AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi
Page 4 sur 25
La Boutique
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Sam 4 Aoû - 17:22


La jeune Welesslay revenait de son petit passage à la boutique d'Accessoires de Magie Noire. Ayant eu les produits qu'elle attendait elle se rendit, marchant pendant un bon bout de temps, devant la devanture de Waddiwasi le magasin de farces et attrapes de Pré-au-lard. Avec un petit sourire, la jeune femme resta quelques instants devant leur étincelante vitrine, regardant les articles que la jolie boutique proposait.
Au tant ne pas préciser à quel point le contraste était fort entre Waddiwasi et la boutique de l'allée des Embrumes mais Emma s'étant habillée de façon à passer inaperçue dans une rue mal fammée, elle passait au contraire, très en vue avec sa longue cape noire dans un endroit aussi pétillant que celui auquel elle faisait face.

Enlevant sa cape avant d'entrer elle secoua sa longue chevelure blonde et poussa la porte de la bâtisse.
Vous vous demandez surement ce qu'une jeune fille avait à faire entre la boutique la plus sombre de Londres puis la plus colorée de pré-au-lard. Eh bien cette jeune fille était en danger, tout comme les personnes qu'elle affectionnait le plus. De ce fait il lui fallait de quoi se protéger. Après avoir fais l'acquisition de potions elle espérait trouver des protections minimes et des leurres explosifs dont elle avait entendu parler à Waddiwasi.

Attendant un vendeur ou une vendeuse la Serpy ramena ses longs cheveux vers l'arrière et soupesa sa bourse déjà bien allégée depuis l'achat de son tout nouveau compagnon, Shadow, un chien loup qu'elle avait laissé à Poudlard le temps de sa course et depuis donc, l'achat des ces potions toutes faites. Mais elle aurait assez. Elle n'était pas blindée au as certes, mais elle aurait assez.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Valens Fenwick, Sam 4 Aoû - 23:13


[HRP Suite à : http://harrypotter2005.forumactif.com/t8017p195-mauvaises-pensees#710153 ]

Valens entra pour la première fois dans la boutique de farces et attrappes de Pré-au-lard. Pour le peu qu'il en savait, c'était peut être la boutique de farces et attrappes magiques d'Angleterre à vrai dire. La boutique lui sembla au premier coup d'oeil un capharnaüm d'objets étranges. Une débauche de couleurs et de sons emplirent ses sens, le mettant sur ses gardes et titillant ses nerfs. A cran, le jeune homme n'avait pas besoin d'être tiraillé de la sorte. Il aurait pu cependant se douter qu'une telle boutique révèlerait ce genre d'ambiance.

Ne souhaitant pas trainer jusqu'à ce qu'il perde complètement le contrôle de lui même, il jeta un oeil anxieux à la ronde en se caressant négligemment le menton, cherchant Aby du regard. Il venait acheter quelques articles, certes, toutefois il était également temps pour lui de prendre, si cela était prêt, une commande un peu spéciale. Ne sachant pas si d'autres employés étaient au courant, il espérait donc tomber sur son contact. Allez expliquer ce que vous comptez faire de caltrops vicieusement modifiés et de billes tout aussi insidieuses.

Pourtant, les événements ne se déroulaient pas toujours comme on l'avait prévu. Et heureusement, le vert et argent ne serait pas là pour s'en faire la remarque le cas échéant.


Dernière édition par Valens Fenwick le Lun 6 Aoû - 8:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Maximilien Nerolase, Dim 5 Aoû - 0:12


HRPG : Si problème, ma boite mp est là Wink


Maximilien venait de rentrer à pré-au-lard par portoloin. Aujourd'hui, il ne venait pas pour travailler à la tête du sanglier, ou du moins, pas maintenant mais, il venait acheter certaines choses dans la boutique de farces et attrapes. Il avait appris que le catalogue contenait certaines affaires particulières qui pourraient lui servir et donc, il venait faire un petit tour, espérant voir autre chose qui pourrait l'attirer. Il y avait toujours quelques choses de spéciales qui se passait lorsqu'il faisait un plan même très simple... Lorsqu'il se disait par exemple qu'il allait espionner la boutique d'animaux magique, eh ben, il fallait qu'il manque de se faire repérer... Mais, cette fois-ci, c'était différent. En effet, il y avait très peu de chances qu'il se fasse repérer.

Il rentra donc dans la boutique et observa la boutique avec un certains ébahissement. Bon, d'abord, la devanture loufoque l'avait tout d'abord repoussé, ce qui avait fait qu'il n'était pas venu à l'ouverture mais, il passa quand même vu les articles qu'il pourrait acheter... Et puis, chacun ses gouts et ses couleurs. Les murs étaient faits "d'élégants" bois et des rayons de produits "trainaient" un peu partout dans la boutique. L'intérieur étant pratiquement moins loufoque que la devanture, il lança un regard suspicieux aux objets et même au sol. Qui sait ce qui pourrait traîner ou quels pièges (ou blagues, tout dépends du point de vue) l'attendait. Et pourquoi pas un épouvantard ?

Finalement, il ne s'était peut-être pas trompé... Devant lui, il se tenait les deux personnes auxquels il tenait le moins à voir. Valens Fenwick et Emma Welesslay... Pourquoi n'avait-il pas mis un quelconque vêtement pouvant le camoufler ? Que pouvait-il faire car il était très clair qu'il était en territoire ennemi... Ou plutôt, en territoire neutre et entouré d'ennemis... Il s'éloigna donc autant que possible d'eux tout en restant visible pour un vendeur. Avec un peu de chances, ils ne l'avaient pas vu. Il comptait acheter des pièges bor*** et pas voir les gens auxquels il les réservait ! C'est donc sur ces pensées qu'il attendit qu'un serveur vint s'occuper de lui...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Valens Fenwick, Dim 5 Aoû - 12:36


Cherchant toujours à trouver Abygaël afin de récupérer sa commande "spéciale", son regard passa un instant sur une hallucination tandis qu'il se déplaçait. Il ne s'attarda pas dessus, oui une hallucination forcément. Il était fatigué et nerveusement atteint par ces mois pendant lesquels il était traqué par les sbires de Maximilien et les chasseurs de la prime qu'il avait mis sur sa tête. Du coup, il voyait le mal (Enfin Maximilien quoi) partout. Il était tout de même temps d'en finir, il commençait à devenir fou. Celui qui venait d'enelver la préfète des serdaigles ne pouvait bien évidemment pas venir leur tenir compagnie ainsi tandis qu'ils s'approvisionnaient. Il aurait pu rire de cette bonne blague si la situation avait eu quelque chose de moins dramatique.

Continuant à chercher la vendeuse, son regard passa une nouvelle fois sur cette hallucination sans s'y arrêter. Cette fois, il était un peu moins certain d'halluciner. Max était réellement ici??? Mais que diable! Etait-ce une nouvelle façon de le narguer, une manière arrogante de lui dire "Je sais où tu es, tu ne peux pas m'échapper"? Cette fois, sa suffisance allait trop loin et allait probablement se retourner contre lui. Valens allait récupérer sa captive coute que coute... et tant pis pour les dommages collatéraux.

Le vendeur d'animaux passa à côté d'Emma et la pinça doucement sur le bras afin de lui signifier un danger. Il ne pouvait pas lui parler, néanmoins elle comprendrait. Ils étaient tous trois à l'intérieur d'une boutique probablement protégée contre le transplanage. Ils avaient passé la porte et les protections du ministère. Il restait l'alarme, toutefois il espérait que Abygaël, le reconnaissant, ne la déclenche pas. Dans tous les cas, ils n'auraient que peu de temps.

Flanant dans les rayons, il passa non loin de la porte sur laquelle il informula un #Collaporta en gardant sa baguette dissimulée le long de son corps, cela pourrait créer une certaine surprise en cas de fuite. Continuant son chemin sans s'arrêter, il finit par trouver un angle depuis lequel ils pourraient le prendre en tenailles sans trop s'exposer et passa à l'assaut en s'écriant.

