AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger
Page 7 sur 7
Contrées polaires
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Kohane W. Underlinden
AdministrationHarryPotter2005
Administration
HarryPotter2005

Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Kohane W. Underlinden, Lun 22 Oct 2018 - 0:16



       

La marche a toujours été comme une sorte de thérapie pour moi. Evacuer la douleur dans les pas perdus. Les pas que je laissais glisser dans les couloirs froids de Poudlard, après le couvre-feu. C'était ma façon de me sentir mieux. Ou, en tout cas, de ne pas penser à ce qui allait mal.
Ce soir, y'a aussi la marche. Mais plus en solitaire.
Arty est à mes côtés. Il se glisse, comme moi, dans la nuit. Brindille qui craque de temps à temps. Et le silence. Qui a donné suite à ma question.
Peut-être qu'il a pas envie de parler.
Peut-être qu'il veut juste qu'on continue comme ça. Avancer en muets. C'est dans les blancs qu'il se remet le mieux de ses blessures.

Mais bientôt, sa voix s'élève. Un adjectif. Maudit. Je suis maudit, qu'il dit.
Doucement, ma tête se tourne dans sa direction. Distinguer son profil, près de moi. Alors qu'il continue sur la voie qu'il a commencée à esquisser de ses premiers mots.
Mon cœur fait un bond avant de se serrer lorsqu'il parle du loup-garou. De la morsure. Je ne peux plus détacher mes yeux de sa silhouette qui continue de trottiner à mes côtés.
Arty. Loup-garou.
Deux termes que j'ai du mal à coller ensemble.
Arty. Loup-garou.
Je me mords la lèvre inférieure. Je sais à quel point la situation de ces êtres différents peut être difficile. Les gens ne sont pas toujours très ouverts d'esprit. Et être condamné à se transformer à chaque pleine lune, à perdre le contrôle, parfois en arriver à des gestes regrettables... je n'ose même pas imaginer l'amertume que ça peut engendrer.
Je referme délicatement une main autour du bras d'Arty. Pour lui dire que je suis là. Parce que, à cet instant, c'est tout ce que j'arrive à faire. Alors que l'ex-Blaireau continue de se jeter à l'eau. Nageant chaque fois un peu plus loin dans l'étang aux confidences.

L'amoureux.
Dont j'ai déjà entendu parler. Ce jour-là, dans la cave.
L'amoureux repoussé, sans raison. Et les regrets. Qui grignotent le cœur. L'envie de changer le cours des choses. Peut-être qu'il se sent impuissant. Peut-être qu'il se sent faible.
Mais
Il ne réalise pas
Que rien n'est fini ?
Il peut encore agir ! Il peut encore faire quelque chose ! Il peut encore courir, il peut encore crier, il peut encore hurler. Il peut encore sauter de la falaise en espérant que l'autre sera là, en bas, et qu'ils puissent, ensemble, recoller les morceaux.

-Les colères, ça se travaille, je réponds doucement, d'une voix pas trop forte, comme si je pouvais perturber le calme du lieu.

Autour de nous, les arbres se font de plus en plus denses. Hauts. Parfois tordus. Des étoiles qui, de temps en temps, déchirent les feuilles. Et nous avançons.

-C'est parfois long, apprendre à se connaître et à se contrôler. Ca demande des efforts. Mais ça se fait. Faut juste faire le premier pas. Vouloir le faire, aussi.

Je me tais. Regarde désormais mes pieds qui marchent sur le sol légèrement humide de soir. Mon bras est passé sur le bras d'Arty, comme s'il me fallait le tenir pour qu'il avance. Ou, au contraire, comme si j'avais besoin de lui comme béquille pour continuer le chemin.

-J'sais pas quoi te dire, pour la morsure. Ca me fait mal pour toi. Mais... j'sais pas quoi faire. Tu as vu comment te procurer de la potion Tue-Loup ?

Le sol devient plus pentu. C'est très léger. Mais les jambes le sentent.
Et, à mesure que nous montons, la distance entre les arbres s'agrandit. L'environnement s'éclaircit. Il y a désormais davantage d'étoiles visibles au-dessus de nos têtes.

-Et l'amoureux... n'abandonne pas. Jamais. Si ça te tient à cœur et que tu peux encore agir, fonce. Si tu peux encore le rattraper, vas-y. Parce qu'un jour, il sera trop tard. Un jour, tu pourras plus rien faire. A force de te dire que tu as le temps, tu te retrouves au pied du mur. Et alors là, tes regrets ne pourront plus être apaisés.

