AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse
Page 12 sur 13
Chez Fleury & Bott
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
Rewynia Scoffdyssa
Serpentard
Serpentard

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Sam 15 Juil - 18:55


« Oh non ce n'était pas une question d'être confiant ou pas -pour mon ancien professeur, j'entends- mais plus parce qu'il aimait aussi nous faire participer. Il venait de la côte ouest si mes souvenirs sont bons, et il était plein d'entrain et voulait nous faire entrer dans sa matière, nous impliquer. Un cours interactif en somme aha ! Par contre je ne sais pas si on étudiera ce sujet à Poudlard, c'est de l'histoire américaine pas européenne. » Rewynia n'aimait déjà pas ce genre de professeur. Celui qui essaye de faire participer tous les élèves, qui essayent de les faire s'impliquer. Pour elle, si un professeur n'était pas capable de mettre de l'ordre et des règles dans sa classe, elle le considérait comme quelqu'un de mauvais. Par mauvais, elle voulait dire un bon à rien. Elle commençait à s'ennuyer à force de discuter de cours, de professeurs et de travail. Son regard se concentra sur le groupe des trois adultes qui continuaient leur discussion à voix haute. Ils n'avaient donc guère compris qu'elle en avait assez qu'ils parlent ? Même si ils avaient le droit à l'expression, cela l'agaçait terriblement.

La jeune fille jeta un regard interrogateur vers Castielle qui semblait figée sur sa chaise. *Je suis du genre à m'énerver facilement quand je vois ce sujet. Pourquoi elle fait cette tête ? Juste parce que j'ai déchiré un petit morceau de papier qui traînait sur cette table ? Ne me dites pas que c'est la bonne élève modèle qui fait attention aux affaires ! Malheur, si c'est le cas, avec qui suis-je en train de discuter depuis pas mal de temps ?!* Celle-ci détourna le regard, trouvant la réaction de Castielle puérile. Elle n'avait même pas fait attention au fait que la jeune fille aimait aussi les histoires de vampires, de loups-garous, non.

« Une liste de course oubliée par quelqu'un ? Il y avait des brocolis dessus, je parie? Non parce que moi aussi je déteste ça au point de ne pas supporter de voir le mot écrit .. aha... » Ses lunettes étaient devenues rose pâle. Elle se demandait bien pourquoi, d'ailleurs. Rewynia jeta un regard noir en direction de sa camarade. Celle-ci n'avait pas du tout apprécié la plaisanterie. Parfois, il fallait laisser la rigolade d'un côté et prendre les choses au sérieux. Non, elle n'avait pas déchiré ce papier sans aucune raison valable. Celle-ci répondit d'une voix glaciale : « Non. Je l'ai déchiré avec une raison précise, ne pense pas que je déchire tout ce que je vois avec plaisir. C'était un article qui parlait de ces incapables de moldus. » Ses yeux jetaient des étincelles. Si jamais son interlocutrice venait à prendre la défense des moldus, tout cela allait mal finir. Il valait mieux dériver le sujet au plus vite car pour la demoiselle, c'était un sujet sensible qui l'énervait facilement. Puis la réaction de Castielle était en train de l'agacer aussi.

« Tu ne vas quand même pas en faire tout un plat ? Ce n'est qu'un morceau de papier, après tout. Puis, il n'était pas à sa place. J'en conclus donc qu'il n'était pas vraiment important pour être délaissé sur une pauvre table de l'étage d'une librairie. » Peut-être que Rewynia avait l'air d'une sage fille, mais pas du tout. Son humeur changeait parfois en quelques secondes, surtout quand elle entendait parler des moldus. Elle n'avait jamais eu d'amour pour eux. Au contraire, elle n'avait que de la haine à leur offrir. Pourquoi ? Parce qu'elle pense qu'ils sont inutiles, qu'ils causent toujours des problèmes et qu'ils ne savent pas se défendre. Du coup, ils ont toujours besoin de l'aide des sorciers. Comme c'est agaçant.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Castielle Colt, Dim 16 Juil - 20:43


[LA de Rewynia accordé, à ses risques et périls aha  MDR] ]

Amusant comment le corps humain réagit parfois. 

Celui de Castielle passe d'un opposé à un autre en une nanoseconde. D'abord elle se sentit glacer de l'intérieur, puis elle eut l'impression d'être en feu. Ses lunettes aussi rouges que ses joues, elle abandonna toute diplomatie, toute convention sociale. Elle réussit seulement à ne pas hurler au point qu'on l'entende dans la boutique installée en face de la librairie. Elle parla fort, d'un ton dur et sans équivoque.

« Ces incapables de moldus, hein? Et bien c'est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité ! S 'il y a des incapables dans ce monde ce sont bien les sorciers. Prive-les de leur baguette et ils ne sont rien. Rien du tout. Incapables, comme tu dis, de faire cuire un œuf, de se repérer et trouver son chemin, de construire une maison, de ne serait-ce que de survivre. Sans baguette les sorciers sont aussi sans défenses qu'un poussin qui vient de naître ! Ils sont incapables, toujours comme tu dis, de s'occuper d'eux-même et je ne parle même pas de s'occuper des autres ! Ils n'ont pas la moindre aptitude fondamentale à la survie humaine ! »


Castielle s'était déjà levée de sa chaise et s'était collé à la chaise de sa voisine : « Tu es impuissante. Tu es incapable de réagir suffisamment vite. Là tu vois – elle bloqua simplement les poignets de la jeune fille sur les accoudoirs, d'une poigne de fer, lui bloquant ainsi l'accès à la poche où était rangée sa baguette, lui rendant impossible toutes tentatives de sa part de s'en saisir. l'Américaine était de toute façon bien placée pour lui faire un clef de bras si elle était suffisamment inconsciente pour essayer de se dégager. – tu es sans défense. Là tu vois, je te plaque au sol, et je peux te tuer de plus de 30 façons différentes. Sans ta baguette tu n'es rien. »

Toujours en position de combat, et toujours la rage au ventre, elle eut un rire crispé : « Des comme toi j'en ai mis plus d'un à terre. A mains nues. Un simple coup et vous vous écroulez à terre en pleurant. En duel, un simple Expelliarmus et une fois désarmé vous vous agenouillez et demander qu'on vous épargne, parce que sans votre baguette, vous n'êtes rien de plus que des chiots apeurés...»

Castielle avait chaud, très chaud. Elle tremblait de rage. Combien de fois n'avait-elle pas entendu ce discours et combien de fois elle avait fait saigner du nez ces petits prétentieux. Combien de « Non, attends, désolé, je m'excuse !!! » ou de « Je ferais tout ce que tu veux mais ne me blesses pas ! » n'avait-elle pas entendu !
Elle ne réfléchit même pas et souleva Rewynia de sa chaise, bloquant toujours ses poignets, la fit pivoter sur elle-même et l'immobilisa dans une clef de bras tout en subtilisant sa baguette fraîchement achetée.
Castielle
ayant un tempérament colérique, elle avait toujours été mêlée dans des bagarres, du plus loin qu'elle se souvienne. Ses parents l'avaient donc inscrite dans des cours de technique de combat (en réalité des cours d'autodéfense, mais pour Castielle cela revenait au même). Elle avait ainsi reçu un entraînement à la limite du militaire.
Pour une personne qui n'est ni en condition physique et mentale, ni entraînée, impossible de contrer cette prise. Et
Rewynia n'était pas physiquement entraînée et n'avait pas la mentalité d'une combattante au corps-à-corps. Autrement dit : *C'est sans issues pour elle. A moins d’appeler à l'aide, ce qui serait un aveu de faiblesse flagrant.*

L'américaine n'avait évidemment pas l'intention de faire mal. Bon, une clef de bras ça fait mal, mais elle n'avait pas dans l'idée de lui déboîter le bras, par exemple, juste de la mettre minable. Comme tous les autres avant elle.

