AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque
Page 3 sur 13
Revues et Magazines
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant
Alison Richardson
Gryffondor
Gryffondor

Re: Revues et Magazines

Message par : Alison Richardson, Lun 13 Mai 2013 - 19:36


Les pensées et les sentiments d'Alison ne cessaient de se bousculer dans sa tête, faisant grandir un mal de tête malvenu en ce moment. Elle n'en pouvait plus de ces fichus Serpentard qui lui causaient tant de tourments. Elle savait très bien pourquoi elle, et la jeune fille ne se félicitait pas de sa faiblesse. Elle était de plus un peu gênée d'afficher ça a son parrain, qui n'avait rien demandé du tout, surtout pas qu'elle se mette a pleurer en plein milieu de leur entrevue. Elle voulut balbutier quelques mots qui ne voulaient rien dire pour s'en aller mais elle n'y parvint pas. Elle n'avait pas la force de retourner voir les Gryffondor dans la salle commune. Elle vit entre ses doigts John fouiller dans ses poches et en ressortir un mouchoir, puis se lever et la rejoindre de son côté de la table. Elle avait d'abord cru qu'il voulait juste s'en aller, épuiser par les pleurnicheries de sa filleule, mais non. La tête toujours dans enfouie sans ses mains, elle entendit juste un raclement de chaise.

Tiens... essuie tes larmes.

La voix apaisante du jeune homme calma un peu Alison. Elle prit alors le mouchoir en laissant passer un remerciement tout bas, et entreprit de tamponner délicatement ses yeux embués de larmes. Le regard dans le vague, il lui fallut quelques instants pour se rendre compte que John avait passé un bras autour de ses épaules. Du réconfort, du contact physique. La jeune Gryffondor n'avait besoin que de ça. Quelques secondes suffirent, et les sanglots de la jeune fille s'étaient enfin arrêtés. La présence de quelqu'un a ses côtés, qui se souciait, même un peu d'elle, lui apportait un soutien considérable. Elle tourna son visage vers John et réussit a lui décerner un faible sourire, qu'elle espérait convaincant malgré tout. Elle lui était très reconnaissante. Il dit alors :

Tu es sur que tu ne veux pas en parler ? Des fois ça fait du bien d’extérioriser !

Alison se demandait toujours si elle ne voulait vraiment pas. Il avait raison d'un côté. C'était vraiment ce qu'elle avait besoin. Verser un peu de ses problèmes dans le vide en se confiant.

Tu as sans doute raison. Mais je doute qu'il y ait grand chose a faire. C'est simple, j'ai été prise en cible dès mon arrivée a Poudlard par certains élèves.. Du fais que je n'arrivait pas a me défendre, que je n'osais rien dire. Ils ont remarqués ça bien sûr. Depuis c'est pareil presque tous les jours quand je les croise. Je ne peux rien y faire. Je veux pas aller en parler aux préfets et a je ne sais qui.. Le retour du bâton serait encore pire.. Je pense que tu comprend.

La jeune fille lui lança un regard sincère. Elle espérait de tout son coeur qu'il comprenait ce qu'elle ressentait en ce moment même.
Revenir en haut Aller en bas
John Sawyer
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : John Sawyer, Mar 14 Mai 2013 - 16:34


Plus Alison parlait, plus il se voyait en elle. Enfin en quelque sorte. John avait aussi été sujet de railleries et de coups bas durant sa jeunesse. Non pas à Poudlard, car ici personne, ou presque ne savait qu'il était la bâtard de son père - même si les choses étaient en train de changer - mais en Irlande, les jeunes de son ages, les plus âgé, et même Caleb, le fils légitime des Snow ne lui faisaient pas de cadeaux. De peur de se faire encore plus vilipender, il ne disait rien accusant le coup, et a la longue fuyant toute confrontation. Donc oui il pouvait comprendre son état. Surtout si à contrario du jeune homme, elle ne s'était pas forgée une carapace qui lui permettait d'endurer ces méchanceté sans qu'a la fin cela ne l'atteigne.
Le regard sincère de la gryffondor lui fendait un peu le coeur. Cependant il ne pouvait pas trop s'attendrir pour elle, cela faisait quoi ? 3-4 ans qu'elle vivait ça ? Lui avait vécu cela pendant près de 10 ans, dès le moment où il a pu marcher et aller a l'école, les parents des autres élèves interdisaient à leurs enfants de l'approcher ou même lui parler, et au fil du temps ses camarades, endoctrinés par la societé, finirent par prendre le relais de leurs ainé en traitant le pauvre garçon comme un bouc émissaire un reclus.
Donc bon, ce n'était pas contre elle, elle était moins forte que lui, mais ce n'était pas 5 serpentards qui allaient l'empecher de vivre ? Non ?
    Tu sais... tu ne devrais pas leur accorder de l'importance.

C'était ce qu'il s'était dit à lui même quand il fut en age de raisonner, et son "père", Edawrd, lui avait tenu le même discours. Comme il lui avait si bien dit plus d'une fois, "ne laisse jamais personne définir qui tu es". Pourtant ces paroles pleines de sens n'avaient pas trouvé échos jusqu'il y a peu, avec la surprenante découverte de ses origines. Peut-être était-il trop jeune à l'époque, peut-être s'était-il convaincu des paroles des autres au point de ne plus croire en lui ?
Si on met cela sur le compte de la jeunesse et la longueur des mauvais traitements, Alison pourrait peut-être comprendre le sens de ses paroles, et ils trouveraient une résonance dans son esprit pour aller de l'avant et ne plus se laisser marcher sur les pieds.
    Un jour quelqu'un - mon "père" - m'a dit.... " Ne laisse personne définir qui tu es." Je n'avais pas compris le sens de ses paroles. Mais aujourd'hui ils ont pris un sens à mes yeux. J'espère que tu mettras moins de temps que moi à les comprendre.

Se rendant compte que son bras était toujours autour des épaules de la fille, il le retira rapidement, gêné. Il n'était pas très rapports physique, et la bibliothèque commençait à accueillir un peu de monde. Ce geste pourrait-être très mal interprété et remonter à certaines oreilles, ce qui n'était pas préférable. Et puis Alison avait l'air d'aller un peu mieux, donc inutile de s'attarder dans des contacts physiques qui le mettaient mal a l'aise.
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Axelle Higgs, Jeu 16 Mai 2013 - 5:31


Décidant alors de prendre la situation en main, la sorcière se leva de son siège, laissant en plan quelques manuels ouverts et un parchemin sur lequel était gribouillé un grand nombre de choses. C'est à pas de loup qu'elle s'approcha du duo de rouge et or. Le garçon s'était rapproché de la jeune sorcière, sans doute dans le but de la réconforter. Puis, comme s'il sentait observer, il retira son bras. C'est, dans un chuchotement, qui s'apparenta presque à un sifflement tant le ton de sa voix était faible, que Higgs s'adressa à eux :

- Alors, on rencontre des problèmes ?

Ce n'était guère le temps d'attirer leur attention sur eux, la bibliothécaire n'attendant que la moindre infraction de la part des élèves. Voilà plusieurs minutes déjà que la préfète des verts et argents épiait la discussion qui se passait à la table voisine. Elle tentait de faire une révision du dernier chapitre qu'elle avait vu en arithmomancie, mais sa curiosité avait été attirée dès que le mot Serpentard heurta son tympan. Et voilà, on parlait encore d'eux. Serpentards, Vipères, Serpillères, choisissez. Les verts et argents étaient considérées par une grande majorité comme les vilains de Poudlard. C'était classe comme réputation, mais ça devenait parfois saoulant, puisqu'on les accusait à la moindre bêtise. Bon, okay, ils étaient sans doute maître de l'art dans la matière, mais les Serpents savaient se faire discrets et rusés dans leurs plans. Axelle avait plusieurs exemples en tête prouvant que les autres maisons n'étaient pas des anges non plus.

