AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 15 sur 17
Dans un parc
Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant
Lizzie Bennet
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard

Re: Dans un parc

Message par : Lizzie Bennet, Mer 4 Avr 2018 - 9:19


Dans un enchevêtrement de douleur et de plaisir, de souffrance et de vie, ma proie me confie son nom comme on lâcherait un dernier râle. Sa dernière volonté est de recevoir un câlin et un calisson d’Aix d’un calibre respectable. Comme je ne dispose ni de l’un, ni de l’autre, je me contente de lui cracher un peu de haine supplémentaire.

Je crois que la rancoeur, les pulsions de destruction et de mort, c’est tout ce qu’il me reste, alors je suis généreuse quand on m’invite à les dispenser, à les disperser pour ma cible. J’ai beau être radine en affection, quand il s’agit de distribuer du malheur, je m’invente grand prince, avec ou sans renard.

Alors que son corps se rompt, que je l’entends s’effondrer en contrebas, je grandis. Les détraqueurs se nourrissent du bonheur des gens ; je suis plus douceâtre et me contente de leur dérober un peu de douleur.

Ma satisfaction n’est cependant que partielle : il me faut deviner l’élancement de son corps, la cambrure de son dos sous mon sort. Je ne peux me délecter convenablement de ce spectacle : il me faut pour grande partie l’imaginer.

Un impératif s’esquisse donc : pour aller moins à tâtons dans cet instant de partage, il lui faut me raconter tout le mal que je lui fais. Un maléfice s’impose, et mon bras s’en fait le garant. Commere Deverse. Raconte-moi l'exquise mort qui semble pour l'heure s'offrir à toi. Partageons-là, rien qu'un instant, avant de s'en retourner et s'oublier l'une l'autre. Rejoignons-nous dans ce supplice.

Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Megan K. Hayajân, Jeu 12 Avr 2018 - 13:31


Trigger Warning
j'me répète mais c'pas chouette.


____________________


Elle  du sang sur les lèvres, sur les joues et dans la bouche. Le sien qu'elle crache au fil des râles de douleur. C'est bon. C'est bon, cette punition. Le monstre qu'on châtie, le martyr que l'on excite. C'est bon de sentir son corps. Cela fait des mois qu'elle ne l'a pas accepté comme cela. Sa pauvre enveloppe de chair flagellée de tout côté. Sa peau, ses muscles, ses nerfs. Tout semble flamber. mais si ça flambe, c'est que c'est du réel, du vivant. Que c'est bon d'être vivant. Megan ne dit rien. Comme si elle le pouvait ! Elle se contente de respirer un peu trop fort. La douleur fait éclater les écailles sur sa peau de lait tandis que son esprit est calme comme une rivière. Cette rivière-la. Pas une autre. Sa rivière.  

Le sortilège de Haine vole et vient frapper Meg de plein fouet. Elle reconnait la formule dans l'embrasement de ses cellules cérébrales. Alors même qu'elle se cambre et que son dos craque si fort qu'elle en tombe - les mots commencent à sortir. Un babillage continu mais non dénué du'n certain sens... quand on sait lire entre les lignes. Il y avait cette pierre, tu comprends qui bloquait l'interstice. Tout ce que je voulais c'était mettre mon doigt dedans, mais je n'étais pas encore assez forte. Un cri de douleur s'échappe. J'avais de l'eau dans les poumons, ça faisait mal, alors j'avais beau tendre la main, la pierre restait hors de portée. Un nouveau craquement, un peu de bile se mêle au sang. Au début, j'avais pas compris. J'avais pas compris que la main qui me maintenant sous l'eau, c'était celle de mon père.

Les genoux saignent de frotter contre le sol. La tête posée sur le banc, le reste du corps étrangement désaxé, Megan pleure de cette brûlure presque intolérable. Pourtant, les mots sortent sans qu'elle ne puisse les retenir. Le veut-elle vraiment ? Quand j'ai compris j'ai arrêté de me débattre parce que ça ne voulait plus rien dire. J'voulais pas le décevoir encore plus, alors je l'ai laissé faire. C'est lui qui a abandonné. Il manquait de courage. Et s'il avait réussit ? Elle serait plus rien. Y aurait plus de corps à faire souffrir...

Vous aussi vous allez abandonner avant de m'avoir tuée ?
Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un parc

Message par : Lizzie Bennet, Jeu 3 Mai 2018 - 13:00


L’enfant délire. Elle est prisonnière d’une caverne, ou d’une cave peut-être, et un rocher obstrue l’accès de la lumière. Ou des ténèbres. D’une sortie, en tout cas, quelqu’en soit la luminosité. Ses petits doigts crochètent la roche mais manquent de force, manquent de volonté ; il faudra attendre qu’elle se fasse les ongles, qu’elle ait des griffes au bout des doigts, et des crocs à la place des dents. Et qu’elle ne craigne pas de les perdre, un à un, sous la torture.

Quelques années devraient encore passer, sans doute. Pour qu’elle arrive à flotter jusqu’à la pierre, à se défaire de la main de son père, et à se battre quoiqu’il lui en coute pour quitter cette déroute. Elle continue à me conter des mots dénués de raison mais pas de sens, et je m’y accroche avec une curiosité jalouse. Maladive. Et puis il y a cette question, cette question qui pour le coup, ne veut rien dire. Abandonner ? En quoi était-ce un abandon de ma part ?

