AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 12 sur 13
Derrière le brouillard...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle

Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Artemis Wildsmith, le  Dim 27 Aoû 2017, 11:03

S’il était de nature trouillarde, une fois le danger écarté, ou au contraire présent en face de lui, le malice refaisait surface et lui permettait d’affronter la situation. Or, la situation ici présente était quelque peu comique, Arty se trouvait là, en face d’une Auror et clairement, il ne savait pas encore comment interpréter cette rencontre. Et encore moins maintenant qu’elle le traitait de gamin naïf qui pensait que le monde était soit noir, soit blanc. Ce qui était tout à fait le cas, il assumait totalement. Il n’aimait pas trop être embrouillé dans des dilemmes renversants, non, c’était beaucoup plus simple d’avoir les gentils d’un côté, les méchants et monstres de l’autre. Et puis c’est tout. Bon évidemment, c’était là la réflexion d’un gamin qui n’avait jamais entrevu de nuances de toute sa vie. Malgré tout, il comprenait les paroles de la jeune femme, il se doutait bien que ça ne devait pas être si simple dans la vie, si beau, si carré. Mais lui voulait y croire, un point c’est tout.
Et comme une fois ne suffisait pas, elle se remit alors à faire semblant de le menacer, sa baguette se promena sur son visage. Il leva les yeux au ciel, il n’avait pas pu contrôler cette expression. Ça devenait redondant, maintenant qu’il savait qu’il avait devant lui une employée du ministère, il se doutait qu’il ne pouvait rien lui arriver de grave, bien au contraire. Cette madame était là pour le protéger, fallait qu’elle assume et arrête de jouer les méchantes. Non mais.

Finalement, l’Auror avait rangé sa baguette, elle venait de quitter son rôle de belle madame voulant faire peur à un gamin. Ne jamais revenir ici, bizarrement, oui, il avait été terrifié, proche de la crise d’angoisse. Mais après tout, il avait l’habitude, c’est comme ça quand on est un espion aventurier paranoïaque. Il faut juste savoir prendre des risques dans la vie, quand bien même on est tétanisé par la peur. Il savait aussi pertinemment qu’il avait eu beaucoup de chance de tomber sur cette dame étonnamment blonde, cela aurait pu être largement pire. C’est pour cette raison que dorénavant il était tout à fait requinqué, il était de nouveau en pleine forme. Pourtant, pour faire croire à son interlocutrice qu’il écoutait attentivement et prenait ses conseils, il hocha de façon exagérée la tête. Oui madame, j’ai bien compris madame, je ne le ferais plus, promis. Après tout, il avait toujours été un gamin poli et bien élevée, même si quelque peu turbulent. Mais elle semblait tout de même gentille, il n’avait pas envie de la faire tourner en bourrique, parce que quand même, en cette soirée sombre et pleine de brouillard, elle était ce qui ressemblait le plus à un merveilleux bouclier magique présent pour le protéger des vilaines personnes.

- Je cherchais l’aventure Madame.

C’était peut-être suffisant, mais pas suffisamment. Il savait qu’il n’avait rien à faire ici, mais les règles ou plutôt, le bon sens n’avait jamais été son fort. Et puis, ce n’était pas là la question la plus importante. Le jeune Poufsouffle voulait en savoir plus sur ces histoires de nuances magiques, il voulait comprendre parce que pour lui, soit on était du côté du professeur Xavier, soit du côté de Magneto, y’avait pas d’entre deux, y’avait pas de je mets ma tête dans le sable en attendant que ça se passe. Impossible. Il fallait prendre position, assumer.

- Et vous, vous êtes qui ? C’était important de savoir à qui on s’adressait exactement. Il avait posé cette question avec un petit sourire innocent, puis il enchaîna, en prenant avant une grande inspiration. Il fallait vraiment qu’il discute de cette vision manichéenne du monde des sorciers. C’est quoi les nuances magiques ? Y’a quoi d’autre à part la magie noire et la magie blanche ? La grise ? Vraiment ? Je sais, c’est p’tet naïf de penser comme ça, mais j’vous suis pas. Vous par exemple, vous êtes au Ministère, vous êtes forcément une gentille, non ?
Invité
Anonymous
Invité

Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Invité, le  Mer 20 Sep 2017, 23:56

Quelques instants plutôt, le gamin semblait prostré par son angoisse, terrorisé, grelottant contre le mur. Et désormais, il faisait face à la jeune femme avec une aisance singulière, comme si c’était lui qui menait la danse de leur conversation. Sourire machiavélique apparait et pare le visage de l’auror, tandis qu’elle s’éloigne de quelques mètres, histoire de laisser toute la distance nécessaire à l’enfant pour qu’il reprenne ses esprits dans la rue sordide. Pense-t-il réellement qu’il est convaincant avec son hochement de tête bien rythmé ? Dans l’esprit de l’auror, il ressemblait surtout à un pantin désarticulé, abandonné dans une rue malfamée. Mais ça, elle se garderait bien de lui dire – fallait pas qu’elle passe pour une psychopathe non plus – d’ailleurs, peut-être était-ce déjà le cas dans l’esprit du marmot ? Sourire plus malsain encore à l’écoute de ses paroles.

