AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes
Page 1 sur 10
Quêtes et enquètes
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Jeu 5 Juil - 13:21


RP avec Valens Fenwick.
[ Autorisation donnée par Gloire Lecomte ]

C'était une belle fin d'après midi, le soleil était encore présent mais plus pour très longtemps.
Je filais droit, voilà quelques jours que je me préparais à cet instant, ce jour J. Mon estomac était tout retourné, je ne savais pas ce qui allait ce passe, ce qu'on allait découvrir.
Ma longue cape noire claquait derrière moi au rythme du vent. J'allais en découvrir plus sur moi et...
L'allée des Embrumes n'était plus très loin, là bas, j'allais retrouver Valens, et nous allions commencer les recherches. Au tournant qui m'emmènerait vers la sombre allée, je me stoppais. Je ne voulais pas vraiment y entrer seule, même avec la luminosité de l'après midi, dans ces rues, on pourrait croire qu'il faisait constamment nuit. M'adossant contre un mur à l'entrée je serrais la cape autour de moi, Valens n'était toujours pas là, je profitais donc de ce laps de temps supplémentaire pour faire le point sur tout.

Ce hibou rouge tout d'abord. Je ne l'avais peut être pas assez regardé? Peut être portait-il un autre message que j'aurais du voir? Peut être sa couleur devait elle m'évoquer quelque chose? Il était rouge, rouge sanguin... Mais je ne crois pas qu'il ai été peint. Plutôt ensorcelé je pense. C'était la seule explication possible.

Sortant le parchemin qu'il m'avait apporté, je le retournais passant mon doigt sur ses contours, il ne formait pas quelque chose de particulier, on aurait pu croire qu'il avait été ensorcelé lui aussi de façon à le brûler de toute part en laissant une zone pour le texte encore intacte.

Les gens se pressaient pour passer devant l'entré, quelques sorcières plus âgées me dévisageaient se demandant bien ce que je fichais par ici, deux d'entre elles m'avaient même demandé ce que je faisais ainsi. Et là je sortais la réponse qui leur clouais le bec à tous les coups: ''J'attend ma mère elle est partie acheté un produit pour tuer les insectes du jardin, elle devrait revenir d'une minute à l'autre.'' Là dessus elle souriaient d'un air faussement triste, reniflaient et repartaient en grommelant dans leur barbe: "pauvre fille... qu'elle est naïve...''

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Jeu 5 Juil - 17:32


Des effluves poussiéreuses se répandaient vers le chemin de traverse. Des pas rapides mais un peu lourds battaient l'allée alors que l'on bravait la sinistre allée des embrumes. Les derniers préparatifs avaient mis en retard le serpentard qui avait transplané non loin de l'allée. Il avait hésité avant de s'y engager au vu des péripéties qui dernièrement l'avaient saisies dès qu'il y avait posé le pied. Cependant, il ne revenait pas sur ses promesses et fit taire ses craintes. Relevant sa capuche, il se dépêcha de marcher vers le point de rendez vous. Partout ailleurs, un capuchon relevé était quelque chose de louche, mais ici il s'agissait davantage de la norme. Les affaires que l'on faisait n'étaient pas très nettes et peu de gens appréciaient de montrer ici leur visage.

La silhouette semblait pesante. Sa cape était trop épaisse pour la saison et pendait un peu lourdement autour de lui. Pire encore était sa robe qui semblait des plus chargées, en conséquence, les mouvements de l'étouffe étaient lourds, lents et réguliers tant ses pans étaient lestés. Quelques cliquetis de verre et de métal tintaient et résonnaient, rendant d'autant plus ardu les tentatives de discrétion. Des morceaux de tissus avaient bien été utilisés entre les objets pour étouffer ces sons, mais cela n'avait réussi qu'à les atténuer.

C'était un drôle d'attirail pour chasser le hibou rouge. Pourtant, ce barda avait été mûrement réfléchi. Aussi réfléchi que le signe précis de la main qu'il adressa à la silhouette qui semblait l'attendre tandis qu'il s'était arrêté non loin d'elle. Il s'approcha les poings fermés le long du corps en la saluant.

- Bonsoir...

L'après midi était encore battant, mais la pénombre qui s'était d'or et déjà abattue sur les lieux pouvaient allègrement justifier cette formulation. Mais ce trait d'apparente ironie cachait davantage de choses. Pour faire bonne mesure, il ajouta.

- Prête pour la chasse?

Il devait vérifier. Cependant, elle saurait pertinement ce pourquoi elle était venue...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Jeu 5 Juil - 20:06


Le temps se faisait long, j'étais en train de me demander ce qui allait ce passer si je mettais ce bout de parchemin dans le feu. Allait-il brûler comme tous les autres ou alors...

- Bonsoir...

Je sursautais et instinctivement sortis ma baguette avec précipitation. Dès que je levais le regard je me sentis apaisée. J'étais face à l'homme que j'attendais, Valens Fenwick. Enfin, j’espérais que c'était lui... Il m'avait dit bonsoir, hors le soleil était toujours éclatant, je baissais furtivement les yeux vers ses poings, fermés... C'était bien les signes que nous avions convenus, il manquait juste le signe de la main mais... Je ne l'avais pas vu arriver, peut être avais-je raté son mouvement?

A mon tour je levais la main en souriant pouce replié et déclarais:

- Bonsoir Valens.

- Prête pour la chasse?

Je lui souris de plus belle et laissais mes bras tomber le long de ma cape serrant les poings à mon tour. Si j'étais prête pour la chasse au hibou? Aucune idée... Mais mieux valait se lancer, nous verrons bien où cela nous mènera. D'un air assuré et déterminé je lui répondis:

- J'espère.

Rangeant ma baguette pas trop loin dans une poche, je poussais un soupir et me concentrais.
Cela n'allait pas être une partie de plaisir mais j'étais sure que cela valais le coup. Bon, la question maintenant était:
comment allions nous débarquer? Je n'avais pas pris grand chose mis à part ma baguette et quelques nécessités, en revanche, le serpentard avait l'air chargé...
Je lui murmurais doucement à l'abris des oreilles indiscrètes:

- Quel est le plan? Penses-tu que nous devons modifier notre apparence?
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Ven 6 Juil - 11:49


Une baguette dressée dans sa direction, le climat était tendu mais c'était les événements qui voulaient cela, le lieu également. Quelque part, il songeait que si cela avait été Maximilien, il l'aurait surement laissé approcher davantage avant de réagir ainsi, afin d'être sûr que son coup soit imparable. Quelque part, paradoxalement, cette agressivité était plutôt rassurante. Le code fut transmis, dans un sens et dans l'autre, les esprit s'apaisèrent alors en laissant les traits se détendre et de léger sourires naître.

Emma semblait prête à partir en chasse, une chasse particulière car elle allait d'abord s'avérer sociale. Elle demanda si leur apparence devait changer et après réflexion, il secoua la tête. Il pouvait certes se grimer et déformer leur apparence, mais il doutait que cela inspire véritablement confiance à leurs interlocuteurs. Devant son avis mitigé, il répondit.

- Il faut que nous paraissions naturels, que nous inspirions confiance, comme si nous n'avions rien à cacher. Bien sûr ici, tout le monde à quelque chose à cacher, mais c'est l'impression que l'on doit donner. Si tu es capable de froncer nos traits ou de les altérer subtilement par magie, pourquoi pas, mais mieux vaut garder notre apparence plutôt que de susciter la suspicion. nous allons avoir besoin de récolter des confidences.


