AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 5 sur 13
Derrière le brouillard...
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant
Angel Snape
Gryffondor
Gryffondor

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Angel Snape, Mar 4 Sep 2012 - 22:26


Angel s’était préparé tranquillement pour aller rejoindre Eowyn, une amie qu’il appréciait vraiment beaucoup. Elle lui avait demandé de l’accompagner dans l’allée des Embrumes et il avait accepté rapidement trouvant l’idée plutôt alléchante. Il avait mit les pieds une fois dans cet endroit et ça ne s’était pas très bien passé, du coup il n’avait pas vraiment eu le temps de visiter les lieux. Il faut dire que ce lieu n’avait rien d’un endroit qu’on ai envie de visiter. Il faisait frais c’est pour cette raison qu’il mit un gros pull, il mit un pantalon slim noir et des chaussures en cuir de la même couleur.



Il partit d’un pas sure et rapide jusqu’au point de rendez-vous c’est-à-dire juste devant l’allée des Embrumes. En arrivant il aperçut la blondinette dans un coin, elle semblait pas très rassuré de se trouver ici. Il avança à pas de loups vers celle-ci et tout marcha comme il l’avait espéré celle-ci sursauta en sentant sa présence qui fit sourire le brun. Elle lui sauta au cou ce qui surprit le jeune homme mais il trouva son action mignonne, elle devait se sentir plus rassuré maintenant qu’il était ici.

Ensuite elle déposa un baiser sur sa joue et elle lui demanda si il avait toujours envie d’y aller sinon il pouvait toujours faire demi-tour. Le Gryffondor n’avait aucunement envie de retourner au château et il avait vraiment envie de faire découvrir cet endroit à la blonde. Après tout autant tout connaître du monde magique qui entoure Poudlard. Il lui fit un large sourire avant de lui répondre de sa voix doucereuse…


- Oh non tu n’y échapperas pas ! En plus pourquoi tu as peur tu es avec le meilleure guide de Poudlard !

Il avait fini sa phrase sur un ton amusé, il était pas vraiment le meilleur, mais bon autant rire de la situation. Il prit la main de son amie et il l’entraîna avec lui sur le chemin. Des personnes sombres les regardaient du coin de l’œil, ils semblaient intrigués de voir de jeunes gens prendre cette allée. Angel prit un air plus sérieux ce n’était pas le moment d’afficher un sourire radieux.
Revenir en haut Aller en bas
Mathias Westberg
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Mathias Westberg, Sam 12 Jan 2013 - 1:06


(hrpg : rp avec Meryl Smith)

Mathias était à présent arriver à Poudlard depuis plusieurs jours. Le jour de son arrivé, il eut la chance de se faire répartir chez les rouges de Gryffondor, à ce qu'il avait pu entendre, une des quatre, voir la meilleure maison de Roublard. Le jour suivant sa répartition, Mathias s'était rendu chez Gringotts, pour l'ouverture de son compte en banque. Compte dont il a besoin pour ses différents achats indispensable, d'ailleurs en parlant d'achat, le jeune brun s'était rendu le jour même à la boutique Ollivanders pour faire l'acquisition d'une baguette magique, l'outil indispensable pour un sorcier.

Après plusieurs jours passés à faire le tour des lieux importants du château et avoir découvert son dortoir, le gryffondor voulait changer d'air et de paysage, lui qui était seul et n'avait encore fait aucune rencontre décida d'aller se balader seul et découvrir d'autres endroits tout aussi beau que l'école, gringotts et le chemin de traverse. Il marcha donc des minutes entières avant d'arriver dans une ruelle sombre, l'endroit faisait peur, les gens y étaient étranges voir même fous. Mathias se demandait donc où avait il atterrit, cherchant du regard par où il était entrer mais il s'y était trop enfoncer et ne trouvait plus son chemin, il avait l'impression de tourner en rond, il se mit donc assis, appuyé contre la façade d'un immeuble, la main dans sa poche, tenant fermement sa baguette pour toute éventualité, regardant discrètement mais attentivement les passants, il attendait là voir si des visages familiers allaient passés devant lui, des personnes par exemple qu'il aurait pu apercevoir à Poudlard ces trois derniers jours, sans succès.

Ça faisait maintenant quelques instants que Math' était assis là, un vieillard s'approcha même lui demandant quelques choses, le jeune homme ne comprenait rien et cet homme lui faisait un peu frissonner. Ce vieillard avait de grands yeux bruns qui ne lâchait pas le jeune élève d'un poil, il avait un sourire dévastateur, possédant moitié de ses dents, les quelques restantes sûrement pourrites. Une haleine à tomber à la renverse, mais le gryffondor ne broncha pas malgré la peur qui lui donnait la chaire de poule et qui lui donnait de grandes crampes au ventre. Il ne souleva que doucement la tête et lança un regard agressif envers cet homme qui se releva assez rapidement et continua sà route sans broncher. Mathias avait sûrement éviter quelques choses qui se serait mal passé, plus les minutes passaient, plus le stress augmentait.
Revenir en haut Aller en bas
Meryl Smith
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Meryl Smith, Ven 18 Jan 2013 - 20:39


Aujourd'hui le temps était brumeux gris et humide. Un temps à faire descendre le moral au plus bas. Seulement Meryl avait envie de s'amuser un peu. Elle avait donc décidée d'allait se balader au chemin de traverse, plus particulièrement dans l'allée des embrumes. Il y avait des boutiques de magie noire assez sympa. Enfin sympa.. Cela dépend de qui on parlait. Mais l'atmosphère sombre et inquiétante qui se dégageait de cet endroit lui plaisait, peut être pour l'adrénaline que cela lui procurait. Et voir des personnes totalement effrayées et perdues dans les allées c'était très divertissant. Pour l'occasion la Serpentard avait mit un pantalon très près du corps en simili cuir avec des bottes à talons dans lesquels elle mit sa baguette, puis un pull en cachemire couleur vert émeraude et rajouta sa veste en cuir noir. Elle se regarda une dernière fois dans le miroir et une fois convaincue de son reflet elle attrapa son sac à la voler, puis sorti en prenant bien soin de claquer la porte. Espérant embêter les petites crapules de premières années qui la cherchait tout le temps.

Puis d'une démarche élancée et assurée la brune se dirigea au chemin de traverse où elle fit un peu de lèche-vitrine avant de se retrouver dans les allées brumeuses. Oui seulement du lèche-vitrine, tête en l'air qu'elle était la vert et argent n'avait pas pensée à prendre son porte-monnaies. La Serpentard enfila son masque, sans aucune expressions, sans aucun sentiments. Il suffisait d'avoir l'air un minimum faible ou bien même perdue pour ce faire accoster, mais jamais pour de bonnes raisons. Meryl en avait l'exemple même sous les yeux.

