AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 9 sur 10
Europe de l'Ouest
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
Ulysse Daiklan
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor

Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Mer 10 Jan 2018 - 1:48


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya


Le tissue loin de mon corps tandis que je tente d’éviter la combustion spontanée. Et elle, elle fait quoi ? Elle rit ! Elle rit. Non mais vous vous rendez compte ? Bon, je sais qu’elle est magnifique quand elle ris et que du coup j’ai juste envie d’en rajouter une couche mais voilà. Je suis en train de brûler ! Puis attends ou un gosse ? Quoi que toute à l’heure elle a dit que les gosses patinaient mieux que moi. Elle veut dire que je patine mieux c’est ça ? Héhé je le savais.

Un sourire tandis qu’elle capture ma main pour m’amener je sais pas où. Ah bah, je sais ou. Je regarde mon environnement tandis qu’elle se charge de nous enfermer. Mon cœur bat étrangement dans ma poitrine, ventre de nouveau retourné. Je reste silencieux, de toutes façon après sa question je n’ai pas le temps d’esquisser le moindre mouvement qu’elle commence à enlever ma chemise par elle-même. Enfin la déboutonner.

Mes yeux fixés sur ses mains tandis que je la regarde se mordre la lèvre. De nouveau je sens mes pupilles se dilater, mon sang bouillonner dans mes veines, mes lèvres esquissant d’elles même un léger sourire. Ses yeux relevés vers les miens, j’écoute ce qu’elle me dit, tentant de me distraire comme je peux. Mes oreilles bourdonnent et mon estomac se contracte un peu plus, je ne sais même pas comment j’ai pu comprendre la majeure partie de son message.

- Comme si t’avais besoin d’une tenue d’infirmière.

Ok, mission oublier ratée, j’ai juste encore plus d’image qui défilent dans ma tête. Heureusement comme d’habitude c’est la blonde qui arrive à faire taire mes pensées d’une façon plus qu’agréable. Un grognement s’échappant de ma gorge tandis que ses lèvres se pressent sur les miennes. Le gout de chocolat envahis doucement mes papilles et un frisson se propage le long de mon torse pour venir se loger plus bas. La retenue dont j’ai fait preuve jusqu’ici semble vouloir disparaitre. Un mélange de passion et de tendresse s’empare de mes sens, alors que je savoure un peu plus cet arrière-goût de chocolat qui lui va si bien ?

Ma main se pose sur sa hanche, je la rapproche de moi. Près, encore plus près, j’avance à mon tour. Sans même m’en rendre compte je la pousse lentement contre le lavabo où elle a posé sa baguette, mon autre main étant allée me perdre dans ses cheveux dorés. Mes lèvres quittant les siennes avant que je ne recule pour plonger mon regard dans le sien, ma respiration saccadée et la lèvre tremblante.

- Tu me rends dingue...

Ma voix rauque et basse me surprends moi-même. Je descends doucement jusqu’à son cou, embrassant la peau sous mes lèvres. Son odeur me donne envie de plus. Instinctivement ma main se resserre sur le tissu. Ce serais tellement facile de juste tout faire remonter, de la revoir comme je l’ai vu. Ma main glisse de sa hanche jusqu’à son dos, je me colle un peu plus contre elle. Je remontre jusqu’à embrasser cette peau si sensible derrière le lobe de l’oreille.

Se mesurer, savourer au lieu de se précipiter. L’endroit n’est peut-être pas adapté, mais par tous les dieux ce que c’est… excitant. Juste elle, moi, loin des problèmes, profitant tranquillement d’une terrasse parisienne pour s’oublier un peu plus. A l’instant présent rien d’autre ne compte. Rien d’autre dans mon esprit. Juste l’idée entêtante de sa voix, elle, et de ma peau contre la sienne. Mon corps réagit tout seul à ces idées, me faisant contracter un peu ma main sans ses mèches blondes. Mes envies que je tente tant bien que mal de contrôler. Par tous les dieux, Lhiya.

Je te veux.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Mer 10 Jan 2018 - 12:47



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel



Bien, pas besoin de tenue d’infirmière. Je le savais hein, ce n’était qu’une vaine tentative de garder un semblant de retenue, ou de distance, ou quoi que ce soit qui aurait pu faire patienter avant de venir me nourrir d’un de tes baisers. Raté, tant pis, de toute évidence tu t’en foutais. Alors comment voulais-tu que je fasse pour te prodiguer un seul soin alors que tout ce que je sentais était la précipitation de mes battements de mon cœur au contact doucereux de ta main sur ma hanche ? Heureusement que t’étais pas en train de te vider de ton sang, car ce genre d’étreinte étourdissante t’aurais réellement fait tourner la tête.

Car oui ces quelques mots discrets glissés au détour d’un souffle trop court ne m’avaient pas échappés. J’avais juste rien d’utile à y répondre si ce n’était en glissant ma main dans tes cheveux, te gardant niché dans mon cou. Envie de rien d’autre. Te garder près de moi,  plus près encore. M’enivrer de ton parfum, m’étourdir du parcours de tes lèvres sur ma peau, de tes doigts encore timides sur ma chemise. M’en délecter comme si c’était la première fois. Les découvrir sans rien d’étrange coulant encore dans mon sang.

Approuver,
Valider,
Vouloir plus,
Maintenant,
Égoïstement.

Et frissonner un peu plus à chaque fois, au moindre mouvement de ta part. Une vrille d’estomac de plus, et plus rien n’existait, hormis toi, et moi. Le chocolat chaud semblait bien faible sous le désir gourmand de te gouter une nouvelle fois. De toute évidence, plus besoin de vérifier lequel des deux était le plus appétissant.

J’aurai pu me précipiter et laisser le bout de mes doigts jouer avec ta boucle de ceinture, t’en dépourvoir rapidement, et consumer entièrement ce feu vibrant en moi. J’aurai pu. Mais à la place, j’étais partie rechercher le gout de tes lèvres, les effleurant doucement, te privant d’un baiser juste pour te frustrer, juste, pour te rendre fou, voir jusqu’au tu tiendrais. Le supplice était exquis, attisant la moindre de mes envies, exacerbant le moindre ressentit… Tu m’excuseras si ne j’arrivais pas à résister au propre jeu que je venais d’initier.

D’un nouvelle caresse aux arômes cacaoté, hors de mon sourire malicieux quelques mots trouvaient un chemin où se frayer « Et cette brulure alors ? ». Non pas que je m’inquiétais des ravages d’une boisson lactée sur ton torse, mais juste te faire patienter encore un peu, jusqu’à ce que tu ne tiennes plus m’amusait. Pour te titiller un peu plus, j’avais glissé la pointe de ma langue sous ta lèvre supérieure. La taquinerie était trop tentante mais bien trop appétissante….

Un baiser humide après un simple coup d’œil pétillant à ton attention, je ne respectais même pas moi-même les règles du jeu que j’avais imposé. La tentation était bien trop belle pour que je parvienne à lui résister... une nouvelle fois…

Laisse-moi juste jouer avec toi une nouvelle fois…
Ici, ou ailleurs… Qu’importait tant que l’ivresse y était…
Laisse-moi juste être gourmande...
Ici ou ailleurs… Qu’importait tant que tu t’en régalais...
Laisse-moi juste continuer à me foutre du reste...
Ici ou ailleurs… Qu’importait, rien d’autre existait..

Oh, j’aurai peut-être du préciser, que la frivolité de la passion dévorante n’avait que faire de brides de sentiments que j’aurai pu éventuellement conserver à un moment donné. Peut-être… Mais là, j’avais d’autres d’autres chose en tête trop occupées à se repaitre de la chaleur de ta peau.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Ven 12 Jan 2018 - 0:45


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya

Advertising: Contenu sensible (sexuel)



Ces… Ses mains fines perdues dans mes cheveux, provoquant un délicieux frisson le long de mon dos. Ses lèvres qui viennent me chercher puis le fuient, laissant un grognement incontrôlé sortir de ma gorge. Mes muscles semblent se contracter tous seuls contres elle. Une phrase lâchée entre deux baisers qui me fait doucement sourire, son souffle irrégulier me donnant l’envie de continuer et sa langue contre ma lèvre qui me fait perdre tout sens des réalités.

- Quelle brûlure ?


Plus qu’une taquinerie, le résultat du contacte de nos peaux. J’en oublie tout. Le lieu, les chocolats, les cours. Mes oreilles n’entendent plus que le bruit de nos respirations, ainsi que celui tout son pouvant émaner de la Serpente contre moi. Juste elle, une fois encore, la sentir se tendre et frissonner contre mes gestes. M’enivrer, encore et encore, de son odeur, de son toucher.

Ma main contractée passe d’elle-même sous sa chemise, renouant avec ce contacte bien trop lointain, me donnant envie de plus. Un sentiment d’appétit insatiable me prend, comme toujours au contact du succube. Mon estomac se retourne, ou se contracte je ne sais plus. J’ai juste conscience de son baiser, de ma langue qui viens jouer avec la sienne alors que ma main trace son chemin. Depuis son dos, jusqu’à sa hanche, puis son ventre. Un simple effleurement, presque timide tandis que je ressors pour déboutonner à mon tour sa chemise. Je ne l’enlève pas, préférant glisser de nouveau mes lèvres dans son cou, mes mains dans son dos.

Une accroche familière que je fais sauter tandis que je descends plus bas, mordillant doucement sa clavicule au passage. Puis redécouvrir du bout des lèvres d’autres galbes de son corps. Perdre encore plus la notion du temps, reprendre des sensations familières et toujours aussi excitante.

La parcourir du bout de la langue, faisant tomber ma chemise, humide. De toute façon le tissu était devenu presque froid contre mon corps, le sien me semblait bien plus ardent. Ma main glisse de nouveau, effleurant ses côtes jusqu’à descendre contre sa cuisse, puis remonte sur le même chemin en emportant le tissu de la jupe avec elle. Les saltos dans le creux de mon ventre m’invitent à continuer. Je parcours ses formes puis retourne l’embrasser, mettant mes mains à l’arrière de ses cuisses. Je joue, la taquine, maitrisant mon envie qui se fait ressentir dans tout mon corps. Ma langue vient quémander la sienne, mes mains remontant jusqu’à ses seins. Je la veux. Puis, mes lèvres se détachent et descendent de nouveau le long de ce parcours trop de fois tracée. La bouche, son cou, sa clavicule. Son nombril recouvert par la remontée de son bas, alors que mes mains sont parties faire descendre un dernier rempart. Un regard noir d’envie, vu d’en bas.

Dans une ultime lutte je m’abandonne à elle, à son plaisir. Redécouvrant son intimité, son goût, son toucher. Mon corps semble se mouvoir tout seul, cherchant à relâcher toute la tension accumulée entre nous deux. J’écoute, me soumet, au plaisir d’une chair originellement interdite. Dans les, rues de Paris. Je l’ai suivie, je me suis perdu.