Bref, son regard azuré se porte d'abord sur la demoiselle aux cheveux de feu, puis ensuite sur son camarade. Ce dernier lui disait quelque chose puisque, même si John Snow avait appris à se faire petit, ils avaient le même âge et partagaient donc quelques cours. Enfin, ceux où le Gryffondor était présent. Cependant, ils ne s'étaient jamais adressés la parole, n'ayant sans doute pas eu l'opportunité.

Le ton de Higgs la verte était difficile à interpréter et si Allison avait déjà quelque chose envers les Serpentards, fort à parier qu'elle ne voudrait pas se confier à elle. Quoi que... Peut-être que l'étoile qui scintillait sur son chemisier l'aiderait à changer d'avis.
Revenir en haut Aller en bas
Alison Richardson
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Alison Richardson, Jeu 16 Mai 2013 - 16:26


Le coeur d'Alison semblait s'être un peu allégé. Mais ce n'était que temporaire, dès qu'elle sortirait de la bibliothèque elle serait directement à la merci des verts et argent en quête de distraction. Elle tenta de chasser ce souvenir de la tête, puis se demanda si elle ne pouvait pas dormir dans la réserve. Elle redressa correctement sur sa tête une mèche rebelle. La salle commençait a se remplir de plus en plus. La plupart venaient travailler et donc n'accordait pas la moindre importance aux deux Gryffondor toujours assis à la table.

Tu sais... tu ne devrais pas leur accorder de l'importance, répondit John.

Plus facile a dire qu'a faire. Mais Alison sentait dans les paroles du jeune homme qu'il avait eu en quelques sortes divers problèmes avec son entourage. La rouge et or sentait qu'il la comprenait quelque peu.

Tu as sans doute raison, mais c'est pas si facile que ça.. Et puis c'est pas comme si j'avais pas déjà essayer de ne leur prêter aucune attention.

C'était véridique par ailleurs. Dans les couloirs, a chaque fois qu'elle croisait un Serpentard (d'ailleurs elle insistait toujours sur le fait qu'il n'y avait qu'eux, mais ce n'est pas toujours le cas, même si c'était plus rare), elle tentait de détourné la tête et de penser a autre chose sans écouter leurs railleries. Mais même si ils croyaient qu'elle n'avait rien écouté ou n'avait pas fait attention a eux, c'était la guérilla dans la tête de la jeune fille. Alison remarqua alors que John avait toujours son bras autour des épaules de la jeune fille, de ce fait elle rougit mais fit semblant de s'essuyer le visage avec les mains pour ne rien laisser paraître.

Un jour quelqu'un - mon "père" - m'a dit.... " Ne laisse personne définir qui tu es." Je n'avais pas compris le sens de ses paroles. Mais aujourd'hui ils ont pris un sens à mes yeux. J'espère que tu mettras moins de temps que moi à les comprendre.

Sur ces sages paroles, il retira son bras des épaules d'Alison, visiblement gêné de les avoir laissé si longtemps. Mais Alison n'en tint pas garde pour le moment, elle réfléchissait plutôt a ce que le jeune homme lui avait dit. Ne laisse personne définir qui tu es.. Elle comprenait que en faite, elle devait rester sois même quoi que les autres disent. Elle n'était pas certaine que la phrase signifiait cela, mais ça voulait dire beaucoup de choses pour elle, pour ce qu'elle vivait. Elle jeta un regard éloquent a John, qui tint place de réponse. La jeune fille entendit soudain un raclement de chaise non loin d'eux. Elle jeta un regard furtif vers la zone du bruit, et vit qu'une fille se rapprochait d'eux. Une préfète apparemment, vu le blason qui scintillait sur sa robe de sorcier... aux couleurs vertes et argents.

- Alors, on rencontre des problèmes ?

Alison détourna la tête subitement. Elle tremblait de peur. Et si la Serpentard avait entendit tout ce qu'elle avait dit? C'était le pire des scénarios. La rouge et or jeta un regard plein d'espoirs vers la bibliothécaire, occupée a autre chose. Pourquoi fallait-il qu'on vienne a la rencontre d'Alison partout ou elle allait.. Elle n'en pouvait plus. Elle tentait de se remémorer tout ce qu'avait dit John pour l'encourager. Elle repassait tout en boucle dans sa tête. Rien n'y faisait. Elle était toujours secouée de tremblements convulsifs. Et pourtant d'en sa tête, elle se souvenait du discours du Choixpeau.. Hardis, forts.. Tout ce que n'était pas Alison. Elle ne méritait pas d'être dans cette maison. Pas du tout. A chaque fois elle repensait a ça. Si cela se trouve, la vert et argent n'avait même pas reconnut la jeune fille, mais peu importe elle finira bien par s'en rendre compte..
Revenir en haut Aller en bas
John Sawyer
avatar
LégendeGryffondor
Légende
Gryffondor
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : John Sawyer, Ven 17 Mai 2013 - 23:46


C'est quoi l'expression déjà ? Quand on parles du loup.... On en voit la queue ? Était-ce applicable aux serpents ? Surement, car quelque chose, ou plutôt quelqu'un venait de leur siffler dans l'oreille... John se retourna d'un coup, surpris, il ne s'attendait pas du tout à être dérangé, et surtout qu'une personne vienne lui susurrer des mots à l'oreille - techniquement c'était plus dans celle d'Alison. Il se retrouva donc face à Axelle Higgs, un sourire lui fendait le visage. Instinctivement il regarda Alison qui semblait fondre sur place. C'était bien la dernière chose dont elle avait besoin maintenant, l'arrivée d'un serpentard pour réduire a néant les efforts de socialisation et de réconfort qu'il venait de donner pour la jeune fille. Son regard était posé sur elle, il ne savait pas trop quoi faire... ses yeux passaient de la préfète de serpentard et la jeune gryffondor et ainsi de suite. C'était très, très gênant... que faire que dire.... expliquer à Axelle les déboires de sa filleule, ou faire comme si elle n'était pas là ? Cela allait être ardu d'ignorer la verte et argent vu l'état de déconfiture d'Alison.
    .... Euuuuhhhh....

Que dire de plus ? Il ne savait pas, il était pris au dépourvu. Et surtout, il ne connaissait pas Axelle, enfin de nom et de vue, mais il ne savait pas comment elle allait agir, en rajouter une couche ou alors prendre son rôle de préfète à cœur et agir en conséquence afin de restaurer le calme dans poudlard. Quel dilemne, pourtant il ne pouvait pas rester muet comme une carpe. Il s'était juré de ne plus agir comme il l'avait toujours fait, de ne plus se fondre dans la masse, de s'imposer, d'exister. Il fallait donc qu'il agisse... Il regarda a nouveau Alison.... elle ne bougeait vraiment pas, tétanisée par la présence de la fille.

