AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 1 sur 18
Sur la place de Pré-Au-Lard
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Axelle Higgs, Dim 20 Mai - 22:06


[Sujet autorisé par Gloire LeComte]


Feat. Selwyn

Il était quel heure déjà ? Oh, et puis, Axelle s'en fichait éperdumment. Sûrement quelque chose comme quatre ou cinq heures du matin, à en juger par les subtiles teintes d'orangé qui émanaient dans le ciel. À l'extérieur, l'air frais frappa la Serpentard. Cette brise eut l'effet de replacer les esprits de la jeune préfète, le temps d'un bref moment. Par la suite, elle retomba dans son état second.

En effet, il n'était pas rare que la serveuse, à la fin d'un quart de travail, boive une ou deux consommation avec les autres serveurs. Son fidèle acolyte était Hayleen, avec qui Axelle avait beaucoup de poins en communs. Cette nuit encore, elle l'avait accompagné. Annaelle, morte de fatigue, avait décliné l'offre avant de quitter le bar. Quand à Maximilien, la Serpentarde aurait bien aimé lui proposer de prendre un verre, mais pendant toute la soirée le serveur fut fort occupé et, de ce fait, distant. La préfète ne savait pas si l'achalandage était le seul facteur de sa froideur, mais elle savait qu'elle aurait bien aimé prendre un verre avec lui. Elle réprima donc une petite moue boudeuse et se concentra sur le positif : fêter avec son amie. Ce soir-là, elle dépassa largement le un ou deux consommations.

Les shooters ensorcelés, une formule spéciale offerte au bar, amusaient beaucoup les deux jeunes femmes. Il était impossible de dire le nombre exact que chacune eut ingurgité, mais ce fût beaucoup. Assez pour que la préfète croit définitivement que sa vision était constitué de couleurs rétros (un effet du shooter au whisky pur-feu).

Hayleen, après avoir souhaité une bonne nuit à Axelle, transplana. La Gyffondor était un peu éméchée, mais beaucoup moins que sa cadette. Fait incroyable cette dernière parvenait à tenir en équilibre sur ses chaussures à talons hauts. Ce détail attira l'attention de la rouge et or qui considéra que la préfète était en parfait état pour rentrer à Poudlard. D'ailleurs, d'une voix molle, la Serpent lui assura que "Tout allaaaait trèèès bien". Sobre, Hayleen aurait protesté. Cependant, le jugement de cette dernière était altérée, elle la laissa donc seule.

Brusquement, Axelle fût prise d'étourdissement. Pile au moment où elle se retrouvait seule. Sa main droite s'appuya contre le mur de la Tête de Sanglier, pendant que la Serpentard reprenait de sa contenance. Chose a peu près faite, elle fit quelques pas en direction de la place central de Pré-Au-Lard. De là, elle fourcherait vers le sentier qui reliait le château de Poudlard au village sorcier. En ce moment, la grande majorité des habitants dormaient, la préfète ne pensait donc pas vraiment croiser âme qui vive. Enfin, à moins que ce soit quelqu'un de vraiment matinal, ou alors, au contraire, un oiseau de nuit.

Bref, la jeune femme effectua quelques pas, quittant ainsi son appuie. Doucement, elle avança, un pas à la fois. Ses pieds étaient chaussés de fines chaussures blanches à talons haut. Les chaussures étaient retenu par des rubans de soies aux chevilles. Ce n'était donc pas vraiment des souliers adaptés à une personne saoule. Grâce à sa longue expérience de jeune femme fanatique de souliers, Axelle réussit tout de même à se mouvoir, sans se fracasser la gueule sur le pavé. Heureusement. Cependant, elle devait constamment stopper, s'appuyer sur un poteau ou alors lever ses bras -tel un funambule- pour garder son équilibre.

C'est vrai que dans cet état la jeune femme était plutôt vulnérable. De plus, comme elle était auparavant à la Tête de Sanglier, Axelle avait pris soin d'être sur son 31. C'est d'ailleurs pourquoi elle portait ce genre de chaussure, en ce moment. De plus, elle était vêtue d'une jupe, constituée de plusieurs couches de dentelles et de satins noirs, qui stoppait au-dessus des genoux. Une chemisier blanc sous un bustier noir et bleu, Ces vêtements rappelaient quelque peu l'habit d'un barmaid.

Quelques minutes plus tard, alors qu'elle atteignait la place centrale de Pré-Au-Lard, Axelle échappa un juron. Ce n'est que maintenant qu'elle constatait la disparition de sa baguette. Sa main s'était naturellement posé sur sa hanche, chercha le fin morceau de framboisier. Il n'était pas là. Le regard turquoise de la demoiselle s'était posé sur se main gauche. Également vide.

Bordel, comment elle avait pu faire un truc pareil ? Malgré les vapeurs de l'alcool, cette réflexion avait atteint le cerveau d'Axelle. L'anxiété monta de plusieurs grands. Brusquement, elle fit volte-face, regardant derrière elle. Un haut-le-coeur atteignit la jeune femme qui porta systématiquement sa main droite à sa bouche. Au même moment, son pied droit versa, déséquilibrant totalement la jeune femme. Glissant légèrement vers le sol, Axelle se raccrocha au dernier moment à la sculpture près d'elle. Peu importe la représentation du gros bloc de granit, la préfète remercia le sorcier illustré. Évitant de près la catastrophe, la sorcière lâcha un long soupir, comme pour vider des poumons, avant de les remplir à nouveau d'air frais. Vomir dans les rues de Pré-Au-Lard aurait été plutôt minable, du point de vue de la jeune femme.

La nausée, étant pour le moment chose du passée, Axelle plissa les yeux afin de mieux observer les alentours. Cependant, la noirceur empêcha de bien voir et, évidemment, il était impossible de commander un lumos. Se rendre ici lui avait déjà demander des efforts considérables et voilà qu'elle devait rebrousser chemin. Immobile, la jeune préfète considéra la possibilité de s'avachir sur un des bancs de la place publique et d'y faire un petit somme. Par la suite, elle pourrait très bien attendre le jour pour chercher sa baguette.

Son plan, plutôt bête, fut interrompu par un bruit, alors que la Serpentard se remettait sur ses deux pieds. Attentive, elle tenta de voir d'où provenait la source de ce bruit. Cela ressemblait à un caillou qui venait de se faire frapper par un pied. Tournant la tête vers la gauche, Axelle remarqua une ombre qui s'approchait. La méfiance s'installa alors. Par Merlin, l'heure n'était vraiment pas aux affronts. La sorcière était certaine de perdre et de plus, elle était sans baguette !

La carrure de la silhouette fut rapidement identifié comme celle d'un homme. Déglutissant, la Serpentard tenta de reprendre de sa contenance, alors que l'ombre se dirigeait droit vers elle. Peu à peu, des traits se dessinèrent. Des cheveux blonds, légèrement ébouriffés, et un visage plutôt harmonieux. Une belle gueule et des yeux gris perçants venaient compléter le tableau. Bref, un beau garçon. Enfin, ce n'est ce que la jeune femme remarqua pour le moment.

