AccueilPortailPublications internesRechercherS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc
Page 18 sur 18
A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18
Invité
Invité

A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Invité, le  Dim 18 Mar - 17:59

La fillette se fit admirative face à l’utilisation de la magie, confirmant à la brune qu’elle devait être une première année, et sans doute issue d’un environnement non-magique. Les prunelles grises scrutèrent celles remplies d’étoiles s’excitation. Après des années, on était parfois encore frappé par la magie de la magie. C’était comme les étendues sablonneuses du Sahara, les luxuriantes forêts d’Amérique du Sud ou les infinités cristallines de l’océan, on s’y habituait et d’un coup, leur majesté nous frappait à nouveau.

Les deux gouttes d’eau dans l’étendue du parc se regardaient. Œillade attendrie contre examen inquisiteur. La tornade de questions fit chanceler la japonaise qui reprit contenance d’un petit rire. L’esprit avançait à toute allure, un prénom jeté dans le vent froid. Les yeux se posèrent sur le végétal à l’apparence inoffensive. Amas de mystères ne demandant qu’à être élucidés. La voix s’éleva vers le ciel, accompagnée d’un nuage immaculé.

- Je m’appelle Aoi, enchantée Robin. Courbette habituelle. La mission du Saule Cogneur est de protéger l’entrée d’un tunnel qui mène à la Cabane Hurlante de Pré-au-Lard. Pointement du terrier. Je crois qu’il a été condamné il y a bien longtemps. Mais l’arbre ne le sait pas. Petit regard en coin. Il attaque tout ce qui est d’une certaine taille, je ne saurais pas te dire exactement laquelle mais les oiseaux y compris, qui passe à sa portée, vivant ou non. Petite pause respiratoire. Pour l’empêcher de frapper, on peut lui lancer un Immobilus, je ne crois pas qu’il y ait d’autre moyen aussi sûr. Interruption pensive. Je ne crois pas que son bois puisse être utilisé pour les baguettes, sinon il en existerait depuis belle lurette. Il se reproduit sans doute comme les autres arbres, mais Miss Lynch doit veiller lors de sa période de pollinisation pour éviter de se retrouver avec des petits buissons bagarreurs partout. Gloussement à l’idée. Il en existe évidemment d’autres exemplaires, bien que je n’en ai jamais vu, et je ne sais pas, mais je t’interdis d’essayer de lui couper quoi que ce soit, c’est sûrement toi qui finirait avec un bras en moins.

Air mi-sévère, mi-amusé. Incitation à d’autres questionnements.

RP aandonné, sujet libre
Ulysse Daiklan
Ulysse Daiklan
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Panthère de Chine


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Ulysse Daiklan, le  Mer 20 Juin - 19:17

RP unique pour l'Ordre du Phénix
Suite ici

Fermer les yeux. Inspirer. Souffler.

Je n’ai jamais aimé fumer. Sentir cette vapeur qui passe par votre bouche et emplie vos poumons avant d’être relâché comme si le mal qu’elle avait fait à votre corps n’avait jamais existé. Mais là, en ce moments, j’en avais envie.

Je suis Ulysse Daiklan. Préfet de Gryffondor, supposé défendre le règlement vis-à-vis des membres de ma maison, ainsi que des autres. Rouge. Vert. Bleu. Jaune. Ce soir, je ne faisais que fermer les yeux. C’est ma fonction éphémère.

Faire des rondes le soir, cette fonction possède ses avantages. Comme celui que j’utilise en ce moment, sachant pertinemment que personne ne viendrait me dire quoi que ce soit. Daiklan ! C’est vous qui avez fait ça ? Non Mister-Dame. Je viens de le voir, je regardais dans le couloir si la personne fautive était toujours là.

Banal.

Fatiguant.

Mais je n’en suis pas encore à mentir. Je lève ma baguette, sur l’affiche animée que je viens de coller au mur. Aranea Telam derrière pour coller et un  Atshum Draconis léger autour pour protéger. Bonne chance à celui qui se risquera à l’enlever. Doigt collés ou mur en flammes ? A voir.

Regard à droite. Regard à gauche. Insigne au buste, je repars. Inspirer.

Fermer les yeux.


