AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 2 sur 13
Derrière le brouillard...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant
Valens Fenwick
Serpentard
Serpentard

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Mar 26 Juin - 14:19


Valens remarqua un regard curieux de la part de sa complice alors qu'il sortait un énième bout de tissu noir de son sac. Elle semblait se demander ce qu'il faisait avec autant de bouts de tissus sur lui. Songeait-elle à quelques pratiques parfois jugées déviantes? Ou à quelque sombre rituel auquel il s'adonnait régulièrement. Avec un petit rire, il lui fit face et lui répondit.

- Ne te fais pas d'idées, tu devrais savoir mieux que personne d'où viennent ces bouts de tissus. A chaque fois que je me balade avec une ou plusieurs demoiselles, tout comme la fois où nous avons fait une petite escapade nocturne sur le lac, je me retrouve systématiquement à moitié nu, au bas mot, et avec des vêtements en lambeaux au dela de toute réparation possible. Comme je n'en ai qu'une quantité limitée, je commence à prévoir le coup en conservant les morceaux de tissus non utilisés. Cela peut paraître futile mais comme je me trouve en avoir systématiquement besoin, leur transport est finalement rentable. Sinon imagine dans quel état j'aurais déjà été...

Kyara lui avoua ne jamais avoir fait d'interrogatoire et ne pas en connaitre véritablement les techniques. Elle lui demanda alors si dans son cas, il en avait déjà fait. Elle était prête en ce cas à lui laisser la direction des opérations. S'il ne avait déjà fait... Ce n'était pas une question par laquelle il pouvait avoir une réponse exacte. Faisant montre d'une affirmation mitigée, il dut expliquer au moins un peu quel était son cas. Car il avait effectivement "assisté" à de maints interrogatoires, mais pas à la place la plus en vue.

- Oui... et non. Mes parents m'ont fait subir un grand nombre d'interrogatoires avant tout pour m'apprendre à y résister. Egalement pour m'en apprendre les ficelles mais le chapitre de mise en pratique serait venu plus tard dans mon éducation, bien après. J'ai beau les haïr et les craindre, je dois dire que leurs méthodes d'enseignement n'ont pas été sans une certaine... efficacité.

La jeune femme lui posa ensuite toutes sortes de questions, elle ne semblait pas savoir exactement par quel bout prendre le sujet. Pour ne pas être confronté à une erreur au plus mauvais moment, il décida de commencer par lui expliquer les bases qui étaient indispensable à cette pratique. Il ne fallait pas perdre de vue cette notion car tout le reste en découlait. Sur un ton neutre, il lui exposa les faits.

- Bon, je vais devoir vous expliquer certaines choses avant que nous commencions. Le but d'un interrogatoire, peu de gens en ont conscience, c'est surtout de faire perdre à un individu tous ses repères. Il faut briser ce qu'il croit, insinuer le doute, il faut qu'il se pense perdu. Il faut également qu'il se sente abandonné, fragile et seul, apeuré. Ce n'est pas une question de violence, c'est une question de mise en scène. Cependant, la souffrance fait partie des outils de la palette utilisée pour faire perdre les repères d'une personne, il est vrai. Et comme nous avons peu de temps devant nous, nous allons devoir l'utiliser pour accélérer les choses. Est ce que jusque là, les choses vous semblent-elles claires et acceptées?

Lui demanda-t-il pour être sûr qu'ils se comprenaient bien. Des fausses notes ou la moindre dissension réelle entre eux pouvait ruiner leurs efforts. Il réfléchit tout d'abord au matériel basique dont il aurait probablement besoin rapidement. Des elfes de maison pouvaient aisément se charger de ramener ce genre de choses assez vite pour que tout soit prêt à la fin de son explication.

- Appelons nos elfes de maison, qu'ils nous ramènent rapidement quelques denrées le temps que je finisse vous t'expliquer le plan. Hugin!

Formula le serpentard avant qu'un elfe apparut en sautillant tout autour de lui en lui proposant un moineau, puis un sandwich, suivit d'un petit canard factice qui vibrait et dont le jeune homme ignorait où il avait pu dénicher cela. Tandis que la jeune femme faisait probablement de même, il essaya de calmer le petit être avant de lui exposer ses demandes.

- Merci Hugin, c'est très aimable à vous mais je vais devoir vous demander d'autres de ces objets j'en ai peur.
- Oui! Que peut faire Hugin pour le maître? Hugin sait où trouver tout ce qui peut faire plaisir au maître? Vous voulez de jolis mirroirs ronds avec un trou au milieu pour les accrocher?
- Non Hugin, pas de CD aujourd'hui, j'aurais besoin de restes d'abats et un sceau de sang de boucherie, une peinture rouge très sombre, un scalpel, un garrot, de l'eau salée, du gros sel, des cordelettes et de vous si vous pouvez faire des cris d'horreur de jeune fille en détresse. Vous vous en sortirez?
- Oui! Hugin toujours s'en sortir! Hugin toujours pouvoir faire plaisir au maître!

Puis, tandis que le ou les elfes de maison allaient faire les courses, le tortionnaire continua à expliquer ce qu'ils allaient devoir faire. Là les choses se compliquaient un peu, car la mise en scène devait être suffisament convaincante pour que la panique se fraye un chemin dans l'esprit de leur source d'information actuellement récalcitrante.

- Bon, durant cette confrontation, je vais être le fou. Je veux dire, plus fou que d'habitude, fou furieux. Je vais le malmener par pur plaisir, de manière sadique et écoeurante. Je vais même aller jusqu'à l'empêcher de parler pour pouvoir profiter encore plus des tourments que je peux lui infliger. J'irai aussi m'occuper de temps à autre d'autres victimes, factices, dont on entendra les hurlements et gargouillis de mauvaise augure et dont je reviendrai en dégustant des morceaux de leurs corps. Vous voyez le genre?
Très bien, quant à vous, vous serez mon garde-fou. Vous veillez sur moi d'un air désolé, couvrez mes frasques, excusez mes "égarements" auprès de lui. Vous compatissez à son triste sort et vous lui reprocher de trainer dans les rues la nuit tandis que nous cherchons nos futures victimes, que ce n'est pas raisonnable et que cela l'a mené en facheuse posture. Que vous vous demandez bien ce qui a pu lui passer par la tête pour agir de la sorte. Vous profiterez de mes absences et son égarement pour amener des confidences. Si cela ne va pas assez vite, vous passerez à la vitesse supérieure en lui confiant que je cherche de parfaits inconnus pour étancher ma faim et ma soif. Que je n'arrive pas à le faire avec des personnes dont je sais trop de chose et que c'est pour cela que vous êtes à l'abri. Une manière de négocier des informations contre sa vie... D'habitude cela fonctionne mieux avec un sadique, un fou et un compatissant, le fou ayant alors un comportement complètement incohérent. Mais nous ferons sans et regrouperons le sadique et le fou en une personne. Vous voyez le principe?


Lui demanda-t-il alors. Il voulait savoir si tout était clair et si sa complice avait des questions avant de commencer à préparer la salle et le prisonnier. Car ensuite, il n'y aurait plus de place pour l'hésitation...

Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Mar 26 Juin - 19:23


Son sac devait encore contenir des dizaines de rubans. Captant son regard curieux, Valens sortit un dernier ruban noir de son sac avant de se poster devant Kyara, dans un petit rire il lui apporta une explication.

- Ne te fais pas d'idées, tu devrais savoir mieux que personne d'où viennent ces bouts de tissus. A chaque fois que je me balade avec une ou plusieurs demoiselles, tout comme la fois où nous avons fait une petite escapade nocturne sur le lac, je me retrouve systématiquement à moitié nu, au bas mot, et avec des vêtements en lambeaux au dela de toute réparation possible. Comme je n'en ai qu'une quantité limitée, je commence à prévoir le coup en conservant les morceaux de tissus non utilisés. Cela peut paraître futile mais comme je me trouve en avoir systématiquement besoin, leur transport est finalement rentable. Sinon imagine dans quel état j'aurais déjà été...

Il était repassé au tutoiement, cela la faisait rire intérieurement lorsqu'il faisait cela. Elle préférait ne pas lui faire la remarque sachant qu'il ne réagirait pas très bien. La première fois où elle l'avait incité à la tutoyer il avait fait une sorte de crise, aussi elle préférait s'abstenir. Cela n'était ni le lieu, ni le moment qu'il perde le contrôle de lui-même.

Apparemment donc cela lui était arrivée plusieurs fois de se retrouvé à moitié nu dans diverses aventures. En tous les cas c'était une bonne idée que de garder les bouts de ses anciens habits. Au vu de l'état impossible de les raccommoder, mais ingénieux que de les gardaient afin de s'en servir afin de bâillonner quelqu'un. Mettant la technique de côté Kyara songea qu'elle pourra faire de même pour le futur, on ne sait jamais.

- Oui... et non. Mes parents m'ont fait subir un grand nombre d'interrogatoires avant tout pour m'apprendre à y résister. Egalement pour m'en apprendre les ficelles mais le chapitre de mise en pratique serait venu plus tard dans mon éducation, bien après. J'ai beau les haïr et les craindre, je dois dire que leurs méthodes d'enseignement n'ont pas été sans une certaine... efficacité.

Faire subir des interrogatoires à son propre enfant, il fallait vraiment ne pas avoir de coeur ... Enfin d'une certaine façon cela tombait bien pour cette soirée, ils auraient besoin de toutes les connaissances que pourrait lui apporter le jeune homme. D'un côté elle était révoltée et de l'autre elle était soulagée.

- Bon, je vais devoir vous expliquer certaines choses avant que nous commencions. Le but d'un interrogatoire, peu de gens en ont conscience, c'est surtout de faire perdre à un individu tous ses repères. Il faut briser ce qu'il croit, insinuer le doute, il faut qu'il se pense perdu. Il faut également qu'il se sente abandonné, fragile et seul, apeuré. Ce n'est pas une question de violence, c'est une question de mise en scène. Cependant, la souffrance fait partie des outils de la palette utilisée pour faire perdre les repères d'une personne, il est vrai. Et comme nous avons peu de temps devant nous, nous allons devoir l'utiliser pour accélérer les choses. Est ce que jusque là, les choses vous semblent-elles claires et acceptées?

Comme une bonne eleve Kyara écoutait attentivement les paroles de son camarade. Elle était apparemment dans le flou, pour elle le but d'un interrogatoire était d'obtenir une information tout simplement. En même temps en y réfléchissant c'était logique. Il fallait d'abord briser la barrière psychologique pour pouvoir obtenir l'information, sinon cela ne s'appellerait pas un interogatoire. Avalant sa salive avec peine Kyara hocha la tête tout en prenant la parole.

- Oui, elles sont claires et acceptées.

Elle devait le faire, ils devaient le faire, comme lorsqu'ils avaient décidés de faire mourir des êtres afin de se préserver et de préserver le monde. L'enjeu ici n'était surement pas le même, mais ils devaient quand même le faire. Tant pis pour l'homme, après tout c'était son job, il connaissait les risques et aujourd'hui il allait y être confronté.

- Appelons nos elfes de maison, qu'ils nous ramènent rapidement quelques denrées le temps que je finisse vous t'expliquer le plan. Hugin!

Apparu alors un elfe de maison qui sautillait de partout en faisant apparaître des choses bizarres. Ne préférant pas faire de commentaire elle écouta le serpentard faire sa liste avant de comprendre qu'il voulait créer une atmosphère spéciale. Même si elle elle n'avait pas encore saisit à quoi aller servir les restes d'abats, enfin elle aussi devait contribuer y contribuer. Se tournant vers un espace vide elle prit alors la parole une nouvelle fois.

- Edwin

Dans un craquement sonore apparu alors son elfe de maison qui s'inclina profondément devant Kyara avant de s'incliner aussi vers Valens, un peu moins profondément. De ses grands yeux globuleux il regarda alors sa maîtresse attendant qu'elle lui donne des ordres.

- Va me chercher des chaînes je te prie, un certain nombre afin qu'on puisse les accrocher. Chaînes, menottes tout ce que tu trouves d'un tant soit peu glauques. Apporte moi aussi un seau d'eau remplit, on ne sait jamais.

- Bien maîtresse

Dans un craquement sonore il disparu alors, Kyara savait qu'il trouverait tout ce dont ils auraient besoin en très peu de temps et qu'il serait rapidement de retour. Elle avait de la chance que cet elfe lui était dévoué, s'il possédait une toute autre manière de pensée, il aurait soit déjà mis les voiles, soit prévenue illico les autorités. Il devait probablement pensé que sa maîtresse avait des drôles de moyens afin de passer le temps. La dernière fois qu'elle l'avait appelé dans un lieu étrange c'était dans la grotte où il avait dû la faire sortir ainsi que Valens qui était à demi-mort. Enfin de toutes les manières, quoi qu'il pensait elle savait qu'il ne le dirait jamais, se tournant à nouveau vers Valens elle attendit alors la suite des opérations.

- Bon, durant cette confrontation, je vais être le fou. Je veux dire, plus fou que d'habitude, fou furieux. Je vais le malmener par pur plaisir, de manière sadique et écoeurante. Je vais même aller jusqu'à l'empêcher de parler pour pouvoir profiter encore plus des tourments que je peux lui infliger. J'irai aussi m'occuper de temps à autre d'autres victimes, factices, dont on entendra les hurlements et gargouillis de mauvaise augure et dont je reviendrai en dégustant des morceaux de leurs corps. Vous voyez le genre? Très bien, quant à vous, vous serez mon garde-fou. Vous veillez sur moi d'un air désolé, couvrez mes frasques, excusez mes "égarements" auprès de lui. Vous compatissez à son triste sort et vous lui reprocher de trainer dans les rues la nuit tandis que nous cherchons nos futures victimes, que ce n'est pas raisonnable et que cela l'a mené en facheuse posture. Que vous vous demandez bien ce qui a pu lui passer par la tête pour agir de la sorte. Vous profiterez de mes absences et son égarement pour amener des confidences. Si cela ne va pas assez vite, vous passerez à la vitesse supérieure en lui confiant que je cherche de parfaits inconnus pour étancher ma faim et ma soif. Que je n'arrive pas à le faire avec des personnes dont je sais trop de chose et que c'est pour cela que vous êtes à l'abri. Une manière de négocier des informations contre sa vie... D'habitude cela fonctionne mieux avec un sadique, un fou et un compatissant, le fou ayant alors un comportement complètement incohérent. Mais nous ferons sans et regrouperons le sadique et le fou en une personne. Vous voyez le principe?

C'était donc à cela que servirait les abats ? À faire croire que c'était des morceaux de corps ? Idée ingénieuse, mais assez dégoûtante, elle espérait qu'il feindrait de les manger, car apparemment ça n'était pas un des meilleurs mets se trouvant sur Terre. Après elle se trompait peut-être après tout il devait bien exister des bouts de corps comestible à la vente où autre. Elle l'espérait pour son camarade.

En tous les cas elle avait compris son rôle, elle devait encore jouer la comédie en faisant croire qu'elle était du côté du suiveur ... youpi, à la limite elle n'aurait pas dit non de jouer la dingue, mais il était vrai qu'il était plus logique que ça soit elle qui compatisse. Où tout du moins fasse semblant de compatir, après tout elle ne devait pas oublié le but principal, savoir pourquoi est-ce qu'il la suivait. En plus s'il fallait Valens n'était pas même impliqué dans l'histoire, le fait qu'ils soient tous deux suivit ne seraient qu'une étrange coïncidence. Même si c'était le cas, elle ne voyait toujours pas pourquoi est-ce qu'on pourrait la suivre ... Les aurors qui étaient sur sa trace ? Où alors les Mangemorts ? Non ça ne collait pas ...

