AccueilPortailFAQPublications internesRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite
Page 14 sur 17
Rendez-vous au fond de la forêt
Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant
Arukiel Delorée
Serdaigle
Serdaigle

Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Arukiel Delorée, Lun 30 Mai 2016 - 13:30


Hors-RP:
 

Durant quelques minutes, dix, quinze, vingts, peut-être plus, peut-être moins, l'aiglon et son camarade de fortune s'enfoncèrent dans la forêt des ombres. Le sort de vision nocturne d'Arukiel, l'Oculo Cati, était bien pratique quoi qu’à relancer régulièrement car l'élève ne le maîtrisait pas parfaitement. Cela dit, c'était toujours mieux qu'un Lumos qui attirerait tout les prédateurs aux alentours.
Mais l'aiglon était trop occupé à satisfaire ses yeux de ce qu'il voyait pour s'occuper d'autre chose. Les arbres de ces bois étaient sublimes, naturels, presque vierges de tout contact humain. Les rares animaux qu'il avait vu était, eux, plus normaux. Enfin, il avait cru voir une sorte de cheval au loin mais celui-ci était parti trop vite pour identifier ce que c'était vraiment. Il ne savait pas si c'était un effet secondaire de son sort ou simplement une obscurité de morts, mais s'il voyait parfaitement les formes dansant dans les ténèbres, les couleurs, elles, étaient plus ternes. Sauf dans la partie éclairée par le Lumos de son aîné.

Les enfants finirent par atteindre une petite clairière, celle-ci était bercé par la lumière lunaire, ce qui rendait la vision altérée d'Arukiel un petit peu obsolète. Il n'annula pas son sort cela dit, il voulait parer à la possibilité d'avoir à le relancer en urgence. La démence de son excursion n’altérait donc pas totalement sa prudence.
Nather utilisa sa baguette pour trouver le Nord, de peur de se perdre sûrement, et les deux compères s'y dirigèrent. La lune était haut dans le ciel, à l'image de ce que fait le soleil à son zénith. Toutefois, dans ce cas là, cela ne donnait aucune indication sur l'heure.

Ils finirent par arriver à une petite crevasse dans un bord rocheux. Celle-ci était assez grande pour que l'aiglon passe sans problème s'il faisait attention. Nather, lui, aurait peut-être un peu plus de problèmes. Ce dernier semblait hésitant, il voulait y entrer mais hésitait... trop dangereux peut-être?

-On y entre? Demanda-t-il.

Sans un mot, l'aiglon décida de regarder à l’intérieur sans y entrer, son sort de vision ayant la propriété de lui permettre de voir à l’intérieur. Ce qu'il y vit était... étrange. Il y'avait un squelette humain, d'autres d'animaux divers et, surtout, beaucoup de toiles d'araignées. Il avait entendu dire que des araignées géantes vivaient dans ces bois, cela dit, il avait du mal à imaginer une aussi grosse araignée passer par la faille. Il y'avait sûrement une seconde entrée quelque part.
Il se retourna donc pour dire ce qu'il avait vu à son aîné et... une femme? Un fantôme de femme plutôt non? Celle-ci semblait sortit de nul part. Elle arborait un sourire transpirant de malice... comme un enfant qui s’apprêtait à jouer avec un nouveau jouet. Il n'eut pas le temps de réfléchir beaucoup plus qu'elle demanda déjà:

- Qui ose arpenter mes bois?

"Mes bois"? Elle habitait ici? Hum... Ça ne sentait pas bon ça. Il avait lu assez d'histoires de fantôme pour savoir que mettre un spectre en colère n'était jamais une très bonne idée. Il fallait la calmer. Arukiel ne savait pas si les spectres pouvaient lire dans les esprit, et même si les fantômes de Poudlard lui avaient dit que non, il n'allait pas tenter le diable. Il allait donc choisir un art où il est passé maître, celui de la vérité partielle, ou totale, selon ce qu'il avait besoin de cacher.
Légère tension, voix qui se voulait calme mais qui était peut-être un peu tremblante de froid, de fatigue ou de peur... même lui n'en savait rien en fait.

- Nous sommes deux élèves de Poudlard. Nous voulions explorer ses bois car ils sont magnifiques.


Il se coupa une seconde pour reprendre son souffle, il était beaucoup plus tendu que prévu face à ce spectre au sourire prédateur.

- Nous ne savions pas que des fan- que vous viviez ici. Nous voulions juste connaitre ce qu'ils nous cachaient au château.


Il avait répondu à la question, non sans un petit cafouillage. Il espérait que son interlocutrice n'en prendrait pas ombrage. Il avait tout de même le bras prêt à utiliser sa baguette si besoin. En fait, il avait déjà tout son grimoire de sort en tête, il était prêt à délivrer les sorts nécessaires si cela tournait mal.
Un petit regard à Nather, pour se rassurer, pour savoir ce qu'il faisait, pour savoir s'il le gênerait, pour savoir ce qu'il se passerait. Puis à nouveau vers le fantôme.
Revenir en haut Aller en bas
Salomon Vensa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Salomon Vensa, Mar 31 Mai 2016 - 18:05


C’était la grande question, devait-on y rentrer ? Je me doutais bien sûr que quelques créatures plutôt dangereuses pourraient séjourner à l’intérieur de celle-ci, mais bon, on n’était pas venu ici pour tricoter mais bien pour avoir un peu d’action à se mettre sous la dent. Mon coéquipier se baissa donc pour observer l’intérieur. Sans rien me dire, il releva la tête, avec une curieuse grimace.. Qu’avait-il vu ? Je sortis par précaution ma baguette de peur qu’une abomination sorte de cette cavité. Un seul mot et tout partirait en flamme à la manière d'un pyroman. Sans jeter un regard derrière moi, étant toujours fixé sur l’ouverture, je ne vis pas l’arrivée d’un nouvel invité à notre randonné en terre hostile

-Qui ose arpenter mes bois?

Surpris, je pus cacher ma baguette dans la poche arrière de mon jeans à temps et faire volte-face pour en savoir plus sur la situation. Sans grande surprise, une forme de vie se trouvait à quelques mètres de moi. Enfin, forme de vie n’était pas le mot adapté pour décrire la créature, mais bien “fantôme”. Je n’avais jamais entendu d’histoire qui énonçait le fait que des êtres transparents vivaient dans cette forêt. En tout cas, elle paraissait bien étrange avec le masque qu'il ou qu'elle portait. Était-ce à la mode chez les esprits ? Va savoir, mais c’était dans tous les cas légèrement bizarre.

-Nous sommes deux élèves de Poudlard. Nous voulions explorer ses bois car ils sont magnifiques.

Au moment même où il prononça ces quelques mots, cette phrase prit tout son sens: “Ta maman ne t'a jamais dit de ne pas parler à des étrangers ?. Enfin bon, je ne pouvais pas lui en vouloir, il n'avait que onze ans, les jeunes sont si naïf de nos jours, je n'étais bien sûr pas très bien placé pour pouvoir le critiquer, j'étais déjà passé par ce stade. Petit, on se sent si puissant mais nous sommes si faibles... Bref.

- Nous ne savions pas que des fan- que vous viviez ici. Nous voulions juste connaître ce qu'ils nous cachaient au château.

Ce qu'ils nous cachaient au château ? Mais rien voyons, si on ne compte pas les quelques bêtes qui pourraient nous bouffer en un instant cachées dans les tréfonds de l'interdit, ils font ainsi pour notre sécurité, mais bon, c'est toujours amusant de défier quelques fois l'autorité installée à l'école. Regarder de près les monstres que l'on nous empêche de voir est bien mieux que d'entendre de fausses rumeurs proférés sur le sujet par la bouche d'élèves ignorants.

