AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 1 sur 25
La Boutique
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant
Juliet Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



La Boutique

Message par : Juliet Lennox, Jeu 10 Mai 2012 - 19:17



Excitation. C'était le sentiment qui décrivait parfaitement ce que ressentait Ithylis. Parce qu'après quelques semaines d'intense préparation, la boutique chérie appartenant à sa meilleure amie et à elle-même allait ouvrir, à l'instant. Ses doigts frémissaient lorsque, d'un geste précis, la jeune femme fit disparaître de sa baguette l'étoffe qui avait servi à cacher les préparatifs aux yeux des passants qui se promenaient à Pré-au-Lard.

Officiellement, Waddiwasi, magasin de farces et attrapes, était ouvert. Il était assez tôt, quelque chose comme huit heures du matin. Mais il faisait beau, c'était le week-end, et la sorcière ne doutait pas que les clients, attirés par la devanture colorée et loufoque du commerce, ne tarderait pas à arriver. Du moins, elle essayait de s'en persuader.
Le jour d'ouverture, pour les personnes tenant un magasin, est toutefois assez étrange. Il en résulte une joie euphorique, mais aussi quelque chose s'apparentant à une pointe d'inquiétude, agrémenté d'appréhension. Leur grande peur, c'est que leur petite entreprise tombe rapidement dans le déclin; qu'elle se fasse oublier, et que toute l'énergie et la volonté qu'ils ont engagé dans cette bataille eut été vaine.

Ithylis était quant à elle plutôt combattive. Et en admirant l'intérieur de Waddiwasi, ses murs élégants de bois, ses rayons de Boîtes à Flemme et autres produits tout aussi utiles pour les "Sorciers Facétieux", elle ressentait une bulle d'espoir qui gonflait dans sa poitrine. Cette expérience qu'elle vivait ne pouvait être que bénéfique, d'autant plus qu'elle était accompagnée d'Abygael, qui, elle la première, avait eu l'idée de cette boutique. Car en ces temps de crise, mieux valait introduire un peu de légèreté, de joie et de rire, avant qu'il ne soit trop tard et que la population ne se transforme en un tas de zombies ambulants.

La jeune femme se retira de devant la porte, histoire de ne pas se la prendre si d'éventuels clients cherchaient à entrer, et se plaça avec décontraction derrière le comptoir de bois vernis, un sourire rayonnant faisant jour sur son visage.


Dernière édition par Juliet Lennox le Mer 2 Juil 2014 - 1:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Bailey
Gryffondor
Gryffondor

Re: La Boutique

Message par : Meredith Bailey, Ven 11 Mai 2012 - 18:38


Meredith avait apprit il y a peu qu'une nouvelle boutique avait ouvert ses portes à Pré-au-Lard. C'était donc pourquoi elle se trouvait aussi tôt dans les rue du village. Elle avait cours un peu plus tard dans la matinée et avait simplement le temps de faire quelques achats. Si sa mémoire était bonne, elle n'avait pas dépenser grand chose depuis son arrivée à Poudlard. Elle allait donc largement pouvoir se faire plaisir aujourd'hui. La jeune fille arriva enfin devant la devanture du magasin. La vitrine était bien organisée, il n'y avait aucun autre client en vue.

C'est quelque peu hésitante que Meredith entra dans la boutique. Elle salua la vendeuse et dirigea son regard vers les nombreux articles proposés à la vente. Les prix n'étaient pas excessifs et beaucoup d'objets semblait très amusants. *Un chapeau sans tête, j'aimerais bien l'essayer une fois* pensa-t-elle. Après plusieurs minutes d'hésitation, la jeune fille se décida pour quelques articles. Elle se rendit donc vers le comptoir de la boutique et y déposa une cape de visibilité, une paire de chaussettes anti-gravité, une plumes à vérification orthographique et une baguette-sucette. Elle se tourna ensuite vers la vendeuse en souriant...
Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Sam 12 Mai 2012 - 0:14


Je n'y croyais pas. C'était incroyable. J'y crois pas nan mais j'y crois pas c'est pas possible! Je n'arrive pas à y croire. J'arrive pas à croire! J'arrive PAS à y croire!!!

Ma réaction face à notre toute nouvelle boutique, belle et pimpante, merveilleuse! comme il se devait, n'était pas loin de l'hystérie. Il fallait dire que cette idée m'obnubilait depuis plus d'un an, que j'avais passé des jours et des nuits à l'élaboration des articles mais surtout que le domaine dans lequel je travaillais (OMG je n'arrive pas à y croire! J'Y TRAVAILLE!!!) était mon péché mignon. Et puis nous n'avions pas chômé ces derniers temps et nous étions toutes deux extrêmement fières du résultat...

Parce que oui, nous étions deux. Mais qui, qui pouvait bien m'accompagner dans ce grand projet qui me tenait à coeur et que je chérissais tendrement comme un bébé ? Gabrielle McQuinn. Celle-là même qui avait disparu de la circulation pendant plus d'un an sans me laisser de nouvelles! Celle-là même qui m'avait lamentablement plantée dans la grisaille d'Angleterre pendant qu'elle vivait des aventures palpitantes dans son élevage CLANDESTIN de DRAGONS en NOUVELLE-ZELANDE! Déjà que les mots "clandestin" "dragons" et "Nouvelle-Zélande" étaient indépendamment suuuuuuuuuuuuuuuuuupramagnifiquemengrandiose, les trois utilisés dans la même phrase c'était gi-gan-tis-si-me! M'abandonnant seule et sans amie à me ronger les sangs pour une ingrate! Ben ouais cette Gabrielle McQuinn là, enfin Gabrielle Ithylis McQuinn de son nom entier que je venais d'apprendre pour avoir du remplir tout un tas de papier administratif. Cette Quinny là parce qu'en réalité je l'avais moi-même légèrement lâchée pour suivre une voie de criminelle gentille bénévole pleine d'idéaux qui ne lui permettait pas de gagner son pain. Mon association un peu spéciale impliquait un certain nombre d'insignifiants changements dans ma vie, le genre de tout petits détails qui pouvait avoir quelque conséquence sur une amitié moins forte que celle qui nous unissait Thylou et moi. Le genre secrets d'importance capitale qui concernait la survie d'un pays, le genre impossibilité de dire le fond de sa pensée sur les p****ns d'e*f***és de m***e qui assassinaient à tout va, le genre aucune évocation de l'organisation qui a donné un sens à ta vie, le genre interdiction de rappeler qu'elle-même y a vécu des moments incroyables... ce genre de trucs quoi. Je lui avais donc pardonné ses écarts (enfin son écart de près de dix-neuf milles km), reconnaissant que la situation n'avait pas été si terrible que ça (elle ne m'avait pas vraiment laissée seule et sans ami et les journées britanniques n'étaient pas toujours mornes) et surtout terriblement soulagée de revoir ma meilleure amie saine et sauve.

