être.

-Continuons la lecture, nous en apprendrons peut être plus.

Les deux sorciers se replongèrent dans le livre. Durant des pages et des pages, seulement quelques lignes étaient écrites répétitivement. La première écriture laissait une date avec une heure et un lieu de rendez vous. La seconde écriture écrivait seulement "OK" ou de très rare fois elle y laisser un réponse négative telle que "Impossible"ou "Reporté au lendemain, même heure". Durant au moins une cinquantaine de page, le carnet était rempli de ses rendez-vous, puis enfin quelques indices s'offrait à eux.

- Là ! Visiblement le rythme d'entrevue à du changer, si on prend cette date pour repère ça veut dire que les ennuis ont dû commencer il y a environ deux mois. Ecoute Era, je ne sais pas ce que ton amie à fait, mais pourquoi est-ce qu'elle tient un agenda aussi étrange. Visiblement elle était en contact avec quelqu'un dans une salle affaire. On ne créer pas des carnet aussi étrange sans raison.

La mine de la gryffondor perdait tout son éclat. ses yeux se baissèrent vers le sol et pour ne pas qu'elle se sente encore plus blâmé, Malëan reprit la lecture.
Ses yeux défilés à toute vitesse sur les pages.

-Et voilà enfin. Tient écoute ça : "Ils m'ont trouvé Théa. Tu dois fuire,plus aucun endroit n'est sûre. Retrouve moi ici dans un mois. Si je ne viens pas, nemecherche pas, prend le avec toi et fuit. " Après ça le silence radio. Et puis un nouveau message. Je crois que c'est l'écriture de Théa. Depuis le début c'est avec elle qu'elle communique. Tu es vraiment sûre de ne jamais l'avoir vue ?

Taylor réfléchit un instant au ton réprobateur qu'il prenait s'en le vouloir et s'en excusa. De plus, il ne pouvait s'empêcher de penser dans un coin de sa tête, que tout les sortilège qu'il
avait dû lui faire subir ses dernières années, avaient forcément endommagé sa mémoire. Mieux ne valait plus rien dire, il sentait la tension dans toute la pièce. Era tremblotait sur elle même, à moitié surprise par tout ce qu'elle découvrait d'une femme qui avait partagé tout un bout de sa vie avec elle et à moitié honteuse de n'avoir jamais rien vu. Ses yeux battaient de gauche à droite, tout ne lui semblait probablement que mensonge. Comment tout une partie de sa vie pouvait s'écrouler si bizarrement ? Le vagabond connaissait cette sensation...

-Ca va aller ma belle. Je te jure qu'on va tout faire pour la retrouver. Je crois que j'ai mieux. Il passa son bras autour de la taille de sa rouquine et saisi sa main qui tenait le livre, afin de le remonter à hauteur de leurs yeux. Puis il pointa du doigt l'un des derniers message.
"Où es-tu ? Retrouve moi aux trois balais, 27/09". Cette fois les rôles s'étaient inversés. Théa fixait les rendez vous, ou du moins LE rendez-vous. Après la seconde demande d'entrevue de théa, Alice ne repondait plus. d'après les dates, c'était plus ou moins deux semaines dans le passé.  Un autre rendez-vous fut fixé, sans réponse, et enfin un dernier dont la date approchait.

-Dans huit jour. On a trouvé ! Dans huit jour elle sera probablement au château de ses parents. Regarde c'est écrit là, noir sur blanc. Dans quinze jour, chez mes parents. huit heure. On ne la raté que de peu compte tenue de la date qu'elle indique.

Taylor qui rayonnait, se renfrogna. Il allait falloir attendre huit jours avant de pouvoir avancer dans leur enquête ? N'y avait-il vraiment aucune autre solution ? Après tout si les deux femmes communiquaient via le carnet, alors toute deux se déplaçaient jusqu'à l'habitation, peut être quelqu'un aurait pu en savoir plus sur théa dans les entourages. Mais cette pensé semblait bien être un recourt de désespoir. leur quête de retrouver Alice s'annonçait un peu plus longue à présent.
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Jeu 10 Oct - 23:24

Les deux sorciers étaient de retour dans leur chaumière. Ils étaient assis sur le sofa, vidés et agacés. Ils venaient de passer 6 jours entiers à chercher Théa. Ils avaient été chez tous les commerçants de Pré-au-Lard, mais personne n'avait vu cette dénommée Théa.