C'est dans une ruelle étroite et envahie par le brouillard qu'elle remarqua une personne adossait au mur. Une chose était sûre il n'allait pas faire long feu. Un homme aux allures plus que rebutantes s'approcha du garçon assis. Mais c'était son affaire à lui, elle observait discrètement au coin de la ruelle et puis elle n'avait pas à se mêler à ce genre d'histoire. Seulement si ça venait à dégénérer elle interviendrait. Enfin elle n'y voyait pas grand-chose, elle constata juste que le vieillard parti et passa devant elle à la vitesse d'un escargot. Il l'observa d'un regard vide et malsain qui ne lui faisait ni chaud ni froid. La sorcière le toisa de haut d'un air snobe et vipérin. Sans chercher plus il parti.

Soulagée un sourire satisfait en coin se fit sur le bout de ses lèvres. La brune avança un peu plus loin dans la ruelle jusqu'à se retrouver face au garçon. Les bras croisées sous sa poitrine elle l'observait du haut de son mètre soixante-neuf. Sur un ton taquin elle lui dit:

- Bah alors, on est perdu? Elle rigola légèrement avant de reprendre; Tu devrais pourtant savoir que les ptites têtes de gentils moutons dans ton genre attirent plus l'attention qu'un méchant loup ici.
Revenir en haut Aller en bas
Joe Parker
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Joe Parker, Lun 28 Jan 2013 - 15:06


RP Unique.

Ce matin, le jeune black avait suivit le jeune Wyrman jusqu'à son lieu de travail. Il était parti assez tôt de son hôtel, pour se diriger vers sa boutique dans l'allée des embrumes. Il marchait assez rapidement le bougre, le black avait dû accélérer son rythme de marche pour réussir à le suivre. Il avait enfin réussi à mettre un visage, un corp, un âge sur monsieur Wyrman. D'après ses observations, il devait avoir entre 22 et 26 ans, même si son âge devait être plus proche des 26, on est pas propriétaire de boutique à seulement 20 ans ! Son regard ne perdait pas des yeux le jeune homme, dans sa poche droite le jeune black avait un appareil photo grâce auxquels il allait prendre une photo du jeune homme. Cela allait lui éviter une longue description physique, il n'aurait qu'a coller la photo à l'endroit où il est censé présenter le physique de la personne et le tour était fait ! A présent devant la boutique, le jeune black pouvait s'en aller. Avant de partir, il prit soins de prendre plusieurs photo du jeune homme, pour être sûr d'en avoir quelques unes d'utilisables. Il reviendrait d'ici la fermeture pour suivre un peu le jeune homme dans sa fin de journée, voir un peu ce qu'il faisait une fois sorti du travail.

Quelques heures plus tard , Joe se retrouvait planté devant le magasin. Il n'y avait plus beaucoup de monde autour de lui, il était habillé tout de noir et se cachait dans un coin sombre de la rue afin de ne pas se faire remarquer. La boutique était sur le point de se refermer. D'ailleurs, le jeune black n'eut pas le temps d'attendre, assez rapidement Victor sortit de sa boutique pour se diriger vers les ruelles sombres de la rue à vitesse soutenue. Que faisait-il ? Joe sentait qu'il y avait quelques choses de louche et courut a la suite de la personne qu'il devait suivre. Il le rattrapait assez rapidement, il l'avait en visuel. Le jeune homme semblait perdu, il cherchait quelques choses sans pouvoir le trouver. Il ne fallut que quelques minutes à Joe pour se rendre compte de ce que Victor cherchait. Ce dernier entra dans une nouvelle ruelle, Joe à sa suite, mais il resta cacher à l'entrée pour ne pas se faire voir. Plus loin, deux autres silhouettes avait l'air de se battre, en tout cas une des deux personnes semblaient dominé l'autre. Quelques choses se passait, mais avant que l'Auror n'intervienne, Victor l'avait fait. D'ici, Joe ne pouvait rien entendre, juste quelques bruits. Monsieur Wyrman venait de sauver la demoiselle, il avait dû voir le début de la scène de la vitrine de sa boutique. Courageux et chevaleresque, il nota dans un coin de sa tête les deux qualités qu'il venait de constater. Il avait fait son boulot pour ce soir, il allait retourner chez lui pour mettre ce qu'il avait vu au clair. Il allait revenir demain pour une dernière visite au jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Invité, Mar 19 Fév 2013 - 3:14


{ Suite de ce RP }
Dans l’Allée des Embrumes, c’était la panique générale ! La Boutique d’Accessoires de Magie Noire était en feu et une épaisse fumée s’en échappait, alertant tout le voisinage. L’événement venait à peine de se produire et, déjà, des curieux rappliquaient pour voir ce qui se passait, tandis que les plus futés fuyaient tant qu’ils le pouvaient. Tandis que d’aucuns criaient déjà au retour des Mangemorts, d’autres, plus raisonnables, racontaient que des fous furieux s’étaient mis en tête de tout faire péter. Quoi qu’il en soit, cela faisait bien longtemps qu’un tel événement n’était plus survenu dans le monde magique, étrangement calme depuis la récente ascension du nouveau ministère…

Leur épargnant un Immobulus qui, compte tenu de la situation, aurait bien pu leur être fatal, Victor s’était donc jeté sur Maria pour lui agripper le poignet et il les avait fait transplaner de justesse. Presque simultanément, les deux compagnons d’infortune avaient atterri dans la ruelle, juste devant l’entrée du magasin. Il s’en était vraiment fallu de peu, sinon ils seraient sans doute déjà tous les deux en train de roter comme des brochettes au bon milieu des flammes, face à la mine hilare de leurs assaillants qui n’auraient plus eu qu’à les regarder périr. C’eût été particulièrement humiliant et on pouvait difficilement imaginer pire qu’une mort par immolation. Quoi que…


« P*tain, nom d’un ₮%£#... ! jura Victor qui s’était effondré sur le pavé et souffrait ni plus ni moins le martyr. Ahhhhh ! J’vais crever b*rdel de *£#è% !!! », tandis que des larmes inondaient son visage crispé de douleur.

C’était juste insoutenable, c’était comme si… Comme si on lui avait arraché la jambe ! Ah, mais… On lui avait vraiment arraché la jambe ! Littéralement, sa jambe était arrachée et gisait un mètre plus loin. C’en fût trop pour le pauvre garçon, qui, horrifié, était à deux doigts de tomber dans les pommes. Sa jambe ! C’était sa jambe ! Et elle était là, détachée de lui. Dépassé par la situation, il ne savait pas quoi faire. Déjà, il voyait sa vie défiler devant ses yeux. Enfin, ce n’était pas vraiment sa vie qu’il voyait, c’était surtout celle qui l’attendait s’il demeurait estropié à tout jamais. Quelle horreur, plutôt crever que de vivre comme ça ! C’était juste trop horrible… Et, m*rde, ça faisait un mal de chien en plus !