« Elly » pour te servir mon grand. Mais l’auror était restée là, son prénom en suspens, le regard figé sur le gamin qui semblait n’avoir cure des conseils de la jeune femme.  Finalement, les questions qui suivirent furent moins bête que l’air affiché par le gamin : peut-être qu’il avait explosé sa capacité de réflexion ? Néanmoins, Elly faisait preuve de patience, le laissant débiter ce qu’il avait à dire. Et puis, sa dernière parole la fit rire aux éclats. Le Ministère, des gens gentils ? Oui, cela était vrai, en partie en tout cas. Ce n’est pas pour autant que certaines élites se privaient de faire du « mal », quand bien même ils devaient œuvrer pour le « bien ». Mais tout cela était une question de point de vue, de subjectivité et elle comptait bien le faire comprendre au gamin face à elle. « Tu sais, Arty … certaines personnes sont censées œuvrer pour le bien et font finalement le mal ». Menace à peine voilée ? Non, mise en garde. Le monde où le jeune homme semblait évoluer n’avait rien à voir avec le monde réel, celui dont on foule le sol de nos pas, tantôt agiles, tantôt lourds. Le monde réel, celui dans lequel les cadavres se mettaient à danser la gigue, et où certains mangemorts dansaient une ritournelle lancinante avec les aurors. Ce monde-là. Donc. Sens dessus dessous.

Regard circulaire sur le monde alentours, et l’ombre de l’auror qui se rapproche du gamin. Toujours souriante, de ce sourire dont on ignore s’il est paisible et amical, ou torturé et prêt à tuer. « Parfois, tu tomberas sur des masqués plus masqués encore que les mangemorts » elle en savait quelque chose, après tout. « Parfois tu tomberas sur des gens qui feront preuve d’empathie, et qui te laisseront sur le bas-côté une fois ton utilité périmée ». Regard tendre, un instant, avant de reprendre « il te faudra être plus … comment dire ? … calme, peut-être ? Que tu mesures tes mots. Prendre des risques inutiles n’aidera aucun des camps que tu choisiras ». Si tenté qu’il choisisse un camp, forcément. Sur ses mots, l’auror avait tourné les talons, s’en retournant à ses occupations sur le Chemin, à moins que le gamin se décide à l’alpaguer ? Mais ça, elle ne pouvait pas le savoir.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Artemis Wildsmith, le  Sam 07 Oct 2017, 10:28

LA d'Elly


Elle serait donc Madame Elly du Ministère qui vient faire peur aux gamins dans l’allée des Embrumes. Il soutient son regard, obstination qui anime sans failles son cœur. Elle lui parle alors de ceux qui sont du bon côté mais font le mal. Pour Arty, il n’y a pas de doute, ça n’existe pas les gens comme ça, c’est impossible. Comme il le pensait, l’entre deux n’était envisageable. Si de tels comportements existaient, c’était qu’ils étaient des agents doubles, de mauvais espions envoyés par l’ennemi pour semer la zizanie, et ils étaient malhonnêtes. Elle lui sourit, il essaie de lui répondre, de comprendre ses paroles. Elle tente en réalité juste de lui faire comprendre les nuances du monde, mais ça ne le percute pas, parce qu’il reste buté, têtu, et qu’il s’en fiche peut-être sûrement. Il ne réfléchit pas, il a toujours été comme ça, du genre à foncer tête baissée, peu importe. L’Auror lui parle de ceux qui jouent le jeu, qui prennent sans donner et qui lèvent la baguette dans le dos de leur proie. Ça ne lui faisait rien, son regard reste là, pendu et un peu effacé.

Il faudra être plus calme. Alors ça c’est le pompon. Il rit alors qu’elle se retourne, c’était le pire conseil du jour. Arty être plus calme, ne pas provoquer et énerver ses interlocuteurs. Jamais, ce n’était pas dans sa nature, et il savait qu’il était beaucoup trop adorable pour que quiconque lui fasse du mal. Il était protégé par sa bouille angélique et son air enfantin, pas besoin de mesurer ses mots. Parce qu’ils ne savent pas, à quel point il est insupportable. Elle venait de lui parler de camp, ça, ça le fait tiquer. Il n’y avait jamais vraiment pensé, même si finalement, c’était plutôt une voie tout tracée. Jamais il ne ferait le mal, et jamais il ne se mettrait au service de ceux qui font la loi. Il n’avait pas ça dans le sang, lui voulait être libre et éclater d’étincelles flamboyantes.
Alors il se rend compte qu’elle s’éloigne, brusquement, elle ne dit même pas au revoir. Il secoue la tête, son départ le réveille brusquement.

- Attendez ! Il court, comme un gamin qui ne veut pas que sa maman s’en aille. Il la rattrape très vite, sans tomber, parce que maintenant il a appris à courir de façon coordonnée. Le Poufsouffle se place à ses côtés, il lui tend son plus beau sourire, l’accompagne dans la marche. Côte à côte dans l'Allée des Embrumes, il se sentait un peu protégé comme ça, c'était mignon. Comme s'il avait toujours besoin qu'on veille sur lui. J’ai pas peur de prendre des risques vous savez. Il hausse les épaules, comme un grand garçon qui savait exactement ce qu’il voulait. Ce n’était pas les risques qui lui faisaient peur, c’était l’obscurité devant ses propres actes. Parce qu’il n’était vraiment jamais sûr, qu’il ne réfléchissait pas. Le moment de doute avant les conséquences. Ce n’était même pas les représailles parce qu’il ne se rendait jamais compte, jusqu’où exactement il allait.  

Il la regarde, elle, elle avait choisi un camp. Celui du ministère. Ce n’était pas le plus brillant, mais il avait au moins le mérite de rester organisé. Le mérite d’être toujours là, la preuve, elle venait de le sauver d’une crise d’angoisse. Ou était-ce la cause de ce moment d’effroi ? Allez savoir. Alors il se demande, ce qui peut pousser à choisir le camp de la loi, des règles, de la rigueur. Parce qu’il n’était pas comme ça, parce qu’il ne comprenait pas, parce que les règles lui picotaient les bras jusqu’à ce qu’il les envoie balader, bien loin. Parce qu’en plus, Elly ne ressemblait pas à ce qu’il imaginait des agents du ministère, bien trop à la fois dansante et sauvage. Pas du genre à porter un costume de moldue et un attaché-case. Pas du genre boring. Alors peut-être qu’il se trompait, sur le ministère.