Les nerfs du Serdaigle et de la Gryffondor étaient à vif. Ils n'avaient rien. Strictement rien pour les aider à retrouver l'amie d'Alice. Les jours passaient et Era désespérait de trouver une quelconque source qui pourrait les mener sur sa piste.

Des larmes de fatigue brouillaient la vue de la jeune femme. Elle n'avait que très peu dormi ces derniers jours. Trop d'angoisse et de questions se bousculaient dans sa tête pour qu'elle puisse trouver le sommeil. Alice était-elle perdue ? Cette question la hantait plus que toutes les autres.

- Era ?!

Perdue dans ses pensées, la rouquine n'avait pas entendu Taylor lui parler. Elle se redressa et papillonna des yeux avant de se tourner vers son compagnon.

- Tu devrais aller te reposer un peu.

- Taylor, commença Era en soupirant. Tu le sais que je n'arrive pas à dormir.

- Eh bien tu vas quand même aller t'allonger un peu. Tu ne peux pas m'accompagner dans cet état.

Era savait qu'il était inutile d'insister, et elle se sentait trop faible pour protester. Après tout, même sans dormir, s'allonger et fermer les yeux lui ferait certainement du bien.

Sans même prendre la peine d'enfiler quelque chose de plus confortable que les vêtements qu'elle portait, elle s'allongea, recroquevillée sur elle-même.

Les paupières lourdes, et malgré ses espérances, elle commença à sombrer dans les bras de Morphée.

Mais dans sa tête, son cerveau fonctionnait à plein régime, et elle se mit à rêver. Des images sombres, floues, qui avaient une bizarre impression de déjà vues.

Alice, assise sur son canapé, une jeune femme plutôt ronde, aux longs cheveux bruns, assise à ses côtés. Des verres à moitié vides et une bouteille d'hydromel posés sur la table basse, parmi tous les carnets éparpillés un peu partout. Parmi tout ce bazar, un miroir trônait sur le carnet sombre d'Alice. Un autre dans les mains de Théa.

Era se réveilla alors en sursaut. Elle sauta du lit et dévala les escaliers.

- Taylor !!! Taylor !!!

Le sorcier, surpris, se leva en brandissant sa baguette, l'air paniqué.

- Je sais comment la trouver ! Le miroir ! Il est dans la chambre, je savais que je l'avais déjà vu !

- Quoi ? Mais de quoi tu parles, je ne comprends rien !

- Un miroir à double sens, Taylor ! C'est avec ça qu'elles communiquent ! J'ai vu celui d'Alice dans sa chambre l'autre jour, et ça ne m'a pas sauté aux yeux ! Quelle gourde bon sang !
Taylor Malëan
Taylor Malëan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Taylor Malëan, le  Ven 11 Oct - 15:50

Enfin une piste s'offrait à eux. Depuis des jours de recherches sans résultats cette nouvelle fut accueilli avec grand enthousiasme. Taylor se félicita intérieurement d'avoir conseiller un peu de sommeil à sa belle, car visiblement la nuit lui avait apporté de bon conseils. Tous les deux surexcités d'avoir enfin une piste, ils ne prirent pas le temps de déjeuner ce matin là. Malëan avait veillé toute la nuit à la recherche de quelques indices qui puissent êtres, sans aucun résultat, alors avec une telle chance de retrouver Théa, il ne pensa même pas à prendre un minimum de repos. Il ouvrit la porte de sa baguette qu'il avait brusquement sorti lorsque Era avait déboulait de l'étage s'engouffra dehors en tirant Era par le bras et à peine avaient ils passés la porté qu'il s'élancèrent dans un tourbillon de célérité sans même prendre le temps de verrouiller le chalet derrière eux.

Ils empruntèrent un chemin qui devenait de plus en plus familier au vu de tous les allez et retour qu'ils avaient fait entre le chalet et chez Alice. À nouveau ils déferlèrent sur les grands plateaux, puis slalomèrent entre les hauts immeubles, caché par un ciel encore assombri, dans ce froid crépuscule. En très peu de temps ils se retrouvèrent devant l'ancien logis de la rouquine.

-Je vais le chercher, il est dans sa chambre.