Ce ne fut qu’au bout d’un instant que, bien que toujours sous le choc et accablé par la douleur, il finit par être gagné par un soupçon de lucidité. Le transplanage. C’était ce p*tain de transplanage ! Gagné par un profond sentiment de soulagement, il se jeta sur sa guibole comme un miséreux se jetterait sur un morceau de pain et, non sans une grimace, il parvient à la remettre en place. Ça lui faisait encore vachement mal et la sensation que cela provoquait était juste la plus bizarre qu’il n’avait jamais été donné de ressentir, mais elle était à nouveau en place. C’était supportable. Désagréable, mais il s’en remettrait. En tout cas, il était intact. Il avait deux jambes et c’était tout ce qui importait !


« Nom d’un troll, Maria ?! s’exclama-t-il alors en se relevant péniblement, visiblement furieux. Tu peux m’expliquer c’est quoi ce b*rdel ?! Nan, mais t’as vu la boutique… Comment j’vais ravoir ça, moi ?! J’te jure que tu vas m’le payer… ».

Mais l’heure n’était pas aux règlements de compte, car le combat n’était pas encore terminé ! Le duo de bruns était encore dedans et il était peu probable qu’ils restaient là sans rien faire. La morve de dragon et les flammes faisaient leur effet et, petit à petit, l’échoppe se consumait. S’ils restaient dedans, ils étaient promis à une mort certaine. Voilà l’idée, elle était là ! Il suffisait de les prendre à leur propre piège et de s’arranger qu’ils ne sortent jamais de ce crématorium. Une idée bien sadique, comme Victor les aimait. En d’autres circonstances, il aurait sans doute esquissé un sourire… mais il ne fallait pas abuser, c’était quand même sa boutique qui périssait devant lui !

Vacillant, Victor leva sa baguette droit vers sa boutique :


« Bombarda ! », s’écria-t-il, non sans un terrible haut-le-cœur. Sa boutique, sa pauvre boutique…


Dernière édition par Victor Wyrman le Lun 4 Mar 2013 - 20:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Nathanaël Monaghan
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Nathanaël Monaghan, Dim 24 Fév 2013 - 21:24


La gouttière ne supporterait pas longtemps le poids ne Nathanaël. C'est pas comme si ce dernier était doté d'un poids plume. D'ailleurs, le bout de fer commençait à grincer, signe qu'il était temps de lâcher. C'est d'ailleurs ce que le français venait de décider de faire. La chute fut interminable, alors que pourtant, seulement quelques metres le séparait du sol. Lorsqu'un de ses pieds toucha le sol, une douleur fulgurante parcourra sa jambe. Encore un des nombreux problèmes que le jeune homme devrait régler plus tard. La douleur faisait boiter le gérant de Honeydukes. Heureusement pour lui, sa jambe ne semblait pas s'être cassée.

Se remettant debout à l'aide d'un bout de bois qui trainait par là, le sorcier prit le chemin de la grande rue. S'ils étaient censés, ses deux adversaires n'attaqueraient pas en pleine rue. Surtout si des innocents étaient présents. Malgré tout ça, Nathanaël s'en fichait complètement des passants. Lui-même sorti sa baguette, prêt à lancer un sortilège à quiconque se mettrait en travers de son chemin. En s'avançant prudemment dans la grande rue, le français ne fut pas surprit d'apercevoir la blonde et son nouvel ami. Ces derniers cherchaient vraiment à tuer les deux meilleurs amis.

Seulement, l'ex-Poufsouffle ne se laisserait pas faire aussi facilement que ça. Alors que la blonde se délectait de la destruction de la boutique, Nate pointa sa baguette sur le gérant, plus effrayant que la blonde et murmura un #Obscuro. Sans attendre que son sortilège ait atteint sa cible, il visa l'espèce de blondasse à ses côtés. Elle méritait pire que la mort celle-là. C'est donc avec un sourire non dissimulé que Nathanaël incanta un #Electrocorpus. Puisse-t-elle mourir dans d'atroces souffrances ici, sur les pavés. C'est tout ce qu'un loup-garou méritait.

Un revers de tête vers la gauche apprit au sorcier que sa meilleure amie semblait saine et sauve. Nate lui fit un signe de la tête qu'elle devrait sans doute reconnaître. Ils devaient s'en aller avant de toucher des innocents. La louve aurait ce qu'elle méritait un peu plu tard. Leur prochaine rencontre lui sera fatale, Nathanaël se le promit intérieurement. Ses deux sortilèges lancés, l'ex-Poufsouffle n'attendit pas une seconde et se cacha, à l'abri de tous. Ce dernier ira attaquer la blondasse quand elle ne s'y attendra pas.
Revenir en haut Aller en bas
Alexie Scott
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Alexie Scott, Dim 3 Mar 2013 - 18:29


La situation devenait plus que critique et Alexie devait quitter les lieux de la boutique d'accessoires de magie noire au plus vite, autrement elle serait brûlée vive et écrasée par le plafond menaçant de s'écrouler. L'incendie était dû à un sortilège lancé par Nate. Le gérant et la blondasse en profita pour transplaner pour sauver leur peau et il était grand temps qu'Alexie et l'ancien Poufsouffle se barrent de la boutique au plus vite. Grâce à son ami, Lexie put sortir saine et sauve du magasin. Bien sûr, elle ne s'en sortait pas sans égratignure. Son front avait une entaille et son genou lui causait une horrible douleur. Arrivée sur le toit grâce à Nate, elle le regarda descendre et se réceptionner correctement. Maintenant c'était à son tour, si elle ne voulait pas finir rôtie.

Alexie prit donc une grande inspiration puis sauta avant d'arriver sur ses deux jambes qui se tordirent. Elle s'était encore une fois blessée, mais cela n'était pas fatal, la jeune fille arrivait à marcher mais en boitant, quelle galère cette journée ! Alexie se retrouva une nouvelle fois face à ses ennemis et près de son ami. Le combat semblait toucher à sa fin. Chacun était blessé, chacun avait sa colère et sa rancoeur. Cependant, Alexie devait être la première sur la liste à être la plus énervée, même si le gérant, après avoir perdu sa boutique pouvait l'être aussi. Sans se poser question, Alexie tranplana, s'évapora, abandonna le combat. Ou était-elle passée ?