- Et vous, votre camp il est bien ?

Il aurait voulu approfondir, nuancer son propos, lui demander pourquoi elle l’avait choisi, quel était vraiment l’intérêt du comment et du pourquoi, si c’était vraiment ennuyeux, de travailler dans un bureau, si elle se sentait comme un agent secret à la manière de James Bond, parce qu’après tout, si Arty n’avait qu’une infime chance de ressembler à James Bond, il plongerait dedans, encore une fois, sans un regard vers l'arrière.
Invité
Anonymous
Invité

Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Invité, le  Mer 18 Oct 2017, 08:59

Le gamin court derrière toi, pour finir par te rattraper. Si la différence d’âge n’était pas flagrante, on aurait pu croire à un couple d’amoureux se chamaillant. Ton regard interrogateur se plonge dans les yeux du marmot quand il te dit qu’il n’a pas peur de prendre des risques. Que pense-t-il entendre ? C’bien mon garçon, tu es bien inconscient ? Tu laisses un rire s’enfuir de ta gorge. Décidément, ce garçon est vraiment … étrange. Mais pas le genre étrange qui fait peur, non. Plutôt étrange sympathique. Un peu le genre de gamin dont on sait qu’il va lui arriver des problèmes, mais qu’on a envie d’aider alors qu’il se fout dans des embrouilles tout seul.

Finalement, il te pose une question. D’une simplicité enfantine. Néanmoins tu ne t’arrêtes pas de marcher, parce qu’après tout, il se prend pour un grain alors il faut qu’il soit à la hauteur. Tu réflechis à la réponse que tu vas lui apporter. Si son interrogation est simple, la réponse qui est sensée la suivre n’est pas aussi facile que cela. Tu éludes, un peu « Je dirais qu’il y a, comme partout, des avantages et des inconvénients ». Une pause rapide, tu es certaine que le gamin ne se satisfera pas de cette réponse alors tu rajoutes « C’est assez subjectif de savoir si un métier est bien ou non, enfin, j’imagine que ça dépend surtout de nous et de nos capacités à nous adapter ». Plus tu parles, plus tu sais que le gamin te rétorquera quelque chose qui va te déplaire, mais qu’importe. Après tout tu ne vas pas le bâillonner pour l’empêcher de parler. Quoique. L’idée est plaisante, tout de même.

Finalement, tes pas s’arrêtent sur les pavés de l’Allée des Embrumes. Ton regard se plonge à nouveau dans celui pétillant du gamin « Et toi marmot, ton camp, il est bien ? ». Rire cristallin qui s’échappe de la gorge de la jeune femme avant de poursuivre « Enfin, si tu en as choisi un, bien sur ? » Moue moqueuse.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Artemis Wildsmith, le  Dim 22 Oct 2017, 23:06

Elle rigole. Il ne sait pas trop comment il doit le prendre exactement. Elle ne se moquait pas de lui, ou tout cas pas vraiment. Il continue de marcher à ses côtés, le plus naturellement possible, essayer de garder le rythme de l’Auror. Puis elle finit par lui répondre. Une réponse qui n’en est pas vraiment une en réalité, c’est dommage. Comme si le monde magique était beaucoup trop nuancé, beaucoup trop changeant, et comment était-il supposé prendre certaines décisions ? Ça allait être plutôt dérangeant. Des avantages, des inconvénients. Il hoche quand même la tête, effectivement il comprend mais quand même, est-ce qu’il y avait plus d’avantage qu’autre chose ? C’était ça qu’il voulait, un résumé, de l’action, qu’est-ce que ça fait d’être de la police, comment ils faisaient exactement. Arty se dit que quand même, Elly ne devait pas être celle qui représente le métier d’Auror devant les jeunes sorciers, parce que franchement, elle vendait plutôt mal son job. Lui aurait voulu écouter des histoires de courses poursuites et de duels, c’était ça, qui lui permettait d’être attisé.

Mais au fond il sait très bien, qu’il n’était pas fait pour ça. La police, il aurait bien aimé avoir des tuyaux pour l’éviter surtout, comment leurrer les Aurors et la surveillance magique. Comment être un parfait brigand en dix étapes. Mais ce n’était pas la blonde qui allait lui donner ce genre de réponses. Pourtant il ne soupire pas, il patiente. Parce que quand même, cette histoire de subjectivité peut surprendre. Mais il attend, parce que dorénavant elle lui demande à propos de son camp à lui. Le Blaireautin hausse les épaules. Il n’en avait pas, pas encore. Il ne savait pas qu’il allait servir la lumière mais certainement pas la justice. Bien au contraire, qu’il s’opposerait à elle à chaque maudite fois, juste pour rire.

« Bah j’sais pas, il y a des métiers qui mettent tout le monde d’accord. Berger, gardien d’un troupeau de chèvres par exemple. Alors dites-moi, les avantages à être Auror, c’est quoi ? Courir après les méchants ? Et les inconvénients ? Se faire blesser par les méchants ? C’pas un inconvénient ça, ça vous fait des cicatrices sexy. Enfin. Je suppose quoi. Non ! Vous devez obéir à la loi. J’avoue, ça, c’est nul. »

Il parle beaucoup trop, mais c’était comme ça, impossible de s’arrêter, peut-être parce que la question l’intéressait. Ses mains volent, sa voix crève d’enthousiasme. Il fait les questions et les réponses. Du Arty tout craché. Parce qu’il avait besoin de dire que ça n’était pas important, la loi, que ça ne servait à rien à part empêcher les gens de s’amuser. Mais c’était là les pensées d’un gamin de quinze ans, il faut l’excuser.
Puis il prend une mine qui réfléchit, qui s’interroge, sa main se glisse jusqu’à son menton. Il n’avait pas encore vraiment choisi, mais c’était là, les braises près de son estomac qui dormaient pour le moment.