Dans la bibliothèque personne ne prêtait attention à eux, soit les autres élèves n'avaient encore rien remarqués, soit ils étaient dans le même état qu'Alison, et la préfète leur inspirait la crainte. John lui ne savait pas, il se demandait juste qu'est-ce qui serait la plus adéquate comme réponse, la meilleure chose à faire pour sa camarade...
Le silence devenait pensant, il fallait bien dire quelque chose, ne pas laisser la situation tel quel, au risque de réellement passer pour des Parias. Gryffondor n'était-elle pas la maison des courageux ? Le courage lui avait fait défaut un grand nombre de fois et ne semblait pas être la plus grande vertu de l'autre gryffone... Il était temps qu'il joue des épaules et qu'il s'impose. Advienne que pourra.
    Bon... T'es préfète non ? question rhétorique et pas très pertinente, se dit-il a cet instant.Tu dois bien savoir ce qui se passe avec tes camarades et Alison ? C'est pas ton rôle d'agir en conséquence ?

Okay, avouons le ce discours n'était pas des plus pertinent, et surtout il ouvrait le champ a pas mal de possibilité de réponses. Maintenant il ne restait plus qu'a attendre sa réponse. Mais se trouvant un peu débile sur le coup il tenta de glisser vers un autre sujet. Axelle Higgs était dans les même cours, que lui et ils avaient des devoirs a rendre, autant profiter de ce point commun pour dévier la conversation, et peut-être montrer que les serpentards ne sont pas tous des enflures - selon la réponse de Higgs. D'un air plus ou moins désintéressé, il ajouta donc :
    .... Ah, tant que tu es là, tu as compris le devoir d'histoire de la magie ?
Revenir en haut Aller en bas
Axelle Higgs
avatar
LégendeSerpentard
Légende
Serpentard
Spécialité(s) : Fourchelang
Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Axelle Higgs, Ven 24 Mai 2013 - 23:43


D'après la réaction des deux Gryffondors, la venue de la Serpentard n'était pas prévue. C'était d'ailleurs une des capacités d'Axelle : arriver telle une fleur et générer des malaises. Son regard s'attarda d'abord sur la jeune fille qui tremblait comme une feuille, puis sur John Snow, dont le regard alternait déjà depuis quelques instants entre les deux étudiantes.

- .... Euuuuhhhh.... commençant d'abord le jeune homme, pris au dépourvu par la présence de la préfète des sinoples et argent.

- Bon... T'es préfète non ? Tu dois bien savoir ce qui se passe avec tes camarades et Alison ? C'est pas ton rôle d'agir en conséquence ?

Hm ? L'étonnement dût se lire sur le visage de la préfète. Par le ton franc et affirmé qu'avait prit le sorcier, mais également ses propos. Posant à nouveau son regard perçant sur la jeune fille à la chevelure de feu, Axelle pinça les lèvres, réfléchissant : avait-elle déjà vu cette petite quelque part ? John avait laissé sous-entendre qu'il y avait des frictions entre la jeune Gryffondor et les siens. Il était difficile de surveiller toute la maison, peut-être Proulx était-il au courant de quelques chose ? En y repensant bien, il était arrivé un évènement notable, la semaine dernière, à la Grande Salle*. Alors que la préfète quittait le lieu, un cri avait jailli. Elle s'était retournée et avait aperçu une jeune fille, à la table des rouges et ors, recouverte d'un potage aux asperges et autres légumes verts. Ses longs cheveux dégoulinaient sur son uniforme et la pauvre arborait un visage déconfit. Sur le coup, ce visage ne lui disait rien, mais il était à présent devant elle.

Alison Richardson.

Mais avant que la sorcière ne puisse répondre quoi que ce soit, John ajouta quelque chose, sur un ton plus désinvolte :


- .... Ah, tant que tu es là, tu as compris le devoir d'histoire de la magie ?

Ce changement de sujet surpris légèrement la préfète qui prit un certain temps à se remémorer ce dit devoir, alors qu'elle avait pourtant apporté son manuel qui attendait sagement à la table voisine. Elle n'était pas une fan de ce cours et songer de plus en plus à abandonner la matière.

- Pfff... Je crois qu'il faut faire un argumentaire sur le sujet vue en classe, ainsi qu'une fiche rédactionnelle sur le démon de notre choix... Sauf ceux vu en classe, évidemment, termina-t-elle, roulant des yeux.

Il fallait par contre retourner à nos moutons. Serait-ce donc les Serpentards qui étaient à l'origine de ce mauvais coup envers la sorcière des rouges et or ? Fort probable, compte tenu que cela ne semblait pas la première fois qu'elle était victime d'une mauvaise farce comme celle-ci. Elle avait peur de la préfète alors qu'elles ne s'étaient jamais croisées ou, dû moins, elles ne s'étaient jamais adressées la parole. Cependant, avant d'aider la jeune fille elle devait s'assurer d'une chose :


- As-tu fait quelque chose à l'un d'entre eux, pour qu'ils agissent comme cela ?fit-elle, son visage se tournant vers la principale intéressée.



*Alison ! Je me suis permis d'inventer une petite anecdote qui aurait
pu arriver entre toi et quelques Serpentards. Si problème : MP.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Simon Wyatt, Jeu 13 Juin 2013 - 14:53


[J'ai l'autorisation d'Axelle Higgs pour faire mon RP dans ce topic, bien qu'un mois ne s'est pas encore écoulé.]

¤ PV Liberty Owen ¤

Un pli soucieux barrait le front de Simon cette après-midi là et il faut avouer que c'était plutôt inhabituel. Il posa son sac au sol, s'affala sur une table de la bibliothèque et ferma les yeux, la tête posée sur ses avant-bras repliés. Le rayon de soleil qui passait par l'une des fenêtres étroites de la salle faisait un va et vient entre son œil et sa joue, faisant monter progressivement son agacement.

Il se releva soudainement, saisissant son sac pour en extraire plusieurs brochures multicolores qu'il laissa tomber en cascade sur la table. On pouvait y lire différents titres comme "Devenez dresseur de strangulots !", "Sainte Mangouste vous accueille dans ses rangs" ou encore "Réparateur de balais, un métier qui a de l'avenir".

Il n'avait toujours eu qu'un intérêt particulièrement limité pour tout ce qui se passerait une fois qu'il serait sorti de Poudlard. Il se trouvait si bien dans ce château qu'il n'y avait jamais vraiment réfléchi. Et puis son frère avait fait le choix de continuer l'exploitation de leurs parents, lui laissant alors toutes les portes ouvertes. Peut-être un peu trop en fait... Non pas que travailler à la ferme l'ait vraiment effleuré. Il aimait le travail physique, il y avait toujours été habitué. Mais il avait envie d'exploiter ses pouvoirs magiques autrement.

L'un de ses professeurs le lui avait fortement fait remarqué aujourd'hui. "Toutes les options possibles s'offrent à toi", "tout est largement à ta portée", "quelqu'un avec tes capacités a forcément beaucoup d'ambition". Eh bien non en fait, c'était là que se trouvait le fond du problème. L'ambition. Il ne s'était jamais rêvé faire quoi que ce soit. Il avait des préférences, des choses qu'il adorait faire. Mais rien qu'il ne puisse vraiment exploiter au point de vouloir en faire son travail.

Lui qui n'aimait jamais rien planifier à l'avance, se retrouver à faire des plans de carrière, c'était... c'était contre nature !

Malheureusement, il était le seul à n'avoir encore rendu aucun souhait d'orientation et ses professeurs le lui rappelaient à chaque fois qu'ils en avaient l'occasion. Un peu mollement il s'empara d'un fascicule expliquant les joies du métier de confectionneur de robes de Quidditch, et le reposa presque aussitôt.

Peut être devrait-il laisser le destin décider et choisir l'une de ces documentations au hasard. Peut-être que finalement, le choix de son frère était pour lui un cadeau empoisonné...

