AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 14 sur 14
Dans un parc
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14
Alhena Peverell
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard

Re: Dans un parc

Message par : Alhena Peverell, Mar 30 Mai 2017 - 19:03


RP Elias
LA Mutuel pour tout le RP

Mon coeur, mon amour

Le monde est en train de tanguer. Il murmure que les hémisphères se sont brutalement mis à se haïr. Joue avec moi, Joue encore un peu avec mes mains et mon cerveau. Une odeur amère qui chatouille les narines.
Tu t'avances au milieu des fleurs, tu es la seule à être cueillit
à avoir eu la tête coupée
Est-ce que les autres aussi faneront ?

_________C'est trop banal d'être sentimental, t'as le coeur trop fragile ma fille, évite les idylles, résonne cette voix

Léger sourire, une légère brise inattendue. Elle effleure la peau, rafraichit les idées qui ont du mal se faire un chemin. T'es confuse, tu ne sais plus trop où tu en es. Le cercle vicieux a fait son chemin jusqu'à toi : qu'est-ce que tu as oublié dans ce b_rdel ?
Tu détestes les couples, c'est beau mais c'est insupportable. C'est un poison lent qui s'injecte dans les veines. Tu as confiance et tu vois vite où ça te mène à chaque fois.
Un coeur déchiré
et des pensées effacées
Trop parfait,
Change toi les idées.

Passant devant un stand moldu, t'achètes une sorte de nuage rose. C'est collant, c'est marrant, ça peut vite se retrouver dans des cheveux. Tu marches lentement et observes les autres autours de toi. C'est enivrant d'amour, ça pue, ça dégoûte tellement c'est niais. Ils ont rien d'orignal, ils sont bons marchés.

__________Sérieux, regardez-vous. Vous êtes tellement ridicule et pathétique que vous me faites vomir. On dirait des moules accrochées à leur rocher...

Tu lèves les yeux au ciel, exaspérée. Tu détournes le regard vers un homme, il t'a sifflé ou tu as rêvé ?
Tu t'approches doucement et tes yeux pétillent en entendant sa proposition.

Dix points pour le ventre, cinquante si tu vises la tête !

Lèvres étirées, main dans une poche, barbe à papa dans l'autre. T'es prête à admirer le spectacle et prendre la fuite si nécessaire. Au pire, c'est lui qui prend non ? Après tout, c'est lui qui à le tuyau.

Je m'appelle Laurel, tu dois être Hardy c'est ça ?

Pas que tu le connais pas, mais tu le connais pas. Il te dit vaguement quelque chose, peut-être que tu l'as déjà croisé (à une soirée avec des fantômes maybe) dans Londres. Mais t'es pas trop certaine, tu vas pas prendre le risque de donner ton identité à fo_tu Moldu, t'as pas le temps pour ça.
Jouer avec les gens, c'est plus amusant !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans un parc

Message par : Elias Baxter, Sam 3 Juin 2017 - 0:11


Elle avait cette beauté glaciale, impeccable, implacable. Deux lèvres rouges. Sang. Et le regard qui brille, d'un vert de gris, ostensible. Il resta accroché à sa pupille. Un instant. Une seconde peut-être, de trop. Dix points pour le ventre, cinquante si tu vises la tête ! Un sourire fin étira la bouche du sorcier.

Elle était noire, il était blanc, ils étaient d'apparences fort différents. Mais son nuage de fumée rose à la main, elle semblait s'accorder au cadre. A l'univers décalé dans lequel il évoluait. Je m'appelle Laurel, tu dois être Hardy c'est ça ? Il avait une préférence pour Clyde. Et Bonnie. Mais malgré lui, son sourire s'élargit. « Tout à fait. » Et sur ce il se leva, attrapa de sa bouche une portion du nuage rose et fila récupérer le tuyau qui gisait sur la pelouse.

Il avait repéré, décompté. 5. Il braqua, serra, visa. 4. Y avait des lunettes qu'allaient être bien rincées. 3. Et des langues déliées. 2. Il tira un peu la langue, s'approcha d'un pas preste. 1. La pression gonfla le tuyau, et abruptement jaillit l'eau, tout droit sur la crâneuse jeunesse. Cent points pour les deux !

Le type se retourna d'un coup, les joues rouges, un rictus sur les lèvres. La gamine avait la robe trempée. On pouvait voir en partie son intimité. Elias pouffa avant de lâcher le tuyau pour entrainer sa complice avec lui sur le chemin. Au loin les invectives du gars les suivit, mais il n'eut pas l'endurance de les suivre. Bientôt Elias s'arrêta et attrapa entre ses doigts un autre bout de coton rose. Ce suuuuucre, c'est bon !