Après des retrouvailles compliquées et mouvementées, nous avions repris contact de façon irrégulière puis de plus en plus souvent à mesure que j'arrivais à lui pardonner et je n'avais pas pu lui taire longtemps le grand projet que je poursuivais. Sa réponse avait été à la hauteur de mes espoirs : "Ouais... ouais. Ouais! OUAIS!!!" Nous avions donc travaillé d'arrache-pied, tant en effectuant de palpitantes expériences pour parvenir à un résultat convenable qui ne mettrait pas en danger nos clients qu'en faisant de palpitantes recherches [à éditer]

Nous voici donc devant le magasin bien aimé qui tenait plus du bazar bariolé que du respectable bâtiment. Échangeant un regard complice, nous nous attelâmes chacune à nos tâches définies la veille. Thylou fit disparaître les caches de la vitrine, inaugurant la boutique tandis que je faisais les dernières vérifications. Elle se posta ensuite derrière le comptoir tandis que je restais près des rayons à la disposition des clients. Profitant de l'absence de personnes lambda qui nous auraient prises pour des folles, nous évacuâmes le trop plein d'émotions par des cris surexcités et des danses de la joie.

Lorsque la première personne entra, nous avions repris une attitude plus convenable même si quelques traces de notre joie décontenancée subsistait. J’accueillis la toute première courageuse à oser passer la porte avec des yeux brillants et un sourire rêveur. Il ne s'agissait pas de l'effrayer mais je ne parvenais pas à effacer cette expression ridicule de mon visage. La jeune fille, élève à Poudlard selon toute logique, nous adressa le bonjour avant de faire son chemin dans la salle.

- Salut ! Je suis Abygael et ma co' est Ithylis, nous présentais-je, priant pour ainsi esquiver l'abominable "Madame" qui nous vieillirait aussi sûrement que les potions que nous comptions mettre en vente. Si tu as besoin de quoi que ce soit n'hésite pas, que ce soit une question, une remarque...

Je la laissais découvrir elle-même les produits, ne voulant pas être trop oppressante bien que je mourrais d'envie de m'étendre sur mes dieux Weasley ou sur mes créations. Le temps pour elle de déterminer ce qu'elle emporterait (après paiement bien sûr, vu le prix dont on en demandait... fallait pas pousser mémé dans les orties), Quinny et moi nous nous disputèrent discrètement pour savoir qui de nous deux
(inspire l'autre) aurait l'immense et inestimable honneur de les désenchanter et les noter dans le livre de compte. Ma co' proposa un bras-de-fer, elle gagna, je perdis, comme d'hab quand il s'agissait de défi de force entre elle et moi, j'eus le sentiment de m'être fait eu.

Un homme entra, manifestement intrigué par nos figurines dragonesques. Cela me faisait bizarre de voir quelqu'un de plus âgé que moi venir acheter quelque chose dans ma propre boutique (vous ai-je dit que n'y croyais pas ?). Je le saluai d'un joyeux "Bonjour, Ithylis et moi-même sommes dispo pour tout renseignements". La brune aux cheveux crépus, probablement hérités d'un parent originaire de quelque pays chaud (super la précision géographique Abyss), vint au comptoir avec quatre articles que ma chère partenaire encaissa en demandant 1 gallion et sept mornilles s'il-vous-plaît sans manquer de me narguer mais son attention fut vite retenue par quelqu'un d'autre...

- Bonjour, je voudrais acheter un de ces dragons miniatures, je voudrais aussi savoir si c’était aussi possible de choisir sa race, car si possible je voudrais un Magyar à Pointes s’il vous plait.

Là, il avait trouvé le mot magique. Me laissant prendre le relais au près de la Poudlarienne, Gabrielle s'élança vers son sujet favori et vers le client. Je tapais donc la discussion avec la souriante au teint café tout en lui tendant un sac avec ses articles :

- Voilà pour toi miss. Très bon choix les chaussettes mais la plume à vérification orthographique c'est plutôt le genre de trucs à offrir en cadeau à quelqu'un que tu n'aimes pas ou à un ami avec le sens de l'humour si tu vois ce que je veux dire... Alors, que penses-tu de notre p'tit coin ?

Je me retins de dire le "c'est top non?" que je pensais très fort, je posais la question pour avoir un avis extérieur alors je n'avais pas à l'influencer.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Parker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Mésange azurée


Re: La Boutique

Message par : Lizzie Parker, Lun 14 Mai 2012 - 11:49


Pour la première fois depuis qu’elle avait quitté Poudlard, Lizzie se rendait de nouveau à Pré-au-Lard. Enfin, ce n’était pas tout à fait la première fois puisqu’elle y avait déjà remis les pieds il y a quelques mois de cela, mais il faisait nuit, c’était chez Honeydukes, et elle n’était restée que quelques minutes à peine donc ça ne comptait pas vraiment. D’ailleurs, la jeune fille avait promis à Edjin d’y repasser un jour mais elle n’avait toujours pas trouvé le temps de le faire, mais cela, c’était une autre histoire. Ce qui amenait la Phénix à revenir dans ce petit village de sorciers était une occasion tout à fait particulière et qui lui tenait beaucoup à cœur. En effet, l’une de ses meilleures amies et sœur d’arme Abygael ouvrait son magasin de farces et attrapes, magasin sur lequel elle avait planché des mois et des mois, et qu’elle appelait affectueusement son « bébé », ou Waddiwasi pour le grand public. Pour rien au monde la bleue et bronze n’aurait manqué cette journée, celle de l’ouverture de la boutique pour laquelle la Poufsouffle avait sué sang et eau pour que celle-ci voit le jour. Bien évidemment, la sang-mêlé n’y allait pas uniquement par solidarité ou juste pour faire plaisir, elle avait vraiment envie d’y aller. Depuis le temps que la jaune et noire l’avait soulé lui en avait parlé, la franco-anglaise était véritablement curieuse de voir à quoi l’établissement allait ressembler. Et venant de son amie, il fallait s’attendre à tout.

