AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 10 sur 15
Sur l'Allée des Embrumes
Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15  Suivant
Personnage
PNJ
Personnage

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Personnage, Lun 25 Juil 2016 - 9:22


Devona retroussait les lèvres alors que son bellâtre à queue de cheval ne masquait pas son dégoût d’elle. Le langage corporel du jeune homme indiquait clairement qu’il essayait de se défaire de sa présence, même si ses mouvements étaient incertains, désordonnés par un excédent de produits illicites qui l’avaient rendu mort, cérébralement parlant.

C’était pareil pour la miss blondasse qui n’avait pas l'air d’apprécier les manières d’Hector et sa main délicatement posée dans les courbes de son dos. Hector poussa un grognement primaire quand elle se dégagea et il échangea un regard avec sa femme, des questions muettes pour savoir s’ils allaient tenter de les voler, de les kidnapper après usage de magie ou de les frapper avec la bouteille ; mais Devona semblait ne pas comprendre ce qu'il cherchait à lui dire et restait focalisée sur le brun à queue de cheval qui s’adressa à elle :

-
 Heu... Ouais mais bon on va se calmer un peu, ça va carrément trop vite la. En plus perso j'ai plus soif ni... ni vraiment faim non plus d'ailleurs. 


Hector appréhenda la réaction de Devona, qui avait de grandes chances d'être stupide, mais elle fixait toujours bêtement le garçon et semblait ne pas avoir compris l’insulte. Il aurait pu la défendre, mais après avoir regardé sa femme de la tête aux pieds, il admis en inclinant la tête qu’elle ne lui donnait clairement pas faim non plus. Elle occupait son rôle de femme très rarement et cela lui convenait bien, il aspirait à beaucoup plus que cette incapable en magie et si elle voulait partir avec queue de cheval, elle n’avait qu’à, ça rendrait peut-être la bombasse blonde plus docile.

- 
La miss allée des embrumes t'a remercié. La prochaine fois, ouvre tes esgourdes.

Hector commençait à moins l’apprécier pour le coup, la jolie. Elle lui donnait envie de danser d’une manière bien particulière, mais la mâchoire du sorcier se contractait à chaque fois qu'il croisait son regard. Il désirait son corps mais elle ne le voulait pas et alternait entre une attitude mauvaise et des yeux pétillants qui laissaient présager qu’elle voulait jouer avec lui, mais pas de la même manière qu’il l’entendait.



- On a pris quelque chose de fort. Très fort, commença la blonde d'une voix suave alors qu’elle semblait maintenant s’intéresser à Hector, sa main dévalant lentement son torse. L’estropié se lécha les lèvres, elle était douée la miss. Miam, il avait faim maintenant. Mais elle le relâcha dans un murmure catégorique : 
C'est dommage. Moi, je ne partage pas.


Hector lui lança un regard haineux alors que queue de cheval proposait de se séparer là, sans faire d'histoires. Mais c'était eux qui faisaient des histoires, ils n’avaient pas compris ça les défoncés ? Et Devona et Hector n’aimaient vraiment pas cela ; peut-être qu'ils n'étaient pas d’exceptionnels lanceurs de sorts, mais ils n’appréciaient jamais qu'on leur tourne le dos de la sorte.

Mais la blonde repris sa voix mélodieuse et l’invita à jouer. Jouer ? Alors que sa main descendait clairement le long de son corps, à la recherche de… sa baguette, assurément.


- Me prends pas pour le con qui te sert de copain, prévint Hector en secouant la tête. Tu planes cocotte je te conseille pour que tes petites miches restent au chaud de pas vouloir utiliser ta baguette contre…

- Jambencochon !
Hector, surpris, se retourna vers Devona qui avait pris sa baguette et viser la blonde. Elle reculait maladroitement en titubant, pas du tout en équilibre sur ses pieds.

- ….

- Laisse mon mec tranquille, spèce de pouf… pouf…. poufsouffle !

- . . . .
Inutile de préciser qu’un jet de lumière improbable était sorti de sa baguette et s’était évaporé presque aussitôt.

- Holà ! fit Hector en levant les deux mains devant lui en signe de défense, pour calmer le jeu. Tu fais quoi espèce de cruche ?

- Que je lance du sort pour nous chéri, t’crois quoi. J’ai pas, j’ai pas peur.
- Tu serais pas capable de toucher un éléphant dans un couloir pauvre Cracmol ! Expelliarmus ! lança-t-il sur sa femme après s’être saisi de sa propre baguette. Occupe toi plutôt de queue de cheval, hurla Hector alors que l’arme de sa femme rebondissait dans l’allée.

- HAAAAAAAAAA ! hurla Devona en sautant sur l’individu, dans une tentative de plaquage au sol digne d’un rugbyman, renversant leur bouteille de whisky par terre par la même occasion.


Hector pointa sa baguette sur la blondasse en se doutant qu’elle allait tenter quelque chose.

- Si tu bouges je te pétrifie pour que tu bouges plus !
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Jeu 28 Juil 2016 - 17:19


La tension semblait monter de manière exponentielle depuis quelques minutes, la femme n'avait pas réagi à la provocation de Jean, fallait dire que elle ne semblait pas vraiment posséder la lumière à tous les étages.

L'homme bourré semblait vexé par la réaction de la prof de potions à son encontre, en même temps le mec il pensait pouvoir arriver comme sa normal et la draguer impunément sans qu'elle dise non ? C'était carrément osé mais bon peut être que l'on pourrait mettre ça sur le compte de l'alcool.

Me prends pas pour le con qui te sert de copain, tu planes cocotte je te conseille pour que tes petites miches restent au chaud de pas vouloir utiliser ta baguette contre…

Comment ça le con qui te sert de copain ? Jean fut vexé de la remarque de l'autre, mais bon sa femme était pour l'instant plus préoccupante par sa débilité et son état. Elle sortit sa baguette et la pointa vers Malicia.

Jambencochon !

Laisse mon mec tranquille, spèce de pouf… pouf…. poufsouffle !


Tu fais quoi espèce de cruche ?

Que je lance du sort pour nous chéri, t’crois quoi. J’ai pas, j’ai pas peur.

Tu serais pas capable de toucher un éléphant dans un couloir pauvre Cracmol ! Expelliarmus !

Son intervention fut vite arrêtée grâce à l'autre mec qui la désarma de peur qu'elle fasse une c*nnerie. sauf qu'il lui donna l'ordre de s'occuper de Jean pendant que lui s'occuperait de la jeune femme.