Era ouvrit la porte de l'appartement d'un coup de baguette et disparue dans l'obscurité en une fraction de seconde. Tous les volets étaient restés fermer à l'exception de la fenêtre brisée lors de l'agression de la gryffondor. Ainsi le sol coin éclairé de l'habitation était un bout de couloir dans lequel Era venait de disparaître. Taylor alluma la pointe de sa baguette et tendit l'oreille. Il avait peur que l'appartement ne soit de nouveau pas vide. Un pied pars l'autre il se rapprocha de la chambre dans laquelle Era avait disparue. Il s'échappait de la pièce de plus en plus de bruit, comme si quelqu’un fouillait quelque chose.

-'tu as trouvé quelque chose ? lança le vagabond en traversant la porte.

À sa grande surprise Era semblait plutôt inquiète. Elle farfouillait dans tous les sens, retournant les tiroirs des commodes, renversant les papiers entassés sur le petit bureau de bois. Elle s'agitait en tout sens, l'air énervé et mécontente.

-Il n'ai plus là ! J'étais pourtant certain de l'avoir vu. Je ne suis pas folle je sais ce que je raconte. Il était accroché juste ici, sur le mur devant le bureau

Taylor tourna les yeux et en effet aucun miroir n'était placé à l'endroit indiqué. En s'approchant avec sa baguette il vit qu'un cadre de poussière c'était dessiné en contour sur le mur, prouvant bel et bien que quelque chose avait disparu à cet endroit précis. Tous les éléments se mirent en place dans la tête de Malëan. Il se souvint leur première venue ici et l'attaque de sa belle par Alice.

-En fait je crois bien qu'Alice était là pour une raison la dernière fois. Elle devait probablement être venu chercher ce miroir, et l'ayant dérangée elle a dû s'enfuir sans. On a était négligeant, nous aurons dû protéger cette endroit, au lieu de ça nous lui avons gentille ment laissé la possibilité de revenir calmement récupérer ce qu'elle n'avait pu prendre avant.

Le vagabond n'était pas certain de ce qu'il avançait mais aux vues de tous les indices qu'ils avaient fini par trouver ou perdre, cette explication lui semblait la meilleur.

À coup sûr Alice était de mèche avec cette Théa et voyant que les choses devenait dangereuse elle aurait confiée l'affaire à son amie. Les mystérieux ennemis s'en seraient donc pris à Alice et ils chercheraient maintenant par tous les moyens à retrouver Son amie.
Si Taylor voyait juste, l'ennemi avait désormais une bonne longueur d'avance sur eux, et la seule piste qu'il leur restait était le rendez vous entre Théa et Alice. Leur seule chance demeurait, uniquement si Théa pensait encore Alice en vie, et qu'elle se précipiterai d'ici quelques jours, au rendez vous de son amie. L'ennemi ne devait pas montrer Alice à travers le miroir. Sinon tout était perdu.

Malëan expliqua ses déductions à sa belle qui sembla les comprendre même si elle aurait préférée qu'elles soient fausses. Ils venaient de retomber au point de départ, à attendre la fameuse date du rendez vous priant éperdument pour que Théa se présente ce jour là...
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Dim 20 Oct - 18:32

Les heures passaient lentement. Les deux sorcier avaient rejoints leur chaumière, et commençaient à échafauder un plan. Enfin... "plan" était un bien grand mot. Tous deux savaient qu'en allant au château qui figurait dans le journal d'Alice, ils risquaient gros. Très gros. Taylor ne voulait rien laisser au hasard cette fois. Si d'ordinaire l'improvisation était de mise, il s'inquiétait pour Era et refusait d'aller dans cet endroit sans être un minimum préparé.

- Bon, alors on fait comme on a dit, d'accord, si ça devient dangereux on...

- Taylor, soupira la rouquine, je sais. On a déjà parlé de ça cent fois. Mais tu sais autant que moi que là où on va on risque de se faire attaquer. Ce ne sera pas la première fois ! En quoi c'est différent des autres fois ?

- Je te l'ai déjà dit, Era.

La sorcière baissa les yeux et secoua la tête de gauche à droite.

- Je ne vois pas ce que ça change personnellement. On pris des risques plus d'une fois et on s'en est toujours sortit. On cherche juste Théa pour comprendre ce qui s'est passé.

- Je ne la sens pas cette expédition. J'ai un mauvais pressentiment, je préférerai que tu restes ici, je n'en aurai pas pour longtemps.

- C'est hors de question et tu le sais ! Quoi, toi tu aurais le droit de t'inquiéter pour moi et pas l'inverse ?

Taylor ria, visiblement amusé.