Lorsque les arbres s'effacent, nous nous retrouvons en plein devant le ciel de nuit. Au bord du précipice. Une falaise quelconque -un bout du monde.

-Vas-y, j'ajoute dans un souffle.

D'un pas décidé, je me dirige vers le bord. La frontière. Au-dessus du vide.
Je lâche le bras d'Arty et, encore un pas, je reste là. A retour sous moi. Le paysage d'arbres, de verdure et de caillasse qui s'étale.

-Moi, j'l'ai laissé filer, ce temps. Et maintenant... c'est trop tard. J'l'ai laissé partir, avec des tas de choses que je n'ai pas dites. Comme toi, je regrette. Mais... j'peux plus lui courir après. Parce que, où que je courre, il n'est pas là.

Je me force à respirer, longuement, profondément.
Respirer, encore, encore, cet air froid.
Et le nœud dans l'estomac qui s'amplifie. L'enclume au fond du cœur qui pèse encore plus lourd.
Je finis par tourner à nouveau la tête vers Arty.

-Asclépius a disparu. J'me sens seule. Abandonnée. Et il me manque.

Voilà un bon résumé de la situation, je trouve. Et du poids sur le cœur. Un cœur que j'aimerais encore plus enterrer maintenant. L'enfouir, pour l'oublier là. Alors même qu'Asclépius a voulu m'aider à cesser de me cacher et cesser de le bloquer entre quatre murs impénétrables. Mais lorsqu'il refait surface, à vif, il fait trop mal.
Alors.
J'aimerais qu'il ne soit plus là.

....................Now I'm all alone
............................................Now you're gone for good
.........................................................................Now I'm stuck right here
......................................................................................................Wishing I understood

.............................................................................................................................................[...]

.........................................................................................................................And I'm missing you
........................................................................................................................................I'm just missing you
(Starkid, Missing you)

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Arty Wildsmith
Arty Wildsmith
Poufsouffle
Poufsouffle
Spécialité(s) : Permis de Transplanage
Loup-Garou


Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Arty Wildsmith, Dim 28 Oct 2018 - 23:10


La main de Kohane autour de son bras comme la force tranquille apaisante qui avait permis à la langue de se délier complètement, parce qu’il l’avait sentie là, toute proche à ses côtés, assurance éternelle de leur amitié frappée. Ça devait faire sourire doucement les arbres qui accompagnaient leur promenade nuitale, couvraient leurs pas d’un réconfort supplémentaire. Le pouvoir que la nature avait de tout comprendre, et d’ouvrir l’esprit sur le cœur. Le gamin avait hoché la tête, légèrement, dans un tel état de langueur, loin des rages diluviennes, il était d’accord avec Kohane. Il pouvait travailler sur ses crises impressionnantes, un regard et un contrôle sur lui-même, sur la Bête aussi peut-être. Mais c’est la moue cachée par l’obscurité qu’il retient, parce qu’il a honte, un peu, d’avouer que la violence faisait entièrement partie de lui, qu’il avait décidé de l’embrasser, de faire avec, de s’en servir comme une arme de destruction massive contre tous ceux qui osaient prétendre le réprimander, le provoquer ou tout simplement l’ennuyer. Sortir les crocs n’avait jamais été chose si facile depuis qu’il les laissait percer ses gencives sans aucune retenue. La bestialité de son cœur comme un ventricule nécessaire, vital. Alors évidemment, il laisse passer les sages paroles de la brune, les dépose brièvement dans sa capuche pour pouvoir éventuellement les ressortir plus tard, à l’occasion, quand dans sa vie il pourrait entièrement se focaliser sur les turbulences majestueusement colériques qui s’emparaient de son esprit, parfois.