J’ai poursuivi la nuit, de tous les vices… et de tous les délices.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Ven 12 Jan 2018 - 14:15



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel
♫♫


(づ ̄ ³ ̄)づ Contenu sensible +18




Je n’avais pas entendu ta question,
                                                          il était trop tard,
                                                                                     bien trop tard.


Elle était importante ? Si c’était le cas, je m’excuserai plus tard, là je ne pouvais pas, je n’y arrivais pas, j’m’en fouttai de cette brulure. M’en veut pas, tes caresses m’enflammaient bien plus qu’une simple boisson….

Un frisson parcourrait l’échine de mon dos sous la danse de tes doigts enfin devenu curieux. Le supplice de l’attente m’enivrait doucement, alors que je me perdais dans le chant de ton souffle plus précipité et le rythme de mes battements de cœur étouffé. Quelque pas de danses avaient étaient abandonné au détour de la course de tes lèvres. Mon corps se tendait, s’électrisait instantanément sous la chaleur de ta main venue dessiner, taquine, les courbes de mon corps.

Ne cesse pas…

Mon estomac était traitre, se tordant alors que tu glissais plus bas, toujours plus bas. Je te regardais faire, me mordant la lèvre inférieure, tachant de me contenir encore un peu plus, nourrissant agréablement cette frustration grandissante, attisant le désir brulant de me perdre en toi… Encore une fois, loin de l’interdit, loin des peu de barrières qu’on avait su garder, loin de tout… Juste en étant moi…

Ne t’arrête pas…

Les mains glissées dans tes cheveux, je t’avais ramené à moi, m’abreuvant brutalement de tes lèvres, délivrant le brouillement de mon être, m’abandonnant entièrement à toi, à nous…. Un terme illusoire, prenant forme que sous cette incapacité à me refuser à cette dance étourdissant de nos corps… Je goutais, savourais, m’oubliais entièrement, en une cambrure t’accompagnant à chaque instant, en quelques sons non contenus, en cette volupté volée…

Permets-moi de respirer pour de vrai….

Je répondais à ce désir primaire de te laisser ce feu me consumer, de te consommer, entièrement, pleinement, ce soir, un autre, autant que tu voulais. Moi, je n’y mettrais pas fin, et me laisserais tenter à la gourmandise si tu me laissais faire. A chaque fois qu’au détour d’un regard bien trop coquin, tu me répondais... Et en dernier baiser, j’avais mordu doucement ta lèvre alors que notre chrographie se fanait lentement.

De me sentir en vie….

Le rose de mes joues, ma respiration haletante me trahissaient, alors je me taisais un instant plantant mes opales pétillantes dans les tiennes, laissant un sourire amusé prendre possession de mes lèvres. Une de mes mains était partie cherche ma baguette de sorte à pouvoir récupérer les tissus dont tu m’avais dépossédé et claquais non chalement un baiser léger sur ta bouche alors que mes pieds retouchais le sol.     « On va se le boire ce chocolat ? ». Bah ouai, de base, c’était ce qu’on était venu faire. Amusée, j’te tendais ta chemise passé sous récurvite et  Consectetuer Dryer « Evite de m’obliger à nouveau de te la retirer de suite.. » Clin d’œil de circonstance avant de terminer de me reboutonner.

In your Hate,  I’ve found God
In our sins I’ve found Life
In your touch, I’ve found the way
To Breathe…
And you don’t know…
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Sam 13 Jan 2018 - 17:18


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya

TW: Contenu Sensible Sexuel.


Je me perds contre son corps. Ma bouche, ma langue la parcours avant qu’elle me fasse remonter, sa main dans mes cheveux rajoutant des frissons sur ma peau brûlante. Nos lèvres mêlées, bloquant ma gorge d’excitation à l’idée qu’elle se goute à travers moi, me faisant perdre toute retenue. Les sons se perdent, doucereux à mes oreilles alors que je me fais sien, que je la fais mienne. Quelques instants, juste être nous-même, l’un avec l’autre, ne plus rien avoir à penser. Savoir qu’on peut s’oublier, dans un plaisir sans faux-semblants.

Poser mes mains sur sa cambrure, atteindre le point de non-retour, et se laisser happer entièrement. Puis reprendre sa respiration, haleter à deux, ses dents autour de ma lèvre tordent de nouveau mon ventre. Sa poitrine toujours envoutante se soulève plus rapidement, en cadence avec mon torse. Ses joues rouges, son corps, ses gestes, me donnent envie de plus, heureusement que mon corps n’est pas capable d’enchainer aussi bien que celui d’une femme.

Je passe doucement un doigt sur ses lèvres alors qu’elle se décide à lâcher un sourire, auquel je réponds. Et ce regard, je crois qu’elle pourrait faire céder le pape. Je m’éloigne, et elle prend sa baguette. Elle rattrape ses vêtements, de nouveau un baiser. Sourcil levé. Une fois deux fois… Je crois que tant qu’elle le voudra, je le voudrais aussi. Sa réflexion sur le chocolat me fait lâcher un rire tandis que je m’attèle à me rhabiller.

- Evidemment qu’on va le boire, j’ai faim en plus, ça te dit qu’on aille manger un truc au passage ?

Pantalon relevé je récupère la chemise qu’elle me tend. Oh c’est tout propre et tout chaud !  Faut vraiment que j’apprenne tous ces sorts utiles. Peut-être que je lui demanderais de faire professeur particulier ! Sa phrase me fait hausse les sourcils, le tissu capturé dans ma main je me penche vers elle. Cheveux dorés, dégagés du bout des doigts tandis que je pose un baiser dans son cou.

- Tu as raison pas tout de suite.

Je me relève avec un sourire totalement innocent. Ma chemise que j’enfile et reboutonne avant de regarder dans le miroir pour remettre mes cheveux en place. J’attends qu’elle ait finis avant de sortir et de commander de nouveau, deux chocolats chauds. Mh ça manque d’alcool tout ça, j’en prendrais surement un par la suite.

Un sourire vers la demoiselle, je me rassieds à la table comme si de rien n’étais. Sourcil levé j’attends la commande. Je ne saurais pas dire quelle sera la suite des évènements. En fait, je n’étais jamais vraiment allé à Paris. Je suppose qu’il y a plein de trucs à faire par ici.

- Alors, il y a un coin de la capitale française que tu souhaiterais découvrir ?

Cette fois-ci, pas de chocolat chaud renversé. Juste une attente avant de savoir ce qu’il pourrait se passer. J’ai bien vu qu’elle semblait vouloir admirer les rues toute à l’heure, mais il doit y avoir des choses bien plus intéressants que ça je suppose. Déjà le palais où l’on était était magnifique, je sais pas s’il y a d’autres bâtiments comme ça. A voir, à voir.

Je bois dans ma tasse. C’est chaud, c’est bon. Mais encore une fois j’ai faim et… ça manque définitivement d’alcool, dommage. Je relève la tête vers le ciel, pas d’étoiles, vive la pollution. L’air frai fait du bien quelque part. Un soupire me prends, et je me surprends à ne pas penser au reste. Comme si mon cerveau faisait un blocage. Avec elle, on est nous-même, qu’importe le reste. Qu’importe s’il faut se perdre dans d’autres méandres pour atteindre cette bulle, tant qu’elle le veut, je crois que je le voudrais aussi. C’est dangereux.

Mais dieu que cette sensation de liberté fait du bien.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Lun 15 Jan 2018 - 16:02



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel noté dans nos signs...


Ce doigt sur ma lèvre…  J’avais fait un effort pour ne pas venir à sortir un bout de langue juste pour l’embêter... Une « chance » qu’il accédait à ma requête et que la boisson chaude l’intéressait, sans quoi, on se serait fait déloger rapidement de ce hall à force de rester dedans. Déjà que ça ne faisait pas très discret de devoir sortir en même temps de cette pièce, moi avec mes joues encore rouges grâce au délicieux frisson procuré par un bisou dans mon cou, et lui, à demi ébouriffé. D’un simple sourire malicieux à sa remarque, je notais qu’il était pas contre de nouveaux soins particuliers et le suivais en extérieur après avoir retiré le sortilège de la porte. Pas un regard au le gérant du café. Si on pouvait éviter des questions et un sortilège à jeter pour être tranquille ça m’arrangeait.

Retrouvant notre table, et accessoirement mon premier chocolat devenu froid, j’haussais un sourcil à la proposition de jouer les touristes. La seule fois où j’étais venue en France, c’était avec l’école, du coup, je n’avais jamais pris le temps de me balader dans le coin. Sur le coup, j’aurai pu trouver que l’activité faisait un peu  « too much » en compagnie du blond, mais en fait, il y’avait quelque chose que je voulais voir à tout prix. Les hauteurs de Big Ben me plaisaient depuis que je pouvais transplanter, celles des toits Londoniens tout autant. Et même s’il faisait froid, je ne pouvais pas me permettre de louper Paris vu de haut.

Un large sourire avait pris place sur mes lèvres, ce que le serveur semblait avoir pris pour lui vu le sourire en retour que j’obtiens sans le vouloir, et je montrais d’un coup de menton l’architecture de la tour Eiffel sur le coté. « Un point de mire. Celui-là ou celui de Montmartre plus loin ». Oui ça faisait cliché, mais je m’en foutais. Si j’avais déjà réussi à faire semblant avec le blond, je ne savais même pas quand c’était. En tout cas ce n’était pas maintenant que j’allais me mettre à minauder ou à me refréner sur quelque chose que je voulais faire car il était là. C’était d’ailleurs étonnant que je sois aussi naturelle et moi-même avec lui. Mais je ne cherchais pas comprendre. Ca me plaisait, et c’était tout ce qui m’importait.

Je terminais ma tasse, me délectant du picotement agréable du liquide chaud sur la langue et attendais un instant qu’Ulysse fasse de même. Un minimum de politesse, après tout, c’était lui qui avait réglé la note en commandant, je pouvais bien lui octroyer une ou deux secondes de répit avant de l’entrainer dans une ruelle sombre pour transplaner tranquillement. Mon écharpe grand froid enfilée correctement, je reboutonnais ma veste, enfilais mes moufles et me levais une fois qu’il avait posé sa tasse vide sur la table pour lui prendre la main et le tirer vers le petit kiosque souvenir par très loin.