Castielle était toujours en colère, au fond d'elle la sorcière regrettait que la situation ait dérapé à ce point. Comme on dit chez elle ; « Boy, that escalated quickly ». Parce qu'au final elle l'aimait bien, Rewynia, même si c'était une petite raciste anti-moldus. Mais même avec toute la bonne volonté du monde elle n'aurait pas pu ne pas réagir. Tant pis.

La scène s'était déroulée en moins de 3 minutes. Si elle n'avait pas parlé, cela aurait pris moins de 30 secondes.
Castielle était derrière Rewynia, l'immobilisant d'un bras dans le dos, ses jambes placées de telle façon que si Rewynia tentait de lui donner un coup de pied ou de se retourner elle pourrait la mettre aisément à genoux. Quant à son autre bras, il lui était inutile, vu l'inclinaison que Castielle la forçait à adopter en lui tordant le poignet.
En d'autre termes, si ça avait été un combat dans le cadre d'une compétition sportive, l'arbitre aurait déjà déclaré le match gagné.
Sauf que ce n'était pas une compétition sportive, et il n'y avait pas d'arbitre, donc...
 
Est-ce que Castielle allait regretter d'être aussi violente avec une fille de plusieurs années sa cadette? Oui, sans doute.
Est-ce qu'elle allait regretter d'avoir donner une leçon d'humilité à un jeune esprit encore capable de changer ? Non, sans le moindre doute.


Rewynia avait montré qui elle était. Castielle avait fait de même. Les deux filles jouaient à présent cartes sur table. Advienne que pourra.
Revenir en haut Aller en bas
Rewynia Scoffdyssa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Dim 16 Juil - 22:36


Rewynia ne regrettait pas ses paroles. C'était toujours comme cela, avec elle. Elle disait ce qu'elle pensait sans réfléchir, sans se douter de ce qu'il pouvait advenir. Celle-ci remarqua que les lunettes de Castielle étaient devenues rouges. Elle n'y prêta pas attention, trouvant cet objet inutile. Ses parents avaient toujours été dégoûtés des moldus. Ceux-ci disaient du mal d'eux, les critiquaient à longueur de journée. Pas étonnant que la jeune fille soit aussi en colère contre eux. Peut-être qu'elle se trompait et disait du mal de personnes fabuleuses ? Toujours à suivre ses parents, il allait bien falloir se décrocher de ces personnes. Son regard était pointé en direction du sol, où le papier n'était désormais plus qu'un mauvais souvenir. Pourquoi avait-elle fait une telle chose ? Elle se le demandait. Toujours à s'emporter pour un rien.
Quand elle entendit les paroles de Castielle, elle fut surprise. Pourquoi un ton aussi dur ? Elle n'avait rien dit de spécial sauf sur les moldus. C'est vrai que sans leur baguette, les sorciers étaient proches des moldus. Mais ce n'est pas pour autant que les sorciers ne savent pas faire le ménage, la cuisine, construire et tout le reste. Pour qui se prenait-elle, celle-là ? « Tu me fais presque pitié, tu sais ? Certes, sans nos baguettes magiques, nous ressemblons beaucoup à ces Moldus. Crois-tu que c'est parce qu'un sorcier apprend la magie qu'il n'est guère capable de savoir faire cuire un oeuf ? Qu'il ne sait pas faire la cuisine ? Réfléchis un peu, bon sang ! En parlant ainsi, tu attises ma curiosité. Je suppose que tu le sais déjà, mais tu es toi-même une sorcière. Ne l'oublie jamais, Castielle. » C'est vrai que son interlocutrice n'avait pas tort, mais il y avait des choses fausses dans ses dires. Comme quoi les sorciers seraient incapables de construire des maisons, de cuisiner, de se repérer. Il ne fallait pas exagérer ! En tout cas, elle savait désormais que cette sorcière était du côté de ces incapables et elle ne l'oublierait pas de si tôt.

Quand elle vit Castielle s'approcher d'elle, elle n'avait pas peur. Elle assumait ses dires, elle ne comptait pas retirer ce qu'elle avait dit. Et si la violence était faite contre elle, qu'il en soit ainsi. « Tu es impuissante. Tu es incapable de réagir suffisamment vite. Là tu vois, tu es sans défense. Là tu vois, je te plaque au sol, et je peux te tuer de plus de 30 façons différentes. Sans ta baguette tu n'es rien. » Ses poignets étaient bloqués sur les accoudoirs. Elle ne pouvait rien faire, c'est vrai. Sauf la provoquer, n'oublions pas ! « Vas-y, tu peux me faire mal. Pas de soucis de mon côté. Laisse-toi aller, ne prend pas en compte notre différence d'âge. Cela fait toujours du bien de faire le mal quand nous sommes en colère. » Un sourire narquois était adressé à son interlocutrice. Elle n'aimait pas qu'on la domine, mais pourquoi pas, après tout ? Cependant, Castielle avait oublié une chose. De l'empêcher de parler. Rewynia était une pipelette qui ne se laissait jamais faire. Que ce soit par les actes ou par la parole.
Castielle venait d'émettre un rire qui ne lui plaisait pas. Qu'il était moche à entendre ! Et son discours qui ne l'impressionnait pas du tout.
« Toujours la violence, avec toi ? Dis-moi, tu devrais changer de disque. Tu auras beau me faire mal, me mettre à terre... Jamais, tu entends, jamais je ne retirerais ce que je viens de dire sur eux ! Jamais je ne me soumettrais face à quelqu'un de ton espèce. Je rajoute que jamais je ne te demanderais de m'épargner. Ce n'est pas un problème de fierté, non. Juste que... Rien, laisse tomber. Quelqu'un comme toi ne peut pas comprendre une personne comme moi. Nous sommes trop différentes. » Peut-être que la sorcière était forte en combat au corps-à-corps, mais Rewynia n'en avait rien à faire. Elle était ennuyée de ce monde, de cette personne qui était en train de "l'agresser" et de ces moldus.

Castielle venait de la soulever de sa chaise, de la faire pivoter sur elle-même et, alors qu'elle n'avait même pas eu le temps de réfléchir, celle-ci lui fit une clef de bras. Rewynia se mordit les lèvres, cela faisait quand même un mal de chien. Celle-ci voulait bien reconnaître la force de son interlocutrice, mais de là à lui faire une clef de bras, c'était un peu abusé. Comme elle avait mal à son bras, elle s'était mordu à pleine puissance les lèvres pour éviter de laisser échapper un cri de douleur. Ses lèvres saignaient mais elle s'en fichait, ce n'était pas ça qui était important. Sa baguette ne se trouvait plus dans sa poche, Castielle lui avait prise. Celle-ci était un peu surprise par la lâcheté de cette dernière. Lui voler sa baguette comme ça, c'était pas très poli.
Sa langue de vipère était libre, tant mieux. Elle en profita pour cracher son venin et probablement énerver d'avantage celle qui était en train de lui bloquer un bras dans le dos et qui semblait prête à la mettre par terre. « Tu sais quoi ? Je pensais que tu étais quelqu'un de bien, mais je me suis trompé. Si tu crois sincèrement que je vais te supplier d'arrêter, tu te trompes ! fit la jeune fille en émettant un rire sarcastique. Je ne suis pas aussi faible que ça, tu sais. Même si tu es très forte, je me dois de le reconnaître. N'as-tu pas honte de faire ça à la pauvre petite fille que je suis ? Non ? Et bien tu as raison sur ce point ! J'aime bien le fait que tu ne fais pas attention à la différence d'âge. Beaucoup épargnait celle que je suis à cause de ma taille, de mon âge. Ta réaction, par contre, est digne de celle d'un enfant de bas âge ! Elle est puérile, si tu préfères. T'énerver pour si peu, tu as un caractère bien colérique. Apprend à te maîtriser. » Elle n'était pas en position pour faire ce genre de remarque. Cependant, elle était ainsi et pour rien au monde elle se soumettrait à la sorcière. Hors de question, plutôt mourir.

