AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres
Page 17 sur 17
Dans un parc
Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17
Jackson Hartman
Serdaigle
Serdaigle

Re: Dans un parc

Message par : Jackson Hartman, Ven 7 Déc 2018 - 9:38


PV Mangemort 84

Les pleurs. La peur. La solitude. La mort. Voilà ce qui berce le quotidien de ma famille. La lumière qui nous entourait à disparu, le bonheur c'est fait aspiré par les ténèbres... Notre combat fut inutile... Le cancer est revenu, plus fort que la dernière fois. Ma mère est de plus en plus faible, la mort aspire le peu d'âme qu'il lui reste... Mon père reste à ses côtés, chaque seconde, chaque minute comptant pour lui... Moi ? Je fuis ce combat... Je ne suis qu'un lâche... Je préfère me terrer dans un parc... Pleurant à chaudes larmes... Je suis un sorcier et je ne peux rien y faire... Le monde magique ne veut pas d'histoire avec le monde moldu... Ma mère ne pourra mais être sauver... Sauf si je demande de l'aide... Mais à qui ?!? La justice des Aurors ? La lumière des Phénix ? Ou les ténèbres des Mangemorts ?

Recroquevillé sur mon banc, les larmes coulent sur mes joues, mes mains tremblent sous la colère. Je suis seul. Seul. Me relevant je cri de toute mes forces, je déverse ma haine, ma colère et ma tristesse dans le vide. POURQUOI ? Pourquoi ? Baissant la tête, je la vide de toute pensée, je ne suis plus rien et bientôt ma mère ne sera qu'un souvenir... Et je ne pourrais rien n'y faire...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Mangemort 84, Ven 7 Déc 2018 - 9:54


Des soirées à errer dans les ruelles de Londres, à la recherche d’âme soit à torturer, soit à partisaner … il y en avait des tas. Tu ne savais plus, depuis quand avait débuté tes insomnies, depuis quand elles t’étaient devenues si utiles quand tu portais le masque. Mais tu ne te faisais pas d’illusion, un jour tes ennuis te rattraperaient définitivement, et il serait alors probable que tu t’écroules sous le poids de ceux-ci. Tes pensées se brouillent ainsi que tes pas se sont silencieux dans un Londres profondément endormi. Comme si, lorsque la nuit venait, la ville cessait de vivre, simplement. Seuls vivaient quelques chats gris, s’effarouchant à ton passage, disparaissant dans des montagnes de poubelles, non sans faire quelques bruits métalliques.

Et puis, dans le creux de la nuit, un hurlement qui déchire le ciel, qui perfore la nuit. Tu fais volte-face, et instinctivement, tu te diriges vers le parc d’où semble provenir ce bruit. Ce cri sans doute provenu d’un cœur bafoué, maltraité. Idéal donc, pour toi en tout cas. Instinctivement, ta baguette se trouve dans ta main, prête à agir lorsque le moment sera venu. Rapidement, tu trouves une silhouette, tête baissée. Tu roules tes yeux vers le ciel empli d’un noir d’encre, comme s’il te suffisait de prendre une plume et d’y écrire une nouvelle page de vie. « Pourquoi tant de rancœur ? » ou de ressentiment ? Dans la voix de la silhouette, il y a quelque chose d’écrasé, comme un poids sur la poitrine incompressible. Mais tu n’es pas altruiste, loin de là. Tu attends juste de savoir ce qu’il va te répondre pour convenir de la suite à donner à la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Jackson Hartman
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un parc

Message par : Jackson Hartman, Ven 7 Déc 2018 - 10:24


Se recroqueviller de nouveau, les bras autour de mes jambes je me balance d'avant en arrière, je laisse couler mes larmes, je ne suis plus qu'une coquille vide. Une personne sans âme. C'est ce que je suis. Plus rien ne me pousse à vivre. Cette petite flamme qui vis dans mon cœur a du mal à me faire lever la tête. A mettre l'image d'Ethan devant mes yeux, cet homme qui n'a rien demandé. Cet homme que j'apprécie énormément... C'est une voix qui me sort de ma rêverie. Une silhouette noire. Ténébreuse. Est-ce les ténèbres en personne qui est là ? Aurait-elle entendu mon appel ? Saura-tu répondre à ma détresse l'ombre ?

