AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 1 sur 13
Chez Fleury & Bott
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Chez Fleury & Bott

Message par : Anna Ride, Mar 5 Juin - 12:33



[ PV Anna Ride & Isaac Stone ]

Milieu d'après-midi. Anna errait sans but précis dans les rues du Chemin de Traverse, à la recherche peut-être de quelque chose qui pourrait lui changer les idées, lui vider l'esprit. *M'faut vraiment cette pensine* pensa la jeune qui avait déjà évoqué l'idée d'en acheter une, par le passé. Il y avait bien des choses qu'elle aimerait pouvoir oublier, surtout ces derniers jours.

Après le départ précipité et plutôt inattendu de Peter, tout avait ensuite dégringolé chez les Aurors. Anaelle était partie, elle aussi, ainsi que Chloé, laissant WoodStuff plus vide que jamais. Et puis il y avait eu les drames. Commençant par cette mission plus dangereuse que prévue. Finissant par la disparition tragique d'une collègue sur deux fronts. Sara avait été assassinée en pleine rue, en pleine nuit. Les Aurors connaissaient tous son ancienne appartenance au sombre groupuscule et ils savaient également que ces derniers n'étaient pas friands des changements de bords. Ils avaient donc mis ça sur le compte d'une vengeance violente et impitoyable, se jurant de venger sa mémoire.

Elle était non seulement une collègue Auror, pour Anna, mais elle était aussi celle qui s'occupait de la Banque avec elle. C'était assez difficile de voir avec quelle rapidité elle avait été remplacée, par une certaine Greenwood. *Peut-être une parente de Chloé, vu la ressemblance* avait pensé l'ex-Poufsouffle lorsqu'elles avaient été présentées. Peu encline à faire connaissance, les deux jeunes femmes ne s'adressaient pas vraiment la parole lorsqu'elles étaient amenées à se croiser à Gringott's, et c'était tant mieux.

Mais le plus traumatisant, dans toutes ces tragédies, fut sans aucun doute la mort d'Elwaen. Cette mission à Hollow Bastion ne s'était pas déroulée comme prévu. Pourtant, ils s'étaient parfaitement préparés à toutes les éventualités. Klarh et Anna, qui devaient combattre le groupuscule en binôme, avaient été surpris par l'arrivée impromptue et imprévue de Vandrake, qui n'avait pas apprécié être éconduit par sa supérieur, se doutant qu'une mission se tramait. Malheureusement, tout s'était passé extrêmement rapidement et les deux Aurors n'avaient pas su protéger leur collègue. Il était mort au combat, certes, mais il n'aurait pas dû combattre ce jour là.

Comment retourner travailler, faire des rapports, des missions, ranger des dossiers ou encore parler à tout le monde, sans penser à eux ? Sans se dire qu'à deux box d'elle, Elwaen devrait être en train de ronchonner parce qu'il n'aime pas l'odeur des nouveaux parchemins. Sans se dire qu'en se rendant à Gringott's, elle ne verrait plus les cheveux d'or de Sara, flottant au vent pendant qu'elle se précipitait, toujours pressée, vers son bureau pour des énièmes vérifications bancaires... Et pourtant, il fallait faire avec, parce que pour certain : la vie continuait.

Alors elle était là, au Chemin de Traverse après une matinée au Ministère. Que faire ? Les mains dans les poches de son jean, Anna marchait d'un pas lent, rasant les murs pour ne pas se faire bousculer par un sorcier pressé, laissant le soleil du printemps taper contre sa peau. Cheveux attachés d'une façon grossière et maquillée légèrement, elle avait laissé son uniforme de côté et avait enfilé un simple débardeur gris clair, un jean et des ballerines, profitant comme possible des beaux jours Londoniens.

Jetant un coup d'oeil sur la gauche, elle aperçu le glacier Florian Fortarôme et s'arrêta pour prendre une boisson fraîche avant de poursuivre sa route. Un peu plus loin, la jeune femme vit la boutique Fleury & Bott, lieu où elle n'avait pas mis les pieds depuis un sacré bout de temps. Terminant sa boisson d'une traite, elle jeta le contenant dans une poubelle et s'introduisit dans la boutique en saluant le gérant.

L'odeur qu'il s'y dégageait lui ravivait de fabuleux souvenir. Poudlard était la première chose à laquelle Anna pensait, lorsqu'elle sentait le parfum des livres. Le mélange des vieilleries, des nouveautés, des livres laissés de côté, ceux qui sont lu des centaines de fois, ceux qu'on garde près de nous ou ceux qui restent sur les étagères. Elle avait passé beaucoup de temps dans l'immense bibliothèque de l'académie pour sorciers, se laissant porter par les différentes histoires fabuleuses qu'elle lisait, ou bien en buvant et absorbant chaque nouvelle chose qu'elle apprenait. Elle se sentait bien, ici.

Prenant un livre un peu au hasard dans le rayon histoire, elle s'installa sur une table dans un coin de la boutique, au calme. Croisant les jambes, la jeune femme regarda ensuite ce qu'elle avait finalement choisi. Grandeur et décadence de la Magie Noire. *Super...* se dit la blondinette tandis que ses idées noires et déprimantes lui revenaient à l'esprit en lisant l'intitulé du bouquin. Anna pensa à aller changer de livre puis elle fini par se dire qu'il devait sûrement évoquer la chute de Voldemort et de tous les Mages Noirs de la seconde guerre. Finalement, c'était peut-être pas plus mal. La jeune femme débuta donc sa lecture, tranquillement, pensant qu'enfin elle serait tranquille et en paix pour le reste de l'après-midi.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Stone
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Isaac Stone, Dim 17 Juin - 23:58


Installé depuis maintenant deux heures chez Fleury & Bott – sa boutique préférée sur le chemin de traverse - Isaac se remémorait l’année qu’il venait de passer en France. Le jeune homme avait pris goût au mode de vie rythmé de la France. Ayant commencé son périple à Paris, il avait terminé l’année dans le sud du pays où il rencontra Madame Martin, directrice de l’école de sorcellerie française Beauxbâtons. Rare aux garçons, celle-ci accueillit tout de même Isaac sous son aile – dans le somptueux palais Beauxbâtons – en l’assignant comme son bras droit officiel. Pourtant assidue dans toutes les tâches qu’il entreprenait et plutôt ponctuel, Miss Martin finit par congédier le jeune sorcier pour une durée indéterminée et ce, sans raisons apparentes. Mais la clairvoyance habituelle d’Isaac l'aida à rassembler rapidement les pièces du "puzzle". Pour lui, l’explication était claire : les élèves s’étaient plaints à leur "souveraine". Il faut dire qu’étant bras droit de cette dernière, il était son troisième œil, ainsi les élèves n’appréciaient pas que leurs libertés usuelles – Madame Martin n’étant pas vraiment circonspecte – soient piétinées au passage d’Isaac. Passage bref tout compte fait.