Il restait ensuite à exposer le plan sans élever la voix. Ce dernier se déroulait en plusieurs phase. Ecartant les pans de sa cape, il rendit visible des endroits de sa robe où différents sacs avaient été attachés. De la monnaie, des bouteilles, de menus objets magiques et autres moyens de délier les langues. Un sortilège d'ivresse pouvait aider mais cela pouvait devenir dangereux si on le remarquait et il n'emploierait cette méthode qu'avec précaution. La seule marchandise qu'il rechignait à échanger était les secrets. Ils n'en connaissait que peu, et ceux qu'il connaissait il ne comptais jamais les révéler.

- Bon première phase. Il va nous falloir nous promener dans les ruelles, d'endroits louches en zones sordides. Nous allons accoster avec précaution les sans abris et les résidents, les vendeurs voir les résidents. Il nous faudra probablement entrer également dans les tavernes et les tripots. Nos objectifs sont multiples. Le premier est bien évidemment de trouver la trace du hibou rouge mais il nous faudrait un sacré coup de chance pour tomber sur quelqu'un en sachant suffisamment sur lui. Pour améliorer nos chances, nous devons nous renseigner sur les personnes qui savent tout dans le coin. Les gens d'ici doivent les connaître comme le loup blanc et ils devraient être moins difficiles à dénicher. Malheureusement, ils ont souvent pleinement conscience de la valeur des informations... Si jamais nous pédalons trop dans la semoule, je connais quelqu'un qui travaille dans le coin et qui pourra peut être nous indiquer quelques intermédiaires. Mais au vu du climat des lieux, mieux vaut éviter si l'on peut trouver seuls.

Ayant exposer une partie de son matériel et ses intentions, il regarda son acolyte d'un air interrogateur afin de savoir si elle avait des choses à commenter, à ajouter ou à demander.
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Jeu 12 Juil - 21:47


Les lieux, le plan... Tout cela faisait monter en moi une certaine hystérie. Mon taux d'adrénaline semblait monter en flèche et malgré la perplexité que j'avais quant à tout cela je me sentais plutôt légère.
J'allais lever le voile sur une bonne partie de mes songes, et même sans savoir encore ce qui allait réellement m'attendre, je me sentais mieux.

Aucun signe de la créature en moi. Elle semblait attendre la suite.
Mon ami m'indiqua que plus nous paraissions naturels, plus nous inspirerons confiance. C'était quelque chose auquel je n'avais pas pensé mais c'était certainement la meilleure démarche à suivre. Ainsi, je hochais la tête doucement, les yeux toujours fixés sur lui. D'après l'épaisseur de son manteau et le bruit qui en provenait je me doutais qu'il avait plus d'un tour dans son sac. Ou... en l’occurrence, ses poches!

Valens m'indiqua la marche à suivre. Tout d'abord, nous allions commencer par chercher des indices sur le hibou par l'intermédiaire de personnes qui en sauraient un peu plus que nous sur le sujet. Il m'expliqua aussi qu'en dernier recours il connaissait une personne de ''confiance" qui arpentait l'allée brumeuse.

Le vert et argent pensait que nous aurions un peu plus de chances d'en savoir plus en se renseignant tout d'abord sur les gens qui savent tout dans cette allée. Les commères des Embrumes. C'était effectivement un bon moyen de savoir directement chez qui pourrions nous nous tourner sans chercher trop longtemps.

Je me doutais bien qu'aucun des renseignement que nous allions obtenir ne serait gratuit. Or, je n'avais rien sur moi. Rien d'autre que ma baguette et peut être, au fond d'une poche quelques mornilles... Mais jamais cela ne serait assez suffisant... Je jetais un coup d'oeil à Valens, il portait tellement de choses qu'on aurait dit un âne. Réprimant un éclat de rire je lui demandais:

- Tu as l'air un peu chargé! Tu ne veux pas que je te prenne quelque chose?

D'après ce que le jeune homme m'avait dit, nous allions nous adresser aux gens que nous trouvions. J'étais prête à partir et sans dire un mot je rabattais la capuche noire de ma cape sur mes cheveux blonds rentrant toutes les mèches qui dépassaient. Certes il fallait être naturels, mais je préférais passer au maximum inaperçue.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Sam 14 Juil - 17:33


Devant le spectacle tintibulant que faisait le jeune homme, Emma ne put qu'à grand peine se retenir de rire. Elle lui demanda alors si elle pouvait l'aider. Avec une moue légèrement boudeuse, Valens lui répondit sur un ton taquin qui ne laissait place à aucune équivoque quant au fait qu'il allait la prendre au mot.

- Puisque vous insistez tant, je me sens obligé de vous confier une partie du matériel de l'opération. Ceci, ceci, ceci aussi. Et puis il y a cela, cela et peut être aussi cela. Mais cachez bien tout cela par contre, cela pourrait attirer sur vous une attention non désirée.

Le serpentard sortit alors deux bouteilles de bièreaubeurre ainsi que deux bouteilles de whisky pur feu. Et tandis que son acolyte se dépatouillait avec tout cela, il en profita pour rajouter deux petits paniers qui contenaient des fleurs, de la cannelle et de petits pots de confiture ainsi que deux autres qui contenaients des ingrédients bien moins... ragoûtants. A son tour il s'amusa en voyant sa compagne arborant un air légèrement dépité.

Le vert et argent avait toujours une tendance au tintibullement, mais elle s'était assourdie de manière conséquente depuis que son fardeau s'était amoindri. Faisant tourner sa tête afin de l'assouplir, il prit une grande inspiration avant de déclarer.

- Nous sommes partis!

Il s'engagea alors dans les ruelles sombres même en cet après midi afin de trouver les meilleurs candidats pour une petite discussion. Le premier fut un poivrot affalé à un carrefour d'où six autres ruelles partaient. Quelques échoppes d'un goût douteux se dressaient sur cette place de fortune. Sa position n'était pas seulement idéale pour quémander sa ration d'alcool, mais également pour voir et entendre. Il récupéra l'une des bouteilles de bièreaubeurre qu'il avait confié à sa complice. D'un air nonchalant et amical, Valens s'approcha en hêlant l'infortuné.

- Hola l'ami!
- Hm?
- Il fait soif en cet après midi, z'en voulez un peu avec moi?
- Erf, j'mais d'refus.
- Un joli coin que vous avez là, bien à l'ombre, à un lancer de couteau de pleins de boutiques.
- Hmpf... mwaip m'c'est mon coin.
- Des volatiles pour venir vous emmerder, littéralement?
- Bah, corbacks l'jour, chauves s'ris l'nuit.
- Très noir tout ça, comme la ruelle j'imagine, ils s'adaptent...
- On l'fait tous.
- Bien vrai, la bièreaubeurre rend sage...
- Sûr... Sauf qu'l'est vide.
- Aucun piaf plus coloré? Je ne dois plus avoir de bièreaubeurre... Par contre il se pourrait qu'un whisky pur feu soit impatient de faire votre connaissance.
- M'zette, un pur feu! J'ai ben du voir des p'tits marrons et des gris.
- Mauvaise couleur...
- D'bleus, j'ai d'bleus!
- Dernière chance...
- D'jaunes?
- Désolé, vous ferez mieux la prochaine fois.

Faisant signe à Emma, ils s'écartèrent rapidement du secteur. Il ne savait rien. Ou ne voudrait jamais parler ce qui revenait presque au même. Et s'il ne savait rien ceux dans les boutiques probablement leur opposerait le même genre de réponses. Avec des formes plus agréables et un prix plus élevé à n'en point douter, mais les même réponses également.