- J'ai l'habitude de ce genre d'affaire, laisse-moi y aller seul comme je te l'ai suggéré.

- Non. Et c'est pas la peine d'insister.

Le sourire du vagabond disparu aussitôt. Il se leva du sofa et se dirigea vers la porte d'entrée.

- Je vais faire un tour.

La rouquine soupira bruyamment en lui tournant le dos. Elle savait où voulait en venir Taylor, mais elle n'était pas d'accord avec son "plan" de départ. Elle refusait d'être mise à l'écart, et la simple idée de devoir attendre son compagnon pendant des heures lui était impensable.

L'expédition devait avoir lieu dans quelques heures. Ils partiraient de nuit, afin d'être en avance au rendez-vous fixé par les deux femmes. Ils auraient ainsi le temps de prendre connaissance des lieux avant leur arrivée. C'était ce qu'ils pouvaient faire de mieux en attendant d'en savoir plus. Malgré tout, les pensées de la jeune femme se bousculaient dans sa tête. Alice, Théa, le journal, le miroir à double sens qui avait disparu, cette fameuse chose dont il était question et dont ils ignoraient tout.

Fatiguée de trop penser, Era décida de vérifier le contenu de son sac pour se changer les idées. Elle vida tout sur la table de la cuisine et commença à faire l'inventaire. Une flasque, le journal, ses notes concernant Alice, quelques provisions, sa cape d'invisibilité. Tout était là. Elle se dirigea ensuite vers la patère dans l'entrée et vérifia bien que ses deux baguettes se trouvaient dans sa poche. Tout était fin prêt, il n'y avait plus qu'à attendre.

Les heures passaient, et il était bientôt temps de se rendre au château. Seulement, Taylor n'était toujours pas rentré. La nuit était tombée depuis longtemps déjà, et Era commençait à s'inquiéter.

La chaumière était simplement éclairée de quelques bougies et du feu qui ronflait dans la cheminée dans un crépitement apaisant. Le tic-tac de l'horloge résonnait dans la pièce à vivre, et la rouquine s'impatientait en faisant des allées et retour vers les différentes fenêtre du chalet.

- Non, il n'a pas osé faire ça, maugréa-t-elle.

Elle s'assit sur une chaise et commença à pianoter nerveusement la table en bois. Si, comme elle le pensait, Taylor était partit seul, Era ne saurait s'empêcher de lui passer un sacré savon.

Au bout de plusieurs minutes, elle se leva finalement, attrapa sa besace, sa cape, et transplana en direction du château, lieu du rendez-vous tant attendu qui devait enfin leur fournir des explications.

Elle arriva, dans un "plop" sonore, aux grilles de l'immense château.

- Taylor, chuchota-t-elle, Taylor tu es là ?

A peine eut-elle le temps de faire trois pas qu'une main glacée se plaqua contre sa bouche et l'attira dans la forêt qui bordait l'immense bâtisse. Era se débattait, mais la personne lui avait lié les mains à l'aide de liens magiques et la main toujours plaquée sur son visage l'empêchait d'appeler à l'aide. Et de toutes façons, qui viendrait ? Elle était sûre que ce n'était pas Taylor, des mains aussi froide, aussi rêches, et qui sentait le sang de cette façon, non, ce n'était pas son compagnon, c'était une certitude. Alors, Alice ? Théa ? Era ne tarda pas à le découvrir.

L'emprise sur son visage se desserra soudain, et elle fut poussée violemment contre un arbre. La tête de la jolie rousse heurta violemment le tronc et elle sentit un filet de sang couler le long de son arcade sourcilière jusqu'à sa bouche. Les mains toujours liées dans son dos, la jeune femme se retourna difficilement pour faire face à son agresseur.
Invité
Anonymous
Invité

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Invité, le  Mar 22 Oct - 0:12

Spoiler:
 

Bientôt un mois que William avait prit place dans ce château perdu en Ecosse. Un mois qu'il vivait de ce qu'il chassait dans la forêt alentour, qu'il dormait à l'abri du vent et de la pluie mais pas du froid, malheureusement.
Le lieu était à son image finalement : froid et calme. Tellement calme que William n'avait vu personne depuis des semaines.