J’avais repéré les cartes postales depuis la terrasse du café, et si je ne comptais pas en acheter à la base, il y’avait un petit quelque chose que je voulais tenter. « Tu nous as fait venir juste avec une image non ? » . Payant l’illustration, je l’inclinais pour que l’effet 3D fasse son effet et trainait le blond avec moi sur une rue dénuée de passants en même temps. «Du coup, j’fais l’trajet ». Un coup d’œil amusé, et mes doigts resserrés au tour des siens, juste pour prévenir que je lui laissais que quelques secondes pour se tenir comme il faut. Ça serait dommage de le perdre en cours de route dans le néant quand même, surtout que la soirée était pas finie…

Avoir la petite carte en relief était réellement pratique pour se faire une idée de là où je voulais nous amener. J’aurai pu choisir les balustrades prévues pour les touristes, mais tout comme pour notre jolie horloge historique, je préférais la zone juste au-dessus. Le but du jeu : ne pas avoir le tournis ou la nausée en arrivant pour ne pas chuter. Laissant derrière nous guère plus qu’un crac sonore, mes pieds trouvaient un plancher de ferraille et un tas d’installations techniques dédiés à je ne savais trop quoi. Seule certitude : récupérer rapidement notre équilibre et dire à mes hauts le cœur de se taire.

Machinalement, ma prise sur le bras d’Ulysse l’avait ramené un peu plus à moi, histoire qu’il bouge pas. J’avais jamais fait attention à son état après un transplanage, mais dans le doute, je préférais qu’il reste tout à côté, et puis, je disais pas non à un câlin en rab. Ma vision étant revenue correctement, après un ou deux papillonnages de cils dorés, je posais les yeux dans un premier temps sur Ulysse pour vérifier que ça allait, puis sur le décor lumineux qui s’offraient à nous. Les étoiles dans le ciel avaient raison de rester cachées face au scintillement de la « ville lumière ». Au loin, une grande roue semblable à la nôtre accrocha mon attention plus que le reste.   « Mooooooh eux aussi ils en ont une » Enthousiasme enfantin né de l’adoration de tout ce qui pouvait m'offrir une vision différente du monde que celle qu’on avait sur le plancher des vaches.

Un peu trop excitée, je pointais du doigt tout ce qui attirait mon attention, regrettant de ne pouvoir faire comme le sortilège des étoiles pour avoir le nom de chacun des monuments qui se découpaient de milles couleurs dans le noir. La brise fraiche s’engouffrant dans les cheveux m’avait fait me lover contre le blond alors que je n’avais de cesse de lui montrer le moindre éclat lumineux émerveillant la gamine insouciante que je restais malgré tout. Surtout avec lui…
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Mar 16 Jan 2018 - 1:00


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya


Son sourire appelle le miens avant qu’elle ne me montre la tour Eiffel du bout du menton. Quelques secondes… minutes ? Pour finir ma tasse et qu’elle ne m’emmène au loin. Il était bon ce chocolat mais… Il avait le même gout que ses lèvres. C’est très perturbant de vouloir se sortir quelque chose de la tête et qu’on nous y rappelle constamment. Comme si nous propre souvenir n’étaient pas assez suffisants. Ses doigts emmitouflés autour des miens, à me tirer près d’un Kiosque encore étonnement ouvert. Je comprends rapidement ce qu’elle veut faire mais… pourquoi payer ? Je veux dire, il suffisait de regarder non ? Enfin ça, je n’ai pas le cœur à l’évoquer en la voyant si joyeuse en possession de cette carte postale.

Ses cheveux dorés tombant devant l’image presque animée, lui donnant l’air d’une enfant qui étudierais une carte très complexe. Un sorcier aurait compris, mais les moldus ont sans doute été surpris. Pas grave, c’est moi qui lui ai demandé ce qu’elle souhaitait faire, je ne vais pas me plaindre maintenant qu’elle a décidé. Je crois que le moment le plus amusant fut quand elle m’a tiré dans une rue déserte. Huhuh ?

- J’te fais confiance.


Phrase un peu trop vrai, lâchée avec un sourire tandis qu’elle agrippait mes doigts. Je m’accrochais un peu plus fortement, assez en tout cas pour ne pas la lâcher dans le néant et le Rien. Un Crac sonore retentis et nous voilà rapidement les pieds sur la plateforme. Je ne sais pas si elle me soutient ou l’inverse, reste-il qu’elle s’est accroché à mon bras, me procurant un nouveau point de repère. Inspirer, expirer. Je la vois se tourner vers moi, comme à la recherche d’une quelconque validation. Un simple acquiescement de tête avec un grand sourire en prime pour lui répondre.

Pas beaucoup de temps pour reprendre conscience, que les étoiles au sol illuminaient nos yeux. Son doigt pointé vers la Grande Roue parisienne, qui semblaient bien plus l’amuser que la nôtre. Beaucoup doivent se sentir jaloux de voir ces roues tourner dans la capitale. Pas moi pour l’instant, là je me sens simplement bien. Nous sommes au-dessus, observant le monde depuis un angle par lequel personne n’a le droit de le voir.

- Oui mais la nôtre est mieux parce que c’est l’original !


Un sourire en coin comme pour la défier de me dire l’inverse. De toute façon elle a l’air lancé dans son idée de me citer tous les bâtiments Parisiens. Ses yeux pétillants et son air amusé me font me détendre un peu plus. Par tous les dieux combien cette fille a-t-elle de facette ? Dans la volière, dans les cachots, dans les cuisines, sous les étoiles, dans les recoins de la salle sur demande et ce soir. J’ai l’impression de n’avoir jamais eu la même Elhiya deux fois d’affilé. Quelque part, ça me plait, de me dire qu’elle me laisse voir tout ça. Par réflexe, en l’écoutant, je la prends dans mes bras. Puis c’est bien plus rapide pour voir quel bâtiment elle me pointe exactement. Le nm de l’un d’entre eux me rends… circonspect.

- Les tuileries ? Genre, c’est un endroit où il t’arrive que des tuiles ?


Bizarre comme nom. Le vent de la hauteur nous frôle doucement, faisant voltiger ses mèches… jusqu’à mon nez. Je tente de me débattre avec la tête mais rien n’y fait. Au final, si nous sommes des hommes ce n’est pas pour rien je suppose. Je détache ma main de son corps pour venir décaler ses cheveux sur le côté, et éviter qu’ils ne me volètent dans la tête à n’importe quel occasion. Un baiser lâché sous son oreille au passage, ne résistant pas à l’idée de mordiller un peu la peau sous mes dents avant de me redresser et que l’un des bâtiments retienne mon attention.

- Eh regarde là bas ! C’est pas là où on était ? Waaaah ça a l’air tout petit vu d’ici. Genre dedans ça paraissait immense.

En disant ça, comme pour mieux voir ce dont je parlais je m’étais détaché de la blonde. Avançant de quelques pas sur la plateforme, faisant attention à ne pas tomber, je regardais ce petit point s’illuminant de bleue et de rose mélangé au toit enneigés de Paris. Un grand sourire en direction de la demoiselle et l’un de ces regards que je ne peux pas maitriser. Je continue de regarder, faisant des allers-retours entre les bâtiments que la blonde m’avait montré. Alors que sur Paris, je ne connais qu’un seul lieu autre que la Tour Eiffel, l’Arc de Triomphe.

- Tu sais que je suis nul en lieux et dates historiques ? C’est un comble parce que mes parents sont tout les deux Historiens en quelque sorte. Mais non, peu importe ce qu’ils tentaient, impossible de faire rentrer le moindre par-cœur dans ma caboche. C’est fou quand même.

J’haussais les épaules, ne sachant pas vraiment pourquoi j’avais dit ça. C’est un fait, je suis nul avec les trucs qui ne sont pas visuels. Si ça raconte pas l’histoire, si on ne se sent pas pris dedans… J’échoue complètement. Les dates, la géographie, l’arithmancie… Et même les potions ! Je suis bon dans cette matière parce que c’est la seule que je bosse à fond, je me force. Mais le reste, me passe au-dessus de la tête. Alors que y’a des moments, des choses qui ne me serons pas forcément utile, et je sais que je m’en souviendrais toute ma vie. Mon regard passe de Paris, à Lhiya, à Paris. Oui. Des moments comme celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Mar 16 Jan 2018 - 11:57



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel noté dans nos signs...
LA Eury




Il me faisait confiance hein ? Après ce que je lui avais fait dans les cachots en même temps, je ne pouvais pas lui faire grand-chose de pire en même temps… Mais les mots avaient sonné étrangement en moi, comme s’ils étaient de trop, comme si je le savais déjà quelque part. J’avais juste souri ne voyant pas l’intérêt de rajouter quelque chose. Et pourtant, logée entre ses bras, lovée dans sa chaleur, ces quelques mots étaient venus me chatouiller l’esprit, m’intimant que j’aurai dû réagir. Etrange. Ca faisait un petit moment que ma Conscience était restée bien sage à ne pas m’imposer des questions stupides, je ne voyais pas ce qu’elle tentait de faire à nouveau ce soir. J’avais secoué brièvement la tête de gauche à droite, balançant quelques mèches blondes en prime voler au tour de moi avant de pouffer à la question d’Ulysse.

Je ne connaissais pas grand-chose à l’histoire de la France, j’avais juste surtout écouté Eurydice, amoureuse du pays m’en parler. Ses opales pétillaient toujours quand elle se perdait en quelques détails sur ces monuments historiques. Mon intérêt avait toujours été nourrit que par le plaisir que lui procurait ces discussions sur une cité qu’elle semblait adorer. Je n’aurais jamais cru que ça puisse me servir un jour. « Mais non.. C’est un palais, avant y’avait une fabrique de tuiles je crois. Y’à un joli jardin à ce qu’il paraiiiiit » Un bisou sur une zone sensible, me prenant par surprise faisant monter d’un ton ma fin de phrase sans que je ne le veuille. Frisson en prime et chaleur caractéristique se diffusant dans mon estomac. Ça allait devenir très compliqué de jouer les touristes sur perchoir s’il s’amusait à éveiller quelques doucereuses images à chaque changement de lieux.

Mais de toute évidence, Ulysse avait la capacité à reporter son attention sur tout et n’importe quoi en une fraction de seconde, m’arrachant un sourire amusé alors qu’il montrait le palais de glace qui nous avait accueillis juste avant. Un air frais dans mon dos fana rapidement mon sourire, il se décollait pour s’approcher un peu plus du vide, comme s’il pouvait y voir mieux de quelques pas en avant. Machinalement, en une pointe désagréable enserrant mon ventre, ma main avait chopé le bas de sa veste, le tirant un peu vers moi. Réflexe inconscient. Généralement, cette qui jouait en équilibre sur les bords de bâtiments c’était moi, pas les autres… Mon cœur ratait un battement sans que je ne puisse le raisonner, alors que les mèches dorés d’Ulysse virevoltaient doucement d’un bâtiment à l’autre. Il n’allait pas tomber, fallait que je lâche le bout de tissus et que je fourre mes mains dans ma veste. C’était bien ma veste. Voilà, mimines rangées dans les poches, comme si de rien n’était -ou presque- et répondre à ce qu’il disait. Il disait quoi ? A oui, ça faisait petit. « Et c’est moi l’enfant après ? » J’avais pouffé doucement en souriant. Vu la hauteur toute la ville ressemblait à une immense fourmilière, logique, et en soit c’était ce que j’aimai. Avoir l’impression que rien n’avait vraiment d’importance en ce monde tant qu’on changeait de point de vue. Rien hormis ce qu’on voulait qui le soit.

