AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard
Page 2 sur 19
Sur la place de Pré-Au-Lard
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Dim 29 Juil 2012, 10:45


Le jeune homme n'était pas encore très à l'aise dans ce nouveau style de vêtement très peu sorciers. il ne savait pas trop quoi en penser et se référa donc au visage de son amie pour avoir son avis. Au vu de son sourire rayonnant, le résultat devait être réussi. Le vert et argent, prévoyant, songea que si cela lui allait à ce point, il valait mieux en prendre un bon nombre exemplaire de chaque. Au vu de sa vie des plus mouvementées, la durée de vie des étoffes qu'il portait sur lui était assez limitée. Il pourrait probablement toujours demander à Rilla de l'accompagner à nouveau... ou peut être à Katniss... mais en attendant, il préférait se donner le temps de voir venir plutôt que de risquer d'affronter seul cet étrange endroit.

En effet, il ne sentait pas véritablement à sa place. Ses deux années de vie ne l'avaient jamais amené dans ce genre d'endroit où dominaient des effets de mode dont il n'avait pas la moindre idée. Une foule de références étranges et d'avis changeants formaient un code secret auquel il n'était pas initié.Sans compter les usages de certaines pièces de ces vêtements. Se référant à des usages datant des siècles passés, il n'était pas tout à fait à la page concernant les moldus. La preuve était faite par la réponse de son habilleuse, ce n'était pas une armure de cuir molle mais bel et bien un vêtement relativement solide. L'un dans l'autre la différence était maigre bien que l'objectif soit différent. Cette réponse déclencha chez lui une moue intriguée. Il répondit tout de même à son amie.

- Dommage, dommage, il m'a parfois semblé que les explorations de lieux dangereux et interdits devenaient parfois mon quotidien...

D'après Rilla, il n'était pas difforme, cela semblait assez courant que les tailles du haut et du bas du corps diffèrent. Qu'il doive donc prendre du L pour ses chemises et du M pour ses pantalons n'était donc pas inquiétant. Il releva toutefois une phrase d'un air taquin.

- Alors comme ça, cela n'a rien de déplaisant à vos yeux? Ni aux yeux de Katniss j'espère...

Ajouta-t-il sur un ton qui l'était moins.

La jeune femme lui expliqua que l'école n'était sensé nous apprendre que des connaissances théorique. La vie s'apprenait ailleurs. Et en ce domaine, elle semblait satisfaite d'être son professeur. Avec un petit rire, il repensa à la fois où elle avait commencé à lui enseigner l'amour et commenta.

- Ce n'est pas la première fois que cela arrive.

Puis son ton devint plus las.

- Je crains pour ma part de ne pas vous avoir enseigné beaucoup de connaissances. Et celles que je pourrais vous apprendre ne sont guère reluisantes.

Allant se regarder dans un mirroir comme elle le lui demandait, il resta un moment songeur avant de demander.

- Dites voir? Au niveau des couleurs, lesquelles m'iraient le mieux d'après vous?

Ayant toujours mis du noir et un peu de vert sapin, il ignorait que penser du reste des couleurs. Peut être son amie qui semblait tant s'y connaître à ses yeux aurait de bons conseils à lui donner en la matière...
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Dim 05 Aoû 2012, 00:10


Rilla qui faisait mine d'être absorbée dans la contemplation d'un tee-shirt noir avec des motifs blanc et rouge qu'elle voyait à peine, le reposa et se retourna vers Valens. La surprise se lisait clairement sur son visage.

- Tu plaisantes ou tu recherches les compliments? lui lança-t-elle mi sérieuse mi taquine. Tu m'as appris des tas de choses, comme par exemple l'amitié, à affronter mes peurs, à découvrir qui j'étais vraiment. Tu m'as appris la sécurité et les sens des mots famille et foyer, tu m'as appris la joie et l'affection. Tu m'as également appris la confiance, et puis... elle marqua une légère pause. Que je tenais plus à la vie que ce que je croyais. En contrepartie, je ne t'ai pas appris grand chose, si ce n'est deux ou trois petites bricoles que tu aurais fini par apprendre tout seul de toutes les façons.

Elle haussa les épaules, davantage pour masquer à son ami que la conversation la gênait plus que par réelle insouciance.
- Et puis qui ça intéresse de tenir le compte de ce que l'on apprend ou pas? Elle se força à rire. Moi je crois plutôt que tu cherches à gagner du temps car tu viens de réaliser que t'étais aussi bien fagoté qu'un elfe de maison avant que je ne te prenne en main. Cette fois quand son rire s'éleva, il n'était pas feint.
Elle tira la langue à Valens avant de lui sourire.

Ensuite son ami lui demanda quelles couleurs lui allaient le mieux, et bien malgré elle, elle fut obliger de reconnaître que le noir, le blanc et le vert lui allaient comme un gant. Elle rajouta toutefois que le bleu et le rouge lui allaient parfaitement également et qu'il ferait mieux de ne pas l'oublier en accordant volontairement trop d'importance à la première partie de sa réponse.

- Au fait, tu ne m'as toujours pas dis comment tu te trouvais toi? Te trouves tu à ton avantage? Élégant? Plutôt à l’aise?
Elle posait à présent un regard interrogateur sur Valens. Il était important que le jeune homme se sente bien dans ses nouveaux vêtements et non pas déguisé.
- Tu aimes bien au moins? Sa question trahissait une légère inquiétude. Elle commençait à réaliser que si le serpentard se laissait gentillement faire sans rechigner, il n'avait pas non plus explosé de joie en se voyant relooké. Machinalement et comme souvent, elle se mit à se mordiller la lèvre.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Jeu 09 Aoû 2012, 17:38


Rilla lui lista tout ce que, selon elle, Valens lui avait appris. Il fut tenté de protester mais la vérité était qu'il ne s'en était pas rendu compte jusque là. Un peu troublé, il essaya de dissimuler son état par quelques remarques.

- Sur certaines, je vous ai davantage épaulée qu'appris quoique ce soit. Et je crois bien que nous en avons apprises d'autres ensembles, je ne suis pas certain que cela compte.