— Non, je ne vais pas abandonner. Je vais t’abandonner. La mort est une délivrance ; je ne vois pas pourquoi je te l’accorderais. Je préfère t’imaginer croulant sous les roses d’Héliogabale.


Oui. Je veux la voir, elle, tenue dans une cage plate, de 132 x 214 cm. Connaître l’abondance, l’extravagance, la débauche et la volupté, s’en enivrer jusqu’à la mort — lente — progressive — étouffante. Il lui faudrait quelques années encore avant de déplacer sa pierre, de se la prendre sur la tête, et de se noyer, croyant avoir réussi.

Je la regarde, d'un air dur, et mon oeil lui souffle — Tu es trop petite pour comprendre. On en reparlera quand tu seras morte.

Joignant l’image au réel, je dresse ma baguette en sa direction, ciblant sa tignasse d’un #Herbifors, vite suivi d’un #Herbivicus. Là, lasse, laisse la volupté t’envouter. Je veux que la flore te décore ; te dévore.
Revenir en haut Aller en bas
Megan K. Hayajân
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Sixième année

Spécialité(s) : - Métamorphomage
- Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Megan K. Hayajân, Mar 15 Mai 2018 - 23:08


trigger warning
sujets très sensibles
____________________


Délivrance

L'abandon du corps. Le rictus malveillant qui se dessine pourrait tromper. Ce n'est pas l'autre, qu'elle veut desservir, c'est elle même. Meg est dépourvue d'amour propre, d’instinct de survie. Elle ne ressent pour elle-même qu'un mépris démesuré et une envie malsaine et grandissante de se voir détruire. Alors quand les sorts sont jetés, les bras légèrement écartés, la jeune métamorphomage balance le torse en avant, prête à les recevoir. Elle se donne à la douleur, elle se donne à son malheur. Elle voudrait se laisser bouffer par les passions de l'étrangère, la laisser se faire les griffes jusqu'à n'être plus que poussière. Enfin, son corps ne serait plus la prison qu'elle exécrait.

Alors elle laisse pousser les fleurs, et, malgré les restes de douleur dans sa mâchoire, dans chacune de ses articulations, malgré sa tête qui semblait prête à exploser, elle examinait la floraison. C'était extraordinairement beau. Son sang semblait brûler, acide, contre ses vaisseaux, mais Megan n'arrivait pas à détacher son regard des longues tiges qui poussaient autour de son visage et qui venait lentement entourer sa gorge, ses bras, son torse. Elle trouvait ça superbe : la blancheur des fleurs, le vert ténu des feuilles... cette croissance accélérée, comme un reflet du petit miracle de la vie... Elle caressa du bout des doigts les pétales d'un lys, ouvrant la bouche sans parvenir à prendre de l'air. Pourtant, elle n'arrivait pas à paniquer. De toute façon, la douleur était trop forte, son cerveau ne tarderait pas à abandonner la partie.

Alors que tout s'embuait, que le noir se faisait, elle se trouvait bien à l'aise dans ce sarcophage de verdure. Ne faire plus qu'un avec la nature lui semblait une bien belle fin et elle ne souhaitait pas être épargnée. Il y avait une tranquillité sauvage sur son visage, un arrière-goût de soulagement dans la pensée qu'elle ne s'en relèverait peut-être pas. Megan aimait la vie : elle n'aimait pas le corps qu'elle espérait quitter lorsque son coeur se serrait arrêté. Elle aurait voulu remercier l'étrangère ; n'en fut pas capable

Et elle sombra dans l'inconscience, les tiges profondément serrées autour de son cou.

Revenir en haut Aller en bas
Lizzie Bennet
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Manumagie (Niveau 1)
Loup-garou


Re: Dans un parc

Message par : Lizzie Bennet, Lun 4 Juin 2018 - 22:53



J’observais avec délice la jeune fille renifler un lys. Elle devrait le croquer, ça alimenterait encore l’ambiance bdsm. J’éloigne ce sarcasme, songeant qu’elle est probablement mineure. C’est juste que l’image avait quelque chose de poétique ; je visualisais une femme-méduse, dont les filaments s’attaquaient, s’attachaient, à la tête. Je la laissais quelques temps patauger dans les enivrantes fleurs, et attendis qu’elle sombre dans l’inconscience pour l’en libérer.

Evidemment, j’aurais pu l’abandonner ainsi, mais imaginez, qu’elle meure. Ce serait beaucoup trop facile, surtout dans cette atmosphère d’idylle malaisante, je l’avais prévenue qu’elle n’obtiendrait pas ce type de simplicité de ma part. Et puis, elle pourrait tomber sur pire que moi, quelqu’un qui n’aurait qu’à récolter les jus.

Une fois que les plantes furent bien rétractées, j’évaluais sa respiration. Elle me semblait un peu trop faible, alors j’usais d’un peu de magie pour assouplir son souffle, qu’elle se sente plus à l’aise. Elle ne semblait toujours pas reprendre conscience, alors j’étirais le sol en un petit monticule de terre pour que ses pieds reposent un peu en hauteur et que son cerveau soit bien alimenté en sang.

