AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 12 sur 12
Chez Fleury & Bott
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
Rewynia Scoffdyssa
Serpentard
Serpentard

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Sam 15 Juil 2017 - 18:55


« Oh non ce n'était pas une question d'être confiant ou pas -pour mon ancien professeur, j'entends- mais plus parce qu'il aimait aussi nous faire participer. Il venait de la côte ouest si mes souvenirs sont bons, et il était plein d'entrain et voulait nous faire entrer dans sa matière, nous impliquer. Un cours interactif en somme aha ! Par contre je ne sais pas si on étudiera ce sujet à Poudlard, c'est de l'histoire américaine pas européenne. » Rewynia n'aimait déjà pas ce genre de professeur. Celui qui essaye de faire participer tous les élèves, qui essayent de les faire s'impliquer. Pour elle, si un professeur n'était pas capable de mettre de l'ordre et des règles dans sa classe, elle le considérait comme quelqu'un de mauvais. Par mauvais, elle voulait dire un bon à rien. Elle commençait à s'ennuyer à force de discuter de cours, de professeurs et de travail. Son regard se concentra sur le groupe des trois adultes qui continuaient leur discussion à voix haute. Ils n'avaient donc guère compris qu'elle en avait assez qu'ils parlent ? Même si ils avaient le droit à l'expression, cela l'agaçait terriblement.

La jeune fille jeta un regard interrogateur vers Castielle qui semblait figée sur sa chaise. *Je suis du genre à m'énerver facilement quand je vois ce sujet. Pourquoi elle fait cette tête ? Juste parce que j'ai déchiré un petit morceau de papier qui traînait sur cette table ? Ne me dites pas que c'est la bonne élève modèle qui fait attention aux affaires ! Malheur, si c'est le cas, avec qui suis-je en train de discuter depuis pas mal de temps ?!* Celle-ci détourna le regard, trouvant la réaction de Castielle puérile. Elle n'avait même pas fait attention au fait que la jeune fille aimait aussi les histoires de vampires, de loups-garous, non.

« Une liste de course oubliée par quelqu'un ? Il y avait des brocolis dessus, je parie? Non parce que moi aussi je déteste ça au point de ne pas supporter de voir le mot écrit .. aha... » Ses lunettes étaient devenues rose pâle. Elle se demandait bien pourquoi, d'ailleurs. Rewynia jeta un regard noir en direction de sa camarade. Celle-ci n'avait pas du tout apprécié la plaisanterie. Parfois, il fallait laisser la rigolade d'un côté et prendre les choses au sérieux. Non, elle n'avait pas déchiré ce papier sans aucune raison valable. Celle-ci répondit d'une voix glaciale : « Non. Je l'ai déchiré avec une raison précise, ne pense pas que je déchire tout ce que je vois avec plaisir. C'était un article qui parlait de ces incapables de moldus. » Ses yeux jetaient des étincelles. Si jamais son interlocutrice venait à prendre la défense des moldus, tout cela allait mal finir. Il valait mieux dériver le sujet au plus vite car pour la demoiselle, c'était un sujet sensible qui l'énervait facilement. Puis la réaction de Castielle était en train de l'agacer aussi.

« Tu ne vas quand même pas en faire tout un plat ? Ce n'est qu'un morceau de papier, après tout. Puis, il n'était pas à sa place. J'en conclus donc qu'il n'était pas vraiment important pour être délaissé sur une pauvre table de l'étage d'une librairie. » Peut-être que Rewynia avait l'air d'une sage fille, mais pas du tout. Son humeur changeait parfois en quelques secondes, surtout quand elle entendait parler des moldus. Elle n'avait jamais eu d'amour pour eux. Au contraire, elle n'avait que de la haine à leur offrir. Pourquoi ? Parce qu'elle pense qu'ils sont inutiles, qu'ils causent toujours des problèmes et qu'ils ne savent pas se défendre. Du coup, ils ont toujours besoin de l'aide des sorciers. Comme c'est agaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Castielle Colt, Dim 16 Juil 2017 - 20:43


[LA de Rewynia accordé, à ses risques et périls aha  MDR] ]

Amusant comment le corps humain réagit parfois. 

Celui de Castielle passe d'un opposé à un autre en une nanoseconde. D'abord elle se sentit glacer de l'intérieur, puis elle eut l'impression d'être en feu. Ses lunettes aussi rouges que ses joues, elle abandonna toute diplomatie, toute convention sociale. Elle réussit seulement à ne pas hurler au point qu'on l'entende dans la boutique installée en face de la librairie. Elle parla fort, d'un ton dur et sans équivoque.

