AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 6 sur 13
La nuit tous les chats sont gris...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant
Invité
Invité

Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Invité, Mer 20 Nov - 21:31


Alors que mon regard se promenait sur l’allée ravagée par la pluie et mes anciens sortilèges, je vis une sorte d’éclair rapide, qui me donna tout juste le temps de lancer un protego. Il ne me servit pas vraiment sur le moment, juste avant des éclats de briques et de pierres surgirent de l’obscurité et je sentis plusieurs douleurs aiguës me transperçaient à la manière d’un couteau aiguisé. Je me retins de ne pas pousser un cri, mordant mes lèvres jusqu’à saigner et serrant ma baguette au point d’en trembler. Mais tout cela dura à peine une seconde quand je reçus un impact encore plus effroyable qui fit exploser mon bouclier, avant de me repousser dans un court vol plané, qui agita mon cœur à en faire vomir… J’atterris en catastrophe, tentant de me réceptionner tant bien que mal. Malgré mes efforts, ma tête heurta méchamment le sol et je ressentis une sorte de râpure au-dessus de mon sourcil gauche…

-Connard… Murmurai-je à terre, le corps tremblant et le cœur battant à cent à l’heure.
Je me relevai difficilement. Rajustant ma capuche et avançant de deux pas en titubant légèrement, essayant de percer du regard le rideau de pluie pour repérer la silhouette. « Allez où tu te caches pour que je te bute… », Mon sang ne fit qu’un tour lorsque je la repérai…
-Abyssum Appa. Murmurais-je en direction des pieds de la victime.
Je n’eus pas le temps de voir si mon sortilège avait touché quoique soit que j’enchainais :
-Hostium Hallitus.
Et enfin, le meilleur. Je décalai ma baguette d’un centimètre à gauche et je murmurai avec conviction :
-Bombarda…

Une explosion retentit. J’avais dû me baisser pour ne rien recevoir. Et encore plusieurs fragments me tapèrent de plein fouet… Je me relevai, prudemment guettant un quelconque sortilège. Mais une couche de poussière vint recouvrir le terrain, « et m***e… »  je ne pus même pas voir si mon sortilège avait touché la silhouette…

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 08
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Fourchelang
Loup-garou
Occlumens


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Mangemort 08, Mar 3 Déc - 14:19


~ Faire un maximum de dégâts avec des explosions dans tous les sens, telle était la philosophie de combat du mage noir. Une tradition, une marque de fabrique. Plus ça pétait, plus l'adrénaline était présente dans ses veines. Comptant de son enchainement, il balança un Protégo devant lui pour avoir une défense contre la riposte de l'inconnue. Bien lui en a pris. Car même s'il fut déstabilisé par le sol sous ses pieds qui commença à se fissurer dangereusement, au point de lui faire perdre un instant l'équilibre, son bouclier absorba le second sortilège qui était réellement destiné à lui nuire.

~ Visiblement, son opposante avait des ressources et il aimait cela, même si ça signifiait qu'il ne pouvait pas se permettre de prendre son adversaire à la légère. Il recula rapidement de quelques pas pour éviter de trainer sur les craquements à peine visible au sol. C'est là qu'un rayon de lumière qu'il connaissait bien le surpris. Il eut juste le temps d'ouvrir de grand yeux, l'espace d'une fraction de seconde où il vit le sortilège prendre la direction du mur près duquel il s'était réfugié. Une déflagration violente, et le Mangemort vola sur plusieurs mètres, ne manquant pas de se prendre un morceau de mur en plein dans la gueule au passage.

~ Il retomba lourdement au sol sur son bras gauche. Une douleur fulgurante lui traversa l'épaule, qui était certainement déboitée et il serra fortement les dents pour ne rien laisser paraître, encaissant la douleur comme si elle n'était qu'éphémère, bien que son aura était persistante et semblait s'amplifier. Il se releva à l'aide de son bras droit et se mit un instant à couvert derrière un pan de mur avec une déclinaison favorable. Il se toucha la tête avec sa main droite et sentit du sang qui s'échappait de son oreille qui devait être bien coupée. "BITCH !" A trop vouloir être sûr de lui, il avait fini par se faire avoir. La ruelle était un vrai champ de bataille dorénavant, et ses blessures risquaient de rapidement devenir handicapantes.

~ Avec la pluie battante, et la poussière qui s'était élevée suite aux deux explosions successives, cela empêchait d'avoir une bonne visibilité. Le mage noir lança un coup d’œil furtif, avant de sortir de son abri pour riposter. Il prit place derrière un gros tas de gravats qui avait prit forme suite au Bombara qu'il venait de prendre, puis murmura un Promptus Nebulae dans la ruelle. Rapidement un épais brouillard vint se mêler à la poussière, rendant la visibilité encore plus exécrable.

- Expulso !