Hors-RP:
 
Lizzie Bennet
Lizzie Bennet
Poufsouffle
Poufsouffle
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Lizzie Bennet, le  Mer 20 Juin - 23:29

Post unique en réaction à l'affiche (2/3)

L’avantage du poste de professeure de vol, c’est que je fais beaucoup beaucoup d’allers-retours entre l’intérieur et l’extérieur. Genre surtout la partie bouffe-parc, ça, je maîtrise à fond. J’avais donc fait un petit repérage des affiches à corriger, avec les consignes de mon cher 67. La prochaine étape se situait près du saule cogneur, où les âmes les plus farouches aimaient parfois réviser. Et lorsque je dis farouches, vous imaginez peut-être un Gryffondor ou deux ? Que nenni. Pour moi, les vrais farouches sont les Serdaigle. Eux sont des bêtes sauvages, qui se cachent dans leur bouquin pour s’effacer de la civilisation, et en ressortent avec des connaissances à vous faire dresser les cheveux sur la tête. Je sais pas pourquoi on se méfie pas plus de leurs capacités.

Qu’importe. Pour la deuxième partie de ma progression, donc, j’affichais cette fois-ci le visage et l’uniforme d’un Serdaigle un peu plus jeune. Métisse, de surcroît. Il était plutôt rigolo, à me demander si je connaissais Keith. Comme si j’allais retenir les noms des gens, non, les surnoms faut bien que ça serve à quelque chose. Moi j’suis comme les séniles qui s’appellent mon amour et mon coeur entre époux juste parce qu’ils savent plus le prénom de l’autre. Ça, c’est mon genre de bail, vraiment. Donc non, je ne connaissais pas de Keith Aiken, par contre lui il allait faire un tour au placard le temps que je mène ma mission à bien.

Une nouvelle fois, je reconnaissais des substances peu appétissantes qui entouraient l’affiche, comme des gardiennes silencieuses. Je me demandais si elles étaient une sorte de signature, s’il était possible de remonter jusqu’à la personne les ayant fixées. J’eus notamment l’idée de lancer un Arcanum Videre, mais il ne me révéla pas grand chose. Une belle puissance magique, mais une certaine candeur dans le creux de la baguette. Qui sait. Qu’importe. Là n’était pas ma fonction. Répétant les manoeuvres que l’on m’avait communiqué, je corrigeais l’affiche, et laissais les sortilèges en friche.

A présent, il ne me restait qu'une destination.
A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 LdxAj
Marjorie Lunas
Marjorie Lunas
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Marjorie Lunas, le  Mar 3 Juil - 2:16



Need help

PV avec Cara De Lanxorre

- Allez vient là, passe tes pattes dans le harnais !


Nouveau règlement au château, faut pas que les animaux se baladent seul, et si Amon n'est pas dans son harnais, sûr et certain qu'il va s'échapper. C'est l'heure de la promenade habituelle, celle où je l'emmène se dégourdir les pattes dans le parc du château, parce que pauvre bête, il a beau pouvoir se balader librement dans le dortoir, rien de mieux que de faire aller ses petites pattes sur la terre molle et courir après les insectes volants. Mais aujourd'hui mister semble décidé à me donner du fil à retordre. J'essaie par tout les moyens de lui enfiler son harnais, mais il ne semble pas de cet avis, pour changer… Il me fait le coup à chaque fois, à courir partout. Je le comprends, je supporterais pas qu'on m'attache, je me dis que c'est une liberté gâchée, je préfèrerai le laisser gambader mais je peux pas.

Je galère un bon petit moment, têtue la bête, presque autant que sa maîtresse, mais ça je vais pas le crier sur tous les toits. Alors quand j'arrive enfin à lui enfiler l'accessoire, je l'attache vite fait, parce que flemme. Moi aussi j'ai besoin de me détendre en marchant dans le parc, et batailler 20 minutes pour ce sacré furet, c'est pas vraiment mon délire.