Un peu comme ce moment. Juste car j’étais avec lui ou du moins, juste car j’arrivais parfaitement à être moi-même avec lui. Qu’aucun raisonnement stupide ne venait m’envahir ou m’agacer, juste car... je pouvais tout simplement respirer…Alors, mon sourire était peut-être un peu trop doux face à ce qu’il me racontait sur son manque d’attrait pour les date alors que ses parents étaient historiens, mais tant pis. D’un haussement d’épaule, je laissais mon regard parcourir les lumières de la ville, m’arrêtant sur les lueurs du champ de mars juste en dessous de nous. « C’est pas grave, je veux bien faire cours de soutien. Même si en histoire j’accroche pas vraiment non plus. Si je reconnais ici, c’est à cause d’une de mes meilleures amies en fait » Même pas de clin d’œil à l’évocation de jouer les prof particulier, le rehaussement de mes joues rebondies suffisait amplement à laisser entrevoir le large sourire qui avait pris forme sur mes lèvres. Les opales toujours vers le bas, perdues dans les jolies nuances de verts, je regrettais presque d’avoir laissé mes affaires de dessin au château pour le coup. Juste le temps d’une fraction de seconde, juste le temps qu’un tintement en contre bas me fasse lever la tête. Ça s’amusait en bas, et moi, je n’avais pas tardé à finir par réclamer des câlins si on restait par ici, du coup… « Les cours privés ça me gêne pas, d’ailleurs pour la patinoire, tu me dois une compensation, aucun prof ne divulgue son savoir gratuitement » Un clin d’œil amusé et je me penchais pour lui capturer la main une nouvelle fois et nous faire disparaitre plus bas, dans l’herbe.

L’équilibre revenait bien plus rapidement cette fois-ci, la nausée avait juste abandonnée de me rendre visite. Il était temps, bientôt les symptômes ne deviendraient plus que des anciens souvenirs. Conservant les doigts entremêlés à ceux du blond, je l’entrainais un peu plus loin devant un plan du quartier, espérant que ma mémoire ne me fasse pas défaut. Quand on parlait de bar avec Eury, un concept existant sur Paris m’avait quelque peu amusé. Je cherchais des yeux la « rue du théâtre », me rappelant que ce ne devait pas être très loin et la pointais du doigt, affichant un sourire goguenard. « On va là, au moins t’auras une raison de dire que je suis une mome cette fois ci ». Coup d’œil malicieux alors que je l’entrainais dans les ruelles de la ville, jusqu’à la devanture de l’établissement.

La décoration ne semblait pas avoir changé depuis le petit manuel touristique de ma douce brune, (ou du moins suivant la mémoire de ma narratrice), je nous faisais entrer et choisissais une table de libre dans un coin. Les petites ardoises avec les cocktails du jour avaient attiré autant mon attention que le pot de bonbon posé sur notre table. Amusée, je relevais le nez et lui montrait d’un coup de tête les contenant des boissons servis aux autres clients. « Désolée, rien que l’idée de te voir avec ça me faisait trop rire ». Rien n’avait d’importance, alors… pourquoi pas boire dans un biberon après tout. Je rigolais doucement alors qu’un serveur venait vers nous.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Mar 23 Jan 2018 - 11:53


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya


Sa main raccrochée à mon haut pendant que je m’avançait vers le bord avait eu le mérite de me faire sourire. Eh oui je tombe et puis quoi ? Vu la hauteur j’aurais largement le temps de transplaner. De nouveau diverses images en tête tandis qu’elle me parle de professeur particulière. Je ne pouvais m’empêcher de lâcher un rire, me souvenant de toutes façon ce qu’elle m’avait dit lors de l’un des cours d’histoire de la magie. Quelque chose comme « J’te préviens, ça me saoule, j’vais dormir sur ton épaule » ou un truc du genre. J’acquiesçais à la mention de l’une de ses meilleurs amis. Qui ? Autant je la connais. Enfin je ne sais pas, je ne sais pas du tout.

- Je te payerais en sucettes si tu veux.

Ou en nature. Mais ça je préférais le garder pour moi, c’est pas comme si elle le savait pas de toutes façon. De nouveau elle me capture, par la main cette fois. Arrivée surprise dans l’herbe tandis que je tangue très légèrement sous le manque de préparation. Elle me tire avec elle vers une rue qui m’est évidemment inconnue alors que je fronce les sourcils. Moi je veux bien apprendre à connaitre Paris mais là j’suis juste paumé. Comment ça môme ? Je fronce les sourcils avant qu’un léger sourire n’orne mes lèvres.

- Quoi ? C’est une piscine à boules géante c’est ça ?

Oups elle m’avait déjà entrainé dans le bar. Pas le temps de niaiser avec elle, deux secondes pour trouver une place alors que généralement moi j’suis tellement bidon que je reste au bar toute la soirée. Je remarque sur la table une ardoise que je prends dans mes mains. Une ardoise, un feutre, et une liste de Coktail. Quoi faut marquer le nom du cocktail c’est ça ? je fronce les sourcils tandis qu’à droite, un garçon montre sa propre ardoise au serveur, avec… roger Rabbit ? Ah mais.

- Oh oui il faut dessiner !

Un grand sourire d’enfant sur le visage alors que la demoiselle minaude et me pointe du menton l’une des clientes qui bois au biberon. Une fois le choc passé je rigole en regardant la blonde, le serveur se rapprochait mais il y avait encore assez de temps pour le dessin. Je ne pouvais m’empêcher un commentaire sur l’autre cliente.

- C’est drôle comme façon de boire quand même.

Je capturais distraitement l’ardoise et commençait à dessiner Blanche Neige avant de me figer en écoutant les paroles de la blonde et de remonter très lentement la tête. Pardon ? Me voir avec un biberon ? Regard à droite, regard à gauche. Tout le monde a des biberons. Bug. 404 error not found. Le serveur arrive à nous et je finis machinalement mon dessin avant de le montrer au serveur. Je regarde Lhiya et son regard amusé en plissant les yeux.

- Et elle est fière d’elle. Elle va me faire boire dans un biberon et elle est fière d’elle. Par tous les dieux tu veux vraiment ma peau.

Sale gosse. Oui j’assume, enfin dans mes pensées. Heureusement que personne ne verra jamais ça. Ni ne saura. Je pousse un soupir attendant tranquillement ma commande. Rira bien qui rira le derniers hein ? Elle a vraiment de la chance d’être… elle ! Sinon je… Oui bon ok je ferais rien mais voilà.

- Mais tu connais beaucoup de lieux comme ça par ici ?

Oui voilà, ça c’est une bonne question, parce qu’après tout quel personne anglaise peut décemment connaitre ce bar ? Aucune, sauf elle évidemment. Je regarde le serveur revenir au bout de quelques minutes avec nos commandes et récupère mon.. biberon d’un air dépité. Je plonge un regard de chien battu dans les yeux de la blonde avant de pousser un soupir à fendre l’âme.

- Bon bah à la tienne hein !

Je porte le bibi à ma bouche et commence à… boire. Oui je vais pas partir dans des détails parce que ça risque de porter à confusion. Regardant Lhiya, je sens le liquide chaud se répandre légèrement dans mon corps. Je reconnais rapidement le gout du caramel, associé à la Vodka et à un fruit que je n’arrive pas à déterminer.

Je laisse mes yeux naviguer sur les personnes alentour, puis sur Lhiya. Je ne sais quoi pensé de cette soirée, je sais pas non plus comment elle va finir. Bien j’espère. Machinalement je buvais ma boisson. Bon j’avoue qu’on s’y fait vite, mais difficile de se contenir de rire en voyant la Serpente boire dans ce genre de truc. Je crois que pour l’un, comme pour l’autre, la crédibilité c’est foutu. Impossible de se prendre au sérieux après ça, peu importe les sorts qui sont en jeu.[/color]
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Mer 24 Jan 2018 - 12:06



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel noté dans nos signs...


L’exclamation du blond m’avait faite pouffer de rire. Oui il fallait gribouiller et oui, le contenant était bien un biberon. Et bien sûr que j’étais toute fière de moi, ce n’était pas tous les jours qu’on avait la possibilité de faire retomber en enfance n’importe qui non plus.  Il avait eu même droit à un clin d’œil de circonstance accompagné d’un petit « Héhé ». Mais comme le serveur attendait nos commandes, j’avais récupéré à mon tour la tablette et mon stylo, au moins ça avait le mérite d’occuper quelques pensées qui s’insinuaient à nouveau.  Pas ma faute si ses airs dépités me donnaient n’envie de la câliner là. Du coup, du dessin, quoi de mieux pour occuper les mains gourmandes qui se glisseraient bien ailleurs, encore une fois...  Au moins la  promesse d’une boisson à l’aveuglette ne s’était pas faite prier.  Les contours d’un nounours avec une paire d’ailes et des petites cornes pointues sur la tête se découpaient à l’encre bleue avant que je ne laisse notre serveur juge et bourreau. Vu la tête que tirait Ulysse, il avait plutôt intérêt à quoi tirer de sa blanche-neige vaguement aperçue. A croire que la piscine de baballes aurait ét finalement plus amusante.

« Rhoooo fait pas cette tête, promis, je chercherais où y’a des petites balles par milliers pour que tu te jettes dedans. Mais, contrairement à ce bar, je n’en ai pas vu dans le bouquin touristique d’Eury. Faudra peut-être soumettre l’idée après tout. T’es peut-être pas le seul à qui ça plairait »

En ça, c’était moins sûr. De toute façon, pas vraiment le temps d’épiloguer dessus que les deux cocktails arrivaient avec les cartes deux jeux et les trois petits bols de bonbons, des nounours gélatineux pour moi, des schtroumpfs pour Lysse (bah ouai ça s’apparente à des nains) et un dernier de billes de toutes les couleurs. Un merci en récupérant mon bibi, une vague observation des strates colorées du contenue, et un pouffement de rire non contenu en reposant les yeux sur le blond. Bon, ok c’était pas sympa, mais là, pour le coup, je pouvais pas m’en empêcher, c’était à la fois trop mignon et ultra ridicule. Je suppose que je ne devais pas en tirer large de mon côté non plus, à suçoter ma boisson, qui au final était vraiment bonne. Déjà que j’avais jamais trop eu de crédibilité, désormais, je pouvais bien faire une croix dessus si jamais il en restait un peu aux yeux du Rouge & Or.  Au moins, il avait fini par se marrer à son tour.