Un craquement sourd tira le sorcier de ses pensées et le fît revenir à la réalité. Il se trouvait dans la forêt attenante au château à la recherche de nourriture, et le bruit qu'il venait d'entendre lui signalait qu'un animal était proche. Aussi, William se remis en marche silencieusement, à l'affût du moindre mouvement et il ne lui fallu que peu de temps pour trouver l'origine du craquement... Un écureuil tentait de fuir au travers des feuilles d'automne et commençait à monter le tronc d'un arbre proche.
Le sorcier dégaina sa baguette et la pointa sur l'animal en pleine course :

- Stupefix !, s'écria-t'il.

Le sortilège frappa la cible de plein fouet et cette dernière retomba lourdement sur le sol. William s'approcha, et sorti sa dague de sa robe avant de frapper violemment la masse étourdie. Le sang jaillit, tâchant ses vêtements et ses mains. Voilà qui ferait le repas de ce soir.

Le Serdaigle reprit donc son chemin en direction de son habitation temporaire. Le froid et la nuit était déjà tombée depuis quelques heures et même si ses yeux y étaient habitués, il savait que la forêt étant dangereuse après le coucher du soleil et que la route le séparant du château lui prendrait de longues minutes.

William aimait l'ambiance de cette forêt, ses arbres probablement centenaires d'une hauteur incroyable, cette sagesse qui se dégageait de ses troncs massifs et ce silence de plombs...
Un silence bientôt perturbé par un nouveau craquement, plus fort et plus sourd mais surtout un craquement qui venait du château ! Un chuchotement vînt peu de temps après le rejoindre :

- Taylor ? ... Taylor tu es là ?

Sentant sa sécurité compromise, le Serdaigle réagit au quart de tour et se précipita derrière la sorcière rousse la baguette en avant :

- Incarcerem !

Des cordes jaillirent de la baguette et lièrent les mains de la rouquine. Il se dépêcha de plaquer sa main droite sur la bouche de sa victime avant que celle-ci n'essaye de crier à l'aide. Bien qu'ayant un otage maintenant et une bonne connaissance des lieux, William ne voulait pas se frotter à un autre sorcier sans rien ne connaître de lui. Il se hâta donc de traîner sa nouvelle prise en direction de l'orée de la forêt, à un endroit d'où il verrait la grille du château tout en étant lui-même à l'abri des regards.

La sorcière n'arrêtait pas de se débattre, mais le sortilège d'emprisonnement remplissait son rôle à la perfection et chacun de ses mouvements était donc vain. Une fois arrivés à un endroit que le Serdaigle jugea sûr, il poussa la rousse dans le but de la mettre à terre et empêcher, ou du moins rendre plus compliquée, toute fuite de son otage. Dans sa chute, il la vit percuter un arbre et l’entendis pousser un léger gémissement.
Ce ne fut que lorsqu'elle se retourna pour lui faire face que William s'aperçu de la beauté de la femme devant lui, malgré son arcade sourcilière fraîchement ouverte.

Il pointa de nouveau sa baguette sur le visage de la femme, à quelques centimètres de son front :

- "Au moindre cri ou tentative de fuite de ta part, tu le payeras de ta vie. Es-tu seule et que fais-tu ici ?", commença-t'il alors à la questionner.
Taylor Malëan
Taylor Malëan
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Animagie : Salamandre maculée


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Taylor Malëan, le  Mar 29 Oct - 16:29

-Je vais faire un tour.

Taylor avait besoin de respirer un peu. La tension dans la pièce était presque palpable et mettait par conséquent le vagabond très mal à l'aise. Cette affaire ne lui disait rien de bon. L'amie qu'ils recherchaient n'avait déjà plus rien d'humain, et transformer quelqu'un en inféri retournait d'un grand potentiel de magie noire. Les sorciers avec qui ils se frottaient été à coup sûre de dangereux personnages. Même Malëan durant toute sa carrière n'avait pas rencontrer d'inféris, (mis à part la fausse d'irlande) et l'idée de devoir affronter leur maître ne terrifiait pas le vagabond, bien au contraire, elle le vivifiait. Ses mains se mirent à trembler et une fois la porte du chalet passé, un sourire nerveux se dressa de lui-même sur son visage. Cette rage immuable, cette soif de sang qui avait quitter les plus sombres recoins de l'esprit du vagabond refit surface, en silence mais en toute efficacité. Sur le palier de sa porte, il comprit que sa soif d'affrontement ne serait satisfaite que lorsqu'il pointerait sa baguette, sur l'homme qui a eu le pouvoir, de changer la vie en mort, tout en lui laissant l'opportunité d'obéir et de se mouvoir.
Tout le passé paisible des derniers mois du vagabond n'était plus, dans sa tête fusaient toutes sortes d'incantations et de sortilèges, il les repassait tous de mémoires, pensant déjà à la stratégie qu'il pourrait utiliser contre un ennemi si puissant. Si Era était sortie, elle aurait pu le voir rester là une vingtaine de minute, debout, scrutant le vide, perdu dans ses pensées.