Elle réapparut derrière la blonde, celle-ci ne pouvait pas s'en douter. Alexie fit un signe de tête à son meilleur ami pour lui dire de partir, que tout était fini du moins ici. Ni une ni deux, la brunette attrapa la louve par le bras et l'emmena avec elle alors qu'elle transplanait. Ce transplanage les fit arriver dans une ville méconnue de Lexie. Le combat allait-il encore faire rage ?


rp fini pour ma part
Revenir en haut Aller en bas
Invité
avatar
Invité

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Invité, Lun 4 Mar 2013 - 19:36


Soudain, tout s’accéléra. Victor avait jeté un sortilège explosif dans la devanture de la boutique qui avait joyeusement volé en éclats, comme si le feu ne faisait pas encore assez de ravages comme ça ! Ensuite, se concentrant sur sa jambe qui décidément lui faisait un mal de chien, il perdit un peu le fil des événements. Tout s’enchaina, tout devint confus. Certes, il vit le pyromane perché à ce qui restait de la gouttière de la boutique et il crut apercevoir Jendy, sa belle vendeuse, lui jeter un sort. Il aperçut également une gamine qui, impassible, était plongée dans un bouquin à seulement quelques mètres de là… Et puis plus rien, tout devint noir.

Que se passait-il ?! Non content d’être estropié, voilà que le gérant de la boutique était aveugle. Il ne voyait plus rien et, tentant en vain de se repérer, il finit par s’étaler au sol et sa baguette lui échappa des mains. Il ne manquait plus que ça, tiens ! Victor se mit donc à sa recherche, tâtonnant sur le pavé gelé de l’Allée des Embrumes. En vain, et le spectacle n’était pas beau à voir. Ce n’est finalement qu’au bout de quelques minutes que ses pupilles, puis bientôt ses iris, refirent leur apparition au milieu du blanc de ses yeux et que, petit à petit, il recouvra la vue à mesure que les effets du maléfice dont il était victime s’estompaient.

À ses côtés, plus personne. Ils avaient tous disparu. Maria et les deux barjots qui l’avaient attaquée. Seul l’état de la Boutique d’ Accessoires de Magie Noire, en ruines, témoignait de ce qui venait de se dérouler. L'Allée des Embrumes, quant à elle, était plus brumeuse que jamais, plongée dans la fumée qui émanait des décombres. Les passants fuyaient pour la plupart, craignant sans doute le retour des Mangemorts. D’autres, curieux, essayaient de comprendre ce qui avait bien pu se passer. Tant bien que mal, Victor finit par se redresser et boita jusqu’à Jendy, espérant pouvoir compter sur son aide. Il était plongé dans une colère noire.


{ Suite ici }
Revenir en haut Aller en bas
Neala MacLochlainn
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Manx rumpy



Re: Derrière le brouillard...

Message par : Neala MacLochlainn, Lun 15 Avr 2013 - 16:35


[RP avec Laudius Taillord]

Cela faisait longtemps que la jeune femme était venue ici. Depuis la St-Patrick de l'année précédente en fait, quand elle était allée acheter quelques accessoires pour faire une plaisanterie avec sa chère cousine. Mais pour autant, les réflexes qu'il fallait avoir dans cet endroit n'avaient pas disparus. Loin de là même. Ca devait être comme le vélo, ça ne s'oubliait pas. Un petit sourire railleur étira les lèvres de l'ancienne Poufsouffle à cette pensée, avant qu'elle ne l'efface rapidement. Elle serait dans la mouise si l'un des passants qu'elle croisait le prenait pour lui...

Elle parcourut du regard les boutiques qui l'entouraient, cherchant celle dont elle avait besoin. Si elle se trouvait dans l'Allée des Embrumes, ce n'était pas non plus par hasard. On l'avait envoyée faire quelques courses, au Chaudron, et un des ingrédients dont elle avait besoin se trouvait dans cette rue mal-famée. L'ingrédient secret du Hooper-Alniott plus exactement. Jamais elle ne se serait doutée que leur pub pouvait servir quelque chose d'interdit. D'un autre côté, le contraire l'aurait étonnée aussi. Paradoxal non ?

Enfin elle vit l'épi... Pouvait-on vraiment appeler cela une épicerie ? Le magasin était rempli d'objets plus effrayants les uns que les autres et il se dégageait une odeur nauséabonde de l'ensemble. Même l'homme derrière le comptoir n'était pas net. Ivre, au regard méchant et dont la dernière douche devait remonter à un mois. Il n'empêche qu'elle avait trouvé ce qu'elle voulait et c'était le principal. Elle paya rapidement ce qu'elle devait en essayant de ne pas frissonner sous le regard obscène du vendeur. Pourquoi ne s'était-elle pas habillée un peu plus avant de venir ? Elle aurait du se douter que juste une robe recouverte de sa cape de sorcière ne serait pas suffisant. Elle était couverte mais pas assez et c'était limite si elle n'attirait pas encore plus le regard des hommes.

La prochaine fois tu réfléchiras plus, cailín dúr.

Son achat fait, elle sortit le plus rapidement possible. Mais la précipitation attirait le regards des gens dans un endroit pareil, et elle se rendit compte rapidement que quelqu'un la suivait. Du même gabarit que l'homme de l'épicerie, ils auraient pu être frères. Elle porta la main à sa poche, serrant sa baguette et prête à la dégainer si besoin. Le problème, c'est qu'elle avait commencé à paniquer et s'était retrouvée dans une ruelle qu'elle ne connaissait pas. L'Irlandaise pressa le pas, dans une vaine tentative de perdre son poursuivant mais il accéléra aussi. Et elle ne reconnaissait toujours pas ses alentours. Elle bifurqua à droite, puis à gauche. Encore à gauche. A droite. Et toujours l'écho des pas de la brute, derrière elle.

Cette fois, elle se mit à courir. Elle ferait plus de bruit mais comptait sur la vitesse pour le semer. Malheureusement, le brouillard s'était levé et elle voyait encore moins bien où elle allait. Gauche. Droite. Et toujours cet écho derrière elle. La panique la submergea complètement et elle laissa échapper un gémissement de crainte. Jamais elle n'aurait cru qu'elle se retrouverait un jour dans une situation pareille. Gauche. Droite.

Cul-de-sac.

Elle pila et fit volte-face, prête à détaler dans l'autre direction. Mais le pervers avait été plus rapide qu'elle ne le pensait puisqu'il lui bloquait le chemin à présent, baguette à la main et pointée sur elle. Des larmes vinrent lui brûler les yeux mais elle les ravala. Il ne fallait pas qu'elle craque. Pas maintenant. Elle dégaina la sienne.

- Expel-

- Expelliarmus.

La voix graveleuse de l'homme avait interrompu son sort et c'est donc son arme à elle qui s'envola. Il lui adressa un sourire mauvais et se mit à avancer, l'obligeant à reculer. Elle resserra les pans de sa cape autour d'elle pour essayer de se protéger mais elle savait que cela ne changerait rien. Elle se recroquevilla un peu et sa lèvre inférieure se mit à trembler légèrement quand son dos entra en contact avec le mur. Son agresseur continuait d'avancer, la détaillant d'un regard torve. Lorsqu'il reprit la parole, un frisson de dégoût parcourut l'échine de la jeune femme.