Avec mon cure-dent, j’embrochais un ourson rose, une créature bleue, et une bouboule verte et testais si le mélange avec la boisson passait. Sucre + sucre, forcément, moi j’adorais. Une gorgée de bibi qui me faisait encore plus sourire, et par réflexe je le tendais à Lysse.

« Vas-y fais gouter le tien. Moi c’est pas mauvais,  j’aurai tendance à dire liqueur de coco, jus de fruit et sirop de fraise, et avec la brochette, là, c’est juste top »

Bon en soit, y’avais aussi de la vodka et du wiskey en plus dans ce cocktail, mais j’étais pas une experte en [url=http://www.1001cocktails.com/cocktails/2838/recette-cocktail-nounours-team.html]Team nounours[/color] non plus, donc excusez-moi du manque de détail. Tout ce que je savais, c’était que y’avais de l’alcool et du sucre, et que ça me plaisait, un peu comme Ulysse quand il se marrait. J’savais qu’il fallait pas trop en abuser car après j’en voudrais encore plus, mais j’m’en fouttais. Du coup, bibi tendu, je confectionnais une nouvelle brochette de gourmandise, changeant les couleurs cette fois ci. Un truc bleuc, un nours jaune, une bille violette. C’était censé avoir des gouts par couleurs, comme les sucettes  non ? D’ailleurs, c’était pas tombé dans l’oreille d’une sourde cette histoire de paiement. Amusée, j’en profitais pour rebondir dessus.

-Et puis, pour les sucettes, oublie, t’en aurais pas assez pour rembourser et les cours particuliers, et les soins privés, et maintenant … l’obligation à me faire garder le silence sur ce biberonnage nocturne ! Et je pouffais de plus belle, menaçant désormais de mes bonbons entassés l’un sur l’autre avant d’esquissait un sourire en coin qui se voulait très serieux « mais si t’es gentil, je ferai peut-être l’effort de ne rien divulger »

Bon, j’étais nulle en comédie, c’était pas nouveau, résultat, j’avais fini par lui claquer un grand sourire et lui poser mon bibi devant le nez avant de lui voler le sien pour le déposséder de quelques gorgées. Innocence et insouciance de l’instant, bercé par le décor du lieu, par le contenant qui roulait entre mes doigts, par sa présence devenue délectable, par ce désir d’être coupée du reste du monde. Ne serait qu’illusoirement. Je ne m’étais pas attendu à  en me plantant devant sa salle commune, en lui balançant un paquet de cookie et en lui proposant d’aller faire un tour. Mais là, tout ce que je savais, c’était que je ne voulais pas rentrer. Surtout, on avait droit à une heure avec nos bibi, nos bonbons, et les petits concours que les serveurs lançaient pour ne octroyer des recharge de boisson gratuites, alors, autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Lun 5 Fév 2018 - 12:58


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya


Il n’empêche, elle a intérêt de me la donner cette piscine de bouboules. Que je puisse sauter avec elle dedans. Et c’est qui cette Eury hein ? Elle m’a attiré dans un piège ? J’ai entendu dire que les hôtels Français étaient somptueux. Bon je divague, vague. Outch, les effets de l’alcool commenceraient déjà à se faire sentir ? Allez savoir, normalement je tiens mieux que ça mais là j’avoue, même pas je lutte pour rester éveiller. Peut-être le fait de boire dans ce… truc me fait mieux ressentir les effets. Comme boire de la vodka à la paille quoi. Vous n’avez jamais essayé ? N’essayez pas.

Je la vois rigoler et rigole bêtement à son instar. Je crois qu’elle me tend sa boisson mais je me retrouve beaucoup trop concentré sur son opération ourson en brochette. Non mais c’est génial ce truc ! Eh comment elle tente de me voler ma boisson. Namého. Je fais une mine boudeuse avant de ramener la boisson vers moi.

- C’est mon miens !

Bon j’avoue, j’arrive pas à garder longtemps cette bouille en a voyant de nouveau faire mumuse avec ses brochettes. Sauf quad elle me menace de révéler cette escapade à qui que ce soit... Surtout les biberons. Ma tête offusquée se transforme rapidement en sourire en coin. Déjà que mon corps est déjà pas mal engourdi avec l’alcool, si en plus elle fait faire des saltos à mon ventre on est pas sortis.

- Oh mais je serais très gentil… Autant que tu le voudras.

Un clin d’œil alors qu’elle en profite pour me voler mon cocktail et me mettre le sien à la place dans les mains. Bon. Elle a de la chance que je ne m’en formalise pas. Et c’est pas du tout parce qu’elle est bien trop mignonne avec cette tête d’ange là. Pas. Du. Tout. Mon quand même, par principe, je récupère la brochette de sucrerie qu’elle s’est amusée à faire pour la mettre dans ma bouche et goûter au mélange qu’elle m’avait montré. Bon j’avoue c’était bon. A l’annonce de plusieurs jeux je me lève et avance vers elle.

- Eh viens on y va !

Mon bibi dans une main, je récupère la sienne pour m’avancer vers les festivités. Quelques jeux, un peu d’alcool. Je ne vois pas ce qui pourrait mal tourner. Rien, absolument rien.

Vraiment, vraiment rien mais… qu’est-ce qu’on fait là ?

Je sais plus trop. Je sais qu’on a enchaîné les bibis ça c’est sûre et que j’ai un équilibre précaire sur les pavés de Paris. Les pavés de Paris ? Mais qu’est-ce qu’on fait dehors ? Ah oui y’a un gros lourdaud qui était venu lui parler et je nous avais tiré à l’extérieur. Enfin je crois, c’est comme ça que je l’ai vécu en tout cas.

Son bras habilement capturé sous le miens je tente d’avancer comme je peux. Dans les rues que je ne connais pas du tout. J’ai dû manquer de tomber une demi-centaine de fois avant de me stabiliser et de relever la tête. Oh bah ! Des arbres !  Un kiosque ! Des bancs, oh oui des bancs. Je lâche son bras et vais m’assoir sur l’un d’eux l’air totalement soulagé. Quelle heure il est ? Aucune idée. Assez pour que personne d’autre ne soit là. Mais ces arbres sont très jolis. Dommage que toutes les feuilles soient par terre, quoi qu’au moins le jardinier les as rassemblés en tas, c’est déjà pas mal. Une idée me viens en tête. Baguette pointé sur les feuilles, je plisse les yeux.

- Bouboule Toun feuille… Ah non. Heu. Feuille tourne boules. Mais, pourquoi ça marche pas ?

Je fronce les sourcils et tape ma baguette comme sur une télécommande qui ne marche pas. Je me tourne vers Lhiya les yeux suppliants avant de faire un grand sourire et de glisse mes lèvres dans son cou, proche de son oreille.

- Diiiis, tu veux bien qu’on fasse une piscine à boule avec les feuilles ? Tu veux bien le faire ? Moi j’arrive pas.. Allé steuplé. Je t’en devrais une ! C’que tu voudras, si te plaiiiiiiiiis

Elle sent bon. Je pose un baiser comme plus tôt avant de me relever. De toute façon, elle a promis ! Donc elle va le faire hein ? Même que elle sa baguette elle est pas cassé et on va tomber dans les bouboules ! Ce serait trop bien. Je sais plus trop ce que je fais, trop engourdi sous les effets de l’alcool. Juste un grand sourire à la blonde en attendant qu’elle accès de à ma requête.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Mar 6 Fév 2018 - 16:07



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel 4ever



Son sien, son sien ? nan mais c’était moi la responsable de notre présence ici, alors il prêtait c’était comme ça, pas le choix, et tirage de langue en prime pour manifester mon mécontentement en le laissant reprendre son biberon. Un sourire en coin, je.. hum.. il savait que là j’avais du mal le p’tit loup ? Non, j’crois pas, il n’avait pas vu, pourquoi il verrait de toute façon un détail insignifiant qui m’agaçait déjà moi-même et que je chassais en tétant mon bibi à mon tour détournant le regard à son offre généreuse d’être aussi gentil que je le voudrais. Ce n’était pas déjà le cas ? J’veux dire, y’a pas grand monde que j’arrivais à kidnapper comme ça, le soir, n’importe quand, quand l’envie me prenais depuis que mes amis avaient un peu atterris chez les abonnés absents. Fin j’relevais pas de toute façon car les serveurs lançaient les jeux pour gagner des bibis gratuits et des cocktails en tout genre. Juste parfait niveau timing, hors de question d’être sobre sans quoi… sans quoi je ne savais pas trop quoi.

Dans tous les cas, je ne savais pas dire non à un mélange divertissement & alcool, je m’étais donc pas fait prier pour suivre le blond vers la zone de concours, participant à chaque question ou dessin à faire, même si le monde moldu et moi c’était pas une grande histoire d’amour contrairement à ces breuvage remplis de vodka. J’avais perdu mon compte du nombre de boissons que nous avions descendu et si j’en croyais par mon éclat de rire quand un type était venu nous –enfin me- parler, on pouvait sans mal dire que la sobriété s’était fait la malle depuis un petit moment. Les larmes aux yeux à force de me marrer à la blague même pas drôle du type,  j’avais laissé Lysse m’entrainer où il voulait, embarquant nos vestes et sacs par la même occasion.

La brise fraiche s’engouffrant dans mes cheveux, me signalait qu’on était dehors, logique vu que je pouvais voir un ciel pollué au-dessus de ma tête et qu’au dernière nouvelle, il n’y avait pas de végétation dans le bar derrière nous. Et surtout, dans le bar on était assis et je n’avais pas à tenter désespérément entre deux fou rire de ne pas tomber en même temps que le blondinet à l’équilibre incertains. S’assoir, voilà, ça c’était une super bonne idée, avant de finir le nez le premier sur l bitume. Sauf qu’interdite, je le regardais dubitativement sortir sa baguette et faire comme Lucy quand sa télécommande de télévision ne fonctionnait pas. Sourcil rehaussé, je tachais de comprendre ce qu’il faisait en m’assaillant à ses côtés et en regardant sa baguette avant de croiser son regard.

Mooooooh mais il voulait que je fasse quoi là ? que je réponde à question ou que je me perde sur le mouvement de ses lèvres sur lesquels mes prunelles avaient forcément glissées ? En plus, je voyais strictement pas de quoi il me parlait des feuilles, des boules, une piscine, j’avais pas mon maillot de bain moi, et puis il faisait un peu trop froid pour se baigner là non ? Et pis les bisous, c’était mieux que les bouboules, c’était tout doux, tout chaud, ça faisait pas froid comme le ce courant d’air, qui avait laissé la porte ouverte ? Non franchement ?  Oula… ouai, non on était dehors, c’était vrai,… J’avais oublié ce détail et le regardais se lever après avoir titillé ma libido et dit f*ck à mon estomac qui se tordait délicieusement à ses lèvres posées sur une parcelle de ma peau. Pas juste. Pas juste du tout !