Son amie se mit à rire en faisant remarqué qu'auparavant, il s'habillait n'importe comment. Le serpentard lui fit un clin d'oeil et rétorqua sur le ton mystérieux de celui qui vient de résoudre un mystère.

- Je pense que vous avez tort! Je crois que c'est pour cela que mon elfe préfèrerait mourir que de porter mes vêtements. Je suis sûrement moins bien attifé que lui. Je croyais que c'était par loyauté mais peut être pas tout compte fait.

Sur son avis, le vert et argent sélectionna surtout le noir, le vert et le blanc, avec un peu de bleu. Il délaissa volontairement le rouge. Il avait trop vu cette couleur couler pour l'apprécier. Il revint vers son guide chargé des vêtements avec ces quatres variantes de couleurs. La question suivante de Rilla le stoppa net dans son élan. Comment il se trouvait? En général en regardant vers le bas, sauf s'il y avait un miroir. Blague à part, il ne savait pas trop. Une telle nouveauté le mettait un peu mal à l'aise, toutefois il savait qu'il pourrait s'y faire à force.

- Euh... Je me trouve... moldu.

Elle lui demanda s'il aimait bien et le jeune homme fut encore plus perdu qu'auparavant. Avec un soupir, il expliqua.

- Je ne sais pas. A l'origine, on portait des vêtements pour soi, contre le froid, en faisant en sorte que cela n'entrave pas les mouvements. Aujourd'hui, j'ai l'impression que l'on porte des vêtements pour les autres et en fonction du milieu où l'on évolue. J'aurais tendance à dire que c'est donc aux autres et en particulier à ceux qui sont importants pour moi de répondre à cette question, non?

Valens comprenait la manière de fonctionner de son temps, pourtant sa manière de fonctionner à lui était d'un autre âge. Une manière qui lui semblait davantage logique. Il se frotta le menton devant la perplexité que lui inspirait ce dilemne.
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Mar 14 Aoû 2012, 02:25


HRP: Désolé ce sera pourrave, je suis trop fatiguée pour écrire quelque chose de bien. J'espère juste que ce sera français lol!

Rilla leva les yeux au ciel. Elle ne savait pas trop ce qui l'emportait le plus de l'exaspération ou de l'amusement. Une chose était sûre en tout cas, quelque soient les circonstances Valens restait invariablement Valens.

- Comment des propos aussi sages peuvent ils déboucher sur une conclusion aussi stupide? lui rétorqua-t-elle sincèrement étonnée.

- Il est vrai que beaucoup s'habille pour suivre une tendance, pour appartenir à un groupe, ou parce que ça les rassure d'avoir quelqu'un pour leur dire ce qu'ils doivent mettre, et que la plus part du temps on s'habille pour plaire aux autres en particulier quand on souhaite être attirant pour une personne que l'on espère séduire mais de là à dire que c'est aux autres de nous dicter noter conduite que ce soit pour l'habillement ou autre est parfaitement stupide.

- Tu dois avant tout te plaire à toi même, te sentir à l'aise, rester qui tu es, ne pas te sentir déguiser, te sentir pleinement toi, exprimer tout ou partie de toi, montrer aux autres ce que tu souhaites leur montrer et leur dire sur toi que ça plaise ou non. La première personne à qui tu dois plaire c'est toi, ensuite c'est Katniss. A la différence que pour elle, il s'agira plutôt de séduction.

Rilla soupira.

- Bref, laissons tomber. Avec toi tout sujet finit toujours par dériver sur des considérations pseudos philosophiques sur lesquels je ne suis pas toujours certaine de vouloir te suivre, et à vrai dire je ne le souhaite pas trop. Je ne veux pas risquer de changer ta vision du monde, car elle est unique et me plait bien. Les lèvres de Rilla s'étirèrent en un sourire sincère.

- Mon cher épouvantail cesserait d'être lui même s'il ne s'interrogeaient pas sur tout et n'importe quoi. Surtout n'importe quoi! Au lieu de se pavaner devant le miroir en soupirant et clamant haut et fort à quel point il est élégant et ô combien il est sûr que sa chère Katniss se pâmera devant lui aussitôt qu'elle le verra, et tout cela grâce à sa ô combien merveilleuse amie qui n'est autre que moi même.

Cette fois le grand sourire qu'elle lui offrit était plein de malice et soulignait toute l'emphase qu'elle avait mis dans ses propos.
- A ce propos, mon beau discours ne sera valable que demain. Pour l'heure il est hors de question que tu ressortes de ce magasin sans la tenue que tu as actuellement sur le dos. Pour une fois que je te vois dans quelque chose de décent, j'ai envie de croire que ce ne sera pas la dernière fois. Et là dessus elle lui tira la langue.


Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Valens Fenwick, Mar 21 Aoû 2012, 19:00


Suite à la diatribe de Rilla, le jeune homme n'eut le temps de prononcer que quelques mots avant qu'elle ne tourne la page. Il aurait apprécié lui expliquer son point de vue ou comprendre pleinement le sien mais il était vrai que cela n'aurait probablement mené sur rien. Il voyait effectivement le monde sous un angle étrange qu'il était probablement le seul à contempler. Cet angle en question lui voilait une partie qui était pleinement éclairée pour les autres. Toutefois, il pouvait en retour percer de son regard émeraude les les ténèbres que l'humanité refusait parfois de contempler. Ces quelques mots sortirent spontanément.

- Me plaire à moi même dépend de ce qui est en moi, pas de ce qui est sûr moi...

Elle lui indiqua que la plupart des discussions qu'elle avait avec lui se changeaient en discussions philosophiques plutôt qu'en papotage standard. Elle avait certainement raison. Cependant, si elle avait peur de le changer, c'était à la fois dommage... et surtout trop tard.

- Et bien, la philosophie est une recherche du sens secret de la vie et de l'existence. Comme elle se trouve en chaque chose et en chaque événement, cela ne m'étonne que peu. Toutefois, changer fait partie du jeu et je ne pense pas qu'il faille le craindre. A vrai dire, tout, chaque personne et chaque être vivant évolue ou disparait. Qu'ils s'adaptent, grandissent, détruisent ou changent, chaque moment de l'existence comprend une foule d'évolutions. Quelque part, dans une discussion, chacun a le choix de ce qu'il désire mettre en jeu, ce qu'il est prêt à remettre en question.