Ce qui était sûr, c'est qu'il savait ce qu'il ne voulait pas faire. Il pouvait toujours commencer une liste et y inscrire tous les métiers qui le rebutaient. Lentement, il sortit un morceau de parchemin à peu près vierge, une plume et un encrier et se mit à griffonner quelques métiers qui lui venaient à l'esprit, à commencer par la plupart de ceux qui peuplaient les plaquettes multicolores autour de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Owen
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Liberty Owen, Jeu 13 Juin 2013 - 23:04


Liberty avait décidé de passer sa journée à la bibliothèque malgré le temps superbe à l’extérieur du château. On était en pleine après-midi, le thermomètre devait frôler les 27 degrés. Pourtant, la jeune fille n’éprouvait pas le moindre regret à rester dans cette pièce. La bibliothèque était déserte, les sorciers devant être soit en cours, soit dans le parc à profiter des premiers beaux jours. Assise par terre dans un des rayons, la bleue et bronze feuilletait un livre pris au hasard. Elle étudiait les sortilèges. La jeune fille soupira en entendant des éclats de rire provenant de l’extérieur. Liberty était assise juste en dessous d’une des rares fenêtres ouvertes. Bien qu’il fasse une chaleur dans la pièce, la sorcière se leva et ferma la porte. Les cris, les éclats de rire cessèrent. La jeune fille ne put s’empêcher de jeter un regard à l’extérieur. Evidemment, elle ne pouvait pas reconnaître qui était responsable de ce bruit.
° Ils doivent être aussi agacés que toi en ce moment quand tu te comportes de cette manière°, pensa la sorcière. Oui, il est vrai que Liberty se comportait de cette façon en public. Elle parlait fort et gloussait bruyamment quand elle était entourée de son groupe d’amies. Ces dernières ne l’ont pas suivie jusque la bibliothèque. Cela surprenait Liberty de ne pas voir un autre Serdaigle dans les rayons. Certes, il faisait beau mais ils ne pouvaient pas être tous en train de se la couler douce ! Liberty était loin d’être une tête parmi les bleus et bronze. Elle se considérait même comme le vilain petit canard de la maison, l’une des seules des Serdaigles à faire le pitre en classe.
Enfin, Liberty vit un sorcier passer devant son rayon. Elle était encore debout et le regarda s’installer sur une table. Il avait l’air soucieux. La blonde l’examina attentivement de sa cachette. Vu sa carrure, le jeune homme devait être sportif.  Il ne faisait partie d’aucune équipe de quidditch, c’était certain, la jeune fille analysant attentivement les joueurs des différentes maisons. Son air anxieux ne gâchait rien, il lui donnait un air mystérieux. Liberty le vit laisser tomber de nombreuses brochures sur sa table. Elle était intriguée par ce comportement. Que pouvait bien pousser ce garçon à s’enfermer dans la bibliothèque par ce temps?
La curiosité poussa Liberty à s’approcher de la table du sorcier. Ce dernier, obnubilé par une des plaquettes multicolores situées devant, ne remarqua pas tout de suite sa présence. La jeune fille ramassa deux brochures qui avaient glissé sur le sol. «  Les différentes étapes pour devenir éleveur de dragons » ; « Médicomage, un métier méconnu ». Liberty sourit en voyant ces plaquettes. Ainsi le garçon cherchait une orientation. L’inquiétude sur son visage et ses traits faisait supposer à la bleue et bronze que ce jeune homme était en septième année. D’ordinaire, Liberty évitait la présence des septièmes années. Ils sont de la même promotion qu’aurait été son frère s’il était encore vivant. Bien que Louis n'ait été présent qu’une année à Poudlard avant son accident, certains sorciers se souvenaient de lui. 
Le sorcier avait désormais remarqué la présence de la jeune blonde. Elle lui adressa un sourire et lui lança un « Je peux ? » pour s’installer en face de lui. Avant cela, elle avait jeté un regard vers le parchemin devant lui. En s’installant, Liberty sortit un livre qu’elle gardait précieusement sur elle. Elle aussi se questionnait sur son orientation. Elle lui tendit.
-         Si ça t’intéresse, ce livre décrit très bien les missions de l’auror et les compétences qu’il faut avoir.
Liberty posa son livre « Devenir un auror » en face du sorcier. Elle lui jeta un regard en se demandant si ce dernier ne la prenait pas pour une folle. C’est pourquoi, Liberty décida de prendre les devants en se présentant.
-         Liberty, de Serdaigle.
La jeune fille avait précisé sa maison. Pour elle, la maison Serdaigle justifiait sa présence dans la bibliothèque par ce temps. Liberty savait que le jeune homme n’était pas issu de cette maison, mais elle ne le jugeait pas. D’autre part, la sorcière n’avait pas précisé son nom par habitude. Elle ne souhaitait pas que son nom face écho à qui que ce soit. 
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Simon Wyatt, Lun 17 Juin 2013 - 0:24


La chaleur extérieure commençait à se fair ressentir à l'intérieur de la bibliothèque. La plupart des Gryffons que fréquentait Simon étaient en ce moment même en train de se dorer la pillule sur le bord du lac. Avec son caractère toujours optimiste et rarement préoccupé, Simon aurait dû logiquement faire de même. Mais il ne restait que peu de semaines avant la fin de l'année scolaire, et il fallait impérativement qu'il porte son choix sur une orientation.

Un reflet dans le rayon de soleil qui tombait sur sa table tira le jeune homme de ses pensées. Une fille se tenait à côté de lui, une Serdaigle qu'il ne connaissait pas, sûrement une cinquième ou sixième année vu sa taille. Elle lui demanda si elle pouvait s'installer à sa table, ce à quoi il acquiesça aussitôt, rassuré qu'il ne s'agisse pas de quelqu'un de sa maison. Il aimait la compagnie des Gryffons bien entendu, mais il savait qu'il intriguait parfois ses camarades et était un peu las des questions de toute sorte qu'ils pouvaient lui poser

La jeune fille s'assit et sortit de son sac un ouvrage qu'elle lui tendit, en lui indiquant : Si ça t’intéresse, ce livre décrit très bien les missions de l’auror et les compétences qu’il faut avoir. Cette initiative arracha un sourire à Simon. Ainsi, on pouvait se rendre compte au premier coup d'oeil qu'il était un peu paumé... Pas étonnant en même temps, ces stupides brochures recouvraient à présent plus de la moitié de la table.

Elle se présenta comme Liberty, de Serdaigle. Il répondit d'un sourire, en se présentant à son tour : Enchanté, Liberty de Serdaigle. Simon, de Gryffondor. Elle semblait assez enjouée ; en tout cas, plus que certaines de sa maison qui passaient tellement de temps dans les livres qu'elles en devenaient aussi inexpressives que de vieux parchemins.