Les informations se rendirent au cerveau d'Axelle. Peu à peu, ce dernier reconnu l'homme devant lui comme étant Selwyn, un élève de sa maison. Réalisant qu'elle se trouvait désormais devant un visage connu, une expression de soulagement se lit sur le visage de la préfète.

- Hey, Selwyn ! fit la préfète d'une molle et pâteuse, mais tout de même enjouée, comme s'il était tout à fait normal de se croiser à cet endroit, à cette heure.

L'espace d'un moment, elle oublia la perte de sa baguette. Cette réflexion fit rapidement surface et la préfète s'inquiéta de nouveau. Sans sa baguette magique, la jeune femme se sentait bien vulnérable, même devant un ami. Pour l'instant, il valait mieux taire cette information et attendra la réaction de son condisciple.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Invité, Dim 20 Mai - 23:08


La prudence, c’est une chose qu’on lui avait appris très jeune, on lui avait répété plus d’une fois de ne pas faire de vagues, et c’était ce qu’il avait fait, la plupart du temps. Et voilà qu’il était en train de pester contre lui-même, à 4 heures du matin au beau milieu d’un sentier de pré au lard. Le jeune homme se demandait comment il avait pu se laisser embarquer dans une telle histoire, impliquant de faire le mur et de se rendre au fin fond d’une grotte. Bref, Selwyn marchait d’un pas pressé, engloutit par l’obscurité, les semelles de ses chaussures en cuir produisaient selon lui, un vacarme assourdissant lorsqu’elles rentraient en contact avec le gravier du sentier.

Pour se rendre dans la grotte, Selwyn préféra passer par le village, c’était plus sûr et il n’était pas certain de s’orienter convenablement en empruntant des chemins qui lui étaient inconnu. Bien que ça ne soit pas la premiere fois pour lui, c’était toujours un sentiment étrange de savoir un endroit vide, endormit, à la fois dangereux et excitant. Alors qu’il traversait le village de pré au lard Selwyn perçut un bruit, comme un morceau de bois qui serait tombé au sol, il baissa les yeux et sa baguette et s’aperçut que le morceau de bois n’était autre qu’une baguette magique. Bien qu’il se fichait des autres la plupart du temps, Selwyn ne put que plaindre le sorcier qui avait égaré sa baguette, c’était la chose qu’il redoutait le plus. Sans trop savoir pourquoi, le jeune homme prit la baguette puis la rangea dans sa poche.

Alors que Selwyn approchait des bars et des autres boutiques attirant du monde il aperçut une forme, puis une silhouette, qui bougeait. Le jeune homme ralentit le pas mais avança tout de même en observant le moindre détail. En s’approchant il vit que la silhouette était celle d’une femme, d’une fille plutôt, qui devait avoir son âge. La silhouette se tourna vers lui, elle l’avait donc vu, elle aussi. A l’instant ou Selwyn reconnut son ami, Axelle, cette dernière fit :

- Hey, Selwyn !

Un sourire apparut sur le visage de Selwyn, comme d’habitude, Axelle le saluait d’une façon plus que normale, alors que jamais, leurs rencontres ne se faisaient dans de telles conditions. Ainsi donc le jeune homme pressa le pas et vînt à la rencontre de son amie. D’un ton amusé il lui fit :

- Axelle, je suis bien content de te voir, mais je me demande encore pourquoi nous ne pouvons jamais nous croiser dans un couloir, comme tout le monde.

C’est alors que Selwyn s’aperçût de la démarche hésitante de la Serpentard, sa tenue plutôt adapté pour faire la fête : Axelle ne se baladait pas dans pré au lard pour les mêmes raisons que lui.

- Que fais-tu dans le noir, toute seule ? Tu ne pouvais pas ne serait-ce que lancer un lumos ?

La Serpentard parût, l’espace d’un instant, gênée. Et si .. Et si c’était sa baguette ?

- Oui, j’aurais pu, mais je me suis dit que ..

La jeune femme cessa de parler lorsqu’elle aperçût sa baguette, que Selwyn agitait sous son nez. Le jeune homme voulu lui lancer mais il préféra s’approcher d’elle et lui donner.

- Tu as un peu bu, n’est-ce pas ?

- Peut-être oui, mais je comptais rentrer chez moi.

Selwyn prit quelques secondes pour réfléchir, la grotte pouvait bien attendre demain, rien ne pressait.

- Il est hors de question que tu transplannes pour rentrer chez toi, du moins pas toute seule, je vais te raccompagner. Et puis, cela fait bien longtemps que nous n’avons pas prit le temps de discuter. Je t’emmène ou ?

- 4 Stanhope Row !

Aussitôt dit aussitôt fait, Selwyn prit la main d’Axelle puis transplanna jusque chez elle. Accompagné de la maitresse de maison, le jeune homme put même débarquer directement dans son salon. Galant homme jusqu’au bout, le Serpentard prit la main de son amie et la conduisit jusqu’à un moelleux canapé :

- Assied toi, je vais te chercher un verre d’eau, ça te feras du bien.

Alors qu’il revenait avec le verre de la demoiselle et une biereaubeurre pour lui, Selwyn fit :

- Alors, tu avais quelque chose de spécial à arroser ?
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Axelle Higgs, Dim 20 Mai - 23:49



Lorsqu'elle le héla, Selwyn pressa légèrement le pas. De son côté, ce dernier avait identifié la jeune saoulonne comme étant Axelle. Un sourire au coin des lèvres, il la salua. Ironiquement, il lui demanda pourquoi ils ne se croisaient jamais dans des circonstances ordinaires. Elle allait lui répondre quelque chose du genre « Parce que nous sommes spéciaux », mais il l'interrogea sur sa présence. De plus, il lui demande pourquoi elle n'avait pas fait l'effort de lancer un lumos. Axelle balbutia :

- Oui, j’aurais pu, mais je me suis dit que...

Elle pataugeait pour trouver une excuse sans dévoiler la perte de sa baguette, mais le jeune homme brandit un bout de bois sous son nez qu'elle identifia rapidement comme étant sa baguette. Heureuse, elle l'attrapa et la coinça dans les plis de sa jupes.

- Tu as un peu bu, n’est-ce pas ?

Son ton devint légèrement piteux, bien qu'en aucun cas Selwyn semblait la juger :

- Peut-être oui, mais je comptais rentrer chez moi.

«Chez moi» ? Pourquoi Axelle n'avait pas parlé de Poudlard. Certes, c'était le week-end et les plus vieux pouvaient parfois quitter le château, mais pas faire le mur.

- Il est hors de question que tu transplannes pour rentrer chez toi, du moins pas toute seule, je vais te raccompagner. Et puis, cela fait bien longtemps que nous n’avons pas prit le temps de discuter. Je t’emmène ou ?

Oubliant complètement Poudlard et ses règlements, Axelle dicta l'adresse de son appartement. Il était rare qu'elle y mette les pieds, mais l'habitation était prête à recevoir la préfète et des invités. Tout avait été soigneusement installé il y a quelques semaines déjà. De plus, la jeune Serpent avait bien envie d'être en compagnie du garçon.

- 4 Stanhope Row !