Ma mère va mourir.

Comment expliquer qu'il est impossible de la sauver ? Tu n'est qu'un sorcier... Peut-être ni connait-tu rien au monde des moldus, mon monde, celui où j'ai, celui qui m'a éduqué. Croyez-vous qu'on peut la sauver ? Que pense-tu d'eux ? Crois-tu qu'il faut vivre ensemble ? Faire tomber nos masques et montrer qui nous sommes réellement ? Les moldus sont sans danger. Les ténèbres peuvent-ils y faire quelque chose ?

Les bras tombent autour du corps, les larmes arrêtent de couler mais sèchent sur les jours. Le regard tombe sur son masque, représentant les ténèbres. Je m'enlève du banc, pose mes pieds à terre, essayant de rester debout. Donne moi ta réponse l'ombre. Donne moi de quoi réfléchir. Aide moi à trouver ma voie.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Mangemort 84, Mar 11 Déc 2018 - 17:20


La rancœur et l’amertume permettent aux gens d’évoluer, d’avancer, de grandir. Et parfois aussi, elles empêchent tout cela. Comme elles peuvent être un moteur, elles peuvent aussi être un frein. Tout dépend de ce que l’on fait, des choses que l’on entreprend. De ce qui force à se lever, ou au contraire à rester enrouler dans la douceur des rêves, dans la douleur des cauchemars. Qu’importe les secrets, qu’importe l’amertume, il fallait toujours se réveiller, s’éveiller, se révéler au monde.

La silhouette recroquevillée laisse transparaitre le mal-être, les mots parviennent jusqu’à toi. Une mère qui meurt, laissant son enfant esseulé, la tristesse comme seule amie et l’incapacité de voir une aube dans le lendemain. Tu avais connu cette sensation, des gens qui s’effacent, ne devenant plus que d’amers souvenirs, étranges quand les gens aimés, appréciés, désirés, ne devenaient plus qu’une nostalgie regrettable dans les cœurs les plus offerts, les plus emplis de souffrance aussi, certainement.

Il te pose une question qui te fait lever un sourcil. Tu ignores tout du gamin, de sa mère, de sa vie, de ce qu’il l’entoure. Et tu n’es pas  là pour faire baby-sitter, ce n’est ni ton rôle ni ton souhait. Toi, tu éveilles les consciences, titille les curiosités, mais tu ne changes pas les couches. Si certain.nes avaient pu arborer ces envies-là dans le passé, dans l’Ordre Noir, ce n’était pas ton cas. Alors, des questions que le gamin te posent, aucune ne retient ton attention, aucune ne la mérite à dire vrai. Tu les laisses glisser sur toi comme tu pourrais laisser glisser la pluie sur ta cape sombre. « Beaucoup d’interrogation s’extirpent de vos lèvres, mais aucune ne se démarque. Trois choses différentes, laquelle vous intéresse réellement ? Votre mère, les moldus, ou les ténèbres ? ».

Le sourire sous le masque est narquois, tu as hâte de voir comment va se défendre la silhouette souffrante, tu as hâte de voir si tu lui tendras la main, ou si, au contraire, tu participeras à sa chute, précipitation des corps et des âmes dans un puit sans fond.
Revenir en haut Aller en bas
Jackson Hartman
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Dans un parc

Message par : Jackson Hartman, Jeu 13 Déc 2018 - 14:02


Les secondes passent, le doute plane, les questions sont-elles inadéquates ? Le fait que je sois un moldu est dangereux pour les ténèbres ? Les yeux se ferment sous sa remarque, la rage bouillonne dans mon sang, la haine envers la magie est bien trop longtemps resté enfouis... Une haine inexplicable... Comment ne peut-on aider un moldu malade ? Pouvant mourir à tout moment ? Comment la magie ne peut-elle soigner ce problème ? Nous sommes capable de tout... Et pourtant... Comment puis-je choisir ? Les moldus forment mon passé, ma mère forme mon présent... Les ténèbres... Forment mon futur. J'ai promis à ma mère d'avoir un futur, quel que soit l'issu de son combat. Et je tiendrais cette promesse. Ouvrant les yeux, je m'approche de l'ombre.