Sans grand étonnement de ma part, je n’avais pas trop confiance en cette entité. Je m’approchais donc tranquillement de mon compagnon pour lui susurrer à l'oreille mes instructions;

- Prépare ta baguette... et n’oublie pas, le premier qui se dégonfle à perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Mangemort 87, Mer 1 Juin 2016 - 21:05


Il y avait deux enfants, les regards tremblotants, comme s’ils avaient peur du noir, ou du silence, ou des oranges, ou des bateaux. A croire que les apprentis fraudeurs n’étaient plus ce qu’ils étaient ; de ton temps, on courrait en les bois, chassait les loups garous, prenait son pied dans les affaires les plus improbables. On n’avait guère peur d’avoir du sable entre les orteils. Eux dépassaient la crainte du passage des c*uilles dans l’eau froide ; pourtant leurs regards ne se pissaient encore dessus. Un entre-deux, amusant, insuffisant. Absol, à toi de jouer.

Le premier à parler était le plus blond, mais aussi le plus jeune. Il avait un peu une tête de c*n, mais quand il desserra les lèvres, il s’affirma plutôt comme tête de Captain Obvious. Deux élèves de Poudlard ? Noon, tu croyais rencontrer des canards ! Vanter les bois, plumages, ramages, s’il te prenait pour un corbeau si crédule, il était mal barré. La chute fut presque attachante, tout en t’étant purement horripilante. Ne pas vexer l’ego d’un mort était mignon, tout en étant ridicule, et parce que l’ego ne devrait être, et parce que se soucier des morts est la première voie de l’enlisement.

Tu étais bien placée pour le savoir. Des morts perdus aux morts marionnettes, en passant par les images  des morts, sans oubliés les morts volés, les morts instruments. Ouais. N’importaient que les morts outils, les morts cobayes, les morts fournisseurs ; les morts sentiments étaient eux fardeaux, étaient le poids, joug de l’existence, qui vous clouait dans un non-être. Qui s’assuraient que votre seule place soit le linceul. Tu aimais, pourtant, la curiosité semblant être l’aimant de vie du garçonnet.

Curiosité
Bonne
Heur


Tu l’espérais sincère ; c’était la faculté faisant le plus avancer et les êtres, et le sens, et la magie. On ne faisait rien sans ; il fallait être affamé d’apprendre, tout en restant assez fou pour manger à droite à gauche, confondre les ingrédients, sans dessus dessous. Il fallait pourtant le défaire de ses tremblements d’esprit. Il avait la langue hésitation, les doigts tension, l’oeil fuite. Peut-être saurais-tu en faire quelque chose, dans quelques années. Une fois lui avoir bien modelé la langue, pour la défaire de ses politesses et autres pertes de temps. Aller au concret, au sens ; en s’autorisant des escales dans la déraison plus que dans les normes.

L’autre t’intéressait, pour l’heure, moins. Déjà parce qu’il voulait vraiment cacher sa baguette en la laissant toute allumée dans sa poche. Pas une flèche ; un mauvais point. Comme tu te refusais pour l’heure aux préjugés, tu sus apprécier son scepticisme. Méfiance et prudence sont souvent nécessaires à l’élaboration des plus sulfureux de tes plans. Bam, ses messes basses alléchèrent ta haine. Une sorte d’interrupteur sur lequel il donnait des gros coups de batte. Tu manquais pas d’interrupteur, l’évasion était toujours à portée de songe. Un mot, et pouf! Crac! Tu transplanais dans ton inconscient, ou le leur, le sien.

Et toi tu riais. T’étais là tout seul criant sur le trou pis tu tournais et tombes comme si y avait quelqu’un d’sous.

Mais tu étais plus forte que les blancs, les noirs criaient toujours Mao! Echec et mat! et équivalents ; laissant les blancs leur cirer les bottes. Ton oeil n’en démordait, les accrochant, un hameçon à leur tordre le nombril.
- Vous avez bien peur des fantômes, pour des adolescents. Vous avez laissé vos triques derrière les jupons de votre mère ? Ou vous vous affectez des moeurs moldues, peut-être ?


Tu les cuisinais, assaisonnais. Bientôt, le sort perdrait effet. Ils comprendraient qui tu étais. Et tu étais incroyablement curieuse de savoir ce qui du fantôme ou du Mangemort les effraierait le plus.
Rencontre hasardeuse d'êtres en construction. Île aux possibles.
Revenir en haut Aller en bas
Arukiel Delorée
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Arukiel Delorée, Jeu 2 Juin 2016 - 0:37


Nather s'approcha de lui et lui murmura:

- Prépare ta baguette... et n’oublie pas, le premier qui se dégonfle à perdu.


Réellement? Il pensait qu'il faisait la discussion à ce fantôme pour le plaisir ou quoi? Bien sûr qu'il s'était préparé à user de sorts depuis longtemps! Quant à celui qui se dégonflait... Il commençait à se demander s'il n'avait pas déjà gagné le défi. Quoiqu'il y'avait plus urgent que ça pour le moment. L’exaspération s'était un instant lu par-dessus la tension. Bon, il avait l'habitude de ne pouvoir compter que sur lui-même de toute façon. Ce n'était pas la première fois qu'il se retrouvait à ne pas pouvoir compter sur les autres dans des situations tendues... Et ce ne serait pas non plus la dernière... Il espérait.
Oui, faire confiance à ce que ferait une autre personne... Il commençait de plus en plus à penser que c'était de la folie. Rares sont ceux sur qui on pouvait vraiment compter. Même les liens les plus sacrés, ceux du sang, ne signifiaient plus rien à la fin, quand se séparent les chemins. Et le pire? C'est que finalement, ce n'était pas de la faute des autres, mais uniquement de la sienne. C'était sa faute pour parier sur les mauvais chevaux. Enfin, à une petite exception peut-être, ses parents. Ironiquement, seuls les animaux ne l'avaient jamais déçu.

Son regard se fit beaucoup plus sombre, il était empli de rancœur au simple souvenir de ses géniteurs. Mais ce n'était pas le moment pour penser aux vieilles douleurs, il ne pouvait pas se permettre de rester spectateur, il devait être l'acteur.
Le fantôme avait regardé la courte mais intense scène. Enfin, intense pour Arukiel. L'aiglon avait changé d'humeur, la tension n'avait pas disparue, loin de là, mais au fond de son âme résonnait maintenant des réminiscence de son passé.

- Vous avez bien peur des fantômes, pour des adolescents. Vous avez laissé vos triques derrière les jupons de votre mère ? Ou vous vous affectez des mœurs moldues, peut-être ?

Elle avait quoi contre les moldues elle? Elle se croit maline à ne même pas pouvoir mourir? Non, il ne devait pas commencer à reporter ses émotions sur elle, il voulait éviter de la combattre. Principalement car il n'avait aucune idée de comment battre un fantôme.
Analyser sa réaction, tout est dans l'analyse pour savoir comment réagir! Elle les provoquait, mais pourquoi? Si elle hantait les lieux, ce n'était pas logique. Elle devrait les accuser, voir les attaquer, pas les provoquer. Elle n'était pas en colère contre eux? Non, visiblement non... Et flatter la forêt n'avait pas eu d'effets... Il se rappela alors sa première impression sur elle, celle qu'il avait en voyant un enfant voulant jouer.
Elle n'habitait pas ici... Ou, tout du moins, ce n'était pas un esprit damné attaché à ces lieux. Elle était plus proche de l'esprit farceur, ou de quelqu'un faisant une blague. Mais qui... Quelqu'un de Poudlard? Ils se seraient fait grillés? C'était une possibilité, et plutôt solide en plus selon lui. Le problème, c'est que ce n'était pas certain.
Bon, c'était bien joli toute ses théories mais il fallait répondre, et vite, et bien. La méthode de la vérité avec flatterie avait lamentablement échoué. Et elle cherchait visiblement à savoir s'ils avaient des couilles. Avouer qu'il était né moldu était probablement une mauvaise idée pour expliquer sa tension. Bon, vérité partielle, le retour... sauf que cette fois, avec ses souvenirs remontés à la surface, ce n'était plus les même yeux ni la même voix. Étaient-ce seulement les yeux et la voix qu'un première année devait avoir dans ces circonstances?
Il y'avait de la tension, toujours, mais aussi la détermination de faire bouger les choses.

- Croiser un fantôme en pleine exploration de cette forêt, de nuit, est plutôt effrayant, oui... Que voulez-vous de nous?