J’m’étais levée d’un bon, large sourire amusé bloqué sur les joues en attrapant sa main qui tenait sa baguette avant de lui affirmer avec aplomb que je savais d’où venait le problème.

-Moooooh mon Loulou, s’normal ! C’truc c’est une brindille normal qu’ca march ‘po! R’gard’fo une vrai baguette ! pasl’pain hein, c’te chose là ! c’pas la mèche chose t’vois ?

Entre mes doigts libres mon bâton de frêne levé en direction du blond. J’avais adopté des airs professoraux complètement imbibé et haussais les sourcil en esquissant un sourire en coin malicieux.

-S’comme ça qu’on fait ! T’sais, ça vat’revenir cher en cours privé… T’auras pas assez de toute la soirée pour rendre la compensation. J’veux bien faire crédit et étaler ca sur l’temps si ca t’dit. #tas d’truc turn coussin

Hum c’était quoi ça ? Une proposition de plan c*ul longue durée ? De faire de lui mon doudou préféré que j’allais squatter au moindre besoin ? C’était franchement bizarre comme formulation, enfin tant pis, il en ferait ce qu’il voudrait. De toute manière vu le nombre de mots que j’avais sortis, même pas sûr qu’il ait fait gaffe. Donc, le truc de feuille là… Hum pas super concluant tout ça. Même pas un oreiller d’apparu, rien le néant le plus complet. En même temps, c’était un coussin qu’il m’avait demandé ? Nan ça c’était ce que je voulais moi, un truc pour m’allonger, pour que le sol cesse de tourner sous mes pieds, que je puisse garder le nez levé vers les étoiles, blottit tout contre lui… hum.. nan.. j’mégarais encore là. D’un moue boudeuse, j’le regardais et soupirais.

-C’quoi qu’t’as dit qu’tu voulais d’ja ? Des bouboules ? vanilles ? Chocolat ? Nan ? T’veux pas juste que’chose d’autre ? J’sais pas ? un lit ?

Nan, mais non, c’était pas ce que vous croyais, c’était pas une proposition indécente là, enfin si il voulait y’avait moyen pour que ça le devienne mais là dans mon esprit c’était plus la proposition de retourner en position assisse ou coucher du temps que j’arrête de voir des millions d’yeux scintiller dans ses étoiles. Oula.. non, l’inverse, bref. On disait quoi ? ah oui des baballes c’était ça. Sourire en coin peu convaincue, je pointais la baguette vers le tas de feuille, ou son clone, plus très sure.

-#feuille Turn baballe ! Gniiiiii !

Ca avait marché,  ou presque. Y’avais un ballon style GRS qui était apparu. Un seul et unique, mais de quoi me rentre super fière en allant le cherche pour le planter sur le torse d’Ulysse, large sourire victorieux sur les lèvres.

–Moualaaaa ! On dit Marchiii maintenant, et on fait tenir le ballon sur son nez ! »

Pourquoi ? aucune idée. J’aurai pu demander un calin, des bisous, des calins, ou tout autre choses du même rayon qui n’arrêtait pas de me trotter en tête dès que j’étais en sa présence, mais non, ma langue avait du fourcher, comme toujours avec l’alcool. Et encore ça allait, je ne l’avais pas encore assommé de paroles, enfin, il me semblait…. Pas grave, sourire lumineux, regard pétillant, posant les mains sur le ballon, je me hissais sur la pointe des pieds et agrippais ses lèvres avec gourmandises, car ca me démangeait depuis qu’on avait mis un pied chez les dealers de bibi.

-Pénalité pour ne pas avoir commencé essayé de mettre cette baballe en équilibre

Pouffement de rire joyeux en prime sans me défaire de ses prunelles, j’crois bien que je m’étais mordu la lèvres inférieurs, quelques pensées s’imposant clairement : rien à fouttre de ce ballon!
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Jeu 8 Fév 2018 - 11:47


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya


Je sais pas ce qu’il se passe, mais ça a l’air bien cool. Les yeux pétillants d’un enfant quand je vois la blonde pointer sa baguette vers le tas de feuille et celui-ci se transformer en… ballon ? Une moue boudeuse prends forme sur mon visage. Je n’avais pas demandé un ballon moi ! je voulais une piscine avec plein de baballes ! ou on pourrais sauter, faire plein de bêtises genre… des batailles de baballes ! Et bien d’autres choses qui me viennent en tête mais qui seraient probablement bien plus confortables à faire ailleurs que dans ce genre de lieux.

Elle vient planter le ballon contre mon torse et par réflexe je le récupère en le gardant au même endroit, le regardant d’un air…. D’autoroute. Dire merci d’accord mais… sur mon nez ? Pourquoi mon nez, ça a rien d’extraordinaire un nez ! Plein de gens essayent tout le temps de tout faire tenir sur leur nez ça a rien d’original alors que, y’a des trucs tout aussi commun auquel On fait pas attention. Genre là, sans effort ça tiens dans ma MAIN. Et même si je tourne même que lui il tourne pas ! C’est pas trop fort ?!

- Merci mais regarde ! Il tient là, genre trop bien et tout, t’as vu comment j’suis trop fort ?!

Oh ce regard. J’allais continuer mais je n’arrive pas à me concentrer sur autre chose que son sourire et ce regard-là. Vous savez ce regard qui fait qu’elle pourrait me demander n’importe quoi à l’instant présent, je crois que je l’écouterais. Enfin, presque. Celui qui répand une chaleur qui prends d’abord à la gorge puis qui descend la long de mon torse et de mon ventre. Je sens mon cœur battre dans ma poitrine, la terre tourner et ses lèvres se poser sur les miennes. Comme d’un geste naturel je m’apprêtais à répondre au baisé alors qu’elle se dérobe. Sérieusement, pour la baballe ?
Heureusement que son rire la fait immédiatement pardonner, surtout qu’elle a toujours ce regard.  Je m’apprêtais à lancer la fameuse balle mais mauvaise idée, avec ma chance elle va atterrir sur quelqu’un. Je préfère encore la laisser tomber sur le côté. Puis elle m’a mis un peu au défi là, je regarde la sphère se stabiliser en la pointant du doigt.

- Et voilà, en équiliiibre ! Sur le sol mais en équilibre, j’ai gagné héhé, c’est quoi ma récompense ?

Et oui, l’alcool rends bavard. Je tourne la tête posant de nouveau mon regard sur elle et par tous les dieux Lhiya. Sa lèvre prisonnière toujours en me regardant pourrait me faire perdre tout contrôle de moi-même. Ma main glisse dans son cou, frôlant d’abord doucement sa peau avant de l’attirer à moi dans un baiser bien plus avide que le précédent. Mes mains descendent, parcourant ses formes, l’alcool me désinhibant complètement.

Enfin, presque. Il fait bien trop froid pour faire quoi que ce soit ici, et en plus avec les bruits des animaux qui grabuge un peu de partout, c’est clairement pas le meilleur lieu du monde. Je me détache de ses lèvres, restant quand même relativement proche mon regard ancré dans le sien. Elle parlait de quoi toute à l’heure déjà ?

- On va ailleurs, viens.

Sans vraiment lui laisser le temps de réagir, je capture sa main et l’attire avec moi plus loin. Quelques pas dans les rues, même beaucoup de pas dans les rues. Je crois qu’on a largement dépassé le couvre-feu… quel dommaaaaage. En fait, on marche, on marche et je ne sais même plus où on est. Je dois juste me débattre avec mes pulsions, en attendant que ce que je cherche pointe le bout de son nez. Un regard sur le côté et l’image d’elle en professeur accompagné de son sourire en coin avec sa proposition me vient immédiatement à l’esprit. Bon, en même temps, j’ai toujours des gestes très approximatifs, si en plus du sol qui tangue, mon centre se met à faire des saltos ça va être problématique. J’aurais bien envie de transplaner mais si c’est pour se désartibuler… Non merci. Je profite d’une intersection pour me glisser derrière elle et de poser mes mains sur ses hanches ?

- Lhiya… Dis-moi que tu vois un hôtel ou bien je vais devoir me rouler dans la neige pour avoir un semblant de douche froide.

Je ponctue ma phrase d’un baiser sur son épaule avant de prendre du recul et respirer un grand coup pour reprendre mes esprits. Heureusement qu’il y a tout le temps du monde dans les rues de cette ville pour me ramener sur terre, même si je vois surtout la terre tanguer. Autant sobre je sais que j'aurais quand même résisté, autant là je crois que si personne n’était autours j’aurais bien plus de mal à tenir.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Jeu 8 Fév 2018 - 16:39



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel <3


Maiiiis tricheuuuuur ! c’était sur le nez le ballon, sur le nez pas ailleurs, pas sur la tête, pas sur la main, pas sur le sol, sur-le-nez ! Pfff Tricheur ! J’avais secoué la tête de gauche à droite les bras croisés en signe de protestation, ce n’était pas ce que j’avais demandé, donc pas de récompense, au contraire, une punition. Hum, non pas de punition, mon estomac venait de faire un bond à cette idée, se permettant quelques légèretés doucereuses. Un peu, un peu comme là en fait…. Cette main dans mon cou, le souffle chaud de sa présence trop proche me caressant doucement, ce baiser, cette langue, cette étourdissement. Par merlin que l’alcool est doux ce soir, il m’emportait instantanément dans de délicieux frisson délectables, affolant mes sens, me faisant répondre naturellement en glissant mes bras dans son dos pour l’attirer un peu plus contre moi. Plus, c’était possible ? Je doutais, mais qu’importait.

Ses mains gourmandes parcourraient mes formes, enflammant un peu plus quelques désirs déjà bien trop présent, et d’un grommellement, j’en venais à froncer les sourcils à la fin de ses baiser. C’était pas gentil de donner des avant gouts de … de je ne savais trop quoi. Malin, maintenant j’étais frustrée, mon cœur avait déjà eu le temps de s’affoler, mon estomac de se retourner et mes joues de s’empourprer. C’était pas juste, vraiment pas, il avait eu son ballon, même s’il avait demandé des baballes, il avait eu ses cours de patinage, il avait eu ses soin, et moi, je voulais juste … hum… je voulais quoi là ? Les prunelles plantées dans les siennes, il me semblait bien que la réponse était très simple : lui. Encore. Oui, c’était bien ça. Pas de doute, avec l’alcool c’était encore pire en fait. J’avais juste à apercevoir ces opales grisées pour me mordre à nouveau la lèvre inférieure, tachant un semblant de contenance dont je n’avais que faire.