Son envoi rapide en nature et l’ennui ; sans aucun doute les raisons pour lesquelles Isaac était de retour à Londres mais c’est également celles qui avaient causées son départ il y a exactement un an. Pour Isaac, l’idée de rester dans un même endroit pendant des heures lui était invraisemblable mais s’il y a bien un lieu où ses pieds se clouent littéralement au sol, c’est bel et bien Fleury & Bott.
Cela faisait à présent deux heures qu’ils feuilletaient chaque recoin de la boutique. Les vieilles manières étaient de retour : il s’était posé sur la bonne vieille table en chêne de l’allée N°17 à l’étage pour être sûr de ne pas être dérangé, avait méticuleusement placé sa canette de bière au beurre sur le rebord gauche de la table en prêtant attention au fait qu’il y ait une distance d’au moins trois centimètres entre celle-ci et le futur livre qui allait être également disposé sur la table. Bref, tous ces détails auxquels Isaac faisait attention afin d’éviter tout accident, celui-ci étant d’une maladresse indescriptible MALHEUREUSEMENT pour lui…

Isaac avait déjà commencé 7 livres aujourd’hui mais chacun avait été fermé au bout de la 5ème page. Il n’avait trouvé aucun livre et le temps passait très lentement. C’était tant mieux, il aimait cet endroit et ça ne le dérangeait pas d’être coupé du monde, surtout sur le chemin de traverse où au moins un sorcier par an meurt d’étouffement, enfin c’était ce que pensait Isaac. Avant d’avoir une pile bringuebalante et prête à tomber avec un livre en plus, il prit courageusement – tout le monde sait qu’un livre chez Fleury & Bott pèse au moins 500g – les 7 bouquins poussiéreux afin de les remettre au plus vite au libraire qui se chargerait de les ranger.

Le libraire était le genre de vendeur à la technique infaillible. Il met à disposition des tables à l’étage afin que l’on s’installe et que l’on finisse à se plonger dans un livre….mais toute bonne chose a une fin. Lorsqu’une personne arrive à la moitié d’un livre, les pages disparaissent, laissant apparaitre la note suivante : « Pour poursuivre votre lecture, préparez vos gallions chers amis ».

Sa place, la seule chose qu’Isaac vit à ce moment-là. Une jeune femme avait pris "sa" place. Pourquoi ? Pourquoi cette chaise et pas une autre ? Isaac était tout de même du genre gentlemen et c’est pour cette raison qu’il ne comptait pas s’énerver contre cette chevelure blonde. *Elle vient tout gâcher* se dit-il alors qu’il s’apprête à l’avertir que sa place ne se trouve et ne se trouvera – puisqu’elle a peut être pris l’habitude de la prendre depuis le départ d’Isaac en France – désormais plus ici.
- Je vous demande pardon mais vous êtes assise à ma place Mademoiselle dit-il bien décidé, pour vous prouver ma canette de bièr….où est-elle ?!
Revenir en haut Aller en bas
Anna Ride
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Biche
Légilimens




Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Anna Ride, Lun 18 Juin - 9:48


A peine avait-elle terminé le premier chapitre de son livre, relatant l'histoire de l'incroyable prise de puissance des Mages Noirs et de Voldemort --avant la première guerre--, que la jeune femme fût interrompue par un bruit sourd. Quelque chose venait de tomber sur le sol de la librairie, pas très loin de sa place. Décrochant les yeux de son bouquin, Anna jeta un furtif regard à terre afin de vérifier qu'elle n'avait rien brisé.

Une canette de bière au beurre gisait au sol, déversant son savoureux liquide sur le parterre boisé de Fleury & Bott. Sortant sa baguette de sa poche, la jeune femme fit disparaître la petite flaque de bière à coup de Tergeo et préféra reprendre sa lecture au lieu de ramasser le contenant. *Après.* s'était-elle dit, impatiente de lire les passages contant le déclin des Mages Noirs et la première chute du Seigneur des Ténèbres.

C'est seulement deux pages plus tard que la blondinette réalisa que la canette, qui était toujours à terre, devait probablement appartenir à quelqu'un et que c'était très certainement elle qui l'avait faite tomber en changeant de position pendant sa lecture. Ne prenant cependant toujours pas la peine de ramasser ledit objet, Anna réfléchit néanmoins à une excuse bidon pour se laver des soupçons que pourrait avoir le propriétaire de la bière au beurre décédée.

Justement, tout juste son chapitre terminé, Anna fut à nouveau interrompue dans sa lecture. Le silence, qui régnait jusqu'à lors à l'étage de la boutique, fût brisé par des bruits de pas plutôt lourd. Un homme, très probablement. Sans lever la tête de son livre, Anna leva toutefois les yeux discrètement afin de mettre une carrure sur cette démarche. Un homme, effectivement. Et il se dirigeait droit vers elle. La jeune femme leva les yeux vers lui, lorsqu'il fut arrivé près de la table où elle se trouvait, et attendit qu'il dise quelque chose. L'observant un court instant, elle détailla rapidement l'énergumène. Grand, baraqué, des yeux bleus clairs, une mine bourrue et ferme mais tout de même avec un certain charme. Le genre de type qui obtient certainement tout ce qu'il veut en un claquement de doigts.

« Je vous demande pardon mais vous êtes assise à ma place Mademoiselle.commença le jeune homme sur un ton bien décidé. Pour vous le prouver, ma canette de bièr….où est-elle ?! »

Feignant la surprise, la jeune femme posa son livre ouvert sur ses jambes décroisées et regarda autour d'elle. « Je n'en sais rien » répondit-elle en haussant les épaules avant de se baisser légèrement pour regarder sous la table. « Ah, elle est ici, vous voyez. Elle a dû tomber avant que j'arrive » continua l'Auror qui se leva ensuite pour --enfin-- ramasser la canette vide de bière au beurre et la poser sur la table avant de se rasseoir à sa place.