- Eh bien ma jolie, tu es perdue ? Ah, ne t'inquiète pas, je vais te ramener sur le bon chemin. Mais pour ça, va falloir que tu me fasses une petite faveur ou deux... Ses yeux, qui étaient de la même couleur que la boue, étincelèrent d'une lueur obscène. Allez, je suis sûr que tu vois ce que je veux dire... Et je suis certain que ça te plaira... Tu verras ce qu'est un homme, un vrai !

L'homme en question était grand, très grand même, et la petite taille de la jeune femme n'arrangeait rien. Il avait des cheveux couleur paille, des yeux porcins atteints d'un léger strabisme divergent, un visage aux traits épais et une cicatrice courait de sa tempe droite au coin de sa bouche, lui donnant un rictus effrayant. Sa carrure était large et on devinait d'autres cicatrices sous la tunique en grosse toile qu'il portait. C'était un monstre.

Neala se recroquevilla encore plus et, un peu malgré elle, une larme roula sur sa joue d'albâtre. Elle ne voulait pas qu'il sache qu'elle avait peur mais, de toutes façons, il avait du le sentir bien avant qu'il ne la coince ici. Qu'allait-elle bien pouvoir faire ? Elle n'avait aucun moyen de se défendre, ses petits poings ne pourraient même pas l'égratigner. Appeler à l'aide ? Tandis qu'elle fuyait, elle n'avait vu personne. Transplaner ? Elle n'avait ni le permis, ni sa baguette. Le temps qu'elle passe en revue toutes ses possibilités, il s'était encore plus approché et c'est sa grosse main crasseuse sur son épaule qui la tira de ses pensées. Elle fut encore plus dégoûtée de voir qu'à présent il haletait et une bosse commençait à se faire voir au niveau de son entre jambe. Qu'avait-elle fait pour mériter cela ?

Elle se laissa glisser à terre et se roula en boule, lui attirant un grognement de colère de la part de la brute qui la dominait. Il fallait qu'elle s'en sorte. Elle pouvait le faire. Elle allait réussir à s'enfuir. Elle le devait. Remarquant qu'il avait les jambes écartées, elle tenta de passer entre elles mais il lui attrapa le pied d'une main la tira. Elle retint un cri de douleur mais hurla quand il se saisit de ses boucles noires et la frappa au visage. Il l'attira près de lui, sa bouche près de la sienne et lui souffla son haleine putride au nez tandis qu'il parlait.

- Eh bien eh bien, serait-on une mauvaise fille ? Tu veux encore jouer au loup ? Mais j'en ai marre moi, je veux jouer à un jeu de grands maintenant... Il tenta de l'embrasser mais elle se débattit, l'obligeant à se redresser pour raffermir sa prise. Mais tu vas te calmer ?!

Il la gifla une nouvelle fois et à présent les larmes coulaient librement. Un goût métallique emplit sa bouche. Sa lèvre s'était fendue sous les impacts et elle sentait sa joue gonfler. Elle n'avait plus la force de se débattre. Quelques claques et elle était calmée. Etait-elle donc si faible que cela ? L'espoir de s'en sortir s'amenuisait petit à petit. Elle finirait seule, détruite, dans un cul-de-sac embrumé, pour le bon plaisir d'un porc. Elle entendait les halètements de son agresseur, ainsi que le cliquetis d'une boucle de ceinture que l'on ouvre. Le froissement d'un tissu qui tombe. Et des pas au loin, qui se rapprochaient d'eux. Il fallait qu'elle essaie. Au mieux, la personne qui venait allait l'aider. Au pire, elle se ferait prendre par deux brutes.

Elle hurla, avant de se faire taire par un coup de pied dans le ventre.


cailín dúr : fille stupide
Revenir en haut Aller en bas
Laudius Taillord
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Laudius Taillord, Lun 15 Avr 2013 - 19:36


Le jour était beau, et lui était totalement absent, pas même un nuage menaçant sur ma santé mentale. J’étais bien trop reposé, et bien trop calme pour qu’il ne puisse intervenir. Marcher, un pas, deux pas, rien de plus jouissif que de se sentir libre de tout, et surtout maître de son corps. J’étais Laudius, dans son corps, et non pas Laudius, prisonnier de son corps. Cela était ce que j’affectionnais le plus en cet instant magique. Mes pas me conduisirent dans une rue de Londres, une étrange rue d’ailleurs. Je ne collais pas du tout au décor, et pourtant j’étais de ce monde, bien que mon costume impeccable ne laissait pas croire ce que je prétendais. Je déambulais, sous le regard curieux de certains sorciers, sans me soucier du temps qui filait. Soudain je vis une femme passer à toutes jambes, je l’aperçue uniquement, et je ne l’aurais pas suivi si un mastodonte ne l’avait pas prise en chasse.
Cependant, soucieux de ne rien laisser paraître, je marchais, me dirigeant selon l’écho des courses différentes des deux personnes. Soudain ce furent des cris, et rien d’autre. Je ne me hâtais pas, je voulais seulement ne pas arriver trop tard. Droite, gauche, je tournais en suivant les sons… Soudain, oui, un hurlement encore plus puissant, encore plus déchirant que les autres. Cette fois je ne pouvais pas faire autrement qu’intervenir. Le brouillard m’entourait, et je saurais m’en servir. Je n’étais pas si mauvais sorcier que ça. J’arrivais au coin d’une ruelle, et j’entendis une voix, distincte, un peu trop bien d’ailleurs.

«Eh bien eh bien, serait-on une mauvaise fille ? Tu veux encore jouer au loup ? Mais j'en ai marre moi, je veux jouer à un jeu de grands maintenant... Mais tu vas te calmer ?! »

Elle semblait se débattre, eh bien, je dois vous avouer que pour ma part s’en était trop. Beaucoup trop, je ne pouvais tolérer ce genre de comportement. Mes pas se firent plus fort lorsque j’entrais dans la ruelle, il n’y avait aucun doute en moi, ma baguette pointée sur la silhouette massive. La première chose a laquelle je pensais était d’user du charme de Doloris, mais je n’en avais pas l’autorisation, et un séjours à Askaban était absolument effrayant. J’optais donc pour un Incarcerem.