~ Le tas de pierres et de briques à ses pieds s'envola à toute vitesse dans la direction où devait être l'inconnue. il y avait une bonne probabilité qu'il la loupe vu que son champ de vision était inexistant, mais il savait qu'il y avait aussi de bonnes chances que certaines pierres arrivent peut-être à toucher son opposante...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Invité, Ven 13 Déc - 13:21


Un fracas assourdissant se fit entendre. Je ne m’imaginai à peine le nombre briques explosées, les dégâts que je venais de causer… Dire que je ne voulais qu’une chose c’était de l’empêcher de nuire, et je n’avais fait que mettre encore plus le bordel. Enfin de compte, c’était un acte stupide et irréfléchi… Je ne savais même pas pourquoi je faisais ça. En fait je le savais… C’était pour me prouver que j’étais une excellente sorcière ! « Quelle excellente manière de te prouver que t’es géniale. » Résonna alors la voix d’Abdel en moi… Je secouai la tête, l’esprit dans le vide effaçant le souffle grave de mon meilleur ami défunt. Un épais brouillard apparut, et j’étais comme hypnotisée par la poussière tourbillonnante éclairée par la lueur des rayons lunaires. Je repensai à mes nuits à la belle étoile. Les moments où seules la grillade de marshmallows et la bonne musique m’importaient.

Mais quelque chose se passa à toute vitesse. Je n’eus même pas le temps de réaliser que je me retrouvai par terre, le front humide, une douleur effroyable qui envahit tout mon corps, et la tête qui se mit à tourner dans tous les sens… Ma respiration devint saccadée, et mes yeux s’agrandirent d’horreur lorsque je vis les tonnes de débris que je venais d’exploser, voletaient dangereusement au-dessus de moi pour s’écraser soit à côté, soit plus loin… Mais une autre douleur fit surface lorsque je sentis une masse s’écraser sur ma rotule. Une souffrance tellement aiguë et intense que je poussai un cri de rage qui déchira l’atmosphère dans un trémolo dramatique. Je me recroquevillai pathétique, sanglotant de douleur et de honte en pensant que je venais de me faire mettre à terre. Je n’arrivai même plus à lever un quelconque membre. Mon genou m’élançait trop. Je devais rentrer… Je devais partir de cette ambiance de mort et de pitié qui commençait à me laisser un goût amer. Je pris une dernière fois ma baguette la main tremblante, et transplanai dans un étouffement insupportable…


Fin du rp
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Luke Belt, Sam 1 Fév - 23:43


RP avec 70

La nuit était tombée depuis un certain temps, les minces ruelles de l'allée de embrumes n'étaient maintenant plus éclairées que par la faible lueur de la lune. Déjà que ce lieu n'était pas des plus fréquentables, en partie à cause de son aspect glauque, s'y rendre la nuit était encore moins recommandé. Cependant, je ne faisais pas ce qui était recommandable. Je faisais uniquement ce que je voulais. C'est pourquoi, j'avais pour habitude de me rendre ici, parfois. Je n'y allais pas pour frimer, pour faire comme si je n'avais peur de rien. Non, j'y allais parce que j'aimais cette ambiance calme. Parce que tout était tranquille dans ce quartier. Peut-être trop tranquille, d'ailleurs. Parfois, j'avais de la chance, et je tombai sur un petit revendeur, qui procurait soit de l'alcool, soit de petites choses que l'on ne trouve pas dans les magasins officiels, mais c'était rare.

Et ce soir-ci ne dérogeait pas à la règle. La ruelle était déserte, comme à son habitude. Alors je continuait de marcher, dans le noir, sans but précis. À vrai dire, je ne savais pas trop l'intérêt de faire cela. Sûrement parce qu'il n'y en avait aucun. Je tournai à gauche et je tombai par hasard sur un embranchement familier. J'étais déjà venu là, une fois, mais en pleine journée. Ça avait d'ailleurs mal fini, puisque j'avais failli me faire agresser pour de l'argent. Ne m'attardant pas plus, je continuai mon chemin, déambullant toujours dans les allées sinistres. Je me changeais les idées, respirais un bon coup, mais je savais qu'il me faudrait retourner à Poudlard le lendemain, pour me rendre en cours.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Mangemort 70, Dim 2 Fév - 0:53


Depuis le temps qu'elle fréquentait ces lieux la mage noire, possédant le matricule sept-zéro, savait qu'on pouvait y faire toute sorte de rencontres intéressantes. Des gens étranges, bizarres, des maniaques, des saouls, des normaux (?).

Postée en hauteur, cachée par une épaisse cape d'invisibilité, 70 observait les environs. Près d'elle, quelques mètres plus haut, Killer faisait des grand cercles. Il attendait les ordres de la sorcière et, d'un tempérament agressif, commençait à s'impatienter. Un regard autoritaire de la part de l'Humaine suffit à calmer les ardeurs du rapace. La sorcière reporta ensuite son attention sur l'allée qui se dessinait sous elle. Cette nuit, c'était plutôt calme et la mage noire commençait sérieusement à désespérer.

Puis, uns silhouette fit enfin son apparition. Quittant avec agilité son perchoir, 70 se rapprocha discrètement afin d'observer l'individu. Un fin sourire se dessina sur ses lèvres, lorsqu'elle aperçut un jeune homme plutôt séduisant. Sifflant doucement, donner ainsi le signal à son oiseau, la Mangemort observa la scène, bien dissimulée sous sa cape.

Le rapace, lui, fondit en piqué vers le Serpentard, il s'accrocha avec fermeté à son épaule, les griffes rentrant sous sa peau. Il échappa un cri rauque et agressif afin de se faire remarquer, bien que son entrée avait été plus que remarquable. Les deux iris jaunes fixèrent le jeune sorcier. À sa patte, une missive était fixée.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Luke Belt, Dim 2 Fév - 9:40


Plus je m'enfonçai dans l'allée des embrumes, plus j'avais l'impression d'être épié. Comme si les murs avaient des yeux, chose qui était d'ailleurs possible. Mais il n'y avait pas un bruit, et après m'être retourné plusieurs fois pour regarder si quelqu'un me suivait, je conclu que ce n'était qu'une impression. Je n'aurais pas dû. Il faut toujours rester sur ses gardes dans un lieu pareil.