- Stupéfix!

Si ce sort portait, tout serait terminé. Pourtant, il avait l'intuition que ce ne serait pas aussi simple. Il compléta alors par un autre sort appris récement qui aiderait probablement Emma en lui donnant une opportunité tout en handicapant souverainement leur adversaire.

- Arresto Momentum!

En ralentissant l'écoulement du temps dans une bulle autour du kidnappeur, ils prenaient un avantage...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Dim 5 Aoû - 13:53


Feuilletant le catalogue de la boutique, la jeune fille faisait tranquillement son choix. Peut être quelques leurs explosifs donc, hum... Aie! S’exclamât-elle intérieurement. Quelqu'un d'aparement très sympathique venait de lui pincer le bras du bout des doigts. Se retournant brusquement avec une mine renfrognée prète à en découdre la sorcière remarqua que son "agresseur" avait continué son petit bonhomme de chemin. De dos, elle reconnu son ami Valens, il s'enfuyait droit vers la porte de la boutique colorée. Fronçant les sourcils et projetant de le héler, son regard passa sur... Maximilien. Oui oui. C’était bien lui. Il était là, droit comme un piquet, dans la boutique en compagnie de Valens et Emma.

Les yeux équarquillés et la bouche entrouverte elle comprit .La jeune fille, pour une fois, ne devait pas penser plus long, ce qu'il fallait lui faire c'était le capturer. Maintenant. Il avait kidnapper Rilla? Alors nous allions la récupérer coûte que coûte. Valens verrouilla la porte. Un silence de plomb les entourait tous les trois et la blonde entreprit de sortir précipitamment sa baguette alors que le vendeur d'animaux magiques sortait la sienne. En choeur les compagnons lançèrent un tonitruant:

- Stupéfix!

Espérant de tout son coeur que le sortilège le tiendrait un peu Emma tenait fermement sa baguette devant elle en attendant un signe de l'attaqué. Pendant ce temps, Valens lança un second sort mais les yeux et les oreilles de la Serpentard étaient comme bouchés et elle ne pouvait ni vraiment savoir ce qui'il avait fait ni si cela avait marché.

Revenir en haut Aller en bas
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Maximilien Nerolase, Lun 6 Aoû - 1:25


HRPG :Erreur de ma part... Je vais vite fait changer le rp ce soir...

Surveillant Valens et Emma du regard, Maximilien pria tout les dieux possibles et imaginables qu'ils aient un peu de jugeotes pour ne pas l'attaquer ici sous les yeux des serveurs... Pour faire bonne mesure, il pria aussi le bon vieux Satan de le protégé contre les deux menaces qui commençaient légèrement à l'étouffer. S'ils l'attaquaient, s'en était fini de lui puisque à deux contre un, il n'avait aucune chance. Oh ! Il pourrait les tenir en respect contre quelques sorts mais, il finirait bien par se faire avoir. Il espérait donc que les deux idiots que Mélissande avait posté pour le "protéger" (le surveiller oui...) viendraient remplir leurs rôles.

Il vit donc son ennemi passer à côté d'Emma, certainement pour l'avertir qu'il était là. Passant près de la porte, la baguette sortit, il continua à avancer et Maximilien sut qu'il était dans de beaux draps. Quoi qu'il ait pu faire, il était tombé ici au mauvais endroit au mauvais moment... à un très mauvais moment. Il sortit donc lui aussi sa baguette la tenant le long de son corps. Oui il venait ici pour piéger son ennemi mais, il n'était pas assez fou pour l'attaquer en plein lieu public. Lui avait un honneur, pas comme ces chiens de paysans...

Soudain, il entendit clairement deux stupéfix et vit qu'il était enclavé. S'il ne bougeait pas d'ici, s'en était fini de lui. Quel comble qu'il soit venu ici pour acheter une écharpe de protection et qu'il en avait besoin tout prêt ! Il essaya quand même de sauter entre deux rayons, comme ça, les sorts ne le toucheraient pas et il pourrait se cacher le temps de mettre au point une stratégie. Il vit donc les sortilèges le manquait de peu et était prêt à atteindre un endroit qui pourrait lui servir de protection lorsqu'il se sentit ralentir. Ce n'était pas normal, vraiment pas normal... Comprenant qu'on avait dû lui lancer un quelconque maléfice, il se dépêcha de sortir des objets de sa poche.

Enfin, vu le sortilège, il devait mettre toute sa force pour bouger le bras au moins normalement, ce qui rendait la situation comique puisqu'il était encore au-dessus du sol. Heureusement qu'il connaissait les sorts informulés, ainsi, il perdrait moins de temps à lancer des sortilèges. Pendant qu'il prenait donc des figurines de blaireaux animés dans sa poche, il lança un ragnarok entre lui et Emma. Son adversaire était Valens et il n'avait pas besoin de quelqu'un pour l'attaquer de dos. Il lança un étrange sourire à Valens avant de mettre son plan à l’exécution.


- Amplificatum ! Lança-t-il tout en lançant les figurines en l'air. Le sort en touchant plusieurs, on se retrouva vite avec sept blaireaux en pierre fonçant sur Valens.

Maximilien lança néanmoins un regard contrarié lorsqu'il vit qu'une seule fonça à une vitesse normal vers Valens. Les autres semblaient toujours avancer au ralenti. La première avait au début seulement que les pattes avants qui marchèrent en vitesse "normal" puis le côté arrière. Bah, les autres devraient la rejoindre assez vite et en attendant, il pourrait toujours lancer des sorts à Valens. Il n'aura après qu'à lancer un bombarda pour que les hommes de mains, deux précisément, rentre dans la boutique et l'aide un peu. Il devait tenir juste un tout petit peu...


Dernière édition par Maximilien Nerolase le Lun 6 Aoû - 14:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Valens Fenwick, Lun 6 Aoû - 14:30


[HRP : Bah nos posts font chronologiquement et suite à http://harrypotter2005.forumactif.com/t8017p195-mauvaises-pensees#710153 , donc ton post donc je ne sais pas comment tu appelles ça, mais tu l'as piégée et enlevée de force contre son gré. C'est ce que j'entendais par kidnapper.]

Visiblement, ils n'étaient pas les seuls à avoir vu leur adversaire. Ce dernier, mine de rien, semblait avoir repéré leurs déplacement. Prompt à régir, il avait plongé pour éviter les sorts qui le prenaient en tenaille. Et malgré le sortilège qui le ralentissait, il envoya une riposte qui arracha un soupir à Valens. Sortant d'on ne voulait pas savoir d'où des blaireaux miniatures et animés de mauvaises intentions de sa poche, il lança un sort d'agrandissement sur eux. Des blaireaux de pierre qui ne lui étaient pas inconnus fondirent alors sur lui.

Cette scène lui rappelait quelque chose. Il avait toujours cru qu'il s'était agit de l'oeuvre de poufsouffles. Il avait même essayé de se venger avec l'aide de Maximilien. Heureusement, il avaient été interrompus dans leur entreprise car il semblait maintenant évident que les pouffys n'avaient rien à voir dans cette catastrophe. L'ignoble scélérat avait en fait lancé une attaque contre sa propre maison, risquant la vie de ses camarades, afin de faire croire à la culpabilité des sables et or. Si leur mauvaise entreprise avait été menée à son terme, des innocents auraient subis d'inutiles foudres quand ils auraient semé la terreur dans leurs dortoirs. A chaque rencontre, il semblait au vendeur d'animaux qu'il découvrait une facette plus sombre encore de son ancien allié.

Cependant, son soupir n'avait rien à voir avec ses découvertes. Il souhaitait agir proprement et rapidement. Toutefois avec Maximilien, tout partait toujours en vrille. Cet homme avait un don pour déchainer des catastrophes autour de lui. Face à son armée de blaireaux, il devait employer des moyens qui ne seraient pas sans conséquence. Abygaël n'allait pas mais alors pas du tout être contente. Le vert et argent ne savait même pas comment il pourrait se faire pardonner. D'un autre côté, outre que la fin justifiait les moyens, les blaireaux allaient tout saccager s'il n'intervenait pas très vite.