Il fit une pause, il hésitait à continuer sur sa lancée... Était-ce assez? La suite était-elle de trop? Puis il continua, se disant qu'on verra bien ce qui se passerait. Et, aussi, que si les choses devaient mal tourner, Nather pourrait l'aider... Enfin, il serait plus exact de dire qu'il pourra l'utiliser pour se sortir de ce guêpier. Après tout, le premier se dégonflant avait perdu, non?

- Et aussi, qui êtes-vous? Même si je peux me tromper, vous... ne semblez pas vraiment hanter ces bois.

La peur était là, mais il ne devait pas faiblir. Il tenait fermement sa baguette dans sa main. Tension et préparation. Détermination et observation. Il ne savait pas s'il pourrait vraiment faire quelque chose mais il pouvait au moins tenter d'utiliser ce qui l'entourait pour... disons simplement sauver sa peau déjà. Ce sera pas mal après tout. Bon, s'il en avait la possibilité, ce serait bien qu'il rentre avec son aîné quand même...
La seule chose dont il était sûr, c'est que l'expression de son interlocutrice n'allait pas tarder à changer. En bien ou en mal, cela restait à voir.


Dernière édition par Arukiel Delorée le Jeu 2 Juin 2016 - 1:18, édité 1 fois (Raison : Erreur de pseudo)
Revenir en haut Aller en bas
Salomon Vensa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Salomon Vensa, Ven 3 Juin 2016 - 23:46


- Vous avez bien peur des fantômes, pour des adolescents. Vous avez laissé vos triques derrière les jupons de votre mère ? Ou vous vous affectez des mœurs moldues, peut-être ?

Mon cœur se serra soudainement, un sentiment d’insécurité m’envahis, même la grande faucheuse aurait été plus digne de confiance. J’avais peur, non, je craignais plutôt pour ma vie. Je voulais prendre ma baguette qui était pourtant si proche de mois. Je devais la repousser, elle était l’être le plus sombre que j’avais rencontré au cours de mes quinze ans d’existence. Je ne la connaissais pas personnellement, au contraire, mais elle dégageait un aura si maléfique, perfide ou sur les bords satanique, qu’elle était certainement un être sortit tout droit des ténèbres. Elle n’était pas bienveillante, ça non. On me chuchotait de la tuer. Devais-je accomplir ce que ma conscience me disait ? Après tout, ce serait une bonne action, non ? Oui... la faire disparaître de la surface de la terre, l’idée qui me titillait l’esprit. Cela était un bon plan, enfin, presque. Je ne devais pas voir les yeux plus gros que le ventre, la parcimonie était de mise. Dans tout les cas, je ne la croyais pas fantôme. Aucun esprit ne parle comme cela des moldues.

- Croiser un fantôme en pleine exploration de cette forêt, de nuit, est plutôt effrayant, oui... Que voulez-vous de nous?

Euh... avait-il vraiment demandé cela ? Allons, une personne qui se promène dans la forêt interdite qui n'est pas un élève et qui essaye de paraître le plus menaçant possible, la personne va-t-elle te faire de petites caresses ? Non, je ne crois pas. Je doutais donc que ses intentions envers nous étaient bienveillantes. Enfin, simple déduction, hein. Dans tous les cas, sort ta baguette bon sang ou essaye de faire quelque chose ! Reste pas là à poser des questions stupides.

- Et aussi, qui êtes-vous? Même si je peux me tromper, vous... ne semblez pas vraiment hanter ces bois.

[...]

Je me sentais plus bizarre qu’à l’habitude. Avais-je pris mes médocs ? J’avais la fâcheuse tendance à m’égarer dans mes propos ou plutôt mes pensées. Ma méfiance restait toujours active même après cette prise de conscience. Je devais agir ou du moins essayer. J’en avais la certitude, l'inconnu n’était pas ce qu’il prétendait être. Moins hésitant, je pris ma baguette entre mes mains et la fis tournoyer dans les airs tout en formulant #Anthemius Vocania. Elle ne s’échapperait pas, je le jure. En tout cas, un combat des plus épique s’annonçait.
Pour le deuxième sortilège, je lançais un #aresto momentum sur l’endroit exacte où elle se trouvait. Cela devrait nous permettre de trouver un plan le temps qu’elle essaye de s’enfuir ou de nous attaquer. Normalement ses actions devraient être ralenties, si j’avais bien viser. Bien sûr, j'étais totalement conscient que le sort aurait peu de chance de marcher, mais mon but pour cette fois était de tout simplement la gêner.

Je fis quelques enjambés avant de me retrouver au côté de mon compagnon.

- Fait ce que tu veux avec ta baguette, que ce soit pour m'attaquer pour cause de mon inconscience, mais elle ne risque pas d'aimer ce que j'ai fait. Je t'expliquerais plus tard pourquoi j'ai agi comme ça. Alors je te pris d'agir à ton tour.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Mangemort 87, Sam 4 Juin 2016 - 23:59


Accord du duo pour l'usage de sorts gris.

Pour une raison qui m’était inconnue, les deux marmots jugeaient mériter mon attention, et la retenaient sans relâche. Sans doute que refuser de tiquer quant aux moldus était le motif d'un premier agacement, mais c'était plus compliqué que cela. Petit Prince, tout dépourvu de comparse renard, avouait une crainte de la nuit et des morts errants. L’envie de rire se fit malaisée à réprimer. Quoi ? Il n’aimait ni l’ombre dansante des ténèbres, ni la berceuse des âmes vagabondes ? Le mignon m’interpellait autant qu’il me révulsait ; même à son âge, du chaos mon esprit s’amourachait cruellement. Je veux de vous quelques divertissements, chantonnais-je en découvrant une mâchoire quelque peu carnassière.

Il sut, l'honneur est sauf !, faire preuve d’une relative perspicacité, reconnaissant que je n’étais pas vraiment fantôme.
- Je hante, oui, plus large qu’il n’y paraît.

Enfin, hanter, c’était un bien vague concept ! Les voix me hantaient, quelques soirs, justifiaient mes caprices, à moi que je sois celle qui donnais foi aux leurs. Je crois qu’on peut dire que je hantais moins que j’arpentais. Une langue acerbe et gourmande, serpentant jusqu’à étreindre mes ennemis et éteindre le secret magique. J’étais partisane de l’implosion pernicieuse, un peu comme n’importe quel facteur délivrant chaque matin des nouvelles du monde avec l’espoir lui tiraillant le nombril de voir les gens s’insurger à la lecture des nouvelles. Au lieu de quoi après avoir vaguement essuyé la bave du chien d’un revers de croissant, ces c*ns passaient à la rubrique sudoku.

La forêt doucement m’enivrait, et à ses affres j’aurais pu dans l’instant m’abandonner. Flotter.

C’est le silence du second qui résonna comme une alarme. Le plus âgé. Lui me jetait un oeil suspicieux, puis enchainait sorts et apartés. Je commençais à me foutre de sa poire, parce que bon, c’était mignon tout plein mais coucou, les fantômes ont une consistance leur permettant de ne pas subir l’impact des sortilèges, sauf que si le premier me traversa avec un bizarre sentiment de chatouillis, le second me toucha pour de bon. Bordel. Ils gagnaient trente secondes d’avance. Peut-être était-ce le temps qu’il leur faudrait pour capter ce que -non- qui, j’étais. Peut-être me surprendraient-ils, se révélant bons. J’eus pas tellement le temps d’en juger qu’imbécile plus âgé se risquait à reprendre les apartés. N’avait-il saisi mes regards exaspérés la première fois déjà ?

Fulminant, j’observais mes pas ralentir. Enfin, c’était aussi pour eux l’occasion de mieux se rincer l’oeil devant mon costume taillé sur mesure, ou presque. Sur cadavres, plutôt. Mais il était joli, fin je trouvais, et m’allais bien, surtout pour quelqu’un qui comme moi prônait l’art du « tout le monde veut devenir un cat ! parce qu’un chat quand il est cat retombe sur ses pattes » ♫ Ils pouvaient bien mettre la distance qu’ils désiraient avec moi. Dans le temps -car là était la visée du second- ou l’espace -reculant pour leurs messes basses renouvelées-, toujours je replongerais à leur gorge.