Vêtue d’une jolie robe d’un bleu électrique avec ballerines assorties et d’une veste noire, chevelure lâchée, et maquillée sobrement, Lizzie était fin prête pour sa petite sortie. La demoiselle avait posé sa mâtinée exprès, et Mélina, en patronne super-géniale qu’elle était, la lui avait bien évidemment accordé. C’était le week-end mais le restaurant restait ouvert, pas de repos pour les braves… Sans oublier de prendre son sac à main qui contenait sa baguette magique et autres bricoles qu’on pouvait trouver dans le sac d’une femme digne de ce nom, l’ex-Serdaigle transplana directement de chez elle à la place du village. Le temps était radieux, parfait pour une promenade. La jeune fille observa tour à tour les devantures … Magic Cookie & Honeydukes, les Trois Balais, Gaichiffon, Scribenpenne… « OH-MY-GOD-J’Y-CROIS-PAS-C’EST-TROP-OVER-MAGNIFIQUE !!! » s’écria alors la Phénix lorsque ses yeux tombèrent sur la façade multicolore et flambant-neuve de Waddiwasi. Alors là, pour être tape à l’œil, c’était tape à l’œil ! Impossible de louper la boutique tant celle-ci était visible de loin, pour la discrétion, c’était loupé. « Tout à fait le genre d’Abygael ça. » pensa-t-elle en souriant. La bleue et bronze se précipita alors vers la devanture, impressionnée et totalement excitée par ce que sa sœur d’arme avait réalisé.

S’approchant des vitrines, Lizzie ne savait plus où regarder tant il y avait de belles choses à voir. Elle avait littéralement l’impression de retomber en enfance tant il y avait de couleur et d’objet, un sourire évasif s’étirait sur son visage tandis que ses yeux saphir semblaient totalement émerveillés. Telle une enfant de 5 ans qui venait de découvrir Disneyland, la manager du Sanglier Rieur ouvrit la porte et pénétra à l’intérieur. « Waaaaoooooh… » ne put s’empêcher de retenir la sang-mêlé. Et effectivement, l’intérieur de Waddiwasi avait de quoi laisser sans voix. Des montagnes et des montagnes de marchandises et d’articles complètement insolites occupaient la majeure partie de l’espace, les couleurs étaient si vives qu’il y avait de quoi devenir épileptique ! Une agréable odeur de neuf prenait au nez. Tout cela donnait véritablement le sentiment d’être dans un joyeux bordel, ou dans un parc d’attraction, l’ambiance était pour ainsi dire très festive ! La sorcière s’amusa alors à parcourir quelques rayonnages afin de voir ce que le magasin proposait, histoire de ne pas sauter tout de suite sur la Poufsouffle. La sang-mêlé repéra déjà quelques articles qui pourraient s’avérer très intéressants pour certaines pratiques, pour son plus grand étonnement d’ailleurs. Au loin, elle remarqua Ithylis au comptoir. Lizzie l’avait rencontré totalement par hasard sur les docks de Londres, quelques temps auparavant, et puis de fil en aiguille les deux jeunes femmes avaient commencé par se lier d’amitié, et c’est d’ailleurs l’ex-Serdaigle qui la présenta à sa patronne quand le Sanglier Rieur eut besoin d’une nouvelle serveuse. Les deux sorcières étaient désormais collègues, collègue qui par le plus grand des hasards encore se trouvait être la meilleure amie d’Abygael ! Le monde était si petit parfois ! Préférant la saluer plus tard car cette dernière était occupée à servir des clients, la jeune fille poursuivit son investigation.

Jamais de sa vie la bleue et bronze n’avait été attirée par ce type d’univers farfelu et décalé, n’étant pas du genre facétieuse mais plutôt studieuse, ce n’était absolument pas le style de boutique qu’elle appréciait fréquenter, et pourtant, la franco-anglaise était fascinée par l’endroit. Il fallait reconnaitre que sa sœur d’arme, ainsi que sa meilleure amie, avait effectué un travail fabuleux. Le lieu respirait la joie de vivre, la bonne humeur, la drôlerie, la fraicheur… totalement à l’image de sa propriétaire. D’ailleurs, l’ex-Serdaigle la cherchait du regard tout en parcourant les étalages, parmi les premiers clients qui commençaient déjà à faire leurs emplettes, lorsqu’enfin elle la trouva.

- Abyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyss !!! La vache je n’arrive pas à y croire, c’est merveilleux ! fit Lizzie d’une voix hystérique tout en prenant son amie dans les bras pour l’étouffer la féliciter. Bon sang c’est fantastique ! Tu as enfin réalisé ton rêve ! Je suis tellement heureuse pour toi ! C’est trop beau ! ajouta-t-elle accompagnée d’un sourire rayonnant.

D'ordinaire si calme et si discrète, ayant horreur de se faire remarquer en public, Lizzie n'avait pu contenir son effervescence, signe qui témoignait de la profonde amitié qu'elle éprouvait pour Abygael. Calmant ses ardeurs, la jeune fille laissa le temps à la jaune et noire de reprendre son souffle avant de poursuivre en chuchotant discrètement :

- Eh dis-moi, tu penses que tu pourrais nous filer une cargaison de leurre explosif ou d’œil à rallonge pour tu-sais-quoi ? ça pourrait nous être vachement utile non ? suggéra-t-elle.

Après tout … Qui ne tente rien n’a rien !


Dernière édition par Lizzie Parker le Sam 7 Juil 2012 - 12:16, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Meredith Bailey
Gryffondor
Gryffondor

Re: La Boutique

Message par : Meredith Bailey, Lun 14 Mai 2012 - 18:56


- Voilà pour toi miss. Très bon choix les chaussettes mais la plume à vérification orthographique c'est plutôt le genre de trucs à offrir en cadeau à quelqu'un que tu n'aimes pas ou à un ami avec le sens de l'humour si tu vois ce que je veux dire... Alors, que penses-tu de notre p'tit coin ?

Meredith était plongée dans se pensées et n'avait pas comprit immédiatement que c'était à elle que la vendeuse d'adressait, après tout, il y avait maintenant plusieurs clients dans la boutique. La jeune femme tendis un sac avec les articles payés par la Gryffy à l'intérieur. Celle-ci lui sourit en guise de remerciement et répondit :

- Merci beaucoup. Ne vous inquiétez pas j'ai déjà prévu à qui je vais offrir cette plume. Dit-elle en souriant. Sinon je trouve votre boutique vraiment superbe. Très bien organisée et très jolie. J'y reviendrait sûrement.