Immédiatement, Selwyn prit la main d'Axelle dans la sienne. Cela permit à la jeune fille de se détendre quelque peu. Après tout, la perte de sa baguette lui avait un peu fichue la trousse. Surtout qu'elle était dans un état second. Malheureusement, ce sentiment fut de courte durée car ils transplanèrent. La sensation était dix fois plus oppressante qu'à l'habitude et la sorcière ferma brusquement les yeux, ses ongles rentrant quelque peu dans la main de son ami.


Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Jeu 21 Juin - 0:31


[HRPG: RP PV avec Valens]

Rilla avait dans l'idée de profiter d'un de ses rares après midi de liberté pour flâner un peu, faire du lèche-vitrine, s'aérer l'esprit et le nourrir de plein d'images, de sons, et d'odeurs différentes. La vie lui manquait, elle avait besoin d'évasion.

C'est pourquoi, elle se retrouva dans le parc de Poudlard son éclair de feu en main prête à s'élever dans les airs et se laisser porter par son envie d'errance. Mais à peine le balai avait il commencé à prendre de l'altitude que Rilla le fit atterrir, un peu trop rapidement d'ailleurs. Elle venait de réaliser qu'elle était venue d'une robe, or elle ne comptait pas montrer les dessous de sa jupe à tous les habitants des lieux qu'elle franchirait.

Confuse d'avoir failli commettre une telle indécence, elle ne put s’empêcher de se faire des remontrances en pensée, ni de se les envoyer par l'intermédiaire de la voix de sa mère. La pauvre en avait les mains qui tremblaient, et c'est au pas de course - après avoir réduit par magie son balai pour qu'il tienne dans la paume de sa main et soit moins encombrant – qu'elle regagna l'intérieur du château-école et de là son dortoir.

Elle ouvrit sa malle et y chercha un pantalon. Elle finit par en trouver un en lin de couleur crème et fronça les sourcils. Les elfes ne lui avaient pas encore rapporté ses vêtements mis au sale, et il ne lui restait que le moins pratique de ses pantalons : salissant et froissable.

Avec un soupir à fondre l'âme, non sans avoir vérifier une dernière fois qu'aucun autre pantalon ne se cachait dans sa malle, elle se résigna à enfiler ledit pantalon avec un chemisier de couleur saumon et un gilet de la même couleur. Puis elle chaussa des bottines couleur crème, et prit un sac à main de la même couleur.

Satisfaite, de sa tenue, elle décida de s'arranger un peu les cheveux, et troqua sa queue de cheval pour un élégant chignon qui laissait échapper quelques mèches ondulées de part et d'autres de son visage. Une touche de gloss brillant sur les lèvres et quelques gouttes de parfums plus tard, elle s'estima fin prête.

La jeune fille repartit donc pour le parc du château d'où elle décolla pour de bon sur son balai, après avoir rendu à ce dernier sa taille normale.
Elle sentait le vent sur son visage, dans son cou et sur ses mains, et cela lui plaisait. Pourtant, malgré son bonheur de se sentir enfin libre, et l'assurance qu'elle semblait avoir à voler de la sorte, elle tenait son balai si fermement qu'elle en avait les jointures des doigts blanches. Rilla ne parvenait toujours pas à se dessaisir tout à fait de son angoisse de tomber de balai.

Après de longues minutes passées à tourner en rond au dessus de Poudlard, elle décida de changer un peu de décor et de pousser plus loin son vol-détente. Elle prit donc tout naturellement la direction du seul autre lieu qu'elle connaissait dans les environs : Pré-au-lard.

Juste pour le plaisir, elle poussa son balai à voler à grande vitesse, se laissant griser par l'expérience, s'amusant à se faire peur de façon plus ou moins contrôlée.

La jeune fille arriva quelques instants plus tard dans le village recherché, et se posa dans une petite ruelle calme où elle avait l'habitude d'atterrir quand elle se rendait au travail. Elle avait pour cela du s'éloigner de la zone commerciale pour se diriger vers celle plus résidentielle, mais n'étant pas pressée, elle prit son temps pour remonter vers les boutiques, le monde, et les différentes odeurs mêlées. Elle se sentait bien, elle avait appris à aimer l'endroit à force d'y travailler. Curieusement, elle s'y était toujours senti libre alors qu'à Londres elle se sentait enfermée, prisonnière, étouffée.

Elle marcha jusqu'à la grande place, et regarda autours d'elle. Soudain, tout se compliqua. Elle ne savait plus que faire ni où aller. Serrant plus étroitement contre elle son sac à main qu'elle avait à l'épaule, et qui contenait entre autre sa baguette, son portefeuille, et son balai rétrécit, elle regardait tout autours d'elle sans bouger, attendant qu'une enseigne, une vitrine, quelque chose, n'importe quoi, attire son attention et lui donne une nouvelle envie, une nouvelle chose à faire.

Rilla se mordait la lèvre inférieure comme souvent quand elle était confuse, gênée, prise au dépourvu, soucieuse, mal à l'aise, etc etc Les sens aux aguets et le regard errant, elle se sentait soudain perdue et ne savait plus du tout ce qu'elle devait faire ni si elle avait envie de faire quoi que ce soit de particulier.
*L'indécision est une faiblesse,* entendait-elle sa mère la sermonner en pensée, *une jeune fille de bonne famille, en particulier une Blythe se doit d’être toujours très assurée en tout temps, tout lieu et toutes circonstances. Essaies de faire honneur à ta famille pour une fois Rilla, et cesse un peu de te mordiller la lèvre comme une fille quelconque ! Tu t'es imposé à nous, alors n'oublies pas qui tu es, ne l'oublies jamais ! JAMAIS !*

Le souvenir c'était imposé à elle avec une telle force, que Rilla s'attendait à voir sa mère en face d'elle à tout instant. Elle cligna un peu des yeux, et cessa de se mordiller la lèvre, craignant de voir sa mère apparaître pour la tancer vertement. Profondément émue, elle n'était pas plus avancé quand à la suite qu'elle comptait donner à son après midi et était bien trop troublée pour prendre une décision dans l’immédiat, ce qui en cercle vicieux accentuait davantage son trouble.
- C'est pas vrai ! Lâcha-t-elle doucement.
Elle ne s'aperçu pas qu'elle tremblait.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Dim 24 Juin - 23:58


Pré-au-lard conservait une ambiance inégalée dans le monde des sorciers. Ce n'était pas uniquement un village de sorciers, c'était surtout un village qui jouxtait la prestigieuse école de magie... et de ses adolescents d'élèves. Et il semblait à Valens que les poumons de la ville inspiraient et expiraient au rythme des allées et venues des élèves et de leurs permissions. Elle arborait de même une dychotomie qui était propre à la vie de la plupart des hommes, une indécision qui séparait ceux qui attendait les flux universitaires comme coeur d'économie et de vie de la ville et ceux qui pestaient contre les manières et le bruit de tous ces chenapans. En laissant trainer ses pas au travers de la cité, le serpentard semblait arpenter le cours de sa propre vie. Cela lui permettait de réfléchir tout en contemplant encore une fois au loin le château qu'il allait sous peu quitter. Tant de bons moments et tant de souvenirs le rattachaient à cet édifice qu'il éprouvait des regrets à terminer sa scolarité. Des regrets d'autant plus vifs que cette fin signifiait vraisemblablement sa fin également. Car dès lors, il était un fugitif traqué par sa famille. Il savait n'avoir aucune chance et qu'à force de ruses, il ne parviendrait qu'à faire reculer l'inévitable. Il comptait certes sur l'aide de ses proches, mais il n'osait croire que la meilleure des hypothèses pouvait advenir.