Une masse noire s'abattit alors sur moi. Des pics acérés transpercèrent mes vêtements et s’enfoncèrent dans ma peau, causant une forte douleur. Je grimaçai. Un cri rauque et menaçant retentit ensuite dans les airs. Je me rendis alors compte que la chose qui me lacérait l'épaule n'était autre qu'un rapace noir aux yeux perçants, dont le jaune ressortait dans la noirceur de la nuit. Et il ne semblait pas vouloir lâcher prise, il restait fermement accroché à moi, comme s'il m'avait confondu avec son perchoir. Si ça ne tenait qu'à moi, je lui aurait bien jeté un sort, à cette fichue bestiole, sauf que je n'étais pas sûr que son propriétaire aurait apprécié.

Je remarquai alors un parchemin, fixé à la patte de cet horrible oiseau. De ma main libre, je détachai péniblement la missive. Il faut dire qu'avoir un animal aussi lourd sur une épaule n'aidait pas. Une fois la lettre en main, je tentais à nouveau de me débarrasser de l'animal et cette fois, il n'opposa plus de résistance, puisqu'il libéra l'étau de ses griffes. Je jetai un coup d'oeil à mon épaule et constatai que ma cape de sorcier était fichue, il y avait une large ouverture au travers de laquelle on pouvait voir les griffures sanguinolentes.

De mes doigts fins, j'entrepris ensuite de dérouler le parchemin, afin de comprendre pourquoi un hibou aussi violent m'avait agressé comme cela, sans raison. Encore, des coups de becs parfois, ça se comprenait, mais planter des griffes, je n'avais encore jamais vu, du moins jusqu'à aujourd'hui. Seulement, il faisait trop sombre pour que je puisse lire ce qu'il y avait écrit. Je sortis donc ma baguette et lançai un Lumos informulé. A la vue des mots, ma bouche s'entrouvrit alors de surprise.

Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 70
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Fourchelang


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Mangemort 70, Dim 2 Fév - 10:12


Une fois libéré du morceau de parchemin, le rapace s'envola sans demander son reste. Il était suffisamment habile pour chasser un repas que les autres volatiles qualifieraient de festin dans les prochaines minutes.

Maintenant au sol, à quelques mètres de Luke, 70 observa la scène un petit rictus collé sur son visage. Le garçon regarda avec attention son épaule blessée. Il fallait dire que l'oiseau n'avait pas été tendre et que même la mage noire avait été surprise. Déjà Killer n'était pas une créature facile, loin d'être du genre patient, il n'aimait pas la sensation d'avoir un parchemin accroché à lui. Cela se reflétait donc dans ses livraisons, car malheureusement pour lui il n'était pas un rapace sauvage.  

Une faible lumière attira l'attention de la Mangemort. Belt avait informulé un Lumos afin de pouvoir lire le contenu de la lettre. Décidant alors de jouer un peu, le matricule sept zéro franchit la courte distance, formulant un sort d'illusion qui et plaqua, doucement mais avec fermeté, le Serpent au mur. Elle avait enlevé sa cape et relevé quelque peu son masque afin d'y dévoiler des lèvres légèrement pulpeuses sur lesquelles on avait appliqué un rouge-à-lèvre cerise.

Profitant alors de la situation, la mage noire colla ses lèvres contre celles du garçon, l'embrassa doucement, tout en passant une main dans ses cheveux. Son baiser devient plus langoureux, mais la jeune femme cessa rapidement le tout : elle ne devait pas être repérée. Sans doute que le sorcier serait frustré de la situation, mais tant pis.

- Bonne chance, murmura-t-elle avant de prendre la fuite, laissant ainsi le Serpentard en plan.

La cape à nouveau rabattue sur elle, 70 transplana quelques mètres plus loin, en direction d'un lieu sûr.
Revenir en haut Aller en bas
Luke Belt
avatar
Fondateur AdjointHarryPotter2005
Fondateur Adjoint
HarryPotter2005
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang
Occlumens


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Luke Belt, Dim 2 Fév - 16:58


Après avoir lu la missive, je la roulais et la rangeai précieusement dans une poche intérieure afin de ne pas la perdre. Je la relirai plus dans les détails dans un endroit plus sûr, et à l'abri des regards. Je levai la tête et constatai que l'oiseau de malheur était parti, puisque je ne le voyais plus. Je n'allais donc pas pouvoir répondre à l'auteur de la lettre, puisque son nom n'était pas indiqué. Tant pis.

Alors que je venais de me remettre en marche, une seconde forme noire arriva me plaqua au mur d'un geste vif. Cette fois-ci, vu sa taille, ce n'était pas un rapace mais un humain entièrement recouvert d'une cape sombre. La personne, qui était en réalité une fille, détacha sa cape et releva légèrement un masque de son visage. Cependant, je ne pu voir que des lèvres rouges, le reste de son visage demeurant caché. Avant que je n'aie le temps de réfléchir au pourquoi du comment, des lèvres douces se déposèrent sur les miennes. L'inconnue passa ensuite ses doigts dans mes cheveux et je répondis à son baiser, mes mais se déposant sur sa taille. A cet instant, je ne pensais plus du tout au fait que j'étais en couple. Alors que cela devenait plus langoureux, la sorcière s'éloigna brusquement, me laissant en plan.