Sur ceux, elle paya, prit ses achats, salua l'ensemble des personnes présente dans le magasin et sortit par la porte d'entrée. Elle devait à présent se dépêcher de rentrer à Poudlard afin d'être à l'heure en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Juliet Lennox
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage



Re: La Boutique

Message par : Juliet Lennox, Jeu 17 Mai 2012 - 13:47


A la grande surprise de la néo-zélandaise, une première cliente franchit la porte, qui, à cause de la poussée subie, carillonna allègrement. Elle n'avait pas l'air trop rassurée, et avançait avec une certaine hésitation qui se laissait voir dans ses gestes. La nouvelle venue salua Ithylis puis se détourna pour donner toute son attention aux produits proposés, sous le regard brillant de la jeune femme qui observait ses moindres faits et gestes l'air de rien, toute excitée à l'idée que Waddiwasi venait de laisser entrer son premier client. Elle se retint d'avoir un mouvement déplacé pour ne pas faire fuir les probables acheteurs, même si après tout le commerce était un lieu de folie douce, surtout lorsqu'on connaissait les gérantes.

Abygael se présenta à l'étudiante, probablement une élève de Poudlard. Et présenta également sa meilleure amie, avec sa décontraction habituelle. Elle avait d'ailleurs l'air un peu dingue avec sa figure rêveuse digne de la célèbre Luna Lovegood. Lorsque le choix de l'adolescente brune fut fait, ce fut la plus vieille des sorcières présentes qui s'occupa de la prise en charge des achats, et lui demander de payer. Un prix incroyablement bas, qui devrait attirer les quelques clients réticents car avares. Enfin, des farceurs grippe-sous, ça ne c'était jamais vu...

Mais entre temps, un jeune homme était arrivé, et avait choisi d'attirer l'attention en demandant une figurine de dragon. Tout de suite, et non sans une moue malicieuse, Abyss laissa sa consoeur Gabriel s'occuper de ce sorcier. Car la co-gérante était une spécialiste de ces bébêtes qu'elle ne trouvait rien de moins que fascinantes et adorables. Grandeur nature, bien entendu, sinon cela n'avait aucun intérêt, mais cela, inutile de le préciser, histoire de ne pas être victime d'une enquête de la part du Ministère de la Magie, légèrement paranoïaque... Non sans raison, d'ailleurs. Ithylis se dirigea donc vers le garçon, souriante et aérienne, tout à fait dans son élément après plusieurs années passée seule à psychoter sur les contacts avec les autres. Une expression rayonnante accrochée à son visage, elle se tourna donc vers le dénommé Tom Sycar pour le servir. Et essaya de ne pas sautiller partout en usant d'un rire suraigu fort effrayant trahissant son excitation digne d'une petite fillette gloussante. Ou d'une adolescente devant son idole riche, célèbre, jeune, considéré comme beau,avec une voix de fille et une horrible coupe de... Mais nous ne citerons personne, évidemment.

« - Un Magyar à pointes ? Pas de problème ! » s'exclama la jeune femme en allant chercher une des figurines qu'elle désenchanta avec facilité, histoire de ne pas créer de malentendus sur un prétendu vol. La petite réplique de dragon, parfaitement identique à un véritable spécimen, essaya de mordre la néo-zélandaise qui le transportait mais celle-ci se contenta d'agrandir son sourire avec tranquillité. Elle poursuivit, à l'attention de l'acheteur :

- Faites par contre attention, cette race est du genre agressive, ne prenez pas d'initiatives superflues... Evidemment, avec cette taille réduite, la miniature ne pourrait pas vous faire de mal, mais on ne sait jamais, mieux vaut vous prévenir tout de suite !

La sorcière tendit avec précaution le Magyar à pointes à son futur possesseur, en une attitude chaleureuse et décontractée. Elle s'arrêta un instant, gardant le silence et soupirant pour évacuer la certaine dose de stress qu'elle avait accumulé, puis continua.

- Voilà, ça fera 5 Gallions ! Merci beaucoup de votre achat; vous avez de la chance, il n'y a qu'une quantité limité de figurines. Je suis sûre que vous ne serez pas déçu de votre achat, mais si vous avez une quelconque réclamation à faire, n'hésitez pas à repasser.

Au même instant, une autre silhouette franchit le seuil de la coquette boutique, en exprimant discrètement son admiration après être rentrée. C'était une Serdaigle, déjà connue des gérantes. Le fait de la croiser ici était une chance, qui surprenait beaucoup Ithylis, d'autant plus que les deux femmes travaillaient au même endroit, à Godric's Hollow, qui n'était pas la porte à côté. Mais la plupart des sorciers n'hésitaient pas à utiliser la Poudre de Cheminette ou le transplanage, et les distances, grâce à cela, n'étaient pas un réel problème. Abygael tendit à Meredith ce qu'elle avait choisi, et se retrouva étouffée par son amie Lizzie. La néo-zélandaise ouvrit de grands yeux ronds tandis que Parker félicitait sa victime avec hystérie. Accueillir une dangereuse folle dans son magasin n'était pas l'idéal pour attirer des clients, ça leur donnait plutôt envie de fuir... La verte et argent se rendit compte de cela en un clin d'oeil mais ne pipa mot. Elle fit simplement signe aux deux jeunes femmes de se tenir à carreaux, histoire de conserver un semblant de dignité. Waddiwasi venait d'ouvrir, mieux valait que cela ne se passe pas comme ça tous les jours... Gabriel n'avait aucune idée du nombre d'amis d'Abyss, et elle-même en avait peu. Mieux valait que les-dits amis de la sorcière évitent les câlins et les démonstrations d'affection en public dans la boutique.

La néo-zélandaise se concentra sur le jeune homme qui avait émis le souhait d'acheter une figurine de dragon, tout en adressant un discret signe pour saluer sa collègue Serdaigle.
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Boutique

Message par : Kao Snape, Mer 23 Mai 2012 - 17:34


Kao était en train de se promener tranquillement dans Pré-Au-Lard, le célèbre village sorcier, lorsqu'une devanture attira son attention. Dessus il y avait plein de couleurs vives et il était écrit en toutes lettres : Waddiwasi. La Poufsouffle se promenait souvent par ici mais jamais elle n'avait vu ce qui avait tout l'air d'un magasin. Pourtant, elle était d'une nature dépensière et à chaque fois qu'elle voyait un magasin, elle ne pouvait s'empêcher d'y rentrer. Celui-ci ne fit donc pas exception. Kao rentra alors et vit directement que c'était une boutique de farces et attrapes. C'est vrai que ce genre de boutique manquait prés d'ici. C'était une bonne idée de l'ouvrir. Puis, après quelques mûres secondes de réflexion, elle se souvint qu'elle avait entendu parler de l'ouverture récente d'un magasin. Apparramment c'était une ancienne personne de sa maison qui l'avait ouvert. Raison de plus pour y jeter un coup d'oeil.