Occupe toi plutôt de queue de cheval Non mais sérieusement tu parles d'un surnom de m*rde...

La femme se rua sur lui en hurlant comme une dégénérée.

HAAAAAAAAAA !

Elle se jeta sur le jeune homme qui visiblement ne s'y attendait vraiment pas ce qui eut pour effet de les faire lourdement tomber par terre tous les deux. Jean n'eut pas le temps de sortir sa baguette et du coup il du faire quelque chose que la morale réprime un peu, cela ne se faisait pas vraiment mais bon. Il décrocha un coup de poing en plein dans sa face pour la faire... Ben se décrocher de lui déjà et essayer de gagner du temps pour sortir sa baguette. Faut pas frapper les femmes mais bon dans des cas comme celui ci elle n'hésiterais pas elle. Elle prit le poing dans la mâchoire ce qui la fit reculer un peu. Jean eut justement le temps de reculer un petit peu et de sortir sa baguette afin d'être prêt à la recevoir comme il faut.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Malicia Evans, Sam 30 Juil 2016 - 17:24



Au début de cette soirée,
Tu pensais qu'elle serait tranquille.
On picole. On prends des cachetons,
Et hop ! On s'trouve un endroit où pioncer.
Ça ne s'annonçait pas compliqué.
Mais il a fallu que deux sorciers pas bien futés,
Viennent vous faire ch*er ton élève et toi.

Mais maintenant,
T'as envie de jouer.
Que ta baguette prenne un peu de bon temps.
Mais lorsque ta main file sur ta précieuse,
L'homme en face de toi l'remarque.

Me prends pas pour le con qui te sert de copain, tu planes cocotte je te conseille pour que tes petites miches restent au chaud de pas vouloir utiliser ta baguette contre…

Et meeerde.
Il te menace.
C'est voilé. Et t'as vraiment pas peur de ce qu'il peut te dire,
Au contraire,
Tu sens que le jeu va s'corser.
Tu en serais presque impatiente !
Un sort hurlé.
Tu t'retournes rapidement vers la sorcière,
En rigolant.
Elle essaie de te faire tomber,
Mais elle n'y arrive pas,
Pas bien douée la madame.
Son mari la désarme et lui fait des petites remarques qui te font sourire.
Que d'amour entre eux, dis donc.
Ton élève se retrouve au sol avec une furie sur lui,
Mais tu reportes rapidement ton attention le mari.
Sa baguette pointée sur toi,
T'aimes pas.

Si tu bouges je te pétrifie pour que tu bouges plus !

Tes mains s'abaissent doucement le long de ton corps,
Mais un sourire mauvais étire tes lèvres.
Amusons-nous un peu.
Tu restes immobile,
Plongeant ton regard dans le sien.
Tu lui murmures, doucement.

Comment on va faire pour danser alors ?

Tu as une lueur dans les yeux,
Celle qui ne présage rien de bon.
Tu avances d'un pas,
Lui montrant qu'il n'a rien à craindre.
Tu jauges sa réaction,
Ça serait dommage de se faire pétrifier quand même.
Un autre pas,
T'es bientôt collée à lui,
Sa baguette frôlant ton ventre.
Doucement, tu remontes une de tes jambes,
Touchant l'intérieur de sa cuisse.
Et tu l'as redescends rapidement,
Tapant dans la blessure que tu avais repéré quelques minutes plus tôt.

Tu te recules rapidement,
Tanguant un peu.
Et tu attrapes ta baguette.
Informules un #Finite Titilus sur toi-même.
Tu veux être en pleine possession de tes capacités.
Puis, tu juges la réaction de ton adversaire,
Baguette en main.
T'es prête à riposter.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Personnage, Mar 2 Aoû 2016 - 18:43


Des galères, Hector et Devona en avaient connu des dizaines. Des échauffourées, des braquages de sorciers plus médiocres qu’eux et des vols à mains armés pour des bouteilles de whisky. L’origine de leurs méfaits remontait à si loin qu’eux mêmes ne savaient plus quand cela avait commencé. Leur capacités magiques étants bien en dessous du seuil d’un élève de première année à Poudlard, ils n’avaient pas trouvé d’emploi en sortant de l’école de sorcellerie, ni l’année suivante, ni encore celle d‘après. 
En réalité, ils n'avaient même jamais eu l'ambition d'en chercher.


À cette époque-là, ils s’aimaient follement et Hector avait encore la perspicacité nécessaire pour comprendre qu’une jolie fille comme la belle blonde qui se trouvait maintenant en face de lui ne s’intéresserait jamais à quelqu’un de sa « catégorie » sociale.

Devona et lui étaient ensemble davantage par dépit que par amour. Ils avaient longtemps occupé un appartement désuet au fin fond du Chemin de Traverse, subventionné par les maigres économies que leurs parents respectifs leur avaient fourni tout au long de leur scolarité. Il était difficile de savoir qui, de leurs parents ou de ce couple de sorcier ratés avait coupé les ponts, mais de la bouche des deux sorciers, cela avait été un accord mutuel et un soulagement pour tous.

Car leurs familles tout comme eux n’avaient jamais rien eu d’exceptionnel, si ce n'est la prétention de croire qu’ils étaient meilleurs, et en conséquence valaient bien mieux, que le restant de leurs frères, soeurs et parents, jusqu’aux plus lointains cousins.  

Devona et Hector restèrent autant qu’ils le purent sur le Chemin de Traverse, jusqu’à se faire expulser par le propriétaire et ses trois fils armés de baguettes autoritaires. Leur vie de vol avait alors commencé et de village en village, situations précaires en soirées de débauche, passées à occuper des ruines ou des maisons abandonnées par leurs propriétaires pour des vacances bien méritées, ils commencèrent leur vie de déchéance, leur vagabondage au jour le jour, à vivre sans se soucier du lendemain, en volant des sorciers pas trop nombreux, ou, comme c’était le cas ce soir, des couples suffisamment éméchés pour ne pas offrir de riposte trop dangereuse. Parfois ils aspiraient à trouver une autre âme soeur pour faire un bout de chemin avec une autre personne que celle qui partageait leur vie.


S’il avait pu, Hector aurait volontiers changé de femme contre la jolie blonde devant lui et il était persuadé que Devona avait déjà refait sa vie avec queue de cheval dans un coin de sa tête.