Son amie lui fit comprendre subtilement qu'une personne normale se serait admirée elle même, aurait savouré d'avance l'effet que cela allait faire devant sa bien aimée et aurait remercié sa bienfaitrice. Si la première proposition le laissait dubitatif car il n'avait pas l'habitude de s’appesantir plus que nécessaire sur sa propre apparence, aussi classique qu'elle fut à l'accoutumée, si la seconde le laissait perplexe car il songeait qu'il savourerait bien davantage la présence de sa chère et tendre à ses côtés plutôt que l'idée de l'effet que son accoutrement pourrait lui faire, il concéda toutefois qu'il devait beaucoup à sa fidèle amie. S'inclinant légèrement, la paume droite sur le coeur, il lui fit cet hommage.

- Ô ma merveilleuse amie, je ne sais quel ouragan pourra de son tumulte vous crier assez fort combien je vous suis gré de l'aide que vous m'apportez. En cette science occulte où je n'y entends goutte, votre aide ô combien précieuse vient me tirer à point nommé d'un mauvais pas bien fâcheux. Je tiens donc à remercier celle qui dans mon sillage oriente la proue de mon navire capricieux voguant sur des mers inconnues.

Après ces mots bien choisis, un sourire naquit sur son visage, souvenir d'un autre épisode semblable et de l'effet que ses mots avaient produits. Certes, le public était en ce jour bien moindre, néanmoins les souvenirs de la jeune femme feraient le reste.

Elle exigea qu'il garde la dernière de ses nouvelles tenues sur le dos, appréciant visiblement l'effet que cela donnait. En lui tirant la lanque, elle lui indiqua qu'elle profitait du fait que pour une fois, il était présentable et qu'elle avait envie de croire qu'il le serait souvent. Lui tirant également la langue, il rétorqua.

- Ai-je vraiment le choix? De toute manière à ce rythme, mes anciennes tenues seront incessamment sous peu toutes en lambeaux. Donc à moins de me promener nu...

La remarque était certes pertinente, toutefois il commençait à se demander si la formulation était vraiment judicieuse...
Revenir en haut Aller en bas
Rilla Blythe
avatar
Serdaigle
Serdaigle

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Rilla Blythe, Ven 14 Sep 2012, 23:39


Fidèle à lui même, Valens lui offrit l'un de ses discours publico-lyrique dont il avait le secret. Cette fois, elle lui rendit son sourire. Plus que le moment présent, c'était le souvenir d'un moment similaire passé qui fit naître le sourire sur ses lèvres. Un échange de complicité avec son ami qui lui fit aussitôt songer à son frère. Cela faisait un moment qu'elle n'avait pas eu de ses nouvelles, elle espérait qu'il allait bien et se promit de lui envoyer un hibou en rentrant.

Puis naturellement, elle ramena la conversation sur les tenues vestimentaires de son ami et tout naturellement ce dernier réussi à placer son goût imodéré pour l’exhibitionnisme. (si si tongue )

Avec un petit rire, Rilla lui lança, taquine:
- De toutes les façons je te fais confiance pour trouver le moyen de te promener nu, surtout avec des filles dans les parages...
Elle lui tira la langue avant d'éclater franchement de dire.

Une demie heure plus tard, ils quittaient le magasin, des paquets plein les bras. Rilla avait tenu à offrir à Valens ses nouvelles tenues, et cela lui fit davantage plaisir que si elle avait fais des achats pour elle même.
- Merci pour ce moment, lui avait-elle d'ailleurs dit en passant la porte de la boutique.

A présent, elle se contentait de suivre les pas de son ami. Il n'y avait plus trace de sa tristesse première, le serpentard comme toujours avait su chasser les nuages noires et ramener le soleil dans son existence. Doucement, elle se mit à chantonner un air inventé, en regardant autours d'elle. S'imprégnant de l'ambiance, du monde, du contenu des vitrines, de l'animation...Soudain, quelque chose attira son attention. Poussant un petit cri, elle tira brusquement sur la manche de Valens et l'entraina à sa suite.
- Un marchand de glace! En voilà une bonne façon de clore nos achats. Tu paries qu'il y en aura à la citrouille? Il y a vraiment des gens qui ont des goûts bizarres. Je crois que c’est d'ailleurs ce constat qui a permis à Berti Crochu de faire fortune. Ceci dit, je doute que qui que ce soit puisse faire fortune avec la citrouille. Enfin, je veux bien admettre que la soupe à la citrouille passe encore. Chaud, c’est moins indigeste!

[Devant le marchand]
- Oh! Euh! Tu sais ce que tu vas prendre? Je te préviens tout de suite, t'es obligé d'en manger une sinon la journée sera moins exceptionnelle.
Puis elle lui chuchote:
- Je t'avais bien dis qu'il y aurait un parfum citrouille. Affligeant!
Elle laisse échapper un soupir, tout en essayant de faire un choix parmi la variété de glaces et sorbets proposés.

Revenir en haut Aller en bas
Grace Jackson
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Grace Jackson, Lun 03 Déc 2012, 19:38




Pv ♪ Alice Severus


Un week-end, rien de mieux que de se reposer après une longue semaine de cour plus ennuyant et épuisant les uns que les autres. Dans la tête de la jeune fille aux cheveux blancs, le week-end définissait trois choses, grasse matinée, Sortie à Pré-au-Lard et une petite fête pour agrémenter le tout. La fête du vendredi soir avait duré jusqu’au bout de la nuit dans la Salle Commune des Serpentard’s, on avait fêté l’anniversaire d’un sixième ou septième année sans importance mais l’alcool avait vite fait oublié le sujet de la fête pour laisser place à l’enthousiasme et à la folie légendaire des Serpents. Grace avait fait parti des derniers à être allée se coucher, vers six heures du matin tandis que la plupart de ses congénères dormaient au milieu de la Salle Commune ayant trop bu. La jeune fille avait passé une soirée en plutôt bonne compagnie d’un garçon de cinquième année avant de le laisser tomber pour son meilleur ami qui venait de rentrer dans la Salle. Grace s’était beaucoup amusée et avait beaucoup bu, comme tous les Serpents, elle profitait au maximum de sa jeunesse.