L'intérieur était tout aussi attirant que l'extérieur. Ne connaissant pas ce qu'il y avait à acheter à Waddiwasi, elle prit un catalogue posé sur le comptoir. Kao feuilleta les pages une à une et remarqua qu'il y avait des objets très interessants à vendre. Peut-être qu'elle achèterait quelque chose en l'honneur de l'ouverture du magasin. D'ailleurs, elle remercierait les personnes à l'origine de ce dernier car elle trouvait que c'était une merveilleuse idée. Vu qu'il y avait déjà des gens au comptoir pour encaisser leurs achats ou autre, Kao décida d'attendre qu'on la prenne en charge tout en laissant courir son regard sur les pages du catalogue qu'elle avait entre les mains.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Jeu 24 Mai 2012 - 11:18


- Merci beaucoup. Ne vous inquiétez pas j'ai déjà prévu à qui je vais offrir cette plume. Sinon je trouve votre boutique vraiment superbe. Très bien organisée et très jolie. J'y reviendrais sûrement.

- Merci à toi, lui répondis-je, ravie, avant qu'elle quitta le magasin en saluant poliment le petit monde qui peuplait Waddiwasi.

Thylou s'occupait de la figurine de dragon, je n'avais donc rien de mieux à faire que de me cacher entre les rayons pour faire peur aux clients. Hum, que de vérifier que tout était en ordre sur les étagères et donner des coups de baguette magique de-ci de-là pour que tout soit parfait le premier jour de la boutique. Soudain, je fus assaillie.

- Abyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyyss !!! cria une voix que j'avais plaisir à entendre.

- Lizziiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiie !!!

J'étais plus qu'agréablement étonnée de la retrouver entre tous ces produits farfelus. Elizabeth n'était pas vraiment le genre de personne que l'on s'attendait à retrouver dans un magasin de farces et attrapes. Nous n'avions passé que peu d'années ensemble à Poudlard, à mon grand regret, cependant je me rappelais très bien de l'élève qu'elle était. Une jeune fille studieuse fada de potions et de lecture, trop discrète et sérieuse pour lâcher une bombe puante ou faire quelque chose de stupidement excitant. La jeune femme était dans la continuité, responsable mais moins timide, je ne m'attendais pas à la voir débarquer avec une expression de doux égarement sur le visage. Le monde de Waddiwasi avait des propriétés incroyables : bientôt nous nous retrouverions avec une armée de Luna Lovegood ! Génial! Ou était-ce moi qui la dévergondait ?

- La vache je n’arrive pas à y croire, c’est merveilleux ! dit mon amie avant de m'enserrer la taille.

- Ça pète hein ? répondis-je, un peu étranglée par son étreinte mais pas mécontente.

- Bon sang c’est fantastique ! Tu as enfin réalisé ton rêve ! Je suis tellement heureuse pour toi ! C’est trop beau !

Lizzie n'arrêtait pas avec les compliments et je me sentis rougir de plaisir, d'autant plus qu'elle avait l'air sincère.

- Merci beaucoup Lizzie, ça me fait énormément plaisir que tu sois venue ! Je n'aurais jamais cru que tu aies le temps de passer, avec ton emploi du temps surchargé !

Ce fut à mon tour de la serrer dans mes bras pour exprimer ma reconnaissance et ma joie de la voir ici. Nous baissâmes ensuite d'un ton, la direction dans laquelle allait la conversation obligeait. De plus, je sentais qu'Ithylis n'allait pas tarder à nous tirer les oreilles... Son excitation avait-elle laissé place entière au stress ? Les clients étaient encore peu nombreux, probablement qu'elle espérait en attirer plus et notre attitude ne concordait pas avec ses plans.

- Eh dis-moi, tu penses que tu pourrais nous filer une cargaison de leurre explosif ou d’œil à rallonge pour tu-sais-quoi ? ça pourrait nous être vachement utile non ?

Je la regardais avec un sourire en coin et les yeux pétillants, expression couramment utilisée pour signifier qu'on avait quelque idée derrière la tête.

- Je pensais à quelque chose de ce genre en effet. Je travaille sur d'autres inventions, si on utilise des articles déjà sur le marché, le lien sera vite établi avec la boutique. Je ne dis pas non à un peu de pub mais pas de cette façon...

- Humm oui c’est vrai, tu as raison. Pardonne-moi, je n’avais pas du tout pensé à ce détail. En tout cas si tu as certaines idées, je serais enchantée de voir tes nouvelles créations et ce que tu pourras nous proposer.

Je vis une nouvelle arrivante feuilleter le catalogue mis à la disposition des clients, elle avait l'air encore indécise. M'excusant auprès de Lizzie, je lui chuchotais qu'elle pouvait se rendre discrètement à la réserve si elle le voulait et m'éloignais d'elle pour reprendre du travail.

- Salut, je suis Abygael, je peux t'aider ? demandais-je une fois parvenue au niveau de la jolie brune.


Dernière édition par Abygael Thompson le Jeu 7 Juin 2012 - 11:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Boutique

Message par : Kao Snape, Jeu 24 Mai 2012 - 18:14


Alors que Kao était entrain de regarder les differents articles qui étaient sur le catalogue, quelqu'un s'avança vers elle en se présentant.

- Salut, je suis Abygael, je peux t'aider ?

Cette Abygael devait surement être la gérante de la boutique. Comme elle était récente il n'y avait pas encore de vendeur, à l'évidence.

- Bonjour Abygael. Oui, je veux bien. J'ai vu cette cape de visibilité dans ce catalogue et l'idée me plait bien, lui répondit-elle.

Une des pages était consacrée aux vêtements spéciaux que vendait Waddiwasi. Et cette cape qui devient ultra voyante en la mettant avait attiré la Poufsouffle. C'était une idée plutôt marrante et pour se faire remarquer, il n'y avait pas mieux ! Alors, pourquoi ne pas l'acheter ? Cet article n'était pas cher et elle pouvait se permettre de l'acquérir. Et puis, entrer dans un magasin sans rien acheter n'était même pas pensable pour Kao. Bien sur, elle aurait voulu acheter tous ces objets aussi fous les uns que les autres mais il ne fallait pas abuser.

- Ah et au fait, je voulais vous dire, c'est une merveilleuse idée que vous avez eu d'ouvrir ce magasin ! dit Kao avec un grand sourire.