Lâchant le sort de ralentissement, il ouvrit une grande faille bien que localisée devant les blaireaux qui chutèrent en son sein et s'y brisèrent en s'entassant les uns contre les autres après avoir raclé contre les parois.

- Abyssum Appa Maxima!

Certes, le sol de la boutique avait bien morflé, mais les dommages avaient été contenus à une zone réduite plutôt que de laisser la boutique être dévastée par les griffes et les charges de ses créatures de pierre. Le jeune homme se déplça afin de voir la position de Maximilien avant de pouvoir se remettre à couvert. Et même si cette vue n'était pas complète, il savait alors comment agir. Maudissant silencieusement l'indigne possédé, il avisa les articles qu'il connaissait et décida de s'en servir.

- Personnificatum Bellicis!

Un grille main sauta alors d'une étagère afin de faire ce pour quoi il avait été conçu, griller la main honnie porteuse d'une dangereuse baguette. Pourtant, il ne relâcha pas ses efforts.

- Oppugno!

Quels objets envoyait-il sur l'infortuné? Aucun en définitive, il envoya exploser sur le sol au pieds de son adversaire des objets sur les étagères. Il s'agissait à vrai dire de poil hystérique dont le nuage s'éleva des pieds vers sa tête.

Aucune de ces initiative ne pouvait véritablement mettre hors combat, mais elles étaient suffisamment handicapantes pour espérer y mettre un terme rapidement. Il commença à appeler Hugin et Munin. Si les choses tournaient mal, ils devaient se préparer à intervenir.
Revenir en haut Aller en bas
Adna Evincio
Serdaigle
Serdaigle

Re: La Boutique

Message par : Adna Evincio, Lun 6 Aoû - 22:37


Qualques jours, après les évènements précédemment énonces, Adna venait d'arriver dans une boutique qu'elle ne connaissait pas encore. Celle-ci se trouvait sur le chemin de Traverse. L'atmosphère lui plaisait alors elle entra. Elle feuilleta le magasine. Plusieurs choses l'intéressaient. Elle relut leurs descriptions bien attentivement, il fallait faire un choix. Elle regarda autour d'elle et repéra l'endroit où se trouvait son bonheur. Elle se lança et se présenta :

- Bonjour ! Je suis venue acheter une boîte à flemme s'il vous plaît.

Elle attendit qu'on lui réponde en regardant le fruit de son attente. Elle aurait l'occasion de s'en servir !

Elle entra plus profondément dans la boutique. Plusieurs farces étaient disposées un peu partout. Elle se sentait bien ici. Elle décida d'y revenir plus souvent.


Dernière édition par Adna Evincio le Mar 7 Aoû - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maximilien Nerolase
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Maximilien Nerolase, Mar 7 Aoû - 0:55


Maximilien eut un court sourire face à son attaque. Utiliser des blaireaux... En vérité, il avait tout simplement copié l'idée de l'attaque des Poufsouffles, bien qu'il ne comptait pas l'utiliser maintenant. Normalement, il aurait dû attirer Valens dans un piège et lui balançait tout ça. Malheureusement, ils s'étaient retrouvés tout les deux ici, en cette endroit, pour le plus grand malheur de Maximilien. Dire qu'il comptait mettre en oeuvre une tactique que lui avait apprise une certaines personne... Bah, de toute façon, Rilla était capturé, que demander de plus ?

En effet, il avait capturé il y a pas longtemps, vraiment pas longtemps, Rilla Blythe pour apprendre des informations sur Valens. Pour l'instant, il ne l'avait pas torturer. Il l'avait assomé dès sa capture et pendant plusieurs heures, il s'était posé la question de que faire... Si jamais il la torturait, ce serait abandonné toute son éducation, toute sa vie. Il ne pouvait tout simplement pas torturer une femme, surtout une qui ne lui avait rien fait. Puis, Maximilien avait eu comme idée de l'attirer pour appat et certains objets mis en vente ici l'intéressait grandement. Dû moins, jusqu'à ce qu'il voit Valens et Emma ici.

Maximilien craignait qu'il devrait fuir très vite. Si jamais il restait trop longtemps ici, il risquait de se faire avoir. Qui sait ce que Valens avait appris dans son groupuscule illégal ? Des sorts puissants que même lui ne connaissait pas, assurément. Il avait certainement aussi appris l'art du combat et à améliorer ses capacités au combat. Déjà qu'il était déjà puissant avant... Maximilien allait devoir redoubler de vigilence et d'ingéniosité pour contrer et pouvoir faire tomber Valens, ou pour pouvoir fuir. Souvent, la plus grande force était de savoir lorsque l'on devait se battre et lorsque l'on devait... fuir.

Il sentit le sortilège de ralentissement s'arrêter et il se retrouva entre les deux rayons, où il avait prévu de s'y cacher. IL jeta un court regard à ses pauvres marionnettes qui étaient tomber dans un fracas assourdissant, dû moins, selon son point de vue. Valens avait réussi à contrer beaucoup trop rapidement sa stratégie d'attaque mais, désormais qu'il n'était plus soumis au sortilège de son ennemi, il pouvait utiliser d'autres techiques et d'autres attaques efficacements. En un sens, Valens avait fait plus de mal en ce geste que de bien. Tout dépendait aussi de ce qu'il allait désormais lui lancer comme sorts.

Valens lança un sort sur un grille pain mais, Maximilien savait que c'était tout autre chose. Que ferait un simple grille pain dans cette boutique ? Il vit donc malheureusement le grille pain sauter de son étagère pour essayer de le réjoindre. Bah, il y avait les restes des blaireaux et la fissure au sol pour ralentir l'objet, le temps que Maximilien trouve le moyen d'attaquer son adversaire. Il voulait utiliser des objets de la boutique ? Très bien ! Il attrapa donc une écharppe bouclier qu'il s'empressa de mettre. Les sorts les plus basiques seront au moins contrer par ça.

Maximilien vit ensuite avec horreur plusieurs objets voler vers lui. Des objets venant des étagères. Quoi que ce soit, ce n'était sûrement pas très bon pour lui, ni pour qui que ce soit d'ailleurs. Il passa rapidement en revue des sortilèges pouvant le sortir de là. Il ne pourrait pas lancer assez d'expulso ni rien d'autre qui prenait trop de temps. Son sort de ragnarok le protègerait peut-être bien mais, il n'était pas prêt à parier là-dessus. Il décida finalement d'informuler un vitro convexo. Son but primaire était de le rendre invisible mais, Maximilien s'en servit plutôt comme mur pour bloquer les objets fillant dans sa direction. Néanmoins, n'étant jamais trop prudent, il se jetaen arrière, évitant ainsi que quelques objets qui brisèrent la vitre lui tombe dessus.


Maximilien n'avait clairement pas le dessus sur lui. S'il continuait à sauter comme ça, il allait finir par se faire vraiment malet là, il serait vraiment à la merci de son pire ennemi. Ses deux protecteurs viendraient s'ils entendaient un bruits et lanceraient des sortilèges spéciaux, comme prévu dans le plan. Il devait trouver un moyen de faire assez debruit et de contrer Valens, le temps qu'il puisse au moins se cacher à la vue de son ennemi. Il le contournerait ensuite pour lui lancer quelques sorts.

Il analysa ses chances de faire ça et elles étaient très minces. Déjà, Emma allait l'attaquer, ensuite, si Valens les mettait hors d'état de nuire beaucoup trop vite, il allait se faire capturer et il aurait définitivement perdu. Non, il devait fuir, comme il l'avait pensée quelques secondes plus tôt. Mais, comment faire ? Il n'aurait pas le temps d'atteindre la porte avant de se faire toucher par un sort. Non, il devait trouver un moyen pour fuir, et vite. Il essaya donc de gagner du temps en lançant à Valens :


- Tu cherche Rilla, n'est-ce pas ? Oui, sinon, tu ne m'aurais pas attaqué de face... Tu disais que tes amis ne t'interessaient guère, lors de ta dernière entrevue, tu as finalement changé d'avis ? Trop tard, si tu veux rejoindre ton amie, IL TE FAUDRA MOURIR ! Lui cria-t-il finalement, comme pour lui asséner un coup.