-Non, il ne faut pas se reprit-il. Une soudaine lucidité lui rappela l'horreur de tous les gestes que ses impulsions lui firent commettre. Il lui fallait encore plus d'air. Era avait était catégorique, elle voulait être présente pour le combat, demande plus que compréhensive. Et si elle était là, il ne pourrait se permettre à nouveau de laisser vagabonder sa cruauté hors des sentiers sombres de son monstre intérieur.
Des gouttes de sueurs perlaient sur son front, la tentation d'un combat des plus alléchant était trop forte, surtout au vu du combattant qui s'annonçait.

Il plia les deux genoux et l'herbe s'écrasa sous ses pieds, une impulsion plus tard, il s'élançait à travers les airs, en direction de sa caverne d'entrainement. S'il ne pouvait se défouler sur des êtres vivants, alors il lui fallait une bonne séance de méditation. Une pause parmi tant d'émotions négatives. Arrivée, il leva sa lourde roche, qui faisait office de porte, pour la laisser tomber lourdement derrière lui après son entrer. A présent tous ses muscles se crispaient, fut-il un drogué, alors le combat serait sa dope. Il souffrait intensément de devoir se contenir autant. Dans les ténèbres où il s'était plongé il s’assit en tailleur et rallia les extrémités de ses deux mains sur ses genoux.

-Ne penser à rien. Imaginer le néant...

Avez-vous déjà tenter d'imaginer le néant ? Une chose qui n'est pas ? Sans couleur, sans forme, sans état et sans odeur. Le fait même d'essayer de l'imaginer et de commencer à lui trouver une forme, ou une présence est en soit une impossibilité, vu que le néant n'est rien. Pour un cerveau si pragmatique comme celui de Taylor, cet exercice était bien le seul qui pouvait l'occuper assez pour lui faire totalement oublier le reste. Un échec perpétuel sans aucun espoir de réussite, un homme tel que lui, ne pouvait résister à s'y frotter. C'est grâce à ce stratagème que sa colère disparue peu à peu. Ses muscles se détendirent et son rythme cardiaque se stabilisa. Il rouvrit les yeux.
Tout était sombre autours, aucune esquisse ne se dessinait dans le noir. L'écho d'une lointaine goutte qui se fracassait au sol lui vint aux oreilles. Puis une autre, et encore une. Sans rien fixer, il continua de rester immobile, et présent à toutes les choses qui se manifestaient dans cette caverne. Le vent sifflait à travers une embouchure faite par les roches, et parfois quelques pierres dégringolaient une parois, brisaient par le poids des âges, et par l'érosion. Dans ses pousses, fermement collés l'un à l'autre, il pouvait sentir une sorte de picotement, le même picotement que lorsqu'il emmagasinait la magie, dans son entrainements à l'art de la magie sans baguette. Il savait qu'autour de lui gravitait des milliards de particules de magie. Et que pouvait-il y avoir de plus reposant pour un homme comme lui, que de baigner au seins même de l'énergie qui lui paraissait la plus vitale. Il ferma les yeux à nouveau.
Le calme...

une source de chaleur l'enveloppa bientôt, l'air semblait moins humide, peut être était-ce simplement une illusion, cependant la chaleur n'en était pas une. Elle augmentait de plus en plus, en devenant presque étouffante. Son coeur se remit à battre et le vagabond qui rêvait à moitié comprit enfin que la chaleur n'était pas diffuse, mais ciblé sur son bras. Il ouvrit les yeux et la seule chose qu'il vit était une croix rougeoyante sur son avant bras.

-Non, non, non... Pas encore !
Enigmera Prewett
Enigmera Prewett
Gryffondor
Gryffondor
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens
Legilimens


Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Enigmera Prewett, le  Mer 13 Nov - 20:18

- Au moindre cri ou tentative de fuite de ta part, tu le payeras de ta vie. Es-tu seule et que fais-tu ici ?