La devanture flashy et les farces et attrapes donnaient à présent un côté plus joyeux au petit village entièrement sorcier. Avec le temps, Kao était sur qu'il y a allait avoir plein de sorciers venant de Poudlard qui viendraient faire leurs "courses" ici. Il n'y a pas de meilleur endroit d'un magasin d'objets farfelus pour faire de mauvaises blagues.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Sam 26 Mai 2012 - 18:57


- Bonjour Abygael, me salua la jeune fille (okay, c'est un peu abusé de la désigner par cette expression alors que j'ai quelques années de plus qu'elle).

Détail inutile, j’appréciais qu'elle m'appelasse par mon prénom. Je n'avais jamais raffolé des "mademoiselle" et autre formule de politesse qui semblait creuser un fossé entre l'énonciateur et le destinataire. Je voulais vraiment que la boutique fut un (très petit) monde à part, que les gens laissassent leurs à-priori dans la rue et abandonnassent les conventions et autres gênes avant de passer la porte. Ici, je ne désirais que du naturel et de la tolérance.

- Oui, je veux bien. J'ai vu cette cape de visibilité dans ce catalogue et l'idée me plaît bien.

- Okay, je t'amène ça tout de suite. J'informulais un sortilège d'attraction et attendit que la cape parvint jusqu'à nous. Saisissant l'habit volant, je continuais : Les motifs sont simples pour l'instant, peut-être que nous devrions approfondir le concept avec ma co... J'attends de voir si ça marche. Tu veux peut-être l'essayer ? proposai-je.

- Ah et au fait, je voulais vous dire, c'est une merveilleuse idée que vous avez eu d'ouvrir ce magasin ! s'exclama-t-elle.

Je lui souris en retour, quoi que mon expression passât probablement inaperçue puisque ma bouche n'avait pas quitté la forme de banane depuis l'ouverture du magasin. Il était également possible que mes yeux étaient toujours brillants, bref que mon visage conservait tous les symptômes de l'excitation.

- Merci, je suis contente que ça te fasse plaisir... Mais pitié pas de vouvoiement ! J'ai quitté Poudlard il y deux ans, je ne ressemble pas encore à une vieille déconfite !

J'eus un moment d'hésitation, me demandant si je n'avais pas bu par inadvertance mon prototype de potion de vieillissement. Regardant rapidement ma main pour y chercher la peau fripée et les tâches brunes quasi indissociables de l'âge "vénérable", je fus rassurée de ne rien trouver d'anormal.

- Dis, qu'est-ce qui t'as attiré dans le magasin ? Et qu'est-ce que tu aimerais y trouver ?
Revenir en haut Aller en bas
Kao Snape
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: La Boutique

Message par : Kao Snape, Sam 26 Mai 2012 - 19:28


Après que Kao ait demandé une cape de visiblité, la gérante du magasin l'ammena grâce à un sort d'attraction.

- Les motifs sont simples pour l'instant, peut-être que nous devrions approfondir le concept avec ma co... J'attends de voir si ça marche. Tu veux peut-être l'essayer ?

- Euh.. Oui, pourquoi pas ?

Kao prit alors la cape et la mit sur elle. La cape en question prit alors des couleurs flashy ce qui fit sourire la Poufsouffle. C'était un concpet plutôt marrant et plus c'était remarquant, plus Kao aimait.

Abygael remercia aussi Kao pour son compliment par rapport au magasin mais rajouta une phrase qui fit rire la sorcière.

- Mais pitié pas de vouvoiement ! J'ai quitté Poudlard il y deux ans, je ne ressemble pas encore à une vieille déconfite !

C'est vrai qu'elle n'avait pas l'air beaucoup plus vieille que Kao. Elle l'avait vouvoyé en signe de politesse. Mais après tout, ce n'était pas plus mal de se tutoyer. Le rapport vendeurs/clients était très important, enfin selon Kao, dans un magasin. Les clients en général aiment avoir des gens à leur écoute. Se faire servir par quelqu'un de désagréable faisait perdre des clients à coup sur. D'ailleurs Kao aimerait bien travailler elle aussi dans une boutique un jour.
Avant que Kao n'ait pu répondre, on lui demanda ce qui l'avait attiré dans ce magasin et ce qu'elle aimerait y trouver. Elle décida alors de répondre le plus franchement possible.

- Et bien, vous avez une devanture plutôt attirante. Quand je l'ai vu je n'ai pas pu résiter à entrer. Puis après être entrée, j'ai constaté qu'il y avait le même état d'esprit, et j'aime bien. Il faut aussi avouer que j'adore faire les magasins alors passer devant sans y faire un tour, c'était pas possible ! Après ce que j'aimerais bien y voir.. hum... je ne sais pas vraiment. Des trucs encore plus extravagants peut-être ? rajouta-t-elle en rigolant.

Kao attendit une réaction de la gérante et regarda de plus près la cape qui était encore sur elle. Cela confirmait son choix, elle aimerait bien avoir cette cape hors du commun dans sa garde robe. Elle serait sûrement utile pour certaines occasions.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Parker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Mésange azurée


Re: La Boutique

Message par : Lizzie Parker, Mar 29 Mai 2012 - 12:01


Comme Lizzie s’y était attendue, sa venue à Waddiwasi fut accueillie avec chaleur par Abyagel. Cette dernière, bien qu’étonnée de la réaction peu ordinaire que lui témoigna l’ex-Serdaigle, s’empressa de l’étreindre à son tour tout en la remerciant pour ses compliments. La sang-mêlé l’observa un instant, la Poufsouffle affichait un sourire plus que ravi et pas une seule trace de stress ou d’angoisse ne se reflétait dans ses jolis yeux vairons. La franco-anglaise fut rassurée de voir que son amie maitrisait la situation comme à son habitude, et qu’elle n’avait pas l’air de se laisser déborder par les évènements. La jaune et noire était décidément une personne cool jusqu’au bout des ongles !

Lorsque la Phénix demanda à sa camarade si quelques uns des produits qu’elle vendait ne pourraient pas être mis de côté pour une utilisation plus… Secrète et illicite, la Poufsouffle compris immédiatement le message. Son regard brillant de malice signifiait très certainement qu’elle avait déjà pensé à cette alternative, et qu’elle approuvait sans doute la bleue et bronze.

- Je pensais à quelque chose de ce genre en effet, répondit Abygael. Je travaille sur d'autres inventions, si on utilise des articles déjà sur le marché, le lien sera vite établi avec la boutique. Je ne dis pas non à un peu de pub mais pas de cette façon...

- Humm oui c’est vrai, tu as raison. Pardonne-moi, je n’avais pas du tout pensé à ce détail, lança Lizzie toujours en chuchotant. En tout cas si tu as certaines idées, je serais enchantée de voir tes nouvelles créations et ce que tu pourras nous proposer.