Cordelette à la main, j'avance tranquillement dans les couloirs du château pour arriver au parc, tirant parfois un peu dessus pour l'empêcher de grimper sur un tableau et le déchirer avec ses petites griffes. Arrivée sur la pelouse verte je m'éloigne encore un peu plus de l'entrée, l'heure de la délivrance a sonné, je peux enfin le lâcher, il risque pas de faire trop de bêtises par ici, suffit de garder un œil sur lui hein. Je me baisse vers lui, pose un genou à terre et je n'ai pas besoin de l'appeler pour qu'il se précipite près de ma jambe, il sait très bien ce qui l'attend, il sait très bien qu'il va pour courir aussi loin qu'il le souhaite. Simple pression sur le mousqueton et le voilà parti, tournant en rond, pour chasser ensuite un papillon, laisser tomber, revenir vers moi, repartir, courir, sauter, glisser, prendre cette fois-ci en chasse une abeille, mais ne pas abandonner cette fois ci. Et je le vois s'éloigner un peu plus, trop même, toujours obnubilé par cette foutu abeille.

-Eh ! Revient ici !


Ca aurait été trop beau qu'il m'écoute, alors je me retrouve à le poursuivre. L'abeille vole. Amon lui court après. Je cours après Amon. Joli spectacle. L'avantage c'est qu'avec lui j'ai une activité sportive régulière. Course à pied. Mais pas la boxe. Ca c'est réservé à ce foutu saule cogneur sur lequel Amon est en train de foncer tranquillement, sans se rendre compte du danger.

- Pas par là ! Revient ici tout de suite !


Mais là encore, il s'en fiche pas mal, et je sens que ça va mal finir. Parce que l'arbre ne supporte pas d'être dérangé, et je suis juste en dessous, courant toujours après Amon et sa copine abeille. Premières branches qui s'écrasent au sol près de nous, le furet semble enfin reconnecter avec la réalité et s'arrête net, surpris par le choc. J'en profite pour l'arrêter maintenant le but du jeu, c'est de pas se faire assommer.
Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Cara De Lanxorre, le  Dim 29 Juil - 12:20


    Le journal se replie en deux dans un bruissement sec, Gazette du sorcier froissée. Si les doigts agrippant les bords du papier étaient les seuls indices quant à la personne se cachant derrière, le mouvement brusque laisse désormais apparaître une de Lanxorre des plus songeuses. Le journal jeté devant elle, entre son café et son assiette de tartines beurrées, elle scrute la Grande Salle depuis sa place privilégiée – table des professeurs, observatoire de choix. Les mains entrelacées sous son menton, le regard passe d’une table à l’autre, sourcils froncés. Silencieuse évaluation.

    La raison de cet étrange comportement se trouve dans les lignes encrées encore visibles depuis le journal mal replié. Une colonne de mots tassés, surmontée d’une petite image animée. Sur la photo, une femme inconnue pour Cara, sourire fier et médaille accrochée à la poitrine. Aussitôt qu’elle avait appris l’existence de ces médailles, la professeure d’Enchantements en avait voulu une. Le seul problème, c’est qu’il fallait la mériter. Quelle désagréable habitude dans cette société méritocratique, pour ceux dont le rang avait toujours été un passe-droit suffisant. Les yeux  qui sautaient d’une ligne à l’autre s’étaient arrêtés de bouger quand elle avait butté sur le mot, et le regard fixe, elle avait cherché quoi, dans sa vie, pourrait lui valoir une médaille. Et la réponse était : rien. Si elle était parvenue à se faire une place au Château à force d’intrigue et d’une habile utilisation de ses origines vélanes, il ne lui semblait pas que ce talent rentre véritablement dans la catégorie « comportement extraordinaire ». Et concernant les « Services rendus à l’École Poudlard »... Les élèves qui avaient failli mourir noyés à son dernier cours auraient sans doute quelques objections.

    Si bien qu’il ne lui restait qu’à fabriquer les conditions idéales pour obtenir ladite médaille. Hélas, puisque personne dans la salle ne semblait sur le point de s’étouffer avec son jus de citrouille, les possibilités semblaient limitées. Agacée, Cara se lève, lèvres pincées, et quitte la Grande Salle sans un regard pour les élèves redevenus simple marmots sans intérêt.
    Mais où aller, désormais ? Dans hall d’entrée désert, la professeure hésite à monter le grand escalier en face d’elle. Pourtant, il est encore tôt, et les couloirs ne devaient pas se remplir avant quelques heures. Alors, elle tourne les talons et passe la majestueuse porte qui marque la frontière entre le Château et son parc.