Pour le moment, il se contente juste de rassurer l’ancienne Gryffondor, lui dire que c’est pas grave en toussotant légèrement, moufles devant la bouche. J’ai jamais rencontré de loup-garou, mais j’me dis que moi, c’pas grave, j’ai accepté, puis, j’fais avec, j’ai appris. Il hausse les épaules, quelques éléments le chiffonnent, évidemment, le risque mortel qu’il y avait d’arracher la tête de quelqu’un – les aimés - sous l’effet de la fureur, ou encore tout simplement sous le rire sadique de la pleine Lune, c’est une malédiction mais, parce qu’il y avait autre chose, cette force qui s’écoulait désormais dans son flux sanguin maudit, peut-être aussi une bénédiction. La lycanthropie comme un certain tremplin à celui qu’il avait toujours été, un garçon turbulent maintenant entièrement révélé.
Et tandis qu’ils dépassaient l’orée de cette forêt, la découverte d’un nouvel espace gigantesque étendu de leurs pieds jusqu’aux rebords de la falaise accompagne la révélation de Kohane. Une nouvelle fois, il sait qu’elle a raison, que c’était maintenant dans pas trop longtemps qu’il devrait retrouver Élius, sinon jamais. L’idée le fait déglutir, reste coincée, le palpitant encore bercé par la honte, comment expliquer qu’il avait sacrifié l’amoureux, ce qu’ils avaient, pour sa carrière, tout ça parce qu’il avait été assez bête pour agresser De Lanxorre. Un aveu qu’il n’oserait jamais prononcer, terrible oursin désagréable dans le gosier, pourtant, il devrait. Mais alors que le vide se devine à quelques pas d’eux, qu’il sait qu’il n’avait qu’à sauter, plonger pour récupérer celui qu’il aimait, la peur qui lui triturait actuellement le ventre n’y changerait rien, parce que l’Autre manquait.

Mais il attendrait pour bondir, car les oreilles du Loupiot sont curieusement tournées vers le cœur tout aussi grignoté de Kohane. Il l’observe lui dire qu’elle avait, elle, fait l’erreur de ne pas sauter assez vite, que désormais il était trop tard pour elle, jusqu’à l’annonce funeste métamorphosée en terrible couperet. Asclépius, son mari forcé mais qu’elle devait aimer, d’une certaine façon, disparu. Il entrouvre la bouche, tente de laisser passer ribambelles de douces excuses fleuries pour couronner la tête mélancolique de la partenaire, mais rien ne sort. Il connaissait Asclépius, de loin, comme ça, l’avait apprécié, avait admiré sa perchitude, beaucoup. Finalement, il expire douloureusement un pu*ain j’suis désolé Kohane. Il n’a pas envie de poser multitudes de questions sur la disparition du sorcier qui pourraient retourner la poitrine de la jeune femme, la forcer à revivre l’événement. Tout de même, parce qu’il sait que le tact est rarement une pichenette pouvant lui prêter main forte, il ne s’embourbe pas dans des mots rassurants, juste, au bord du vide, d’une vigueur qu’il veut consolative, il prend la Rouge & Or dans ses bras, la serre contre lui, fort, presque jusqu’à couper le souffle ravageur de tristesse qui s’était emparé d’elle. Puis dans l’éloignement, il ose, malgré tout, de légers questionnements, qu’est-ce que tu vas faire ? enfin, comment tu fais ? Évidemment, lui ignorait comment. Finalement, l’Amoureux avait toujours été là, quelque part pas très loin, il avait toujours su qu’il suffisait de percer d’un doigt courageux les épais rideaux qu’il avait cousus entre eux tel un imbécile. Mais c’était différent quand l’être aimé était vraiment, absolument, disparu disparu.

Lourd de la peine partagée, il s’en va se pencher sur le rebord de la falaise, frôlant des yeux l’inconnu du vide obscur, pas tellement effrayant. Nous ne sommes que ça, j’crois, des surfaces creusées, habitées par nos absents. Parce qu’il semblerait presque les voir là, ces silhouettes fantomatiques dont la séparation poignardait le cœur à répétition, dans le tout noir qui s’étendait aux pieds de la roche. Moi, c’est mes parents, Élius, et toi, maintenant Asclépius. Comme une idée qu’il n’arrivait pas tellement à digérer. C’est trop bête, t’as raison. J’me suis embrouillé l’esprit à me dire que c’était mieux pour lui, comme j’suis loup-garou tu sais, qu’il était mieux sans moi, mais c’est trop con, il éclabousse l’abîme d’un rire nerveux, parce qu’au fond je sais que ça l’dérangerait pas, l’est aussi taré que toi et moi. Il s’assoit alors, balançant ses pieds contre la falaise, caressant les restants de pierre des moufles adorablement monstrueuses. Une excuse que j’ai façonnée pour pas avoir à lui dire que, j’sais pas, que j’ai fait de la m*rde, que j’suis désolé. Puis ce sont ses boucles qui sont ébranlées par le vent polaire, mais finalement ravies de la révélation du gamin, enfin qu’elles semblent se dire. J’sais pas, j’sais pas comment lui parler, lui dire tout ça. Et tout en regardant droit tout devant, il interroge Kohane d’une question existenciellement affligeante, tu lui dirais quoi toi à Asclépius, si tu pouvais ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Rachel Ester Pasca, Dim 14 Avr 2019 - 20:54