Un sadique un fou et un compatissant, déjà rien qu'en entendant cela elle craignait le pire, mais alors de combiner le sadique et le fou en une seule personne, ça risquait de faire des étincelles. Elle n'avait pas du tout envie de se trouvé à la place de leur prisonnier. D'ailleurs en parlant de lui, il devait commencé à trouver le temps assez long, parfait en soit cela fera monter son stress. S'il était un professionnel ils auraient un peu plus de mal, il ne restait plus cas espérer que la personne l'ayant engagé n'ait pas chercher de la qualité..

Poussant un grand soupir Kyara se détacha alors les cheveux, attaché cela lui faisait une expression trop sérieuse, il fallait qu'elle fasse croire qu'elle était quand même vulnérable. Enfin non qu'elle n'était pas à l'aise en présence de Valens et regretter de devoir le côtoyer, ça c'était pas mal, pas mal du tout même. Hochant une nouvelle fois la tête elle reprit la parole.

- Oui je comprends le principe, après ça je pense qu'on pourra se reconvertir dans une carrière d'acteurs ... Sinon il faudrait ne pas trop tarder, je sais que l'attente fait monter le stress, mais évitons de croire qu'il pense qu'il y ait anguille sous roche.

A peine avait-elle terminée sa phrase qu'apparue Edwin dans un craquement sonore, le remerciant et se doutant que l'elfe de Valens ne tarderait pas non plus Kyara se mit à préparer la pièce. Avec l'aide de son elfe elle installa des chaînes au plafond et des menottes au mur. Se reculant d'un pas elle contempla alors satisfaite son oeuvre.

- Qu'en pense tu ? ça fait glauque non ? Avec un peu de faux sang et de la peau ça serait surement mieux je pense.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Mer 27 Juin - 12:42


Acceptant la méthode, Kyara se mit à l'ouvrage avec Edwin pour décorer la salle et le tortionnaire acquiesça silencieusement à son avis, donnant son assentiment face à la décoration. Valens quant à lui laissa des instructions extrêmement précises et limitatives à Hugin pour s'occuper de sa part du travail. L'elfe avait mis plus de temps que prévu, mais avait également ramené plus de de quantité de matériel que prévu, pensant faire plaisir à son maître. Son enthousiasme faisait plaisir à voir, il est vrai, mais c'était également un handicap. Le jeune homme décida quant à lui de s'occuper du prisonnier.

Il commença par lui jeter un sort d'alcoolémie en le suffixant de minima. Le droguer était préférable mais il fallait qu'il reste maître de lui malgré tout pour comprendre ce qu'il essayait de lui faire croire. Ce petit sort contribuait juste à le perturber. Il le fit alors léviter à quelques centimètres au dessus de la table tout en le déplaçant vers les escaliers. Plusieurs fois, il le fit tourner plusieurs fois sur lui même avant de monter ou de redescendre les escaliers ou de marcher autour de la salle adjacente. Quelques sorts de souffle lui permirent de simuler un vent de l'extérieur. Tous ces artifices étaient là pour lui faire croire que les deux kidnappeurs l'avaient emmené dans un lieu inconnu et mystérieux alors qu'il n'avait pas quitté cette cave.

Pendant ce temps, l'elfe de maison s'activait en suivant les directives. Il disposa des restes d'abats peu frais dans les coins de la pièce et autour de la table au pied de laquelle se trouvait la solide chaise. Quelques mouches tournaient autour et leur odeur était déjà repoussante. Il macula ensuite la table, la chaise et les alentours de vrai sang dont les effluves ne tardèrent pas à se mêler à ceux des abats. Il garda toutefois un peu de sang dans le sceau comme le serpentard le lui avait demandé. Avec la peinture rouge sombre, il lança des éclaboussures qui se répartissaient en gouttelettes sur les murs un peu partout. il s'amusait visiblement comme un petit fou à en lancer partout. De temps à autres, une masse de peinture faisait une tache qui dégoulinait lentement jusqu'au sol. Il disposa quelques bougies en cercle afin de donner une ambiance plus sinistre au tout. Le vert et argent se demanda pourquoi il avait pris des bougies roses, mais il considéra que ce n'était pas vraiment gênant. Hugin se dirigea ensuite vers la pièce adjacente, faisant signe à son confrère de ne pas rester là non plus.

Il dissipa le sort d'alcoolémie et revint alors vers la table sur laquelle il plaça la chaise, fixée magiquement. Avec les cordelettes, il noua séparément chacune de ses jambes à la table et chacun de ses bras en extension au bas du dossier de la chaise, amenant le bas du cou de l'homme contre le bord du tamis de l'assise. La position devait être des plus inconfortables, mais cela faisait partie de la mise en scène.

Il dissipa alors le sort de surdité et ôta le voile de ses yeux comme on lève le rideau sur une scène. Car c'était bien de cela dont il s'agissait, un lever de rideau dans une pièce de théâtre aux accents des plus réels. Les yeux de l'homme semblaient exorbités et cherchaient frénétiquement autour de lui à rassembler le plus d'informations possible. Un réflexe de survie, un bon réflexe, mais un réflexe qui le nourrissait également de toute leur mise en scène et aiguillonnait la peur qui avait déjà été instillée dans son esprit. Il cherchait à s'en sortir, très bien, quelqu'un de résigner à mourir était bien plus difficile à interroger. Il fallait toujours prouver aux gens qu'ils avaient bien quelque chose à perdre.

Dans son rôle de fou, Valens avait des yeux toujours grands ouverts et ne cillaient jamais quand il le regardait lui. Il tournait autour de la table comme un lion autour d'une proie. De temps à autres, il émettait un gloussement et de la bave coulait à la commissure de ses lèvres lorsque il le regardait, léchant parfois ses lèvres comme un affamé. Il jouait négligemment aussi avec son scalpel qui tournait dans sa main, en laissant parfois glisser quelques instant sa lame sur les étoffes de leur victime dont les fibrent rompaient. Puis il se planta devant lui et un sourire dément se creusa profondément sur ses lèvres. Le spectacle commençait. D'une voix un peu plus aigüe qu'à l'accoutumée, il s'adressa au prisonnier d'une manière tout d'abord calme mais imitant la manière de parler de son elfe.

- Bienvenue cher inconnu. Ergrin a l'immense plaisir *ricanement* de vous inviter à diner. Ergrin est sûr que vous appréciez le plat de résistance. *rire* Saignant? A point? Bien cuit? La bonne viande se mange saignante, toujours saignante.

L'homme tenta de protester, demandant qu'on le laisse libre, qu'ils n'avaient rien contre lui et que ça ne se passerait pas comme ça, mais Valens le coupa brusquement et incessament.

- Pas de palabres, pas de palabres! Les discussions ne peuvent que gâcher un bon repas. Ergrin va vous montrer la qualité de sa marchandise, vous ne semblez pas le croire.

Il déchira alors d'une manière chaotique les vêtements de l'homme par lambeaux déchirés et découpés. Faisant ensuite naître une flamme au bout de sa baguette, il l'approcha de la cuisse de l'homme jusqu'à ce que les poils se recroquevillent sous la chaleur sans toutefois s'enflammer. Il ne fallu que peu de temps avant que l'homme ne le traite de tous les noms et lui affirme qu'il le payerait avant de hurler de douleur. Arrêtant temporairement, il se releva pour lui dire.

- Vous avez raison! Ergrin doit payer pour son repas, comme au restaurant.

Il lui montra alors une poignée de dix mornilles qu'il laissa ensuite tomber au sol, chacune d'elle se répercutant en tintement.

- Ergrin est grand seigneur, Ergrin paye son addition à l'avance. Nous pouvons manger à présent.

Il remit la flamme près de la cuisse, provoquant de nouveaux hurlements. Lorsque la peau eu suffisamment brulé, il cessa et mordit doucement puis progressivement de plus en plus fort dedans jusqu'à arracher le morceaux brulé de la cuisse. Informulant un sort de soin, il guérit la blessure mais l'horreur de la situation persistait. Faisant mine, de mâcher goulument la viande ainsi prélevée, il finit par la sortir de sa bouche avant de la couper en morceaux au scalpel en disant.

- Excusez Ergrin, Ergrin est tellement affamé qu'il en oublie la politesse. Un hôte ne se sert jamais avant ses invités et vous êtes l'invité de marque. Goûtez à cette viande bien juteuse, bien saignante.

Et de force, il lui fit avaler les morceaux un peu brûlés de sa propre chair. Lui tapotant sur la tête, il lui serra ensuite les joues au niveau des machoires pour lui faire dire que sa viande était fameuse comme une marionnette. Il se recula alors et prit un air songeur.

- Mais peut être que Ergrin devrait plutôt commencer par l'entrée? Le plat semble fort appétissant, mais Cela ne se fait pas de ne pas commencer par l'entrée. Qu'en dites vous ma chère? Ergrin doit-il commencer par la jeune fille? Elle attend depuis plus longtemps et on ne doit pas faire attendre une dame parait-il.

Demanda-t-il à sa complice.

Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 28 Juin - 12:49


L'elfe de Valens mit un peu plus de temps qu'Edwin à revenir, mais il revint avec plus de choses d'après ce que pouvait en juger Kyara. Attendant, son serviteur silencieux poster à côté d'elle, la jeune femme regarda alors Valens se mettre au travail. Elle pensait qu'il allait donné un coup de main à son elfe et bien non, il se dirigea vers le prisonnier, perplexe Kyara le regarda alors lui jetait un sort.

Elle ne comprit ce qu'il faisait que lorsqu'il fit leviter le suiveur de quelques centimètres avant de l'amener vers l'escalier. On pouvait voir qu'il tentait de lutter, même s'il était immobile, bâilloner et ne voyait rien elle le sentait. Valens le fit alors tourné plusieurs fois sur lui-même tel une toupie et de lui faire et descendre les escaliers. Il cherchait à lui faire pensé qu'ils l'avaient déplacé en un autre lieu, plus approprier. Pas bête, même s'il était dans l'incapacité de se déplacer et autre il pouvait très bien avoir relevé quelques détails lui permettant de se repérer. Par cette technique Valens venait de faire s'effondrer ses efforts. Oh le captif pouvait très bien encore continuer de se repérer, sauf que cela ne servirait à rien et serait même utile pour eux s'il arrivait à s'échapper elle ne savait comment. Pensant qu'il avait monté et descendu pas mal d'escalier il serait complètement paumé et ils n'auraient par la suite plus qu'à le rattraper.

On pouvait voir que Valens savait ce qu'il faisait en tous les cas. Kyara était curieuse de voir son interprétation, en fait des deux ça serait lui qui aurait le rôle le plus difficile. Encore une fois. Il était vrai que c'était à Kyara d'arracher par une manière pacifique les informations, mais pour y arriver il fallait avant que Valens et assez mit mal à l'aise leur prisonnier afin qu'il se confie. Il assurait le premier acte elle le deuxième, si le premier acte rater alors le deuxième n'aurait lieu d'être. Enfin ce qu'il fallait se dire c'était que cette fois-ci son camarade n'aurait pas a subir des souffrances physiques. Plus de chaînes ni de lame. À choisir elle était sûre qu'il préférait faire semblant d'avoir des cases en moins que de retourner sur la roue.

Pendant que Valens faisait donc mumuse avec le prisonnier son elfe lui, Hugin si elle avait bien entendu, s'occupé de rendre la pièce encore plus glauque qu'elle ne l'était déjà. Rien qu'à la base elle n'inspirait pas du tout confiance avec ses murs froids et craqueler, sa poussière et l'odeur de moisit, alors avec tout le tralala en plus on se croirait dans un film d'horreur. Des restes d'abats furent disposer dans les coins de la pièce, déjà on voyait les mouches s'afféraient autour pendant que l'odeur pestilentielle envahissait la pièce. Bon au moins Valens ne comptait apparemment pas les manger ce qui était déjà ça, il aurait vraiment fallu être fou pour y goûter, surtout qu'on ne connaissait pas leur provenance. Kyara savait que le serpentard devait jouer le rôle du fou, mais quand même pas au point de se mettre la santé en l'air non ?

Alors que Kyara restait pensive sur ses choses répugnantes elle sentit une petite main lui agrippait sa manche de manteau et de tirer doucement. Sortant de ses pensées, elle baissa les yeux et regarda Edwin qui tendant un doigt derrière elle. Fronçant les sourcils elle se retourna alors et pu constater qu'Hugin travailler rapidement et efficacement. Sur les murs se trouvaient des gouteletes rouges sombres probablement le faux sang, par endroit on pouvait même voir que cela avait dégouliné ne rendant que plus vrai le tout. Il déposa ensuite des bougies roses en cercle, de l'avis de la Phenix le rose aurait été mieux et aurait plus effrayant, mais bon après tout si Valens ni trouvait rien à redire c'était que cela devait être bon.

Hugin se tourna alors vers Edwin et lui fit signe de le suivre avant de disparaître dans une autre pièce. N'obéissant qu'à une seule personne l'elfe leva les yeux vers sa maîtresse et ne se mit en marcher qu'une fois que celle-ci hoche à nouveau la tête. Après s'être incliné il rejoignit donc son confrère qui lui expliqua qu'il faudrait qu'il pousse des cris aiguës avant de dire qu'il s'amusait vraiment avec son maître.

Le maître justement en question qui en avait fini de faire des tours plaça le captif sur la chaise apparaître des cordes et de l'attacher dans une position probablement inconfortable. Décidément cet homme aurait dû faire un autre métier que celui qu'il faisait à présent, il allait probablement regretter de s'être engagé sur cette voix dans quelques minutes. Comprenant que cela allait commencé Kyara se dirigea alors vers les escaliers et s'installa dessus ramenant ses cheveux sur son visage. Ainsi elle était dans le rôle de celle qui était là à son insu, où tout du moins elle l'espérait. De toutes les manières elle ne put demandé l'avis à Valens, car déjà il enlevait le tissu des yeux de l'homme et annula le sort l'empêchant d'entendre.

Clignant plusieurs fois des yeux il regarda autour de lui nerveusement comme s'il tentait de se repérer où bien de trouver quelque chose de familier dans la cave. Kyara se composa alors une expression désolée sur le visage avant de ramener sur elle ses genoux. Se mouvement attira le captif qui pendant quelques secondes s'arrêta sur Kyara en fronçant les sourcils avant de reporter son attention sur Valens.

Valens qui lui aussi était apparemment entré sans son rôle. À chaque fois que le prisonnier le regardait il arrêtait de ciller, ce qui lui faisait une tête bizarre vu qu'il ouvrait grand les yeux. On aurait dit un prédateur du fait qu'il était constamment en mouvement tournant et retournant, lâchant de temps en temps un gloussement laissant la bave coulait sur ses lèvres. Là on se serait vraiment cru dans un film d'horreur. Valens avait bien apprit ses leçons, car il faisait vraiment peur, enfin non, pas encore, on se sentait juste mal à l'aise en sa présence. Même Kyara le ressentait alors qu'elle savait que son camarade jouait la comédie, en soi ça n'était pas plus mal pour la suite qu'elle soit dans à peu près le même instant d'esprit que leur prisonnier.