    Ses pas la portent près du lac, propice à la baignade et donc à la noyade – elle en sait quelque chose. Mais elle est bien obligée de se rendre à l’évidence une fois plantée devant l’étendue d’eau calme : rien, ici, ne lui vaudrait un ordre de Merlin. Soupir exaspéré devant la platitude de la vie Poudlardienne.
    Eclat de voix, lointain, teinté de panique, et Cara qui se retourne, cherche l’origine du bruit. A plusieurs dizaines de mètres, elle aperçoit une silhouette blonde floutée de brume. Et l’ombre du Saule Cogneur. Sourire satisfait sur le visage, la voilà qui se dirige sans se presser vers le futur drame.
    Au fur et à mesure qu’elle s’approche, la scène se précise. L’animal qui fend l’herbe plus haute que lui, forme brune et sautillante, visible par intermittence. Et se ruant derrière lui, une jeune fille que Cara, en plissant les yeux, devine être la préfète Poufsouffle.

    C’est peut-être la seule fois que Cara, dépourvue de tout talent divinatoire, voit avec tant de précision le futur de la scène. Car c’est évident, que cette course va se solder par une gifle noueuse, écorce contre la peau. Est-ce que, pour autant, la professeure ouvre la bouche pour avertir son élève ? Réfléchissez : drame évité, rêve de médaille évaporé. Alors, les mains sur les hanches, avide spectatrice, de Lanxorre attend. Que la situation s’empire, pour enfin intervenir.
Marjorie Lunas
Marjorie Lunas
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Marjorie Lunas, le  Jeu 16 Aoû - 5:28

Petite boule de poils que je serre de mes doigts. Je la sens s'affoler, cherchant à fuir à tout pris. Mais le saule cogneur écrase son écorce ça et là, faisant trembler la terre sous mes pieds, vibration inquiétante qui fait chaque fois accélérer les battements de mon coeur. Alors je veux pas le lâcher, je veux le garder là, contre moi. Nul doute que son instinct animal lui ferait regagner une zone sécurisée sans trop de problème. C'est qu'il était agile Amon, il fallait le voir, chasser les insectes, changeant brusquement de direction selon celle prise par les volatils. Il fallait le voir courir après cette abeille qui nous avait menée ici. Mais j'ai trop peur pour le laisser s'en aller.

Mains occupées par le petit être, impossible pour moi d'attraper ma baguette. C'est à l'ancienne que je dois me sortir de cette situation. Sans magie. Face à un arbre enchanté, pas vraiment heureux d'avoir été réveillé. Il m'en veut on dirait. Beaucoup. Et l'agitation des branches redouble. L'une d'elle se faufile derrière moi et d'un mouvement ample vient me frapper l'arrière des genoux. Balayette si joliment effectuée, et mes mains toujours autour de mon furet, que je perds mon équilibre et tombe à la renverse, sans rien pour amortir le choc. J'avais pas pris le temps de me changer, et j'aurais peut-être dû. Car un jean aurait amoindri la morsure du bois sous ma peau, la jupe de l'uniforme, elle, laisse couler quelques gouttes de sang. Yeux levés vers le ciel, ce n'est pas son bleu qui me fait écarquiller les yeux, mais le poing d'écorce qui le fend, prenant son élan pour s'abattre sur moi. Mon premier réflexe est de lâcher Amon qui s'enfuit à toutes pattes en direction de la zone sécurisée, loin du saule maudit. Moi, je roule de l'autre côté, me rapprochant un peu plus du tronc, m'éloignant un peu plus de la sortie de ce piège vivant. Là, à la source même de ce qui veut m'éliminer, je me sens un peu plus en sureté. Drole de paradoxe, de se dire que je ne me brule pas contre la flamme. Et pourtant, l'arbre n'est pas fou, il n'osera pas abattre ses moignons si près de ses racines latérales, il a beau faire trembler la terre, il ne m'aura pas ainsi. Alors je hurle à plein poumon.