Voilà. Là, j’avais fait ma part du job, elle pourrait profiter de sa mort-renaissance pour donner un nouveau sens à sa vie. Creuser la terre, le sable, les plantes, pour en faire son terreau plutôt que son caveau. Les membres lourds parce que bon, avec mes jeux de déformation de nature, j’avais quand même puisé dans ma magie, j’hésitais quelque peu à partir. Dans le même temps, il y avait l’histoire de son père, et de l’abandon, et ses larmes… Quelque chose qui freinait mon agressivité.

Merlin Lizzie, va vraiment falloir que tu bosses sur la gestion des émotions, sinon tes proies vont toutes te bouffer. Seule à seule ou en conspirant contre toi. C’est trop facile. Lasse de faire les cent vingt huit pas, je finis par prendre la résolution d’attendre qu’elle ouvre les yeux pour disparaître. Juste ça. Un clignement de paupière, et j’aurais disparu. Comme une ombre dont elle ne se souviendrait plus. Un nuage lourd d’orage, ployant autour d’elle sans vraiment tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Mer 18 Juil 2018 - 15:05


Everybody need some answers, like me ?

( L.A. d'Arty' accordé ) & PV Artemis Lhow
Une sortie au parc dans Londres, ouais, ça ne peut que me faire un peu de bien depuis ce remue – ménage, ce retour en force après mes vacances à l’étranger et cette rencontre hasardeuse fortement distrayante. Sans compter sur les autres rencontres marquantes qui ne m’ont pas laissé indifférents. Pourtant, j’suis toujours sur le choc de me rendre compte que je connaissais autant de gens et que chacune de ces personnes à part, peut – être, me connaissaient sous d’autres noms dont je n’en ai vraiment pas le souvenir. Alors, profitant de ma journée de libre où je n’ai pas cours, je suis sortit prendre l’air. Et là, je marche dans le parc, la « tête dans les nuages », le sourire aux lèvres comme si rien ne peut m’atteindre, comme si je me sentais invincible aujourd’hui. Enfin, il fallait le dire assez vite, car c’est à croire qu’avec toutes les personnes qui portent le même surnom, « Arty », je dois avoir un problème avec eux. Je viens, une fois de plus, comme une malédiction qui me poursuit, de percuter une personne de plein fouet. Autant dire que je tente de me reculer en m’écriant…

-  « …Gnmpfh—Hé…-Ch-C’est Cha-chauuuud ! Oh, nom d’une citrouille ! … Hagnhmpfhh ! …. »

La collision a été assez brutale, du café sur mon tee-shirt et mon jeans, et le temps que j’comprenne ce qu’il s’est passé, je me rends compte que je suis pas le seul qui a été aspergé par l’impact. Gobelet vide en main, vêtements tâchés… J’en viens à croire que moi et ma maladresse légendaire, on mérite la palme d’or ou le titre de roi au rang de première place. Alors, tout en me redressant, il n’y a qu’un détail qui attire mon attention au même moment. Sa plaque… Il est un Auror… mais son nom, impossible de remettre la main dessus, foutue mémoire défectueuse.

-  « Ho non, mince, pardon ! … Arf… C’est quoi déjà… Comment qu’on dit.. .. Ah ! Je sais ! #Tergeo !  »

Dis – je, soudainement tout en pointant ma baguette vers son torse, avant de faire la même chose sur moi. Un second #Tergeo plus tard et je me tiens droit face à l’homme plus âgé que moi, les joues cramoisis tant je rougis par mon inquiétude de l’avoir « énerver ». Et puis, lentement, je soupire tout en secouant ma tête pour chasser mes pensées négatives, essayant aussi de détendre l’atmosphère pour espérer oublier rapidement cette incident maladroit.

-  « … Excusez – moi de me montrer si curieux, mais… Au risque de me tromper… Cette plaque… Vous êtes un Auror, n’est – ce pas ? »

Et je soupire pour essayer de me détendre, essuyant mes mains légèrement moites sur mon jeans tout en rangeant ma baguette pour éviter de la perdre. Enfin, j’ai vérifié le périmètre avant et pas un chat à l’horizon, hormis des moineaux et … ce chat roux, là – bas, au coin de l’angle. Donc, pas un moldu pour nous voir, personnes aussi pour savoir que je viens d’utiliser un sort basique de magie, en double exemplaire pour réparer mes bêtises. Pourtant, je peux pas m’empêcher de stresser comme un idiot. À croire que je suis quelqu’un de nerveux, encore plus quand j’ignore l’issue des évènements, surtout quand j’ai le don de les provoquer involontairement…

hrp:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Artemis Lhow, Lun 23 Juil 2018 - 13:43



Autour d'un café ... renversé


avec Alec Z. Dmitriev


Depuis le temps que je dit qu'il faudrait nous installer des machines à cafés convenables dans les étages du ministère... voilà plusieurs semaines que j'ai plus porté à mes lèvres le breuvage infect qui coule dans les gobelets marrons moches des machines ministérielles. Aujourd'hui comme hier et comme demain je suis allé au café du coin de la rue pour digérer mon repas avec un vrai bon café fait avec de vrais grains de café et pas cette poudre immonde qu'on mélange avec de l'eau. Un petit passage par le parc pour éviter la rue piétonne et sa foule de Londoniens pressés lorsque Gnmpfh—Hé…-Ch-C’est Cha-chauuuud !