C’est alors qu’Abyagel murmura discrètement à l’oreille de Lizzie afin de s’excuser et lui dire que celle-ci pouvait se rendre ni vu ni connu dans la réserve si l’envie lui prenait. La jaune et noire s’éloigna ensuite pour s’occuper d’autres clients qui continuaient d’arriver en masse. L’ex-Serdaigle lui lança un clin d’œil signifiant « Aucun problème ! Fais ce que tu as à faire surtout ! », accompagné d’un sourire.

S’assurant d’être à l’abri des regards, la jeune fille se faufila telle une ombre vers ladite réserve, là où son amie la lui avait indiquée. En tant que membre de l’Ordre du Phénix, la sang-mêlé avait pris l’habitude de se faire discrète et de se déplacer en catimini, de plus, tout le monde dans la boutique semblait bien trop occupé pour remarquer quoi que ce soit. Une fois la porte refermée délicatement derrière elle, la franco-anglaise se retrouva dans une pièce spacieuse, contenant des centaines et des centaines de boîtes en tout genre. Se promenant silencieusement parmi les piles d’articles, la manager du Sanglier Rieur observait ce qui l’entourait. Il fallait reconnaitre un certain talent dans la conception des produits, nulle doute que cela constituait une belle magie. La sorcière restait encore une fois ébahie par tout le savoir faire de sa sœur d’arme et de son amie. Bien qu’elle avait d’autres talents et capacités, jamais la jeune fille n’aurait pu parvenir à de tels résultats. Constatant que les inventions se trouvant dans la réserve étaient les mêmes que dans les rayonnages, la bleue et bronze décida qu’elle n’avait pas à rester plus longtemps et sortit au bout de quelques minutes à peine.

Le magasin paraissait toujours aussi bondé, et Lizzie en profita pour se fondre dans la masse. Parcourant tranquillement les allées, la demoiselle essayait tant bien que mal de se frayer un chemin parmi la cohue d’élèves venus de Poudlard, tout en faisant attention à ne se prendre quelque chose dans la figure. Un bête accident pouvait être si vite arrivé dans ce genre d’endroit. Quelques instants plus tard, la Phénix revint vers Abyagel, attendant que cette dernière ait terminé avec sa cliente, avant de déclarer :

- Bon finalement j’ai décidé de repartir tout de même avec quelques trucs, fit-elle en lui montrant un sachet contenant une Marque des Ténèbres, un insigne d’Auror et un Phénix comestibles, ainsi qu’un œil et une oreille à rallonge d’une longueur de 5 mètres. Surtout ne t’inquiète pas, je n’ai pas l’intention de faire n’importe quoi. Je te promets de rester prudente, je n’ai pas envie de te mettre dans le pétrin toi et la boutique, précisa-t-elle.

En effet, bien que certains objets lui seraient très certainement utiles dans le cadre d’une mission d’espionnage avec la société secrète dont elle faisait partie, jamais l’ex-Serdaigle ne manquerait de viligeance et ne ferait quoi que ce soit qui puisse poser problème à son amie. Les conséquences pouvaient être bien trop dangereuses et elle en avait conscience. Alors que Lizzie sortit sa bourse pleine de mornilles et de gallions, celle-ci ajouta :

- Je pense que je vais plutôt m’amuser à espionner mon voisin d’en dessous, ça fait plusieurs semaines que je le soupçonne de faire des choses pas très nettes et je suis bien curieuse de savoir ce dont il s’agit. J’ai pris cinq mètre, j’espère que ce sera suffisant. Au fait, tu préfères que je te paye au comptoir peut-être ?

Tout en attendant la réponse de sa sœur d’arme, la bleue et bronze ne put s’empêcher de penser qu’elle ferait en tout cas bon usage de ses achats quoi qu'il arrive.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Jeu 7 Juin 2012 - 13:07


- Et bien, vous avez une devanture plutôt attirante. Quand je l'ai vu je n'ai pas pu résiter à entrer. Puis après être entrée, j'ai constaté qu'il y avait le même état d'esprit, et j'aime bien. Il faut aussi avouer que j'adore faire les magasins alors passer devant sans y faire un tour, c'était pas possible ! Après ce que j'aimerais bien y voir.. hum... je ne sais pas vraiment. Des trucs encore plus extravagants peut-être ?

La brune avait répondu de manière décontractée, un rire naturel apparaissant à la fin de ses phrases. Elle avait l'air à son aise et contribuait à donner à Waddiwasi l'ambiance que j'avais imaginé durant les longs mois de travail. Tout cela valait le coup, j'en étais désormais certaine.

- Hum, alors il va donc falloir que je me donne à fond pour t'impressionner!

Je désençorcelais la cape tandis qu'une plume consignait l'achat sur le livre de compte et saluai la jeune femme, lui souhaitant une bonne journée. J'espérais que Lizzie ne s'ennuyait pas trop, je l'avais laissé un bon moment pour discuter avec la septième année. C'était bien mal la remercier de la planter en environnement inconnu alors qu'elle avait trouvé le temps de venir me voir pour m'encourager !

La Serdaigle aux yeux bleus perçants fit une nouvelle fois son apparition, plusieurs articles dans ses mains. Je ne laissais pas paraître à quel point son acte, pourtant d'allure anodine, me touchait. Elle me soutenait vraiment jusqu'au bout !

- Bon finalement j’ai décidé de repartir tout de même avec quelques trucs.

Elle présenta à ma vue un bonbon de chaque factions : marque des ténèbres, insigne d'Auror et Phénix, ainsi que des objets qui, sous couvert de leur étiquette de gadgets farfelus, étaient des outils bien utiles : un oeil et une oreille à rallonge. Ma soeur d'arme s'empressa d'ajouter :

- Surtout ne t’inquiète pas, je n’ai pas l’intention de faire n’importe quoi. Je te promets de rester prudente, je n’ai pas envie de te mettre dans le pétrin toi et la boutique.

- Je ne m'inquiète pas, tu es loin du genre à agir sans réfléchir !

J'en savais quelque chose, cette qualité se manifestait à de nombreuses reprises et surtout au bon moment. Avoir un fin esprit stratège dans l'équipe était un atout de taille et cela nous avait sauvé la mise (qui s'élevait au prix de la vie-même) plusieurs fois.

- Je pense que je vais plutôt m’amuser à espionner mon voisin d’en dessous, ça fait plusieurs semaines que je le soupçonne de faire des choses pas très nettes et je suis bien curieuse de savoir ce dont il s’agit. J’ai pris cinq mètres, j’espère que ce sera suffisant. Au fait, tu préfères que je te paye au comptoir peut-être ?