Pas ainsi. Car son houppier s'agite tout autant, si ce n'est plus. Et les rameaux du saule ne feront pas bien mal au tronc. A moi, si. Je sens le fût bouger dans mon dos, se déployant, facilitant le mouvement des branches fines, leur permettant d'acquérir une ampleur supplémentaire. Et la première raclée ne tarde pas, branche fouettant de ses multiples rameaux mon corps. Je ferme les yeux, bras placés comme une protection. Mais l'humain ne gagne pas face à la nature. Jamais. Et je n'échappe pas à la règle. L'écorce me lèche les bras et le visage, caresse perfide qui laisse sa trace. Egratignures qui me font grimacer, mais parfois aussi, une entaille, de ce rameau pas du tout lisse qui a accroché un peu plus fortement ma peau. Après le premier passage des doigts diaboliques de l'arbre, mon premier réflexe est de porter ma main à ma joue qui a, semble-t-il, était victime d'une des griffes de l'arbre enchanté. Je dois dégager de là, et vite. Alors je veux m'élancer vers la sortie, mais je suis coupée dans mon élan par un des moignons qui veut saisir l'occasion de m'assommer.

Je ne comprends pas cet arbre, qui refuse qu'on l'approche, et une fois là, qui refuse que l'on reparte. Alors je retrouve mon presque refuge, c'est que je préfère encore subir les griffures de la ramure que de finir écrasée. Alors qu'une 2ème branche arrive dans ma direction, je crois discerner une silhouette. On se dit que c'est pas vraiment le genre de détail auquel on devrait faire attention, mais dans ma situation, si. Parce que cette silhouette entre-aperçue, c'est l'espoir qu'on vienne m'aider, lancer un sort sur cet arbre de malheur, qui abat d'ailleurs ses doigts sur moi pour une 2ème gifle. Et cette fois-ci ce sont mes jambes qui sont visées par la griffure, créant de nouvelles coupures sur ma peau fine. Nouvelle grimace pour mes jambes lacérées. Ca fait mal, mais je m'en occuperai après.

Une fois la branche passée, je cherche à nouveau la silhouette. Elle est toujours là, au loin, mains sur les hanches. Admire-t-elle le paysage, ou attend-elle que je finisse en lambeau ? Peut-être qu'elle me test, se demandant par quel sortilège je vais me sortir de se pétrin. Mais la réponse c'est : aucun. Car nulle envie de sortir ma baguette ici. Parce que je me connais, j'aurais jamais le temps de lancer mon sort, au vu du rythme du végétal dans sa danse endiablée. Et puis un manque de puissance aussi, pour stopper un arbre aussi imposant, sans parler du risque de casser ma baguette. Non vraiment, la magie, mes pouvoirs, ne me seront d'aucune aide. Soit je trouve le moment opportun pour m'enfuir, soit cette personne vient m'aider, et au vu de la situation, cette option me parait être la meilleure.

- A L'AAAAAIDE !


Cara De Lanxorre
Cara De Lanxorre
Serpentard
Serpentard
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Cara De Lanxorre, le  Sam 22 Sep - 15:33


    Les yeux se plissent et la bouche se tord en un « ouch » muet quand la première branche s’abat sur la silhouette lointaine. Elle le ressent presque, le bois qui embrasse la peau dans une étreinte qui écorche. Et il y a ce sentiment étrange, comme un glissement. Glisser vers l’accident, sans rien faire pour l’éviter, passivité. Attendre le point de non-retour, celui où il sera trop tard pour intervenir. Et être consciente du temps qui s’écoule, où chaque seconde accélère le cœur, plaisante excitation de l’immobilité.

    Et elle se gorge du spectacle, transcendée par les coups répétés. Ses yeux sont incapables de quitter le corps de l’élève qui se débat, se tortille, vainement. C’est donc avec une moue déçue que l’appel à l’aide la sort de son observation haletante, quand le hurlement terrifié, aigu, lui lacère les oreilles.  « Ça va, ça va, j’arrive », qu’elle grogne en s’approchant prudemment de la scène. De là, elle distingue mieux la préfète Jaune, sanguinolente, lacérée. Et sans baguette. Haussement de sourcils – jugement  –, devant cette réaction très poufsouflienne qu’est la tactique de la non-violence, pas très efficace ici. Cara elle, s’est déjà saisie de sa baguette, tirée de sa cape d’un geste sec. Mais elle tourne entre ses doigts, tandis que les lèvres mordillées hésitent sur le sort à prononcer. Et finalement, le bras se tend, la formule est lancée d’un air assuré « Aresto Momentum. Vous avez exactement dix secondes pour vous sortir de là mademoiselle » qu’elle invective Marjorie d’une voix pincée. Parce que la médaille, c’était une chose, mais pas au point de se fatiguer à maintenir le Saule Cogneur immobilisé.  
Marjorie Lunas
Marjorie Lunas
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Marjorie Lunas, le  Lun 12 Nov - 17:15