Jouant avec son scalpel le serpentard s'approcha alors de sa proie, se plaçant devant lui. Dans cette position Kyara ne voyait plus ce que faisait son camarade, mais voyait parfaitement bien l'expression de l'encapuchonné, qui à présent ne l'était plus. S'éleva alors une voix aigüe, sur le coup Kyara pensa que quelqu'un d'autre était entré, lorsqu'elle comprit que c'était Valens qui parler !

- Bienvenue cher inconnu. Ergrin a l'immense plaisir de vous inviter à diner. Ergrin est sûr que vous appréciez le plat de résistance. Saignant? À point? Bien cuit? La bonne viande se mange saignante, toujours saignante.

Ergrin .... il se faisait donc appeler Ergrin ... Ils avaient oubliés de parler des prénoms justement. En tous les cas Kyara espérait que cela ne ficherait pas tout en l'air. En effet, si c'était sa famille qui voulait le retrouver alors au moins tous les suiveurs devaient savoir à quoi ressembler Valens dans les cas où ils le croise non ? Enfin leur prisonnier lui n'avait pas l'air d'avoir percuter, car il tenta de se libérer en disant qu'il n'avait rien fait et blablabla.

- Pas de palabres, pas de palabres! Les discussions ne peuvent que gâcher un bon repas. Ergrin va vous montrer la qualité de sa marchandise, vous ne semblez pas le croire.

Valens se pencha alors vers l'homme et on put entendre des bruits de tissus déchirés. Sortant alors sa baguette il l'approcha de l'homme qui se mit à hurler en poussant des cris de douleur. Ce fut en sentant l'odeur de brûler que Kyara comprit que son camarade faisait chauffer quelque chose. S'arrêtant il se releva alors avant de reprendre

- Vous avez raison! Ergrin doit payer pour son repas, comme au restaurant.

Plongeant une main dans sa poche il en sortit alors quelque chose qu'il montra à l'homme avant d'ouvrir la main et de faire ainsi tomber dans un tintement son contenu sur le sol. C'était des mornilles, peu cher payer, mais elle préférait de s'abstenir de tous commentaire ne voulant pas faire planter le jeu de rôle de Valens.

- Ergrin est grand seigneur, Ergrin paye son addition à l'avance. Nous pouvons manger à présent.

Manger ? Manger quoi ? Se penchant à nouveau vers le prisonnier Valens se remit à l'oeuvre tandis que les hurlements se faisaient entendre de plus belle. Kyara devait prendre sur elle pour ne pas réagir. En temps normal elle se serait jeté sur Valens l'empêchant de faire, alors que la elle était témoin de toute cette mise en scène et devait ne rien dire afin de découvrir la vérité. En fait Kyara était contente de ne pas voir ce que faisait précisément son camarade sinon elle n'aurait probablement pu contenir ses expressions. Récupérant son scalpel il reprit à nouveau la parole.

- Excusez Ergrin, Ergrin est tellement affamé qu'il en oublie la politesse. Un hôte ne se sert jamais avant ses invités et vous êtes l'invité de marque. Goûtez à cette viande bien juteuse, bien saignante.Non ... il n'avait quand même pas fait ça ? Et pourtant lorsqu'elle le vit le forcer à manger ce qu'il tenait dans la main Kyara comprit ce qu'il venait de faire. Il avait découpé une partie de la peau de l'homme, l'avait mise dans sa bouche avant de la découper et d'obliger à ce type de manger sa propre peau. C'était vraiment glauque et elle espérait que tout cela ne servirait pas à rien ..

Tapotant alors la tête du prisonnier comme pour le féliciter d'avoir tout bien manger sans laisser une seule miette il se mit à s'amuser comme si c'était une marionnette avant de se reculer de quelques pas.

- Mais peut être que Ergrin devrait plutôt commencer par l'entrée? Le plat semble fort appétissant, mais Cela ne se fait pas de ne pas commencer par l'entrée. Qu'en dites vous ma chère? Ergrin doit-il commencer par la jeune fille? Elle attend depuis plus longtemps et on ne doit pas faire attendre une dame parait-il.

En disant ses mots il s'était tourné vers Kyara attendant une réponse d'elle. Se levant sans s'être quitté de son air désolé Kyara se décala alors laissant le chemin de libre avant de prendre la parole d'une voix douce, comme lorsqu'on s'adresse à un enfant.

- Je pense que tu as raison Ergin, c'est mal de faire attendre une demoiselle, c'est bien je vois que tu es toujours aussi polie. C'est pas ta faute hein, oui voilà ça n'est pas de ta faute ... Aller file avant qu'elle ne s'impatiente, ça serait dommage .

Et sans ajouter rien de plus elle regarda Valens dont les yeux s'étaient illuminés d'une manière sadique partir après avoir lancé un sourire carnassier et un clin d'oeil au prisonnier. C'était à présent à elle de jouer, d'instaurer la confiance, de faire en sorte qu'il se confie à elle. Poussant un soupir Kyara s'approcha alors vers le prisonnier qui méfiant eut un mouvement de recul. Une expression peinée au visage Kyara recula alors d'un pas avant de prendre la parole.

- Excusez le, ça n'est pas de sa faute, il ne sait pas se contrôler le pauvre. Il a eu une enfance difficile il faut le comprendre ... Vous comprenez ?

Pour réponse elle eut droit à une flopée d'insulte. Poussant un soupir Kyara hocha la tête avant de reprendre.

- Oui, oui je comprends, vous non. Pourtant en même temps c'est de votre faute. Vous n'êtes pas au courant qu'il est dangereux de se promener la nuit dans l'Allée des Embrumes ? Ceci était votre première erreur, votre deuxième aura été de me porter secours .... J'en suis vraiment désolé, mais quand il trouve une proie il ne la lâche plus...

Marquant une pause Kyara alla alors vers le seau d'eau pleine, lorsque des hurlements aigu se firent attendre. Faisant comme si c'était normal elle prit le seau et retourna vers l'homme qui jetait des regards nerveux avant de se braquer à nouveau en voyant le seau. Prenant l'éponge imbiber d'eau Kyara l'essora alors avant de lui montrer.

- Ne vous inquiétez pas, ça n'est juste de l'eau, regarder je vous montre. Relevant sa manche elle l'appuya sur elle. Vous voyez c'est juste de l'eau. Je ne veux juste vous aidez.

Les hurlements reprirent alors de plus belle et Kyara poussa un nouveau soupir tout en continuant de marmonner que ça n'était pas de sa faute avant de passer l'éponge sur le visage de l'homme avec douceur.

- Voilaaa c'est mieux quand on est rafraichit hein ?

Ignorant sa question il lui jeta un regard noir. Cette fille était aussi folle que le gars du haut, dans quoi c'était-il embarqué bon sang ? Pourtant, le plan était simple, trouver la fille la capturer et l'emmener à son employeur. Au final il découvrait qu'elle était alliée à un fou furieux .... Quelle déveine. Enfin elle semblait ne pas être des plus en joie d'être ici, il pourrait peut-être la convaincre de le laisser filer qui sait ...

- Vous dites vouloir m'aider, détacher moi alors, je n'ai rien à faire ici, laisser moi partir s'il vous plait avant qu'il ne revienne !

Il avait employé le même ton que plus tôt dans la ruelle. Il devait surement pensé que vu que ça avait marché une fois, cela remarcherait peut-être. Sauf que cela ne fonctionnait pas ainsi. Secouant ses boucles brunes elle reprit alors la parole.

- Je suis désolée, mais je n'ai pas le droit de faire cela ... Il me tuerait probablement même si je suis sa complice ...

- Vous allez le laisser me tuer ?

- Malheureusement il n'y a que ça à faire .... c'est la seule solution

Cette fille était barge, complètement barge. Pas étonnant qu'on ne la cherche. À savoir cela il aurait demandé beaucoup plus à son employeur. Il s'était fait arnaquer là ! Et comme un bleu ... Il devait trouvé le moyen de fuir, si seulement il avait sa baguette !

- Ma baguette ... rendez-moi ma baguette et je ne vous ferais aucun mal, il pensera que je l'ai récupéré et vous laissera tranquille. Moi je disparaîtrais c'est promis !

Alors que les cris venaient de se taire à côté Kyara fit mine de réfléchir. Elle allait lui faire croire qu'elle lui rendrait sa baguette, mais qu'avant ça elle voulait en savoir un peu plus sur lui. Attirer par la carotte qu'elle lui tendait il serait probablement moins attentif à se qu'il racontait.

- Je je ... c'est d'accord, je vous la rendrais, mais d'abord j'aimerais savoir, pourquoi vous me suiviez ? Et ne me raconter pas de bobard Ajouta Kyara en le voyant ouvrir la bouche. Je vous rappelle que lui aussi me suivait et qu'il vous a remarqué. Donc si vous voulez votre baguette, il faudra m'expliquer ce que j'ai de si important à vos yeux.

Dilemme pour l'homme, il pouvait lui mentir, mais aussi lui dire la vérité où du moins une partie. Il pouvait très bien dire qu'il avait été engagé, mais que si elle lui rendait sa baguette, il laissait tombé le contrat et disparaitrait de sa vie. C'était un mensonge bien sûr, hors de question qu'il la laisse fuir et qu'il laisse la vie sauve au dingue la haut.

- J'ai été engagé pour vous suivre ...

Bingo ! Ce cretin allait tout lui raconté. Kyara devait néanmoins prendre garde de ne pas trahir ses expressions ni d'aller trop vite. Elle allait reprendre lorsqu'elle entendit des bruits de pas signe que Valens revenait. Ouvrant des yeux pleins d'effrois elle murmura un je vous aiderai à l'homme avant de se mettra dans un coin de la pièce, une expression innocente sur le visage.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Ven 29 Juin - 0:42


Kyara lui donna son assentiment en jouant son rôle. Cela signifiait pour Valens qu'elle était prête pour commencer à travailler leur source d'information sur pattes. Elle fit montre dans sa réponse d'un contrôle limité et dangereux sur le phénomène qu'il était sensé être. Il utilisa donc cette information pour composer son propre rôle envers elle.

- Ergrin vous remercie très chère. Vous êtes bonne avec moi. Très bonne. Succulente même.

Se griffant alors le visage avec sa main de libre, il s'exclama.

- Non Ergrin! Vilain Ergrin! On ne mange pas la mère nourricière si elle nous apporte à manger.

Il la regarda alors quelques instants, les mains visiblement tremblantes, avant de se retourner, bassin en premier, souffle court et yeux fous, en semblant avoir du mal à tourner la tête, à détacher son regard du juteux morceau devant lui. Mais une fois retourné, il marcha d'une démarche ferme vers la pièce d'à côté. Il songeait que cette menace permanente flottant au dessus du personnage de Kyara comme une épée de Damoclès suspendue au dessus de sa tête pourrait être utile à cette dernière dans ses tentatives de compassion et de rapprochement.

Arrivé sur les lieux, les deux elfes l'attendaient. Hugin était quelque peu impatient de commencer mais la mine sévère de Valens le dissuada de débuter trop tôt. Il fallait laisser un peu de temps s'écouler, le temps qu'il aurait fallu pour tourner autour de sa proie et la tourmenter un peu. Il n'entendait pas la conversation à côté mais il ne pouvait pas certifier que le contraire serait vrai et décida de s'exprimmer principalement par geste auprès des deux elfes.

Pourtant, qu'il soit entendu ou non, il continua sa comédie, il ne cessa pas de rester dans ce rôle qu'il devait maintenir du début à la fin en toutes circonstance. Alors il s'exprimma vers le vide comme si la jeune fille était vraiment là d'une voix similaire à celle dont il avait usé pour s'adresser au prisonnier.

- Allons allons allons, ne soyez pas si effrayée. Ergrin ne va pas vous manger... Enfin si à vrai dire, mais vous dinerez avec lui alors finalement nous allons plutôt manger ensemble, non?

Il fit alors signe à Hugin afin qu'il puisse émettre des plaintes étouffées et des suppliques dites à voix modérées. Ce dernier fut ravi de pouvoir enfin jouer avec les autres après avoir attendu à côté tout ce temps. Il fallit en faire trop mais fut étrangement cadré par Edwin qui percevait visiblement assez tôt quand les choses dérapaient. Il continua alors son manège.

- Regardez comme le crayon d'Ergrin trace sur vos courbes des arabesques amaranthes. Et regardez ce ventre! Une courbe bien inhabituelle... Ergrin Aurait-il tant de chance? Seriez vous pleine? Hm... vous comblez Ergrin. Ergrin pensait se contenter d'un tartare en entrée, mais voilà que s'offre à lui un kinder surprise. Comme il tarde à Ergrin de trouver la surprise.

Sur la fin, sa voix avait prise l'impatience d'un enfant attendant un présent qui lui était promis. Il dirigea alors le duo elfique pour que les sanglots et les plaintes montent progressivement en puissance, ponctués de hoquets d'horreur. Il rajouta alors une phrase clée.

- Bon appétit!

A ce moment, les plaintes et les sanglots se muèrent en un cri qui se changea bien vite en hurlements. Le calvaire sembla durer un certain temps. Le serpentard savait que ces cris épuisaient nerveusement leur cible et que c'était là un moindre effort. Pendant ce temps, le vert et argent s'aspergea copieusement du reste de sang frais resté dans un sceau avant de se vider le fond sur la tête. Choisissant un morceau de foie encore frais, il le toisa avec une mine de dégout avant de reprendre difficilement une contenance. Il dut prendre de profondes respirations pour y parvenir, mais, ceci fait, il put se préparer. Tranchant un morceau de foie de ses dents, il le plaça dans sa bouche de telle manière qu'il en dépasse mais qu'il puisse tout de même le mastiquer. Il fallait que l'on puisse croire qu'il l'avait arraché avec les dents directement dans le torse de la jeune fille. Sous un de ses signes, les hurlements mourrurent en un gargouillis peu ragoutant.

Quand il réapparu, dégoulinant de sang, il machait sans se presser le morceau de foie déchiqueté au rythme de ses pas. Sa trajectoire le mettait bien en évidence de leur invité. Les bruits de mastication de ce foie cru devinrent vite écoeurants et il se força à provoquer des bruits de déglutitions. Il se plaça alors derrière lui, dans un angle tout à fait mort de sa position de biais et posa sans un bruit le morceau de foie au sol. Il déglutit une fois de plus avant de s'exclamer.

- Ergrin est gentil, Ergrin a garder une âme d'enfant, il adore les kinder surprise. Trois plats pour une seule soirée, Ergrin est gâté, même si l'un d'eux était peut être trop petit pour compter, non? Ergrin espère ne pas vous avoir fait attendre. Nous pouvons à présent passer au plat principal mes chers amis. Ergrin espère vous voir davantage poli que cette demoiselle qui bien trop rapidement a cessé de vouloir manger avec moi.

L'homme essaya à nouveau de protester, de supplier, d'ordonner et geindre. Cependant, à chaque fois il fut coupé.

- Non non non! Ergrin ne veut rien savoir cher inconnu, rien du tout. Il est l'heure de manger et on ne parle pas en mangeant, surtout pas la bouche pleine. Nous parlerons donc après si vous le voulez bien, quand nous serons repus.