« Concernant votre soit-disant place, j'imagine que vous plaisantez. Il y a bien plus d'une chaise autour de cette table, rien ne vous empêche de vous joindre à moi. poursuivit-elle en prenant à nouveau son livre entre ses doigts fins afin de continuer sa lecture. Je suis silencieuse, rassurez-vous. »conclu Anna alors qu'elle avait déjà ses yeux rivés vers les lignes du chapitre deux. *Et puis quoi encore, quel espèce de troll celui là...* pensa-t-elle en secouant la tête de lassitude.

Même dans la librairie la plus réputée et la plus tranquille du chemin de traverse, il fallait toujours que l'on croise des briseurs de silence, des des gâcheurs de journée... Peu importait le choix que faisait le grand jeune homme, Anna ne bougerait pas de cette place. Peu importait qui il était, il était hors de question qu'elle se fasse virée comme une pouilleuse. L'époque de Poudlard où la petite blonde frêle se faisait ennuyé dans la bibliothèque était terminée depuis longtemps. S'il voulait la faire bouger, il allait falloir qu'il tâte de sa baguette, le bougre.
Revenir en haut Aller en bas
Isaac Stone
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Isaac Stone, Mar 3 Juil - 0:37


« Je n'en sais rien… Ah, elle est ici, vous voyez. Elle a dû tomber avant que j'arrive »

*NOOON* se dit le jeune homme alors qu'il entend le bruit creux de la cannette de bière au beurre se poser sur la table. Le regard d'Isaac se dirigea alors vers le parterre : la bière venait formé une énorme flaque qui s'incrustait déjà dans le sol en bois grinçant de chez Fleury & Bott. Il n’avait même pas eu le privilège de boire ne serait-ce qu'une goutte.Il prit cette chute comme un blâme au minutieux dont il avait fait preuve pour éviter sa maladresse perpétuelle, c'était à prévoir tout compte fait. D’ailleurs, la navrante histoire de la cannette l’horripilait tellement qu’il en oublia la raison antérieure de son mécontentement : sa place. Et il n’eut pas à s’en rappeler seul puisque la jeune femme s’en chargea :

« Concernant votre soi-disant place, j'imagine que vous plaisantez. Il y a bien plus d'une chaise autour de cette table, rien ne vous empêche de vous joindre à moi. Je suis silencieuse, rassurez-vous. »

*Quel petite peste!* pensa instantanément Isaac. Bien que la jeune femme eut la décence de se baisser pour prendre la cannette dont elle avait probablement causé la chute, elle ne s’était par contre pas concentrée sur la prochaine intervention du jeune homme, trop hypnotisée par le livre qu’elle lisait. Elle avait certes pendant une demi-seconde au moins posé le regard sur lui mais la situation lui était clairement indifférente. *Même avec le livre le plus passionnant de la terre, je n’aurais pas osé* se dit le jeune homme, consterné qu’on ne l’eut pas témoigné une pointe de respect. C’était trop. Certes, il y en avait d’autres mais c’était la seule table de l’allée à ne pas être prise et piétiner les habitudes d’Isaac, c’est tout comme réveiller un mort.

Cette situation lui rappelait étrangement le « bon » vieux temps à Poudlard. Là-bas au moins, sa vie était on ne peut plus vivante : des élèves dans tous les couloirs, des crêpages de chignons à applaudir (premières années le plus souvent), des professeurs dérangés, des gros durs fictifs, des monsieur et madame « je sais tout », etc… Mais le « bon » dans tout cela était sans doute l’année où Isaac était préfet en chef de la maison Serdaigle. Sa fonction le permettait d’observer puis de « sanctionner » chaque faux pas. Le plus jouissif dans toute cette « popularité passagère », c’était de punir les maisons adverses. En effet, avant d’être préfet en sixième année, Isaac n’avait pas imaginé qu’une maison avait le pouvoir sur une autre et pourtant… Oui, le respect est un ordre fondamentale à Poudlard : que ce soit un élève de Poufsouffle, de Gryffondor, de Serpentard, ou de Serdaigle, la règle est la même pour tous et les préfets sont là pour la faire régner.

Au risque de paraître égoïste et prétentieux, Isaac n’avait rien à perdre. Il ne la connaissait guère, elle ne représentait rien pour lui et de toute manière, c’était sa place avant tout. Et puis, ce qu’il s’apprêtait à dire n’était pas du tout grossier. Il se dit alors que la jeune femme ferait preuve de bon sens et qu’elle allait lui rendre la place sans trop se défendre, enfin toute cette pensée était sans aucun doute : SOUS RÉSERVE.

« Ecoutez, je rentre d’un long voyage en France, peut être que vous êtes une habituée de cet endroit maintenant mais j’aimerai juste pour cette fois retrouver les racines d’antan, c'est-à-dire cette allée, cette table et cette place. Je suis juste allé apporter un livre, je suis ici depuis ce matin et vous êtes peut être silencieuse mais je suis une personne solitaire alors je pense que partager une table n’est pas la meilleure chose. Je pense que si vous me rendez cette place, on évitera tout désagréments....Que lisez-vous de beau ? » dit-il d'un ton plus que mielleux. Il avait en plus eu la gentillesse de s’intéresser au livre de la jeune femme et ça, juste afin de noyer le poisson, même si bien sûr, ça n'allait rien changer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Lun 29 Avr - 11:26


[Ailinn Kafka]
J'avais prévu de rejoindre David chez Fleury & Bott, rester avec lui le temps qu'il trouve son bonheur (j'avais bien du courage pour faire ça, cela pouvait durer des heures!), finir d'acheter avec mes gallions ce qu'il ne pouvait acheter qu'avec son seul argent de poche (parce qu'il y avait toujours beaucoup de livres qui plaisaient à mon benjamin et pas assez de gallions dans ses poches), puis aller avec lui se manger une gaufre dans le Londres moldu et prendre de ses nouvelles. Je le voyais relativement souvent, du fait qu'il était scolarisé à Poudlard pour sa dernière année, cependant nous ne manquions pas nos rendez-vous réguliers, que ce soit à Pré-au-Lard ou comme ce jour-ci au Chemin de Traverse. Je tenais à voir de mes propres yeux que l'adolescent s'épanouissait, rencontrer ses amis, et surtout rire avec lui. Car bien que mon frérot avait parfois tout du rat de bibliothèque (un rat de bibliothèque qui emprunterait ou chiperait des bouquins pour les lire dehors) il était pourvu d'un sens de l'humour certain, que Peter et moi avions ardemment travaillé à développer pendant son enfance.