Il lança ensuite un sort d'aggrendissement sur les figurines de dragons et eut le plaisir de voir des dragons non miniatures et animés prendre place. Ils étaient au nombre de quatre et même s'il ne faisait pas une taille gigantesque, ils étaient assez grand pour avoir fait tombé quelques rayons. Ils étaient au nombre de quatre et n'étaient pas contrôlé par Maximilien, ce qui faisait qu'ils allaient malheureusement aussi attaquer Emma et lui. Mais Maximilien n'en avait cure. Maximilien prit donc un télescope frapeur à terre et le lança sur une fenêtre, pour ensuite fuir par là. Il utilisa finalement un portoloin pour s'enfuir assez vite. Ils allaient soufrir, oh ça oui.... Ils allaient regretter de l'avoir attaqué.

HRPG : Désolé de prendre la fuite comme ça ^^ Mais, je pense que c'est le mieux à faire. SI objection, ma boite à mp n'est pas encore pleine...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité

Re: La Boutique

Message par : Invité, Mar 7 Aoû - 19:38


[Toutes nos excuses pour le retard.
Maximilien, je te prie de sortir par la porte, la vitrine ne peut pas être cassée facilement.
Adna, nous nous permettons de déplacer virtuellement ta réponse. Disons que les actions de ton personnage se déroulent un autre jour où la boutique n'est pas en proie à un trio dévastateur.]

Cela faisait déjà un bout de temps que la boutique, petite mais impossible de manquer ces couleurs surprenantes au milieu des mignonnes ruelles de Pré-au-Lard, avait ouvert. Waddiwasi était désormais bel et bien installée, ses murs faisaient toujours un étrange contraste avec les voisins pendant les jours de pluie, cependant les gens s'y étaient habitués et ne regardaient plus avec des yeux exorbités l'apparition flashy qui avait surgi sans crier gare au beau milieu de leur charmant village.
Je m'occupais avec plaisir des sorciers et sorcières qui y entraient, probablement que WW était encore trop jeune pour que la routine ne s'y installa. Elle était également trop jeune pour avoir ses habitués et des rentrées d'argent régulières mais quelque part, c'était mieux ainsi. Thylou et moi aimions les défis.

Rêveuse, je réfléchissais justement à quelle façon d'attirer plus de clients lorsque la sonnette tinta une nouvelle fois. Mes yeux allèrent aussitôt au jeune homme à l'origine du tintement. Grand, blondin, belle gueule, je lui donnais dans les 16-17 ans. Il avait une tête à faire tomber les filles comme des mouches, ce physique cliché qu'on retrouvait dans les livres, films et sitcoms tout confondus. Pourvu qu'il n'ait pas la personnalité qui va avec... Enfin, tout cela c'était dans les histoires, que dans les histoires.

- Bonjour, j'aurais besoin d'un conseil, que me diriez vous de prendre en friandises pour une soirée réussi avec une amie complice ?
- Hmmm, eh bien, nous n'avons pas une grande variété de friandises, réfléchis-je en guidant le garçon à travers les rayons jusqu'à celui dédié aux bonbons. Pour moi, les plus amusantes sont les faits-maisons. Elles te transforment partiellement en l'animal emblème de ta maison. Tu es de Gryffondor, n'est-ce pas ?
La réponse paraissait évidente, il avait l'uniforme rouge et or des gryffons, il m'avait semblé apercevoir leur blason sur ses vêtements. Sauf que je me rappelais encore très bien de mes propres années à Poudlard et comme j'essayais de colorer les bandes noires de mon écharpe de Poufsouffle en rouge. Efforts peu concluants qui s'étaient soldés par une couleur caca d'oie, faute à ma mauvaise maîtrise de la magie. Lui pouvait très bien se faire passer pour un gryffondor, il n'était pas manche au point de rater un bête sort de changement de couleur. Il acquiesça sans rougir à ma question, plus fier qu'embarrassé.
- En ce cas, tu auras peut-être une crinière qui te poussera, ou une queue. Les rugissements surviennent presque à chaque fois. Parfois c'est les griffes, très rarement tu as carrément une partie du corps qui se "lionnifie". Sinon, nous avons les classiques crèmes canaris et les pralines longue-langue. Tout à une mornille.

De l'autre côté de la vitre transparente qui nous faisait face, une ombre s'arrêta. Oui, parfaitement, une ombre. Les seules taches de couleur que l'on put y trouver étaient quelques mèches blondes qui émergeaient de dessous une longue cape noire... Simple, une coupe superbe, un cuir lustré, terriblement confortable (je le sentais déjà)...
- Ithylis, tu as déjà vu une cape aussi classe ?! fis-je en secouant mon amie, que j'avais au préalable rejoint au fond du magasin. Endroit situé en réalité à trois pas de là où nous nous trouvions --la boutique est petite disais-je.
- Pff... C'est une cape de riche, dit-elle dédaigneusement et je dus admettre qu'elle avait raison. J'aurais beau compter et recompter mes gallions, je n'avais pas de quoi l'acheter.

La dite cape et sa porteuse passèrent la porte, c'était trop beau. En plus, nous étions pile poil bien placées, coincées entre deux étagères de façon à ce qu'elle ne nous voit pas l'épier. Quinny allait bouger, sûrement pour s'occuper de la cliente, néanmoins je la retint et m'accroupis en position espionnage, les yeux à la hauteur des interstices entre les étagères.
- Chut! C'est l'occasion rêver pour la contempler à l'abri. Les capes, cela ne les dérange pas qu'on les reluque, les gens, c'est une autre affaire.
Elle eut le tact de soupirer (encore) sans énoncer tout haut ce qu'elle pensait de mon attitude fort peu professionnelle entre autre.

Malheureusement ma séance contemplation-bavage-sur-une-cape-bien-trop-chère-pour-que-je-pus-la-louer fut inopinément interrompue par la clochette de la porte. Roulant des yeux, je me relevais et résolus à faire ce que j'étais censée faire : travailler. Mais -- car il y a toujours un mais pour ce genre de choses, je stoppais net en voyant le visage du nouvel arrivant. Valens Fenwick. Tout d'un coup, je n'étais plus motivée. Alors que je ne bougeais plus, tendue, ma partenaire étirait les muscles autour de ses globes oculaires. Comprenant qu'il fallait faire dans la discrétion, sa bouche n'émit aucun son mais articula distinctement les mots "c'est qui" tout en agitant le doigt vers le brun. Je pouvais difficilement lui dire qu'il avait récemment torturé une mangemorte dans le quartier général de notre organisation secrète, acte auquel je m'étais tant opposé que ça s'était terminé avec un stupéfix et une mise en quarantaine m'empêchant de retrouver Lizzie à Sainte Man' alors qu'elle sortait du coma, non ? Je balayais donc sa question muette d'un revers de manche, la laissant seulement comprendre avec mes sourcils foncés qu'il faisait parti de mes connaissances et que je n'étais pour le moins pas ravie de le voir.

Avant les évènement, Valens m'avait passé une commande dont je n'avais pas parlé à Thylou. On était alors en bon terme, il me donnait même des idées pour les articles... Je ne voulais plus lui fournir ce qu'il m'avait demandé ni avoir à faire à lui de quelque façon que ce soit mais la commande était prête et je me voyais mal la vendre à quelqu'un d'autre. En plein atermoiement, je jetais des coups d'oeils furtifs à mon problème sur pattes. Il avait cette expression que je lui avais déjà vu, celle de je-me-bats-avec-mon-autre-personnalité. Pour l'instant il avait l'air encore lui-même (non je ne suis pas une physionomiste pro mais un taré qui s'amuse à martyriser tout ce qu'il trouve ça se remarque), je me préparais à intervenir quand il pencherait de l'autre côté. Sméagol pouvait rester dans ma boutique mais Gollum serait bouté dehors sans hésitation, avec le plus de dégâts possibles pour son potiron.