Pour l'heure, il était vêtu d'un de ses trop rares vêtements, tous des strictes robes de sorciers noires. Elle était décorées par quelques éléments vert sapin mais ceux qui avaient vécu de folles aventures avec lui savaient qu'elle était réparée, rapiécée et encore réparée un grand nombre de fois. Des vêtements que ses amis n'appréciaient que moyennement de voir porter et dont il s'acharnait à prendre soin. Pour cause, il ne disposait de nulle autre manière de s'habiller et personne ne lui avait appris à mettre d'autres choses. C'est donc tout naturellement que, jour après jour, il s'évertuait à arborer les même tenues et à ignorer les éventuelles railleries. Toutefois, son air sévère et soucieux actuel n'encourageait guère à oser des railleries en sa présence. Car qui savait ce qui arriverait lorsque il cesserait de les ignorer?

Ses pas conduisirent le vert et argent vers la grand place de la ville. Sur cette dernière, il vit de dos une personne qu'il ne pouvait pas ne pas reconnaître et encore moins ignorer. Sentant revenir le sourire et toujours avide de la taquiner, il s'approcha furtivement dans son dos. Il n'alla pourtant pas au bout des facéties qu'il avait en tête. S'approchant, il la vit désemparée. Arrivant dans son dos, il referma alors ses bras autour d'elle en lui murmurant quelques mots à l'oreille d'une voix douce.

- Tout va bien?

Il aurait du se méfier depuis qu'il s'était fait mettre à moitié KO par Kyara après un essai de ce genre, mais il n'avait pas réfléchit à ce qu'il faisait. Son instinct lui avait intimé l'ordre de se porter à son aide. Il était étonnant de voir comme ses capacités de réflexion, habituellement plutôt aiguisées, devenaient blanches tandis qu'un de ses proches semblait avoir besoin d'aide. Son esprit se vidait et il fonçait tête baissée plutôt que de pouvoir réfléchir à la meilleur façon d'agir.

A ce moment, seul l'avenir pouvait lui dire s'il avait eu raison ou non...
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Mar 26 Juin - 0:58


Rilla sursauta lorsque des bras l'enserrèrent, mais aussitôt une douce voix résonna à son oreille, une voix qu'elle aurait reconnu entre mille. Sans même réfléchir, elle se retourna et serra Valens à son tour, trop heureuse de retrouver ses repères dans la sécurité de ses bras, lui seul savait par sa présence faire taire ses tourments et l'apaiser.

Elle se nourrit quelques instants de sa chaleur rassurante avant de murmurer un « merci ». Elle ne songea pas, comme elle le faisait parfois quand il la surprenait dans un moment de faiblesse, à lui reprocher sa présence. Cette fois, elle en avait trop besoin pour le rejeter.

Mais sa fierté reprenant le dessus, elle ne tarda pourtant pas à se soustraire à l'étau protecteur, et à lui offrir un sourire. Bien décidé à faire comme si de rien n'était, elle opta pour une direction qu'elle maîtrisait parfaitement, celle de la malice. Elle ne se voyait pas lui avouer qu'elle avait elle même fait naitre, quoi qu'involontairement, lesdits tourments et provoqué sa propre faiblesse. Elle ne voulait pas s'offrir les sacarsmes du jeune homme, ni l'encourager à ne voir en elle qu'une enfant, enfant qu'elle se targuait de ne plus être depuis bien longtemps déjà.

- Je suis heureuse de te voir très cher. On peut dire que tu tombes à point nommé. J'étais justement en train de me demander ce que j'allais bien pouvoir faire, mais à présent que je te vois, je sais parfaitement ce qu'il me reste à faire et sans tarder.
Elle le détailla de haut en bas puis de bas en haut avant de pousser un soupir volontairement exagéré.

- Il est grand temps que quelqu'un s'occupe de toi.
Et sans lui laisser le temps de répliquer, elle lui prit la main d'autorité et l’entraîna à sa suite.
- Allez viens, suis moi.

Sans une explication, plus par peur qu'il ne se rebiffe plutôt que par une quelconque volonté de lui faire une surprise, elle le conduisit tout droit à... une boutique de vêtements pour homme.
- Voilà, nous y sommes. Tu verras ils sont assez bien fournis, ils ont même des vêtements à la mode moldus. Quand j'en aurai fini avec toi, Katniss va définitivement te tomber dans les bras.
Là dessus elle lui adressa un clin d’œil et pénétra dans la boutique.

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Mar 26 Juin - 19:40


Cette fois ci, il ne se fit pas bousculer, ni frapper, ni même gronder. La jeune fille accueillit son étreinte presque amicale et fraternelle, la lui rendant en retour. Il ne savait pas ce qui avait pu la perturber avant son arrivée, mais cela semblait l'avoir suffisamment secouée pour qu'elle oublie leurs chamailleries. Il songea un instant à creuser la question, mais il devrait se battre avec elle s'il voulait obtenir un quelconque résultat. Ce n'était ni le moment, ni l'endroit. De plus, il ne se sentait pas assez en forme aujourd'hui pour gaspiller ses forces dans une lutte contre son amie.

Quand l'étreinte cessa, Rilla souriait et le serpentard n'eut plus le coeur du tout à creuser la douloureuse question. Elle lui affirma que, maintenant qu'il était là, elle savait avec évidence ce qu'elle avait à faire. Incrédule, Valens se regarda sans comprendre. Avait-il une blessure mal cicatrisée? Une tâche sur ses vêtements? Les broches dans son dos défaites? Le jeune homme ne comprenait pas ce dont elle pouvait parler. Benoitement, il répéta.

- Que l'on s'occupe de moi?

Il avait entendu dire que dans certains milieux, on s'occupait aisément d'un adversaire un peu trop gênant. Ce dernier finalement finissait assez mal.

- Je ne pensais pas à mal, Rilla, juste vous réconforter. Vous n'avez nul besoin de m'emmener voir des hommes de main...

Ajouta-t-il un peu inquiet. Il suivit tout de même son amie, restant sur le qui vive, prêt à sortir sa baguette à tout moment pour sauver sa peau. Il était vrai qu'il n'évaluer pas toujours l'importance des choses dans les relations humaines, mais il était presque sûr qu'une étreinte ne devait pas valoir une mort violente...

Il arrivèrent devant une boutique. Etait-ce là la couverture des malfrats sensés s'occuper de lui. Une boutique de vêtements pour hommes. Ces tueurs avaient sans doute un certain sens de l'humour puisque ils étaient là finalement pour lui tailler un costard comme l'on disait. Un peu incrédule, il demanda en plissant un oeil.