Puis il repéra un couple de sexagénaire non loin devant et une lueur lui passa dans l'oeil. C'est à toi là. Tu sépares les vieux qui s'tiennent la main là t'as trente points. Le double si le papy te poursuit ! Il frappa dans ses mains pour se débarrasser de la colle de la barbe à papa, la fierté lisible sur son visage. Les vieux c'était dur à décoller. Souvent se baladaient ensemble depuis la nuit des temps. C'était comme des aimants amants s'aimant depuis trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Alhena Peverell, Jeu 8 Juin 2017 - 0:36


Ce mec a un problème. Il est peut-être plus fou que toi et plus que débile qu'Azaël en fait. Peut-être que c'est d'ailleurs pour cela qu'il te fait sourire. Peut-être que c'est ses yeux pétillants qui te rendent plus légère. Peut-être que tu veux danser au milieu de la rue avec lui, réveiller les passants et dire aux gens qu'ils peuvent aller se recoucher parce que tu les emm*rdes.

Un croc et un arrosage parfait pour monsieur. Au moins, ça c'était fait. Quelques rires clairs plus loin, tu fais face à des personnages âgées et un défi en poche. Tu réfléchis dix secondes, te faut-il un plan ? Non pas de plan, juste de l'instinct. T'avais pas envie de faire marcher ton cerveau. Tu prends une dernière bouchée du nuage rose, puis, te toutes tes forces le lance sur la tronche du papy. Celui-ci lâche la main de sa belle_moche.

Sourire aux lèvres, tu le regardes gesticuler dans tous les sens, tentant d'enlever ce foutu sucre sur le visage. Il grommèle alors que la femme s'affole. Tu lèves les yeux au ciel, c'est de la bouffe pas du poison. Une fois le manège fini, le gars se tourne vers toi. Tu lui souris et fais un petit signe de la main arrogant.

_____Oui, oui c'est moi. Tu en veux une autre c'est ça ?

Peut-être que c'est un cri de rage, qui le sait ? Tu n'attends pas plus pour te mettre à courir, trainant par la main le parfait inconnu. Tu rigoles, sens l'air frais sur ton visage.
_______Juste comme des enfants
Tu tournes à droite, tu tournes à gauche. Vous allez un peu plus vite que le couple alors vous prenez de l'avance. Et dès qu'ils ne vous voient plus, boum idée ! Sans prévenir, tu pousses ton camarade dans un buisson et le rejoins. Posée à califourchon sur lui, tu poses un doigt sur ses lèvres. Tu ne sais pas pourquoi, tu serais prête à parier que c'est le genre d'idiot à crier au moment de fuir.

Grand sourire quand tu entends les sexagénaires partir _dommage pour vous les gars !

Tu t'écartes de ton compagnon, un dernier rire s'échappe : une brochette d'aveugle ceux-là !
Tu n'attends pas une minute pour faire un clin d'oeil et repartir à la chasse. Tu observes autours de toi, aperçois un couple non loin, assis près d'une fontaine. Tu les montres du doigt :

Fais en sorte qu'ils tombent dedans et je te fais un bisou !

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elias Baxter
avatar
Modération GSerpentard
Modération G
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Animagus : Chat Savannah


Re: Dans un parc

Message par : Elias Baxter, Lun 19 Juin 2017 - 14:55


La brune a l'oeil de la malice. Il sent sous-jacent la folie inhérente à sa complice. Fort bien. Il aime la folie, et il commence déjà à l'aimer, sa complice. Elle croque le nuage rose avant de le jeter inopinément. BIM ! Dans la face du grand-père. Du sucre à lui faire perdre son dentier. Elias pouffe de rire sous son chapeau tandis que la chère et tendre bien en chair pousse un cri horrifié. La barbe à papa on kiffe ça mais la barbe à papy ça vous terrifie !

La rage ne dure qu'un temps et le couple ne tard pas à partir à reporter leur attention sur le bourreau qui rit. Elle rit. Brune folie. Et lui, il est Laurel de son Hardy. Elle le chope par la main et l'entraine à sa suite dans les jardins, et à ses lèvres mille sons cristallins. Ils courent sur les chemins, main dans la main, le vent qui s'affole entre leurs jambes et le soleil qui leur vrille les tempes. Le moment a quelque chose de parfait, de léger, d'enfantin, d'égaré. Pis pouf un bras qui le pousse et le voilà projeté sur le bas côté, sur la pelouse, au frais.

La dame a ses cuisses apposées sur les siennes, et soudain la proximité fait rougir le sorcier. Son index sur sa bouche, elle l'intime au silence tandis qu'à côté les grommèlements des seniors en couche s'éloignent. Elias garde l'oeil sur Laurel, hardiment. Il a le souffle court, envie de s'esclaffer, mais il se retient. Respirer est la clé. Avec une créature comme telle à califourchon sur son bazar c'est un brin compliqué. Mais il est un homme fort. Un homme fier. Une brochette d'aveugle ceux-là !