La meilleure solution était probablement de refiler à la personnalité n°1 le paquet commandé pour se débarrasser du corps qui menaçait de revenir à la personnalité n°2. Il y avait peut-être une chance que Valens ait plus de deux personnalité et qu'il fut en train de lutter contre celle du joyeux loufoque qui ne fait de mal à personne si ce n'est l'ego de l'héritier des Fenwick, cependant je ne préférais pas prendre de risques. Je me dirigeais vers une porte vert pomme qui donnait sur la partie de la boutique interdite au public.

Et derechef, un nouveau tintement du côté de la porte. Je me dépêchais de retrouver la cachette et d'y déterrer le paquet où était fixé la note mordante "SPECIAL - Valens Fenwick", laquelle teigne je neutralisais d'un coup de baguette bien placé. Mes pas rapides devinrent pas de course lorsque j'entendis les bruits de ce qui avait tout l'air d'être un... COMBAT ?! Dans MA boutique !?! Ce n'est pas diablement possible, il fait vraiment tout pour que je l'étripe !

Les murs étouffaient les sons mais j'entendais tout de même une voix masculine étrangère crier :
- Tu cherches Rilla, n'est-ce pas ? Oui, sinon, tu ne m'aurais pas attaqué de face... Tu disais que tes amis ne t'intéressaient guère, lors de ta dernière entrevue, tu as finalement changé d'avis ? Trop tard, si tu veux rejoindre ton amie, IL TE FAUDRA MOURIR !
Je n'aimais pas ça, non, je n'aimais pas ça du tout. Bien trop dramatique à mon goût.

J'ouvris à la volée la porte pour découvrir ma boutique ravagée. Bon, c'était toujours moins pire que le Magic Cookies après une attaque de mangemorts, nonobstant ce n'était pas glorieux non plus. Les murs tenaient debout, rien à déplorer niveau structure, juste des détails. Une courte mais profonde fissure au sol empêchaient des figurines de blaireaux agrandies de griffer à tout va, ce qu'ils faisaient avant d'y tomber à en croire les traces ça et là. Divers articles étaient répandus à terre, notamment une importante quantité de poil hystérique au pied d'un jeune homme qui m'était inconnu. Le dit inconnu ne le resta pas longtemps et passa instantanément de son rang d'illustre citoyen lambda à celui de pticon qui aura une bonne raison d'avoir l'oeil rouge lorsqu'il sera passé près de ma baguette embrocheuse. Il amplifia les miniatures de dragons qui devinrent de grosses figurines de 75 cm environ et prit la poudre d'escampette. Quatre dragons s'agitaient en tout sens, leurs flammes ne faisant qu'émettre une lumière rougeoyante. Il ne pensait tout de même pas qu'on fut assez bêtes et doués en magie pour faire des dragons cracheurs de vrai feu ?

J'avais bien envie de courir après cet illustre pticon lui apprendre la vraie raison qui interdit les gens de bousiller un bâtiment (à savoir que les proprios ne sont pas toujours aussi bonnes poires qu'on pourrait le croire) cependant j'étais obnubilé par une idée plus grave : où était Ithylis, allait-elle bien ? Je ne m'étais d'abord pas inquiétée pour elle, elle m'était sensiblement supérieure en combat magique ou non. Dorénavant que je voyais l'étendue des dégâts qu'elle n'avait pu empêcher, je me rongeais les sangs. Car si elle avait été dans cette pièce, nul doute qu'elle se serait battu contre l'agresseur et qu'elle avait couru quelques périls... Quant au jeune Gryffon, il était heureusement indemne, brusqué mais pas blessé [puisque vous avez oublié Alexander je fais comme si Maximilien l'avait stupéfixié].

Au beau milieu des décombres, un timide avion voletait. Par je ne sais quel miracle il avait éviter le grabuge et s'en tirait tout juste un peu plié. Je l'attrapais au vol pour y lire de l'écriture fine de la MacQuinn qu'elle s'était absentée un instant mais qu'elle reviendrait vite. Un truc urgent apparemment, pour qu'elle laissa en plan la boutique. J'étais infiniment soulagée. J'envoyais un patronus messager lui annoncer la bonne nouvelle "hey Thylou, tu devineras jamais! toutes nos protections contre les mangemorts n'ont servis à rien, Waddiwasi est sacrément amoché!". Avec une tranquillité étonnante qui sentait le calme avant la tempête, je réduisis les dragons en annulant le sortilège, fit inscrire "Fermé pour cause de vandalisme" sur la vitrine et me dirigeais droit sur Valens et son amie (?), les tenant en respect avec ma baguette. Un bouclier magique informulé me protégeait d'éventuelles attaques.

- Expliquez moi immédiatement ce qui vient de se passer ou c'est chez les Aurors que vous allez témoigner.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Mar 7 Aoû - 22:15


Je ne voyais plus rien, mes sens étaient moindres, je me sentais flotter au dessus du sol et comme si je n'avais d'emprise sur personne, mon plus cher ami et un de mes plus chers ennemis se battaient en duel dans la pauvre boutique dans laquelle j'étais simplement venue acheter quelques petites choses toutes bêtes.
Maximilien ne m'attaquait pas directement, il pulvérisait Valens de tous les sorts possibles et inimaginables en prenant bien soin de placer une barrière entre mon ami et moi pour que je ne puisse l'aider.

Poussant un gémissement tout à fait inutile, je lançais moi aussi quelques sortilèges dans la direction de l'agresseur. Mais malheureusement, aucun ne le touchait. Je ne savais plus quoi faire, je restais comme une pauvre cruche complètement arriérée à lancer des regards de détresse à tout le monde sans rien faire d'utile. Soudain, Maximilien sortit de nulle part deux petites statuettes en forme de blaireaux. Oh, rien de dangereux. Pour l'instant! Mais lorsqu'il lança sur elles un sort d'agrandissement, des énormes blaireaux de pierre animés se jetèrent sur Valens. Poussant un petit cri, je fermais les yeux de peur de ce que j'allais voir. Mais lorsque je les ouvris, le jeune homme était toujours là, posté sur ses deux pieds, au bord d'une immense faille criblant le sol. Réalisant soudain à quel point j'étais stupide de rester ainsi, mes neurones semblèrent se re-oxygéner et ma main se serra sur ma baguette. Maximilien devait avoir installé une protection autour de lui. Mais il n'était pas assez doué pour la tenir et en même temps attaquer à tout va...

Plus je l’assaillirais plus sa coque protectrice s'affaiblirait. De toute façon, c'était tout ce que j'étais en mesure de faire. J'entendais presque les rouages du cerveau de Valens tourner à fond train. Le jeune homme saurait s'en sortir sans moi. Soudain, les mouvements altérés de Maximilien reprirent leur agilité habituelle et je compris que le sort que Valens lui avait lancé pour le ralentir ne tenait plus. Il ne me restait qu'une chose à faire, me ruer sur le jeune homme redevenu libre de ses mouvements. Alors que mes jambes commencèrent à s'avancer vers lui, un nuage de poils douteux tomba entre nous. Je m'écartais alors tout en jurant bien haut et fort. Je savais que je pouvais faire quelque chose! C'était certain! J'avais certainement quelque chose à faire dans cette histoire et pourtant...

Je voyais les traits de Maximilien se tendres au fil de ses pensées, lui au moins il arrivait à analyser la situation et d'après ce que j'arrivais à comprendre, elle était très mauvaise pour lui. C'était bien ce que je pensais... Les yeux rivés sur les poils traînant au sol, je me décidais. Il fallait que je l’arrête, tant pis pour les machins bizarresl! Reprenant encore une fois ma route vers Maximilien, quelque chose me stoppa une seconde fois:

- Tu cherches Rilla, n'est-ce pas ? Oui, sinon, tu ne m'aurais pas attaqué de face... Tu disais que tes amis ne t'interessaient guère, lors de ta dernière entrevue, tu as finalement changé d'avis ? Trop tard, si tu veux rejoindre ton amie, IL TE FAUDRA MOURIR !