- Une boutique de vêtements? Tu as remarqué? Ils font des vêtements uniquement pour homme.

Rilla lui parla alors de vêtements. Ce n'était peut être pas pour "s'occuper" de lui qu'elle était venue ici finalement. Enfin pas de cette manière ci. Pourtant, elle lui dit qu'elle allait en finir avec lui, ce qui était rarement bon présage. Encore une fois, incrédule, il ne put que demander avec un peu de crainte.

- En finir avec moi?

Puis elle lui signifia qu'une fois qu'elle se serait occupée de lui, ce serait au tour de Katniss de tomber. Cette fois ci, sa méfiance s'accrut mais ses craintes diminuèrent. Si elle voulait s'en prendre à sa Katniss, il ne pouvait pas la laisser faire. Tirant sa baguette tandis qu'elle entrait, il la cacha derrière son bras et entra à sa suite...
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Mer 27 Juin - 22:04


Rilla entra dans la boutique, et après quelques pas s'arrêta pour regarder autours d'elle, émerveillée. La boutique était bien plus vaste que ce que la devanture ne laissait deviner. Étonnamment plus vaste. Ses yeux pétillants erraient d'un bout à l'autre du magasin, se posant tantôt sur des portiques, tantôt sur des rayons.
- Waouh ! Laissa-t-elle échapper dans un souffle.

C'était la première fois que Rilla entrait dans une boutique de vêtements. Jusqu'à ses 8ans, c'était sa mère qui se chargeait de remplir sa garde robe. Il y avait bien une fois où elle l'avait accompagné, mais sa mère n'avait pas voulu qu'elle sorte de la voiture. Elle avait donc du l'attendre, frustrée, déçue, et triste. Ensuite, à partir de ses 8ans, cela à été au tour de Griselda, leur gouvernante, de lui remplir sa garde robe régulièrement afin qu'elle soit aussi présentable qu'une Blythe devait l'être.

Elle avait bien prévu de faire du shopping durant l'été avec Katniss et Ahlys, mais elle devait encore patienter quelques semaines avant de pouvoir vivre la journée filles dont elle rêvait depuis si longtemps.

Se tournant vers Valens, elle lui prit la main, ou plus exactement elle la lui agrippa et tira dessus pour l’entraîner à sa suite.
- Regarde, ses chemises là t'iraient à la perfection, classiques mais élégantes. J'espère que tu connais ta taille au moins ?

Mais sans lui laisser le temps de répondre elle l’entraînait vers un nouveau rayon en poussant le genre de petit cri strident que seule une fille lâchée dans un magasin sait pousser :
- Valens regarde, des jeans !!!! Elle posa sa main sur un jean d'un bleu assez clair avant de la retirer en fronçant les sourcils. J'avoue que j'ai du mal à t'imaginer avec ça. On va y aller doucement d'abord ça et ça, dit elle en prenant un jean noir et un jean d'un bleu plutôt sombre. Voilà, tiens attrapes ça pour qu'on s'en souvienne. Elle lui jeta presque les pantalons dessus avant de se précipiter vers un bout du magasin en disant au serpentard :

- Des vestes en cuir ! Il te faut absolument une veste en cuir ! Mmmh quelle couleur ? Valens ? Tu viens ?

Elle se tenait devant le portique sur lequel était suspendu plusieurs vestes en cuir courtes, en pleine réflexion. Elle hésitait quand à la couleur à conseiller à son ami. C'est alors qu'un vendeur s'avança vers elle tout sourire.
- Puis-je vous aider mademoiselle ?
- Oh euh oui, c'est euh pour mon frère, elle ne put s'empêcher de rougir n'étant jamais très à l'aise avec un mensonge même minime, notre mère m'a chargé de l'aider à refaire sa garde robe, aussi que pouvez vous nous conseiller ?

- Vous souhaitez acheter une veste en cuir si je comprends bien.

- Non en fait nous voulons acheter des pantalons, chemises, pulls, et une veste. Oh et de nouvelles robes de sorciers, les siennes commencent à être un peu usées. Et peut être des chaussures, et des tee shirts, enfin montrez nous un peu tout ce que vous avez pour mettre en valeur un jeune homme de dix sept ans s'il vous plaît.

Échange de sourire entre le vendeur et la serdaigle, avant que cette dernière ne s'approche tout sourire de son ami en lui disant très satisfaite :
- Tu vas voir, on va faire de toi le garçon le plus séduisant de Poudlard. Katniss sera folle de toi.
Elle était rayonnante, et n'envisageait visiblement pas que son programme puisse déranger le serpentard.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Jeu 28 Juin - 16:54


En entrant dans le magasin, le garçon, qui n'avait jamais pénétré de sa vie dans une telle boutique de vêtement, fut intrigué par la quantité faramineuse d'étoffes présentes en ces lieux. La manière de travailler le tissu était très variée et les coupes ainsi que les modes semblaient toutes représentées. Il semblait à Valens se trouver dans un musée sur les us des différentes populations en matière de vêture et d'ornements. C'était d'autant plus étonnant qu'il n'avait jamais vu de vente de vêtement prêts-à-porter ni n'en avait compris le concept. Il se demandait donc pour qui étaient prévus tous ces vêtements et pourquoi ces clients n'étaient pas venu les chercher ou n'avaient pas été livrés après leur confection.

Entrainé par Rilla, il parcouru de manière ératique divers rayons comme un papillon voletant de fleur en fleur. Sans doute savait-elle où elle se dirigeait mais le chemin semblait complètement chaotique au jeune homme. Un peu décontenancé, il se montra pourtant relativement patient et docile dans le parcours de ce labyrinthe étrange. Son guide s'extasia devant des chemises que le serpentard regarda aussi, légèrement perplexe. Pas aussi perplexe toutefois que lorsque elle lui demanda sa taille. Valens fut tout d'abord un peu pris au dépourvu par la question, mais un souvenir lui revint qui répondait pleinement à la question, du moins le pensait-il.

- Ma taille? Ah oui. Dix-huit gros crans avant la fin du mètre-ruban du tailleur qui venait de temps en temps à la maison!

Satisfait d'avoir pu répondre à Rilla dans ce domaine inconnu, il lui fit un sourire triomphant qui s'affadit à sa réaction. Ce n'était peut être pas exactement la réponse à laquelle elle s'attendait. Peut être était-il trop grand ou trop petit. Pourtant elle était déjà repartie, le trainant à sa suite avec une force herculéenne et lançant des cris de guerre terribles dont il ne comprenait pas le sens. Il se demanda alors quelle était la portée de tout ce qu'il ne comprenait pas en ces lieux. Une fois il avait l'impression de faire des achats, l'autre il avait l'impression d'être engagé dans une bataille. La vérité se trouvait probablement quelque part entre les deux. Chemises, pantalons et vestes s'accumulaient à tel point sur lui qu'il ne voyait plus rien et ressemblait à un gros monticule mobile et bigarré, une sorte d'animal à carapace molle qui arpentait les boutiques avec des grognements sourds.