Levant les yeux au ciel, l’air frustrée, exaspérée, qu’en sais-je, je décochais un sort informulé. Ne pas laisser paraître ma concentration était plus délicat, s’agissant d’une magie noire et incantation longuette, mais une flammèche quitta prudemment ma baguette avant de reprendre son cours normal. #Animales Ignes Exitioses Invocatur a Nigra Magica était la formule, et bientôt une Manticore, un Sphinx et une Acromentula se dressaient face aux petiots. Chant, intelligence, famille. Concepts bizarrement associés, qui pourtant gaiement se prenaient à danser, en les formes de flammes magiquement formées.

Idiots qu'ils étaient, mes feux se cognèrent quelque peu en route, mais bientôt la Manticore se dressait devant le plus âgé, et le Sphinx devant son cadet, laissant la dernière trépigner d'impatience. Temps de jouer à chat.


Dernière édition par Mangemort 87 le Sam 11 Juin 2016 - 23:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Arukiel Delorée
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Arukiel Delorée, Ven 10 Juin 2016 - 18:36


- Et aussi, qui êtes-vous? Même si je peux me tromper, vous... ne semblez pas vraiment hanter ces bois.

Il avait posé sa question, et en attendait maintenant la réponse. Ou plutôt, il en attendait les réponses car il savait qu'il pourrait tirer bien plus de ses mots ou de ses actes que la réponse à une seule de ses interrogations.

Cependant, Natherts en avait décidé autrement. Sans crier gare, il incanta deux sorts en direction du théorique fantôme. Et voilà, il aurait du le parier. Non content de le laisser parler tout seul pour désamorcer la situation, il avait maintenant attaqué l'inconnue! Mais à quoi il pense sérieusement?! Il sait comment combattre un fantôme? Ah ben non... Si cela avait été le cas il aurait agit tout de suite au lieu de garder le silence. Donc soit il avait lancé le combat contre un truc dont il n'avait aucune idée de comment vaincre, soit il était parvenu à la conclusion, lui aussi, que l'inconnu se faisait passer pour ce qu'il n'était pas. Auquel cas, cette chose était soit une sorcière soit une créature qu'Arukiel ne connaissait pas. Et, dans le cas, probable, ou c'était une sorcière, la situation n'était guère mieux. Si elle était de Poudlard, la punition allait être encore plus salée. Et si elle ne l'était pas, cela signifiait qu'il avait attaqué une sorcière probablement beaucoup plus puissante qu'eux et dont ils ignorent les intentions.
Dans les trois cas, ils étaient vraiment dans la Mer**.

Le premier sort passa totalement au travers tandis que le second sembla ralentir ses mouvements. Bon, c'était toujours ça de prit, ils allaient pouvoir s'enfuir. Son aîné s'approcha et lui dit:
- Fait ce que tu veux avec ta baguette, que ce soit pour m'attaquer pour cause de mon inconscience, mais elle ne risque pas d'aimer ce que j'ai fait. Je t'expliquerais plus tard pourquoi j'ai agi comme ça. Alors je te pris d'agir à ton tour.

C'était pas l'envie qui lui manquait de l'attaquer, mais ce n'était pas le moment de se quereller, loin de là. Il fallait qu'il réfléchisse à comment s'enfuir le plus efficacement possible. Il allait tenter d'utiliser la végétation pour les cacher de la vue de l'opposant quand il remarqua des étincelles fonçant vers lui. Des étincelles? Non, c'était maintenant une flamme, puis des flammes, puis des flammes prenant une forme de Sphynx. Dans le même temps, c'était une autre créature enflammée qui allait vers Natherts.
Il comprit assez vite ce que c'était... Grâce au menu de La Tête De Sanglier qui était encore frais dans sa tête. C'était un Feudeymon, de la magie noire. Il ne connaissait pas énormément de choses sur ce sort, mis à part la forme caractéristiques des flammes qui'il produit. Mais il n'avait pas besoin d'être ministre de la magie pour comprendre qu'elle feraient beaucoup plus que réchauffer l'ambiance.

Les bloquer avec un Protego n'était même pas drôle tant c'était irréalisable. Et, de toute façon, il n'avait vraiment pas la tête à rire pour l'instant. Il devait bouger, et vite! Il remercia la coupe de duel de lui avoir appris à exploiter ce sort dans une situation pareille. #Ascencio incantât-il le plus vite possible. Pas le temps de donner un effet directionnel à la trajectoire, il irait droit à la verticale. Les flammes passèrent à quelques centimètres de lui alors qu'il s'accrochait aux branches en hauteur avec les bras.

Le feu passé, il pu avoir un nouveau visuel sur la situation. L'inconnue, maintenant catégorisée comme mage noire, était toujours ralentie. Et, horreur, une troisième bête de flamme se dressait, prête à attaquer. Il disposait d'un peu de temps pour réfléchir et mieux se mettre dans les branches, de façon à pouvoir bouger le poignet. Si cette ennemie était une mage noire, alors sa consistance de fantôme est un sort. Cela confirmait donc ses soupçons sur l'identité de la mégère. Le premier sort de Natherts lui était passé au travers, c'était dû au sort de fantôme, probablement. Donc il s'agissait d'un très puissant sort... Donc limité dans son utilisation. Quant au Feydemon... Lui aussi était un sort puissant, un sort pour tuer.

"Un sort pour tuer."

Elle... avait tenté de le tuer? Il se savait en probable danger de mort depuis un moment mais... là c'était avéré. Elle voulait sa mort, sa disparition. S'il ne réussissait pas à fuir, il allait mourir. Il allait disparaître. S'il était faible, ce ne serait pas sous la honte qu'il croulerait... mais six pieds sous terre. Non, il ne serait pas enterré. Il serait carbonisé ou dévoré par des bêtes sauvages.
Il regarda sous lui, le chemin emprunté par le sphinx était visible... Il ne restait pas même une feuille, une racine. Juste des cendres. Cela aurait pu être lui.
Il regarda à nouveau la sorcière, sans même faire attention à ce qu'il était advenu de Natherts. Pourquoi elle voulait le tuer? Qu'avait-il fait? Etre ralentie par un sort était une bonne raison pour tuer? Non, bien sûr que non... Elle voulait les tuer pourquoi alors? Le souvenir carnassier du début lui revint alors en mémoire.

"Elle veut nous tuer pour jouer."

Tuer, pour jouer. Jouer à tuer. Sorcière, ou créature? Humaine, ou monstre? Ses yeux lui jouaient-ils des tours? Il jurerait voir devant lui non plus un fantôme ou une sorcière... Mais une abomination. Une abomination magique si puissante qu'ils n'avaient pas la moindre chance de fuir en se cachant. Pourrait-il survivre en combattant avec plus d’expérience? Pourrait-il le faire avec les mêmes sorts qu'elle?
Pourrait-il se protéger en l'effrayant par de la magie noire?

On était plus dans la coupe de duel... Il ne jouait plus à se battre. Il ne se battait plus pour jouer, pour amuser un publique en manque de sang. "Le sang..." Il se battait pour survivre. Il n'y aurait pas de medicomages pour lui sauver la vie, pour arrêter son sang ou celui de son adversaire de couler "Couler". La récompense du vainqueur ne serait pas l'accès à la gloire, ce serait l'accès à la prochaine aube. En face de lui, ce n'était ni Alice ni Asclépius. C'était la mort. "Alice"..."Lame de glaces"..."Sang"..."Couler"... Souvenirs de son duel contre la belle.

Peur et désespoir, rage et espoir. Tant d'émotions tourbillonnaient en lui en un si terrible vortex. Il voulait vivre, à n'importe quel prix. Il n'avait pas fini ce qu'il avait à faire en ce monde, il n'avait pas encore prit sa revanche sur ses parents.
Instinct de survie et haine de l'ennemi disaient à sa soif de victoire qu'il est venu le temps de l'abattoir. Pour lui, peut-être. Pour elle, peut-être. Pour ses hésitations, sûrement. Pour sa retenue, définitivement.