Un oeil se ferme, complice, et la brune se fait la belle. Elle perd pas le nord. Elias se relève, réajuste son chapeau tout en riant joyeusement avant de porter son regard là où Laurel pointe du doigt. Deux jeunes. Moins de trente ans. Le fessier posé sur la fontaine, les mains aggrippées l'une à l'autre et les épaules qui se penchent. C'est beau mais c'est insupportable. Fais en sorte qu'ils tombent dedans et je te fais un bisou ! Un sourcil se hausse. Des promesses, des promesses ! Facile ! J'dis même dans trente secondes chronos ils sont trempés comme des p'tits poissons !

Sur ces entrefaits, Elias se mit à loucher proprement et à baver promptement, la gueule en grimace, le corps plié, les épaules tendues et les mains qui tremblent. Il adressa un ultime clin d'oeil à la Laurel et se mit en marche vers le couple en émettant des bruits gutturaux absolument révoltant tels que Grmkblblbl ou encore Bwarkrsphk. Les pupilles dilatés, la démarche agressive, les deux tourtereaux se décollèrent d'un coup et le mâle aggripa sa femme dans un geste protecteur. A moins qu'il ne tente de se cacher sous son aisselle, possible également. D'un coup d'un seul, Elias bondit sauvagement, et ils tombèrent à la renverse dans les eaux non profondes de la fontaine angelot.

Loin de s'arrêter là, Elias commença à les poursuivre dans la fontaine, s'octroyant de ce fait un rafraîchissement on ne peut plus mérité. Les jeunots déguerpirent sans demander leur reste et l'Elias leva le pouce en direction de la belle brune. Madame, je réclame mon baiser ! Les pieds dans l'eau jusqu'au mollet, il la défiait du regard. Allait-elle le rejoindre dans la fontaine... ? Si oui, elle allait être servit ! Il était paré à l'éclabousser proprement !
Revenir en haut Aller en bas
Alhena Peverell
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Alhena Peverell, Dim 16 Juil 2017 - 20:44


Un sourire qui se dessine sur tes lèvres. Puis étonnement quand tu vois la tronche du type. Tu te demandes vaguement qu'est-ce que tu fiches ici, avec lui. C'est étrange, parce que ça ne te ressemble pas du tout. C'est une partie inexplorée de ta personnalité. Maintenant, il suffit de chercher à savoir si elle te plaït ou non.

De loin, tu l'observes faire l'andouille. Il s'efforce de leur faire peur. Il les emmène dans l'eau. Marché conclu. Puis soudainement, ton sourire s'efface quelques instants. C'est comme si tu étais propulsée en arrière. Il y a des souvenirs d'enfance qui refont surface. Une innocence brisée que tu n'as jamais réussie à retrouver. Pourtant, la présence de cet individu mène la danse de ce que tu as perdu. Alors tu ne sais pas, tu restes perplexe avec ce qui se joue en toi. Peut-être la joie, la peur. Partir en courant ?

Non.

Tu t'avances alors qu'il s'adresse à toi. Lentement, tu le contemples. T'es un peu figée, comme étonnée. Une sorte de retour à la réalité. Cela te déchire le coeur, tu as envie de pleurer. Il y a des notes de musique, des gouttes d'eau qui chantent une mélodie. Pourquoi tu pleures alors que tu souris ?
Il te tend une main et tu la saisis. Tu poses un pied dans l'eau, elle monte jusqu'à tes mollets. Tu tournes et tes lèvres s'étirent à nouveau. De la joie, et ça fait bien trop longtemps que tu n'as pas connu ce sentiment. C'est étrange, de frôler l'extase. Et alors que tu savoures ce moment, une vague fraiche vient se coller à ton visage. Tu tournes la tête et l'observes.

Ah d'accord, c'est comme ça...

Tu n'en demandes pas plus avant de lui balancer de l'eau à la figure. Il ne perd rien pour attendre. Tu recules doucement, tu tentes de ne pas glisser. Tu enlèves tes chaussures. Tes pieds savourent la fraicheur et rencontrent quelques pièces qui portent des voeux. De magnifiques espoirs qui se réaliseront probablement, tu le souhaites en tout cas.

Tu as rempli ta part du contrat, à mon tour.

Une de tes mains l'attrape par le col. Tes lèvres se posent sur les siennes. Un bisou, un baiser c'est la même chose.
Alors que tu profites de ce moment surréaliste, la fontaine se met en route. Le dauphin au milieu se met à cracher de l'eau. Une folle pluie, un petit arc-en-ciel et soudainement, un jet d'eau dans vos tronches. Tu rigoles. Ce n'est pas chaque jour que ce genre de situation cocasse t'arrive.

Mais au moins, cela porte un avantage. Sous cette fausse pluie, dans cet amas de bêtise, sous l'eau, tes larmes de joie, de soulagement ne se voient pas...


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Dans un parc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 14

 Dans un parc

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 12, 13, 14

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.