RP avec Azaël
LA

Contrées polaires - Page 7 830x5310

Elle n'était pas certaine que prêter attention à toutes les promesses de bureau étaient une bonne idée. Comprenons-nous bien, il n'était question ici que des promesses sans aucun rapport avec le travail énuméré lors d'une pause ou d'un regroupement informelle. Car si on décidait d'y prêter attention, on se retrouvait vite à mourir de froid dans un pays reculé tel que qu'Arctique en compagnie de son subalterne et frère : Azaël Peverell.

C'était son idée à elle, évidement. Il n'y avait qu'elle pour proposer d'aller se baigner dans le lieu le plus froid du monde. Alors autant avouer que Rachel était dans son élément et la chose qu'elle maîtrisait le moins dans ce voyage c'était sa relation avec son frère justement. Mais partager des activités aidaient semblaient-ils. Azaël ne semblait pas être un océan-adicte, mais allez savoir. Voir des paysages unique lui plairait peut-être.

Pour le voyage la sorcière avait loué les services d'un sorcier : il n'avait qu'à les emmener, les abriter sur son bateau quelques jours, puis les ramener en Grande-Bretagne. Puis dans bagage tout un nécessaire à plongée moldu. Mais aussi deux bulles de voyages, deux balais et quelques autres accessoires sorcier utile.

- Merci Fergus, on vous laisse vous amarrer tranquillement. Azaël t'es prêt ?

Pour sonder un peu le terrain et s'habituer en douceur au climat, Rachel avait voulu plonger dès leur arriver à l'aide des bulles de transport. Cela permettait une profondeur de dix mètres seulement, mais au moins ils ne seraient pas mort de froid tout de suite. Demain la grande expédition en profondeur commencerait. Après demain peut-être une balade ou une autre plongée. Selon l'envie de chacun. Mais une chose était certaine : Rachel était déterminé à ne pas repartir sans avoir vu un Dodur !

Info:
 
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
Azaël Peverell
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : - Permis de Transplanage
- Animagus : Chien-loup Tchécoslovaque


Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Azaël Peverell, Mar 16 Avr 2019 - 20:08


T'as été plutôt surpris lorsque Rachel t'a proposé de partir en voyage avec elle. D'ailleurs, si ce n'était pas pour passer un peu de temps avec ta soeur aînée, tu aurais probablement refusé d'aller te perdre dans les confins gelés de la planète, en plein milieu des mers et des banquises de l'Arctique. Elle dit qu'il y a plein de choses à voir, notamment niveau créatures, qu'elles soient sous-marines ou juste fan de glace. Tu veux bien la croire, n'empêche qu'un roadtrip dans les pays chauds t'aurais tout aussi bien convenu, si ce n'est davantage. Elle a des loisirs carrément étrange, entre la plongée sous-marine en territoire polaire et les spectacles de magie moldue. Mais t'es un peu curieux, même si tu ne laisses rien paraître.

T'as toujours apprécié les créatures en tous genres. T'y connais pas grand chose, mais elles te paraissent plus simples à comprendre que les être humains. Peut être de par leurs instincts primaires et leurs réactions qui le sont tout autant. Peut être que de ce côté-là tu leurs ressembles pas mal. Alors t'as accepté, et te voilà en tenue d'esquimau sur un bateau, à répéter régulièrement un sortilège pour te tenir au chaud histoire d'être sûr de survivre au voyage en conservant tous tes doigts et tous tes orteils intacts. Vous arrivez bientôt à l'endroit voulu par ta soeur, qui sort tout l'équipement nécessaire à votre première plongée.

T'es bien content de ne pas avoir à t'immerger dans l'eau glacée comme ça. La bulle de navigation te tiendra relativement au chaud, et totalement au sec, pendant une heure complète pour peu que tu ne dépasses pas les dix mètres de profondeurs. Et vu la sombre couleur de l'eau, ça ne devrait être un souci, t'as pas trop envie de t'aventurer dans les ténèbres abyssales. Non pas que ça te fasses peur, c'est simplement... Trop inconnu à ton goût pour l'instant. Tu hoches la tête lorsque Rachel te demande si tu es prêt.