Era était complètement sonnée. Face à elle se tenait un homme, le visage dissimulé sous le capuchon de sa cape. Une douleur lancinante l'empêchait de voir d'avantage, elle se sentait faible. Elle resta debout tant bien que mal tandis que ses jambes ne demandaient qu'à s'effondrer. L'homme pointait toujours sa baguette sur elle, il attendait la réponse de la jeune femme.

- Oui... Oui je suis seule. Et ce que je fais ici ne vous regarde absolument pas, affirma-t-elle d'un ton plus assuré.

Recouverte de sa cape, l'homme ne pouvait distinguer les mains de la sorcière. Aussi discrètement que possible, elle dirigea ses mains vers les poches de son vêtements et empoigna ses deux baguette, prête à s'en servir.

Les forces lui revenaient peu à peu. Taylor n'était manifestement pas là, et elle s'était trompée.

- A mon tour de poser des questions, enchaîna la rouquine. Qui êtes-vous ? Et que faites-vous ici ?

Le regard d'Era était froid. Sans bouger, elle sentait pourtant l'adrénaline monter. Allait-elle devoir se battre ? Encore ? Et surtout contre une personne qui n'était clairement pas prévue dans le "plan" initial.

Cet homme allait la mettre en retard pour son rendez-vous. Il commençait d'ailleurs à l'agacer furieusement. D'une part pour la blessure qu'il lui avait infligé et l'odeur de son sang qu'elle devait supporter en plus de la douleur, d'autre part pour le temps précieux qu'il lui faisait perdre.

Impulsive, la sorcière ne put retenir ses bras, et elle pointa tout à coup ses deux armes ur l'homme, prête à l'affronter.

Ce dernier fut surpris mais n'osa pas répliquer et aucun sort ne fusa, à la grande surprise d'Era.

Impatiente et énervée face à l'attitude du sorcier qui ne semblait pas pressé de répondre à ses questions, elle ajouta d'un ton sec :

- Dépêchez-vous de répondre, je n'ai pas toute la journée !
Invité
Anonymous
Invité

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Invité, le  Mar 10 Déc - 13:06

La sorcière venait tout juste de sortir deux baguettes de sa cape. William avait été surpris non pas par le geste mais par le nombre de baguettes que la rousse avait en sa possession, mais il savait que ce n'était pas le nombre de baguettes qui comptait mais le sorcier, ou la sorcière, qui les utilisait.

- Dépêchez-vous de répondre, je n'ai pas toute la journée !

Le Serdaigle dû se remémorer les questions qu'elle lui avait posées. Qui il était, et ce qu'il faisait ici.

- Je me nomme William. Mon nom ne te servira à rien. Quant à ma présence en ces lieux, elle ne regarde que moi.

En disant ces mots, le sorcier analysa la situation. Il se trouvait en forêt, dans un endroit qu'il savait sûr. Il avait traîné ici cette sorcière à la chevelure rousse qui avait voulu entrer dans le château qui lui servait de refuge depuis un certain temps et tout deux se retrouvait maintenant à pointer leurs baguettes l'un sur l'autre et à se questionner.
Il ne savait rien d'elle, et même s'il connaissait parfaitement les lieux, il ne voulait pas prendre le risque d'être blessé maintenant.

William commençait à ressentir l'excitation monter en lui. L'adrénaline qu'on ressent lorsque qu'une baguette était pointée sur notre visage. Il savait que le moindre faux pas se résumerait alors par un combat, aussi décida-t'il d'être prudent. Après tout, beaucoup d'eau avait coulé depuis son dernier combat contre un sorcier, et ses derniers sorts n'avaient servi qu'à chasser. Et puis, il ne connaissait pas la puissance de la personne face à lui.

- Et maintenant ? La situation est bloquée. Ni toi ni moi ne souhaitons donner la raison de notre présence ici. Ton nez est cassé et tu sembles étourdie par la douleur et l'odeur de ton sang, rendant tes aptitudes au combat moindres. Et je n'ai guère envie de me battre contre toi, tu pourrais m'être utile.

Alors qu'il terminait ses mots, un craquement se fit entendre à une centaine de mètre d'eux, dans la direction opposée au château.
Contenu sponsorisé

Vagabondage en Ecosse - Page 15 Empty
Re: Vagabondage en Ecosse
Contenu sponsorisé, le  

Page 15 sur 27

 Vagabondage en Ecosse

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16 ... 21 ... 27  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: Grande-Bretagne-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright Bureau RPG.