Je répondis d'un sourire et émis un long sifflement qui se fit entendre par dessus le brouhaha. Le comptoir était un bureau américain de chêne verni, court en longueur mais assez haut pour que l'utilisation d'une chaise ne fut pas nécessaire. Ses multiples tiroirs étaient sous le charme d'un sort d'Ithylis dont je n'avais compris que l'utilité : seul certaines personnes pouvait accéder à son contenu, soit Quinny et moi-même. Lorsqu'il m'entendit, ses pieds s'animèrent et il avança jusqu'à nous. Il n'eût pas de difficultés à se frayer un chemin parmi les clients parce qu'il s'agissait d'un comptoir et que cela présentait quelques avantages comme impressionner les humains peu habitués à voir un meuble se balader tranquillement. Le comptoir se posa finalement juste devant moi et j'adressais un clin d'oeil à mon amie tout en m'occupant de ses achats.

- Mon père est dans la fabrication de balais, expliquais-je. Il connaît les petits trucs de la magie sur bois et aime les utiliser sur le mobilier. Il enchante d'un même sort les meubles et ma mère! Rire. Cinq mètres devrait convenir mais au pire, contacte moi et j'arrangerais ça. Voilà, ça te fera 10 gallions et 3 mornilles s'il-te-plaît.

J'avais la dérangeante impression de dépouiller une amie, aussi rajoutais-je dans le sac que je lui tendis un petit paquet de poudre d'obscurité instantanée. La BAMN en vendait aussi, Lizzie pourrait en user à sa guise sans qu'on soupçonne forcément le magasin.
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Parker
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Mésange azurée


Re: La Boutique

Message par : Lizzie Parker, Jeu 7 Juin 2012 - 15:57


Lorsque Lizzie demanda à Abygael pour payer au comptoir, cette dernière lui renvoya un sourire plutôt espiègle en guise de réponse, une expression qu’elle ne connaissait que trop bien. La Poufsouffle se mit alors à siffler sans que la sang-mêlé ne puisse comprendre pourquoi. Etait-ce Ithylis qu’elle appelait ainsi ? Elle trouva cette pensée étrange mais la franco-anglaise n’eut pas le temps de se questionner davantage qu’un évènement pour le moins insolite se produisit. Au son émit par sa sœur d’arme, le comptoir – qui par ailleurs était particulièrement beau – s’anima alors par magie et se déplaça jusqu’aux deux jeunes filles. La bleue et bronze fixait le meuble qui avançait vers elle avec des yeux ronds, ce dernier n’hésitait pas à pousser quelques clients pour se frayer un chemin d’ailleurs. D’un sourire amusé, la Phénix regarda ensuite son amie. Décidemment, cette boutique était pleine de surprise ! Le comptoir s’arrêta juste devant la jaune et noire qui s’empara des achats de l’ex-Serdaigle afin de les emballer, pour les mettre dans un sachet qu’elle lui tendit ensuite.

- Mon père est dans la fabrication de balais, précisa Abygael. Il connaît les petits trucs de la magie sur bois et aime les utiliser sur le mobilier. Il enchante d'un même sort les meubles et ma mère ! ajouta-t-elle en riant. Cinq mètres devrait convenir mais au pire, contacte moi et j'arrangerais ça. Voilà, ça te fera 10 gallions et 3 mornilles s'il-te-plaît.

Avant que sa sœur d’arme ne lui rende son sac, Lizzie remarqua que celle-ci venait d’ajouter discrètement un article en plus et qui semblait être un petit paquet de poudre d’obscurité instantanée. Etait-ce là un cadeau en gage de leur amitié, histoire de la remercier pour l’achat qu’elle venait d’effectuer ? Très certainement, et la manager du Sanglier Rieur ne put s’empêcher de lui sourire d’un air reconnaissant, bien qu’au fond, elle ressentait une certaine pointe de gêne pour être traitée de manière aussi privilégiée.

- Je dois avouer que c’est une magie assez extraordinaire ! s’exclama Lizzie. Ton père doit être vraiment balèze dans les enchantements pour parvenir à ce résultat !

La jeune fille sortit alors sa bourse de cuire et s’empara de 10 grosses pièces d’or et de trois en argent de plus petite taille qu’elle donna à Abygael. A vrai dire, la sang-mêlé n’avait même pas fait attention aux prix et s’était simplement contentée de choisir des produits qui pourraient lui être utiles ou qu’elle avait trouvé plutôt amusant. La bleue et bronze n’était pas le genre de personne qui passait son temps à compter ses sous, bien qu’elle surveillait tout de même son budget et faisait attention à ne pas dilapider sa petite fortune en dépenses superflues. Mais en amitié, comme en amour, Lizzie était loin d’être avare de ce côté-là. Une chose était sûre en tout cas, si l’ex-Serdaigle venait d’effectuer un achat assez onéreux, elle en aurait pour son argent !

- Et voilà 10 Gallions et 3 Mornilles, fit-elle en souriant. Merci pour tout en tout cas, et si un jour tu as envie de faire un tour à Godric’s Hollow, tu sais où me trouver ! lança-t-elle accompagnée d’un clin d’œil. Tu auras le droit à un cocktail gratuit ! … Bon et bien il faut que j’y aille, le travail m’attend aussi malheureusement … On se voit demain soir de toute façon, murmura-t-elle tout bas. Si on se fait encore la malle, j’en connais une qui ne sera pas très contente…

La Phénix faisait évidemment référence à la soirée qui les attendait au QG de l’Ordre, destinée au travail d’enquête. En ce moment, les membres de la société secrète devaient régulièrement consacrer quelques soirées à cette corvée activité fastidieuse qui leur prenait des heures et des heures, dans l’espoir de récolter quelques indices leur permettant de trouver des pistes sur les ennemis qu’ils combattaient. Si Abygael et Lizzie s’étaient arrangées pour échapper à la précédente – s’octroyant les foudres d’Arya au passage – nul doute qu’elles pourraient esquiver celle-ci ! Leur Chef veillerait au grain. Et boulot ou pas, elles n’avaient pas le choix, le devoir avant tout !

Dans une dernière embrassade, l’ex-Serdaigle salua alors chaleureusement son amie, la félicitant encore une fois pour l’ouverture de son magasin. Puis elle prit la direction de la sortie, sous les rires et les cris de joie consituant l’ambiance follement dingue qui régnait à Waddiwasi, avant de transplaner dans un *crac* sonore …
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Boutique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 25

 La Boutique

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 13 ... 25  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.