« Ces incapables de moldus, hein? Et bien c'est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité ! S 'il y a des incapables dans ce monde ce sont bien les sorciers. Prive-les de leur baguette et ils ne sont rien. Rien du tout. Incapables, comme tu dis, de faire cuire un œuf, de se repérer et trouver son chemin, de construire une maison, de ne serait-ce que de survivre. Sans baguette les sorciers sont aussi sans défenses qu'un poussin qui vient de naître ! Ils sont incapables, toujours comme tu dis, de s'occuper d'eux-même et je ne parle même pas de s'occuper des autres ! Ils n'ont pas la moindre aptitude fondamentale à la survie humaine ! »


Castielle s'était déjà levée de sa chaise et s'était collé à la chaise de sa voisine : « Tu es impuissante. Tu es incapable de réagir suffisamment vite. Là tu vois – elle bloqua simplement les poignets de la jeune fille sur les accoudoirs, d'une poigne de fer, lui bloquant ainsi l'accès à la poche où était rangée sa baguette, lui rendant impossible toutes tentatives de sa part de s'en saisir. l'Américaine était de toute façon bien placée pour lui faire un clef de bras si elle était suffisamment inconsciente pour essayer de se dégager. – tu es sans défense. Là tu vois, je te plaque au sol, et je peux te tuer de plus de 30 façons différentes. Sans ta baguette tu n'es rien. »

Toujours en position de combat, et toujours la rage au ventre, elle eut un rire crispé : « Des comme toi j'en ai mis plus d'un à terre. A mains nues. Un simple coup et vous vous écroulez à terre en pleurant. En duel, un simple Expelliarmus et une fois désarmé vous vous agenouillez et demander qu'on vous épargne, parce que sans votre baguette, vous n'êtes rien de plus que des chiots apeurés...»

Castielle avait chaud, très chaud. Elle tremblait de rage. Combien de fois n'avait-elle pas entendu ce discours et combien de fois elle avait fait saigner du nez ces petits prétentieux. Combien de « Non, attends, désolé, je m'excuse !!! » ou de « Je ferais tout ce que tu veux mais ne me blesses pas ! » n'avait-elle pas entendu !
Elle ne réfléchit même pas et souleva Rewynia de sa chaise, bloquant toujours ses poignets, la fit pivoter sur elle-même et l'immobilisa dans une clef de bras tout en subtilisant sa baguette fraîchement achetée.
Castielle
ayant un tempérament colérique, elle avait toujours été mêlée dans des bagarres, du plus loin qu'elle se souvienne. Ses parents l'avaient donc inscrite dans des cours de technique de combat (en réalité des cours d'autodéfense, mais pour Castielle cela revenait au même). Elle avait ainsi reçu un entraînement à la limite du militaire.
Pour une personne qui n'est ni en condition physique et mentale, ni entraînée, impossible de contrer cette prise. Et
Rewynia n'était pas physiquement entraînée et n'avait pas la mentalité d'une combattante au corps-à-corps. Autrement dit : *C'est sans issues pour elle. A moins d’appeler à l'aide, ce qui serait un aveu de faiblesse flagrant.*

L'américaine n'avait évidemment pas l'intention de faire mal. Bon, une clef de bras ça fait mal, mais elle n'avait pas dans l'idée de lui déboîter le bras, par exemple, juste de la mettre minable. Comme tous les autres avant elle.

Castielle était toujours en colère, au fond d'elle la sorcière regrettait que la situation ait dérapé à ce point. Comme on dit chez elle ; « Boy, that escalated quickly ». Parce qu'au final elle l'aimait bien, Rewynia, même si c'était une petite raciste anti-moldus. Mais même avec toute la bonne volonté du monde elle n'aurait pas pu ne pas réagir. Tant pis.

La scène s'était déroulée en moins de 3 minutes. Si elle n'avait pas parlé, cela aurait pris moins de 30 secondes.
Castielle était derrière Rewynia, l'immobilisant d'un bras dans le dos, ses jambes placées de telle façon que si Rewynia tentait de lui donner un coup de pied ou de se retourner elle pourrait la mettre aisément à genoux. Quant à son autre bras, il lui était inutile, vu l'inclinaison que Castielle la forçait à adopter en lui tordant le poignet.
En d'autre termes, si ça avait été un combat dans le cadre d'une compétition sportive, l'arbitre aurait déjà déclaré le match gagné.
Sauf que ce n'était pas une compétition sportive, et il n'y avait pas d'arbitre, donc...
 