Se refusant à le laisser parler, il finit par ignorer tout ce qu'il pouvait lui dire ou lui promettre de bon comme de mauvais et plaça un Sourdinam sur celui qui avait eu la mauvaise idée de les filer. Lui enlevant ses bottes et dénudant ses pieds, il se mit à siffloter joyeusement pendant que débutait son ouvrage. Des sifflements qui furent presques couverts par de nouveaux hurlements. Il passait en effet son scalpel en dessous de chacun des ongles de ses orteils en un long cisaillement. il s'enfonçait délicatement mais profondément car il devait atteindre la racine de l'ongle, la matrice, qui se trouvait bien au dela de sa limite visible. Ensuite, il pratiquait une incision au dessus pour retirer l'ongle et sa matrice avant de soigner légèrement la partie supérieure. Quand le supplicié manquait de tourner de l'oeil, un petit arc électrique l'en empêchait. Bien qu'il puisse utiliser un Revigor pour le réveiller, il était bien plus profitable de lui refuser complètement une bienheureuse incoscience. Durant ce temps et malgré les cris, il fit des commentaires.

- Ergrin ignore vos goûts, mais, dans le pied, Ergrin n'aime pas les ongles. Oui oui Ergrin sait, certains diraient que c'est croquant et plein de calcium. Ergrin trouve ça sale, les ongles et en dessous. Ergrim nettoie les parties qu'il n'aime pas. A bien choisir, pour le calcium, Ergrin préfère la poudre d'os.

Le commentaire n'était pas anodin, loin de là. L'impact psychologique n'était pas le même si la personne ignorait ce qui se passait. Il sentait bien sûr, et pleinement, mais savoir quelques instants avant et le voir amplifiait la douleur et l'impact de l'horreur bien au delà. Et c'est cet impact plus que la douleur qu'il recherchait.

Il commença donc, de la lame du scalpel, à gratter petit à petit la chair sur la partie des orteils que l'ongle couvrait auparavant. Il grattait jusqu'à l'os et effritait ce dernier. Faisant des bruits de succion, il fit mine d'absorber la poudre ainsi obtenue comme un met qu'il se gardait pour lui. Cette fois, ses soins sommaires ne pouvaient que limiter les dégats et arrêter les hémorragies. Il faudrait bien du temps et de la patience si cet homme voulait retrouver un jour l'usage de ses pieds.

Celui qui était Ergrin refit une flamme au bout de sa baguette et commença à brûler ce qu'il restait des orteils. La flamme étant cette fois ci en dessous, l'odeur de chair brûlée devint rapidement écoeurante au possible. Cela ajouté au sang sur lui et aux petits morceaux de foie encore dans sa bouche et Valens se sentait nauséux malgré sa détermination. Il fit à nouveau quelques commentaires de circonstance en coupant quelques petits morceaux de chair supplémentaires sur les parties brûlées et en les faisant manger à celui qui était attaché.

- Goutez ce met de choix. Vous excuserez Ergrin si Ergrin vous en donne peu. Ergrin est un peu égoïste mais il tient à en avoir plus que sa part de celui ci. Par contre le tartare en entrée était un peu salissant. Ergrin ne devrait pas se mettre à table ainsi. Ergrin va aller se nettoyer avant manger. La mère d'Ergrin lui a toujours dit de ne pas manger avec les mains sales.

Et avec un signe de tête entendu, il laissa l'individu un nouvelle fois en compagnie de sa complice. Il alla dans la pièce jouxtant celle ci une fois de plus pour se nettoyer, aidé par Hugin. Il avait été sur le point de vomir et se fustigea de sa faiblesse. Poudlard l'avait rendu faible mais il ne pouvait pas pour autant se permettre de faillir à ce moment. Il devait retrouver une partie de la dureté qui l'habitait autrefois. Le jeune homme en profita pour se reposer un peu et reprendre tout sa concentration, laissant par la même le temps à Kyara d'accomplir son office...
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Ven 29 Juin - 12:48


On pouvait dire que le retour de Valens vu fracassant, non pas auditivement du fait qu'il se déplaçait silencieusement, mais visuellement. En effet il réapparut couvert de sang de la tête aux pieds. Kyara songea que s'il laissait le sang, même s'il était faux, sécher il aurait bien du mal à le faire partir. Décidément il était vraiment maudit avec ses habits ! À chaque fois qu'ils vivaient une aventure ensemble ses vêtements n'en sortaient pas indemnes. Secouant légèrement ses boucles brunes Kyara remarqua alors ce qu'il tenait à la main. Elle dirait du foie cru qu'il avait déchiqueté. Kyara ne l'avait pas reconnu à la forme vu qu'il était en morceaux, mais à l'odeur. Elle détestait le foie, aussi elle savait reconnaître cette odeur significative et putride d'un foie cru. À vomir si on avait l'estomac fragile, préférant respiré par la bouche, la Phenix vit alors une chose stupéfiante.

Valens était en train d'en manger ! Il aurait fallu être sourd pour ne pas entendre les bruits de mastications probablement exagérer pour que le prisonnier se rende compte qu'il ne plaisantait pas. Kyara ne savait pas s'il faisait semblant de déglutir, où le faisait vraiment, en tous les cas c'était vraiment dégoûtant. Elle frémissait rien que d'avoir ce gout putride dans la bouche et devoir le garder pendant un bout de temps par la suite. Beurk, c'était le seul mot qui lui venait à l'esprit et apparemment elle n'était pas la seule à penser ainsi. En effet, leur prisonnier, dont elle aimerait au moins connaitre le prénom déglutissait péniblement tout en tentant de tirer sur ses liens.

Valens jouait vraiment bien son jeu d'acteur, tout était calculé tant ses expressions faciales, mais aussi ses mouvements. À pas lent il s'approchait de sa proie comme pour lui faire prendre conscience qu'il arrivait et qu'il ne pouvait s'échapper. Valens fit alors le tour se plaçant derrière John, oui elle avait décidée de le renommer ainsi en ayant marre de dire le prisonnier où autre. Donc Valens se plaça derrière John avant de poser en silence le foie sur le sol, Kyara était heureuse de constater qu'il ne comptait pas le garder éternellement avec lui. Après avoir déglutit une dernière fois il prit la parole.

- Ergrin est gentil, Ergrin à garder une âme d'enfant, il adore les kinder surprise. Trois plats pour une seule soirée, Ergrin est gâté, même si l'un d'eux était peut -tre trop petit pour compter, non? Ergrin espère ne pas vous avoir fait attendre. Nous pouvons à présent passer au plat principal mes chers amis. Ergrin espère vous voir davantage poli que cette demoiselle qui bien trop rapidement a cessé de vouloir manger avec moi.

Pendant que John gaspillait sa salive dans des hurlements et protestations, Kyara se demandait ce qu'était des kinder surprise? D'après ce qu'elle avait comprit c'était en rapport avec l'enfance sauf que cela ne lui disait rien, mais alors rien du tout. Il devait faire référence aux moldus alors, elle ne voyait que cela comme possibilité, en y repensant lorsque son elfe était arrivé il lui avait proposé des miroirs ronds avec des trous dedans que son camarade avait nommé CD. Se promettant de demander à l'occasion au serpentard ce que c'était elle se concentra à nouveau sur ce qui se passait.

- Non non non! Ergrin ne veut rien savoir cher inconnu, rien du tout. Il est l'heure de manger et on ne parle pas en mangeant, surtout pas la bouche pleine. Nous parlerons donc après si vous le voulez bien, quand nous serons repus.

Il lui lança un sort afin de le faire terre avant de s'occuper à nouveau de lui. Kyara jugeant avoir assez vu de choses dégoutantes pour la journée retourna vers les escaliers et s'installa tête contre jambe afin de ne plus voir la scène. John s'il percutait pouvait ainsi penser que s'en était trop pour la jeune femme. En fait il n'aurait qu'à moitié tord, Kyara était bien contente de ne pas être à la place de Valens, mais pouvait encore tenir le coup.

- Ergrin ignore vos goûts, mais, dans le pied, Ergrin n'aime pas les ongles. Oui oui Ergrin sait, certains diraient que c'est croquant et plein de calcium. Ergrin trouve ça sale, les ongles et en dessous. Ergrim nettoie les parties qu'il n'aime pas. À bien choisir, pour le calcium, Ergrin préfère la poudre d'os.

Kyara ne pouvait voir, mais elle pouvait entendre. Pour faire court John allait morflé et d'une manière vraiment particulière. Voulant tester de respirer à nouveau par le nez, la jeune femme sentit alors une odeur putride qui se mélangeant à celle du foie était trois fois plus putride. Cela sentait la chair brûler. Il était en train de faire bruler des bouts de peaux qu'il donnerait probablement à John. De quoi dégoûter n'importe quelle personne..

- Goutez ce met de choix. Vous excuserez Ergrin si Ergrin vous en donne peu. Ergrin est un peu égoïste mais il tient à en avoir plus que sa part de celui ci. Par contre le tartare en entrée était un peu salissant. Ergrin ne devrait pas se mettre à table ainsi. Ergrin va aller se nettoyer avant manger. La mère d'Ergrin lui a toujours dit de ne pas manger avec les mains sales.

En entendant ses mains Kyara se leva rapidement, c'était à nouveau à elle d'entré en jeu. En passant elle regarda le jeune homme qui semblait pâle, probablement le mélange des odeurs où sinon le gout du foie dans sa bouche. Préférant ne pas lui demandé elle le laissa partir attendant qu'il ne disparaisse complètement avant de récupérer le seau d'eau et de s'approcher de John qui semblait à moitier dans les vapes. Lui humidifiant le visage pour le réveiller elle lui donna ensuite un peu d'eau avant lui laisser quelques secondes pour récupérer. Lorsque ce fut chose faite il leva sa tête vers elle avant de dire.

- Ma ... ma baguette ... Donner la moi s'il vous plait.

A oui, sa baguette, petit problème c'était Valens qui l'avait et elle n'avait toujours pas obtenue toutes les informations qu'elle désirait. Entre autre savoir qui avait mis le contrat sur sa tête et pourquoi. Hochant alors celle-ci elle s'approcha un peu plus et ce mit à son niveau avant de dire.

- C'est donnant donnant, vous me dites pourquoi j'ai un contrat sur ma tête et je vous rends votre baguette. Je ne vous retiendrais même pas. Par contre ne lui faite pas trop de mal, c'est pas sa faute le pauvre ...

Un dilemme se présentait alors pour 'John' devait-il dire la vérité ? Après tout il comptait bien les capturer des l'instant où cette courge lui donnerait sa baguette. Il pouvait donc tout dire pour lui expliquer la chercher et pourquoi lui faisant ainsi peur. Il tuerait le garçon de toutes les manières, lentement, mais surement histoire de lui faire payer avant de retourner auprès de son employeur avec la fille. Ainsi il empocherait le pactole. Se retenant de sourire à cette perspective d'avenir il prit à nouveau la parole, mais une question le titiller.

- Très bien, mais d'abord ... pourquoi mère nourricière ?

- A ... en fait il ne peut pas s'en prendre aux personnes qu'il connait. Il lui faut des inconnus pour pouvoir se defouler un peu. C'est pour cela que je suis encore vivante. Sinon je serais déjà passé à la trappe...

C'était clair, il était complètement feler ... Enfin à présent à lui de jouer un peu ...

- Un contrat à été mis sur votre tête il y a une semaine. Je ne connais pas le nom de mon employeur, mais il vous chercherait vous et un autre jeune. D'après ce que j'ai pu comprendre, vous avez tué avec votre camarade des êtres chers aux yeux de mon boss et il n'est pas des plus ravis. Mais je vous promets de vous laisser en paix.

Au grand plaisir de John, Kyara se figea alors pendant qu'une bouffée de panique l'envahissait. Il les avaient retrouvés, elle avait raison, sa fichue hypothese été juste ... Il les avaient retrouvés et les voulaient pour se venger. Se composant à nouveau un visage impassible Kyara hocha la tête avant de dire.

- C'est lui qui a votre baguette, je vais la chercher ...

Et l'ignorant elle rejoignit Valens, à présent c'était elle qui était pâle. Levant les yeux vers le jeune homme qui s'était nettoyé elle prit alors la parole.

- Je sais pourquoi on me suivait. On a un contrat sur nos têtes Valens et le commanditaire est le sorcier de la grotte ... Il nous a retrouvé et maintenant il veut se venger ...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Dim 1 Juil - 17:01


Tandis qu'il pénétrait dans l'autre salle, Valens pressa le pas. Il commença par vomir en essayant de faire le moins de bruit possible et se lava copieusement la bouche à coup d'aguamenti. Mais sa toilette était loin d'être achevé pour autant, le serpentard s'était juste débarassé de ce qui le dégouttait le plus. Cependant, l'odeur su sang séchant sur lui faisait monter à ses narines des éffluves qui évoquait pour lui des scènes autrement plus horribles qu'il n'était capable d'en monter lui même, des scènes qu'il avait vécu encore et encore jusqu'à laisser leur marque indélébile en son âme.

Sentant alors monter en lui de nouvelles nausées, le jeune homme décida d'ôter ses vêtements afin de se rincer complètement. Nu et trempé, il sentait pourtant son calme et sa maîtrise de soi revenir peu à peu. Peu lui importait le risque d'être surpris par sa complice en tenue d'adam, l'essentiel était de s'éloigner au plus vite des souvenirs qui affluaient en lui et de la brûlure qui ne manquait pas de l'accompagner. Ses bras étaient d'or et déjà en feu et la douche improvisée se prolongea plus que de raison afin de laisser le froid soulager ses membres.

Le tortionnaire n'eut pourtant pas le temps de se perdre en songes et cauchemars. Hugin, craignant qu'il ne prenne froid, lui proposa de le sécher avec une boule de feu. Sans attendre de réponse, comme à son habitude alors qu'il avait une "bonne idée" pour son maître, il avait déjà commencé à l'évoquer afin de la jeter sur lui. Le bourreau victime de son assistant n'eut pas de mal à l'éviter mais ses vêtements furent roussis tandis qu'il s'échinait à éteindre le départ de feu. Remerciant Hugin pour sa sollicitude mais lui enjoignant à user de plus de mesure, l'homme nu commença à nettoyer consciencieusement ses vêtements avec un recurvit et un reparo.

Il eut à peine le temps de se rhabiller, encore mouillé, que sa condisciple arriva dans l'autre salle. Elle semblait perturbée et cet indice suffit au guide de l'interrogatoire qu'une information avait échappé à leur sujet d'analyse et que cette information n'était pas une si bonne nouvelle. En effet, Kyara lui annonça la vengeance du sorcier. Cette dernière commençait par des gens lancés à leurs trousses. L'information était précieuse, tous deux savaient désormais à qui ils avaient affaire. Mais elle ne semblait pas suffisante au jeune homme. Pourtant, il sembla pousser un incompréhensible soupir de soulagement lorsque il demanda des précisions.

- C'est un bon début Kyara, nous connaissons désormais notre ennemi. Pourtant, nous en savons trop peu. Comment nous ont-ils retrouvés et peuvent-ils le refaire est par exemple une donnée vitale. Savoir s'ils ont été engagé en groupe ou séparément avec chacun leur objectif peut nous être important également. Le lieu où il doit nous ramener et la manière de recevoir le paiement nous sera aussi utile. Leurs ordres exacts sont un plus, mais pas essentiel...

Il n'en parla pas mais, même si leurs vies étaient en danger et qu'ils risquaient de mourir, Valens était soulagé de savoir que ce n'étaient pas les sbires de ses parents qui étaient à leurs trousses. Il souleva par contre un autre point qui s'avérait intéressant.