- Bonne chance, murmura-t'elle, avant de disparaître au coin d'une ruelle.

Je restais là, quelques instants, essayant en vain de comprendre le comportement et la phrase de la sorcière masquée. Pourquoi m'avait-elle embrassé si c'était pour se volatiliser quelques secondes après ? Et surtout, quel était le sens de sa phrase ? Je n'avais actuellement aucune réponse à ces questions, et je n'en aurais sûrement jamais. C'est donc la tête pleine d'incompréhensions que mes pas prirent le chemin du retour. Direction Poudlard. Je n'avais plus envie de traîner dans les allées peu sûres alors que j'avais la lettre en ma possession.

RP fini
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Stonem
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Elizabeth Stonem, Dim 9 Fév - 20:22


{ Désolée pour le temps que j'ai mis avant de poster ce RP, je suis inexcusable. }

/!\ MENTIONS DE DROGUES /!\

RP avec Djerin Rashkae

Cette endroit était réellement génial. Si Effy croyait au Paradis, elle aurait certainement associé cette maison à la résidence éternelle des Saints. Tout autours d'elle, des étoiles et des fleurs dansaient au rythme de la musique qui possédait la pièce. Une des fleurs s'approcha d'elle, et la jeune femme put constater que au centre des pétales de fleurs se dessinait un visage humain, très certainement masculin. La fleur porta une tige dotée de main à sa bouche et déposa sur sa langue un cachet blanc. Effy plissa les yeux et s'approcha plus encore du végétale/humain, tentant de déterminer la nature du cachet blanc. Sous le feu de son regard, il se transforma en un bonbon multicolore, et la sorcière rejeta la tête en arrière, laissant un rire léger et cristallin s'échapper de ses lèvres. Il reflétait à merveille son état d'esprit actuel. La fleur déposa délicatement sa bouche sur la sienne et bientôt, elle sentit sa langue se mêler à la sienne. La bonbon coloré envahie et sa bouche et elle l'avala rapidement.

Effy tournoyait, se déhanchait au rythme de la musique, le tête rejetée en arrière afin de pouvoir suivre du regard les lumières multicolores qui dansaient au rythme de la musique. Son cœur battait si fort dans sa cage thoracique qu'elle eu un instant peur qu'il s’envole. Par pure précaution, elle pressa ses main dessus, légèrement paniquée à l'idée de le voir partir hors d'elle. Subitement, son regard s'accrocha à un canapé situé non loin d'elle. Il se transformait ! Sous ses yeux paniqués, elle vit une mâchoire immense équipée de crocs acérés remplacer les coussins et deux grandes abîmes noires remplacer le dossier. Elle avait l'impression que tout le monde la regardait, machiavéliquement, n'attendant que l'instant ou le canapé carnivore bondirait sur elle et la dévorerait. Serrant plus fort encore ses main sur son cœur, Effy se mit à courir à travers la pièce, paniquée, oppressée, effrayée. Sa paranoïa habituelle semblait être décuplée sous les effets des drogues ingurgitées plus tôt dans la soirée.

Il lui sembla qu'elle n'avait jamais couru aussi vite de sa vie. Bousculant sur son passage tout les occupants de la maison, elle se rua dehors. Le froid hivernal la frappa de plein fouet, mais elle n'y prit garde, continuant sa course éperdue contre elle même à travers le dédale des rues sombres et miteuses de l'Allée des Embrumes. Malgré la pénombre qui régnait, elle ne pouvait passer inaperçue, silhouette sombre et gracieuse aux vêtements aguicheurs. La panique qui emplissait ses yeux ne la faisait paraître que plus tentante aux yeux des pervers qui traînaient dans le coin. Et, tout à son trip, Effy ne prit pas garde au groupe d'homme qui la suivit. Elle ne dégaina pas sa baguette au bon moment. Une grande main calleuse s'abattit lourdement sur son épaule, la faisant piler net.

Elle se retourna, affolée, et se retrouva nez à nez avec un homme plus grand qu'elle, vêtu de noire. Ses accolites se tenaient légèrement en retrait, un sourire machiavélique au bord des lèvres. Toute rationalité semblait avoir abandonné Effy. Elle n'était plus qu'une gamine, droguée à mort, effrayée. Son adversaire sortit sa baguette, et sans qu'elle ne puisse se contrôler, Elizabeth Stonem attrapa la sienne à une vitesse ahurissante, la pointa sur son torse, et murmura le sort de torture, l'endoloris. Un rayon jaillit de l’extrémité de sa baguette et fouetta l'homme, qui tomba à terre, convulsant de douleur sur les pavés noircis de l'Allée la plus sombre de Londres. Sans qu'Effy ne puisse faire le moindre mouvement, les autres hommes se jetèrent sur elle, et elle perdit définitivement le control de son corps. Sa baguette roula loin d'elle tandis qu'elle se faisait maltraiter par les hommes, qui alternait coups de poings et maléfices.