Quoi? Rilla était morte? C'était impossible. Freinant sur mes quatre fers, je relevais ma baguette vers lui au moment même où il attrapait quatre petits dragons et comme avec les statuettes de blaireaux les agrandit en un rien de temps, mais alors que je les imaginait déjà mesurant 4 bons mètres, elles grandirent de 75 petits centimètres. Bon, Valens se débrouillait très bien avec Maximilien, maintenant je devais neutraliser les mini-dragons. Ca, j'allais peut être y arriver?
Jetant un coup d'oeil autour de moi, j'aperçu un carton assez volumineux pour contenir les quatre bestioles, le plaçant par magie sur les petits animaux je lâchais un bruyant soupir. J'avais été... Carrément nulle sur ce coup là. Maximilien s'était échappé sans une demie-égratignure et en détruisant presque tout Waddiwasi. Ah! Les propriétaires n'allaient pas être contents... Soudain j'aperçu une jeune femme, de deux ou trois ans mon ainée. Elle était rayonnante de simplicité et de colère. Trottinant jusqu'à la porte de la boutique elle y colla un petit panneau et d'un coup de baguette rendit aux petits dragons que j'avais enfermé, leur taille initiale. Je restais là, en état de... de choc oui. Malgré le fait que je n'avais absolument rien fait.

Mais tout c'était passé si vite... Ma tête me tournait et je rangeais ma baguette. J'étais en sécurité désormais, Maximilien était partit, laissant une boutique pleine de décombres et de petits dragons derrière lui. Je n'avais plus rien à craindre, hormis les fureurs de la patronne! La baguette tendue vers nous, la jeune femme qui avait réduit des reptiles nous tenait en respect tout en nous interrogeant d'un regard lourd de soupçons:

- Expliquez moi immédiatement ce qui vient de se passer ou c'est chez les Aurors que vous allez témoigner.

Quoi? Les Aurors? Oh non... Tout d'abord je ne compris pas pourquoi cette jeune femme était aussi en alerte avec nous. Celui qui aurait pu lui faire de mal ici avait quitté les lieux, donc pourquoi être ainsi terrorisée? Soudain je compris... Sa boutique était en miettes et nous en étions en grande partie responsables. Avec un petit sursaut et un regard vers Valens je me lançais à aborder la gérante. Sans bouger et non-armé je lui dit avec une voix que je voulais la plus douce possible:

- Bonjour mademoiselle, je me présente, Emma Welesslay.

Cela ne l'avançait à rien, mais au moins elle pourrait mettre un nom sur un visage. Je ne savais pas vraiment quoi dire de plus. Ne sachant pas trop quoi dire et quoi omettre je laissais ce travail à Valens, décidément, il s'occuperait de tout aujourd'hui. Lançant un regard circulaire sur le reste de la pièce je me demandais dans quel état devait en être sa propriétaire. En effet, sa jolie boutique colorée et pétillante était dévastée. De nombreux articles au sol, une fissure grande comme moi et l'obligation de fermer quelques temps car il lui serait impossible d’accueillir les clients dans un endroit pareil. Oh... Oui, elle était bien amochée et je sentais que mes achats se ferraient dans une entente beaucoup moins cordiale qu'à l'accoutumée.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Valens Fenwick, Mer 8 Aoû - 17:38


Maximilien esquiva les tentatives de son adversaire à l'aide d'un vitro convexo qui explosa sur le coup. Emma semblait pétrifiée par la scène. Le serpentard savait qu'il lui était très difficile de faire face à cet individu, cependant il avait espéré qu'elle parviendrait à vaincre ses troubles et ses doutes dans le feu de l'action. La réalité semblait plus difficile que cela.

L'ennemi à capturer lança une ultime menace sur le destin de la préfète. Ces mots ne suffirent pas à démonter le jeune homme. Chez ce scélérat les mots étaient vains et à double sens. A double sens car ils ne signifiaient pas forcément que sa prisonnière était morte, cela pouvait signifiait que le phénix allait mourir en essayant de la libérer, et cela n'était pas quelque chose qui pouvait l'effrayer. Vains parce qu'il savait très bien que son adversaire n'oserait pas aller jusqu'à tuer son otage. S'il le faisait, il se doutait que la sombre colère qui se libèrerait ne laisserait pas mourir le gredin avant plusieurs semaines de tortures assidues et raffinées. Et la crapule n'était pas du genre à prendre ce genre de risques.

Par contre, lui arrachant un juron de rage, sa cible parvint miraculeusement à briser la vitre blindée renforcée magiquement que Valens n'avait pas pensé à protéger davantage en ne collaportant que la porte. Il avait été si proche du but et la solution lui avait glissée entre les mains comme un courant d'air. Damnation! Il l'aurait, tôt ou tard, mais il n'aurait de cesse de lutter pour l'avoir. La colère qui se déversait en lui commençait à se moquer des dommages collatéraux que cela pouvait occasionner. On ne touchait pas aux siens sans en payer le prix. Emporté par sa colère, il lança un regard sombre à Emma. La fixant quelques instant, il finit par secouer la tête. Ce n'était pas leur faute à tous deux. C'était lui même encore une fois qui avait échoué dans sa tâche, inutile de rejeter la faute.

Quelques dragons en guise de cadeau d'au revoir. Il s'en accommoderait. Déjà Emma s'en chargeait, la présence perturbante de Maximilien envolée. Abygaël, revenue entre temps fit cesser ce massacre et rendit à ces dragons leur taille originelle. La fripouille envolée, la femme se retourna vers eux d'un ton agressif, pointant sur eux sa baguette et les menaçant d'une visite chez les aurors. Emma baissa les armes et se présenta, tâchant de calmer la situation. Cependant, la colère liquide et poisseuse qui circulait dans son âme empêcha dans un premier temps Valens d'en faire autant. Sans lâcher la sienne, il darda dans ses yeux son regard émeraude qui reflétait non pas sa douceur habituelle mais la fureur qui l'habitait. L'ironie de la situation lui arracha un sourire qui n'avait rien d'aimable, empli de l'amertume des événements qui venaient de se produire. Sa réponse, pour sensée qu'elle fut, n'était pas exempte de fiel et de venin.

- Abygaël... Osez me dire que vous resteriez sans réagir si quelqu'un capturait et torturait un membre de votre famille, menaçant de faire de même avec les autres, et je vous suivrai bien sagement chez les aurors. Le cas échéant, baissez votre arme! Le temps n'est plus à se battre, vous arrivez trop tard pour faire un quelconque bien et nous n'allons ni nous envoler, ni vous agresser.

Dans sa lutte intérieure, Valens parvint à enfermer sa colère dans sa prison, faisant refluer son animosité. Son regard s'adoucit considérablement, son souffle se fit plus régulier et sa voix surtout reprit sa douceur coutumière. Secouant doucement la tête, il reprit après un soupir.

- Je suis navré mon amie pour tout cela, ce n'était ni prévu ni prémédité. Et je suis désolé pour la fureur de mes mots mais...

L'ampleur de la situation lui arracha un nouveau soupir. Il essaya de lui résumer la situation du mieux qu'il pouvait. Ce n'était pas uniquement sa position de gérante qui lui donnait le droit de savoir, plutôt celle de soeur d'armes.