Est-ce que Castielle allait regretter d'être aussi violente avec une fille de plusieurs années sa cadette? Oui, sans doute.
Est-ce qu'elle allait regretter d'avoir donner une leçon d'humilité à un jeune esprit encore capable de changer ? Non, sans le moindre doute.


Rewynia avait montré qui elle était. Castielle avait fait de même. Les deux filles jouaient à présent cartes sur table. Advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rewynia Scoffdyssa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Dim 16 Juil 2017 - 22:36


Rewynia ne regrettait pas ses paroles. C'était toujours comme cela, avec elle. Elle disait ce qu'elle pensait sans réfléchir, sans se douter de ce qu'il pouvait advenir. Celle-ci remarqua que les lunettes de Castielle étaient devenues rouges. Elle n'y prêta pas attention, trouvant cet objet inutile. Ses parents avaient toujours été dégoûtés des moldus. Ceux-ci disaient du mal d'eux, les critiquaient à longueur de journée. Pas étonnant que la jeune fille soit aussi en colère contre eux. Peut-être qu'elle se trompait et disait du mal de personnes fabuleuses ? Toujours à suivre ses parents, il allait bien falloir se décrocher de ces personnes. Son regard était pointé en direction du sol, où le papier n'était désormais plus qu'un mauvais souvenir. Pourquoi avait-elle fait une telle chose ? Elle se le demandait. Toujours à s'emporter pour un rien.
Quand elle entendit les paroles de Castielle, elle fut surprise. Pourquoi un ton aussi dur ? Elle n'avait rien dit de spécial sauf sur les moldus. C'est vrai que sans leur baguette, les sorciers étaient proches des moldus. Mais ce n'est pas pour autant que les sorciers ne savent pas faire le ménage, la cuisine, construire et tout le reste. Pour qui se prenait-elle, celle-là ? « Tu me fais presque pitié, tu sais ? Certes, sans nos baguettes magiques, nous ressemblons beaucoup à ces Moldus. Crois-tu que c'est parce qu'un sorcier apprend la magie qu'il n'est guère capable de savoir faire cuire un oeuf ? Qu'il ne sait pas faire la cuisine ? Réfléchis un peu, bon sang ! En parlant ainsi, tu attises ma curiosité. Je suppose que tu le sais déjà, mais tu es toi-même une sorcière. Ne l'oublie jamais, Castielle. » C'est vrai que son interlocutrice n'avait pas tort, mais il y avait des choses fausses dans ses dires. Comme quoi les sorciers seraient incapables de construire des maisons, de cuisiner, de se repérer. Il ne fallait pas exagérer ! En tout cas, elle savait désormais que cette sorcière était du côté de ces incapables et elle ne l'oublierait pas de si tôt.

Quand elle vit Castielle s'approcher d'elle, elle n'avait pas peur. Elle assumait ses dires, elle ne comptait pas retirer ce qu'elle avait dit. Et si la violence était faite contre elle, qu'il en soit ainsi. « Tu es impuissante. Tu es incapable de réagir suffisamment vite. Là tu vois, tu es sans défense. Là tu vois, je te plaque au sol, et je peux te tuer de plus de 30 façons différentes. Sans ta baguette tu n'es rien. » Ses poignets étaient bloqués sur les accoudoirs. Elle ne pouvait rien faire, c'est vrai. Sauf la provoquer, n'oublions pas ! « Vas-y, tu peux me faire mal. Pas de soucis de mon côté. Laisse-toi aller, ne prend pas en compte notre différence d'âge. Cela fait toujours du bien de faire le mal quand nous sommes en colère. » Un sourire narquois était adressé à son interlocutrice. Elle n'aimait pas qu'on la domine, mais pourquoi pas, après tout ? Cependant, Castielle avait oublié une chose. De l'empêcher de parler. Rewynia était une pipelette qui ne se laissait jamais faire. Que ce soit par les actes ou par la parole.
Castielle venait d'émettre un rire qui ne lui plaisait pas. Qu'il était moche à entendre ! Et son discours qui ne l'impressionnait pas du tout.
« Toujours la violence, avec toi ? Dis-moi, tu devrais changer de disque. Tu auras beau me faire mal, me mettre à terre... Jamais, tu entends, jamais je ne retirerais ce que je viens de dire sur eux ! Jamais je ne me soumettrais face à quelqu'un de ton espèce. Je rajoute que jamais je ne te demanderais de m'épargner. Ce n'est pas un problème de fierté, non. Juste que... Rien, laisse tomber. Quelqu'un comme toi ne peut pas comprendre une personne comme moi. Nous sommes trop différentes. » Peut-être que la sorcière était forte en combat au corps-à-corps, mais Rewynia n'en avait rien à faire. Elle était ennuyée de ce monde, de cette personne qui était en train de "l'agresser" et de ces moldus.