Effy ne pensait même plus. Du sang commença à couler sur sa joue, mais elle n'y prêta pas attention. Elle commençait doucement à sombrer dans l'inconscience, rejoignant les bras voluptueux de Morphée qui n'attendaient qu'elle.
Revenir en haut Aller en bas
Djerin Rashkae
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Djerin Rashkae, Lun 10 Fév - 11:48


RP avec Elizabeth Stonem

Profitant des vacances de Noël pour retourner à Londres voir Tanïa, Djerin était passé par le chemin de traverse et s'y était baladé le nez en l'air. Lorsque il entra dans l'allée des embrumes, il ne s'en aperçu pas, plongé dans une réflexion sur la fabrication du papyrus. Il ne se réveilla que quand un homme lui demanda brutalement de dégager. Djerin allait se détourner en s'excusant quand un cri attira son attention. Il regarda au fond de la ruelle, un petit groupe s'acharnait sur quelqu'un ou quelque chose. L'homme suivit le regard de l'adolescent et jura.

Bon, t'as rien vu et t'aura pas de problème. Maintenant, dégage !

Je te laisse trois secondes pour t'écarter. Passé ce délais, je te dégage personnellement.

Djerin rendait facilement une tête à l'inconnu et ils étaient trop près pour qu'il ai le temps de sortir sa baguette avant l'impact. Le poing du garçon le cueillit sous le menton avant même que sa main soit sortie de sa poche. L'adolescent se rapprocha ensuite du groupe concentré dans sa tache. Arrivé à quatre mètres de la petite troupe, il prit son élan et le fonça dessus, son manteau battant comme des ailes autour de lui. Il percuta violemment le premier des agresseurs qui entraîna les autres comme des quilles.

Se relevant avant les autres, il envoya son pied dans la mâchoire de l'un de ceux encore couchés qui partit au pays des songes. Celui que le garçon avait heurté se rapprocha et tenta de lui envoyer un crochet à la tempe mais il tourna la tête au dernier moment le regard attiré par le mouvement et se prit le poing dans l’œil. Un futur coquard sans aucun doute. La pointe de la chaussure d'un Djerin un peu sonné lui heurta l'entrejambe en remerciement pour ce maquillage. Touché dans sa partie la plus fragile, l'homme s'effondra au sol dans un cri silencieux.

Les deux hommes encore valide se rapprochèrent simultanément du garçon leurs baguettes levée. Djerin plongea sa main vers la sienne lorsque les deux stupéfix jaillirent vers lui. Renonçant à la saisir, il se jeta sur le dos pour les éviter. Son crane heurta durement le sol et il ferma les yeux un instant pour faire passer la douleur. Il roula ensuite sur le coté et sortant sa baguette dans le mouvement stupéfixia un des deux hommes. Le dernier leva sa baguette quand un oiseau passa rapidement et la lui enleva des mains. Hugin, le corbeau de Djerin qui venait de sauver son maître déposa le bout de bois dans une gouttière.

Maintenant, tu prend tes potes, et tu te barre. Rapidement !

L'homme hocha la tête et tenta de ramasser les baguettes qui traînaient au sol pour réunir les autres et s'en aller. Il tendait la main vers une baguette plus fine que les autres lorsque le pied de Djerin se posa dessus.

Je doute que tu ais besoin de la baguette de cette jeune fille. Hugin va déposer la tienne dans une ruelle de ce coté, tu finira bien par la trouver.

Quand les hommes furent tous repartis avec plus ou moins de mal. Le garçon se pencha sur la jeune fille prostrée au sol. Sans les début de bleus et autres estafilades qui couvraient son corps peu couvert et son visage elle devait être très jolie. Plutôt mince, presque maigre elle semblait très pâle mais il s'agissait peut-être d'un effet d'optique dû à son maquillage. Plusieurs coupures inquiétaient vraiment le garçon, notamment une sur le front qui saignait pas mal. Il chercha un petit moment dans sa sacoche et en ressortit une gourde. Reniflant au goulot pour vérifier la fraîcheur de l'eau il déchira un pan de son T-shirt pour s'en servir de compresse et nettoya le visage de la belle inconnue. Car après avoir lavé le visage du sang et du maquillage, il s'aperçut que la jeune fille était très jolie. Il eut un sourire attendrit, premier depuis longtemps.

Quand il s'aperçut qu'elle grelottait, il lui passa son propre manteau, beaucoup trop grand pour elle, mais il n'y prêta pas attention, plus elle serait couverte, mieux ce serait au vu du peu de vêtements qu'elle portait. Il réfléchissait pour se souvenir des sortilèges servant à nettoyer les blessures quand la jeune fille ouvrit les yeux. Couchée au sol, la tête sur les genoux du garçon, elle ressemblait à un petit oiseau effrayé. Djerin lui fit un sourire.

Tout va bien mademoiselle, ils sont partis. Vous êtes en sécurité désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Stonem
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Elizabeth Stonem, Lun 24 Fév - 23:34


Sa vision se brouillait. Avec difficulté, elle parvint à discerner plusieurs voix, tandis que des taches de couleurs floues s’agitaient devant ses yeux. Il lui sembla soudainement que l'agitation diminuait. Peu à peu ses paupières se fermaient, tandis qu'elle luttait pour ne pas sombrer dans l'inconscience. Elle eu vaguement conscience qu'on lui lavait le visage, trop affaiblie pour réagir. Ce ne fut que lorsqu'elle sentit une masse chaude s'abattre délicieusement sur son dos qu'elle consentit à ouvrir les yeux. Son regard bleus fut immédiatement happé par des prunelles rougeoyantes.

« Êtes vous un vampire ? » demanda t-elle d'une voix faible et usée.