La plupart du temps une soirée se passé bien jusqu’au réveil et le mal de tête de Grace quand elle ouvrit les yeux transperça tout son corps. Se levant péniblement en râlant, elle prit vite une potion qu’elle avait concoctée pour que sa gueule de bois parte au plus vite. Une fois cela fait, elle partit se doucher en lavant ses cheveux avant de s’habiller et de regarder son calendrier, complètement réveiller après la petite potion. Une sortie à Pré-au-Lard était prévue le jour-même et sans plus attendre, Grace sortie de son dortoir. Passant par la Salle Commune, elle vit encore plusieurs de ses congénères à terre, regrettant sûrement la soirée de la veille, un petit sourire au lèvre, elle passa devant son meilleur ami en lui faisant un signe de la main avant d’aller grignoter un peu dans la Grande Salle. Elle n’avait pas beaucoup dormi vu qu’il était à peine midi mais la jeune fille aux cheveux blancs était en pleine forme, encore grâce à la petite potion qu’elle avait bu. Elle prit ensuite ses affaires dans son dortoir avant de rejoindre d’autres Serpentard qui partaient pour le petit village.

Sur le chemin, la jeune fille parlait beaucoup, animant la conversation parlant des goûts atroces du professeur de Botanique qui avait sérieusement besoin d’un petit relookage d’après elle. Les Serpentard’s riaient devant les propos de la cinquième année bien que le groupe fut très fatigué, ils décidèrent de vagabonder un peu dans les rues avant d’aller aux-Trois-Balais. Avant d’aller au bar, Grace se sépara des personnes présentes pour aller acheter un cadeau, c’était bientôt l’anniversaire de son frère et elle n’avait toujours pas de cadeau, elle refusa quand un garçon se proposa de l’accompagner, préférant rester seule pour choisir. Grace traînait devant les boutiques, ne trouvant pas son bonheur. Elle cherchait un cadeau spécial, un cadeau magique. Etant dans ses pensées, elle ne remarqua pas qu’elle fonçait dans quelqu’un et quand se fut le cas, elle s’écria.

-Mais faîtes attention quand vous marchez devant-vous ! On ne vous a jamais appris à faire attention aux autres ?! Mais je vous jure ! Je suis toute décoiffée maintenant ! Vous pouvez être fière de vous !
Revenir en haut Aller en bas
Alice Severus
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Alice Severus, Ven 07 Déc 2012, 21:01


Après une semaine assez chargée à Waddiwasi, ça allait enfin se terminer après une matinée bien remplie. En effet, elle s'était arrangée pour avoir son samedi après-midi de libre et pouvoir ainsi s'occuper de ses jumeaux, enfin, si on pouvait le dire comme cela. La vendeuse qui pouvait à présent partir, se rendit dans la réserve afin de récupérer ses affaires. Elle enfila son manteau et enroula son écharpe autour de son cou. Il faisait plutôt froid ces derniers temps et on sentait l'hiver arriver. Son sac à la main, elle sortit de la boutique et ferma à clé étant donné que sa collègue n'était pas encore arrivée. Les pieds dans la neige, elle fut prise d'un léger frisson lorsqu'un coup de vent passa.

La brunette se trouvait à présent dans les rues de Pré-au-Lard, passant devant les différents commerces qu'on pouvait y trouver tout en se perdant dans ses pensées. Tout en marchant et laissant des traces de pas dans la fine pellicule blanche qui recouvrait le sol, elle avait complètement oublié de transplaner jusqu'à son appartement à Londres et préférait baver devant les différentes vitrines qu'elle voyait.

L'ex-Gryffondor pensa également à ce qu'elle pourrait faire le reste du week-end qu'elle comptait consacrer à Leila et Lucas puisqu'elle avait beaucoup plus de temps pour eux. Elle les emmènerait probablement à Loutry Ste Chaspoule, faire une petite promenade au parc, un endroit absolument magnifique dans lequel elle adorait se rendre accompagnée de son frère jumeau et des deux bambins. Ces derniers passaient leur temps à courir partout, à admirer les insectes qu'ils pouvaient trouver et Leila adorait cueillir des fleurs pour les offrir à sa mère adoptive. De purs moments de bonheur qu'Alice aimait vivre avec eux...

Souriante en repensant à ces instants si précieux, la jeune femme fut sortie de ses pensées par quelque chose qui venait de lui rentrer en plein dedans. Ou plutôt, quelqu'un. Cette personne s'énerva immédiatement sans même prendre la peine de s'excuser.

« Mais faîtes attention quand vous marchez devant-vous ! On ne vous a jamais appris à faire attention aux autres ?! Mais je vous jure ! Je suis toute décoiffée maintenant ! Vous pouvez être fière de vous ! »

Ben voyons ! Et pourquoi ne pas dire que tout était de la faute d'Alice aussi ? Cette dernière regarda de plus près la jeune fille, qui portait l'écharpe des Serpentards. Tous les mêmes. L'ancienne directrice des lions n'avait que rarement croisé un vert et argent plus poli que ça, même quand elle dirigeait la maison des Gryffondors. En tout cas, celle-ci paraissait comme une petite insolente immature qui n'assumait pas ses actes aux yeux de la vendeuse. Sans plus attendre, elle répondit sur un ton sec tout en gardant son calme pour ne pas empirer la situation, mais en faisant ressentir sa colère.