Mais tellement désolée de ce retard monstrueux...

La lutte se poursuit, entre une fourmi qui n'a rien demandé, et un gosse qui cherche à l'écraser de ses doigts. Je crois que la prochaine fois que je vois un marmot écraser des petites bestioles inoffensives, ce sera au coin sous Lévicorpus jusqu'à ce que je l'envie lui passe. Par petites bestioles j'entends fourmi et coccinelles. Les araignées c'est exceptionnellement autorisées. Et puis au travers des branches maudites, je perçois la silhouette qui s'est rapprochée. Qu'est-ce qu'elle attend pour venir m'aider ? Bon sang que je finisse réduite en bouillie, écrasée par un des moignons. Ou peut-être qu'elle préfère me voir déchiquetée par les griffes de l'arbre. J'en sais rien mais je commence à perdre patience. Non pas parce que je suis une petite fille capricieuse qui veut tout tout de suite, mais plutôt parce que ce je commence à avoir de plus en plus mal, de plus en plus de coupure mais surtout, je commence à être à bout de souffle. Et va arriver un moment ou je ne vais plus pouvoir résister. Je sens déjà mais gestes plus lents, de mes muscles qui s'épuisent rapidement, trop même.

Et puis finalement la voix résonne, et tout se fige. Moi aussi d'ailleurs. Je pourras bouger mais je ne le fais pas. Tant par surprise, que parce que je suis à bout de souffle, respiration saccadée, et les muscles ne veulent plus porter mon corps. Et puis la voix annonce, le chrono est enclenché, 10 secondes restantes. Petit coup d'adrénaline qui me fait me relever en vitesse pour me précipiter loin de l'emprise de l'arbre et près de ma sauveuse. Cara de Lanxorre. Les mains sur les genoux, j'essaie de reprendre mon souffle.

- Merci... Beau... Coup... Miss...
Artemis Lhow
Artemis Lhow
Gryffondor
Gryffondor
Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Artemis Lhow, le  Mer 30 Jan - 23:43

Arbitre, y a faute là !
Castielle Colt et Fanch Guivarch
La correction des copies était un élément que le nouveau professeur de Défense Contre les Forces du Mal n'avait pas pris en compte lorsqu'il avait candidaté pour le poste il y'a de cela quelques mois. Lui qui était convaincu d'en avoir enfin fini avec les montagnes de paperasses et la lourdeur de l'administration ministérielle, c'est aujourd'hui des copies et des relevés de notes qu'il lui faut compléter scrupuleusement pour étoffer les dossiers de chacun des élèves de l'académie. Comme si quiconque allait réellement s'intéresser au contenu de ces parpaings de notes...

Quoi qu'il puisse en penser, Artemis n'échappe pas à la règle, et c'est avec un semi-remorque de copies sous le bras qu'il se dirige vers le parc de l'établissement avec la ferme idée de se trouver un coin d'ombre pour corriger tout cela en paix. Travailler dans un bureau c'est bien, mais à longue faut dire que c'est particulièrement austère ! Malgré l'hiver et les trombes de grêles du weekend, ce mercredi après-midi est plutôt ensoleillé et ce ne sont pas les élèves qui iraient s'en plaindre. La moitié du château semble avoir eu la même idée que le professeur et c'est avec grand peine qu'il se trouve un arbre libre au milieu du brouhaha.

Ignorant tant bien que mal les rires et les cris des élèves, il se plonge, lunettes sur le nez, dans son premier lot de copies...