Dans un élan de conscience, elle se rappela avoir un flacon de potion de dégrisement dans sa cape. Alors qu'elle bougeait légèrement pour y accéder, elle prit conscience qu'elle reposait sur les genoux du vampire en question. Pourtant, l'idée que inconnu pouvait être dangereux ne l'effleura pas une seconde. Une lueur victorieuse passa dans son regard alors qu'elle sentait ses doigts se refermer sur un petit flacon qu'elle porta à sa bouche. Immédiatement, elle eu l'impression qu'une bourrasque de vent venait de pénétrer dans sa tête et avait chassé le brouillard qui y stagnait depuis un moment.

« Merci de m'avoir sauvé. »

Sa voix paraissait plus claire à présent, reprenant les intonations suaves et veloutée qui la caractérisait. Pourtant, dans l'esprit de la jeune femme demeuraient encore des traces de cette ivresse passée, de cette jouissance malsaine qui l'habitait de plus en plus souvent ces derniers temps.

« Qui êtes vous ? »

{ Excuse moi pour l'attente et la pauvre qualité du RP mais je suis débordée en ce moment... }
Revenir en haut Aller en bas
Djerin Rashkae
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Djerin Rashkae, Mer 5 Mar - 18:57


Êtes vous un vampire ?

Les premiers mots de la jeune femme tirèrent une grimace à Djerin. Lui qui n'avait jamais pu supporter les suceurs de sang, voilà qu'on l'y apparentait. Il se mit une première claque mentale en se rappelant de ses yeux et une seconde pour le résultat qu'ils avaient donnés. S'ils lui étaient familier, nombreuses devaient être les personnes à être surprises par son regard.

La jeune fille semblait se tortiller dans le manteau que le peau-rouge avait enroulé autour d'elle. Elle en sortit soudain une fine main tenant un flacon. Elle vida le flacon d'un trait. Visiblement parcourue d'un frisson, les yeux de l'inconnue se fixèrent une seconde fois sur Djerin, nettement plus réveillée, ou du moins lucide.

Merci de m'avoir sauvé.

La voix avait changé, pas de façon importante, mais elle avait acquis une douceur sucrée, comme un rayon de miel. Même si on ressentait encore quelques hésitations dans son intonation, l'inconnue avait visiblement repris ses esprits.

Qui êtes vous ?

La question fit office de déclencheur. Alors que l'instant d'avant, Djerin était complètement sur de lui et efficace, l’absence de danger, et la réactivité de la jeune femme lui firent perdre des moyens et retourner dans son incompétence quotidienne. Il se mit à bafouiller et hésiter.

Je m'appelle... hem.... Djerin. Je... Je suis un élève de Poudlard.

L'intensité du regard de l'inconnue le paralysait comme les phares d'une voiture paralysent un lapin avant l'impact. Il déglutit avec peine tentant vainement de poser son regard ailleurs que sur le visage blessé de la jeune femme. Il lui saisit la main, dans le but de l'aider à se relever mais elle tenait difficilement sur ses jambes. Cette apparente faiblesse redonna du courage au jeune sorcier qui le soutint par le bras.

Si cela ne vous dérange pas, il vaudrait mieux trouver un endroit pour vous asseoir et vous faire boire quelque chose de chaud. Je connais un bar pas trop loin capable de servir des boissons potables.

Il l'aida à reprendre pied, chaque pas étant plus aisé que le précédent. Lorsqu'ils passèrent la porte du bar, la jeune femme marchait presque seule. Ils prirent une table et Djerin partit commander un grand chocolat chaud et un diabolo menthe. Le barman paru surpris de la demande de boisson moldues mais servit les deux jeunes. Sirotant sa menthe, le garçon plongea son regard dans celui de la jeune fille.

Je sais que ce n'est pas très poli, mais vu que je vous ai offert mon nom, voudriez vous m'offrir le votre ?
Revenir en haut Aller en bas
Elizabeth Stonem
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Elizabeth Stonem, Mar 11 Mar - 23:26


Un électrochoc. C'est l'effet que sembla faire la phrase d'Elizabeth sur l'inconnu. Pourquoi ? Souhait-il cacher son identité ? Peut-être. Était-il intimidé ? Avait-il peur ? Il avait pourtant fait preuve de courage lors de son intervention.

« Je m'appelle... hem.... Djerin. Je... Je suis un élève de Poudlard. »

Timidité. Définitivement de la timidité. S'il n'avait pas voulu divulguer son identité, il n'aurait pas précisé qu'il était encore à Poudlard si ça ne lui était demandé. En un sens, son bafouillage était, humm... attachant. Peut-être que la potion de dégrisement n'était pas si efficace que ça, finalement.
Sa main se glissa dans la sienne, provoquant un haussement de sourcils de la part de la jeune sorcière. JE N'AI PAS BESOIN D'AIDE, MERCI BIEN ! Ses mots restèrent bloqués dans sa gorge. Son corps entier trembla alors que ses pieds effleuraient le sol. Peut-être s'était-elle transformée en pomme sans qu'elle ne s'en aperçoive songea t-elle tandis qu'elle penchait dangereusement vers le sol. N'importe quoi. Peut-être vaudrait-il mieux que la prochaine fois elle évite de se mettre dans de tels états. Il lui sembla que son déambulateur/sauveur-de-vie-héroïque lui parlait. Les mots effleurèrent ses oreilles sans que son cerveaux ne daigne en interpréter le sens. Tant-pis.