Une situation condamnée à changer quand le queue de cheval en question envoya son poing dans la figure de Devona qui s’étala dans l’allée en roulant dans le whisky qui venait de se déverser de la bouteille. Hector la regarda et poussa un hurlement qui manquait de conviction en s’apercevant qu’il ne ressentait pas grand chose pour celle qui lui servait de femme. 
Il s’en foutait, il était obnubilé par la blonde sexy, le cerveau trop ankylosé par l’alcool avalé pour s’intéresser au sort de sa femme par défaut.



Fallait dire qu’elle l’aguichait, même si elle semblait le mépriser, et chaque fois que sa bouche s’ouvrait en forme de coeur, ou que son regard se faisait plus mielleux, la blonde créait en lui un désir incontrôlable. Alors, quand elle se colla à lui, sa cuisse s’immisçant entre les siennes, un large sourire pervers étira les lèvres d’Hector. La sorcière avait sa baguette bien en main et lui même gardait la sienne, mais il manquait de prudence. Elle n’allait pas oser ? Il ne voulait pas la frapper, il voyait une meilleure conclusion à leur rencontre, mais s’il n’avait le choix, il le ferait.



- Haargh bor$%^1*^ de pu%*^ de *****, hurla-t-il de douleur, quand le pied de la blonde s’écrasa sur son point faible, sa cheville désaxée depuis longtemps.



Alors qu’il se roulait sur le sol, poussant une collection de jurons impressionnante, Devona se redressa de rage, empoignant la bouteille de whisky et la balançant de toutes ses forces sur la sorcière.

- Qu’on va se battre la grognasse ! Viens si t’es un homme, lui lança-t-elle en levant ses deux poings devant elle, près à en découdre avec la blonde qui s’en prenait à son mari. Je vais te faire danser la minette, moi. Joignant le geste à la parole, elle s’avança vers la blonde en tanguant quelque peu, faisant virevolter ses deux poings dans l’espoir d’en coller une bonne à la greluche qui venait de frapper son homme.

Hector, lui, se redressa tant bien que mal, titubant et tanguant comme une gondole, et se décida à aller roxer queue de cheval et sa tête qui ne lui revenait pas du tout.
- Je te mets une tannée et après tu me files ce que vous avez pris !
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Ven 5 Aoû 2016 - 15:19


Une situation de combat, ce n'était pas un truc qui arrivait vraiment tous les jours dans la petite ville paisible et surtout très ennuyeuse de Jean. Le plus souvent les combats étaient en cours de défense contre les forces du mal et encore, c'était des simulations quand même le plus souvent. En plus le combat, Jean n'en était pas hyper fan, savoir réfléchir c'est une qualité supérieure à celle de savoir combattre à l'aide de la magie, enfin pour lui.

Malicia, par un habile jeu mêlé de séduction et de sadisme sembla faire extrêmement mal à la jambe de l'homme qui commençait à l'agacer depuis quelques minutes ce qui fit entendre un cri de douleur assez conséquent.

Haargh bor$%^1*^ de pu%*^ de *****

Le coup de poing que reçut l'autre femme la fit reculer un peu ce qui permit à l'apprenti sorcier de se remettre un peu sur ses gardes prêt à l'action. Celle-ci jeta la fameuse bouteille tant convoitée sur la prof de potions en disant

- Qu’on va se battre la grognasse ! Viens si t’es un homme. Je vais te faire danser la minette, moi.

Ah ouais ça devient carrément malsain la, en plus l'homme bourré se dirigea en direction de Jean, il avait finalement décidé de s'en prendre au jeune homme afin que sa femme s'occupe de Malicia...

Je te mets une tannée et après tu me files ce que vous avez pris !

Ouais ben vas y amène toi je t'attends dit il en se levant prêt au combat. Afin de tester vite fait les capacités de combat de l'autre ahuri, le jeune homme s'amusa à lancer #Exteo Stattiga afin d'évaluer sa réaction.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Malicia Evans, Ven 5 Aoû 2016 - 16:55


L'homme en face de toi hurle.
Mais ce n'est pas à cause de toi,
Non.
Il regarde sa femme,
Qui vient de se prendre un coup de poing.
Uppercut de la part de ton élève.
C'est beau.
Ou presque.
Trop physique pour toi,
Tu préfères utiliser ta baguette,
C'est quand même plus drôle.

Lorsque tu te faufiles entre les jambes du sorcier,
Tu réponds au sourire pervers d'Hector et,
Te colles un peu plus à lui.
Profitant de son inattention,
Tu lui écrases la cheville,
Recules rapidement.
Baguette en main.
Lances un sortilège sur toi-même,
Fais descendre ton taux d'alcoolémie.
Tu veux être capable de te protéger.

Haargh bor$%^1*^ de pu%*^ de *****

Tu le regardes en souriant,
Rigolant légèrement même.
Il se roule au sol sous le coup de la douleur,
Et hurle des grossièretés.
Tellement obnubilée par l'homme,
Tu ne remarques pas la bouteille de whisky qui file droit sur toi.
Ton épaule la prends de plein de fouet.
Tu cries et te tenant rapidement le haut de ton bras.
Garce.

Qu’on va se battre la grognasse ! Viens si t’es un homme. Je vais te faire danser la minette, moi.

Tes yeux lancent des éclairs,
Ta mâchoire se contracte sous la colère.
Tu t'avances vers elle,
Menaçante.
Tu échappes à son premier coup de poing,
Mais le second,
Te frôle le crâne de trop près.
Tu informules un #Immobulus
Tu ne sais pas si ça l'atteint,
Tu n'as pas le temps de le voir,
Puisque tu t'avances vers elle rapidement,
Et balances ton pied vers le ventre de la sorcière.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Personnage, Lun 8 Aoû 2016 - 10:08


Les choses qui dégénèrent, habitude troublante dans la vie d’Hector et Devona, comme un refrain qui revient sans cesse, leur rappelant que la musique de leur existence se joue de cette monotonie insipide. Ils y sont tellement habitués que ce n’est ni plus ni moins que leur objectif réel, derrière leurs provocations ou leurs tentatives de s’emparer de quelque chose qu’il convoitent. La blonde aurait été un bien beau butin pour Hector, mais bon, farouche qu’elle était, il se contenterait de lui rendre la monnaie de sa pièce, et de récupérer les quelques opiacés ou autres produits qu’il leur restait ; comme cela, il irait profiter avec Devona d’une fin de nuit bien haut dans les étoiles, à oublier cette rencontre qui ne s’ était pas franchement passée comme ils l’avaient prévu.