Ainsi donc je me rendais à Londres et depuis Pré-au-Lard quand on n'a ni diplôme de transplanage ni transplaneur sous la main, la solution la plus simple restait la poudre de cheminette. Un moyen de transport que j'utilisais quelques fois pour rentrer à Gossypium mais somme toute assez rarement, du fait que ne possédant pas de cheminée je devais emprunter le nécessaire à un voisin. Un certain Mr Smith fort aimable, que je "payais" en quelque sorte par des cadeaux à ses enfants. J'avais vu plus d'une fois ces derniers le nez collé à la vitrine, ou explorer les rayonnages quand leur mère n'était pas là. Parce qu'ils n'achetaient jamais rien, j'avais compris que le salaire des parents et l'opinion de Mrs Smith ne leur permettaient pas d'acheter ce qu'ils voulaient. Aussi avais-je attentivement observé leur comportement pour déterminer quel objet leur plaisait le plus. Les enfants et leur père étaient ravis, leur mère un peu moins. Cependant cela arrivait si peu souvent qu'elle n'avait pas l'occasion de se plaindre et j'essayais de limiter mes choix à ce qui ne lui causerait pas trop de frayeur. Je n'avais jamais été mère et n'avais nullement l'intention de le devenir, l'idée même de maternité me retournant le ventre, mais cette femme me rappelait Claire et sa façon de couver la petite Mia alors je faisais un petit geste. Et puis les gamins ne devaient pas avoir plus de six ans alors fallait quand même éviter les accidents.

Je saluais le couple sur le pas de leur porte, leur rappelant la raison de ma venue que j'avais expliqué la veille. Ils m'invitèrent gracieusement à entrer et après avoir échangé quelques paroles j'empruntais leur cheminée et leur poudre. Comme il était d'usage, je tenais la poudre enfermée dans ma main devant moi, bras tendu, avant de la lâcher tout en clamant distinctement ma destination : "Fleury et Bott". Je me sentis happée puis atterris dans une large cheminée de la taille d'une petite pièce. Un détail : elle était close par quatre murs de briques propres. La seule ouverture était le plafond qui donnait sur le ciel et permettait d'éclairer la pièce. Il était trop haut pour que je pus voir autre chose qu'un carré bleuté et ne permettait par conséquent pas de se situer. En tout cas, j'étais sûre et certaine de ne pas être au bon endroit! Il n'y avait pas un bruit alentours. Si ce n'est le bruit de nos respirations et nos mouvements. Car je n'étais pas seule, cela je l'avais immédiatement remarqué : une adolescente à la chevelure rousse avait surgi ici en même temps que moi et cherchait elle aussi ses repères dans ce lieu inconnu où nous étions visiblement coincées. Elle avait l'air en bonne santé aussi m'attaquais-je directement à la source de notre problème commun.

- Attention, recule-toi, lui conseillais-je. Et j'envoyais un bombarda sur l'un des murs, ce qui n'eut aucun effet. Le sort ne rebondit pas, encore heureux par les caleçons de Merlin, il s'était juste... dissipé, fait absorbé, volatilisé ? Peut-être les murs étaient-ils imperméables à la magie. Je me mis à faire le tour en toquant sur les briques sans jamais en rencontrer une qui sonnait creux. Inutile donc de se casser les os en frappant dessus.
- Trop bien, soupirais-je.

Il restait à tenter pas mal de choses, comme le maléfice explosif que je n'étais pas censée connaître et dont je redoutais les effets. Pourtant j'avais le sentiment que toutes les tentatives de sortir seraient vaines...
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Ailinn Kafka, Mer 1 Mai - 17:09


Ailinn n’avait encore jamais emprunté le mythique réseau de cheminées des sorciers, et c’est avec une certaine appréhension qu’elle plongea sa main dans le minuscule pot de céramique qui contenait la poudre vert vif.

« T’es sûre que c’est comme ça que je dois faire, Tammy ? » demanda-t-elle, anxieuse.

La Serdaigle à la chevelure de feu passait l’après-midi chez sa voisine d’étude des runes en vue des BUSE qui approchaient, et les deux jeunes femmes avaient profité d’une pause dans leur séance de révisions pour se faire quelques confidences.
Ailinn avait donc avoué entre deux pancakes ne pas connaitre la poudre de Cheminette, et son amie lui avait proposé de tenter l’expérience en se rendant chez Fleury et Bott.

« Mais oui ! » lui répondit son amie, un grand sourire rassurant sur le visage. « J’en utilise souvent, je te promets que tu arriveras chez Fleury et Bott en moins de temps qu’il ne faut pour le dire ! Ce sera beaucoup plus rapide qu’à balai, et puis aussi plus pratique pour transporter tes achats ! N’oublie pas, tu jettes la poudre dans la cheminée, tu dis « Fleury et Bott ». Tu me ramèneras quelques rouleaux de parchemin ? »

Respirant un grand coup, la rouquine jeta la poudre verte au milieu des flammes avant de s’avancer dans l’âtre de briques grises, et déclara de la voix la plus calme possible :

« Fleury et Bott. »

La sorcière aux cheveux cuivrés se sentit aspirée par un souffle puissant, avant d’atterrir brutalement dans un tas de cendre, au milieu d’une large cheminée de briques. Mais… Que s’était-il passé ? Elle ne se trouvait pas dans la librairie du chemin de traverse !
À sa gauche, une jeune femme aux cheveux bruns venait de surgir à son tour, et avant qu’Ailinn n’ait le temps de dire quoi que ce soit, cette dernière bombarda le mur de briques d’un sortilège explosif… sans succès.

« Trop bien. » soupira sa nouvelle camarade.

La rouquine soupira en regardant tour à tour ses habits moldus couverts de cendres, et le carré d’azur qui se découpait à des dizaines de mètres au-dessus d’elle. Comment sa journée avait-elle pu virer à ce point au désastre ? Elle qui se trouvait encore quelques heures plus tôt chez son amie Tammy, perdue dans les pages d’un livre d’études des runes, se retrouvait à présent coincée dans cette cheminée glauque et exiguë sans la moindre idée de la manière dont se sortir de là.
Ailinn hésitait à envoyer son Patronus prévenir quelqu’un pour les aider, mais puisqu’elle ignorait totalement où ils se trouvaient, celui-ci pourrait mettre des heures à rejoindre le Ministère… Ah, si seulement elle avait emporté son miroir à double-sens !

À court d’idées, Ailinn scruta plus attentivement les traits de sa camarade d’infortune, s’étonnant que ceux-ci lui soient à ce point familiers. Elle l’avait déjà croisée, elle en était certaine, mais ne parvenait pas à se souvenir où avait eu lieu cette rencontre.