« Je sais pas, pour mon camp. Mais il sera absolument génial. »

Forcément. C’était obligé. Si c’était le camp qu’il choisissait, il se devait d’être rayonnant. Il ne pouvait en être autrement. Il regarde un peu autour de lui, les sorciers dans cette allée sordide. Il se demande, si vraiment ça suivait la réputation, s’il y avait des méchants, là autour d’eux. Sûrement, mais peut-être pas plus qu’ailleurs. C’est étrange aussi, le changement. Comme si là, avec la tête blonde le tout était devenu beaucoup moins effrayant. Il fallait qu’il soit toujours comme ça, entouré de protection. Le gamin.
Invité
Anonymous
Invité

Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Invité, le  Sam 18 Nov 2017, 13:16

L’innocence du gamin n’a visiblement pas de limite, il te parle, et parle, et parle encore d’avantages et d’inconvénients à faire partie de l’élite de la police magique. Tu pousses un soupir à sa vision totalement archaïque de la chose, tous les sorciers pensent-ils donc que vous êtes obligés de suivre les lois ? Un rire s’échappe de ta gorge à cette idée. S’il n’est pas méconnu que vous devez poursuivre les mages noirs, faire respecter la loi, il semblait plus inconnu que vous aussi, vous pouviez la transgresser, vivre au-dessus d’elle. Tu t’arrêtes dans ta marche un instant, extirpe ta baguette de sa cachette, la pointe sur lui. « Tu sais, marmot, je suis sensée faire respecter la loi ». Une pause alors que le bois caresse son visage. « Cela ne veut pas pour autant dire que je dois la respecter, c’est là l’avantage de mon métier. Vivre au-dessus, tu comprends ? »

Finalement, ta baguette glisse, et tu ne le tiens plus en joue. Quel intérêt de t’en prendre à un gamin qui ne comprends pas la mesure de tes paroles ? Il verra, lui aussi, comme les autres, qu’il faudra composer avec vous. Tu as conscience que ton discours prête à la confusion. Mais tu t’en moque éperdument. Tu es en effet persuadée que le gamin aura tout oublié dans moins de 30 secondes quand il aura débité une énième connerie. Aux alentours, certains sorciers semblent avoir remarqué votre duo improbable, et tu serres les dents. Tu n’as pas que des amis dans les parages, et tu le sais, tu le sens, ce souffle malsain qui passe sur ta nuque, qui caresse ta peau. Tu glisses, entre tes dents « Accélère marmot, on doit sortir d’ici » avant qu’un mage noir ne vous tombe dessus.
Artemis Wildsmith
Artemis Wildsmith
ModérationPoufsouffle
Modération
Poufsouffle
Année à Poudlard : Diplômé(e)

Matière optionnelle : Étude des moldus

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Artemis Wildsmith, le  Dim 19 Nov 2017, 18:15

LA d'Elly pour marcher, pas à pas, lalala


Oh. Elle s’arrête, il ne s’attendait pas à ça, lui qui pensait déjà affronter les méchants avec Odette, toujours à ses côtés. C’est alors perdus dans ses pensée de justicier qu’il se voit mettre en joue une nouvelle fois. Non mais elle ne pouvait pas changer de disque, franchement, ça devenait redondant. Il lève les yeux au ciel, insolent. C’est qu’il n’avait plus peur du tout, elle ne lui ferait rien, il en était absolument certain. D’ailleurs l’assurance du Blaireautin dégoulinait de partout, peut-être méritait-il des claques, après tout. Mais il se laisse faire complètement, la laisse dans ce rôle qui paraît lui seoir si bien. Quoi qu’il grimace légèrement tandis que la baguette de la blonde lui effleure ses traits d’enfant. Il hausse un sourcil. Il ne comprend pas. Une lueur d’interrogation passe dans ses yeux clairs, c’était donc ça les Aurors ? Ces gens qui font respecter la loi mais qui ne l’appliquent pas eux-mêmes ? Les hypocrites, surprenant. Mais il ne dit rien, pas pour l’instant parce qu’elle baisse son arme.

Un regard vers les alentours et ils doivent se remettre en route. Arty se tait tandis qu’ils reprennent la marche, sortir de l’Allée des Embrumes. C’est qu’il s’était peu à peu oublié dans cet endroit glauque, mais il comprend le besoin de s’y extirper. Alors il lui obéit, parce que malgré tout il l’aime bien cette petite madame. C’est-à-dire qu’il conçoit le fait d’être au-dessus des lois, ou en tout cas de vouloir d’être, sans aucune difficulté. Lui-même ne faisait pas grand état des règles, pire, il s’en contrefichait totalement. Pourtant, il aurait pu attendre que la police magique soit réglo. Mais là encore, finalement, les sorciers ne s’éloignaient pas tellement des moldus. Les ripous chez les moldus, ça grouillait. Ça devait être pareil. Tout de même, il faut qu’il demande.

- Mais en fait c’est quoi l’intérêt de faire respecter une loi dont vous vous fichez ? C’pas hyper crédible. Enfin bref. 