"Je vivrais à n'importe quel prix. Fut-ce-t-il leur vie"

Poudlard l'avait ramolli, il en avait presque oublié la plus grande leçon que ses parents et l'orphelinat lui avaient enseigné. Lui, et lui seul, peut décider de s'il doit vivre ou pas.
Combien de temps avait-il passé dans ses pensées? Impossible de l'évaluer. Une seconde, une minute peut-être? Il n'en avait aucune idée mais l'araignée de feu n'avait pas encore bougé. Sûrement pas longtemps donc. Ah... Les araignées... La grotte... Son sort de fantôme devait être dur à maintenir aussi longtemps, surtout en lançant des Feudeymon. Elle ne tarderait pas à redevenir de chaire. Il tourna alors la tête et la baguette vers le nid d'Araignées vu plus tôt et lança un #Defodio pour élargir l'entrée. Il ne savait pas s'il y'avait des occupantes dans la grotte mais il allait prendre le pari.
"Je vous sers un festin ce soir, araignées. A défaut de la tuer, distrayaient là avec vos vies et vos crocs"

Il n'attendit pas de savoir si le bruit et l'élargissement de la grotte allait rameuter une armée de ses horreurs rampantes. Il descendit de sa branche et commença à contourner son opposante afin qu'elle soit entre lui et la grotte.

- Natherts, si tu veux vivre, aide moi à l’empêcher d'agir! Cria-t-il.

Il ne se souvenait pas s'il avait eu le temps de dire à son aîné qu'il y'avait probablement des araignées dans la grotte nouvellement élargie. Bah, il n'était plus qu'un pion maintenant, au même titre que les arachnides. Soit il s'adaptait à la situation qu'il avait déclenché, soit il mourrait. Magie noire ou pas, il avait encore les moyens d'être dangereux. Et même s'il n'arrivait pas à s'enfuir, il vendrait chèrement sa peau, même avec les faibles sorts qu'il avait à disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Salomon Vensa
avatar
Serdaigle
Serdaigle
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Salomon Vensa, Sam 11 Juin 2016 - 14:38


Je lançais mes deux sort, totalement conscient de ce que je faisais et en même temps légèrement apeuré. Cette fois-ci, un froid mortel me frôlait la nuque. Le genre de frisson qui annonçais un drame. J’avais un mauvais pressentiment. Un très mauvais pressentiment. Quoi qu’il en soit je reculais de quelques pas pour me cacher derrière un arbre en prenant appui sur celui-ci. Les événement qui s’annonçaient n’étaient pas des plus bienveillants, une certitude comme on dit. Ce que je faisais me rappelait étrangement les fois où je me cachais pour fuir les coups de mon très cher père. Dire qu’il avait été viré de son travail il y a quelque temps. Haha. Je ne ressentais aucune pitié ou sympathie, ma famille ne se résumait qu’à une dizaine de timbrés.

Vous savez qu’est-ce que c’est de ressentir de l’insécurité ? Un sentiment terriblement agaçant. Vous pouvez changer la situation mais vous ne voulez pas faire un seul pas. Tout ce qui vous importe est la sécurité de votre précieuse vie. Rien d’autre. À quoi bon ? Tant que vous êtes vivant rien d’autre ne vous soucie. Il est pourtant si facile de sombrer dans la peur, mais il est tellement difficile de faire preuve de courage quand on y pense. Il suffit de se dresser contre les ténèbres et vous êtes déjà un héros. Mais aussitôt un regard dirigé vers l'ébène que vous devenez un criminel. Injustice me dites-vous ? Peut-être.

La peur est une chose à ne pas sous-estimer. Vous croyez pouvoir vous en défaire mais elle ressert son emprise sur vous au moment où vous croyez vous en avoir débarrassés. En cet instant, je maudissais ma bêtise pour m’être aventuré dans cette forêt abritant le mal lui-même. Je ne pouvais pas abandonner contre plus grand que moi, pas pour l’instant. Une vie était sous ma responsabilité. Mon coéquipier se croyait assez malin pour pouvoir la gêner avec ces sorts de première classe. Certainement. Mais quoi qu’il en soit, notre seule chance était de faire des actions que ne pouvaient être anticipé par cette sorcière. Des actions imprécises et chaotiques.

Je fermais les yeux, affrontant les craintes qui résidaient en moi. Aucune faiblesse n’était permise dans ce qui allait suivre. Seul le courage et la force sauraient me préserver de la grande faucheuse et de son voile pourpre. Ma joue commençait à saigner à force de la mordiller de l’intérieur. Ma faiblesse se voyait à des kilomètres. Je ne devais pas plier. Le faire signifierait ma mort et celle de l’autre crétin. *Courage, force et bravoure. Courage, force et bravoure. Courage, force et bravoure* Purée, ce n'était pas fait pour moi ce genre de pensée. Je ressemblais trop à ces co*illons de Gryffondor.

Je sortais finalement de ma cachette, prêt à commettre l’acte héroïque qui m’avait été donné de planifier. Bien que ma baguette a été levée bien avant cet imposteur. Elle l’agitais une fraction de seconde avant moi pour faire subsister une petite flammèche grâce à celle-ci. Je regardais lentement la flamme avancer tout en prenant mes distances. Quelle était cette... magie ? Je levais pour une énième fois mon bâton de sorcier mais comme par magie (Mdr) cette faible lumière se transforma en trois énormes silhouettes faite d'une chaleur insoutenable. Manticore, Sphinx, Accromentula. Des créatures appartenant à divers légendes. Des légendes que j’avais lues plusieurs fois d’ailleurs.

Pris de panique, je tombais au sol par inadvertance. Les yeux ronds, je regardais la manticore se dresser devant moi. De la magie noire, de la puissante magie noire. Comment devais-je faire face à cela ? Maintenant, ses intentions étaient claire. Nous tuer. Ça me faisait chaud au cœur. C’était la première fois qu’on essayait de m’enlever la vie. Quel honneur. Mon cœur se contorsionnait. Nos chances de survie avaient été grandement réduite. Pourquoi ? Pourquoi ça tombait sur moi ? Qu’avais-je fait pour mériter cela ? Tais-toi et fonce Nathert p*tain !

Feu pas aimer eau, donc eau éteindre feu. Logique. Je levais ma baguette, les doigts croisés. Je formulais ensuite un #aguamenti en direction de l'être de lumière. Un jet d'eau d'une puissance plutôt élevé se dirigeais vers celui-ci. Comme je m'y attendais, le jet traversa tout simplement sa poitrine pour disparaître dans les ténèbres de la forêt. Je ne pourrais pas la vaincre avec un sort aussi simple, une retraite tactique était envisageable.
Apparemment, mon coéquipier semblait déjà y avoir pensé.  

- Natherts, si tu veux vivre, aide moi à l’empêcher d'agir! Cria-t-il.

Comme si j'allais rester sur place à tourner sur moi-même.  Je me levais en sentant la chaleur du manticore me lécher le dos. Mon compagnon voulait certainement fuir vers la caverne. D'ailleurs, il lançais un sort pour agrandir l'ouverture, ce qui confirmais mes dires. En courant vers cette cavité, je remarquais que quelques arbres commençaient à prendre feu. Aie. *Feu de forêt is coming.*

Je me positionnais au côté d'Arukiel et je commençais à parler;
-Tu as un plan au moins ?