« #Incarcerem. Eh bien, jouons mon ami… Tu veux cette femme, mais elle ne te désire pas en retour. Quel cruel choix que de la violer ici et maintenant. #Expeliarmus . Voyons voir si… Oui, voyons voir si tu sais endurer ce genre de douleur toi aussi. Si tu es capable de ne pas hurler a la mort lorsque tu sentiras ton corps atteindre ses limites. »

J’avançais déterminer, un sourire mauvais aux lèvres, ce même sourire qui m’étirait parfois le visage lorsqu’il me contrôlait, mais c’était moi, oui moi Laudius. Je ne levais pas les yeux de l’homme gesticulant à terre, les membres entraver de corde, et le pantalon baisser.
J’arrivais à leur hauteur , et par réflexe, je tendis une main secourable a la jeune femme. Dans le même temps, je posais ma semelle sur le membre, qui étrangement semblait avoir perdu sa raideur , de mon prisonier, l’écrasant avec un plaisir malsain.

« Comment allez-vous ? Je suis navré d’arriver si tard… Si j’avais su… »

Édit Jessy : Bonjour Laudius, votre RP ne respecte pas le Grimoire des Sortilèges du forum, qui indique que Incarcerem n'est accessible qu'aux membres ayant obtenu leurs ASPIC avec au minimum la mention Acceptable. Merci de faire plus attention à l'avenir. Cordialement,
Revenir en haut Aller en bas
Neala MacLochlainn
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Manx rumpy



Re: Derrière le brouillard...

Message par : Neala MacLochlainn, Lun 15 Avr 2013 - 21:27


Le coup dans le ventre lui avait coupé le souffle et elle avait du mal à reprendre sa respiration. Elle se recroquevilla un peu plus tandis qu'il la lâchait complètement pour pouvoir baisser son pantalon. Elle n'osa essayer de s'échapper de peur d'être de nouveau frappée et ferma les yeux pour ne pas voir l'horreur qui s'offrait à elle. Les pas qui semblaient auparavant éloignés s'étaient rapprochés et, si son agresseur ne paraissait pas les entendre, la jeune femme se raccrochait à ces sons pour ne pas devenir folle.

Une voix retentit dans le dos de la brute et celle-ci n'eut le temps que d'afficher un air complètement stupide avant de se retrouver ligoté et à terre.

« #Incarcerem. Eh bien, jouons mon ami… Tu veux cette femme, mais elle ne te désire pas en retour. Quel cruel choix que de la violer ici et maintenant. #Expelliarmus . Voyons voir si… Oui, voyons voir si tu sais endurer ce genre de douleur toi aussi. Si tu es capable de ne pas hurler a la mort lorsque tu sentiras ton corps atteindre ses limites.»

Prudemment, la brunette ouvrit un œil, puis l'autre. Un jeune homme blond s'approchait d'eux, le regard dur et un sourire mauvais sur les lèvres. Malgré son soulagement, elle ne put retenir un frisson. Il faisait peur. Elle se redressa lentement, et une fois en position assise, se sécha les joues avec ses manches. Baissant les yeux sur ses vêtements, elle fut assez contente de voir que ceux-ci n'étaient pas trop abîmés. Il n'avait pas vraiment eu le temps de les déchirer.

« Comment allez-vous ? Je suis navré d’arriver si tard… Si j’avais su… »

L'Irlandaise leva la tête et l'opale rencontra l'azur. Le regard de son sauveur, bien que toujours un peu dur, lui paraissait triste. Lui était-il arrivé quelque chose ? Elle essaya de le détailler de la tête au pied, le plus discrètement possible. Ses vêtements étaient assez originaux pour un sorcier mais lui allaient bien. Elle se saisit de la main qu'il lui tendait et se leva, sans accorder une once d'attention à l'homme gisant à terre. Elle savait que le nouveau venu marchait sur son "truc" mais elle ne voulait ni regarder ni s'apitoyer sur son sort.

- Je... Je vais bien merci. Une fois debout, elle resserra les pans de sa cape autour d'elle et ne put réprimer un frisson. Ce n'est pas de votre faute, ne vous en faites pas... Merci beaucoup, je ne sais pas ce qu'il serait arrivé si vous n'étiez pas intervenu...

Enfin si, elle le savait et même très bien, mais elle essayait de l'occulter. Si elle y pensait, elle savait qu'elle allait craquer et se mettre à pleurer. Or, il en était hors de question, surtout face à celui qui l'avait secourue. Elle voulait apparaître forte, au moins un petit peu. Puis elle se souvint pourquoi elle avait du venir dans l'Allée et fouilla dans ses poches à la recherche du petit flacon qu'elle avait acheté. C'est avec soulagement qu'elle constata qu'il était encore entier. Et la prochaine fois, ce serait Angel ou Oswin qui irait en chercher. Hors de question qu'elle remette les pieds ici avant un bon bout de temps.

Elle se retourna vers le jeune homme qui écrasait toujours son assaillant. Elle le fixa du regard quelques instants, sans trop savoir pourquoi, avant de lui adresser un petit sourire timide.

- Je suis Neala, Neala MacLochlainn. J'étais chez Poufsouffle à Poudlard mais j'ai quitté le Château à la fin de l'année dernière... Quel est votre nom ? Elle tenta de faire un pas en avant mais sa jambe se déroba sous elle et elle du se rattraper au bras du jeune homme. Aïe ! Je crois que je me suis foulé une cheville pendant que je courais...

Cela devait très certainement être le cas, avec tous les brusques changements de direction qu'elle avait fait pour s'échapper. Et si elle ne s'en était pas rendu compte, c'était sûrement à cause de l'adrénaline et de la panique qui lui couraient dans les veines. Mais à présent qu'elles étaient retombées, la douleur commençait à apparaître et son seul espoir était que cela ne soit pas trop grave, ou sinon elle ne pourrait pas aller travailler.
Revenir en haut Aller en bas
Laudius Taillord
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Laudius Taillord, Lun 15 Avr 2013 - 22:47


« Je... Je vais bien merci Ce n'est pas de votre faute, ne vous en faites pas... Merci beaucoup, je ne sais pas ce qu'il serait arrivé si vous n'étiez pas intervenu...[/b] »

Ce fut les premiers mots que j’entendis de sa bouche, elle ne semblait pas tout à fait rassurée. Je pouvais le comprendre. Après tout j’étais en train de lui écraser les parties. Je cessais de les lui briser après un certain moment. Je posais mon regard sur elle, elle était plus petite que moi. Mais elle avait quelque chose, une fragilité… Touchante, j’avais envie de l’emmener loin et là. Pouvoir la poser à l’abri et faire connaissance.
Elle m’offrit un petit sourire, qui me fit rougir sans trop que je comprenne. Cela faisait tellement longtemps que personne n’avait été gentil avec moi. Je ne savais pas du tout comment réagir.