Il hausse les épaules, en réalité il n’attendait aucune réponse. Il savait maintenant. Si c’était là vraiment la pensée du Ministère de la magie, son avantage avait-elle dit. Parce qu’ils étaient censés faire confiance au ministère, oui bien sûr. Mais il n’allait pas argumenter davantage avec l’Auror, c’est qu’il fatiguait, il avait été concentré bien trop longtemps.
Le retour sur le Chemin de Traverse le frappa de plein fouet. Le bruit environnant et l’ambiance plus joyeuse, vivante, chaleureuse. Le contraste était effarant. Une petite pause pour balayer la rue passante. Il était tout à fait en sécurité dorénavant. Il se tourne vers la jeune femme.

- Bon. Au revoir Madame Elly, merci de m’avoir raccompagné ! 

Il restait très poli, toujours, le tout accompagné d’un petit sourire espiègle. Parce que quand même elle l’avait sorti de l’Allée funeste et qui sait ce qui aurait pu se passer s’il n’était pas tombé sur elle. Elle avait été sa bouée de sauvetage, alors il n’allait pas se montrer ingrat. Un vague salut de la main et le voici disparu, en direction du cœur de Londres et des transports moldus. Il pense à Meryl, sa trottinette, ça aurait été plus rapide avec elle.


Fin du RP pour nous deux. Merci Elly ♥ - on se revoit vite :mm:
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Ambroisie Palel, le  Dim 31 Déc 2017, 11:51

Ancrer ceci dans mon âme
Avec 91

-----Dans un épais brouillard, sous ton manteau noir.
Tu déambulais encore une fois dans l'allée des Embrumes. La pleine lune était timide, et ne frappait pas le sol de son éclat habituel et tant mieux, tu avais une profonde envie d'être dans l'ombre et d'y rester toute cette soirée.
Tes talons hauts martelaient le sol et c'est tout ce qu'on pouvait entendre, comme si la mort avait enveloppé cette allée.
On disait souvent que personne ne ressortait des Embrumes, ou en tout cas, pas dans l'état voulu.

-----------------------------------C'était faux. Totalement faux.
Tu en étais sortie plus d'une fois de tes balades, jamais écorchée, jamais décontenancée. Tu savais à quoi t'attendre ici, et tu sentais surtout que les ténèbres t'accueillaient, comme si ta place était ici, qu'elles t'attendaient.

-----Une affiche au mur, un exemplaire de l’Impardonnable publié il y a déjà un moment et usé par le temps, par le peu de gens qui osait y plonger les yeux. Alors comme pour continuer à défier le monde tu t'étais plantée devant le papier, tu avais lu attentivement, et tu sentais comme une bouffée d'air noir entrer dans tes poumons, irradiée ton être.
Mais tu avais soupiré, qu'est ce qu'une gamine de vingt-et-un ans, même dégourdie pourrait bien apporter à l'Ordre ? Comment les contacter ? Et pourquoi ?
Une raison évidente serait de renier définitivement les croyances de ceux qui t'avaient tourné le dos mais était-ce une valeur juste pour s'engager ?

-----Kohane... Tu avais repensé à cette rencontre dans cette allée un peu plus loin, une nuit où vous étiez toutes deux perdues dans vos ténèbres et tu te souvenais qu'elle avait dit qu'un jour on y arriverait, on changerait les choses, le monde nous reconnaîtrait comme existants et dignes de faire parti du monde, de le diriger peut-être ?

-----Qui pourrait savoir, qu'une brunette plantait devant une affiche, a des idées bien plus noires que ses cheveux ébènes ? Qui pourrait savoir, qu'elle désire des réponses ? Qui pourrait être là, à cette heure tardive ?
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Mangemort 91, le  Ven 09 Fév 2018, 11:48

Nous marchions, déambulions , nous sifflions dans la nuit pour ne pas rester en marge, parce que le bruit repoussent la mort, alors il faut en faire sans discontinuer. Toujours pour rester loin de l'ombre. Alors nous cherchions la vie, on se faisait mal en nous disant que juste après on ne le regretterait sûrement pas juste après, une très légère tendance à oublier. Douze ans comme une éponge. Qui garde tout sans rendre.

Et ce soir comme les autres, nous marchions sous la neige, le masque à contre peau. Sifflotant, jouant fumée au travers des flocons. En ce moment le cœur et le cerveau sont difficiles à démêler, alors nous faisons confiance à nos jambes pour avancer, montant aux autres ce que ça veut dire de vivre avec de la nuit à la place de la peau. Public invisible, car la rue se veut déserte, peut-être est-ce notre masque qui les effraie, et pourtant nous luttons pour eux, les opprimés, les sorciers silencieux, ceux qui restent chez eux pour ne pas s'écrouler au premier courant d'air. Mais ce soir nous ne voulons même pas y penser, notre sang rejette tout en bloc, le trou dans notre corps siffle. C'est un son noir, comme des vieux klaxons de train. C'est le grand tremblement de corps qui se met à marcher en cadence dès que nous effleurons ces idées là. Une cadence rapidement rejointe par un tac-tac reconnaissable que nous suivons jusqu'à l'un de nos écrits. Sourire, nous montrons nos dents dans l'ombre, les pupilles se dilatent à mesure que l'autre lit. Pilule dans la glotte surement un peu responsable, mais toujours moins que la joie évidente d'avoir trouvé une nouvelle âme à corrompre.

Alors nous glissons juste derrière elle et lui soufflons dans l'oreille que nous savons ces idées intéressantes, n'est-ce pas ? encore serait-il mieux de les entendre de vive-voix tu ne crois pas ?  
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Ambroisie Palel, le  Sam 10 Fév 2018, 21:20

--------------A peine un tressaut, à peine un mouvement. Et cette voix, si proche, pouvant paraître menaçante pour certains, symbole d'une libération pour toi en quelques sortes. Quelqu'un était là pour dialoguer, quelqu'un d'ouvert.
Alors tu avais tourné les talons pour faire face à cette personne, pour voir qui était l'âme avec qui te échangerait ce soir.