Castielle venait de la soulever de sa chaise, de la faire pivoter sur elle-même et, alors qu'elle n'avait même pas eu le temps de réfléchir, celle-ci lui fit une clef de bras. Rewynia se mordit les lèvres, cela faisait quand même un mal de chien. Celle-ci voulait bien reconnaître la force de son interlocutrice, mais de là à lui faire une clef de bras, c'était un peu abusé. Comme elle avait mal à son bras, elle s'était mordu à pleine puissance les lèvres pour éviter de laisser échapper un cri de douleur. Ses lèvres saignaient mais elle s'en fichait, ce n'était pas ça qui était important. Sa baguette ne se trouvait plus dans sa poche, Castielle lui avait prise. Celle-ci était un peu surprise par la lâcheté de cette dernière. Lui voler sa baguette comme ça, c'était pas très poli.
Sa langue de vipère était libre, tant mieux. Elle en profita pour cracher son venin et probablement énerver d'avantage celle qui était en train de lui bloquer un bras dans le dos et qui semblait prête à la mettre par terre. « Tu sais quoi ? Je pensais que tu étais quelqu'un de bien, mais je me suis trompé. Si tu crois sincèrement que je vais te supplier d'arrêter, tu te trompes ! fit la jeune fille en émettant un rire sarcastique. Je ne suis pas aussi faible que ça, tu sais. Même si tu es très forte, je me dois de le reconnaître. N'as-tu pas honte de faire ça à la pauvre petite fille que je suis ? Non ? Et bien tu as raison sur ce point ! J'aime bien le fait que tu ne fais pas attention à la différence d'âge. Beaucoup épargnait celle que je suis à cause de ma taille, de mon âge. Ta réaction, par contre, est digne de celle d'un enfant de bas âge ! Elle est puérile, si tu préfères. T'énerver pour si peu, tu as un caractère bien colérique. Apprend à te maîtriser. » Elle n'était pas en position pour faire ce genre de remarque. Cependant, elle était ainsi et pour rien au monde elle se soumettrait à la sorcière. Hors de question, plutôt mourir.

« Sinon, tu comptes continuer ton manège longtemps ? Si tu veux me faire mal jusqu'à me faire saigner, dépêche-toi ! Je n'ai pas tout mon temps, je te signale. Mais, ce que je trouve étrange, c'est que si tu voulais me faire mal, tu en aurais eu l'occasion en ces quelques minutes passées. Aurais-tu un coeur trop doux pour cela ? Quel dommage. Moi qui pensait que tu allais me mettre par terre, me ruer de coups, me faire cracher que je ne suis qu'une petite garce ou des trucs comme ça. » La position dans laquelle était Rewynia n'était pas très confortable, même que cela commençait à lui peser. Elle venait de provoquer Castielle. Rewynia savait très bien que la sorcière pouvait lui faire mal jusqu'à la ruer de coups, elle n'en doutait pas. Cependant, elle s'attirerait des ennuis, c'était certain. Mais pourquoi pas, après tout ? La souffrance n'était pas très agréable, mais ce n'était qu'une mauvaise passe.

Cependant, ce qui était encore plus étrange, c'était le fait que la jeune sorcière ne tentait rien pour se délivrer. On pouvait même dire qu'elle n'en avait pas envie, qu'elle trouvait cela amusant.
La jeune fille n'avait pas envie de faire des efforts inutiles, de devoir se débattre. Tout cela pour quoi ? Pour partir le plus vite possible de cette librairie car une sorcière enragée lui faisait une clef de bras et lui donnait une leçon ? Il en était hors de question.
Le problème majeur chez Rewynia, c'est qu'elle s'en fiche de ce qu'on peut lui faire. Elle s'en fiche du monde, des sorciers, des moldus. En bref, qu'importe ce que lui fait Castielle, elle n'admettra pas sa défaite de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 12

 Chez Fleury & Bott

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.