« Vous travaillez chez Waddiwasi, n’est-ce pas ? Je me disais bien que je vous avais déjà aperçue quelque part ! » s’exclama-t-elle soudain, illuminée.

Peut-être avait-elle un espoir de se sortir de là, finalement… Celle qui tenait la meilleure boutique de farces et attrapes du pays avait probablement plus d’un tour dans son sac !

« Et si on faisait équipe ? Je suis sûre qu’un Aguamenti allié à un Glacio pourrait nous faire une colonne convenable, et on pourrait sûrement sortir par le conduit de la cheminée… » la jeune Serdaigle se tut en se rendant compte de l’absurdité de ses propos, et ajouta en riant. « Bon, d’accord, c’est une très mauvaise idée… Mais il faut bien qu’on trouve un moyen de sortir de là, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Lun 1 Juil - 1:01


Bon bon bon... Quels sorts appropriés et répandus s'offraient à moi ? Je ne connaissais que trop peu de sorts "normaux", que l'on pouvait retrouver dans le répertoire magique de n'importe quel sorcier. Je ne maîtrisais (enfin, tout est relatif hein) que les sorts qui m'intéressaient et c'était là que ça coinçait. Mon intérêt avait plutôt tendance à porter sur le domaine de ce qui est dangereux et ne devrait pas être connu d'une jeune vendeuse. Oh et puis au pire, la fille aux cheveux roux ne me reconnaîtrait pas non ? Je pouvais bien essayer de faire des trucs bizarres, si on arrivait à sortir d'ici elle aurait oublié ma tête d'ici quelques semaines à peine.

- Vous travaillez chez Waddiwasi, n’est-ce pas ? Je me disais bien que je vous avais déjà aperçue quelque part !

Mince, grillée. Tant pis.

- Oui c'est bien ça, lui souris-je, tout de même contente et flattée que mon magasin ait suffisamment de renommée pour qu'une adolescente inconnue m'identifie. Moi par contre j'étais proprement incapable de la reconnaître. Étais-je trop distraite pendant mon service ? Le vouvoiement est en trop par contre, ajoutais-je avec un clin d'oeil. Les "tu" me conviennent parfaitement.

J'étais presque autant à cheval sur le tutoiement, pour moi gage de franchise et d'égalité, que Franck ne l'était sur le vouvoiement, pratique attachée à son éducation distinguée. Cette pensée me fit sourire. Je n'aurais jamais soupçonner que je me trouverais un jour des similitudes dans les petites manies de Franck.

- Et si on faisait équipe ? Je suis sûre qu’un Aguamenti allié à un Glacio pourrait nous faire une colonne convenable, et on pourrait sûrement sortir par le conduit de la cheminée…

J'eus un petit sourire. Je ne pensais pas que son idée marcherait mais elle était réactive et ne se laissait pas abattre. Franchement, j'avais de la chance de tomber sur elle et pas une sorcière à fleur de peau qui aurait piqué une crise, virant hystérique en un rien de temps ce qui n'aurait fait qu'aggraver la situation. Bon, pour être tout à fait honnête, je ne pouvais pas trop parler puisque j'étais plus ou moins claustrophobe, cependant je ne pensais encore pas au fait que nous étions cloîtrées entre quatre murs. Mon cerveau était pour l'heur occupé et c'était très bien comme cela, réfléchir m'empêchait de prendre pleinement conscience de la situation. Autres facteurs aidant : la taille de la pièce, relativement grande, ainsi que le plafond ouvert. Le ciel au-dessus de nos têtes était rassurant et l'ouverture permettait les mouvements d'air

- Bon, d’accord, c’est une très mauvaise idée… se ravisa l'adolescente. Mais il faut bien qu’on trouve un moyen de sortir de là, non ? Elle éclata de rire, tout à fait décontractée coincée qu'elle était avec une parfaite inconnue. Waow quoi.

Enfin parfaite inconnue, je commençais à en douter. Son attitude ouverte mais surtout ses yeux pétillants d'intelligence encadrés d'une chevelure rousse rappelaient à moi des souvenirs flous.

- L'idée n'est pas mauvaise, l'inconvénient c'est que j'ignore quel temps ça nous prendra... remarquais-je tandis que mon regard se tournait vers le haut pour évaluer combien de mètres nous séparait de la sortie. Vu d'ici l’ascension a l'air aussi lente et longue que la chute d'Alice dans le terrier la menant au pays des merveilles, souris-je. Mais tu peux toujours essayer, autant tenter un maximum de trucs.

Je fourrais mes mains dans mes poches, triturant les divers objets qui s'y trouvaient à la recherche de quelque chose qui pourrait s'avérer utile. Ma vieille veste avait beau être plus que passée, je ne pouvais me passer de ses poches soumises au sortilège d'extension indétectable! J'avais quelque chose qui pouvait nous faire office de corde mais le problème demeurait identique, la sortie était trop haute. J'avais également de la nourriture, des vêtements chauds, des vieux jouets et des bouts de parchemin, rien qui ne saurait nous aider.

- Avant de faire équipe des présentations s'imposent, "l'ado rousse et la vendeuse de farces" c'est pas très vendeur comme nom d'équipe. Je souris et lui tendis la main pour échanger une poignée (de mains). Je suis Abygael et toi ?

Reconnaissant au toucher une cuillère magique, je la sortis :
- Euh... On peut essayer de creuser le sol ? pouffais-je. Difficile de faire plus absurde comme solution non ? Je balançais la cuillère par dessus mon épaule, laquelle se mit tout de même à creuser. Bof si ça lui faisait plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Ailinn Kafka, Lun 29 Juil - 0:42


« Le vouvoiement est en trop par contre. Les "tu" me conviennent parfaitement. »

Ailinn acquiesça brièvement avec un petit sourire malicieux, bien qu’un peu étonnée. Chez la plupart des adultes du coin, le vouvoiement était inévitable… Peut-être s’agissait-il d’un héritage de l’aristocratie britannique, mais toujours était-il que la rouquine avait pris l’habitude de vouvoyer tous les adultes dès sa plus tendre enfance. Il était donc étrange de tutoyer cette jeune femme à la réputation éclatante, et pourtant cela semblait presque naturel. Un simple « tu », aussi franc et sincère que ses yeux l’étaient.