Mais il n'y avait pas d'âmes, du moins pas directement, pas frontalement. Un masque, pour camoufler, pour agir, pour réussir. Tu ne savais pas si tu rêvais ou si tout ceci était réel. Tu regardais de tes yeux bleus, assombris pas tes ténèbres, la silhouette face à toi.

Ses paroles t'avaient hypnotisées comme t'entraînant dans un abîme sans fond, oh mais tu ne voulais pas le voir ce fond, ne jamais le toucher, ne jamais l'atteindre. Rester dans cet état de transe si agréable, rester tant qu'il était encore temps d'en profiter.

Tu ne savais pas quoi répondre, voulais-tu vraiment te confronter à quelqu'un qui pourrait te tuer ? Bien entendu. Pourquoi cette ombre te tuerait-elle, maîtresse d'elle-même et des ombres environnantes. Tu n'étais pas de ceux qui craignaient, tu étais plutôt de ceux qui cherchaient, questionnaient, attendaient qu'on leur réponde, alors oui, elles sont effectivement intrigantes et pleines de sens pour ceux qui veulent bien les comprendre.

Tu mettais les mains dans les poches de ton long menton noir, relevant la tête, le menton fier, pourquoi trembler face à la seule entité qui pouvait te répondre ? Pourquoi avoir une once d'appréhension, plutôt mourir ce soir que de mourir sans réponses.

Il fallait admettre qu'elle avait quelque chose d’impressionnant, mais trembler ne faisait que reculer l'inévitable chute, comme un enfant qui apprend à marcher sur des jambes tremblantes et dont on sait pertinemment que la chute est proche, il recommencera mais dans ton cas si tu tremblais tu n'aurais plus l'occasion de recommencer.
Il fallait oser il fallait questionner, mais que pouvez-vous m'apprendre de plus ? Je serai curieuse de savoir ce qu'une ombre peut enseigner à une autre ombre paumée dans l'immensité.
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Mangemort 91, le  Lun 19 Mar 2018, 10:40

Il y avait quelque chose d'étrange, d'ordinaire les enfants fuyaient, ou à l'opposé, sortait leur muscles en ballons de baudruche pour faire comme les pirates dans les films en défiant le danger, mais l'espèce qui nous faisait face était tout autre. Non elle fait face, frontale, brutale. Une volte face et un visage proche de l'extrémité du masque qui nous ferait presque reculer si nous n'étions pas là pour l'ordre. La proximité dérange, démange, c'est quelque chose d'aussi insurmontable qu'insupportable, une tension épidermique qui tire la pilosité vers le haut, étire l'être dans tous ses membres. Une gêne palpable par le premier venu, mais nous tenons toujours.

Cette fois c'est différent, il y a de l'intriguant dans le regard de la jeune femme, comme une conscience des risques. C'est peut-être notre raison de vivre et le fond de notre pensée mais il y a quelque chose de fort triste dans cette manie qu'on les jeunes gens de se jeter à bras le corps dans le danger sans hésiter. Les Justes, nous sommes la peur, et une liberté dissimulée derrière. Mais les jeunes d'aujourd'hui nous cherchent, nous trouvent et nous découvrent, qu'importe si le jeu en vaut la chandelle.

oui, elles sont effectivement intrigantes et pleines de sens pour ceux qui veulent bien les comprendre.

Notre message percutait, brutalement, mais c'est souvent dans la violence que les yeux se doivent d'être ouverts.Les mots employés étaient importants, c'était ceux qui martelaient la tête des jeunes, de manière universelle, liberté et idéalisme. Avant de se perdre dans un certain cynisme, nous n'aimions pas profiter de leur jeunesse fougueuse mais c'était peut-être au fond ce qui nous empêchait d'abandonner, de finir comme ces vieux fous qui vivent au fond d'une cabane dans la forêt, la bouteille pour alliée.

Nous ne sommes pas Le Pédagogue. Mais nous pouvons commencer par toi. Qu'est-ce qui te porte ? Sur tes deux jambes, qu'est-ce qui fait que tu te lèves le matin, nous voulons ta première pensée au lever et ta dernière au coucher, nous voulons tout savoir. Tout comprendre.
Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Ambroisie Palel, le  Jeu 22 Mar 2018, 21:18

Mains glissées dans les poches, tu avais décidé de rester un moment là, en tout cas tant que l'Ombre serait là pour dialoguer. Elle te faisait te sentir mieux cette ombre étrangement, comme si une part de toi avait retrouvé ce dont elle a été privé trop longtemps.
L'esprit laissé seul s'égarait dans la pénombre, et ce soir ne faisait pas exception. Pourtant depuis son arrivée tu n'étais plus si égarée, comme si c'était enfin la bonne personne qui t'avait trouvé.
Et si plus que les idées, les personnes étaient ceux dont tu avais besoin pour te cerner toi-même, pour avancer ? Si ta place était là, avec eux ? Les aider, comme tu le pourrais parce que ouais fallait bien avouer que tu étais sûrement qu'une gamine se jetant dans la gueule du loup pour eux.