Il attrapa l'ouvrage et en feuilleta les premières pages avec attention. Le fait que ce livre puisse "l'intéresser" était un bien grand mot. En fait, il aurait très bien pu dévorer ce bouquin en une ou deux nuits, sans être conquis par le métier d'Auror. Les joies de ses facilités de lecture et de sa mémoire photographique. Toutefois il n'avait pas envie de blesser son interlocutrice en le laissant un peu trop vite de côté. Il le garda donc ouvert et continua d'en tourner les pages distraitement en lui demandant :



- Qu'est-ce qui te fait croire que ce métier pourrait me convenir ? Si ça se trouve je suis un grand mage noir en puissance... dit-il en lui lançant un regard par en dessous, un léger sourire aux lèvres. Il espérait ne pas être tombé sur une fille qui ne comprenait rien à l'ironie et au sarcasme. Sinon la conversation risquait bien de tourner court...
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Owen
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Liberty Owen, Lun 17 Juin 2013 - 20:05


« Enchanté, Liberty de Serdaigle. Simon, de Gryffondor ». Bon, la jeune fille devait déjà être catégorisée de « barge » mais elle s’en moquait. Liberty n’était pas du genre à chercher à plaire et préférait se montrer aussi naturelle que possible. Ainsi, elle lui répondit poliment en souriant «  Enchantée Simon ! ». La bleue et bronze ne montra pas sa surprise en entendant que le jeune homme était issu des Gryffondors. Certes, les Gryffondors fréquentaient régulièrement la bibliothèque, mais il s’agissait toujours des mêmes têtes. Or elle n'avait jamais croiser Simon dans les parages. Liberty avait remarqué que les Gryffons étaient passionnés par les Défenses contre les Forces du Mal. Les Pouffsoufles, eux, préféraient la botanique. Quant aux Serpentards… Hé bien, Liberty ne les voyait que très rarement. Elle croisait parfois quelques vert et argent du côté de la réserve. Suite à ses réflexions, la blonde se dit qu’elle passait bien trop de temps à la bibliothèque. Il fallait qu’elle retourne avec les autres sorciers pratiquer la magie plutôt que l’étudier !
La jeune fille remarqua rapidement que son ouvrage n’intéressait pas le rouge et or. Elle le voyait le feuilleter sans prêter attention à ce qui est écrit à l’intérieur. Dommage, Liberty aurait bien aimé parler de ce métier avec quelqu’un d’autre qu’un membre de sa famille. Mais bon, le jeune homme pouvait prendre son ambition de devenir Auror comme de la prétention. Or, ce n’était pas ce que Liberty avait envie de faire transparaître.
- Qu'est-ce qui te fait croire que ce métier pourrait me convenir ? Si ça se trouve je suis un grand mage noir en puissance....

Liberty le regarda avec un petit sourire de coin. Elle appréciait cet humour. La jeune fille voulut lui dire que son air angoissé ne tromperait personne mais elle se retint. Elle ne voulait pas paraître désagréable surtout lors du premier contact avec cet homme. C’est pourquoi elle lui répondit toujours en gardant le même sourire :

- Oh, si Monsieur est un grand mage noir, je lui conseille conducteur du Magicobus. D’un coup de frein, tu pourras envoyer balader tes ennemis dans le pare-brise sans montrer que tu es un puissant sorcier. La planque idéale !

Sur ses paroles Liberty lui brandit une brochure représentant le Magicobus. Sur ce dépliant, on pouvait voir le bus magique dévaler les rues de Londres à une vitesse phénoménale. On le voyait se glisser entre les voitures moldus ainsi que les camions.
Liberty réfléchit à la première question que lui avait posée Simon. Qu’est-ce qui avait bien pu faire penser que le métier d’Auror pouvait convenir au sorcier assis en face d’elle ? Sa posture, sa carrure, son air sérieux devant toutes ces plaquettes ensorcelées peut-être… Liberty n’en savait rien et se contenta de lui répondre plus sérieusement toujours aussi dynamique qu’à son habitude.

- Les Gryffondors sont réputés pour être les plus courageux des quatre maisons, et c’est une qualité indéniable pour le métier d’Auror !

Liberty savait que sa réponse n’était pas cohérente. Elle avait su après lui avoir montré son livre que Simon appartenait à la maison des Lions. La bleue et bronze cherchait tout de même à justifier son geste. Voyant que le Gryffondor continuait à la regarder en feuilletant les pages de son livre sans y prêter attention, Liberty posa en riant la plaquette du Magicobus sur le livre ouvert, ce qui stoppa son geste devenu automatique.

- Arrête, tu vas l’user!

Elle connaissait très bien son livre. Comme tous les livres présents dans la bibliothèque, ils avaient chacun leur caprice. Liberty savait que dès qu’elle cessait de tourner les pages de cet ouvrage, celui-ci poussait comme un soupir de soulagement. Cela n’a pas manqué. Liberty eut un sourire satisfait en l’entendant, elle l’entendait plusieurs fois par jour, depuis qu’elle faisait une obsession sur ce métier. 
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Simon Wyatt, Sam 29 Juin 2013 - 19:07


[HS : De retour d'examens, maintenant je devrais être totalement dispo ! Merci pour ta patience !]

- Oh, si Monsieur est un grand mage noir, je lui conseille conducteur du Magicobus. D’un coup de frein, tu pourras envoyer balader tes ennemis dans le pare-brise sans montrer que tu es un puissant sorcier. La planque idéale !

La réponse de Liberty fit partir Simon dans un grand rire, qu'il dut rapidement étouffer en essayant vainement de le faire passer pour une quinte de toux un peu bizarre. Il évita consciencieusement le regard accusateur de la bibliothécaire qui rodait et se recentra sur Liberty. Vu ce qu'elle dit ensuite sur les Gryffondors, Simon aurait pu rouler des yeux et expliquer qu'il ne fallait pas croire toutes ces légendes sur les prétendues vertus des élèves suivant leur maison respective. Mais étant donné que la demoiselle avait visiblement de l'humour, il n'en fit rien et prit plutôt le temps pour réfléchir à ce qu'elle venait de dire.

C'est vrai qu'il fallait du courage pour être Auror. Du courage ou un brin de folie peut être. Simon n'avait jamais vraiment su faire la différence. Il était lui même un peu casse-cou parfois et il lui semblait que c'était difficilement compatible avec cette profession. Surtout que les Aurors travaillaient souvent en binômes et que leur propre comportement pouvait avoir des conséquences sur les autres. Mais peut être que s'il parvenait à faire un travail sur lui même...

- Arrête, tu vas l’user!

Il releva la tête, n'ayant pas vraiment conscience du geste qu'il était en train de faire. Il stoppa immédiatement : Oups, désolé... Le livre poussa un soupir de soulagement et Simon le décala lentement sur la table, pour être sûr de ne pas l'importuner d'avantage. Il n'était pas vraiment à l'aise avec ces bouquins qui réagissaient tout seuls.

- C'est un beau métier, c'est vrai. Combattre les forces du Mal, traquer les méchants, défendre la veuve et l'orphelin... Et puis on ne doit pas s'ennuyer. Mais je ne sais pas si je serais le plus compétent ou... Il coupa court à sa phrase, c'était un peu difficile pour lui d'expliquer ce qui le freinait. Surtout à quelqu'un qu'il ne connaissait pas. Mais j'imagine que si tu te ballade avec ce livre c'est que c'est une vraie vocation pour toi, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Owen
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Liberty Owen, Mar 2 Juil 2013 - 18:08



Liberty aurait bien voulu rire avec Simon de sa propre remarque mais elle était dans le champ de vision de la bibliothécaire. La jeune fille faisait en sorte de se cacher derrière quelques tas de livres présents sur d’autres tables, rien n’y faisait. La personne gardant les lieux cherchait à faire régner le calme. La bibliothèque étant vide, au vu du beau temps, leur conversation était clairement perceptible par la vieille dame. Ainsi, la sorcière eut un sourire amusé en voyant le rouge et or simuler de s’étouffer pour masquer le rire qui venait de lui gagner. Liberty voyait nettement le visage renfrogné de la sorcière, ce qui l’amusait encore plus.