Ses yeux se passèrent sur l'enseigne qui précédait le bâtiment dans lequel ils s’apprêtaient à entrer. Un bar ? Sérieusement ? Il emmenait une femme à moitié défoncée dans un pub ? Pourquoi pas après tout. Un peu plus de rêverie ne lui ferait pas de mal. On plaça une tache éméchée remplit d’un liquide brunâtre mousseux devant elle. Son cœur balança un moment entre déception et soulagement. Les effluves chocolatées qui parvinrent à ses narines l’écœuraient autant qu'elle l’attrayant. Les débris d'un passé depuis longtemps oublié parsemèrent l'esprit de la jeune femme. Pas maintenant. Son regard clair se posa sur celui de Djerin. Lui aussi la fixait. Sa timidité semblait être envolée.

« Je sais que ce n'est pas très poli, mais vu que je vous ai offert mon nom, voudriez vous m'offrir le votre ? »

« Elizabeth. Je m’appelle Elizabeth »

C'est bon, pas la peine de le répéter deux fois, il avait certainement comprit à la première. Il est peut être timide, mais pas idiot. Enfin un peu quand même, si on considérait le fait qu'il venait de mettre sa vie en danger pour une junkie inconnue. Peut-être aurai t-elle dû prononcer son prénom avec plus de soin. Après tout, c'était censé être un cadeau..
Précautionneusement, elle trempa le bout de ses lèvres dans la boisson fumante et porta la tasse à ses lèvres. Un filet de chocolat s'écoula, brûlant son palais, apaisant sa gorge. Mouais. Plutôt pas mal.
De nouveau, ses yeux se posèrent sur Djerin. Des images à demi effacées par le temps lui revinrent en mémoire. Des images qui dataient de sa petite enfance dans le monde moldu. Son regard s’anima soudain.

« Est-ce que tu connais Wendy ? »

Ce serait super ! Peut-être qu'il pourrait les présenter.
Revenir en haut Aller en bas
Djerin Rashkae
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Djerin Rashkae, Mer 12 Mar - 19:17


Elizabeth. Je m’appelle Elizabeth

Djerin ferma les yeux et fit rouler le prénom dans son esprit pour s'en imprégner. Il sourit, décidant qu'il s'agissait d'un beau prénom. La jeune fille assise devant lui but lentement une gorgée de chocolat. Le garçon avait toujours considéré cette boisson comme un bienfait des dieux. Rien n'avait jamais été plus efficace pour sécher des larmes ou redonner le sourire à un enfant. C'est sa seule amie qui lui avait parlé la première fois du chocolat et de son pouvoir apaisant. Il s'appuya contre le dossier de sa chaise, provoquant du pied un léger mouvement de balancier en finissant sa boisson à bulles, plongé dans des souvenirs pas forcément très joyeux.

Est-ce que tu connais Wendy ?

La chaise se fracassa au sol avec un grand bruit, suivit de près par un son de bris de verre. Cependant, assis au sol dans une position plus que ridicule, Djerin n'y prêta aucune attention. Ses yeux écarquillés étaient fixés sur la jeune fille, Elizabeth... Les jambes aussi tremblantes que ses mains il ramassa les plus gros bouts de verre pour les poser sur la table. Le patron lui jeta un regard de tueur mais je jeune sorcier l'ignora, son regard toujours entièrement capté par la fille pâle devant lui. S’apercevant qu'il avait cessé de respirer, il prit son souffle pour se remettre à parler d'une voix saccadée.

Je.... Je... Je connais une Wendy. Mais je ne crois pas.... Qu'on parle de la même.... Wendy est... Enfin... Elle a... Elle... Elle est morte.

Voilà, c'était dit, la phrase était tombée comme un couperet. Mais depuis le temps qu'il s'y refusait, il avait enfin réussi à avouer ce qui tourmentait ses pires cauchemars. Le bois s'élevant et s'abaissant continuellement, et la vie de la jeune fille s'échappant peu à peu. Le regard empli de douleur le suppliant de ne pas bouger. Et le rire, cet éternel rire lugubre qu'il craignait tant d'entendre au détour d'une rue ou d'un couloir.

Il se força à se calmer, il tenta de se mettre dans le même état d'esprit que lorsqu'il empoignait son épée. Lentement, trop lentement, son corps lui obéit à nouveau normalement, les membres cessèrent de trembler et son esprit réussit à retrouver un semblant de cohérence. Il ramassa la chaise et se rassit. Les regards qui s'étaient tous fixés sur lui lors de sa chute l’abandonnèrent, et les conversations reprirent.

Non, ce ne doit pas être la même. Celle que tu connais m'est sûrement étrangère. À moins que tu ne parle d'une Wendy que tu n'as pas vue depuis plus de dix ans. Mais bon, il y a peu d'espoir qu'on parle de la même.

Djerin n'en revenait pas. Au moment ou il pensait à Wendy, la jeune fille sortait son nom. Djerin la soupçonna de lire dans les pensées mais ne put se résoudre à cette idée. Certes, peu de sujets auraient put le troubler à se point, mais elle avait semblé poser la question avec tant de candeur.

Pourquoi cette question ? Tu connais une Wendy ?