Pas le temps de comprendre les mots sorti de sa bouche sur laquelle j’avais du bugger un instant que je le sentais partir, loin, très loin, m’embarquant avec lui, dans les rue de Paris. Romantique diraient certains, mais outre la chaleur de ses doigts entremêlés aux siens qui me faisait sourire bêtement, j’avais surtout le nez levé vers le ciel, la langue tirée pour attraper quelques flocons de neige taquins.  Leur contact picotait mes papilles gustatives m’arrachant quelques pouffements, alors que je ne regardais pas où nous allions. Le ciel tournait, dansait, virait. Les flocons virevoltaient à coté, fuyant ma capture, se trémoussant de droite et de gauche, et les petites étoiles que j’apercevais se dandinaient à une vitesse que je ne leur connaissais pas, me faisant pouffer de plus belle.

Mais au bout d’un moment, j’ignorais comment, la courses sous mes pieds avaient terminée et le sol s’amusait à tanguer doucement alors que la voix du blondinet glisse à mes oreilles en arrière. Quand avait il lâché ma main pour se nicher derrière moi ? Non pas que j’aimais pas, bien au contraire, mais là, je n’avais plus rien à faire des astres de nuit millénaires et de la neige qui se remettait à tomber. Un battement de cœur s’était perdu lors du contact sur mes hanches, et dans un effort incommensurable, je tentais de comprendre de quoi il parlait.

Une douche, froide ? Mais pourquoi froide, il faisait déjà froid dehors, enfin pas dans ses bras, juste de manière générale quoi. Enfin si là, c’était un frisson froid qui parcourrait l’échine de mon cou, me forçant à une très longue inspiration pour arriver à prononcer quelque chose qui se voulait sensé.

-partout. Enfin, y’en a un peu partout dans le coin. Mais moi je préfère un bain, qu’une douche chaude, avec des bubulles partout qui s’envole. Parce que c’est marrant comme tout, en plus ça sent trop bon ! Pas toi ?


Oui, quelque part, j’avais cru comprendre qu’il voulait un hôtel et prendre une douche pour une raison que je ne m’expliquais pas. Car les bains c’était quand même mieux hein, pourquoi une douche forcément. Hein, j’allais pas le contrarier, on lui trouvera une douche s’il en voulait une hein. J’pourrais v’nir ? Oula. Je l’avais pensé ou j’l’avais dit ça ? dans le doute, je me contentais de lui agripper la main, et de lui montrer d’un signe de tête étourdissant une enseigne semblable à l’objet de ses désirs du moment.

-Viens, zuste là

Quelques pas de plus pour pénétrer dans le hall d’accueil dont la décoration m’échappait totalement, quelques minutes de plus pour remplir les formalités et finalement pousser la porte d’une chambre parme et blanche. Huhu, très girly, pas sure que le blond aime, mais tant pis, au pire, je trouverai bien de quoi lui faire oublier les couleurs aux murs. De toute façon, les murs il s’en fouttait non, c’était quoi il avait dit qu’il voulait ? Se rouler dans la neige ?  oui, non peut-être, j’savais plus et de toute façon, lui rendant sa liberté j’avais fondue dans la salle de bain pour vérifier ce qu’il y’avait à disposition.

-Hiiiii une baignoire et plein de truc pour faire de la mouuuusse ! Regaaardeuh !

Comment ça c’était moi qui voulait à tout prix patauger et me délasser là-dedans ? Un détail voyons, je ne l’empêchais pas de venir en profiter en même temps que moi après tout. D’ailleurs, mes gestes avaient été plus vite que mes pensées, car j’étais déjà parti le chercher sur la pointe des pieds pour m’attacher à ses lèvres tout en l’amenant en reculons dans la pièce. Pas le choix, fallait pas jouer tout à l’heure, ça m’était clairement revenu à l’esprit, récompense ou punition, il prenait ça comme il l’entendait, ça n’avait plus trop d’importance.

Les mains glissant sous son haut j’avais dû commencer à l’en débarrasser avant de réaliser que je n’entendais pas l’eau couler derrière moi. L’abandonnant subitement je tournais la tête vers le contenant vide, m’y dirigeais, allumais l’eau et attrapait les deux bocaux de sel de bain en lui montrant

-Marshmallow ou … fleur de lotus sauge. C’est quoi ça fleur de lotus ? Etrange comme parfum. Bref marshamllow hein

Comment ça il avait pas eu le choix ? pas grave, l’autre truc ça m’inspirait pas plus que ça en même temps. Versant un peu du contenu dans l’eau chaude qui avait commencé à se remplir, je retournais à mon activité d’avant sans plus de procédure. D’un effleurement de lèvres taquin, un détail me revenait en tête subitement.

-Désolée, pas de douche, tu m’en veux pas ? En même temps t’as triché pour le ballon, et puis, là t’auras gout de bonbon, j’aurai peut-être envie de te croquer..

Bon ok, il aura pas gout de marshmallow, essayez donc de dire à ca mon cerveaux qui se fichait royalement de ce que je pouvais raconter. Et puis, de toute façon, c’était déjà un bonbon, un de ceux acidulé qui picotaient la langue eu début, et puis qui donnaient envie d’y revenir encore et encore. Voilà c’était ça, Ulysse devait avoir un gêne de bonbon Haribo dans son code génétique, sinon, pourquoi le bout de mes doigts jouaient à la frontière de son pantalon pendant qu’avec la tête inclinée, une moue totalement innocente sur le visage j’étais déjà en train de le dévorer des yeux ?
Revenir en haut Aller en bas
Ulysse Daiklan
avatar
Préfet(e)/Gryffondor
Préfet(e)/Gryffondor
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Ulysse Daiklan, Ven 9 Fév 2018 - 12:34


A song of Ice and Fire
L.A  mutuel | PV Elhiya
TW: Contenu sensible


Heureusement qu’elle reprends ses esprits à son tour, sinon  je ne répondais plus de moi. Enfin je crois qu’elle a repris ses esprits.  Elle me parle de bain. Pourquoi un bain ? Oh si je sais pourquoi les bains. Oh oui j’aime beaucoup !  Puis faut avouer qu’elle a raison, c’est amusant et ça sent bon. Quoi que, du coup je pourrais plus la sentir elle, enfin là on sent plus l’alcool qu’autre chose… qu’est-ce qu’on sent ? Je sais même pas. Du coup oui un bain ça peut être plus que bien.

De toute façon, j’oubli immédiatement ce à quoi j’étais en train de penser en la sentant agripper ma main de nouveau, et me montrer ce que je cherchais. Je ne fais que la suivre, et remplir ce qu’il faut avec elle avant de monter. Je ne porte même pas attention à la décoration en entrant dans la chambre, mes yeux sont juste rivés sur elle, la parcourant de haut en bas alors qu’elle enlève son manteau, ses chaussures et son écharpe. Ma respiration se fait plus profonde dans une tentative veine de me maitriser. Je la vois disparaitre derrière la porte puis j’hésite entre la rejoindre et m’allonger sur le lit pour faire en sorte que ça arrête de tourner. Hésitation bien rapidement mise à mal quand j’entends une sorte de petit cri. De la mousse ? Elle ne me laisse même pas le temps de réfléchir, et je ne vais pas m’en plaindre.

Ses lèvres contre les miennes alors qu’elle nous dirige lentement vers la salle de bain. Mes mains sur ses hanches, je sens ses doigts fins contre ma peau, glissant juste sous mon haut. Un frisson me parcours de haut en bas avant qu’elle ne… Eh ! Je fronce les sourcils en la sentant se détacher puis aller vers le bain. Douce vision que celle de Lhiya penchée par-dessus le bain avant qu’elle ne se retourne pour me montrer deux bocaux de choses que je ne reconnaissais pas. An vrai dire j’étais plus choqué par l’immense taille de cette baignoire. C’est quoi une double ? Une mini piscine ? Je sais pas mais je crois qu’on attend une réponse là.

- Hm. Heu bah. Je crois que c’est une voiture, mais une fleur de voiture c’est bizarre. Tu veux pas mettre ton parfum à la place ?

Oui parce que ça sentirais quand même vachement meilleur que de le truc de bagnole la hein. Enfin moi j’aime beaucoup. Bon de toute façon pas le choix ce sera marshmallow, ça va ça me conviens aussi. Je me demande si on peut manger de l’eau. Je la vois se tourner de nouveau vers le bain et ne peut m’empêcher d’aller de nouveau me coller à son dos. Les petits objets bizarres plongés dans l’eau elle se retourne et viens de nouveau taquiner mon sourire du bout des lèvres avant de s’écarter de nouveau.

Pourquoi cette question ? C’est une proposition ? Une incitation ? Moi je me sens incité là. Me croquer ? L’image que j’ai en tête là tout de suite doit avoir fait entièrement noircir mon regard. J’ai bien envie de répliquer mentionnant le fait qu’elle doive se faire pardonner, mais impossible. Ma gorge est totalement prise par son regard, sa moue.

- J’attends que ça.

Oui. Alors non. J’avais pas fait exprès de laisser ces mots sortir de ma bouche, même s’ils sont vrai. Vive l’alcool. Mais de toute façon j’aurais bien du mal à me faire pardonner, mes pensées happées par les doigts sur ma peau, jouant avec mon pantalon désormais trop serré. J’entends vaguement l’eau qui coule lentement, tentant vainement d’arriver à maitriser mes pulsions. Mais non, je ne pense pas que ce soit vraiment possible à l’heure actuelle, pas quand mon corps agit de lui-même et que l’une de mes mains viens se poser sur la sienne pour la diriger plus bas, la laissant posée par-dessus mon pantalon avant de venir jouer à mon tour avec ses lèvres. Puis je recommence l’exploration abandonnée au parc, mes mains glissant de ses hanches à son dos, l’approchant au plus près de moi avant que ma tête et mes lèvres ne viennent se nicher contre son cou.

Mes doigts descendent le long du tissu, jusque sous sa jupe. Rencontre peu agréable avec le tissu épais couvrant ses jambes jusque-là. Un grognement de frustration s’échappe de ma gorge avant que je ne récupère ma baguette, murmurant un evanesco sur les collants devenu trop encombrant. Visiblement, quand la motivation y était, j’arrivais parfaitement à prononcer mes sorts. Sans plus de cérémonies je lançais ma baguette dans le lavabo, en profitant pour à mon tour plonger mon regard dans celui de la blonde, un sourire taquin prenant place sur mes lèvres.