- L'homme qui vient de briser avec tant d'aisance votre vitrine est une crapule de la pire espèce. Voilà plusieurs mois qu'il me traque. Il m'a tendu des embuscades, a engagé des mercenaires qu'il a lancé à mes trousses, a mit ma tête à prix, fait courir des rumeurs à mon encontre et j'en passe, pas forcément les moins énervantes d'ailleurs. Jusque là, j'étais aux abois, certes, cependant c'est dans sa nature et cela ne justifierait pas cette ferveur de ma part contre lui. En refusant de me soumettre complètement à lui, de devenir son esclave comme il le voulait en me contactant, je me suis opposé à lui et j'ai choisis de lui résister. J'ai donc implicitement accepté le risque de subir tous les sévices qu'il essayerait de m'infliger. Pourtant la situation a changé. Son dernier pas a dépassé une ligne qu'il n'aurait jamais du franchir. Cette ordure a enlevé Rilla, la préfète des Serdaigles, afin de la torturer. Il n'a aucun grief contre elle, ni elle contre lui en véritable innocente, mais se plait à savoir que cela m'atteins. Car je la considère comme une soeur. Par précaution, je l'avais faite surveiller avec d'autres et mon serviteur a assisté à l'enlèvement. Tout de suite, une équipe dont vous connaissez certaines personnes s'est mise en chasse pour tenter de la secourir. Quand j'ai vu en me préparant qu'il venait ici pour vraisemblablement agrémenter sa défense, une seule pensée s'est imposée à moi, le capturer et le faire parler de l'endroit où il la retenait prisonnière. Ou mieux, le forcer à la libérer. Votre magasin en a hélas fait les frais à cause de son mépris à lâcher des catastrophes ambulantes dans ce genre de lieu et je m'en excuse sincèrement. Toutefois, sa fuite ne met pas fin à notre chasse et nous l'aurons. Lorsque ce sera fait, nous l'obligerons à relâcher la préfète ou nous la libèrerons nous même. A ce moment, il payera pour chaque souffrance qu'il lui aura infligé... et avec les intérêts.

Malgré la mise en captivité de sa colère, on pouvait sentir à la fin de son discours que sa prison était fragile et menaçait de céder. Toutefois, il gardait pour le moment le contrôle de lui même et sa voix redevenue douce avait à peine tremblée sur la fin, trahissant cet état de fait. Son discours ne racontait pas tout, cachant par exemple l'identité de l'équipe qui l'accompagnait même si Abygaël devait se douter de deux de ses membres. Cependant, ce discours était tout de même complet dans ce qui concernait l'opposition dont elle voyait aujourd'hui les résultats.

Il ajouta alors.

- Jusqu'à recevoir un certain signal, je pense que nous allons t'aider à remettre un peu d'ordre ici. Et peut être finir ce que nous étions venu faire ici en premier lieux.

Face à une personne aussi folle, rusée et sournoise, la fine équipe en question ne pouvait pas venir les mains dans les poches...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
Serpentard
Serpentard

Re: La Boutique

Message par : Emma Welesslay, Lun 13 Aoû - 2:08


Soufflant comme un boeuf, j'essayais de me calmer, le rire sadique que le vert et argent destructeur avait lâché me hantait déjà et je sentais qu'il allait compléter la collection déjà bien pleine des images qui me torturaient. Alors que nous restions là à contempler le chaos, je sentis sur moi quelque chose de... de rance. De froid. De mauvais... C'était le regard que Valens portait sur moi. Un regard des plus sombres. Quelque chose que jamais auparavant je n'avais vu dans ses yeux. Nous restâmes quelques secondes l'un devant l'autre, lui me toisant de toute la haine qu'il avait au coeur et moi...

Dans ses yeux, je revoyais presque toute mon enfance défiler. C'était le regard que l'on portait sur moi dans la rue, celui que ma mère m'avait lancé l'année suivant le décès de mon père, celui de mes camarades de classe que je tromatisais, celui de tant de gens... Jamais je n'aurais imaginer le revoir quelque part et encore moins dans les yeux de l'homme avec lequel j'avais passé le plus de bons moments. Des flash-back me revenaient, des cris, des pleurs, des chuchotements, des hurlements, de mauvais rires. J'avais l'impression d'avoir encore 8 ans. D'être pleinement moi même mais avec tous ces meurtres sur la conscience. De devoir tout faire pour me racheter aupré de tous sans jamais pouvoir y arriver, de creuser presque des sillons sur ses joues à force de verser des larmes de rage, de regret et de tristesse. Tous ces gens qui me tournaient le dos parce que je leurs avaient fait trop de mal... Les larmes me montaient presque aux yeux mais je me détournais du vert et argent avant qu'elles ne roulent sur mes joues devant lui. Les dents sérées et avec une envie de vomir désastreuse, je prenais difficilement sur moi pour faire abstraction de tout cela. Je ne pouvais me permettre de faiblir. De montrer mes faiblesses. Si justement Valens m'avait regardé ainsi c'était parce que j'avais été stagnante devant le danger
Maintenant, j'avais retenu la leçon. Relevant la tête, une unique larme roula le long de ma joue pour s'écraser en en fracas monumental sur le sol de la boutique.

Mon ami exposa toute l'histoire à la gérante dont je ne connaissais pas même le nom. Les yeux exorbités je me demandais pourquoi se mettait-il aussi à nu ? Qu'il connaissance cette charmante jeune femme, c'était compréhensible. Mais était il assez complice avec la propriétaire de Waddiwasi pour tout lui révéler ? Cette hypothèse aurait pu être plausible, si seulement la sorcière aux magnifiques yeux ne pointait pas sa plus belle arme sur le vert et argent et moi. Mais donc, pourquoi tout lui dire ? A la fin du discours aussi émouvant qu'épatant de Valens, je notais quelque chose. Un soupçon de... D'idées malsaines. En effet le jeune homme avait pensé à faire payer Maximilien pour ce qu'il avait fait, ferrait ou était en train de faire à cette pauvre Rilla. Lui faire du mal... Cette idée m'avait il y a bien longtemps éfleuré. Sans jamais que Vraiment je la mette à exécution. Mon ami comptait-il vraiment lui faire payer ses actes ? Bien des questions volaient dans mon esprit embrumé encore hanté du ricanement de Maximilien, du regard de Valens et des hurlements de mon enfance. J'avais besoin d'explications là... Et vite...

Les bras croisés sur la poitrine et les sourcils très légèrement froncés je jetais des petits coups d'oeil à la fois à cette jeune femme et à la fois à Valens. Quel était cet étrange lien qui les reliait ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alexie Scott, Lun 20 Aoû - 15:45


PV Adna


Cette journée était ensoleillée. L'été se sentait de plus en plus et la température ne cessait d'augmenter. Dans sa chambre, Alexie se réveilla tout doucement. Enfin, elle fut réveillée par les rayons du soleil passant à travers sa fenêtre. Tant mieux pour la sang pure, puisqu'elle avait beaucoup de choses à faire ce jour-là. Ne travaillant pas à Ollivander's durant cette journée, Alexie en avait profité pour passer la nuit dans son appartement, mis à sa disposition qu'en bon lui semble. De plus, ce logement de fonction était bien plus pratique, plutôt que de devoir transplaner tous les jours, de Godric's Hollow à l'école. Douchée, habillée, coiffée, maquillée, la jeune fille se rendit dans la Grande Salle, manger un petit peu. Rapidement, elle calma sa faim et se précipita dans son bureau où beaucoup de boulot l'attendait.

Comme tous les mois, elle devait choisir l'élève irréprochable. Celui qui faisait gagner le plus de points à sa maison, celui qui participait le plus en cours et celui qui faisait le moins voire aucune bêtise. Ce mois-ci, l'heureuse élue fut Adna Evincio. En effet, ce fut elle la vainqueur au grand bonheur de sa directrice. Bien sûr, il y avait une récompense. Chaque mois, la sang pure emmenait l'élève le plus méritant dans une boutique dont tous les étudiants raffolaient. Honeydukes, la ménagerie magique, elle savait très bien quelles boutiques les adolescents adoraient. Pour Adna, Alexie choisit un magasin où elle ne s'était jamais rendue. Cet établissement portait le nom de Waddiwasi. Un nom assez étrange mais qui sort de l'ordinaire. Maintenant que ceci était fait, Alexie quitta son bureau pour se rendre dans la salle commune des Serdaigles, dans l'espoir de trouver Adna et de lui annoncer la nouvelle.