Les ténèbres sont mes ancêtres. Les ténèbres sont mon futur. Vous au moins, vous bougez pour faire changez les choses.

Les bonnes actions ne feront rien dans ce monde, les plus grands nous regardent, tout en haut de leur sommet, en nous pointant du doigt et en rigolant. Ils se fichent des opinions des sorciers, tout ce qu'ils veulent c'est le pouvoir et l'argent. M'approchant encore plus de l'ombre, je pose mon regard là où le sien devrait être.

Pouvoir changer notre monde. C'est ce que je veux. Nous sommes cachés à la vue des moldus car NOUS sommes un danger pour eux ! Nous ne craignons pas leurs armes, les nôtres sont plus rapides, plus efficaces et ils ne peuvent se défendre. Nous devrions les aider, nous devrions être leur chef.

Les mains tremblant sous ce discours, mes yeux reflétant l'envie d'aider, j'attend la réponse de l'ombre. Est-elle satisfaisante ? Ou suis-je complètement à côté de la plaque ? Vais-je pouvoir mettre un pied dans ce monde interdit ? Ou ma vie vas-t-elle s'arrêter ici et maintenant ? Toutes les réponses sont ses mains.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Mangemort 84
avatar
Mangemort
Mangemort
Spécialité(s) : Transplanage
Legilimens


Re: Dans un parc

Message par : Mangemort 84, Hier à 22:07


Tu as posé les questions que tu avais à poser, tu attends donc ses réponses. Espérant qu’il soit capable et apte à te faire  quelque chose qui tienne debout. Qui ne vacille pas dès les premiers mots, qui ne montre pas des faiblesses déjà trop criante à ton gout. Le pire, serait sans doute un discours empreint d’une bêtise sans nom. Trop de jeunes sorciers pensaient posséder la science infuse, et au final … qu’en était-il réellement ? Les premiers mots qu’ils te laissent te font pousser un soupir d’exaspération. Ce ne sont pas des mots nouveaux, maintes fois entendus, répétés, par celles et ceux qui voulaient avoir de l’importance aux yeux de vos masques. Alors, comment se sortirait-il du carcan du discours trop de fois entendus ?

Il se rapproche, et tu ne bouges pas, pas un cil ne tremble alors qu’il tente de percer le masque balafré de ses prunelles, cherchant sans doute les tiennes. Il indique vouloir changer le monde. Bon point. Tu as l’impression d’être un instituteur qui distribue les belles images aux élèves qui ont été sages. Et lui, entrait-il dans cette catégorie ? Tu n’en étais pas certaine vu la suite de son discours. Asservir les moldus ? Devenir maitre de leurs problèmes. Tu ricanes.

« Ne croyez-vous pas que nous avons déjà assez à faire ? ». Il n’avait pas tort dans le sens où les sorciers représentaient un danger pour les moldus. Mais il fallait voir … différemment. Autrement. « Nous avons beaucoup à apprendre d’eux, et eux de nous, cela ne fait nul doute. La force ne résout pas tout, vous savez ? ». La baguette se pointe sur la tempe du jeune sorcier. « Il faut mettre du  plomb dans votre cervelle très cher ». Menace à peine voilée, tu avais hâte de savoir comment il réagirait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Dans un parc

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 17 sur 17

 Dans un parc

Aller à la page : Précédent  1 ... 10 ... 15, 16, 17

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Londres ~¤~ :: Rues de Londres-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.