J'te le fait pas dire, ma chemise n'est plus blanche et j'ai les tétons ébouillantés Sacré nom de .... jetant un coup d’œil au gamin pour m'assurer que lui même n'est pas brûlé trop gravement, je suis coupé dans mon élan par ce qu'on pourrait appeler : un réflexe à la con. Et alors attendez, le pire c'est qu'une fois ne suffit pas, il utilise la magie tout naturellement une seconde fois pour se nettoyer lui même. Heu... Excusez-moi de me montrer si curieux, mais… Au risque de me tromper… Cette plaque… Vous êtes un Auror, n’est-ce pas ?

Alors là c'est le pompon. Je jette un regard autour de nous et, par chance, le parc est quasiment vide à cette heure et personne ne semble porter attention à notre petit duo. Oui, c'est exact. Et toi, si je ne me trompe pas, tu es un imbécile. Bon c'était un peu brutal comme entrée en matière, mais les mots m'ont échappés pour le coup. Prenant le gamin par la peau du cou, je le pousse à s'asseoir à mes côtés sur le banc le plus proche. Tu veux bien ranger cette baguette ?! Ça te prend souvent d'utiliser la magie comme ça au beau milieu d'un parc moldu ?!

Bon, il avait certainement agit sous le coup de l'émotion, mais si c'était un moldu qu'il avait eu face à lui : bonjour les dégâts. Nom, prénom, âge ...

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Mar 24 Juil 2018 - 15:19



Au détour d'un chemin ... controversé.

Moi, qui croyait bien faire, je me rends rapidement compte que j’ai gagné la palme d’or du roi des malchanceux. L’adulte face à moi, m’attrape par la nuque tout en m’amenant vers un banc où l’on s’assoit tout les deux. Mon niveau de stress monte en flèche et c’est limite si je n’ai pas envie de me barrer en courant, lorsque j’me rends compte que j’ai … fais usage de la magie en terrain moldu. Autant dire que je n’ai pas remarqué, tout de suite, que d’exposer la magie aux moldus, c’est comme avancer sur un terrain recouvert de mines. Fort heureusement, il n’y avait eu personne dans le coin, mais me rendant compte de ma bêtise, je ne peux m’empêcher de rougir et baisser la tête. Je pose mes mains sur mes cuisses tout en mordant la joue intérieurement, jusqu’à redresser mon regard lorsque l’Auror m’adresse la parole.

- « J’suis vraiment désolé … Cela ne se reproduira plus, je vous le promets  »

Mais suis – je de ceux qui respectent leurs promesses tout en sachant que je ne me souviens pas de mon passé et que j’avance au jour le jour, tout en découvrant chaque jours, de nouvelles choses. Donc, même si l’inconnu se conduit de façon « Paternel » en faisant preuve d’une certaine autoritée en me rappelant à l’ordre de cette façon. Je reste là, pantois, nerveux jusqu’à me redresser sur mes deux pieds. Parce que j’ai besoin de récupérer ma planche de skate au loin, mais aussi, parce que je suis trop tendu pour m’assoir. J’ai bonne espoir de croire que je vais recevoir une beuglante ou un rappel à l’ordre plus « administratif » pour avoir fait usage de la magie en dehors de Poudlard aussi. Alors qu’il me demande mon identité et mon âge, je tigeverse et me mets à trembler. Que puis – je bien lui répondre, moi qui suit amnésique et ne connait pas ma première identité, quoi que pour moi, elle fait vraiment partie du passé.

- « Aiken, Enzo Maxwell, 16 ans ... mais d’après ma cousine et d’autres personnes avant que je ne perdes la mémoire, je m’appelais « Alec Zack » … ou quelque chose comme ça… J’me souviens de rien… M’sieur… »

Autant dire que j’ai une envie folle de dire « C’est bon, je peux repartir ? ». Qui l’aurait – cru que je me suis légèrement égratigné les genoux dans ma chute, que j’ose pas spécialement poursuivre cette discussion qui se poursuit sur un interrogatoire assez … drastique. J’ai conscience aussi de ce que je mérite. J’ai fais le con, un acte stupide et irréfléchi aussi, mais bien que mon acte semblait être bienveillant, je dois veiller à la « sécurité » des moldus, car qui sait ce qu’il se passera s’ils viennent à être au courant de notre existence. Offrir du pouvoir à des êtres aussi … imprévisibles qu’eux, je n’ai pas trop envie d’y penser. Ainsi, j’abdique discrètement et revient m’assoir à ses côtés, serrant mon skate dans mes bras, continuant de torturer mes lèvres d’un geste nuancé. Mon regard se perd dans le paysage et mon corps tremble encore. Dois – je dire que j’ai peur de lui, de ce qu’il va me dire ou pire encore, de ce qu’il risque de me faire faire… Allez savoir, je ne suis à l’abri de rien, pas même de ma maladresse qui frôle le sommet de ma connerie, en ce moment, aussi.
© Azryel & PV Artemis Lhow










Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Artemis Lhow, Mer 25 Juil 2018 - 22:34



Visiblement, le gamin prend conscience de sa boulette et l'air déconfit qu'il affiche me semble sincère. Malgré tout, il vient de commettre une erreur qui pourrait coûter très cher ! Il ne manquerait plus que le secret magique soit mis à mal à cause d'un café renversé pour que le ministère de la magie soit officiellement la risée de la population. Et au delà de ça, la réaction des moldus devant ce genre de chose est totalement imprévisible. J’suis vraiment désolé … Cela ne se reproduira plus, je vous le promets Ouais, t'es gentil toi, mais tu ne sembles pas avoir fait exprès, alors qu'est-ce qui me dit que tu ne vas recommencer au prochain café renversé ?

Aiken, Enzo Maxwell, 16 ans ... mais d’après ma cousine et d’autres personnes avant que je ne perdes la mémoire, je m’appelais « Alec Zack » … ou quelque chose comme ça… J’me souviens de rien… M’sieur… Voilà autre chose maintenant ... une perte de mémoire, vraiment ? Plongeant mon regard dans le sien, je peux y lire de la peur et du remord, mais pas de mensonge. Il aurait donc vraiment perdu la mémoire ? N'empêche ... Enzo ... sache que si je m'en tiens au textes tu risques une peine d'emprisonnement pour usage irrégulier de la magie en présence de moldus. C'est important je trouve de toujours rappeler les choses tels quelles sont. Quand bien même on ne compte pas spécialement appliquer la sanction.

Sanctionner pour sanctionner n'est pas une finalité en soit. Ce n'est pas ma façon de fonctionner ... la sanction doit être constructive et dans la mesure ou le délit commis n'a pas causé de tord à autrui tout le monde en sort gagnant, non ? Rassure toi, je ne t'enverrai pas devant les tribunaux... Ton problème de mémoire, dis m'en plus.

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Jeu 26 Juil 2018 - 19:42


Enzo M. Aiken - Alec Z. Dmitriev -16 ans

Et tout comme le gamin que j’suis, je soupire nerveusement avec cette air incapable de savoir me remettre à sourire. Je stresse nerveusement parce que je prends pleinement conscience que j’ai énormément risqué là. Même si ça partait d’une bonne intention, me voilà mis aux pieds du mur. Et à part serrer ma planche dans mes bras, je colle doucement mon front contre cette dernière, le temps d’écouter ce que l’Adulte-Auror a me dire. Un ans d’emprisonnement ? … Ma tête tourne, mon sang ne fait qu’un tour et c’est avec l’air hautement surpris que je relève la tête en pâlissant à vue d’œil. Plus choqué et mal à l’aise que moi, en ce moment, je ne pense pas que cela soit possible. Alors tout en mordant encore ma lèvre, je me demande si je dois me retenir au banc pour ne pas m’évanouir ou commencer déjà à fuir pour avoir commis cette piètre boulette pareille. J’ai vraiment le don d’être aussi maladroit que malchanceux, ce n’est pas vrai, bordel !

- « … Oh bordel ! … J’y… J’y ré-réfléchirais à deux fois avant de la sortir, la prochaine fois ! … Vraiment… Sérieusement ! …… »

Puis, au final, il me rassure bien plus qu’il n’a su me faire peur en me disant que je n’irais pas devant les tribunaux. Je peux, donc, m’autoriser à respirer de nouveau tout en essayant de me détendre un peu. Ensuite, je remarque son air curieux lorsqu’il me questionne sur mon amnésie. Ainsi, tout en passant une main derrière ma nuque, je commence mon récit aussi étrange que « farfelu », bien que tout ceci est vraiment réel, pourquoi je mentirais, de toute manière, ça me servirait à rien.

- « Je me suis réveillé dans ma chambre, à Serpentard, à Poudlard, avec aucun souvenirs de ce que j’ai fait la veille, ni même avant. J’étais comme possédé avec une envie folle de « partir en vacances », de prendre l’air coûte que coûte. Je me suis rendu compte qu’à partir de là, chaque visage que je croisais, je ne les reconnaissais pas alors qu’eux, oui. … tout comme la fois où je suis tombé sur des photos de moi avec ma cousine, Élina… Je peux vous dire que c’était le moment le plus étrange de ma vie… J’aurais dû me souvenir qu’elle était enceinte… même d’elle, mais rien. Par moment, ça me frustre, mais c’est comme si j’avais subis un lavage de cerveau et que la seule chose dont j’arrive à me rappeler, c’est que j’m’appelle Enzo Maxwell Aiken, que j’ai 16 ans, que j’ai un demi – frère à Poudlard et que j’suis à Serpentard. Même les cours, je m’en souviens… Mais ça ne touche que les personnes et ça, j’comprends pas…… »

Et si après ça, je ne me liquéfies pas sur place, c’est qu’il y a comme un problème quelque part. Pour une fois que je me livre à une personne qui m’est totalement étrangère. Pourtant, dans ma tête, je ne saurais l’expliquer. Un Auror, c’est sensé veiller sur la sécurité d’autrui. Alors qui me dis qu’au fond, il pourrait bien veiller sur moi plutôt que de chercher à me nuire. Après tout, je verrais bien si ça passe ou si ça casse. Et si c’est négatif, je n’aurais plus qu’à essayer de me relever, d’assumer la moindre de mes conneries pour me remettre en selle. Après tout, je ne baisse pas les bras, autant me montrer courageux, cette fois, pas vrai ?