- Il faut aussi que l'on sache ce que l'on va faire de lui. On ne peut pas le laisser partir ainsi avec tout ce qu'il sait. La solution la plus charitable à mon sens serait d'ôter de ses souvenirs la dernière semaine à l'aide d'un sort d'oubliettes. Une autre alternative serait de le laisser partir avec de fausses informations afin de tromper l'ennemi. La plus radicale... je pense que vous vous doutez de ce qu'elle est...

en dernier recours, l'exécuter restait le plus sûr. Toutefois, ne se sentant pas l'âme d'un tueur, cela ne lui plaisait que moyennement. Mais il n'hésiterait pas à la mettre en oeuvre si la situation l'exigeait. Si poudlard avait perturbé son comportement, on ne lui avait malgré tout pas appris auparavant à agir autrement qu'en tant qu'outil...
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Lun 2 Juil - 11:46


Valens, qui était encore mouillé, s'accorda quelques secondes de réflexions, surement pour diriger la nouvelle supposa Kyara. Elle comprenait tout à fait cela, après tout découvrir que c'était le fou furieux ayant enfermé des êtres d'une intelligence supérieure était assez flippant. S'il avait réussi pour eux, il n'aurait plus qu'à les cueillir. Enfin pour le moment c'était les deux Phenix qui avaient l'avantage, comme on dit souvent, il vaut mieux faire les choses par soit même que de laisser des inconnus s'en occuper à notre place. Alors que Kyara se perdait dans ses pensés, elle entendit Valens lâcher un soupir qui semblait être plus du soulagement qu'autre chose. Ne comprenant pas la jeune femme leva un sourcil attendant des explications quant à ce soupir qui n'avait à ses yeux pas lieu d'être.

- C'est un bon début Kyara, nous connaissons désormais notre ennemi. Pourtant, nous en savons trop peu. Comment nous ont-ils retrouvés et peuvent-ils le refaire est par exemple une donnée vitale. Savoir s'ils ont été engagés en groupe ou séparément avec chacun leur objectif peut nous être important également. Le lieu où il doit nous ramener et la manière de recevoir le paiement nous sera aussi utile. Leurs ordres exacts sont un plus, mais pas essentiel...

Oui, il était vrai que savoir à qui on avait à faire été pas mal, mais de là à soupirer de soulagement quand même non ? Bon en tous les cas il avait raison, ils en savaient trop peu sur toute cette histoire. Kyara voulait savoir comme on avait pu les retrouver, si un sorcier fou y arrivait, n'importe qui pourrait réussir ! Et franchement elle se passerait bien de certaines visites. Le problème étant sur ce point, John ne saurait certainement pas comment on avait pu les retrouver si à la base on ne lui avait donné que leurs prénoms. En sachant cela, il n'était pas dur de trouver deux personnes, quand on savait à qui demandé.

Après de son avis, John était seul sur le coup pour elle, c'était juste une intuition, elle se trompait peut-être, mais elle ne pensait pas à l'hypothèse du groupe pour suivre un seul d'entre eux. Cela pouvait très bien être un groupe, enfin un duo plutôt, à moins que plus de personnes ne suivent Valens, où peut-être se relayer t-ils ? En tous les cas pour le moment le serpentard avait échappé à la surveillance, s'il avait été suivi cette nuit, ils auraient déjà été intercepter.

Le plus important pour Kyara était de savoir où on devait les amener, ainsi ils connaîtraient la planque de leur ennemi et pourraient monter une stratégie pour le coincer. C'était la seule chose à faire pour qu'ils aient la paix, ils devaient régler toute cette histoire une bonne fois pour toute se soir. Ils n'échapperaient pas éternellement à leurs suiveurs, il fallait donc réagir afin de survivre et de tourner définitivement la page.

- Il faut aussi que l'on sache ce que l'on va faire de lui. On ne peut pas le laisser partir ainsi avec tout ce qu'il sait. La solution la plus charitable à mon sens serait d'ôter de ses souvenirs la dernière semaine à l'aide d'un sort d'oubliettes. Une autre alternative serait de le laisser partir avec de fausses informations afin de tromper l'ennemi. La plus radicale... je pense que vous vous doutez de ce qu'elle est...

Kyara se mit à déglutir sachant de quoi il voulait parlé, éliminer John était la manière la plus radicale pour être sûr de ne plus avoir de problème avec lui. On pouvait toujours s'en sortir d'un sortilège d'amnésie où autre, alors que la mort quand on l'avait prodigué plus de soucis à se faire. Bon probablement que son fantôme viendrait leur pourrir la vie où encore irait voir son boss pour dire tout ce qu'il avait appris. Et crotte, c'était une possibilité, peu probable qu'elle se réalise, mais il fallait tout envisager.

Ils n'étaient pas des assassins, tuer lorsqu'on est attaqué est une chose, c'est de la légitime défense, mais tuer une personne sans défense qui est ligoté s'en est une autre, c'est un meurtre. Pur et simple, sauf qu'ils n'étaient pas des meurtriers, enfin Kyara n'était pas une meurtrière, elle ne savait pas si Valens en était un où pas.

Poussant un soupir, elle se passa les mains sur le visage tout en réfléchissant à ce qu'ils devaient faire. Elle ne pouvait pas retourner voir le captif et continuer à la poser des questions, vu qu'elle avait dit qu'elle allait chercher sa baguette. Elle ne pouvait pas non plus lui rendre, car elle mettrait sa main à couper qu'il ne partirait pas bien gentiment en promettant de tout oublier.

Il existait bien un sortilège qui pourrait les aider, seulement il était interdit de l'utiliser, et du fait que Valens avait encore la marque sur lui, ils se feraient de suite attraper par les aurors. Une aubaine pour eux, deux Phenix servit sur un plateau d'argent, enfin ils ne savaient pas qu'ils faisaient parti de cette organisation illégale, mais ils risquaient quand même gros. Donc autant laissé tomber cette idée et en trouvait une plus réalisable.

- Tu as raison, il nous manque encore trop d'informations, seulement je ne peux pas y retourner la bouche en coeur, je lui ai promis qu'à mon retour il aurait sa baguette. Impossible qu'il me fasse confiance si je reviens sans, et si je lui ramène il n'en restera pas la ...

Une nouvelle idée se fraya alors dans le cerveau de la jeune femme. Elle s'en passerait bien et il y avait peu de chance que cela marche, mais autant mettre toutes les chances dans leur camp. Enfin elle n'en parlerait à son camarade que s'ils ne trouvent pas de solution, après tout on ne sait jamais, Valens avait peut-être une idée autre que d'envoyer six pieds sous terre John.

- Le tuer n'est pas une solution, on perdrait l'information du lieu de rendez-vous, où il devait m'amener. Le plus simple à faire reste encore qu'on arrive à le persuader en bidouillant son cerveau afin qu'il soit aussi docile qu'un agneau. Où sinon ... tu t'en vas, je lui rends sa baguette et il m'emmène droit dans la gueule du loup. Je pense que je ne servirais pas à grand-chose s'il me prend ma baguette où se décide de m'assommer, mais si tu nous suis, tu pourras toujours me libérer juste devant l'endroit et là on passe à l'attaque.

Elle espérait qu'elle ne finirait pas assoner, car elle ne voulait pas être un poids mort et ne savait pas en combien de temps elle pourrait reprendre ses esprits. Au pire un petit sort pour lui faire retrouver ses esprits était possible, mais quand même. Valens devra faire très attention s'ils utilisent ce plan de ne pas se faire surprendre. John sera probablement plus méfiant et fera des détours où autre. En tous les cas en cet instant, le plus important était de savoir ce qu'en pensait son camarade et s'il avait un plan de son côté.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Lun 2 Juil - 19:16


La jeune femme le regarda avec yeux de merlan frit lorsque qu'il fut soulagé de ces nouvelles catastrophiques. Leur situation était au mieux délicate, plus probablement dangereuse, et cela ne prêtait pas normalement à se sentir soulagé. Comprenant qu'il y avait quelque chose qui échappait à Kyara, son complice lui expliqua évasivement sa pensée. Toutefois, cette réponse se révéla légèrement énigmatique et apporta bien plus de questions que de réponses en vérité. Mais cette réponse était des plus naturelles pour lui.

- Ne me regardez pas ainsi. Au moins nous sommes sûrs que ce ne sont pas (encore) les sbires de mes parents. Avec ce sorcier, nous ne risquons au pire que de mourir ou d'être détruit dans l'une de ses expériences.

Sa coéquipière lui signala qu'elle ne pouvait pas y retourner pour continuer à l'interroger. Elle lui avait promis sa baguette et elle perdrait sa confiance si elle ne le faisait pas. Son apprentie tortionnaire s'était donc coincée dans le déroulement de ses négociation et la stratégie devait changer en conséquence. Il resta songeur quelques instants pour parvenir à imaginer une variation dans son plan. Car de toute manière, elle avait raison, il le savait. Le prisonnier n'était pas encore brisé. La terreur était prédominante mais la colère couvait en dessous. Si sa baguette lui était rendue, il se libèrerait et ne partirait pas gentillement sans demander son reste, sans jamais les revoir. Au contraire, la terreur refluerait alors, laissant place à la colère pour s'exprimer avec ampleur. La vengeance serait alors l'idée prédominante qu'il aurait en tête.

- Oui, lui rendre sa baguette est hors de question. Dans le meilleur des cas, il cherchera à m'abbattre et à vous enlever. Mais il est possible également qu'il essaye de nous rendre à tous deux la politesse...

Cependant, cela n'excluait pas de pouvoir continuer à en apprendre davantage. Pour cela, le rôle de Kyara devait changer légèrement, celui du tortionnaire aussi. Certes, ils seraient toujours les même personnes pour leur source d'informations, mais leurs rôles respectifs dans l'interrogatoire pouvaient être modifié.

- Toutefois, si vous ne pouvez pas y retourner sans perdre sa confiance, je peux moi y retourner emplit d'une fureur dévastatrice. Il vous aura poussé à me trahir et je serais hors de moi. Par exemple, nous pouvons simuler votre massacre et je m'en prendrai ensuite à lui, lui réclamant des proies que la mère nourricière ne peut plus m'obtenir par sa faute, lui réclamant la chair du sorcier à la place de vôtre chair. Ou alors vous pourriez prendre un rôle plus actif après mes "bons soins" et jouer de votre torture juste derrière lui pour expier votre "trahison". Enfin, il reste des possibilités...

Elle lui signala que le tuer n'était pas une solution parce que les deux jeunes gens allaient perdre des informations. Il comprenait où elle voulait en venir au sujet de l'horreur de tuer froidement une personne sans défense mais il ne pouvait laisser ce sentiment altérer son jugement. L'argument était faux et il le signala d'un ton neutre.

- Non! Le moment où nous nous s'occuperons de son cas sera le moment où nous aurons extirpé toutes les informations possibles de lui. Dès lors il cessera de nous être utile et nous ne perdrons aucune information car nous n'en aurions pas eu davantage. Je comprends votre réticence, mais l'information perdue n'est pas une raison. J'aurais préféré que vous invoquiez plutôt ne pas vouloir aller jusqu'à cette extrémité, car il reste le sort d'oubli et la manipulation.

Son autre solution visait à modifier son esprit pour le rendre docile. Haussant les épaules, Valens lui concéda.

- C'est effectivement une solution. Toutefois je ne suis pas legilimens et je me refuse à utiliser l'imperium ici et maintenant. Je ne vous empêcherai pourtant pas de vous y essayer si vous le souhaitez.

L'ultime carte maîtresse de la jeune femme ne plut pas beaucoup à son complice. Elle songeait à se laisser capturer afin qu'il puisse les suivre jusqu'à son repaire. Or, cela posait un problème majeur. Avec une certaine ironie, il demanda.

- Ce n'est pas que je n'apprécierai pas de vous laisser prendre les risques cette fois encore, mais que devrais-je faire lorsque il aura transplané avec vous? Vous laisser à votre sort? Je n'adhèrerai à ce plan qu'à la condition que je sois sûr de ne pas vous perdre en court de chemin...

La suite des opérations était encore floue. Les maigres révélations qui leur étaient fournies ne leur laissaient pas d'autres choix que d'essayer d'en savoir davantage. La question qui restait ouverte était... comment?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Lun 2 Juil - 23:28


Que faire ? Que devaient t-ils faire ? Quel était le mieux à faire ? Une multitude de questions défilaient dans la tête de Kyara sans recevoir des réponses satisfaisantes. Elle voyait les failles, mais ne trouvait pas le moyen de les combler. Pourtant il fallait justement les combler. Décidément Kyara avait la poisse à chaque fois qu'elle tombait sur le jeune homme, elle savait que ça n'était pas de sa faute loin de là, mais quand même. Le destin avait décidé de leur sort en les désignant pour jouer les somnambules quelques temps plutôt et maintenant cela continuait. Si elle avait eu l'adresse, elle serait allée toquer à la porte de sa destiné pour toucher deux mots sur ce qu'elle pensait de toute cette histoire.

- Ne me regardez pas ainsi. Au moins nous sommes sûrs que ce ne sont pas (encore) les sbires de mes parents. Avec ce sorcier, nous ne risquons au pire que de mourir ou d'être détruit dans l'une de ses expériences.

Plait-il ? Ils risquaient au pire QUE de mourir où d'être détruit ?! Euh c'était une blague ? Forcement s'en été une, de mauvais gout assurément, mais une blague quand même. Enfin elle l'espérait fortement, car elle ne voyait pas ce que pouvait faire le que dans la phrase. Franchement elle ne pouvait pas ce qui pouvait être pire que de mourir. Souffrir éternellement peut-être ? et encore avec beaucoup de courage le moyen le plus simple est de mettre fin à ses jours pour que la souffrance s'arrête. Enfin bref, Kyara n'avait pas envie d'avoir des précisions et se promis de ne jamais rencontrer la famille de Valens. Elle comprenait à présent pourquoi il voulait les fuir ! Mais il devait aussi savoir que cette traque serait vaine si ses parents étaient riches et puissants ils retrouveront en un clin d'oeil le jeune homme. Avalant sa salive, elle se prit à espérer qu'on ne le retrouve jamais et qu'il puisse continué sa vie sans soucis. Bon avant tout, il fallait encore qu'ils s'en sortent de cette aventure.

- Oui, lui rendre sa baguette est hors de question. Dans le meilleur des cas, il cherchera à m'abattre et à vous enlever. Mais il est possible également qu'il essaye de nous rendre à tous deux la politesse...

Kyara hocha la tête même si elle pensait qu'il ne s'en prendrait probablement pas à elle. D'une car elle n'avait réellement rien fait de mal à son encontre et de deux car il avait besoin de Kyara vivante. Enfin elle espérait que c'était le cas, mais cela devait l'être, car sinon il l'aurait tué dans la ruelle. Pas le peine de s'approcher trop près pour mettre fin aux jours d'une personne. Après il était vrai que John aurait pu perdre son contrôle et ne décide de se venger d'eux deux, prévoyant de se débarrasser par la suite des corps. De toutes les manières ils ne comptaient pas lui rendre sa baguette, donc ça n'était pas la peine de partir dans des dizaines de suppositions. Ils ne le feraient pas et ne sauraient donc jamais comme il aurait réagi ce qui n'était pas plus mal en soi.

- Toutefois, si vous ne pouvez pas y retourner sans perdre sa confiance, je peux moi y retourner emplit d'une fureur dévastatrice. Il vous aura poussé à me trahir et je serais hors de moi. Par exemple, nous pouvons simuler votre massacre et je m'en prendrai ensuite à lui, lui réclamant des proies que la mère nourricière ne peut plus m'obtenir par sa faute, lui réclamant la chair du sorcier à la place de vôtre chair. Ou alors vous pourriez prendre un rôle plus actif après mes "bons soins" et jouer de votre torture juste derrière lui pour expier votre "trahison". Enfin, il reste des possibilités...