- Prêt, on peut y aller !

Armé de ton balai et de ta bulle de navigation, tu ne perds pas davantage de temps pour te jeter à l'eau. Tu n'as jamais utilisé ce genre de bulle auparavant, et le fait qu'elle te garde une poche d'air suffisante et te permette d'avancer dans l'eau comme dans les airs est réellement surprenant. La teinte bleutée autour de toi est transpercée de lumière aux endroits ou le ciel est visible. Par endroits, tu te retrouves sous la glace, sentant aussitôt une étrange angoisse due à l'enfermement total de cette étrange prison naturelle. Tu te tournes vers Rachel, bien peu à ton aise, quoi que tout de même content d'être là.

- Tu fais ça souvent ? Il ressemble à quoi ce truc que tu veux absolument voir ?
Revenir en haut Aller en bas
Rachel Ester Pasca
Rachel Ester Pasca
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Rachel Ester Pasca, Mer 17 Avr 2019 - 22:07


En entendant qu'il était prêt, la sorcière ne perdit pas une seule seconde de plus pour se mettre à l'eau. Enfin, façon de parler puisque la bulle de voyage lui offrait toute la chaleur et le confort d'un aquarium portatif. Vivement qu'elle parvienne à mettre au moins une version plus résistante à la pression de l'eau avec Lizzie ! Rachel aimait nager et sentir l'eau sur sa peau, mais parfois il valait mieux être au sec et à l'aise. En sécurité nous dirons même. Comme pour allez un jour dans les abysses, ce qui était tout de même le projet de base.

Pour l'arctique, elle n'avait prévu qu'un peu de bon temps. Histoire de recharger les batteries avant de réformer le pays. Et une belle rencontre : s'ils avaient de la chance.

Rachel avait des yeux partout. En haut, en bas, de côté. Jamais elle ne se laissait de ces paysages aquatiques. Ici en particulier, c'était absolument magnifique. Ce bleu très clair lorsqu'ils s'approchaient des glaciers. Ce bleu plus sombre, presque noir lorsqu'ils survolaient les abysses. Et toujours la lumière du soleil pour les guider, car très peu de personne semblait le savoir, mais à 10 mètres on voyait encore très bien même sans source de lumière externe. Pas de baguette pas le lampe torche, la seule arme de la brune aujourd'hui c'était une montre moldu qui indiquait les profondeurs. Car en réalité, dix mètres c'étaient peu. Pour elle en tout cas.

- C'est la première fois en Arctique, je me contente généralement des lacs de Grande-Bretagne. Mais je suis tout de même partie en Océanie voir un Remora. Tu connais ? Et en Afrique pour voir des poissons-singes.

Hm... Elle n'avait pas assez de voyage à son actif à son goût. Il allait falloir y remédier.

- Il ressemble à quoi ce truc que tu veux absolument voir ?

- Ça va te plaire ! A un escargot géant dont la coquille est un iceberg, mais ils sont rare, je ne sais pas si on réussira à en voir un. Ils viennent dans l'eau pour se nourrir.

La sorcière ouvrait l’œil. Sait-on jamais. Imaginez qu'ils aient une chance inouïe et que le Dodur passe justement devant eu dès le premier jour ? Avec les créatures on ne pouvait jamais savoir.

- T'avais déjà plongée ? A part faire des fêtes qui dégénère tu fais quoi de tes temps libre ?

Aucun reproche, juste de la bienveillance et de l'innocence dans cette question purement intéressé. Bah oui. Il était grand temps qu'elle en apprenne plus sur son petit frère. Le duo passa d'ailleurs dans une espèce de semi-grotte d'iceberg et Rachel leva les yeux vers la paroi avec un immense sourire. Sourire qui était en réalité bien plus destiné à Azaël -bien qu'elle n'en montra rien- car plus le temps passait, plus elle se rendait compte à quel point elle pouvait l'aimer ce sale gosse. Il était surprenant. Impressionnant. Et malgré tout ce qu'on pouvait bien dire sur lui ou sur son parcourt, Rachel elle savait bien qu'il en fallait du courage de la patience et de la force pour aider et soutenir un loup-garou.
Je t'aime p'tit frère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contrées polaires - Page 7 Empty
Re: Contrées polaires

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 7 sur 7

 Contrées polaires

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Autres Lieux Magiques ~¤~ :: A l'étranger-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005.