Face à cet étrange phénomène, un vendeur vint voir ce qui pouvait bien se passer et les accueillit, souhaitant probablement cadrer ce cirque dans sa boutique. Enterré sous les vêtements, il entendit Rilla formuler une couverture en guise d'identité et de raison de leur présence, ce qui lui fit à nouveau penser être en train de livrer bataille. Une liste d'article souhaitée longue comme le bras, et au final sans fin réelle, fut formulée et une certaine connivence sembla s'installer entre la jeune femme et le vendeur. Rilla ajouta que cela allait rendre Katniss folle de lui et Valens voulut protester en disant.

- Je pense qu'elle n'a pas besoin de cela pour...

Mais il fut coupé par une musique qui s'éleva tandis que les deux personnes autour de lui commençaient leur ouvrage sans tenir vraiment compte de ce qu'il pensait.

Gently young man, walking down the street
Gently young man, the kind I like to meet
Gently young man,
I don't believe you, you're not the truth
No one could be, as good as you
Mercy
Gently young man, won't you pardon me
Gently young man, I couldn't help but see
Gently young man,
That you look, lovely as can be
Are you lonely, just like me
...

[HRP : Pretty woman mode]

Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Ven 29 Juin - 11:26


Déterminée à renouveler la garde robe de son ami, et encouragée par la docilité manifeste de ce dernier, Rilla ne songea nullement à s'interrompre dans le processus qu'elle avait elle même initiée, trouvant tout à fait normal et naturel de décider pour ce dernier. Il fallait dire à sa décharge qu'elle s'amusait énormément, y prenant autant de plaisir, peut être même davantage, que si elle faisait des achats pour sa propre personne. Et puis, elle espérait faire plaisir à Valens.

C'est pourquoi quelques secondes après l'intervention du vendeur, un mètre prenait les mesures du serpentard. Bien qu'activé par le vendeur, il semblait mu par une volonté propre et tournait autours de Valens sans jamais le toucher. Rilla trouvait le spectacle absolument fascinant. Et lorsque le mètre finit son oeuvre, s'enroula sur lui même et retourna dans la main du vendeur, elle ne put s'empêcher d'applaudir avant de s'empourprer, se sentant soudain ridicule de s'être laissé aller de la sorte.

Dix minutes plus tard, Valens croulait sous un tas de vêtements sous l'oeil pétillant de Rilla. Cette dernière le poussant vers une cabine afin de qu'il puisse commencer les essayages.
- Voilà grand frère, - elle lui fait un clin d'oeil - c'est bon, tu peux commencer tes essayages. Je tiens à tout voir, donc dès que tu essayes quelque chose tu sors de la cabine pour que je puisse te voir s'il te plait. Ce serait bien aussi que tu classes les vêtements par catégorie: ceux que tu adores, ceux que tu détestes, et les entre deux. Dans les faits on ne retiendra que ceux que tu adores mais bon, j'aimerai connaitre tes goûts, tout ça. Elle fait un geste vague de la main. Oh et si jamais il y a des couleurs que tu préfères ou des vêtements que tu préfèrerais dans une autre couleur n'hésites pas à demander. Evites juste d'abuser du blanc et du noir. Et même si le vert met très certainement tes yeux en valeur, n'en abuse pas non plus, et préfères plutôt un vert foncé. Et si une taille ne correspond pas, préviens moi que je te donne la bonne. C'est bon, je crois que je t'ai tout dis, acheva-t-elle avec le sourire avant qu'il ne se transforme en rire.

- Je crois bien que c'est à mon tour de te traiter comme un enfant. Mais tu as l'air tellement perdu que ça en est adorable! Si on m'avait dis un jour que je mènerai le grand Valens par le bout du nez... - dit elle avec malice - Il faut dire aussi que tu adores te déshabiller quand il y a des filles dans les parages alors ça doit aider, ajouta-t-elle plus bas avant de lui tirer la langue.

- Allez file dans cette cabine. Et commence par les vêtements moldus s'il te plait. Il me tarde de te voir dedans,
dit-elle visiblement impatiente et enthousiaste.
S'obliger à demeurer calme lui demandait une énergie considérable, alors qu'il aurait été tellement plus aisé de se laisser aller à applaudir et faire de petits bonds sur place.
Rilla posa son regard plein d'étoiles sur Valens, et lui sourit pour l'encourager à faire ce qu'elle attendait de lui.
Puis se tournant vers le vendeur:
- Excusez moi monsieur, serait-il possible de remettre la chanson qui passait tout à l'heure? Je l'adore!!!! ( tongue )
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Dim 1 Juil - 17:02


Toujours un peu perplexe et perdu, Valens se laissait guider dans un tourbillon de termes imcompréhensibles issus d'un monde inconnu. Il comptait sur Rilla pour le guider au travers de la tourmente sans trop de heurts.

Un ruban commença alors à s'enrouler dans tous les sens autour de lui, provoquant chez lui un mouvement de recul qu'il eut le plus grand mal à réprimer. Cela ne lui rapelait que trop la machine de torture qu'il avait rencontré avec Kyara et à laquelle il avait du volontairement se soumettre tandis que cette dernière réparait ses chairs au fur et à mesure mais avait oublié de soulager sa douleur. L'amer souvenir de sa chair déchirée encore et encore tandis que sa gorge lacérée se retouvait comprimée et étranglée submergeait ses pensées conscientes. Pourtant, il parvint à rester à peu près tranquille malgré l'absence de nécessité qui avait forgé sa détermination pour s'y exposer cette fois là. Il ne put toutefois empêcher une grimace naître sur son visage, une grimace qui n'avait pas du passer inaperçue.

Le jeune homme reçue de sa complice tout un tas d'instructions sur ce qu'il devait essayer, faire ou ne pas faire ainsi que le "défilé" qu'il allait devoir lui faire avec cette foule d'étoffes. Pourtant, noyé sous le tissus, cela n'allait pas être des plus simples. Eviter le noir et le blanc, ne pas abuser du vert. lui qui portait surtout du noir et un peu de vert sapin, il s'éloignait de plus en plus de son univers. Il devait également commencer par les vêtements moldus. Il ne savait pas exactement comment il était sensé les reconnaître mais considéra que tout ce qui n'était pas une robe de sorcier devait être un vêtement moldu.

Sa "soeur" le railla gentillement par contre et le "grand" Valens ne pouvait pas laisser passer cela... du moins pas sans riposter quelque peu. Il lui signala alors.

- Vous êtes bien placée pour savoir que si dans de maints domaines, j'ai une maturité plus avancée que la plupart des gens, je suis un nouveau né dans d'autres. Il faut croire que cet univers appartient à la seconde catrégorie. De plus, vous m'avez toujours mené par le bout du nez sans même vous en rendre compte, à votre plus grand déplaisir d'ailleurs. Par contre, je proteste, ce n'est pas vraiment ma faute si toutes les femmes, vous comprise, s'échinent sans cesse à m'arracher ma vertu, innocent jeune homme que je suis.