Hector devrait sûrement supporter la détresse de sa femme qui avait rapidement rêvée de queue de cheval, mais après deux ou trois bouteilles, il savait qu’elle finirait par oublier et revenir à sa réalité. il en avait l’habitude, c’est comme cela que cette tarte fonctionnait.


Maintenant, il s’occuperait de queue de cheval. S‘il l’amochait suffisamment, Devona l’oublierait plus vite. Voila, c’était un bon objectif. Lui arranger la face, le voler et l’oublier.

Coups de poing qui partent et fusent, titubant quelque peu Hector fait jouer ses grands bras et sa musculature pour balancer ses coups à hauteur du visage de queue de cheval. Il ne sent pas grand chose, s’il le touche ou non, la faute à la bouteille qu’ils avaient bien entamé avec sa femme avant cette rencontre. Mais ce n’est pas bien important, queue de cheval semble plus mal en point qu’eux.



Hector croit le toucher plusieurs fois, il a mal aux poings mais ne sait pas si c’est parce qu’il est tombé ou non. Et une sensation bizarre d’un coup, il a pris quelque chose. Aïe, ça fait mal, dit-il d'une voix enfantine. Tombant sur le sol, il devine que queue de cheval lui a lancé un sort. Il entend un bruit de projectiles qui s’écrasent dans la ruelle derrière lui, et portant la main à sa cuisse, il découvre un flèche plantée à l’intérieur, et ça, ça gâchait franchement sa soirée.



De son côté, Devona exultait et criait dans la rue. Sa bouteille avait atteint la blonde qui faisait de l’oeil a son mari et ça c’était bien fait pour elle. Et BAM ! qu’elle s’en prenait d’autres, elle allait comprendre sa douleur celle-là ! Mais elle semblait incapable de répliquer et ça chagrinait un peu Devona qui continuait de brasser de l’air avec ses bras pour égratigner le joli visage de miss allée des embrumes, comme l’avait appelée Hector…

Et elle lançait un Immobulus avec sa baguette ?! Et ben hop, raté ! Elle était tellement perchée la blonde que le sort était passé complètement à côté… mais pas son coup de pied en revanche, qui rentra de plein fouet dans l’estomac de Devona qui chancela sur ses jambes, courbée, avant de s’affaler à quatre pattes sur le sol le souffle coupé.


- SaLe PouFfY, parvint-t-elle à glapir en crachant ses poumons. Je te ferais manger tes cheveux de petit poney !


Les yeux d’Hector se posèrent sur sa femme non loin de lui et la lueur de pitié qui était dedans se dissipa rapidement contre de la fureur. Dans un geste dépourvu de calcul, il récupéra sa baguette sur le sol et se mit à tirer à tout va sur les deux sorciers :


- Electrocorpus ! Expelliarmus ! Crache-Limaces !



Pas certain que ses sorts toucheraient mais désemparé par la situation qui leur échappait. Les deux perchés ne l’étaient peut-être pas tant que cela au bout du compte.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Jeu 11 Aoû 2016 - 1:16


La femme qui avait finalement décidé de se battre contre Malicia se prit un sacré coup de pied dans le vendre ce qui la fit hurler de rage et de douleur.

SaLe PouFfY ! Je te ferais manger tes cheveux de petit poney !

Sans doute un problème inconscient avec les Poufsouffle à ce stade...

La prof de potions n'aurait sans doute aucun mal à s'occuper d'elle en revanche... L'homme avait l'air moins tarte que sa femme et le mettre hors d'état de nuire n'allait pas être vraiment simple. Une des flèches magiques se planta dans sa jambe le faisant tomber. La c'était un peu le calme avant la tempête, le jeune homme se demandait ce qu'allait faire son adversaire pour répliquer suite à cette attaque, qui eut un cri de douleur.

Fou de rage, l'homme agita sa baguette en essayant d'enchainer les sorts offensifs dont l'un deux frappa de plein fouet Jean. Il sentit une puissante décharge électrique parcourir son corps. La douleur fut très forte mais assez brève mais ce fut l'engourdissement de ses muscles le plus dérangeant car il fut incapable d'empêcher le sort suivant qui fit valdinguer sa baguette à quelques mètres derrière lui. Le fait de chuter le vite esquiver malgré lui le sort le plus humiliant du monde, le crache limace... Une fois Jean avait eu le malheur de s'en prendre un en deuxième année, c'est très humiliant et on se moque de vous quelques semaines mais bon après ça passe et on oublie mais dans un moment comme celui-ci ce n'était pas envisageable de prendre un tel sort.

Une fois au sol, Jean se projeta vers l'endroit ou était atterri sa baguette afin de l'attraper, tourner son dos à un adversaire cétait tout sauf conseillé mais bon vu la situation... Et essaya de lancer #Stupéfix et enchainer avec un #Obscuro sans vraiment espoir que cela fasse effet mais bon vu la position dans laquelle il était, à savoir à moitié par terre.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Malicia Evans, Sam 13 Aoû 2016 - 23:40


LA accordé pour le Doloris

Un coup de pied brassant l'air,
Termine sa course dans l'abdomen de la sorcière.
Ton adversaire s'affale à quatre pattes en t'insultant.
Au lieu de rigoler ou d'afficher un air satisfait,
Ta mâchoire se contracte et tes yeux lui lancent un regard noir,
Glaçant.
Ta baguette bien en main,
L'estropié crie,
Lance des sorts sur ton élève et toi.
Par chance,
Tu ne t'en reçois aucun.
Ce qui n'est pas le cas de ton élève.
Tu lâches du regard quelques secondes la sorcière,
Pour jauger comment ton élève se sort de cette situation. Non pas que tu te préoccupes de son état, mais tu préfères avoir juste une personne à combattre. Vos adversaires ne sont pas bien effrayant, tu pourrais les tuer en quelques secondes, d'un malheureux coup de baguette.
Reportant ton attention sur la sorcière, à terre.
Ton sourire s'agrandit.
Tu l'as à ta merci,
Elle va devenir ton exutoire pour les minutes à venir.

Tu t'approches d'elle lentement,
Tu ne fais pas attention à son mari,
Ni ton élève.
Il n'y a plus que toi et ton jouet.
Elle te blesse en te jetant une bouteille,
Tu te prends des poings dans la gueule et elle espère s'en sortir ?
Non.
Tu l'as déjà dit, mais on ne s'en prend pas à toi sans en payer les conséquences.
Ta baguette pointe sur son corps,
Et un murmure s'échappe de tes lèvres.