« Un simple "Excusez-moi" aurait suffit. La politesse, tu connais ? Et ta coiffure, disons qu'elle est comme avant que tu ne me sois rentrée dedans. »

Rp abandonné, le sujet est libre
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Oswin T. Hooper, Mer 16 Jan 2013, 20:25



I don't need anybody's help

(( PV : LEAN DONNELLY ))


Non mais allez, ma journée commençait trop bien. J'étais installé pépère au bar, vidant en toute tranquillité mon whisky Pur-Feu et écrivant de ma main libre un début de chanson. Mais y'avait fallu qu'un truc vienne tout gâcher, forcement. J'aimais bien traîner ici à cette heure de la journée d'habitude, parce que y'avait pas encore trop de foule étant donné que les 3/4 des élèves étaient en cours. Mais bon moi les cours ça m'emmerdait tellement que j'y allais jamais, alors, la plupart du temps, je sortais. Il faisait grave froid dehors, avec de la neige partout, un vrai bordel. Mais c'était hors de question que je reste au château, je préférais encore me péter une jambe pour descendre jusque ici plutôt que de rester là-bas, enfermé avec toutes ces andouilles atrophiées. J'étais pas fort couvert, parce que j'avais pas assez de thunes pour m'acheter des trucs bien chauds. Alors c'était avec une simple veste en cuir que J. le batteur de mon groupe m'avait filé, une chemise en jean et un T-shirt que j'étais sorti. Mon pantalon était plein de trous, une vraie loque et un foulard pendait à ma droite. La seule chose que j’avais d'adapté à la neige, c'était mes rangers en fait. Quel cas social je faisais. Heureusement que même sans un chou j'avais la classe. C'est que le style négligé ça s'bossait dur l'air de rien.

J'étais donc assis en toute sérénité au comptoir, calme et paisible comme il m'arrivait souvent de l'être ... Bah ouais d'abord. Quand j'étais tout seul j'étais toujours calme. Suffisait juste de pas m'faire chier en venant me coller au train. Sauf que voilà, y'avait fallut que trois jeunes cons boutonneux aient décidé de faire les rebelles et de venir boire leur premier verre de Whisky-Jus de Citrouille ici. Ils faisaient un boucan de ouf, mais comme je voulais pas péter mon moment perso je décidais de rester zen, vidant d'une traite mon verre avant d'en recommander un autre. Sauf que l'un deux commença à se foutre de ma gueule, et surtout de mon style. " Haha non mais t'as vu le mec là-bas ?! D'où il sort avec ses cheveux de meuf et ses fringues démodées ?! " Je ne me retournais même pas complètement, me contentant simplement de leur lancer un regard polaire. L'un d'eux sembla me reconnaître, flippant légèrement. " Mec c'est Hooper ... " Mais l'autre en avait rien à foutre, il continuait son délire de petit merdeux, m’énervant de plus en plus.

Je me levais finalement de mon tabouret haut, lentement et faisant craquer les os de mes mains. Il m'avait pas fallu longtemps pour le faire valdinguer de sa chaise, le jetant à terre comme la pauvre m*rde qu'il était. Sauf que j'avais pas vu venir son pote à côté et encore moins le coup de point magistral qu'il m'avait balancé dans la gueule. Je devais avoir la joue violette tellement il m'avait explosé le visage, c'était limite si ça saignait pas. Du coup, forcement, je lui avais fracassé le nez, principe d'équivalence et tout ça. Mais après m'en être pris un deuxième au même endroit et à force de plus sentir ma joue tellement j'avais mal, je décidais de sortir les grands moyens et de leur lancer respectivement un #Aguamenti couplé à un #Electrocorpus. Oups. Ça sentait le cramé tout d'un coup. Les cocos, j'étais pas connu pour rien j'voudrais signaler. Et si le gérant du bar m'avait pas stoppé à temps, ils auraient surement terminés à Sainte Mangouste pour se faire repousser les os de chaque mains.

Mais sauf que voilà, j'avais un peu les nerfs à ce moment précis alors quand le gérant de l'endroit me demanda de dégager, j'avais pas voulu. Okay, j'aurais du agir de façon plus adulte, mais j'arrivais jamais à me contrôler. J'y pouvais rien, ma rage ressortait toujours de façon extrêmement violente, j'contrôlais pas. Le pauvre dut appeler à l'aide ses deux serveurs pour m'ejecter de là, les trois me balançant dans la rue après m'avoir gentiment remis les idées en place à l'aide d'un coup sur la tête. J'étais bras nus, étalé dans la neige, mes tatouages éclaboussé par la poudreuse. Je tentais de me relever, grimaçant de douleur. Ils avaient pas été doux p*tain. Désormais à quatre pattes au sol, je sentis qu'on jetait quelque chose près de moi. Surement mes vestes ... Je mis quelques secondes à réagir, complètement gelé. Mais quelqu'un était déjà parvenu à mes côtés et ce, avant même que je puisse faire quoique ce soit ...
Revenir en haut Aller en bas
Léan Donnelly
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Léan Donnelly, Mer 16 Jan 2013, 21:42


Ce n'était pas tous les jours que Léan avait une après-midi de libre qui correspondait avec une journée où elle pouvait aller à Pré-au-Lard, et elle n'en était que plus heureuse, malgré le temps. C'est que les hivers étaient toujours très froid ici, et que la neige avait tout recouvert sous un manteau blanc bien épais. La jeune fille était sortie seule, comme à son habitude, et emmitouflée de plusieurs couches de vêtements, avec un manteau de sorcière fourré, de gants, d'un bonnet et d'une grande écharpe, elle ressemblait peut-être à un bonhomme de neige noir, rouge et or, mais elle n'avait pas froid.

Elle avait commencé à flâner devant les vitrines boutiques, en se demandant ce qu'elle pourrait bien offrir pour l'anniversaire de son père. La jeune fille avait pour habitude de lui ramener des objets magiques incongrus. Elle avait fini par trouver un scrutoscope qu'elle ferait livrer chez ses parents. Perdue dans ses pensées elle s'arrêta lorsque la porte du pub s'ouvrit deux mètres devant elle, pour laisser place à quelqu'un qui se faisait jeter violemment dehors. Ledit quelqu'un jeté dehors se retrouva face contre terre à moitié habillé. Se sentant âme charitable, Léan s'avança vers la personne avant de s'accroupir devant l'individu qui avait l'air de se relever péniblement.