Pourtant la phrase percutée, tu n'apprendrais rien de l'Ombre, au contraire, c'est de toi qu'elle voulait apprendre, connaître. Ta tête se mit à pencher légèrement à droite, regard intrigué, que voulez-t-elle savoir l'Ombre ? La question était judicieuse, qu'est ce qui te donnait envie de te lever ? De rester debout, de ne pas flancher comme l'enfant. Tu avais eu peur de flancher, souvent même et puis tu t'étais accroché, mais à quoi ?
Cheminement de pensée, à vrai dire c'était pour toi et pour ce que tu voulais entreprendre et défendre que tu te levais, pour défier ceux qui te voulait à terre, ta famille y compris, jamais ramper, jamais retomber dans l'asservissement à une cause qui n'était pas la tienne. Du coup ça semblait être correct comme raisonnement, c'était pour moi. Pour ce que je suis et veux être. Parce que je peux être, parce que je peux essayer. Peu importe le prix si je sais que je ne ramperais plus devant les mauvaises personnes. Rien n'est plus important que la défense de ses idéaux de ses intérêts. Mais tu sais Ombre, je n'ai encore trouvé personne qui défendent les mêmes intérêts que moi. On me dit un peu folle, un peu sombre, tu ne crois pas que je suis plutôt réaliste dis ?
Tu avais besoin de savoir si quelqu'un partager au moins une chose avec ton esprit torturé, tu espérais l'avoir trouvé ce soir, même si les ombres vont et viennent, elles ne sont jamais bien loin.
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Mangemort 91, le  Sam 24 Mar 2018, 15:16

Qui es-tu enfant de nuit ? Nous nous tenons là sans savoir. Il y a des idées que nous sommes tenus d'expliquer tous les soirs à de nouveaux visages, des nouveaux idéaux à semer dans leurs esprits mais ce soir nous voulons prendre le temps de connaître l'enfant, arrêter d'expliquer qui nous sommes à la chaîne car nous ne valons ainsi pas mieux que les jeunesses d'anciens régimes en puissance qui façonnés les esprits des enfants des le berceau et les premier babillements. Nous ne serons pas de cela.
Nous sommes les cinq Justes et nous écoutons l'autre.

pour moi. Pour ce que je suis et veux être. Parce que je peux être, parce que je peux essayer. Peu importe le prix si je sais que je ne ramperais plus devant les mauvaises personnes. Rien n'est plus important que la défense de ses idéaux de ses intérêts. Mais tu sais Ombre, je n'ai encore trouvé personne qui défendent les mêmes intérêts que moi. On me dit un peu folle, un peu sombre, tu ne crois pas que je suis plutôt réaliste dis ?

La folie n'a jamais fait de mal à personne, nous nous dédoublons sous le masque et pourtant cela ne nous empêche aucune d'être efficace, il y a dans la folie matière à la retourner en sa faveur et à l'endosser comme une force. Nous étions cependant touché par la force de l'enfant qui de son jeune âge prenait déjà conscience des choses, même si son discours avait cette fâcheuse tendance à sonner comme préconçu, nous passions outre. Parce qu'elle avait cette volonté de lutter.

Nous sommes idéaliste, parfois même plus que réalisme, mais il faut des deux pour faire un monde. Trop de réalisme étouffe les idées et les lubies. Nos intérêts colleront peut-être aux tiens, peut-être pas, mais nous semblons avoir pour trait commun une envie de vivre libre.  

Ambroisie Palel
Ambroisie Palel
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Ambroisie Palel, le  Sam 31 Mar 2018, 11:51

Il était de ces rencontres qui bouleversait une âme. La tienne était touchée, en plein cœur. Tu luttais depuis déjà un an pour ta liberté, ton émancipation, ton droit à suivre la voie dont tu rêvais toi, pas les autres. Tu n'étais pas en position de tout connaître, d'appréhender le monde dans sa globalité et tu devais avoir en commun avec les Ombres cet idéalisme dans un sens.
Qui s'accrocherait à son dessein si il ne l'était pas ? Tu idéalisais le monde, ton monde, votre monde peut-être même qui sait ? Parce qu'il était bon d'avouer enfin que tu rejoignais leurs intérêts, leurs idées, tu voulais apprendre, aider, être au service d'une cause qui te paressait juste. Peu importe ce dont on pouvait t'accuser, tu suivrais votre voie, plus la leur, ceux des tortionnaires d'esprits, flagellant les consciences d'idées toutes plus inutiles les unes que les autres.

La liberté, dans la bouche de l'Ombre cela sonnait comme une appellation d'un Dieu. Dieu gouvernant les intérêts, les âmes, ce dont tout le monde devrait vouloir au lieu de s'en éloigner. Pourquoi s'éloigner de ce dont on est censé rêver ? Ils ne rêvent plus les autres autour de toi, donc oui, tu restes l'idéaliste, vivre libre déchargée du fardeau de masquer ta véritable nature face aux moldus, de devoir cacher ta volonté de t'engager près des Ombres à ta famille.
Tu n'avais plus de familles, tu en cherchais une qui te comprenait. Le sang fait bien des miracles, il t'avait placé dans une situation aisée, sans soucis de précarité. Mais il t'avait enlevé quelque chose de bien plus cher à tes yeux : l'acceptation. Alors comme souvent il fallait se trouver une famille de cœur, d'idées et tu ne savais pas encore pourquoi mais les paroles de l'Ombre te faisait penser que tu l'avais peut-être trouvé, au détour d'une rue, dans l'ombre face à une affiche.  