#Endoloris

Tu continues à la faire souffrir pendant plusieurs minutes,
Tout en surveillant du coin de l'oeil son mari.
Tu ne sais pas si elle crie,
Tu n'entends rien à vrai dire.
Tellement dans l'optique de faire du mal,
C'est comme si tu ne voyais rien d'autre que le corps de la sorcière.
Tu n'entends rien d'autre que ton rythme cardiaque qui s'accélère au fur et à mesure que le temps passe.
T'es dans ta bulle.
Dans ton élément.

Au bout d'un certain temps,
L'excitation redescend et l'ennuie se pointe.
Tu souffles d'exaspération,
Coupes le calvaire de la sorcière et d'un coup de baguette tu vises grossièrement son cou,

#Diffindo

Tu ne sais pas si ça a touché sa cible,
Parce que tu ne regardes plus vraiment ta victime,
Tes yeux se posent sur ton élève et le sorcier.
Observant le combat, silencieusement.
Ennui.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Personnage, Mer 17 Aoû 2016 - 11:09


Hector hurla comme un fou dans la rue en constatant qu'un de ses sorts avait fait mouche et que, même malgré lui, il avait réussi à désarmer le jeune homme. Avec ce soir, c'était la deuxième fois qu'il réussissait à désarmer un sorcier, ses aptitudes au duel n'ayant jamais dépassé le stade de fantasme. Tellement dans l'euphorie de sa réussite qu'il n'avait plus calculé Devona. Ce sont les cris de sa greluche de femme qui le firent redescendre sur terre, alors que miss blondasse s'autorisait ni vu ni connu un sortilège impardonnable sur elle. La mine satisfaite de Hector vira à un mélange d'indignation et d'impuissance. Il se serait retrouvé face à un Mangemort qu'il n'aurait pas été différent. Un silence claqua dans la rue quand le diffindo qu'envoya la blonde s'éclata sur un pavé, à quelques centimètres de la gorge de Devona, laissant les pleurs de celle-ci succéder au moment de flottement.

Et si... pensa hector en dévisageant miss allée des embrumes, et si elle était une Mangemort, la défoncée ? Alors ils étaient surement déjà morts, et, bien qu'il n'avait jamais accordé beaucoup d'intérêt ou d'utilité à sa propre existence, il se rendit compte à quelle point cette perspective était effrayante.

L'idée stupide de se mettre à genoux et d'implorer la blonde lui passa par la tête, mais queue de cheval, qu'il avait complètement oublié, avait lancé un Obscuro qui ne laissait place à aucun doute quant au destinataire, alors qu'un noir total brouilla la vue d'Hector, le faisant paniquer aussitôt.
- Je suis désolé ! dit-il en levant les deux mains devant lui. Je me rends, me tuez pas, je veux bien vous servir si vous voulez.
- Tais-toi donc ! brailla Devona. Cours tout droit devant toi ! ordonna-t-elle. Que j'éclate ces morveux.

Le sorcière s'était redressée sur les pavés. Elle tenait sa baguette en main mais paraissait fébrile ou convulsionnée, et l'air quelque peu cramée. Dans son dos, Hector se mit à marcher rapidement, les deux bras levés devant lui, avec l'attitude du type qui a peur de se manger un mur dans la tronche. Devona était maintenant parfaitement debout, un air de vielle folle sur le visage. Elle faisait face à leurs deux agresseurs, puisqu'il était devenu évident pour elle que c'était le beau brun et la péta*se qui s'en étaient pris à eux et pas l'inverse. Elle jetait à la pouff' de l'allée des embrumes un regard meurtrier et tentait de juger de ses opportunités.
Les deux avaient leur baguette en main et la blondasse semblait bien décidée à se défendre. Un peu trop pour eux.

- Qu'tu sais que c'est interdit c'que tu m'as fait. Tu vas payer très cher un jour, sûr. J'pourrais te faire payer la monnaie de ta pièce moi, cracha-t-elle entre ses lèvres alors que son regard déraillait dans toutes les directions.
Elle se tourna vers Hector qui s'était adossé comme il avait pu à une devanture et regardait ses deux mains comme s'il les voyaient pour la première fois.
- Péta*se que t'es ! cracha Devona à la blonde avant de faire demi tour et de se mettre à courir en direction d'Hector. Lance un bombarda ! Lance un bombarda ! cria-t-elle alors qu'elle le rejoignait, saisissant sa main droite et orientant sa baguette vers les deux autres sorciers.

- Bombarda ! dit clairement Hector avec une conviction surprenante.
Le jet de lumière alla frapper le sol de l'allée derrière eux. Des pavés éclatèrent en débris de pierre et Hector et Devona tombèrent sous le coup de l'explosion.
- Qu'on se casse avant que la pouff' nous bute ! dit-elle en relevant Hector, qui recouvrait la vue.

Ensemble, ils détalèrent dans l'allée en boitant.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Mer 17 Aoû 2016 - 19:13


Suite à la réussite de deux de ses attaques fit hurler le mec de joie ou de rage, c'est un peut dur à déterminer. Jean ragea intérieurement. Il fixait son opposant qui avait l'air fier de lui de l'avoir désarmé..

Tu vas voir espèce de c**nard si t'a gagné Grommela t'il.

Sa baguette était pointée vers lui, le faire taire ne serait sans doute pas très compliqué. Au moment ou le jeune homme allait essayer de l'éclater, il entendit Malicia formuler #Endoloris ce qui le stoppa net dans son action et fixa le duel entre les deux femmes.

La scène était un mélange de malsain et d'atroce, la femme était au sol, elle criait, se débattait sur le sol sans pouvoir faire quoi que ce soit pour arrêter cette douleur insoutenable. La prof de potions semblait prendre un main plaisir à torturer cette personne et vu le poste qu'elle occupait cela craignait un max...

Lorsqu'il prit le sort Obscuro en pleine face, le mec se mit à perdre ses moyens.

 Je suis désolé ! Je me rends, me tuez pas, je veux bien vous servir si vous voulez.

Un rictus mauvais apparut sur le visage de Jean en regardant la victime qu'il avait bien envie d'éclater. Il n'eu cependant le temps de rien faire car sa femme dont la torture venait de cesser lui hurla

Tais-toi donc ! Cours tout droit devant toi ! Que j'éclate ces morveux.