"Hey ,dit-elle lorsque la porte se fut refermée, ça va ? "

Même si c'était la question la plus débile de l'univers à poser lorsque que quelqu'un se faisait jeter d'un bar aussi brusquement, elle l'avait quand même posée. Pourquoi ? Être à moitié Anglaise devrait suffire comme réponse. L'identité de l'individu en question se fit plus claire tout d'un coup. Des tatouages, des cheveux longs, et des habits troués, cela ne pouvait appartenir qu'au rebelle de septième année de Gryffondor. Pile sa chance. Elle ajouta pour bonne contenance:

" Besoin d'aide ?"

Non pas qu'elle comptait rester des heures à papoter accroupie au milieu de la rue, mais les passants commençaient à regarder, et ça la mettait mal à l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Oswin T. Hooper, Mer 16 Jan 2013, 22:29



I don't need anybody's help



" Hey, ça va ? " Hein de quoi ? Je fronçais les sourcils, perturbé. J'avais pas les idées très claires là dans le seconde et le froid commençait sérieusement à m'prendre les tripes. Je fermais un instant les yeux, serrant les dents et secouant violemment ma tête de droite à gauche pour me remettre à penser correctement. Après un court instant je basculais de position, mon cul dans la neige et mon corps complètement gelé. J'avais un mal de chien au niveau du visage et je devais avoir l'air d'une sacrée loque. Je m'en br*nlais pas mal, j'avais mis leur race à ces jeunes crétins et c'était pas un bleu de la taille d'une pomme qui allait m'enlever ce plaisir. J'avais les bras rougis par le froid et un paquet de flocons avaient élu domicile sur mon noble corps ainsi que ma somptueuse chevelure. - Okay ma gueule, d'accord. J'attrapais d'un geste sec une poignée de neige dans ma main, la collant sur mon gnon et frottant de mon autre main l'arrière de mon crâne. J'avais complètement zapé la meuf à côté de moi sur le moment.

Je remarquais alors que de nombreux passants me regardaient d'un drôle air, ce qui me soûla au plus haut point. Sérieux, ils avaient jamais vu quelqu'un se faire foutre dehors sans aucuns soins ? Je pouvais pas m'empêcher de faire la remarque, gueulant bien fort et avec un respect inexistant : " Bah quoi vous avez jamais vu quelqu'un se faire virer d'un bar ?! Bah maintenant si, alors dégagez de là au lieu de regarder comme des c*ns ! " Ceci étant dit, je laissais retomber la poudre blanche au sol, mes mains complètement anesthésiée par le froid. Je commençais à trembler sans m'en rendre compte et c'était en cherchant le reste de mes fringues que mon regard tomba pile dans celui de la fille voulant m'aider. Je la connaissais pas, pas du tout même. Mais les couleurs de son écharpe m'éclairèrent d'elles-même. Une Gryffy, comme moi. C'était bien ma veine. Enfin j'aurais pu tomber pire, comme sur un blaireau. Là je l'aurais envoyer chier direct.

Je la fixais un long moment, perplexe. Elle bougeait pas et je captais pas trop pourquoi, j'allais bien hein, pas la peine de me coller au basque comme ça. Ouais c'était sûr, Hooper mis à la porte par trois gars c'était assez drôle à voir, mais bon. J'me demandais quel âge elle avait la rousse, en tout cas elle était jolie et dans l'fond je devais avouer que c'était sympa de vouloir m'aider. Mais c'était pas dans ma nature de me montrer reconnaissant, surtout que j'aimais pas trop qu'on me voit en sale position. Enfin non, en fait ça je m'en carrais. Je voulais juste pas qu'on ait pitié de moi et qu'on vienne m'aider, ALORS que j'étais dans une position merdique. Mon égo sur-dimensionné en prenait un trop gros coup. Je lâchais finalement un " T'es qui ? " tout aussi aimable que l'air que j’affichais sur mon visage à cet instant. J'attendis pas qu'elle me réponde pour me redresser d'un coup, titubant gravement au passage et manquant de me re-casser la gueule dans la neige. " Aaah p*tain d'enc***r de m**de à la c*n " Ah bah si ça c'était pas un bouquet bien garnis. Je me les gelais et je savais pas trop où étaient mes vêtements, mais je répondais quand même " Et ouais ça va super, tu peux partir du coup. " Dans le fond, j'avais été assez poli avec elle ... Hum. L'air de rien je lui voulais pas d'mal à cette fille, c'était juste que je savais pas réagir autrement.
Revenir en haut Aller en bas
Léan Donnelly
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Léan Donnelly, Mer 16 Jan 2013, 23:32



Léan observait toujours son...camarade de maison, la bonne blague. Il s'étala les fesses les premières dans la neige, et elle eût la joie de voir qu'elle pouvait toujours distinguer son visage. Il se décida finalement d'attraper de la neige et de se la coller sur le visage, apparemment habitués à recevoir des coups. Léan avait l'air de faire le pot de fleur à côté, vraiment, se faire oublier, quand même...

"Bah quoi vous avez jamais vu quelqu'un se faire virer d'un bar ?! Bah maintenant si, alors dégagez de là au lieu de regarder comme des c*ns ! "

Ah ben oui, gueuler comme un taré allait forcément arranger sa situation, ou pas, en plus, ça faisait mal aux oreilles. En tout cas, il avait l'air de se peler comme un crétin, bien fait pour lui, en plus, en restant assis dans la neige, il allait avoir une jolie marque de pantalon mouillé. Elle n'avait pas bougé, probablement parce qu'elle était de bonne humeur, ça n'allait sûrement pas durer, s'il continuer à la regarder comme ça.

" T'es qui ? "

" Quelqu'un qui t'aurais prêté une écharpe,répondit-elle en soufflant., Léan, et toi ?" Les bonnes manières ne la mèneraient nulle part, elle l'avait déjà dit à sa mère, et voilà dans quelle situation elle se retrouvait.

Et il failli se casser la figure, c'était comique, vraiment, elle avait quand même un peu de la peine. Franchement, se faire jeter d'un bar avec si peu de vêtement sur le dos en hiver, c'était assez cruel.