Chemin faisant, ils croisèrent trois vieilles sorcières en pleine discussion. Reprennant à Emma trois des paniers, il les héla à nouveau.

- Mais! Que vois-je? Que font trois charmantes dames ici sans quelques galants pour leur faire la cour?
- # Deux gloussèrent mais la troisième répondit # Tout cela n'est plus de notre âge...
- Je sais je sais, vous avez l'âge d'être ma mère # De son arrière grand mère aurait été une réponse plus franche mais moins utile #, mais l'amour n'a pas d'âge.
- # Deux sourièrent de toutes les dents qu'elles n'avaient plus, la troisième restait de marbre, coriace comme une vieille carne # L'amour peut être, les galants, si...
- Que voulez vous, nous sommes de frèles créatures nous les hommes et nous fanons souvent avant l'âge. Mais, à défaut de galants, prenez donc ces présents pour égailler votre journée. # Deux paniers fleuris furent dispensées aux deux premières, celui aux yeux de corbeaux, griffes de lézard et vicères de coq séchées à la troisième. #
- # Contre toute attente, ce geste plut aux trois et la troisième commenta. # Vous savez plaire aux dames vous. # non, il ne savait pas, mais il était content de voir que cela fonctionnait tout de même. #
- Venant de personnes sages et influentes telles que vous, cela me touche.
- Influentes?
- Et bien oui, qui plus que vous connait ce quartier? Qui plus que vous sait qui fait la pluie et le beau temps? Qui plus que vous saurait où trouver un oiseau rouge?
- # La troisième plissa alors les yeux # Tu es futé, mais si nous sommes à moitié aussi sages que tu le dis, nous ne parlerons pas.
- # Les deux autre alors pressèrent l'autre de leurs avis. # Oh Mirelda, tu ne vas pas laisser ce charmant jeune homme sans rien, tu n'es pas obligé de lui dire explicitement, cela n'attirera pas son oeil.
- # Devant le regard étonné de Valens, la troisième affirma # Bien, si vous insistez, écoute bien mon garçon, je ne me répèterai pas. Pour trouver le hibou rouge, trouvez la branche sectionnée sur laquelle il est perché. Sur ce, merci de cette agréable discussion et au revoir...

Les vieilles femmes continuèrent alors leur route sans regarder en arrière. Elles marchaient d'un pas pressé (selon leurs critères tout du moins), laissant les deux jeunes gens perplexes devant cet indice. Au moins, ils n'étaient pas bredouilles pour le moment. Mais que faire avec cela?
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Sam 14 Juil - 22:56


Mon compagnon du jour me prit tout de suite aux mots. Sans se faire prier il me tendis avec plaisir quelques bièreaubeurre et whisky pur feu. Jusque ici tout allait bien, Je les plaçais assez aisément dans quelques unes des multiples poches qui se trouvaient dans ma cape. Attendant la suite je relevais la tête vers le vert et argent qui me tendit, avec un air heureux, quelques paniers remplient de choses toutes plus extravagantes les unes que les autres.
Dans certains des fleurs, confitures, et épices mais dans les autres, des... Des... Euhm... Trucs visqueux que j'avais bien du mal à identifier. Croyant à une blague je regardais mon ami avec un air étonné. Lui aussi me regardait. Mais il semblait tout à fait sérieux.

Avalant ma salive je pris les paniers à bout de bras et nous partîmes.
La première personne que nous aperçûmes fut un vieil homme, allongé comme un mur, le regard vide. Alors que je m’arrêtais pour consulter Valens du regard, il s’arrêta face à moi l'air d'attendre quelque chose. Sans comprendre je fronçais les sourcils puis je compris enfin. Posant mes paniers au sol je lui tendis une des bièreaubeurre qu'il m'avait confié quelques temps plus tôt. Me remerciant il s'avança vers l'ivrogne. Ne sachant quoi faire j'optais pour apprendre en le regardant.
Mon ami se mit alors à converser avec l'homme, parlant un patois peu compréhensible. Mais il semblait en comprendre le sens. Grace à la bièreaubeurre, Valens mit l'homme en confiance. Puis, une fois la confiance acquisse il lui proposa un whisky pur feu en échange d'informations sur les hiboux qui l'entouraient. Malheureusement les réponses qu'il nous fournit ne nous avançaient pas à grand chose. Le vieil homme avait fini par divaguer sur la couleur des hiboux dans l'espoir d'obtenir enfin sa boisson. Mais il du s'en passer. Mon ami me revint vers moi, l'air d'en avoir encore dans son sac et reprenant mes paniers nous repartîmes à la quête des informations.


Au bout d'un chemin j'aperçus trois femmes plutôt agées. Une fois encore je restais à distance, apprenant tout de mon camarade. Comme il l'avait fait avec l'ivrogne il les mit tout de suite en confiance avec ses belles manières de Gentleman auxquelles jamais aucune femme ne pourrait résister et leur offris quelques paniers. De ces trois femmes, l'une d'elle se détachait du groupe. Elle semblait indifférente aux manières de Valens. Mais lorsqu'il eu la curieuse idée de lui tendre le panier visqueux son visage sembla s'illuminer. Elle le remercia et parut tout de suite plus coopérative. Valens continua son petit numéro et vint finalement à aborder le sujet fatidique. Tout de suite, la troisième femme vit le coup venir et elle refusa catégoriquement, incitée par ses amies qui avaient, elles, été convaincues par le serpentard, elle nous adressa une drôle d'énigme...

''Pour trouver le hibou rouge, trouvez la branche sectionnée sur laquelle il est perché. ''

Et ce fut tout ce qu'elle dit. Sur ce, elles s'éloignèrent dans l'ombre avec leurs paniers dont j'étais bien contente de me débarrasser. Suite à ces paroles je me tournais vers Valens le regard interrogateur. Je n'étais pas particulièrement douée en ce qui concernait les énigmes, mais Valens semblait calé sur le sujet...
La branche sectionnée... C'était un morceau de bois, fin, et cassé en deux... M'imaginant la chose devant mes yeux je sursautais. Cela pouvait être une baguette! Le visage rayonnant d'avoir trouvé résolu au moins une infime partie de l'énigme je murmurais à l'attention de mon coéquipier:

- Une branche sectionnée, ça ne te fais pas penser à une baguette par hasard?

Pour trouver le hibou rouge, trouvez la baguette sur laquelle il est perché. Cela ne nous avançait pas vraiment beaucoup. Mais cela nous permettait d'avancer. Voir plus loin déjà.
Là dessus je n'attendis pas que Valens reprenne les devants, je pris moi même en main la suite des évènements. J'en avais assez appris avec mon "professeur". Après quelques pas j'aperçue un homme, il semblait penché, rabougris. C'était un homme, des cheveux et une barbe grisonnantes, des vêtements rapiécés et sales... Il semblait regarder le sol avec intérêt, soudain il se pencha encore plus et de sa main poisseuse et maigre il attrapa une pièce. C'était une mornille, pour moi ce n'était presque rien, Mais pour lui... Il se mit à s'agiter sans remarquer notre présence, dansant et chantonnant d'une voix grave en contemplant sa pièce et l'agitant au dessus de son crane. Soudain il glissa sur quelque chose et vint s'étaler totalement sur le sol boueux.
Saisissant le moment je me précipitais sur lui pour l'aider à se relever, laissant le derrière moi Valens et le dernier panier. Dès le premier contact, une odeur nauséabonde me prit au nez. Il leva vers moi son visage sale et abîmé par l'âge. Apparemment surpris mais content de me trouver là, je le relevais. Une fois sur pied, je me rendis compte que je le surplombait de presque 20 centimètres. Toujours penché vers l'avant il cracha:

- Merci ma p'tiote, c'est bien g'til tout ça.
Levant vers moi un sourire édenté, je lui répondis à mon tour d'un petit sourire et déclarait:
- Je vous en prie monsieur. Comment aurais-je pu vous laisser ainsi?
Il haussa les épaules et détourna le regard. Nous restâmes quelques instants ainsi, nos regards perdus contre un mur. soudain il retourna vers moi son visage creusé et posa sur mon menton ses ongles longs et sales déclarant:
- T'es bien jolie p'tite. Qu'ce tu fais par là?
- Hé bien il y a un étrange hibou qui figurez vous m'a volé ma baguette. Ne l'auriez vous pas vu? J'ai cru le voir rouge... Mais j'ai certainement rêvé.
J'avais tenté quelque chose de dangereux. Ainsi j'exposais à l'homme que je n'avais aucun moyen de défense. Mais au lieu de m'attaquer il retira ses doigts de mon visage et se retournait en gromellant:
- Ah... Ce Rodd... T'jours pret à jouer des m'vais tours hein?
Rodd? Divaguait-il ou bien...
- Rodd? Ce hibou a un nom dites vous?
- Mrrrouf...
Il s'était repenché vers le sol, à la recherche de pièces. Il savait. Il en savait plus que nous. Mais ne semblait pas disposé à nous en dire plus. Doucement je glissais ma main dans ma cape et donnais quelques coups dans la maigre bourse que j'avais apporté. Au son des pièces qui s'entrechoquèrent il se retournait vers moi le regard brillant. Il regardait fixement ma bourse, semblant hésiter entre un vol à l’arraché ou...
Avant qu'il ne fasse un mouvement je sortis ma baguette et la pointais fermement vers lui.
- Parlez et vous serez récompensé.
Je fis tinter ma bourse au dessus de sa tête et ses yeux s'écarquillèrent.
- D'quoi t'veux que je parle? D'Rodd? Ce ch'napant?
J'aquièçais d'un signe de tête.
- Mrr... J'sais pas grand chose t'sais...
- Parlez et vous serez récompensé.
- Bah... On'l voyais pas souvent avant. Mais d'puis 2 s'maines il fait que voler partout...J'sais pas s'qu'il fait vous s'assure ma p'tite!
- Bien, mais à qui appartient il? Comment connaissez vous son nom?
- Chais pu moi!
Fronçant les sourcils je fis tinter les pièces et fis sortir quelques étincelles de ma baguette. Perturbé, l'homme continua:
- Bon bon... J'sais pas à qui l'est c'piaf. J'ai juste tendu parler d'lui dans un bar par la... C'est tout c'que j'sais d'lui! J'te l'promet!
Voyant qu'il n'avait plus rien à dire je me mis à l'écart pour sortir quelques pièces de ma bourse. Lui tendant quelques mornilles il se remit à danser comme si je n'étais plus là.

Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Dim 15 Juil - 8:46


Encouragée par la démonstration et les maigres résultats obtenus, la jeune femme voulut à son tour se lancer. Il était vrai que malgré le peu d'informations qu'ils avaient obtenus, c'était tout de même des informations. Ils avançaient. Chaque pas les rapprochant un peu plus de cet étrange hibou rouge. Chaque psa les rapprochant un peu plus des réponses qu'ils cherchaient. Toutefois, avant de chercher une nouvelle cible, il réfléchirent sur les informations qu'ils avaient obtenus.

Emma songea que la branche coupée sur laquelle le hibou était perché pouvait être une baguette. Cela semblait avoir un sens très symbolique et Valens répliqua.

- Une baguette? Perché sur l'épaule d'un sorcier alors? Mais ça on s'en doutait qu'il ne s'agissait pas d'un moldu. Cela doit vouloir dire autre chose. D'une branche cassée, on peut aussi se faire un bâton, une canne, un bâtonnet ou même un pied de chaise... Bon à ton tour.

Ne se faisant pas prier, sa complice sauta sur la première occasion venue de venir en aide à un malheureux. A se demander comment se dernier pouvait survivre dans l'allée des embrumes. Le serpentard soupçonnait que ce dernier était surement bien moins inoffensif qu'il ne le laissait paraître. Cependant, comme il ne montrait aucun signe d'aggressivité ni de mains lestes, il laissa faire en surveillant. Discutant et dansant de temps à autre une étrange gigue, le vert et argent se demandait d'un regard amusé ce qui pouvait se dire pour provoquer de telles réactions.

Lorsque la conversation se fut enfin terminée, le point final étant l'occasion d'une nouvelle danse endiablée, sa complice revint lui apporter les informations qu'elle avait glanée. L'homme avait entendu le nom de Rodd dans un bar en parlant du hibou rouge. C'était à nouveau une bonne avancée. Songeant à la suite, il annonça.

- Bon et bien je crois que la tournée des bars louches et miteux sont la prochaine destination. Il va falloir faire attention par contre, nous prendrons tous deux davantage de risques... et pas pour les même raisons.

Ces raisons n'avaient pas besoin d'être explicités. Dans ces antres de perversion, les buveurs n'étaient doués que de peu de scrupules. Un jeune homme à peine sorti de l'enfance et une jolie fille prenaient le risque de s'exposer à différentes sortes de coups, dans les reins ou de reins...

Mais avant de mettre en oeuvre cette perspective peu réjouissante, il fallait coller ensemble les morceaux de puzzle qu'ils avaient récoltés. Peut être les morceaux qu'ils possédaient déjà pouvaient s'emboiter l'un dans l'autre? Un hibou sur une branche cassée et Rodd. Rod signifiait bâtonnet, ce n'était pas loin de baguette... il en fit la remarque à la jolie fille en question.

- Tiens, c'est étrange. Rod signifie le bâtonnet. C'est assez proche d'une baguette, non? Et on peut en faire à partir d'une branche cassée.

Une coïncidence? Peu probable. Dans ces indices lâchés subreptisciblement à droite et à gauche par ces inconnus méfiants, le hasard et les coïncidences n'avaient que peu de place. De la même manière, il chercha ce que Rod avait en commun avec le hibou rouge. Cela pouvait être le nom du hibou ou celui de son maître, comment savoir. S'ils pouvaient le déterminr, ils seraient tous deux moins enclins à commettre un impair dans les bars. Se creusant les méninges, il remarqua un nouveau détail amusant dont il fit part à Emma.

- Tiens, c'est amusant. Avec les lettres de Red Owl, on peut écrire Rod, comme le bâtonnet ou le nom que l'on vous a donné...

Valens plissa légèrement les yeux alors que les rouages se mettaient en branle dans son crâne. Lentement, les morceaux du puzzle apparaissaient et se mettaient en place, s'emboitant progressivement les uns dans les autres. Leur avancée lui semblait plus rapide que ce qu'il avait espéré...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Jeu 19 Juil - 17:35



Une fois éloignée du vieil homme la bourse plus légère, je revins proche de mon ami.
Il semblait avoir compris et entendu le minimum, en quelques phrases il m'expliqua que les risques que nous allions prendre prochainement en nous aventurant dans les bars seraient plus grands. Car en cette soirée, les personnages qui d'habitude arpentaient l'allée en quète d'un je ne sais quoi, ne semblait pas en marche mais plutôt en repos dans un bar. Les ruelles étaient presques vides et l'homme que nous avions croisé plus tôt, nous avait apprit avoir eu vent d'informations en ayant laissé ses oreilles trainer dans les bars. Il nous fallait faire de même.