Elle semblait folle de âge, ce qui n'était pas vraiment étonnant d'ailleurs vu ce qu'elle venait de subir, sa réaction pourrait être complètement aléatoire et démesurée envers  la prof de potions et sur lui aussi sans doute.


Qu'tu sais que c'est interdit c'que tu m'as fait. Tu vas payer très cher un jour, sûr. J'pourrais te faire payer la monnaie de ta pièce moi

Sans crier gare elle hurla à son mari  Péta*se que t'es !  Lance un bombarda ! Lance un bombarda !  

Jean releva la tête au moment ou il entendit ce mot, ils n'allaient quand même pas lancer ce sort en plein milieu de la rue, cela allait faire un bordel monstre. Malheureusement...

Bombarda ! Hé mer...

Trop tard. Une explosion eut lieu derrière eux, le sol éclata et un immense bruit lui fit souffrir les tympans. Son oreille gauche se mit à saigner, la douleur était très difficile à supporter. Il fut projeté au sol, trop sonné pour voir ce qui était arrivé à Malicia.. Ah ils voulaient jouer à sa ces enfoirés hé ben Jean allait jouer à sa aussi, enfin du moins il allait essayer. Le temps qu'il relève la tête et qu'il ait saisit sa baguette, les deux sorciers étaient déjà assez loin mais l'apprenti sorcier tenta également le sort #Bombarda sans vraiment avoir une certitude du résultat.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Malicia Evans, Ven 19 Aoû 2016 - 19:59


LA accordé d'Az/PNJ

Le Doloris t'avait amusé un temps.
Trop court.
Une fois que tu arrêtes ton supplice,
La sorcière est plutôt mal en point.
Tu décides de mettre fin à ses souffrances.
Sa vie. Mais sans grande attention.
Un #Diffindo plus tard...
Ah beh non. Le sort vient taper contre le sol près de sa gorge.
Eh m*rde ! C'est raté.
Alors que tu regardes le combat de son mari et ton élève,
Qui n'est pas très actif ; les pleurs de ta victime parviennent à tes oreilles.

Oh mais elle va se taire celle-là ?

Tes yeux se posent sur elle.
Tu dois faire peur à voir !
Tu vas pour lancer le sortilège qui tuera la sorcière,
Une voix te coupe dans ton élan.
C'est le sorcier qui te regardait comme si tu étais de la viande,
Il se rend. Et proposes de te servir.
C'est une idée plutôt alléchante ça...
Alors que tu le regardes les yeux brillants, sa femme vient tout gâcher. Pourquoi tu l'as pas achevée encore ?
Elle lui intime de se taire et de courir.
Mais non ! Vous avez pas fini de jouer...
La sorcière se relève, te menace de sa baguette.
Tu rigoles,
Fort.
Elle n'est pas capable de lancer un sortilège correctement, comme peut-elle t'effrayer hm ?

Qu'tu sais que c'est interdit c'que tu m'as fait. Tu vas payer très cher un jour, sûr. J'pourrais te faire payer la monnaie de ta pièce moi

Ta bouche forme un "O" et tes mains viennent se poser devant.
T'as un air un peu étonnée,
Un truc du genre "Non.. c'est vrai ? Je savais pas !"
Qui donne rapidement place à un sourire mauvais.
Elle t'insulte mais tu ne fais pas attention, parce que ça ne t'atteint pas vraiment. Ils courent, s'éloignent de toi, mais t'as pas envie. Le jeu n'est pas fini !
Le sorcier lance un Bombarda vers vous.
L'impact est dur. Tes oreilles sifflent, y en a peut-être une qui saigne, mais tu ne sens rien.
T'es quelque peu secouée par le bombardement, mais t'es encore debout. Plus ou moins stable sur tes deux jambes.
Tu t'élances alors doucement vers les deux fuyards.
Courez, courez qu'on rigole.
Enfant.
En fait, t'es un gamine ou une prédatrice.
T'aimes voir la peur chez tes compagnons de jeu.
Les voir courir pour sauver leurs vies t'amusent au plus haut point.
Tu marches lentement vers eux, alors qu'ils courent.. du moins qu'ils essaient.
Tu leurs laisses croire qu'ils vont survivre, que tu ne les poursuis pas.
Non. Ils leurs faut de l'espoir.
Dernier moment, tu transplanes. Devant eux.
Baguette en main, tu menaces les deux sorciers, les intimant de rester immobile.
Tu regardes la sorcière,
Froidement.

On part déjà ? Tu ricanes en penchant la tête sur le côté. T'as une lueur malsaine au fond des yeux. Je peux t'assurer que personne ne sera au courant de ce qui s'est passé ce soir. Tu diriges lentement ta baguette vers la femme et prononces le sortilège de la mort. #Avada Kedavra.

Verdict final ?
Un jet vert sort de ta baguette et ta victime se la prend de plein fouet.
Tes lèvres s'étirent en un sourire satisfait,
Tes yeux se posent ensuite sur le mari.
Qu'est-ce que tu vas faire de lui, hm ?
Silencieuse, t'attends.
Attendre quoi ?
Tu sais pas trop, qu'il se mette à genoux, qu'il pleure, qu'il implore ta pitié ou même qu'il riposte. A voir.

Tu comptes raconter les événement de ce soir à quelqu'un ? Attention, il n'y a qu'une bonne réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Personnage
avatar
PNJ
Personnage

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Personnage, Lun 22 Aoû 2016 - 13:23


L.A acordé à Jean et Malicia pour se débarrasser de mes PNJs.


La vie d'Hector défilait maintenant devant ses yeux, alors qu'il courait aussi vite que sa jambe le lui permettait, priant pour que la sorcière ne le rattrape pas. Alors que son coeur battait la chamade, il pensait qu'il ne s'était jamais autant senti en danger. Les deux jeunes avaient beau avoir l'air d'être raides défoncés, ils se révélaient beaucoup plus dangereux que leur démarche titubante ne le laissait présager... Et maintenant, c'était eux la proie. La blondasse ne se contenterait pas de les voler, et c'était bien elle qu'ils fuyaient maintenant. Quelle idée de s'être imaginé un instant se débarrasser de Devona pour s'alanguir de cette poupée superficielle ?
Elle est pas bien celle-là, pensait Hector. Devona ne pourrait qu'approuver après ce que miss allée des embrumes lui avait infligé, mais Hector ne lui parlait pas, il se contentait de courir. Il avait toujours préféré quand Devona la bouclait, ça lui enlevait un côté agaçant.