« Sinon, tu comptes continuer ton manège longtemps ? Si tu veux me faire mal jusqu'à me faire saigner, dépêche-toi ! Je n'ai pas tout mon temps, je te signale. Mais, ce que je trouve étrange, c'est que si tu voulais me faire mal, tu en aurais eu l'occasion en ces quelques minutes passées. Aurais-tu un coeur trop doux pour cela ? Quel dommage. Moi qui pensait que tu allais me mettre par terre, me ruer de coups, me faire cracher que je ne suis qu'une petite garce ou des trucs comme ça. » La position dans laquelle était Rewynia n'était pas très confortable, même que cela commençait à lui peser. Elle venait de provoquer Castielle. Rewynia savait très bien que la sorcière pouvait lui faire mal jusqu'à la ruer de coups, elle n'en doutait pas. Cependant, elle s'attirerait des ennuis, c'était certain. Mais pourquoi pas, après tout ? La souffrance n'était pas très agréable, mais ce n'était qu'une mauvaise passe.

Cependant, ce qui était encore plus étrange, c'était le fait que la jeune sorcière ne tentait rien pour se délivrer. On pouvait même dire qu'elle n'en avait pas envie, qu'elle trouvait cela amusant.
La jeune fille n'avait pas envie de faire des efforts inutiles, de devoir se débattre. Tout cela pour quoi ? Pour partir le plus vite possible de cette librairie car une sorcière enragée lui faisait une clef de bras et lui donnait une leçon ? Il en était hors de question.
Le problème majeur chez Rewynia, c'est qu'elle s'en fiche de ce qu'on peut lui faire. Elle s'en fiche du monde, des sorciers, des moldus. En bref, qu'importe ce que lui fait Castielle, elle n'admettra pas sa défaite de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Castielle Colt, Lun 24 Juil - 18:09


[Désolée pour la réponse tardive ^^"]


"C'est tout bonnement fascinant. Heureusement que tu parles beaucoup, ça permet de mieux comprendre ce qui se passe dans ta petite tête. Tu passes à côté de l'essentiel pour construire une argumentation sur un détail. T'as déjà pensé à faire de la politique plus tard ? C'est une aptitude très appréciée dans la profession !"


Castielle resta en position. Elle n'avait pas l'intention de bouger.

"Je vais quand même essayer de clarifier quelques points, je ne me donnerai pas tant de mal en d'autres circonstances, mais bon."
C'était faux. Castielle se donne toujours autant de mal, même pour les gens qu'elles considéraient comme des causes perdues. Mais ici ce n'était pas le cas. L'Américaine était persuadée que la petite sorcière dans ses bras n'en était pas une, de cause perdue.

"Le but n'est pas de te faire mal, comme tu sembles le penser. Te ruer de coups ? Pour quoi faire ? C'est même pas une question de cœur doux ou quoi que ce soit, c'est juste une question de pertinence ; qu'est-ce que ça amènerait de pertinent dans l'histoire? Tu crois que le tiraillement que tu ressens dans le bras est de la violence ? Quand je te lâcherais, il ne s'écoulera pas une demi-heure avant que tu ne ressentes plus rien. Si j'avais voulu te faire mal je t'aurais déboîté l'épaule, par exemple."
En plus, sans vouloir se vanter, elle était plutôt douée. Une clef mal exécutée peut encore être douloureuse au bout de plusieurs semaines. Il faut dire qu'elle avait de l'expérience, aussi... malheureusement.

"Tu penses que les pincements dans tes muscles c'est de la violence qui rentre dans la catégorie de "je ne suis pas quelque de bien" mais que la violence de tes propos eux font partie de celle du "je suis quelqu'un de bien" ? Es-tu seulement consciente que tes propos font partie intégrante d'un système qui encourage un climat d'oppression et de violence menant à la mort de "ces incapables de moldus" ? Ou pas du tout ? Non parce que si c'est juste de l'ignorance, ça peut être compréhensible à la limite. Mais si c'est délibéré, c'est grave."
C'est assez agaçant, comme Rewynia avait beaucoup parlé, la voilà obligée à son tour de se répandre en parole. Non pas que ça l'a dérangeait de donner une leçon méritée et nécessaire à qui en avait besoin, mais ça l'ennuyait de devoir expliquer des trucs aussi évidents que ça.
Ça lui donnait l'impression de dire "Au fait l'eau ça mouille et le feu ça brûle, tu le savais ?"

"C'est bien que sois consciente que ton âge ne te protège pas de tout. Bien mais aussi assez singulier : tu es assez mature pour comprendre ça mais pas pour te rendre compte que si je me montre violente c'est en réponse à ta propre violence. Tu es la personne qui s'est énervée pour un bout de papier et qui insulte plus de la moitié de la population, et en même temps celle qui qualifie l'autre de puérile. Amusant comme paradoxe ! Je vais pas répéter ce que j'ai dit plus haut : la violence elle est du côté de ceux qui pensent comme toi. Et ça tue. Contrairement à mon inoffensive clef de bras."

Est-ce qu'il y avait quelque chose à rajouter ? Oui, plein de choses même. Néanmoins, c'était suffisant pour le moment. Sauf peut-être une dernière précision.
"Il faut que tu apprennes à distinguer la violence pure, celle qui est injustifiée, celle qui ne repose sur rien d'autre que l'arbitraire, de celle qui en résulte et qui a pour but de combattre la première."
Termes barbares et sociologiques... "Tu saisis ? D'un côté une violence infondée et mortelle et l'autre qui n'existe que pour contrer la première. Et bien la situation dans laquelle tu te trouves est similaire."

*C'est bon, le cours est fini madame, on peut sortir ?* lui railla une petite voix irritante dans sa tête. C'était la voix qui venait la titiller à chaque fois qu'elle conférencait un peu trop. *Comment tu veux qu'une enfant comprenne de la socio ? En plus alors que tu la maintiens de force !? 10/10 en pédagogie wahou !*
*J'ai jamais été pédagogue, pas de bol hein ? Et puis si elle est assez grande pour dire ce genre de choses, elle est assez grande pour en voir les conséquences *

"Mon manège durera aussi longtemps qu'il le faudra."