" Et ouais ça va super, tu peux partir du coup. "
" Ouais ben t'as pas vu ta tête, mon vieux ! "

Léan soupira, elle attrapa sa veste en cuir du bout des doigts, et lui tendit. La situation la rendait légèrement mal à l'aise. Elle se racla la gorge. La Gryffondor l'aurait bien planté là, t-shirt et jeans tous moches, mais elle n'en avait pas le coeur. Se résignant, elle sortit un chauffe mains de sa poche et lui lança, ne s'inquiétant pas de s'il allait le rattraper ou non. Parfois, il lui rappelait vaguement un de ses cousins irlandais qui passait son temps à casser des choses à la frontière nord-irlandaise. C'en était presque charmant, presque.
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Oswin T. Hooper, Jeu 17 Jan 2013, 18:29



I don't need anybody's help



Me prêter une écharpe hein ? Elle parlait de son vieux truc rouge et or là ? Alors franchement, plutôt crever que de porter cette horreur Poudlarienne. Je préférais me les geler grave plutôt que de m'afficher avec les couleurs de ma maison. Je l'avais jamais fait et je le ferais jamais. En plus, rouge et or quoi, c'était moche ! Je cherchais du regard ma chemise en jean ainsi que ma veste en cuir, entendant vaguement le prénom de la rousse. Léan, okay, j'essaierai de m'en souvenir. Mais je promettais rien, parce que déjà j’espérai ne plus la revoir avant un moment et ensuite, je m'en foutais pas mal de savoir son prénom. J'avais juste demandé ça sur le coup de la surprise, c'était tout. Alors que j'ignorais royalement ses remarques et lui collais un vent magistral quant à son " et toi ? ", je retrouvais enfin ma chemise en jean, mon paquet de clope trempant dans la neige à côté. Je regardais à l'intérieur, y'en avait quelques-unes de foutues mais le reste avait l'air de bien survivre. C'était au moins ça.

" Ouais ben t'as pas vu ta tête, mon vieux ! " Je grimaçais, ma tête allait très bien, si on oubliait le bleu. Enfin c'était pas grand chose au final, juste un coup un peu moche qui me faisait déjà plus vraiment mal. Alors que je séchais ma chemise d'un coup de baguette et la remettais sur moi, ma veste en cuir m'apparut sous les yeux, flottant dans les airs. Bon en fait c'était la Gryffy qui venait de me la coller devant le visage, mais j'étais quand même content de la retrouver. De un parce que j'y tenais assez et de deux, parce que je me gelais vraiment les c**illes. Je me contentais d'un petit signe de tête pour plus ou moins la remercier, l'enfilant sans plus attendre. Ça allait tout d'suite mieux là. Mais alors que je relevais le regard vers elle, j’aperçus un truc voler dans ma direction. D'un geste vif et précis, digne d'un attrapeur talentueux, je serrais désormais dans mes mains une petite poche chauffante. Je comprenais pas pourquoi elle faisait tout ça cette fille. Je l'avais envoyé chier comme une sombre m*rde et elle continuait de s'occuper de moi, c'était quoi son délire ?

Les sourcils froncés, mon regard bleu planté dans le sien, je la dévisageais. Sans aucune gêne, sans me cacher. Elle me perturbait à agir comme ça, à être gentille avec moi. Pourquoi elle était gentille avec moi ? J'étais juste un gars détestable et je le rendais bien. D'habitude on me fuyait, me traitait d'enfoiré, on me haïssait. Mais on m'aidait jamais. Et elle, elle avait l'air d'une fille normale, bien propre sur elle et issue d'une belle famille. Tout c'que j'étais pas quoi. Je lâchais finalement un mot, un peu comme pour la remercier, pour montrer que je me foutais pas totalement de ce qu'elle avait fait. " Oswin. "

Ouais j'avais simplement dit mon nom. Mais c'était déjà un bon début, un moyen de lui montrer à ma façon que, finalement, elle pouvait bien rester avec moi 5 minutes. Ça devait être le coup sur la tête ça, il m'avait calmé pour un moment. Sortant une "des survivantes" de mon paquet, je tentais en vain de l'allumer avec mon briquet. Cette saloperie avait pris un coup d'froid et voulait plus faire de feu pour le moment. J'arrivais pas à me détacher de la communauté dite 'moldue', c'était trop encré en moi pour que je fasse une croix dessus. Alors j'utilisais rarement ma baguette pour ce genre de petite chose, sauf quand j'étais obligé, comme maintenant. Une fumée grise s'élevant entre nous je lui lançais d'un air nonchalant et détaché : " On s'bouge ? Je me les gèle là. " Et partait sans plus attendre droit devant moi. J'verrais bien si elle allait me suivre de toute façon. Par contre, j'étais encore plus perturbé qu'avant par le fait que je savais pas si j'avais envie qu'elle me colle ou pas. J'étais vraiment bizarre aujourd'hui ...
Revenir en haut Aller en bas
Léan Donnelly
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Léan Donnelly, Jeu 17 Jan 2013, 20:55


L'étrange individu avec un bleu au visage finit par lui donner son nom. Étrange, Oswin, elle l'avait déjà entendu quelque part... ah oui, une vieille série qu'elle avait regardé avec sa grand-mère paternelle, Doctor Who, et Oswin était une fille, mais bref, il ne valait peut-être mieux pas lui en parler, son ego blessé pourrait mal le prendre. Les gens réagissaient mal à certains trucs des fois.

Et puis c'est pas comme si elle avait jamais entendu des trucs, les petites rumeurs sur les bad boys de Poudlard, même si ça lui glissait dessus comme sur un imperméable, ça ne l'empêchait pas d'écouter les gens parler. La jeune fille était souvent seule, et savait se rendre invisible, personne ne faisait attention à elle, parfait pour espionner en fait.

Donc elle avait remarqué qu'Oswin était froid, littéralement et figurativement. Leur petit concours de regard bleu glacier allait fondre comme nutella au soleil s'ils continuaient. Léan n'avait pas peur de lui, monter à cheval demandait de la patience et certainement pas de la peur. Et elle était à Gryffondor, et tout le tralala.

Lorsqu'il alluma sa cigarette devant elle, Léan se cacha même pas pour faire la grimace et tousser pour faire bonne contenance, qu'il aille polluer son air ailleurs !