- Tiens, c'est étrange. Rod signifie le bâtonnet. C'est assez proche d'une baguette, non? Et on peut en faire à partir d'une branche cassée.

Tout de suite après il enchaina:

- Tiens, c'est amusant. Avec les lettres de Red Owl, on peut écrire Rod, comme le bâtonnet ou le nom que l'on vous a donné...

Les pièces du puzzle s'assemblaient au fur et à mesure. Et si l'on suivait son cheminement il restait encore trois lettres dans le mot Red Owl. Un E, un W et un L. Ces trois dernières lettres pouvaient à leur tour former un mot comme Lew ou bien Wel... Mais ces deux mots n'avaient pas de signification. Cela pouvait à la rigueur former un nom, un second nom, mais à quoi bon donner un second nom à un oiseau? Cela n'avait pas de sens à moins que...

- Hé bien si je te suis, on pourrait former un troisième mot avec les lettres qui restent. Wel, ou Lew si on les assemble. Mais...

Tout cela n'était pas clair, il nous en fallait bien plus. Comme l'avait dit Valens un peu plus tôt nous devions se promener dans les bars en quêtes d'informations suplémentaires.
Mais le danger serait trop grand de rentrer ainsi tête baissé dans un bar et de questionner les ivrognes... Non, il nous fallait nous métamorphoser très légèrement, pour mieux se fondre dans la foule.

Sortant ma baguette je me lançais quelques sorts histoire de ternir mes cheveux et les ébouriffer et également rendre mon visage plus grisatre. Une fois les transformations faites je regardais mon reflet dans une flaque d'eau. Je n'étais pas si mal les cheveux noirs. Regardant droit devant moi j'apperçus la devanture d'un pub, la devanture était sale et lorsque je jetais un regard à l'interrieur je ne vis que deux personnes. La barman astiquait un verre et une silhouette noire s'étalait sur une table. Ainsi donc avec un lourde respiration je poussais la porte du Pub. Tout l'endroit était sale et plein de poussière, mais je fis comme si de rien n'était. En quelques pas je m'installais au bar en face de la gérante. C'était une vieille femme des rides plein le visage, les paupières froissées, des crevasses sur tout le corps, ses doigts noueux bougeaient comme des araignées sombres et semblaient former comme une toile autour de sa vaisselle.
Affalée sur le plan de travail, je lançais avec un grognement rauque:

- Soif...

Tout de suite après cela, la femme se pencha, pour attraper un verre et se retournant elle remplit le récipient d'un liquide brunâtre et odorant. Sans vraiment réfléchir je levais mon verre avec un petit:

- A c'te bon vieux Rod...

A ces mots, je vidais mon verre d'un trait. Mais... Je ne me rendis compte que c'était une erreur seulement après avoir avalé tout le liquide. La mixture coulait le long de ma gorge la brulant au passage... D'un coup, je me sentis faible, tous mes muscles endoloris, dans un état second... Je n'avais jamais touché à l'alcool et ma connaissance niveau boissons magiques était peu fiable. Ainsi, j'avais bu quelque chose dont je n'avais aucune idée.

- Dors ma fille, dors... On s'occupera de ton Rod...

Sans comprendre je sentis mes paupières s'allourdir, et se fermer. Et je sentis ma tête se poser doucement sur le comptoir et le sommeil me prendre...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Ven 20 Juil - 15:58


A ce stade de leur enquête, les données qu'ils avaient récoltées leur permettaient d'initier des hypothèses que peu de choses venaient étayer. Tout était trop flou pour en obtenir la moindre certitude. La prochaine étape, forts des premiers renseignements, seraient les bars où ils essayeraient de prêcher le faux pour obtenir le vrai. Une étape plus délicate pour laquelle son acolyte préféra se grimer à l'aide de quelques sortilèges bien placés. Haussant les épaules, le serpentard n'employa aucune magie, se contentant de rendre sa tenue plus sale et négligée, arborant une mine patibulaire qui seillait magnifiquement au quartier. En outre, il s'inspirerait des conversation précédente pour adopter un accent capable de faire figure locale.

Pour ne pas trop se faire repérer, les deux jeunes gens avaient décidé de rentrer dans les différents lieux à trente secondes d’intervalle. Ils feraient tous deux comme s'ils ne se connaissaient pas. Contre son propre avis, Emma décida de prendre les devant et d'entrer la première dans le premier bar. Le serpentard n'aimait pas cela. En rentrant en second, il y avait trente secondes pendant lesquelles il ne maitrisait rien de la situation. Un autre client entra dans le pub... tant mieux, son arrivée à lui n'en serait que moins louche. Tournant comme un lion en cage, il attendit impatiemment le moment ou le sablier le libérerait de son exil.

Aussitôt il se dirigea vers la porte du bar qui semblait désert. En poussant la porte, il se rendit compte que ce dernier était presque désert mais pas complètement. Deux personnes en salle tenaient mollement compagnie à la barmaid qui attendait en nettoyant ses verres. L'un des deux n'avait pas encore de verre, son arrivée devait donc dater de peu et correspondre à celui qui était entré avant lui. La barmaid jeta un instant un regard étonné au nouvel arrivant. Visiblement, les foules ne se pressaient pas dans ce bar, surtout en journée. Malgré leurs précautions, deux arrivées en si peu de temps ne pouvaient être que louche. Le vert et argent comprit alors très vite que tenter de cacher un lien entre eux ne pouvait qu'engendrer la suspicion. Ils s'attendaient tous à ce que les deux événements soient liés et Valens avait appris qu'il était très simple de baratiner en prétendant ce que les autres voulaient entendre que l'inverse.

Pas un n'avait bougé, pourtant, il était convaincu que l'attention de tous était braquée sur lui. Sans se préoccuper de faire des messes basses, il fit un clin d'oeil à la barmaid et demanda à voix haute en arborant un sourire suggestif.

- Z'auriez pas vu un joli brin d'fille entrer ici? J'ai vu c'mignon morceau errer dans les p'tites ruelles, j'm'étais dit que la proximité aidant, y'aurait bien moyen d'la serrer que'que part.
- Pourquoi donc? L'était vraiment à ton goût?
- 'sûr.
- Bah alors je te conseille le plat du jour.

Pour une raison inconnue, cette dernière remarque déclencha l'hilarité générale. Se forçant à conserver son sourire, il parvint difficilement à amorcer quelques ricanements au milieu des éclats de rire. Voyant ensuite que l'on s'attendait à ce qu'il réponde avec un intérêt soudain, il essaya de trouver une phrase neutre mais emplie à ras bord de connotations et de sous entendus. Si lui ne comprenait pas ce dont il s'agissait, les autres personnes présentes elles comprendraient et feraient le lien. Tout ce qu'il fallait, c'était ne pas être considéré comme un intru qui n'avait pas sa place ici. Parfois, paraître savoir était plus important qu'apprendre.

- Nan, déjà eu ma ration. Et c'était pas comme ça que j'voulais la farcir.