Moui, les deux techniques pouvaient marcher, mais il devrait être habile dans ses questions pour la première s'il l'utilisait. Après cela ne posait pas tant de problèmes que cela à Kyara à ce que le serpentard sorte hors de ses gonds pendant qu'elle jouait la morte. Tant qu'elle n'avait pas à assister à la séance de torture elle était prête à faire comme il le désirait. Pour la deuxième solution elle pouvait en effet s'y coller, mais cela serait plus physique ... En effet ils pourraient faire croire que Valens avait découvert la vérité et décidé de se défouler un peu sur Kyara, sauf qu'elle serait obligée de porter les traces de ses tortures ce qui ne l'enchantait pas des masses. Elle n'était pas maso et ne comptait pas le devenir, mais s'il fallait le faire et bien soit, elle s'y collerait. Pas des plus ravies, mais elle le ferait quand même, pour eux, pour que cette histoire se termine une bonne fois pour toute.

- Non! Le moment où nous nous s'occuperons de son cas sera le moment où nous aurons extirpé toutes les informations possibles de lui. Dès lors il cessera de nous être utile et nous ne perdrons aucune information car nous n'en aurions pas eu davantage. Je comprends votre réticence, mais l'information perdue n'est pas une raison. J'aurais préféré que vous invoquiez plutôt ne pas vouloir aller jusqu'à cette extrémité, car il reste le sort d'oubli et la manipulation.

Une nouvelle fois Kyara hocha la tête, elle comprenait que lorsqu'il faudrait voir quoi faire de lui sera quand ils n'auront plus du tout besoin de lui. Donc sur ce point, ils avaient encore le temps pour réfléchir à quoi faire.

- C'est effectivement une solution. Toutefois, je ne suis pas legilimens et je me refuse à utiliser l'imperium ici et maintenant. Je ne vous empêcherai pourtant pas de vous y essayer si vous le souhaitez.

Kyara non plus n'était pas legilimens et refusait d'utiliser l'imperium. Bon et bien ce moyen là était donc à prohiber. Ils lui effaceraient donc la mémoire. Pas complètement bien sûr, mais juste assez pour qu'il oublie cette rencontre et le contrat qu'il devait remplir.

- Ce n'est pas que je n'apprécierai pas de vous laisser prendre les risques cette fois encore, mais que devrais-je faire lorsque il aura transplané avec vous? Vous laisser à votre sort? Je n'adhèrerai à ce plan qu'à la condition que je sois sûr de ne pas vous perdre en court de chemin...

A ... oui c'est vrai qu'elle n'avait pas prit en compte que le lieu de livraison pouvait être assez loin pour devoir transplaner. Kyara se trouverait donc seule dans la mouise ... Valens ne pourrait pas la suivre et ils n'avaient pas de mouchard comme se servait les moldus pour suivre une personne à la trace. De toutes les manières même s'il existait un moyen Valens devra débarquer en terre inconnu. À bannir donc ... En gros il ne restait donc que deux solutions afin d'obtenir un peu plus d'informations.

- Oui, en y réfléchissant tu as raison certaines de mes propositions ne tiennent pas la route. Il n'en reste donc que deux. Soit tu me fais passé pour morte et lui fait cracher les informations. Soit tu me torture maintenant afin que j'ai des traces de blessures, tu me violente devant notre prisonnier avant de nous laisser seul et je tente d'arracher de nouvelles informations.

Elle marqua une pause avant de reprendre.

- Le problème c'est que dans les deux cas on n'est pas sur que cela marche. Dans le premier nous ne sommes pas sûr qu'il se livre à toi et dans le second nous ne sommes pas sûr qu'il se livre à nous. Tu prévilègies laquelle ? Me faire torturer ne m'enchante pas des masses, mais s'il faut le faire je le ferais.

Oui, elle en avait vraiment marre de tous ses problèmes et on pouvait dire que ça n'était pas la première fois qu'elle faisait quelque chose contre son gré. Elle n'avait jamais demandé à être prise comme délivreuse pour des êtres venu de la forêt. Pourtant elle avait été obligée que de s'y faire et de passer les épreuves une à une. Avec Valens ils avaient reussit, il n'y avait donc pas de raison qu'ils ratent cette fois-ci. De plus on pouvait dire que c'était son tour de souffrir vu que la dernière fois c'était Valens qui avait morfler. Poussant un soupir Kyara regarda alors son camarade droit dans les yeux.

- Sinon quand on aura tout ce qu'il nous faut un simple sort d'oubliette suffira amplement je pense pour ne plus l'avoir dans nos pattes.

Se passant une nouvelle fois la main sur le visage elle remarqua alors qu'Edwin était venu discrètement les rejoindrent. Il regardait de ses grands yeux globuleux Kyara avec inquiétude. Lui lançant un sourire pour le rassurer elle lui fit signe de rester où il était. Ils pouvaient encore avoir besoin d'eux pour la suite sait-on jamais.

- Donc, tu es plus pour quoi ?


Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Mer 4 Juil - 11:29


Sa complice fit le point sur les deux solutions qui s'offraient à eux et commença par signaler que dans les deux, le résultat n'était pas garanti. Le serpentard acquiesça en lui signalant au passage une vérité sous jacente à son affirmation.

- Le résultat n'est jamais garanti. C'est un duel. Pas de sorts et de baguette, pas même d'intellect. C'est un duel de ruse et de volonté. Et dans ce bras de fer, il craque doucement. Mais de là à savoir s'il craquera assez vite, c'est une autre histoire. Mais je ne le crois pas homme à tenir longtemps face à la terreur qui l'envahit chaque minute un peu plus.

La jeune femme n'appréciait guère l'idée de se faire torturer mais elle semblait pourtant déterminée à l'endurer s'il le fallait. Elle avait vu les méthodes que son acolyte était capable d'employer et craignait un peu ce qui pouvait arriver. Le tortionnaire eut alors un sourire carnassier qui ne pouvait que provoquer un frisson. Trouvait-il cette perspective vraiment si plaisante? Rêvait-il secrètement de manipuler de manière si douloureuse la peau et la chair sur la moindre courbe mise à nue de la jeune femme? Mais sa réponse fut à même de dissiper ces craintes...

- Kyara, Kyara, Kyara. Ne vous ai-je point dit que la grande partie de mon ouvrage n'était que mise en scène? Vous serez torturée de la même manière que la jeune femme enceinte que j'ai dévorée, le kinder surprise. Certes, je devrais vous bousculer un peu en vous amenant là bas et certainement vous salir un peu. Mais tout le reste sera de la poudre aux yeux.

La demoiselle se mit d'accord avec son condisciple sur la méthode la plus simple et la moins moralement discutable des solutions afin de se débarasser du prisonnier une fois qu'ils en auraient fini avec lui. Le sort d'oubli. D'une intensité d'approximativement une semaine et un jour ou deux, il permettrait de lui faire oublier non seulement les tourments auxquels il avait du faire face mais aussi la mission pour laquelle il avait été engagé. Sauf accident, cela devrait le mettre hors de leur chemin pour quelque temps. Valens craignait toutefois que d'éventuels collègues ne lui raffraichissent la mémoire, mais c'était un risque à courrir. Et, dans tous les cas, il aurait au moins oublié les deux principaux intéressés quand bien même il reprendrait sa mission.

- Va pour le sort d'oubli.


Répondit-il simplement. Elle lui demanda alors la solution qu'il préconisait. Restant songeur une seconde, il répondit alors avec un nouveau sourire carnassier. Quand on ne pouvait pas choisir, il y avait une alternative.

- Les deux, je joue sur la colère, vous emmène là bas en vous malmenant et en vous bousculant à grand renfort de cris et d'insultes. Ensuite je vous "ligote" derrière lui avant de prendre un malin plaisir à vous torturer comme je l'ai fais avec lui. Ne me regarde pas ainsi, je vous ai déjà dis que c'était en grande partie de la mise en scène. Le tout n'est pas que je vous torture vraiment mais qu'il y croit. Vos cris devront être crédibles par contre et vous recevrez probablement quelques gifles, le claquement de la chair contre la chair est difficile à imiter. Pour le reste, un jeu d'acteur suffira. Ensuite, "terrorisée et folle de douleur", vous rejettez en sanglot sur lui ta trahison et ivre de colère, je m'en prends à lui, exigeant de lui des informations liées à ma faim comme dans la première solution. Quand je m'éclipserai, vous pourrez vous excuser en versant quelques larmes de l'avoir dénoncé mais c'était plus que vous ne pouviez en supporter, il fallait que cela cesse. Ca devrait éveiller une certaine compassion en lui. Vous aurez alors une chance supplémentaire de le faire parler.

Avant de commencer, il demanda tout de même son avis à la jeune femme.

- Cela vous convient-il? Pouvons nous lancer?
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Jeu 5 Juil - 18:40


Dieu qu'il faisait chaud, enfin rectification Dieu comme Kyara avait chaud. Du fait que la maison soit abandonnée il régnait une atmosphère froide et lugubre, mais à présent Kyara étouffait. Elle devait surement cela au fait que la tension était montée de même que le stress et l'angoisse de ne pas réussir. Poussant un nouveau soupir elle espérait qu'elle n'allait pas devenir vieille prématurément. La jeune femme n'avait pas encore vingt ans que déjà elle se sentait fatiguée de ce genre d'aventure et ne rêvait que du calme. Oh elle savait très bien que si elle obtenait ceci, cela lui conviendrait pendant un temps, mais elle savait aussi que l'appel du danger était le plus fort.

- Le résultat n'est jamais garanti. C'est un duel. Pas de sorts et de baguette, pas même d'intellect. C'est un duel de ruse et de volonté. Et dans ce bras de fer, il craque doucement. Mais de là à savoir s'il craquera assez vite, c'est une autre histoire. Mais je ne le crois pas homme à tenir longtemps face à la terreur qui l'envahit chaque minute un peu plus. Dit Valens après avoir acquiescé.

Il avait raison, il n'existait aucun moyen d'être sur à 100 % de l'efficacité d'une de leur technique. Dommage ... Kyara n'aurait pas dit non d'en trouver une qui était sûre de marcher et rapidement. Il était vrai qu'il devait s'angoisser, mais il était quand même dans ce domaine aussi il avait dû être plus où moins préparer à ce genre d'interrogatoire. Quoi que peut-être pas des si violents et glauque ... Parfait de toutes les manières, le temps jouer contre eux, ils ne pouvaient pas rester indéfiniment ici. Il fallait absolument qu'avant l'aube toute cette affaire soit résolue.

- Kyara, Kyara, Kyara. Ne vous ai-je point dit que la grande partie de mon ouvrage n'était que mise en scène? Vous serez torturée de la même manière que la jeune femme enceinte que j'ai dévorée, le kinder surprise. Certes, je devrais vous bousculer un peu en vous amenant là-bas et certainement vous salir un peu. Mais tout le reste sera de la poudre aux yeux.

Mise en scène, mise en scène ... il avait quand même mit dans sa bouche un morceau de foie cru donc bon ... Kyara hocha la tête, elle allait devoir crier où des choses dans le genre. Pas une grosse difficulté en soi, lorsqu'elle criait la voix de la jeune femme partait dans les aiguës. Parfait pour qu'on pense qu'elle se faisait malmenée. L'histoire du kinder surprise tilta alors, en fait cela voulait dire qu'il avait fait croire qu'il venait de manger le nouveau né ? Où du moins le foetus ? beurk, beurk. Ne jamais être l'ennemi de Valens ... Kyara en était déjà arrivée à cette résolution auparavant et aujourd'hui cela ne faisait que confirmer qu'elle avait raison sur ce point.

- Va pour le sort d'oubli.

Parfait, lentement, mais surement une stratégie se mettait en place et il prévoyait déjà quoi faire pour les heures à venir. Il fallait s'attendre à tout. Qui sait peut-être que d'ici là un autre élément interviendra et ils devront laissés tomber le sort d'oubli. Kyara espérait quand même que cela ne serait pas le cas, elle ne voulait pas imaginer le pire, déjà qu'en ce moment ça n'était pas la joie. En se levant elle n'aurait jamais imaginé ainsi sa soirée, comme quoi on ne sait jamais ce qu'il peux se passé dans la vie.

- Les deux, je joue sur la colère, vous emmène là bas en vous malmenant et en vous bousculant à grand renfort de cris et d'insultes. Ensuite je vous "ligote" derrière lui avant de prendre un malin plaisir à vous torturer comme je l'ai fais avec lui. Ne me regarde pas ainsi, je vous ai déjà dis que c'était en grande partie de la mise en scène. Le tout n'est pas que je vous torture vraiment mais qu'il y croit. Vos cris devront être crédibles par contre et vous recevrez probablement quelques gifles, le claquement de la chair contre la chair est difficile à imiter. Pour le reste, un jeu d'acteur suffira. Ensuite, "terrorisée et folle de douleur", vous rejettez en sanglot sur lui ta trahison et ivre de colère, je m'en prends à lui, exigeant de lui des informations liées à ma faim comme dans la première solution. Quand je m'éclipserai, vous pourrez vous excuser en versant quelques larmes de l'avoir dénoncé mais c'était plus que vous ne pouviez en supporter, il fallait que cela cesse. Ca devrait éveiller une certaine compassion en lui. Vous aurez alors une chance supplémentaire de le faire parler.

Kyara espérait que comme disait Valens le fait qu'elle dénonce John réveillerait de la compassion lorsqu'elle expliquerait à se dernier qu'elle n'avait pas le choix. Avec un peu de chance il penserait donc que Kyara est tombé dans le piège et ne se soit lié d'affection avec lui. Peut-être même que comme cela il retrouvera du poil de la bête et que tout en planifiant leur libération elle pourra en profiter pour en apprendre plus. Le lieux où elle devait être livré, comment on l'avait retrouvé, combien de personnes étaient sur le coup, le montant du paiement. Okay il faudrait qu'elle fasse cela subtilement pour pas qu'il ne pense qu'il y ait anguille sous roche. Si elle perdait sa confiance alors Valens devrait employer la manière forte et il était mieux pour John que la situation ne dégénère pas jusque là.

Cela ne dérangeait pas à Kyara de se prendre quelques claques, on pouvait dire qu'elle avait déjà vécu pire. Les souvenirs de son entrainement avec Alicia lui revinrent alors à l'esprit. Sa formatrice n'avait pas été tendre avec elle, on pouvait donc dire qu'elle survivrait sans peine à des baffes. Elle espérait qu'il taperait suffisamment fort pour que les larmes viennent, si Kyara savait jouer la comédie, elle avait plus de mal pour pleurer sur commande. Il fallait pour cela qu'elle se concentre sur un évènement assez triste. D'une certaine manière elle en avait plein en stock et pour une fois cela tombé bien, mais elle préférait quand même que les larmes ne soient pas joués, mais réelles. Bon de toutes les manières elle verrait bien cela là-bas.

- Cela vous convient-il? Pouvons nous lancer?

Kyara passa en revue toutes les parties du plan afin d'être sûre qu'ils étaient au point sur tout. De son côté elle avait assimilé et comprit son rôle, il ne lui restait plus qu'à le jouer et croiser les doigts pour que John ne tombe dans le panneau. Se tapant légèrement les joues pour se donner du courage Kyara répondit alors à son camarade.