Allez avec un peu de chance, c'est juste un péché par ignorance, comme on appelle ça. Quand on a des pensées aussi tranchées et toxiques comme ça, c'est souvent environnemental. Qui sait, sa famille sans doute ? 
En Amérique ce genre d'idéologie est dépeinte comme typiquement Européen, c'est "de l'ancien monde", has been. Et même si Castielle le savait au fond d'elle, y être confrontée aussi brutalement et inopinément, c'était quand même quelque chose..
Revenir en haut Aller en bas
Rewynia Scoffdyssa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Lun 24 Juil - 19:59


Rewynia n'avait pas dit un seul mot depuis que Castielle lui avait parlé du fait qu'elle était violente. Tout un long discours pour finalement répéter la même chose. Cela lui semblait inutile, elle n'avait pas besoin d'une telle leçon. Elle avait pourtant été claire dans ses dernières paroles. Jamais elle ne retirerait ses dires. Alors à quoi bon s'obstiner ?
"Je ne sais pas qui tu es vraiment. Pourquoi tu me fais tout un discours pour en revenir à une conclusion ? Celle que je suis violente et que j'ai provoqué ta réaction exagérée. Tu crois que ça me fait quelque chose ? Non, bien sûr." Le monde n'est pas rose, il est même sombre. Voilà qu'une sorcière d'un autre pays venait lui faire la morale, se croyant probablement supérieure grâce à ses techniques de corps-à-corps. Elle croyait probablement qu'être plus grande lui apportait un avantage. Certainement pas. "N'empêche, quelle insulte de ta part ! Me dire de faire de la politique, c'est vraiment ne pas me connaître ou se moquer de moi. Je pense que pour ton cas, c'est la deuxième option. Je ne passe pas à côté de l'essentiel, puisque je dis moi-même que je ne suis rien sans ma baguette. Pour en revenir à la politique, ce sont tous des menteurs et des menteuses. Ils promettent pleins de choses puis en dernier lieu, on voit bien ce qui en ressort. Ne viens pas me faire la morale alors que tu ne me connais même pas... Cela me donne envie de vomir." Elle était toujours dans une position délicate, qui commençait sérieusement à lui peser. Il fallait bien souffrir pour défendre ses idéaux, ses opinions, non ? "On dirait que tu as pitié d'une fille comme moi, ça me rend hors de moi. Tu te permets de débarquer dans ma vie, de me faire la leçon et tu oses dire que je suis violente ? Quelle bonne blague. Une personne comme toi devrait comprendre que chacun pense ce qu'il veut. Si tu n'es pas capable d'accepter mes pensées, ce que je suis vraiment, c'est ton problème. Mais entre nous deux, qui est vraiment violente ? Je ne faisais que m'exprimer à propos de tes amis, c'est tout. J'ai toujours pensé ainsi et ce n'est pas toi qui pourras changer cela. Tu es impuissante face à moi. Pas physiquement, non. Tu ne pourras jamais me faire changer d'avis. C'est triste, non ? Car on dit bien souvent que ceux qui ne changent pas d'avis sont des idiots..."

Son regard était fixé sur le sol de la librairie. Elle était faible, elle ne pouvait pas le nier. Pourquoi il fallait toujours qu'elle se plie aux idéaux des autres ? Pourquoi elle n'avait pas le droit de penser ça sur les moldus ? Elle avait son avis sur eux, un point c'est tout. Pour rien au monde elle ne changera d'avis, non. Les moldus étaient inférieurs à eux, ils ne servaient à rien. Ils parlaient tout le temps de bonheur, de choses dans ce genre. Cela l'agace, la met en colère. Elle ne pouvait pas les accepter après ce qu'ils lui avaient fait. Une mauvaise expérience et son estime pour ces gens était partie. "Ton but est de me faire changer d'avis, c'est ça ? De me raisonner, de me faire comprendre ton point de vue et de me l'insérer dans ma petite tête ? Tu peux me faire part de ce que tu penses, il n'y a pas de soucis à ça. Par contre, évite de me parler comme à une petite fille qui ne comprend pas la vie. Tout cela est ennuyant, j'ai envie de partir." Oui, elle avait envie de partir loin de cette librairie, loin du monde des sorciers et de celui des moldus. Elle voulait être seule, avec ses idées, ses sentiments. Pourquoi à chaque fois, on la jugeait ? Elle en avait marre.

"Je ne sais pas quel est le but de ta clef de bras. Tu dis que ce n'est pas pour me faire de mal, mais c'est trop tard. Je ne te crois pas, désolée. Peut-être que je n'aurais plus mal dans quelques minutes, à vrai dire, je n'en ai rien à faire. Qu'est-ce que ça m'apportera, de toute façon ? Rien de nouveau."
Elle se pinça les lèvres. Pourquoi elle prenait autant de temps à lui expliquer une chose ? Comme si c'était sa mère ou sa grande soeur ! Elle jeta un regard noir à la sorcière, déterminée à ne pas céder.
"Je te prenais pour quelqu'un de bien... C'est vraiment ce que j'ai dit ? Probablement. Je n'ai jamais dit que j'étais quelqu'un de bien, ni même quelqu'un qui faisait le bien, Castielle. Je ne me considère pas comme une personne qui veut que tout le monde soit heureux, épanouit dans sa vie. Je veux juste qu'on arrête de me regarder comme ça, de penser que je ne suis qu'une gamine ! cria celle-ci en essayant de se débattre. Tu ne me connais pas alors ferme-là !" Celle-ci tenta par tous les moyens d'échapper à la prise de son interlocutrice, mais elle n'y arriva pas. *Je suis si faible... Quel dommage que je ne puisse pas me retourner pour lui mettre une raclée.*

"Tu es le genre de personne que je n'aime pas... Tu fais comme si tu étais supérieure. Sache que je pense comme je le veux, les moldus sont des incapables et des brutes. Oui, des brutes ! Tu veux savoir pourquoi je suis comme ça ? D'accord. Quand j'étais plus petite, je m'amusais avec un enfant moldu. Déjà qu'à cette époque, j'avais un mauvais pressentiment, alors comment te dire que... ? Non, ils ne sont pas gentils et généreux ! Ce ne sont que des bobards. Les parents du petit étaient pires que lui ! Ils me dévisageaient, murmuraient entre eux. Ils méprisaient la fille que j'étais, une inoffensive sorcière. Le garçon me disait toujours que j'étais bizarre et que j'étais un "monstre" juste parce que mes parents étaient des sorciers et que moi-même, j'étais une sorcière. Ils n'aiment pas ceux qui sont différents d'eux, ce ne sont que des incapables et de beaux parleurs. Je pense que tu connais la suite. Mais ce n'est pas que pour ça que je ne les aime pas. J'ai déjà donné plusieurs raisons, je ne vais pas en rajouter. Puis, ce n'est pas comme si je pouvais les aimer... Sinon je serais la honte de ma famille. M'enfin, on ferait mieux d'en rester là, tu ne trouves pas ?" Pour la première fois depuis longtemps, elle avait raconté un morceau de sa vie. Même si ce n'était qu'un petit bout, il était important. Depuis toute petite, elle n'aimait pas les Moldus. Même avant cette fameuse rencontre. Elle poussa un long soupir.
"Avant de dire que ma violence est injustifiée, renseigne-toi. Tu vois, tu penses que tu me donnes une bonne leçon, que je ne penserais plus jamais que les moldus sont des incapables, mais tu te trompes lourdement. Tes paroles à toi sont injustifiées. Tu ne sais rien de moi et pourtant, tu affirmes que mes paroles sont violentes et injustifiées. Tu es spéciale, comme fille."
Revenir en haut Aller en bas
Castielle Colt
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Castielle Colt, Jeu 27 Juil - 21:10


Castielle se mit à rire sans pouvoir s'en empêcher. Ce n'était même pas volontaire, même pas méchant ou quoi que ce soit. C'était un de ces rires qui vous font contracter le ventre, ceux que vous sentez monter et devenir de plus en plus forts sans pouvoir les en empêcher, parce que votre corps réagit spontanément, sans demander son avis à votre cerveau. 

Ça commença par de petits soubresauts, la lèvre inférieure mordue, pour devenir un rire étouffé et éclore finalement en rire profond. 
Sur le coup elle lâcha sa comparse et s'éloigna de quelques pas pour accompagné le mouvement de son fou rire, une main se tenant le ventre et l'autre couvrant inutilement sa bouche. C'en était juste trop. La poitrine toujours soulevée par le rire, elle se laissa aller.