« [b] Je suis Neala, Neala MacLochlainn. J'étais chez Poufsouffle à Poudlard mais j'ai quitté le Château à la fin de l'année dernière... Quel est votre nom ? Aïe ! Je crois que je me suis foulé une cheville pendant que je courais...
»

Elle avait tenté de se relever avant de tomber, et de se rattraper à mon bras. Je me penchais et la soulevais tranquillement, comme je l’aurais fait d’un enfant. Je commençais à m’en aller, quittant les lieux sinistres, qui n’apporteraient rien de bon. Je jetais un dernier regard à l’homme, un regard plein d’avertissement. Qu’il recommence, et il mourrait. Mais pour l’heure, une discussion bien plus simple s’engageait.

« Je me nomme Laudius Taillord . Je pense que nous ferions bien de nous éloigner d’ici avant d’évoquer un lieu aussi prestigieux que cet institue. Je suis moi-même membre des verts et émeraude. »

Oui j’étais un Serpentard malgré les apparences. Peu de Serpy étaient aimable, certes. Mais je ne me considérais pas comme l’un des meilleurs ni un des pires.

Je nous ramenais dans la rue principale, de nouveau au milieu des moldus. Je ne jetais pas un seul regard aux passants, la foule nous rendrait anonyme. Je m’en allais en suivant le mouvement, sans faire attention à la direction.

« Avez-vous une direction à prendre ? Un lieu sûre où retourner ? »
Revenir en haut Aller en bas
Neala MacLochlainn
avatar
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Animagus : Manx rumpy



Re: Derrière le brouillard...

Message par : Neala MacLochlainn, Mar 16 Avr 2013 - 17:40


Quand elle trébucha, le jeune homme la souleva et se mit à la porter avant de commencer à marcher. La jeune femme rougit furieusement et cacha son visage contre son épaule. N'était-elle pas trop lourde ? Le nez dans son écharpe, elle respira discrètement l'odeur qui s'en dégageait. Elle aimait son parfum.

« Je me nomme Laudius Taillord. Je pense que nous ferions bien de nous éloigner d’ici avant d’évoquer un lieu aussi prestigieux que cet institut. Je suis moi-même membre des verts et émeraude. »

La jeune femme ne put retenir un petit rire. Avait-il fait attention à ce qu'il avait dit ? Elle se redressa légèrement pour pouvoir le regarder, les joues toujours un peu rosées mais le regard brillant et un sourire taquin sur les lèvres. C'était la première fois qu'elle entendait quelqu'un faire une erreur de ce genre.

- Des verts et émeraude, vraiment ? Ne serait-ce pas plutôt des Argent et Emeraude ? Ou bien des Verts et Argents ?

Après avoir rit de nouveau, sans aucune malice, elle se recala dans sa position initiale et en profita pour poser sa tête contre son torse, laissant échapper un petit soupir d'aise. Elle avait de plus en plus mal à la cheville mais se sentait aussi de plus en plus fatiguée. Toutes ces frayeurs... L'Irlandaise somnola quelques instants, se laissant bercer par les pas de Laudius et les battements paisibles de son coeur. Elle lui devait la vie à présent, et ferait tout ce qu'il était en son pouvoir pour lui rendre la pareille. Peu importe ce qu'il faudrait faire, elle le ferait.

Elle sortit de son état second lorsqu'ils arrivèrent dans le Londres moldu. Elle ne savait pas trop comment ils y étaient arrivés mais ils allaient devoir retourner à un moment ou à un autre sur le Chemin de Traverse. Et pour cela, ils devraient passer par le Chaudron Baveur, ce qui arrangeait la jeune femme puisque ainsi elle pourrait déposer ce qu'elle avait acheté.

« Avez-vous une direction à prendre ? Un lieu sûr où retourner ? »

- Eh bien, j'aurais quelque chose à déposer au Chaudron Baveur... Et sinon, il y a mon appartement, sur le Chemin de Traverse... Elle leva un peu la tête et le regarda. Ca vous dit de venir boire quelque chose chez moi ? Un thé ou un café ? Je ne pense pas que cela devrait déranger mon colocataire... Elle sourit. On fait ça comme ça ?


Suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Hugh Dey, Jeu 9 Mai 2013 - 18:56


[RP avec Lydia Czainska]

L’Allée des Embrumes. C’était crade. Ca puait. C’était comme moi en fait. Ca sentait la pisse aussi. Mais ça c’était pas ma faute. C’était le costume de poussin l’autre fois. Je l’avais pas lavé assez vite. Et du coup il avait un peu imprégné… Déjà je savais même pas qu’on pouvait laver un costume de poussin. En le faisant c’était devenu un costume de poussinet quoi. Du coup il avait infesté ma piaule mais en plus je pouvais plus le mettre. C’était la Mer**…

L’allée des Embrumes c’était embrumé aussi… Un peu comme dans ma tête souvent. Y avait un gros brouillard là. Super épais. Je me demandais si c’était pas la fumée d’un mec qu’on faisait cramer pas loin. Parce qu’en plus ça sentait un peu les poils de cul grillés. Mer** ! Ah non ça va. J’ai eu peur. J’ai cru que j’avais le feu au cul mais que je sentais pas. Non mais c’est pas grave. Quelqu’un devait bien faire un barbecue dans le coin. Mon futur voisin peut-être.

Ah oui parce que c’est qu’il fallait dire ! J’étais venu pour regarder les piaules par ici. C’était le moins cher de tout l’immobilier ! En même temps quand on voit comment ça pue je me dis que c’est normal. Mais je m’en tape moi. Enfin le truc c’est qu’avec le brouillard, je voyais pas bien les baraques à vendre. Pas un truc cossu hein ! T’façon avec ce que je faisais avec mes appartements à Poudlard on pouvait bien imaginer que ça resterait pas propre longtemps. Alors autant prendre à l’endroit où c’était moins cher. Je perdrai moins de sous comme ça.

Mais t’façon c’était trop blanc devant. J’avais l’impression de même pas bien voir ma clope qui rougissait au bout. Faut dire, c’était pas facile à voir. Fallait que je louche. Pis ça me faisait mal aux yeux de loucher. Alors je le faisais pas pis que je voyais pas. En plus elle était bientôt finie. Je la sortais de ma bouche pis je la regardais un peu. Soit elle se consumait vachement vite, soit j’en avais besoin d’une deuxième… Ouais bah… J’en prenais une deuxième

Hop ! Et là en plus ça marchait mieux ! La clope était plus grande alors je voyais le bout. Je marchais un peu, je m’engouffrais un petit chemin. Je savais vraiment pas où j’allais. En fait j’espérais que le brouillard allait se lever parce que je me voyais bien perdu là. Hop, je frôlais un mur tout poisseux. Du coup je m’inquiétais, je fumais encore plus et j’avais encore presque plus rien. Tain mais c’est pas possible ça… Je la pris dans ma main, fis un grand geste du bras pour la balancer et SBAF. Mer**. J’ai touché un truc. C’était pas un mur. J’avais pas mal moi. Ah Purée c’était quelqu’un !