- C'est parfait, je suis prête. C'est quand tu veux.


[HRPG : Bien sûr pour le prochain post tu peux utiliser mon libre arbitre pour me faire crier et m'emmener près de "John" Wink ]
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Ven 6 Juil - 18:51


Le signal du départ avait été donné, hochant du chef, le serpentard ajouta en préambule.

- Et désolé pour ce qui va suivre...

Kyara était d'accord avec le plan, mais elle allait devoir jouer un rôle un peu plus actif dans cette pièce. Prenant quelques instants afin de durcir ses trait et de laisser paraître la colètre, il finit par devenir convaincant. Plus que convaincant même. Laissant affluer les souvenirs de son supplice, il fit en sorte de laisser s'échapper un peu de la colère qu'il avait scellé en son sein. Dès lors, cette colère ne fut pas si feinte que cela. Certes il essayait de rester maître de lui même pour que la colère ne l'envahisse pas, ne le possède pas. Mais ses gestes d'habitudes si doux n'en avaient plus la forme ni même l'intention.

La saisissant par le col, il se mit à hurler sa colère en lui collant une gifle qui laissa une marque rouge sur la joue droit, là où la paume l'avait frappée. On sentait de la retenue, de la réticence, mais il devenait clair qu'il devenait de plus en plus crédible. Ses mots ne furent pas des plus tendres tandis qu'il lui hurlait des obscénités en lui hurlant dessus. Au volume de sa voix, John ne pouvait pas ne pas entendre. Pas plus qu'il ne pouvait pas ne pas comprendre que son espoir de fuite venait de s'évanouir.

- Catin! Vous avez trahi Ergrin! Salope! Après tout ce que Ergrin a fait pour vous! Ingrate! Vous le payerez! Vous le payerez cher! Ergrin vous le promet et Ergrin ne rompt pas ses promesses lui!

Il la traina en dehors de la pièce en direction du prisonnier qui ne manquait pas une miette de ce qu'il se passait. Secouant sa complice qui se débattait (heureusement pas trop), il asséna une seconde gifle du revers de la main. Elle était plus forte que la précédente mais c'était encore trop faible pour être tout à fait crédible. Il fit céder et plier sa jambe gauche pour faire croire à une position inadaptée pour ces gifles. Son acolyte criait, se débattait et implorait sans résultat. La secouant de plus belle, à deux mains cette fois, et lui hurlant à la face, il continua de la trainer sur le chemin.

- Oser trahir Ergrin! Oser voler Ergrin! Démone! Ergrin vous a prise comme mère nourricière, Ergrin a prit soin de vous! Chienne! Vous auriez pu avoir presque tout ce que vous aviez besoin! Ribaude! Bagasse! Ergrin ne vous le pardonnera pas! Roulure! Ergrin avait confiance en vous! Trainée! Ergrin vous vénérait!

La trainant dans la poussière et le sang, Valens la tira derrière le prisonnier, en dehors de son angle de vue. Faisant du bruit avec des morceaux de cordes, il poursuivit.

- Ainsi attachée par les bons soins d'Ergrin, vous allez recevoir le solde de votre trahison!

Avec son couteau, il taillada ses vêtements et les déchira ensuite à main nues. Les habits de la jeune femme étaient en lambeaux et ne couvraient certaines parcelles de peau qu'à grand peine. Il macula aussi de poussière et de sang les cheveux et le visage de la demoiselle dont il ruina au passage la coiffure. Pour une fois, ce n'était pas sa tenue à lui qui était en miette, il y avait quelque chose de rafraichissant à cette perspective. Continuant à l'invectiver, il lui donna des gifles retentissantes cette fois (sur l'extérieur de ses cuisses cela dit) toujours en dehors des regards. Prise de sanglots, elle continuait à crier sous les coups et à demander son pardon ou sa miséricorde.

Prenant son scalpel, il entailla doucement de la lame des zone comme le dessus des arcades qui avaient tendance à saigner sans grande blessure. Les cris, les hurlements et les ricanements se succédaient de toutes parts, formant le concerto du conflit humain. Elle s'inspirait visiblement des sons qu'elle avait entendu quelques minutes auparavant personnalisé à sa sauce. Il fit de même en essayant de refaire des cliquetis et des sons similaire, tout en lui assurant qu'elle ne méritait même pas de manger avec lui et qu'il la ferait souffrir à la place. Il lui demandait en boucle "Pourquoi!" en criant et sans lui laisser le temps ou l'occasion de parler. Elle finit par avouer en sanglot qu'elle était désolée, qu'elle n'avait pas voulue, que c'était le prisonnier qui lui avait demandé, qu'il l'avait manipulée. Elle lui demandait juste de la laisser, d'arrêter, de l'achever mais que cela cesse.

Pris d'une terrible fureur, le tortionnaire changea alors de cible et contourna John. Lui faisant subir un traitement similaire bien que moins modéré, il sentait la panique s'emparer de lui alors qu'il réalisait que le fou avait perdu non seulement tout contrôle de lui même, mais également celle qui avait un pouvoir sur lui. A partir de là, tout pouvait arriver, surtout le pire. La terreur envahit ses sens en songeant que tout le reste n'avait été qu'entrée en matière tandis que le serpentard lui gueulait au visage.

- Mais qui êtes vous donc! Vous qui semez le mal où vous passez! Comment nous avez vous trouvé pour ainsi faire notre malheur, malheur que Ergrin vous rendra! Qui va apporter son déjeuner à Ergrin à présent! Vous vous mangerez avec Ergrin jusqu'au dernier morceau! Et Ergrin vous jure qu'il vous gardera en vie plus longtemps que tous les autres pour partager son repas!

John était en train de craquer mais il trouva tout de même la force de répondre avec ironie, crachant du sang sur sa droite.

- Comment? Ha ha! Simple. Vous êtes perdu! Vous allez morfler autant que j'en ai bavé! Vous n'avez pas le cheveu asse blond ni le sang assez bleu pour lui échapper. Votre manque de prudence signifiera votre perte! Bientôt vous aurez peur! Vous aurez si peur que même votre ombre vous terrifiera! Ce n'est qu'une question de temps.

Face à ces derniers signes de résistance, Valens poussa un rugissement et déclara avec un sourire narquois.

- Autant? Nous verrons. Je vais chercher les condiments. Gros sel, poivre, vinaigre et autres. Mais ne vous en faites pas, je ne vous ferez pas trop attendre.

Et il quitta la pièce sur ces mots...



Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Sam 7 Juil - 14:40


Kyara était prête, elle pouvait le faire, en outre elle n'avait à présent peur que d'une chose, de mal réagir. Elle ne savait pas comment Valens allait procéder, elle avait compris, mais entre théorie et pratique il y avait des fois des gouffres. Kyara avait donc peur que de réagir, en temps normal lorsqu'on la malmène, elle ne se laisse pas faire au contraire. Du fait qu'elle sache se battre elle enverrait plus son adversaire au tapis que ne se prostrerait dans un coin. Pourtant, c'était justement ce qu'elle devait faire, subir, hurler et supplier sans réagir. Cela allait être dur, mais bon, elle pouvait très bien faire un gros effort, de plus si elle lattait Valens à coup de chaussure, toute sa crédibilité envers John disparaîtrait.

- Et désolé pour ce qui va suivre... Ajouta Valens

Kyara grimaça légèrement en entendant ses mots avant de se dire que cela ne pourrait il apportait que de l'expérience en plus. C'est vrai, avant ça, elle était une novice dans l'art des interrogatoires, maintenant grâce à Valens, elle en connaissait plus et savait comment faire. Qui sait ce qui lui réservait l'avenir ? Elle allait peut-être suite à l'ordre devoir effectuer des interrogatoires, ainsi elle ne passerait pas vraiment pour une débutante.

La jeune femme fut alors sortie de ses pensées lorsque Valens l'empoigna par le col et se mit à lui hurler dessus avant de lui coller une gifle. Pendant quelques secondes Kyara fut complètement perdue et cligna plusieurs fois des yeux, elle présumait que le jeune homme c'était retenue, néanmoins elle marquait vite. Un avantage de plus, il n'avait pas besoin de la rouer de coups pour que cela se voit.

- Catin! Vous avez trahi Ergrin! Salope! Après tout ce que Ergrin a fait pour vous! Ingrate! Vous le payerez! Vous le payerez cher! Ergrin vous le promet et Ergrin ne rompt pas ses promesses lui!

Catin ... malgré le picotement désagréable sur sa joue et le fait que Valens semblait très sérieux dans son rôle Kyara faillit éclater de rire en entendant se mot. Elle savait bien sûr ce que cela signifiait, mais peu de personnes l'utilisaient encore. Après quelques secondes, elle se ressaisit afin d'entrer dans son rôle. Elle commença donc à supplier à tenter de s'expliquer, mais sourd à tout ce qu'elle pouvait dire il la traîna alors dans la pièce où se trouvait John. La Phénix pendant ce temps tentait de résistait où du moins de donner l'impression qu'elle résistait. Alors qu'elle allait à nouveau le supplier, il la fit taire d'avance d'une nouvelle gifle. Laissant échapper un cri Kyara se remit à se débattre.

- Non non, s'il te plait, je te jure que je ne voulais pas non NOON !!!Ses cris étaient aigus, rien de tel pour paraître plus vrai en soi. Valens la prit alors à deux mains et s'employa à la secouer comme un prunier et tout en avançant il lui hurlait dessus.

- Oser trahir Ergrin! Oser voler Ergrin! Démone! Ergrin vous a prise comme mère nourricière, Ergrin a prit soin de vous! Chienne! Vous auriez pu avoir presque tout ce que vous aviez besoin! Ribaude! Bagasse! Ergrin ne vous le pardonnera pas! Roulure! Ergrin avait confiance en vous! Trainée! Ergrin vous vénérait!

- Lache moi, s'il te plait, je te jure je n'ai rien fait, je n'ai pas trahi ta confiance ! jamais j'aurais fait ça Ergrin, non ! détache moi !

Après l'avoir traîner comme sur elle était une serpillière Valens la plaça dans un champ mort pour John et prenant des cordes il fit semblant de l'attacher, aussi c'était pour cela qu'elle lui avait demandé de la détacher.

- Ainsi attachée par les bons soins d'Ergrin, vous allez recevoir le solde de votre trahison!

Ignorant ses non non non, Valens sortit alors un couteau et s'employa à réduire en lambeau ses habits. Pour une fois que cela ne lui arrivait pas il devait en être bien content et en profiter ! Tapant des pieds sur le sol, Kyara faisait le plus de bruit possible pendant que le prisonnier lui de son côté tentait vainement de voir ce qu'il se passait. Entendre sans voir était souvent assez déstabilisant. Donnant des gifles sur ses cuisses afin que le bruit ne soit plus fort, Kyara supplier qu'on la détache.

Son coeur rata un battement lorsque Valens fit apparaître alors son scalpel. Cela ne fit que redoubler les cris et les protestations de la jeune femme. Elle savait que Valens n'allait pas volontairement lui faire du mal, aussi pour ne pas provoquer plus de dégât que cela Kyara se figea totalement afin de laisser faire le jeune homme. Néanmoins pour ne pas que cela semble suspect elle continuait à crier à ne plus avoir de souffle. Doucement Valens entailla alors les arcades de Kyara, c'était une zone qui saignait en abondance même avec une petite entaille. Valens jouait parfaitement le rôle du fou, entre ses pourquoi et ses rires hystériques, il aurait obtenu assurément le premier prix du meilleur acteur.

Les larmes se mirent alors enfin à couler des yeux de Kyara, se recevoir des gifles étaient supportables, mais se faire entailler, même légèrement faisait mal ! Surjouant ses larmes elle se mit à sangloter de plus en plus avant de juger qu'il était temps de passer à la prochaine étape.

- C'est lui hurlât-elle entre deux sanglots. Je suis désolée, je ne voulais pas, il m'a obligée, j'en peux plus, tue moi s'il te plait ! J'en ai marre, je ne voulais pas je te jure ! je te jure !

Simulant la colère du fait de cette nouvelle, il alla s'occuper de John en y mettant plus de hargne qu'avec Kyara. Lui hurlant dessus il tenta qui il était et pourquoi était-il là. Le prisonnier semblait justement aussi se demandait ce qu'il faisait là, mais dans un regain de courage il prit la parole alors avec hargne.

- Comment? Ha ha! Simple. Vous êtes perdu! Vous allez morfler autant que j'en ai bavé! Vous n'avez pas le cheveu assez blond ni le sang assez bleu pour lui échapper. Votre manque de prudence signifiera votre perte! Bientôt vous aurez peur! Vous aurez si peur que même votre ombre vous terrifiera! Ce n'est qu'une question de temps.

Le cheveu assez blond et le sang assez bleu pour lui échapper ? Que cela voulait-il dire ? Kyara était paumée, elle se doutait qu'ils allaient morflés, mais là elle était dans le flou .. C'était à elle de jouer afin qu'il lui apporte des réponses claires et précises. Poussant un rugissement Valens se mit à sourire avant de reprendre la parole.

- Autant? Nous verrons. Je vais chercher les condiments. Gros sel, poivre, vinaigre et autres. Mais ne vous en faites pas, je ne vous ferez pas trop attendre.

Et sans un regard en direction de Kyara, qui faisait toujours semblant de pleurer, le serpentard quitta la pièce d'une démarche décidée. Alors que la jeune femme jouait la comédie, elle hésitait sur la manière à suivre. Attendre qu'il ne parle de lui même où bien prendre la parole en première. Le fait qu'il parle en premier le mettrait plus en situation de pouvoir, il pensera tenir les rênes, aussi Kyara continua de pleurer à grand sanglot attendant que John ne se décide. Et ce ne fut pas long, au bout de quelques minutes à peine il prit la parole.

- Tu ne peux pas la fermer toi ?! J'y crois pas t'avais qu'une chose à faire et tu la rates !

Ne se la fermant pas, Kyara fit le contraire même et se mit à pleurer de plus belle en s'excusant toutes les trente secondes. Poussant un soupir exaspéré John reprit alors la parole d'une voix un peu plus douce.

- Bon ça va ça va, mais arrête de pleurer s'il te plait ça m'empêche de me concentrer. IL doit bien avoir une autre sortie hein ? Toi tu dois connaitre les lieux ? Ronge tes liens libère moi et on s'en va !

La fin de ses mots furent dit sur une note plus hystérique, cachant un petit sourire, Kyara fit semblant d'un peu se calmer avant de répondre à l'homme.

- Non, vous m'avez menti, vous avez dit que vous ne me feriez pas de mal si vous m'aidiez et là vous venez de dire qu'on était perdu. Vous m'avez menti alors que je voulais vous aider. De toute façon on est perdu, on va mourir c'est tout.

John jura dans ses dents en percutant qu'il avait peut-être fait une bêtise, la fille était sa seule chance que de le sauver. Il devait là remettre dans sa poche et pour ça il était prêt à tout. Il commençait à en avoir marre que d'être ici et il allait péter les plombs dans pas longtemps si ça continuait.

- Mais non, tu te trompes, je ne te ferais pas de mal. Je ferais même tout ce que tu veux !