"AHA Désolée -rire- c'est même pas de toi que je ris en plus -hoquet- je sais que ce n'est pas agréable -rire- vu que j'ai vécu l'inverse en pire -rire et hoquet- mais si je suis ta -elle se tint le ventre soufflant le mot à cause de son souffle court- ta "logique" -grande inspiration pour essayer de se calmer- moi je devrais être une tueuse en série de sorciers puisqu'ils ont passé leur vie à tenter de tuer mes parents et moi-même -petit rire mal retenu- pour les mêmes raisons que tu -AhaHA- avances pour -AHAhaHA- "justifier" ta haine des Moldus ! -se tape le genou en soufflant- Avoues que c'est ironique ! AHAHA !"

Castielle parvient à se calmer un peu et essuya les larmes de rires qui lui coulaient sur le visage.
"Tiens je vais rentrer chez moi et dire à papa que si on l'a attaqué et voulut le tuer c'était sûrement parce que son agresseur avait eu une enfance difficile. Je suis sûre que ça le soulagera d'un poids de savoir que vous vous planquez derrière des excuses aussi bidons pour justifier toutes les atrocités que vous commettez sur les Moldus ! AHAHA on croit rêver !"

Elle ria encore un peu avant de souffler un "ohlalala" et de descendre l'escalier sans un regard pour celle qu'elle tenait de force quelques minutes plus tôt. 
De l'extérieur on aurait pu croire que c'était par dédain pour la jeune fille mais même pas, c'était juste que sur le coup de la surprise, elle n'y faisait juste plus attention.
Des cinglés elle en avait vu passer des tas, des psychopathes aussi, des fachos anti-moldus à qui elle avait pété le nez elle n'avait pas assez des doigts des mains de 5 personnes réunies pour toutes les compter. Sauf que leur "argumentation" était basée sur des soit-disant valeurs et théories du sang et de magie de comptoir. C'était bien la première fois qu'on lui faisait le coup du "un jour un [insérer ici une communauté] m'a poussé à la récré alors maintenant je déteste tous les [idem], nah , quitte à les faire tuer, re-nah !"

Elle était sur le point de sortir lorsqu'elle fit demi-tour pour rebrousser chemin. Elle sortit la (toute nouvelle !) baguette de Rewynia et la déposa sur le dossier du fauteuil le plus proche en ajoutant : "Tu devrais jeter un œil à ce que les Moldus appellent des Comics, il y a sûrement deux ou trois trucs qui te seront utiles dedans."

Au moment de redescendre, cette fois-ci pour de bon, elle compléta avec un clin d’œil en se tapotant la tempe : 
"Du genre : c'est pas parce qu'on a une situation familiale toxique qu'on a le droit d'être toxique également et de se foutre de la survie de gens innocents."
*Et puis qui sait, dans le pire des cas tu aimeras ça ? Ça te fera sans doute du bien, ah !*

Sur la distance qui la séparait de la sortie, elle chantonna faiblement le thème musical des X-Men. Elle était partie dans ses pensées, sans écouter ou regarder autour d'elle, plongée dans sa réflexion.
Qui sait, peut-être que la camarde de fortune qu'elle avait délaissée plus haut allait lui crier dessus, va savoir ? Peu importe, elle, elle chantonnait. Des idées aussi néfastes et destructrices, c'était ce que Castielle combattait tous les jours. Pour sa survie. Et celle de ses proches. La gamine avait encore une chance de s'en sortir, Castielle était optimiste, elle avait juste besoin de grandir et d'apprendre la vie. Pour ça il faudrait du temps, et pas qu'un peu !

En sortant dans la rue, il faisait plutôt frais. On était fin d'après-midi, il y avait toujours du monde mais la foule se dispersait petit à petit pour disparaître par petits groupes dans les restaurants et tavernes des alentours.
Avec un peu de chance elle passerait une bonne fin de soirée entourée de gens aimants et respectueux. Enfin c'est ce qu'elle se disait juste avant que la petite voix mesquine dans sa tête lui fasse tout un tas de commentaires désagréables sur son comportement de cette journée. En une fraction de seconde elle se repassa tous les événements de la matinée et se remit à froncer les sourcils de mécontentement alors qu'elle marchait un peu au hasard, tête baissée, sur le Chemin de Traverse. 







[Fin du RP pour moi]



[Merci Rewynia pour avoir été ma première partenaire de RP, c'était génial Wink Je t'envoies plein de bisous (histoire de contrebalancer avec toute cette violence plus haut ahaha) ]
Revenir en haut Aller en bas
Rewynia Scoffdyssa
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Rewynia Scoffdyssa, Jeu 27 Juil - 23:14


Rewynia, quand Castielle la lâcha, se dépêcha de se mettre en position de défense si celle-ci revenait de nouveau pour lui faire une clef de bras ou une autre prise qui ne serait pas très agréable à subir. Quand elle vit que son interlocutrice était en train de se tenir le ventre et d'étouffer un rire, elle décida de ne pas y prêter attention. Elle pouvait rire d'elle, cela ne la gênait pas. Tout le monde trouvait toujours quelque chose de drôle dans la vie d'une personne, que ce soit la raison pour laquelle on déteste une personne, un événement de notre vie qui a été "horrible". Cependant, elle trouvait la réaction de la sorcière un peu exagérée. Elle pourrait quand même se retenir un minimum. "Tu n'as pas bientôt fini de rire ? Cela est agaçant." Son regard noir était toujours posé sur la sorcière qu'elle considérait désormais comme son ennemie. Dire que toute cette histoire devait finir ainsi. Quelle tristesse.

"Essaye au moins de respecter ma logique. Que sais-tu de moi ? Absolument rien. Je viens de te dire un truc que je considérais comme important, et je vois bien que tu n'y prêtes pas attention. Tes moqueries ne m'atteignent pas, si tu savais. Tu peux tuer les sorciers, qu'est-ce que j'en ai à faire ? Avoue aussi que c'est ironique de répondre ainsi à la gamine que je suis, tu n'aurais pas mieux à faire ? Ce n'est pas mon problème." Dire qu'elle rigolait encore, cela commençait à irriter ses pauvres oreilles. Castielle n'était pas une fille normale. Si elle était un peu plus mature, elle serait partie d'ici depuis longtemps sans prêter attention aux paroles de la jeune fille. Elle n'aurait jamais répondu ainsi. Enfin, peu importait pour Rewynia.  

"Tu me prends comme une gamine et tu réagis de cette manière ? Ce n'est pas très mature venant de toi. Enfin, je suppose que tu le sais déjà. Si tu te voyais en train de rire, c'était hilarant. Si ton père aura un poids en moins quand tu iras lui dire ça, je serais très heureuse pour lui. Tu ferais mieux de te dépêcher d'aller lui transmettre l'information !" Celle-ci avait encore une fois provoqué celle qui se tenait en face d'elle. Elle remarqua alors que celle-ci prenait la direction des escaliers, les descendants sans un regard pour elle. Il fallait bien admettre que cela faisait mal de voir qu'on était ignoré. Celle-ci essaya de se remettre de ses émotions, encore sous le choc par les événements qui venaient de se produire. Elle s'en voulait terriblement par rapport à son comportement envers son ancienne amie. Pourtant, les remords, elle en avait rarement eu. Il faut dire qu'au début de leur relation, elles s'entendaient à merveille et voilà qu'elle avait tout gâché. *Tant pis, ainsi va la vie. Je ne dois pas avoir de pitié pour ce type de personne, elle n'est pas mon amie. Puis, au final, elle aurait probablement fini par me poignarder dans le dos. Elle ose défendre les Moldus et se moque ouvertement de ce que j'ai vécu, je vais lui montrer que je ne suis pas qu'une gamine. On se reverra, c'est certain.*