 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Artemis Lhow, Dim 29 Juil 2018 - 12:31



Le gamin parle encore et encore, t'expliquant les choses telles qu'il dit les avoirs vécues. Mais ton sang ne fait qu'un tour lorsqu'il prononce le nom de sa soit disant cousine. Ce n'est un prénom anodin et ce n'est pas non plus ce qu'on pourrait appeler un prénom inconnu pour toi. Mille et une possibilités te traversent l'esprit, mais tu ne prends pas le temps de les analyser une à une et laisse ton instinct prendre le dessus. Ta baguette se pose doucement sur sa poitrine tandis que ta main guide son visage vers le tiens. Pas tu veuilles l'embrasser non, mais tu veux lire dans ses yeux, et pas que ... Legillimens !

Un flot de souvenirs, tantôt claires et limpides, tantôt flous et rapides, te traversent l'esprit tandis que de grosses zones blanches te perdent en sa mémoire. Un souvenir en particulier où par un jour de pluie il semble effectivement avoir rencontré celle qu'il appelle sa cousine et qui pour ta est ce que tu as de plus cher. Rompant le sortilège, tu ranges rapidement ta baguette en veillant à ce que personne ce soit aperçu de la chose. Désolé, reprends ton souffle.

Ce n'est pas une expérience spécialement agréable, mais depuis l'attaque du Seigneur des Ténèbres sur ta compagne, tu ne peux t'empêcher de veiller au grain, plus encore que ce que tu ne faisais déjà auparavant. Tu n'allais pas laisser le gamin sans explications puisque, après tout, il a dit vrai jusque là. Je ne me suis pas présenté ... Artemis Lhow ... le conjoint de ta cousine. Tu attends une réaction du gamin, il ne devait sans doute pas s'attendre à rencontrer son cousin par alliance dans une telle situation. Toi non plus d'ailleurs...

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Lun 30 Juil 2018 - 19:17


Enzo M. Aiken  - 16 ans
Alec Z. Dmitriev
PV Artemis Lhow

Dans le doute, je finis par fermer ma bouche après mon long récit de quelques minutes. Je laisse mon esprit vagabonder de paysage en paysage, mon regard s’égarer dans l’air en se posant sur quelques nuages. Ce n’est que lorsque l’Adulte – Auror qui s’approche de moi que je me raidis. Une main sur ma nuque, l’autre pressant l’extrémité de sa baguette vers ma poitrine. D’un coup, des idées folles me viennent en tête et mon premier réflexe est de fermer les paupières, tout en posant mes mains sur ses avants – bras, par peur de « mourir ». Puis, je me ressaisis lorsque sa pression m’intime de poser mes prunelles émeraudes dans le sien au moment où il me lance expressément un « Legilimens » de plein fouet, en toute prise de conscience de ce qu’il me fait.

Est-ce que seulement, a -t- il le droit de me faire ça et de pratiquer ce genre de sort, même dans un parc moldu ? Je stresse rapidement, posant mes mains sur son avant – bras tout en commençant à paniquer. Puis, le « sortilège » s’impose et mes souvenirs défilent dans ma tête, devant mes yeux avec cette incapacité de fuir, de les fuir. Je revois ces zones vides, ces zones blanches en majeur partie. Ensuite, beaucoup trop de visage qui me reviennent en tête comme celui d’Arty lorsqu’il m’avait cogné contre la tête de lit, étrangler avant de me mordre au cou. De revoir ça, c’est un réel supplice pour moi, car je sais que sa nature humaine est loin d’être celui du monstre qu’il l’habite. Puis, mes souvenirs semblent s’arrêter sur celui de cette soirée partagée avec Élina autour d’un chocolat chaud.

Ensuite, c’est la délivrance, plus rien, plus de sensation bizarre comme si l’on fouillait ma tête à m’en retourner le cerveau. Je tousse un peu en le voyant faire, troublé, essayant aussi de récupérer mon souffle, moins qui avait du mal à respirer avec cette peur qui me tord l’estomac dans tout les sens. Par la suite, je passe une main sur mes paupières en grimaçant nerveusement avant que je ne l’écoute encore. Il se présente enfin et son aveux me perturbe plus qu’auparavant. L’Adulte – Auror n’est qu’autre que mon cousin par Alliance, et vu son comportement, tout semble s’additionner dans ma tête. Je comprends sa méfiance, sa peur vis-à-vis d’Élina. Enfin, en partie, j’ignore encore ce qu’il le motive à être si protecteur, à être autant sur ses gardes aussi. Alors, lentement, je prends une longue bouffée pour me tourner vers lui, un sourire nerveux ancré sur les lèvres.