« L'idée n'est pas mauvaise, l'inconvénient c'est que j'ignore quel temps ça nous prendra... Vu d'ici l’ascension a l'air aussi lente et longue que la chute d'Alice dans le terrier la menant au pays des merveilles. Mais tu peux toujours essayer, autant tenter un maximum de trucs. » La brunette s’interrompit quelques instants pour fouiller dans ses poches qui semblaient insondables, avant de reprendre d’une voix plus sérieuse. « Avant de faire équipe des présentations s'imposent, "l'ado rousse et la vendeuse de farces" c'est pas très vendeur comme nom d'équipe. Je suis Abygael et toi ? »

L’ado rousse et la vendeuse de farces. C’est vrai qu’elles formaient une drôle d’équipe toutes les deux. Plus de dix ans d’écart, et des mondes probablement à des années lumières l’un de l’autre. Elles avaient par hasard pris le réseau de cheminées en même temps, et se retrouvaient coincées dans ce lieu sans nom, au milieu du néant. Une simple coïncidence, qui les amèneraient pourtant à se serrer les coudes pour ce sortir de là.

« Ailinn, enchantée. »
répondit la fillette.

La jeune femme fouilla à nouveau dans ses poches quelques instants avant d’en sortir… Une petite cuillère ? Ailinn avait déjà connu des sorciers extravagants, mais cette fois, c’était la meilleure ! La rouquine se demandait sincèrement ce que comptait faire Abygael avec cette cuillère. Peut-être allait-elle rendre les murs comestibles et les attaquer à la cuillère ?

« Euh... On peut essayer de creuser le sol ? Difficile de faire plus absurde comme solution non ? »

Soudain, alors que la brune venait de jeter nonchalamment la petite cuillère par-dessus son épaule, celle-ci se mit à creuser de sa propre volonté sans s’offusquer de l’ampleur de la tâche. Incroyable… Voilà qui prouvait une fois de plus que personne ne travaillait à Waddiwasi sans raison.

« Eh bien… Je crois que nous n’avons rien à perdre ! » s’exclama Ailinn avec un petit rire. « Peut-être que nous déboucherons sur une galerie quelconque… »

Après tout, elles étaient perdues dans le réseau de cheminées, au milieu du néant… Pourquoi le lieu dans lequel elles se trouvaient aurait-il une quelconque logique ?

C’est alors qu’une sorte de brève et éclatante illumination se produit dans l’esprit d’Ailinn. Puisque la métamorphose était sa spécialité, pourquoi ne pas l’utiliser une fois de plus ? La rouquine sortit de son sac un vieil imperméable usé que sa marraine l’avait forcé à emmener partout avec elle pendant des années pour ne pas qu’elle prenne froid dans les couloirs glacials de Poudlard. Pour la première fois, cet hideux ciré criard lui serait véritablement utile.

La rouquine pointa sa baguette sur la veste, et murmura doucement un sortilège qu’elle utilisait si souvent qu’il était presque devenu une extension d’elle-même. Un instant plus tard, le vieux ciré s’était changé en un gros ballon rouge de plus d’un mètre de diamètre, orné de deux poignées de cuir.

« Avec deux Wingardium Leviosa simultanés, ça devrait marcher, qu’est-ce que tu en penses ? » l’interrogea-t-elle avec un sourire plein d’espoir.

Revenir en haut Aller en bas
L'auteur de ce message est actuellement banni du forum - Voir le message
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Mer 7 Aoû - 20:46


L'adolescente à chevelure de feu se nommait Ailinn, un prénom qui rappelait l'Irlande tout comme la couleur flamboyante de sa tignasse. Elle ne hurla pas "Folle dans les paraaaaages!" quand je sortis une petite cuillère pour nous aider mais éclata de rire. Chouette elle comprenait mon humour, c'était toujours un point si on devait rester coincé ici pour le reste de nos vies.

- Eh bien… Je crois que nous n’avons rien à perdre ! Peut-être que nous déboucherons sur une galerie quelconque…

Et avec ça elle était optimiste. Parce que moi je commençais sérieusement à penser qu'on était perdu dans une autre dimension, un genre de machin immense s'étendant à perte de vue et où nous serions complètement seules face au bleuté du ciel. Nous n'avions pas entendu un bruit extérieur depuis notre atterrissage ici, ce ne pouvait pas être normal. Pas de voix, humaine comme animale, aucun son d'objet qu'on entrechoque, rien. C'était étrange et, n'ayons pas peur des mots, cela m'inquiétait franchement. Je prenais peu à peu conscience que j'étais coincée, que j'avais un espace assez restreint pour me déplacer et je me sentais mal à l'aise. Une gêne qui allait vite tourner au cauchemar si je restais trop longtemps ici...

Ce fut le moment choisi par Ailinn pour me redonner espoir. Je remarquais qu'elle s'affairait à côté de moi sur un vieil habit qui avait vu défiler les années. Elle eût tôt fait de le métamorphoser en une espèce de sphère gonflée, un globe qui devait être assez léger pour nous porter si on l'aidait de quelques sortilèges. D'ailleurs cela devait être à cela que la demoiselle pensait car elle avait fait apparaître des poignées pour que l'on pût s'y accrocher.

- Avec deux Wingardium Leviosa simultanés, ça devrait marcher, qu’est-ce que tu en penses ?

Je lui rendis son sourire et c'est avec enthousiasme que je lui répondis :
- Risqué mais on peut tenter le coup! Au pire si on tombe on fait apparaître quelque chose en dessous pour arriver entier ou on ralentit notre chute.

J'essayais d'être particulièrement convaincante car je ressentais le besoin pressant de fuir cet endroit confiné. S'élever malgré les risques encourus était une idée bien plus plaisant que rester croupir ici. Nous saisîmes donc les poignées et nous organisèrent pour lancer les sortilèges en simultanée. Il y avait certes une part d'appréhension dans nos ventres quand nous virent le sol s'éloigner progressivement de nos pieds sans que nous n'ayons de balais  sous nous. Cependant le soulagement d'avoir trouvé une solution gagnante (ou qui promettait de l'être jusqu'à présent) l'emportait sans conteste. Je me sentis une énergie nouvelle lorsque nous fûmes bien éloignées de cet endroit où nous avions posé les pieds et que la lumière du ciel se faisait nettement plus proche. Je lâchais un rire tant la situation semblait folle et félicitais Ailinn pour son idée géniale qui ne nous avait pas encore tuées. Nous ne pouvions nous congratuler très longtemps car le maintien du sortilège nécessitait de l'attention, quoique relativement raisonnable puisqu'il s'agissait d'un sort des plus basiques.