De petits rires lui apprirent que sa réponse culinaire, glauque et grivoise lui avait acheté un peu de temps, il était encore sur la liste "client". A présent, il devait réfléchir. Il se passait quelque chose de pas terrible ici, comme un peu partout aux embrumes, le tout était de trouver quoi. Une idée vogua aux abords de son esprit. Une idée qu'il ne voulait pas envisager. Lorsque qu'il put enfin accepter sa possibilité, il dut mettre en oeuvre alors le conditionnement qu'il haïssait tant afin de garder un visage impassible. Non! Si elle était à son goût... Le plat du jour... Ce n'était quand même pas... Les braves gens ne mettaient jamais les pieds aux embrumes, ce n'était pas sans raisons...
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Mar 24 Juil - 12:50


Où étais-je? Il neigeait? non... J'étais dans une pièce fermée. Impossible qu'il neige... Néanmoins tout était blanc, blanc comme la neige, là ou personne n'a encore marché, celle où quand vous y poser le pied, vous vous sentez à la fois bien et mal. Bien car c'est tellement agréable cette neige qui s’effondre sous vos pieds et à la fois affreusement coupable d'avoir gâché une surface aussi belle et pure que la neige...

Ma tête tournait et j'avais du mal à soulever mes paupières, comment étais-je arrivée ici? Je ne me souvenais pas. La dernière chose qu'il me restait à l'esprit c'était cette boisson, cette boisson que j'avais bu comme une gourde sans même me poser de questions. Ah... J'étais vraiment un boulet, même pas capable de faire attention, je fonçais dans le tas, tête baissée . Et voilà où cela me menait. Dans une salle toute blanche. Elle était toute carlée, des murs au plafond en passant par le sol, un carrelage blanc laiteux et brillant s’étendait partout. Tout étincelait et tournait encore plus... Je voyais flou...

J'étais attachée sur une chaise en bois blanc, les mains jointes dans le dos et nouée à la chaise par un lien blanc. De même pour mes pieds. On m'avait retiré mes chaussures et mes bas, je ne savais pas quoi en penser... Devais-je crier? J'allais tenter le coup quand je me rendis compte que je ne pouvais pas. La boisson que j'avais bu précédemment avait eu comme effet d'anesthésier mes cordes vocales. Ainsi aucun son ne pouvait sortir de ma bouche. C'était curieux de m'avoir lié alors que nous nous trouvions dans un lieu magique. Pourquoi ne pas m'avoir stupéfixé? Toutes ces questions restaient sans réponses et il fallait que je fasse quelque chose pour me sortir de là. Première question, avais-je toujours ma baguette? Je courbais le cou pour jeter un coup d'oeil à ma poche, elle était à demi ouverte. Et vide...

Le stress commençait doucement à monter. Mais qu'est-ce que j'avais fait?! J'étais beaucoup trop naïve! J'avais cru que tout cela serait à ma portée, résultat j'étais pieds et poings liés à une chaise dans une pièce illuminée de blancheur, complètement désarmée depuis un temps inconnu. Je laissais mes yeux se promener autour de moi. Rien qui ne pouvais me donner des indices sur le temps que j'avais passé ici ni sur le lieu où j'étais mais j'aperçus ma baguette chérie, elle était juste derrière une table, une table qui ressemblait à un brancard. Elle était assez haute et avait les bonnes proportions pour soutenir un humain. Elle était argenté et recouverte d'un drap blanc. Et au sol, derrière une des quatre roues sur lesquelles elle était posée, je voyais ma baguette dépasser. Et mes chaussures aussi. Elles étaient là, elles m'attendaient! Il fallait que j'aille les chercher, au moins ma baguette, mais avant que je n'ai le temps de faire quelque chose j'entendis un bruit de l'autre coté de la porte.

Je gardais les yeux fixés sur la poignée qui après une courte attente se pencha et laissa place à un homme, ça devait être la silhouette noire que j'avais vu dans le fond du bar à mon arrivé. Où était Valens? L'homme n'était pas seul, il poussait avec difficulté un chariot porteur de toutes sortes d'ustensiles, des couteaux, des aiguilles, des seringues... Là, ce ne fut pas seulement l'angoisse qui monta, mais la peur. La créature s'agita dangereusement. Si c'était des informations qu'ils souhaitaient obtenir parler moi même serait plus raisonnable que de la laisser faire. Par contre, si leur but était de me tuer pour faire je ne sais quoi, j'avais toujours cette arme. Mais la question serait, arriverais-je à la repousser une fois débarrassée de l'agresseur? Arriverais-je à reprendre le pouvoir?

L'homme devait avoir la quarantaine, l'oeil vif et sournois, il poussa son chariot à coté de la table/brancard et se retourna vers moi. Il s'accroupi face à moi et me regardait en souriant. J'étais terrorisée. Je ne pouvais rien faire! J'aurais pu lui donner un coup bien placé si j'avais eu les pieds libres mais ce n'était pas le cas et alors que lui faisait ce que bon lui semblait je pouvais à peine remuer les doigts.

- Y a un jeune homme qui t'cherche ma jolie. Y's'erait bien tenté par tes joues qu'il m'a dit.

Il passa sa main sale sur mes joues et je ne bronchais pas. Le jeune homme? Non... Ce n'était pas... Pas Valens tout de même? En tout cas j'avais une petite chance de m'en sortir en gagnant la confiance de cet homme. Il avait l'air faiblard et crédule. Cible facile. Mais avec tous les choses qui m’empêchaient de faire ce que je voulais c'était dur. Je ne bougeais pas, le regard vide mais braqué dans ses yeux. A quel jeu je jouais? Aucune idée. Peut être que je jouais tout simplement avec le feu? Mais si c'était la seule possibilité de l'éteindre?

Il continuait à passer sa main sur ma joue envoûté par mon regard. Soudain il sortit de sa poche une petite fiole qu'il glissa si vite entre mes lèvres que j'eue à peine le temps de fermer la bouche, une fois le liquide dans ma bouche je le gardais sans l'avaler. Il appuya alors avec une violence monstre entre mes deux omoplates et sur ma trachée. Le souffle coupé, le liquide glissa le long de mon oeusophage et je sentis mes cordes vocales se dénouer. Mais pourquoi m'avait-il libéré?

- Voilà, alors, ça c'est fait. Maintenant, on va s'cuper du découpage. J'aime tellement quand elles crient...


Je ne comprenais plus rien... Le découpage? Elles crient? Mais où voulait-il en venir? Il me détacha les mains et les saisi avec une telle violence que je ne tentais rien. Je ne criais même pas. Même si mes cordes vocales n'étaient plus nouées magiquement elles le restaient. Il se pencha vers moi, son corps décharné se courbait au dessus de moi et il demanda:

- Tu ne fais rien? Tu ne cris pas? Tu ne te débats pas?

Je lui répondis alors mollement:

- A quoi bon?
- Donc tu ne vas rien faire?
- Non, pourquoi croyez vous que je suis venue jusque dans votre bar et que j'ai bu la première boisson qui m'est tombé sous la main?
- Tu veux mourir?
- Si vous voulez me tuer oui.

Sa confiance était presque acquise, il avait relâché la pression sur mes poignets, ils étaient même presque libres...

- Bon, vous le faites votre boulot ou alors je le fais toute seule?

Cette simple phrase le cloua sur place et le couteau qu'il avait attrapé précédemment tomba sur le carrelage blanc. Je saisis alors se moment pour d'un coup de coude faire tomber le chariot et attraper le couteau. L'homme s'était écarté pour ne pas se blesser avec les ustensiles que j'avais éjectés au sol. Il semblait pétrifié. Le quittant du regard une seconde pour défaire le lien immaculé qui retenait mes pieds. Lorsque je relevais la tête il avançait vers moi, seringue en main. Je ne savais pas ce que contenait cette drôle de chose mais tout ce que j'espérais c'était qu'il n'arrive pas à me toucher avec.