Alors qu'elle pensait que Castielle était partie, elle la vit remonter les escaliers et poser sa baguette magique sur le dossier d'un fauteuil. "Heureusement que tu n'es pas sans cervelle et que tu as pensé à me remettre ma baguette. Non merci, je ne suis pas du genre à lire les mêmes choses que ces abrutis de Moldus. Je ne suis peut-être qu'une simple jeune fille à tes yeux, qui peut encore s'en sortir dans la vie, mais désolée. Ce n'est pas le cas. J'ai dit ouvertement et délibérément tout ce que je pensais, que cela te plaise ou non. Je pense ce que je veux, ce ne sont pas tes dires qui me feront la moindre chose." Elle adressa à peine un regard à la sorcière. Celle-ci avait redescendu les escaliers. Rewynia l'entendit chantonner une musique des X-Men. Elle n'en avait rien à faire. La jeune fille entendit un bruit de clochette, celui-ci lui indiquant que la sorcière était sortie de la librairie. Tant mieux, elle ne traînerait plus dans ses pattes.

Rewynia se dirigea vers le fauteuil où sa baguette était posée. Elle la prit dans ses mains, se demandant si elle pouvait vraiment devenir une grande sorcière. Après tout, elle venait de se faire ridiculiser par une sorcière plus âgée qu'elle. Ce n'est pas pour autant qu'elle comptait abandonner sa haine envers les Moldus. Celle-ci, tout comme Castielle quelques secondes plus tôt, dévala les escaliers d'un pas précipité. Elle venait de se rappeler que ses parents lui avaient demandé de revenir le plus tôt possible et dès qu'elle aurait fini sa petite escapade en compagnie de la sorcière.

La jeune fille était désormais à l'air libre, sortie de cette maudite librairie. Elle essaya de se remémorer son trajet pour arriver jusqu'ici. Celle-ci était plutôt forte en orientation, même si elle n'osait pas trop le dire. Elle se fraya un passage dans la foule, essayant de ne pas se faire écraser par toutes ces personnes. Une fois le calvaire des coups de pied ainsi que des bousculades terminé, celle-ci était à présent devant le magasin Ollivander's et ses parents n'avaient pas l'air très heureux. Elle leur expliqua brièvement la situation en mentant sur celle-ci, disant qu'elle avait eu un léger contre-temps et que la recherche d'un livre avait mis plus longtemps que prévu.

C'est ainsi que la rencontre entre Rewynia et Castielle s'était terminée.

[Rp terminé]
Je tiens à remercier Castielle pour ce magnifique Rp, qui était aussi mon premier. J'ai été très heureuse de pouvoir faire la connaissance de ton personnage et de pouvoir interagir avec lui. J'espère que nos routes se recroiseront de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Osvald Osborne, Dim 6 Aoû - 18:11


RP avec Croyance Pérégrine





Après avoir remonté une bonne partie du Chemin de Traverse, me frayant tant bien que mal un passage à travers la foule, j'arrive enfin en terre promise : Fleury&Bott.

J'y avais pensé toute la journée, frétillant d'impatience.
Comme ils me connaissent par cœur, mes parents m'avaient donné une consigne on ne peut plus claire : je dois être revenu à la maison dans trois heures. Il est vrai que lorsque je suis entouré de livres je perds la notion du temps. Si on ne m'en empêche pas je suis tout à fait capable de rester sur place du matin au soir sans le moindre problème.

Je pousse la porte de la boutique en claironnant "Bonjour !" puis me précipite immédiatement à l'étage. Je me dirige d'un pas sautillant vers mon rayon favori : les runes. En réalité le rayon comporte également des ouvrages traitant de l'arithmancie, de l'alchimie et sans doute d'autres choses que je n'ai pas encore bien identifiées.

L'arithmancie est un art divinatoire assez intéressant. Pas autant que les runes, évidemment, mais intéressant tout de même.
Je feuillette un livre explicatif pour les débutants puis le repose à sa place. *Je le prendrais sans doute la prochaine fois ! Mais aujourd'hui concentrons-nous sur le plus important*
Je penche la tête de côté, me tordant un peu le cou, pour lire toutes les tranches de livres d'un coup d'œil : Dictionnaires, traités, manuels, traductions, encyclopédies, thèses, ... l'embarras du choix en somme !
Je fais parcourir mes doigts le long des tranches et sors une petite sélection de l'étagère, empilant progressivement les volumes dans mes bras.

"Syllabaire Lunerousse"
"Traité supérieur de traduction des runes"
"Dictionnaire runiques de niveau intermédiaire"
"L'histoire de la divination par les runes à travers les âges"
"Les runes expliquées à mon chat"


*Le titre de celui-là me fait beaucoup rire*


Et en dernier. Le mastodonte.
"La magie des runes"
1300 pages de détails, d'explications, de schémas, de mises en contexte historique, ...
*Le pur bonheur ❤ *

Je me dirige vers le fond du rayon, m'assois contre le mur en essayant de me faire tout petit et discret, dépose ma pile de livres à côté de moi et prend le mastodonte sur mes genoux.
Je compte le feuilleter en profitant de l'atmosphère de la librairie. J'essaie de ne pas penser au fait que je ne pourrais pas tout acheter tout de suite, il me faudra revenir encore quelques fois. Mais ce n'est pas très grave, ce n'est jamais que partie remise !

Je m'installe le plus confortablement possible, ouvre le livre à sa table des matières et entame ma lecture silencieusement, le sourire aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Croyance Peregrine
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Croyance Peregrine, Dim 6 Aoû - 19:16


Rp avec Théo Osborne suite

Je fermai la porte de la boutique. Une légère mélodie se fit entendre.
Par Merlin j'adorais l'odeur du vieux parchemin.
Le silence régnait ici, cela faisait contraste par rapport au brouhaha de dehors.

Quelques clients discutais.. Je me dirigeais vers l'étage.
J'avais besoin d'un livre sur la possession d'un corps par un mort. Autrement dit quand une âme possède un vivant.
Je parcours plusieurs rayon avant de trouver ce que cherchais.
J'en profitais pour faire d'autres recherches. Notamment sur les sortilèges de transfert et
de déplacement. Déplacement Astral.
Je me perdis dans mes souvenirs à la simple vu d'un nom sur un des livres,
j'avais décidé il y a un an de rompre tout contact avec ma famille.
Le même nom que dans le livre à la différence qu'il n'avait pas la même orthographe.
Ma famille n'etait qu'un vulgaire poids lourds pour moi. Il ne m'avait jamais aimées.
Je me dirigeais vers une table pour étudier un petit peu les ouvrages
Une personne lisait aussi à cette table
mais elle devait sûrement être partie chercher un autre ouvrage.
Je me concentrais sur un de mes livre.
La lecture du tome 2 " Sciences occultes et nécromancie"

Edit Alhena : Bonsoir Croyance, comme indiqué dans la Charte du forum, il vous est interdit de supprimer un édit de modération. Merci de ne pas recommencer à l'avenir. Cordialement.
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Osvald Osborne, Lun 7 Aoû - 14:08


J'ai déjà dû lire longtemps assis par terre car je commençais à ressentir quelques douleurs au niveau de mon dos et de ma nuque. Il est vrai que la position dans laquelle je me trouve fait que j'ai les vertèbres dorsales et cervicales toutes croquées. J'interromps temporairement ma lecture pour relever la tête, me masser la nuque en fermant les yeux et m'étirer le dos. Après une suite non interrompue de craquements j'expire un grand coup.
Quelle heure est-il ?
Est-ce que j'approche déjà de la fin des trois heures qui m'ont été accordées ?