- « …Oh … Je .. .. Enchanté… Mais … J’ignore si je dois vous … vouvoyer ou vous tutoyer. Comme je vous l’ai dit, j’ai … des problèmes d’amnésies… Je ne me rappelles pas si je vous ai déjà croisé par le passé avec … Élina … ou pas. C’est… flou…  »

En parlant de flou, je secoue encore un peu ma tête, chassant les images bien loin au fond de mon esprit, c’est vraiment trop troublant d’avoir vu ce que j’avais gardé bien loin dans mon esprit depuis que je me suis levé dans ce lit, ce matin là où cette amnésie à commencer.

- « … …Dite – moi… ça vous arrive souvent… de faire ce genre de chose… sur des élèves… ? … C’est…perturbant… voir un peu flippant… »

Lui répondis – je curieusement avant de chercher dans mon sac, cette sucette à la pomme que j’adore particulièrement. Disons qu’après toutes ces émotions, j’ai bien le droit de mériter un petit moment de consolation, après tout, non ?
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Artemis Lhow, Mer 1 Aoû 2018 - 22:48



Quelque peu adouci par les vérités que tu as pu lire en son esprit, tu adresses un sourire au garçon penaud qui ne sais plus s'il doit te tutoyer ... ou te vouvoyer. C'est compréhensible comme réaction, non seulement il n'a plus toute sa mémoire, amis en plus le contexte est bien particulier. Tu peux me tutoyer ... nous ne nous sommes encore jamais rencontré, mais là n'est pas la question. Le tutoiement ou le vouvoiement, c'est n'est là qu'une question d'image, l'un comme l'autre n'empêchent en rien le respect de son interlocuteur. C'est une façon de voir les choses après tout, comme pour cet éternel débat entre la magie noire et la magie blanche. Tout est une question de point de vue.

Non, on ne peut pas dire que ce soit dans mes habitudes. J'exploite ce pouvoir lorsque je le juge opportun, ou nécessaire. Le fait que nous ne nous soyons jamais vu et que tu connaisses ma compagne ... je ne pouvais prendre le risque de nous exposer, elle ou moi, sans vérifier tes propos. Désolé, la sensation n'est jamais très agréable. Il n'y a pas une once de remord dans ta voix, si c'était à refaire, tu le referais sans la moindre hésitation. Mais tes excuses n'en sont pas moins sincères. Un souvenir t'avait néanmoins frappé, en plus de celui qui confirme les dires du gamin, tu as pu apercevoir l'un de tes collègues sous sa forme disons .. particulière. Tu ne manquera pas de lui en toucher deux mot et le narrateur remercie son partenaire d'écriture pour cette information.

Mais revenons à nos moutons, tu ne sais pas tellement quel positionnement tenir face à ce jeune homme. Tu n'avais de toutes manières pas l'intention de l’emmener au bureau, mais un rappel à l'ordre s'imposait tout de même. Ne va pas croire que notre ... liens puisse t'éviter les ennuis. Tu aurais pu nous causer bien du soucis en agissant par réflexe aujourd'hui simplement pour nettoyer une tâche. Si tu avais été en danger, j'aurai compris ton geste, mais là, c'était disproportionné. Fait attention à l'avenir, je n'aimerais pas avoir à te recroiser au bureau.

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Jeu 2 Aoû 2018 - 19:31


Enzo M. Aiken  - 16 ans
Alec Z. Dmitriev
PV Artemis Lhow

Et s’il y avait des choses que je ne comprenais pas encore, c’était bien celles – ci. Comment qu’un représentant de la Loi, comme cet adulte qui s’avère être mon cousin par alliance pouvait-il faire usage de la magie alors que pour un adolescent comme moi, ça va jusqu’à vouloir me mettre en prison. Pourtant, il me rassure en me disant que j’ai le droit de le tutoyer, malgré que nous nous sommes jamais vu. Au fond, j’ignore si je devrais commencer à me méfier de ce type, de ces personnes qui commencent doucement à me tourner autour. Bien que je me suis toujours dis que je ne prends le partit de personne, la force des choses me force, malgré moi, à devoir faire un choix. Et ce choix, comme n’importe quel autre, j’y serais confronté toute ma vie.

La vie n’est faite que de choix, à moi de devoir faire le bon pour me permettre de m’y sentir en sécurité et soutenu par les gens qui m’aiment et que j’apprécie aussi. Ensuite, il m’avoue que ce n’est pas son genre de faire ça, mais ça ne l’a pas empêché de le faire avec moi. Sa voix ne montre même pas le fond de ses pensées, comme si son job d’Auror le sied à la perfection. Et quelque part, au fond de moi, je l’admire pour ce qu’il est, ce qu’il représente et incarne. Cet idéal, ce rêve idyllique que tout enfant « normal » rêve de devenir. Et comme une figure paternel que je n’ai toujours pas le souvenir, je le fixe de ce regard curieusement méfiant, ne sachant pas sur quel pieds danser, à part stresser nerveusement tout en récupérant peu à peu mon souffle.