Fshuuuuu

Un jet de lumière passa devant eux et une explosion ébranla le mur d'une maison non loin.
- T'retournes pas bébé, conseilla Devona.
Comme s'il allait se retourner.
CHPLOC.

- Arghhhhhhhh ! hurlèrent Hector et sa femme de concert en s'immobilisant, alors que la blondasse venait de transplaner devant eux.

On part déjà ? demanda la blonde avec un air déçu.
- Espèce de sale pu....
Hector avait plaqué la main sur la bouche de sa femme pour la faire taire. Raidi par la peur, il ne parvenait pas à lever sa baguette devant la femme qui avait maintenant quelque chose de vraiment menaçant dans le regard. Ses beaux yeux n'étaient plus.
Hector balbutia quelques gargouillis alors que la blonde relevait sa baguette devant Devona.

S'il avait su que c'était le dernier moment avec sa femme, il aurait surement dit quelque chose. Un truc du genre "désolé" ou... Non, en fait, rien, c'était aussi bien. Le jet de lumière verte la frappa et il lui semblait l'avoir vu au ralenti, avant même que la blonde ne lance ce sortilège. Observant le corps sans vie de Devona dans la ruelle, lui à la merci d'un deuxième sortilège impardonnable, il comprit qu'il ne l'avait choisie que par défaut. C'était sûrement vrai en retour, mais là, à la constater morte, il acceptait l'idée de n'avoir jamais eu de sentiments forts pour sa femme.
La blondasse, elle, aurait été la femme parfaite. Mais encore fallait-il qu'elle ne le tue pas. Hector se rendit compte à ce moment-là qu'il tremblait et que son équilibre sur ses jambes était précaire. Il savait parfaitement que s'il tentait quoi que ce soit contre la fille, il mourrait ; et que même s'il avait la chance de la mettre à terre, queue de cheval ne le louperait pas. S'il lui en restait, l'espoir ne pouvait lui venir que d'une seule façon.

Tu comptes raconter les événement de ce soir à quelqu'un ? Attention, il n'y a qu'une bonne réponse.
Mais pourquoi t'es aussi méchante, pensa Hector à regret.
- Je... commença-t-il, hésitant. Je vois pas ce que je pourrais dire. Je vous connais même pas. Il parlait comme la plus pure évidence. Et même s'il les connaissait, qui croirait un sorcier en marge de la société comme lui ?

Il déglutit si fortement qu'il crut entendre le son en écho dans la ruelle.

- Je réitère ce que j'ai dit tout à l'heure. Il respira profondément. Je suis près à vous servir, si vous m'épargnez.

Il aurait pu être un époux modèle, aimant, et accepter sa fin en souhaitant rejoindre sa femme. Mais c'était un coup à ce qu'elle lui tape encore sur le système dans l'au-delà, s'il y avait quelque chose après la mort. Passer le reste de sa vie au chevet de la blonde, même machiavélique et tordue, se présentait comme une opportunité envisageable, un accomplissement dans sa vie de sorcier médiocre.
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Mar 23 Aoû 2016 - 22:16


L.A accordé pour le sortilège.

Les deux agresseurs finirent finalement par tenter de prendre la fuite lâchement, malheureusement avec la colère, la douleur à l'oreille et la panique, le jeune homme rata le sort Bombarda qui passa loin devant en cognant une maison ce qui du coup n'eut pas du tout l'effet prévu.

T'retournes pas bébé   Criait elle, comme si elle était persuadée de pouvoir leur échapper.


Ils n'eurent finalement pas le temps d'aller bien loin, puisque Malicia transplana devant eux ce qui les stoppa net dans leur course avec un cri d'effroi

On part déjà ?



Jean les regarda de loin avant de s'approcher et se délecta de la scène, la prof de potions allait leur faire payer leur affront, il espérait juste que le temps qu'il soit là, elle n'ai pas encore tué l'autre c**nard qu'il voulait éclater lui même.

 Espèce de sale pu....

D'un coup tout sembla s'arrêter autours d'eux lorsque la jeune femme lança le sortilège le plus impardonnable de tous, celui de la mort. Le seul point positif si on pouvait appeler cela comme sa c'était le fait que la victime n'avait même pas le temps de souffrir, elle était déjà morte.

L'autre femme était étendue sur le sol, son corps sans vie gisait là et son mari à coté semblait à la fois désemparé et perdu, il ne pleurait pas mais fixait le cadavre sans savoir vraiment trop quoi faire dans cette situation désespérée... enfin pour lui.

 Tu comptes raconter les événement de ce soir à quelqu'un ? Attention, il n'y a qu'une bonne réponse.  

 Je vois pas ce que je pourrais dire. Je vous connais même pas.   Il pourrait très bien les mettre quand même dans la m*rde et ce n'était pas vraiment envisageable.

Je réitère ce que j'ai dit tout à l'heure. Je suis près à vous servir, si vous m'épargnez.

Jean arriva devant la scène avec l'autre mec au sol qui implorait Malicia de la laisser en vie en prétextant vouloir les servir, enfin surtout elle. Mais bon vue la vermine que c'était la seule envie que Jean avait c'était de le tuer, pas d'avoir un esclave qui le dénoncerait dès qu'il pourrait.

Le jeune homme flanqua un grand coup de pied dans la tête de sa victime en le regardant et disant

Servir ? épargner ? Et pourquoi ? Pour que tu trahisses tues et te barres dès que tu een aurait l'occasion ?  Tu vas crever ici espèce d'enfoiré !

La baguette pointée vers lui l'apprenti sorcier lança le sortilège interdit, après ça plus de marche arrière possible, il avait beau ne plus avoir la trace cela le transformait à coup sur en criminel...

Il lança à haute voix en tremblant #Avada Kedavra. C'était pour lui le seul moyen de l'achever sans trop le faire souffrir.

Le rayon vert partit de sa baguette et frappa le corps de l'homme de plein fouet, laissant celui-ci tomber sans vie sur le sol. Que venait il de faire ? Abattre un homme, certes nuisible mais de manière si froide était un acte plus qu'impardonnable, mieux vaut il se barrer loin d'ici en vitesse. Jean se tourna vers Malicia en disant

Heu... Que faut il faire ? Partir ? S'occuper des corps ou autre ?