Au moment où il l’abattit sur moi, je me levais de la chaise l'esquivant alors. Il m'attrapa par le bras en hurlant et jeta la seringue à nouveau sur moi. Je plantais alors mon couteau dans son bras. Après ce geste il s’effondra et une larme coula sur ma joue. Mon couteau tomba à terre et il continuait d'hurler à la mort en se roulant sur le so,l son bras lâchant des gerbes de sang sur le carrelage blanc. Cette image de rouge sur blanc me marqua à tout jamais et je n'arrivais pas à me dire que c'était réellement moi qui avait fait ça. Il se vidait de son sang petit à petit, la coupure était horriblement profonde, je n'avais pas fait doucement... Les mains sur la gorge et la créature en joie je m’apprêtais à fuir lorsque je me souvins qu'il me fallait ma baguette. Je me penchais alors pour l’attraper et alors que je me relevais je ressentis une vive douleur au talon, lorsque je me retournais c'était trop tard, l'homme malgré le liquide vermillon qui s’échappait de son bras m'avait planté sa fameuse seringue dans le pied. Je sentis mes jambes devenir faibles et l'homme ferma les yeux, un rictus figé aux lèvres. Quant à moi je tombais au sol, baguette à la main. Mes deux jambes étaient immobilisées et je ne pouvais que ramperl. Comme un serpent... Me dirigeant vers la porte avec le peu de force qu'il me restait je touchais la poignée du bout des ongles ensanglantés.

Mais alors que j'allais pouvoir sortir, le même sommeil me prit et ma tête s’abattit sur le carrelage en bruit sourd. Je ne savais pas ce qu'ils avait eu envie de me faire. Mais je savais que j'avais perdu. La main glissa le long de la porte et je me retrouvais allongée par terre dans un sommeil profond.
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Mer 25 Juil - 12:04


Lorsque la jeune femme reprit ses esprits, la première chose qu'elle put sentir était le souffle frais de l'air et la caresse du soleil sur son visage. La sensation en elle même était rassurante, de meilleur augure que tout ce à quoi elle aurait pu s'attendre. Elle aurait pu craindre de finir dans cette cave aux allures de laboratoire et ne jamais revoir la lumière de l'astre du jour. C'était là un fol espoir qui devait probablement la saisir.
La seconde la conforta dans l'optimisme de sa situation. Elle se trouvait dans les bras de Valens et non dans ce laboratoire aux allures de boucherie humaine. Elle ne se trouvait pas aux prises avec un pervers sadique avide de se délecter de ses tourments. Au contraire, les bras qui l'étreignaient étaient amicaux (après pervers ça se discute tongue ).
La troisième fut moins encourageante car une immense douleur s'était emparée d'elle et son crane menaçait d'exploser si elle ne sombrait pas à nouveau dans l'inconscience. Malgré certains talents, son compagnon était très loin d'être medicomage et filtrer le sang était hors de sa portée. Il avait donc lancé un sort expérimental de revigor continuate à pleine puissance pour réanimer son amie. Contre toute attente, cela avait fonctionné... mais pas sans effets secondaires. Le produit circulait toujours dans ses veines, s'efforçant d'anesthésier ses connexions nerveuses comme le curare qu'employait les moldus. Contre lui luttait le sort d'éveil continu qui la maintenait éveillée. Emma était déchirée entre les deux.
D'autres facteurs lui vinrent peu à peu. Une fumée âcre flottait dans l'air et la rue semblait loin en contrebas. Des sorts fusaient par en dessous vers le toit où ils étaient, celui du bar probablement, heurtant le plafond ou les tuiles la plupart du temps, parfois défléchis par un mur invisible derrière le vert et argent. Visiblement, une explosion avait emporté l'escalier qui montait jusque là et le toit avait été rapidement piégé en étant recouvert d'eau qui avait gelée.

Souriant du côté gauche de son visage, le réconfort qu'il apporta était mitigé. Le danger semblait moins immédiat, toutefois ils n'étaient pas tirés d'affaire. Mais comment pouvait-on être arrivé à une telle situation?

_______________________________________________
Un peu plus tôt, dans le bar...
_______________________________________________

Les rires s'estompaient dans le bar autant que celui du jeune homme. Lentement mais surement, il réalisait avec horreur que ce qu'il ne pouvait accepter était probablement la vérité. Valens réfléchit à toute vitesse. Il ne savait pas s'il était trop tard ou non. Il ne savait pas s'il y avait plus de monde ou non dans le bâtiment. Il ne savait même pas s'il avait une chance. Tout ce que le vendeur d'animaux savait, c'est qu'il devait essayer s'il restait la moindre chance, que foncer dans le tas ne donnerait rien et que ces gens attendaient une réponse s'il ne voulait pas subir le même sort que son acolyte. Avant de répondre, il informula un hominem revelio qui lui indiqua qu'il y a avait cinq autres personnes en plus de celles présentes dans la salle.

- D'un aut' côté, s'il n'y que l'plat du jour que je peux m'taper, va pour l'plat du jour.
- Un gallion le plat au vu d'la qualité d'la viande. T'as une préférence pour le morceau?
- Hm... Les joues avaient l'air si tendres. Il vous en reste?
- Ouaip! Deux. On commence à peine sur ce morceaux.
- Z'avez des chiottes? Avant de déguster et avant qu'elle ne déguste, faut qu'euj lâche du leste.

La barmaid haussa les épaules et désigna nonchalamment une porte assez crasseuse pour faire fuir de dégoût n'importe quel cafard. Mais ce n'était pas cela qui monopolisait son attention. Ils commençaient à peine? Il n'était peut être pas encore trop tard mais le temps était compté. Le coeur battant, il engagea un plan aussi insensé que désespéré. Il se leva de sa chaise sans la repousser ensuite et se dirigea vers les toilettes en fermant les yeux quand sa main actionna la poignée et s'en décolla difficilement ensuite avec un son spongieux. Voulant se laver les mains pour ne pas que ses haut le coeur ne le trahissent, il vit que les robinets tournaient dans le vide, l'eau devait être coupé depuis un moment. L'état général des toilettes laissaient penser que cette panne était générale à cette pièce et l'on pouvait estimer à l'oeil autant qu'à l'odeur le nombre de personnes qui étaient passées depuis, déposants des couches successives d'excréments de différentes couleur. La peur, l'endroit, la pression, l'odeur et cette vision eut raison de lui et il vida le contenu de son estomac dans l'évier en essayant de ne pas trop faire de bruit.

Incantant à voix basse, il lança séparément les deux composantes de sa combinaison préférée. L'illusionis se confondit avec son propre corps, en épousant la forme exacte tandis que le Kaléïdem ne laissait sur lui que son image. Un observateur externe n'aurait pas vu de différence mais celle ci était de taille. Ressortant avec le même dégoût mais maîtrisant mieux ses hauts le coeur, il bifurqua vers la cave tandis que son image regagnait sa place. Il l'a fit trébucher et manquer de se ramasser. Profitant des regard tournés vers son image, il passa rapidement et silencieusement la porte. La descente aux enfers commençait.