Bingo, il était tombé dans le piège souriant de plus belle, Kyara profita donc de la situation et entreprit de poser toutes les questions auxquelles elle eut toutes les réponses. Kyara fut stupéfaite de voir les moyens dont disposer le sorcier qui les traquaient, il était apparemment très très rancunier. Lorsque Kyara eut tout ce dont elle désirait, elle se leva. Elle devait être dans un état pas possible, ses blessures saignant toujours. Se passant la main dans les cheveux elle tenta de se coiffer plus où moins bien avant de jeter un coup d'oeil sur ses habits. On dirait plus qu'elle portait un maillot qu'un pantalon et t-shirt. Poussant un soupir elle hocha les épaules pendant que John lui demandait ce qui se passait.

Se plaçant devant lui, il ouvrit de grand yeux voyant qu'elle s'était détachée, il se mit à lui ordonnait de l'aider. Souriant Kyara tourna la tête de droite à gauche avant de partir ignorant les cris de protestations de John. Rejoignant Valens elle lui adressa alors un petit sourire fatigué avant de prendre la parole.

- J'ai tout ce qu'il y a à savoir. Donc le sorcier, nous as retrouvé à cause du sang et des bouts de pyjama déchiraient se trouvant dans la caverne. Apparemment il aurait des moldus sous son contrôle et a une machine pouvant retrouvé une personne avec peu d'information. Sinon ils ont étaient plusieurs sur le coup, en fait ils se relayaient de sorte qu'il n'y ait qu'une seule personne par jour qui nous suive et jamais la même afin de ne pas éveiller nos soupçons. Il avait reçu ce soir l'ordre ne passer à l'action. Pour le lieu de rendez-vous, nous avons de la chance c'est à quinze minutes à pied. Un entrepôt desafecter d'après ce que j'ai cru comprendre. Sinon, le paiement était de 500 gallions par tête. La moitié avant et le reste lorsqu'on nous aurait livré. Il ne sait rien de plus.

Après cette longue tirade Kyara marqua une pause. Récupérant sa baguette elle murmura un Episkey, ses blessures aux arcades disparurent. Prenant une serviette propre que lui tendait son elfe Kyara s'essuya le visage en attendant une réaction de son camarade qui devait probablement réfléchir sur la méthode à suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Valens Fenwick, Sam 7 Juil - 16:19


Si sa complice était entrée parfaitement dans son rôle, il eut peur un moment qu'elle ne s'esclaffe ce qui aurait mit à mal l'intégralité de la mise en scène. Il se doutait que le langage qu'il avait employé n'était pas des plus courants mais il avait encore des lacunes dans son langage. Insulter n'était pas vraiment son violon d'ingres et il avait du se creuser la tête pour trouver ce genre de mots bien au fond de sa mémoire. Pourtant, Kyara parvint à conserver sa maîtrise d'elle même et ne s'écarta pas du rôle qu'on lui avait confié.

Leur "confrontation" fit forte impression sur John dont l'énervement et la peur commencer à saper ses forces. Lorsque le tortionnaire partit avec la ferme promesse de revenir dans quelques instants, son acolyte prit soin de lui soutirer habilement toutes les informations dont ils avaient besoin. N'ayant plus besoin de lui, elle se leva et rejoignit Valens dans la salle adjacente, lui révélant les détails de cette affaire.

D'abord, elle avait éclaircit la manière dont ils avaient été retrouvés. Il ne comprit pas bien à quoi les moldus avaient bien pu servir quoique leur technologie devenait chaque décénie plus perfectionnée, rivalisant avec des sorts dont l'évolution était plus lente. Bien qu'en sachant très peu sur le sujet, Valens admirait leur capacité à combler leur désavantage flagrant par leur ingéniosité. C'est en songeant à ce monde qui lui était étrangé que des souvenirs lui revinrent en mémoire. Pas de véritables souvenirs en réalité mais des connaissance peu usités. A cause de son milieu et de ce qu'il lui avait été inculquer, il connaissait une facette élitiste de ces moldus.

- Une machine dites-vous? Des morceaux de tissu? Du sang? Je crois que je comprends mieux ses paroles. Pressés par le temps nous n'avons pas effacé toutes nos traces. Le sorcier doit avoir le cheveux couleur des blés et de sang-mêlé tout du moins. Et pas n'importe quel sang, du sang de la noblesse moldue. Il aura certainement récupéré toutes nos traces, nos cheveux tombés et notre sang pour nous localiser grâce à cela. Son sort ou sa "machine" doit surement se focaliser sur un élément physique pour trouver sa cible. J'aurais du comprendre sur le coup. Le sang bleu... Le sang de Dieu en vérité, mais ils ne pouvaient pas invoquer son nom en vain. Ceux qui s'en prévalent ne s'arrogent pas tant une essence divine qu'il ne font remonter leur lignage jusqu'aux racines de leurs mythes. Un droit de gouverner les autres par essence comme certains d'entre nous pensent avoir le droit de gouverner les moldus de par leur sang également.

Je trouve que de tels concepts en disent long sur le sorcier qui s'en prévaut, pas vous?


La jeune femme lui raconta aussi qu'ils étaient tout en groupe qui se relayaient pour les suivre. Ils devaient en avoir appris long sur eux mais la tentative d'enlèvement n'avait eu lieu que ce soir ci. bref ils avaient affaire à forte partie en face, d'autant plus que la somme mise sur leurs tête était conséquente. 500 gallions était une somme importante, très importante, capable de mettre quelqu'un à l'abri du besoin pour très longtemps. Avec un sourire ironique, Valens déclara en se frottant le menton d'un air songeur.

- 500 gallions? Ca donnerait presque envie d'aller se livrer soi même. Ceci dit, je suis sûr qu'en l'asticotant encore un peu, on peut encore faire monter les enchères...

Ceci dit, malgré son sourire, il rtouvait cela inquiétant. Pour 500 gallions, nombre de sorciers des plus talentueux seraient tenté d'effectuer le travail. Des sorciers bien plus habiles et difficiles à duper que John. Heureusement, une meilleure nouvelle arriva juste après, une nouvelle capitale. Kyara avait obtenu l'adresse du lieu où attendait probablement l'auteur de cette traque. Ils ne lui laisseraient pas le temps de mettre davantage de moyens en oeuvre. Face à cette conclusion, il déclara à sa compagne d'infortune.

- Génial. De toute manière, je ne sais pas combien de temps il lui faut pour nous localiser, même approximativement, mais nous ferions mieux de ne pas rester au même endroit bien longtemps. Allons effacer la mémoire au prisonnier et rendons nous là bas. Cela nous laissera le loisir de faire un repérage et d'arrêter un plan d'action.

Ecoutant la réponse de Kyara, il se rendit en même temps vers la première salle en sa compagnie pour lancer le fameux Oubliette qui effacerait cette scène difficile et jusqu'au fait même qu'il avait été engagé pour les suivre et les enlever. Toutefois, il n'eut pas le temps de s'exécuter. Tandis qu'il pointait sa baguette sur la tempe de John, cinq craquements se firent entendre. Ce n'était pas bon, pas bon du tout. Incantant un fortuna contigo et un Retro Temporalis Retardum, il consulta Kyara du regard pour savoir comment réagir. Devaient-ils transplaner avant que ces nouveaux venus aient reprit pleine consistance? Devaient-ils d'abord absolument régler l'oubliette? Ou y'avai-t-il d'autres solutions. Nommant l'évidence, il annonça en foudroyant d'un regard noir le prisonnier qui était prit d'un fou rire qui lui arrachait des larmes de joie, de folie, de soulagement et de vengeance.

- Je crois que nous avons de la compagnie...
Revenir en haut Aller en bas
Kyara Blanchet
avatar
Maitre de JeuSerpentard
Maitre de Jeu
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Fourchelang


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Kyara Blanchet, Lun 9 Juil - 12:07


Que pouvaient-ils faire ? Qui avait-il à faire ? même si à présent ils étaient au courant du lieu, ils ne savaient pas si l'entrepôt ou ils allaient se rendre était sur. Probablement que ça n'était pas le cas, mais ils ne pouvaient pas non plus rester sans rien faire. Dilemme donc, soit se jeter dans la gueule du loup, soit rester sans ragir. S'ils suivaient cette dernière technique, ils auront assurement un tas de problèmes, ils en avaient déjà, mais cela serait pire. Kyara n'en savait rien du tout, mais elle se sentait. Il était donc à exclure qu'ils arrivent en transplaner juste devant le lieu. Le mieux encore était soit de faire le chemin à pied du fait que ça n'était pas si loin que ça, soit transplaner de quelques mètres et faire le reste à pied.

Le plus sûr étant le fait de tout faire à pied, cela serait plus long, mais ainsi ils pourront surveiller si on les suit où pas et repérer les lieux. Après il restait à espérer qu'il n'y aurait pas beaucoup de monde, que le sorcier se pensant surpuissant n'aurait besoin de personne afin d'exercer sa vengeance. Kyara croisait les doigts pour que cela se passe ainsi, à deux contre un, il existait des probabilités plus grandes pour qu'ils emportent le combat. Surtout que tous deux savaient se battre et étaient armés.

- Une machine dites-vous? Des morceaux de tissu? Du sang? Je crois que je comprends mieux ses paroles. Pressés par le temps nous n'avons pas effacé toutes nos traces. Le sorcier doit avoir le cheveux couleur des blés et de sang-mêlé tout du moins. Et pas n'importe quel sang, du sang de la noblesse moldue. Il aura certainement récupéré toutes nos traces, nos cheveux tombés et notre sang pour nous localiser grâce à cela. Son sort ou sa "machine" doit surement se focaliser sur un élément physique pour trouver sa cible. J'aurais du comprendre sur le coup. Le sang bleu... Le sang de Dieu en vérité, mais ils ne pouvaient pas invoquer son nom en vain. Ceux qui s'en prévalent ne s'arrogent pas tant une essence divine qu'il ne font remonter leur lignage jusqu'aux racines de leurs mythes. Un droit de gouverner les autres par essence comme certains d'entre nous pensent avoir le droit de gouverner les moldus de par leur sang également.


Le sang bleu, le sang de Dieu ? C'était la première fois que Kyara entendait parlé de ses termes ... Si elle avait donc bien compris, les personnes possédant le sang bleu auraient des ascendances divines ? Bien sur, bien sur .... faut qu'ils arrêtent d'urgence la drogue hein, elle avait assez fait de dégât dans leur cerveau. En tous les cas cela expliquer le pourquoi il avait voulu devenir immortel et par malheur ils l'en avaient empêchés. youpi, ce mettre à dos un fou furieux avait toujours été le rêve de la Phénix ! Comme si elle n'en avait pas déjà assez avec tous ses autres soucis pour que cela ne s'ajoute à la pile. Bientôt il faudra qu'elle mette en place une file d'attente pour pouvoir gérer un à un ses soucis.

- Je trouve que de tels concepts en disent long sur le sorcier qui s'en prévaut, pas vous?

Tout à fait ils avaient en gros affaire à un refoulé de la vie ... il était probablement né de parent moldus, où bien n'était-il qu'un demi sorcier, mais en tous les cas un de ses parents devaient être moldus. Sinon comment aurait-il pu en savoir autant sur le monde sans magie ? Kyara savait que les moldus possédaient des inventions, gadgets et autre utile, mais elle ne saurait pas comment s'en procurer et encore moins s'en servir. Elle était d'accord lorsque Valens disait qu'il devait être riche, rassembler tout se matériel devait coûter cher très cher même, sans compter le prix sur leur tête. En fait ils n'avaient finalement peut-être pas besoin de se rendre à l'entrepôt. Ils pouvaient aussi en finir ici pour ce soir, rentrer chez eux, être très discret et prudent et en sachant où poser les questions ils débusqueraient le repaire du fou. Cette fois-ci ça serait lui la cible et pas eux, il s'attendra à tout sauf à ce qu'ils débarquent chez lui. Il sera peut-être avantager par le terrain, mais eux le seront par l'effet de surprise ...

- 500 gallions? Ca donnerait presque envie d'aller se livrer soi-même. Ceci dit, je suis sûr qu'en l'asticotant encore un peu, on peut encore faire monter les enchères... Enchaina songeur en se frottant le menton, Valens

Où pas. Même contre 1000 gallions, Kyara ne se serait pas livrée par elle-même et n'aurait pas livrer Valens. D'une part, car elle n'aurait probablement pas le temps de profiter de son argent après encaissement, mais aussi car l'argent ne faisait pas le bonheur. Après c'est sur, qu'elle pouvait toujours assommer Valens et demandé à une tierce personne en la dédommagement gracieusement de livrer le jeune homme et récupérer le pactole. Tentant si elle avait été quelqu'un de cupide, mais ça n'était pas le cas. Et de toutes les manières, elle ne livrerait jamais son frère d'arme.

- Génial. De toute manière, je ne sais pas combien de temps il lui faut pour nous localiser, même approximativement, mais nous ferions mieux de ne pas rester au même endroit bien longtemps. Allons effacer la mémoire au prisonnier et rendons nous là bas. Cela nous laissera le loisir de faire un repérage et d'arrêter un plan d'action.

Valens avait raison, ils ne s'étaient que trop attardait dans le même endroit, le mieux à faire été de mettre les voiles au plus vite. Il voulait donc qu'ils se rende à l'entrepôt, soit tant qu'ils ne se jetaient pas dans la gueule du loup les yeux fermés. Faire un repérage était déjà une bonne chose, ensuite ils pourraient faire un plan.

Alors que Kyara commençait à répondre, Valens se mit en mouvement, se rendant dans la cave, salle de torture afin de s'occuper de John et de faire disparaitre les preuves. Ils s'étaient fait avoir une première fois à cause de cela, pas deux.

- Oui, c'est une bonne idée néanmoins je pense que ..

Kyara se tu en entendant des craquements, bruit significatif d'une personne venant de transplaner. Ils étaient plusieurs, ils avaient trop tardé il fallait qu'ils décampent au plus vite. Valens de son côté se protégea avec quelques sorts avant de jeter un coup d'oeil en direction de la jeune femme attendant qu'elle ne fasse un choix. Se battre où fuir donc, cinq contre deux, même six contre deux s'ils arrivaient pendant la bataille à libérer John. Pas très équitable comme combat ... ils n'avaient pas le temps d'effacer les traces ni de s'occuper de John. Heureusement que leurs elfes étaient partitquelques minutes plus tôt, sinon ils se seraient fait capturer. Poussant un soupir Kyara donna alors un coup de poing à John qui hurlait afin de révéler sa position, s'évanouissant, Kyara lui prit fermement le bras avant de se tourner vers son camarade et de dire.

- Transplane devant le bar

Sans attendre de réponse, elle pointa sa baguette sur l'escalier et lança un Bombarda Maxima avant de disparaître avec John. Apparaissant devant le bar, Kyara s'engouffra dans la ruelle d'en face en trainant son fardeau. Le laissant tomber sur le sol, elle s'agenouilla devant lui avant de poser sur sa tempe sa baguette et de lancer un Oubliette. Pour faire simple elle lui enleva ses souvenirs des deux derniers mois. Lorsque ce fut chose faite elle se releva et rejoignit Valens qui l'avait rejoint. Pointant le doigt vers une autre ruelle, elle reprit la parole tout en se mettant en marche.

- C'est par là, faisons vite avant qu'ils ne débarquent. Je pense qu'avec un peu de temps et de recherche, l'identité du sorcier ne serait pas dur à trouver. Malheureusement on manque justement de temps. Il ne nous reste plus qu'à espérer que l'entrepôt sera désert, qu'il n'y aura que le sorcier, et qu'on pourra lui regler une bonne fois pour toute son compte !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 13

 Derrière le brouillard...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.