- La douche au moins y’aurais pas à attendre que ça se remplisse…

Mes lèvres à quelques centimètres des siennes que je m’amusais à venir capturer gentiment entre mes dents  avant de me perdre dans un baiser. Ma main autour son cou descendant assez pour jouer avec son décolleté, puis plus bas glissant sur la peau si douce de son ventre. Le contacte m’électrise et me soulage, comme si j’en avais été privé trop longtemps. Un soupire laborieux  par rapport aux multiples cascades que mon estomac s’amusait à faire, je retirais d’une traite ses deux épaisseurs qui bloquaient ma vue. Les cheveux en bataille, sous-vêtements et jupe, mon regard descend et me laisse bouche entrouverte face au spectacle qui me fait face.

Impossible de lui résister, je crois que c’est la seule chose que mon esprit embrumé arrive à penser à ce moment-là. Juste avant que je ne me colle de nouveau à elle ma main directement sous sa jupe, descendant mes lèvres le long de son corps de sa poitrine, planquant son dos contre un quelconque mur. L’eau coule, je ne sais même pas ou elle en est. Je suis juste hypnotisé par la saveur de sa peau, mes mains jouant avec le tissu avant de glisser dessous et de recommencer à l’embrasser. Je la veux. Encore, et encore. Mais j’ai une excuse, tout ça c’est à cause de l’alcool. C’est forcément à cause de ça que je n’arrive pas à lui résister. Et c’est aussi à cause de ça qu’elle pourrait me faire faire ce qu’elle veut. Et c’est aussi l’alcool qui me fait tout oublier sauf elle. Tout s’explique.

Autant s’abandonner, de toute façon je ne peux pas lutter. Mon corps contre le sien, ma langue jouant avec la sienne. Le ventre douloureusement contracté d’envie alors que je détache nos lèvres à bout de souffle pour la regarder quelques secondes, mes doigts continuant doucement à jouer. La vue de ses joues rosies et de cette bouche qui m’attire tant, mon regard s’ancre dans le sien, mon cœur bat beaucoup trop fort je ne m’entends plus penser. Je veux juste recommencer à l’embrasser et que ce bain se remplisse rapidement. Oui. C’est forcément à cause de l’alcool.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Elhiya Ellis
avatar
Modération RPGSerpentard
Modération RPG
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Europe de l'Ouest

Message par : Elhiya Ellis, Ven 9 Fév 2018 - 15:38



A song of Ice and Fire



Pv Lysse
En venant de Notting Hill
LA Mutuel

(づ ̄ ³ ̄)づ Contenu sensible +18

Fleur de voiture ? Voiture ? Mais qu’est ce qu’il racontait ? J’avais pas du tout suivre, ce n’était pas possible. En plus j’y connaissais rien en voiture moi. Et j’étais sûre que ca prenait pas de bain ce genre de chose. Et puis les taxis londoniens ça sentait souvent la bouffe bizarre, alors un bain qui sentait bizarre c’était pas trop mon truc là. Ouai voilà, mon parfum c’était bien aussi, mais je n’avais pas ça sur moi, et le shamallow c’était comme mon parfum non ? un truc sucré quoi, enfin bref, pas bien grave hein, j’avais un peu mieux à faire que gamberger sur la composition de mon parfum que j’ignorais de toute manière. Genre… lui adresser un sourire en coin un peu niais comme simple réponse.

L’alcool c’était bien gentil, mais ca avait un léger soucis pour les expressions, ca les figeait un peu, ou alors à l’inverse ça montrait absolument tout ce que je pouvais ressentir, du coup-là, bah j’avais figé une ou deux seconde, juste car même si j’avais rien compris à ce qu’il avait raconté j’avais trouvé ça mignon. Ouai mignon, même pas je cherchais à comprendre pourquoi, c’était complètement vain. Surtout quand je voyais que son « j’attends que ça » m’avait laissée bouche bée, comme s’il venait de me faire la plus belle déclaration possible. Un bonbon qui désirait se faire mordre c’était quand même assez inattendue. Vous en connaissez beaucoup vous des sachets de sucreries qui avouaient attendre uniquement que vous les dévoriez ? C’était pas super normal là ? si ? Et puis il y’avait un autre souci avec les paquets de gourmandises : y’en avait jamais assez. L’emballage était toujours appétissant, on se laissait tenter une fois, deux fois, trois fois, puis après y’avais plus de bonbon, et fallait en trouver d’autres. Sauf que là dans cette histoire de douceurs sucrées, j’avais pas vraiment envie de prendre un stock de remplacement à côté. Hum, de bonbons, la réflexion était sur les bonbons hein, pas sur lui, soyons clair. Enfin il me semblait.

Pensées un peu trop vives, un peu trop rapides, et un peu aptes à s’éparpiller dans tous les sens quand trop guidées par l’alcool coulant dans mes veines. Un verre de plus aurait pu faire taire ce cerveau en ébullition même pas capable de se figer sur une seule idée fixe. Ho.. Je… ah, parfais, plus d’association d’idées stupide, un baiser. Waoh mon estomac venait de se tordre délicieusement me ramenant sans trop de difficulté à un seul centre d’intérêt : lui. A la chaleur de son corps contre le mien, à ses mains contre ma peau, a ces frissons m’étreignant au simple effleurement de son souffle dans ma nuque, à mes battements de cœur trop rapides, à mon souffle déjà précipité alors qu’il n’avait encore rien fait à part envoyer mes collants dans le néant.

Je lui avais adressé une moue faussement vexée à la disparition de ce qui couvrait mes jambes, mais abdiqué à peine la commissure de ses lèvres rehaussées aperçues. Comment je pouvais bouder maintenant hein ? mon palpitant avait raté plus d’un chant face à ce regard malicieux, douloureuse sensation délectable… « Prochaine fois… » Les mots soufflés tout naturellement étaient venus répondre à sa remarque sur la douche, sans même me prendre compte que je proposais une prochaine escapade, une ébauche de planification dans mon monde où je ne prévoyais jamais rien. Ma langue avait lâché les paroles d’elle-même, libérée de toute contrainte grâce à quelques biberonnage. Mais tant pis. Abreuvée d’une danse sensuelle avec celle d’Ulysse, elle cessait de trop parler, abandonnant de divulguer autre chose que quelques soupirs lascifs accidentellement.

Les joues empourprées, je râlais doucement quand le blond se détachait de moi de quelque centimètre pour libérer ma respiration trop courte. Un T-shirt et un pull en moins, et pourtant, j’avais toujours aussi chaud. Les effluves de Marshmallow enivrantes aurait dû être capable de me détourner de la tête que faissait le blond, mais impossible. Il semblait avoir figé en me voyant couverte d’un simple bout de tissus, et machinalement, sourire amusée au lèvres, je faisais comme lui et penchais la tête pour observer ma poitrine avant de lui adresser un « Bah quoi ? » totalement innocent.

En fait, la réponse m’importait peu, j’avais même déjà oublié que j’avais posé une question, vibrant sous le trajet effectué par ses lèvres sur ma peau brulante, de ses doigts devenus trop habiles pour ne pas enflammer tous mes sens à leur passage, je ne voyais, voulais, entendais qu’une seule chose : lui. Un nouveau baiser, mon corps tendu électrisé au moindre de ses gestes, j’avais l’impression d’être devenue qu’un simple jouet entre ses doigts... Qu’il fasse ce qu’il voulait de moi, je ne pouvais juste pas m’en échapper. Je voulais juste qu’il réponde à ce besoin soudainement vitale de me perdre en lui. Alcool ou non, cette idée restait bien encrée, mais là, c’était instinctif… Je devais peut-être m’en inquiéter mais à l’heure actuelle, tout ce qui me gênait c’était ce surplus de vêtement, les siens, les miens, et cette pause qui avait imposée.

Les opales luisantes de désir, je le fixais quelques instants, la bouche-entre ouverte. Une seule envie : fondre sur lui, m’approprier ses lèvres, me l’approprier lui, entièrement, corps et âme, même si ce n’était qu’une éphémère pulsion adolescente. Car bien sûr, ça ne pouvait être que ça, depuis le début. La faute à la drogue, la faute à l’alcool, la faute à son sourire… rien de plus… Oui rien de plus, car ma tête trop embrumée par les vapes de vodka sucrées ne voyait que ce haut qu’il portait et qui me gênait. Repoussant à contre cœur sa main, j’avais esquissé un sourire malicieux et posait les doigts sur la base de son t-shirt, les laissant se promener dessous, caressant la douceur de sa peau, nourrissant quelques fourmillements de plus dans mon bas ventre….

Par Merlin, il avait raison, que ce bain était long à se remplir, ralentir le rythme était irréalisable…. Le temps perdu à lui retirer t-shirt et sweat suffirait peut-être à parfaire le niveau de l’eau, pendant que l’empressement se faisait de plus en plus ressentir. Je n’avais jamais été bien patiente, mais là, c’était pire que tout. Hissée sur la pointe des pieds une main dans sa nuque, l’autre jouant avec l’élastique de son jogging, les lèvres effleurant les siennes, je glissais le bout de ma langue sous sa lèvres supérieures juste pour me permettre de lui parler avant d’abdiquer toute résolution à adopter une pointe de patience « Tu es sûr que tu veux attendre que la baignoire soit remplie entièrement ? Ça devrait être suffisant pour qu’on n’inonde pas toute la pièce non ? »  En soit, c’était le dernier de mes soucis là, mais c’était juste histoire de dire que non, je ne mourrais pas d’envie de l’embrasser à nouveau et de me perdre une nouvelle fois….

En fait, tant pis, l’attirant à moi, je glissais ma langue dans sa bouche avec avidité, à croire que ma vie en dépendait, que les quelques secondes gaspillées à lui parler devait à tout prix être rattrapée. Le contact de sa peau contre la mienne me transportait instantanément, disant adieu à la faible trace de raison qui avait su s’exprimer, et les joues en feu, lançant ma prise, je faisais tomber au sol les derniers remparts de tissus. Les miens en premier, le laissant jouir de la vue s’il le désirait, puis les siens, avant que je ne l’entraine en un autre baiser et balade de doigts coquins vers notre bain moussant. Les pieds dans l’eau –sans se casser la figure par miracle-, je l’avais poussée contre le rebord de la baignoire, me glissant entre ses jambes pour me coller tout contre lui, le dévorant de baiser pour commencer.

La chaleur de l’eau, le parfum de la mousse colorée, le crépitement de quelques bulles, le bruissement du déversement du liquide transparent, je n’entendais rien, ne ressentait rien qui ne venait pas de lui. Les mains fourrées dans ses cheveux comme s’il était possible de réduire le non-espace créé entre nous, pour me perdre en un baiser voluptueux jusqu’à ce que je ne tienne plus… Et que mes doigts glissent sous l’eau pour m’abandonner à lui, que plus rien n’existe hormis ce nous qui n’existait pas réellement. Si ? Nan, l'alcool disait non et dessinait nos courbes mêlées dans un nuage de mousse colorée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Europe de l'Ouest

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 9 sur 10

 Europe de l'Ouest

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.