Le gryffondor ne releva pas tout de suite la remarque de la jeune fille concernant la légende que tous les membres de la maison des lions étaient des personnes très courageuses. Liberty ne savait pas si le jeune homme était sceptique ou si, simplement, il réfléchissait à ce métier. Auror est une profession dangereuse, la bleue et bronze ne pouvait pas le nier.

Suite à sa remarque, Simon repoussa le livre que la blonde venait de lui passer. Il s’excusa, apparemment mal à l’aise devant la réaction que le livre venait d’avoir. Liberty sourit et leva les yeux en direction des rayons. Elle voyait des centaines de livres bouger et changer de place entre les rayons. Certains se promenaient sur les tables, d’autres poussaient des cris assez effrayant (ceux de la réserve, supposa Liberty).



C'est un beau métier, c'est vrai. Combattre les forces du Mal, traquer les méchants, défendre la veuve et l'orphelin... Et puis on ne doit pas s'ennuyer. Mais je ne sais pas si je serais le plus compétent ou...  Mais j'imagine que si tu te ballade avec ce livre c'est que c'est une vraie vocation pour toi, non ?

Il est vrai que de ce point de vue-là, le métier d’Auror n’avait rien de très glorieux. « Traquer les méchants »… A priori, le jeune homme était sceptique, ou du moins pas convaincu par les personnes exerçant ce métier. Voilà maintenant que la blonde doutait également. Elle ne voulait pas se prendre pour une héroïne de film moldu, loin de là. Son souhait était certainement de vivre à cent à l’heure, de trouver l’adrénaline qui lui manquait. Mais aussi, de mettre hors d’état de nuire les personnes pouvant être un risque pour la société. 
° Suis-je si naïve d’espérer ? °
Liberty souhaitait que Simon poursuive sa phrase. Ainsi, elle le regarda fixement avec un sourire et l’interrogea :
Ou …. ?
La bleue et bronze se pencha pour observer un peu plus le Gryffondor. Elle cessa immédiatement dès qu’elle se rendit compte qu’elle se mêlait de ce qui ne la regardait pas. Elle poursuivit donc ;
Je suis sûre que ce n’est pas une question de compétences.
Liberty sous entendait que Simon devait avoir les compétences pour exercer ce métier. La Serdaigle ne savait pas ce qu’il lui avait pris d’affirmer une telle chose. Après tout, elle ne connaissait le garçon que depuis quelques minutes. Liberty fut gênée de sa propre remarque. Elle passa sa main dans ses cheveux, signe qu’elle était légèrement embarrassée. Elle fixa le livre et répondit à sa question pour esquiver le sujet.

Vocation, je ne pense pas. Ce métier m’intrigue, je me renseigne c’est tout. Je suis en 6ème année, j’ai encore un peu de temps pour réfléchir. Et puis, je suis nulle en potions alors, ça me semble un peu compromis.
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Simon Wyatt, Mar 9 Juil 2013 - 23:11


Même si le sourire de Liberty était tout ce qu'il y a de plus charmant, Simon fit comme s'il ne voyait pas qu'elle essayait de lui tirer les vers du nez comme on dit. Il comprenait bien qu'elle tentait de savoir ce qui se cachait derrière le "Ou..." évasif qu'il avait prononcé. C'est pour cela qu'elle se mit à le regarder de façon intense, penchée en avant comme si elle avait voulu plonger dans le regard de Simon pour le sonder à sa guise. En temps normal, il aurait sûrement caché sa gêne en lançant une boutade ou en riant gentiment du comportement de la jeune fille.

Mais là, assez curieusement, ce qu'elle faisait ne le mettait pas du tout mal à l'aise. Au contraire, il resta muet pendant quelques secondes, scrutant lui aussi la Serdaigle pour savoir s'il devait ou non continuer cette fameuse phrase. Aussi, lorsqu'elle cessa son petit manège - un peu trop rapidement au goût de Simon - il baissa les yeux également, histoire de se remettre les idées en place.

Lorsqu'elle affirma cependant que ce n'était pas une question de compétences, il darda à nouveau son regard sur ses prunelles bleues. Que voulait-elle dire ? Qu'il ne fallait pas que des compétences pour être un bon Auror ? Ou bien que le soucis de Simon n'avait rien à voir avec un manque de compétences ? Si c'était cela, elle était perspicace. En effet, le jeune Gryffon pourrait certainement finir major de promotion. Si toutefois il s'en donnait la peine. Il réfléchissait d'ailleurs encore à ce sujet là, songeant qu'il pourrait être amusant de faire un effort pour ses derniers examens...

Bref, ce n'était effectivement pas les compétences qui l'inquiétaient en réalité. Il laissa à Liberty le soin de répondre à sa question.

Vocation, je ne pense pas. Ce métier m’intrigue, je me renseigne c’est tout. *Ah tiens ? Pas une vocation ? Je n'ai donc pas affaire à une folle qui veut venger une personne disparue en tuant les mages noirs à coup de cuillère à café... Tant mieux, ces gens là sont souvent un peu trop hystériques pour être véritablement compétents.* Je suis en 6ème année, j’ai encore un peu de temps pour réfléchir. *6ème année ? Ça explique pourquoi je ne l'ai pas remarqué avant...* Et puis, je suis nulle en potions alors, ça me semble un peu compromis.

- Oh, vraiment ? Si tu veux je pourrais t'aider, j'adore les potions !... En réalité, non, c'est plutôt les potions qui m'adorent. Je fais souvent la moitié des préparations complètement par dessus la jambe et je me rends compte à la fin que par miracle elles correspondent au résultat escompté, avoua-t-il avec un sourire contrit. Mais j'ai deux-trois astuces que je pourrais te donner si tu as envie de te perfectionner. Enfin si tu veux, hein, tu n'es pas obligée d'accepter, dit-il un peu précipitamment.

Il ne savait pas vraiment pourquoi il venait de proposer ça à cette fille qu'il connaissait à peine. En plus il détestait par dessus tout les gens qui s'imposaient, et il avait peur que sa proposition passe pour du harcèlement. C'est pourquoi il essaya de repartir vainement sur le début de la conversation, et se trouva donc bon gré mal gré, obligé de dévoiler ce qu'il avait eu l'intention de dire plus tôt.

- Quand j'ai parlé de compétences tout à l'heure, ce n'était pas la seule raison de mon hésitation. Il garda le regard plongé sur le livre, un peu comme s'il s'agissait d'une zone neutre. En fait, j'ai lu pas mal de choses sur l'histoire des Aurors, les différentes politiques répressives mises en place au fur et à mesure des remaniements des Ministres de la Magie. Notamment sur les périodes où les Ministres les ont obligé à combattre les sorciers nés de moldus, tous ces comportements sectaires et déviants et... Et je me demande toujours si j'aurais été capable de m'opposer, à la place de ces Aurors. Si j'aurais réussi à me rendre compte que les ordres que l'on me donnait étaient complètement illégaux et immoraux.

Il laissa un ange passer avant de continuer, le regard toujours rivé sur l'ouvrage. Il ne voulait pas passer pour un désaxé ou un type lâche, mais cette question lui avait souvent tourné dans la tête.