Version audio :

Castielle Colt
Castielle Colt
Poufsouffle
Poufsouffle
Année à Poudlard : Sixième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Castielle Colt, le  Mar 12 Fév - 20:56

Les croix sur le calendrier avancent beaucoup trop vite. Tout en étant bien trop lentes. Castielle n'est pas du genre à s'embarrasser de ses contradictions internes et toutes les occasions sont bonnes pour pester contre le temps qui passe. Voilà maintenant plusieurs semaines que la jeune fille se fait violence pour se tenir à carreau. La vie d'élève modèle n'est pas faite pour quelqu'un de son caractère mais on peut toujours espérer un miracle ! Son obstination à vouloir mettre les voiles pour l'année prochaine a poussé la sorcière dans le bon sens, la plupart de ses notes ont augmenté de quelques points, suffisamment pour faire bonne figure au moment de déposer son dossier sur le bureau de la directrice.
Enfin on n'y est pas encore.

Pour relâcher la pression, avec toutes ces préoccupations, Castielle en était revenue à la bonne vieille méthode du : cours jusqu'à ne plus sentir tes jambes et ça ira mieux, allez hop ! C'est ce que disaient tout le temps les gradés des camps d'entraînement. D'ailleurs c'était déclinable à l'infini, celle qu'elle aimait le moins étant la version avec les abdos. Il n'y a rien de pire que ça à ses yeux et rien que d'y penser elle secoue la tête.

Une tête aux joues toutes rouges sous l'effort. C'est qu'il est pas petit, le parc ! Alors n'en faire qu'un tour c'est déjà pas mal. Une fois elle s'était mis en tête de longer le lac sans s'arrêter, grossière erreur. Essoufflée mais pas encore au bout de ses ressources, la poufsouffle poursuit son parcours, évitant les groupes d'abrutis qui caquettent comme des poules çà et là. Et blablabla, tu sais pas ce qu'il m'a répondu, et blablabla. Non vraiment, aucun intérêt. La parfaite illustration de la perte de temps.
Changement de direction, pour essayer de s'éloigner de ses congénères. Mais la manœuvre se révèle plus compliquée que prévue et ce simple petit désagrément l'énerve déjà. On peut jamais être tranquille dans ce château, c'est dingue ! Le stress accumulé de ces derniers temps est comme un baril chargé de poudre, aujourd'hui n'est vraiment pas le bon moment pour lui taper sur les nerfs. Le bon sens voudrait qu'elle décide alors de rentrer au château, tourner le dos à la foule, aller prendre une douche,... Mais Castielle n'est pas bien familière avec ce sens-là.

Fañch Guivarch
Fañch Guivarch
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Matière optionnelle : Pas encore disponible

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Fañch Guivarch, le  Dim 3 Mar - 16:53



Fañch Guivarch rp numéro 387 tw :

Journée ensoleillé en cette après-midi dans le château, le géant s’adonnait à une de ses balades qui lui permettait de penser, ou plus exactement de laisser ses multiples personnalités débattre entre elle.


Mais puisque je te dis que la morale c’est une connerie inventée par les hommes pour contrôler les foules.


Mais non, c’est une chose intrinsèque à certaines actions, regarde soigner quelqu’un c’est forcément bien.


Mais qu’est-ce qu’on s’en branle ? Si ça nous apporte rien ça ne sert à rien.


Mais il nous le revaudra peut-être donc ça vaut le coup.


Le coup ? faut lui asséner un coup ? Mais t’es pas logique.


Mais c’est pas ce que je voulais dire, en f…


T’es con ou t’es con ? Il se fou de ta gueule.


Le celte ne regardait pas vraiment où il avançait et ce retrouva nez à nez avec quelqu’un qui ne lui était pas inconnu. En effet il reconnut cette fausse poufsouffle avec qui il avait déjà eu un différent.


Vla l’autre p*te.


Doucement avec les noms d’oiseaux.


Il lui jeta un regard noir. Avant de balancer un phrase sur un ton des plus piquant.


Regarde où tu marche.


Contenu sponsorisé

A l'ombre mouvante du Saule Cogneur - Page 18 Empty
Re: A l'ombre mouvante du Saule Cogneur
Contenu sponsorisé, le  

Page 18 sur 18

 A l'ombre mouvante du Saule Cogneur

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 16, 17, 18

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Le Parc-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.