" On s'bouge ? Je me les gèle là. "

On ? Comment ça on se bouge ? Il avait froid, mais pas elle, enroulée avec tout ce qu'elle avait de plus chaud à part sa grosse couette de chez ses parents !

"Et concrètement tu veux aller où ? Tu viens de te faire jeter d'un bar !"

Lui lança-t-elle avant de traîner les pieds à une petite distance derrière lui, en soupirant lourdement.

" Et investir dans un pull te ferait pas de mal non plus ! "
Revenir en haut Aller en bas
Oswin T. Hooper
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Chien-loup


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Oswin T. Hooper, Jeu 17 Jan 2013, 22:46



I don't need anybody's help



Gagné, elle me suivait. Je savais pas si je devais être content ou plutôt être en train de pleurer, mais toujours était-il que je continuais d'avancer sans but précis. J'savais pas où aller, mais j'avançais quand même, clope au bec. Elle avait pas l'air de kiffer la cigarette d'ailleurs, vu la tête de jeune outrée qu'elle m'avait pondu dès que je l'avais allumé. Sérieux, c'était pas grand chose et ça puait pas tant que ça, fallait pas exagérer. Enfin bref, si elle aimait pas, c'était tant mieux. J'aimais bien faire chier de toutes les façons possibles et inimaginables. Sauf que là, elle venait de marquer un point en ouvrant sa gueule. " Et concrètement tu veux aller où ? Tu viens de te faire jeter d'un bar ! " Ouais bon certes, je savais pas trop où aller. Mais c'était pas parce que je venais de me faire tej d'un bar que je pouvais pas aller dans un autre. J'avais juste plus très envie, j'aimais bien être soit seul, soit avec des potes autour d'un verre. Pas avec une totale inconnue un peu trop gentille pour moi.

Je m'arrêtais subitement, me retournant vers elle et crachant ma fumée dans sa direction. Ouuups, c'était vrai qu'elle aimait pas ça. " J'en sais foutre rien. " Et je me remettais à marcher. Je savais bien que j'étais vraiment p*te avec elle, mais j'arrivais pas à faire autrement. Ça m’énervait d'ailleurs, et je comprenais pas trop pourquoi. " Et investir dans un pull te ferait pas de mal non plus ! " Je stoppais de nouveau, plantant mon regard dans le sien. Ça s'voyait pas que j'avais pas un rond en poche ? J'étais pas comme elle moi, avec sa belle cape de sorcier flambant neuve, ses gants bien chaud et tout le bordel qui allait avec. Et puis de toute façon j'en voulais pas, ça donnait pas un style que j'aimais.

" J'ai pas d'fric. " Ça réglait le problème comme ça. " Et moi j'ai personne pour me payer des fringues neuves. " Je la regardais avec insistance, lui faisant comprendre que tout le monde n'était visiblement pas un fils à maman et papa comme elle me semblait l'être. Alors ouais, j'avais froid là dans la neige, mais j'avais pas non plus vraiment le choix. En ce moment c'était pire que d'habitude et j'étais à des kilomètres de penser à des fringues chaudes. Je jetais mon mégot au sol, celui-ci s'écrasant dans la neige sans un bruit. " Enfin si tu veux t'as qu'à m'en payer un, hein. " Je pouvais décidément pas arrêter d'agir en connard, mais au moins j'étais sûr que ça la couperait dans son élan de bonté. J'avais toujours son chauffe-main dans le creux de ma paume et je devais dire que même si ça chauffait pas des masses, bah ça faisait du bien quand même. J'aurais dû la remercier pour ça, j'le savais bien, mais pas moyen que ça sorte. J'avais pas ça dans le sang, la gentillesse. Pas du tout même.



[[ PS : Toi aussi t'es fan de Dr. Who ? Et Oswin est bien un prénom de mec en fait x) Dans la série c'est son deuxième prénom à Clara et après vérification, c'est bien un prénom masculin ! Et en regardant ici, la signification colle bien à mon perso héhé ]]
Revenir en haut Aller en bas
Léan Donnelly
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Léan Donnelly, Ven 18 Jan 2013, 14:00


[ Ouaiiiiis un fan de DW ]

" J'en sais foutre rien. "

Bon eh ben comme ça ils allaient aller loin, dis donc. La politesse avait l'air de l'écorcher aussi, il était franchement désespérant dans le fond. Ce n'est pas comme si elle était pressée de rentrer quelque part. Elle n'avait pas froid, elle.

Après, elle avait lâché sa bombe, celle qui la mettait dans un pétrin total la plupart du temps, bien sûr que demander à un type en guenilles de s'acheter un pull alors que c'était l'hiver était une bonne idée. Genre il n'avait pas eu l'idée lui-même. Oswin s'était arrêté sans qu'elle s'en aperçoive, et s'était retourné en le regardant (non franchement, il fallait qu'il arrête !). Il écrasa son mégot. Au moins elle n'aurait plus à subir la fumée, et attraper un cancer par tabagisme passif.


" J'ai pas d'fric. Et moi j'ai personne pour me payer des fringues neuves. "

Léan se mit à rire.

" Et tes cigarettes, tu utilises la métamorphose pour les faire apparaître, peut-être ? "

C'était comme les piliers de bar de son village, jamais de sous pour se payer le chauffage, mais assez pour s'enfiler de la vinasse californienne, et un peu de whisky quand il faisait froid.

" Enfin si tu veux t'as qu'à m'en payer un, hein. "

" Non désolée, je ne fais pas la charité avec l'argent durement gagné par mes parents. "

Non, ce n'était pas très gentil, mais quand même, ses parents n'étaient pas extrêmement riches, et se privaient parfois un peu pour elle.

" Tu as essayé de te lancer un sort pour te réchauffer ? Prendre un feu en bocal aussi, ça coûte rien. "

Peut-être qu'il y avait pensé, peut-être pas. En tout cas Léan se demandait si elle n'avait pas fait une erreur en ne retrant pas tout de suite après avoir envoyé le colis pour son père... Ce type allait l'énerver un peu, alors qu'elle se sentait si zen pour l'instant !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Sur la place de Pré-Au-Lard

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 19

 Sur la place de Pré-Au-Lard

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10 ... 19  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Rues de Pré-au-Lard-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.