Il restait une question en tête loin d'être mineure, mais Enfant paniquait dans ton crâne, Ambroisie avait peur, mais cette enfant tu n'en voulais pas, n'en voulais plus. La garder prisonnière des ténèbres de ta mémoire, un souvenir de jours heureux en famille à conserver pour le jour où tu quitterais ce monde. Alors il fallait que l'interrogation franchissent tes lèvres, pour condamner les portes à Enfant, la laisser dormir jusqu'au jour du dernier souffle. Uns inspiration avant de sortir tes mains de tes poches, regardant ta main gauche, ton bandage dépassant du manteau, signe d'expérimentations douteuses pour enfin se poser sur la bague argentée aux armoiries familiales.
Relevant le visage vers l'Ombre tu la fixais avec insistance, ne plus jamais ployer à part si cela était nécessaire pour la Cause. Regard droit, ta main droite empruntait le chemin de ton annulaire gauche pour saisir les restes d'un passé que tu voulais laisser derrière toi.
Laisser ce bout de passé tomber au sol dans un bruit cristallin parce que je suis prête à connaître, à apprendre, à m'engager. Je ne veux plus de cette vie d'asservie. Aidez-moi.
Mangemort 22
Mangemort 22
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Mangemort 22, le  Lun 02 Avr 2018, 23:47

L.A. de 91

C’était une soirée normale. Enfin, c’était ce que 22 croyait. C’était une soirée de pleine Lune, une soirée calme pour elle. Pas de mauvais signes à l’horizon ; elle pensait même à aller se coucher. C’est qu’il commençait à se faire tard et 22 n’avait rien de spécial à faire. C’était sans compter sur son nouveau tatouage. Elle se l’était fait poser il n’y avait pas si longtemps. Au prix d’une terrible douleur. Elle était à Hollow ce soir quand le tatouage se mit à la brûler. Elle savait ce que ça voulait dire, elle le regarda quelques secondes sans bouger. La chaleur était bien là, la marque bien visible, les veines se dessinaient bien tout autour. La novice avait compris, c’était un appel, un de ses camarades lui demandait de venir. Elle ne savait pas qui, ni où. 22 ne maîtrisait pas bien sa marque encore. Comment pouvait-elle savoir où aller ?

Elle enfila son masque, suivi par sa capuche. Fit une rapide vérification de son équipement, tout était en place. Le stress la gagnait un peu. Elle n’était jamais sortie comme ça encore, jamais elle n’avait croisée le masque avec le monde extérieur. La première sortie, elle y arriverait, tout allait bien se passer. Elle se dirigea alors vers Brutus. L’elfe des Mangemorts. 22 Lui montra sa marque, marque qui la brûlait puisqu’on l’appelait. La novice lui fit comprendre qu’elle avait besoin d‘aide pour arriver au bon endroit. Qu’elle n’y arriverait pas toute seule, pas pour l’instant. Brutus accepta bien évidemment la demande de 22. Il n’avait pas vraiment le choix. Il faisait parti des ténèbres et il devait aider les ténèbres à gagner. Il avait dû en voir des masques différents, des matricules variés. Il devait en savoir des choses, un jour, elle le questionnera, mais pas ce soir.

Le transplanage fut lancé, il prit un certain temps. La nouvelle recrue n’arrêtait pas de se demander ce qu’elle devait faire, comment elle devait être. Elle ne devait rien laisser transparaître, sembler sûre, être l’autorité. 22 n’était plus spectatrice, mais elle était devenue actrice. Comme chaque actrice, elle devait faire en sorte d’être admirée par celles et ceux qui interagiraient avec elle. Une fois arrivée sur place, elle prit le temps de regarder autour. Cette rue, cet endroit, l’allée des embrumes, c’est là qu’elle était arrivée. L’autre masque, c’était 91, et une fille. 22 Connaissait ce genre de situation.


" Vous m’avez appelé ? "
Mangemort 91
Mangemort 91
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Année à Poudlard : Aucune année renseignée

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Mangemort 91, le  Sam 28 Avr 2018, 02:26

Nous voyons une fougue ensevelit dans les prunelles de l'autre. Quelque chose de touchant, d'enfantin, que nous avions déjà vu dans le regard de l'avorton de la portée. La petite nouvelle qui n'avait aucun intérêt. La pièce rapportée qu'il fallait tolérer parce que le maître l'avait demandé. Parce que c'est notre petite-novice. La novice du notre, une continuité étrange. Deux générations sorties de nos entrailles. Et nous levions les yeux au ciel, nous promettant notre engagement de l'accepter parmi nous. Il fallait la sortir. Comme on sort les poubelles ou un enfant en bas-âge. Un poids constant sur les épaules, la conscience, et le poignet qui chauffe à l'apposition discrète de notre baguette, sur une manche ostensiblement dévoilée tandis que la jeune femme parlait encore.

Elle nous exposait ses idées, ses pensées. Ses envies. Mais il faudrait expliquer avant, montrer. Les conditions d'asservissement, les besoins de notre cause. Mais nous laisserions l'enfant-ombre le faire. Il faudrait qu'elle s'entraîne, sous nos yeux. Notre jugement. Car il nous faudrait du temps avant d'arrêter d'avoir l'impression de sortir le petit chien, et de la considérer comme une sœur. il lui faudrait nous impressionner car nous nous donnions désormais un droit d'ancienneté à juger les premières sorties des nouveaux venus.

Vous m’avez appelé ? Nous relevions la perspicacité de l'enfant. Avares de mots, nous détestions parler pour ne rien dire. Alors nous sourions un instant sous le masque. Quelle perspicacité. Nous rions, trois petites notes.  Fais tes preuves. Parce qu'elle sera certainement plus à même d'écouter que ceux à qui l'avorton aurait affaire plus tard. Explique lui qui nous sommes. Puis en te plaçant un peu plus en retrait, dans le creux d'une oreille se répercute tes quelques mots soufflés entendu seulement par 22. Ne nous déçois pas.
Contenu sponsorisé

Derrière le brouillard... - Page 12 Empty
Re: Derrière le brouillard...
Contenu sponsorisé, le  

Page 12 sur 13

 Derrière le brouillard...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... , 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.