Bah oui, je n'allais pas agir à l'aveuglette quand même.
Revenir en haut Aller en bas
Mangemort 87
avatar
Mangemort à la retraite
Mangemort
à la retraite
Spécialité(s) : Permis de transplanage
Manumagie (Niveau 1)


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Mangemort 87, Lun 11 Juil 2016 - 18:58


HRP - Si 87 s’est pris le second sort, c’est que le Spectrum a perdu effet Wink

LA FUITE
la fuite dans l’ADN
vers le haut
ascencio
LA FUITE
la fuite dans l’ADN
comme un non choix

un chat erre entre les herbes
des humains s’éloigne
reste entre parenthèses
entre boue et brume

langue râpeuse
dérangeant la main
goût cacahuète
langue pâteuse

langue d’effacement, langue pour oublier, mais à l’action savoir se livrer
eux s’y refusent, eux font encore, les choix de l’enfance et des félins
fuir le sphinx, paniquer sans doute sur le pourquoi moi, pourquoi elle, pourquoi ici maintenant pourquoi une boucle sans relâche, donnant voeu d’avoir de solides attaches
on le dégoûte
on le dégoûte ma belle tu vois ?
arrogance naissante dans le creux du sourire orage

un sort contre l’entrée de la grotte, qu’il contourne
comme un obstacle, une menace
vivantes ou amorphes, les menaces excitent de ce côté
et si c’était des bestioles, on pourrait les servir à des chercheurs de cobaye
ouais, faut explorer, comprendre ce qu’il se place

et cette langue comme une râpe
incapable de raper et qui toujours dérape
qui vous brûle la gorge comme une envie de cracher
son venin et sa haine et sa rage de vivre
orage
devenir celle qui pour seule arrogance aurait le bonheur
illusion
mais entre temps rire
rire
rire à leur défoncer le c*l d’envie
rire comme si l’ivresse nous rompait le cou
rire en se saoulant aux odeurs, couleurs
rire en s’en foutant et de vivre et de mourir

et le silence
rompu, ils parlent
enfin il, donne un ordre, indistinct
une autre fuite
l’ADN je vous dis
derrière un arbre cette fois ci
et ça ressort, envoie un sort
bien mignon, bien bénin
rafraichir le porteur de venin
où diable cachai-je mon vaccin
contre l’ineptie des pires gamins ?

les arbres brûlent
ils ont peur
je crois
je le sens le renifle m’en enivre
sentir leur peur, comme un chien
ils n’ont pas de plan, rien d’autre que la fuite

trop peu de réflexion
je perdais mon temps
moi qui m’attendais à des souris plus croustillantes
que dalle
ils n’étaient que des enfants
langue râpe
esseulée
ennuyée à mourir
une vague acromentule
j’en butais à 17 ans
cute as fuck
pis là, j’avais rien à faire,
mon Acromentula Feudeymonisée brûla la première
ça vibrait déjà d’oubli
de fini
alors je me contentais
d’assigner à la seconde un #Avada Kedavra

J’observais les enfants
susurrai un instant
« Pratiquez bien vos sorts »
« ne soyez pas des victimes »
un « pourritures » s’échappa, abject
de mes lèvres, et le transplanage m’envola
loin des lieux
près des cieux

-fin pour moi-
Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Nya O'Neal, Sam 29 Oct 2016 - 3:54


HRP:
 

À l'abri des regards (avec Aileen O'Leary et Azaël Liderick)

Comme je l’imaginais, personne n’avait refusé mon offre d’aller boire un bon coup – aux frais de mes parents adoptifs, qui plus est. Aileen voulait décompresser après sa journée qui, à l’entendre, avait été plutôt mouvementée, et Azaël n’avait pas l’air décidé à refuser de l’alcool gratuit non plus. Parfait. J’avais bien besoin de me changer les idées aussi, après toutes ces péripéties. Le jeune serpent nous proposa d’aller faire ça dans la forêt interdite et n’attendis même pas notre réponse avant de se diriger vers cette dernière. Un peu en retrait, aux côtés de mon amie, je m’enquis de sa journée. Pour avoir eu l’antidote sur elle, elle devait avoir eu un cours de potions la journée même.

« Allez, raconte-moi ça. Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu aies autant besoin de te changer les idées? »

J’avais été tellement obnubilée par mes morsures de Doxy que je n’avais pas songé une seconde à prendre de ses nouvelles – quelle terrible amie je faisais. Elle s’était occupée de moi et m’avait remise sur pieds en un rien de temps, uniquement pour se faire ignorer par la suite. Enfin, c’était compréhensible, je crois. C’était bien la seule personne à qui j’accordais un minimum d’importance et pour qui je me posais ce genre de questions existentielles. L’opinion du reste de Poudlard m’importait tellement peu que je n’aurais jamais eu à ressentir ce léger sentiment de culpabilité si ça avait été n'importe qui d'autre. Après avoir obtenu un peu plus de détails sur sa vie personnelle, j’emboitai le pas à mon sauveur, un léger sourire aux lèvres. Non, je n’oublierai pas son Whiskey. Ça impliquait qu’il faudrait se revoir, et ça ne me dérangeait pas le moins du monde.

« Parfait, c’est une date alors! »

Je passai rapidement devant la bâtisse appartenant à Élena Gilbert, la garde-chasse. J’avais eu assez d’ennuis avec elle pour un bon moment. Même si elle s’arrangeait toujours pour ne pas faire perdre de points aux Gryffondors (ce qui me laissait penser qu’elle devait très probablement avoir été chez les rouges et or elle aussi), je n’avais pas particulièrement envie de me retrouver à faire des corvées pour la énième fois en si peu de temps. Je cherchai donc un spot à la fois confortable et à l’abri des regards indiscrets, et ne tardai pas à trouver l’endroit idéal.

Quelqu’un avait visiblement fait un feu ici récemment : de gros troncs d’arbre étaient installés en carré autour d’un amas de branches et de cendres encerclé par des roches. Avant de m’assoir, je marmonnai un #Protego totalum qui empêcherait quiconque n’ayant pas comme unique but de nous trouver d’interrompre notre petite beuverie. Je pris ensuite place sur l’un des troncs, et scandai un #Incendio droit devant moi, allumant ainsi un feu à l’endroit prévu. C’est qu’il commençait à faire froid et je ne comptais pas tomber malade de sitôt. Protégée à la fois des intrus et du froid, je lançai finalement les festivités, et tendis la bouteille au vert et argent.

« Sans toi je serais probablement encore étendue sur le sol de la cabane hurlante alors à toi l'honneur, bébé serpent. »
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Azaël Peverell, Lun 31 Oct 2016 - 11:27


T'avais laissé Nya se charger de trouver un bon endroit. Toi, tu n'avais pas trop le courage. T'as déjà l'impression de passer ton temps à essayer de trouver des lieux où tu serais tranquille quelques instants. Mais la plupart du temps, on peut dire que tu te plantes royalement. Toujours quelqu'un pour venir te parler. A croire que t'as la tête d'un psy. Ou d'un patient psy. Ca reste à déterminer. Dans tous les cas, on peut dire que t'as un don pour ne pas trouver ce que tu cherches. Même un objectif, t'es pas fichu d'en trouver un. Pourtant, ça pourrait être bien. Ca pourrait t'aider. Peut-être.

La gryffonne fait bien son boulot. Elle s'occupe de sécuriser un peu l'endroit avant d'y faire un feu. Au moins, vous n'allez pas crever gelés cette nuit. C'est déjà ça. Même si au fond, t'as l'habitude de passer la nuit dehors, et que tu ne prends pas vraiment la peine de te réchauffer autrement qu'en picolant. C'est vrai que le froid et le vide intérieurs sont comme comblés par l'alcool. Et c'est une raison de plus pour continuer à se saouler. Voire même pour songer à le faire plus souvent.

Tu finis par t'installer sur un tronc toi aussi. Légèrement sur le côté. Comme si tu continuais de laisser une distance de sécurité. Faut pas que tu t'approches de trop. Déjà parce qu'il y a de la place, alors ce serait dommage de se coller les uns aux autres. Et aussi parce que t'as déjà eu ta dose de contacts physiques pour la journée, t'as pas forcément envie d'en rajouter. Et ça risquerait de gâcher la soirée, parce que t'es incapable de te contrôler. Mais t'as pas trop le temps de penser à ça. Là, tu peux faire quelque chose de grand, d'important. Commencer la bouteille de Captain Morgan. C'est pas donné à tout le monde.

- Sans toi je serais probablement encore étendue sur le sol de la cabane hurlante alors à toi l'honneur, bébé serpent.


- Avec joie, petite fille. Rappelle moi de ne jamais te laisser étendue au sol si tu m'remercies en alcool.