Le jeune homme semblait désemparé et ne savait pas du tout quoi faire.
Revenir en haut Aller en bas
Malicia Evans
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Malicia Evans, Jeu 25 Aoû 2016 - 19:24


Une femme de tuée,
Satisfaite.
Vengée.
Tu t'sens mieux.
Un peu moins énervée, quoi.
Tournée vers le mari,
Tu l'observes quelques temps avant de lui demander s'il compte dire quelque chose.
Plus il tremble, plus ton sourire s'élargit.
Il déglutit et toi, tu tends l'oreille.
Prête à entendre des supplications.
Tu n'attends que ça.

Je réitère ce que j'ai dit tout à l'heure. Je suis près à vous servir, si vous m'épargnez.

Aaaah.
Tes lèvres s'étirent en un grand sourire.
Tu lâches un soupir de satisfaction.
Mais dommage pour toi,
Ton élève rapplique et le tue.
Sans hésitation.
Sous prétexte que l'homme aurait pu vous trahir.
Mais non. Il tenait trop à la vie pour ça,
Dommage.
Tu fais une moue un peu déçue,
Tournes sur toi-même et te retrouves face à l'autre agresseur.
Ton élève.
Encore un qui a tué avec toi,
Sous l'impulsion du moment.
Probablement parce qu'il t'a vu faire.
Tu entraînes vraiment tout le monde dans ta chute.
C'est pitoyable.
Tu regardes le brun,
Silencieuse.
Et si vous partiez ?

Heu... Que faut il faire ? Partir ? S'occuper des corps ou autre ?

Il a l'air totalement paniqué le pauvre,
Tu lâches un rire,
Tout en lui tournant le dos,
Tu lui dis de s'en débarrasser,
De les brûler,
Qu'il fasse ce qu'il en veut.
Toi, tu te casses.
Un vague signe de la main plus tard,
Tu transplanes vers un endroit plus sûr.
Laissant ton élève se débrouiller.
Tout seul, comme un grand.

Départ de Malicia
Revenir en haut Aller en bas
Jean Parker
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Occlumens


Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Jean Parker, Lun 29 Aoû 2016 - 22:42


Seul. Il allait devoir encore une fois s'en sortir tout seul.

La jeune femme décida de s'en aller en transplanant, même si elle ne le montrait pas, elle devait flipper de rester dans une rue telle que celle ci, et elle avait carrément raison, Jean allait se bouger de se barrer à pieds, c'est triste à dire quand même, un sorcier qui ne sais pas encore transplaner est quand même vachement vulnérable. Cependant avant de s'en aller en fuyant il fallait régler le problème des deux cadavres sur le sol... Il ne pouvait décemment les laisser ici, de un car on ne peut pas laisser des cadavres en plein milieu de la rue et surtout car vu qu'il s'était battu à mains nues, il n'avait pas envie d'être retrouvé par une quelconque police scientifique ou encore par le ministère de la magie même si les probabilités étaient pas bien fortes mais bon la proba de tomber de tomber sur la prof de potions défoncée sur un banc, d'essayer de rentrer, de se faire limite agresser et de tuer les agresseurs était proche de zéro.

Le jeune homme regarda les deux corps sans vie, cette scène d'horreur lui rappelait l'indescriptible souvenir de la mort de ses parents, une scène qui était impossible à chasser de sa mémoire. Mais bon la il faut se reprendre coute que coute et surtout agir vite. Ni une ni deux le jeune homme traça à travers le quartier magique histoire d'arriver à trouver un conducteur, un peu comme la dernière fois à peu de choses près...

Il attendit qu'un conducteur avec une voiture assez grande passe à une vitesse raisonnable pour se mettre quasiment sur la route histoire de l'arrêter, ce qui failli le tuer deux fois mais la troisième fut la bonne. La voiture gris métallisé s'arrêta et Jean rentra dans la voiture sans vraiment demander la permission au propriétaire d'ailleurs.

Hé qu'est ce que ...

Au point ou il en était, il n'avait plus vraiment le choix. #Impero
Le contrôle total sur une personne, c'était quand même vachement pratique. Il fit aller sa victime sur le lieu du crime, un grand soulagement en voyant que les deux corps étaient toujours là et que personne n'avait l'air d'être passé dans le coin. La victime chargea les deux corps dans le coffre de la voiture et Jean la fit quitter la ville en vitesse et plusieurs heures plus tard la fit garer la voiture sur le bord d'une petite route perdue histoire d'attendre le lever du jour. Il ne pouvais pas dormir, il fallait absolument que cet homme reste sous son emprise.

Le jour se leva et une fois que l'heure des magasins fut ouverte, ils allèrent dans une grande ville. Il fallait que Jean trouve un magasin de bricolage histoire d'acheter un nécessaire pour en finir avec cette affreuse histoire. Le jeune homme sortit de celui-ci quelques minutes après, il avait bien fait de faire en sorte que cet homme se mette dans la même position que si il s'était endormi dans la voiture avec juste #Petrificus Totalus enchainé avec un #Silencio histoire d'être tranquille.

Une fois le sortilège de contrôle total relancé ils se dirigèrent à travers les sentiers perdus histoire de se retrouver à l'orée d'un bois dans lequel il fit mettre les deux corps dans deux grandes caisses en bois qu'il venait d'acheter et à l'aide d'un #Plasticium transformer ces deux caisses en cercueil. Le fait creuser les tombes par l'homme controlé  prit une bonne demi heure. Lorsque les deux corps furent enterrés et que les trous furent rebouchés, ils reprirent la route, Jean voulait se débarrasser de la voiture... Pure paranoïa stupide mais il ne voulait pas qu'il y ait de traces quelles qu'elles soient de ce règlement de comptes, ou plutôt de ce massacre. Jean préféra finalement faire en sorte que le conducteur le ramène en banlieue de Londres plutôt que perdu au milieu de nulle part. Une fois que ce fut fait il donna l'ordre à sa victime de se diriger loin d'ici et une fois que ce fut fait il lui donna l'ultime ordre... Se barrer ! Il fallait qu'il aille loin, trèèèès loin d'ici, et qu'il se débarrasse de sa voiture.

Il était maintenant temps de rentrer à l'hôtel enfin bon. après être passé à la pharmacie pour quelques somnifères et au centre commercial pour de l'alcool et au bureau de tabac pour des cigarettes, il pouvais rentrer pour oublier...

Fin du RP.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur l'Allée des Embrumes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 10 sur 15

 Sur l'Allée des Embrumes

Aller à la page : Précédent  1 ... 6 ... 9, 10, 11 ... 15  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.