« Qu’est-ce ‘ tu fous là ? T’vois pas que j’veux balancer ma clope ? »
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Czainska
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou
Legilimens




Re: Derrière le brouillard...

Message par : Lydia Czainska, Ven 10 Mai 2013 - 18:09


Cela faisait maintenant une paire de minutes que Lydia déambulait sur l'Allée des Embrumes. C'était impressionnant de voir à quel point mère nature pouvait s'acharner sur ce petit coin de Londres. Le brouillard était si présent qu'on n'y voyait pas plus clair que dans la pensine de Dumby. Néanmoins cet endroit était l'un de ceux qui avaient le plus manqué à la lycan. Peu surprenant lorsqu'on sait qu'elle avait passé de nombreuses années à travailler dans ses ténèbres, et la boutique d’accessoires de magie noire demeurait dans ses souvenirs comme une seconde maison, un endroit auquel elle était particulièrement attachée. La mort de Will en était l'une principales raisons mais son gout de l'interdit et son attrait pour la magie n'y était pas non plus pour rien.

Le café fumait encore dans son gobelet de kraft quand la lycan eut la désagréable impression que la subtile odeur de pisse qui parfumait l'allée devenait de plus en plus... incommodante. Remontant sa manche contre son visage pour filtrer l'air vicié, elle fit un tour sur elle même pour identifier l'origine de cette nuisance. Mais à peine eut-elle fait demi tour qu'un bras tombé de nulle part la bouscula de telle sorte qu'avant qu'elle n'ait compris la moitié de ce qui se passait, la sorcière avait renversé la quasi totalité de son gobelet sur sa cape.

"Qu’est-ce ‘ tu fous là ? T’vois pas que j’veux balancer ma clope ? "

Le regard lancant des menaces de mort, Lydia se retourna vers le fumeur.

"Qu'est ce que je fous là?! Bon sang d'bourbe mais regarde un peu !"

Fulminant de rage, elle fit de grands gestes en désignant l’intégralité de sa cape où l'on distinguait le café chaud qui s'infiltrait dans le tissu. Rancunière et agacée d'avoir gâché un expresso à cause d'un gus à priori complètement étrangé aux mots "désolé", "Je suis navré" ou "veuillez m'excuser", la sorcière lui jeta le reste du café au visage avant d’écraser le gobelet vide d'une main rageuse et de l'utiliser comme projectile. La lycan sorti ensuite sa baguette et informula sortilège afin de faire disparaître les taches du divin elixir de sa cape.

"Je sais pas si t'es con ou si t'es myope mais refait ça encore une fois et c'est la dernière chose que tu feras."

Et oui elle montrait les crocs la polack, mais elle savait bien que si il y avait bien un endroit où il fallait s'affirmer c'etait bien sur l'allée des embrumes. En effet être une lavette dans se repere de truants c'était un peu comme être un né-moldu à Hollow Bastion.
Revenir en haut Aller en bas
Hugh Dey
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Métamorphomage
Permis de transplanage
Manumagie (niveau 2)


Re: Derrière le brouillard...

Message par : Hugh Dey, Sam 11 Mai 2013 - 22:17


"Qu'est ce que je fous là?! Bon sang d'bourbe mais regarde un peu !"

Regarder quoi ? Ouais y avait une cape ouais. Une cape un peu tâchée… Bordel, elle s’était fait chier dessus par un pigeon qu’avait la chiasse ou quoi ? C’était tout liquide et tout marron. Franchement pas beau à voir. Moi je grimaçais. Pis je me reculais un peu. Un peu plus et j’écrasais ma main dans de la fiente de pigeon c’était quand même pas très classe. Mais du coup ch’ais pas, je l’avais poussée et j’avais toujours ma clope dans ma main. Peut-être que ça pourrait l’éteindre…

Enfin ça aurait pu l’éteindre si elle m’avait pas jeté un truc en pleine tronche. Allez vlan ! Purée c’était chaud ça ! Pis ça coulait dans les yeux !

« AAAAAAH ! Ca piiiiiiique les yeuuuuuux ! »

C’était pas du shampooing Dop c’est clair ! La clope entre les doigts, je me frottais les yeux avec les paumes et je clignais plusieurs fois. En plus du coup ça piquait aussi carrément ma tronche là où j’en avais eu. Je passais vite mes mains sur ma gue*le pour enlever le truc tout collant.

"Je sais pas si t'es con ou si t'es myope mais refait ça encore une fois et c'est la dernière chose que tu feras."

Ouais bah c’est bon ! Vas-y connasse t’as failli me rendre aveugle et tu me menaces ! Pis c’est quoi mi-hope en plus ? Hope… Hop je connaissais… j’avais appris à l’école. C’était l’espoir. Alors mi-hope c’est… La moitié de l’espoir ? Elle sait pas si je suis con ou si j’espère à moitié ? Purée mais ça veut rien die ta phrase ! Tu veux que j’espère quoi !? Je t’avais pas vu, j’espérais pas t’écraser ma clope sur la gueule ! Ouais bon par contre maintenant je le ferai bien tiens ! Je lui jetais un regard mauvais genre méchant tu vois. Fin je lui jetais pas vraiment. C’était façon de parler. Parce que c’était dur de jeter ses yeux. Pis avec elle j’étais pas bien sûr de les récupérer. Déjà que je voyais plus très bien là parce qu’elle m’avait collé un truc dedans…

Je balançais un peu le menton en avant l’air de dire « qu’est-ce t’as toi ? ». Ca voulait être méchant hein. Mais comme j’avais encore des gouttes qui coulaient, ça balançait surtout une goutte sur elle. Et je crois que du coup ça faisait débile. Mais je voulais pas passer pour un débile moi. Alors je lui chopais sa cape. A l’endroit où le pigeon il avait chié. D’ailleurs c’était juste mouillé mais je pensais en avoir plus sur les doigts. C’est que c’était sacrément liquide quoi… Pis avec mon autre main, j’approchais ma clope du bout de son nez. Je voulais lui écraser dessus. Elle aurait une marque. Ce serait cool. Mais en fait en regardant elle était pas si mal. Alors du coup je faisais rien. Je retirais ma main. Mais je la repoussais loin. Dans le brouillard. Pis j’avançais d’un pas. Purée c’était quoi par terre ? Un clebs ? Un petit clebs malade et boiteux. Ahaha ! C’était pas Oswin là… Oswin il avait plus la classe. Je le prenais dans mes bras pis je le tendais brusquement contre sa tronche pour qu’il grogne sur elle.

« Parl’un peu à t’n espèce t’veux bien hein ? »

Et sans attendre, juste pour me venger, je lui balançais le chien sur elle, et la clope avec pendant qu’on y était. Qu’elle pas chi*r.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Derrière le brouillard...

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 5 sur 13

 Derrière le brouillard...

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.