Tu esquisses un léger sourire et tu hausses les épaules. Tu t'en tapes royalement du pourquoi du comment tu te retrouves à pouvoir entamer la bouteille. Les faits sont là, tu ne comptes pas te gêner, ni jouer au délicat. Alors tu la saisit rapidement, et retire le bouchon. Tu ne perds pas de temps pour porter le goulot à tes lèvres. D'abord une petite gorgée. Comme pour se chauffer. Remettre la machine en marche. Puis une plus grosse. Et encore une. Voire deux ou trois. Tu bois trop souvent, l'alcool te brûle moins qu'avant. T'en veux toujours plus. Mais là, t'es pas tout seul. Alors tu tends la bouteille à Aileen.

- J'suppose que c'est ton tour d'avoir la bouteille vu que t'as joué aux infirmières.


Puis tu fermes les yeux. Juste une ou deux secondes. En essayant de suivre le chemin du rhum dans ton corps. Pour te persuader qu'il est bien là, et que tu vas bientôt pouvoir être complètement raide bourré. Et c'est la seule perspective qui t'anime un peu. Te dire que tu vas pouvoir t'évader un peu. Que tu n'auras pas besoin de prendre de décision, parce que l'alcool le fera pour toi. Bonne ou mauvaise peu importe. Le choix ne sera pas le tien, et c'est tout ce qui compte. Tu rouvres les yeux, pour fixer la lumière dansante du feu. Tu n'es pas vraiment doué pour parler aux autres, te sociabiliser. Et simplement rester posé avec deux filles que tu connais à peine, ça t'aide pas à trouver un sujet de conversation. Alors tu restes silencieux. T'attends de voir. T'attends de boire.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Aileen O'Leary, Jeu 3 Nov 2016 - 23:01


Suivre Nya.

Toujours suivre Nya.

À travers les bois, à travers la forêt, clairière, montagne, mer, océan.

Suivre et espérer que tout se passe bien.

__________________________________

Nya se leva.

« Allez, raconte-moi ça. Qu’est-ce qui s’est passé pour que tu aies autant besoin de te changer les idées? »

Oulà. par quoi commencer? Par son cours de soin aux créatures magiques foireux? Par la peur qu'elle avait ressentie en voyant sa meilleure amie inconsciente, traînée par un garçon qu'elle ne connaissait pas? Par le fait que plus l'année passait, plus elle stressait à l'idée de devoir retourner en Irlande?

-Je hais les animaux c'est tout.

Surtout ceux qui pouvaient mordre, griffer, ou faire quelconque dommage.

Nya se contenta d'hocher la tête avant de les entraîner elle et Aza au fin fond de la forêt interdite. Une fois une petite clairière trouvée au fin fond du bois, Nya commença à lancer les sorts habituels. Parfait, Aileen n'aurait pas besoin de se forcer davantage ce soir. En plus, cela prouvait que son amie était plus que rétablie.

La serpentard s'assit donc confortablement sur le gazon forestier, s'étirant à la manière d'un chat. Azaël s'installa à l'écart, comme intimidé de la présence des deux jeunes filles.

Timide?

Nya lui passa la bouteille d'alcool, qu'il l'étrenne. Un honneur factice, mais un honneur pareil. Quelques longues gorgées plus tard et il passa à son tour la bouteille de rhum à Aileen.

- J'suppose que c'est ton tour d'avoir la bouteille vu que t'as joué aux infirmières.

Aileen haussa les épaules, elle était habituée.

Une gorgée, son corps commença à se réchauffer.

Deux gorgées, la douleur fantôme des morsures de la journées commencèrent à s'estomper.

Trois gorgées...Il était peut-être temps de s'amuser...

Elle se tourna vers le nouveau venu, celui dont elle connaissait à peine le nom et dit.

-Que diriez-vous de pimenter un peu la soirée? Action ou vérité Azaël?

Un sourire de défi, le petit Serpent allait-il suivre?

Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Nya O'Neal, Ven 4 Nov 2016 - 20:41


La vert et argent se contenta de me répondre qu’elle n’aimait pas les animaux. Elle devait sortir d’un mauvais cours de soins aux créatures magiques – ou de botanique, allez savoir. Je me contentai toutefois de hocher la tête en guise de semi-approbation, préférant ne pas approfondir le sujet. Personnellement, j’avais toujours préféré les animaux aux humains, comme le prouvait ma récente application au poste de stagiaire dans l’animalerie magique. Je n’avais pas la moindre envie de lancer un débat sur le sujet, et n’avais donc pas insisté plus que ça.

Azaël n’avait pas l’air d’être complètement remis de ses émotions. Il et s’installa naturellement à une certaine distance de sécurité d’Aileen et moi. Faut croire qu’il avait eu sa dose de contacts physiques et préférait éviter le plus possible les chances que ça se reproduise. Je me sentais encore un peu mal d’avoir instauré ce léger froid entre nous -ou peut-être que ce n’étaient que les restes de mon empoisonnement- mais peu importe, ça n’allait pas m’empêcher de profiter de ma soirée. Un petit sourire étira mes lèvres suite à sa remarque.

« Pas besoin de me sauver d’une attaque de Doxy pour se faire offrir de l’alcool. Quand tu veux, c’est comme la drogue cette affaire-là, ça se partage. »

Bon, ça dépendait avec qui, là. Vaut mieux être seul que mal accompagné, comme on dit. Mais c’est vrai que je ne buvais jamais seule. À plusieurs c’était bien plus amusant. J’embarquais souvent Aileen dans mes beuveries, ou toute autre personne avec qui j’appréciais un tant soit peu passer du temps – voire parfois de parfaits inconnus (après tout, c’était un excellent moyen de faire connaissance).

Toujours est-il que le vert et argent accepta volontiers de lancer les festivités. Sans perdre de temps, il retira le bouchon de la bouteille et avala plusieurs bonnes gorgées d’alcool sans l’ombre d’une grimace. C’est qu’il avait une bonne descente, le serpent. Mon sourire s’élargit quelque peu : je m’étais probablement trouvé un bon partenaire de débauche. Voilà qui devait rassurer la rouquine, qui ne serait plus toujours obligée de m’accompagner et pourrait peut-être finalement réviser pour ses examens sans que je vienne la déranger.

Après s’être généreusement servi, le jeune homme tendit la bouteille à sa camarade Serpentard, qui en avala bien vite plusieurs gorgées à son tour. Comme à son habitude, il ne lui fallut pas longtemps avant de proposer un jeu à boire. Je n’avais que de très vagues souvenirs de ce qui s’était dit pendant que j’étais évanouie, mais quelque chose me disait que mon amie n’en connaissait pas gros sur mon sauveur et souhaitait en apprendre davantage. C’était sa façon à elle d’investiguer – à retenir pour le cours de Défense contre les Forces du Mal sur l’espionnage, tiens. Ce serait probablement l’une des seules techniques que je maîtriserais correctement : l’abus de personnes saoules en vue d'en obtenir des informations pertinentes. Avant de laisser le temps à Aza’ de lui répondre, je m’emparai de la bouteille et la portai à ma bouche.

« Eh oh, laisse-moi boire un peu aussi avant, là. Finissez pas la bouteille sans moi. »

Je lui adressai un petit clin d’œil. J’avalai finalement à mon tour deux/trois gorgées de nectar comme si c’était de l’eau, et déposai la bouteille déjà à moitié entamée entre Aileen et moi. De vrais alcooliques chroniques. Je n’étais pas sure qu’un action ou vérité attire vraiment le vert et argent, mais ça valait le coup d’essayer, si Aileen voulait en apprendre plus sur lui. Ça risquait d’être un peu plate si on en venait à se poser des questions entre nous, par contre. On n’avait pu vraiment de secrets l’une pour l’autre, après toutes ces années, et ce serait certainement un peu redondant…
Revenir en haut Aller en bas
Azaël Peverell
avatar
Serpentard
Serpentard
Année à Poudlard : Septième année

Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Azaël Peverell, Lun 7 Nov 2016 - 20:27


- Pas besoin de me sauver d’une attaque de Doxy pour se faire offrir de l’alcool. Quand tu veux, c’est comme la drogue cette affaire-là, ça se partage.