- « …… J’suis vraiment désolé… Je te promets que ça se reproduira pas. … J’ai pas trop envie de finir à Azkaban… surtout pour ça.   »

Et bien que je croyais avoir eu gain de cause, l’adulte qui n’est qu’autre qu’Artemis vient de rajouter une couche pour me faire stresser davantage. Me rappelant que même s’il fait partie de ma « famille », désormais, ça ne me donnait pas le droit d’abuser de la Magie dans un terrain publique, surtout au niveau des moldus. Pour marquer le fait que j’ai très bien compris où est-ce qu’il veut en venir, je ne peux pas m’empêcher de baisser la tête, plutôt d’un air abattu, me disant que j’avais gagné le gros lot et ça, en si peu de temps aussi. Ainsi, il me tarde de rentrer, parce qu’il est clair que là, je me trouve de plus en plus mal à l’aise d’être à côté de lui.
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Artemis Lhow
avatar
Personnel de Poudlard
Personnel de Poudlard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Artemis Lhow, Lun 13 Aoû 2018 - 23:45



Il semble sincère et c'est un bon point pour lui ... tu as eu peur l'espace d'un instant de te retrouver devant un nouveau Azarty et si tu ne sais pas vraiment comment tu aurais reçu la nouvelle, tu es au moins sûr d'une chose : c'est que le monde n'y survivrait pas. Explique moi un peu ... pourquoi quelqu'un aurait-il pu vouloir effacer ta mémoire ?

En voilà une question qu'elle est bonne ! Ce n'est pas courant, donc forcement ça attise ta curiosité et à juste titre. Est-ce le fruit d'un sortilège mal lancé, un cauchemar ou une fille qu'il aurait voulu oublier et il n'a pas su doser son effort ? Ou est-ce pour lui ôter un souvenir compromettant qu'un autre aurait paniqué et mis un peu trop de cœur à la tache ?

Le soucis c'est que dans un cas comme dans l'autre, tu sais que les solutions sont presque inexistantes et qu'il ne sera pas facile d'extirper quoi que ce soit des souvenirs effacés du garçon. Dans l'hypothèse ou vous parviendriez à en faire ressurgir déjà, ce qui n'est pas une mince affaire. La dernière chose dont tu te souviens c'est ..?

Revenir en haut Aller en bas
Enzo M. Aiken
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Dans un parc

Message par : Enzo M. Aiken, Mar 14 Aoû 2018 - 19:52


FICHE PAR SWAN & Azryel ( PV Artemis Lhow  ft Enzo - 16 ans ).
Somewhere only we know...
we can hide ourself here until someone else breaks me in a million pieces.
Étrangement, je peux presque sentir une partie en moi qui s’éveille et qui ne se fait pas encore remarquer. Je me contente de rester calme, de ne pas faire de bêtises. Comme si c’était vitale d’être sage, alors qu’une partie de mon corps jure que c’est faux. Et cette sensation me démange, ça me laisse une sensation de brûlure, une démangeaison qui me laisse une sensation bizarre dans les membres. Et puis, l’Adulte me pose une question cocasse, pas loin même d’être quasi absurde devant l’idiotie dont il venait de faire preuve. Je me retiens de lui demander s’il est sérieux de me demander une telle chose et je dois pratiquement me mordre l’intérieure de ma joue pour éviter de « rire » littéralement.

- « … ..Heu… Bah… J’en sais trop rien…   »

Et là, il me demande si je me souviens de quelque chose et il y a ce « souvenir » en particulier. Celui que je range dans un coin de ma mémoire et que j’espère ne jamais trop souvent m’en rappeler. Alors, lentement, je tente de me souvenirs des détails marquants.

- « … Mmh.. D’une nuit…froide… Il y avait de la pluie… Un garçon …et ma marraine… J’avais si froid, mais chaud en même temps. J’avais mal au ventre alors qu’il y avait un bruit sourd… Une chaise qui se casse, je crois. Et le garçon… Blond, il a haussé la voix, il gueulait sur elle .. « pourquoi t’as fait ça »… Mais je suis pas sûr … C’est la …première chose que je me souviens… … C’est assez ..perturbant et j’aime pas trop m’en rappeler, ça me donne froid dans le dos et des frissons aussi… »

Le reste semble confus, et même encore maintenant, rien n’apparait dans ma tête comme si tout mes souvenirs actuels avaient du mal à trouver une suite logique, tant j’ai oublié une majeure partie de ma vie « d’avant ». Finalement, je baisse le regard avant de faire de même avec ma tête. J’ai mal à cette dernière à force de me souvenir de ce moment gênant, horrible aussi, enfin, je n’arrive pas à le décrire. Je me secoue un peu parce que je frissonnes et que la sensation m’est désagréable. C’est le même ressentit que lorsqu’Artemis m’avait sondé l’esprit, me forçant à me rappeler de mes souvenirs actuels. Soudainement, je couvre mes paupières de mes mains, j’ai du mal à respirer et je ne me sens plus vraiment bien. Puis, je grimace de plus en plus parce que mes émotions sont en pagailles et que je ne sais plus quoi penser de tout ça, tout est trop étrange, bizarre et je comprends de moins en moins tout ce qu’il se passe autour de moi. Bref, j’ai juste envie d’hurler… d’hurler à pleins poumons et c’est plus fort que moi, j’ai pas le choix, j’dois me taire, continuer d’essayer de « prétendre ».


Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Contenu sponsorisé

Re: Dans un parc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 15 sur 17

 Dans un parc

Aller à la page : Précédent  1 ... 9 ... 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.