- Mais maintenant je sais que je pourrais toujours me recycler en conducteur de Magicobus si besoin est..., conclue-t-il, un sourire ironique aux lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Owen
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Liberty Owen, Mer 10 Juil 2013 - 13:09


Contrairement à ce qu’elle aurait imaginé, le Gryffondor soutint son regard lorsque Liberty lui demanda plus d’explications à sa précédente phrase. Une nouvelle fois il la regarda fixement après que la blonde lui ait parlé de « compétences ». Liberty n’était pas mal à l’aise devant cette situation, mais était gênée des remarques qu’elle avait prononcées. Elle était également gênée de voir comment le sorcier la scrutait, comme s’il cherchait à comprendre ce qui se passait dans sa tête. Liberty pria intérieurement pour que le Gryffondor ne pratique pas l’occlumencie. Il semblait plus âgé qu’elle, et c’était le genre de sorcellerie qui attirait les sorciers de dernière année. La bleue et bronze savait qu’elle devait fermer son esprit mais n’avait jamais pratiqué. De plus, la jeune fille était dans une période où elle se posait énormément de questions, sa tête était remplie de pensée. La sorcière se méfiait donc de tout le monde ! Elle parlait à un garçon qui semblait sympathique et voilà qu’elle le soupçonnait d’essayer de lire dans ses pensées ! Liberty effaça ces pensées ridicules de son esprit. La blonde sourit ainsi une nouvelle fois à Simon avant d’expliquer son envie de devenir Auror.
Après avoir expliqué que ce métier l’intriguait et avoir abordé ses difficultés en potions, son interlocuteur lui fit une proposition surprenante. « Si tu veux je pourrais t’aider. […] J'ai deux-trois astuces que je pourrais te donner si tu as envie de te perfectionner. » Le Gryffondor lui proposait de l’aider dans cette matière. Est-ce qu'il lui proposait des cours particuliers ou des bouquins à étudier ? Parce que des bouquins de potions, Liberty en avait assez. Elle les avait tout épluchés mais rien n’y faisait. Elle connaissait une majorité des potions par cœur, mais n’avait aucune patience. Lorsqu’il faut couper un élément solide, après plusieurs reprises sans succès, la Serdaigle préférait l’écrabouiller pour avoir le liquide demandé. Evidemment, elle savait qu’elle ne récupérait pas forcément ce qu’il fallait, mais bon. C’était dans son tempérament, Liberty est tout sauf patiente. Lorsqu’un cours l’ennuie, généralement, le cours de potions, la jeune fille se balance sur sa chaise, dessine, regarde autour d’elle afin de s’occuper l’esprit.
Je veux bien de ton aide, si tu es prêt à aider un cas désespéré ! déclara Liberty. Je n’ai aucune patience, je déteste rester assise sur une chaise pendant des heures pour réussir une potion qui, de toute évidence, est souvent un échec.
Liberty expliquait au jeune homme pourquoi elle était aussi peu douée dans cette matière. S’il voulait l’aider, il allait devoir posséder une qualité que la bleue et bronze ne possédait pas : la patience. Oui, Simon allait devoir être patient et faire preuve d’ingéniosité pour apprendre quelque chose à Liberty. Par ailleurs, cette dernière appréciait le geste du sorcier. Elle ne savait pas si ce n’était que des paroles en l’air ou s’ils allaient se revoir… Dans tous les cas, la Serdaigle appréciait le ton naturel qu’employait Simon. Il semblait être une personne spontanée, ce qui plaisait à Liberty.
Tu vois que tu as les compétences ! s’exclama la blonde avec un sourire. Elle faisait référence au fait qu’il disait être doué en potions. Quelqu’un doué en potions, devait exceller dans les autres matières, d’après la jeune sorcière.
Quand j'ai parlé de compétences tout à l'heure, ce n'était pas la seule raison de mon hésitation. En fait, j'ai lu pas mal de choses sur l'histoire des Aurors, les différentes politiques répressives mises en place au fur et à mesure des remaniements des Ministres de la Magie. Notamment sur les périodes où les Ministres les ont obligé à combattre les sorciers nés de moldus, tous ces comportements sectaires et déviants et... Et je me demande toujours si je serais capable de m'opposer, à la place de ces Aurors. Si je réussirais à me rendre compte que les ordres que l'on me donnait étaient complètement illégaux et immoraux.
Un silence s’installa entre les deux sorciers. Liberty n’avait jamais pensé avec ce regard. Elle avait, bien sûr, entendu parler de ces déviances qu’il y avait eu au Ministère de la Magie. Ses parents travaillant là-bas, il s’agissait d’un sujet de discussion revenant fréquemment au repas du soir durant les périodes estivales. Néanmoins, la jeune fille n’avait jamais réalisé que les Aurors subissaient autant de pression par le Ministère. Pour elle, chacun agissait et était responsable de ses actes. Liberty se rendit compte qu’elle était bien naïve d’avoir pensé cela. Elle n’avait que 16 ans et ne voyait que le côté « héroïque » de cette profession. Bien qu’elle ne souhaite pas réaliser ce métier pour que la population la considère comme une héroïne. Non, comme elle le disait précédemment, ce métier l’intriguait.
Mais maintenant je sais que je pourrais toujours me recycler en conducteur de Magicobus si besoin est…
Liberty rit à cette feinte, mais cessa rapidement en voyant les deux yeux globuleux de la bibliothécaire surgir dans le dos de Simon. La jeune fille fit un sourire d’excuse à la vieille dame qui tourna les talons.
J’étais sûre que cette idée te plairait ! dit-elle en baissant la voix pour ne pas que la bibliothécaire ne resurgisse devant elle.
Liberty sourit une nouvelle fois en regardant Simon. Cela faisait longtemps qu’elle n’avait pas ri sincèrement avec une autre personne. L’aigle avait des amis certes. Mais elle n’avait jamais eu ce type de discussion. Une discussion sérieuse tout en sachant se détacher.
Je pense qu’il faut savoir rester soit même… dit soudainement Liberty. Elle compléta ses propos se rendant compte qu’elle venait de prononcer ces mots hors contexte. Concernant la profession d’Auror, quand tu sais dans quoi tu t’engages, tu n’es pas censé faire ce type d’erreur.
La jeune fille pensait ce qu’elle disait. Simon allait peut-être la trouver naïve, trop jeune pour savoir de quoi elle parle. Mais pour elle c’était clair. Liberty ne voulait pas être un petit soldat du Ministère comme ses parents. Si elle s’engageait là-dedans dans un an, ce ne serait pas pour être un pion parmi tant d’autres.
Au fait, tu es en quelle année pour t’inquiéter de ton orientation ?
Liberty mit de côté ses pensées concernant la profession d’Auror. Elle voulait en savoir plus sur son interlocuteur, mais ne savait comment lancer ce genre de sujet de conversation. 

 
Revenir en haut Aller en bas
Simon Wyatt
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Revues et Magazines

Message par : Simon Wyatt, Ven 19 Juil 2013 - 21:41


[HS : Avec, encore une fois, toutes mes excuses pour mon retard...]

Liberty accepta son aide beaucoup plus facilement que ce à quoi aurait pu s’attendre Simon. Beaucoup de gens étaient méfiants dès lors qu’on leur proposait une aide et il avait un instant craint qu’elle ne fasse marche arrière ou qu’elle décline la proposition poliment. Il faut avouer que tout le monde n’était pas toujours animé d’intentions particulièrement louables…

Elle se présenta comme un cas désespéré car elle n’avait strictement aucune patience pour la réalisation des potions. Cela arracha un sourire à Simon car on lui avait fait la même réflexion lorsqu’il avait commencé son apprentissage à Poudlard. Mais bien vite il s’était révélé comme l’un des meilleurs élèves de son année, et il avait apprit à réfréner cette impatience.

- J'ai de la patience pour deux, rassure-toi
, dit-il avec un sourire.