[HRP] Au fait, ma couleur c'est darkred si ça t'interesse [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Aaron Incar
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Aaron Incar, Mar 8 Juil - 0:32


Rp avec Meryl


L'allée des Embrumes ! Il y était réellement en pleine nuit ! Ce n'était pas vraiment le bon lieu où il y avait de bonnes fréquentations, surtout en pleine nuit ! Il essayait de se faire discret, il ne fallait pas que quelqu'un sache qu'il fût ici en pleine nuit au-lieu d'être au château... Ses rares escapades nocturnes en dehors de Poudlard devait rester secrète !
On lui avait conseillé de venir ici car des bruits couraient comme quoi on l'avait aperçu dans l'allée des Embrumes ! Il fallait absolument qu'il y aille pour vérifier de ses propres yeux. Il se faufila enter les rues de l'allée, jusqu'à ce qu'il bouscule un individu. Celui-ci ne chercha pas d’explication avant de le repousser instantanément avant de reprendre son chemin.
Quel Co**** ce type ! Pensait-il; pendant sa chute il s'était tordu la cheville ! Mauvaise nouvelle il n'arrivait pas à marcher ! Comment faire pour repartir ? Il se leva tant bien que mal et s'aida des murs à côté de lui pour avancer.

Au loin une nouvelle silhouette en vue ! C'était peut-être lui ! Il prépara sa baguette au cas où ... Plus l'ombre approchait, plus les battements de son cœur s'accéléraient ! Finalement il reprit son calme ... Ce n'était pas celui qu'il pensait ! C'était même une fille ... D'ailleurs cette fille lui fit penser à quelqu'un !
C'était quoi son nom déjà . La fille de la tour d'astronomie ! Meryl ! Oui c'était Meryl ! La fille avec qui il avait discuté dans la tour. Il s'en rappelle très bien. Lui n'allait pas très bien et avait envie de se retrouver seul, il était parti dans la tour d'astronomie car il n'y avait pas grand monde qui y traînait... Enfin pas ce jour-là ... Il y avait une Serpentard ... Elle l'avait envoyé balader, il s'en souvient, malgré sa il avait insisté et il était resté dans la tour avec elle ... Il avait même commencé à lui raconter ses problèmes ... Pourquoi a elle ? Il ne savait pas, il ne la connaissait pas, mais ça lui avait fait du bien d'en parler ...  
Plus elle approchait et moins il en doutait ! C'était bien elle ... est ce qu'il pouvait lui faire confiance ? Est-ce qu'il pouvait lui demander de l'aide ? Car avec l'état de sa cheville il n'aurait pas pu aller bien loin. Elle passa à côté de lui sans le remarquer. Il se retourna en vitesse pour lui attraper l'épaule. Il se découvrit le visage pour lui dire.


"Meryl ? C'est toi . Aide moi s'il te plaît"
Revenir en haut Aller en bas
Clarissa Samson
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Animagus : Martinet noir


Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Clarissa Samson, Mer 3 Sep - 22:47


Le sujet est vide depuis plus d'un mois, je prends possession des lieux.


PV Ashton
Suite de ce RP
Libre-arbitre d'Ashton

Ashton avait rassuré Clarissa en sortant de la BAMN, elle qui s'inquiétait tant, encore à tord. Il lui avait clairement manifesté son intérêt. Il disait même qu'il aurait proposé à la Serpentard de sortir ensemble ce soir là si elle n'avait pas pris les devants. Autant dire qu'elle était aux anges. Elle se promettait de ne douter de rien pour cette soirée. Pour la mettre encore plus en confiance, enfin en confiance c'était peu dire là. Pour vraiment lui montrer qu'il l'aimait bien, Ashton avait pris la main de la jeune fille. Cette dernière l'avait sortie de la manche un peu trop longue de son pull pour pouvoir sentir le contact de son rencard du soir. Elle le trouvait tellement craquant. Ils avaient donc quitté la boutique la plus glauque du coin main dans la main, cela aurait pu paraitre étrange mais pour Clarissa tout allait pour le mieux sur son petit nuage. Elle adorait le contact du garçon, elle serra sa main avec sa petite force pour lui montrer qu'elle ne voulait pas la lâcher. Ils avaient donc commencé à marcher dans les rues du Chemin de Traverse en s'éloignant quelque peu des Embrumes pour trouver une ambiance plus propice à une soirée romantique.

Tu sais Ashton, ça me fait vraiment plaisir de te voir...

Ses paroles s'évanouir au fond de sa gorge. Le stress était pour le moins grand. Elle avait beau ne plus trop douter du fait qu'elle intéressait le Gryffondor, ce n'était tout de même pas facile de dire des choses comme ça. Elle garda sa main dans la sienne pour sa rassurer. Elle craignait maintenant d'avoir tout gâché, de ne pas avoir dit ce qu'il fallait au bon moment, de ne pas être allée en douceur, d'être allée trop vite. Elle se sentait cruche. S'il y avait eu le Soleil plus que la Lune pour les éclairer, Ashton aurait pu voir Clarissa devenir rouge... ou blanche enfin remarquer les signes de l'inquiétude. Pour tenter de se calmer, la jeune fille leva les yeux vers le ciel. Un magnifique crépuscule tombait entre les bâtiments bordant la rue où ils avançaient. La lumière lunaire éclairait leur tranquille pas sur les pavés. Rien ne perturbait se moment pour l'instant. Ils étaient seuls et rien ne les dérangerait à faire peut-être un peu avancer leur relation enfin chaque chose en son temps. En clair rien ne les perturbait en ce nouveau moment romantique.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: La nuit tous les chats sont gris...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 6 sur 13

 La nuit tous les chats sont gris...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 5, 6, 7 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.