Je retire le mastodonte de mes genoux pour le poser sur le plancher. J'ouvre mon sac pour y trouver ma montre.

Des livres, mes papiers, mon mini- herbier de poche, ...
*Elle est sans doute dans la poche de devant alors.*

Mon calendrier lunaire, mes deux jeux de runes, ...
*Ah non, je l'ai sans doute mise directement dans mes poches à moi !*

Des biscuits, des pierres, ...
*Ou pas. Zut.*

Je remets tout le bazar que j'en avais sorti de retour dans mon sac. Sans montre, pas d'heure et si je ne suis pas capable de gérer mon temps et que j'arrive en retard...
Je ne tiens pas particulièrement à désobéir à mes parents.
D'abord parce que je n'aime pas spécialement me faire enguirlander et ensuite parce qu'au sinon ils pourraient me priver de sortie de la sorte en guise de punition. Et ça c'était hors de question ! Si je voulais de nouveau avoir quartier libre comme aujourd'hui, j'avais intérêt à être à l'heure !

Mais pas de panique, je ne suis pas seul dans cette librairie, je n'ai qu'à demander à quelqu'un.
Je me lève, range convenablement les livres à leur place et enfile mon sac sur mon épaule droite avant de sortir discrètement du rayon où j'étais.

Un regard à gauche.
Un à droite.
Et je repère facilement deux ou trois personnes qui sillonnent les étagères alentour ou qui lisent tranquillement dans leur coin. Je décide de m'avancer vers celle qui était le plus proche de moi. Elle lit à une table à quelques pas de là où je me tiens.
Une femme aux cheveux aussi noirs que sa robe. Robe magnifique d'ailleurs, d'un style très particulier, comme sorti d'une autre époque.

Je m'approche sans faire de bruits. Une fois arrivé à sa hauteur je me racle un peu la gorge. Comme je parle toujours d'une voix douce il m'est déjà arrivé plusieurs fois que les gens ne m'entendent tout simplement pas, c'est donc un pas trop bizarre de "m'annoncer", en quelque sorte...

"Hum... excusez-moi de vous déranger, vraiment, mais auriez-vous l'heure ? Je dois rejoindre mes parents après et je ne voudrais pas être en retard..."

Puisque je suis debout et elle assise, je vois les pages qu'elle est en train de lire. C'est étrange, il y a des schémas assez troublants... J'essaie de lire une phrase par-ci par-là mais je n'en comprends pas grand-chose. Quand je ne comprends pas quelque chose ça se voit toujours sur mon visage : j'ai les sourcils froncés et la tête un peu penchée sur le côté.

Je me demande ce que cette dame est occupée à lire, c'est intrigant !
Revenir en haut Aller en bas
Croyance Peregrine
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Croyance Peregrine, Lun 7 Aoû - 16:30


"З цього пункту, я чертовски її."
Qui pouvait être traduit par «Par ce moyen elle sera damné.»
Je fus interrompue par un jeune homme qui me demandait l'heure. Je lui annonça qu'il était 16h.
Il semblait intrigué par ma lecture. En temps normal j'aurais été sur la défensive,
je l'aurais immédiatement incendié.
Mais là c'était vraiment étrange, ce jeune homme me semblait vraiment intéressé,
il avait une certaine fragilité si son visage qui me toucha.
Quand il m'avait demandé l'heure il avait mentionné ses parents.
Je venais à peine de le rencontrer que je savais qu'il ferait de grande chose,
qu'il avait du potentiel pour être un futur assistant.
"Reprends toi Croyance ! Ce n'est qu'un gamin, qui a une famille, des ami, une vie.
Tu ne le connais même pas. Il en a peut-être rien à faire des sciences occultes.
Il s'est peut-être intéressé par simple politesse!»
disait ma petite voix intérieure.
Mais en même temps si je ne me trompais pas.
Après tout rien ne m'empêche de lui poser quelques questions. Au pire il fera quoi? il ne saura répondre.
Au moins tu sera fixée!
Je fermais mon livre et je le fixait droit dans les yeux. Je voulais sonder son regard.
De mon autre main de pris un de mes ouvrages. Je feuilletais rapidement. Une fois la page trouvée je lui présentait l'image
qui représentait le symbole de la société théosophique (ici)
«Sais-tu ce que représente ce symbole ? Que veut-il dire?"
Revenir en haut Aller en bas
Osvald Osborne
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Osvald Osborne, Lun 7 Aoû - 17:44


J'étais soulagé d'entendre qu'il n'était que 16h car ça signifiait que j'ai encore 1h30 de bouquinage devant moi. En revanche quand la femme me mit un livre ouvert sous les yeux et me demanda ce que signifiait le dessin représenté sur l'une des pages, je fus pris de court.

Elle me demandait ce que c'était ou ce que c'était pour moi ?

Bien évidemment le serpent se mordant la queue, entourant en son sein tous les autres symboles, me sautait aux yeux.
De même pour la croix gammée, aujourd'hui tristement célèbre.
L'étoile aussi.
Mais le reste...

Je réponds ce que je sais :
"Le serpent qui se mord la queue je le connais bien, même si associé au reste des symboles je ne pense pas que ce soit le serpent auquel je pense, la symbolique reste la même. Il représente le début et la fin de toutes choses, le cycle éternel, mais il n'a pas de connotation négative, au contraire il représente l'espoir en l'avenir et le renouveau. Je le connais des récits et mythes nordiques, avec Jörmungand, l'un des fils de Loki, qui est condamné par les Ases à entourer Midgard, la terre des humains, même si cela implique qu'il doive se mordre une partie de la queue car il grandit trop."

Je m'arrête là bien que j'aurais pu en parler toute la journée. J'essaie tout de même d'être un minimum concentré et je continue ma réponse :
"Le nom du symbole est l'Ouroboros, ça vient du grec -je crois ?- "Celui qui se mord la queue" littéralement.
Ensuite il y a la croix gammée et l'étoile de David, tristement célèbres l'une l'autre ... Mais la croix était un symbole de paix autrefois, on la trouve encore souvent en Orient, utilisée comme telle. L'étoile, elle, est surtout connue pour son pouvoir magique protecteur. D'ailleurs elle est souvent utilisée en amulette !"


J'en avais déjà vu quelques-unes, des amulettes en étoile de David. L'une d'elles avait été chargée en énergie et des sorcières l'avaient boostée grâce à des charmes. Il paraît qu'il y a un même un marché d'amulettes qui existe du côté sorcier du monde... mais ça ne m'intéresse pas des masses. Selon moi, si tu veux que ton amulette te protège de la façon qui te convient contre quelques entités négatives qui te sont spécifiques, alors il te faut la confectionner ou au moins la chargée magiquement toi-même.
Sinon ça donne un effet prêt-à-porter : oui il y a un charme de protection, mais il est standard, il ne conviendra peut-être pas à une situation spécifique.

Je fixe le dessin, essayant d'en retirer un maximum. Les rouages de mon cerveau tournant à plein régime. En vain. Le symbole du milieu et les quatre autres ne me disaient vraiment rien.

"En revanche pour les autres, je ne sais pas. Je ne crois pas les avoir déjà vus ...
Enfin il y a la couronne, mais sans savoir à quoi correspond tout ce qui se trouve dans le cercle, je ne peux que supposer qu'elle représente la supériorité de ce que signifie cet emblème par rapport à quelque chose d'autre. Par rapport à tout, j'imagine ?"