Mais le silence qui suivit l’information qu’il donna ensuite à Liberty sur les raisons de son hésitation face à la carrière d’Auror, fit fondre son sourire comme neige au soleil. Il espérait que la Serdaigle ne se mettrait pas à l’imaginer comme l’un de ces sorciers tentés par la magie noire, sous prétexte d'arriver en fin d’études. Il n’avait jamais été tenté par celle-ci. Son éducation lui avait permit de comprendre très tôt quels dégâts irréparables la magie noire pouvait provoquer.

Heureusement, la façon joviale avec laquelle Liberty rebondit sur sa remarque sur le conducteur de Magicobus, dissipa un peu ses craintes. Elle n'avait pas encore fuit la bibliothèque en hurlant, c'était plutôt bon signe...

Enfin, sa tirade sur la nécessité de rester soi même résonna particulièrement chez le Gryffon. Longtemps il avait combattu son naturel, essayant de se mettre en tête que la reprise de la ferme de ses parents serait une bonne chose par exemple. Et ce n'était que récemment, avec la maturité sans aucun doute, qu'il avait compris la bêtise de tout cela. "Freiner le naturel et il revient au galop" comme on dit. Ce devait certainement être pareil avec les convictions que l'on avait en soi, du moment qu'elles soient assez fortes pour ne pas être réduites à néant à la moindre tentation.

La question soudaine de Liberty le ramena cependant à la conversation.

- Je suis en septième année… Tu comprends donc que je dois sérieusement faire un choix où je risque d’être invité à passer une année de plus ici, expliqua-t-il. Non pas que ça me dérangerait, ajouta-t-il très bas en évitant de croiser le regard de son interlocutrice. *Qu’est-ce qu’il te prend Simon ? Ça y est, la jeune fille a de beaux yeux donc tu hésite à quitter l’école ? Pathétique...* Donc, euh.. Pour l'aide en potions, ajouta-t-il rapidement, on pourrait commencer ce week-end si tu veux. A moins que tu ai quelque chose de prévu... Tu fais parti d'un club peut-être ?

Il n'avait strictement aucune idée de comment cette question bizarre avait bien pu lui venir en tête mais c'était une façon pour lui de prolonger cette conversation et d'en apprendre un peu plus sur la Serdaigle.
Revenir en haut Aller en bas
Liberty Owen
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Revues et Magazines

Message par : Liberty Owen, Lun 22 Juil 2013 - 11:01


[HS : Pas de soucis ! ]


La remarque fit, une nouvelle fois, sourire Liberty. Il ne savait pas dans quoi il s’embarquait. L’ambition de la Serdaigle était si forte qu’elle avait déjà cherchée, à plusieurs reprises, à remédier ce problème d’attention. Non pas que la jeune fille doute des capacités de Simon pour réussir. Elle lui en serait très reconnaissante. D’ailleurs, la bleue et bronze ne s’était pas trompée sur son compte. C’était bien un Gryffondor ; prêt à relever n’importe quel défi ! Le jeune homme allait devoir mettre du cœur à l’ouvrage pour réussir à surmonter ce défi. Le sourire de la blonde ne s’effaça pas. Liberty aimait l’idée qu’elle allait revoir Simon. Les deux sorciers semblaient… complices. La jeune fille ne savait expliquer ce sentiment.
Néanmoins, l’idée que Simon se lasse de son caractère vint à l’esprit de Liberty. Et si, le sorcier ne la supportait pas ? S’il la repoussait quand il verrait qu’elle est un cas désespéré simplement parce qu’elle ne s’applique et qu’elle trouve cette matière inintéressante ? Liberty ne voulait pas le faire fuir, mais elle voulait rester naturelle avec le rouge et or.
Liberty avait vu juste, le garçon était plus âgé qu’elle. Il n’avait effectivement plus qu’intérêt à s’inquiéter pour son orientation puisqu’il est en septième année. L’ultime année à Poudlard, la septième année est décisive chez les jeunes sorciers. Ils ont accès à la réserve, apprennent à transplaner… et doivent choisir une orientation. C’est également une année avec beaucoup de stress, puisque les élèves de dernière année doivent passer leurs ASPIC. Liberty s’est toujours demandé comment elle allait faire l’année prochaine pour que sa tête n’explose pas face à toutes ces échéances.
Nouveau passage de la main de Liberty dans sa chevelure dorée lorsque Simon dit ces mots : «  … où je risque d’être invité à passer une année de plus ici. Non pas que ça me dérangerait. » Le regard des deux sorciers se croisa avant que Simon détourne le sien. Liberty baissa les yeux également. Ce n’était pas que la situation lui déplaisait mais elle semblait… embarrassée. Pourquoi Simon avait-il dit cela ? Afin de détendre l’atmosphère, Liberty lui lança une petite réplique.
T’inquiète, tu ne resteras pas une année de plus ici ! Je connais bien le conducteur du Magicobus, je suis sûre que je pourrais te faire rentrer en formation !
C’était entièrement faux évidement. Liberty n’avait d’ailleurs jamais pris le Magicobus. Ses parents ont toujours été très protecteurs. Ainsi, les sorciers amenaient leur enfant où elle le souhaitait.
Puis, Simon proposa à Liberty de la revoir ce week-end. Nouveau sourire sur le visage de la jeune blonde. Bon, il avait bien précisé que c’était concernant l’aide en potions mais tout de même ! Elle ne s’attendait pas à le revoir aussi rapidement. Elle voulut lui répondre immédiatement quelque chose du genre « Oui, vivement ce week-end ! » Mais la sorcière ne voulait pas paraître pour une de ces midinettes courant après les garçons. C’était du Liberty tout craché.
Je ne sais pas … Tu sais, j’ai un planning très chargé…  
Elle dit cette phrase sans regarder Simon avec un sourire de coin. Bon la bleue et bronze n’allait pas trop en faire sinon le jeune homme allait se rétracter. C’est pourquoi elle dirigea son regard vers les yeux de Simon pour se libérer de son mensonge.
C’est parfait pour moi ce week-end ! ajouta-elle précipitamment.
Un peu trop précipitamment. Elle espérait que son air enjoué face naturelle sur elle. Liberty avait sans doute répondu à cette vitesse afin que le jeune homme ne puisse revenir sur sa proposition. La blonde répondit par la suite à sa question.
Non je ne fais partie d’aucun club, je suis juste une fidèle de cette bibliothèque, raconta la Serdaigle.
En vérité, l’aigle ne connaissait pas les clubs de son école. Appartenant à la maison de la célèbre Rowena Serdaigle, elle passait une bonne partie de son temps à étudier. Pas toujours à la bibliothèque, évidement mais elle adorait les livres. La jeune fille ne souhaitait pas déblatérer là-dessus, de peur d’ennuyer le Gryffondor. Ainsi, elle préféra lui retourner la question.
Et toi ?  Tu appartiens à un club ? Non attend, ne réponds pas, laisse-moi deviner… Tu n’appartiens pas à l’équipe de Quiditch de Gryffondor, si c’était le cas, je le saurais. Alors je te vois bien… t’occuper des plantes magiques dans la serre !
Liberty était d’humeur joyeuse, cela se ressentait dans l’intonation de sa voix. Tout sourire, elle examina les traits du visage de Simon. Ils étaient lisses, parfait, avec une petite ride sur le front. Son entrain la dépassait et elle espérait ne pas gêner le jeune homme.
Non pas les serres, conclut-elle après l’avoir dévisagé. Beaucoup trop barbant !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Revues et Magazines

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 13

 Revues et Magazines

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4 ... 11, 12, 13  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Académie de Poudlard ~¤~ :: Les couloirs :: Bibliothèque-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.