Nous avions le regard fixé sur le ballon au-dessus de nous et parfois un rayon de soleil nous éblouissant faisait cligner un oeil. Au terme d'une longue ascension nous furent tout proche de l'ouverture, la carré bleu qui avait grossi à vue d'oeil. Nous voilà en passe de le franchir et de déboucher à l'air libre lorsque tout à coup il y eut un étrange "pop". Alertées, nous échangèrent quelques paroles succinctes et pressées mais il s'avéra bientôt que le ballon n'était nullement endommagé et nous entendîmes enfin autres sons que ceux que nous produisions. Le brouhaha léger du Chemin de Traverse en une journée printanière de semaine nous parvînt et nous pûmes constater que nous n'étions en fait guère loin de la librairie Fleury-et-Bott qui se tenait à une cinquantaine de mètre de la cheminée dont nous venions de déboucher. C'était infiniment rassurant de voir la vie autour de nous et d'entendre les sons qu'elle produisait, les petits bruits du quotidien. Le silence qui régnait dans la cheminée n'était pas dû au fait que nous étions en plein milieu de nulle part mais simplement une de ces précautions que l'on prend pour l'isolation sonore. Je respirais.

Ailinn était tout aussi soulagée que moi et sa voix enjouée m'expliquait qu'elle avait utilisé la poudre de cheminette pour se rendre à la librairie elle aussi. Nous dirigeâmes la grosse sphère rouge pour atterrir sur l'une des rues plus larges qui se présentaient tandis que les badauds nous montraient du doigt avec étonnement. Le moyen de transport était certes plus tape-à-l'oeil que les traditionnels balais. Moins maniable aussi. Une fois les pieds sur la terre ferme, nous fûmes assaillies par des curieux et des commères, expérience bien moins agréable que le vol doux et tranquille du ballon. Nous essayâmes de nous frayer un passage à travers la foule par trop encombrante mais ce ne fut (étonnamment) qu'après avoir laissé exploser notre exaspération que le chemin se traça de lui-même, les sorciers s'éloignant de nous sans que nous ayons besoin de les pousser.

Ce n'est donc qu'après ces péripéties que nous pûmes enfin nous présenter devant la porte d'entrée de Fleury & Bott, fins prêtes pour nos affaires respectives et déterminées à faire entendre notre avis au sujet de leur réseau de cheminées.




Nous informons notre aimable clientèle que la librairie est exceptionnellement fermée aujourd'hui.

...


[FIN]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Lun 9 Sep - 15:22


{Pv Violaine}


Solange n'avait pas perdu ses vieilles habitudes. Elle aimait toujours autant aller dans les librairies, moldues ou sorcières. Et aujourd'hui, elle avait décidé de se rendre à Fleury et Bott. Non seulement parce qu'elle aimait bien l'odeur des vieux livres, mais aussi pour espionner un peu la concurrence. Bah oui, la blonde aussi vendait des livres et des manuels scolaires, mais Fleury, c'était une véritable institution qui fonctionnait depuis plusieurs centaines d'années déjà.

Poussant la porte de la boutique, la jeune femme pénétra dans ce qu'elle considérait comme un temple de la connaissance. La blonde prit directement la direction du rayon dédié à l'Histoire de la Magie. Elle était chercheuse en la matière et avait écrit une nouvelle version de l'Histoire de Poudlard, reprenait ainsi certaines petites choses et en n'en modifiant certaines, notamment en ce qui concernait Salazar Serpentard. D'ailleurs, si tout allait comme elle le souhaitait, l'ancienne professeure sortirait le tome 2, consacré cette fois à Grindewald vs Dumbledore et Voldemort vs Harry Potter.

Au fur et à mesure qu'elle déambulait dans les rayons, l'ancienne professeure tomba sur celui consacré à la Métamorphose. Un soupir lui échappa. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'elle avait dû quitter son poste de professeur de Métamoprhose, mais elle le regrettait toujours autant. Alors la blonde ne put s'empêcher de fouiner un peu, pour voir les nouveaux livres sortis.

C'est ainsi qu'elle percuta une jeune fille qui se baladait elle aussi dans les rayons. À moins qu'elle ne se soit perdue, la boutique étant plus grande que ce que l'on pouvait croire au premier abord.

- Oh, excuses-moi ! Je n'avais pas fait attention. Je ne t'ai pas fait mal au moins ? Lui demanda-t-elle gentiment.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Lun 9 Sep - 17:54


Parfait.
Sa baguette magique était en cours de confection, il fallait juste un peu de temps aux artisans de chez Ollivander's pour faire les réglages nécessaires.
Ainsi, Violaine avait un peu de  temps devant elle pour vaquer à ses occupations.
Elle allait en profiter pour visiter un peu le Chemin de Traverse et s’imprégner du monde des sorciers.

Mais elle se rendit vite compte, en voyant ces femmes qui faisaient léviter leurs sacs de courses, les gosses qui mangeaient des bonbons leur faisant fumer les oreilles et les vitrines qui abritaient des objets improbables qu'elle n'avait pas encore sa place par ici. Elle était un peu déboussolée.

Soudain, L'El dorado ! Enfin quelque chose de connu, même chez les Modus : Une librairie !
Faisant tinter le carillon, la Gryffondor entra.

Si Ollivander's lui avait paru un peu désordonnée avec toutes ses boites empilée, ce n'était rien comparé aux immenses étagères qui croulaient sous les ouvrages. Violaine soupçonnait le gérant de les faire tenir en équilibre par un quelconque enchantement...Il devait y avoir un bon millier de Livres !

Passant devant un minuscule sorcier avec un monocle, un autre qui tournait les pages de son magazine avec un simple clignement de l’œil et une sorcière qui se promenait avec un iguane sur l'épaule, elle arriva au rayon des manuels scolaires.

Si elle avait su, elle serait venue directement avec sa liste, mine de rien les cours commencent bientôt ! Il serait dommage de déjà faire perdre des points à sa maison !

C'est le nez en l'air, et ne sachant sur quel livre s'attarder que Violaine avançait. La tête penchée à droite, elle essayait de lire le plus de titres possible, même si la plupart ne lui évoquait pas grand chose : "Les propriétés du sang de gobelin et son utilité dans la vie courante", "Les dragons, histoire du mythe", "Méthamorphomagie & cie"....

-Ouch !

C'est ce qui arrive quand on ne regarde pas où on va !
La petite rousse se répandit en excuses, devant la sorcière qu'elle venait de heurter.