Je plisse un peu les yeux. À trop me focaliser sur les symboles je n'avais pas remarqué les fleurs comprises elles aussi dans le cercle !

"Les deux fleurs, là, ressemblent à du lys. En France ils appellent ça un lys royal. En magie cette fleur est un gage de protection, elle apporte la Grâce, favorise la réalisation des vœux et écarte les mauvaises épreuves."

J'avais terminé. Tout ce que je savais avait été dit. J'espère juste ne pas être totalement à côté de la plaque, j'aurais l'air fin !
Revenir en haut Aller en bas
Marjorie Lunas
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Marjorie Lunas, Mar 10 Oct - 11:25


[autorisation de Théo pour reprendre le sujet ]

Un nouveau chapitre
RP avec Louise Dahmer



Petite matinée d'automne, la rentrée était passée il y a maintenant quelques semaines et mon envie d'en apprendre plus sur le monde des sorciers n'en avait été qu'accru. Je profitais du week-end pour emmener mes parents sur le chemin de traverse. Cela me rassurait de les avoir près de moi car on avait trop vite fait de se perdre du côté de l'allée des Embrumes. Et mes parents avaient aussi rapidement accepté. N'ayant jamais vu autre tour de magie que les pauvres tours que j'avais malencontreusement fait durant mon enfance, c'était l'occasion pour eux de s'immerger un peu dans le monde dans lequel je vivais maintenant.

Je leur montra ainsi toute sorte de boutique, celle des Animaux magiques, où j'avais acheté Amon, mon petit furet, mais aussi la boutique d'Ollivander où j'avais pris possession de ma précieuse baguette et ainsi de suite. Car après tout, à Poudlard, c'était un personnel de Poudlard qui m'avait accompagné faire mes achats et qui m'avait conseillé. Les vitrines s'enchainaient, laissant défiler toute sorte d'objet étrange. Ma mère s'amusa de voir les photos s'animer au niveau d'un petit kiosque et mon père était en admiration devant un balai de compétition. Vu le monde autour, cela devait être le dernier modèle.

Nous arrivons enfin devant une jolie boutique avec un va et viens incessant. Je lève le nez et lit l'enseigne :

Fleury & Bott


Je réfléchis un instant... Ah oui : c'est là que j'avais acheté mes livres scolaires ! Je montre la boutique à mes parents avant de m'y engouffrer. Ils me suivent et nous convenons de nous séparer. Seule règle : je n'ai pas le droit de sortir de la boutique. Ma mère part donc vagabonder entre les rayons et mon père s'en va feuilleter des revus sportives sur le Quidditch.

Je me dirige quand à moi vers les rayons des livres biographique, laissant mon regard vagabonder sur les noms des plus grands sorciers de l'histoire...
Revenir en haut Aller en bas
Louise Dahmer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Louise Dahmer, Mar 10 Oct - 17:40


- Oui Papa, je ne vais pas loin ne t’inquiète pas. Et si tu me perd on se retrouve devant Ollivander.

Seule sur le chemin de traverse je fait une grimace a mon père et me déplace en sautillant sur le chemin de traverse. Mes narines reniflent la bonne odeur de sucre qui se balade dans l'allée, mais mes yeux tombent sur une belle robe chez Tissard et Brodette. Je sort ma bourse de ma poche et soupire... Elle n'est pas très remplie. Ce n'est pas grave, je vais me poser tranquillement chez Fleury & Bott et lire les livres que je ne peux acquérir. Arrivée devant la porte, je me met sur la pointe des pieds pour pousser la porte si lourde pour moi. Un homme m'aide et j'entre enfin.

- OH MON DIEU !


Ma petite voix semble résonner dans la boutique. Gênée, je cours vers ce que j'ai aperçu. Le nouveau tome de "Ne touche pas ma baguette" est sorti! C'est l'histoire d'un jeune sorcier qui tombe amoureux d'une moldu quand celle si prend sa baguette magique pour une simple baguette pour cheveux... Je sert le livre contre moi en rêvassant puis part a la recherche d'une place cosy pour lire tranquillement. Lorque j'en trouve une a l'autre bout de la boutique, je cours, pressée de pouvoir faire glisser les pages entres mes doigts et .....

BAM

J'ai bousculé quelqu'un ?!
Revenir en haut Aller en bas
Marjorie Lunas
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Marjorie Lunas, Dim 15 Oct - 0:24


Albus Dumbledore
Gellert Grindelwald
Minerva McGonagall
Severus Rogue
Harry Potter
Hermione Granger
...

Les noms défilent sous mes yeux, j'étais apparemment arrivée dans les personnalités à l'étagère des biographies des grands personnages du XIX-XX-XXIème siècle. Je m'empare immédiatement du livre sur l'ancienne directrice de Poudlard, McGonagall. Elle est de loin l'une des femmes qui me semble les plus exceptionnelles. Alors que je lis la quatrième de couverture, quelqu'un me bouscule violement, me faisant vaciller quelques dixième de seconde. Je reprend mon équilibre et plonge mon regard dans celui d'une jeune fille aillant sensiblement mon âge. Je réfléchis un instant et me souviens l'avoir vu lors de la répartition. Nous avons donc bien le même âge, mais impossible de me souvenir de son nom et de sa maison. Il faut dire que ce jour là, j'étais plus absorbée par le plafond étoilé de la grande salle que par la répartition respective des élèves.

Je vois à son regard qu'elle est aussi surprise que moi, je comprend qu'elle n'a pas fait exprès de me bousculer. Je baisse les yeux vers son livre ouvert. Elle était en train de lire et surement absorbée dans les lignes, elle ne m'avait pas vue.

- Ouch ! Ca va, tu n'as rien ? Je ne sais pas ce que tu lis mais ça à l'air vachement intéressant !

La jeune fille possède de long cheveux blond argenté, éclairant son visage d'un doux éclat de bonheur. Je me décide à lui poser la question qui me brule les lèvres :

- Je t'ai vu le soir de la répartition ! Mais je me souviens plus de ton nom, ni de ta maison... Moi c'est Marjorie, de Poufsouffle !
Revenir en haut Aller en bas
Louise Dahmer
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Louise Dahmer, Mar 17 Oct - 1:33


Génée de l'avoir bousculée, je m’apprêtait a partir en courant, rouge de honte, mais a ma surprise elle se présente. Je lui répond, timide:

- Moi c'est Louise, Louise Dahmer. Je... Je suis a Serdaigle. Et je suis désolée de t'avoir bousculée, je voulais lire ce livre rapidement il est juste... Attend... Tu connais "Ne touche pas a ma baguette" ?

Mon gout pour la lecture fait disparaître ma timidité et je n'attend même pas sa réponse. J'attrape Marjorie par la main, l'amenant en direction de l'endroit ou je voulais m’asseoir pour lire. Une fois assise, je sort le tome 1 de mon sac et mes yeux roulent lorsque je pense a la première fois que je l'ai lu.

- Il y a ce sorcier, Archie. Un jour, il fait son jogging avec sa baguette dans la poche et la fait tomber! C'est la qu'il rencontre Beth, elle ramasse la baguette et cette cruche crois que c'est une baguette qu'on se met dans les cheveux pour tenir les chignons. Faut dire que la baguette d'Archie est tellement belle...

Je chuchote la dernière phrase, comme une confidence, des étoiles dans les yeux. Et je me rend compte que je suis partie en monologue, comme a mon habitude. Je sourit et lui dit :

- Et toi? Tu lis quoi ? Tu dit que tu m'a vu a la repartition... Tu es une premiere année? Parceque tu fais plus grande, je trouve!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Chez Fleury & Bott

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 12 sur 13

 Chez Fleury & Bott

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.