Un clin d'oeil ponctua cette dernière déclaration afin de souligner son aspect exagéré... ou presque. Il poussa un profond soupir avant de marcher d'un air déterminé vers la cabine d'essayage. Sa bataille allait commencer. Et les début ne furent pas fameux. A sa première sortie, il était vêtu d'un pantalon jaune bien trop large sur lequel il marchait presque et d'une chemise mauve exigüe, bien trop cintrée qui plus est. Le tout était d'un ridicule que seul un sorcier pur sang ne pouvait pas remarquer. Sa seconde sortie fut à peine mieux, il se retrouva affublé d'un pantalon noir aux jambes bien trop courtes et d'un débardeur rouge vif très court dont on pouvait se demander comment il était arrivé là. Sa troisième sortie révéla un jean miraculeusement à la bonne taille, à se demander ce qu'il faisait là, et d'un pull en grosses mailles sous lequel on voyait son torse nu. Sa quatrième sortie confirma le travail gigantesque qu'il restait à accomplir. Il sortit de la cabine d'essayage affublé d'un pantalon de jogging bleu et d'une chemise pourpre bien ajustée. Visiblement, il avait besoin soit d'avoir davantage de notions, soit d'être davantage cadré dans ses choix.

La musique du vendeur s'adapta alors magiquement aux pensées de Rilla et de la prestation de Valens...

Friendly Valens, the door is not closed,
Friendly Valens, you can't choose your clothes,
Oh friendly Valens,
You won't show me, how to despair,
You can do it, you know i'm fair.
Oh please.
Friendly Valens, listen to my voice,
Friendly Valens, take care to your choice,
Oh friendly Valens,
I won't give up, you know it well,
I'll give you shirts, till you have fell.
...

(^^)
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Dim 8 Juil - 10:08


En réponse à la tirade du serpentard, Rilla leva les yeux au ciel, puis pointa un doigt en direction de la cabine en disant:
- File au lieu de dire des bêtises!

Puis le défilé made in Valens débuta et Rilla devait faire appel à toute sa volonté et même davantage pour ne pas franchement éclater de rire à certains moments. Mais lorsque son ami sortit de la cabine vêtu d'un pantalon de jogging et d'une chemise enfin à sa taille, elle l'arrêta net.

- STOP! Halte là très cher! Il est temps que je te précise certaines choses. Mmmh! Voyons voir...
Penchant la tête sur le côté, elle se mit à le détailler du regard, sa bouche allons dans un sens puis dans l'autre.
- Mmmh! Le jogging n'est pas pour toi, en revanche cette chemise te va parfaitement.
Elle lui agrippe le bras et le fait pivoter fasse au miroir.
- Tu vois la façon dont elle tombe sur toi? C'est cela que tu dois rechercher. Suffisamment prêt du corps, mais pas trop. Par là j'entends qu'aucun des hauts que tu avais mis jusqu'à présent ne t'allait.

Elle se dirigea alors vers la cabine, y entra et chercha le jean qu'il avait essayé un peu plus tôt et revint avec. Quand elle fut devant Valens, elle tint le jean devant elle, face à lui, afin qu'il puisse parfaitement le voir.
- Tu te souviens de ce jean? Tu l'as essayé juste avant. Sache qu'il t'allait parfaitement et te mettait en valeur. Avec les pantalons, tu dois rechercher le même genre d'effet qu'avec ce jean. Bon pour que tu comprennes bien - elle lui tendit le pantalon - tu vas aller retirer le jogging que tu portes et remettre ce jean. Je veux que tu vois ce qu'il donne avec la chemise, je veux que tu vois à quoi tu dois chercher à ressembler.

Et elle ajouta:
- Pense à relever la taille de ce jean et de la chemise, ainsi tu pourras essayer directement des vêtement qui te vont la prochaine fois. Et euh essaie une veste en cuir aussi s'il te plait, une dont la couleur te plait.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Dim 8 Juil - 17:50


Rilla finit par arrêter le massacre en voyant son épouvantail affublé de tenues toutes plus exubérantes et grotesques les unes que les autres. Visiblement affecté par l'absence total de notions vestimentaires de son ami, la jeune femme lui fournit enfin quelques explications. Lui montrant la chemise et le pantalon qui lui allaient le mieux, elle lui expliqua pourquoi ils tombaient bien. Valens ingurgita avec attention toutes ces informations. Suivant ses consignes, il alla se changer à nouveau en conservant cette chemise pourpre légèrement ajustée et en passant le jean qu'elle était allé chercher dans la cabine.

Le jeune homme affublé d'atours plus seillants ressortit et fit face à son jury. Celle ci semblant satisfaite du résultat, il se mira dans une glace afin d'apprécier le résultat qu'il devait s'efforcer d'obtenir et qu'il devrait obtenir même si son amie n'était plus avec lui pour le guider. Le jean plutôt clair contrastait avec le pourpre de la chemise. Le bas de la chemise recouvrait un peu le haut du jean mais sans descendre trop bas. Un peu trop persuadé d'avoir trouvé la perle rare qu'il risquait de ne plus jamais trouver, il en profita pour mettre de côté le même modèle de chemise en bordeaux et vert sapin. Il resta par contre songeur devant celle en noir. C'était une couleur qui lui était habituelle mais Rilla lui avait conseille de se méfier du noir. Dans le doute, il l'a mit de côté mais sur une pile à part. Pour celle ci, il déciderit plus tard et nul doute que la bleu et bronze aurait un avis sur la question.

Il avait bien noté les tailles du pantalon et de la chemise qu'il portait, mais ceci le perturbait. Sur une étiquette du col de la chemise, un L était noté. Par contre sur celle du pantalon, c'était un M qui était noté. Lequel avait raison? Comment savoir qui de sa chemise ou de son pantalon disait vrai? Perplexe, il demanda à la serdaigle.

- Rilla? La chemise me dit taille "L" et le pantalon me dit taille "M". Lequel dois-je croire? Lequel me dit la vérité? Je suis un L ou un M? J'ai essayé les deux mais quand je mets un pantalon "L", il est trop large et trop long. Mais si je mets une chemise "M", ça coince au niveau des épaules. Je suis un peu perdu moi. Suis-je une sorte de créature étrange?

Poussant un soupir, il alla chercher une veste en cuir. Les marrons ne lui inspiraient rien et, même si Rilla allait probablement grimacer, il en choisit une noire. Après tout il avait fait des efforts jusqu'à présent pour éviter le noir. Mais quelque chose l'interloquait avec ce vêtement. Ce n'était pas du cuir clouté, pas assez de métal pour cela. Ce n'était pas non plus du cuir bouilli, pas assez rigide pour en être. Quelle sorte d'armure ce pouvait-il être? Il demanda alors à Rilla.

- J'avais entendu dire que la plèbe moldue portait parfois des armures en cuir, mais celle ci ne me semble pas des plus solide. N'est-ce pas étrange?