-Tout va bien merci, mais c'est à moi de m'excuser...je ne regardais pas où j'allais ! J'aurai dû faire plus attention...mais c'est que je n'avais encore jamais vu d'ouvrages comme ceux qu'il y a ici. Je trouve ça fascinant !


Elle avait dit cela très vite, comme pour mieux faire passer le fait de ne rien connaître aux rudiments de la littérature magique. Elle devait passer pour une sotte...

Soudain, elle avisa le livre que la Dame avait fait tomber : un pavé aux reliures d'Or.  Elle rougit un peu en le lui rendant.

-J'espère qu'il n'est pas trop abîmé...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Lun 9 Sep - 21:47


À la grande surprise de Solange, la gamine préféra s'excuser et prendre la faute sur elle. Très peu de gamins étaient capables à cet âge de prendre des fautes sur eux, la plupart du temps, ils préféraient se dire qu'ils n'avaient rien fait et que les adultes étaient de gros méchants pas beaux.

- Je crois que la faute est partagée alors, puisque moi non plus, je ne regardais pas où j'allais... Lui dit-elle avec un sourire tout en reprenant le livre qu'elle avait laissé tomber durant la collision. Ne t'en fais pas pour le livre, un petit coup de baguette et tout est réparé ! Ajouta-t-elle avec un clin d'oeil.

Puis elle percuta. La petite venait de lui dire qu'elle ne connaissait pas cet univers donc... Une née-moldue ! Il n'y avait que cette solution, aucun parent digne de ce nom priverait sa progéniture d'une visite sur le Chemin de Traverse. Ce qui replongea Solange dans ses propres souvenirs. Elle aussi avait dû visiter celle cet endroit plein de charme qu'était l'avenue sorcière, elle aussi avait été perdu dans cet univers tout neuf... Alors son regard s'attendrit.

- Tu es une née-moldue n'est-ce pas ? Ta famille n'est pas composé de sorciers à part toi, je me trompe ? Lui demanda-t-elle tout en expliquant au passage le terme de née-moldue, vieux réflexe de prof... J'ai connu ça aussi. Le fait d'être perdue et en même temps émerveillée par ce que je voyais... Si tu veux, je peux te montrer un peu tout ce qu'il y a ici, autant dans la librairie que sur le Chemin de Traverse en lui-même.

Bon c'était faux. Solange n'avait pas été émerveillée lorsqu'elle était venue sur le Chemin, elle n'était focalisée que sur une chose : trouver ses vrais parents et se venger de leur abandon. Seulement la blonde n'en avait rien fait, n'ayant jamais rencontré son père et ne sachant pas qui était sa mère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Mar 10 Sep - 0:34


Stupéfaite, Violaine cessa de regarder ses chaussures et leva les yeux.
Ainsi, elle n'était pas la seule Née-Moldue de la boutique ? Pourtant, elle y aurait mis sa main à couper, comme on dit !

Rassurée, elle répondit - un peu embarrassée tout de même - :

-C'est vrai, on avait jamais parlé magie à la maison avant que je ne reçoive ma première lettre de Poudlard, elle montra inutilement l'écusson épinglé sur sa cape. D'ailleurs, je pense qu'ils ont toujours du mal à l'assimiler là-bas : c'était tellement incroyable, comme nouvelle.

Peu de gens, même chez les Nés-Moldus, avaient été éloigné aussi longtemps du monde des sorciers. Elle le savait, car dans le train Express, chacun y allait à raconter sa petite anecdote personnelle ! Elle s'était sentie un peu à part, car elle n'avait rien à dire. Mais néanmoins curieuse, elle avait tout écouté avec attention.

Il fallait qu'elle se fasse à sa nouvelle condition. Aussi elle accepta la proposition de la Sorcière :


- C'est vraiment très gentil à vous de prendre sur votre temps. J'imagine... que vous aviez imaginé passer votre après-midi autrement ! Elle lui adressa un sourire d'excuse. Surtout que je suis arrivée à Poudlard il y a une semaine seulement, et c'est la première fois que je viens sur le chemin de traverse. A part Ollivander's, où je suis partie commander ma baguette, vous aurez beaucoup de choses à me faire découvrir ...

L'apprentie était tellement emballée, qu'elle voulait y aller. Tout de suite. Maintenant.
Elle avait de la chance, elle le savait. Chez les Moldus, il était fort improbable qu'un parfait inconnu entreprenne de vous faire visiter le quartier alors que vous l'avez littéralement poussé dans une montagne de bouquins ! Peu-être un comportement typiquement sorcier...

Pour ne pas paraître trop empressée, elle ajouta :

- Mais vous pouvez terminer vos recherches avant....elle désigna le livre écorné.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Invité, Mar 10 Sep - 20:23


La blonde écouta la petite née-moldue qui lui racontait qu'elle n'avait même jamais parlé de la magie jusqu'à ce qu'elle reçoive sa lettre. Typique. Malheureusement, il n'y avait toujours aucun moyen de détecter les nés-moldus afin de les prendre en charge pour qu'ils ne découvrent pas ce monde à seulement onze ans.

- Ils auront toujours du mal à l'assimiler et même à comprendre l'univers dans lequel tu vis désormais. Lui expliqua-t-elle.

Puis la petite s'excusa tout en acceptant sa proposition, faisant sourire Solange. C'est vrai que son comportement n'était pas habituel et pouvait paraître étranger, mais lorsqu'on savait ce que cela faisait de tomber dans un monde inconnu, on était assez d'accord pour aider les suivants. En plus, la blonde avait eu un coup de main et pour rendre honneur à Francesco, rien de tel que de prendre elle aussi quelqu'un sous son aile !

- Ne t'en fais pas, cela ne me dérange pas. J'ai reçu un coup de main moi aussi quand je suis arrivée dans ce monde, alors c'est normal de rendre ce qu'on m'a donné en aidant les plus jeunes qui se retrouvent dans la même situation. Si cela te gêne, dis toi qu'un jour, tu auras l'occasion de faire la même chose pour un autre petit sorcier né-moldu !

Son livre encore dans la main, Solange percevait l'excitation de la petite. Aussi décida-t-elle de repousser son achat à plus tard. Avec sa baguette, elle rafistola le livre et le reposa par la suite.

- Je repasserai. Où je le commanderais pour le vendre dans ma boutique ! Dit-elle en riant. Si tu veux, on va sortir, histoire de se promener et de passer un agréable moment.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 13

 Chez Fleury & Bott

Aller à la page : 1, 2, 3 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.