Ce n'est pas toi qui allait dire le contraire. D'où l'intérêt de boire seul, ça permet d'en avoir plus pour soi. Mais c'est vrai que des fois c'est pesant, et c'est pas plus mal de partager avec quelqu'un de supportable. En l'occurrence, Nya semblait l'être. De ton point de vue du moins. Tu lances un regard à Aileen qui descend plusieurs gorgées facilement avant de proposer directement de faire monter l'ambiance de cette petite beuverie improvisée.

- Que diriez-vous de pimenter un peu la soirée ? Action ou vérité Azaël ?

Tu ne la sens pas trop cette histoire. Parce que tu ne connais pas vraiment les deux rouquines, et que t'as pas forcément envie de leur déballer ta vie. En revanche, leur poser quelques questions gênantes, ça pouvait être drôle. Tout comme leur faire faire ce que tu voulais. Sans compter qu'elle a l'air de te défier du regard, et ça, tu ne peux pas laisser passer. Alors tu te décides à jouer le jeu. Au moins un peu, juste pour voir. De toute façon, tant que tu peux boire, ça devrait bien se passer. Et si jamais elles commencent à devenir trop chiantes dans leurs demandes, tu n'aurais pas besoin de forcer pour leur faire remarquer.

Tu vois alors Nya qui attrape la bouteille à son tour pour en prendre quelques gorgées. Elle a visiblement peur que vous finissiez la bouteille sans elle. Tu étires un léger sourire moqueur. Apparemment, les deux jeunes femmes ont une bonne descente. Ce n'est pas plus mal, t'as pas vraiment envie de finir la nuit à essayer de te nettoyer parce qu'elles ont eu la bonne idée de te vomir dessus. Une fois que la bouteille de rhum se retrouve à nouveau au sol, tu plantes ton regard dans celui de la Serpentard.

- Va pour le jeu. J'prends action.


Tu ne cilles pas, tu continues de la regarder. Tu lui montres que quoi qu'il arrive, elle ne pourrait pas te déstabiliser. Qu'elle pouvait trouver tout ce qu'elle voulait, ça ne t'empêcherait pas de gagner. Tu la défies du regard. Elle ne te connaît pas assez pour pouvoir réellement t'embêter. Alors tu gardes un léger sourire, en attendant le verdict.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Aileen O'Leary
avatar
Serpentard
Serpentard
Spécialité(s) : Aucune spécialité enregistrée actuellement.


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Aileen O'Leary, Mar 8 Nov 2016 - 4:39


Et voilà qu'Azaël lui accordait toute son attention. Apparemment il suffisait juste de le piquer un peu pour qu'il s'intéresse à quelqu'un. Intéressant. Aileen lui rendit son regard, les deux étaient ainsi pris dans un long contact visuel qu'aucun ne semblait vouloir casser.

- Va pour le jeu. J'prends action.

Ohhhhhh il avait du cran le petit serpent. Sourire aux lèvres, prenant déjà action. Aileen lui rendit son sourire. Il venait de gagner quelques points de respect, mais après allait-il pouvoir fournir?

Bon il ne fallait pas non plus qu'elle demande quelque chose de trop poussé non plus, il ne fallait pas l'effrayer, pas encore. En plus, ils étaient assez limités dans le temps et l'espace....

Mais bon une action dans la forêt interdite, cela avait son charme non?

-Action premier tour, not bad serpenteau.

Voyant l'alcool diminuer dans la bouteille, Aileen sortit sa baguette et lança successivement deux Gemino. Trois bouteilles de rhums entamées se tenaient donc devant eux. La rousse se saisit de l'un d'entre elle, la tendit à Azaël avant d'en attraper une à son tour. Deux, trois gorgées et elle rajouta.

-Ça aurait été de la bière et je t'aurai dit de caler, alors on va y aller de même. Bois en une shot le plus d'alcool que tu peux supporter.

Le sourire de défi réapparu sur le visage d'Aileen, elle le fixait de nouveau dans les yeux. D'un côté elle se demandait jusqu'où il pouvait aller, de l'autre....

Amuses-moi serpenteau.

Revenir en haut Aller en bas
Nya O'Neal
avatar
Gryffondor
Gryffondor
Spécialité(s) : Permis de Transplanage


Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Nya O'Neal, Mar 8 Nov 2016 - 6:47


Le vert et argent ne se fit pas prier et choisit action. C’est qu’il commençait fort, en plus. Je n’étais pas sûre que ce soit le meilleur choix, ceci-dit. Il ne savait pas dans quoi il s’embarquait, le pauvre serpent. S’il y avait bien une personne avec qui il ne fallait pas choisir ‘action’ dans ce genre de jeu, c’était bien avec Aileen. En effet, cette dernière avait un sacré don pour soumettre des conséquences des plus saugrenues et ainsi créer d’impressionnants malaises. D’un autre côté, Azaël ne semblait pas du genre particulièrement loquace. Il n’avait probablement pas envie de parler de sa vie personnelle et c’était probablement cette réflexion qui avait guidé son choix. Les deux Serpentards se défiaient mutuellement du regard, je me sentais presque de trop. S’ils voulaient faire ça à deux, ils n’avaient qu’à me le dire et j’irais boire mon rhum un peu plus loin, hein. Bien plus amusée que vexée, j’observais la scène d'un œil attentif. J’avais bien hâte de voir qui allait céder en premier.

Avant de donner sa conséquence à notre camarade, la rouquine lança successivement deux Gemino, qui dédoublèrent la bouteille qui se trouvait devant nous. Il n’y en avait plus une, mais trois, dorénavant. Bonne initiative, on ne manquerait pas d’alcool tout de suite. C’est que je l’avais transformée en véritable alcoolique, la jeune irlandaise… Je marmonnai à mon tour trois charmes de remplissage, histoire de remplir les bouteilles déjà bien entamées. À partir de maintenant, chacun pourrait s’occuper de doser son alcool comme il le désirait. Je me saisis donc de la dernière bouteille, et la tendis en avant. Avant de trinquer, je pris bien soin de regarder chacun de mes camarades dans les yeux. Les sept ans de mauvais sexe, ils pouvaient se les garder. Quoi que, le revers de la balance -à savoir les sept ans de bon sexe avec la personne concernée- ne m’auraient pas déplu, que ce soit avec l’un ou l’autre des serpents qui m’accompagnaient.

« Cheers! »

Après avoir entendu le tintement des contenants de verre qui s’entrechoquaient, je portai la bouteille jusqu’à ma bouche et avalai une nouvelle fois plusieurs gorgées de Captain Morgan. Fallait pas poser la bouteille avant d’avoir bu non plus, si on ne voulait pas s’attirer de mauvais sexe. Pour information, non, je n’étais pas superstitieuse pour un sou, mais ces petites règles implicites à toute beuverie mettaient toujours un peu plus de piment dans une soirée. J’observai donc les serpents, prête à leur lancer une réplique cinglante s’ils ne les respectaient pas. Connaissant Aileen, elle allait sans doute y penser, au nombre de fois que je le lui avais fait remarquer. Je ne savais pas si Aza’ connaissait ces formalités, par contre.

Mon amie ne tarda pas à faire tomber le verdict : le jeune homme devait boire le plus de rhum possible en une seule gorgée. Bon, c’était peut-être un peu trash pour son système digestif, mais ça restait soft par rapport à ce qu’elle sortait d’habitude. Elle ne devait pas avoir envie de le faire fuir – pas tout de suite, du moins. Et puis, de toute façon, il semblait avoir une aussi bonne descente que nous. Les choses sérieuses viendraient plus tard. Mon regard se porta donc sur le vert et argent. Je lui adressai un magnifique sourire de défi.

« Allez, montre-nous de quoi t’es capable, bébé serpent. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Re: Rendez-vous au fond de la forêt

Message par : Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
Page 14 sur 17

 Rendez-vous au fond de la forêt

Aller à la page : Précédent  1 ... 8 ... 13, 14, 15, 16, 17  Suivant

Permission de ce forum:Vous pouvez 
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harry Potter 2005 :: ~¤~ Pré-au-Lard ~¤~ :: Forêt Interdite-

L'univers d'Harry Potter est la propriété de la Warner Bros ainsi que de J.K Rowling.
Tous droits réservés sur ce site ©Copyright HarryPotter2005. Affichage optimisé sous Firefox.