Rapidement elle trouva Adna et se rendit en sa compagnie dans le village de Pré-au-lard, où se trouvait la boutique qu'elle avait judicieusement choisie ce matin. Enfin, elle arriva devant l'enseigne et poussa la porte, laissant passer la bleue et bronze devant elle. Alexie fut émerveillée par tous les différents objets qu'elle pouvait apercevoir sur les étagères à droite, à gauche, il y en avait de partout. C'était le paradis de farces et attrapes de Pré-au-lard, tous les élèves s'y rendaient et repartaient, leurs bras chargés de cadeaux, de babioles, de jeux, tout ce qu'il faut pour qu'ils s'amusent. La directrice regardait un peu partout. Même si elle n'était plus une adolescente, elle aimait toujours ce style de boutique. La sang pure retombait en enfance, comme lorsqu'elle était allée à Honeydukes la semaine précédente. Le même sentiment de jeunesse et de nostalgie parcourut l'âme de l'anglaise. Alexie resta proche d'Adna, elle devait quand même la surveiller même si cette dernière ne risquait pas de s'envoler.

Alors Adna, que veux-tu ? Je t'en fais cadeau, car tu es une bonne élève !
Revenir en haut Aller en bas
Adna Evincio
Serdaigle
Serdaigle

Re: La Boutique

Message par : Adna Evincio, Lun 20 Aoû - 23:22


Adna se réveilla en entendant les bruits de ses camarades. C'était un beau week-end et la plupart des jeunes filles du dortoir où dormait la jeune fille avaient quelques activités prévues. La Serdaigle se rendit dans la Salle de bains où elle se prépara. Cette journée était un peu particulière, elle se rendait à Pré-au-Lard avec sa Directrice de Maison. Pour l'occasion, elle enfila un jean et un tee-shirt bleu-marine. Elle prit une veste en jean et un peu d'argent dans son sac. Elle se coiffa, mit une barrette en forme de papillon, se maquilla lesyeux et les lèvres, et se rendit dans la Grande Salle. Après son chocolat et ses tartines avalées, la jeune fille retourna dans la Salle commune des érudits.

Plusieurs élèves s'étaient installés pour faire leurs devoirs, d'autres jouaient. La demoisselle rejoignit ceux de la première catégorie en faisant ses devoirs de D.C.F.M, S.A.C.M, Histoire de la Magie, Botanique et Potions. Comme la Directrice n'était toujours pas venue la chercher, la travailleuse se lança dans une partie de baveboules. Quelques minutes plus tard, Alexie Scott, Directrice de Serdaigle, l'appelait à la rejoindre.

Adna avait été élue meilleure Serdaigle du mois, en ne faisant aucune bêtise, participant aux cours et en faisant gagner des points à sa Maison. Chaque mois, un élève était choisi sur ces critères et avait la chance de se rendre dans un magasin de Pré-au-Lard avec Alexie Scott. Adna l'avait toujours trouv très agréable. L'azur et or attrappa son sac et suivit son aînée.

Adna et Alexie arrivèrent à Pré-au-Lard, les rues étaient bondées. Le demoiselle reconnut le Magic Cookies, Honeydukes et encore d'autres boutiques mais ce n'était pas le lieu où les deux jeunes femmes se rendaient, elles allaient à Waddiwasi, magasin de farces et attrapes. Les couleurs chatoyantes du bâtiment attiraient l'oeil. Elles entrèrent et découvrirent un monde d'étagères et de présentoirs remplis de farces et de friandises.

Adna s'approcha de plusieurs objets qu'elle osa à peine effleurer tant qu'elle ne connaissait pas leur fonction. Après avoir failli se faire démonter par un télescope, elle se tourna vers sa Directrice qui lui dit :

- Alors Adna, que veux-tu ? Je t'en fais cadeau, car tu es une bonne élève !

Adna se sentit flattée et chercha à faire bonne impression. Pour cela, elle êla deux conditions, le cadeau choizsi devait être peu cher et il ne devait pas servir à sécher les cours. De toute manière, elle était studieuse et n'avait pas l'intention d'acheter ce genre d'objet. Elle se tourna plutôt vers des friandises alléchantes. Elle répondit à Alexie :

- Merci, c'est vraiment gentil de votre part ! Je vais prendre une friandise.

Elle regarda les friandises sans faire son choix et attendit la réaction de sa Directrice de Maison.
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: La Boutique

Message par : Alexie Scott, Mar 21 Aoû - 1:40


Rapidement, Alexie et son élève, Adna Evincio atteignirent la boutique très connue de farces et attrapes du village de Pré-au-lard, Waddiwasi. Ce magasin à la façade multicolore faisait le bonheur de beaucoup d'élèves. On pouvait y trouver toutes sortes de choses. Des jeux comme ceux des échecs version sorcier, des billes ou encore des cartes. Mais aussi des vêtements spéciaux comme des capes, des chapeaux, des écharpes, des chaussettes aux capacités étonnantes. Bien sûr il y avait un coin spécial pour les plus gourmands. Des friandises destinées à satisfaire la gourmandise des clients. Pièces en chocolat, pralines, sucettes, il y en avait de toutes sortes et pour tout le monde, y compris pour les plus grands, comme Alexie. La sang pure avait un seul pêché, le chocolat. Cette sucrerie est certainement la préférée de la jeune fille. Mais elle n'était pas venue à Waddiwasi pour se faire plaisir, mais pour offrir un petit cadeau à sa meilleure élève, Adna.

Alexie avait prévu d'offrir quelque chose à la Serdaigle. Friandise, jeu, potion, c'était à Adna de choisir. La cogérante d'Ollivander's lui proposa ce qu'elle voulait. La bleue et bronze la remercia et lui répondit alors qu'elle se laisserait bien tenter par les friandises. C'est vrai, qu'elles étaient très alléchantes et certainement délicieuses. Sûrement pas autant que celles de Honeydukes, mais elles devaient quand même avoir un certain goût, différents de ceux de la confiserie de Pré-au-lard. La directrice des aigles guida Adna vers le rayon des bonbons et lui laissa le temps de faire son choix. Regardant les succulentes confiseries présentées, Alexie en rêvait. Mais elle n'en prit pas, préférant garder son sérieux devant une élève. Elle reviendra évidemment plus tard, quand Adna se sera éclipsée. Pour le moment, l'anglaise aux yeux bleus jeta un coup d'oeil aux différentes sortes de confiseries et demanda à la Serdaigle si elle avait choisi, quels bonbons elle désirait.

- Je te laisse faire ton choix, je vais jeter un coup d'oeil aux autres rubriques. Je reviens dans quelques minutes.

La jolie blonde en profita donc pour s'éclipser. Elle se rendit du côté des jeux et des vêtements. La directrice des aigles fut intriguée par les échecs version sorcier. Ce jeu, Alexie le connaissait bien voire par coeur. En effet, la cogérante de la boutique de baguettes magiques y jouait souvent lorsqu'elle était encore étudiante à Serdaigle, avec son fidèle camarade, Matt McAllister. Ensemble ils faisaient des parties, des heures et des heures entières. Lorsqu'une s'achevait, ils en recommençaient une nouvelle. Malheureusement pour la sang pure, la défaite était souvent au rendez-vous, contrairement à la victoire qui semblait ne pas vouloir lâcher le Serdaigle. En tout cas, ces parties d'échecs étaient et resteront de très bons souvenirs pour la blondinette, même si cette dernière ne gagnait pas. Repensant à cette époque, la directrice se dépêcha de revenir auprès de la bleue et bronze et lui demanda si sa réflexion arriva à son terme.

- Alors, as-tu fait ton choix parmi toutes ces sucreries ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La Boutique

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 4 sur 25

 La Boutique

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5 ... 14 ... 25  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard :: Waddiwasi-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.