Il avait appris beaucoup de choses depuis qu'il était entré à l'école. Toutefois, la plus grande partie ne faisait pas partie du programme dispensé dans les cours des différents professeurs officiels de l'école. Il n'aurait su dire si cela s'avérait être un manque véritable ou s'il était préférable que les élèves continuent à s'enseigner entre eux les connaissances spécifiques à leur passé. Rilla avait été l'un de ses professeurs non officiel aux cours duquel il avait été le plus assidu. Il était heureux de recevoir ces derniers enseignements si importants. Cependant, il avait l'impression qu'il lui restait bien plus à apprendre qu'il n'en avait déjà appris. Mais peut être continuerait-elle de lui enseigner toutes ses choses en dehors du cadre de l'école. Il commença par faire le commentaire suivant, ses paroles rattrapant lentement le cours de ses pensées.

- On ne nous apprend pas tout cela a poudlard, heureusement que vous êtes venue me l'enseigner avant la fin de mes études.

Pourtant, ces mots simples avaient une portée qui dépassait ce à quoi le serpentard songeait à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Ven 27 Juil - 2:55


Valens reparut quelque instant plus tard habillé de façons seyante et le regard de Rilla s'éclaira tandis qu'un sourire étirait ses lèvres pleines. Elle ressentait une espèce de fierté à voir son ami apparaitre aussi beau dans des vêtements moldus.

Alors qu'elle le fixait d'un regard admiratif, ce dernier s'avança vers elle. Il semblait un peu perdu et alors qu'il lui exposait ce qui lui causait autant de perplexité, elle nota qu'il ressemblait soudain à un jeune enfant.
Elle dut passer un peu trop de temps à s'attendrir en pensée, car quand elle reprit pied avec la réalité, se fut pour voir Valens soupirer et s'éloigner avec ses interrogations. Un sourire plein de tendresse aux lèvres, Rilla le regarda aller se chercher une veste noire, et leva les yeux au ciel plus amusée que réprobatrice.

Le jeune homme revint et avec lui de nouvelles interrogations. La serdaigle lui répondit alors avec humour:
- Ce n'est pas une armure mais un vêtement. Et je puis t'assurer que s'il ne te prend pas l'envie de jouer les explorateurs dans la forêt interdite, cette veste sera absolument solide pour ce qui est de mener une vie normal de sorcier raisonnable.

Elle lui adressa un clin d'oeil, avant de tourner lentement autours de lui. Enfin elle s'immobilisa.
- Katniss ne va pas en revenir de te voir aussi beau, dit elle ravie.

Puis elle ajouta: Et pour répondre à ta question de tout à l'heure, saches que tu es tout à fait normal. Il n'est pas rare, pour ne pas dire que c'est assez habituel, de porter des vêtements de tailles différentes entre le haut et le bas du corps. Tout est question de proportion. Toi par exemple, tu as les épaules plus large que les hanches, ce qui est loin d'être déplaisant, mais qui te fait donc avoir deux tailles de vêtements différentes. Une pour le haut du corps et l'autre pour le bas. Rilla se mordit la lèvre. Elle était loin d'être une experte et se demandait si ses propos étaient cohérents pour son ami. Rhooo et puis laisse tomber! Retiens juste que pour les hauts tu mets du L alors que pour les bas tu mets du M. OK? Bien. A présent vas vite te mirer et dis moi comment tu te trouves ainsi vêtu?

Elle lui adressa un grand sourire, qui se changea en étonnement puis en une profonde émotion qu'elle n'identifia pas, lorsque Valens d'un air un peu pensif lui dit à sa façon que ces conseils avaient de l'importance pour lui.
Très émue, elle resta un instant sans voix avant de dire doucement:
- Il y a certaines choses que l'on n'apprend pas à l'école. La vie que nous menons, nos expériences, nos choix, et les personnes quenous croisons sur notre chemin, se chargent de nous les apprendre. Je suis heureuse de t'avoir été un peu utile. Elle se racla doucement al gorge. Allez, va te mirer à présent et dis moi ce que tu penses de toi. Ensuite nous nous occuperons de te choisir de nouvelles tenues de sorcier.

Rilla lui adressa un léger sourire avant de ce détourner et de faire mine de s'intéresser au rayon de tee shirts derrière elle. Les propos de Valens l'avaient profondément touché et elle s'efforçait de masquer son émotion à son ami.

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) :
Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Dim 29 Juil - 10:45


Le jeune homme n'était pas encore très à l'aise dans ce nouveau style de vêtement très peu sorciers. il ne savait pas trop quoi en penser et se référa donc au visage de son amie pour avoir son avis. Au vu de son sourire rayonnant, le résultat devait être réussi. Le vert et argent, prévoyant, songea que si cela lui allait à ce point, il valait mieux en prendre un bon nombre exemplaire de chaque. Au vu de sa vie des plus mouvementées, la durée de vie des étoffes qu'il portait sur lui était assez limitée. Il pourrait probablement toujours demander à Rilla de l'accompagner à nouveau... ou peut être à Katniss... mais en attendant, il préférait se donner le temps de voir venir plutôt que de risquer d'affronter seul cet étrange endroit.

En effet, il ne sentait pas véritablement à sa place. Ses deux années de vie ne l'avaient jamais amené dans ce genre d'endroit où dominaient des effets de mode dont il n'avait pas la moindre idée. Une foule de références étranges et d'avis changeants formaient un code secret auquel il n'était pas initié.Sans compter les usages de certaines pièces de ces vêtements. Se référant à des usages datant des siècles passés, il n'était pas tout à fait à la page concernant les moldus. La preuve était faite par la réponse de son habilleuse, ce n'était pas une armure de cuir molle mais bel et bien un vêtement relativement solide. L'un dans l'autre la différence était maigre bien que l'objectif soit différent. Cette réponse déclencha chez lui une moue intriguée. Il répondit tout de même à son amie.

- Dommage, dommage, il m'a parfois semblé que les explorations de lieux dangereux et interdits devenaient parfois mon quotidien...

D'après Rilla, il n'était pas difforme, cela semblait assez courant que les tailles du haut et du bas du corps diffèrent. Qu'il doive donc prendre du L pour ses chemises et du M pour ses pantalons n'était donc pas inquiétant. Il releva toutefois une phrase d'un air taquin.

- Alors comme ça, cela n'a rien de déplaisant à vos yeux? Ni aux yeux de Katniss j'espère...

Ajouta-t-il sur un ton qui l'était moins.

La jeune femme lui expliqua que l'école n'était sensé nous apprendre que des connaissances théorique. La vie s'apprenait ailleurs. Et en ce domaine, elle semblait satisfaite d'être son professeur. Avec un petit rire, il repensa à la fois où elle avait commencé à lui enseigner l'amour et commenta.

- Ce n'est pas la première fois que cela arrive.

Puis son ton devint plus las.

- Je crains pour ma part de ne pas vous avoir enseigné beaucoup de connaissances. Et celles que je pourrais vous apprendre ne sont guère reluisantes.

Allant se regarder dans un mirroir comme elle le lui demandait, il resta un moment songeur avant de demander.

- Dites voir? Au niveau des couleurs, lesquelles m'iraient le mieux d'après vous?

Ayant toujours mis du noir et un peu de vert sapin, il ignorait que penser du reste des couleurs. Peut être son amie qui semblait tant s'y connaître à ses yeux aurait de bons conseils à lui donner en la matière...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 18

 Sur la place de Pré-Au-Lard

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 9 ... 18  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.