Entre les entassements d'os équarris et d'effets personnels à trier dans lesquels il vit même des dents en or, il finit par voir deux silhouettes sur le sol. Il accourut auprès de son amie et prit son pouls. Celui ci était toujours présent, elle n'était pas morte. Cependant la priorité n'était pas les soins, il fallait d'abord quitter les lieux et se mettre à l'abri, son subterfuge ne tiendrait pas longtemps. Prenant Emma dans ses bras, il la porta en remontant les marches. Passant devant la porte de la salle principale, il vit que son illusion venait de tomber, sa non réponse à une question lui ayant attiré sur elle la suspicion. Aussitôt tout se précipita et il pressa le pas pour monter. Il devait atteindre le toit et couper la route derrière lui!
Revenir en haut Aller en bas
Emma Welesslay
avatar
Serpentard
Serpentard

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Emma Welesslay, Lun 30 Juil - 17:54


La terre tournait. Ce n'était pas une nouvelle, mais j'avais je n'avais remarqué qu'elle tournait aussi vite... La pression atmosphérique s'était alourdie, fortement. Lorsque l'un de mes yeux s'ouvrit, la première et unique chose que j'arrivais à distinguer était le visage patient et assez inquiet je dois dire, de Valens. Il avait le teint pâle et les iris plus claires qu'à l'accoutumée. Néanmoins je ne pu m’empêcher de lui sourire. Je ne savais où nous étions, ni comment j'étais, tout ce que je voyais c'était son air inquiété penché sur moi. Soudain des souvenirs pas si lointains me revinrent...

Le hibou rouge, cette boisson curieuse qui m'avait endormie, la salle blanche et brillante, les instruments de torture, l'homme dans lequel j'avais planté ce couteau, le malaise qui m'avait prit et la seringue planté dans mon talon. Au surgissement de tous ces évènements je sentis à quel point chaque partie de mon corps me faisait mal. J'avais l'impression que toutes les cellules nerveuses de ma peau étaient brûlées à vif. Et que mes bras, mes jambes et ma tête allaient se décrocher de moi à n'importe quel instant. Complètement écartelée. Je ne pouvais pas bouger, pas un seul muscle ne me répondait. Je voulais hurler tant j'avais mal. Me débattre furieusement contre le produit qui circulait tranquillement dans mes veines avec mon sang souillé. Mais je ne pouvais rien faire. Pas plus que la créature ne pouvait en faire. Elle faisait mon mal, mais elle était tout de même prisonnière de ce corps et je me demandais bien si elle ressentait ce que je ressentais en ce moment même.

L'oeil gauche écarquillé, je ne regardais plus le vert et argent à mes cotés, je regardais bien autre chose...
Une forme, haute, noire, épaisse, malsaine et brumeuse s'élevait au dessus de lui. C'était une forme indéfinie, juste une sorte de silhouette changeante dont l'extrémité ayant usage de visage était aussi noire que de l'encre. A sa vue, toutes mes douleurs disparurent. Enfin, du moins, je ne pensais plus à elles.

Terrorisée je me devais de prévenir mon ami. Mais lorsque mon unique oeil glissa vers lui je ne le reconnu plus. Son crâne était chauve et lisse. Ses yeux presque entièrement blancs dont seule une petite pupille noire s'agitait en un rythme frénétique. Son nez avait doublé de volume et avait prit une teinte bleutée. Et sa bouche... Il avait une bouche sans lèvres. Blanche comme la lumière les phares de voitures moldue. Je le regardais d'un oeil terrifié et il tenta de me parler. Mais lorsqu'il ouvrit son horrible bouche, des abeilles aussi noires que ses pupilles en sortirent. Elle foncèrent sur moi et une pouvait rien faire pour les arrêter! Je fermais juste l'oeil le plus fort que jamais. Le plissant jusqu'à ce qu'il saigne... Une goutte de sang roula le long de ma paupière close,y laissant une traînée sombre et les douleurs revinrent pendant que les abeilles me piquaient alors que j'étais impuissante...
Revenir en haut Aller en bas
Valens Fenwick
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Valens Fenwick, Mer 1 Aoû - 16:59


Son amie avait les traits tirés. Ses yeux étaient grands ouvert et ses pupilles largement dilatées. La jeune femme ne bougeait pas, pas plus qu'elle n'émettait le moindre cri. A l'exception de quelques mouvements rapides de ses yeux, elle semblait aussi immobile qu'un statue. Pourtant on pouvait lire dans son regard une terreur sans nom. Face à un tel constat, le vert et argent aurait voulu faire tout son possible pour la rassurer. Il était là. Près d'elle. Pour elle. Il veillait sur elle. Pourtant il n'avait pas été là quand ces amateurs de viande particulière s'était emparé d'elle, qui savait ce qu'elle avait vu, qui savait ce qui l'avait traumatisée. Face à ces peurs inéffables, le protecteur se sentait impuissant.

Valens était d'autant plus impuissant, que la bataille faisait rage. Son mur déflecteur était sur le point de céder et il ne pourrait pas tenir plus longtemps que lui sous un feu aussi nourri. La situation n'était pourtant pas si désespérée qu'elle le semblait. Une porte de sortie leur restait s'ils l'empruntaient à temps. Face à un adversaire inconnu en elle, il ne voyait que Sainte Mangouste pour lui venir en aide. Eux seraient en mesure de lui dire si ses jours étaient menacés et si on pouvait y remédier.

Toutefois, il devrait l'accompagner, du début à la fin, qu'importe les ordres, qu'importe la pudeur. Il savait que plus encore que son intimité, c'était son épaule qu'elle ne voudrait pas voir exposée à la vue de tous sans l'avoir au préalable décidé. Collant préventivement par magie une partie de ses vêtements au tatouage en question, Valens transplana, son amie dans les bras, au moment où explosait la barrière.

FIN DU RP
Revenir en haut Aller en bas
Ailinn Kafka
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Animagus : Colibri rouge
Chercheuse


Re: Quêtes et enquètes

Message par : Ailinn Kafka, Lun 17 Juin - 19:31


Catching Fire
PV  Angelina Johns



Ces derniers temps, Ailinn fréquentait de plus en plus souvent l’allée des Embrumes. Une vieille obsession revenue à la surface de son esprit. La jeune femme avait besoin de comprendre ce qui était arrivé à sa mère, et s’intéresser à la Magie Noire lui semblait être un bon moyen d’y parvenir.

L’ancienne Serdaigle était donc perdue dans ses pensées lorsqu’elle aperçut une crinière de boucles aussi enflammées que les siennes, juste devant elle. Est-ce que cette fille était folle ?! Personne ne se promenait dans l’allée des Embrumes d’une façon aussi ostentatoire !

Ailinn avait elle-même dû tresser sa longue chevelure flamboyante en arrière, et camouflait son visage sous un long capuchon. Des conseils que lui avait donné sa cousine, autrefois. Cela faisait si longtemps qu’elle n’avait pas vu Neala… Son aînée d’Irlande lui manquait terriblement, mais après ce long voyage en Roumanie, la jeune femme avait eu besoin de prendre un peu de distance avec ses amis pour réfléchir sur sa propre situation.

Voulait-elle toujours devenir Auror ? Ou pourrait-elle se contenter de nettoyer les tables chez Honeydukes pour la quinzaine d’années à venir ? Ailinn avait besoin de réponses, et celles-ci se trouvaient dans cette ruelle nauséabonde et mal éclairée.

La jeune femme s’apprêtait à aller mettre en garde la rouquine, qui marchait sans se presser à quelques mètres d’elle seulement, lorsqu’une vieille femme édentée s’approcha de la petite, qui devait encore étudier à Poudlard.

« Tu cherches quelque chose, jeune fille ? J’ai justement besoin d’une nouvelle main de la Gloire…» murmura la vieille d’un air malsain en attrapant le poignet de la jeune fille.

« Laissez la tranquille. » ordonna fermement Ailinn, sortant la puissante baguette à plume de phénix de sous sa cape, et menaçant la vieille femme.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Quêtes et enquètes

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 10

 Quêtes et enquètes

Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Chemin de Traverse :: Allée des Embrumes-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.